Vous reprendrez bien encore un peu de Gender ? Encore ? Encore !

L’ouragan d’absurdités qui s’abat actuellement en République du Bisounoursland a commencé, comme toutes les tempêtes, par un petit vent étrange et presque amusant au départ.

Au début, cela fut facile et passa presque inaperçu : il s’agissait de promouvoir l’ « égalité homme-femme », ce qui est un but noble lorsqu’on s’empresse de préciser sa pensée en accolant « en droit » à l’égalité recherchée. Et bien évidemment, qui aurait pu s’opposer à l’égalité en droit des hommes et des femmes ? On est en France, que diable, et si ce pays doit rayonner sur le reste du monde, que ce soit au moins pour cette belle égalité. Partant de là, le reste s’est enclenché naturellement : l’égalité en droit est devenue l’égalité salariale, qui fut atteinte sans même forcer la machine (au contraire de ce que continuent de braire ceux et celles qui réclament toujours plus de lutte contre un mythe).

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Arrive 2012, avec le retour triomphal et mémorable du socialisme officiel, emmené par le charisme fou d’un homme véritablement providentiel et à la vision grandiose. Le pays, revigoré, se redresse et s’élance vers l’avenir en bondissant d’un sujet d’importance à l’autre : l’absence de croissance, le chômage des jeunes, le mariage homosexuel,la bulle immobilière, la dette publique, la recherche d’énergies alternatives crédibles, la désindustrialisation, l’égalité sexuelle à l’école, la baisse du niveau d’éducation et l’illettrisme, bref, aucun sujet n’est épargné, tout est abordé, consciencieusement, pour qu’enfin le peuple s’abreuve de débats passionnés et profonds.

Vincent Peillon : citation sur l'école, édifiante

Il ne fallut pas trop de temps pour que soit menée une solide charge contre l’asymétrie sexuelle des individus dans tous les domaines de la société. En bons stratèges, cette charge fut menée d’un côté en distrayant les forces réactionnaires habituelles en leur jetant en pâture un mariage homosexuel qui les occupa tous, pendant l’hiver et le printemps, et de l’autre, en s’occupant des plus impressionnables, des plus malléables et de ceux qui auraient le plus d’impact plus tard, les enfants. Cogner un peu sur la génération courante et remodeler les générations futures, ce n’est finalement que l’application studieuse des meilleurs principes de reformatage d’une société par les constructivistes du gouvernement.

Au premier rang des soldats de l’égalitarisme aplanisseur, Vallaud-Belkacem, la porte-parlote du gouvernement, et Peillon, le minustre en charge de l’Édulcoration Nationale, ne se sont donc pas fait prier pour emboîter le pas à la Taubira, l’hagarde des sots, dans les grands chantiers de réorientation de la société vers des horizons plus joyeux, plus roses, plus vitaminés et aux poppers gratuits. Et puis, au fur et à mesure que toutes les libertés se réduisent, quoi de plus sain (du point de vue du pouvoir) que d’occuper les gens avec des histoires sexuelles ?

najat vallaud belkacem contre les phénomènes inconscients

C’est donc tout naturellement qu’on voit apparaître actuellement de plus en plus d’articles dont la teneur aurait surpris un lecteur d’il y a quelques années seulement et qui, à en croire le peu de réactions les accompagnant, passent comme des lettres à la poste auprès d’un public dont on comprendra sans mal qu’il a maintenant d’autres chats (de plus en plus faméliques) à fouetter.

Ainsi donc, Taubira impose à présent aux magistrats un stage sur « l’identité de genre », pour qu’ils participent à un séminaire portant sur les « violences et discriminations à raison de l’orientation sexuelle », à Paris ; on pourrait, bien sûr, analyser l’intéressante intervention un tantinet intempestive de la ministre dans la petite vie rangée des magistrats, en remarquant par exemple la façon plutôt cinglante avec laquelle le président de l’USM (le syndicat majoritaire) a exprimé son mécontentement, ou s’appesantir sur le volume de dépenses que cette convocation et cette fumeuse formation va engendrer, mais il suffira de regarder le document de présentation de ce plan lancé en octobre dernier sous la houlette du premier ministre pour comprendre que l’affaire est tout de même un peu plus sérieuse qu’une nouvelle dépense ou des bouleversements d’horaires à la magistrature. L’idée expliquée est la suivante, limpide, évidente et aussi chargée de conséquences qu’un largage de daisy cutters :

Ce progrès dans l’égalité des droits ne fera pas, à lui seul, reculer du jour au lendemain les expressions de peur, de rejet, d’intolérance, et de violence vis-à-vis de la différence relative à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre qui continuent de se manifester dans la société française

Oui, vous avez bien lu : alors que la magistrature a déjà prouvé, aux yeux de tous, son penchant naturel vers une gauche furieusement progressiste, la mère Taubira, jugeant sans doute l’institution encore trop teintée de conservatisme, s’emploie donc ouvertement à la pousser dans ses retranchements en lui faisant tester les limites de l’absurde et du constructivisme débile à grands renforts de théories fumeuses (ici, le genre).

Et si je dis « théorie fumeuse », c’est parce que c’est simplement plus court que dire « théorie complètement inventée de toutes pièces par un type mentalement pas azimuté, pédophile de surcroît, et dont toute la vie aura été dédiée à répandre des énormités qui serviront ensuite de base pour justifier les agissements consternants d’hystériques constructivistes ». En effet, on parle ici de John Money. Vous n’en avez guère entendu parler, mais c’est le père de la « gender theory ». Et si, en France, on ne met pas trop l’accent sur le fondateur de cette nouvelle lubie dont se sont emparés la porte-parlote, la ministre vaguement en charge de la Justice, et le laïcard de combat saboteur des écoles, c’est tout simplement parce que ce fut un type dont l’histoire et les penchants sont parfaitement inavouables.

comment peut-on être hétérosexuelCar si John Money est en effet l’inventeur de la Théorie du Genre (comme le rappelle, au passage, cette édifiante page Facebook), puisqu’il en crée les concepts centraux et la pratique médicale, il est aussi connu pour avoir tenté de transformer un petit garçon, David Reimer, en petite fille, grâce à la chirurgie et la psychiatrie. On ne s’étonnera pas d’apprendre que parvenu à l’âge adulte, l’enfant ainsi bidouillé s’est suicidé, tout comme son frère jumeau. Jusqu’ici, tout va bien, non ? Après tout, l’expérimentation sur les enfants, c’est autorisé, hein. Non ? Bah.

En outre, on le sait moins, mais John Money participait activement à Paidika, « The Journal Of Pedophilia », qui, comme son nom l’indique vaguement, est une revue militante pro-pédophilie basée à Amsterdam. Je ne sais pas si jusqu’ici, tout va encore bien, mais disons que le personnage qui émerge d’un coup laisse un goût âcre dans la bouche. Si l’on ajoute que l’individu n’a pas hésité à mentir de manière éhontée sur les résultats de ses expérimentations, à partir desquels on dresse maintenant les théories qui servent à appuyer les discours ahurissants des ministres français, on obtient un tableau tout à fait édifiant de l’ensemble de la « discipline » : elle ne repose sur rien, a été inventée de toutes pièces par un type psychologiquement atteint et ne sert plus guère qu’à excuser les pulsions constructivistes (ou dans certains cas, destructivistes) de névrosés hontectomisés.

Les socialistes officiels sont au pouvoir depuis une douzaine de mois à présent. Dans ce court laps de temps, en plaçant leurs plus dangereux fous dogmatiques aux postes clefs, le gros œuvre de transformation de la société à grand coups de lois sociétales et de règles égalitaristes a commencé. Bien sûr, lorsque cela paraît trop gros, ils nient ; Peillon a ainsi effrontément menti que la théorie du genre ne serait pas introduite à l’école prochainement, de la même façon qu’il mentira sans la moindre parcelle de doute lorsqu’il s’agira d’assurer que la méthode globale, catastrophe avérée depuis des années, n’est pas en place dans les primaires pour l’apprentissage de la lecture…

Le constat, en toute lucidité, ne peut pas être évité : les théories du « genre » sont introduites partout.

Obtenir quelque chose du peuple en démocratie est avant tout une affaire de marketing et de communication. Ainsi, lorsqu’on doit obtenir son assentiment, on préparera ce peuple par un travail de fond(s), par exemple dans la presse ou les journaux télévisés. On polira la parole publique des élus pour que la réponse souhaitée aille d’elle-même. Le traité constitutionnel européen ? Il faut voter oui, bien sûr ! Et quand le peuple vote non, on procèdera plus discrètement.

Pour la théorie du genre, il en ira donc de même.

J'accepte les Bitcoins !

17af6HUXme5pvDawCaDPFWrWscVzkueShj

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires247

  1. P

    Très fort le nouveau socialisme-révolutionnaire avec la théorie du genre
    Etape 1 : bourrage de crâne à tous les étages
    Etape 2 : chacun peut demander n’importe quoi, on considère que c’est un droit individuel
    Etape 3 : tu émets des réserves, t’es anti-progressiste, t’es méchant

    Ou comment faire passer du progressisme pour du libéralisme…

    Ouf, le Bien suprême a vaincu !

    1. YP

      Notons que le mot « libéralisme » aux Etats Unis, définis justement les progressistes. « Obama is a liberal » selon la terminologie américaine (requête qui donne 240Mio de résultats sur google)…

    2. Moyûga

      Mais non, nous ne sommes pas simplement méchantson, nous sommes des dangereux sectaires de la Fachosphère écorcheuse de bébés transgenres faibles et fragiles. Rien à voir avec l’adjectif que tu as donné, voyons. 😉

  2. Fred

    Peut être que le PS, sous influence du Grand Orient, souhaite faire de la France le meilleur des mondes…
    « A mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s’accroître en compensation. Et le dictateur (à moins qu’il n’ait besoin de chair à canon et de familles pour coloniser les territoires vides ou conquis) fera bien d’encourager cette liberté-là.  » Préface du Meilleur des mondes, Aldous Huxley.

  3. Calliclès

    Comme quoi il suffit de faire un peu de généalogie des idées… Entre guillemets, idées, et avec des pincettes.

    Merci pour l’info.

  4. Jopechacabri

    « …on obtient un tableau tout à fait édifiant de l’ensemble de la « discipline » : elle ne repose sur rien, a été inventée de toutes pièces par un type psychologiquement atteint et ne sert plus guère qu’à excuser les pulsions constructivistes (ou dans certains cas, destructivistes) de névrosés hontectomisés.  »
    Ca rappelle étrangement une autre théorie tout aussi fumeuse… allons, il faut remonter un peu en arrière… non encore un peu… Ah oui ! C’étais un type du nom de Mahomet, je crois que ça s’appelait le Coran.

    1. Black Mamba

      Ils sont plus dangereux que le PS, vous risquez qu’un mufti vous lance une fatwa.
      Surtout évitons de prononcer le nom du prophète.
      Very Dangerous 😕

        1. Alex6

          Bien sur, c’est meme ecrit dans le recit de sa vie dans… le Coran.
          Reste que c’est completement pourri comme analogie, pour quantite de raisons qu’il serait trop long a developper.

          1. Peste et coryza

            La raison est simple :
            A cette époque, dès que la fille a saigné, elle est une femme.
            L’adolescence est un concept moderne.

            Souvenez vous de la « petite maison dans la prairie » : le père est d’accord pour marier sa fille… dès qu’elle aura 15 ans.

        2. Jesrad

          Attention, certains passages du Coran sont mal traduits et/ou mal interprétés. Et je le signale en tant que Discordien, hein.

          Par exemple, il n’a pas épousé Aïcha quand elle avait 6 ans, mais plutôt 16 ans (la fourchette crédible va de 14 à 24 ans en croisant plusieurs sources externes au Coran), et consommé ce mariage quand elle avait 19, et pas 9 ans. Il y a un décalage de 10 ans environ à cause d’incohérences entre plusieurs calendriers.

          1. Peste et coryza

            C’est assez crédible…
            Pas mal de peuples (grecs, romains etc…) mariaient les filles vers 15/16 ans.
            Les hommes à qui elles étaient mariées avaient souvent dans les 30 ans… voire plus vieux (cas de la fille de JC et de Pompée Magnus).

          2. Pistache

            B. S. d’apologiste.

            D’abord parce que ça ne ressort pas du coran mais des hadiths.

            Ensuite parce qu’il n’est pas question de dates mais bien d’âge (Aicha épousée à 6 ans, « consommée » à 9), et que les récits de la sunna mentionnent aussi les habitudes de jeux de la petite fille (poupées etc).

            Enfin, par contre, vous trouverez ds le coran les règles décrivant la période à attendre pour qu’une divorcée puisse se remarier, avec cas particulier des femmes n’ayant plus leurs règles, et de celles NE LES AYANT ENCORE JAMAIS EUES.

            ‘pis si vous voulez nier cet aspect des préceptes islamiques (‘pas certaine que ce soit le pire notez), faudra aussi expliquer les écrits d’érudit islamiques anciens ou contemporains. Khomeiny, par ex, à du être trompé par la « traduction du coran », hein…

  5. Fausto Consolo

    Bien l’article. Comme toujours.

    D’abord on rit mais après on a plus envie.

    Coué, Le Bon et Derrida pour renverser le monde ?
    Smith et Wesson pour le remettre à l’endroit ?

  6. Fred

    En attendant, cette théorie du genre me semble bien trop alambiquée pour être parfaitement intelligible, alors qu’elle semble comporter un paradoxe pour le moins surprenant (et là, vous comprendrez que je n’y comprends rien du tout à ce concept…).

    En effet, soit la sexualité est innée et échappe donc à tout aléa moral, soit elle ne l’est pas et relève uniquement d’un schéma culturel imposé par notre conditionnement, en tel cas ceci pourrait justifier l’exclusion des personnes homosexuelles du corps sociétal sur le simple alibi moral.

    Bref, paradoxalement, cette théorie pourrait très bien être utilisée par les pires extrémistes pour rejeter les homos du corps social, tout en accusant leur entourage d’être à l’origine de leur déviance….

    Personnellement, connaissant aussi bien des personnes homosexuelles qu’hétérosexuelles, il me semble que leur sexualité relève avant tout de l’inné. En effet, je n’ai jamais entendu dire par quelqu’un que sa sexualité eut été un choix…

    1. YP

      Les homos, les hétéros, les trans font ce qu’ils veulent. Ils sont majeurs, vaccinés, et puis tant qu’ils n’importunent pas leur entourage – il n’y a pas de mal à se faire du bien.

      Mais on ne touche pas aux gosses. On leur doit une famille (un cadre de référence stable) et on ne leur met pas des théories à la con dans la tête dès l’enfance.

  7. Fred

    Bien d’accord avec vous. Je voulais seulement dire par là que cette « théorie » du genre est tellement absurde qu’ elle se contredit elle même.

  8. simple citoyen

    L’introduction de force, sans réel débat de toutes ces notions sociétales sert à accomplir une mutation profonde de la société française. Parce que c’est aujourd’hui un gouvernement socialiste qui les mets en oeuvre nous laisse accréditer l’idée que c’est un dessein particulier qui se joue là. Je crois que c’est faux. Il ne s’agit que d’un effet d’accélération rendu possible par son progressisme militant. Mais la droite de gouvernement a poussé le même agenda, l’a préparé et l’a imposé de manière identique. Il s’est agit souvent d’une réforme ou d’un texte poussé par une ou plusieurs personnalités s’appuyant sur des « think tanks », des travaux de recherche, une injonction de la Commission ou du Conseil de l’Europe, une interprétation des juges européens, de grandes figures médiatiques de l’élite, à contre courant de la volonté des électeurs, mais finalement toujours adopté. La plupart du temps, après un peu de mousse, on passe à autre chose. Bien entendu, l’électorat de droite se rend compte au bout d’un moment qu’il semble exister une certaine logique, qu’on cherche à l’emmener là où il ne veut pas aller. On le menace alors de perdre les élections si on ne se regroupe pas… Quand les relais ne suffisent pas, comme pour la GPA, Bruxelles entrera en jeu, imposant de fait ce que le pays refuse, le principal verrou ayant sauté.
    Quand on regarde toutes ces mesures, celles qui sont prises dans de multiples domaines, on se demande ce que font nos « élites ». On parle d’incompétence et de lobbies… de déficit démocratique et de turbo-libéralisme… Mais on ne mets toujours pas le doigt sur ce qui dérange. Au final, si on se penche sur toutes les mesures qu’on nous a imposées, les décisions qui nous paru naturellement contraires à notre intérêt général, ou en tout cas à notre conception partagée de la société, on peut remarquer trois choses. Elles sont très peu débattues publiquement. Il n’y a pas réellement de débat public, et en particulier on n’aborde jamais la question: pourquoi faisons nous cela et surtout où cela nous mène-t-il? La seconde observation, c’est que notre cas (français) n’est pas unique. Ces transformations imposées le sont aussi dans de nombreux pays. Et de manière convergente. Enfin, que la convergence la plus importante nous amène dans le sillon de ce qui a déjà été fait et en cours d’être entrepris aux US. Il suffit pour s’en convaincre de lire l’équivalent US d’un site comme celui-ci pour comprendre que les changements du modèle américain imposé, ou en tout cas mis en oeuvre par Obama, leur apparaissent comme un rapprochement des modèles européens. Et c’est le cas. Et dans les faits et dans la mise en oeuvre. Il y a toujours quelques personnalités de droite pour défendre sur telle ou telle mesure sa validité, même si cette position semble totalement incohérente. C’est le rôle par exemple que joue le sénateur McCain en ce moment.
    Je suis persuadé depuis un moment que la négociation en cours sur le traité de libre échange transatlantique n’est que la première pierre d’une construction identique à celle de l’UE. Nous aurons un marché commun, une armée commune et probablement un parlement commun et des institutions de référence communes. Les bases en sont jetées depuis fort longtemps, et les relais nécessaires à leur exécution ont été formés et soutenus depuis longtemps aussi. Quel que soit le choix que nous semblions faire, que ce soit par le vote ou non, un agenda nous est imposé. Qui peut vraiment croire que lors de la décision de faire l’euro, n’était pas prise en même temps celle de faire une Europe intégrée? Pourquoi alors la très grande majorité de nos politiques et experts ont-ils refusés d’en préparer la venue et n’ont pas inversé l’ordre des choses? Qui peut croire qu’il est normal pour les nations souveraines européennes, de refuser tout débat sur la politique d’immigration, de la chiffrer et d’en mesurer les évolutions comme pour toute autre politique engageant les sociétés concernées dans leur ensemble? Qui peut penser que d’accueillir aujourd’hui un nouveau pays au sein de l’Euro est normal et démocratique quand l’immense majorité de son peuple y est opposé?
    Tout cela pose donc une question et une seule, dont je crois nous ne pourrons faire l’économie sans risquer le chaos ou le totalitarisme en Europe: quel est donc le destin que veulent nous imposer « nos » élites? Et pourquoi faire?
    Quel est donc ce projet dans lequel on nous pousse, sans jamais nous montrer ce vers quoi nous allons? L’objet en est-il si inavouable que c’est impossible?

  9. sa0000

    C’est vrai que c’est troublant… ce qui arrive en France, arrive également un peu partout ailleurs (en tous cas en Europe et aux Etats-unis). Pas à la même vitesse, pas forcément de la même façon, mais clairement ça va dans le même sens. Et le tout contre l’avis d’une grande majorité de gens. Et bien sûr sans aucune vague dans les médias.

    1. Peste et coryza

      Mode complot ON
      Le but de nos dirigeants serait simplement de gérer la transition tout en gardant le pouvoir :
      – faire accepter la baisse du niveau de vie et le reniement des promesses fondant le pacte social.
      – consolider le pouvoir de l’élite
      – briser toute forme de contestation possible et toute solidarité non contrôlée.
      – fournir des palliatifs (le titytainement et le libéralisme libertaire par exemple) pour tenir les gens tranquilles.
      – contrôler leur éducation, les rendre inaptes à contester l’élite.
      – serrer la vis en ôtant aux masses le pouvoir économique et monétaire.
      – étape suivante : éliminer les gens « en trop »… voir les délires de Rockfeller et de certains écolos pour ça.
      Mode complot OFF

      1. simple citoyen

        Parler de complot n’a pas forcément grand sens. Je conçois très bien que certains puissent le percevoir ainsi. A mon sens, c’est un outil de lecture comme un autre, et s’il permet de prendre du recul et d’aller regarder au delà des annonces, je n’y vois rien à redire. Il est par ailleurs incontestable que les positions de certains peuvent aider à accréditer ce type de thèse. Je pense par exemple aux réflexions d’Attali sur la rédaction du traité de Maastricht (voir lien plus bas).
        Cependant, si ce que vous écrivez est vrai, pourquoi ne pas le dire, et surtout pourquoi nous imposer en même temps que le diagnostique, une solution elle-même sans appel? Nos élites sont-elles si sûres de ne pas mériter leur position, qu’elles projettent sur nos leurs errements et leurs incapacités? Si leurs capacités d’imagination et de créativité est au même niveau que leur sens des responsabilités, je peux le comprendre, mais nous n’avons pas tous vocation à nous suicider sur le bûcher de leur vanité. C’est le propre de l’homme que de sortir du cercle pour inventer de nouvelles solutions. Prouvons le et renvoyons toute cette clique chez eux.
        http://www.les-elections-presidentielles-2012.com/VideoDetail/xl60yb–Jacques-Attali-a-propos-du-Traite-de-Maastricht-c-etait-pas-tres-democratique

      2. Aloux

        Peste : règle élémentaire, ne jamais expliquer par un complot ce qui est parfaitement explicable par la bêtise. Et je pense que le faisceau troublant de faits qu’on pourrait attribuer à un complot mondial est beaucoup mieux expliquer ainsi.

  10. DA

    Je propose que le Ministre de l’Education lance un vaste chantier national pour la refonte de la grammaire française afin de supprimer le feminin et le masculin. Nous instaurerons le genre neutre à usage unique. Cela sera également une grande source d’activité pour tous les jeunes diplomés bac+10 des facs de lettres qui ne trouvent pas de boulot et qui auront pour tâche subventionnée par l’Etat de re-écrire toute la littérature française en genre neutre sur les 20 prochaines années. Le progrès est en marche et cela se voit!.

  11. BEAU

    Je pense que le commentateur précédent plaisante ou alors il m’inquiète….
    Comment peut on proposer cette théorie du genre à des gens de bon sens, il n’est pas nécessaire d’avoir fait Polytechnique pour savoir que l’homme est différent et complémentaire de la femme et qu’il n’y a rien à y redire et surtout pas à jeter le trouble dans l’esprit d’un jeune enfant

    1. simple citoyen

      Pour reprendre la balle au bond, et en lisant votre pseudo, je me faisais la réflexion que toutes les études montrent un biais majeur en faveur des (grands et des) beaux. Voilà une discrimination avérée, qui mériterait un traitement tout à fait identique à celui du genre (qui définit le beau, le terrorisme sociétal qui l’accompagne, l’importance du milieu, le fait de se voir beau quand on ne l’est pas, etc). Mais bien évidemment, cela n’a pas lieu, mais de surcroît des industries entières prospèrent sur ce biais… que faut-il en déduire?

  12. simple citoyen

    Pour reprendre la balle au bond, et en lisant votre pseudo, je me faisais la réflexion que toutes les études montrent un biais majeur en faveur des (grands et des) beaux. Voilà une discrimination avérée, qui mériterait un traitement tout à fait identique à celui du genre (qui définit le beau, le terrorisme sociétal qui l’accompagne, l’importance du milieu, le fait de se voir beau quand on ne l’est pas, etc). Mais bien évidemment, cela n’a pas lieu, mais de surcroît des industries entières prospèrent sur ce biais… que faut-il en déduire?

    1. gnarf

      Je me rappelle d’une vieille nouvelle de science fiction (probablement annees 50-60 USA). Les personnes les plus fortes etaient obligees de porter des chaines et des poids pour l’egalite. Un colosse et une tres belle danseuse en etaient affectes a hauteur de leurs dispositions exceptionnelles.

      1. Grixxby

        Il s’agit de Harrison Bergeron (1961), de Kurt Vonnegut. Adapté en vidéo au moins deux fois (sous les noms « Harrison Bergeron » et « 2081 »).
        Très bonne nouvelle. Pas encore vu les adaptations.

  13. Duff

    Après la lecture de cet excellent billet, de ceux datant des manifs pour tous qui à l’époque vous ont amené cher H16 à parfois publier 2 billets par jour, je me pose une question… La même après lecture de différents articles publiés sur contrepoints… Moi même libéral sur le plan économique et conservateur sur les questions sociétales, je n’ai pas défilé dans Paris estimant que les attentes aux libertés et aux droits étaient menacées par bien plus grave ces derniers temps. Ceci dit, j’ai toujours eu un a priori favorable à ces manifestations puisque j’y voyais enfin un mouvement de fond apolitique qui certes penchait à droite d’où la tentative navrante de récupération de l’UMP, pour enfin s’opposer aux idées décadentes des élites soixante-huit-ardes au pouvoir désormais depuis quelques années…

    Avant de préciser ma question, je préfère énoncer clairement ma position : Qu’on renforce les droits en cas de décès ou d’existence d’un enfant pour un couple homosexuel dans le cadre d’une « union civile » sorte de PACS renforcé, je suis pour. D’où mon refus de me fondre dans une masse de gens aux opinions diverses. Mariage avec ce qui suit, la commission de Bruxelles nous le rappellera bien vite au nom de l’équité, ou tout simplement les manifs à Mayotte en faveur de la polygamie, la PMA déjà acceptée insidieusement et la GPA demain, non.

    Voilà ma question : Être libéral en France c’est déjà une forme de dissidence. Pourquoi ne pas assumer que tout ce qui sous-tend le mariage pour tous est profondément constructiviste et déroge au sacré à gauche « principe de précaution »?

    Mon impression que cette question ici et sur contrepoints a divisé les libéraux alors que je note en même temps l’exigence des libéraux de chahuter les opinions dominantes qui citent Keynes sans le connaître ni en le mettant en perspectives, l’écologie religieuse du GIEC, la religieuse tendance des sociétés occidentales au « toujours plus » bien que non financé. Quid des questions sociétales? Pourquoi être subitement « prudent » sur la dénaturation du mariage reposant sur une structure ancestrale de la famille et vindicatif sur le reste?

    Merci.

    1. Parce que le libéralisme n’a, pour la question du mariage, pas de réponse. Le mariage est une affaire de coutume au départ, de société tout le temps, et de religion parfois, pas de politique, de droit ou d’économie. Qu’il ait été gobé par l’Etat est un premier problème (la source de tous les autres) et le bon sens libéral voudrait qu’on réclame un détachement pur et simple du mariage du giron de l’État. Là est la question libérale. Ensuite, qui se marie avec qui et comment, c’est à la société de gérer ça, de gré à gré, entre individus. Sur le plan des droits, il y a tout l’arsenal (et même plus) pour garantir la partie purement civile de l’union contractée.

      Maintenant, ceci posé, cela n’empêche pas, dans la même famille libérale, d’avoir des progressistes qui pensent le mariage homosexuel souhaitable, et des conservateurs qui n’en veulent pas. Si l’Etat n’avait pas son mot à dire, comme je l’explique dans le précédent paragraphe, cela n’aboutirait pas à ce genre de pataquès mémorable. Tout le reste, ensuite, est de la récupération politique, du montage de bourrichon ajoutée d’une grosse dose de pignouferie de presse.

      La prudence vient de là : comme il n’y a pas de position libérale claire dans la situation actuelle où l’état est présent partout, les débats sont envenimés. Dans un pays très libéral, la question n’aurait rien déclenché.

        1. heimdal

          « Qu’on renforce les droits en cas de décès ou d’existence d’un enfant pour un couple homosexuel »

          Vous pourriez développer au sujet de cette histoire d’existence d’un enfant pour couple homosexuel? Je ne comprends pas.

  14. gnarf

    Rien qu’au niveau physique, genetique, il est deja tres difficile d’identifier le sexe d’une personne dans de nombreux cas. Le comite des jeux olympiques a d’ailleurs abandonne les tests genetiques de la sexualite car pour 1 personne sur 1000 il y a incoherence entre le phenotype et le genotype.
    Ah zut j’etais tombe sur un article tres interessant, d’un scientifique qui etudie la sexualite au niveau genetique, qui enumerait l’ensemble des facteurs qui peuvent alterer le sexe d’une personne, des malformations, erreurs genetiques, malfonction endocriniennes….au moins une vingtaine de problemes differents affectant des dizaines de milliers de personnes dans chaque pays.

    Alors si on rajoute la psychologie par dessus… ca devient vraiment complique. Moui je crois qu’il y a une composante psychologique dans l’identite sexuelle…qui peut tres bien s’opposer ou meme supplanter la composante genetique, surtout si celle-ci s’exprime difficilement.

    1. gnarf

      Mais dire que l’identite sexuelle est acquise est stupide comme chaque simplification. Avant tout le monde etait sur a 100% qu’il y avait des hommes et des femmes genetiquements determines et rien d’autre….maintenant la theorie des genres….
      On passe d’une connerie simplificatrice a une autre. La nature est aleatoire voila tout….il y a les gens au beau milieu de la gaussienne pour qui tout est simple, et il y en a pas mal d’autres.

    2. peste et coryza

      gnarf

      Tu as fumé du crack ?
      Chromosomes YX pour les hommes, XX pour les femmes.
      Phénotype : celles ci ont une fente, les hommes un pilier et deux pierres.

      Un technicien qui ne sait pas lire un caryotype, je le vire dans la minute.

      1. Tu fais erreur.
        Il y a de nombreux cas où la nature fait ce qu’elle veut et pas ce qui est écrit dans les manuels. Je passe sur les XXY et autres cas particuliers, mais les hermaphrodites existent et ont même un code sécu (le 3). Beaucoup meurent à la naissance, mais il en reste une proportion qui sont ambigus, et dont le choix sera imposé chirurgicalement, dans la foulée ou plus tard.

        1. gnarf

          Il y a aussi pas mal de gens qui sont XY ou XX, qui ont l’equipement fonctionnel, mais une alteration ailleurs qui empeche le fonctionnement de la testosterone ou d’une autre hormone sexuelle.

          1. Philippe

            Qu’il y ait des exceptions dans la nature ne justifie pas que l’on se base sur ces exceptions pour expliquer la règle.
            Pour anecdote, nous sommes parents, nous sommes entourés de parents, et pour simplifier, nous avons laissé nos enfants jouer avec les jeux qu’ils voulaient. Pour les vêtements, pareil, par soucis d’économie, la petite sœur mettait les anciens vêtements de son grand frère. Nous ne sommes donc pas à priori d’affreux perturbateurs de la liberté de se sentir homme ou femme.
            Et bien : les petits garçons qui jouent avec des jouets de petites filles y jouent comme des garçons et les petites filles qui jouent avec des jouets de garçon y jouent comme des petites filles. A la fin, comme par hasard, les garçons préfères les jeux de garçons et les filles les jeux de filles. Mais ça c’est un détail, tout le reste de la personne dévoile son sexe : sa façon d’agir et de réagir, sa façon de penser et de comprendre, sa façon d’apprendre et mémoriser, sa façon de voir et de parler. Qu’il y ait une part de culturel dans cette différence, c’est possible, mais il y a une part évidente d’innée.

            Refuser que les personnes puissent être différentes est un idéalisme (« mon idée est plus importante que la réalité donc je formate le réel à mon idée. Ceux qui me contredisent sont d’ignobles intolérants et je les élimine »).

  15. jyb

    Il y a aussi des foetus à deux têtes dans les bocaux de la Faculté de Médecine, et des choses bien plus créatives encore. Mais ce n’est pas de ces cas limites que seraient les ambiguïtés sexuelles ou le trans-sexualisme dont traite la théorie du genre, mais de tout le monde. Vous et moi. Je pourrais être une femme (un homme-femme ou un truc comme ça, n’attendez pas des genristes un cadre formel précis), et ma femme un femme-homme. Ceci indépendamment des orientations (homo/hétéro) qui qualifient des relations et non des personnes, ça n’aura échappé à personne.

    Ca s’applique tellement à tout le monde qu’on en vient à « dégenrer » les jeux dans les crèches d’enfants, parce que vous comprenez, offrir un camion de pompier à un garçon c’est une violence du genre, ça l’empêche de découvrir sa féminité. Notez que ça va devenir particulièrement savoureux quand je pourrai me définir comme « un homme de genre féminin aimant les femmes », pourrai-je me prétendre lesbien? Et qui de la parité? Si Madame Vallaud-Belkacem décide d’être Monsieur, faudra-t-il que Valls se déclare Madame pour rétablir l’équilibre?

    Bon. Plus sérieusement, on sait tous que les hommes peuvent avoir une part féminine et l’inverse. On n’a pas attendu les genristes pour le comprendre et il n’y a pas de quoi fouetter un chat. De là à lire en classe « Papa porte une robe » (et et met du rimmel), il n’y avait pas urgence. C’est papa qui va être content d’apprendre qu’on raconte en classe qu’il est un travelo.

    La gauche ne peut vivre sans oppression. C’est dans son code machine. Sans oppression, elle n’existe plus. Elle s’est d’abord nourri de l’oppression de la classe ouvrière. Celle-ci s’étant éteinte, elle a cherché du côté des immigrés, des femmes, des homosexuels, et maintenant le genre. Ca va devenir rigolo quand il ne restera que l’oppression des laids, des petits et des gauchers.

    1. bob razovski

      M’en fous ! 😉

      En tant que parent, je démoli systématiquement ce genre de connerie.

      Ma fille doit, en anglais, disserter sur l’écologie et les « tout ce qu’on veut » durables. Ca la gonfle prodigieusement, et elle me dit souvent « plus je raconte d’ânerie, meilleure est ma note »… Consternant !

      J’ai eu l’occasion de parler à sa prof d’anglais, d’origine Texane, pour lui expliquer qu’il serait bon d’éduquer les enfants de manière moins futile, en dissertant sur le 2nd amendment par exemple… Je vous dis pas la surprise de la madame 🙂

Laisser un commentaire