Dure leçon de vie pour Laurence Rossignol

La République du Bisounoursland est parfois pleine de surprises, surtout pour les gentils et les benêts qui la confrontent, au détour d’un incident monétique collatéral, au réel vécu par tant d’idiots inutiles persuadés que le pays n’est pas aussi bisou qu’on le dit (les fats !). C’est ainsi qu’à la suite d’une mésaventure banale, une sénatrice socialiste s’est aperçue que tout, en France, ne roulait pas comme sur des roulettes. Zut et zut.

C’est la très petite et très banale histoire de Laurence Rossignol.

C’est une histoire dont vous n’auriez jamais entendu parler si Laurence n’avait pas été socialiste, bien sûr, et si elle n’était pas devenue, ensuite, sénatrice de l’Oise. C’est l’une de ces histoires d’une banalité consternante qu’un blog de bonne tenue ne relate même pas pour rire (sauf ici, bien sûr, mais vous êtes, lecteur, sur un blog de fachisse turbo-libéral méchant qui mitonne des chatons mignons dès qu’il le peut, c’est dire). C’est l’un de ces faits divers navrants et sans intérêt réel qui n’arrivent même pas à faire un entrefilet dans les journaux, même locaux, même coincé entre à la rubrique télé et la rubrique mots-croisés.

Il faut dire qu’il n’y a pas eu de violences. Il n’y a pas eu de blessés. Il n’y a pas eu d’injures, ni à caractère raciste, ni à caractère sexiste, ni d’incitation à la haine raciale, ni rien du tout. C’est, véritablement, une intrigue en banaloïde transparent qui ne crépite même pas un peu quand on le manipule prestement.

Je résume en quelques mots : le 14 juillet dernier, vers 14 heures, au lieu de glander chez elle comme tout citoyen, elle va connement retirer de l’argent au distributeur automatique d’une banque de la place Saint-Jacques à Compiègne. Folie furieuse : un homme lui vole l’argent. Pétage de plomb total : elle le poursuit dans la rue. La musique rythmée avec des guitares funk se met en route. Elle demande de l’aide autour d’elle, alors qu’il y a plein de monde. Pensez-donc ! Compiègne, un 14 juillet à 14h, ce n’est pas les Champs-Elysées (hein, n’s’pas, comprenez) mais tout de même, il y a du monde.

Et là, personne ne moufte. Aucun homme vigoureusement musclé qui vient stopper le malfrat dans sa course. Aucune femme, solidaire de cette agression à l’évidence machiste, pour faire un croc-en-jambe à l’agresseur. Rien. Que dalle. Le voleur s’enfuit.

Horrible, non ?

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Pour situer un peu, il faut comprendre que Laurence, c’est de la sénatrice qui a fait parler d’elle. C’est du lourd. C’est du gratiné.

En fait, non, j’exagère, franchement. Elle est à peu près aussi incolore, inodore et sans saveur que la petite histoire ci-dessus. Tout juste s’est-elle fait remarquer dernièrement en expliquant (sans rire) que les enfants n’appartiennent pas à leurs parents (et là, c’est assez juste) mais plutôt, à l’État (et là, c’est assez terrifiant). Ah, et aussi, pendant les débats sur le mariage homosexuel, elle s’ennuyait et … jouait donc en réseau.

Vous constaterez donc sans mal qu’on est, ici, dans le niveau de pathétique parfaitement standard pour un sénateur de la république française actuelle : médiocrité, idéologie, banalité.

Là où cela devient rigolo, c’est que la dame, outrée du peu de réactions de ses concitoyens, s’en est ouverte au Courrier Picard. L’article vaut la lecture (d’autant qu’il est plus court que mon billet). Et que déclare-t-elle, toute émue ?

« La première des protections est collective, c’est la solidarité. (…) Le premier problème de l’insécurité, c’est la lâcheté collective. »

laurence rossignol

Mais ici, je dis « Moui non pas tout à fait. »

small double facepalmDans un cas normal où nous aurions eu à faire à une pointure politique, j’aurais sorti un ou deux lolcats idiots, un petit facepalm comme celui à gauche de ce paragraphe, ou un grand, éventuellement multiple. Mais là, comme Laurence, elle a l’air d’être sincère dans son atermoiement, qu’elle a l’air de franchement découvrir ce qui se passe vraiment en France, je vais simplement en venir, directement, au fait.

Dites, m’ame Rossignol, vous savez qu’il y a tout plein de caméras de surveillance, à Compiègne ? Et vous savez déjà qu’elles n’ont servi à rien. Dites, m’ame Rossignol, est-ce que, forte de cette expérience, vous allez inciter vos collègues de la Chambre haute et ceux de la basse à nous débarrasser de ces coûteuses nuisances ? J’en doute. Vous en réclamerez plus.

aspirine.jpg

Dites, m’ame Rossignol, vous savez ce qu’il risque, le voleur, si on le chope ? Non ? En gros, voilà ce qui va se passer : il perdra trois heures à remplir des petits papiers au poste le plus proche. Vous aussi. Et si quelqu’un vous a aidé (appelons-le Roger), eh bien lui aussi devra se tartiner une séance avec les flics locaux. Il est possible, probable même, que le voleur soit d’ailleurs sorti du commissariat, libre, avant que vous n’en ayez fini de votre dépôt de plainte.

Bien sûr, en votre qualité de sénatrice, on supposera sans mal qu’il écopera d’un traitement de faveur qui l’embastillera très vite. Mais voilà : à votre grand dam, j’en suis sûr, vous n’avez pas eu le temps de brandir votre cocarde sénatoriale lors de votre mésaventure, et dès lors, Roger ne pouvait pas savoir qu’il aurait pu vous aider sans se taper une après-midi boulet & paperasserie.

Et puis, si Roger était intervenu et avait, par exemple, fait un croche-patte, comme vous le suggérez, le voleur aurait fait un vol plané. Il se serait peut-être pété les deux dents de devant. Vous auriez rattrapé le malandrin. Et il aurait porté plainte contre Roger. Il aurait probablement gagné. Roger, il n’a pas envie d’avoir des ennuis. Roger n’a pas engagé sa responsabilité pour un acte héroïque d’auto-défense qui tourne mal, et il est resté en terrasse à vous regarder courir.

Et puis, si Roger était intervenu et que le voleur l’avait planté avec un couteau ? On le sait : le sentiment d’insécurité est bien plus fort que l’insécurité elle-même, bisous et tout ça. Mais un sentiment de couteau dans le bide, cela fait des sentiments de problèmes hospitaliers gênants. Et Roger, il a probablement calculé qu’il avait autre chose à faire de son 14 juillet. Et puis, avec les maladies nosocomiales dans les hôpitaux, on n’est jamais trop prudent, hein, m’ame Rossignol.

Et puis, Roger est un boxeur. Roger, il se voit bien parant le coup de couteau, ou, même, le coup de poing nu du méchant voleur. Il voit aussi qu’il réplique, pif, paf. Et il voit le voleur qui tombe et se fracasse la tête contre un poteau. Roger, ce n’est pas un salfachisse. Il sait ce qu’il en coûte de tenter un petit méric à l’improviste. Alors Roger, 110 kilos et 20 ans de boxe dans les bras, il a regardé sa bière bien fraîche et vous, courant derrière le voleur.

C’est dur, la vie, hein, m’ame Rossignol ?

Mais que voulez-vous, c’est un peu votre faute, m’ame Rossignol.

L’État a bien fait comprendre à tout le monde qu’il était le seul à pouvoir utiliser de la force pour arrêter les méchants et les vilains. De fil en aiguille, les méchants et les vilains se sont d’ailleurs multipliés, tant en quantité qu’en qualité, depuis celui qui ose défier l’ordre établi avec des t-shirts corrosifs jusqu’à celui qui tente des bousculades au Trocadéro en passant par celui qui n’hésite pas à se servir de toute la puissance de ses lèvres pour émettre des opinions qui choquent violemment les petits chatons républicains. Devant cette multiplication, l’État, tout heureux de trouver là force prétextes pour accroître sa présence, a redoublé d’efforts, de lois et de règlements pour bien mater les renégats.

Gros souci de cette boulimie d’intervention : en augmentant le nombre de crimes et de délits qu’il entendait punir, le gros État joufflu a mécaniquement augmenté le nombre de victimes, réelles ou imaginaires, et, par voie de conséquence, diaboliquement accru le nombre de coupables réels ou supposés. Maintenant, grâce aux efforts conjugués des socialistes de gauche et des socialistes de droite, n’importe qui peut, potentiellement et très rapidement, devenir coupable. Y compris et surtout lorsqu’il intervient au milieu de scènes violentes. Personne ne veut devenir un Roger.

Et puis, rappelez-vous : l’État est là pour s’occuper de votre sécurité, à votre place, du téton au sapin. Pourquoi s’étonner que personne ne bouge ? M’ame Rossignol, plutôt que fustiger bêtement le manque de réaction de vos concitoyens qui ont, eux, bien compris comment fonctionne la société actuelle, pourquoi ne vous en prenez-vous pas à l’État pour son absence de réaction ?

Ou plutôt, m’ame Rossignol, pourquoi ne vous en prenez-vous pas à vous-même, puisqu’après tout, vous êtes, directement en tant que législateur et indirectement en tant que citoyenne et (honte !) socialiste, responsable de cette situation ? Ah oui, j’oubliais ! Comment demander que vous preniez vos responsabilités alors que tout a été fait pour que, précisément, elle s’évapore dans le grand tout collectif que vous appelez de vos vœux ?

Je vais vous dire, m’ame Rossignol : ce qui vous est arrivé est à la fois banal et doit vous servir de leçon. En France, grâce à vous et à tous vos collègues, on ne peut plus compter que sur soi-même.

« Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. » Bossuet

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires198

  1. Aristarque

    Et comment se fait-il que notre castafiore au petit pied n’ en parle pas au camarade Vals ou à son acolyte Taubira? Elle a probablement les moyens pour leur en toucher deux
    mots en direct.
    Suggestion pour son prochain retrait à un DAB : se propulser rue de la Roquette, rue du Fbg St Honoré ou rue de Varennes où il y a plus de flics et CRS que de passants…

  2. vivalatina

    Déjà que les gens bossent pour lui payer son salaire, il faudrait en plus de crever le derche pour lui servir de garde du corps.
    Elle ferait mieux de rester chez elle à jouer en ligne pour pas avoir à le faire au taf, comme c’est le cas pour le reste des citoyens cotiseurs.

  3. LeRus

    Le problème, en France, c’est qu’on a le Sentiment d’Insécurité ET l’insécurité ET pas le droit de se défendre. Le trio gagnant!

    A tout prendre, je préfère un endroit sans trop d’insécurité où l’on a droit de se défendre. Ça existe encore.

  4. Lucie Trier

    Il y a ce cinéaste, Lynch, qui dit que les idées sont de petits poissons dans une sphère flottant au dessus de nos têtes et qu’il arrive parfois que deux personnes se saisissent du même poisson au même moment en deux endroits totalement différents du monde.
    Sur l’étrange connivence que cet article comme tant d’autres ici, h16, a dernièrement produit, il n’y aurait qu’une chose à dire, puisque mon gimmick de la vie, mon biais d’analyse réutilisable partout et tout le temps même en temps de pluie, mon Power Rangers de justice secret que je croyais connu de moi seule, à savoir, !le Bossuet!, a émergé ici : je craque, donc. Seule réaction possible, des onomatopées d’hébétude, deuxième gimmick quintessentiel : « Il est dans un bien petit feu, celui qui peut dire combien il brûle », de papa Sénèque.

    Bref. Il est très intéressant d’étudier le mécanisme d’individualisation induit perversement par le socialisme (souvent imputé à cette fôt-de-la-société-consumériste qu’on associe avec une montée de l’égoïsme individuel, dans une rare bêtise déductive triple dose et raccourci causal Deluxe). La dilution de la responsabilité individuelle propre à la collectivisation transforme quelques jolies notions un brin frivoles telles la charité, le dû, la conséquence, la défense, en systèmes maternisants et débilitants en ce que c’est toujours l’entité collective, et non l’individu, qui assumera. Aime ton prochain, de proximus, celui qui est à côté de soi, me disait mon pote Philippe, au café, il y a deux ans, lorsque nous parlions de la théorie exposée aujourd’hui dans cet article – les petits poissons, qu’on vous dit. Nous étions partis, au départ, du pourquoi du comment les gens en France ont une telle aversion pour l’action privée mais donneront trois milliards au Tsunami. On l’oublie à force d’associer l’individuel au turbo égoïsme libéral, mais l’individu est un régulateur social. Ce mec qui crie lorsque vous bousculez son chat est un régulateur social, et il ne peut l’être que par cette échelle individuelle. Il y a déplacement de ce sain toc toc entre l’individu et le mur du réel, vers une sorte de matelassage collectif négationiste propre au socialisme, en ce que les régulations individuelles, sont désaxées au profit de structures géantes et abstraites qu’on appelle aujourd’hui « Police » ou « Caisse d’Allocations Familiales ». De prime abord, je partage pourtant les valeurs vagues mais humanistes défendues par le socialisme, mais certainement pas, précisément, la destruction de ces valeurs occasionnée par l’action socialiste. Y-a-t-il une dispute conjugale gênante au deuxième étage ? La police s’en chargera. Y-a-t-il un abribus caillassé ? L’auteur ne devra pas travailler pour le rembourser. Y-a-t-il un SDF mourant de froid ? Les services sociaux sont là pour ça. A propos du comment les dites personnes en seraient arrivées là, il n’y aura pas analyse des réactions personnelles aux situations, des errements erronés face aux évènements. Tout sera de la fôt à la turbo-exclusion sociale, on analysera qu’il faut plus de protection et plus de moyens ce qui aura pour résultat d’empirer très proprement la situation, et on enterrera plus de SDF et d’agressés de voies publiques devant témoins lâches et passifs. Il y aura charge contre l’entité abstraite et cotonneuse du Golum piposophal : de méchant patron riche (tous) en méchantes ex-femmes abandonneuses (toutes. Et vénales en plus). Ce faisant, il n’y aura aucune mobilisation des capacités d’adaptation des êtres humains au réel, puisque la matrice socialiste, en coupant court à toute exposition, n’a pour résultat que de les en départir. Il n’est pas du tout étonnant que la France soit le premier consommateur d’anxiolytiques et d’anti-dépresseurs, ces maladies de confrontabilité au réel. Le pire, c’est que ce n’est même pas calculé, il n’y a pas complot fricotant, juste bêtise systémique et intérêt politique – lui, au moins- individuel. Comme la peur est le plus vieil instrument du pouvoir, le cerveau reptilien fera le reste, et après un bref sursaut d’éthique, on se terrera dans la préservation personnelle entre deux sièges de RER.
    Il est frappant de constater comment les sociétés responsabilisantes, libérales, privilégient l’action, la véritable solidarité et l’interventionnisme individuel. Une émission américaine débile, What Would You Do?, base entièrement son concept là-dessus. Comme Koh Lanta, ce n’est pas l’intelligence du contenu qui est croustillant, mais les possibilités d’observation ethnologiques – il suffit d’être un bon zappeur. Des personnes mises en face de situations insupportables, injustes ou rocambolesques sont observées dans leur degré de Rogerisme, que ce soit par compassion, chevalerie, courage ou éthique. Lorsqu’on est exposé, lorsque la mamelle étatique n’empêche pas cette exposition, on ne peut survivre que grâce à la solidarité et la régulation réciproque de son proximus. Le jeu de cause à effet, l’espèce d’éducation réciproque induite par l’exposition fonde la véritable solidarité. Or seul le libéralisme (le libertarien, pour être vraiment précise) place la régulation sociale (le fait que si dans un petit village, vous graffitez le mur de l’étable, tonton Michel vous éclatera, avant de vous obliger à tout repeindre avec votre propre langue) dans les mains des individus, et cela ne marche que parce qu’elle est dans ces mains là, et non dans celles de l’État.

    Bien évidemment, ce commentaire est trop long.

    1. hussardbleu

      Long… mais intelligent et amusant, chère Lucy… mais « trève » de compliments… votre réaction est élégante, mais c’est le stimulus H16ien qui était grandiose… les divers commentaires sont magnifiques également, tant une schadenfreude si méritée est gratifiante…

      Et la self-righteousness pénétrée et arrogante de la donzelle est tellement jubilatoire… il est des visages qui respirent la bêtise : au vu de son portrait, j’incline à penser que Mme Rossignol ne risque pas l’asphyxie…

      Ma réflexion très personnelle sur le cas clinique dont s’agit est que, me connaissant, hélas, j’aurais sans doute fait le « Roger », ce qui – outre les désagréments divers pouvant en résulter tels ceux évoqués par le Maître – aurait eu une conséquence dont je vous laisse imaginer la cruauté :

      Découvrir que j’aurais fait l’idiot chevaleresque pour aider une Nomenklaturiste à conserver le petit artiche qu’elle soutire chaque mois à mes semblables et moi-même, pauvres contribuables souchiens… de quoi se faire hara-kiri…

    2. lasantedanslatête

      tout à fait d’accord moi aussi ! Je râle sans arrêt contre ces demandes téléphoniques pour psychothérapie qui commencent par : « allo, c’est remboursé ? » : la psychothérapie est le travail individuel en soi, l’action en elle-même de l’individu qui par cette prise de distance avec le réel et surtout avec un système de pensées inculquées, va pouvoir sortir de l’oeuf…
      à cette place, est formulée cette demande de prise en charge par l’Etat…
      Vous noterez en plus que le remboursement est un état d’être… on dit ETRE remboursé ! on ne demande même pas à avoir !!! on demande si on peut avoir une facture, mais on EST remboursé ! le registre de l’être prend ici toute sa valeur en lieu et place de ce travail d’individuation.
      « ce pays est foutu » ! cqfd

  5. Mominette

    Nihil in intellectu nisi primum in sensu.

    Rien n’arrive au cerveau sans passer préalablement par les sens.

    A partir de ce jour, le mot « agression » sera un concept qui commencera à être perçu par Mme Rossignol …

    Mais comme elle de de gauche, profondément, elle verra dans sa mésaventure une preuve de plus de l’oppression capitaliste et de la rapacité des grands banques qu interdisent les prélèvements d’argent à ceux qui n’en ont pas déposé préalablement.

    C’est vrai, ça ! Le jour où les gueux pourront venir dire aux banques « filez-moi 2.000 euros » et s’entendront répondre avec un grand sourire « je vous les emballe ? » , il n’y aura plus d’agressions …

    Une piste pour cette militante 🙂

      1. Fred

        A priori, la brave dame s’est faite arrêter car elle avait un sac à dos rempli avec des trucs de la manif pour tous…. En attendant, elle n’a pas l’air d’être une grande délinquante…

        1. hussardbleu

          Etonnant ! on comprend que les flics aient l’air un peu gênés… d’autant qu’ils sont filmés… mais je commence à m’interroger sur la lâcheté – ou la servile complaisance – d’une Police qui n’hésite pas à obéir à des ordres manifestement illégaux.

          On a le sentiment d’une police politique, tout à fait similaire à celle de l’URSS d’avant la Perestroïka, embarquant avec brutalité les dissidents : ce n’est pas tout à fait encore le Goulag, en fRance, mais à lire certains commentaires gluants de ce clip, il est évident que les complices sont en place et piaffent d’impatience. Les asiles psychiatriques attendent les mal-pensants….

  6. Pc

    A quand un politique-lantah ?
    Concept : lâcher une vingtaine de députés dans un kartiersensibl’ avec une rollex et un billet de 10 euros
    Objectif : survivre un mois coupé de l’extérieur
    Que le meilleur gagne !

  7. Karamba!

    Si je me tape royalement des mésaventures assez méritée de Mme Rossignol dans notre triste quotidien au laxisme socialisant, en revanche sachant qu’elle est une accro des jeux en ligne j’estime qu’elle serait bien inspirée de me débloquer une partie gratuite de Candy Crush la prochaine fois qu’elle siégera au Sénat. Histoire de justifier la partie de salaire que je lui verse.

  8. BA

    Samedi 10 août 2013 :

    ALERTE – France : Moscovici revoit à la baisse sa prévision de croissance 2013.

    Le ministre français de l’Economie Pierre Moscovici a revu à la baisse sa prévision de croissance pour l’année en cours, estimant désormais que le produit intérieur brut du pays devrait évoluer entre -0,1% et +0,1%, tout en assurant que le pays était bien sorti de la récession.

    Le gouvernement tablait jusqu’à présence sur une modeste croissance de l’ordre de 0,1% de l’économie du pays.

    En dépit de cette révision à la baisse, le ministre, interrogé par le quotidien Nice Matin, estime que l’économie française est sortie de la récession et qu’elle amorce une reprise qui doit être durable, de plus en plus forte et créatrice d’emplois.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___France_Moscovici_revoit_a_la_baisse_sa_prevision_de_croissance_201381100820131327.asp

    Prévisions de l’OCDE pour l’année 2013 :

    Pour l’année 2013, le PIB de la France va baisser de 0,3 %.

    1. hussardbleu

      Cette incroyable cécité volontaire laisse béant ! comment accorder la moindre parcelle de confiance à de pareils guignols ? On pourrait tout à fait penser que ces gens sont soudoyés par H16 pour émettre tous les jours une nouvelle ineptie, et lui fournir ainsi la matière de son billet quotidien…

      1. Tea Party

        Hussardbleu : il me semble que c’est beaucoup plus grave que cela. Aussi nul que soit le gouvernement, et là nous avons affaire à du lourd, il sait très bien qu’avec des décimales, en plus ou en moins, la situation restera la même, et que le chômage augmentera irrémédiablement, sans un taux minimum de croissance de 3 points.
        Bon nous n’allons pas leur apprendre la loi d’ Okun, largement prouvée. La formule, dont, je vous fais grâce, n’est pas piquée des hannetons ! Moscovici y perdrait le peu de cheveux qu’ils lui restent, dotant que c’est un loseur : son père, lui avait offert une montre de collection, il en est fier, la porte toujours, pour sa première veste à une l’élection des députés ! (Bien plus chère que la Rolex Daytona de Sarkozy)

        Donc, ils nous mentent sans vergogne, avec le plus grand aplomb, sans aucune pudeur, et là c’est gravissime. Je me creuse la tête, pour savoir ce que va nous dire MoiPrésident, quand en fin d’année, ce qu’il sait parfaitement, le taux de chômage continuera à croître, mais soyez sur, qu’il ne va aucunement être ébranlé.

        1. Duff

          Tea, c’est simple, lui président il ouvre les portes pour la transparence!

          http://www.leparisien.fr/politique/hollande-veut-ouvrir-le-fort-de-bregancon-au-public-10-08-2013-3044129.php

          Bon pour la transparence sur son ISF on repassera…

          Mais sur l’inversion de la courbe du chômage : Bien entendu qu’ils vont y arriver, je n’en doute plus. A base de faux emplois subventionnés et de radiations express, finalement cet objectif ne semble pas si compliqué à atteindre.

          La politique de Hollande c’est ça : Tout faire pour que le moment où on nous présente la facture soit repoussé. Peu importe si le montant grimpe…

          1. Tea Party

            Les paris sont ouvert ! j’aimerais bien d’ailleurs que notre hôte ouvre un débat sur le sujet.
            Qu’ils vont tricher au maximum, de tous les cotés, là personne n’en doute, mais je suis pas sur que toute la gadgéterie étatique, mise en place soit suffisante, d’autant que cela patine vraiment à être mis en place.
            Pour le emplois aidés, non seulement cela traîne, mais les médias le taise, il y a déjà eu des licenciements, la moitié ! et un procès aux Prud’hommes ! Dans une CAF, je ne sais plus où, hors que ces premières embauches, avaient été faites avec flonflons, petits fours, et préfet ! Chez les fonctionnaires, ne rien savoir faire, n’est pas un handicap majeur, mais comment voulez vous, que des bacs moins dix, déscolarisés depuis longtemps, allergiques à toutes règles, lois, directives, deviennent pas un coup de baguette magique socialiste, de bons employés ?

          2. Duff

            @Tea si vous avez un lien sur le fait que bon nombre des faux emplois aidés se sont déjà soldé par un licenciement, je le fait tourner volontiers! De plus ce serait un aveu explicite et éloquent de l’échec de ce type de politique!

            Si maintenant vous voulez parier sur sur les statistiques officielles du chômage en décembre, je vous annonce que vous allez perdre tout en ayant raison…

          3. Duff

            @Tea, ne soyez pas inutilement dur d’autant que je pense que nous sommes du même avis sur 99% des sujets! Vous avez certainement du voir le tollé sur contrepoints qu’a provoqué l’article se demandant si les libéraux conservateurs étaient de vrais libéraux. Des partis dans lesquels on se demande si les gens sont des vrais ou des faux, j’en connais un : Le parti communiste. C’est assez navrant de lire des libéraux se comporter de la sorte! De plus vous conviendrez avec moi que pour le moment la droite française éprouve les pires difficultés à renoncer au socialisme sur le plan économique. A titre personnel, depuis le début de la crise de 2007, je n’ai cessé de me centriser en partant de la droite, reconnaissez que c’est pour le moins à contre-courant…

            Merci à BM pour le lien, je n’en suis nullement surpris, ce n’est pas aux employeurs de former leurs jeunes recrues, c’est à elles qu’ils convient d’être employables. Sans aucune réforme de la formation, ni pour les chômeurs ni pour les salariés dont le DIF paie des stages bidons et coûteux pour du flan, c’était écrit d’avance que le dispositif serait inefficace. Sur cette belle radio RMC, qui quoi qu’en pense laisse s’exprimer des avis interdits d’antenne sur le service publique et les équivalents radios de TF1, une recruteuse assumait une vérité pas bonne à dire : Quand on reçoit plusieurs CV, celui qui fait mention d’emploi publics aidés est mal considéré…

            ça cadre mal avec l’égalité, taxes, bisous.

          4. Duff

            @Tea vous me proposez un lien vers « alternatives économiques »… LOL. Et vous le savez! Outre les fautes de grammaire dont nous sommes hélas tous coupables « Cet épisode nous sonduit à rappeler l’interrogation sur le fon. » Autorisez-moi de ne pas surveiller ce que pond « Alternatives économiques », à chaque fois que Christian Chavagneux est invité dans les « experts » de BFMB, il reçoit un torrent de boue putride de mes amis traders qui ne sont pas des méchants connards comme la presse aime les nommer. Et il n’ont pas tort, quand le dispensable FMI formule ses excuses ou parle de la France, il dit enfin qu’il vaut mieux baisser les dépenses qu’augmenter les impôts. Alternatives économique trouvera aisément une alternative pour pouvoir rester dans le camp des voix dissonantes…

          5. Tea Party

            Duff, je n’ai pas tout le weekend pour chercher à votre place, comme Black Mamba, vous a donné le lien que je cherchais, j’ai ai pris un autre par hasard, et il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Quant à votre référence à Contrepoints, qui sont au libéralisme ce que je suis aux curés de campagne, pire que se disent libéraux, mais qui in fine sabotent le peu de gens qui éventuellement pourraient adhérer à nos idées, trouvez un autre site pour me convaincre.

          6. Aristarque

            Ne nous dîtes pas, chère Black Mamba, à lire ce qui est au bout du lien, que l’on demande à ces employés d’avenir pour téléopérateur, de connaître par le détail « La Princesse de Clèves ».
            Serait-on victime d’une translation arrière dans le temps qui tourne mal ???

          7. Aristarque

            « Du côté de la CAF du Var, on répond que les 6 licenciés avaient trop de lacunes dans le langage écrit et parfois parlé. « Je comprends qu’ils soient déçus, moi-même je le suis, cependant, je ne m’attendais pas à ce qu’après les tests qu’on avait fait, on ait autant de personnes qui ne puissent pas être retenues, regrette son directeur Patrick Deroux. Il faut qu’on retravaille avec Pôle Emploi sur les batteries de test nécessaires ». Six autres personnes vont signer des contrats d’avenir pour les remplacer, recrutées parmi une centaine de candidats. »

          8. Duff

            @Tea : Depuis quelques billets vous me cherchez des poux là où vous ne trouverez que des cheveux blancs ou une calvitie naissante… Et encore, que Dieu me préserve, ma chevelure reste vaillante.

            Encore une fois, parce que je l’ai dit dans un message sur ce billet plus haut, traiter d’aveugle ou pire d’idiot quelqu’un proche de vos convictions n’est pas le meilleur moyen de le ramener sur le droit chemin… Quel chemin? En existe-il un unique?

            Un commentaire sur contrepoints disait « ça me change du libéralisme version Atlantico ». Oui mais rester en vase clos ça mènera où? Les quelques billets d’H16 publiés sur Atlantico font partie de ceux qui produisent le plus de commentaires et pas du tout hostiles au contraire pour leur majorité.

            Si vous voulez que ce pays change, cessez de me chercher des poux mais diffusez les idées qui nous rassemblent, du moins en grande partie…

          9. Tea Party

            Mon cher Duff, on se calme ! Nous sommes entre gens biens. Je ne vous cherche pas, je ne suis pas d’accord, avec nombre de vos post, rien d’autre, et reconnaissez au moins que  »j’essaye » d’argumenter en vous expliquant pourquoi ?
            Il n’y a rien de personnel, et rassurez vous j’ai encore moins de cheveux que vous, étant trés prés de la coupe de Yul Brynner, disons Bruce Willis, pour faire plus moderne, par nécessité absolue, et non car c’est à la mode.
            Je suis pour l’Algérie française, la peine de mort, la cessation de toute les aides aux immigrés (étant moi même travailleur immigré, aux USA qui a démarré sans 1 $ de l’état), le droit du sang, la double peine, contre la double nationalité….. Et libéral. Vous admettrez avec moi, que je ne me demande pas si je suis à gauche, s’il existe des socialos de droite !! et que je puisse ne pas être d’accord, avec nombre de vos post ?

        1. hussardbleu

          pour votre édification, cher (ou chère) amie :

          http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=3793586550;

          b) [Pour marquer la stupeur, la curiosité, l’admiration, etc.] :

          9. Il courut arracher son surplis, il retraversa l’église et s’en alla, dans un tel coup de tempête, que les gens du baptême, laissés ainsi en détresse, n’eurent pas le temps d’ajouter une parole, béants, les yeux écarquillés.
          ZOLA, La Terre, 1887, p. 276.

          10. C’est plus qu’un héros, je vous dis! C’est un malin et je reste béant et béat.
          De voir comme de mieux en mieux il sait profiter de l’occasion, …
          CLAUDEL, Poésies diverses, Paul Petit, 1952, p. 856.

      1. yp

        Bof… Dans la tête de ces débiles, le fait de invoquer sans cesse un mensonge le fait devenir une réalité.

        On a dépassé le stade de la pensée magique et celui de l’idéologie pour passer au dogme religieux. Aucune thérapie permettant de conserver le patient en vie n’est plus possible à ce stade.

  9. Innocent

    Et bien entendu, votre constat tout à fait exact résulte EXCLUSIVEMENT de l' »action » gouvernementale de ces seuls derniers 16 mois depuis mai 2012.

    1. Duff

      @Innocent : Supposer qu’H16 et ses fidèles lecteurs sont d’affreux nostalgiques de Sarkozy c’est faire preuve non pas d’innocence mais de naïveté. Lisez les billets d’avant le 6 mai 2012! Vous comprendrez qu’Hollande a hérité d’une situation pourrie et que pour y remédier il applique un traitement strictement équivalent voire accentué des « solutions » qui ont échouées sous Sarkozy.

      1. Pascale

        Oui, les gauchistes exaltent l’action de Hollande qui fait rien qu’à essayer de sortir la France de la dette dans laquelle Sarkozy (et exclusivement Sakozy) nous a plongés. Et dites-vous bien que si maintenant nous sommes asphyxiés d’impôts, c’est que la faute à Sarko.
        En oubliant de dire que ça fait 40 ans maintenant que tous les gouvernements qu’il soient de gauche comme de droite ont suivi exactement la même politique d’endettement public.
        D’ailleurs les gauchistes semblent oublier aussi les milliards engloutis et payés par les contribuables à cause de l’affaire toute socialiste du Crédit Lyonnais.
        De plus, Sarkozy n’a fait qu’appliquer une politique socialiste keynésienne de relance de l’économie en 2008, politique que les socialistes auraient de toute façon appliquée (puisqu’elle est d’essence socialiste) et qu’à l’époque les socialauds avaient trouvé que Sarko n’en faisiat pas assez (sous entendu il ne jetait pas suffisamment l’argent du contribuable par la fenêtre sous prétexte de « relancer » l’économie alors que tous les libéraux savent que ça ne sert qu’à une seule chose : creuser la dette).
        Donc, comme d’hab les gauchistes sont d’une mauvaise foi abyssale.

        1. yp

          Ils déroulent leur stratégie : étant donné qu’ils se sont auto proclamés « le camp du Bien », les critiques ne peuvent qu’être le fait d’infidèles / de réactionnaires. Ils ne sont pas que de mauvaise foi ; ce sont juste des pillards qui agissent en accord fonction de leur morale, selon laquelle il est juste de prendre à Jacques et de promettre à Pierre et à Paul d’en palper un peu afin de s’assurer leur vote.

          Mais puisqu’il ne sert à rien parler à des brouettes et qu’ils sont majoritaires, il faut maintenant attendre que les parasites (Pierre et Paul) aient tué leur hôte et meurent avec lui. Ce sera très long et très douloureux pour les Jacques qui restent.

          1. hussardbleu

            Adrian Rogers… sûrement déjà cité ici ?

            « Tout ce qu’un individu reçoit sans rien faire pour l’obtenir, un autre individu a dû travailler pour le produire sans en tirer profit.  »
            « Tout Pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu’il a préalablement confisqué à d’autres.
            « Quand la moitié d’un peuple croit qu’il ne sert à rien de faire des efforts car l’autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu’il ne sert à rien d’en faire car ils bénéficieront à d’autres, cela mes amis, s’appelle le déclin et la fin d’une nation. On n’accroît pas les biens en les divisant. »

        2. Duff

          @Pascale : à nuancer. En gros j’ai dit que Sarko a fait de la mer.. Oui mais il n’était pas le premier. En plus ce qui est parfaitement étrange c’est qu’au début de son mandat il a fait des réformes libérales…

          Si on regarde plutôt les courbes des dépenses publiques vs PIB (on est est presque à 57% alors que Sarkozy a été élu avec 52%) on peut voir clairement que les alternances 86-88 et 95-97 avaient réduit cette tendance à l’augmentation.

          Depuis 1981, nous payons seulement grâce à nos chères et trop fortes institutions que peu de choses : 1988 défaite d’une droite encore à peu près libérale (à nuancer). 1995 Chirac élu sur un programme social-démocrate qui d’abord conscient de la réalité met en place un programme de rigueur qui ne l’aurait pas élu s’il avait annoncé. 2007 quand les csp+ ont cru que la rupture sarkozyste ont interprété cela comme la fin de l’immobilisme chiraquien que son hospitalisation au val de grâce avait terminé de le Mitterrandiser…

          Bref, nous subissons deux crises : Une économique, l’autre institutionnelle. Les institutions de la Vème république convenaient à des gens intellectuellement supérieurs et honnêtes mais pas à leurs successeurs… Il est là le problème.

    2. Dans ce billet, cherche l’expression « des socialistes de gauche et des socialistes de droite » et discutes-en avec ton voisin.

  10. Tea Party

    Trollolito pipo ? Combien de fois, avant que vous ne compreniez, faudra t-il vous expliquer, que si nous ne sommes pas socialos ! Nous ne sommes pas, tout autant de l’UMP , d’autant que la ligne est très fine entre les deux ?

    1. Pascale

      Il faut voir ce que se prenait ici même Sarko dans la figure pendant son mandat. Ceci dit je crois quand même que MoiPrésident fait pire que son prédécesseur en matière de détruire le tissu économique de la France.

      1. Tea Party

        Effectivement, comme disait la comtesse, entre la vérole et la rougeole purulente, j’ai fais malgré tout mon choix, mais c’est dur de choisir.

  11. Martini

    Super billet. Il relate avec précision le climat français actuel et mets bien l’accent sur la responsabilité de l’Etat dans l’individualisme exacerbé d’aujourd’hui.

    Vraiment un excellent billet.

      1. hussardbleu

        « Citez-nous un mauvais billet de H16 » ?

        Son billet de trois (3) dollars était louche dès l’origine, quand même !

        nan, je rigole… je suis fan de H16 depuis que j’ai trouvé son Blog sur les conseils d’un ami banquier (comme quoi, hein ?)…

        1. Duff

          Divulguez-nous tout de suite le nom et l’agence de votre banquier!

          Enfin un honnête homme! (ou femme faut faire gaffe, les sentinelles de l’égalitarisme veillent).

          Je saute de ma chaise parce que dans la crise du capitalisme de connivence actuelle, il est au fond rassurant de voir que libéraux et antilibéraux s’accordent sur le fait que les banques faillissent sur le métier de base à savoir l’évaluation du risque. Ce qui tend à prouver que la crise n’est en rien liée au libéralisme!

  12. Fausto Consolo

    La Sénatrice Rossignol aurait pu y laisser la peau, et les citoyens qu’elle traite de lâche ou indifférents aussi. Ca s’appelle une très mauvaise évaluation des risques. Dans certains continents comme les Amériques ou l’Afrique le fait même de résister à une agression implique d’être capable d’une agression supérieure. Courir en criant n’a jamais fait de mal à personne. Et face à un agresseur armé et peu sur de lui c’est une balle dans le buffet garantie. Que Mme la sénatrice permette aux citoyens d’user de la solidarité en les autorisant à porter armes à feu et alors elle sera heureuse de voir ses administrés faire preuve de symétrie. Hélas pour le moment les flics sont contre les citoyens et faibles avec les hors la loi violents. Bienvenue en France, Mme Rossignol, la police fera tout son possible pour mettre hors d’état de nuire ces dangereux contrevenants qui ne respectent pas les lois de la république. Cela dit, un retrait d’argent peut être vu aussi comme une provocation en cette période difficile pour nos compatriotes les plus démunis. Le comportement d’une élue de la république doit être exemplaire Mme Rossignol.

  13. socialovici

    pendant que vous glosez sur les socialistes,des choses bien plus graves se déroulent: »Rapporteuse de la loi bancaire, omniprésente en commission des finances, Karine Berger (PS, Hautes-Alpes) a eu un malaise en juin, «dû au surmenage sans doute». […] »

    1. Aristarque

      Elle ne résiste même pas au tonnage de fadaises et billevesées socialo-marxisantes qu’ elle se croit obligée de déverser dans cette auguste enceinte.
      Un député surmené?… Qu’ est ce qu’il ne faut pas lire à l’ occasion… Il est possible qu’ à force de crier dans le désert pour que sa voix porte jusqu’à l’ olympe élyséen…

    2. Pc

      Dans la même veine : « le blues des députés et sénateurs qui se plaignent de travailler trop* »
      Pédaler dans la semoule et violer la matière grise pour alimenter les fourneaux kafkaïens, quel triste sort…
      Qu’ils s’occupent donc de ce qui les regarde, au lieu de régir nos vies du projet de naissance à après la mort !

      *http://www.lefigaro.fr/politique/2013/08/09/01002-20130809ARTFIG00444-le-blues-des-deputes-et-senateurs-qui-se-plaignent-de-travailler-trop.php

      1. hussardbleu

        Je l’ai lu aussi, cet article, et il a provoqué chez moi la même hilarité amère que chez vous…

        Quand on voit les édifiants clichés de ces pauvres et surmenés députés ou sénateurs socialistes, jouant au Scrabble sur leurs coûteuses Tablettes, on a fort envie de les leur casser sur la tête….

    1. J’ai du mal à comprendre pourquoi il est sorti de sa voiture. Rouler sur les deux imbéciles ne les aurait probablement pas tué et les aurait retiré du circuit pour un moment (voire définitivement).

      1. Aristarque

        Et même s’il les avait tué(s), aurait-ce été si grave que cela d’ être privés de la présence d’un ou deux coquins infestant la planète? Tandis que là, ce vilain défenseur de la sénatrice et de l’ orphelin se fait tancer, de façon posthume, par un triste sieur Askolovitch d’ avoir eu le toupet de transformer deux garnements qui faisaient juste une niche à la société en général et à quelques uns de ses membres en particulier, en assassins de bas étage. Deux petits guignols assurément, puisqu’ils n’ ont fait que se servir d’un fusil apparu tout chargé par matérialisation ordinaire et commune comme Athéna sortant de la cuisse de Zeus, toute armée…

  14. Lisa

    Si elle en parle à valls, taubira ou à bel c’est pour savoir comment elle peut se faire rembourser le liquide qu’elle s’est fait dérober au dab……

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.