Les Keynésiens ont gagné la bataille mais perdront la guerre

Fermez le ban : l’Austérité, c’est LE mal. L’humanité devait déjà gérer les plaies immondes que sont les OGM, la cuisine trop grasse, le nucléaire, l’ultraturbolibéralisme et l’Inquisition Espagnole. Il faudra, c’est sûr, ajouter l’Austérité à cette liste insupportable. C’est, en tout cas, l’unique conclusion à laquelle on peut arriver si l’on lit nos journaux : à n’en plus douter, l’horreur économique a un nom et c’est celui de l’austérité.

Et tout est arrivé d’un seul coup d’un seul, par surprise. Personne n’était au courant, et, paf, au détour d’une erreur tragique de calcul, tout le monde a été confronté à l’évidence : l’austérité entraîne des maladies graves et problèmes économiques insoupçonnés !

Et les journalistes de se jeter sur la nouvelle : l’étude de Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, qui montrait une corrélation négative entre endettement public et taux de croissance d’un pays, contient une erreur. La corrélation semble d’un coup plus difficile à établir. La conclusion est évidente : on peut très bien rester actif même après une bonne bière dette, et l’austérité qu’on tente de nous imposer depuis plusieurs mois, en Europe et aux Etats-Unis, est une abomination.

Nobody never expects the Spanish Inquisition

Et le mot abomination n’est pas trop fort puisqu’outre les écrouelles et des millions de chatons énucléés, l’austérité fait directement exploser le nombre de suicides et de meurtres en Grèce, par exemple. Enfin plus exactement, disons que la crise économique a entraîné du chômage, et que ce chômage a provoqué une hausse des suicides. Et de là à dire que c’est l’austérité qui provoque les suicides, c’est un peu rapide mais pas suffisamment tendancieux pour effaroucher le journaliste de base qui s’empresse alors de conclure au lien évident.

Bon, évidemment, lorsqu’on regarde les chiffres, on voit que l’austérité grecque est tout sauf évidente. Et lorsqu’on s’acharne et qu’on conteste, on re-regarde les chiffres et on aboutit à la conclusion sans appel que la Grèce n’a pas encore commencé à faire les coupes massives nécessaires à un redressement de sa situation. Oui, c’est difficile à croire. Oui, c’est, comme le dit l’auteur (grec) de l’article lié, très contre-intuitif d’autant que tout le monde s’arrête sur des cas particuliers en refusant de regarder les chiffres macro-économiques qui dérangent. Et oui, cela va violemment à l’encontre de ce qu’on entend, ce qu’on lit partout.

Pignouferies de presse

Et pour ce qui est de lire partout les méfaits de l’austérité, les quotidiens s’en sont donnés à cœur joie. La découverte de l’erreur a été l’occasion de pousser un gros soupir de soulagement pour tous les économistes keynésiens et une très grosse majorité de journalistes (qui sont à l’économie ce que la pâte à modeler est à la sculpture sur marbre), qui ont donc pu se jeter sur leurs petits crayons pour pondre moult articles dont la teneur est, finalement, toujours la même : l’austérité est une catastrophe, il faut arrêter ça et revenir aux bons vieux principes keynésiens de l’ouverture en grand des robinets généreux de l’argent des autres.

Je caricature à peine puisqu’on en est maintenant à la prise de parole de doctes savants économiques pour nous expliquer qu’on est allé trop loin. Louis Gallois, l’auteur d’un rapport mort-né dans une longue (et fort discrète) agonie, se fend des habituelles remarques sur l’impact négatif de toute cette méchante retenue budgétaire qui empêche, au final, à une solide croissance de revenir. Mais heureusement,

« L’Europe est en train de prendre conscience que l’addition des politiques d’austérité conduit dans le mur. »

gallois facepalmPartant de là, le fier thuriféraire étatique nous balance sa recette-minceur, en expliquant qu’il faut « desserrer les calendriers de retour aux équilibres », avoir « une politique plus accommodante de la Banque centrale européenne » et utiliser les « capacités de croissance des pays en excédent, essentiellement l’Allemagne ». Autrement dit, relancer la croissance de la dette, relancer l’impression de billets, relancer le pillage des pays qui s’en sortent mieux. Miam, la relance, y’a que ça de vrai !

Et quand ce n’est pas les sous-fifres républicains, ce sont tous les autres économistes que les médias adorent, à commencer par les barbus américains, à la Bernanke & Krugman, qui s’en mêlent : l’austérité, ça va bien, mais il y en a eu trop, voyez-vous, c’est horrible la pression, mes petits amis, c’est horrible, c’est horrible, c’est horrible. Alors il faut alléger un bon coup.

L’Austérité Light, voilà donc le nouveau mot à la mode chez nos dirigeants : on va faire des budgets ciselés avec précision pour être bien propres sur eux, mais pas austères, rigoureux mais généreux à la fois, qui font de la relance, mais ciblée cette fois. Fini de rire, fini la grosse massue, l’épandage massif, les sprinklers à pognon et les vannes à billets ouvertes en grand ! Maintenant, on va faire dans la relance chirurgicale, en quelque sorte.

Moyennant quoi, on pourra déclarer que les économistes libéraux ont eu tout faux avec leur relance, et que les Keynésiens ont eu raison, c’est génial, c’est super, et c’est un gloubiboulga difficile à digérer, mais baste, puisque l’austérité va disparaître, faites péter les petits-fours !

Évidemment, les keynésiens, si souvent, si délicieusement socialistes, oublient obstinément les résultats déjà obtenus, collectés et analysés depuis des décennies sur toutes les relances qui furent faites, ici et ailleurs. En outre, une relance (i.e. un creusement des dettes) pour abonder les « investissements » pas productifs (i.e. les dépenses courantes de l’État et la distribution de sucettes à l’électorat idoine), ça n’a jamais fonctionné : on voit mal comment la redistribution peut produire de la valeur ajoutée, alors qu’elle favorise franchement une baisse de la compétitivité. L’appauvrissement français est alors double : par la ponction, toujours plus forte, et par la redistribution de n’importe quoi n’importe comment.

Pendant ce temps, les dépenses ne baissent pas. Elles augmentent, encore et encore (par exemple, le salaires des fonctionnaires de l’État a encore augmenté). Cela se voit, partout. On nous parle d’austérité, on voit mal de laquelle on veut nous parler. Les prélèvements, logiquement, continuent d’exploser records sur records (pfiou, tout ce turbolibéralisme, cela fait peur !). Et lorsqu’on sait que les hausses d’impôts (cette austérité là) est le plus court chemin vers la récession, on ne s’étonne absolument pas du résultat obtenu.

La réalité est que l’austérité, cette austérité qu’on nous vend actuellement, plus personne ne peut y croire : parce qu’elle ne marche pas, et qu’elle ne marche pas parce que ce n’est pas, justement, de l’austérité !

Les Keynésiens et ces journalistes un peu incultes en économie croient avoir gagné une bataille en barbouillant leurs articles de multiplicateurs, d’équations complexes et de baratin sophistiqué pour justifier la hausse des dépenses étatiques, assortie de hausses carabinées d’impôts. La guerre économique qui se livre actuellement, elle, sera sans pitié, touchera tout le monde et son issue, comme le retour à la réalité, sera inéluctable : les socialistes perdront parce qu’à un moment ou un autre, ils arriveront à court d’argent des autres.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires120

  1. Martin

    De toute façon nous sommes sauvés. C’est Hollande qui l’a dit: « avec nous ce n’est pas de l’austérité, parce que nous avons de bonnes intentions ».

  2. Le Gnôme

    Chic, je vais pouvoir enfin expliquer à mon banquier que l’austérité qu’il veut m’imposer est contre-productive, et qu’il faut me laisser du temps, beaucoup de temps pour éponger mon découvert, et qu’une petite rallonge serait la bienvenue.

    1. RTP

      En plus, quand même, il pourrait comprendre qu’il suffit de prendre dans un compte en excédent pour couvrir votre découvert. Je vous jure, il y a des gens qui sont vraiment prêt de leur sous c’est effrayant.

  3. Sayo

    Le début de la fin se situant très précisément le jour où les allocs ne pourront plus être payées. En attendant, le Français moyen, bonne pâte, continuera de mettre la main à la poche trouée de l’Etat…

    1. douar

      Déjà, les collectivités territoriales voient leurs dotations sérieusement rognées: augmenter les impôts locaux n’est pas franchement bien vu, surtout que tout le monde y passe. Les élus se font petits et rasent les murs, après avoir rasé gratis.

      1. max

        Mon appart en France a quand même vu la taxe foncière enfler avec décontraction de 70% en 5 ans, il est temps que les élus se calment sur la pédale ratiboisage façon barbier de Sibérie.

        1. bob razovski

          c’est un petit score.
          Mon appart a pris, en 5 ans, 300% d’augmentation en foncier et 500% en taxe d’habitation. Chose étrange, il y a 5 ans la ville basculait bisou compatible…

    2. jacqueshenry

      Et les retraites ! Je suis retraité ex-contractuel de l’Etat français et si ma retraite est amputée de seulement 10 %, je ne pourrai plus boucler mes fins de mois. Je m’attends donc au pire qui devrait arriver avant la fin du quinquennat s’il arrive à sa fin …

  4. Ayunkel

    Il me fait bien rire Mr Gallois (piponomiste gouvernemental) avec ses déclarations « Il faut que les pays européens qui sont excédentaires augmentent encore plus leur croissance, comme l’Allemagne qui en a le potentiel, pour tirer l’Europe » ie que l’Allemagne paye pour les PIIGS. Jusqu’à la fracture ferme et définitive entre Nord (désendetté après de gros efforts) et Sud (sous tutelle de la troika) de l’Europe. Et la France sera en tête de file des pays « pauvres et corrompus » du Sud (http://www.europe1.fr/Economie/Louis-Gallois-reclame-de-la-croissance-1490075/)

    1. LeRus

      Je commence de plus en plus à croire non pas à l’éclatement de l’EU, mais en effet à une scission Nord-Sud. Tout le monde (ou presque y trouverait son compte:
      – Les pays qui bossent et de jettent pas l’argent par les fenêtres (désolé du politiquement incorrect) n’auraient plus à payer pour les allocs des autres (j’ai appris hier que la Grèce et l’Espagne offraient, jusqu’à l’an dernier 2.500€ aux familles pour leur 3è enfant!)
      – La France pourrait se pousser du col en devenant le premier des pays du Sud et approuver une orgie de relance en dévaluant une monnaie pourrie pour longtemps.
      – Ce sera aussi l’occasion de nous débarrasser du RU une fois pour toute.

      J’ai toujours été un européen convaincu mais en entendant ça et là les remarques des européens j’en suis arrivé à cette conclusion.

      1. jacqueshenry

        En ce qui concerne l’Espagne (où je coule une retraite tranquille) c’est faux, la mesure a été supprimée dès le début du mandat de Rajoy et pour la petite histoire, à Santa Cruz de Tenerife, deux marchands de poussettes ont tiré le rideau … Si cette mesure ne servait qu’à la survie des marchands de poussettes, il était tout à fait normal de la supprimer !

    2. sarah

      encore un truc hallucinant lancé par un de nos charmant « politiprout »…La Merkel doit voir rouge quand elle entend des trucs pareils !! Sacré Jean de la Fontaine il ne se doutait pas qu’il ferait des prévisions économiques à très long terme en écrivant ce poème d’anticipation « La cigale et la fourmi » : et maintenant que le sud a chanté tout l’été, que va faire le nord ??

      1. aristarque

        Tondre la fourmi teutonne! C’est du moins son projet inavoué mais perceptible. Peut-être que Pépère ca-t’en-guerre va finir par décider l’ occupation de la Ruhr et de la Bavière pour mettre la main sur le magot de l’ excédent commercial de la Teutonie am Rhein : un an de benef teuton vaut deux ans de trou annuel français. En plus, on se desendetterait fissa et à nous les belles allemandes à gros moteurs…

        1. Pascale

          J’ai cru, avant d’arriver à la fin de votre phrase, que vous alliez écrire « les belles allemandes à gros tétons » …

  5. Istvan

    C’est pas en France qu’une pétition pour construire l’étoile de la mort (construction qui si elle est évaluée au seul prix de l’acier seul nécessaire à construire la dite étoile nous apporterai sur un demi-siècle près de 1500% de croissance annuelle) récolterait des millions de signatures… Qu’attendons-nous ?
    Par curiosité, un scientifique vraiment calé peut-il me renseigner sur la validité d’une telle démonstration par l’absurde ?

    1. Elphyr

      C’était dans les demandes des américains au gouvernement… qui, malgré avoir répondu par la négative, l’a fait avec énormément d’humour.

      Je ne suis pas certain que vous ayez besoin d’un scientifique pour expliquer pourquoi les « grands travaux » sont excellents à court terme mais vraiment néfastes quand non-rentables.

      On pourrait créer une autoroute Boston-Amsterdam, ça créerait plein d’emploi et ferait fonctionner le marché mondial. Mais l’ inutilité à long-terme du projet rend son rendement caduque et, au final, aura fait beaucoup plus de mal que de bien.

      C’est le même principe pour la Death Star. Même si la domination planétaire est tentante, ce ne serait ni rentable ni utile. Le marché, comme la Nature, comme la logique, n’aime pas les choses inutiles (ce que les socialistes ne semblent pas en mesure de comprendre, pauvre Darwin…).

    2. gem

      @elphyr
      tu n’a pas vu que c’était du 2nd degré ?

      @Istvan
      L’absurde ne fait pas peur aux zozo dont on parle. Le fameux Krugman, pas exemple, a bien évoqué sérieusement l’effet de relance d’une menace d’invasion extra-terrestre…
      Une démonstration par l’absurde, même valide, ne sert à rien contre eux.

      1. pierre

        Si l’Europe ne s’embarrasse pas de l’étoile de la mort ou des extra terrestres c’est parce qu’elle n’en a pas besoin. Le RCA et son GIEC suffisent pour activer la pompe à pognon.

  6. Pandora

    Un seul pays fait de l’austérité en Europe : l’Allemagne.
    Elle est en excédent commercial et extérieur et elle rembourse sa dette (qui était de 116% en 2012).
    Mais les autres pays dépensiers peuvent bien brailler.. Le Ministre allemand des finances vient de déclarer que l’Europe (pas seulement l’Allemagne) est attachée à la réduction des déficits et que personne de sérieux ne peut croire qu’il existe une autre alternative.
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202719813591-wolfgang-schauble-personne-ne-peut-croire-qu-il-y-a-une-alternative-a-la-reduction-des-deficits-560144.php

    1. sarah

      si il y en a qui y croit….nos politiques français et certains français dont la théorie keynesienne est la seule alternative économique possible 🙁

      1. Jeanpierre

        alternative, c’est quand il y a au moins deux choix. Eux, il n’envisage rien d’autre que la relance, la relance et je me souviens plus du troisième. La relance je crois. Donc, c’est pas une alternative. On se rapprocherait plutôt du dogme. Et en matière économique, on connait les dégâts qu’engendrent les deux frères jumeaux, dogmatisme et utopie.

  7. mominette

    Prenons une famille sur-endettée, croulant sous les saisies sur salaires, la valse des huissiers, et la menace d’expulsion.

    Lui demander de cesser de passer l’après-midi au café, de jeter ce qui reste du rôti quand elle n’a plus faim et de revendre la troisième voiture dont elle ne se sert d’ailleurs jamais, ce serait « cruel ».

    Mieux vaut oublier que la moitié des salaires est retenue à la source, ne rien rembourser, et vite réserver au Club Med à crédit !

    NB : selon des gauchos, ce raisonnement est débile, l’endettement des Etats « n’étant pas du tout la même chose » 🙂

    Keynes, Krugman, Bourdieu, sont les lumières de notre future prospérité !

  8. simple citoyen

    Et n’oublions pas le réajustement du PIB US, qui ne tenait pas assez compte d’éléments qu’il intégrait pourtant déjà… ce qui nous donne un petit +3% de PIB d’un coup et d’un seul de la baguette magique de nos grands calculateurs. Mais bon, on n’en parle guère et une recherche Google ne donne pas grand chose. Et pourtant.
    Crative accounting anyone?
    http://www.zerohedge.com/news/2013-04-21/us-gdp-will-be-revised-higher-500-billion-following-addition-intangibles-economy
    et pour quelques explications de texte:
    http://market-ticker.org/akcs-www?post=220030

  9. Martin T

    http://trueeconomics.blogspot.be/2012/06/762012-sunday-times-may-13-2012.html

    « Firstly, the villain of the European austerity is a bogey. In 2011-2012, euro area fiscal deficits will average 3.7% of GDP per annum, identical to those recorded in 2010-2014 and deeper than in any five-year period from 1990 through 2009, including the period covering the recession of the early 1990s. The ‘savage austerity’, as planned, is expected to result in historically high five-year average deficits. At over 3.2% of GDP, 2012 forecast deficit for the common currency zone will be 6th largest since 1990.

    Instead of shrinking, euro area governments over-spending will remain relatively static under the current ‘austerity’ path. Per IMF, general government revenues will account for 45.6% of GDP in 2011-2012, well ahead of all five-year period averages since 1990 except for 1995-1999 when the comparable figure was 46% of GDP. The same comparative dynamics apply to the government expenditure as a share of GDP.

    In other words, euro area voters are currently revolting against the austerity that, with exception of Greece and Ireland, is hardly visible anywhere.

    Secondly, the talk about Europe’s growth stimulus is nothing more than a return to the policies that have led us into this crisis in the first place. In 1990-1994, euro area public debt to GDP ratio averaged 59%. By 2005-2009, the average has steadily risen to 71%. In 2010-2014, the forecast average will stand at 89%, identical to the ratio in 2011-2012. Euro area is now firmly stuck in the policy corner that required accumulation of debt in order to sustain economic activity. Since the mid-1990s, the EU has produced one growth policy platform after another that relied predominantly on subsidies and public investment.

    By the mid-2000s, the EU has exhausted creative powers of conceiving new subsidies, just as the ECB was flooding the banking system with cheap liquidity. At the peak of the subsequent sovereign debt crisis, in March 2010, Brussels came up with Europe 2020 document – yet another ‘sustainable growth’ scheme through featuring more subsidies and public investment. »

    De toute façon cela se terminera par des défauts en cascade. Tous les ponzis ont une fin et même les meilleurs. Madoff a tout de même tenu un sacré bout de temps, et nos « politocards » poussent le problème depuis 1973, et l’élastique quand il va lâcher, parce qu’il va finir par lâcher (loi de Hooke), fera en sorte que la crise de 2008 apparaîtra comme une visite à Disneyland.

    Vue le niveau de connaissances économiques de la presse en France, pas étonnant d’entendre un ramassis de stupidités à longueur de temps.

    Juste une parenthèse, si je me base sur le taux de participation à l’emploi tel qu’il était en mars 2008 aux US, j’arrive à un taux de chômage à 11.5%, bien loin des 7.6% affiché malgré les annonces de reprises de l’emploi relayé par la presse.

    Après la presse people, nous avons la presse « pipeau ».

    Cordialement,

    M.

    1. sarah

      Ca fait peur !! Encore une preuve qui nous empêche d’entrevoir une issue à nos problèmes francais mais plus globalement européen. Plus ils s’entêtent à soutenir l’économie plus ca va mal !! Pourtant « Gouverner c’est prévoir » qu’il avait dit 🙂

    2. Pascale

      Pour ma part, il n’y a pas de crise de 2008. 2008 est le départ de la crise dans laquelle nous sommes plongés depuis 5 ans. Et la fin ? Pas avant 3 ans, et encore avec les incompétents qu’on a aux commandes, m’est avis qu’on est partis pour ne jamais en sortir.

      1. johnny_rotten

         » Pas avant 3 ans »
        Je pense que même si la situation s’améliore, on ne reviendra jamais à une situation équivalente à celle qu’on a connu avant la crise.

      2. channy

        3 ans dans le meilleur des cas et en arrêtant les conneries de suite..on achète du temps depuis 2008, et rien n’est reparti..

        @johnny_rotten
        D’accord avec vous, on ne reviendra pas à une situation équivalente à celle d’avant crise..pour avoir « expérimenté la crise du Sud -Est asiatique » cela s’est passé ainsi.

  10. Ayunkel

    Aucun rapport avec l’article mais j’attire votre attention sur la PPL de Bruno Le Roux, Christian Eckert et Catherine Lemorton (http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0909.asp) qui pourrait entrer en vigueur dès le 1er juillet (les articles sur ce sujet ne manque pas) et « accueilli avec scepticisme par les gérants. Ils craignent que les fonds retirés soit majoritairement utilisés pour rembourser des emprunts ou placés dans d’autres produits de placements plus liquides, comme le Livret A. C’est ce qu’il s’était passé en 2005, lorsque les Français avaient sorti 7,5 milliards d’euros de leur épargne longue dont une majorité avait été réaffectée vers d’autres placements, selon l’Insee. Le coup de pouce à la consommation avait donc été limité. »

      1. YP

        Je note que : « Les pertes de recettes qui pourraient résulter pour l’État de l’application de la présente loi sont compensées à due concurrence par la création d’une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du code général des impôts. »

        575 et 575 A = Articles relatifs à la taxtation des pauvres fumeurs.

    1. Totallystone

      J’aime beaucoup cette idée, mais le socialisme carburant à l’argent des autres ils ne laisserons jamais faire.
      Du coup je vous conseille l’Australie, vous avez un choix de climat plus vaste qu’en fRance.

      1. Alex6

        Ah non, foutez-nous la paix. Ces abrutis du Labor ont deja bien cogne sur l’economie ici, inutile d’en rajouter en y mettant de la mentalite franchouille!

  11. Sébastien R

    Après le meme drapeau français avec la mention « FAIL, yes, the whole country » (que j’adore), je suggère la création de la version Union Européenne.

    Sinon pour la migration, ils le tentent aux USA mais ça ne marche pas encore alors en France où les libéraux sont tellement peu nombreux…

  12. Flo

    J’ai entendu Axel de Tarlé parler avec gourmandise de cette erreur de calcul fatale.
    Et de découvrir – oh quelle surprise – que le calcul montrant qu’à partir de 90 % de dette publique la croissance devenait nulle quoiqu’on fasse était déclaré faux au moment même où la France atteignait 90 % de dette publique et une croissance nulle.
    Bof la démonstration. Il aurait peut-être pu trouver mieux comme contre exemple 🙂
    L’image du mur ne semble plus adéquate.
    A la vitesse à laquelle nous nous sommes précipités dessus on a déjà dû le traverser sans s’en rendre vraiment compte.
    L’image d’un trou noir paraît maintenant plus réaliste parce que là quelque soit la vitesse atteinte par le pédalo…

  13. Lib

    Ce qui est tordant, c’est que tous ces gens nous disent en substance (i) ce que fait l’Allemagne est ruineux (ii) l’Allemagne (qui mystérieusement n’est pas ruinée) doit payer pour ceux qui ne font pas comme elle (qui mystérieusement sont ruinés).

    Je me demande comment ils font pour éviter que leur cerveau fasse sproutch.

  14. gem

    Ah mais si, il y a une terrible austérité. On a pas pu augmenter les salaires de 10%, par exemple. Et on a pas pu embaucher 100 000 fonctionnaires de plus. On n’a pas encore pu faire Paris-Montagne l’hiver
    Et on a pas pu faire construire deux musées du monde méditerranéen à Marseille, on a du se contenter d’un seul. Oups pardon, ça, si on a pu le faire. Bon, mais on a pas pu en faire trois.
    Tout ces horrible sacrifice, tu ne te rends pas compte, h16

  15. max

    pour la grece , le coté +100% de chômeur et PIB inférieur a 2008 , n’a aucune influence sur la hausse de dépense exagéré de 3% des dépenses publique ? laisser mourir les pauvres et les malades ( faute de soins et de medicaments ( cf medicaments contre les metastases , ou la situation dramatique du secteur psychiatrique ) c’est de la crise pas de l’austerité ?

    Non juste je demande , faut laisser crever combien de grecs et laisser entrer combien de néo nazis ( pas liberaux hein ) dans leur parlement pour prouver que les politiques sont des m….e . Faire fis de ce qui arrive au peuple grecs pour prouver que en tant que grand liberal qui a tout compris que « c’est pas l’austerité » en grece, c’est limite non ?

    1. Augmenter les impôts sans toucher aux dépenses, c’est pas l’austérité, c’est la continuation des problèmes. Les Grecs souffrent d’avoir augmenté les doses de leur poison, pas de l’avoir diminué.

      1. max

        je vois plus ca comme un autre poison « en plus »
        non content de boire la cigue fourni par leur polytocards, les voila en sus abreuvés « d’austerité »

        la « beuh  » du magouicien local c’est quand même de la petite came face au « speedball » proposé par nos zélés zélites zeuropéenes

          1. Alex6

            Il y a austerite dans le sens ou le gouvernement coupe dans les depenses sociales mais ne diminuent pas son train de vie. En gros, il laisse crever son peuple tout en continuant a augmenter les prelevements.
            Sans etre d’accord avec les critiques de cette facon de faire, il faut admettre que la methode Grecque est particulierment stupide et devastatrice pour ceux qui tiennent grace aux subventions diverses.
            Couper les depenses sociales, c’est tres exactement le dernier poste de depenses a reduire, pour des raisons de stabilite sociale justement.

    2. mominette

      Max, ne te laisse pas intoxiquer par les média qui veulent te persuader qu’une reprise en main des dépenses publiques, c’est la mort du pov »peuple !

      Va faire un long tour en Grèce ! Tu verras que les gens n’ont rien changé à leurs « mauvaises habitudes », sauf qu’ils se promènent avec des fortunes en euros dans leurs poches, des fois qu’on leur ferait en douce le coup du retour à la drachme.Tu ne verras un « pauvre » fouiller les poublles sous l’oeil horrifié des caméras (françaises de préférence), avant d’aller descendre en rigolant quelques verres d’ouzo au bistrot le plus proche.
      Rien n’a changé chez les hellènes, pas même dans leurs hostos. Personne ne paie de TVA, d’impôts, ou même de métro, le gouvernement est toujours aussi pauvre, et c’est nous qui payons.
      En fait, c’est la presse française qui veut démontrer que l’austérité tue !

  16. max

    Ces keynésiens ne me semblent pas l’être. L’idée de Keynes était contra cyclique, réduire la dette dans les bonnes périodes et l’inverse dans les mauvaises. La France n’a jamais arrêté de creuser la sienne, même avec la fameuse cagnotte de Jospin qui est partie je ne sais plus où, du coup après des décennies, il n’y a plus rien sous la pédale. Donc maintenant, c’est la patate chaude et la question de savoir qui va se faire rincer.

    1. Fwh

      La cagnotte de Jospin, c’était un déficit moins important que prévu. Comprenons-nous bien, ce n’était même pas un excédent, non, juste un déficit moindre.

      Jospin, en bon socialiste qui se respecte, plutôt que de dire « bon ben, c’est bien, on s’est endetté moins que prévu », a préféré dire « oh ! un découvert moins grand que prévu, vite dépensons pour arriver au découvert maximum autorisé ! ».

        1. max

          Chirac en pantoufles faisait la sieste sur son canapé.

          Cela dit, je pense que Hollande va utiliser le même joker que Chirac, une dissolution de l’assemblée suivie d’une cohabitation avec un gouvernement UMP qui sera sur les genoux en 2017.

          1. aristarque

            Question dépenses à tout va, guerres extérieures et creusement de la dette à donf, en se référant à Nikola 1er qui avait également tous les pouvoirs, on ne verrait guère de différences avec le jacquemart actuel.

          2. vengeusemasquée

            Dissoudre serait la meilleure solution pour la gauche dans la mesure où nous avons la soi-disant droite la plus conne du monde. Elle fera donc exactement la même chose que ne faisait la gauche et se prendra les pieds dans le tapis exactement comme ne le fait flanby. Ce dernier pourra ensuite revenir avec un triomphal « je vous l’avais bien dit ! Ils ont fait de la merde avant moi et ils ont continué en cohabitation. Si vous m’aviez laissé faire, je l’aurais trouvée moi la solution (heuhhh) ». Et c’est reparti en 2017 pour 5 ans de socialisme assumé.
            On est mal barrés là, franchement.

  17. godefroy

    De ce que j’ai compris de la théorie de Keynes, les Etats doivent lancer des programmes publics pour soutenir l’activité en période difficile (ce qui suppose de s’endetter) ET ils doivent rembourser les dettes ainsi créées lors des périodes plus fastes (quand les rentrées fiscales sont plus favorables).
    Or, il semble que les gouvernements qui se sont succédé depuis des décennies ne font que la première partie (le plus agréable aux yeux des gouvernés).
    Pendant la cohabitation Chirac-Jospin, il avait été question d’une « cagnotte fiscale » (divine surprise liée à une croissance plus forte que prévu pour une fois). Qu’en ont-ils fait ? Ils l’ont « redistribuée » pour la plus grande joie des Français qui n’en n’ont pourtant pas beaucoup vu la couleur pour la plupart !
    Et pourtant, on s’est posé la question pour une fois !

    1. vengeusemasquée

      Aucun de ces blaireaux soi-disant keynésien n’a vraiment lu JM Keynes. Le pauvre ne méritait pas d’être trahi comme ça. Il était sincèrement contre l’intervention de l’Etat dans l’économie et pour des dépenses publiques les plus faibles possibles. Il s’est surtout montré très naïf sur la nature humaine, en particulier lorsque celle-ci a les commandes du budget public et de la machine à pondre des lois.

  18. Fwh

    Pendant ce temps, le Monde publie un article sur une étude de climatologues qui prétendent connaître la température moyenne du globe à 0,1°C près… sur les 1400 dernières années.

    Bien sûr, aucun questionnement sur la validité des données, puisque cette étude soutient la thèse réchauffiste. On peut supposer qu’il en eût été autrement dans le cas contraire (ou qu’il n’y aurait pas eu d’article du tout).

    Mais, puisqu’ils nous disent que ces résultats sont obtenus à partir de « l’analyse des cernes des arbres, des coraux, des pollens, des sédiments, des carottes de glace et des stalagmites dans les grottes », ça ne peut être qu’ultra-précis. Marge d’erreur extrêmement faible. Données super fiables. Bien sûr. Ah oui, on souligne quand même qu’il n’y a pas de données pour l’Afrique, parce que c’est trop compliqué à obtenir. Mais malgré cela, nos données sont tip-top, ultra-précises, puisqu’on vous le dit mon bon monsieur.

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/22/la-periode-1971-2000-la-plus-chaude-de-ces-quatorze-derniers-siecles_3164027_3244.html

    1. aristarque

      Dans la terre, à partir d’ une faible profondeur, la température reste extrêmement stable été comme hiver. Je ne vois donc pas comment on peut supputer la température extérieure et ses variations en disséquant les stalactites (les stalagmites étant engendrées par les premières citées)?

      1. gem

        les stalag(t/m)ites se construise à partir de fuites d’eau de la surface, et sont donc indirectement sensible au climat de surface, via la concentration en divers isotopes. C’est très indirect et ça revient à supputer le climat à partir d’un thermomètre qui fait une moyenne sur plusieurs années. Et ce genre de thermomètre ne vaut pas un clou : ça transforme en année « normale » une année exceptionnelle comme 1947, qui fait partie à la fois des plus froides (en février) et des plus chaudes (en aout) de toute la période connue précisément (deux siècles)

  19. sarah

    cher H16, vous partez du principe que les journalistes, politiques comprennent la chose économique, ses engrenages, et qu’ils souhaiteraient réellement changer l’avenir du pays pour le bien de la population. Or nous savons tous qu’ils en ont absolument rien à faire puisque leur seul souci est de s’assurer pour les uns de maintenir leur petits privilèges et conserver leurs amitiés politiques (les 2 raisons étant liées) et pour les autres de ne pas faire trop de vagues pour se faire réélire quitte à dire des inepties économiques ou/et politiques. Un petit monde bien huilé et qui s’entre aide à coup de copinerie !

    1. duff

      « vous partez du principe que les journalistes, politiques comprennent la chose économique, ses engrenages, et qu’ils souhaiteraient réellement changer l’avenir du pays pour le bien de la population »

      Je crois que ce n’est le cas d’aucun lecteur ici et encore moins de l’auteur!

    2. oli71

      je crois que l’auteur de ce blog constate jour après jour (et à juste titre) que journalistes et politiques sont d’authentiques buses en économie…

  20. tmtisfree

    Il faudrait plutôt dire néo-keynésiens, Keynes n’ayant jamais prescrit qu’une relance temporaire par le déficit (qui est critiquable), pas indéfiniment en temps et en quantité :

    « By a continuing process of inflation, governments can confiscate, secretly and unobserved, an important part of the wealth of their citizens. By this method they not only confiscate, but they confiscate arbitrarily; and, while the process impoverishes many, it actually enriches some. … Those to whom the system brings windfalls… become “profiteers” who are the object of the hatred…. the process of wealth-getting degenerates into a gamble and a lottery. Lenin is said to have declared that the best way to destroy the Capitalist System was to debauch the currency …. Lenin was certainly right. There is no subtler, no surer means of overturning the existing basis of society than to debauch the currency. The process engages all the hidden forces of economic law on the side of destruction, and does it in a manner which not one man in a million is able to diagnose. » – Keynes, 1919.

    La conclusion rappelle ce mot de Margaret Thatcher :
    « The problem with socialism is that you eventually run out of other peoples’ money. »

    1. YP

      Ne vous a-t-on jamais expliqué que la France était un pays riche ? Le français est, à ma connaissance, le seul peuple qui ait librement consenti à porter à la présidence un type qui n’aime pas son pays.

      Donc la France est un pays riche. Il suffit de la faire cracher.

      1. max

        Virtuellement riche, nuance :

        Ce processus d’appauvrissement a commencé: les détenteurs de dépôts bancaires à Chypre ont découvert qu’ils étaient moins riches qu’ils ne le croyaient. Les détenteurs de titres de la dette grecque également. La richesse immobilière des Français pourrait se réduire sous l’effet d’une baisse à venir de l’immobilier. Ce processus n’en est qu’à ses débuts : l’étude de la BCE montre qu’il sera de très grande ampleur.

        http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2013/04/17/lallemagne-est-elle-un-pays-pauvre-deurope.html

  21. Llah

    Fonctionnaire d’Etat, ça fait juste trois ans que j’explique à mes proches que la réduction d’effectif s’est accompagné d’augmentation des primes substantielles. A cela le vieillissement des agents (moins d’arrivants « jeunes ») conduit inexorablement une augmentation plus forte de la moyenne.

    En tout cas merci pour ce traditionnel (pour moi en tout cas) plaisir matinal.

    1. vengeusemasquée

      Si on considère l’ensemble de la fonction publique, FPE, FPT, FPH, c’est surtout le vieillissement qui a un impact sur la masse salariale globale. En effet, pour les néophytes, sachez que l’augmentation des salaires des agents est garanti par le statut général de la fonction publique de 1983 par lequel c’est l’avancement de carrière qui est garanti. Techniquement, chaque fonctionnaire gagne des points, grimpe dans les échelons de son grade, en fonction d’une grille préétablie avec 3 vitesses différentes. En principe, quand on est superperformant, on grimpe au mini, et quand on est un gros branleur, on grimpe à l’ancienneté. Il n’est pas possible de ne pas grimper du tout, c’est interdit. Donc la masse salariale augmente mécaniquement, surtout en l’absence d’embauche de jeunes à petit indice.
      Sachant aussi qu’une bonne partie de l’avancement se fait au plus court sans aucune justification mais parce que c’est un « choix politique », en particulier dans la FPT… CQFD.

  22. Jeanpierre

    D’accord ils ne gagneront pas la guerre. Mais qu’est ce qu’ils laisseront derrière eux : des ruines fumantes? Et à leur degré d’obstination dans la relance, je trouve que leur connerie subjective intellectuelle est entrain de devenir une vraie trahison objective de leurs administrés.

  23. Pascale

    C’est ainsi que l’on voit de fiers gauchistes croyant moucher l’ignoble libéral, lui balaner à la figure que Sarkozy a creusé la dette de millions (milliards ?) d’euros, lui, et que c’est donc rien qu’un méchant. En oubliant, toute honte bue, que la politique de relance de 2008, était une politique keynésienne purement socialiste dont on constate les résultats mirobolants aujourd’hui … Et en oubliant aussi que Sarkozy est tout sauf libéral, mais ça c’est une autre histoire.

  24. Pascale

    En parlant d’horrible austérité Delanoë a-t-il renoncé aux travaux pharaoniques devant modifier Paris ?
    Parce que claquer des milliards d’euros gratuits, comme ça, en s’amusant sur des maquettes présentées par des architectes, je ne vois pas trop comment on mène une politique austère de réduction des dépenses.

    1. mario

      Il y a le blog Delanopolis mené par un élu d’opposition au conseil municipal qui relate fidèlement la vie parisienne sous la férule delanoesque.

  25. sdw

    Une brave âme peut-elle me dire quel sera l’impact de cette nouvelle politique sur la force de l’euro par rapport aux autres monnaies ? Je pense en particulier aux CHF et USD. Merci.

    1. Comme il y a une course à celui qui imprimera et inflatera sa monnaie le plus vite, je dirais que sur le moyen terme, le dollar finira par gagner, puis l’or.

  26. johnny_rotten

    Dimanche soir, j’ai vu sur M6 dans « Capital « , le chapitre des escroqueries consacré aux escroqueries financières dans les services et établissements publics.
    J’ai bien peur que ce soit simplement un petit morceau émergeant de l’iceberg qu’ils nous ont présenté.
    Mais voir ces fonctionnaires « pourris », visages floutés, qui avouent avoir eu toutes les facilités, pour « se servir » dans la caisse publique devrait causer la révolte de la majorité des Français.
    Leurs supérieurs hiérarchiques surpayés, étant soit trop cons, soit n’en ayant rien à foutre, n’ont rien vu, ni rien fait, pendant des années dans certains cas.
    Certains ont pu se faire construire une maison provençale avec piscine grace à cet argent gratuit !
    Le scandale Cahuzac: c’est du pipeau à coté de ces centaines (peut-être milliers) de détournements de fonds, par ces petits fonctionnaires anonymes besogneux.

    Il faut tout faire péter pour arrêter ça.

    1. hussarbleu

      Les emprunts de Necker pour sauver les finances royales étaient également basés sur des enfants en bas âge, à titre viager, mais le bébé n’était pas le débiteur, au contraire… superbe contre-exemple…

  27. calc80

    Mes recettes flambiesques pour sauver la France :
    – Faire une loi décrétant la croissance (allez, 3% pour commencer),
    – Faire une loi pour annuler la dette extérieure (hé, facile),
    – Faire une loi pour condamner Thatcher pour crimes contre l’humanité,
    – Financer la construction d’une statue pour chaque grand et délicieux gauchiste progressiste de notre temps (politiques, journalistes, piposophes), que le bon peuple puisse venir admirer les grands hommes le dimanche,
    – Mettre au ministère du budget un fraudeur patenté (qui connait les méthodes donc pour empêcher le petit peuple de faire pareil, surtout les méchants qui osent penser tout seul),
    – Faire une loi pour décréter la Transparence Pour Tous et imposer tout ce qui dépasse.
    – Distribuer, après enquêtes serrées des RG, des macarons rouge « bien pensants » aux gens progressistes normaux (à porter de façon visible en toute circonstance), pour que les CRS ne les confondent pas avec les méchants lors de manifestations, pour qu’on ne les interroge plus sur leurs besoins à l’occasion (ils sont d’accord avec nous donc on sait mieux qu’eux ce qu’ils veulent),
    – Donner de facto ces macarons aux journalistes (les braves), aux CGTistes (les pauvres), aux assistés patentés (les malins) et aux hommes politiques socialistes de gauche et de droite (les ambitieux),
    – Faire une loi pour interdire avec la dernière vigueur le port de tee-shirt portant une référence à un deux adultes, deux enfants, se tenant honteusement par la main (là, c’est goulag direct),
    – Faire une loi pour n’autoriser que les manifestations contre les méchants capitalistes (l’état pourvoira à la fourniture de moyens de casse en masse – par décrets pourvoira aux amnisties automatiques, et primes pour les CRS volontaires) – après 10 manifs, on gagne une belle image de moi, Flamby.
    – Préparer un projet de contrat de location/vente de la totalité des usines françaises à la Chine ; allez, on fait un prix d’amis. Ah ? ils n’en veulent pas ? Mince, comment je vais payer la retraite du peuple (la notre, au sein du présidium, c’est bon, elle est garantie, placée dans des îles crocodiles), C’est pas grave, il me reste des billets de monopoly qu’on photocopiera,
    – Faire une loi pour rendre obligatoire les abonnements aux journaux bien-pensants afin de les encourager et leur montrer notre éternelle reconnaissance,
    – Faire une loi pour fermer les frontières (pour bloquer les sorties bien sûr, pas les entrées – qui viendrait ?),
    – Monter une commission de chercheurs pour étudier les capacités techniques de réanimation de Chavez, lui apprendre le Français et en faire un héros national qu’on sort tous les 1er mai (on entendra moins Mélanchon, vas-y la stratégie, dis donc),
    – Idem pour Keynes mais il y a un risque qu’il ne soit pas d’accord,
    – Faire une loi pour taxer les allemands et les chinois en transit à Paris,
    – Faire une loi pour réduire le parlement à un Présidium au personnel réduit (hé, comment je fais des économies, là !),
    – Faire une loi pour augmenter le nombre de cireur de pompes, surtout les miennes (ça donnera du boulot aux usines de pompes + formation, pré-retraites, abonnements gratuits, macarons d’office, etc.),
    – Faire une loi pour rendre le loto obligatoire tous les deux jours (4 euros de mise), avec prélèvement de 75% des gains (la mesure phare de mon quinquennat),
    – Faire une loi pour que je puisse choisir moi-même le gagnant du loto en toute impartialité et transparence, je le dis la main sur le coeur (non Valérie, t’as déjà gagné hier.. ton chef de cabinet ne te l’a pas dit ? allez, c’est cadeau, bisous baveux..)

    et si tout cela ne marche pas, je propose de vendre l’Alsace et la Lorraine à l’Allemagne, de demander une rançon aux pays de Savoie qui souhaitent reprendre leur indépendance de la France, pareil pour Nice, de rendre indépendantes automatiquement les régions où il pleut tout le temps, d’imposer l’usage du vélo en bois peint en vert, d’éteindre les lumières de nuit en banlieue pour mieux traiter les pulsions sexuelles de nos banlieusards si sympathiques, de leur permettre d’allumer des voitures-torchères (redémarrage de la production de voitures !) pour y voir clair, d’imposer l’usage du RER-D pour les aider financièrement, eux qui sont si défavorisées par la vie (les pauvres), etc..
    Au pire, moi président, je taxerai l’air que vous respirez.
    Ah, quel beau pays !
    Bon, j’ai bien travaillé. Moi Flamby, j’ai bien rêvé, je vais donc me reposer pour quatre ans encore.

    1. Robert Marchenoir

      « Préparer un projet de contrat de location/vente de la totalité des usines françaises à la Chine. »

      Vous rigolez, mais c’est ce qu’ont fait les Grecs avec le port du Pirée, et ça marche très bien : redémarrage de l’activité, embauches, disparition des grèves à répétition, etc. Il faudrait y penser pour le port de Marseille.

      1. calc80

        Effectivement, c’est une bonne remarque.
        La seule question que je me pose (avec naïveté, je l’avoue humblement, n’étant pas économiste) est de déterminer où passe la valeur ajoutée, celle qui permet de payer la dette de l’état ?
        Mais bon, ça produit des jobs, remet localement l’économie en route et ça n’est pas rien.

  28. duff

    ça a été dit et redit mais le grand malheur du décryptage de l’économie et de la politique actuellement ce sont les conséquences des subventions étatiques pour des médias voués à la mort. L’Etat arrose de subventions les médias dans lesquelles ils seraient tous dans le rouge écarlate, les abattements fiscaux fossiles d’une autre ère, et, le copinage. Dans « C dans l’air » Calvi invite à répétition son témoin de mariage Christophe Barbier dont les grands écarts intellectuels de conjoncture auraient du le discréditer depuis fort longtemps…

    La semaine dernière Dessertine compare la dette à un cancer qu’une chimiothérapie rend malade au départ et qui est sujette à question mais qui est la seule voix. Les écopiponomistes de l’OFCE et d’alternatives économiques protestent, la journaliste Ghislaine Ottomachin boit du petit lait : Challenges est prompt à dire que la gauche fait de la merde une fois au pouvoir mais rentre gentillement dans le rang quand la maison mère (nouvel obs) siffle la fin de la récré durant la campagne présidentielle.

    L’émission était révélatrice du climat actuel : Les forces conservatrices favorables à la dépense publique se sentaient fortes comme jamais et le seul à distiller une parole de bon sens quasi énervé par ce rapport de force qui mène à la ruine, et/ou à la spoliation de tous sachant que ceux qui morfleront le plus seront « paradoxalement » ceux que les socialistes ambitionnent de « protéger »… On le voit déjà, ceux qui ont du pognon ont à la différence des autres tout le loisir de foutre le camp ce qu’un vacataire, un CDD emploi jeune – heuu emploi d’avenir pardon – et les autres salariés ne pourront jamais faire!

    Fresh news :

    http://www.lepoint.fr/economie/les-emplois-d-avenir-un-outil-peu-utilise-et-devoye-23-04-2013-1658199_28.php

    Mais quelle horrible surprise! Comment le marteau en plastique playscool ne marche pas? Mince alors! C’est peut être parce qu’on essaie de planter des clous liquides…

    Bon en représailles on va remettre en ligne un article pour dire que Thatcher était une horrible sorcière satanique mangeuse d’enfants, ça gagnera du temps et ça donnera de la matière aux économistes aussi malfaisants que atterrés et offrira à Olivier Berruyer un pic de charge sur son bloc qui devient de plus en plus le négatif de celui d’H16 avec en prime ses billets sur les pauvres oiseaux victimes de la crise qui meurent du réchauffement de -2 °C.

    Cdlt

    1. duff

      Oups navré pour les nombreuses fautes d’orthographe et de conjugaison, je me réfugierais derrière le fait que l’ergonomie de la zone d’écriture n’incite pas à la relecture critique d’un long message… J’espère que celui-ci sera malgré tout compréhensible.

  29. La Coupe Est Pleine

    « les socialistes perdront parce qu’à un moment ou un autre, ils arriveront à court d’argent des autres. »

    => Comment serait-ce possible ?
    La redistribution socialiste peut fonctionner éternellement ! Même avec le PIB de l’Albanie ou celui du Mali, on trouvera toujours un « plus pauvre que soit » à qui donner !
    Les divisions sont mathématiquement éternelles, même en négatif !
    Non, sans un réveil citoyen de la République, jamais la « base » n’arrivera à stopper le système !
    D’ailleurs le Français a-t-il vraiment envie que ça cesse ?
    La France vieillit et ce n’est pas à plus de 60 ans que l’on est près à tout changer …

    1. laglute

      On pourra aussi faire appel à l’argent des Emirats et Qatar réunis pour nous envahir un peu plus. La fourberie de nos politiques est sans limites…

  30. LaM

    Je viens de m’enquiller deux articles fleuves de Krugman dans le Times.

    Il se réclame libéral et veut ouvrir les vannes des dépenses publiques en encore plus grand (apparemment tous les premiers années d’économie savent ça, dépenses publiques = demande = croissance, cpourtant pas compliqué bordel.)
    Il pourfend Reinhart et Rogoff alors que ce n’est pas lui qui a démonté leur étude. Je sais pas quand t’es Keynésien et que t’as une étude qui démonte la base de tous les papiers que tu as pondu depuis 15 ans tu l’étudies un minimum non ? C’est même carrément du délit intellectuel de pas le faire. Si un étudiant en doctorat à pu avoir les données je pense qu’un prix Nobel aurait pu récupérer quelque chose d’exploitable non ?

    Bref, cet homme est une blague. And Prix Nobel for all.

Laisser un commentaire