Une SNCF à l’agonie

Il y a comme un petit parfum de déroute à la SNCF, cet effluve nauséabond de décomposition qu’il devient de plus en plus difficile de camoufler derrière des slogans moelleux et des logos aux couleurs vitaminées. Et à l’heure d’internet, il suffit de taper le nom de l’entreprise nationale de problèmes sur rails dans un moteur de recherche d’actualité pour découvrir l’ampleur de la gangrène.

wanted : wagons de fretBien sûr, si l’on parle des problèmes récents de la SNCF, on ne peut s’empêcher d’évoquer le consternant défi lancé en interne par la société pour retrouver plus d’une centaine de ses wagons perdus en pleine nature. On pourrait croire à une blague. Ce n’en est pas une mais plutôt une facture, aux frais du contribuable : oui, la Société Nationale de Chemins de Fer a égaré 150 wagons de plusieurs tonnes chacun, objets captifs par définition puisque sur des rails, et sur un réseau dont on peut naïvement supposer qu’il est connu de l’exploitant. Il faut parfois prendre quelques secondes pour bien saisir toute l’ampleur de la médiocrité fondamentale qu’il faut déployer pour arriver à paumer d’abondantes dizaines d’objets relativement larges, lourds et très peu maniables, et ce depuis plusieurs années (866 jours !) ; on a bien du mal à écarter de son esprit les images en noir et blanc des années 70 où une Union Soviétique paumait, elle aussi, des chars, des sous-marins ou des trains entiers à la faveur de gabegie, d’incompétence ou de détournements mafieux.

Mais finalement, cette histoire (pitoyable) de wagons perdus est, au regard du reste, anecdotique. En effet, si la société nationale avait, dans sa colonne crédit, suffisamment d’éléments pour compenser, on pourrait presque rire des petits égarements de facétieux wagonnets. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Comme je l’évoquais dans l’introduction, il suffit en effet de pousser un petit « SNCF » dans un moteur de recherche d’actualité pour saisir la profondeur des problèmes.

Par exemple, on apprend que, le 26 mars dernier, des cheminots, encadrés par la CGT Cheminots, étaient en grève du côté de Metz pour rouspéter contre la casse du service public et du fret et la fin des lendemains qui chantent.

Par exemple, on apprend que la CFDT Cheminots vient de lancer une alerte économique sur le fret, pleurnichant sur la baisse d’activité et la dette toujours plus grosse de cette branche d’activité de la SNCF.

Point intéressant, le porte-parole du syndicat explique :

« Nous constatons que, malgré les restructurations entamées il y a plusieurs années, la situation financière de cette activité continue à se détériorer »

Et bing le train !Bien évidemment, le fier syndicaliste n’évoque pas trop le fait que le service offert par la SNCF en matière de fret soit trop cher, qu’il perde un peu des wagons de temps en temps, et que, d’un autre côté, crise aidant, les volumes transportés, dans le secteur automobile, les carrières et l’acier, très gros clients du transport ferroviaire de marchandises, continuent à baisser. Pour lui, le nouveau ministre des transports devra assurément se pencher sur le dossier du sauvetage du fret ferroviaire. Et puis c’est tout.

Par exemple, toujours en se servant de ce maudit moteur de recherche d’actualité, on trouve d’autres pépites, encore à propos du fret : non seulement cette branche de la SNCF accumule des pertes épiques depuis des années, non seulement les volumes diminuent, mais tout ceci se déroule alors que l’entreprise nationale fait absolument tout pour mettre des bâtons sur les rails de la concurrence directe, bâtons qui lui ont valu une amende de 60,9 millions d’euros. Ce qui signifie que sans ces petites crasses illégales et d’un bien mauvais-joueur, les résultats franchement mauvais de la fine équipe du fret seraient catastrophiques (SNCF, oui, c’est possible).

Si vous commencez à voir comme un motif récurrent se détacher de ces faits divers et variés, ce n’est pas complètement fortuit. Motif qui prend des contours plus précis à mesure que se poursuit notre voyage dans les entrailles des actualités consacrées à la SNCF et qu’on tombe, un peu stupéfait, sur la dernière proposition en date de l’entreprise pour régler quelques petits soucis de circulation : pour lutter contre la saturation de son réseau en Île-de-France, la SNCF propose aux entreprises de la région et sans se tacher le slip de modifier leurs horaires d’embauche, en échange de baisses de tarifs.

L’idée est de dé-saturer les trains des heures de pointe (de 7h30 à 9h00 et de 17h00 à 18h30), bondés à plus de 150%, afin de reporter une partie de la charge correspondante dans les horaires adjacents où l’occupation des trains peut chuter jusqu’à 40%. Oui. C’est mignon tout plein, sauf qu’évidemment, il ne va pas se trouver tant d’entreprises et d’individus que ça prêts à se déplacer plutôt dans la tranche 5h30-7h30, ou rentrer entre 18h30 et 20h00. Parce qu’évidemment, la tranche 9h00-10h30 est un peu amusante mais pas très crédible, et la tranche 15h30-17h00 à peu près réservée aux fonctionnaires… Eh oui : si les gens, bêtement, se déplacement majoritairement à ces moments là, c’est parce que les entreprises ouvrent et ferment leurs portes en même temps. Et si elles le font, c’est parce qu’économiquement, c’est ce qu’il y a de plus logique : difficile de coordonner le travail des gens lorsqu’ils ne sont pas encore arrivés ou qu’ils sont déjà partis.

Là encore, tout comme il fallait prendre quelques secondes pour essayer de comprendre comment la SNCF avait perdu 150 wagons, un petit instant de saine réflexion est nécessaire pour bien saisir l’ampleur de la fumisterie qu’on essaye de nous faire passer pour parfaitement normale, voire réfléchie.

En effet, ici, un service public est en train d’organiser, assez mal d’ailleurs, la gestion d’une pénurie : celle des trains de banlieue d’un côté, et du nombre de lignes de l’autre, qui lui incombent directement. On m’objectera que construire une ligne n’est pas simple. Je répondrai que la saturation actuelle n’est pas arrivée, brutalement, dans la nuit du 20 octobre 2012 vers 23:12, mais qu’elle est le résultat d’une absence complète de politique de gestion des passagers sur l’ensemble de l’Île-de-France depuis au moins une vingtaine d’années. J’ajouterai que l’état général du trafic routier, consciencieusement saboté par les élus débridés et les khmers verts décérébrés, a largement contribué à cette saturation catastrophique. Élus inconscients, écolos excités, managers incompétents, syndicalistes déchaînés, le tout barbouillé d’argent des autres : voilà un cocktail efficace pour un merdage en cinémascope.

Enfin, on ne peut que bondir à l’inversion logique de la relation client/fournisseur qui constitue la marque de fabrique de la soviétisation galopante dans laquelle est rentrée la société française en dandinant du croupion : ce n’est plus au service (du) public de s’adapter aux clients, mais aux clients, déjà largement bafoués, de s’adapter aux petits soucis de l’entreprise publique.

ideesncf

Tout montre à l’évidence que la SNCF a maintenant complètement abandonné toute prétention à un service public de qualité, ou à un service public, ou même à un service tout court. Ils consentent à faire rouler des petits trains ici et là, avec à peu près tous les wagons, parfois, globalement dans la bonne direction, et autour des horaires annoncés. Cette entreprise ne fait plus parler d’elle qu’au travers de la pile de problèmes qu’elle amasse : des vols de plus en plus spectaculaires (7 km de câble, bordel ; une tonne de cuivre !), la gestion du fret dans un état quasi terminal, la sur-saturation des transports en commun dans la zone parisienne, les grilles tarifaires incompréhensibles, et surtout, surtout, les grèves permanentes et systématiques pour tout propos et hors de propos.

Pas de doute : la SNCF vit, très probablement, ses dernières heures, qui, à l’évidence, s’annoncent douloureuses.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : 15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB
 

Commentaires171

  1. infraniouzes

    Pour illustrer l’état déplorable des cerveaux qui dirigent cette grande entreprise, on se souvient qu’un génie (?) de la gestion avait trouvé bon de supprimer les contrôleurs d’accès aux quais. Donc tout un chacun peut se rendre sur les quai pour accompagner ou attendre un voyageur. Mais les voyous, les malfaisants, les truands avaient tout de suite compris l’aubaine; ils mettaient dans la soute à bagages une énorme valise bourrée de ce que vous voudrez et à l’arrivée un comparse venait récupérer le colis sans avoir payé un ct. On a remis des palanquée de petits jeunes en casquette sur les quais pour lutter contre ces pratiques mais laissez moi douter de leur efficacité…
    Et pour terminer je me réfère à une émission d’Arte sur les trains dans le monde. Au japon, conducteurs en uniformes impeccables, gants blancs, trains propres, personnel accueillant et aimable, horaires respectés… Mais c’est au Japon, il est vrai, pays exotique et lointain à la culture bizarre et incompréhensible…. Laissons les faire, ils ont forcément tort…

      1. jacqueshenry

        Effectivement il y a la JR au Japon qui est un assemblage strictement administratif d’une multitude de compagnies privées et d’autres compagnies qui gèrent de manière autonome leurs trains. Pour le métro (du grand Tokyo) c’est la même configuration. Les voies sont également entretenues par des compagnies privées et leur financement est fait au prorata de l’utilisation de ces dernières par les dites compagnies privées. quant à la qualité du service, il est difficile de trouver mieux au monde mais l’esprit citoyen et respectueux de la chose publique fait partie de la culture japonaise. Avant d’en arriver là dans d’autres pays, il faudra des générations … on peut tout de même rêver (commentaire en direct de Tokyo).

    1. Istvan

      @infraniouzes : en parlant du Japon, un petit documentaire que la mère Taubira serait inspirée de visionner : http://www.youtube.com/watch?v=BJp9nKaO7c4 .
      8 gardiens, non armés, plus de 1000 prisonniers et ZERO problèmes de discipline, des prisonniers qui semblent pour la plupart d’entre eux réaliser leur égarement, un taux de récidive anecdotique… et l’imposition d’une structure forte qui leur apprend le vrai respect bien mieux que les cours de musculation et de karaté des prisons françaises (d’ailleurs voilà là une idiotie bien gauchiste : les mecs rentrent comme des crevettes et sortent avec une ceinture noire et 20 kg de muscle en plus. Bravo. Intelligent.).

      1. Kevin

        Si je puis me permettre, le Karaté, lorsqu’il est enseigné correctement mets en avant certaines valeurs dont les prisonniers auraient bien besoin. Honneur, respect, contrôle de soit, humilité, sincérité et courage.
        Le karatéka est toujours l’attaqué et non l’attaquant.

        1. Istvan

          Pour en avoir moi-même fait un certain nombre d’années, ce que vous dîtes dépend grandement de votre propre personnalité. Il existe beaucoup d’autres façons d’inculquer ces valeurs. Le problème des sports de combat c’est que si le respect et les valeurs ne sont pas transmises, le muscle et la techniques sont eux, bien pris.
          Les karatékas, c’est comme les chasseurs, les écolos etc. : « y’en a des biens »… mais y’en a aussi des cons.
          Votre discours, en le poussant un peu, revient à dire « Le fait de porter une arme et de savoir s’en servir apporte de la stabilité et de la responsabilité ainsi qu’un respect profond pour la vie. Je propose de confier un port d’arme à chaque prisonnier de sorte à le responsabiliser et lui apprendre le respect. » Le souci c’est que si le respect n’est pas passé, leur arme elle, ils l’ont bien entre les mains.

          En fait, pour moi, un taulard devrait sortir de prison soit comme une crevette soit comme un obèse. Tout sauf un mec gaulé comme un tank et capable d’escalader une façade jusqu’à la fenêtre du 5 ème étage sans se servir de ses jambes… 🙂

    2. YP

      En Allemagne, il n’est pas nécessaire de composter le billet qui est valable 48 heures, pas besoin non plus de réserver sa place dans un ICE : si vous avez raté celui que vous avez prévu, vous montez dans le suivant. Et pour aller à Paris, il vaut mieux prendre un ICE au départ de Sarrebruck qu’un TGV au départ de forbach (billet 30 à 60% moins cher, parking à 32€/semaine.)

      Tout cela semble trop compliqué pour les français…

      1. Istvan

        Moins flagrant comme exemple mais en Allemagne, les animaux de compagnie voyagent gratuitement. En France, un chien de 15 kg qui dort entre vos pieds a besoin de payer une place adulte demi-tarif… sans avoir de place assise.

        1. llg

          c ‘ est exact j ‘ ai un chien de 25 kilos qui paye 50% ça m ‘ ennuie..mais je pense que la sncf le fait plus pour éviter le surnombre(vous imaginez 5 ou chien par voiture..) de plus la france est avec la grande -bretagne le pays ou il ya le + d ‘ animaux de compagnie…en gb ils sont interdits sauf pour les aveugles.donc l ‘ allemagne peut donner la gratuité..ç a concerne pas grand monde..

      2. llg

        vous oubliez de préciser le mode de fonctionnement des allemands respectueux du matériel,du controleur( qui n ‘ est pas vu comme un ennemie, meme quand il y a greve:aucun train qui circule ,pas de service minimum garanti,payé 30 pour cent plus cher que son homologue français)..pas besoin de compostage et de réservation car fraude pratiquement absente(loin de notre individualité si chére aux français ..et puis quand on es t allemand et que le train est complet on en dezscand..civiquement et on ne s ‘ entasse pas à la française les uns sur les autres…bref si on veut comparer une situation,sociétes comparons les modes de fonctionnement..et choississssons dans quelle société on veut vivre..mais le francais est tellememnt zchizo.. il veut tout et son contraire sans assumer ses choix…

        1. Sylvain Jutteau

          Je reviens du Japon et n’ai vu aucune séparation, ni dans les trains, ni dans les métros aux heures où j’ai circulé.

          Il parait que cette peut exister aux heures de pointe, mais c’est lorsque l’on est compressé.

          Par ailleurs, j’ai eu le bonheur de voyager avec trois jolies femmes occidentales, et aucune n’a été importunée par un geste ou même un regard déplacé.

          Evitez de sous-estimer la courtoisie exquise des japonais; votre propos humiliant est la manifestation d’une connaissance trop livresque.

          Grosses Bises.

    3. channy

      Essayez les chemins de fer indien vous m’en direz des nouvelles..ponctualité inexistante, des wagons d une saleté repoussante( je parle en norme d’hygiène occidentale,) wagons surpeuplés, vols fréquents etc…bref un vrai condensé de la SNCF mais en pire.

      1. bruno

        Voilà qui est typiquement français, regarder plus bas et se contenter de notre fange, plutôt que de regarder en haut pour s’améliorer.

        1. DiasW

          Quand j’ai appris à conduire avec le moniteur de l’auto-école, il m’a dit de toujours regarder la route, car on dirige toujours le volant vers ce que l’on regarde.
          La gauche française (et une grande partie de la droite) regarde toujours en direction des plus démunis (les pauvres, les pauvres, les pauvres, comme une obsession maladive, je dirais catholique mais la gauche se prétend anti-cureton) de sorte que la société française se paupérise.
          Coïncidence ? Absolument pas. On est dans la tragédie du volant, à 100%.

      2. llg

        ou essayez les trains italiens vous ne serez pas déçu..un condensé de fellini..bref ce que je trouve étonnant..c ‘ est que les français-j ‘ en suis un-se plaignent tout le termps de la sncf ou autre…mais finalement que faites -vous pour changer la donne?..rien ..le changement ne vient pas du haut mais du comportement de la base…
        pour en finir avec la sncf..bizarrement elle remporte des marchés internationnaux..et est plutot bien coté..elle gère le :metro de melbourne,des bus canadiens ,des tramways..regardez la liste des entreprises de transports et services à travers le monde sa filiale KEOLIS -ils sont pratiquement tous cheminots à statut;;ET POURTANT..une derniére précision..comparez le modalités de remboursement et échanges des billets-en allemagne un billet n ‘ est ni échangeable ,ni rbsable à partir de 24h avant départ meme en tarif normal..- ainsi que la prise en charge des retards entres pays..vous serez trés surpris..la ou la sncf indemnise à partir de 30 mns de retard les montants d ‘ indemnisation sont beaucoups généreux.chez ses homologues européens…..es ne le font qu ‘ a partir d ‘ une heure..que pensez -vous qu ‘ ils se passera lors de la mise en concurrence..à quel curseur s ‘ adaptera la sncf..je vous laisse méditer..

        1. Il n’y a rien à méditer. Pour pratiquer régulièrement d’autres trains que la SNCF, dans différents pays, force est de constater que la compagnie nationale française fournit un service médiocre, pour des tarifs farfelus, des conditions de transports moyennes et des horaires rarement tenus. Qu’elle remporte des appels d’offre à l’étranger n’est pas non plus un critère puisque ses prix sont alors tirés vers le bas, le déficit créé étant payé par le contribuable français. Le bilan est extrêmement médiocre, avec un abysse de dettes qu’on traîne depuis des années.

          1. hussardbleu

            Il n’y a pas de crise des vocations dans l’Eclisse post-conciliaire, ni à la SNCF… de même qu’il n’y a pas eu d’incidents avec les urgentistes, ni de pillage des victimes… ni de sifflets et huées pour Mollande : juste un accueil un peu Rude… ce qui est normal est passant sous l’arc de triomphe…

            Alors, ces vacances ?

          2. Aristarque

            Nous sommes nombreux, très vraisemblablement, à attendre (plus que seize jours), le billet du 01er Aout…
            Une chose est sûre, c’est que le choix ne sera pas restreint, tellement les conneries continuent à s’amonceler sous le soleil de France…

    4. Robert Marchenoir

      Oui, et en plus le Japon est un pays raciste, ils ne veulent pas d’immigrés et ils tiennent à la pureté de leur race. De là à imagnier qu’il y ait un rapport avec la paix qui règne dans les trains…

    5. llg

      vous oubliez de préciser que cela à un cout ..l’ equivalent de la sncf au japon est la société ferroviare la plus endettée au monde..8 à 9 fois l ‘ équivalent français..une fraude quasi-inexistante tandis qu ‘ en france c ‘ est un sport national..des achats majoritairements sur tablettes ,téléphones quand les français ralent parce que telle boutique-non rentable -ou point de vente sncf ferme-sans compter la pression politique locale de droite comme de gauche..certes beaucoups de choses à dire concernant notre sncf..mais finalement à l ‘ image du pays et de ses habitants..les archaismes de comportement sont des 2 cotes..

  2. Guillaume_rc

    On peut aussi ajouter à cette liste la poilade absolue du déménagement de la Sncf.
    Eh oui les cadres sont inquiets à l’idée de quitter Montparnasse pour St-Denis (insécurité+transports saturés : on les comprend).
    Du coup plusieurs rames de RER D sont prévues – ça fait des années que les « usagers » les réclament en vain mais là il s’agit du personnel Sncf donc on trouve des solutions.
    On parle aussi d’un accès sécurisé à la gare, réservé au personnel de la Sncf.
    On voit donc que :
    1) quand ça les concerne, ils trouvent des solutions (le francilien moyen lui
    peut toujours courir).
    2) le « vivre ensemble », la diversité et les quartiers populaires c’est bien quand c’est pour les autres…

    1. Aristarque

      Mettez-vous à leur place!
      S’ils lisent ce blog où des faits troporibles leur sont racontés à longueur de post comme la mise en coupe réglée de la piscine municipale de St Denis qui pose des problèmes de conscience politique aux édiles pour sévir contre les margoulins, tous ces employés propres sur eux se demandent à quelle sauce ils vont être mangés…

  3. Aristarque

    Des wagons, sans motorisation par définition, arrivent donc à se promener sur un réseau ferré lui aussi fermé (il n’y a quand même pas des voies de passage avec les pays voisins par milliers) sans que ce service public soit capable de les situer?
    Comme tu le dis H16, on peut quand même supposer que la SNCF est en mesure de connaître son réseau puisque c’est elle qui l’entretient.
    Et comme il est vraisemblable que ces wagons ne traînent pas sur les voies de circulation puisqu’ils y auraient déjà été repérés, la conclusion est qu’il faut passer au peigne fin les voies de garage dans les centres de triage…
    Là aussi tout est possible dans l’horreur!…
    Elle va peut-être nous sortir que c’est à cause des feuilles mortes ou de la neige ou des CD Rom, pourquoi pas, après tout…

    1. Grosben

      Je vais me faire l’avocat du diable mais c’est compréhensible que la SNCF puisse égarer des wagons. Dans le TP j’ai déjà vu des pelleteuses ou des rouleaux-compresseur oubliés sur des chantiers pendant plusieurs semaines. Ce qui est déplorable c’est d’attendre plusieurs années avant de tenter quelque chose pour les retrouver…

    2. mominette

      La probabilité est que ces wagons ont été délicatement découpés, et vendus au poids du métal pour compenser les trop faibles revenus de quelques misérables cheminots 🙂

      1. Aristarque

        C’est possible bien sûr mais la tonne de ferraille acier standard (sauf les très spéciaux qu’on ne trouve pas dans des wagons) ne vaut pas très cher au tarif récupération par rapport à celles des métaux non ferreux (cuivre, plomb, zinc et autres). Le rapport est de un à 20, voire plus.
        Quant à la découpe de wagon, il faut se la fader que ce soit avec disqueuse ou chalumeau.
        Et au prix des gaz, même en bouteilles 4m3, elle n’est pas gratuite.

        1. Robert Marchenoir

          Et déjà, contrairement à ce qu’on lit partout dans les médias ignorants et stupide, le cuivre ne coûte rien : 7 euros le kilo.

          Les Roms ne volent pas le cuivre « parce que son cours a explosé ». Zéro virgule des poussières multiplié par beaucoup, ça fait toujours pas grand’ chose. Les Roms volent le cuivre parce que c’est facile (il est à l’air libre), parce qu’ils ont des filières pour l’écouler rapidement (ferrailleurs véreux), et parce que c’est très faiblement puni.

          Les produits qui sont volés « parce que leur cours est très élevé » sont l’or, les téléphones portables, les ordinateurs portables, les baskets à la mode, les cigarettes…

          Comparez donc le prix au kilo du cuivre et le prix au kilo de la dernière paire de Nike de merde, pour laquelle les Noirs américains s’entretuent le jour de son lancement…

          1. Marc Aurèle

            A Bogota, dans certains quartiers, les ampoules au sodium des lampadaires publics disparaissent aussitot installées. Tout le monde sait très bien que voleurs d’ampoules et employés publics poseurs de ces mêmes ampoules se partagent le bénéfice de la revente. Là aussi, ce n’est pas la valeur de l’ampoule (15-20$) qui pousse à l’acte mais la facilité. Et comme une rue obscure dans cette ville devient instantanément un lieu de crime, les habitants obtiennent rapidement que de nouvelles ampoules soient installées… Un petit business récurrent qui en vaut un autre.

          2. Aristarque

            Je ne sais pas où vous trouvez vos prix mais en récupération, pour des déchets triés et « propres », les cours actuels amenés sur site de récupération sont de :
            cuivre : env 500 €/100 kg
            plomb : env 120 €/100 kg (pas celui des batteries qui est moins cher) le plus interessant en volume à charrier
            zinc : env 80/90€/100kg (le volume à charrier est énorme)
            aciers courants : 50 à 100€/100 kg selon qualité
            fontes d’acier : 200/220 €/100 kg
            Libre à vous de trouver le cuivre pas cher mais c’est pratiquement ce qui vaut le plus cher en reprise parmi les métaux abondants en récupération pour un volume par rapport au poids très convenable à charrier…

  4. Aristarque

    « Par exemple, toujours en se servant de ce maudit moteur de recherche d’actualité, on trouve d’autres pépites,  »
    On comprend pourquoi les gouvernements peu reluisants cherchent à museler Internet pour que l’information soit canalisée par les « voies officielles »…

  5. Aristarque

    Cher H16, article excellent comme à l’habitude.
    Cependant je ne te suis pas quand tu sembles lui imputer les vols de cuivre comme marque de sa gabegie. Tant que la police ou la gendarmerie arrêtera des Roms ou ce type de migrants avec des coffres de voitures chargés de câbles piqués sur les installations ferroviaires (selon ce qu’on lit à intervalles réguliers dans le Parisien ou la Voix du Nord) plutôt que des agents SNCF ou RFF, il me paraît difficile de le lui imputer. Elle n’a pas les moyens (et aucune entreprise privée ne les aurait non plus) de faire surveiller les dizaines de milliers de kms de ses voies pour les empêcher…

    1. Aristarque

      A Mirabeau (celui du Vaucluse, pas des Bouches du Rhone) on est clairement dans la cambrousse paumée, surtout la nuit…

    2. Kevin

      Il est techniquement possible de surveiller ces câbles, grâce à la réflectométrie. Ca commence à s’installer dans l’aéronautique, où l’on parle de plusieurs centaines de kilomètres de câbles!!!
      Adapter ça au féroviaire est largement faisable mais ça coute cher (en main d’oeuvre notamment)
      Et encore faut-il que la cavalerie arrive suffisamment vite pour attraper les voleurs.

        1. Aristarque

          Cela montre qu’il s’agit là de gangs parfaitement professionnels avec plusieurs véhicules et des mecs en nombre parce que vous ne pouvez pas loger une tonne de câbles de cuivre, même coupés en morceaux dans un seul utilitaire…

          1. YP

            Peut être même un peu trop professionnel. Parce que pour oser voler du caténaire sous tension à 25kV… Et connaitre les procédures ou les horaires des trains (les trains de marchandises n’ont pas d’horaires fixes comme les trains de passagers.)

          2. slouch

            Oui, ce sont des gangs parfaitement organisés et oui, ça peut aller très vite. Un des moyens qu’ils utilisent : un enrouleur à l’arrière d’un utilitaire, deux coups de pinces aux bons endroits et hop, ils ont qu’à enrouler le câble…

    3. Robert Marchenoir

      Il est parfaitement incompréhensible que le vol de métaux ne soit pas combattu davantage, et même bloqué, au niveau des ferrailleurs et du commerce ultérieur. Cela ne sert à rien de voler du cuivre si on ne peut pas le revendre très vite à un ferrailleur véreux.

      Combien y en a-t-il sur le territoire ? Il ne peut pas y en avoir des dizaines de milliers. Et puis je suppose que ce n’est pas facile à dissimuler, une installation de ferraillage. Ni facile à déplacer…

      L’Etat a-t-il vraiment la volonté de lutter contre ce trafic ? N’y a-t-il pas la décision dissimulée de laisser une « soupape de sécurité » à des populations criminelles, violentes et incapables de gagner leur vie honnêtement ?

      1. Aristarque

        Depuis assez peu de temps, les câbles et tubes de cuivre ont des numéros d’identification qui vont permettre de mieux identifier les sites où ils auront été volés. Bref, les preuves de vols seront plus faciles à établir et traçables mais n’empêcheront pas les vols eux-mêmes, bien entendu. L’axe de lutte reste donc la surveillance des récupérateurs qui devront donc s’assurer que la provenance des déchets qu’ils rachètent soit « crédible ». Normalement, ils n’ont plus le droit de payer leurs achats en liquide, sauf pour de très petites quantités et doivent s’assurer de l’identité de leurs déposants…

    1. Aristarque

      Tout doux avec le vocabulaire savant !
      Pour déterminer un oxymore, il faut déjà savoir ce qu’individuellement « service » et « qualité » veulent dire.
      C’est là qu’on mesure le boulot préalable à effectuer…

      1. gem

        tiens, ça me fait penser au gamin qui a tordu le nez devant « Dune » quand il a vu, en 4ieme de couverture, le mot « amonceler » (« ouh, là, y’a des mots compliqués dans ce truc »)

    1. gem

      En même temps, l’amende n’ira pas non plus dans la poches des victimes, elle ira dans la poche de l’état, qui pourra ainsi subventionné la SNCF pour qu’elle puisse la payer. C’est comme ça que ça se passe en général. L’argent public c’est le mouvement perpétuel

  6. Before

    « Enfin, on ne peut que bondir à l’inversion logique de la relation client/fournisseur » : je confirme. J’ai bondi.
    Qu’ils crèvent enfin et nous foutent la paix !

    1. YP

      On ne laissera pas crever une entreprise de 245 000 employés qui ferait bondir le nombre de chomeurs de 5% à elle seule. A la place, on leur enverra Arnaud Montebourg avec des méga brouettes de brouzouf.

      1. Before

        Je me suis un peu emporté ! Il faut comprendre « libéralisons tout ça ! » (ça créera beaucoup plus d’emplois et de richesses).
        Mais je me demande si c’est pas pire à entendre pour certains.

  7. LeRus

    C’est un peu court jeune homme! On pouvait dire… Oh ! Dieu !… bien des choses en somme. Par exemple, tenez :
    – Le tarif éhonté des billets « classiques » (ceux qui n’ont pas de cartes privilèges et qui payent plein pot). Comment un billet dans un avion qui VOLE et transporte souvent un dixième des passagers d’un train peut-il être souvent moins cher?
    – La propreté des wagons. Au prix des TVG, on pourrait espérer une propreté minimale. Ceux qui sont monté dans un ICE comprendrons.
    – L’ouverture des guichet digne d’un film des Monty Python. Dernier séjour en banlieue parisienne: impossible d’acheter un billet au guichet pendant plusieurs jours (et les machines ne prennent pas les billets ou sont HS. Raison? Le guichet ouvre à 8h seulement. Je parle d’une gare où s’arrête un train toutes les 7min….
    – L’odeur des wagons RER. Oui désolé du cliché, mais c’est souvent irrespirable, digne des lignes ferroviaires indiennes.
    – et puis un petit racket de temps à autre, façon peaux rouges.

    On pouvait dire aussi le poids des retraites dans le budget national, la fréquences des grèves, le prix des sandwiches ou encore l’inexistence de parkings aux alentour des gares mais je suis de bonne humeur aujourd’hui!

    Merci pour l’article, très bon!

    1. mominette

      J’ai exceptionnellement pris un Thalys récemment.
      Tout le luxe consiste à admirer les dessins faits sur les vitres intérieures, dans la couche épaisse de crasse qui les opacifient …
      Il doit falloir des années pour arriver à une telle saleté, et il faudrait véifier au carbonne 14 si ces vitres ont jamais été lavées depuis la mise en service des wagons.

      1. YP

        Tu n’as rien compris, avec le temps, la crasse forme une couche protectrice sur le wagon qui permet de retirer plus facilement les tags des « jeunes désoeuvrés » : en fait, la crasse est soigneusement cultivée ! 😛

    2. Istvan

      Pour ce qui est des cartes et autres, je suis toujours (semi) fou de rage en découvrant les remises sur les billets de train, les transports, la restauration mobile (dans les trains) dont bénéficient les + de 65 ans.
      Je n’ai rien contre les personnes âgées mais je trouve que c’est vraiment du f*utage de gue*le qu’aujourd’hui les retraités, non contents d’avoir un revenu moyen supérieur à celui de l’actif moyen, empilent les avantages de ce genre qui ne sont possible qu’en faisant payer indirectement tous les autres usagers (!)

      1. Robert Marchenoir

        Oui, ce sont toujours les réductions dont bénéficient les autres qui sont scandaleuses. Je suppose que les réductions jeunes, ou couples, ou familles nombreuses, ou homosexuels passifs, ou plombiers-zingueurs entre 28 et 36 ans coiffés en brosse, ne vous posent pas de problèmes.

        1. Istvan

          Cher Robert, figurez-vous que si, elles me posent problème. Elles me posent problème parce qu’elles ne peuvent exister que parce qu’elles sont en réalité payées par les clients pigeons qui n’en bénéficient pas.

          1. Robert Marchenoir

            Alors pourquoi mettez-vous en cause particulièrement les réductions des retraités ?

            Moi non plus je ne bénéficie d’aucune réduction.

            Mais je remarque que dans notre merveilleuse France socialiste où règne la guerre de tous contre tous, beaucoup de gens ont trouvé une nouvelle cible : ces salopards de retraités qui roulent sur l’or « parce qu’ils gagnent plus en moyenne que les salariés ».

            J’aimerais bien savoir d’où vient ce slogan copié-collé un peu partout, et qui passe pour une vérité. J’aimerais bien ausculter de très près les « statistiques » qui sont derrière. Je vois mal comment ce serait possible, alors que les retraites du privé sont à une fraction de la moyenne des x meilleures années de salaire (pour ceux qui touchent une retraite complète).

            Et une fois cela fait, dans l’hypothèse (qui m’étonnerait beaucoup) où ce serait vrai, je dirai que l’on doit honneur et respect aux vieux, et qu’une société qui prétend voler les vieux est une société de salopards et de dégénérés.

            Un jeune a par définition toute la vie devant lui pour gagner sa vie, économiser, créer, construire, accumuler du capital. Un retraité n’a par définition que sa retraite, son passé derrière lui, et, le voudrait-il et en aurait-il la possibilité physique, il n’a plus aucune possibilité d’être embauché nulle part, de refaire sa vie, d’apprendre un nouveau métier, etc.

            S’il est vrai que les retraités volent l’argent des actifs et roulent sur l’or, il faudra m’expliquer cette autre statistique, selon laquelle 20 % des retraités feraient des petits boulots au noir pour arriver à joindre les deux bouts.

            Par ailleurs, si vous êtes scandalisé par le fait que ceux qui n’ont pas de réduction dans les trains payent pour ceux qui en ont, j’espère que vous êtes aussi scandalisé par le yield management, par les billets de train ou d’avion à 10 euros qui sont financés par les pigeons qui, dans le même train ou le même avion, ont payé 50 ou 100 euros parce qu’ils ont réservé trop tard ou trop tôt.

            J’espère que vous refusez énergiquement les promotions « les x premiers mois moitié prix » des opérateurs télécoms, ou les promotions « 5 % d’intérêt pendant 3 mois pour les nouveaux livrets » des banquiers, qui sont financées par les « pigeons » fidèles à leur fournisseur.

            Etc.

          2. Istvan

            @Robert Marchenoir :

            => D’où vient ce slogan copié collé ?
            Voici les statistiques auxquelles je fais référence : http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-1232.pdf p5 colonne R4 (qui prend en compte les revenus d’une façon qui me semble plus réaliste que les autres et qui ne tient pas compte de la fiscalité qui est profitable aux retraités et le fait donc devancer en pratique les actifs en terme de retraite).
            Si à cela on ajoute que le prix en euro constant du m2 parisien au début des 80’s était de moins de 1000 euros (je dis bien en euros constants donc à peu près à parité de pouvoir d’achat), ce sont des gens qui ont non seulement plus de revenu aujourd’hui qu’un actif mais qui ont eu l’opportunité de se constituer un patrimoine conséquent.

            Vous avez écrit : « Et une fois cela fait, dans l’hypothèse (qui m’étonnerait beaucoup) où ce serait vrai… » => êtes-vous convaincu que ça l’est à présent ?

            ————–
            Sur le fait de devoir honneur et respect aux « vieux » etc. je partage votre avis et je suis certain que vous-même ne pensez pas que je souhaite voler nos anciens lorsque je dénonce les réductions SNCF et autres dont ils profitent 🙂
            ————-

            => Vous écrivez : « Un jeune a par définition toute la vie devant lui pour gagner sa vie, économiser, créer, construire, accumuler du capital ». Vous ne pouvez pas être davantage dans l’erreur (sauf sur un point, le premier en l’occurence), en pratique :
            – Gagner sa vie : les salaires ne bougent presque plus et même en faisant des études il est compliqué de dépasser le salaire médian (1800 et des poussières à ma connaissance) avant la trentaine bien entamée (1 actif sur 4 gagne le smic ou à peine plus). Mais bon, je vous accorde ce point : on peut en tant que jeune « gagner sa vie ». A la limite.
            – Economiser : là, permettez-moi de rire. Après impôts, charges « inévitables » (on se comprend) du genre le plein pour aller travailler, le loyer à payer, le chauffage… que reste-t-il aux gens? De quoi se faire une sortie par mois au ciné et un resto dans la foulée. Mettons qu’ils s’en privent et ne vivent que pour économiser. Tant mieux, ils mettraient de côté allé, soyons fous : 200 euros par mois (rappelez-vous, le français bac+5 né dans les 80’s ne gagne pas du tout du tout 4000 net par mois, loin de là). A cette folle allure il arriverait en 40 ans à quoi… 100-120k€ ? Soit la plus-value qu’il aurait réalisé s’il était né 20 ans plus tôt et avait acheté un clapier de 20m2 à Paris en 2000 pour 50 000 euros et qui en vaut 170 000 13 ans plus tard ?
            – Créer : je suis entrepreneur. Je parle d’expérience. Mieux vaut être fonctionnaire au SMIC et hériter d’un 30m2 à Paris que réussir en montant sa TPE/PME (tout le monde ne crée par Google ou Facebook). Au temps pour la création. (La fiscalité est assez hallucinante sur ce point).
            – Construire : au sens figuré, je vous renvoie à ce que j’ai écrit ci-dessus. Au sens propre (pour la blague) : pas trop non. Parce que si vous voulez construire une cabane en bois sur un terrain qui par miracle est abordable et constructible, vous devez vous taper une quantité de formalités hallucinantes, acheter du bois traité à telle norme couteuse (pour pas qu’il brûle hein), vous devez poser (véridique) tant de prises électriques par m2 habitable, vous devez recourir à des artisans qualifiés pour tel ou tel élément du chantier, demander des autorisation, etc. Bref : construire votre abri, avec vos petits bras et votre génie (au sens d’inventivité) devrait être un droit mais en pratique c’est impossible. Hélas.
            – accumuler du capital : cf. ci-dessus. Le seul moyen de s’enrichir aujourd’hui est d’hériter. Bienvenue dans un monde de merde.

            —————–

            Pour ce qui est des exemples que vous citez (yield management, promotions pour nouveaux clients, etc.), c’est pas vraiment la même chose non ? Parce que personne ne vous interdit, peu importe votre âge et votre intelligence de réserver au bon moment. Le vieux et le jeune sont égaux devant le prix d’un billet d’avion à un jour donné. Ce sont leurs actions qui déterminent le prix. Alors que dans les exemples que je vous donnais c’est l’essence même des individus qui leur confère ou pas un avantage donné. (Vous avez 40 ans ? Ah ben non. 60 ? Ah ben oui!)

            Voilà, j’espère vous avez donné quelques éléments.

            Au plaisir de vous lire.

            Istvan

      2. Aristarque

        C’est fantastique le socialisme finalement pour dresser les générations les unes contre les autres et faire qu’elles se tapent dessus plutôt que de lui régler son compte, à cette idéologie mortifère.
        A lire les arguments de Marchenoir et Istvan, voilà ce qu’on comprend :
        D’abord les vieux sont vieux de toute éternité, ne sont jamais passés par la case jeunesse et ne débarrasseront jamais le plancher

        Ensuite, les jeunes sont jeunes et de toute éternité aussi, sont condamnés à le rester.

        Tout le monde il est riche, tout le monde il est pas gentil, surtout les vieux qui sont plus aisés que les jeunes, ce qui est vachement nouveau sous le soleil au 21me siècle et qui veulent pas partager avec les jeunes qu’ils ont volés en les empêchant de vivre, d’acheter des biens.

        Et puis les vieux font rien que de pomper des retraites aux jeunes comme si le Code Civil qui impose de porter assistance à ses proches (et dans les deux sens de génération) n’existait pas.

        Pourtant les magistrats de Cass demeurent absolument intransigeants sur ce point là.

        D’ailleurs, autrefois c’étaient les jeunes qui étaient riches et les vieux qui crevaient dans la misère.
        Les poudres à héritage n’étaient qu’une invention des romanciers polards pour doper les ventes et les procès des empoisonneuses du 18me siècle, de simples faits divers.
        Comment les vieux ont-ils acquis le patrimoine scandaleux? Ils font rien que de voler le patrimoine des jeunes ?
        Non ? Ben si, c’est ce que dit le socialiste moyen qui accuse les vieux d’empêcher les jeunes de vivre, donc ça doit être vrai puisque du camp du Bien en provenance des Oints du Seigneur.

        Et les impôts ? Les vieux aussi en sont exemptés, tout le monde le sait. Au dela de 60 ans, pfuit, on paie plus rien ! Youpi ! AAlors la carte Vermeil en plus, c’est un SKANDAAAALLL!

        On a maintenant compris que les vieux font donc rien que de voler les jeunes par tous les bouts.
        Personne de sensé ne peut imaginer que lorsque vous avez mené une vie en bon père de famille, vous avez pu acquérir du patrimoine dont l’étendue moyenne scandaleuse est le plus souvent le domicile familial avec éventuellement, un peu de pognon en plus; D’ailleurs les notaires (z’yconnaissent rien ces gusses) confirment ce scandale des patrimoines invraisemblables des vieux en disant que la succession moyenne française par défunt est de 174.000 euros !
        http://www.directgestion.com/sinformer/dgmag/16484-les-notaires-de-france-vous-parlent-de-la-transmission-en-chiffres
        Rendez-vous compte . Un scandaleux patrimoine correspondant péniblement à un studio parisien de 20 m² et sûrement pas dans un des beaux quartiers!
        N’est ce pas Churchill qui déclarait ne croire aux stats que lorsqu’il les avait trafiquées personnellement ?
        L’enquête INSEE d’ISTVAN ? Du foutage de g…le.
        En revenu direct R1, le retraité lambda est aussi bien loti que les « autres inactifs ». Donc un « autre inactif » a un revenu qui n’est pas d’activité, pas de retraite, pas de patrimoine, qui tombe donc du ciel est aussi bien loti que ce richard de retraité.
        Je vois un scandale mais apparemment pas au même endroit que d’autres.
        En revenu R2, avec revenu du patrimoine déclaré en sus, tout le monde grimpe d’un cran, même les autres « inactifs ».
        En R3, avec revenu du patrimoine simulé économétriquement par l’INSEE, tout le monde regrimpe d’un bon cran !
        Ques aco le revenu du patrimoine simulé économétriquement ? On sait pas trop si ce n’est que l’INSEE « corrige » les données officielles pour tenir compte de ceci ou de cela.
        Un mauvais esprit pourrait penser que la correction porte pour avoir les résultats qu’on souhaite. Après tout, un institut qui trouve des niveaux d’inflation réels officiels en retirant ou retraitant tous les prix qui fâchent, n’est pas suspectable.

        Quant au niveau R4, alors là on a le pompom : c’est la vieille lubie de Picketty et de TERRA NOVA que quand on a fini de payer ses mensualités, on s’enrichit de ce qu’on ne paie plus.
        Ce qui est marrant dans cette façon de présenter les choses, c’est que le locataire HLM qui paie un loyer inférieur de 35% par rapport au privé ne s’enrichit pas de cette différence…
        Je parle pas de « l’autre inactif » qui a des revenus d’on ne sait où mais un patrimoine tout de même en plus.

        J’aurais sû, j’aurais fait « autre inactif » plutôt qu’actif pour être finalement aussi peu différent après m’être cassé le tronc depuis 33 ans.

        ON se calme, je ne suis pas encore en retraite, donc je suis encore chez les pauvres actifs…

        Encore quelque temps et le retraité sera bientôt plus riche que n’importe qui, ce qui justifiera de lui pomper son épargne pour renflouer le pays (§ Chypre 1.0) sous les applaudissements…
        Et comme Mamy Bettencourt ou Papy Arnauld finiront par faire des héritiers, ce sera l’apothéose qui permettra de tout permettre.

        1. hussarbleu

          Excellente analyse, Aristarque… le lumbago te va bien…

          Les « poudres de succession » sont davantage XVII° que XVIII°, mais bon, je te pardonne, il y en eut d’autres, jusqu’en notre temps… Violette Nozière fut, en notre siècle de naissance, une précurseuse (je féminise, il faut respecter la parité…), pour ne rien dire de Marie Besnard (« encore une erreur judiciaire, Marie Besnard acquittée » écrivit François Brigneau)…

          Sur le fond, je me prépare à la retraite dans 3 ans maintenant, à 65 ans, avec une pension qui représentera grosso modo un tiers de mon revenu actuel, et encore, pour ce que ça durera… Riche ? pas très : j’ai élevé quatre enfants…. va falloir « retrancher » comme disait le Grand Roy : mais je vis à la campagne, et je vois les lapins de garenne courir dans le pré devant la fenêtre de mon bureau… tiens, je vais aller planter des bintjes ce matin… et voir comment se portent les échalotes de Nederland…

          1. hussarbleu

            J’oubliais, à propos de Picketty : ce garçon n’est pas entièrement mauvais, quoi qu’il en soit de ses pulsions confiscatoires.

            Je lui vois en effet une qualité rédemptrice de toute première bourre : il claquait régulièrement sa femme, une certaine Aurélie F…. une SDF assez souillonne, qui vit dans une espèce de niche fort encombrée… une Diogène, en quelque sorte…

            http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.voici.fr/var/voi/storage/images/media/multiupload-du-09-janvier-2013/aurelie-filippetti-ile-maurice-1/8447585-1-fre-FR/aurelie-filippetti-ile-maurice-1.jpg&imgrefurl=http://www.voici.fr/news-people/actu-people/photos-aurelie-filippetti-ses-vacances-a-l-ile-maurice-476673&h=519&w=825&sz=191&tbnid=T3JTmaViQmL66M:&tbnh=75&tbnw=120&zoom=1&usg=__swB0z28MpLKLaxIMGSGHDR_4Sm0=&docid=z32MK4zdc7q9MM&sa=X&ei=oplWUZIbjqw67K-BiAE&ved=0CE4Q9QEwBQ&dur=7223

            Tant il est vrai que « la misère est moins dure au soleil »…

            Ils se sont séparés depuis, mais je doute qu’Aurélie ait profité des leçons de Thomas, hélas… On me dit que rien n’a changé chez elle…

          2. Aristarque

            Revenu actuel, on ne sait plus trop ce que cela veut dire pour dans quelques années dans la mesure où ils stagnent pour tout le monde. Les salariés bien sûr sauf qu’ils ne voient pas que les salaires bruts augmentent alors que les nets stagnent par la vertu des hausses de taux de prélèvement. Quant aux indépendants, dès lors qu’ils ont une clientèle de particuliers, ils en subissent aussi le contrecoup. Dès lors mes revenus sont figés autour d’une moyenne qui est très constante dès que je la lisse sur 5 ou 7 ans et ne bouge pas plus que celle des salaires.
            POur les empoisonneuses, il est exact que c’est plus XVIIme que XVIII en notoriété mais cela avait déjà cours dans l’Antiquité…
            Quant à Aurélie F, elle ne mérite qu’indifférence…

        2. YP

          Sauf erreur de ma part, à l’époque il était envisageable de construire sur un terrain « diffus ». Depuis une ou deux décennies, il est impossible de construire en dehors de lotissements. Ceci est dû au plan d’occupation des sols, qui permet aux maires de rationer le foncier.

          Une grosse partie de l’augmentation des prix de l’immobilier vient de ce rationement. Même dans les petites communes bien excentrées par apport aux bassins d’emplois (et j’ai un cas bien concret là ou je vis) les maires se font graisser la patte pour exproprier les gens et refourger le mètre carré de pré à prix d’or.

          Le problème de patrimoine en France, vient presque exclusivement du POS…

    3. gem

      l’avion est moins cher et c’est parfaitement logique :
      a) aux deux extrémités d’une ligne, l’avion comme le train (et le bus, accessoirement) ont besoin d’une (aéro)gare et d’une station service. Mais entre les deux, l’avion n’a besoin que d’air gratuit, alors que le train nécessite une voie spécifique monstrueusement cher à la construction (typiquement 3 M€ par km), qu’il faut entretenir, d’où frais énormes. Pour les 30 000km de ligne de RFF, par an cela lui coute 1 milliard en amortissement et 3 milliards pour payer la SNCF l’entretien, soit grosso modo 0,1 M€ par km (en % du cout de construction c’est correct, mais ça reste monstrueux en volume). Le bus a besoin d’une route qui existe déjà de toute façon : frais négligeable
      b) les avions tournent énormément ; les trains, beaucoup moins.
      c) concurrence … ou pas

      1. Robert Marchenoir

        Le bus a besoin d’une route qui existe déjà de toute façon : frais négligeable.

        Mmmoui… La voie de chemin de fer existe elle aussi « déjà de toute façon ». Et la route doit être entretenue, tout comme la voie de chemin de fer. Le périmètre de votre comparaison n’est pas identique.

    4. laglute

      Je rebondis sur les guichets du métro parisien.

      Depuis l’installation des machines délivrant les tickets, billets, Pass Navigo, le clampin caché derrière sa vitre ne sert quasi plus à rien, si ce n’est de vous inviter à aller dans une autre station quand la machine à tickets ne fonctionne plus…

  8. Flo

    Tout ça a un petit parfum de « La Grève » déjà bien prononcé et qui n’augure rien de bon.
    Commentaire d’un « analyste » de France Info hier (alors que TOUS les gens interviewés trouvaient l’idée irréaliste) :
    « Mais cet étalement n’est qu’une solution provisoire. La vraie solution c’est le projet du grand Paris qui sera achevé en 2030 »

    1. Aristarque

      Parlons en du Grand Paris !
      Un machin à financer sans qu’on ait le premier sou disponible et pour des budgets déjà irréels de faiblesse quand on voit les coûts affichés d’ouvrages de quinzième rang comme un rond-point automobile minable à 1,5M€ l’unité comme pour rire…
      Un machin axé sur un développement pratiquement exclusivement centré sur des transports collectifs démesurés à base de kms de voies de métro qu’on ne construit même plus dans Paris tellement c’est cher (on se contente de tramways).
      Que l’on confiera évidemment à des entreprises (SNCF et RATP) qui ont déjà toutes les peines du monde à faire fonctionner celui qu’elles ont en charge actuelle dans lequel, bien qu’il concerne 20% de la population française, il a été très nettement moins investi que dans le joujou TGV qui passionne tant les ingénieurs frustrés des trains JOUEF de leur enfance.

      1. Pandora

        Mais je paye déjà pour le grand Paris et je ne suis pas la seule !
        C’est une toute petite ligne sur la taxe d’habitation, intitulée (sans rire) : Taxe Spéciale d’Equipement Grand Paris.

        1. Before

          Ne vous inquiétez pas, tout les français paieront pour le Grand Paris, comme nos payons déjà pour les transports en commun d’Île-de-France.

          1. Before

            C’est un des problèmes économiques majeurs de la France, la centralisation excessive qui a énormément d’effets pervers (liste non exhaustive) :
            – augmentation du prix des infrastructures
            – pertes de temps dans les transports
            – augmentation du stress des usagés (ce n’est pas une faute)
            – centralisation des pouvoirs économiques et politiques : facilitation des collusions et concussions
            – architecture nationale des transports en étoile ( => difficulté de sortir de ce cercle vicieux)
            – grosse-tétisation des habitants de la câpitââle entraînant une déconnexion accrue du pays réel
            – équipe de foot de guignols voulant se faire passer pour un bœuf barcelonais. 😀 😀
            – …

            La plupart des « grands » pays développés ont plusieurs centres économiques importants, où au moins des centres politiques et économiques séparés (le Royaume Uni étant la seconde exception, pour une fois).

          2. eheime

            En plus la centralisation c’est sécuritairement completement stupide. Un coup d’Etat, un envahisseur , une centrale nucléaire ou une usine chimique qui pète à Paris et hop tout le pays est bloqué. Alors qu’un pays décentralisé concerve des organes vitaux. C’est un peu comme internet , conçu d’ailleurs en filet pour des raisons de sécurité militaire, il est est difficile de le mettre totalement HS

          3. skunker

            @ Dexter :

            Si tu pouvais courir aussi vite que les paysans t’emmerdent t’aurais pas besoin du « nouveau grand Paris ».
            La capitale à toujours été favorisée niveau investissements étatiques au détriment des autres, normal puisque c’est entre chose le repère des blaireaux qui nous gouvernent; faut que ça ai de la gueule!
            C’est beau de prendre 80% de la population pour des bouseux arriérés alors qu’on a soit même tout du dernier des ploucs.
            Nous on continue à se marrer en vous voyant payer une blinde pour avoir un placard à balais dans une ville qui pue, se délabre, remplie d’égocentriques snobs, de culs-cousus et de prétentieux 😉

        2. Aristarque

          @Pandora
          Ne t’inquiètes pas, moi aussi puisque j’habite en seconde couronne IDF sur la bordure extérieure et que j’ai la même mention sur les bordereaux fiscaux et pas avec 0 à payer.
          Simplement quand on regarde l’ampleur du projet Grand Paris et les budgets estimés, on voit bien que :
          les pré-financements actuels sont insignifiants par rapport aux besoins
          les budgets travaux à ce stade sont clairement sous évalués pour ne pas « effrayer » et devront être très très largement majorés, surtout si on regarde les « habitudes » de la puissance publique française en pareil cas (§ hotel de ville Montpellier, médiathèque de la même, musée de la Confluence à Lyon, etc, etc, etc…)

  9. Fll

    @LeRus > imagine, tu n’as cela que lors de tes déplacements 🙂 on vit cela tout les jours.
    Ce que j’aime pas dessus tout, c’est les motifs des retards (tous les jours sur le RER A, ma ligne donc)
    Une ligne exploitée par la SNCF et RATP: dans ma gare (SNCF) message aux hauts parleurs : des problèmes sur le réseau RATP entrainent des retards … une fois sur le réseau RATP: Des problèmes sur le réseau SNCF entrainent des retards …
    On se bidonnerai si jamais nous n’avions pas 20 minutes de retard par jour …
    Autre message marrant, en cas de froid, retard pour cause de rail glissant … et la on pense tout de suite, mais pourquoi donc qu’ils ne mettent pas de pneus neige ? ha parce que c’est du métal contre métal ? et que vu les 22 T à vide d’un wagon de RER, le 10eme de millimètre de glace imaginaire fait patiner le train ???
    Bref, j’en ai des milliers si besoin hein 🙂
    Bref, comme d’hab, très bon article H16.
    Post Scriptum : Message d’amazon, impossible d’avoir ton bouquin, il arrive au compte goutte chez eux et ils livreront quand ils l’auront 😉
    Avoue que tu en as vendu 873 582 exemplaire 🙂

  10. Fll

    Bonjour,

    Nous avons le regret de vous informer que nous ne pourrons pas vous expédier les articles suivants dans les délais annoncés initialement sur notre site :

    H seize « Egalité taxes bisous »
    Date d’arrivée prévue : 12 avril 2013 – 19 avril 2013

    Nous faisons tout notre possible pour obtenir ces articles et nous vous les enverrons au fur à mesure que nous les recevons.

    Plus joli avé une copie (partielle) du mail 🙂

  11. mominette

    N’oublions pas que Marine Le Pen (qui ne doit pas souvent fréquenter la SNCF) défend bec et ongles la nationalisation de tous les services publics, gage d’efficacité et de bonheur des usagers ! 🙂

    1. Istvan

      Est-ce qu’à votre connaissance un homme politique a déjà exprimé publiquement l’idée de nationaliser un service mais uniquement au sens où les capitaux seraient détenus par l’état, le bailout et les subventions interdites et le régime social identique à celui du privé (i.e. pas d’emploi à vie, etc.).
      Ou alors est-ce qu’un libéral serait contre cette idée même (dans cette forme) ?

  12. Le Gnôme

    Il faut chercher du côté des recéleurs, les wagons doivent être en cuivre.

    De toutes façons, je ne prends plus le train depuis la suppressions des wagons fumeurs. J’y vais en voiture, ce n’est pas plus cher, je m’arrête fumer ma clope quand je veux, et les auberges sympas ne manquent pas pour bouffer correctement.

    Mais je paye quand même au travers de mes impôts cette immense gabegie.

    1. eheime

      Entre les radars-caisses-enregistreuses et l’endormissement , j’avoue préférer le train dans lequel on peut dormir pénard et manger des trucs commestibles (le ‘carré sncf’ n’étant plus le seul ‘met’ disponible aujourd’hui).

      1. Aristarque

        Prendre le train est une alternative correcte quand tu vas de grande ville à grande ville et que ton trajet passe par Paris. Dès que tu sors de ce schéma, cela devient nettement plus compliqué; quant aux caisses enregistreuses, Coyote y remédie convenablement.

  13. gem

    Ah, le fret SNCF…
    Petite anecdote de première main que m’a conté un client de la SNCF. Ce monsieur téléphone au directeur FRET (il a un accès direct, c’est un gros client) et lui demande : « comme vous devez le savoir, j’ai un convoi qui doit transporter ma marchandise du point A au point B ; cela devrait être terminé, or ce n’est pas le cas. Savez-vous où se trouve mon train ? ». L’autre se charge de l’affaire ; environ 1 heure plu tard, il rappelle le client :
    « votre train se trouve en X, il arrivera à destination à la date T ».
    – « Impossible ».
    – « Comment, impossible ? »
    – « De mon bureau qui se trouve en A, ce train, je l’ai sous les yeux depuis deux jours, avec personne de chez vous pour s’occuper du chargement. Il n’est pas encore parti, alors l’arrivée… »

    1. Guillaume_rc

      Et quand on pense qu’Anne Hidalgo, pour lutter contre la méchante pollution des vilains camions, veut utiliser les rames de RER pour transporter du fret!…
      Je vous jure que je n’invente pas !
      A eux seuls, Delanoé et Hidalgo ont de quoi alimenter ce blog pendant des mois.

      1. Aristarque

        Délire de branquignols!
        La Ville Lumière est vraiment bien barrée avec des loustics pareils (ce n’est pas Delanopolis qui contredira sur ce coup-là).
        A part faire saliver des andouilles boboïdes verdâtres et rosissantes qui n’ont jamais le souci de l’intendance, qui pensent que les magasins se remplissent par génération spontanée et qui ont visiblement subi une cérébrotectomie, concrètement ses rames de RER marchandises,
        – Hidalgo les charge où ?
        – elle les arrête où pour les livraisons,
        – elle remonte les marchandises à la surface comment ? Par des coolies ?
        – et de la station de métro ou RER aux adresses de livraison ? A pied ? A bicyclette ? En camionnette ? En téléportation ? (au point où les Parisiens en sont …)

    2. Aristarque

      Ah, le service fret SNCF !
      En 2004 ou 2005, un ponte était venu expliquer sur BFM qu’une réorganisation allait avoir lieu.
      Je résume, accrochez-vous aux branches :
      ils avaient déterminé récemment que, sur leur clientèle habituelle, ils avaient 80 donneurs d’ordres réguliers importants qui représentaient à eux seuls plus de la moitié du CA. Or, les O.S. arrivaient en vrac (salauds de clients qui font rien que de croire qu’ils sont seuls au monde) et étaient traités par l’agent sur qui l’O.S. échéait parce qu’il était présent au mauvais moment.
      Comme cela manquait d’efficacité (Lol), ils avaient modifié leurs processus de traitement de commandes :
      En conséquence de quoi, ils allaient donc affecter à chacun de ces « bons » clients, un attaché de clientèle spécialement et officiellement dédié à ce VIC, qui connaîtrait donc les habitudes et petites attentions nécessaires aux bonnes relations commerciales et serait son contact permanent et unique.
      Dit sur le ton d’un ravi venant de découvrir le B.A. BA du service commercial comme s’il s’agissait d’une première mondiale…

      1. Aristarque

        J’oubliais de préciser mais vous le saviez déjà, que la SNCF est un boîte réputée pour les extrêmes compressions de personnel par rapport aux besoins…

          1. hussarbleu

            Vous jouez gros : vous risquez de vous retrouver à NY, seulâbres et raides, avec votre laptop et votre Iphone à l’étage en dessous….

  14. bob razovski

    Il me semble, que d’un point de vue tout du moins réthorique, la sncf se soit désolidarisée du réseau qu’elle utilise pour faire rouler ses trains, réseau qui revient depuis quelques années à rff (réseau ferré de france). Ce qui permet d’éviter un paquet de responsabilités, notamment sur l’état du réseau, et sur la déroute de quelques wagons de ci de là.

  15. Pascale

    Cette semaine je me suis retrouvée dans une salle d’attente du « service public » avec une dizaine d’autres personnes convoquées toutes à la même heure. Rouspétades en tous genres des citoyens coincés dans le local par l’administration.
    Là, je n’ai pu m’empêcher de faire une réflexion à haute voix : « ça, c’est le service public que le monde entier nous envie et que les syndicats ont peur de voir « cassé » ». Sourires béats et gênés des administrés qui ont alors immédiatement cessé de manifester leur mécontentement.

  16. Pandora

    « La SNCF vit ses dernières heures », quelle rigolade !
    Les poches des contribuables sont profondes et tant que les politiques pourront y piocher, elle n’est pas prête à mourir, la société nationale…
    Elle se transformera, sûrement, à cause de la « méchante » concurrence « imposée » par Bruxelles, mais elle mettra du temps et beaucoup de notre argent.

  17. jc

    Petite coquille:
    du nombre de lignes de l’autre, qui lui incombent directement
    Ca ne serait pas plutôt ‘qui lui décombent directement’ ?

  18. Théo31

    En attendant, à la Société Nationale des Culeurs de Fions, ils n’égarent jamais les brouettes de brouzoufs de leur beau régime spécial de retraite.

    Bande d’enculés va !

  19. johnny_rotten

    Hollande et le gouvernement nous mentent
    la dette et le déficit ont dérapé en 2012; ce qui prouve bien qu’ils ne maitrisent RIEN et n’ont pris aucune décision pour réduire les dépenses comme les Français l’ont exigé.

    La France est rongée de l’intérieur par tous ceux qui se goinfrent avec « l’argent des autres ».

    http://www.laposte.net/thematique/actualites/politique/article.jsp?idArticle=20130329112731-derapage-surprise-du-deficit-public-et-de-la-dette&idAgg=actu_politique

  20. Cyrille

    Je ne sais pas pour vous mais cela me fait énormément penser à « La Grève ».
    James TAGGART ne serait pas aux commandes de la SNCF en fait?

  21. Aristarque

    Tiens, hors sujet mais pas tant que cela.
    Je suis cloué au lit depuis lundi avec un lumbago de première grandeur, ce qui ne m’était plus arrivé (d’être cloué au lit) depuis cinq ans (je dirige une entreprise artisanale).
    Mon médecin référent ne fait plus de visites à domicile sauf sur RDV (!) pris à l’avance et il est plein, bien entendu.
    Lol, j’ai le choix entre SOS Médecins et les urgences…
    Je prends SOS Médecins, etc… qui me prescrit un traitement.
    Hier, soir, comme mon état est à peine mieux, je prends la décision de rappeler SOS Médecins ce matin. A 8H10 tapantes, un disque m’apprend que toutes les lignes sont occupées et qu’en raison d’un trop grand nombre d’appels, il ne pourra plus être assuré de visites à domicile ce jour en nous renvoyant vers les urgences, d’autorité…
    Sur l’ordonnance délivrée l’autre jour, il y a douze identités de médecin…
    Au train où cela va, je suppose que le week-end pascal commencera dès le mercredi soir dans les prochaines années…

  22. YP

    Seulement 150 wagons ?

    « Troisième remarque : les disparus appartiennent tous à une direction fret bien précise (DFCE, je crois). Les autres gestionnaires de wagons n’en ont pas perdus ? »

    « entre les wagons découpés (et pas qu’à l’étranger) et ceux qui sont au fond de l’eau derrière la butte terminale… »

    « A tous ceux qui critiquent le fait de perdre des wagons n’a rien d’anormal. Il suffit de voir le nombre d’équipements introuvables dans les entreprises au moment des inventaires. C’est bien pour cela que les inventaires servent. Si tout était parfait, ils seraient inutiles. »
    Donc, à la SNCF, on ne fait pas d’inventaire ? Ah oui, normal, ils ne publient pas de bilan !

    http://www.cheminots.net/forum/topic/35475-wanted-wagon-perdu/

    Il y a aussi le pire :

    « Pour une surface de « travail » grande comme la France et même l’Europe je trouve que 150 Wagons c’est pas énorme ! Ramené à la taille d’un bureau, ça fait quoi ? un ou deux stylos égaré ? »

    Par contre, il semble bien, à la lecture de ce forum, que la gestion des ressources est inexistante et que les projets informatiques soient suivis par des peintres…

  23. Chaufroi

    Malheureusement nous ne pourrons plus réceptionner vos wagons. En effet les jeune vert suisses viennent de lancer une pétition pour que notre climat soit inscrit au patrimoine de l’UNESCO .? On rigole pas c’est sérieux et soutenu entre autre par le WWF et Green-Peace . Nous attendrons le résultat du vote qui suivra si il se trouve suffisamment de débiles pour signer.(ce dont je ne désespère pas). Pour réceptionner vos Wagons dont l’état crasseux pourrait bien provoquer des dégagements de méthane nuisibles aux objectifs ambitieux que nous nous sommes fixé .

      1. Pascale

        Oui, il y a eu grand combat de gagné il y a quelques mois (j’ai lu l’info je ne sais plus où) : l’écocide (ou écolocide, je ne sais plus) a été reconnu par l’ONU ou je ne sais plus quelle autre organisation internationale.
        Comme l’info n’est pas de celles qui me font espérer un changement positif pour l’Humanité, je n’en ai pas retenu tous les éléments d’où mes « je ne sais plus ».
        Mais en tous les cas c’était présenté comme une grande avancée pour tous les verbeux qui se battaient pour cette reconnaissance depuis des années.
        C’est à dire qu’en plus d’avoir des crimes contre l’Humanité nous aurons maintenant des crimes contre la (déesse ?) Terre. Je soupçonne dores et déjà nos verbeux de vouloir imposer l’écocide (ou écolocide ?) comme plus grave encore que le crime contre l’Humanité …
        Pour s’incliner toujours plus devant notre Déesse à tous.

  24. Robert Marchenoir

    Un intervenant sur le forum des cheminots :

    « A la limite il vaut mieux rendre cette liste publique car je pense que les photographes du rail sont peut-être plus aptes à retrouver ces wagons perdus… »

    Le gars est cheminot (on le suppose), et il vous explique que les citoyens lambda, sans prime ni pression hiérarchique, sont plus aptes à retrouver ces wagons perdus que les cheminots eux-mêmes…

    On va finir par se demander si la SNCF ne fonctionnerait pas mieux en virant tous les cheminots.

  25. Prof. Farnsworth

    Bonsoir,
    Une solution est de confier à RFF l’ensemble des biens immobilier de la SNCF (compendre : les gares / entrepôts / ateliers), et de ne faire de la SNCF que l’un des utilisateur de ce réseau.
    Chaque opérateur, qu’il soit privé ou public, paiera la location des voies et l’entretien de son matériel à RFF.

  26. Marc Aurèle

    Je vais poser une question sans aucun rapport avec le sujet mais qui me démange un peu. Pas trop mais quand même: comment faites vous pour coller une image (avatar) à vos commentaires? Moi j’ai juste un cristal bleu qui craint. Gosh, j’espère ne pas être pris pour un troll.

    1. hussarbleu

      Pour faire partie de cette noble phalange – pour ne pas dire l’Elite du Libéralisme – tu vas sur Gravatar et tu n’auras que l’embarras du choix pour donner agréable figure au stoïcisme…

  27. NoName

    Je souhaite de tout mon coeur voir l’anéantissement total de cette merde sous peu qui m’a rackettée une année entière. Avec de la chance, ça coïncidera avec la mort de la SS et mon Mercure trigone à Neptune !

  28. toto

    Aller faire de l’informatique dans n’importe quel grand groupe et vous verrez que c’est le même gag… Public ou privé, ça ne fait pas la différence, à partir d’une certaine taille parfois même à partir de 30 personnes les patrons décrochent et s’imagine être en vacance et pouvoir gérer ça de loin…. ça devient un beau merdier…
    Maintenant pour ce qui est des transports renseignez vous…. Si des abrutits ne construisaient pas des tours à tout va à la défense et ceci sans aucune concertation ni autre logique que le prestige et ramasser des taxes sur les entreprises, on aurai pas de tels problèmes de saturation de lignes….

  29. Robert Marchenoir

    Istvan :

    Vous écrivez : « Un jeune a par définition toute la vie devant lui pour gagner sa vie, économiser, créer, construire, accumuler du capital ». Vous ne pouvez pas être davantage dans l’erreur.

    Non. Je dis vrai.

    Vous expliquez qu’aujourd’hui pour un jeune en France c’est très difficile. C’est l’évidence. Le problème c’est que ce n’est pas la question.

    La question est la comparaison entre le jeune et le vieux.

    L’intention suggérée par ce courant d’opinion (je parle en général, pas spécialement de vous) est qu’il faut spolier le vieux pour donner au jeune.

    Je dis que c’est une saloperie, d’abord pour des raisons morales, et aussi parce que même si on se place d’un point de vue socialiste, c’est à dire de « justice sociale », de « redistribution », c’est difficile pour le jeune mais c’est impossible pour le vieux. Donc il n’est pas juste d’effectuer une grande redistribution socialiste du second vers le premier.

    La valeur de l’immobilier :

    Autre manifestation de la jalousie franchouillarde, qu’on retrouve bizarrement chez des gens qui s’annoncent comme libéraux. Les vieux auraient profité de la hausse de l’immobilier, par conséquent il faudrait les spolier au profit des jeunes. C’est stupide et immoral pour un nombre incalculable de raisons.

    Si vous dites ça, ben prenez votre carte au parti communiste : les riches sont riches parce qu’ils ont volé aux pauvres et donc les pauvres doivent voler aux riches pour équilibrer.

    La plupart des vieux qui ont « profité » comme vous dites de la hausse de l’immobilier possèdent leur logement… point barre. En quoi est-ce que ça leur profite ? S’ils veulent bouger, ils doivent acheter un autre logement… dont le prix a augmenté autant entretemps. L’effet richesse est donc totalement artificiel. Au contraire, ils subissent l’effet négatif des taxes, qui sont indexées sur le prix du logement (habitation, foncière, ISF).

    Certains auraient envie de « punir » des investisseurs qui ont bénéficié d’une conjoncture favorable. C’est du communisme. Les investisseurs ne sont pas responsables des cycles économiques, et ils n’ont pas à s’en excuser.

    Les prix et réductions :

    Non, il est, en pratique, impossible de choisir un prix bas avec le yield management. C’est la loterie. Personne ne connaît la recette, elle est secrète.

    Etes-vous en train de réclamer le contrôle des prix par l’Etat ? Sur un marché libre, le vendeur est libre de fixer son prix, et le prix dépend aussi du client. On vend plus cher à quelqu’un qui peut payer plus. C’est la base du marketing.

    Ca peut passer par des réductions pour les nègres ou les duchesses, des cartes de fidélité pour les Bretons ou les éjaculateurs précoces, des abonnements payants, des clubs VIP à la mords-moi le noeud, des gammes artificiellement découpées, des réseaux de vente différents… il y a mille manières de faire.

    Est-ce que vous vous plaignez, quand vous achetez une Polo, d’être subventionné par le milliardaire qui achète une Bentley au même constructeur ? Pourtant, c’est bien ce qui se passe.

    La marge bénéficiaire est bien plus importante sur la Bentley que sur la Polo, et « l’essence » du milliardaire, comme vous dites, le poussera tout naturellement à préférer une voiture de milliardaire, tandis que votre « essence » à vous vous poussera à préférer une voiture de peigne-cul, laquelle vous est vendue presque au prix coûtant. Donc dites merci au monsieur.

    Merci pour les statistiques. Je les consulterai un de ces jours. Je ne suis pas d’humeur à m’infliger un pensum ce soir.

    1. Istvan

      Cher Robert, vous ignorez une partie cruciale de mon propos : je ne veux pas spolier les vieux. Les deux-tiers de votre commentaire partent de ce principe. Alors que ce n’est pas le cas. Du tout.

      1. Robert Marchenoir

        Puisque vous le dites, je vous en donne acte. Considérez donc, comme je l’ai précisé, que je critique un courant d’opinion, dont vous concéderez qu’il existe.

    2. YP

      Non, pas de controle des prix de l’immo. Pas besoin : Il suffit de libéraliser le foncier, supprimer les POS, car les maires organisent par cemoyen la pénurie de terrain.

      Libéralisez le foncier et l’immo retourne à son vrai prix (sans doute 20/30% moins cher) dès le lendemain.

    3. Pascale

      D’autant plus que les jeunes d’aujourd’hui qui rêvent tous de devenir fonctionnaires feraient exactement (et font d’ailleurs : cf le refus d’abandonner les zavantagezakis) la même chose s’ils en avaient les moyens : vivre à crédit sur les enfants non encore nés …

      1. Robert Marchenoir

        C’est un peu la raison de mon agacement.

        Léjeunes voudraient nous convaincre que tout est la faute de lévieux qui auraient confisqué toute la richesse et niqué le système à leur profit, mais que je sache, ce sont léjeunes qui se prononcent à une majorité absolument ahurissante en faveur d’une carrière dans le fonctionnariat (je doute que les chiffres étaient les mêmes du temps où lévieux étaient jeunes), et, parmi tous ces jeunes auto-proclamés qui se plaignent que lévieux se soient gavés grâce à l’immobilier et à leurs retraites dorées sur tranche (?), je n’en entends pas beaucoup réclamer, simultanément, le report de l’âge de départ à la retraite ou le passage à la retraite par capitalisation.

        En fait, je serais curieux de savoir combien, parmi ces « jeunes » qui se plaignent de lévieux aujourd’hui, défilaient dans la rue il y a quelques années contre « la casse des retraites », c’est à dire pour conserver le système qui produit les effets dont ils se plaignent aujourd’hui.

        Sachant que tout partisan honnête de la réforme des retraites et de la retraite par capitalisation n’envisage pas de spolier les retraités du régime actuel, mais soutient bien évidemment une phase de transition qui permettrait de passer d’un système à l’autre.

        Enfin, à lire certains, être propriétaire de son logement à trente ans serait un drouadlôm. Ce n’est pas le cas. Un patrimoine se constitue au fil d’une vie, et bien entendu que la qualité de propriétaire ne s’acquiert, si elle s’acquiert, que tard dans la vie. De même que la possession d’un patrimoine conséquent, pour ceux qui y parviennent.

    4. Alex6

      Bien sur que les vieux se sont gaves avec l’immobilier: grace a tout le systeme social garanti par l’etat-providence base sur la dette, les vieux d’aujourd’hui ont eu un pouvoir d’achat immobilier bien plus grand que s’ils avaient eu a payer une plus grande part de leurs soins, retraites, routes, transports, education etc…
      Quand la dette petera a la figure des gamins d’aujourd’hui, on en reparlera de la situation de nantis a credit dont on profite les plus de 60ans actuels.

  30. Bougnatou

    Ah ! Les Intercités, quels trains merveilleux. Ayant des origines auvergnates, il m’arrive de temps en temps de prendre le train pour aller à Clermont-Ferrand, histoire de rendre visite à ma famille. Mais alors, les trains pour y aller, bigre ! Vous êtes d’abord obligé de prendre le train en cette magnifique gare de Bercy, à peine plus grande qu’une petite petite gare de province, où l’accès aux toilettes vous est refusé si vous n’avez que 45 cents au lieu des 50 quémandés par dame Pipi, et où vous attendez votre train dans une salle d’attente trop petite où tout le monde se piétine. Si vous avez un besoin urgent d’argent liquide, vous n’y trouverez nullement un distributeur automatique de billets, ce qui est assez comique pour une gare située à proximité du ministère des finances. Quant au matériel roulant, n’en parlons pas ! Ce ne sont que de vieilles rames Corail « rénovées » il y une dizaine d’années, et de nouveau en cours de rénovation « pour améliorer votre confort », naturellement. Les voitures remplaçant lesdites rames étant dans un état encore plus pitoyable. Le plus drôle reste les suspensions. Elles sont tellement usées qu’il ne faut surtout pas avoir le mal de mer, tellement l’on est ballotté. Et encore, si une valise ne vous tombe pas dessus, comme ceci m’est déjà arrivé une fois quand le train était dans une courbe. Ne parlons pas non plus des retards incessants, et de ces jolies enveloppes T remises à l’arrivée par un gentil employé de notre société nationale si chérie de nos gouvernants , afin d’obtenir un remboursement total ou partiel de votre billet. Retards dont il est difficile d’en connaître les raisons, et qui restent souvent bien mystérieux…. Bref, au point où on en est, Monsieur Pépy n’a qu’à mettre des wagons à bestiaux sur cette satanée ligne Paris-Clermont-Ferrand, lui qui, manifestement, méprise ces pauvres ploucs d’auvergnats……

    1. aristarque

      Méfie toi, avec une telle tendance à l’économie et au recyclage, les wagons à bestiaux risqueraient peut-être d’ avoir déjà servi depuis 1914 et d’ être encore plus fatigués.

  31. Alex6

    Alors les troll SNCF, les wagons perdus, c’est a cause de la gestion privee des voies? Parcequ’on y a eu droit pendant des annees avec l’exemple anglais!

  32. skunker

    Ils sont à la sécu, ils servent à ranger les dossiers perdus. Comment pensez vous qu’ils fassent pour qu’il n’y en ai pas 3 cm sur le sol de chaque agence depuis le temps que ça dure ?

  33. vivalatina

    Ils consentent à faire rouler des petits trains ici et là, avec à peu près tous les wagons, parfois, globalement dans la bonne direction, et autour des horaires annoncés.

    j’aime toujours autant le style, merci.

Laisser un commentaire