Chronique d’une situation économique exceptionnellement mauvaise

La semaine qui vient de s’écouler est intéressante à plus d’un titre : d’une part, elle a montré qu’on pouvait très bien porter un pull au mois de mai, réchauffement climatique oblige. D’autre part, elle aura donné l’occasion au gouvernement français d’agiter des petits débats sociétaux (insécurité islamo-diluable, mariage homosexuel) pour occulter les violents échanges boursiers qui ont clôt la semaine. Il ne faudrait pas affoler la ménagère.

Ce qui se passe est assez croquignolet, quand on prend le temps de se poser et réfléchir quelques secondes et le peu d’écho qu’on en trouve dans la presse en dit long sur l’ordre des priorités tant de la part du pouvoir que des journalistes. Soyons lucides cependant : l’économie est une science d’un abord âpre qui ne se laisse pas résumer par quelques phrases simples, ce qui la met définitivement hors d’atteinte d’une écrasante majorité de folliculaires, d’où l’éloignement prudent qu’ils ont avec les sujets économiques. Et d’un autre côté, les politiciens sont, pour la plupart, incultes tant en économie qu’en sciences en général. Leur désintérêt pour ces matières est donc logique.

Mais c’est dommage, parce qu’après tout, la politique est une façon pour la société de traiter la rareté que l’économie théorise. Bilan : la presse française évite précautionneusement de parler en détail du krach boursier nippon de jeudi dernier. La bourse de Tokyo a en effet dévissé de plus de 7% et la panique qui s’en est suivie n’avait rien d’un repli calme et organisé. En France, la presse a évoqué, rapidement, le souci. Le vendredi, le CAC40 a légèrement replié. Rien de grave. Continuons comme si de rien n’était.

Attitude raisonnable d’une presse française pondérée ou sous-estimation d’un problème d’ampleur plus grande ?

On peut légitimement se poser la question : depuis le début de l’année, il n’était pas difficile de trouver les louanges des bricolages monétaires du premier ministre japonais Shinzō Abe ; par exemple, Libération dans ses meilleures œuvres estimait le 19 mai dernier que sa politique portait déjà ses fruits. Pas de bol : tout observateur un tant soit peu lucide (et maîtrisant même vaguement les bases de l’économie) devinait que le marché boursier japonais, qui venait d’offrir des rendements de plus de 50% en 6 mois (!), ne pouvait être qu’en pleine bulle, aussi artificielle que dangereuse.

D’ailleurs, Philippe Béchade intervenait à ce sujet dans une interview accordée à BFMTV quelques jours après l’articulet ridicule de Libération :

Le rédacteur en chef à la Chronique Agora explique ainsi qu’avec un tel rendement sur les marchés boursieurs, rien ne peut rivaliser :

« La question du choix de l’allocation des liquidités ne se pose pas : rien ne peut rivaliser avec le retour sur investissement des valeurs mobilières. Risquer de l’argent dans l’économie réelle n’a aucun sens, aucun banquier doté d’un soupçon de bon sens ne s’y hasarderait. Financer des achats immobiliers sur 15, 20 ou 30 ans est carrément stupide : les marges sur les prêts consentis sont ridicules et cela stérilise du capital sur des durées inconcevables. »

Et l’issue est inévitable : toute cette envolée, entièrement basée sur l’injection de monnaie créée ex-nihilo, se base sur le principe faux que l’illusion de richesse crée, in fine, la richesse. Bien évidemment, cela ne peut pas bien se terminer, et la claque de jeudi dernier est un signe clair.

this will not end well

Ce qui est vrai au Japon l’est aussi partout ailleurs.

En Europe et aux États-Unis, les chiffres du chômage indiquent de façon assez claire qu’il n’y a pas de reprise, et la disparition de dizaine de milliers de chômeurs des statistiques doit beaucoup plus à leur radiation qu’à leur retour à l’emploi. Si l’on ajoute d’autres statistiques, pas trop bidouillées (comme le Baltic Dry Index, Freight Shipment Volume, indice de confiance des consommateur, …) le tableau n’est vraiment pas rose : non, il n’y a pas de reprises, et les piscines olympiques de pognon frais injecté dans l’économie tant américaine qu’européenne n’ont absolument pas changé la donne.

Et le fait même que tout cet argent injecté ne soit toujours pas « redescendu » dans l’économie traditionnelle pour se cantonner aux échanges purement boursiers indique (comme je le disais déjà en septembre l’année dernière) que nous nous dirigeons vers une période de déflation sévère, probablement assez courte et suivie d’une bonne louche d’inflation.

En Chine, la croissance ralentit nettement. Parallèlement, on ne peut que constater que le gouvernement de l’Empire du Milieu n’a pas arrêté ses achats frénétiques d’or, pour atteindre des records : par exemple, les achats se montent dernièrement à plus de 223 tonnes, contre 97 en Février.

Chinese Gold Imports March 2013

Chose étonnante, on se rappelle que l’or avait subi une forte baisse mi-avril, baisse qui ne s’est pas traduit par une désaffection du métal… Ou en tout cas, pas de son côté purement physique. Du côté des ETF (l’or « papier »), en revanche, il en va autrement : la demande s’écroule. Pire : les investisseurs se débarrassent de leurs papiers pour demander de plus en plus la livraison.

ETF demand

Quant à l’investissement en or, ce sont toujours les mêmes qui continuent d’échanger leurs dollars papier contre du métal :

gold investments Q1 2013

Cet état des lieux sur le marché de l’or laisse d’autant plus perplexe qu’en parallèle, les shorts des investisseurs s’y multiplient de façon franchement alarmante :

gold shorts

En substance, cela veut dire que de gros investisseurs parient sur une dégringolade de l’or dans les prochains mois, ce qui, compte-tenu de la demande en or physique enregistrée actuellement n’est pas très cohérent. À moins bien sûr de considérer que l’or physique est maintenant complètement découplé de l’or « papier », échangé sur les marchés sur lesquels apparaissent ces « shorts » monumentaux. C’est une situation d’autant plus périlleuse que si l’une des livraisons physiques devait échouer (cas de faillite du COMEX, par exemple) les shorts se traduiraient par une explosion à la hausse de l’once d’or (short squeeze).

Enfin, on peut parler de la situation française, toute particulière puisqu’aux problèmes habituels (chômage, économie en berne, marché boursier déconnecté, finance hypertrophiée) se rajoute celui de la bulle immobilière : les prix français, et parisiens notamment, sont bien trop élevés comparés aux autres pays européens, et le ralentissement de la hausse des loyers montre l’essoufflement des ménages dans une conjoncture franchement grise.

Comme le dit Charles Sannat dans son édito du 24 mai, la situation est donc très exceptionnelle : l’or physique est quasiment bradé, la bourse est maintenant décorrélée des fondamentaux, et un retour sur Terre s’annonce inévitable et violent. Bien évidemment, il ne faut surtout pas minimiser les efforts qui seront faits par tous les politiciens en place pour que perdure le système (celui des monnaies fiat assises sur un dollar de plus en plus bidon, celui de banques acoquinées aux états, celui de banques centrales qui prétendent réguler leurs flots monétaires mais n’ont qu’un seul marteau, l’impression monétaire, pour frapper sur tous les problèmes). Du reste, comme l’ont montré les cinq dernières années, la résilience de ce système est extrêmement élevée.

En tout cas, au vu de ces éléments, il me paraît essentiel de jouer de prudence, et de renouveler ses stocks d’or, d’argent, … et de plomb.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires177

  1. mario

    Non seulement ce foutu réchauffement climatique nous oblige à porter un pull ou un manteau d’ hiver en cette fin de Mai mais on est obligé de mettre le chauffage dans les voitures et de le laisser, pas seulement en simple figuration dans les maisons. Dans les pavillons alentours, certains voisins ont dû refaire rentrer du bois de chauffe. Mais les tenants de cette thèse expliquent maintenant que le réchauffement climatique induit aussi des hivers, étés, automnes et printemps froids et que c’est tout à fait normal et conforme à leurs prévisions…

    1. Dr. X

      Je conçois que ça puisse sembler être une supercherie aux yeux des néophytes mais oui, c’est effectivement normal. Le réchauffement global de la planète n’équivaut pas à un réchauffement uniforme, partout, tout le temps. Il équivaut à un climat plus chaotique, imprévisible, à une recrudescence d’événements extrêmes (sécheresses, inondations, tempêtes, etc.), bref à du n’importe quoi n’importe quand. D’ailleurs cela fait longtemps que les scientifiques parlent de « changements climatiques », et non-plus de réchauffement. Si seulement les médias se mettaient à la page…

      1. Oui oui et quand tout le monde se pèlera les miches, on trouvera quelle entourloupe ?
        Allons. Il n’y a pas de réchauffement. Le CO2 continue de grimper, la température non et ça fait 16 ans que ça dure.
        Get over it.

        1. Dr. X

          Allez dire ça aux inuits et aux ours polaires.

          Le monde ne se limite pas à votre petit coin de pays, et vos observations météorologiques personnelles n’ont aucune valeur statistique à l’échelle planétaire.
          Get over it.

          1. Lol. Vous connaissez très très mal l’état des lieux pour sortir de pareilles âneries.

            Pov’zours polaires :
            http://www.theglobeandmail.com/news/national/healthy-polar-bear-count-confounds-doomsayers/article2392523/

            Au sujet du plateau de températures, qu’a dit Pachauri déjà ? Ah oui. Plateau. Pas d’augmentation. Zut et zut. 16 ans. Zut et rezut.

            Zut de plateau. Putain, 16 ans.

            http://www.contrepoints.org/2013/04/27/122809-meme-les-ecologistes-reviennent-du-rechauffement
            http://www.contrepoints.org/2013/03/16/118431-rechauffement-climatique-un-climat-deletere
            http://www.contrepoints.org/2013/03/31/120065-climat-pourquoi-le-rechauffement-est-il-en-pause-depuis-20-ans

            De grâce, lisez un peu avant de passer pour un ignare. Et tentez de répondre aux remarques soulevées dans ces livres :
            http://www.amazon.fr/Climat-15-vérités-qui-dérangent/dp/2930650052
            http://www.amazon.fr/La-servitude-climatique-Changement-Politique/dp/2953563202

          2. Nemrod

            Aux inuits je dis pas non.
            Pour les ours je suis plus circonspect, sauf si je peux emmener ma 9,3×62.

            Trève de galéjades; dans les années 2000 tous les Dr X du monde connu passaient leurs temps à relier nos pauvres observations de « pequenots  » incultes à un réchauffement global.
            En clair : « vous voyez m’ame Michu, il fait très chaud : c’est le signe que ça se réchauffe; et merci de pas oublier le guide… »

            Maintenant que l’on se gèle, que l’Atlantique et la Méditerranée sont historiquement froid, que dans mon coin de Bourgogne nous observons des gelées exceptionnellement tardive ( 26 mai),que les chauffages fonctionnent depuis début Octobre et ne pourrons être coupés au mieux que vers le premier juin ( en étant optimiste), le discours est devenu : ne reliez pas vos pauvres observations de sous merde a un phénomène global.
            « Y fait froid M’ame Michu mais ça veut rien dire !, si ça se trouve c’est signe que ça se réchauffe, faut sortir de vot’ trou; ailleurs y fait chaud, et n’oubliez toujours pas le guide que j’aille vérifier avec vot’ blé »

            Alors voyez vous Dr X, si ça se trouve ça se pourrait bien que vous nous preniez pour des cons !

          3. Dr. X

            Le hors-sujet commence vraiment à déborder mais bon…

            Tant mieux pour eux si les ours polaires sont capables de s’adapter à la variabilité accrue de leur habitat. Parce qu’il s’agit de ça plus que de « réchauffement ». Évidemment ça fait rire quand tout d’un coup ces bouffons d’écolos décident subitement d’utiliser « dérèglement » à la place, mais comme je le disais chez les scientifiques on parle de « changements climatiques » depuis longtemps.

            Évidemment il est trop tôt pour attribuer de quelconques épisodes climatiques à un réchauffement global sur la durée dû aux activités humaines. Scientifiquement, c’est impossible. Même si dans 200 ans les prédictions les plus pessimistes se réalisent, ce ne sera toujours pas une preuve, faute d’une planète témoin et de possibilité de réplication.

            Aussi, je ne suis pas climatologue mais je sais que le système climatique a une inertie extrême, donc je ne me réjouirai pas trop vite d’un plateau de 15 ans. Sachant qu’on pourrait arrêter immédiatement toute émission de GES et encore voir le climat évoluer erratiquement pendant un siècle ou plus, je ne m’étonne pas si le couplage entre courbe de GES et courbe des températures n’est pas parfait, surtout sur une période aussi courte.

            Les climatologues du GIEC ont-ils poussé le bouchon trop loin ? Dissimulent-ils des choses ? Peut-être. J’ai toujours trouvé douteux qu’ils puissent affirmer l’origine anthropiques des CC avec autant de certitudes – un peu comme si quelqu’un affirmait avoir « prouvé » le Big Bang. Je ne les connais pas, je n’en sais rien. Ce que je connais par contre, c’est l’effet physique des GES. Nos connaissances actuelles nous indiquent que, si on multiplie leur quantité dans l’atmosphère, on permet à plus d’énergie solaire de demeurer dans le système climatique, ce qui tôt ou tard aura un impact sur son fonctionnement. À moins de l’intervention d’un mécanisme encore inconnu. Mais jusqu’à sa découverte, je ne trouve pas très sage de tabler là-dessus, et 15 ans de plateau ne constituent pas plus une preuve que 40 ans de réchauffement.

            DOnc le débat scientifique est ouvert, mais il appartient aux climatologues. En terme de politique publique, je ne vois pas l’avantage à long terme à vouloir autant nier les CC. Dans l’incertitude, qu’est-ce qui est le plus grave ? Quel est le risque à essayer d’anticiper la sortie des énergies fossiles, qui de toute manière s’épuisent et ne peuvent ou ne pourront bientôt plus soutenir la sacro-sainte croissance, comparé à continuer le business as usual au risque de se retrouver avec une crise climatique à la suite d’une crise économique ?

            Ouf, j’ai plus ou moins réussi à raccorder au sujet 😉

            1. « Nos connaissances actuelles nous indiquent que, si on multiplie leur quantité dans l’atmosphère, on permet à plus d’énergie solaire de demeurer dans le système climatique, »
              Ah non. Nos connaissances actuelles ne nous indiquent rien, parce que les modèles d’atmosphère dont nous disposons sont grossiers et foireux.

              « Dans l’incertitude, qu’est-ce qui est le plus grave ? »
              Là encore, ce n’est pas l’économie votre domaine le plus solide, convenons-en. Si vous aviez un peu de recul, vous verriez que, justement, la mauvaise allocation de capital en surestimant des risques est ce qui peut arriver de pire à l’humanité. Ca lui a coûté fort cher dans le passé, et pourrait lui coûter fort cher à l’avenir.

              « des énergies fossiles, qui de toute manière s’épuisent »
              Zut et flûte, ce n’est pas ce qu’on observe. Crotte de bique de réalité.

              Sérieusement : vous ne maîtrisez pas du tout ces sujets. Restons-en là.

          4. Aloux

            Oui enfin l’idée c’est qu’au final personne ne peut dire exactement ce qu’il se passe, encore moins faire des prédictions et proposer des solutions, et que ceux qui nous assènent la certitude du réchauffement… pardon du changement climatique d’origine anthropique et les nécessaires mesures pour lutter contre ont un tout autre agenda en tête. Avant d’engloutir des super-tankers entiers de brouzoufs comme on le fait depuis 20 ans il aurait fallu se demander : le climat change, no big deal, mais y a-t-il vraiment un réchauffement anormal ? Si oui, ce réchauffement est-il du à l’activité humaine ? Dans quelles proportions ? Et enfin, les solutions proposées sont-elles plus souhaitables que de ne rien faire ?

            Le problème c’est que quelqu’un prétendant avoir une réponse définitive à toutes ces questions est un menteur…

          5. Dr. X

            C’est vrai, les climatologues et les journalistes sont allés trop vite en besogne, se sont montrés trop arrogants, et maintenant ça leur retombe sur la gueule. Et c’est dommage parce que du coup ça décrédibilise tout le machin, alors que la théorie selon laquelle multiplier la quantité de GES dans l’atmosphère finira bien par avoir un impact sensible reste la plus probable à la lumière de nos connaissances actuelles.

            En même temps je les comprends un peu, difficile de se faire entendre si on ne grossit pas le trait. C’est le dilemme de toute communication entre les scientifiques et le grand public. Une preuve ici-même, j’ai voulu faire vite en citant la calotte polaire, les ours, j’aurais pu parler des neiges du Kilimanjaro qui ne sont plus éternelles ; on essaie désespéramment de trouver des signes marquants pour un processus abstrait car invisible à notre échelle, et on oublie la prudence de rigueur.

            Quant aux agendas cachés, ou à l’argent englouti, là par contre je ne vois pas très bien à quoi vous faites référence. On en parle, on en parle, mais au final on a pas fait grand-chose (Kyoto et Cie étant une grosse rigolade). Et si ça en a motivé certains à quelques économies d’énergie ou encouragé des énergies alternatives, je ne vois vraiment pas où est le mal.

            1. « multiplier la quantité de GES dans l’atmosphère finira bien par avoir un impact sensible reste la plus probable à la lumière de nos connaissances actuelles. »
              Non. Selon nos connaissances actuelles, on peut dire nib, queud et rien du tout.

              « Quant aux agendas cachés, ou à l’argent englouti, là par contre je ne vois pas très bien à quoi vous faites référence. »
              Ah ah ah ah lol. Et certains ici me demandent comment font les politiciens (« les Français finiront bien par se rendre compte ? »). Ben non : ils ne se rendent pas compte du tout.

              Dr. X n’a manifestement pas compris le lien entre l’augmentation des impôts, l’augmentation des coûts des carburants, de l’électricité, du gaz, et l’arrivée d’éoliennes en negative-equity, du photovoltaïque désastreux économiquement, des taxes vertes multiples et variées… Et tout l’argent récolté ne va pas dans une Terre plus Bisou.

          6. Dr. X

            Non, on ne connait pas queud. Même si un réchauffement est avéré (mais il est trop tôt pour parler d’un truc à si long terme), on ne pourra jamais prouver la responsabilité humaine. Mais ce qu’on connait c’est : 1) l’effet de serre 2) l’augmentation des GES dans l’atmosphère. À partir de là l’hypothèse du réchauffement est plausible. Pas garantie car il s’agit d’un système complexe, mais c’est jouer à l’autruche que de ne rien vouloir faire et espérer un deus ex machina (possible hein, mais rien ne l’indique) qui viendra résoudre le problème à notre place.

            Et vous n’avez pas répondu au plus important : notre économie basée sur les énergies fossiles est condamnée à l’échelle du siècle de toute façon. En quoi est-ce « ruineux » de vouloir commencer à en sortir avant le déclin irrémédiable de la production ?

            Quant aux vilains hommes politiques qui prennent ça comme prétexte pour nous étouffer sous les impôts, rassurez-vous ils auraient trouvé autre chose. Après tout, on n’a pas attendu la taxe carbone pour avoir de l’essence surtaxée en France.

            1. « 1) l’effet de serre 2) l’augmentation des GES dans l’atmosphère. »
              Non. L’effet de serre à l’échelle planétaire n’est absolument pas prouvé. Et si vous avez une étude qui prouve le lien entre les gaz de l’atmosphère et la température, vous décrochez le jackpot.
              Vous ne savez pas de quoi vous parlez, c’est visible et navrant.

              « En quoi est-ce « ruineux »  »
              Lisez Björn Lomborg (L’écolo sceptique). Il répond en détail exactement à cette remarque. Et c’est parce que vous n’avez rien compris des mécanismes politiques derrière que vous sortez des âneries sur les impôts.

          7. Dr. X

            « Non. L’effet de serre à l’échelle planétaire n’est absolument pas prouvé. »

            Merci, je viens de me taper un bon fou rire. Je n’y connais peut-être rien sur les question d’impôts, mais vous visiblement n’êtes guère mieux en ce qui concerne les aspects physiques de la question. La présence de GES dans l’atmosphère c’est juste ce qui permet à la Terre d’être habitable, mais bon ce n’est pas prouvé… accessoirement ça explique aussi qu’il fasse plus chaud sur Venus que sur Mercure, bien que cette dernière soit plus proche du Soleil.

            Alors que ça ait été récupéré par les politiques je veux bien (c’est leur métier, en quelque sorte), mais il y a de vraies bases scientifiques derrière. La preuve n’est pas là, mais la forte plausibilité, si.

            1. Plus je te lis et plus je suis consterné.

              Tu confonds la présence d’atmosphère (et l’inertie thermique, notamment) avec l’effet de serre. Mais bon. Coupons court. Tu dois avoir moult papiers à me fournir (je parle de peer reviewed). J’attends.

            1. Non. Fourier a théorisé l’effet sur … une serre, et le papier que vous mentionnez essaie de calculer la contribution de la vapeur d’eau sur cet effet de serre, d’une part en admettant l’imprécision du calcul vu la complexité de toute l’atmosphère, et d’autre part en partant du principe que cet effet existe et a été prouvé. Ce qui n’est pas le cas : au niveau de toute une atmosphère, nous avons 0, zilch, nada, queud, aucun modèle qui permette de prédire cet effet. Si c’était le cas, les modèles auraient prévu la température correcte sur les 10 ou 20 dernières années, et seraient exacts a posteriori (sur le passé, donc) ; ils se sont plantés sur le futur, et leur « prédiction du passé » est calamiteuse.

              Ergo, nos modèles sont faux, et nous n’avons pas de preuves que l’effet observé sur un environnement de toute petite taille soit reproduit à l’identique à l’échelle du globe. L’effet de serre n’a jamais été prouvé à l’échelle planétaire.
              Du reste, c’est toujours en discussion : http://www.pensee-unique.fr/effetdeserre.html

      2. La Coupe Est Pleine

        « D’ailleurs cela fait longtemps que les scientifiques parlent de « changements climatiques », et non-plus de réchauffement. »

        => Mais oui ! C’est magique ça ! Et donc ? Face je gagne et pile tu perds ?

        1. Dr. X

          « Le réchauffement global de la planète n’équivaut pas à un réchauffement uniforme, partout, tout le temps.  » Donc le terme réchauffement induit en erreur.

          1. Nemrod

            Le problème du GIEC est que c’est un organisme militant ou plutôt un clergé.
            Le « réchauffement d’origine anthropique »est son dogme.
            L’homme ( surtout riche et blanc) est mauvais et abîme sciemment la Terre.
            Point.
            De là :
            – bidouillage pour faire coller la réalité aux prévisions.
            – mise en avant systématique de signes qui vont dans le « bon sens » et mise sous le boisseau des autres.
            – traque systématique du doute chez les fidèles.

            Alors évidemment, les esprits critiques se réveillent et certains dissidents commencent à ébranler tout ce bazar.
            Je vois d’ailleurs que nos néo curetons font leur « vatican 2  » et commencent à évoquer la prudence et le long terme pour les observations.

            Dr X, vous tomber dans les prétendus travers des sceptiques.
            – les neiges du Kilimanjaro : observation locale. De plus qui vous dit qu’elles sont vraiment éternelle et qu’elles n’ont pas regressée de la sorte il y a peu ( à l’echelle géologique).
            – la calotte glaciaire : idem et quid de l’antarctique qui reste stable, bizarre dans un réchauffement global.
            Quid de l’étendue neigeuse sur l’hémisphère Nord cet Hiver : très importante et proche des maxi; personne n’en parle.
            Gageons qui si l’on avait vu l’herbe en Janvier au nord de la Suède, cela aurait tourné en boucle.

            Au final, le réchauffement existe peut être, l’influence de l’activité humaine sera peut être déterminante mais l’inertie du climat dont vous parlez fait que nous nous pourrons l’affirmer que dans un sacré bail.
            Il y a beaucoup trop d’incertitudes pour s’engouffrer dans les voies ruineuses que vous nous proposez.
            Et vous avez raison, les chantres du « global warming » en allant trop vite en besogne perdent toute crédibilité.
            Tant mieux, car je considère que la mouvance écologiste est une ennemi des libertés individuelle…des collectivistes repeints en vert.

          2. hussardbleu

            Ou l’entropie intellectuelle rejoint l’anthropique changement ?

            Je m’amuse encore au souvenir de ma visite au Musée des Eyzies, en 2009, où le diaporama à l’entrée vous énonçait (froidement, bien sûr) que nous entrions dans une nouvelle période glaciaire… et encore davantage à me rappeler la tête du conservateur lorsque je lui avais posé la question :

            « N’y aurait-il pas quelque manque de cohérence entre votre affirmation et celles du Giec? »

            Tant il est vrai que traverser la Doxa vous expose à des déconvenues de carrière fort navrantes… et des questions inconfortables…

          3. Sanksion

            En fait, personne n’a aucune idée des conséquences d’un changement de paramètre dans un système aussi vaste et chaotique que le climat. Et au lieu d’accepter ce fait, il faut s’auto flageller dans le doute (la foi?).

          4. Nemrod

            Le problème avec les gens intelligents et curieux ( l’un ne va pas sans l’autre d’ailleurs) est qu’ils posent souvent les bonnes questions…ou les mauvaises selon le point de vue.
            C’est d’un agaçant !

          5. Dr. X

            Encore une fois, vous ne semblez pas comprendre que réchauffement global, ça ne veut pas dire réchauffement partout, et qu’une année froide ne veut rien dire. Mais même 40 années d’augmentation ça ne veut rien dire hein. Il est tout aussi stupide de prendre une année de canicule ou d’inondation comme preuve des changements climatiques qu’une année froide comme preuve de leur non-existence, et je donnais les neiges comme autre exemple stupide. Cette prudence est toujours de mise mais, certains l’ont oublié sans doute pour frapper l’opinion et surtout… obtenir des crédits pour leur recherche, travers particulièrement prononcé chez les nord-américains qui en sont réduit à ça pour pouvoir continuer à faire leur travail. Ajoutez à cela le miroir déformant des médias et des « verts », et on se retrouve avec quelque chose de pas jojo.

            Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut jeter le bébé avec l’eau du bain.

            Surtout que sortir du fossile, même sans réchauffement climatique, c’est de toute façon une nécessité.

            http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/12/05/pic-petrolier-lalerte-dun-expert-du-fmi-interview/

            Ça n’a rien à voir avec l’éthique ou sauver la planète ou je ne sais quelle verditude. La planète s’en remettra. Pour notre économie et nos moyens de production agricole, ça va être plus douloureux. Plus on anticipe, plus on a de chances d’éviter l’enfer vert collectiviste que vous semblez tant craindre.

            1. Je vous en prie : arrêtez de citer le Monde, c’est juste pathétique. Un peu de sérieux, merde.

              « sortir du fossile, même sans réchauffement climatique, c’est de toute façon une nécessité. »
              Attendez. Si le pétrole vient à manquer, il n’y aura plus de vilains gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

              De quoi vous plaignez-vous donc ? Soyez cohérent.

          6. Dr. X

            1) Si on attend que les combustibles fossiles s’épuisent on aura quand même une sacrée « dette climatique » sur le dos ;
            2) La production ne va pas passer d’un maximum au néant d’un coup, elle va décliner lentement, et l’économie avec. La situation actuelle n’est déjà pas brillante, mais plus on attend pour opérer les changements structurels nécessaires, moins on aura d’argent dans les caisses pour les faire.

            Et je ne cite pas le monde, mais un type du FMI. Probablement un affreux manipulateur vous me direz, donc tout aussi peu crédible. Rien ne vous convaincra de toute façon (sauf quand la fin du fossile ou les CC seront avérés mais là, il sera trop tard pour y faire quoi que ce soit), over and out.

            1. Et donc tu es malthusien. C’est beau, l’innocence.
              Tu connais un peu la vie de ce bonhomme ? Tu sais comment il est mort ?

              Surtout, tu as compris pourquoi *tous* les malthusiens se sont tous plantés, systématiquement ? Je ne pense pas.

    1. « I wrote several years ago that Japan is a bug in search of a windshield. And in January I wrote that 2013 is the Year of the Windshield. »
      Joliment tourné, en effet.

  2. duff

    On a que ce qu’on mérite, Romney avait promis de virer Ben l’imprimeur, tous ceux qui voulaient poursuivre la fuite en avant, (tous) nos médias notament, ont pris fait et cause pour Obama.

  3. Peste et coryza

    Faut voir…

    L’or a perdu 25% de sa valeur en cotation, idem sur l’argent.
    Moi qui avait acheté en 2011/2012, je le sent passer assez mal… 30% de perte, sur 3000 euros…

    La seule chose qui peut changer cela, c’est la déconnexion COMEX/physique.

    1. Je crois que vous n’avez pas bien compris comment cela fonctionne. Soit vous achetez de l’or pour faire des plus-values (et dans ce cas, je vous aurais dit quand vendre), soit vous achetez de l’or pour garer vos fesses et dans ce cas, il ne faut surtout pas en vendre actuellement. Il faut même en acheter (pour ma part, j’en achète très régulièrement, toujours à peu près la même somme, afin d’équilibrer le patrimoine global).

      Acheter de l’or dans ce dernier cas, c’est parier sur le fait que les monnaies fiat vont finalement aller au drain. C’est un pari qui est tout sauf couillu. Surtout lorsqu’on voit ce qui se passe. L’or peut bien diviser par deux (il n’est même pas impossible qu’on perde encore dans les prochains mois), m’en fiche : lorsque le temps sera venu (il approche), l’or & l’argent dépasseront largement la monnaie papier.

      Quant à la déconnexion, elle est déjà là ; regardez les graphiques du présent billet : les gens se précipitent pour acheter de l’or physique, et pourtant, l’or ne monte pas. Normal : les ETF sont en train d’être liquidés.

      1. Pandora

        Parier sur l’effondrement du système monétaire international est bien audacieux, au contraire.
        Tout le monde a intérêt que le système des prix reste relativement stable (même nous) et les responsables politiques feront tout (y compris une fuite en avant observable actuellement avec l’impression monétaire) pour le préserver jusqu’à ce qu’on en trouve un autre. La monétisation des dettes publiques par les banques centrales permet de gagner du temps.

        L’or a un rendement négatif et l’étalon-or est un système monétaire du passé, même si les chinois s’y accrochent encore. Il faut en trouver un nouveau.

        1. « Tout le monde a intérêt que le système des prix reste relativement stable »
          Ah mais tout le monde a intérêt à ce que les équilibres soient toujours conservés, hein. Bon. Ceci posé, l’histoire de l’humanité n’est qu’une succession ininterrompue d’équilibres qui se sont effondrés.

          « L’or a un rendement négatif et l’étalon-or est un système monétaire du passé »
          Oh mais on s’en fiche : si tout le monde veut absolument des tire-bouchons roses et que vous êtes fabricant de tire-bouchon, peignez-les en rose. C’est con, mais c’est comme ça qu’on fait des affaires. Le jugement de valeur sur l’or est absolument sans intérêt : actuellement, les banques centrales achètent de l’or, toutes les expériences de monnaies fiat ont foiré jusqu’à présent, donc peu importe que l’étalon or soit pourri. Si c’est ce qui marche et ce qui se pointe à l’horizon, il vaut mieux en avoir.

          1. Pandora

            Ce n’est pas un jugement de valeur : la production d’or ne suffit pas à rendre compte de l’immense richesse créée depuis la révolution industrielle et qui n’est pas finie. On ne peut plus revenir à un système d’étalon-or.
            En acheter pour sécuriser une (toute petite) partie de son pouvoir d’achat n’est pas forcément idiot mais pas dans une optique qu’il redeviendra la référence monétaire.

            1. Encore une fois, peu importe. Vous êtes en train d’essayer de me dire que rationnellement, l’or n’est pas assez ceci ou trop cela. Ce sont des ratiocinations post hoc.
              Je vous dis : que les raisons des gens soient rationnelles ou pas, peu importe, de mon point de vue ou du votre, il est rationnel d’en posséder : c’est un excellent hedge contre la monnaie papier, ici & maintenant.

          2. Marc Aurèle

            Tenez, j’ai découvert la semaine dernière au Pérou, l’origine ancienne de pourquoi l’or est devenu ce qu’il est aujourd’hui, un métal de valeur.

            Peu se posent la question et tous se contentent des explications erronées habituelles: rien à voir avec le fait, par exemple qu’il est rare (même si aujourd’hui cela peut avoir une forme d’importance, d’autres métaux nobles le sont encore plus) ou qu’il est inoxydable ou qu’il rappelle la couleur du soleil… je pourrais vous raconter un jour.

    2. Aristarque

      Tant que l’on n’a pas vendu, on n’a pas perdu, si ce n’est que virtuellement.
      Or, il est plus que vraisemblable que cela va secouer fort bientôt (à l’automne selon mes estimations personnelles).

      1. eheime

        « Tant que l’on n’a pas vendu, on n’a pas perdu »

        >Mouais … bof, j’avoue ne pas comprendre ce genre de théories.
        Chez moi, la valeur d’une chose est le prix qu’un acheteur est prêt à en donner et rien d’autre.

        En disant que « Tant que l’on n’a pas vendu, on n’a pas perdu » , on admet qe la valeur comptable d’un actif vaut sa valeur réelle (ici la valeur comptable d’achat).
        Alors on peut aussi admettre queBill Gates est pauvre puisque tant qu’on a pas vendu on pas gagné j’imagine.
        Mais surtout que « tant qu’on a pas liquidé les créances douteuses alors il n’y a pas de pertes » et autres joyeusetés.
        Et on peut dire au final que la situation de la Grèce est très saine…

        Laissons ce genre de pensées « douteuses » à Marc Touati, régulièrement invité sur les plateaux, qui nous prédisait que l’or ne monterait pas et que c’était un piège à gogo.
        http://www.youtube.com/watch?v=t8QBZ0usLjU

        Vous voulez vous enrichir ? Faites le contraire de ce qu’il dit !
        Et justement il dit régulièrement « Tant que l’on n’a pas vendu, on n’a pas perdu ». http://www.ladepeche.fr/article/2012/05/24/1361111-facebook-l-action-chute-les-plaintes-se-multiplient.html

        1. Théo31

          Tiens, encore Godlman Sachs dans le coup. Certains n’ont pas peur de s’acoquiner avec après la réussite que l’on sait de leur plan sur la dette en Grèce. Remarquez, il y a toujours des gens pour voter pour des ordures en politique et il y a toujours des femmes qui acceptent de sortir avec ce dégénéré de DSK.

          1. eheime

            10 ans qu’il se plante en continu avec toujours le meme ton assuré, les memes bavouilles.
            Mais comment fait-il pour blablater ainsi ! Le mec, il connait rien a rien et il blablate, il blablate … Le top c’est « il est de mon devoir en tant qu’économiste de … » LOL !! Un vrai petit clown ce Marc Touati 🙂 Comme j’ai pas allumé un téléviseur depuis quelques années, je ne puis certifier qu’il est toujours à l’antenne frequemment, mais sur youtube on voit qu’il passe encore.

        2. Aristarque

          Quand vous faîtes la transaction initiale de plein gré, vous échangez votre belle et bonne monnaie du moment contre un stock d’or. Sur le plan patrimonial de détention d’actifs d’alors, il n’y a rien de changé (sauf qu’il est un peu moins liquide de le réaliser).
          Malgré cette équivalence pécunière apparente, vous avez cependant préféré échanger monnaie contre or parce qu’apparaît une satisfaction potentielle d’espérer une plus-value.
          Pourtant, cette plus-value n’est pas assurée mais c’est bien l’espoir de la percevoir à un moment donné (mais quand et pour combien) qui vous motive.
          Transaction de plein gré = satisfaction bilatérale.
          Ultérieurement, la valeur de ce stock d’or peut fluctuer en fonction de ceci ou de cela mais vous détenez toujours votre stock d’or dont on peut supposer que la satisfaction qu’il engendre n’a pas varié tant que vous n’avez pas à vouloir le re-transformer en argent liquide à la valeur du moment et que sa capacité de plus-value potentielle demeure intacte au moins dans le principe.
          Donc tant que vous ne constatez qu’une simple variation comptable du montant de votre avoir mais que vous le conservez par devers vous, la perte n’est que virtuelle et dans la pratique, on s’en fiche éperdument tant qu’on ne va pas à la vente.
          Prenons un autre exemple : ceux qui ont acheté de l’immobilier en 91-92 l’ont fait en haut de cycle d’alors et n’ont pu que constater dès 93-94 que la valeur de leur bien avait fondu d’entre 25 à 35% selon les cas.
          Soit.
          Ceux qui ont conservé leur bien pourtant « mal acquis » (mais dans lequel ils habitaient, service qui a aussi une valeur d’usage estimable) ont, dès 96-97 constaté avec soulagement qu’ils avaient retrouvé la valeur d’acquisition corrigée de l’inflation et depuis, on connaît la suite quant à la prise de valeur.
          Seuls ceux qui ont vendu dans la mauvaise période, quelle qu’en soit la raison, ont réellement perdu de l’argent de ce fait.

          Je suis donc désolé de persister à penser que tant qu’on a un actif durable, relativement rare pour motiver en permanence des acheteurs, on ne perd pas tant qu’on ne l’a pas vendu à un prix inférieur à celui d’achat.

          1. eheime

            Désolé, vous pouvez tourner autour du pot autant que vous voulez mais une perte est une perte 🙂
            Dans votre exemple l’acheteur de 94 se prend 35 % alors que celui de 91 est « scotché » comme on dit, pendant 5 ans. Tandis que l’acquéreur en 94 ne l’est pas. Pourquoi ? L’acquéreur en 91 a pris une perte.

            En fait vous essayez de nous expliquer que ne pas réaliser sa perte c’est ne pas avoir une perte.

            Et bien c’est faux. C’est un raisonnement illogique.

            En « conservant » votre perte au lieu de la réaliser, la seule chose que vous faite c’est « relancer ». Comme au casino à la roulette lorsque vous rejouez parce que la couleur qui est tombée n’est pas celle que vous attendiez.

            Tout comme au casino, vous prenez un nouveau risque chaque fois que vous conservez.
            Au casino vous risquez votre mise. Avec l’immobilier (ou l’or ou ce que vous voulez) vous risquez la depreciation de votre bien.
            Pensez à ceux qui n’ont pas pu rembourser en Espagne ou aux USA et qui se sont fait saisir. Lorsqu’on a mis leur bien en vente ils sont ressortis avec les poches vides … Ils avaient beau expliquer à leur banquier que leur splendide demeure valaient des millions, l’huissier, lui, il a dit : « votre cage à lapins elle vaut pas un clou ».

            Et si on prend l’exemple des actions, c’est encore plus flagrant, car certaines actions finissent par valoir zéro (alors que l’immo vaut toujours un petit quelque chose normallement meme en temps de guerre).

            Vous nous expliquez ensuite qu’on peut tout de meme s’y retrouver au bout du compte. Je ne dis pas le contraire. Tout comme si je relance plusieurs fois la roue à la roulette, je peut au final ressortir avec gain. Oui, c’est vrai. D’ailleurs certains grands de la bourse reconnaissent etre nuls en timing et s’en sortent bien (Jim Rogers par exemple) , même si à mon avis les meilleurs conjuguent cependant selection et bon timing (Warren Buffet par exemple). Malgré tout une perte reste une perte, et si on ne la fait pas , c’est toujours mieux et surtout .. lucratif 🙂

          2. Aristarque

            Au fil des échanges, je constate qu’on ne parle pas exactement de la même chose ou alors pas sous le même angle.

            Ceux qui se sont fait saisir en Espagne n’ont pas fait une transaction amiable de plein gré mais un peu forcée en ne pouvant maîtriser le prix, ce me semble, et ne correspondent pas à mon propos.
            Parce que ceux qui saisissent, espèrent bien, eux, qu’ils pourront revendre au « bon prix »… (Non ?)

            Je parle, non pas de marchands de biens qui ne peuvent fonctionner qu’avec de la hausse permanente, mais de quidams qui veulent d’abord se loger durablement.

            Si le prix de l’immobilier baisse « en général » et qu’ils doivent vendre de façon amiable qu’elle qu’en soit la raison, ils vont perdre comptablement évidemment par rapport à l’ investissement initial mais seront cependant en mesure de racheter un autre bien immobilier équivalent au prix de vente « de perte » puisque tous les prix ont par ailleurs baissé et donc, conserveront toujours la satisfaction initiale de se loger pour un prix accepté de plein gré à une époque donnée.

            Je vous ferai remarquer que c’est à cause de cela, et pas pour les beaux yeux des propriétaires, que la taxation de la plus-value sur vente de résidence principale n’a jamais été mise en vigueur, bien qu’elle revienne constamment sur le tapis : faîtes-le et les ventes vont aussitôt dégringoler à un niveau microscopique tout simplement nuisible à l’état lui même (et il le sait parfaitement sur ce coup là, car sinon ce serait déjà fait avec tout l’enrobage politico-larmoyant-correct que l’on sait utiliser dans ces occasions).

            Ou alors, tous les prix finiront par être ajustés de la plus-value taxable qui n’existera plus et cela abaissera les droits de mutation par ailleurs qui impacteront les collectivités locales, donc l’état au final.

            Si le vendeur ne tire pas un prix net dans sa poche qui lui permette de se reloger à l’équivalent de ce qu’il vend, cela va nettement restreindre ses ardeurs et Ninon la blogueuse devra se reconvertir d’urgence en compagnie d’un bon paquet de ses concurrents.

            Enfin il arrive même qu’on « investisse » dans des gouffres à pognon, type la voiture neuve d’usage courant.
            Rien que de signer le bon de commande et les délais de rétractation éventuels clos et c’est au bas mot -10% d’emblée. La première année de détention grignotera 15 à 20% dudit capital…
            Et pourtant, on le fait en pleine connaissance de cause parce que c’est cela ou la marche à pied, le vélo, la RATP ou la SNCF et leurs joyeusetés… On échange bien du capital contre une satisfaction sauf qu’il n’y a aucune chance de retrouver un jour son capital, à quelques rares exceptions près qui ne sont pas à portée de tous ni même du plus grand nombre…

            Enfin, un dernier pour la route : on estime couramment la fortune de Bill Gates en multipliant le cours de bourse du jour (portant sur une fraction minime du capital social) par son nombre d’actions. Vous savez comme moi que s’il lui prenait l’envie de vendre cela en bloc, il aurait beaucoup de difficultés à en tirer le prix théorique global face à un seul acheteur…

            Parce qu’à ce prix-là, les acheteurs ne sont pas légion…

            Donc tant qu’il ne vend pas, il ne perd rien par rapport à l’estimation comptable de sa fortune professionnelle.

            De la même façon que le gramme d’or vaut plus cher dans le napoléon que dans le lingot alors qu’il s’agit bien du même métal mais la même courbe de variation est suivie par l’un et l’autre en fonction des fluctuations d’envie des acheteurs.

            Cordialement de la part du centripotgirateur 🙂

        3. YP

          +1

          Je garde une ligne qui est en moins value depuis des années (qui n’est d’ailleurs jamais revenue à sa valeur d’achat.)

          Juste pour me rappeler à chaque fois que j’ai un doute, la phrase suivante : « Mieux vaut se couper un ongle que le doigt, le doigt que la main et la main que le bras. »

          Une ligne en mv c’est juste du capital bloqué dans une situation à risque, qui serait mieux affecté ailleurs.

          1. YP

            Je parlais de titres. Le cas de l’or est un peu différent puisqu’il s’agit d’une assurance.

            En tant qu’investissement, l’or est un pari qui comporte sa part de risque : Lorsque vous revendez de l’or au poids, la taxe de (8%, en France seulement) puis les frais de fonte (12%) oblitèrent votre valeur de revente d’une petite vingtaine de pour cent (un cinquième…)

          2. eheime

            Exact YP

            Pire !
            Une ligne en MV est souvent une MAUVAISE ligne. C’est d’ailleurs pour cela que .. les gens vendent !! Et bien oui !
            Si elle a fait des MV c’est tout simplement parce que votre analyse etait probablement mauvaise. Et comme les faits sont têtus, le plus souvent, ils continuent !! Et votre ligne enchaine MV sur MV.
            C’est un grand classique. Y a des mecs qui ont acheté Alcatel en 2000 et qui vous soutiennent qu’ils ont rien perdu. Moi, honnetement, j’ai du mal à ne pas sourir :))))

        1. eheime

          C’est un non sens. Le marché se fiche bien du prix auquel vous avez acheté !
          Et si vous finissez par retrouver votre prix d’achat, vous avez :
          – encouru un risque pendant toute la durée de détention
          – mobilisé des fonds qui n’ont pas produit
          – échappé à une belle plus-value en achetant trop haut.

          Bref .. c’est un truc qu’on se dit qu’en a perdu 🙂

          1. Aristarque

            Quel risque encouru pendant la détention ?
            De perte ?
            De vol ?
            De disparition inéluctable par obsolescence, destruction, désamour de la clientèle, faillite, déconfiture, changement durable de mode, etc… ?

            Mais s’il existait un bien d’investissement (en quantité finie) qui rapporte du bénéfice ou de la plus-value sans absolument le moindre risque de ce qui est cité au dessus, ce serait le seul bien qui ferait l’objet de toutes les transactions de placement, sa valeur deviendrait forcément très élevée en raison de sa rareté entraînée par cette demande débridée et on peut supposer qu’il devienne inabordable pour la majorité des intéressés.
            Là, effectivement, vous mobiliseriez des fonds qui rapportent à coup sûr, mais auriez-vous les fonds nécessaires ?

          2. eheime

            @ Aristarque

            Allez au bout de votre raisonnement.
            « s’il existait un bien d’investissement […] sans absolument le moindre risque « .
            Vous concluez vous-même qu’il n’existe pas. Vous répondez donc vous même à votre question.

            Regardez mon post plus avant.

  4. Mominette

    Difficile de voir clair, , des gens sui ne gagnent qu’à la hausse ou la baisse : mais on peut essayer 🙂

    Le Nikéi avait pris 50 %, il en a perdu 7 %, sous prétexte des mauvais chiffres chinois ! Ca, c’est clairement une « action de broker », des gens qui ne gagnent qu’à la hausse ou la baisse. Un petit spasme enrichissant, sous un prétexte quelconque. Mais la vue est brouillée, en raison de l’endettement abominable du Japon. A moins avis, deux faits qui ne sont pas nécessairement corolaires.

    L’or est sujet à des tensions : le petit épargnant hésite à l’acquérir si cher, certains pays comme l’URSS ont procédé à des ventes massives, le Chine achète à tort et à travers, bref, ça remue. Bref, les ventes russes seraient ‘ »bon signe », les achats chinois inquiétants au vu de sa moindre performance économique et de sa bulle immobilière. Un peu court ! La Chine a non seulement sophistiqué sa production, mais elle a surtout pris pied dans toutes les économies et sur tous les continents. Et sa « croissance en crise « ferait rêver tout européen. Là aussi, aucune conclusion trop nette à tirer.

    On enchaine sur l’immobilier à Paris. Rien de particulier (bien moins cher que Moscou, St Petersbourg, NY ou Londres) mais les beaux quartiers dans des villes phares, c’est le caviar du logement. La classes moyenne s’installe aux alentours, les moins privilégiés plus loin, et ce n’est que l’égalitarisme bobo à la française qui voudrait des smicards partout.

    Le drame, c’est lorsque comme à Chicago, la plèbe envahit le centre ville et les « riches » s’en écartent. Syndrome des villes qui meurent.

    Cessons notre politique absurde de taux d’intérêts subventionnés à la baisse, qui nous ruinent, et tout ira mieux.

    1. « certains pays comme l’URSS ont procédé à des ventes massives »
      L’URSS n’est pas un pays et n’existe même plus.
      La Russie n’a pas fait de ventes depuis un moment. Actuellement, elle achète. Massivement : http://www.foxbusiness.com/news/2013/05/27/russia-kazakhstan-azerbaijan-bought-gold-in-april/
      La Chine a en plus trouvé des milliards de $ en or sous son sol et va les exploiter.
      Et justement, l’immo parisien est bien plus cher que l’immo londonien si l’on regarde hors beaux quartiers. Il faut lire les liens que je fournis. Enfin, le syndrome du donut n’existe pas en France.

      Bref, je vais être un peu abrupte, mais sur ce que vous écrivez, il ne reste pas grand-chose d’exact.

      1. vengeusemasquée

        Surtout que j’ai toujours trouvé un peu limite de considérer les prix de l’immo en valeur absolue et pas PPA.
        Hors beaux quartiers, certes l’immo est bien plus cher à Londres si on se fie au taux de change. Seulement les mecs sont bien mieux payés là-bas qu’ici donc bon…

    2. Aristarque

      Amusez-vous à lire ce blog si vous ne le connaissez pas.

      http://immobilier-revelateur-de-la-nature-humaine.over-blog.com/article-le-marche-immobilier-est-bloque-115217588.html

      Vous y apprendrez (avec exemples tirés de la vraie vie) que quel que soit le bien que vous vendez (immobilier mais aussi or, actions, bagnoles, etc…), ce n’est jamais le Vendeur qui fait le prix mais l’Acheteur.

      Le Vendeur propose un prix dont il espère qu’un Acheteur le trouvera à son goût.

      Le Vendeur peut être très intelligent, une sommité dans son domaine, bref un crack.
      S’il propose un prix « hors marché » parce que considéré comme extravagant pour une, dix ou trois mille raisons alors que lui, Vendeur a deux, vingt ou six mille raisons de le considérer comme un cadeau, il ne vendra pas sauf à trouver le fou qui a l’argent de sa folie.

      Le potentiel de le trouver n’est pas nul mais on est dans les probabilités du Loto…

      Sur un marché libre, où qu’il soit, le prix résulte de l’accord bilatéral du Vendeur ET de l’Acheteur et contre cela, il n’y a rien à faire.

  5. Emma

    Merci H16. Il est toujours instructif de vous lire.
    «En tout cas, au vu de ces éléments, il me paraît essentiel de jouer de prudence, et de renouveler ses stocks d’or, d’argent, … et de plomb.»

    … et de plomb. Dans la cervelle ?

  6. bbph

    J’ai aussi acheté de l’or sous forme de pièces (ici en Allemagne, le Krügerrand ou le Philharmoniker (1/2 once) sont conseillés dans les forums spécialisés, donc c’est ce que j’ai acheté).
    Je serais curieux de savoir: lors de vos acquisitions, vous privilégiez quoi comme « format », et pour quelles raisons?

    1. Napoléon. C’est une petite dénomination (200 à 250€ env.), c’est une pièce à la seule valeur numismatique à peu près nulle (des millions d’exemplaires), connue dans toute l’union latine et au-delà.

    2. YP

      En France, le nap’ reste le meilleur choix ; le demi-nap serait un choix encore meilleur (valeur plus faible), s’il n’y avait cette histoire de prime CPR abusive.

      En Allemagne, l’achat vente se fait essentiellement au poids : Du coup, autant prendre les pièces les plus petites possibles, dans la limite d’une prime raisonnable (par exemple les 1/10Oz canadiennes et australiennes, les 1/20 ont une prime trop importante.)

  7. Black Mamba

    Oui, la situation économique est très compliqué.
    Je connais une agence immobilière, la patronne nous a expliqué si il y a un fort ralentissement des achats et des ventes c’est dû surtout aux banques, elles n’accordent plus de prêt aussi facilement pourtant il y a de la demande. Les notaires l’appellent régulièrement pour reporter ou annuler les ventes.
    J’ai fait l’expérience pour un emprunt pour des travaux pour notre local professionnel et bien depuis Janvier que l’on négocie on devrait enfin avoir l’argent cette semaine pourtant notre banque voit le fric qui passe sur notre compte. Et ils savent que nous avons en plus un petit stock d’or.

    1. DiasW

      Les banques françaises sont donc en avance sur le bouleversement à finir.
      Les français sont déjà pauvres, mais ils ne le savent pas encore (il suffit pas d’avoir un emploi sur le moment et une envie d’acheter…)

    2. ol

      Le stock de crédits de certaines banques a même baissé cette année… C est le cauchemar de tout les gouvernants(dans un système de fiat currency).
      Les banques reconstituent leurs réserves pour être en ligne avec les nouveaux ratios BalesIII. Et dans cette nouvelle salve de règles un prêt à un particulier ou une entreprise ne vaut rien par rapport à un emprunt d État.
      Encore une fois, les gouvernants pleurent que les banques ne prêtent plus, sauf que ce sont eux qui les ont forcé… Alors on va rajouter des rustines qui vont rendre le système bancaire encore moins stable.

  8. Black Mamba

    Moi, aussi j’ai une belle collection d’armes Japonnaises. Je n’ai pas à envier la chambre du trio. Je devrai reprendre mon entraînement cela pourra servir à défaut de plomb.

    1. Peste et coryza

      Qu’avez vous contre la culture occidentale ?
      Entre les masses d’armes, arbalètes, dagues et haches (j’adore les haches), y a de quoi faire, et c’est plus low profile qu’un sabre ou une naginata.
      Sinon, y a la mode africaine : la machette.

      Par contre, ça ne remplace pas la base : le groupe d’amis/famille/clan.

      1. Black Mamba

        Je n’ai rien contre la culture occidentale, j’ai eu la chance de rencontrer sur ma route un maître d’arme qui m’a enseigné le maniement de ces différentes armes.
        Les jours où je suis de mauvais poils je prends mon Katana et je médite !

      2. Lord Jordan C. Black-Mohr

        Je valide à 400% pour les haches! De ce côté, je suis déjà équipé patiellement, avec une paire d’épées, deux haches et plusieurs dagues et poignards, le tout fait maison (Forge & Culture Viking Powaaa!) sans compter ce que j’ai pu acheter en armurerie et coutellerie. Pour ce qui est des arcs et arbaètes toujours foutrement mortels entre les bonnes mains, il y a tout pour les faire soi-même sur la webarcherie! 😉 Mais un bon .357 (Manurhin ou S&W, perso, les Colt Python ont perdu en fiabilité), bien que cher, ça a quand même un gros effet! 😉

        1. Nord

          Je conseillerais plutôt le Colt 1911: peu de recul, précis et des références historiques pour arrêter un homme (ou une femme, ou un trans: je suis pas sexiste). Alors oui, le chargeur est un peu limité mais on peut aussi se rabattre sur les excellentes productions des maisons Glock ou Beretta. Le Désert Eagle connait ses afficionados, dont votre serviteur, mais il à un recul de démon, comme toute arme de ce calibre, faut gérer! Ne sous-estimons pas les armes de jet, telles les arbalètes (à poulies, naturellement) mais difficiles à calibrer, il faut envisager un viseur point-rouge au minimum. Avantage: elles sont en vente libre … Et (vous allez rire!) j’ai fait des cartons incroyables avec des catapultes très puissantes, comme quoi c’est un peu comme quand on investit: faut diversifier le portefeuille.

    2. Lord Jordan C. Black-Mohr

      Tiens ça me fait penser que cet automne j’aurai sans doute toutes les autorisations requises pour investir dans l’acquisition ‘un engin utilisant ledit plomb, et comme Aristarque estime le commencement du vrai gros bordel vers cet automne, ça colle plutôt bien!

      1. Nemrod

        Je vous conseille simplement un bon calibre 12 à chokes lisses pour la défense patrimoniale.
        – les munitions sont très courantes et peu chères.
        -vous pouvez graduer la riposte de la chevrotine en caoutchouc ( fait très mal et très peur) à la chevrotine 9 ou 21 grains , létale sans qu’il soit besoin de savoir tirer.
        – la visions des 2 gros tubes est particulièrement dissuasive.
        – pas d’enrayage et manipulation aisée et sans risque pour un profane.

  9. LaM

    Question : on est bien obligés de déclarer ses achats d’or correct ?
    Comment alors se prémunir contre une éventuelle saisie d’or à la Roosevelt ?

    1. On donne son nom à l’achat (puisqu’on doit payer par moyen « qui laisse des traces »). On déclare à la revente, pour les impôts. Si l’on est honnête. Si l’on revend.
      Et la saisie, si c’est caché chez vous, ça marche moyen (renseignez-vous : cela a été tenté en France et les autorités se sont vites calmées).

      1. Popeye

        Si par hasard il y a des velléités de saisie, je sens que je vais me faire « cambrioler ». Bon, je serais honnête, je ne ferai pas de déclaration à l’assurance…

        1. L’article explique bien que d’une part, la déflation sera suivie d’une inflation sévère. D’autre part et à mon avis, cette déflation a déjà eu lieu au moins en partie (pas sur tout) et qu’elle touchera principalement l’immobilier en France maintenant, mais n’ira plus très loin. L’or reste un bon compromis pour les prochaines années (surtout vu la sortie).

          1. bibi

            Pour contourner le seuil on peut toujours y aller en plusieurs fois, en famille , demander à des amis etc …
            Quant à l enchainement deflation/inflation , peut etre , c est aussi mon scenario preferé , par contre attention au timing …

    2. Peste et coryza

      @Lam

      En France, oui, il faut remplir un papier.
      Et pour se prémunir d’une confiscation, il faut truander.
      En gros, cacher/déclarer un vol/déclarer un don/déclarer la perte/poser des pièges/avoir des chiens/sortir le 12/plomber le contrôleur, selon ce qui est possible.

      On ne peut pas te prendre quelque chose que tu ne possèdes pas par définition. Même si tu as déclaré avoir acheté de l’or, rien ne dit que tu le possèdes encore…
      Un cambriolage ou un oubli, c’est vite arrivé…

      Sinon, il reste à acheter dans un pays où il n’y a pas de déclaration ou au black), et à cacher.
      Laissez faire votre imagination (et votre sadisme le cas échéant…)

      1. LaM

        Mm je vois. Je pars installer mes quartiers en Russie, mais je n’ai pas encore d’avis tranché sur l’avenir du rouble et des banques russes.
        Ça va être compliqué de trimballer de l’or jusqu’en Russie.

        1. YP

          Non, ca va, c’est pas trop galère (un peu à chaque passage.) Les lois sur la détention d’arme sont par contre beaucoup plus galère.
          Par contre, l’avenir du rouble, c’est chaud puisqu’il ne s’agit pas d’une monnaie dont le change est 100% fixé par le marché… Dans le doute je diversifie.

          1. YP

            Dans l’absolu, tout le monde a le droit de trimballer sans déclaration des actifs jusqu’a une contre valeur de 10K€ par passage, ce qui fait une quantité non négligeable (évidemment, pour celui qui aurait des lingots ou des barres d’or à passer, la procédure doit être un peu plus compliquée.)

          2. Popeye

            Un napoléon de lion ça ressemble furieusement à une pièce de 20 centimes d’euros. Vous en avez 10 dans votre porte-monnaie, mélangés avec les autres pièces, vous passez 2 000 euros environ…

        2. LeRus

          En fait la difficulté sera surtout de quitter le territoire où vous êtes.

          A l’arrivée en Russie, bien sûr vous pouvez vous faire inspecter comme ça arrive de temps à autre si vous arrivez en même temps qu’un avion en provenance de Turquie ou de Chine, mais en général personne ne vous pose aucune question ni ne vous fait vider vos poches.

          Sinon, reste l’option de venir par la route, mais ça prend un peu plus de temps.

          Quand au rouble, comment dire, c’est une monnaie relativement stable ces derniers temps, mais qui repose sur beaucoup de sable. Ceux qui ont un peu de sous en Russie les gardent encore en devises étrangères, sauf pour les comptes rémunérés (à très bon taux d’ailleurs) ou bien achètent de l’immobilier (pas pour spéculer, simplement comme placement). Mais en général, les russes qui ont de l’argent, le dépensent!

      2. MadeInCH

        En Suisse, il n’y a pas de réglementation au sujet de l’or.
        Si tu trouves un vendeur, tu peux acheter ce que tu veux, comptant.

        J’achète régulièrement à un numismate, qui a souvent de 20Fr UL (Napo ou Vreneli) et/ou des petits lingots.

        Le lingot de 20g est tout de même un peu cher…

        Lorsque l’on achète un lingot, le prix est simplement le poids en or multiplié par le cours de l’or.

        Si vous achetez dans un banque, il faut généralement commander à l’avance, et ça laisse une trace. De plus, c’est plus dur pour un achat « de passage » d’un français à, disons, Genève.

        A Genève, les numismates sont plus cher que dans les banques. Mais ils font comptant, sans traces.

        A d’autres endroits, comme à Thun, le numismate est un peu moins cher à la vente que la Banque Cantonale Vaudoise, par exemple.
        Et il accepte le comptant, avec une poignée de main.

        JE vais de temps en temps à Paris… Je me demande si je ne devrais pas trouves des « clients » là-bas… 😉

  10. Emmanuel

    Ou peut on acheter des Napoleons d’or ou de petits lingots ? Les boutiques de la rue Vivienne (a Paris..)?

    Y a t il qqqch a declarer?

    1. Peste et coryza

      Le cuivre avait quasiment à 10000 euros la tonne il y a quelques années.
      L’alu se vend cher, aussi.
      J’ai quitté cette activité avec l’arrivée massive des roms : c’est devenu trop dangereux.

  11. gem

    la « monnaie de paris » fait de la pub pour des pièce de 5 € avec 333/1000 d’argent dedans (ils osent appeler ça des pièces d’argent … bref) . Ils avaient déjà fait ça en 2009, mais les pièces de 5 € avaient alors 500/1000 d’argent. Soit une perte de valeur de l’euro de 33% en 5 ans. Pas mal, comme dévaluation, pour une période quasiment sans inflation officielle.
    Les mêmes, dont le slogan est bien choisi : « ICI, ON FRAPPE LA MONNAIE ET LES ESPRITS » , vous indiquent quelles sont maintenant les valeurs de la république » : exit la Liberté, l’Egalité et la Fraternité (5 € seulement), bonjour (25 €) la Justice, la Laïcité et le Respect (« Le respect, c’est une valeur de voyous. C’est une culture de gangsters. C’est quelque chose qui est aux antipodes de l’humanisme. » Xavier Raufer, criminologue – Cdansl’air – 2 sept 2009).

    1. YP

      Tiens, je m’étais fait exactement les mêmes réfexions (sauf en ce qui concerne l’analyse de Raufer que je ne connaissais pas…) 😀

    2. Pandora

      Très bonne description du respect qu’on nous met à toutes les sauces.

      On m’a toujours dit qu’on respectait une règle mais qu’on considérait une personne en français correct. Il est vrai que le « respect » des règles d’orthographe et de grammaire est une valeur conservatrice mais j’assume car c’est un moyen essentiel de se faire comprendre des autres.

  12. Aristarque

    Les journaux de la P.Q.R. sont remplis à longueur de semaines de brèves relatant des vols/détériorations/arrestations de Roumains (ils ne sont sûrement pas les seuls à le pratiquer mais les plus visibles ou les plus maladroits ?) dans ces histoires de métaux volés.
    De temps en temps, certains d’entre eux y laissent même leur peau car ils essaient jusqu’à voler des caténaires sous tension. Dans les petits coins perdus, ce sont par exemple les monuments aux morts de 14 qui sont dépouillés de leurs statues si elles sont en bronze…
    La menace de prison n’est plus dissuasive, vu le nombre de peines prononcées jamais accomplies en raison du manque de places…
    Quant aux amendes et autres dommages, mieux vaut que la victime ne compte pas dessus…

      1. duff

        Il faut croire aussi qu’il y a des ferrailleurs peu regardants. Une chose est sûre, à quelques mois du scrutin européen Marxine nous sortira un dossier clé en main comme pour les abattoirs hallal (dont elle se fout à 600% depuis que le premier tour de la présidentielle est passé).

        Du fait de la faible participation, le FN passe la barre des 20% dans la foulée de prise de mairies : Il y a péril en Hollandie. Remaniement? entrée de l’UDI au gouvernement? J’ai hâte d’assister au grand foutoir du printemps 2014…

  13. Simong

    Hors sujet mais quel plaisir. Reçu ce matin le Petit dictionnaire incorrect. Superbe illustration. Je suggère un petit jeu: Qui a posé pour Excroc ou Politocard. Merci N16 et Olivier Vitry

  14. Pascale

    « il n’y aura aucune reprise au Japon ».
    Pour ma part, je rajoute : « il n’y aura aucune reprise en France », notre tissu économique se trouvant, depuis des décennies, dans une phase de destruction systématique et méthodique par ceux qui gouvernent le pays.

  15. LeRus

    J’ai encore un peu de difficultés à comprendre pourquoi l’or baisse.

    Si je vous suis, pour faire simple: L’or se casse la figure mais vous continuez à acheter parce que vous pensez que les monnaies classiques vont s’effondrer plus rapidement?

    1. YP

      L’or n’est qu’une assurance, pas un investissement ; vu de cette manière, se retrouver en moins value sur une portion assez faible de son patrimoine n’a rien de dramatique (pour reprendre une métaphore de Feteke, « si vous assurez votre maison contre l’incendie, vous ne vous plaignez pas que votre maison n’ai pas pris feu ».)

      Si une personne dépasse le cadre de l’assurance et investi massivement sur l’or, elle spécule (et elle assume ses responsabilités.)

      Quand au papier, on verra bien. Mais je pense que l’euro en particulier a un mauvais karma.

    2. L’or baisse parce que le marché cote à la fois l’or papier et l’or physique, et que ce dernier est très sous-représenté en volume par rapport au papier (dans un ordre d’au moins 1 pour 10). Autrement dit, si l’or physique faisait x2 et que l’or papier se prenait 25% de baisse, on ne verrait quasiment pas la hausse du physique. L’or papier baisse parce que les banques centrales ont une peur bleue que le COMEX annonce sa faillite (là, les prix éclateraient à la hausse) ou que l’or monte sans frein, montrant clairement que le papier ne vaut plus rien. Elles ont du papier à revendre, il leur est facile de vendre des positions à perte (cas de la Fed en avril : elle a perdu 1 milliard de dollars dans l’opération, et ça ne lui a même pas fait mal).

      Tout ceux qui ont noté ce découplement achètent de l’or physique. Et les premiums grimpent. Les autres shorts l’or papier (ce qui est logique, mais très dangereux).

      Je ne peux que vous encourager à regarder cette vidéo à partir de 33:40

    3. Sanksion

      Il est très important de comprendre qu’une même once d’or est vendue plusieurs fois. D’où une belle pression à la baisse mais qui n’a aucune réalité. Et le dernier à réclamer ses onces sera le pigeon.

  16. Aloux

    Autrement qu’est-ce que les achats d’or de la Chine augurent pour l’avenir du yuan ? Est-il envisageable qu’à terme la Chine décide d’adosser le yuan à l’or ? Dans cette hypothèse, comment réagiraient le dollar et l’euro ? Désolé je pose beaucoup de questions, mais j’ai réussi à mettre un peu d’argent de côté sur ma maigre paie de cette année, et je me demande s’il vaut mieux la rapatrier en France sur un compte en euro, ne pas y toucher ou même pourquoi pas mettre les deux trois sous que j’ai de côté en France sur mon compte en yuan ?

    1. YP

      Je ne peux donner qu’un seul conseil, c’est de diversifier… La situation actuelle comporte (beaucoup) trop d’incertitudes.
      Ne pas oublier qu’il n’y a pas que l’or et les cash : Des obligs de boites correctement gérées et des actions doivent avoir leur place dans un portefeuille.

    2. « Est-il envisageable qu’à terme la Chine décide d’adosser le yuan à l’or ? »
      Oui. C’est ce qu’ils vont faire, selon toute vraisemblance. Et ce jour là, ça va gigoter.

      1. YP

        C’est pas si évident. Un scénario possible est que tout passe via les Droits de Tirage Spéciaux : Toutes les monnaies seraient indexées par apport aux DTS et seuls les états et les établissemements financiers auraient accès a cette monnaie. Ce système aurait « l’avantage » d’écarter le pékin moyen qui resterai coincé avec ses morceaux de cellulose eco-friendly et bio-dégradables.

        Voir les anciens articles de Pascal Roussel :
        http://www.pascalroussel.net/?lang=fr&paged=4

        1. eheime

          Oui mais malgré tout le prix de la cellulose refletera celui de l’actif derriere.
          Ne vous inquiétez pas, en economie, tout se reequilibre toujours.
          L’incohérence ne dure que le temps de l’illusion.

      2. ol

        En l’occurence, je ne pense pas. La Chine joue au même jeu. Étant donné que le gouvernement est éminemment dirigiste, il ne va pas laisser tomber une fiat currency qui lui apporte beaucoup d’avantages :
        – seigneuriage (impôts cachés par l’inflation)
        – pas d’intérêts immédiat à faire chuter ses clients occidentaux
        – illusion qu’ un gouvernement peu diriger une économie
        -…

  17. jacqueshenry

    La chute de 7 % du Nikkei jeudi dernier est le fait d’un renchérissement du taux des obligations émises par le gouvernement ( et rachetées immédiatement à hauteur de 80 % par la BoJ). Ce taux est brusquement passé de près de 0 à 1 % pour la raison simple que la valeur des bonds détenues entre autres par les banques et les fonds de pension japonais a dans le même temps baissé : rien de plus normal : les taux augmentent quand la valeur des bonds diminue. Mais le volume des transactions sur les bonds ne représente que 20 % du volume total, le reste est racheté par la BoJ (bonds émis ou arrivant à maturité) qui pour ce faire imprime de la monnaie. C’est le fondement même de l' »abenomic ». Le lézard réside dans ces 20 % non contrôlés par la BoJ qui créent une volatilité extrême. Le Nikkei a encore chuté aujourd’hui pour cette raison. On peut tout de même penser qu’il n’y a pas péril en la demeure dans la mesure où plus de 90 % de la dette japonaise est entre les mains des Japonais eux-mêmes et la BoJ a tout pouvoir pour infléchir les taux en imprimant de la monnaie, c’est-à-dire en rendant liquide la dette par définition illiquide. Attendons de voir mais je suis confiant dans la solidité de l’économie de ce pays massif détenteur de devises. Qui achète de la dette française en ce moment : le Japon !

    1. Les quelques observateurs sensé qui trainent à droite à gauche ont tous la même réaction à propos du Japon : ça ne pourra pas durer longtemps, il n’y aura pas de reprise, et on va à la catastrophe si on continue comme ça.

      1. Pandora

        « l’histoire de l’humanité n’est qu’une succession ininterrompue d’équilibres qui se sont effondrés. »
        On s’en remettra, de cette catastrophe.

        1. Peu importe là aussi. Ce n’est pas ce qui est important. Ce qui est important c’est que justement, les équilibres actuels n’indiquent rien des équilibres futurs.

  18. Fred

    En Russie, il parait qu’on se dit ceci :

    Si t’es positif t’achète en occident, si t’es négatif tu achètes en Chine mais si tu es réaliste t’achète une kalachnikov.

    1. hussardbleu

      The WHO, quand même, pas mal vu, avec quoi… 30 ans d’avance ?….

      « We’ll be fighting in the streets
      « With our children at our feet
      « And the morals that they worship will be gone
      « And the men who spurred us on
      « Sit in judgment of all wrong
      « They decide and the shotgun sings the song

  19. Nocte

    L’article de libé est juste… hallucinant (je n’ai pas d’autres termes pour désigner un truc qui semble tout droit sorti d’un trip au LSD ou aux psylos)

  20. Oups

    Oui, Oui, sur tout h16, mais, en France, tant que nous avons un président n’Or-mal, entouré de n’Or-maliens, la situation peut se dégrader n’Or-malement sans affecter la n’Or-me.

    Pensez aussi à d’autres valeurs h’Or-s n’Or-me, qui permettent de diversifier vos échanges dans une situation an’Or-mal, en cas ou… Un président n’Ormal n’est pas éternel, surtout si il avait la méchante idée de démissionner 🙂

    Malgrés la situation dramatique du Japon, la France est dans une phase de mise sous tutelle qui ne permet aucune échappatoire et se retrouve dans une situation bien plus préoccupante.

    Allez expliquer aux chômeurs qu’ils sont une simple variable d’ajustement, que vos salaires vont diminuer de 10% par ans pendant ces 4 prochaines années, que l’age de départ à la retraite sera plus prés de 70 ans que de 60 ans dans un premier temps, que l’inflation sera calculée sur le mode comptable des manifestations, et que l’ingénieur en chef de l’économie reste Moscouvici, et vous voilà paré pour affronter le réchauffement social à venir. Prevoir tout de même une petite laine en maille d’acier.

    Alors, l’Or comme assurance oui, mais il faudra renverser la vapeur des institutions Nationnal et Internationnal et là, c’est pas gagné, même avec du plomb radioactif.

    Ce pays est déjà foutu, et l’Euro avec.

  21. Hanoho

    A propos des élucubrations de libération (comme des autres médias en général) sur le Japon, c’est toujours la même question, incompétence ou propagande ?

    Pour le reste, à propos de l’incohérence apparente sur les marchés de l’or il y a peut être une explication… Depuis de nombreuses années les propriétaires d’or dans l’hexagone sont fichés, puisqu’il faut fournir son adresse… Or, le passé a montré que les états ne se gênaient pas à réquisitionner les stocks d’or privés lorsque les crises étaient sévères… après la rafle sur les comptes chypriote, on peut s’attendre à tout.

    1. Lord Jordan C. Black-Mohr

      Je trouve le terme de rafle foutrement approprié. POurquoi croyez-vous que nombre de camps de concentration ont été laissés debout et sont toujours entretenus en dépit du refrain « plus jamais ça »? Parce que dans la tête des dirigeants européens, il subsiste l’espoir de la dictature, de la spoliation du peuple – ici par la confiscation de l’or physique des particuliers, et de l’élimination des opposant par wagons entiers. Derrière le « devoir de mémoire », il y a le « On sait jamais, ça peut toujours servir! »…
      Achetons de l’or de façon dissimulée et prenons le maquis!

      1. Hanoho

        Effectivement, d’ailleurs on sait tous que la FEMA a déjà prévu des camps pour de potentiels soulèvements populaires… « Plus jamais ça, enfin sauf pour servir nos intérêts » serait plus juste.
        http://www.dailymotion.com/video/x6j5n0_loi-martial-aux-states_news#.UaO3V9hCLuc

        PS, pour les fans de jeux vidéos il faut se procurer « Deus Ex – revolution » ce jeux est incroyable, un concentré de NWO pur beurre et qui traite (entre autre) des camps de la FEMA.

  22. NOURATIN

    Vous avez raison, achetons du plomb! Et à ceux qui pourraient objecter que nous sommes suffisamment plombés comme cela par les socialistes, rétorquons qu’abondance de biens ne saurait nuire…d’autant que nous allons vers des années de plomb, c’est donc l’avenir!

      1. Tea Party

        Et si avant de penser à acheter de l’or, ou des métaux encore plus rentables ? vous pensiez, à ne plus rien investir en Europe ? Surtout pas sur l’assurance vie, vue les supports qu’ils utilisent, et surtout pas en immobilier, ou le locataire, a plus de pouvoir que le propriétaire depuis la loi Quillot (1981 !)

        1. Black Mamba

          Je ne loue qu’à moi-même et non aucune assurance-vie au désespoir de tous les assureurs qui viennent nous démarcher.
          Nous avons juste une maison immense et un local pro. Pour le reste rien en bourse . Comme enfin nous sommes à l’aise et que nous n’avons besoin de plus rien mais rien car nous avons tout le confort nécessaire nous investissons pour l’avenir de nos gosses.
          Et pour éviter de nous retrouver avec des billets de monopoli, nous convertissons nos liquidités en or.
          Ayant vécu avec ma mère brésilienne, elle m’a donné de bonne habitude, car elle a survécu à l’inflation au Brésil et elle s’est même enrichi . L’idée ne pas garder du liquide cela ne vaut rien mais rien . Les billets de banque ne sont que des valeurs théoriques.

          1. Tea Party

            @ Black Mamba : nous n’allons pas nous fâcher ! Ma compagne est créole et notre fils est métis, pour avoir fait de nombreuses missions en Guyane, je connais trop bien vote région !

          2. Black Mamba

            Je ne suis pas fâchée. Je partage juste ma stratégie. Et même je vais plus loin. Mes enfants ont la nationnalié française et bien je démarche pour qu’ils ont ai une deuxième sans quitter le sol français. Comme ça, pouf l’état français pourra toujours leur courrir après pour leur réclamer des impôts dès qu’on aura quitté ce pays.

          3. Tea Party

            Avec trois enfants, plus aucun a la nationalité française ou du moins en la double nationalité. Ils ne veulent même pas mettre les pieds dans ses régions racistes au possible. Vive les USA, ou L’Australie, là au moins nous avons a faire à des gens normaux.

          4. Alex6

            Toutes vos liquidites en or? Est-ce que vous vous rendez compte du risque que vous prenez en faisant ca?
            C’est une regle a suivre IMPERATIVEMENT: ne pas detenir plus de 10-15% de son capital en or car ca doit rester une couverture. Pourquoi? parceque au jour d’aujourd’hui, l’or n’est pas une monnaie d’echange solide. Oubliez les discours des alarmistes en tout genre, ca sera peut-etre le cas demain mais pas actuellement.
            En gros, vous devrez un jour convertir votre or en monnaie et cette seule transaction vous expose a toutes sortes de risques si vous devez le faire trop frequement.
            Ma strategie consiste a placer une majorite de mon cash dans les banques les plus solides et sur les obligations des pays ayant des finances saines. Pourquoi?
            Parceque si le systeme financier part en vrille, ce sont ces pays et ses banques qui vont se retrouver sous un afflux de liquidites sans precedent. Exactement le meme phenomene qui a conduit a la chute des taux en France mais en 100 fois plus important.
            En cas de panique, personne ne va chercher a massivement acheter de l’or physique, pour des raisons de liquidites et surtout de stockage en plus de l’inertie. En revanche, l’argent ira vers les pays permettant d’offrir des rendements corrects et stables.
            Quand cette phase sera termine, on pourra alors augmenter les parts d’investissements sur l’or physique qui devrait alors profiter de l’effet inflationiste. Mais pour le moment, convertir son cash en or revient a acheter un actif en moyennant a la baisse avec un fort potentiel de chute derriere. C’est inacceptable pour y risquer plus de 10-15% de son capital.

          5. Black Mamba

            @Alex6
            La part que nous convertissons en OR correspond aux sommes que nous devrions verser à l’URSSAF et à la Caisse de retraitre de mon époux, il fait partie de ceux qui combattent le système .
            Cet or nous évite la tentation de le dépenser et nous avons un certain plaisir de savoir qu’au moins la banque ne travaille pas avec cette « liquidité » , les banques n’ont jamais été pour nous des partenaires mais des prédateurs.
            Et je n’hésite pas de leur faire savoir dès qu’ils sont super motivé à nous vendre des soit disant super placement.
            J’ai un membre de la famille qui a fait confiance à leur super placement et bien il a perdu 100 000 € dans cette histoire. Bien sûr la banque: « Ce n’est pas de notre faute. »

  23. Marc Aurèle

    @H16
    « celui de banques centrales qui prétendent réguler leurs flots monétaires mais n’ont qu’un seul marteau, l’impression monétaire, pour frapper sur tous les problèmes »

    Il est intéressant de voir que les deux moyens qu’ont l’Etat et les banques centrales d’agir sur nos comportements sont basés sur la manipulation de la valeur (sa saisie lorsqu’elle est dans les mains des particuliers et la pseudo création de valeur lorsqu’il n’y en a pas assez): d’un coté par l’impôt et de l’autre coté par l’impression de monnaie papier.

    Ce tourbillon de papier a à mon humble avis perdu la plupart de ses attaches avec la réalité. Il me semble que comme nous, Citoyens, ne produisons pas assez de cette même valeur, voici les Etats entrainés dans cette spirale de celui qui à la fois prélève le plus et imprime le plus.

    Certains à gauche, rient de la courbe de Laffer, que bien leur en prenne: nous voila cependant parvenus au milieu de l’escalade de la seconde partie de cette courbe, celles des rendements très décroissants de l’impôt. Rien ne semble pouvoir inverser cette tendance.

    Quand les producteurs de valeur, découragés par la pression fiscale, auront quitté l’Europe, ou pire, auront arrêté de travailler, que pensez vous qu’il adviendra? Que l’Etat arrêtera de fonctionner? Que nenni, comme faussaire en chef, il imprimera de l’argent à toute vapeur, afin de continuer à faire croire qu’il a les moyens de maintenir le pays à flot et de payer la cette plèbe frumentaire (fonction publique et chômeurs) inoccupée qui l’a porté au pouvoir.

    Cela s’est déjà produit: le papier après une folle inflation redeviendra du simple papier. Et là, gros risque de ne plus pouvoir sustenter cette plèbe frumentaire. Et quand il n’y a plus rien à manger dans le frigo et qu’il n’y aura plus de chauffage en hiver, que croyez vous qu’il adviendra?

    1. Aristarque

      Des le banquier Law, la méthode d’impression à gogo de billets a été testée en grandeur nature et à de multiples reprises. Et auparavant, avait été testé le rognage des millièmes de métal fin dans les pièces métalliques.
      Dès que les acteurs économiques comprennent que le billet en main ne vaut pas plus que le poids de son papier, cela se termine toujours très mal.
      Emergent alors le recours à l’or ou à d’autres monnaies considérées comme « fiables ».
      Or le pétrole doit être payé par le biais de bonnes devises pour ne citer que cet élément là.

  24. Alex6

    @h16,
    Je crains que tu ne commettes les memes erreurs que les aveugles de l’achat d’or physique car en realite: On ne sait pas ce que vaut reellement l’or physique parceque sa valeur est masquee par celle de l’or papier.
    Ceux qui predisaient l’once a $3000 il y a quelques annees n’ont pas compris que la hausse qui a permis de monter au-dessus de $1000 a peut-etre ete cree par le seul developpement du marche de l’or papier.
    En gros, la hausse de l’or n’a rien a voir avec les fondamentaux et est directement liee aux importants effets de levier des produits financiers utilisant l’or comme sous-jacent.
    Peut-etre donc que la valeur de l’once ne se situe que vers $600, ou $800 ou ??, au niveau de la demande pour le physique. Les brokers qui se positionent short se sont probablement fait la meme reflexion que moi et pensent que le prix reel est plus bas que $1300.
    Si le scenario de la deflation se realise, les cours de l’or vont s’effondrer mais il faudra etre tres rapide pour se racheter quand on touchera la valeur reelle car les positions avec leviers devront se racheter sur ce niveau. Encore une fois, il faudra se racheter en papier, pas en physique.
    Ensuite, tout dependra effectivement de l’hyper-inflation qui s’en suivra.

    En tout cas, c’est un marche bien plus risque que ce qui a ete vendu par les investisseurs aveugles sur le physique. Simplement parcequ’ils n’ont pas compris que l’or etait entre dans une phase de speculation depuis au moins 5 ans et que surtout, la monnaie imprimee ne descendait pas dans l’economie mais tournait entre les banques centrales et entre les obligations.

    1. « On ne sait pas ce que vaut reellement l’or physique parceque sa valeur est masquee par celle de l’or papier. »
      Que la valeur soit masquée, sans doute. Qu’on ne sache pas, je ne suis pas d’accord : il y a des signes clairs que de très gros investisseurs parient des fortunes sur l’or.
      Et je le redis : la déflation, si elle a lieu, sera de courte durée.

    2. eheime

      @Alex

      Je ne suis pas d’accord avec votre estimation du « vrai prix de l’or » si le marché papier n’existait pas. Car il existe c’est un fait, et s’il n’existait pas, on l’aurait créé, et sinon on s’echangerait peut etre de l’or physique plus frequemment. En tout état de cause, ça n’est pas très important.

      Pour le reste , je suis d’accord à 100% :
      – l’or physique est une assurance ‘fin du monde’, mais certainement pas l’actif à posséder en cas de difficultés gérables (type Grèce, Espagne). Il ne faut donc pas dépasser 15% de son patrimoine. Et effectivement certains « fin-du-mondistes » se trompent à mon avis. Pas sur le constat de nullité de nos dirigeants, mais sur la façon de se prémunir.
      – en cas de vraie crise en France et autres gros pays, ce sont les autres plus solides vers qui tout le monde se tournera. Chaque fois qu’un pays est en guerre, en crise economique majeure, les gens fuient vers d’autres plus stables, avec leur patrimoine s’ils le peuvent. La France était traditionnellement un receptacle. Elle sera probablement bientot un pays d’émigration, tant humaine que financiere.
      – enfin d’accord aussi avec « la monnaie imprimee ne descendait pas dans l’economie ». La plupart des gens ne semblent pas comprendre que la monnaie imprimée n’arrive pas sur le marché. Pour le moment elle ne fait que solder des créances (en les remplacant par d’autres, émises par les banques centrales, qui elles ne seront jamais remboursées réellement). En fait, la monnaie est DEJA sur le marché. Elle est dans toutes les classes d’actifs immobilisés : immobilier, bonds, produits financiers, ..or. Pour que l’ensemble revienne à l’équilibre il faut soit que la bulle se dégonfle (déflation), soit qu’on rattrappe la bulle (inflation créée). C’est cette dernière approche que tentent les banques centrales. Mais c’est un pari risqué, car cela revient a soigner le mal par le mal …
      Effectivement , on est en train de re-créer les conditions d’une future bulle et donc de l’inflation. Mais c’est pas pour tout de suite. Et pour cela il faut d’abord que les moteurs de l’economie soient réparés (libéralisation) pour qu’elle reprenne du poil de la bete. Or on fait le contraire dans beaucoup de pays majeurs. D’accord donc avec Alex qu’il ne faut pas se précipiter …

      1. eheime

        Petite precision :
        A mon sens , la politique des banques centrales pourrait (j’ai bien dit ‘pourrait’) si en parallele les gouvernants remettaient les choses en ordre (equilibre du budget, retraites, deflation legislative, etc ..). Mais comme la création de monnaie créé un ‘vent de facilité’ , c’est en fait le contraire qui se produit : les gouvernants prennent des decisions pire encore en reportant le probleme en l’accroissant, là où l’absence de liquidités, la déflation, les faillites, auraient remis les choses en ordre d’elles-mêmes.

  25. YP

    Personne ne sait vraiment ce qui va se passer en cas de crach obligataire un peu important. La seule chose que l’on sait, c’est que des milliards vont disparaitre.

    Quand un pays comme la Grèce fait faillite, le système est assez largement résilient pour l’encaisser. Une faillite du Japon restera un problème japonnais, tout comme la dette de l’Italie est essentiellement détenue par les italiens. Mais si c’est la France qui tombe, les obligs francaises pourrissent le bilan de nombreuses banques dans le monde : un défaut français serait suffisant pour déclencher un tsunami bancaire.

    Si la France devait se trouver dans l’obligation « haircutter » sa dette, ce qui paraît de plus en plus probable, Dieu seul sait ce qui se passerait en pareil cas. Et l’incertitude c’est le genre de situation ou l’or se comporte généralement bien…

    1. Alex6

      Je ne vois pas pourquoi un crash obligataire serait positif pour l’or. En 2008 et suite a la chute de Lehman, l’or est passe de $1000 a $700. La reprise a la hausse s’est faite sur les projection d’inflation due a l’impression monetaire mais pas parceque l’or a servit de refuge a quoique ce soit d’autre.
      En cas de crash obligataire, il est completement illusoire de croire que les investisseurs restant vont se tourner vers l’or. Ne serait-ce que parcequ’aucun fond, de pension ou autre, ne propose ce type d’investissement. On peut investir sur les minieres mais ce sont des melanges entre toutes les matieres premieres en general.
      Je reste convaincu qu’il y a encore une grosse part du prix de l’once actuel qui est du a la speculation, sans aucun rapport avec ce que serait la valeur du metal jaune s’il n’etait echange qu’en physique.
      C’est pour cela que ceux qui achete de l’or aujourd’hui en physique, payent une prime due aux positions speculatives (ou de couverture, c’est tout de meme le but initial des investissements dits « papiers ») et misent sur une reprise de la speculation.
      Une excellente preuve est le rush qui a eu lieu de la part des petits investisseurs lors du dernier crash. Or les petits investisseurs se font toujours plumer lors des phenomenes de masse. Ne pas confondre avec les achats des banques centrales comme ceux de la Chine. Je pense qu’ils cherchent plus a se faire un back up par rapport a leurs reserves immenses de dollar qu’a se proteger d’un crash quelconque des monnaies fiat.
      Cela dit, je ne dis pas qu’il ne faut pas acheter d’or, je dis juste qu’il faut etre tres prudent et surtout que c’est un marche bien plus complexe que ce que veulent bien en dire les pro-gold frenetiques (qui m’agacent un petit peu pour etre honnete…)

      1. YP

        Le marché obligataire est gigantesque. Il représente plusieurs fois le marché action ou celui des matières premières. Et encore, je ne parle que du marché ouvert, sans évoquer celui, beaucoup plus important, du gré à gré.

        Une panique sur les titres obligataires, même sur une partie (genre obligations bancaires) c’est une quantité de pognon assez phénoménale qui va sortir du marché obligataire pour chercher à s’investir ailleurs. En catastrophe. Et aucun autre marché n’est en mesure d’absorber autant d’argent.

        S’il doit y avoir panique sur les obligs, ça va être un massacre. Personne ne peut prévoir ce qui se passerai en pareil cas. Il n’existe qu’une seule stratégie valable dans ce contexte : la diversification.

        De toutes manières la situation est telle qu’on ne s’en sortira pas sans y laisser des plumes. Dans le contexte actuel le jeu consiste à en perdre le moins possible ; vouloir gagner revient à accepter une part de risque trop importante.

  26. YP

    « Et quand il n’y a plus rien à manger dans le frigo et qu’il n’y aura plus de chauffage en hiver, que croyez vous qu’il adviendra? »

    Vraisemblablement pas grand chose, si ce n’est un ratiboisage encore plus ras de ces sales riches qui ont l’outre-cuidance d’avoir un boulot. Et si ça ne suffit pas, on leur chopera leurs économies. Et si ça ne suffit pas on leur tapera sur le bec. Et ils retourneront à la niche.

    1. hussardbleu

      Tu sous-estimes le courage du rat désespéré, quand il est dos au mur… et je crois que l’actuel gouvernement commence à prendre peur des réactions de ce qu’il est convenu d’appeler la « majorité silencieuse » : je suis frappé de la détermination des petits bourges que l’on voit face à la police vallsienne…

      1. YP

        Même si nous sommes en pleine accélèration, on est encore (assez) loin du mur… Il reste beaucoup de potentiel de descente avant de toucher le fond.

        Et en admettant que l’on arrive au « point de rupture », que va-t-il se passer après ? Qui va sortir les marrons du feu ? Les libéraux ? Ou les crypto-marxistes ne laissant le choix que dans la nuance de nationalisme ?

  27. Fausto Consolo

    ???
    heu, scusez pardon moi dzolé c’est bien le blog « désabusé » ici ?
    OUI-DA suila même qui parle de LENTE DECOMPOSITION entrez siouplé.
    Je lis donc quelques commentaires après le toujours brillant article de notre hôte,
    Et bientôt l’aimable débat du jour devient :
    Dois-je acheter de l’or ? Combien ? Un kg par trimestre ???
    Amusant !
    Perso j’achète du plomb, j’ai des distractions modestes…
    MAIS nous devrions nous rencontrer !
    Un barbecue, façon chauffeurs, comme on en faisait en Beauce… (attaque Bernard Blier)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.