Une justice toujours plus ordinaire

Tiens, cela faisait facilement un mois que la Justice n’avait pas provoqué quelques perplexités profondes en France. Pour ne pas perdre la main et rappeler aux Français qu’ils sont tous, potentiellement, des justiciables soumis à l’aléa joyeux de la loi et de son interprétation, quelques affaires récentes nous offrent l’occasion de revenir sur quelques étonnants dysfonctionnements dans le Pays Des Droits de l’Homme et de la Bonne Conscience En Bandoulière.

On se souvient qu’en août dernier, je notais, pas franchement surpris, que l’ensemble du système judiciaire en France était devenu un petit marigot très particulier ; entre des prisons trop peu nombreuses, en état lamentable, des peines distribuées de façon surprenantes, pas toujours appliquées, des mollesses de verdict difficilement compatibles avec la notion de justice ou d’équité, ou, au contraire, des comportements partiaux de juges qui ne semblaient défriser personne, on commence à se poser des questions sur la nature réelle de cette justice française.

justice !Perdue entre justice politique, constructivisme débridé, et médiocrité provoquée par des sous-effectifs, des moyens inadaptés et un engorgement artificiel par l’avalanche de crimes sans victimes, la Justice française n’est plus que l’ombre de ce qu’on racontait d’elle il y a encore une trentaine d’années (et ce n’était pourtant pas flamboyant à l’époque). Et les déclarations de l’actuelle Garde des Sots, du minustre de l’Intérieur ou la récente affaire du Mur des Cons du syndicat de la magistrature ajoutent une bonne dose de bordel idéologique effervescent à ces institutions déjà bien mal en point.

Récemment s’ajoutent donc trois affaires qui, bien malheureusement, continuent d’asseoir ce constat de délitement de leur justice dans l’esprit des Français.

La première, c’est celle relatant l’étonnante écoute de journaliste du Monde. Certes, il faut bien être un juge et avoir des insomnies à répétition ou le plaisir un peu masochiste de sombrer dans un ennui proche de la neurasthénie pour avoir envie de placer sur écoute un journaliste, à plus forte raison du Monde. Mais indépendamment de ce goût morbide pour l’ennui et les gémissements folliculaires, force est de constater que ce n’est pas exactement autorisé, souhaitable et recommandé dans une démocratie qui se respecte. L’enquête devra déterminer exactement l’ampleur des écoutes, leurs réelles nécessités et l’implication de la juge concernée, mais l’article du Monde laisse cependant perplexe sur la facilité qu’ont certains magistrats de lancer ce genre de procédures avec une décontraction auquel tout justiciable devrait s’opposer fermement. Et bizarrement, cette affaire ne semble émouvoir à peu près personne, à l’exception des intéressés et de la rédaction du Monde qui peut pour une fois faire du vrai journalisme au lieu d’aider le conquistador pédaloflanbyste à marcher sur la Syrie, par exemple.

Si la première affaire expose surtout la grande légèreté avec laquelle certains juges (au moins) s’octroient le droit d’aller fouiller dans la vie des gens, même lorsque le rapport avec l’enquête en cours est extrêmement ténu, et même quand il y a un gros écart de proportionnalité entre ce qui est effectué et ce qui est nécessaire pour les besoins de l’instruction, la seconde affaire apporte un éclairage assez surprenant sur l’opinion d’un magistrat sur une partie du territoire français.

Pour ce second cas, on apprend ainsi qu’un juge aux affaires familiales de Montpellier a débouté la demande d’une mère de famille divorcée de pouvoir fixer sa résidence principale sur l’île de Sein, au motif que cette île « peut être assurément regardée comme étant un lieu de vie relativement hostile pour les enfants », ajoutant que, compte-tenu de « l’insularité et des marées », les conditions de trajet de ces derniers pour se rendre chez leur père seront « extrêmement difficiles ». Cela n’a pas trop plu au maire de la commune, qui s’en est ouvert dans une lettre au président du tribunal de grande instance de Montpellier, et aux journalistes qui ont fait un peu mousser la petite affaire (sachons rigoler). Bien évidemment, il ne faut pas perdre de vue le caractère anecdotique de l’affaire, mais elle montre assez bien deux choses.

D’une part, la stupéfiante inculture de nos juges, ce qui n’est pas très rassurant. Certes, tout le monde ne connaît pas forcément l’île de Sein. Mais de nos jours, accéder à un savoir à peu près neutre et fouillé est à la portée du premier quidam venu, fut-il juge et évidemment démuni, puisqu’avec un moteur de recherche sur Internet, on peut rapidement découvrir que l’île en question est bien loin de l’image ridicule dépeinte par l’avocat du père, image en partie gobée par le juge.

ile de sein

D’autre part, elle laisse perplexe quant à la pertinence moyenne des jugements rendus dans ce genre d’affaires où la vie de famille est durablement affectée par un jugement basé sur des considérations, des opinions ou des sentiments aussi vagues qu’infondés. Peut-être cette histoire est-elle complètement unique. Peut-être chaque juge prend-il normalement un soin méticuleux à bien peser les différents arguments qui lui sont proposés, en éliminant les effets de manches grossiers dont les avocats abusent parfois. Peut-être… Mais puisqu’on en est aux jugements basés sur des opinions et des ressentis flous, j’ai pour ma part l’impression qu’une bonne quantité de juges ne s’embarrasse guère de détails et que l’affaire en question est simplement l’une des rares qui remontent à la surface. Bousculés à la fois par la quantité de ces affaires, la motivation très moyenne inhérente à la fonction publique dans un ministère sous-doté, et le désir bien humain de fournir un travail aussi finement calibré que possible face à un salaire pas franchement mirobolant, on n’aura aucun mal à imaginer que le juge standard passe un temps minimum sur le dossier, et conclut donc, en son âme et conscience, que zut à la fin, il est l’heure du repas, « affaire jugée » et bon voilà.

Enfin, après cette croquignolette affaire de jugement géographique à l’emporte-pièce, on peut ajouter cette troisième affaire dans laquelle on découvre qu’EDF est officiellement responsable du cancer d’un chaudronnier de la centrale nucléaire de Dampierre, ouvrier aussi fumeur de son état. Et EDF a été condamné parce que l’entreprise n’a pas pu apporter la preuve que le cancer était provoqué par la cigarette et non par les doses de radiation, pourtant toutes en dessous des seuils légaux, que l’employé aurait encaissées pendant son travail sur place. Oui oui, vous avez bien lu : pour ce juge, il revenait à EDF de prouver son innocence :

Le tribunal d’Orléans a estimé qu’EDF n’apportait pas la preuve que le cancer de son employé mort ne pouvait pas être lié aux doses de radioactivité qu’il avait reçues, malgré la présentation de « nombreuses documentations scientifiques » et les mesures « incontestables » de sécurité sanitaire mises en place dans les centrales.

L’analyse de cette affaire, par Baptiste Créteur sur Contrepoints, rejoint parfaitement la mienne : ici, il est impossible de ne pas voir dans le jugement rendu une forte orientation du tribunal, en défaveur flagrante de l’entreprise. Le jugement rendu et ses motivations (incapacité d’apporter la preuve de son innocence !) ne laissent aucun doute : il s’agit bel et bien de faire payer ces cochons d’employeurs dont on sait qu’ils ont les moyens. Le riche ou le puissant, même s’il a été impossible de prouver sa culpabilité, sera condamné puisqu’il n’a pas non plus prouvé son innocence, dans un magnifique double standard qui devrait faire hurler toute personne un tant soit peu lucide, ou le journaliste, s’il est consciencieux.

Ces trois affaires, bien que très différentes sur le fond, montrent la même (toute petite) forme de la justice en France : pouvoir énorme et décontraction assumée dans son utilisation, inculture et jmenfoutisme assez consternant, double-standard et inversion de la charge de la preuve. Régulièrement, à ces constats déjà fort préoccupant, on peut ajouter les cas évidents d’iniquité, où les rouages de la justice semblent animés de ce désir morbide de concasser de l’honnête homme. Ainsi, qu’en sera-t-il de ce bijoutier qui – ô malheur à lui – a eu l’impudence de dégommer un de ses voleurs ? De quelle clémence jouira-t-il pour avoir débarrassé (de façon certes socialement répréhensible) la société d’un parasite au casier déjà fort chargé ? De quels aménagements de peine bénéficiera-t-il ? Verra-t-on cet homme rejoindre l’une de ces cellules où tant de semblables à ses agresseurs passent parfois quelques jours, entre deux braquages ?

taubira polémique estivale

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires148

  1. Nocte

    Pour le cas edf, le renversement de la charge de la preuve est édifiant, mais c’est, hélas, dans l’air du temps.
    Un commentateur disait récemment que les tyrans les plus intelligents étaient ceux qui régnaient grâce aux juges… il faut bien admettre qu’il a raison.

  2. kloupa

    Et où est donc la présomption d’innocence, dans le cas d’EDF? Les entreprises, parce que ce sont des employeurs (crime suprême!) n’y ont sans doute pas droit?

  3. tn

    « parce que l’entreprise n’a pas pu apporter la preuve que le cancer n’était pas provoqué par la cigarette mais par les doses de radiation, pourtant toutes en dessous des seuils légaux,  »

    c’es l’inverse, non?

    parce que l’entreprise n’a pas pu apporter la preuve que le cancer était provoqué par la cigarette mais pas par les doses de radiation, pourtant toutes en dessous des seuils légaux,

  4. Simorgh

    « Et EDF a été condamné parce que l’entreprise n’a pas pu apporter la preuve que le cancer n’était pas provoqué par la cigarette mais par les doses de radiation.. ». Ce n’est pas plutôt le contraire ? Ou alors je suis mal réveillée ?

    1. « Et EDF a été condamné parce que l’entreprise n’a pas pu apporter la preuve que le cancer était provoqué par la cigarette et non par les doses de radiation, pourtant toutes en dessous des seuils légaux, que l’employé aurait encaissées pendant son travail sur place. »

      J’ai corrigé, la phrase était mal fichue.

  5. Black Mamba

    Les juges qui s’occupent des affaires familiales j’ai l’impression qu’ils sont là pour discréditer les mères qui désirent apporter un équilibre à l’enfant face à un divorce ou une séparation difficile .
    J’ai une amie en Guyane qui avait nettement l’impression que le Juge favorisait systématiquement le père , même si le père semblait être dangereux et irresponsable pour l’équilibre des enfants. Nombres de femmes qui avaient eu affaire à ce juge étaient scandalisés par son attitude arrogante, insultante et avec des jugements très favorables pour le père même si la mère apportait les preuves nécessaire que le père était immature, dangereux pour avoir la garde.
    Ce juge était une femme qui avait la haine pour les femmes…:evil:

    1. « ils sont là pour discréditer les mères »
      J’en doute. La garde est bien plus souvent confiée aux mères qu’aux pères (rares sont ceux qui la demandent, il faut dire, mais dans les cas où ils la demandent, ce sont les mères qui bénéficient d’un a-priori positif).

      1. Black Mamba

        Alors cela doit être un cas très particulier en Guyane , ou c’est une forme de procédure pour faire durer les affaires dans le temps pour alimenter financièrement le système .
        Mon amie a eu la garde de ses enfants mais elle en a été traumatisé et ses enfants en gardent des séquelles surtout l’aînée .
        Et dire que le juge voulait qu’elle donne une pension alimentaire à son ex conjoint alors qu’elle avait réussi avoir la garde des enfants apres une longue procédure et que lui il avait des propriétés dont il percevait les loyers alors qu’elle était juste salarier .

      2. Pouic Pouic

        Black Mamba a raison.
        J’en veux pour preuve le cas de ma nièce.
        Deux ans après le divorce de ma soeur. Un enquête a été ouverte pour attouchement sexuels du père sur sa fille de 4 ans.
        Le rapport du service de gendarmerie est édifiant. Plus de 7 psychologues ont défilé avec les même conclusions accablantes. La spécialiste française de ces cas la, a aussi confirmé en précisant qu’elle n’avait jamais vu de réactions de la sorte chez une petite fille de toute sa carrière.
        Résultat : La petite à bientôt 10 ans et on l’oblige a retourner chez son agresseur un week-end tout les 15 jours.
        La justice est pourrie et ne veut pas prendre ses responsabilités.
        On a essayé de faire passer ma soeur pour folle (elle est expert comptable ) avec la bla bla habituel, divorce, vengeance, etc …
        On lui parle même de placer sa fille en famille d’accueil si elle continue a contester la justice. Alors qu’elle habite une superbe maison avec piscine, que sa fille ne manque de rien et que son père ne participe même pas financièrement à son éducation.
        On a rencontré Perben qui après avoir pris connaissance du dossier était de notre coté et devait prendre contacte avec Michel Mercier le ministre de la justice de l’époque. Résultat … rien, aucune réponse.

        Finalement, Tous les jours je me pose la question en pesant le pour et le contre pour savoir si je ne devrais pas régler ce problème à la Brenneke si rien ne bouge après avoir épuisé toutes les voies légales.
        Si je décide de passer à l’acte, je prendrais grand soins avant de diffuser toutes les pièces du dossier dans leur ordre chronologique, pour que quiconque se rende bien compte du dysfonctionnement de cette justice.
        C’est d’autant plus vrai que l’on a été en contact avec les avocats des victimes d’Outreau. Et je dis bien ‘victimes’, car la plupart étaient coupables (certains ont même recommencé).
        Mais il est certainement plus facile d’accabler et de détruire la vie d’une mère de famille isolée que d’envoyer un petit caïd de banlieue derrière les barreaux en sachant que ses sbires pourront vous faire la peau à la sortie du palais de justice.

        Ils n’ont juste pas encore saisi que les gens en ont assez et qu’ils sont sans doute des milliers comme moi a réfléchir à leur passage à l’acte.

        1. Black Mamba

          Je suis fort désolé pour votre famille.
          Mais je crois que rien ne sera fait pour votre nièce.
          J’ai aussi un autre cas où le père d’une autre de mes connaissance obligeait son fils 10 ans à regarder son père et sa compagne pendant les rapports sexuels . Le garçon en était écoeuré et la justice ne bougeait pas car le père prétendait que c’était son ex femme qui mettait ses horreurs dans la tête de son fils. Et pourtant des témoins pouvaient observer la haine et la peur qu’avait l’enfant lorsque son père venait pour le chercher pour son tour de garde. Et en plus le père était sensé verser 50 € pour la pension alimentaire et bien même cela il trouva le moyen de se défilé. … Une honte que cette justice.

    2. Nocte

      J’ai un certains nombres d’exemples exactement inverses.
      Dont une jaf bien réputée : vous êtes un homme ? Vous avez perdu; vous êtes un ou une chef d’entreprise ? Vous avez perdu. Vous cumulez les 2 ? Vous allez prendre très cher.
      Comme quoi…

      1. vengeusemasquée

        Je pense malheureusement que cela dépend fortement du fait que le jaf est un homme ou une femme et, en plus, de ses convictions personnelles. Ceci ne fait que renforcer le déjà très fort sentiment de sécurité juridique que l’on a dans notre beau pays. 🙄

        1. wakrap

          Je crois que cela vient surtout et avant tout du fait que les faux témoignages et fausses accusations dans ces divorces restent sans conséquences pour celui ou celle qui les énonce. Ces comportement diffamants sont légions et les juges ont autre chose à faire que diligenter systématiquement des enquètes policières pour ces comportements répugnants au détriment des enfants.

  6. Paroxystique

    Si la première affaire expose surtout la grande légèreté avec laquelle certains juges (au moins) s’octroient le droit d’aller fouiller dans le vie des gens,  »
    la vie des gens…

    Sinon le mur des cons est le plus gros scandale judiciaire à mes yeux, et sa découverte a démontré le tabou du jugement des juges… En nous vendant ce fait comme une blague de potache condamnable d’une petite amende de catégorie 1 à 35 euros, moins cher que mon PV de 45 euros pour 51 KM/h au lieu de 50…Sic

    Le moule de la magistrature est le moule de l’administration est du prêt à penser général.

  7. hipparchia

    Ce qui est surprenant, dans le cas d’EDF, c’est qu’il est tout de même connu, su, prouvé et reprouvé que la mère de tous les cancers connus et inconnus était la cigarette.

    1. Pascale

      Et l’État le fait payer suffisamment cher aux fumeurs qui ploient sous une avalanches de taxes et dont les libertés sont réduites comme peau de chagrin.

      On a donc dans cette affaire une autre manifestation du 2P2M selon qu’il s’applique à l’État et à son armée de Bisounours ou aux entreprises.

      1. Deres

        Le pire est que la solution à la cigarette a été trouvé dans la cigarette électronique mais que le gouvernement veut vite légiférer pour que ses rentrées d’argent ne baisse pas trop ! Il va donc l’interdire dans les lieux publics comme les vraies cigarettes, probablement restreindre sa vente aux bureaux de tabac afin de protéger le lobby et s’intéresser de près au contenus avec hausse des prix à la clé …

  8. tn

    ben oui, mais dans le texte, c’est pas ça que tu dis…
    Tu dis bien que l’entreprise ne peut pas prouver que la maladie n’est PAS provoquée par la cloppe

  9. daredevil2007

    Comme toujours en plein dans le mille, mon cher Hash 😉
    Il me semble que dans cette phrase, il faudrait mettre « entre » et non de : »quand il y a un gros écart de proportionnalité de ce qui est effectué et ce qui est nécessaire pour les besoins de l’instruction »= »quand il y a un gros écart de proportionnalité entre ce qui est effectué et ce qui est nécessaire pour les besoins de l’instruction », non?

  10. Emmanuel Brunet Bommert

    Lorsque les premiers débats sur la nécessité d’un système républicain eurent lieu en Angleterre, en Amérique et en France ; le principal argument qui revint n’était pas lié à la « moralité inhérente » du système démocratique mais à la nécessité primordiale de répartir le pouvoir entre le plus de gens possibles. En réalité, l’argument moral ne fut que tardif et souvent décrié.

    Un pays démocratique voit le pouvoir politique (c’est à dire le contrôle sur les hommes en armes) divisé entre tous les citoyens, au plus équitable. Ce qui devait théoriquement réduire d’autant la capacité de concentration dans un seul organe. Mais cette concentration apparaissait, même au dix-huitième siècle, totalement inévitable. On espérait juste qu’elle s’avèrerait plus lente et que laisser la possibilité au peuple de juger du « successeur du roi » par lui-même réduirait aussi le risque de guerres civiles.

    Mais là, c’est la belle théorie, trois siècles de pratique plus tard, il apparait deux choses flagrantes de ce fait :

    1. Si le pouvoir est réparti de « manière égale », alors il apparait que tous les groupes organisés auront naturellement plus de force politique que les individus : les groupes sont donc plus puissants que ces derniers et ont très logiquement plus de lois favorables.

    2. Les groupes qui servent le pouvoir ont tendance à le monopoliser rapidement à mesure qu’ils croissent. De tous ces groupes, un s’avère hautement dangereux, puisqu’il incarne le pouvoir exécutif tout entier : L’Administration. En effet, quelle que soit la loi, ce n’est pas le Président ou le Roi qui en permet l’exécution de ses seuls petits bras. Mais bel et bien « l’appareil de l’état ». C’est donc elle qui va accumuler le plus rapidement le pouvoir.

    Cela à mesure qu’elle croît en nombre et en taille, elle finira inévitablement par verrouiller entièrement le système. Rappelez-vous, les groupes sont plus puissants que les individus et de plus en plus à mesure qu’ils sont grands. Quelle force dans le monde peut engager indéfiniment du personnel ? Ce fait seul explique la croissance exponentielle de la quantité de fonctionnaires dans le monde à notre époque ; ce ne sont pas les immigrés que les socialistes veulent comme nouveaux électeurs, mais les futurs employés de l’état, le véritable pouvoir exécutif.

    Ces deux points mènent à une conclusion : si le pouvoir de l’administration incarne l’ensemble de la force exécutive et que son poids lui permet d’élire la majorité des représentants du pouvoir législatif, alors « l’appareil de l’état » contrôle à lui seul deux des pouvoirs qui devraient êtres, logiquement, constitutionnellement séparés. Il n’en reste alors plus qu’un, le pouvoir Judiciaire.

    Mais là, vous allez sentir le piège : l’administration publique française contrôle déjà tous les postes à responsabilité d’ordre judiciaire. Si bien que c’est désormais un fonctionnaire qui écrit les lois, qui seront exécutés par un autre, avant qu’un dernier ne juge de l’impartialité de cette application. Le pouvoir politique tout entier se retrouve ainsi cristallisé dans un seul groupe humain parmi la multitude que forme la société.

    Ce n’est là que la première étape : le pouvoir continue toujours de se concentrer. Si bien qu’on peut dire que Lénine avait raison dans cette citation : « Tout par l’administration, rien sans l’administration. » Qui, à terme, deviendra : « Tout dans Staline, rien sans Staline. »

    La démocratie, qui devait être théoriquement un ralentisseur de la concentration du pouvoir fut, ironiquement, l’un des plus grands accélérateurs. Permettant de faire en quelques dizaines d’année ce qu’une dynastie aurait mis des siècles à faire accepter.

  11. jacqueshenry

    Après le mur des cons, la justice vient encore de s’illustrer en condamnant EDF à la suite de la mort provoquée par un cancer du poumon d’un de ses employés sur le site de Dampierre. Il se trouve que ce salarié d’EDF était notoirement fumeur. La justice a donc décidé que les radiations auxquelles avait pu être soumis cet ouvrier s’étaient surajoutées au fait qu’il était fumeur, déclenchant in fine un cancer pulmonaire mortel. Donc, puisque j’ai fumé 38 kilomètres de cigarettes à ce jour et que pendant trois ans j’ai pénétré dans de nombreuses centrales nucléaires, j’ai même été contaminé par une poussière radioactive, ce qui m’a obligé de passer sous la douche et me frotter vigoureusement afin d’éliminer cette infime poussière qui déclenchait l’alarme du portique de détection, donc dis-je, je peux poursuivre EDF au cas où je souffrirais d’un cancer, du poumon ou de toute autre partie de mon corps, et même d’un cancer du bras, le cancer dont souffrait Coluche ! A l’évidence il y a une manœuvre systématique de discrédit d’EDF organisée en sous-main pour préparer les esprits à la fermeture de Fessenheim comme l’a bien redit le faucheur d’OGM reconverti en ministre de l’énergie. La justice et la presse sont sous l’emprise du gouvernement socialo-écolo-marxiste et tout est bon pour intoxiquer les Français. L’énergie nucléaire c’est dangereux, comme les OGM, comme le carbone, comme le diésel, comme les cigarettes, comme le vin rouge, comme le poulet aux hormones, comme les vannes montées à l’envers, comme les tremblements de terre, comme le changement climatique, comme les criquets et les moustiques, la peste et le choléra …

    Ce pays est foutu (dixit H16)

      1. Nocte

        Sauf que curieusement la France est très prompte à transposer certaines directives européennes et parfois elle tient de la limace olympique quitte à ce que cela nous coûte un pont en amende.
        A chaque fois, c’est une question de gain pour l’état ou les proches du pouvoir.

    1. Deres

      Donc EDF va devoir licencier tous les fumeurs car cela représente alors un risque professionnel supplémentaire … Ou alors on peut aussi ajouter une taxe de solidarité avec les cancéreux fumeurs sur nos factures. J’ai peur de la solution choisie …

  12. carpe diem

    Il paraît que beaucoup de décisions de « justice », notamment en matière de responsabilité civile avec dommages et intérêts, ne sont rendues qu’en fonction de la solvabilité d’une des deux parties.Vous pouvez payer? vous êtes coupable.
    Pour ce qui est du drame de l’auto défense vécu par ce pauvre bijoutier, bien sûr tous les bobos bien l’abri vont pousser des hauts cris, mais d’expérience je me garderai bien de crier haro sur quelqu’un qui a dégommé une racaille. Comme je l’ai déjà relaté sur ce blog, j’ai vécu pendant 12 ans, UNE SOIXANTAINE de cambriolages et tentatives d’intrusion dans mon entreprise automobile. Je défie quiconque, même cette chère taubira, de sortir à 2h du matin, été comme hiver, munie d’un fusil à pompe, de s’habiller comme on peut avec le coeur qui cogne à cent à l’heure, de sortir sa voiture dans un silence pensant après l’avoir bien vérouillée de l’intérieur, d’arriver sur les lieux en se demandant ce qu’on va trouver. Le grand portail défoncé? les chiens massacrés? l

  13. Calvin

    Ah bon ?
    Moi, je la trouve « Normale », notre justice !
    Etre juste, n’est-ce pas reconnaître que le criminel n’est que victime d’une société (par ailleurs ultra-libérale) ?
    Ca fait longtemps que je considère que la justice est le problème numéro 1 de ce pays. Que cela conditionne le reste, puisque qu’aucun contrat n’est possible, que tout peut être arbitraire, subjectif et, au final, injuste.

  14. carpe diem

    …..(suite de mon précédent post) je défie quiconque de ne pas éprouver de la haine quand on vient vous dire que les véhicules des clients ont été vandalisés, dépouillés ou volés, quand votre assureur vient vous dire que votre prime va passer de 5000 à 10000 euros quand vous gagnez un maximum de 1200 euros par mois et que cette modeste entreprise est tout ce que vous possédez en ayant travaillé très dur depuis 20 ans pour en faire quelque chose qui tienne debout et qui permette à l’état de bien vous ponctionner. Je peux vous dire, que face à une de ces petites racailles (notamment nos grands amis les gens du « voyage » bien à l’abri sur Nantes, grâce à notre minustre), j’aurais certainement – au bout de la 59ème intrusion – perdu mon sang froid et mon respect pour la vie humaine, fatiguée et ulcérée, personne ne peut affirmer ce qu’il ferait dans ce cas précis, la peur et la colère au ventre, sachant que les responsables agissent EN TOUTE IMPUNITE. (dixit les gendarmes de ma commune complètement démoralisés).

    1. amike

      Quand on voit les reportages sur la TNT, avec de braves policier faisant des enquêtes avec les moyens d’un détective privé, et bien sûr pour rien : « La garde à vue n’a rien donnée ! Je suis pessimiste… » dit le juge,on se dit qu’il y a un problème !
      On se dit : « Mais, il faut qu’il change de paradigme ! » Si on a des mafia sur le territoire, il faut traiter le problème en amont et arrêter le déroulement d’enquêtes qui aboutiront toujours au même point ! »
      Mais, il fallait bien terminer le film…

      1. Deres

        L’exemple d’Al Capone est démonstratif. Les trafics n’ont pas été stoppés par la police en réalité. Les caïds sont tombés pour fraude fiscale.

        L’impunité en France ne vient pas tant des délits eux-même que du fait que l’enrichissement indue venant des trafics n’est pas réprimé. De plus, les revenus du travail étant chargés à mort, cela crée un fossé de comparaison entre revenu officiels et illégaux au niveau du rendement horaire. Au contraire, comme les trafiquants n’ont pas de revenu officiels, ils bénéficient massivement des aides en tout genre de la collectivité. Celles-ci se discrédite alors complètement car plus les gens font de trafic, plus ils touchent d’aides, bref, le message inverse …

    2. Nocte

      Je suis partagé sur le bijoutier, raison pour laquelle je n’ai pas apporté de soutien.
      Le tir dans la rue, au risque de fumer un innocent, me pose un problème (le type qui s’est fait buter, il a presque 1 condamnation par année d’existence, j’ai du mal à le pleurer, « les risques du métier » aurais-je tendance à dire)
      Mais je me demande : et toi, tu réagirais comment à sa place après t’être fait braquer et tabasser ?

      Je ne peux pas condamner cet homme, d’autant que sa situation est un symptôme du désengagement de l’Etat des domaines régaliens.

  15. Black Mamba

    La Justice française est à la fois aveugle et sourde et ne répondra pas au citoyen lambda qui se sent seul et nu face à tant d’injustice et d’incohérence de notre système judiciaire .
    singes
    H16 voulez vous bien faire apparaître cette image en clair sur votre blog ?
    :mrgreen:

    1. Black Mamba

      C’est un hold-up purement et simplement.
      C’est « ViOL » collectif .
      Et les caravanes .. pardon les résidences démontables seront bien sûr épargnées .
      Nos petits retraités se retrouveront à la rue.
      👿

      1. Fred

        Je me souviens que dans une évaluation foncière, j’avais du procéder à l’évaluation d’un abri de jardin. Si si… Assez bizarrement, peu de temps après, les gens du secteur que je gérais installaient des abris de jardin sur roues… Impossibles à évaluer bien évidemment…

      2. Deres

        La loi est claire. Les retraités n’ont pas le droit de vivre dans des caravanes. Vous n’avez pas le droit de mettre une caravane dans votre jardin privatif. Par contre, la collectivité doit trouver à ses frais des terrains pour toute l’année et les aménager gratuitement pour accueillir les gens du voyage. Qui a dit deux poids et deux mesures ? Au coin, suppôt du FN.

  16. Pascale

    «  » »De quelle clémence jouira-t-il pour avoir débarrassé (de façon certes socialement répréhensible) la société d’un parasite au casier déjà fort chargé ? De quels aménagements de peine bénéficiera-t-il ? Verra-t-on cet homme rejoindre l’une de ces cellules où tant de semblables à ses agresseurs passent parfois quelques jours, entre deux braquages ? «  » »

    Aura-t-il droit, comme ce Suisse violeur et assassin qui vient de tuer sa thérapeute (payée par les contribuables), d’être en liberté avec « soutien psychologique » destiné à éviter la récidive ?

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/09/14/97001-20130914FILWWW00404-un-violeur-recherche-par-interpol.php

    1. Fred

      Ce pauvre violeur n’est qu’une victime de la société parmi tant d’autres. Vous ne comprenez donc rien, ma pauvre Pascale…. 😉 Tata Christiane va donc venir vous donner des cours à domicile pour que vous assimiliez tout ça ! 🙂

      1. Peste et coryza

        Il y a une solution simple : levée de milices, et justice appliquée de façon très locale (genre Afrique)

        Au train où les choses se passent, ça se fera tout seul.

        1. Pascale

          Il semblerait que certains agriculteurs s’organisent déjà pour lutter contre les vols et cambriolages dont ils sont victimes et qui se multiplient à une vitesse exponentielle.

        2. Emmanuel Brunet Bommert

          C’est ce qui est magique avec les tyrannies corrompues modernes… Elles sont dirigées par des gens qui ont un peu trop souvent tendance à oublier que leur pouvoir vient d’hommes en armes… Je me demande qui viendra sauver nos grands timoniers lorsque les *vraies* émeutes des gens désespérés éclateront…

          Vous pensez que l’armée insultée et sous-payée va se déplacer rapidement ? Peut-être la Police, allez… De quoi avoir sacrément la pétoche ! Je suis sur que les nuées de gens qui n’auront plus rien à perdre vont se faire dessus à l’idée d’êtres matraqués si durement et fermement.

    2. Aristarque

      Ne peut-on penser qu’un tel crime particulièrement horrible trouve malheureusement son origine dans une évidente légèreté ou inconséquence de l’Administration Judiciaire suisse qui va confier le suivi d’un pareil criminel voleur et violeur récidiviste à une jeune femme en les laissant aller à peu près comme bon leur semble, sans la moindre escorte rapprochée ?
      Non seulement ce criminel n’est à l’évidence pas guéri de quoi que ce soit mais on se retrouve maintenant à devoir assumer une recherche internationale Suisse + pays limitrophes en attendant peut-être une extension à d’autres…
      Voilà une famille endeuillée pour une suite de décisions prises visiblement sans la moindre attention au cas en examen…

    1. hussardbleu

      Cela me rappelle un trait de Jeanson, circa 1945 ou 46, quand il y avait un (de) Menthon (sans doute un parent) comme Garde des Sceaux, et un dénommé Parodi en tant que Ministre de l’Information.

      Le bon Henri avait proposé que l’on nommât plutôt Parodi à la Justice, et Menthon à l’Information…

      Nihil novi sub sole…

      1. Emmanuel Brunet Bommert

        L’Éducation Nationale les amis… Vous allez très bientôt devoir corriger les citations du Figaro et du Monde pour que ça ne fasse pas trop tâche. Au moins, ça aura le mérite de tuer (un peu) l’ennui durant la lecture de leurs articles.

          1. hussardbleu

            vouui, voui, je suis rentré de vacances… quelques lectures en plus…

            A propos de divorces, et de JAF, tenez, tiré du « Honey Badger » de Bob Ruark, livre en grande partie autobiographique, une tranche de vie de la bourgeoisie intellectuelle de la côte Est, en ces années 40 et 50…

            « There is a bloody brave little animal in Africa called the Honey Barger. It may be the meanest animal in the world. It kills for malice and for sport, and it does not go for the jugular – it goes straight for the groin. It has a lot in common with the modern American woman.”

            Ils ont toujours quelques décennies d’avance sur nous… pour la désagrégation sociale…

            Et un brin hors sujet, mais bien amusant, le « Rien que la Terre » (Plon, copyright 1929) de Paul Morand, avec quelques lignes et paragraphes tout à fait prémonitoires et politiquement incorrectes en diable (page 10, voir infra, et page 53 pour la Chine, dont il prédisait l’explosion économique actuelle) :

            « …les Chinois et les nègres viendront nous disputer les bonnes terres ; il y aura une lutte des races pour les meilleurs climats, comme il y a une lutte des classes pour la possession des richesses. Si l’on n’invente pas, d’ici là, des fléaux scientifiques et des inondations artificielles, on peut compter sur nombre de guerres cosmiques et de suicides métaphysiques. Il restera d’entrer à la Trappe – cette Légion Etrangère de Dieu – et de chercher désormais en hauteur un infini que l’étendue ne peut plus nous donner, ou d’aller conquérir d’autres planètes.
            Le Mayflower décollant à l’aube pour Saturne, chargé des derniers Blancs ?
            L’Institut Pasteur, les fondations Rockefeller, en empêchant de mourir les gens que la Providence, en sa sagesse, avait condamnés dans des proportions utiles, auront plus fait contre notre race que les engins de guerre. »

            1. hussardbleu

              et j’oubliais, le fin rouge qui tache quand même un peu :

              « Après le Romanée-Conti et bien avant le Richebourg du même domaine, le vignoble de la Tâche est bien le deuxième vin du Domaine de la Romanée-Conti et de plus en monopole. »

              Impardonnable, pour un Bourguignon…

            2. Aristarque

              Ce cher Paul Morand qui aimait tant l’automobile avait dû être inspiré par les Croisières Jaune et Noire de Citroën.
              La France nageait déjà en plein péril jaune, à cette époque.
              Et pour être chagrin, en syntaxe, le masculin domine encore le féminin (profitons-en, cela risque de ne pas durer encore longtemps)!
              Dès lors ce sont les paragraphes qui imposeront aux lignes de rester incorrects…
              🙂

            3. hussardbleu

              @Aristarque : tu as parfaitement raison, mais je plaide la faute du traitement de texte, et l’insertion de ce malheureux « paragraphe » masculin, avant d’avoir relu. L’ai vu, trop tard…

              Je pourrais dire aussi, à ma décharge, que l’air du temps, n’est-ce pas…

              Heureux de te retrouver, aussi acide que naguère… ça conserve les vieux, l’acidité….

            4. hussardbleu

              Le Péril Jaune… hmm… période antérieure… les 55 jours de Pékin et toussa… fort bien conté, au demeurant, dans son « 1900 »…

              « La Chine m’inquiète », comme disait Madame de Montebello à son ami Delcassé devant Boni… très Belle Epoque…

          2. Nyamba

            @ M. HB : Oh, je vous ai bien vu avec votre féminin mal placé ! (bien que M. Aristarque vous ait immédiatement grillé – quel dommage qu’il m’ait ainsi privée du plaisir de le faire !).
            Vos vacances furent bien courtes, mais c’est un plaisir de vous revoir 😉

            1. hussardbleu

              Merci, chère amie ! et bien obligé de vos amabilités…. mais les vacances des professions libérales sont toujours courtes (pendant plus de 30 ans, ce fut une semaine par an…) car personne ne va travailler pour moi in loco vastae solitudinis…

              Il est vrai que maintenant, avec la perspective de ma retraite « de dans deux ans », j’ai tendance à relâcher un peu les rênes… sauf à penser que, à proportion de la rafle sur nos pensions du privé, il faudra peut-être que je reprenne un jour mon shako, ma chabraque et mon sabre…

            2. hussardbleu

              Je pavoise ? je pensais que l’humour n’avait pas systématiquement besoin de « smileys » pour être compris….
              et Lamartine, le seul politicien à ne pas s’être enrichi, était de ma paroisse, en effet…

  17. Théo31

    Quand c’est la droite qui gouverne, ça hurle dans les chaumières à l’atteinte à l' »indépendance » de la justice. Quand c’est la gauche, ça obéit avec zèle aux ordres venus d’en haut. 2P2M.

  18. Tom P

    Peut importe la légitimité si vous avez les moyens de payer. EDF ne s’en rendra même pas compte à la fin de du mois alors peut importe !
    Le gouvernement préfère passer leur justice sociale avant la Justice !
    Mais bon, faire des prisons appartements ça coûte cher !

  19. Higgins

    D’accord sur le constat que tu fais sur l’état de la Justice en France (mais les responsables en sont avant tout les politiques). Pour les exemples choisis, je serai nettement plus circonspect.
    1) Les écoutes du journaliste du Monde: si j’étais cynique et vu la très piètre opinion que j’ai de cette profession, je dirai qu’il (en tant que représentant de sa corporation) ne touche simplement que la monnaie de sa pièce. La collusion entre cette corporation et le pouvoir est telle qu’on peut estimer, parfois à juste titre, qu’être journaliste ne dispense pas de respecter les règles de droit de tout un chacun.Cependant, il existe une jurisprudence concernant le respect des sources du journaliste et il me déplait un peu de savoir que d’aucuns s’assoient dessus.
    2) La condamnation d’EDF: quand on sait que cette entreprise à une direction bicéphale, celle qui tente de vendre des EPR à l’étranger et un syndicat qui y fait la pluie et le beau temps, on a le droit de sourire. Un de mes amis magistrats me disait récemment que notre fameux Code du travail était d’inspiration juridique assez moyenne et ouvertement anti-entreprise. L’explication est donc assez simple et il n’est pas besoin de chercher une quelconque collusion pour expliquer ce type de décision, assez imbécile dans sa conclusion bien que nous ne connaissons pas le dossier (qui parfois peut receler quelque surprise).
    3) L’île de Sein: au-delà du caractère crétin de l’expression employée (qui ne caractérise en aucun cas le niveau de culture du rédacteur même si on peut déplorer une telle appellation), je suis surpris que personne ne se soit préoccupée des intérêts du père dans cette histoire. Bien souvent, trop souvent, dans les divorces, ce n’est pas l’intelligence qui préside aux comportements des uns et des autres. J’ajouterai qu’un JAF voit défiler à longueur de journée des cas tout aussi complexe qui font douter, je parle en connaissance de cause, de la notion d’intelligence et de mesure chez l’être humain. Le temps qu’il peut consacrer à chaque affaire est l’ordre du quart d’heure, accueil et départ compris. Je connais moult cas où des personnes concernées se sont plein du manque d’écoute alors que leur divorce est l’affaire de leur vie. A qui la faute, à celui qui ne peut pas prendre le temps de les écouter, à ceux qui ne leur donnent pas les moyens pour ce faire ou bien à ceux ou celles qui confondent leur égoïsme avec l’institution judiciaire? Tolérerions-nous le fait de savoir qu’un chirurgien enchaîne dix heures par jour des opérations à cœur ouvert avec le risque d’incident que cela peut entraîner?
    4) Le bijoutier de Nice: je suis comme Philippe Bilger, cette affaire a fait deux victimes « Il serait paradoxal que la rectitude juridique et la lucidité judiciaire n’aient jamais pour effet que d’accabler l’innocent parce qu’un coupable est malheureusement décédé. Des suites d’une réaction que le crime et le civisme parfois suscitent. Antony « tiré comme un lapin » selon sa famille ou victime par sa faute ?…Le risque du Far West dépend seulement de l’inertie de l’Etat et d’un ordre public médiocrement sauvegardé. » (http://www.philippebilger.com/blog/2013/09/deux-victimes-de-trop-à-nice-.html). On en revient donc aux politiques et à leur lâcheté. Je suis heureux que Contrepoint ait ouvert ces colonnes à des points de vue que je qualifierai de moins consensuels sur cette affaire délicate: http://www.contrepoints.org/2013/09/15/139117-bijoutier-nice-savoir-raison-garder. Le libéral que je suis approuve tes propos d’hier sur ce point : » Ce n’est pas de la légitime défense, cependant. L’acte est compréhensible mais moralement il est répréhensible. » Le juge que je ne suis pas poursuivrait le bijoutier (sans aucun préjudice des sanctions à venir) mais le citoyen que je suis, et que je resterai même si j’étais juge, comprend ce geste. Entre les deux, il y a l’homme avec ses doutes et ses certitudes. Et là, il n’existe pas de lois pour lui dicter sa conduite.

    1. Aristarque

      A Higgins,
      Un juge écoute en audience les explications des uns et des autres puis lit en cabinet les pièces et documents des positions des uns et des autres puis les jauge, les juge, décide et rend sa décision, toujours dans son cabinet (et non en audience qui peut voir effectivement des dizaines de dossiers en une seule demie-journée).
      Invoquer la surcharge et l’inattention en découlant alors me paraît un peu capillotracté.
      Là où le bât blesse, c’est de se référer, à la suite de l’avocate du père, à une soi-disant invivabilité de l’île de Sein alors que le problème est la distance entre le père resté dans l’Hérault et la mère en Finistère. C’est bien malheureux mais il me semble qu’il n’existe pas de texte restreignant la distance maximale à l’intérieur de laquelle doivent se loger le père et la mère séparés…

      1. hussardbleu

        C’est la notion d’intérêt de l’enfant qui est la considération primordiale dans ce genre de décision juridictionnelle : c’est une notion un peu attrape-tout qui permet de justifier, au demeurant, tout et son contraire.

        Mais il est vrai que les droits de visite doivent se dérouler dans des conditions « raisonnables », que la mauvaise volonté et la mauvaise foi, toujours présentes ou presque dans les suites d’un divorce, tentent toujours de contrebattre…

        Il est donc délicat de condamner de plano, sans connaître le dossier, une telle décision. Et ce, quel que soit l’attrait de l’île de Sein, où les femmes ont, par ailleurs, coutume de rester seules (voir 1940)…

        1. Higgins

          Merci pour cette précision qui n’enlève rien à l’imbécilité usitée quant à l’île de Sein. Dans un procès, il est rare que le perdant soit beau joueur mais seul la connaissance du dossier permet d’avoir une vision à peu près juste de l’étendu du litige.

          @ Aristarque

          A l’audience et en moins de quinze minutes, le juge n’entend pas grand chose et je peux vous assurer qu’il le regrette bien mais il lui faut tenir la cadence. En règle générale, mieux vaut passer en début de journée, il est plus disponible. C’est très pénible à vivre car il y a des situations absolument critiques où aucune solution n’est véritablement bonne. Il doit choisir simplement ce qui est la moins mauvaise au risque de faire non pas un mais deux mécontents sans parler des enfants. En Allemagne, les audiences durent généralement une heure. Chercher l’erreur. mais

          1. Aristarque

            Il est vrai que je ne fréquente ou ne fréquentais pas les audiences des affaires matrimoniales.
            Je fréquente le TASS ou le T.I. où les auditions peuvent durer un bon moment néanmoins, quel que soit le nombre d’affaires inscrites au rôle. Mais les juges rendent normalement leurs décisions de leur bureau et non en fin d’audience, non?

            1. Higgins

              Oui mais ce n’est pas à vous que je vais apprendre qu’une décision de justice est un peu plus complexe à rédiger qu’un commentaire sur ce blog -;) .
              Il y a moult cas qui, heureusement, ne nécessite pas de recherche particulière et les décisions sont vite rédigées. Et puis, il y a tous les autres où on attend le retour de l’enquête sociale (de moins en moins rétribuée par l’Etat, ceci dit en passant), de ou des expertises (qui souffrent de la même maladie que les enquêtes sociales, etc… Essayez après ça de trouver des bons experts qui acceptent de rendre des expertises velues!). J’en passe et des meilleurs. Au final, il y aura toujours un perdant (généralement très mécontent) et un gagnant qui, souvent, ne dissimule pas sa joie. Autre chose, le chantage aux attouchements sexuels est régulièrement mis en avant, le plus souvent par des mères, pour ainsi se débarrasser de celui ou celle qui a l’outrecuidance de les vouloir les priver de la jouissance privative de leur progéniture. Les juges et tous les spécialistes concernées le savent mais quand le témoignage se fait trop insistant, une enquête est ouverte. Parfois, elle est fondée et permet heureusement de mettre fin à une situation intolérable. Souvent, elle ne débouche sur rien mais le traumatisme vécu par l’intéressé(e) suspecté(e), lui, est réel. Quoique vous puissiez en penser, JAF (ou juges) est un métier difficile où il est requis d’avoir une bonne santé mentale et un bon environnement familial. Maintenant, ce sont des gens comme vous et moi avec leurs forces et leurs faiblesses. Mais ce ne seront jamais des mécaniques sans âme.

            2. hussardbleu

              Il y a une dizaine de jours, je dînais avec un Juge britannique, « jeune » retraité de 65 ans, qui me confia qu’il était horrifié, d’une part, du statut de la magistrature française (le fameux concours de l’ENM, qui lâche dans la nature lointaine des juges d’instruction immatures du calibre de M. Burgoo) et, d’autre part, de la modicité relative (pour M. Hollande, ils sont néanmoins des « riches ») de leur rémunération…

              Personnellement, cela fait des années que je pense que nos juges devraient être élus par leurs pairs parmi les professionnels du Droit, disons… à partir de 50 ans…

              Sans que cela soit parfait, beaucoup de dérives et d’erreurs seraient évitées…

  20. Matthieu

    Je ne comprends pas l’opportunité de la référence à l’affaire EDF (dont je n’ai toujours pas lu la grosse, ce qui rend le commentaire malaisé…).
    Je peux juste vous affirmer qu’il existe un principe de protection des travailleurs exposés aux rayons ionisants (article 1333-1 du code de la santé publique). Lorsque les règles de protections, formations, surveillances… ne sont pas respectées. La faute inexcusable de l’employeur est reconnue (cette jurisprudence a plus de 15 ans).
    La notion de faute inexcusable de l’employeur permet l’indemnisation de la victime d’un accident du travail.
    Rien d’anormal en principe.

    En revanche, ce qui est totalement anormal, c’est que le personnel fonctionnaire bénéficie d’un régime spécial leur permettant d’être mieux indemnisé, puisque les fonctionnaires sont payés 100% de leur salaire durant toute la durée de l’incapacité de travail par dérogation au régime général (article L. 413-12 du Code de la sécurité sociale ).

    1. Ce qui me gêne est la façon dont a été rendu le jugement, avec inversion de la charge de la preuve. Le fait qu’il y ait / aurait jurisprudence en ce sens est encore plus dérangeant.

      1. Matthieu

        Oui je comprends. Mais on ne sait précisément pas comment a été rendu ce jugement. C’est le journaliste qui dit qu’EDF « n’apportait pas la preuve que le cancer… », ça n’est pas le jugement qui est cité. Il y a beaucoup d’imprécision sémantique des journalistes en matière judiciaire. On ne peut donc pas se prononcer raisonnablement pour en déduire qu’une inversion de la charge de la preuve a effectivement été faite.

        Néanmoins, en matière de faute inexcusable de l’employeur la charge de la preuve peut être inversée en présence d’une présomption (simple ou irréfragable).
        -Dans le cas d’une présomption simple (hypothèse limitée aux travailleurs temporaires ou mis à disposition de l’entreprise dans un domaine dangereux) l’employeur peut la combattre en apportant la preuve du contraire.
        -Dans le cas d’une présomption irréfragable (hypothèse limitée aux victimes de maladies prof. ou d’accident de travail qui avaient prévenu l’employeur, eux mêmes ou par l’intermédiaire du CHSCT, d’un risque qui s’est réalisé), l’employeur ne peut pas la combattre et sera reconnu responsable d’une faute inexcusable (on vise les cas où l’employeur connaissait le risque mais n’avait rien fait pour y remédier).

  21. Duff

    Voilà de quoi ravir certains qui commentent sur ce blog:
    http://www.leparisien.fr/politique/l-humoriste-jean-roucas-s-engage-pour-marine-le-pen-15-09-2013-3138677.php

    Mon sentiment c’est que la droite est tellement aux fraises après pourtant une défaite courte de leur champion que le FN apparaît comme le seul parti d’opposition crédible. Alors que son projet économique relève du socialisme pur jus… ça n’augure rien de bon mais c’est une énième piqûre de rappel à l’UMP et à l’UDI qu’il faut d’urgence rompre avec le socialisme et tout ce que ces partis soit-disant opposants ont cautionné depuis des lustres. Les derniers propos de Valérie Pécresse sur Fillon qu’elle soutenait et d’autres d’ordres économiques montrent qu’une purge stalinienne s’impose à droite…

    http://www.lejdd.fr/Politique/Pecresse-La-seule-personne-qui-defende-l-ecologie-c-est-Batho-628727

  22. Anio

    Ce n’est pas gentil de faire peur aux gens Mr H16:

    Personne ne sait qui il est. Mais l’étrange être qui erre dans la forêt de Maules, en Gruyère, avec une pèlerine militaire sur le dos et un masque à gaz sur le visage n’a rien du dahu ou d’un fantôme. Il existe. Il a un surnom: «le Loyon». Et il n’amuse personne.

    Nous révélions mardi une photo de l’individu de dos. «Il a apeuré mes enfants», lâchait l’auteur du cliché, qui l’a croisé dimanche. Depuis, les témoignages affluent. Une habitante de Sâles (FR) l’a vu il y a un an. «Il est sorti du sous-bois avec ses habits militaires. On ne voit ni son visage ni ses yeux derrière son gros masque à gaz sombre. C’était effrayant et je connais des femmes qui ne s’aventurent plus seules en forêt», explique-t-elle.

    http://www.lematin.ch/faits-divers/Le-Loyon-ne-fait-rire-personne/story/25650014

    1. hipparchia

      « Les rencontres ont souvent lieu le dimanche », le jour où son blog est le moins fréquenté, c’est dire ce qu’il doit faire le samedi.

      Merci beaucoup pour la barre de rire.

      1. Peste et coryza

        Un guignol en masque à gaz, et tout le monde tremble ?
        Alors que les mômes sont placés devant des émissions avec hémoglobine à profusion tous les jours ?

        Ce genre de vieux fous ou de miséreux retirés du monde a toujours existé. Pas la peine d’en faire un plat.

  23. Aristarque

    Quelqu’un a-t-il des nouvelles fraîches de Dame ROSSIGNOL, ci-devant sénatrice se lamentant naguère du peu d’empressement des badauds à combattre directement la caillera ? En bonne logique, la réaction du bijoutier de Nice correspond à ce qu’elle prônait, à moins bien sûr qu’elle n’esperât qu’un « Arrêtez-vous ! Venez ici !  » prononcé d’une mâle voix ait suffi à amener son voleur à la tire, à une obéissance instantanée. Six points en moins, le délit de fuite, tout de même !

    1. hussardbleu

      Pourquoi « ci-devant » ? aurait-elle démissionné, notre Fausse Rance Nightingale ? j’ai lâché l’actualité depuis 8 jours, et je ne doute pas que des évènements horrificques ne se soient produits….

      Mais quand même… larguer un pareil fromage, une poire aussi juteuse ! j’ai comme un doute….

  24. LeRus

    En fait, avec l’affaire des soutiens du bijoutier de Nice, ce qui me sidère encore plus que le 1,5M se Likes, c’est le réflexe quasi pavlovien des médias à immédiatement conclure que les likes sont faux, que c’est un coup du FN, que les likes ont été achetés à l’étranger, etc…

    H16, vous aviez choisi lors d’un concours du dernier samedi (d’ailleurs à quand les prochains? 🙂 ) le thème du Déni de réalité. On voit que ce thème est toujours d’actualité. Il semble exister 26M de comptes FB en France, (sans compter les Français hors de France), que 1/17 décide de soutenir le bijoutier ne semble pas effleurer l’esprit de nos chers journalistes. Comment voulez-vous qu’ils comprennent la vraie mouise dans laquelle la fRance est actuellement avec de telles œillères!

    1. JCDUSSE

      Vous avez entièrement raison, cette tentative de dénigrement venant de la part de tous ces journaleux-bobos-gauchos-bien-pensants donne la nausée. D’ailleurs l’administrateur de la page FB de soutien au bijoutier a delivré une statistique détaillée de tous les likes par pays. On y voit clairement que 98% viennent de France et que le reliquat provient des pays limitrophes et non d’Amérique du Sud ou de Pétaouchnok comme on veut nous le faire croire.

  25. Karamba!

    Les juges sont un peu crétins. Hollande quand il veut savoir ce qui se passe au Monde, il fait juste un saut à la cafét’ du canard… (la séparation des pouvoirs c’est m… plus tard…)

  26. Mazette

    Bonjour,

    Je trouve que cet article est de la manipulation flagrante.

    Oui, les 3 premières affaires jugées sont choquantes (cependant vous ne dites pas s’il s’agit de jugements de première instance ou de jugements en appel, voire de jugements validés en cassation – j’ai bon espoir que des jugements pareils soient rendus uniquement en première instance et corrigés ensuite en appel!)

    Mais ce qui m’inquiète surtout, c’est votre catalogue « introductif » de mesures erronées pour aboutir, tout naturellement, à la conclusion que ce pauvre bijoutier, merde, avait bien le droit de buter un voleur parce que, par les temps qui courent, on comprends qu’il ai été désespéré. Quel démagogie!

    Je refuse l’apologie d’un retour à la justice privée, quand bien même le système judiciaire actuel serait en crise. Non, chacun ne peut rendre justice soi-même. Non, on ne peut pas revenir à la loi du talion. Oui un braqueur est coupable, est-ce pour cela que l’on doit le descendre d’une balle dans le dos ?

    Ce sont des articles comme celui ci, qui critiquent sans proposer de solution, qui font perdre confiance dans la justice, et poussent à la réalisation de la justice par soi-même. Est-ce souhaitable ? Ne serait-il pas plus utile de vous servir de la tribune de ce blog pour proposer, plutôt que pour détruire ?

    1. Oh, belle enfilade de sophismes et d’homme de paille.

      « pour aboutir, tout naturellement, à la conclusion que ce pauvre bijoutier, merde, avait bien le droit de buter un voleur »

      Je te mets au défi de trouver telle assertion dans le texte. Je te mets au défi de prouver que je suis même vaguement d’accord avec cette assertion. Bouffon.

      « Je refuse l’apologie d’un retour à la justice privée, »

      C’est très bien, excite-toi tout seul, mais personne n’en parle dans le texte. Bouffon.

      « qui critiquent sans proposer de solution »

      Parce que tu proposes quelque chose, toi, peut-être ? Look who’s talking. Bouffon.
      Du reste, qu’est-ce qui t’empêche, avec tes petits doigts, de proposer des trucs dans ton blog à toi tout seul comme un grand ? Rien du tout ! Alors vas-y, propose, amuse-nous.

      Et pour les propositions que soi-disant je ne ferais pas, si tu avais lu un peu de ce blog avant de commenter, tu saurais qu’il y en a, plein, régulièrement.

      Gros gros bouffon.

      1. hussardbleu

        eh oui, mon cher H16, un Troll trollinnant…. mais pourquoi gâcher de la belle répartie ? il suffit de se reporter au sens premier de ce brave Troll : il y a de ces fatalités patronymiques….

        MAZETTE, subst. fém. et interj.
        I. Subst. fém.
        A. Vx. Mauvais cheval. De mauvais chevaux de louage, nommés judicieusement des mazettes (PICARD, Avent. E. de Senneville, 1813, p.74):

        1. … quand, dans les carrousels du grand siècle, l’écu du joueur fit place aux têtes de turc ou au faquin, le cavalier à l’assiette incertaine pouvait s’en prendre à sa mazette [it. ds le texte]: le mot glissa, sans plus tarder, du manège au tripot, qualifiant le novice manieur de raquette.
        Comment parlent les sportifs ds Vie Lang., 1953, p.175.

        B. P. anal., pop. et fam.
        1. Personne qui manque de force, d’ardeur ou d’envergure. Synon. pop. et fam. avorton, lavette, mauviette. L’humiliation profonde d’un gros personnage qui s’est fait (…) clouer le bec par une mazette de bureaucrate (COURTELINE, Gaîtés esc., Sans chenil, 1897, I, pp.269-270). Quand il est bien avec un type quelconque, il dit tout de suite, «c’est un grand monsieur», ou «c’est un grand bougre». Pas de milieu pour Joseph: d’un côté les canailles ou les mazettes, de l’autre, les «grands quelque chose» (DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p.119).

        2. Personne qui manque d’adresse, d’habileté au jeu ou à tout ce qui demande de la rapidité, de l’habileté d’esprit ou de gestes. Si tu crois qu’il voudra jouer au tennis avec une mazette comme toi, ma pauvre fille! tu parles! (MAURIAC, Asmodée, 1938, I, 5, p.42):

        2. …la fille du maître chez qui j’apprenais mon état, une fille en tout point accomplie et que j’aimais éperdument, ne comprit rien à mon amour et s’en alla me préférer un camarade très indigne, très inférieur en tout point, une vraie mazette en horlogerie…
        SAINTE-BEUVE, Clou d’or, 1869, p.113.

      2. Henri

        Damned ! pourquoi insulter ceux qui ne sont pas d’accord avec votre article ?!

        Il est vrai que « Mazette » aurait pu lire un peu plus de votre blog (ceci aurait éviter une méprise), mais bon !

        Il est dommage de voir vos opinions gâchées par vos remarques acides ainsi que vos hommes de mains (hussardbleu, Blackmamba, …) qui propage votre haine.

        1. Je n’ai pas de haine mais j’ai pas mal d’agacement envers les petits cons bouffis de certitudes qui viennent me servir leur prêt-à-penser comme j’en lis au km dans la presse mainstream, surtout pour dire des conneries.
          Et le bouffon n’est pas « Pas d’accord avec mon article », il invente purement et simplement son combat. Je n’ai pas à me laisser faire.

          1. hussardbleu

            Homme de main, moi ? et après tout, pourquoi pas… le manuel ne m’a jamais déplu, là où l’intellectuel, parfois… n’est-ce pas ? mais au regard de la profondeur d’analyse et de conceptualisation de ce « Henri », on se prend à penser qu’après Mazette, on vient de se trouver un vrai « Kevin »…

            Quant à Black Mamba, ma chère, vous voir en « homme de main », the mind boggles…

        2. Black Mamba

          C’est dingue ! Homme de main qui propage la haine.
          Pfff! Je n’ai nullement insulté @Mazette , et la haine point propagé,
          J’ai juste mentionné qu’il faut savoir décrypter le message de H16 et apparemment vous aussi vous êtes vous handicapé ….
          🙁

          1. Henri (ou Kevin l’handicapé…)

            J’avoue volontiers être allé un peu fort avec homme de main (enfin…les dernières réponses me font hésiter).

            Je comprend votre agacement, la presse française mainstream est d’une absence d’analyse affligeante (d’où mes lectures sur Contrepoint, notamment de vos articles).

            Je pense seulement qu’il n’est pas de votre niveau d’avoir besoin d’insulter ou de prendre de haut.

            Ma liberté de penser me permet de ne pas toujours être d’accord avec vous, le plus souvent sur des points de détails (à tort ou à raison…).

            Merci pour vos articles.

            1. Pour votre information, pour un troll que je laisse s’exprimer (histoire d’avoir de temps en temps qq chose à éclaircir pour les autres), j’en ai trois qui ne verront pas le début de leur commentaire publié (sans compter ceux qui me positionnent dans la case « facho »). D’où l’agacement.
              Et franchement, le terme « bouffon » est ici assez adapté : arriver, sortir deux ou trois belles bêtises parfaitement à côté de la plaque, et faire rire tout le monde, c’est bien le rôle d’un bouffon.

            2. Henri

              Qu’est il advenu du « mur des cons » et de ses auteurs ?! Il me semble que Mme Taubira avait jugé impossible la mise en place de sanctions. C’est quand même perturbant qu’on dissolve des groupuscules d’extrême droite après une altercation et que ne fasse rien après ça.

              Sinon former des juges par un seul cursus ne semble pas être une garantie d’impartialité (si l’impartialité est possible). D’autre part, l’erreur est humaine et le pardon est divin. Je comprend quand ne pardonne pas les erreurs des juges. Mais s’agissant d’Hommes les erreurs sont inévitables. Ce système comportera toujours des erreurs. Heureusement qu’il y a des recours possible après un jugement.

            3. Black Mamba

              Apparemment vous avez un soupçon d’humour vu que vous avez repris Kevin l’handicapé .
              Allez ! je ne vous blâme plus :mrgreen:
              @ Hussardbleu : je me suis toujours senti « homme » dans mon corps de femme :mrgreen:

    2. Black Mamba

      @Mazette
      Si vous prenez la peine de lire le Blog de H16 vous trouvez sur l’article précédent un commentaire de H16 répondant à un commentateur
      « h16 14 septembre 2013, 13 h 15 min
      Ce n’est pas de la légitime défense, cependant. L’acte est compréhensible mais moralement il est répréhensible. »
      Il n’y a aucune apologie d’un retour à la justice privée bien au contraire.
      Il ne fait que souligner que le système judiciaire est défaillant et que le scandal du « Mur des cons » nous montre que la balance de la Justice n’est plus du tout équilibré , elle penche trop souvent en faveur des délinquants.
      Son article est un avertissement qu’il est plus que temps que le citoyen lambda qui paye ses impôts se sente en fin protéger par la Justice face à la racaille qui se multiplie et qui pille sans être nullement inquiéter . Nous sommes dans une période obscure qui va être insupportable si rien fait pour stopper les malfrats et que la justice soit rendu aux victimes.

    3. Calvin

      Pour les partisans du droit à porter des armes, cet incident est même un problème. Cela donne du grain à moudre à ses opposants, les prohibitionnistes des armes (pour les citoyens s’entend, puisque dans leur esprit, seuls les policiers et les criminels doivent être armés).
      Or, le geste de ce bijoutier est plutôt symptomatique de l’état de « novice » des gens, incapables de réagir face à l’abandon de l’Etat dans les domaines régaliens. Ils passent d’un extrême (soumission et résignation) à un autre (sur-réaction et méthode expéditive).
      Ce que prouve cet article d’H16 (oui, j’ai dit prouve et pas autre chose), ce n’est pas qu’il faut une justice privée, mais bien que l’inaction voulue de l’Etat aboutira à des réactions ultimes et désordonnées des gens. Face à l’arbitraire, à l’injustice, au cynisme, il n’y a qu’errements, tentatives désespérées et parfois erreurs.
      Il faut toucher le fond (comme à Detroit) pour que la société civile s’organise en marge des officiels. Sinon, elle reste désemparée, attendant quand même que le droit s’applique. En vain.

    4. LeRus

      For the sake of argument:
      – « Je refuse l’apologie d’un retour à la justice privée, quand bien même le système judiciaire actuel serait en crise.  » OK. Bon on fait quoi alors? Rien? C’est déjà se qui se passe il me semble.
      – « Non, chacun ne peut rendre justice soi-même. » Mais avant de parler de justice, je crois qu’il s’agit ici de sureté. Le problème n’est pas tant la justice (à venir) mais le manque de sureté des biens et personnes. Pas besoin d’avoir un flingue dans sa boutique lorsqu’on se sent en sécurité. Les juges n’y ont pas grand chose à voir.
      – « Oui un braqueur est coupable, est-ce pour cela que l’on doit le descendre d’une balle dans le dos ? » Une balle dans le ventre c’est mieux? Vous aussi devez trouver les armes chimiques bien plus horribles qu’un bon vieux mortier. sitôt que le voleur a tourné talons (avec votre butin) on ne peut donc plus lui faire de tord: pratique. Mais ça ne se passe pas comme ça ni dans les cours de récré, ni dans la rue.

      Dès l’instant qu’on se lance dans une aventure (légale ou pas) on accepte les risques, que ce soit laisser un message sur un blog ou pointer un fusil sur la tête d’un bijoutier à 9h du matin.

  27. hussardbleu

    Ceci étant, dès lors que

    1/ la Police est découragée devant l’impunité assurée par des juges à l’idéologie gauchiste ou gauchisante, selon laquelle les délinquants qu’elle – la Police – arrête sont des victimes,

    2/ que la Justice est ainsi rendue par des idéologues dont un bon quart, voire davantage, sont affiliés au Syndicat de la Magistrature de si belle réputation, et pour qui toute victime réelle, un tant soit peu revendicative, n’est qu’un Con affiché ou affichable,

    3/ que les autres magistrats sont en général terrorisés par le Kandiraton du SM, par faiblesse morale personnelle, ou par servile ambition professionnelle, puisque ce Syndicat détient – par ses postes stratégiques au CSM et place Vendôme – la clé de ces belles promotions qui vous assurent prestige et décorations

    4/ que la Chancellerie est, de façon patente, entre les mains de ces mêmes idéologues, qui soutiennent un Garde des Sceaux de même idéologie, si ce n’est pis,

    5/ que la Majorité présidentielle actuelle partage les opinions de toute cette coterie, à quelques infimes nuances près, et que l’Opposition n’en est guère éloignée

    Que dans ces conditions, ni l’ordre, ni la justice ne sont plus assurés (sinon au niveau du Code de la Route)

    Que le Contrat Social, par lequel la vengeance privée est déléguée à des pouvoirs élus et respectés, n’a plus d’existence autre que virtuelle, comme cela nous est prouvé chaque jour davantage

    Que, par le simple jeu logique du « non adimpleti contractus », il apparaît actuellement que le simple Con-Citoyen est en droit de recourir de facto – sinon de lege – à l’horrible justice privée, malgré les piaillements, piétinements, et couinements de toute la volaille socialisto-gouvernementale…

    Et qu’ainsi la seule réforme utile serait l’introduction dans notre législation du « stand your ground » et du « concealed carry ».
    On y viendra, à défaut de quoi ce sera le véritable début de cette guerre civile que quelques bons esprits annoncent…

  28. trottinette

    Charlemagne rendait la justice sous un chêne. Nos juges actuels l’a rendent comme des glands.
    On ne sait plus qui il faut interpeler pour mettre une plainte en justice. Un bazar dans ce système. Des longueurs de procédures sur plusieurs années alors qu’on en vient à se demander que ces certains jugements ne prendraient pas 2 heures. Des dossiers qui augmentent en permanence. Bref, on m’a déjà cassé 3 rétroviseurs sur mes véhicules, rayé avec une clé sur toute la longueur. On va me dire des tracasseries, mais je ne cherche même plus à porter plainte. pourquoi faire ? à qui ? vers qui ? le gugusse qui a fait ça, personne ne va lui courir après.
    Il y a un peu de tout la dedans : plus de respect des autres et des biens, impunité latente, plus de peur de la justice et de la loi, plus de peur de la police. Des politiques qui changent les règles du jeu en permanence.
    Il y a des fois ou on regrette les années 1900 (Cayenne, …)
    Tout fout le camp

  29. HerveLE

    Ce qu’il faut dénoncer, également, c’est qu’il y a des juges qui prononcent des décisions dont ils savent pertinemment qu’elles seront cassées en appel ou en cassation, comme celle d’EDF (ou encore celle de Nicolas Bernard-Buss), qu’ils le savent pertinemment mais qu’ils se font probablemnet un malin plaisir à quand même condamner par pure idéologie, car ils savent également que les médias vont faire les gros titres du jugement de l’affaire, mais ne feront qu’une vague dépèche AFP de son annulation…

    Et cela est inquiétant, car le jour où les magistrats de la cour de cassassion seront eux-mêmes devenus idéologues, qu’adviendra-t-il?

    1. hussardbleu

      Pour ce qui est de l’arrivée au niveau Cour de Cass, I have news for you, mate : c’est déjà fait….

      En ce qui concerne ces magistrats qui jugent contra legem, ou à l’encontre de la jurisprudence la mieux établie, un conseil : écrivez pour vous plaindre, documents à l’appui, au Premier Président de la CA du ressort, avec copie à la Chancellerie. Cela restera dans leurs dossiers, et gênera leurs promotions.
      Si suffisamment de justiciables savaient l’effet de ces petits courriers….

  30. jeyffrey

    bonsoir à tous,
    chef d’entreprises ayant eu de nombreuse fois affaire à la justice , je peux vous dire qu’en matière de droit social (correctionnel +inspection du travail et Tass), la charge de la preuve est inversée: il y a présomption de culpabilité de l’entreprise et c’est à elle de prouver qu’elle est innocente. Avec parfois l’impossibilité de prouver un fait positif, l’absence de fait négatif ne suffisant pas). pour information, dans le cadre d’un accident du travail, j’ai été condamné entre autre pour ne pas avoir empêcher le salarié de mal agir (action étant pourtant la cause directe de l’accident) , lui et moi étant chacun à un bout de la France au moment des faits… et au cours de ce procès, pas une fois le tribunal n’ a demander au salarié ce qui lui avait pris d’agir ainsi.

Laisser un commentaire