Quand un piposophe analyse le Front National

Si vous lisez des choses intéressantes et sensées, vous ne connaissez probablement pas Bernard Stiegler. Parfois, une petite pause-rigolade est nécessaire pour se décontracter de toutes ces choses intéressantes et sensées qu’on lit avec application. Et c’est là que Bernie la Philo entre en jeu. Ce qui tombe bien, c’est qu’il a récemment pondu un recueil de ses meilleures blagounettes sur le Front National au titre violemment évocateur de « Pharmacologie du Front national » et qu’il en parle abondamment dans un article sur Atlantico. Poilade.

Avant d’essayer de décrypter les pitreries de Bernie, il faut se rappeler qu’il n’en est pas à son premier essai. C’est à la fois un habitué de la production piposophique industrielle et un familier de ces colonnes puisqu’on se souvient de son acoquinement avec Philippe Mérieu qui lui avait permis d’exsuder un pesant ouvrage sur l’éducation, « L’école, le numérique et la société qui vient ». (Oui, Notez que c’est bien le titre, qu’il n’y a eu aucune retouche photo, c’est du brut de décoffrage, c’est comme ça, paf, direct, dès la couverture on assomme l’unique lecteur du livre). Il manque un peu de pandas et des chats mignons, mais on a déjà un beau pot-pourri de ce qu’on peut faire en matière de gloubisophie de combat.

bernie la philoCette fois-ci, Bernie a donc choisi de nous entretenir du Front National et il a décidé de sortir un livre pour lutter. C’est un livre de combat. Tout comme les grenades existent en plusieurs modèles (défensives, offensives et à plâtre), Bernie nous fait un livre modèle de combat, version offensive (et à plâtre aussi) : le poids et la taille de l’ouvrage permettent de le lancer vivement en direction d’un groupe de frontistes, par exemple. Et sinon, on peut aussi le lire, à l’occasion.

Et là, stupéfaction : on découvre qu’on nous a menti. Dans les années 80, le Front National ne s’est pas développé grâce à Mitterrand et au Parti Socialiste qui auront agité, à qui mieux-mieux, l’épouvantail du racisme par le truchement de SOS Racisme. Non ! Rien à voir. Bernard, il a tout compris : si le FN s’est à ce point développé, c’est parce que Jean-Marie se faisait passer pour Ronald. Oui, le père Le Pen voulait selon notre piposophe se faire passer pour le Reagan français.

Fichtre.

Et cela continue avec Marine : la fille a masqué le discours ultra-libéral fondamental du FN. Eh oui. Ce fameux discours ultra-libéral à base d’intervention étatique à tous les étages. Ce discours ultra-libéral de fermeture des frontières que notre vaillant piposophe, armé de ses dix doigts, aura découvert après une longue fouille sous l’épais nationalisme étatique buissonnant qu’il admet lui même trouver aussi dans le parti d’extrême-droite, dans un touchant aveu de confusion mentale difficile à décrypter dans sa tornade de termes compliqués.

Fichtre².

Et comment le FN arrive-t-il à camoufler son ultra-libéralisme galopant derrière tout ces gros nuages de fumée étatiste ? Eh bien il lui suffit d’instiller, je cite, « la perte du sentiment d’exister ». Ici, Bernard est un peu confus (trois fois rien, mais tout de même). Il fait quelques gestes vagues de ses mains pendant que ses yeux fixent le plafond. Il ne faut pas se perdre dans un détail, au risque, justement, de perdre ce sentiment d’exister.

(À tout hasard, j’encouragerai cependant Bernard à propulser l’une de ses tempes sur un coin de table : le sentiment d’exister, même très très perdu, reviendra alors très très vite.)

Mhoui vous la voyez la bonne grosse louchée de n’importe quoi ? Non ?

Je vous réexplique, c’est très simple : selon Bernard Stiegler, ce phare de la pensée moderne passé en mode stroboscopique (attention : l’utilisation prolongée peut provoquer migraines & hallucinations), le Front National est comme ces spécialités laitières industrielles un peu louches dans lesquelles on trouve une couche de yaourt insipide qui camoufle un coulis translucide de fruits indéterminés : sous une (abondante) couche d’étatisme et de nationalisme se cacherait un (délicieux ?) coulis d’ultra-libéralisme au contenu garanti en bifidus. Bifidus d’ailleurs si actif qu’il a manifestement beaucoup trop facilité le transit intestinal de Bernard qui en a mis partout dans son livre.

On comprend que pour avoir découvert ce fameux coulis, le Bernard a du s’avaler des litrons de yaourt fadasse, ce qui n’est pas sans conséquence sur sa propre production intellectuelle. Ce fut un sacerdoce, mais, au bout d’une telle épreuve, le Professeur Stiegler a trouvé (en plus du coulis d’ultra-libéralisme avec de vrais morceaux de capitalisme illimité dedans) un moyen pour combattre le FN ! En somme, Stiegler a trouvé une solution (pas aqueuse, manifestement) pour dissoudre le FN dans son analyse. C’est très fort. Et sa « solution » est simple : il faut élaborer une alternative au parti d’extrême-droite.

Eh oui : finalement, les idées les plus connes simples sont les plus bankables efficaces pour notre piposophe gobeur de yaourts à coulis. Et d’après lui, elles marcheront d’autant mieux que les électeurs du FN sont des abrutis. Oh. Pardon. Non. Ce n’est pas ce qu’il laisse comprendre puisqu’il nous dit en réalité que ces électeurs « souffrent plus que les autres d’une bêtise qui nous affecte tous » (autrement dit : « on est tous également bête, mais ça se voit plus chez eux que chez moi » – Confidence pour confidence, mon brave Bernard, c’est raté.)

On peut cependant se demander pourquoi aucune alternative ne semble émerger au point qu’il faille faire appel à Bernie la Philo. Pourquoi ni le Parti Socialeux (rires sur la droite), ni l’Union pour un Mouvement Perpétuel (rires sur la gauche) ne peuvent se poser en alternatives crédibles à l’abhôminable Front National ? Selon Stiegler, c’est très simple : c’est parce que tout le monde a arrêté de penser :

« Cela fait 30 ans que le monde intellectuel a cessé de penser et de critiquer tout cela. Une sorte de complicité moite et parfois même poisseuse s’est installée. »

Pourquoi s’est-il arrêté ?, peut-on immédiatement poser comme question à notre piposophe. Question à laquelle il répond par un Niagara de références et de name-dropping qui, même poussé dans le décodothron donne ce qui suit et qui n’est pas encore bien clair :

« Parce que. Parce que bon. Parce que en fait tu vois Adorno, Horkheimer, Foucault et Deleuze et je relance d’un Dérida et youplaboum je t’embrouille et je conclus par Milton Friedman et kamoulox. Comment je t’ai emballé le truc. Ahem. Oui enfin disons que si plus personne ne pense, plus aucun philosophe de gauche (sauf moi, bien sûr) n’essaye de comprendre pourquoi le FN s’est à ce point développé, c’est à cause, bien sûr, de l’ultralibéralisme et du méchant consumétisme débridé et tout le tralala. »

Un goldorak au développement synaptogénétique remarquable !

Oui, sa petite fixette sur l’ultralibéralisme et le nuage de mots rigolos qu’il a confectionné en s’enfilant son yaourt ressemble de plus en plus à un trouble obsessionnel compulsif, mais voilà : ça marche suffisamment pour lui valoir une place au chaud dans l’un ou l’autre organisme étatique (que l’ultralibéralisme / le consumétisme / le capitalisme n’a pas réussi à démanteler, apparemment)…

Je résume : sous une énorme couche d’étatisme, de nationalisme et de socialisme, le Front National est ultra-libéral. Il n’y a pas d’alternative crédible actuellement. Il faut lutter, par exemple en écrivant un livre. Et si rien n’est fait, eh bien le FN sera au pouvoir en 2017. Enfin, « sera », il y a encore quelques incertitudes :

Le facteur d’improbabilité des issues est alors extrêmement grand, ce qui fait que tout est possible à travers le jeu de grandes tendances.

Eh oui, c’est comme le loto, m’ame Ginette, à mi-chemin entre le ptêt-bien que oui et le ptêt-bien que non, c’est là que s’ébat joyeusement le piposophe politique dont plus rien ne rattache la pensée avec une quelconque réalité de terrain. Ce qu’il confirme d’ailleurs avec cette tirade, d’un optimisme béat assez affolant :

Je pense que le président de la République et le premier ministre sont capables de tirer les leçons de trente ans d’errance

Ou pas. Il faut bien comprendre que tous ces « facteur d’improbabilité des issues » qui se mêlent dans une grande partouze cosmique de variable multivaluées, ça rend tout bizarre et il devient très difficile de prédire quelque chose, surtout l’avenir. Le plus drôle est qu’alors même que Stiegler étale son inculture crasse du libéralisme et sa compréhension franchement différente de la politique française, un autre article, sur le même site nous apprend que les Chinois ont eux ouvertement choisi plus de libéralisme pour sortir leur nation de la pauvreté.

Comme tant d’autres en France, Stiegler démontre qu’il n’est pas du tout outillé pour comprendre la montée du FN. Il ne voit pas que ce parti est devenu l’exutoire, le défouloir de tant de Français lassés de l’autisme permanent et entretenu par toute une classe politique au sujet de leurs problèmes. Il ne voit pas non plus que ce parti n’a jamais eu de colonne vertébrale idéologique solide : tant le père que la fille le conduisent comme on conduit un esquif dans la tempête politicienne française. On ne peut pas retirer aux barreurs une certaine dextérité, mais le cap a toujours été secondaire puisqu’il s’est toujours agi d’être dans le sillage des grands partis pour récupérer leurs naufragés, déçus et cocus des promesses toutes aussi débiles les unes que les autres qu’ils n’ont pas arrêté de faire pour se maintenir au pouvoir.

Et tout l’avantage du FN réside justement dans le fait qu’il n’a jamais été au pouvoir : il est dès lors bien plus facile de vendre du rêve, de la non-compromission, des idées dites neuves puisque de toute façon, on ne les entend pas dans les autres partis. Ce que Stiegler refuse de voir, incapable d’envisager le monde autrement que noyé dans le libéralisme, c’est que le FN est un parti qui, s’il avait très vaguement des velléités libérales dans les années 70, les a progressivement toutes abandonnées pour ne plus être qu’un parti nationaliste et parfaitement socialiste, en témoigne le nombre de sympathisants et encartés PC et PS ouvertement passés dans les rangs FN.

Et c’est précisément parce que c’est un parti socialiste comme tous les autres, parce que Stiegler réclame encore plus de socialisme, et parce que lui comme les médias fustigent le libéralisme qu’on ne trouve aucune alternative audible.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires177

  1. Le Gnôme

    En l’occurrence, sa grenade est fumigène, l’épaisse fumée qui se dégage de son article masque la vacuité de sa pensée qui est tellement profonde qu’elle en est creuse.

    J’avais bien rigolé en lisant son opusculet sur Atlantico.

    1. Elphyr

      Pour être tout à fait honnête, quand Ayrault et Montebourg vendent leurs produits 100% français, c’est du nazional sozialisme 🙂

      1. Li Po

        Idem quand Galut et Lambert veulent saisir les biens des exilés fiscaux et déchoir le flatulent koulak Depardieu de sa nationalité . Les dignes héritiers de Laval sont nombreux : les socialistes deviennent nationalistes, et grâce à Marine, les nationalistes deviennent socialistes .

    2. Sylvain Jutteau

      Oui.

      Le Front National déplore que « depuis des décennies, la logique ultra libérale dirige l’Union européenne et s’impose à des gouvernements nationaux complices. »

      Le programme prévoit donc :

      1- Contrôle des prix.

      –> « Contrôle intégral de la fixation des tarifs appliqués aux ménages et aux entreprises dans les secteurs stratégiques (énergie et transports notamment). »

      2- Planification étatique de l’économie

      –> « Mise en place d’une Planification Stratégique de la Réindustralisation directement rattachée au Premier ministre, associant établissements universitaires et grandes écoles, filières industrielles et représentants de l’Etat. »

      3- Contrôle idéologique de la haute fonction publique

      –> « L’Ecole Nationale d’Administration (ENA) veillera en particulier à recruter des hauts fonctionnaires patriotes. »

      4- Eradication de la concurrence dans les services publics

      –> « Une renégociation des Traités européens sur la question des services publics mettra fin au dogme de « la concurrence libre et non faussée», et à l’obligation de libéralisation des services publics. »

      5 -Centralisation étatique du transport

      –> « L’Etat reprendra progressivement la compétence du transport, largement abandonnée aux régions dans le cadre d’une décentralisation non maîtrisée. »

      6- Contrôle des centrales d’achat par l’Etat.

      –> « Une action sera engagée par l’Etat au niveau des centrales d’achat pour rétablir un équilibre entre le commerce indépendant et la grande distribution. »

      7- Planification étatique de l’urbanisme.

      –> « L’Etat stratège doit définir une politique d’aménagement du territoire favorisant les programmes immobiliers neufs dans les zones aujourd’hui désertées, rurales en particulier. Pour y parvenir, les services déconcentrés de l’Etat doivent détenir une capacité accrue de contrôle et d’orientation des décisions prises par les communes dans le cadre des constructions de logements. »

      8- Vocation interventionniste de la fiscalité

      –> « L’impôt n’est pas qu’un prélèvement destiné à financer les dépenses de l’Etat ou des collectivités. C’est aussi un instrument économique. »

      9- Education des masses par l’Etat

      –> « L’Etat stratège reprendra en main la politique de formation professionnelle et instaurera un véritable service public de la formation tout au long de l’existence. »

      10- Nationalisations

      –> « La Poste sera de nouveau un établissement public de l’Etat. »
      –> « La propriété des bâtiments universitaires, que la loi s’efforce de leur céder, sera rendue à l’Etat. »

      En dix points, tous les principes du socialisme y sont.

      L’équation Nationalisme + Socialisme est donc reconstituée, et les adhérents déçus du PS et du PC rejoignent sans vergogne ce nouvel eldorado.

      On n’a pas fini de rigoler.

      Grosses Bises.

      1. henri

        bonjour
        rien que pour pourrir ce type de merde et toute la clique des BHL etc
        sa donne envie de voter FN
        je ,e rappelle de la gueule des militants PS et de jospine en 2002
        jouissif
        alors marine présidente sa va les dresser tous ces lobotoms colabos

        je vie en A.S.E et franchement vue d ici c est pseudo élites dégage une odeurs abject des qu ils ouvrent la bouches
        cette odeur pourris la culture et la renomme Française
        Qui faut bien le dire aujourd’hui a cause de ces générations successive de crétin bobo; l image de la France, sa culture et réduite a peaux de chagrin

      2. adnstep

        Mais non, ça c’est le programme de Hollande. Non, de Merluche. Non, des Zécolos. Ah merde, je sais plus, moi, ils se ressemblent tous.

      3. Mon-Oeil

        @Sylvain Jutteau « les adhérents déçus du PS et du PC rejoignent sans vergogne ce nouvel eldorado »

        Vous oubliez volontairement de mentionner un fait incontestable c’est que même de nombreux « beurs » votent marine lepen aujourd’hui et la majorité des déçus de l’UMPisme ultra libéral atlantiste

        Ah oui, l’UMP ultra-libéral atlantiste (et équarrisseur d’enfants ouvriers + grand énucléateur de chatons mignons), oui, c’est connu.

        donc cela fait de plus en plus de monde de tous horizons politiques qui sont dégoutés par les affaires dans lesquelles baignent allégrement les socialistes qui n’ont plus rien a envier aux affaires UMPistes ,ces deux partis qui pratiquent tout les deux exactement la même politique ultra-libérale atlantiste

        et mangeuse d’enfants communistes, ne l’oubliez pas, c’est important les enfants communistes qui sont mangés par les barrons de l’UMP ultratlantistes au FLuobenizol+

        quand ils sont au pouvoir et qui trainent tout autant de casseroles d’argent sale, les uns que les autres ,tandis qu’ils offrent au peuple une austérité éternelle comme seul horizon tout en profitant honteusement à des fins personnelles ce système corrompu qu’il essaient de faire perdurer à tut prix .

        Et comme vous le dites si bien ,oui on a pas fini de rigoler car la diabolisation de Marine Lepen sera pour vous ,un peu plus compliquée à faire passer car Marine Lepen n’a plus rien a voir avec son père ,surtout depuis qu’elle

        est devenue parfaitement socialiste, oui, effectivement

        prend conseil auprès de gens comme Phillipot qui l’aident très intelligemment à faire un vrai ménage des extrémistes dans son parti .

        L’extrémisme va disparaître de l’extrême-droite, ce qui en fera un couteau sans manche auquel il manque la lame. SuPeRbE.

        Je rajoute que je ne suis absolument pas partisan du FN ou quelque soit un autre parti , je suis simplement partisan du réalisme .Et le réalisme me fait dire que Marine Lepen risque fort de beaucoup vous surprendre d’ici à 2017 ,surtout le jour ou elle changera le nom de son parti actuel pour couper définitivement les ponts avec un passé révolu .

        Le Front Nationale Socialiste ? France Bisous ? Ceci dit, si vous voulez nous dire que MLP risque de choper des points à la prochaine présidentielle, l’affaire est évidente. Malheureusement et comme je l’ai souvent dit, ce pays ira bien plus mal avant d’aller bien.

        1. Mon-Oeil

          Ok ça me fait bizarre de devoir répondre à l’ un de mes commentaires que vous avez largement modifié à votre guise .
          Ce qui est une forme de censure très mesquine que je ne

          Eh oui. Je suis comme ça. Et soyez sûr que ça fait marrer un paquet de commentateurs réguliers. Bisous.

  2. Istvan

    Je vous encourage tous à couper court à toute conversation lorsque votre interlocuteur parle d’ultra-libéralisme en lui demandant : « Peux-tu/Pouvez-vous définir ce qu’est le libéralisme ? ».
    Poilade garantie et dans le meilleur des cas, votre interlocuteur réalisera de lui-même que la multiplicité des interventions étatiques + la quantité d’énarques ayant pantouflé dans les sociétés du CAC 40 sont absolument incompatible avec une vision libérale de l’économie… alors ultra-turbo-libérale n’en parlons même pas.
    (pour rebondir sur le thème du FN, on peut jouer au même jeu avec « anti-démocratique » voire « fasciste » : les gens prennent très vite conscience que ce qu’ils pensaient être une épaisse fourrure rhétorique n’est qu’une guenille made in China et que le roi est nu)

    1. Mon-Oeil

      Pourtant le définition de l’ultra libéralisme est plutôt simple et n’a certainement rien de drôle quand on y regarde de près.

      Ultra libéralisme = Déréglementation des marchés,de la concurrence et destruction progressive partielle ou totale du secteur public au profit d’intérêts privés qui sont en général des lobbies financiers qui deviennent si puissants que ce sont eux qui gouvernent les états et même l’Europe par l’intermédiaire de carriéristes politiques de droite comme de gauche qui sont à leur botte .Vous constaterez vous même de quelle manière ces politiques carriéristes peuvent passer d’un parti à l’autre de gauche à droite et inversement .Un exemple assez frappant c’est Eric Besson l’exemple même du carriérisme politique . Le parcours de Cohn-Bendit est assez remarquable aussi car il est passé de Dany le noir anarchiste au rouge ,au vert ,à la couleur européenne qui le nourrit grassement aujourd’hui et tel qu’un caméléon , il n’a apparemment pas fini de s’adapter a tout ce qui peut aider à sa « carrière » .

      1. DiasW

        Ah le turbolibéralisme.
        Et dire que les libéraux utilisent seulement les mots socialisme ou communisme. Ils sont trop timorés, ils feraient mieux de laisser parler leur verve littéraire quitte à devenir un tantinet trop ampoulé, vive l’ultrasocialisme, le turbo-communisme !

  3. Zendog

    Merci H16 pour ce magnifique morceau d’anthologie. J’adore la « complicité poisseuse » !!
    Il est vrai que les philosophes en général et les piposophes en particulier n’expriment en définitive rien d’autre que leur jus de crâne. Cela dit, je ne connaissais pas ce Stiegler, merci de m’avoir appris quelque chose.

  4. hussardbleu

    Comme disait Marc Aurèle, « on ne pourrait lancer une briquette dans le défouloir / foutoir de gauche, sans y toucher un Stiegler…. ». Lequel, sur la photo, semble souffrir du foie : lien de causalité ?

    J’entendais ce matin sur Rance Inter le dénommé Gorse, sénateur PS, interviouvé par la Clarcke : belle voix de bronze, et sottise du même métal… affligeant…

    PS : merci aussi à PG Wodehouse pour la briquette.

    1. Marc Aurèle

      @Hussardbleu
      Une ou deux autres briquette en papier mâché séché pour allumer le feu? Oui bien sûr. Sauf qu’il faudra attendre que ses bouquins invendus (98% de la centaine imprimée vraisemblablement) aillent au pilon: hors de question de payer pour cette daube (qui essaie de miner un terrain qu’ils commencent à bien percevoir à gauche).
      A une époque on pouvait moyennant un billet ou deux au gardien, aller au pilon et y faire ses emplettes avant que toutes ces montagnes de livres invendus, livrés chaque jour par camions benne entiers, ne soient avalées par le broyeur. Pour finir en litière pour bétail ou carton de boites à chaussures.

    2. Nemrod

      Salut HB.
      Tu écoutes encore Rance Inter !
      Quelle abnégation dans l’étude du malin…
      Moi, je n’ai plus la force.
      Chapeau bas.
      PS : ne peux encore pas visiter mes mails…

      1. mlallier

        Il y en a bien qui vont chercher l’info sur Atlantico. Le vent nouveau qui y souffle a des relents de latrines.

        Merci tout de même à notre hôte d’y plonger le nez de temps en temps. Ça nous vaut des moments de franche rigolade.

      2. hussardbleu

        Je dois avoir une trace de masochisme, pour écouter la Clarcke…

        mais bon, d’un autre côté, je ne supporte plus les réclames pour débiles profonds des périphériques, et puis… de temps à autre… il y a d’intenses moments de rigolade sur Rance Inter, comme par exemple quand une voix sussure un « Rance Inter, la voix est libre », alors, qu’il suffit d’écouter cette station 5 mn pour y entendre le plus beau compendium de pensée unique, d’anti-libéralisme rabique, d’anti-racisme véhément, de socialisme énamouré, de… mais je vous laisse terminer….

        1. Nemrod

          Mon émission préférée : « là bas si j’y suis »avec l’ineffable Mermet.
          Ah comme c’est formidable ces cultures « différentes » et exotiques qui fleurent bon le « vivrensemble » et le « partage ».

          Quand c’est accommodé avec un zeste de « developpementdurab »( de lièvre ?) et de « festicytoyenneté » c’est encore plus fun.

          Pas comme nôtre culture franchouillarde à nous de vilains coloniaux turbolibéraux écorcheurs de chatons et tueurs de scarabées pique prune ; surtout pendant nos HLPSDNH qui reviennent à grand pas !

          Je ne m’en lasse pas et vous le recommande.

          1. hussardbleu

            Mermet ? je le connais depuis…. fin des années 60/début des années 70, on doit avoir le même âge ou presque, et je l’écoutais – avec son personnage de contes assez malsains, Ugly – en même temps que la clique de France Inter, quand elle était pas debellée en une basse-cour criaillante, cette « volaille de FI », comme disait le pauvre Mourousi….

            Bon, on va me prendre pour un compagnon de route gauchiste, mais il y a chez lui deux aspects : un petit « commis voyageur » de la révolution, s’imaginant à l’époque Komintern et rêvassant sur des époques qu’il n’a pas connues et où, sans doute, il se serait ramassé une balle dans la nuque comme hitléro-trotskyste.

            Mais il a des cojones, ce garçon et ne se laisse pas intimider par certains lobbies, ce que je trouve plutôt sympathique…

            De l’autre côté, il me ferait sans doute fusiller sans regret…

  5. aristarque

    Reagan constituant un modèle de référence rien moins que Positive !? en France!? A partir d’aujourd’hui, il va falloir faire attention aux poules qui vont pouvoir s’armer!

    1. Guillaume_rc

      Si, si, il est exact qu’à une ou deux reprises, dans les années 80, j’ai entendu le borgne breton se référer à Reagan et même (tenez-vous bien) proposer l’abolition de l’impôt sur le revenu. C’est cette vieille réminiscence qui a du faire tilter le piposophe (j’adore) Stiegler, qui, faute d’un cerveau en ordre de marche, n’a pas compris que la référence à Reagan était surtout un réflexe anti-communiste.
      Maintenant de l’eau a coulé sous les ponts et le vieux réac a compris que, s’ils voulaient que saPME continue à prospérer (car l’ex poujadiste n’a jamais voulu le pouvoir mais juste des postes pour pouvoir continuer à foutre la merde tout en étant payé), il était 10 fois plus efficace d’être étatiste.
      Sa fille, elle, voulant vraiment le pouvoir, est devenue encore plus étatiste. Regardez son n° 2, F. Philippot, énarque et ex-chevènementiste. Mais duconosophe va sûrement nous expliquer que c’est une ruse ultra-libérale.

      1. Aristarque

        Si référence à Reagan, il y a eu, cela remonte à vraiment longtemps et à une période de forçage sur le chouchen, probablement alors… Effectivement, il y a trente ans, cela pouvait aider à bien se différencier en en rajoutant dans l’horreur, si vous voyez ce que je veux dire…
        Parce que ce n’était vraiment pas le fonds de commerce des dernières années du Menhir et encore moins de Mar’hine qui déborde d’étatisme au moins autant que l’UMPS sans parler du protectionnisme aussi exacerbé que celui de Dupont-t-Aigneux!

        1. Franciskus

          « le coût de la suppression de l’impôt sur le revenu »

          comprendre « le coup », bien sûr. Un lapsus révélateur de mes pulsions socialistes inavouables.

      2. argone

        Dans les années 80 le FN était libéral ! Disons national-libéral (ou poujado-libéral) sous JMLP. JMLP s’en prenait, jusqu’en 2007, à l' »état prédateur ».

        H16 aurait été en phase avec les idées du FN jusqu’en 2007.

            1. C’t’une plaisanterie ?

              « conforter la stabilité du franc »
              « actions des entreprises désétatisée 60% réservées aux Français »
              « aménager le temps de travail »
              « instaurer la préférence nationale pour l’emploi »
              « priviléger les TPE et les PME pour l’emploi »
              « réaffirmer la nécessité d’un salaire minimum »
              « normes élevées de qualité de vie »
              « protection internationale de nos entreprises »

              Et je passerai pudiquement sur les autres chapitres hors Emploi & Eco, c’est un festival. Déjà qu’une goutte de merde dans un bol de soupe, ça fait un bol de merde, là, vous avez une goutte de soupe dans un bol de merde… Et ça fait toujours un bol de merde.

  6. Marc Aurèle

    A propos de grenades: n’oublions surtout jamais que lorsque les soldats français étaient engagés en Indochine ou en Afrique du Nord, les gentils syndicalistes amateurs de marteaux et de faucilles travaillant dans nos arsenaux, remplissaient ces grenades de confettis. Histoire de donner un coup de main décisif à leurs amis, futurs Khmers rouges et terroristes de tout poil.

    1. scaletrans

      Il y a un truc comme ça dans « Commandos de Choc en Indochine ». Le sous-off lance une grenade dans le nid de mitrailleuse, ça fait un drôle de bruit mais il se dresse quand même et finit haché par une rafale. La grenade était remplie de petites bandelettes marquées « Union des Femmes Françaises » (coco bien sûr).
      Il y avait aussi les blessés rapatriés jetés à bas de leur civière au débarquement à Marseille. La civilisation quoi…

      1. Aristarque

        Des armes livrées sans percuteur ou avec celui-ci hors norme pour que l’arme soit inutilisable ou s’enraye après deux ou trois coups…

        1. Lord Jordan C. Black-Mohr

          Tout ça fait vraiment froid dans le dos. Comment peut-on être aveugle à ce point? Comment peut-on croire à ce point lobotomisé à grand coup de bisounours flowerpower pour envoyer des hommes se faire déchiqueter en croyant que les couleurs rendront les autres plus « bisous »?! Ces gens n’avaient bien sûr pas fait ni vu la guerre!

    2. adnstep

      Ces jours-ci, les Viets se rapprochent des méchants Yankees. Ils les invitent à participer à des manœuvres communes. Par peur des Chinois.

  7. Martin

    C’est courageux d’avoir lu l’ITW de Stiegler. Moi je me suis arrêté à « ultra-libéralisme ». Déjà que le terme est en lui-même une grotesque manipulation, mais alors associé au Front National…

    By the way, @Istvan: ma propre stratégie consiste à demander « Pouvez-vous m’expliquer la différence entre ultra-libéralisme et libéralisme tout court? »

      1. Flo

        Ce qui est amusant c’est qu’on entend parfois : « Ha le problème c’est que l’ultra-libéralisme (donc mauvais) a maintenant remplacé le libéralisme (moins mauvais?) »
        Toujours sans la moindre définition audible de ce que les gens entendent par « libéralisme » ni quand il a été appliqué en France pour la dernière fois (s’il l’a jamais été).
        Une définition qui conviendrait peut-être en France car elle mettrait d’accord Mr Mélanchon et Mme Lepen : tout ce qui n’est pas strictement communiste / étatiste est du libéralisme et donc le simple socialisme est de l’ultra-libéralisme.

          1. Martin

            @Rocardo Très juste. J’ai récemment lu une grande partie des articles et discours de Clémenceau – ils constituent un beau programme libéral. Il était pourtant nominalement radical socialiste. Comme quoi à l’époque on pensait juste malgré les étiquettes, alors qu’aujourd’hui on pense faux malgré les étiquettes (cf. UMP, MEDEF).

          2. hussarbleu

            Hmmm? délicat de transposer les conditions économiques d’une époque sur l’autre…
            On peut toujours analyser in abstracto, certes, mais j’ai des souvenirs familiaux qui m’engagent à penser que je n’aurais pas forcément apprécié le « libéralisme » de la Belle Epoque…

            Cela me rappelle cet échange entre une dinde anoblie impériale, et un maréchal de Napoléon, la première déclarant au second qu’elle aurait aimé vivre avant 1789, à quoi le maréchal rétorqua : « hé, oui… vous auriez été servante, et moi palefrenier »…

            et puis, Clemenceau, hein… on a bien fait de l’enterrer la tête en bas à Mouilleron en Pareds… je le tiens pour responsable des quelques centaines de milliers de morts inutiles entre 1917 et l’armistice, puis d’un désastreux traité de paix…

            Déjà Maurras, dans Kiel et Tanger (1912) annonçait « 700 000 jeunes français étendus froids et sanglants sur leur terre mal défendue »…. il n’avait péché que par optimisme, car le total des 4 années fut du double….

    1. Marc Aurèle

      Je refuse la tentation de parler de Boudarel, ça va m’énerver et ruiner une journée qui commençait bien. Membre du PCF, insoumis, déserteur, commissaire politique, devenu tortionnaire de soldats français au camp 113, puis amnistié (et oui) et promu à la gloire d’une belle carrière universitaire internationale, mort paisiblement dans son lit.

      1. Aloux

        Ah tiens j’ai appris quelque chose d’intéressant, toujours bon à ressortir aux cocos qui pullulent dans mon environnement.

  8. Peste et coryza

    Il y a eu un qui a vu son temps passé à torturer des soldats français prisonniers des viet min comme équivalence de doctorat, et qui est devenu maitre de conférence…

    Le FN n’est pas libéral. En fr

  9. Aristarque

    Quelle différence entre chercher de l’or dans les mines et du libéralisme dans les doctrines du FN : aucune puisque c’est la même obligation de remuer, trier et filtrer des tonnes de gravats pour trouver en trouver une once!

    1. Istvan

      C’est vrai qu’à part l’idée d’un chèque éducation (et encore), je ne vois pas plus d’une once de libéralisme au FN…

      1. Ben d’ailleurs, le gars Stiegler est un peu en mal d’expliquer tout ce qui est ultralibéral dans le FN. Il se cache derrière plein de complexité facile, du name dropping et pfffuit.

        1. Istvan

          Ce qui me fascine c’est qu’à aucun moment l’interviewer ne se choque des c*nneries qui lui sont débitées. Et ça me semble être universellement le cas : l’interviewer n’a généralement aucune culture générale (ne serait-ce que dans un champ de compétences donné) et n’écoute rien de ce qui lui est dit. Une bonne interview devrait rendre la pensée de l’interviewé claire et même la préciser or cela n’arrive jamais.
          Les interviewés ne se font même pas interroger, tout au plus sont ils relancés toutes les deux ou trois minutes.

          Aucun esprit critique, jamais. Pareil quand on interviewe des hommes politiques. Que ces derniers soient dans l’incantatoire et le bidon, passe encore (c’est hélas devenu leur sacerdoce), mais que les « grands journalistes » face à eux ne les somment pas de donner des détails sur leur discours et les laissent ne pas répondre à des questions simples (ils n’obtiennent même pas de réponse à leurs rares questions fermées!!!).

          Ces journaleux ne sont « grands » que par leur dévotion à la doxa. Cf Aymeric Caron. Il n’informe jamais mais parfois bayonnent. Déprimant.

          1. paf

            les journalistes d’aujourd’hui et particulierement a la tele sont des petites putes manierees qui s’interviewent elles-memes.Peut importe l’invite, d’ailleurs ils lui coupent la parole incessamment a la maniere de fogiel qui s’etait fait desanusser par je sais plus quel acteur.En meme temps fogiel vu sa tronche il en faudrait de millions de baffes pour lui sortir son sortir de petite pute manieree.

      2. Aristarque

        C’est bien pourquoi je prends l’image de la mine d’or.
        En creusant dans tous les sens dans les programmes bla-bla teux (*) des partis quels qu’ils soient, on peut arriver à identifier « une » voire quelques (soyons fou !) propositions libérales ou d’inspirations initiales libérales perdues au milieu d’un fatras complètement différent de toutes natures comme on peut trouver une aiguille dans une meule de foin.
        Mais ce sera vraiment par hasard et parce qu’il n’y a pas fondamentalement 350.000.000 de propositions politiques différentes possibles en essence.
        De là à prétendre que le corpus en est automatiquement qualifiable de crypto-libéral bien dissimulé sous une carapace étatiste, il faut être pipeauteur à donf pour écrire cela sans honte ni tremblement de main.
        On comprend que le but de ce genre d’ouvrage est de discréditer au maximum du possible le FN et que dans ce but, tous les qualificatifs sont bons dès lors qu’ils correspondent dans l’esprit du futur lecteur à l’abomination à laquelle l’auteur voue le FN. Mais la valeur réelle d’un tel « travail » n’est que celle d’un tract de meeting, sans plus et parce que j’ai de la considération pour le papier qui n’en peut d’un tel usage, vu qu’on ne lui a pas demandé son avis avant utilisation.

        (*) je possède un petit ouvrage assez curieux qui est un recueil des professions de foi des candidats aux élections législatives de 1893 dans le département du Nord. Mis à part les tournures employées qui sont évidemment datées par rapport à ce que l’on écrit de nos jours, on retrouve les termes éternels de la vacuité politique appliquée au social clientélisme qui fait confondre élections et remises des prix du concours : entre autres : construction de meilleurs logements plus nombreux plus vastes, hygiéniques (!) et moins chers, développement municipal des jardins ouvriers, meilleurs transports en commun par le remplacement des omnibus à chevaux par des tramways, création de dispensaires à tout-va, création de caisses de secours pour les indigents, développement du chemin de fer, etc… le tout financé par moins d’impôts et de taxes dont les nouveaux à créer ne le seront qu’à destination des patrons et des propriétaires immobiliers dont le futur I.R. qui ne taxera QUE les possédants ! (oui, j’ai bien vu qu’on annonçait déjà moins d’impôts et de taxes avec dans le même texte annonce de créations de nouveaux spécimen mais « ciblés » sur les autres que vous, mon bel et bon électeur -les femmes sont au placard et on ne s’adresse qu’au mâle électeur)

  10. Sam

    Merci pour l’article.

    Par contre, je n’ai pas très bien compris cette relation entre SOS racisme et la montée du Front national.
    Est-ce quelqu’un peut m’expliquer ou me rediriger vers des articles approfondissant cette question ?
    Merci.

    1. Pour faire rapide : Mitterrand a poussé à la création d’une antenne socialiste spécialisée dans les cris d’orfraie contre le racisme, SOS Racisme (bien sûr, ce n’est pas présenté officiellement comme ça, mais c’est ainsi que cela s’est passé dans les années 80). Grâce à l’épouvantail du racisme, Mitterrand pouvait alors couper l’herbe sous le pied du Parti communiste (qui était très contre l’immigration à l’époque) et empêcher tout le monde de parler des problèmes posés par une immigration massive incontrôlée, notamment suite au rattachement familial : dès qu’une voix s’élevait, paf, « raciste ! » et en avant les médias. Coup double : comme plus personne ne peut parler, ceux qui le font quand même (et là, seul le FN était présent) récoltent tout ceux qui sont frustrés que ce thème ne soit pas abordé. La montée du FN se traduisait directement par un affaiblissement du RPR (et donc de la droite).

      Mitterrand était une ordure, mais une ordure très fine politiquement.

        1. YP

          Titulaire de la francisque – « résistant » pilotant les rafles de juifs en Creuse, tranquilement assis sur les camions de la milice.

          Assoifé de pouvoir, il est le premier à utiliser la démagogie à grande échelle, ce qui lui vaudra d’être élu président de la ripoubik en 1981, rôle dans lequel il s’avèrera être catastrophique. Mais il aura au moins eu le mérite de démontrer à ceux qui en doutaient encore que le peuple français est dans sa majorité d’une veulerie affligeante.

          1. Théo31

            On peut être fan de Fidel et manger deux fois des nouilles avec René.

            Un jour Goebbels demanda à Fritz Lang de mettre ses compétences au service du nouveau régime. Celui-ci lui refusa parce que les nazis persécutaient les Juifs. Et Goebbels de lui rétorquer : « c’est moi qui décide qui est juif et qui ne l’est pas ».

          2. YP

            Je connaissais personnellement quelqu’un qui l’a identifié sur les camions de la milice à Guerêt en 1942 (et pas parmis les raflés…) Bref – c’est une ordure un ordre de magnitude au dessus de tout ce qu’on a pu connaitre en France…

      1. Sam

        Si je comprends bien, le politiquement correct a pris une belle envolée avec Mitterrand tant en contribuant à faire monter le racisme.

        Il est fort tonton 🙂 Merci pour cette explication.

          1. Oh non. Sur le plan politique et économique, il a fait des dégâts. Mais il avait une certaine classe, une certaine culture. Chirac a descendu les exigences pour être président d’un cran ou deux. Sarkozy en a claqué une dizaine d’autres (de crans). Quant à Hollande, il explore maintenant le négatif.

          2. gem

            le pire, le pire… ça se discute. D’abord lui-même aurait pu faire bien pire (en ne prenant pas le « tournant de la rigueur », en persistant dans sa loi contre l’enseignement privé, etc.), ce qui démontre qu’il n’était pas complétement stupide. Ensuite et surtout, qu’un socialiste proclamé fasse du socialisme, c’est assez normal ; alors que Chirac et Sarkozy …
            Et vu ce qu’on a déjà vu du Flamby à l’œuvre, je le trouve assez prometteur dans le pire

          3. YP

            Oui, je suis d’accord pour dire que le Mitteux avait une certaine culture. Ce qui n’excuse rien. Il est le véritable déclencheur de la foire à la démagogie qui a conduit le pays là ou il est.

            En termes de traitrise en temps de paix, mis a part les chassés croisés des gouvernements Blum /Chautemps/Daladier/Reynaud, je cherche, mais je ne vois pas.

            Ce mec a été un tournant dans l’histoire de la politique francaise. Qu’il y ait encore des rues à son nom est incompréhensible, sinon par la bêtise de l’idéologie ambiante.

            Ce mec était une râclure de la pire espèce !

            1. « Il est le véritable déclencheur de la foire »
              Soit. Mais c’était rattrapable. Chirac, cette vibrante andouille, a enfoncé le clou. Et Sarkozy l’a bétonné ensuite. Hollande est, finalement, en train de mettre la chaux et les décos.

          4. YP

            H16, je suis entièrement d’accord avec le fait que c’était rattrapable. Le problème c’est que si Chirac avait fait quelque chose, il n’aurait pas été élu (d’ailleurs, c’est bien pour cela que la réforme des retraite n’a été abandonnée en rase campagne dans les années 90.)

            Ce que je dis, c’est que c’est le Mitteux qui a « inventé » l’achat de voix avec l’argent des autres (surtout avec l’argent des générations futures.) Après lui, il était de toutes manières impossible de se faire élire sans utiliser cette ficelle (démonstration : élection de 1988.)

            1. « si Chirac avait fait quelque chose » : il aurait pu une fois devenu président. Je pense ici clairement aux grèves de 95.

          5. Aristarque

            Je vois que nous sommes d’accord quant à la qualification de l’Arsouille. Notez qu’il reçoit encore cet hommage des rues et avenues au fur et à mesure du temps. A Paris, outre la TGB Mitterrand mais quai François Mauriac (un premier pied-de-nez), il a aussi son quai rive droite ! Entre le Pont Royal ! et la rue de l’Amiral Coligny (lui aussi a de la chance d’avoir une rue car il a été un peu traître en compagnie du Prince de Condé qui sera assassiné à la bataille de Jarnac! Certes il longe le Louvre mais il n’y a strictement aucun bâtiment « adressé » à ce quai.

          6. Aristarque

            @H16.
            Chirac a inauguré sa méthode duodécennale vélléitaire d’inaction tonitruante.
            On lance un truc ; si’ c’est bon, c’est le mien et si ça gueule, même un peu, j’abandonne les troupes, je désavoue ces cons de généraux qui n’ont rien compris et je passe à autre chose.
            Je signe des traités européens mais je m’assois dessus dès que j’en ai la moindre gêne.
            Pour lui, la France, malade, ne devait pas être brusquée en quoi que ce fût, dût-elle crever de son insouciance…

          7. YP

            Je ne dis pas que Chirac était un bon. Juste qu’il ne boxait pas dans la même catégorie que le Mitteux quand il s’agissait « fétidité ».

            Pourtant, Dieu sait quelles belles ordures peuvent être les Chirac, Sarkozy ou Hollande !

          8. eheime

            Vous avez raison YP.
            Mitterand c’était :
            – une maladie cachée (precurseur Pompidou ceci dit),
            – une fille cachée,
            – des meutres (ou suicides ?) cachés,
            – des abus de pouvoirs cachés (affaire Edern Hallier)
            – un passé vichyiste (à peine) caché,
            – des idées politiques (totalement contraire à celles affichées) cachées,
            – etc ..

            Une véritable raclure. La compromission la plus abjecte. C’est notre Staline français à nous. Et le top, c’est qu’on trouve encore des gars pour saluer sa mémoire .

      2. Aristarque

        Le Parti Communiste avait fait démolir au bulldozer avec quasiment les occupants dedans un foyer type sonacotra à Vitry sur Seine (commune choisie au hasard) en 1980 parce que le travailleur immigré était alors dénoncé par Marchais et ses sicaires comme un ennemi de la classe ouvrière française en venant lui prendre ses postes de travail.
        La perception du dinosaure s’est altérée depuis…

        http://www.ina.fr/video/I06065630
        http://www.dailymotion.com/video/xdjxsx_vitry-pcf-immigres-chasses-au-bulld_news#.UVQiWhdNWSo
        Cours de langue de bois inclus.

      3. hussardbleu

        Quelqu’un qui méprisait autant les hommes (surtout de gauche, au reste) ne peut être absolument mauvais à mes yeux… non plus que celui qui faisait porter son sac de golf à Kiejmann ou à Lang…

        Et puis… hein… ses dernières vacances à l’ile d’Eléphantine (comme Barrès) et sa mort, rue Frédéric Leplay…. quel clin d’oeil !

        Et puis, enfin, il n’a jamais laissé tomber ses amis, quelles qu’en fussent les conséquences politiques : vous en connaissez beaucoup d’autres, dans ce milieu de loups, de renards et de rats ?

        1. Nemrod

          Ah !, s’il faisait porter son sac de golf à Lang…il remonte dans mon estime.
          Bon, pour le soutien des aminches, je demande à voir…il en a soutenu certains comme la corde le pendu.
          Le meilleur clin d’oeil est de s’être fait enterré à Jarnac (…que ?) même si c’est involontaire car il visait le Mont Beuvray pour sa dernière demeure.

      4. Nemrod

        Je plussoie.
        Je pense que le temps va lui rendre justice et que son vrai visage d’ordure passera dans l’imagerie populaire…
        Enfin, ce n’est pas interdit de rêver.
        Que les français aient pu élire 2 fois un tel personnage en dit long sur l’endoctrinement des foules.

        Bon le temps se couvre et les grêlons promettent d’être de gros calibre.
        Mais finalement, nous n’allons recevoir que nôtre du.

      5. Sylvain Jutteau

        La mise au pilori par l’accusation de racisme est l’application du 4° principe de Münzenberg.

        Rappel des quatre principes de propagande de Willi Münzenberg :

        – Premier principe : l’émotion l’emporte toujours sur la raison.
        – Deuxième principe : en matière de communication, le mensonge est égal à la vérité.
        – Troisième principe : il est préférable de faire dire que de dire.
        – Quatrième principe : le débat est improductif, préférez déconsidérer l’adversaire pour le neutraliser.

        En y regardant de plus près, les trois autres principes sont aussi utilisés, ce qui est la marque d’une application efficiente des mécanismes de la propagande par le récipiendaire de la francisque.

        1. daredevil2007

          Intéressant, en effet! Tout ceci me fait penser à un autre grand ami des libéraux : Antonio Gramsci qui, me semble-t-il, tenait des propos tout aussi sympathiques 😉

  11. jean jacques

    oui le fn ne veut pas du pouvoir , sa position d’opposant est beaucoup trop lucrative pour prendre le risque de perdre cette manne publique
    stiegler a pris un bon coup d’astero H

  12. mominette

    De toute manière, comme il n’existe aucun libéralisme en France, le jeu consiste à voir les diverses gauches s’envoyer des boulettes de pain, à la grande joie de spectateurs vite contents, qui prennent des paris, et hurlent de joie quand une de ces boulettes tombe dans la soupe tomate de l’adversaire et l’éclabousse …

    Et comme il est mis « democratie » sur la porte d’entrée, tout le monde est content !

  13. Fergunil

    Je trouve Bernard Stiegler absolument admirable : il a fait 5 ans de prison pour attaque à main armée dans les années 70, mais il a enfin compris que ce n’était pas la peine de dévaliser des commerces pour s’enrichir et qu’il suffisait de pipauter en devenant fonctionnaire.
    Un homme réellement admirable de droiture et de probité! Je suis fier que mes impôts payent sa réinsertion

    1. Robert Marchenoir

      Merci de cet utile rappel. En somme, Stiegler est un vrai communiste qui a payé de sa personne en dévalisant les capitalistes. C’est un voyou, qui comme tous les voyous a des moyens intellectuels limités, mais qui est arrivé à décrocher une carte d’intellectuel officiel grâce à la perversion des universités d’Etat.

      Maintenant, au lieu d’être malhonnête avec l’argent, il est malhonnête avec la pensée. Mais toujours dans le but de promouvoir le communisme.

      Et pour répondre à un autre commentateur, non, ce n’est pas un « ad hominem ». Rappeler qu’un prétendu philosophe qui promeut une idéologie criminelle, le communisme, est lui-même un ancien criminel, c’est au contraire très éclairant.

      Un « ad hominem », c’est si je dis : vous êtes petit et gros, donc vos arguments sont faux.

    2. JS

      En fait il vole toujours l’argent des autres:

      « Depuis avril 2006, il dirige l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) au sein du centre Georges-Pompidou, institut créé à son initiative.

      Il est l’initiateur et le président du groupe de réflexion philosophique Ars Industrialis (« Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit ») »

      Mais maintenant c’est « légal »..

  14. NoName

    Merci H16, pour notre billet quotidien.
    Celui-ci est vraiment épique. Je relisais celui sur la lente agonie de l’éducation nationale et vraiment, si j’avais du pôgnon à jeter, je ferais financer Stiegler juste pour le plaisir de te voir malmener ce piposophe en chef.

  15. gem

    Quoiqu’il en soit, j’aimerai pas me prendre un coup d’électro-consumétisme débridé, et encore moins si il est doublé d’un coup fulguro synaptogénétique. Ca à l’air de faire drôlement mal.
    Rien que pour la vignette on doit dire merci à notre Stiegler national et néanmoins socialiste (et notre h16 ni national ni socialiste)

  16. Peste et coryza

    Logiquement, un homme condamné pour crime ne peut pas devenir fonctionnaire. Ni pour délit d’ailleurs, du moins tant qu’il n’y a pas prescription.
    Son attaque à main armée a du être labellisée « action politique revendicatrice de gôche » pour que ça passe…

  17. gem

    ce zozo devrait se demander pourquoi « Cela fait 30 ans que le monde intellectuel a cessé de penser et de critiquer tout cela. Une sorte de complicité moite et parfois même poisseuse s’est installée. ».
    Ce diagnostic est juste (encore que 30 ans c’est bien court : ça fait plutôt 70 ans, minimum), mais c’est un symptôme. Il n’y a pas de penseurs indépendant parce que l’état fait un dumping monstrueux en proposant gratuitement du prêt-à-penser : il sélectionne et payer les universitaire, les journalistes, les enseignants, etc. Il n ‘est pas interdit de penser autrement, non, mais c’est tout comme : les rares voix discordante sont noyées dans le brouhaha médiatique, qui ne permet l’émergence que d’un Obertone une fois tous les 5 ans, pour quelque jours.

  18. le_duff

    J’ai commencé à lire l’article sur Atlantico avec le teaser sulfureux qui va bien pour attirer le curieux… J’ai décroché aux premières balivernes que vous avez mis en avant!

    Bravo pour votre article, c’est pas avec des guignols comme lui que les idées extrémistes seront combattues. Même Zemmour, pas libéral pour un sou, a qualifié très récemment le FN de nouveau parti communiste…

    Sinon, à force de ne faire aucune réforme – on va voir ce qu’on va voir sur France 2 ce soir – Hollande a commencé à vendre les bijoux de famille : Vente de participations dans SAFRAN pour 1/2 Md. Si c’est comme ça qu’il veut faire 60 Mds d’économies…

    Je ne suis pas contre le principe de privatisations, bien au contraire, mais il faut assumer et comme Jospin, lui président n’en jamais évoqué un traître mot, on peut facilement parier qu’il ne dira rien ce soir.

    Je parle de cette news car je ne l’ai vu relayée en une d’aucun quotidien de gauche ou de droite. Vu l’importance, il me semblait pas nécessaire de laisser en tête de gondole des faits divers sans intérêt ou sordides ou les petites blagues de Sarkozy qui prouvent qu’il partage beaucoup de points communs avec François XVI comme le talent pour la blagounette…

    1. Porfirio

      J’ai également tiqué dessus, mais il faut dire que parmi toutes les boîtes dans lequel l’Etat a des participations, Safran reste celle qui a le parcours boursier depuis 2008 le meilleur (même au dessus de ses plus hauts de l’époque), alors qu’EDF, GDF ou Areva ont été singulièrement bien « massacrées » (et même Safran d’ailleurs), principalement, j’imagine, parce que les acteurs du marché ont réalisé que dans le cadre d’un fort endettement, des désengagements partiels (en plus de politik d’Etat à la Kon) étaient à venir et qu’ils ne feraient pas monter les prix (et ce, encore plus en rapport avec la hauteur de participation).

      Excellent billet H16, j’en ai presque pleuré d’émerveillement 🙂 . Le dit article est un bel exercice de circonlocutions avec un amer en prémisses complètement foireux. Tu m’étonnes que le type se perde en mer.

  19. Franciskus

    Donc, d’après ce monsieur, le FN est ultra libéral ; dans la mesure où le FN est un parti de fachos, on obtient le raccourci suivant : libéraux = fachos. Très subtil.

    Je me demande du coup si l’attaque fulguro poignante est vraiment contre le FN, et pas plutôt contre les libéraux, en tout cas indirectement. Si le gauchiste est antiraciste, il est aussi, et surtout, antilibéral.

    En France les deux mouvements politiques les plus ostracisés sont :
    – les nationalistes (socialistes ou pas)
    – les libéraux.

    D’ailleurs, le FN version Marine passe beaucoup mieux dans les médias depuis qu’il s’est socialisé.

    Doit-on en conclure que ce qui déplaisait aux médias (en partie) chez Lepen Père, c’était son côté libéral (certes très embryonnaire), et pas (que) son racisme ou son nationalisme ?

    1. Tea Party

      Je suis assez d’accord avec votre analyse. Le ‘’Menhir’’, était plutôt libéral, en tant qu’ancien député Poujadiste, terme vilipendé, devenu hautement péjoratif de part le rouleau compresseur habituel des médias bienpensants.

      Certes leurs ennemies jurés étaient les installations des premières grandes surfaces, mais déjà à l’époque, ils hurlaient (de façon musclée) contre le fisc confiscatoire, les partis dominants, l’état ‘’ prévaricateur ’’, l’Europe ! L’immigration, et étaient pour l’affirmation de l’identité française.

      Je n’irais pas jusqu’ à comparer comme le fit Robert Zaretsky sur le New York Times les Tea Party avec ce mouvement ! c’est couillu !! il va falloir lui présenter Bernard Stiegler pour que les deux fassent la paire.

      Quitte à me faire de nombreux ‘’ amis’’: les artisans, commerçants, petits patrons, seront toujours plus libéraux viscéralement, intrinsèquement, (même avant d’avoir lu, les thèses de nos glorieux anciens) car ils sont en premières lignes, de tout temps, les plus grandes victimes de l’étatisme, du fisc, des myriades de réglementations, du code du travail, de l’ URSSAF, du RSI ……. que nombre de théoriciens, agrégés, normaliens, qui eux sont des libéraux sincères, par idées, par analyses, mais pas en ayant les mains dans le cambouis, chaque jour que dieu fait.

      1. Lorg

        Je ne suis pas aussi optimiste que vous sur le côté « libéral » des artisans, commerçants et petits patrons. J’en côtoie beaucoup qui trouvent que l’on manque de dispositifs pour protéger leur activité. S’ils pouvaient interdire la concurrence (toujours déloyale) ils le feraient. Après, le côté nous payons trop de charges, les salariés ne veulent rien faire, les contrats de travail sont trop rigides etc… pourraient faire penser qu’ils sont libéraux mais attention les réflexes conditionnées sont très présents. Pour rigoler parler des autoentrepreneurs qui piquent le travail des artisans et après essayer de les faire déplacer pour un chantier à 100€, bonne chance.

        1. Robert Marchenoir

          Oui, c’est très frappant sur l’un des blogs du Figaro consacré aux entrepreneurs. Un paquet ahurissant d’entrepreneurs interviewés sont étatistes : ça va pas… gna gna… charges trop élevées… gna gna… réglementation étouffante… gna gna… par conséquent on veut des subventions / crédits d’impôt / grand plan Marshall de mécouyes / protections contre la concurrence… gna gna.

          Un jour, j’en ai vu un réclamer un statut spécial pour faire le boulot des fonctionnaires à leur place. Suivez-moi bien. Le crédit d’impôt-recherche c’est hyper-compliqué, il y a plein de formalités, on risque de se faire retoquer, etc. Donc, il y a des boîtes privées spécialisés dans le montage de dossiers de crédit d’impôt-recherche.

          Déjà, c’est vaguement parasitaire et improductif comme métier : le type qui ne gagne sa vie qu’en desserrant le frein à main que les fonctionnaires sont payés pour serrer.

          Mais tenez-vous bien : un représentant de ce type de boîtes réclame à l’Etat qu’il les autorise à valider les dossiers de crédit d’impôt à sa place, ce qui « ferait des économies pour l’Etat » (faux libéralisme), moyennant bien entendu une habilitation officielle qui en ferait des espèces de notaires de la niche fiscale (par ici la monnaie !).

          Réclamer à l’Etat la création d’un marché protégé à son profit, voilà la seule solution qui semble rester pour faire de l’argent dans spéhi.

          Mais le plus beau que j’ai vu sur ce blog, c’est le type qui, après avoir chouiné pendant des plombes sur la difficulté qu’il y avait à créer des starteuppes dans spéhi (OK, voilà un libéral), réclame à l’Etat la création d’une Grande Agence pour la Création de Starteuppes, agence qui, dans son esprit, devait naturellement être aux mains de… fonctionnaires (caramba, encore raté !).

          1. Lorg

            Voilà je croise les mêmes tous les jours. Je suis moi même dirigeant d’entreprise et syndicaliste patronal (CGPME) et je ne peux malheureusement que confirmer cette logique parfois au sein même de notre organisation patronale. J’ai entendu des discours navrants en particulier des représentants des petits commerces et parfois de patrons de PME industrielle, d’ailleurs le président du FN local dirige une PME qui réalise un tiers de son CA à l’export et il est contre la mondialisation paraît il ce gland.

    2. Théo31

      « Si le gauchiste est antiraciste »

      Le gauchiste est animé d’une condescendance bienveillante. Il aime les pauvres étrangers à la condition qu’ils restent pauvres et étrangers. Il trouve normal que des clandestins se fassent rançonner par des réseaux mafieux pour aller s’installer ailleurs. Il trouve normal qu’on entasse des pauvres étrangers dans des zoos rebaptisés HLM (où il n’habitera jamais) pour la bonne cause. Il trouve normal qu’on aille faire n’importe quoi en Afrique (arche de Zoé) parce que là-bas, tout est permis et devrait l’être. En revanche, il trouve abject qu’un paysan malaisien bosse pour se payer un écran plat et lui ressemble.

      1. YP

        Il trouve également tout aussi abject que quelqu’un d’autre puisse mieux réussir que Lui. Le gauchisme est une sorte de perversion narcissique. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Il est du côté du Bien.

      2. bob razovski

        « Il aime les pauvres étrangers à la condition qu’ils restent pauvres et étrangers »
        Un peu normal, dans la mesure où c’est son fond de commerce.

  20. Robert Marchenoir

    « Ainsi de nos jours tout ce qui semblait positif – les centrales nucléaires, la télévision, les automobiles, les médicaments anti-diabète de Servier, etc. – est devenu fondamentalement toxique. »

    Les voitures sont devenues « fondamentalement toxiques » (alors qu’elles ne l’étaient pas auparavant).

    Non seulement c’est faux, mais en plus ça ne veut rien dire. Et ce type est philosophe, titulaire d’un doctorat et chef d’un truc financé par le contribuable.

    S’il y a un truc qui est toxique, dans cette histoire, c’est bien l’Etat hypertrophié.

    1. hipparchia

      Il n’est pas philosophe, il est piposophe. Comme beaucoup, il prend le masque, mais ce n’est qu’un masque.

      Le philosophe, le vrai, n’aime que la vérité, et ne sortirait jamais un bouquin destiné juste, à vendre, auprès d’un public ignorant, le maintenant par là dans l’ignorance. Etre philosophe c’est avant tout une démarche, une certaine manière d’être et sous-entend une certaine forme de dignité. On ne badine pas avec l’idéal.

      Ce qui est agaçant, en tant que philosophe, c’est justement que ce type est à classer avec BHL, Badiou et consorts dans la case « sophiste », il vend la philosophie comme si c’était une pute ; résultat, les philosophes, les vrais, les purs, les durs, les tatoués passent pour des arrivistes alors que c’est tout ce contre quoi la philosophie s’élève.

      D’autant qu’en tant que, j’imagine, libéraux, vous devriez connaître le mécanisme de récupération -assimilation-rejet avec exhibition d’épouvantails prétendument acquis à la cause.

      Très chouette article, H16.

  21. Peste et coryza

    Peut être que ces choses sont devenues toxique à cause de l’action de l’état ?

    – centrales nucléaires : mal entretenus, black out total sur les stats
    – TV : plein de presstitués.
    – automobiles : objet de liberté devenu dildo fiscal (à, tel point que posséder une auto peut être une véritable séance de SM quand vient le calcul du nombre de chevaux fiscaux)
    – médocs Servier : détournés de leur usage initial.

  22. skunker

    Le libéralisme c’est le mouvement des riches apatrides conspirateurs sans visages qui font rien que d’essayer de déréguler l’économie mondiale pour pouvoir profiter des petites gens et s’en mettre plein les poches. Ils sont à l’origine de la crise, de la corruption, des échecs du socialisme, des chutes de météorites et des orphelins qui ont froid l’hiver. D’ailleurs Pandore était libérale.

    J’ai bon ?

      1. tn

        Ah bah non.
        On ne mange que les enfants communistes. Les autres, on leur fait coudre des baskets dans nos caves. C’est de meilleure rentabilité.

        1. gem

          oui mais on sait bien que ça les rend communistes, du coup on peut les manger quand on veut.

          Et puis il a aussi oublié que nous sommes d’affreux pédonazis terroristes d’internet, et qu’il faut nous surveiller de près.

          1. Aristarque

            et qui font rien que de raconter n’importe quoi, ce qui exaspère le grand défenseur de la liberté de la parole autorisée qu’est Laulau, le pote à H16.
            Non, le Laulau ce n’est pas Fafa mais le (affreux) Jojo!

        2. Aristarque

          Oui mais ce matériel s’use et il faut qu’on reste à la pointe de la technologie.
          Donc, on pratique l’obsolescence programmée et comme il faut recycler pour respecter Gaïa…

          1. Fll

            Vous avez oublié que l’on crève les yeux des chats et qu’on s’en sert aussi comme godasses, mais le chat vivant. (ceci dit, pour une fois qu’un chat sert à qq choses 😉 )

      2. Aristarque

        Et quand on veut se changer les goûts, on se fait quelques grillades de hamster doré pique-prunes dont la viande est parfumée grâce aux scarabées géants qu’ils dévorent en les disputant aux crapauds. Ou alors un ragoût de castor avec des rondelles de couleuvre saisies sur lit d’escargots. Humm, un délice!

      1. gem

        Non, ça c’est faux. Les chatons sont de deux sortes :
        * les communistes. Ceux-là, on les mange, comme les bébés communistes qu’ils sont.
        * ceux qui ont ouvert les yeux. On ne va pas les énucléer, quand même, ce serait de vice que d’en faire, de nouveau, des communistes. Si ?

          1. skunker

            Vous avez des voitures de libéraux : grosse au possible, impossible à manœuvrer en ville, mais tellement bien polluante monoburne).
            Les libéraux ne meurent que de combustion spontanée, on ne retrouve que des cendres dans vos chaussons en chatons même pas brûlés.

          2. skunker

            Vous avez des voitures de libéraux : grosse au possible, impossible à manœuvrer en ville, mais tellement bien polluante monoburne).
            Les libéraux ne meurent que de combustion spontanée, on ne retrouve que des cendres dans vos chaussons en chatons même pas brûlés.

            (Mon premier post à été amputé du corps, restait la première et la dernière phrase. Vous voyez, on ne peut même pas divulguer la vérité sur le libéralisme, vous contrôlez même le web !)

  23. Martin-Lothar

    Je cite : « Le facteur d’improbabilité des issues est alors extrêmement grand, ce qui fait que tout est possible à travers le jeu de grandes tendances. »
    Arf ! Fouchtra de saperlipopette ! C’est du grandiose là !
    Je copicolle ; j’imprime en A3 ; j’encadre doré et j’accroche le tout au dessus de mon lit dans lequel je mourrai enfin de rire. Merci Haschtable.
    Je pense que même notre germanopratin et néanmoins naZional jean-foutrissime BHL, même flambé ou déglacé au cocktail canabo-vodka, ne sera jamais capable de chier un pet-troll d’une telle vacuité.
    À n’en point douter : ce Bernique est un disciple du philosophe grec SODOMOSE DE DYPTÈRE dont j’ai évoqué les aventures et l’oeuvre. (CF lien sur mon pseudo)
    Bien à vous.

  24. Peste et coryza

    C’est plutôt l’oligarchisme attalien que vous décrivez…

    Historiquement, les sociétés que l’on peut qualifier de libérales étaient surtout des petites entités politiques, avec une population constituée surtout d’artisans, de paysans et de marchands.
    Le libéralisme a plus à voir à priori avec le paysan du coin et le patron de PME que avec Bernie « Print » et sa bande de lascars.

  25. RTP

    Mettons que je sois piposophe et fier de.
    Il me faut vendre mon prochain bouquin. Pour cela, il faut que je sorte un truc nouveau, un truc qui surprenne mes lecteurs habituels (qui sont bêtes tellement ils m’adulent).
    La base : FN = Méchant pas beau
    Qu’est ce qui est aujourd’hui « Méchant pas beau » ? : L’ultra libéralisme.
    A partir de là, je vais travailler (si si. Je dépense des calories pour ça) afin de monter un livre où chaque élément pioché ici et là qui illustrerait la formule « FN = ultra libéral » sera mis en valeur. Ceci afin que tous mes fan (qui sont décidément bien bêtes) soient persuadés que je fais bien là et une démonstration et de la pipo… philosophie. J’en ressors plus grand, ils en ressortent persuadés d’être plus intelligents.

    Reste à trouver à faire ici et là quelques interview avec des journalistes complaisants, si possible qui n’aiment pas le FN, et hop. A moi les euros.

    1. le_duff

      En fait certains « experts », « polémistes » etc ont inventé tout une gamme de préfixes à accoler à « libéral ».

      Donc on a le néo-libéral, l’anar-libéral, le facho-libéral mais le pire du pire, le terminator, l’ultra-libéral. Lui il faut changer de quai quand il se pointe…

      Une société dans laquelle les médias se posent encore la question qui était le plus vilain garçon entre Hitler et Staline avec cette phobie du libéralisme est une société bien aliénée…

        1. duff

          Exactement, à ceci près que cette diarrhée mentale est bien plus qu’une croyance : C’est une foi, donc un sentiment religieux. C’est comme ça que j’explique cet aveuglement vis à vis des faits qui se traduit par une soumission aux axiomes suivants : Les français veulent un Etat protecteur, l’industrie française est victime de la mondialisation, à Bruxelles on s’évertue à nuire à la France, la dérégulation financière a conduit à la plus grande crise financière jamais vue (=c’est la faute du libéralisme). etc…

        2. NoName

          le plus drôle, c’est que pendant très longtemps, le juif a incarné, pour les socialistes, l’incarnation du libéralisme; et pour les nationalistes, il représentait le socialiste. Dans tous les cas, ils étaient foutus !
          Enfin, ça montre la qualité de ces deux idéologies, qui sont basées sur le même modèle et qu’un bon coup de pipotronic suffit à interchanger: bougeois = étranger; prolo = patriotes. Attention cependant à capital apatride qui est un invariable.

          Socialiste, nationaliste, même combat: plus de collectif, plus de boucs émissaires, moins de liberté.

  26. JS

    Très bon billet. Perso ce qui m’avait frappé en lisant le programme du FN lors de la présidentielle était la grande ressemblance frappante avec celui du FDG ou du PS.

    On était vraiment à fond les manettes dans le social-clientélisme

    1. Nemrod

      C’était frappant en effet.
      Aucune alternative dans cette contrée…je n’ose plus dire pays.
      C’est mort.
      A moins que h16 ne se lance.
      Non trop tôt !
      Il faut attendre, il faut que le pourrissement soit total pour faire un bon terreau.

    2. hussardbleu

      Evidemment…. les classes dangereuses ne vivent plus que de sportules (et je ne parle pas de foutebolle) et de trafics…. sans oublier les alcooliques, car comme disait ce bon Oscar « work is the curse of the drinking classes »…

  27. Martin-Lothar

    Tiens mon premier com s’est perdu dans la bataille, semble t-il…
    Pas grave H16 (ce n’est pas parce que c’est Pâques que les cloches comme moi sont indispensables)
    Hold on
    Bien à vous

      1. Martin-Lothar

        Oui, oui, perdu parce qu’au ressac ta machine infernale m’a accusé de doublonner !
        Mais bon, t’inquiète pas, c’était sûrement très nul.
        Cela étant, H16, bravo et tiens bon face à tous ces moutons enragés et leurs crétins de bergers festifs (comme disait Philippe, Muray, pas Auguste) et panurgiens (comme disait François, Rabelais, pas Hollande, pff !)
        Bien à toi.

  28. hipparchia

    Et comme je répète toujours à mes élèves : « Libéral : qui convient à l’homme libre, ça va rentrer bordel ? »

    Je vais préciser, toutes fins utiles, que ce n’est pas de la propagande puisque libérale, je ne le suis pas. Mais les cerveaux français ont une telle couche de crasse sur cette question, que forcément, je sors la serpillière.

    1. hussardbleu

      Larvatus prodeo ? c’est plutôt cartésien, mais je ne vois pas en quoi Drumont ou Rochefort étaient masqués : il me semble au contraire qu’ils annonçaient franchement la couleur, à une époque où l’on ne craignait pas les mots, et où le duel était une façon rigolote de trancher les controverses personnelles….

  29. Fabrice Descamps

    Merci pour cet article qui m’a fait HURLER de rire.
    Passant une bonne partie de mon année à l’étranger, je suis frappé, chaque fois que je reviens en France, par la religion « étatolâtre » dans laquelle communient droite et gauche françaises. Grosso modo, « libéral » veut dire « méchant » en français contemporain. Du coup, la France est incapable de diagnostiquer les maux qui l’accablent et qui sautent aux yeux de n’importe quel étranger. On en viendrait presque à parler, dans le cas de notre pays et pour parodier Marx, d’une « camera obscura » qui nous fait systématiquement voir à l’envers ce que l’Allemand même le moins lucide voit à l’endroit. Par exemple qu’il vaut mieux payer un chômeur à travailler plutôt qu’à ne rien faire. Mais non, pas en France, « c’est attentatoire à sa dignité », m’a répondu un ami socialiste. Gott behüte uns. FD

  30. Nemrod

    Quand Hussard nous a révéler qu’il écoutait Rance Inter, je me suis senti merdeux.
    Il ne sera pas dit que je laisserais un camarade seul dans l’étude du Malin.
    N’écoutant que mon devoir, je me suis collé devant Moudugenou hier soir.
    Mon épouse m’a sanglé devant mon fauteuil pour que je tienne; 2 lexomil et 1 prozac n’ont j’espère pas trop alteré mon jugement.

    Ben, finalement, c’était pas si difficile…
    Quelques moment de franche rigolades m’ont permis de ne pas me noyer dans un océan d’ennui et de platitudes.
    – la vision du neo gominé a teinture aile de corbeau et de son serveur de soupe seuls dans une grande salle : 2 playmobiles dans un garage vide.
    – l’allure martial de moiprésident qui lui aussi va aller chercher la croissance avec les dents aussi certainement que DSK avec les strings.
    – le meilleur : le trémolo dans la voix en évoquant les soldats du Mali.
    « vous avez les yeux qui brillent en en parlant » dixit le fier journaleux.
    J’ai cru qu’il allaient se rouler une pelle …alors là j’ai vomi.
    Il y a des limites à la résistance humaine.

    1. hussarbleu

      très amusant, ton petit CR, mon ami ! et ce n’est pas en raison de nos liens d’amitié que je le dis… Je n’ai pas regardé, naturellement (j’ai fermé la TV chez moi depuis plus de 25 ans…) mais j’imagine la scène, surtout « les yeux qui brillent », on dirait que c’est tiré de « Quai des Brumes »….

      1. Nemrod

        Merci HB
        Tu le sais, la « boite à mensonges » n’est plus allumée chez moi que pour le Foot ( chacun son addiction honteuse) et Seasons ( encore un vice épouvantable); autant dire que la touche 2 de la télécommande est toute neuve.
        Je reconnais bien là ton imagination fertile pour perçevoir le neanderthalien Pujadas en Gabin et l’incernableMoudugenou en Morgan.
        Ce qui est certain c’est que c’était bien du cinoche.

  31. johnny_rotten

    Consternant le show TV de l’imposteur Hollande.
    Rien, le vide absolu.
    Il ne tient que grace à ce noyau dur d’environ 30% de « satisfaits » que nous révèlent les différents sondages d’opinion.
    Parmi ces « 30% » (nombreux sont encartés au PS) on va retrouver toutes ces raclures qui ne connaissent pas l’angoisse des autres travailleurs de savoir si en septembre leur boite ne sera pas liquidée.
    Ces « 30% » ,eux, ils vont partir en vacances en toute décontraction puisque leur poste reste tenu au chaud grace à l’argent gratuit des autres.
    les Français ne supporteteront plus longtemps cette oligarchie qui soutient un régime deliquescent.

  32. duff

    Sur l’intervention de Hollande:

    Marine Le Pen, présidente du Front national : « On retiendra cependant l’annonce d’une nouvelle augmentation probable de la durée de cotisation des retraités, et une accentuation de la politique ultralibérale dans beaucoup de domaines. »

    Moi j’ai entendu un socialiste qui a tenté de me vendre des solutions socialistes qui ne marcheront pas et en rien libérales…

  33. Chaufroi

    C’est le fond du problème. Tous le monde parle du libéralisme sans rien en connaître.
    Dans l’imaginaire des gens ce sont de gros méchants qui ne veulent aucune règle à fin de manger du prolo et se faire un max de blé.
    Et c’est vrai que le libéralisme est dure à comprendre car tous nous avons été conditionnés des le plus jeune âge à compter sur l’état comme sur une seconde maman . La Suisse a refusé de justesse il y a quinze jours en votation populaire la mise en place de crèches pour tous par l’état.
    Les commentaires étaient unanimes.Cex qui étaient contre étaient soit contre les familles soit contre le travail des femmes.
    Pas un seul média pour comprendre que peut être certains votants dont je fais partie était juste contre le principe de déléguer cette tâche à l’état.
    Le principe de mise sous tutelle du citoyen est moin avancé en Suise que chez vous. Mais le conditionnement est tel que nous allons bientôt vous rattraper.
    Personne pour réaliser que notre situation très enviable vient peut être du fait que pour l’instant nous sommes encore une société plus libérale que nos voisines

  34. bismarck

    Peu m’importe que le FN soit ultra-libé, socialiste, anti tout ce que l’on veut du moment que son programme consiste à en finir avec l’immigration-invasion extra-européenne de remplacement.

    Je veux bien être pauvre et ruiné ou remonter aux conditions de vie des années 50 mais en retrouvant un environnement culturel et ethnique qui est le mien.

    Pour cela, la vision du Général de Gaulle sur ce qu’est la France et sa composition ethnique, est la mienne totalement.

    Vous êtes nazi, communiste, écologiste, royaliste, .. et prônez l’éradication des colons muzzs et subsahariens ? C’est où qu’on signe?

  35. Lord Jordan C. Black-Mohr

    « À tout hasard, j’encouragerai cependant Bernard à propulser l’une de ses tempes sur un coin de table : le sentiment d’exister, même très très perdu, reviendra alors très très vite. »
    \m/ (>.<) \m/ Purement jouissif! On devrait aider tous les pseudo-philosophes à faire de même, la puissance de l'accompagnement de leur boite crânienne étant à l'appréciation de chacun, en fonction de l'agacement. prévoir de quoi faire le ménage, quand même. C'est salissant si on y met trop de coeur! X)

  36. Njpa

    Temps de crise, suffit de lire les commentaires pour voir la vague de commentaires d’extrême droite voire carrément nazis qui déferle.

    « Ceux qui oublient le passé sont condamnés à le revivre.  » Ouvrez les yeux, éteignez vos TVs et allez au-delà de vos préjugés débiles. Essayez d’apporter une solution aux problèmes à votre échelle au lieu de vous plaindre et de tout rejeter sur « les zétrangers ».

    La politique n’est pas la solution. Tous les partis sont là par intérêt et remplissent un électorat. Les politiques ne changent plus rien et ne changeront plus JAMAIS rien tant ils sont dépassés/in-intéressés par les réalités de 2013

  37. Pierrej

    Dans son intervention indigente sur Mediapart face à O. Todd (fidèle à sa dissert sur Atlantico), B. Stiegler a commis un lapsus qui en dit long sur la haute idée qu’il se fait de lui-même: “Dans les années 70 la révolution conservatrice a liquidé tout ça (le progressisme…) et il y a eu une désertion de ces questions pratiquement par tous les grands intellectuels, moi compris… enfin, je ne me classe pas parmi les grands intellectuels!…” .

  38. Calvin

    Bon, un an et quelques mois plus tard, les masques tombent.

    Le FN, c’est du socialisme.
    Le FN, c’est la transition énergétique qui crée de la croissance et du travail pour des myons de français (blancs).
    Le FN, c’est le remplacement du sabir par du sapir.

    Il n’y a même plus la volonté de se différencier de l’UMPS.

    http://www.challenges.fr/economie/20140522.CHA4170/marine-le-pen-nomme-un-ancien-sympathisant-du-ps-conseiller-economique.html

    Il ne lui manque qu’un slogan à Marine :
    « Le changement, c’est maintenant, depuis trente ans »…

  39. pouf pouf

    national socialisme, il n’y avait pourtant jamais eu de doute. C’est une question liguistique uniquement, extrème droite, extrème droite, extrème droite, comme quelque chose qui irait de moins l’infini à plus l’infini en passant par maintenant, le point zéro de la démonstration. Nous formons des imbéciles à n’être que des imbéciles pour le plus grand bonheur de l’appareil, national socialiste, socialiste ou extrèmement socialiste…

Laisser un commentaire