Tempête de consternation : NKM présente son programme.

La vie politique française est, décidément, une ode perpétuelle au n’importe quoi érigé en œuvre d’art. Régulièrement parsemée de ces petits instants pas du tout kit-kat, l’actualité politique du pays peut compter sans problème sur des pointures de la consternogénèse de compétition, tant à gauche (jusqu’au président) qu’à droite (jusqu’à l’ex-président). Et à l’approche d’élections, c’est Nathalie Kosciusko-Morizet qui enclenche sans attendre le mode turbo.

ouate de phoque

Avec NKM, cette prêtresse politique du socialisme de droite au nom qui fleure bon la rythmique rap en mode Ouate de Phoque, on tient ici une bonne cliente tant des journalistes en mal de sensations molles que pour mes méchantes chroniques. Le personnage est, en effet, parfaitement apte à fournir de la matière tant ses contradictions se bousculent dans son discours et ses habitudes de pensées, tant elle persiste à vouloir faire un grand écart entre une droite colbertiste, corporatiste et collectiviste et une gauche étatiste, interventionniste et tout autant collectiviste. D’ailleurs, on peut lui reconnaître un certain talent pour zigzaguer ainsi entre les concepts flous et mous d’une UMP parfaitement illisible politiquement et les avalanches de boboïtudes que la gauche parisiano-centrée nous déverse dans les médias avec acharnement depuis des décennies.

Et c’est bien de gloubiboulga idéologique qu’il s’agit ici. Il suffit pour s’en convaincre de lire le « programme » (patchwork politique confus serait plus exact) qu’elle nous propose dans le cadre des prochaines élections municipales.

En sept points serrés comme un café de Jules Dupond (avant, c’était Clooney, mais l’UMP n’a plus les moyens), l’égérie de la drouate parisienne nous donne un brillant aperçu de la mélasse festive et citoyenne qu’elle entend nous vendre dans les prochains mois : c’est un habile mélange de mesures typiquement de la droite franchouille (c’est à dire faussement sécuritaires, conservatrice version pastel et rassurante couleur sépia) et d’autres facilement lisibles dans un programme de la gauche décontractée du socialisme d’un autre siècle (à base de vivre-ensemble en baril familial).

jesus petit facepalmEt c’est ainsi qu’on découvre par exemple que l’insécurité ayant augmenté dans la capitale, la candidate s’empressera de barder la ville de caméras de surveillances (un bon millier), parce que si ça ne sert à peu près à rien, au moins, ça rassure le contribuable sur la bonne utilisation de son argent quand il reçoit ses impôts locaux.

small implied facepalmGrâce aux coups de boutoirs parfaitement débiles de la ministre Duflot, le logement continue de poser de sérieux problème, à Paris comme ailleurs. Pour remédier aux problèmes nouveaux ainsi créés, NKM se propose d’ajouter une bonne couche de régulation et d’autoritarisme étatique avec l’idée de fournir «systématiquement» 20 % des nouveaux logements aux Parisiens «à un prix inférieur de 25 % à celui du marché». Si ça n’a pas marché avec Duflot, c’est probablement parce que la pauvrette n’est pas allée assez loin. On ne s’étonnera pas de trouver dans la besace à idées de la petite Nathalie les mêmes gibiers faisandés que dans celle de la petite Cécile.

small double facepalmEt pour continuer à calquer les idioties gouvernementales, puisque la relance par la distribution de pognon des autres a très clairement foiré, autant refaire exactement la même chose au niveau municipal en arrosant généreusement les entreprises d’argent public : pour chaque euro investi par une PME ou une start-up parisienne, NKM entend en claquer un autre de sa poche pardon de la vôtre. On respire déjà le fumet de réussite d’un tel projet. D’autant que pour disposer de cet euro supplémentaire, on supposera sans difficulté qu’il aura fallu aller le chercher par de nouveaux impôts, habilement collectés soit auprès des clients de ces startups ou PME, soit auprès d’elles directement. C’est übermalin, je vous avais prévenus.

small facepalmEn matière d’écologie, son dada personnel avec l’ouvrage de boîte à sucette pour dire des bêtises et la confiture de fraise — nan, je déconne pour la confiture — , la bouillante candidate ne se contentera pas de réaménager les parcs ou faire une ceinture verte avec le budget déficitaire de la municipalité, ou même inciter les voiturettes électriques ridicules à encombrer le paysage urbain parisien. Elle ira aussi jusqu’à interdire la ville aux méchants poids lourds qui polluent (en gros : tous), ce qui va grandement faciliter l’approvisionnement de la capitale. J’imagine sans mal les milliers d’emplois créés pour continuer l’avitaillement parisien par une armada de petits cyclistes aux couleurs fluo apportant chacun qui un poisson, qui une courgette, qui une bouteille de vin. C’est un exemple bien sûr ; on peut aussi imaginer des centaines de voiturettes électriques sillonnant Paris pour acheminer dans la capitale les victuailles, les produits divers et les batteries de voiturettes électriques. Impraticable, rigolo et mortifère : voilà une idée géniale.

petit facepalmEt bien évidemment, tout ceci ira de pair avec une amélioration de la qualité de l’air que respirent les êtres chétifs qui hantent la plus belle ville du monde en 1900. Pour cela, outre sans doute l’interdiction des bougies parfumées, de l’encens et des cheminées qui ne dépendent pas directement des exactions kosciuskomorizesques, la frétillante député propose d’enfouir complètement le périphérique avec l’argent qu’elle trouvera sous le sabot d’un cheval (c’est le même que celui qui inversera la courbe du chômage, relancera la croissance du pays, redresse les kikis et fait démarrer les motos russes ; il est très demandé actuellement).

Jaoui NKM

Vous me direz que je suis mauvaise langue : il doit bien exister quelques points positifs dans le fatras de trucs déconnectés de la réalité que propose l’élue aux dents longues. Et je vous réponds « oui, en effet » : une certaine forme de libéralisation des horaires des magasins, en passant par un bidouillage des zones de consommation exceptionnelle, la bonne idée d’étendre les plages horaires des crèches, de faciliter l’accès aux mairies et de simplifier certaines démarches. Bref, des choses qui ne coûtent essentiellement qu’un peu de paperasserie et de détermination politique. C’est toujours ça de pris.

Mais je ne crois pas me tromper en disant qu’on trouvera sans doute une ou deux bonnes propositions dans le fatras de la candidate de l’ « opposition », une certaine Hidalgo dont le socialisme assumé sans la moindre honte annonce cependant de façon limpide qu’il n’y a rien de mieux à attendre de sa part. Bref : fatras pour fatras, les deux candidates se valent.

Un défi restera à relever pour NKM : alors qu’on se doute fort bien qu’Hidalgo, en socialiste habituelle, tabassera les Parisiens dans une pluie de taxations diverses et une fiscalité vitaminée, l’élue de droite espère sérieusement appâter le chaland avec un plan d’économie d’un milliard de brouzoufs et une diminution de la pression fiscale. Sachant que la plupart des points de son programme sont parfaitement anxiogènes pour le contribuable parisien concerné, que la municipalité, sous Delanöe, a accumulé des déficits et une dette somptueuse, on peine à trouver la moindre crédibilité dans l’échafaudage économico-pipeautesque de NKM.

Dans quelques mois, les Parisiens vont donc devoir choisir entre une socialiste assumée qui va les massacrer d’impôts locaux, ou une socialiste inassumée qui va les étriller de taxes et de vexations fiscales diverses. Leur choix promet d’être cornélien.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires186

    1. Aristarque

      Précisons, avant l’ avalanche de bois vert que j’ entends une augmentation des places de stationnement. Pour le roulage, en revanche, c’est plus flou…

      1. gem

        zut, il va falloir distinguer le cerfa-bobo, pour les événements pas kicoolol, et le cerfa-bobo-2013, pour le respect des normes de boboïtude.
        c’est trop injuste. Je vais me plaindre. Où est mon cerfa-bobo ?

  1. Guillaume_rc

    « fatras pour fatras, les deux candidates se valent. » ah quand même Hidalgo a une petite longueur d’avance : elle propose d’interdire les poids lourds et… de faire transporter le fret par RER.
    Si !
    Vous avez bien lu !
    J’ai du mal à arrêter de rire (ou de pleurer).

    En plus Hidalgo est retraitée (à moins de 60 ans) de la Fonction Publique. si !

    1. Eole

      Hidalgo une petite longueur d’avance, bon, je veux bien, mais avouez qu’avec « kociuskomorizesque » que H16 nous propose, cela fait quand même un sacré mot pour le Scrabble… bien plus que « hidalgoesque » non? 😉

    2. Deres

      Hidalgo va surtout gagner car les socialistes au pouvoir ont systématiquement implanté tous les nouveaux HLM dans les arrondissement disputés avec la droite.

  2. NOURATIN

    Cornélien, c’est le mot. On en arriverait presque à regretter de n’être point parisien pour ressentir le délicieux frisson de l’embarras du choix dans l’isoloir.
    Voir et entendre NKM c’est comprendre toute l’essence de lUMP…il y a encore d’autres possibilités avec trois lettres…

  3. Aristarque

    NKM nous a épargné l’ élucubration des RER marchandises circulant la nuit… Mais la suppression des poids lourds (comme si ceux en transit IDF coupaient tout droit dans Paris…) montre que tout espoir ne doit pas être abandonné…

    1. gem

      alors que des trains de péniches circulant au petit matin, après la fin de service des bateaux Mouche, feraient tellement mieux l’affaire 🙂

  4. Tribuliste

    No comment, on a les mêmes en province, les mêmes en plus teigneux.

    A la rigueur j’opterais pour virer la gauche du pouvoir, à défaut de pas servir à grand chose ça relancera un peu l’écrémage politique à coup d’affaires et autres scandales. Comment ça ce n’est pas ce que demande le peuple?

  5. kloupa

    L’écotaxe, avec son affermage, et les portiques de taxation, sont un bel exemple d’un certain retour à l’ancien régime, celui que les Français pensaient avoir aboli avec les privilèges: retour aux fermiers généraux, et aux barrières d’octroi. Comme droite et gauche, du moins ceux qui se disent tels, sont très largement complices, une nouvelle fois, de ces inepties totalitaro-administratives, comment voulez-vous que les Français ne croient pas à l’existence de l’UMPS, et ne se détournent pas massivement de ces partis politiques. UMP et PS, même combat; les Français donneront la même punition!

    1. Théo31

      Un certain retour à l’ancien régime ? Les sociétés socialistes sont des sociétés d’ordres où chacun doit être bien à sa place dans des cases déterminées par le parti au pouvoir. Les membres du parti sont le clergé, les fonctionnaires socialo-communistes forment la noblesse et le peuple esclave trime pour entretenir tous ces parasites sociaux institutionnels.

  6. Le Gnôme

    C’est une ville musée dont la vie se retire peu à peu. Les artisans sont partis, les plus grosses entreprises rejoignent la banlieue, les magasins ont un mal de chien à se faire livrer, sauf à des heures indues , ce qui rallonge leur journée de travail.

    De toutes façons, à ville bobo, il faut des candidats bobos. Le Parisien est servi, la différence est cosmétique.

    1. Riguite

      J’y suis allée la semaine dernière après 2 ans d’absence… J’y ai vu des mendiants tous les 50 m qui vous abordent limite agressifs en demandant, des cigarettes, à manger, des couches pour bébés (les roms avec enfants sous le bras)… des sdf avec leur barda (chiens, bouteilles, sac de couchage, matelas…) allongés sur les marches de l’Opéra de Paris ou sur le Bd Haussman face aux emblématiques Galeries Lafayette, les transports en commun crados, des travaux en panne… La visite de la basilique St Denis fut surréaliste… Dans mon quartier plutôt populaire et classe moyenne, il y a de plus en plus d’agressions reconnues mais ignorées de la mairie de l’arrondissement, de population immigrée et de boucheries halal, de magasins qui ferment pour ouvrir des bazars sans vitrine… Jolie capitale, ville musée vous dites ?

  7. max

    Bah… C’est un moyen d’encourager la décentralisation, la baisse des loyers parisiens, en provoquant un vaste mouvement d’émigration parisienne.

    1. Caton

      C’est surtout un bon moyen de détruire le niveau de vie des banlieusards. Les loyers en proche banlieue augmentent du fait de l’arrivée d’une population plus riche, et les banlieusards ont le choix entre se serrer la ceinture sur le reste pour payer des loyers démentiels, ou s’éloigner de Paris et payer le double ou le triple en transports, sans même parler du temps perdu…

  8. Peste et coryza

    Les bobos de droite sont les mêmes que les bobos de gauche :

    Des friqués déconnectés de la vraie vie, tellement embourbés dans le confort thuné et l’idéologie qu’ils sont devenus incapables de comprendre ce qu’un gus au CAP peut appréhender sans problèmes.

    Pourtant, des solutions, y en a à pas cher :
    – sécurité : pas de caméras, mais + de flics (y a assez de chômeurs pour ça), application stricte du code pénal, retour des travaux forcés, libéralisation des coups de matraque, expulsion de masses (et pas façon PAF avec thune et gentillesses, mais à la marocaine…).

    – relance. Supprimer les comités idoines et autres postes inutiles serait plus salutaire.

    – logement : expulsions de masse, suppression de la CAF. Interdiction aux bobos d’acheter plus de 1 logement urbain (les bobos genre NKM se font un malin plaisir à fusionner les chambres de bonnes pour se faire des lofts ou à racheter des anciens logements ouvriers : je propose donc de les emm*rder méchamment sur ce point). En fait NKM veut s’opposer à la gentrification de Paris et des grands villes, ce qui parait utopique vu que seuls les bobos ont la thune pour acheter aujourd’hui, et que les classes populaires sont chassées des villes…
    On peut aussi passer une loi interdisant le divorce, expulser en masse, et toiletter les lois sur le logement (l’immigration, le divorce, les lois débiles et les bobos sont les quatre facteurs responsables de la crise du logement en France).

    – Écologie urbaine ? fumisterie de bobo, là encore. Paris dépend entièrement des poids lourds pour son approvisionnement (Je propose néanmoins d’appliquer cette loi, mais empêcher les habitants de la quitter juste pour avoir le malin plaisir de les voir crever de faim et se maudire eux mêmes pour leur stupidité d’avoir élu cette gourde).
    Une solution simple serait de raser des immeubles pour y mettre des jardins ouvriers, ou de convertir des toits plats à la culture des potirons… Ah mais oui, on me chuchote que les bobos vomissent les gueux, leurs habitudes, et les produits locaux…

    Bref on voir encore là un exemple de la division pays réel/pays officiel.
    Comme la Grèce et Athènes…

    1. « sécurité : pas de caméras, mais + de flics (y a assez de chômeurs pour ça), »
      « Interdiction aux bobos d’acheter plus de 1 logement urbain »
      « une loi interdisant le divorce, expulser en masse »

      Pitié, réfléchis un peu avant d’écrire ce qui te passe par la tête.

      1. Peste et coryza

        C’est simple pourtant :

        – les caméras ne servent qu’à engraisser des coquins, et les chances sont connues pour être la plus grosse source de problèmes de criminalité visible…

        – un flic, c’est comme un militaire, c’est certes un fonctionnaire ou assimilé, mais ça coute pas cher, c’est rapide à former, ça fait de la présence, et ça peut cogner.
        Une solution moins chère serait de libéraliser le commerce des armes à feu et de laisser les gens s’organiser en milices…

        – il est prouvé que la crise des logements est due aux quatre facteurs que j’ai cité. Il suffit donc de taper dessus pour résoudre le problème.

        – Vu que les bobos sont souvent porteurs de ces projets (gentrification, immigration ponzi, libéralisme libertaire, escrologie bisounours, expulsion des gueux hors des villes), je propose donc de les emm*rder, juste eux… histoire de bien leur faire comprendre à quel point ils sont chiants et nuisibles.
        Certes, ils se servent du marché pour arriver à leurs fins (ils sont plus riches et occupent des emplois à forte qualification), mais ce n’est pas une excuse.

        – Le divorce ? les pauvres ne divorcent pas, et le fait de divorcer multiplie par deux le nombre de logements nécessaires. Raisonnement simple mais efficace : tu interdis le divorce, tu réduis forcement le nombre de logements nécessaires. Pas très libéral, mais ça marche très bien (les cocos l’ont prouvé).

        1. « ça coute pas cher, c’est rapide à former,
          il est prouvé que la crise des logements est due aux quatre facteurs … »

          Tu persistes. Et le truc sur le divorce est juste parfaitement con ; les cocos d’URSS vivaient dans des appartements insalubres, à plusieurs familles par appart. Way to go.

          1. Peste et coryza

            Comme quoi, c’est pas libéral, mais ça marche : les cocos ont bien réduit le nombre de logements nécessaires pour loger la population. L’ingénieur en urbanisme dit bravo, l’occupant des dits logements a plutôt envie de leur filer des claques…

            Je n’ai pas dit que ce serait une chose en accord avec le marché, la liberté, le confort, les droits de l’homme et la morale, mais juste que ça marche.

            Un peu comme castrer, enlever les dents, les oreilles et la queue des porcs pour qu’ils ne s’abiment pas les jambons et qu’on puisse les concentrer : c’est pas glop, mais ça marche.

            1. « les cocos ont bien réduit le nombre de logements nécessaires pour loger la population. »

              Hein ? Mais nom d’une pipe, renseigne-toi avant d’écrire des bêtises. Le problème en France n’a jamais été le nombre de logements. Le marché immo est complètement vérolé de toutes parts par les réglementations. C’est ça, le problème. Pas la gentrification ou je ne sais quoi. Tu viens ici, tu lis les choses, et j’ai l’impression que tu ne retiens qu’une part qui t’arrange dans ton analyse. Et la solution que tu préconises est parfaitement, complètement, rédhibitoirement catastrophique.

            2. Peste et coryza

              La réglementation est aussi une grosse part du problème, je ne l’oublie pas…
              Mais elle lié à l’immigration ponzi (qui en profite allégrement), et aux bobos (qui l’ont voté).

              1. Et vlan.
                La règlement n’est pas « une grosse part du problème ». C’est la mère du problème. C’est la source des maux. L’immigration ponzi est un mot creux qui ne veut rien dire.
                Il n’y a pas de problème migratoire. Il y a un problème d’état providence. Ce problème d’état providence est directement lié à la surabondance des aides, des subventions, et des règlementations incompréhensibles, bien trop complexes et qui veulent tout et son contraire. Et s’imaginer que c’est un but alors qu’il s’agit, juste, de parfaite incompétence des élites, c’est continuer à traiter le mauvais problème, en y apportant de mauvaises solutions.

            3. max

              Ce qui est assez farce, c’est que 99% des économistes sont d’accord pour dénoncer le contrôle des loyers et Duflot ne les écoute pas. A rappeler qu’elle est diplômée en économie urbaine, si, si, faut l’faire quand même…

        2. Riguite

          Interdire le divorce pour des questions de logement… Elle est inédite celle là !! Et Hollande qui vient d’autoriser le mariage gay ! Arffff !

        3. HerveLE

          il n’y a pas de problème de manque de logement en France.

          Il y a un manque de logement parce que certains bobos socialos ont déclaré avoir un « droit de pouvoir se loger à Pâââris avec un loyer décent » Ceci est totalement surréaliste! il y a un manque de logement parce que les gens rechignent aller habiter dans des coins paumés, mais ils vont devoir s’y résigner!

          Le logement et l’emploi c’est la poule et l’oeuf, yen a pas un des deux qui drive l’autre, c’est lié!

          et oui, le marché n’est pas fluide, comme le dit h16 à cause du problème N°1 de la règlementation anti-propriétaires.

          1. Riguite

            Quand on arrêtera de faire suer les propriétaires des logements vides avec des conditions débiles et spoliatrices à la location, on découvrira tout à coup que la pénurie de logement est un leurre…

        4. Théo31

          « le fait de divorcer multiplie par deux le nombre de logements nécessaires. »

          N’importe quoi. Il te vient pas à l’idée qu’on peut divorcer pour changer de conjoint ?

          « logements nécessaires »

          C’est très espace vital comme raisonnement. Tu serais pas socialiste par hasard ?

        1. Peste et coryza

          Non.
          1 : Les problèmes sont connus.
          2 : La nuisance des bobos en politique est amplement documentée (le cas Duflot a été amplement commenté sur ce blog).
          3 : par la logique du marché, toutes les villes de France pesant économiquement seront gentrifiées, par simple logique car elles concentrent 80% des cadres du pays.
          Les gueux (dont je fais partie) devront et doivent déjà se taper les periphs, embouteillages, pour aller bosser car habitant le périurbain ou le néorural, tout cela pour se faire dépouiller par l’état (essence, portiques escrolos, radars, taxe carbone, etc…) et les chances.
          (rappelons que nos chances des cités sont bien mieux loties que la plupart des français, car eux vivent dans des logement aux prix biaisés proches de lieux où se fait la richesse et les emplois)(rien à voir avec le gus de saint machin, qui attend fébrilement que l’agence interim le rappelle pour aller bosser à l’usine, souvent seul gros employeur de la ville en dehors de la mairie, qui peut être menace de fermer).

          1. « par la logique du marché, toutes les villes de France pesant économiquement seront gentrifiées »
            raaaah mais arrête un peu.

            Regarde ce qui se passe dans les pays où le marché immo est plus libre. Prend le Texas par exemple. La logique du marché amène exactement le contraire de ce que tu observes actuellement.

            1. PL

              Bonjour H16

              Votre commentaire sur le Texas est vrai et faux. L`état du Texas n’a pas de zoning plan pas contre chaque ville peut en avoir un. Pour avoir vécu in DFW pendant 12 ans, city of Dallas, Addison, Arlington and Plano, toutes ces villes ont un plan de zoning qui détermine les zones résidentielles et/ou business. La définition de ces zones est sujette à un vote des résidents de la ville (sans critère de nationalité) qui l’approuve ou pas. Par exemple a Plano, il a été demande un vote pour l`implantation d`un Wal-Mart.

              1. Oui mais ce qui est intéressant est de voir la corrélation entre les prix de l’immo et les zoning imposés. On se rend compte que plus souple est le zoning, moins de bulle immobilière il y a.

    2. LeRus

      Bonjour Peste,

      Comme pick-up lines, tu fais fort!

      Quelques remarques et questions:
      – Tu veux emm*rder les bobos, soit. A quoi les reconnait-on? A la taille du loft, la taille du compte en banque, ou bien à la tête du client?
      – Mettre les Bobos hors ville est une bonne idée. Tu devrais aller un chouïa plus loin et leur interdire certains métiers. Et puis je pense qu’ils faudrait pouvoir les reconnaître facilement dans la rue, un lettre « B » brodée sur la veste devrait suffire.
      – Où vas-tu chercher que le divorce était la cause des prix élevés à Paris?
      – Tu dis bravo à l’urbanisme soviétique. Tu sais à quoi ça ressemble? Si non, imagine un pays entier couvert de HLM déglingués, c’est très sympathique, d’ailleurs le monde entier vient s’y installer pendant que les russes n’émigrent pas en masse depuis bientôt un siècle. Je ne commente même pas les komunalkas.
      – Enfin, raser les immeubles pour y mettre des jardins ouvriers, ça c’est très attirant. Sauf que des ouvriers à Paris il n’y en a pas des masses. Et puis, on loge où les gens (qui ne sont pas tous des Bobos) des immeubles rasés. Ah oui, ils ont été expulsés puisque presque tous bobos ou immigrés clandestins!

      En fait, pourquoi ne pas avoir une bonne guerre? Léningrad en 1942-43 n’avait pas de problème de logement après tout. Enfin, pas les mêmes.

      Merci de m’avoir fait bien rire!

      1. Peste et coryza

        @le rus

        1 : un bobo, c’est simple à reconnaitre : urbain, gros compte en banque, adepte du double discours, bon salaire, vote UMP, FDG, PS ou Verts. Discours avec plein de gnangnans et d’escrologie. Par exemple, BHL, NKM et Duflot sont des bobos particulièrement nuisibles.
        Ce qui est également insupportable avec les bobos, c’est leur double éthique : genre, « vive l’immigration, mais on fait bien attention que nos enfants ne les côtoient pas ».
        http://www.youtube.com/watch?v=dnIzfUyeSOQ

        J’aime bien aussi cet extrait
        http://www.youtube.com/watch?v=prIZVZ3rl5g

        Alors que le reste du peuple de France et ses enfants doit payer pour leurs lubies (et parfois de son sang) et n’a pas les moyens d’y échapper ou de placer les mômes dans le privé.
        Résultats : rackets, brimades, niveau de m*rde (oui, c’est du vécu).

        – bravo, tu viens de gagner un point godwin ! Perso, je pense plutôt faire cela avec les roms, mais y en a pas besoin tellement ils ont reconnaissables. Et là, je viens de gagner mon point godwin !

        – Le divorce n’est pas responsable de la hausse des prix, mais de la nécessité d’avoir plus de logements.
        Je rappelle un fait indiscutable, vérifié dans mon entourage familial et amical : les pauvres ne divorcent pas.

        – mon bravo à l’urbanisme soviétique était ironique (rappel, l’ingénieur applaudit mais n’y habite pas, le locataire du dit immeuble lui file des baffes).
        Et pour être allé dans l’est (hongrie, croatie, slovaquie), oui j’en ai vu de bons échantillons. J’ai aussi connu les hôtels pourraves à 1 euro la nuit avec puces et rats en option…

        – Les bobos aiment bien les jardins, le bio, les bisous, etc…, et puisque que NKM veut asphyxier Rungis en interdisant aux poids lourds l’entrée en ville, autant qu’ils mettent leur idées escrologistes en pratique avec tout ce que cela implique et se nourrissent par eux même, non ?
        Et pour avoir pratiqué, je vous confirme que les toits plats se prêtent merveilleusement à la culture de potirons.

        – je suis très touché par vos remerciements.

        1. hipparchia

          Ahahah. Si c’est vérifié par votre entourage, ça ne peut être que vrai.

          Sinon, vous comptez imposer le mariage ? Favoriser la polygamie ?

          1. hussardbleu

            la communauté des femmes !!!!

            Remarquez, c’est une idée de gauche déjà ancienne : Fourier, par exemple, voire le Blum de la Revue Blanche….

          2. vengeusemasquée

            @P&C : j’ai du mal à cerner dans ton propos ce qui est de l’ordre de l’ironie et de ce qui est vraiment du premier degré.

            1. Plus il y a de contrôle et moins il y a de respect. C’est une loi universelle et vérifiable dans 100% des cas, qu’il s’agisse du contrôle d’une caméra ou de celui d’un être humain. Tu peux tout de suite oublier ton idée, à moins que tu n’envisages une surveillance bénévole et opérée par des citoyens concernés.

            2. Ta description du bobo est mignonne mais s’applique à tellement de monde qu’il faudrait juste dégager tous les gens qui ne pensent pas comme toi. C’est difficile de se dire libéral et de chercher à foutre dehors des gens sous prétexte qu’ils sont bobos. Libre à eux d’avoir une idéologie de merde mais c’est à nous de faire en sorte de prouver que leur environnement mais aussi et plus simplement que l’être humain n’est pas comme ils le voient. De cette manière, bobo ou pas, ils ne peuvent plus rien faire. Toutes les idéologies débiles finissent par disparaître. C’est triste parce que cela fait des dégâts mais tu n’y peux rien, si ce n’est prêcher la bonne parole avec conscience.

            2. Je connais plein de pauvres qui divorcent. La question n’est pas là. C’est un bon raisonnement socialiste ça. Pourquoi les gens divorcent-ils ? C’est ça la question à poser. Je ne prétends pas avoir la réponse à cette question mais je pense, malgré tout, que plus les gens sont contraints et plus ils sont égoïstes donc plus les relations sociales sont difficiles. C’est humain là encore.

            3. Je ne vois pas en quoi l’écologie urbaine est de la merde. Chacun a le droit de faire ce qu’il veut. Si on a un toit plat dans Paris et qu’on peut y faire pousser du potiron ou qu’on fait pousser des tomates sur son balcon parisien, n’est-ce pas de l’écologie urbaine ? Cela ne regarde que la personne qui s’y livre, non ? Ai-je raté un épisode ?

            4. Avec une densité de population de plus de 20 000 habitants au kilomètre carré, la question n’est plus de construire à Paris et d’augmenter le nombre de logements, surtout quand on sait combien il y a de logements vacants. Il n’y a effectivement plus de place pour ajouter des immeubles. Non, la question c’est de savoir pourquoi on garde le visage que Paris avait il y a 40 ans.
            En effet, quand on dit ville-musée, on entend bien plus la sclérose de cette ville que son aspect esthétique. Il est devenu impossible de casser quoique ce soit pour reconstruire des infrastructures, publiques ou privées d’ailleurs, en phase avec l’époque dans laquelle nous vivons. Les seules modifications qu’on peut voir dans Paris, ce sont les restrictions à la circulation et au stationnement avec des voies de bus à n’en plus finir, un tram aussi exorbitant qu’inutile et des trottoirs d’une largeur démesurée.
            Paris est une ville morte ou en voie de mortification. Le seul moyen de la faire revivre serait d’autoriser des promoteurs privés et non acoquinés avec les politiciens à tout péter et tout recommencer, en ne conservant que les joyaux historiques. Quel est l’intérêt de conserver l’architecture des années 70 ? Pourquoi ne pas tout casser comme cela aurait été fait depuis longtemps dans n’importe quelle métropole US ? Tout Paris n’est pas à conserver au même titre que l’Ile-de-la-Cité ! Et puis on s’en fout ! Une ville, c’est un outil, rien de plus.

            Par ailleurs, il est vrai qu’une bonne partie des métropoles américaines fonctionne sur un mode complètement opposé avec un centre-ville dans lequel il y a des entreprises mais peu d’habitations parce que ça n’intéresse personne d’habiter au milieu des buildings. Il y a finalement peu de villes dans le monde où l’habitation est fondamentalement verticale. Il y a de la place partout pour faire de l’habitat horizontal.
            Le problème, c’est qu’il est impossible :
            a/ de construire où on veut vivre,
            b/ de se déplacer en région parisienne sur des distances qu’on juge raisonnables.

            Désolée pour le message trop long.

        2. Marc Aurèle

          @Peste et Corryza
          A bas les bobos? C’est une histoire connue qui s’est déjà produite, à l’époque ce n’étaient pas les bobos c’étaient les Protestants:
          « Massacrez les tous, Dieu reconnaitra les siens »,

          Quant à leur double éthique, elle n’est pas le fait des bobos, je crois que ses racines sont beaucoup plus profondes, il faut probablement les chercher dans le mode du choix de nos gouvernants: nos systèmes étant basé sur le « règne de la quantité » (celui qui a le plus de votes gagne), ce n’est pas nécessairement l’Homme d’Etat (dont on peut imaginer qu’il est honnête et qui donc peut avoir à dire la vérité – pas toujours bonne) qui remportera sûrement les élections. Le genre « bateleur » (qui s’embarrassera moins de la vérité) aura probablement plus de chance s’il arrive à s’attirer les voix de la masse des cortex gélatineux qui votent aussi. Il n’y a qu’à voir l’incroyable collection de charlatans mise au pouvoir aujourd’hui.

        3. trottinette

          Ah oui, tu oubliais, les loups et les ours, c’est du même tonneau. Les bobos n’en veulent pas au bois de vincennes ou au bois de Boulogne. MAis à la campagne, ça fait chic et écolo. en plus, ils mangent du mouton. La chaine alimentaire est sauve.

          1. hussardbleu

            après la Peste, le Choléra ?

            CHOLÉRIQUE, adj.

            A. PATHOLOGIE
            1. Relatif au choléra; de choléra. Accès, état cholérique; vibrion cholérique :

            1. Comme toujours, le hasard avait eu sa part, en lui [le docteur Pascal] fournissant toute une série de cadavres de femmes enceintes, mortes pendant une épidémie cholérique.
            ZOLA, Le Docteur Pascal, 1893, p. 37.
            2. Qui est atteint de choléra :

            2. Deux ivrognes sont morts cholériques à Florence, autant à Bologne. Les agents nés Français, pour n’être pas soupçonnés de peur, nient le choléra, quoiqu’il existe dans leur résidence…
            STENDHAL, Correspondance, t. 3, 1800-42, p. 80.

            mais je suis de mauvaise foi, as usual; et puis… j’aime bien PC….

        4. LeRus

          Bonsoir Peste,

          Dommage qu’on ne soient pas autour d’une table (et boire un verre) pour discuter, ça commence à être chouette.
          – En gros, les Bobos sont riches, ils votent (pour n’importe qui sauf le FN), et ils aiment l’écologie. J’ai bon? Ca risque de faire un paquet de monde. Ah oui, ce sont des hypocrites: on élargit donc encore plus! 🙂
          – Évidemment que je gagne mon point Godwin, mais c’est TA perche! Tu les stigmatises tellement ces pauvres choux! Relis ton texte en remplacant Bobos par Juif, rouquins ou gauchers et tu verras ton point Godwin clignoté tout seul.
          – Pour le divorce, on pourrait dire exactement l’inverse: Dans les vraies familles riches, on ne divorce pas. On prend un amant/un maîtresse, mais pas de ça chez nous. Non, là franchement, ça colle pas. On pourrait aussi dire que faire beaucoup d’enfants est responsable de la crise du logement: Et bien oui, tous ces marmots, quand ils seront grands, ils faudra bien les loger! Donc, on interdit les divorces, et on instaure l’enfant unique?
          – La Croatie, Slovaquie et la Hongrie sont des très jolis pays. Les maisons sont plutôt sympas. L’architecture soviétique s’y résume surtout aux citées dortoirs, un peu comme en France. Je parlais de l’Est à l’Est de ces pays là. Quoiqu’il en soit, tu seras peut être étonné, mais en URSS (Russie aujourd’hui), la crise du logement n’a JAMAIS été résolue, surtout pas avec les logements (préfabriqués) dont tu parles. Construire, encore et toujours des tours (15 étage min) pour loger la population est encore un discours et une réalité de la politique russe. Donc, non, ça n’a pas très bien marché. Envoyer un homme l’espace ça oui, loger et nourir tout le monde pas vraiment (tickets de rationnement dans les années 80).
          – Asphyxier Rungis en empêchant les poids lourds de rentrer dans Paris? Tu sais où est Rungis? T’y a déjà mis les pieds? D’une part il n’y a pas besoin de passer par Paris pour y aller, d’autre part je ne crois pas que MIN soit asphyxiable!

          Une question: Les pauvres pas écolos qui ne votent pas ont-ils le droit d’habiter un loft à Paris et d’y faire pousser des salades sur leur balcon? 😉

      1. Zirgouflex

        +1

        Le problème n’est pas dans le nombre de policiers/gendarmes mais dans:
        – Ce qu’ils peuvent faire légalement
        – Ce que la justice fait des délinquants/criminels qu’ils arrêtent.

        1. gem

          +1
          Les flics savent parfaitement qui sont les fauteurs de troubles et ce qu’ils font. Ils ont plus de mal à le prouver, et le système est exigeant avec eux sur ce point (et c’est temps mieux !). La où ça déconne c’est quand il faut 8 ans de procédure pour l’expulsion d’un HLM d’une famille de truands fauteurs de troubles (sans parler du « droit au logement », parce que bien sûr une fois expulsés ces gens deviennent automatiquement prioritaires pour une nouvelle attribution en HLM %*[ ) : si la condamnation était effective 2 mois après l’arrestation (avec les preuves idoines), et l’expulsion dans la foulée, le mal s’enkysterait nettement moins, les truands seraient des modèles moins envieux des jeunes désœuvrées, etc.

    3. Yrreiht

      Je suis avec toi, moi.
      Ce qu’il faudrait bien comprendre c’est que temps n’est pas aux demi-mesures, pour nous sauver (C.P.E.F. n’oubliez pas) il faudrait les actes les plus énergiques, fussent-ils injustes, et pas toujours les plus libéraux.

  9. douar

    En attendant, j’avoue que la voir se faire attaquée sur l’écotaxe et son machin ecomouv’ me réjouis un peu, bien que les députés, à l’époque avaient voté à l’unanimité le projet.

  10. Sabrauclair

    M’en fous je ne vote pas à Paris. 😉

    N’oubliez pas le sympathique bulletin d’H16: « bande d’en..lés! »
    (Au moins, ça fera plaisir à Delanoë. Mais je m’égare 🙂 )

    1. Black Mamba

      Moi, aussi , loin de Paris!
      Et quand on lit les programmes, on est vachement content d’être à la campagne, petit village perdu. ..
      Mais Mme le Maire a des idées et des envies de grandeur 😉 même en province

    2. zecrocwhite

      Moi non plus, je n’y habite pas. Mais étant en banlieue, je subit tout de même les lubies Delanoennes, et bientôt celles du vainqueur de la timbale de mai 2014…

      Sinon, quelqu’un a vu BA ?

  11. simine

    C’est N.N. Taleb qui écrivait (« Le Cygne Noir ») que croire nous était sans doute plus naturel que d’etre sceptique. (Vu le taux de participants aux différents scrutins électoraux).

  12. Golvrak

    Il n’est pas mentionné que de plus en plus d’appartements parisiens sont achetés par des étrangers, qui, eux, ne votent pas. Il va finir par ne plus y avoir dans Paris que des fonctionnaires logés gratuitement (ou presque) et les africains plus ou moins clandestins qui, eux, doivent être logés dans Paris intramuros, même si ce sont dans des hotels minable aux frais du contribuable ou des HLM construits pour eux et eux seuls (quartier de la Grande Bibliothèque par exemple). Pas étonnant que la gauche passe. Il y a cinquante ans, Paris était conservateur à 60%.

  13. hussardbleu

    HS… mais bon… pas su retrouver l’idoine Topic …
    Courrier envoyé à un parlementaire :

    « Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur le projet d’étatisation des Caisses de Retraite des Professions Libérales que prépare l’actuel Gouvernement.

    « Il est bon de rappeler qu’à la différence de la plupart des métiers, les Libéraux ne peuvent jouir de la plénitude de leurs pensions qu’à partir de 65 ans, et davantage même au demeurant, compte tenu de l’obligation de durée légale de cotisation, pour des professions où la longueur des études retarde d’autant l’entrée dans la « vie active ».

    « Il n’est pas non plus inutile de mentionner, rappel historique, qu’en ce qui concerne l’assurance maladie, les caisses des mêmes Libéraux ont fait l’objet, il y a une vingtaine d’années, d’un véritable détournement au profit du Régime Général, dès lors que la majeure partie des cotisations y a été « shuntée » sous les captieuses espèces de la CSG (et du CRDS).

    « Certaines grandes têtes molles s’étaient rendu compte que – sans doute par un hasard véritablement providentiel – les professions libérales étaient de santé infiniment meilleure que le commun des assurés sociaux. Dès lors, leurs caisses étant tout aussi infiniment excédentaires, leurs surplus abonderaient fort convenablement l’abîme habituel des caisses du régime général…. ce qui se fait actuellement au rythme de 700 millions d’euros par année…

    « Rappelons aussi, dans ce même ordre, que la CSG fixée par M. Rocard à 1,1% à ses origines en 1990, dépasse hardiment actuellement les 10%…

    « Pour en revenir à nos Caisses de Retraite, et au projet spoliateur dénoncé (article 32 du Projet de Loi « Retraite ») il est un fait patent : nos 16 milliards de provisions pour nos retraites ont été constitués par nos cotisations, et par personne d‘autre.

    « Vouloir nommer leur Directeur par l’Etat, c’est s’apprêter à renouveler l’échec de la « réorganisation » du RSI, qui a été qualifié par la Cour des Comptes de « catastrophe industrielle », ce qui donne la mesure – au regard du langage habituellement modéré de cette Institution – de la magnitude du désastre…

    « En espérant qu’une intervention de votre part ne restera pas sans effet, ne serait-ce que pour prendre date avant un changement de majorité, nous vous prions d’agréer nos respectueuses salutations. »

    1. JG2433

      Merci pour ce rappel – quand bien même il serait HS…

      Vous écrivez :
      « les professions libérales étaient de santé infiniment meilleure que le commun des assurés sociaux. Dès lors, leurs caisses étant tout aussi infiniment excédentaires, leurs surplus abonderaient fort convenablement l’abîme habituel des caisses du régime général… »

      Je permets d’ajouter ceci – avec mes excuses à h16 pour en remettre une couche au HS…
      Il y aune vingtaine d’années (sous le gouvernement Balladur), lors de la mise à égalité de la durée de leur congé de maternité, les femmes d’exercice professionnel libéral avec les femmes salariées, une augmentation de 10% de la cotisation de l’AMO (Assurance-Maladie Obligatoire à laquelle j’étais affilié) avait été appelée… malgré les excédents du régime !

  14. Golum

    Il y a un décalage entre ce que le peuple doit subir: lois et taxes, et la totale déconnexion de nos élus, ministres et autres parasites.
    Ils peuvent rendre des budget négatifs, faire chier les gens, ne paient pas d’impots, vivent gratuitement. Se déplacent gratuitement, mangent gratuitement. Auront une retraite grasse et à vie, même si ils arrêtent de travailler ou sont placés dans un placard. Impunité, défiance, non reconnaissance…incompétences. Détournement ou blanchiment d’argent, trafic de drogue ou de sang contaminé. Valise d’argent sale venant d’Afrique pour payer les élections en échange d’un effacement de dette d’etat.
    Je suis vraiment pour une nouvelle invention: l’aspi-politique. Un aspirateur qui avale les politicards corrompus et les fait disparaître dans un trou noir. Simple, rapide et efficace.

      1. Golum

        C’est un peu le but de mon invention. Géniale, non ?
        Il y a des pays où être politicien est un travail, pas une arnaque organisée. Ces gens sont des bouffons et ils nous prennent pour des cons (ce qui n’est peut être pas complètement faux).

  15. Riguite

    J’espère que NKM va se faire rattraper par sa gestion calamiteuse de l’attribution de l’écotaxe, bien que la presse et les radio soient étrangement silencieuses à ce sujet … On pourrait donc croire que cette méga boulette lui serait fatale pour sa candidature. Mais nous sommes en France… j’oubliais.

    1. Deres

      C’est donc pour cela le battage médiatique des politiques pour remettre en question cette éco-taxe ! Je me disais aussi que cette volonté brutale de mieux gérer le pays était inhabituelle … et louche.

      Donc, le but ultime, une fois que tous le monde sera monté sur ses grands chevaux sera d’en attribuer l’erreur à NKM juste avant les élections municipales afin de s’assurer que Hidalgo l’emporte. Je note au passage que l’UMP est donc tombé directement dans le panneau à moins que par pur rivalités internes, ils n’hésitent pas à se tirer dessus entre eux à dessein …

  16. Stéphane Montabert

    Après l’application de ce programme toute la ville de Paris va ressembler à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle: Désorganisé, sale, laid, en panne et qui sent l’urine dans tous les coins.

    Et cher, évidemment.

    1. LeRus

      Ce que vous décrivez est DÉJÀ la réalité!

      « Désorganisé, sale, laid, en panne et qui sent l’urine dans tous les coins », c’est bien ce que j’ai vu lors de mon dernier passage.

        1. Peste et coryza

          Allez dans les quartiers nord, vous y verrez la toilette volante mise en pratique.
          Une merveilleuse habitude que l’on croyait disparue depuis la dernière épidémie de peste et le développement du tout à l’égout…

      1. douar

        Ayant mis les pieds fortuitement dans la capitale, lundi dernier, à l’heure de la sortie de nos chères têtes blondes (c’est une expression), j’ai croisé dans la rue, deux gamins de 8-10 ans portant une petite pancarte indiquant quelque chose comme atelier pédagogique sur…, j’étais tellement ahuri de voir ça que je n’ai pas eu le temps d’immortaliser ce moment sur mon téléphone. C’était manifestement une sortie d’atelier festif d’apprentissage à la citoyenneté dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. Quelqu’un aurait il vu la même chose, c’est grandiose.

  17. Karamba!

    Compétition de bobos, on est bien d’accord. A la différence près qu’une trimbale en plus une nuée de cocos et d’écolos complètement azimutés dans ses listes. C’est à ce niveau là que se fera mon choix. L’espoir aussi que la prise de fonction de NKM nous évitera des ignominies du genre salles de shoot ou salles de crack. En gros c’est vraiment pour éviter le pire…

  18. Laurent

    Aaah NKM. Reçu son tract de campagne hier. C’est assez bien fait, ça peut convaincre, avec un beau M en forme de cœur. Si si. J’ai cherché le logo UMP, en vain. Elle joue clairement sa carte perso, avec un programme… de gauche. Étonnant, mais ça peut faire son petit effet sur l’est parisien qui vote traditionnellement à gauche. L’ouest lui étant déjà acquis.
    Une recette simple, mais qui va sans doute marché. C’est si simple la politique…

    Et maintenant une petite histoire 🙂 Elle est simple et permet de comprendre de façon limpide l’erreur « fondatrice » du socialisme. A diffuser auprès de ceux qui ne jurent encore que par le partage des richesses.
    ***
    Un professeur d’économie dans un collège, a annoncé qu’il n’avait jamais eu un étudiant qui avait failli son cours mais il s’est retrouvé à faillir une classe entière récemment. La classe entière avait insisté pour dire que le socialisme fonctionne et que, par conséquent, personne ne serait ni pauvre ni riche. Un égaliseur extraordinaire.

    Alors, le professeur annonça : « D’ACCORD ! nous allons tenter une petite expérience en classe ».. Je prendrai la moyenne de toutes vos notes. Vous aurez alors tous la même note, personne ne faillira ni n’aura un A…. ( En remplaçant les dollars par des notes, on aura un résultat plus concret et mieux compris par tous).

    Après le premier examen, les notes furent moyennées et tout le monde obtint un B. Ceux qui avaient étudié fort étaient déçus et ceux qui avaient étudié peu étaient ravis. Lors du deuxième examen, ceux qui avaient étudié peu, étudièrent moins et ceux qui avaient étudié fort décidèrent de prendre la route du peuple libre et étudièrent peu.

    La moyenne du deuxième examen fut un D! Personne n’était content.
    Lors du troisième examen, la moyenne fut un F.

    Pendant les examens ultérieurs, les notes ne montèrent jamais, les pointages de doigts commencèrent, les jugements dominaient les conversations et tout le monde se sentait mal. Personne ne voulut étudier pour le bénéfice de l’autre.
    À la grande surprise de tout le monde, ils faillirent tous. C’est alors que le professeur déclara que le socialisme était pour faillir ultimement car lorsque la récompense est grande, l’effort pour réussir est grand aussi. Mais lorsque le gouvernement enlève toutes les récompenses, personne ne fournira l’effort ni voudra réussir. Cela ne pourrait être plus simple.

    Les 5 phrases qui suivent sont possiblement les meilleures conclusions sortant de cette expérience:

    1. Vous ne pouvez pas ordonner aux pauvres d’obtenir le succès en ordonnant aux riches de ne plus en avoir.

    2. Ce qu’une personne reçoit sans avoir à travailler, une autre personne doit travailler sans en recevoir la récompense.

    3. Le gouvernement ne peut donner quelque chose à quelqu’un sans l’avoir enlevé à quelqu’un d’autre auparavant.

    4. Vous ne pouvez pas multiplier la richesse en la divisant!

    5. Lorsque la moitié du peuple perçoit l’idée qu’ils n’ont pas besoin de travailler car l’autre partie va s’occuper d’eux et lorsque l’autre moitié comprend que ça ne vaut pas la peine de travailler car quelqu’un d’autre récoltera ce qu’ils méritent par leur efforts, cela est le début de la fin de toute une nation.

    1. Cyrielle

      J’aime bien votre histoire dans la ligne des fables de La Fontaine ; Simple, limpide et tellement vraie. Il est certain qu’il ne peut y avoir d’émulation dans une société de tous pareils. Si les individus ne sont pas encouragés à se surpasser pour faire un peu mieux que l’autre, il n’y a plus de progrès possible et c’est la débandade. Il se trouve pourtant que c’est l’avenir qui nous est promis.

      1. Laurent

        Oui hélas.
        Un peu mieux que l’autre bien sûr. Même un peu mieux que soi-même, ce serait déjà pas mal. Je travaille à mon compte, et franchement c’est dur de trouver encore et encore la motivation… tant l’impression de bosser pour les autres, ceux qui attendent, devient intense et assommante. Et quand l’administration devient un obstacle, au lieu d’un service public, l’envie de tout envoyer ch*er est très très forte.
        Reste la passion de ce qu’on fait. Ça peut suffire pendant un petit moment…

      2. Duff

        La France est proche du F…

        Point 2 : Vous stigmatisez les chômeurs que vous voyez comme des profiteurs d’aides!

        Voyez comment on fait dans un système socialiste : En toute décontraction on justifie un vol par un jugement moral.

  19. Dahu

    Je suis déçu, vous ne parlez pas de la meilleur idée de NKM? Faire des boites de nuit dans les anciennes stations de metro, c’est quand même une idée révolutionnaire, l’avenir de l’Homme, non? Nous qui avions quitté Paris car trop chère, puis carrément la région parisienne car invivable, nous voila rassuré, on va revenir s’installer dans ce beau carré de vivre-ensemble et de sympathie festive!

    1. vengeusemasquée

      Et j’espère qu’elles seront publiques les boîtes hein ! Parce que je trouve qu’elles sont discriminantes les boîtes de nuit parisiennes. Il n’y a pas de clodos dedans, normalement. Il faut absolument y remédier en créant un service public de la boîte de nuit pour tous. 😆

  20. mps

    Si j’ai fait un spasme en découvrant les vues sur le logement, ( copié collé du soviet suprême !), elle a par contre bien vu l’interdiction des camions dans Paris !

    A l’instar de la plupart des grandes villes, NY par exemple n’accepte aucun camion (sauf les pompiers). Ils trouvent leur terminus à l’entrée des villes, dans de grands centres logistiques, et leur contenu est redistribué dans des camionnettes. Ces camionnettes ont d’ailleurs des plaques distinctes (commercial), et des stationnements réservés un peu partout. De même, aux approches de la ville (au moins 30 ou 40 kms) les meilleurs itinéraires sont réservés aux voitures privées, et les « commercial » ont d’autres voies.

    Résultat : ni camion, ni jamais une voiture arrêtée en seconde file …

    1. gem

      Et NY devient une grosse favella, peuplée de noirs déclassés qui votent pour un mafieux rouge, que les gens fuient pour des comtés plus sympathiques dès qu’ils ont assez de thunes. Génial. Magnifique exemple à suivre, tiens.

      1. Accessoirement, on peut aussi parler de la gentrification de NY (Harlem par exemple), que le contrôle des loyers aura amené.

        Socialism in a nutshell.

    2. Oui mais voilà : les rues de NY n’ont pas grand chose à voir avec celles de Paris. Et l’organisation des uns n’est pas celle des autres. Actuellement, Paris est déjà très embouteillé, et pas par des camions mais par des bus et des voitures particulières. Le fait d’interdire des camions (pour pollution, hein, même pas pour des raisons de place) ne résoudra en rien ce problème, bien plus grave que la pollution (qui lui est conséquentielle du reste).

      1. Deres

        Oui, les politiques créé eux même les problèmes qu’ils s’acharnent à résoudre à nos frais … La voiture à Paris est un excellent exemple.

        Il y a 20 ans, on pouvait venir le soir ou le weekend de banlieue à Paris en un temps raisonnable et se garer dans la rue sans difficultés majeures en connaissant un peu les bons coins. Depuis, tous les axes majeurs sont passés de 2 voies en ligne droite à une voie plus une voie de bus avec chicanes, tourne à gauche et feux tous les 50 m. Au moins un tiers des stationnement en surface on disparu alors que le prix des stationnement souterrains n’a as diminué d’un iota (jackpot !). Dans le quartier latin, il arrive même que tous les parkings souterrains soient saturés aux heures d’affluence …

        Bien entendu, l’augmentation des bouchons ne diminue en rien la pollution qu’elle soit sonore ou atmosphérique. Elle ne satisfait que les bobos écologistes capable de se payer des appartements minuscules hors de prix à Paris et de vivre sans voiture car travaillant sur place ou en proche banlieue.

      2. vengeusemasquée

        En effet. S’il y avait moins de bouchons, il y aurait moins de pollution. C’est quand même simple à comprendre, bordel de merde !
        J’ai encore mis près de 2h ce matin pour parcourir les 35 bornes qui séparent mon domicile de mon lieu de travail. Bon, faut voir tout ce qu’on a tous rejeté dans l’atmosphère hein… Mais évidemment, il ne faudrait surtout pas rajouter quelques voies à l’A86 ou créer de nouvelles voies rapides pour la délester. Non non non, c’est beaucoup mieux d’en supprimer encore, comme c’est en cours vers Châtenay-Malabry, créant de fait un énorme bouchon depuis des mois.

        Quand je repense aux autoroutes de Toronto (2x 7 voies et ça traverse toute la ville !), ça me fait un peu mal de prendre l’A86 et le périph alakon. :-s

        1. Duff

          Hier matin nkm disait qu’elle allait résoudre le problème par une optimisation de la séquence des feux rouges. Elle a cité un nom savant anglais pour faire pro.

          J’ai éclaté de rire.

          1. vengeusemasquée

            J’ai repensé à cette remarque, ce matin, dans mes bouchons quotidiens, sur l’A86 ultra saturée déjà à 7h. Quand j’ai vu l’accident avec 2 bagnoles et 2 motos et que j’ai constaté que même l’accident dépassé, ça n’était pas fluide, je n’ai vraiment pas éclaté de rire, j’ai plutôt eu des envies de meurtre. 👿

  21. Before

    On échange Gaudin-Menucci avec NKM-Hidalgo ?
    Chiche ?

    Vous avez vu « Capital » Dimanche dernier, sur Marseille ? Ici, on est quand même bien plus en avance dans le foutoir municipal absolu que Paris !
    C’est FO qui gère la ville, c’est plus simple comme ça.

    1. Laurent

      Oui j’ai vu. Un portrait assassin de la ville. Le plus difficile à supporter a été cette supérette installée dans un quartier difficile, qui ne fait aucun bénéfice après 4 mois d’exercices, pendant qu’un vendeur de légumes de charité (donnés par les supermarchés) fait 1500/mois, non déclaré. Sans compter son alloc handicap.
      D’un point de vue darwinien : quel genre individus produit un environnement favorable à l’assistanat ? Au départ, on aide des individus en difficulté. En quelques années, on en attire de nouveaux et en produit. Un peu plus tard on élimine les plus courageux. Il reste quoi à la fin ? Terrible machine à perdre.

      1. Before

        Bah, je m’attendais à pire au point de vue « clichés ». Finalement, c’était assez bien vu, ce portrait. Tout n’est pas complètement noir, mais il y a énormément de chemin à parcourir pour arriver à une situation normale dans cette ville.
        Marseille me donne l’impression d’être la quintessence ou la caricature des dysfonctionnement de la France, et ce n’est pas avec le vieux mou ou le jeune gros qu’on va s’en sortir !

        Pour en revenir au reportage, c’est surtout la mafia FO qui m’a fait bondir, et les loyers des taudis payé à 80% par la CAF !
        Alors que les travailleurs au noir des quartiers nord, et bien au moins ils travaillent ! Ils fraudent, c’est sûr, mais ils ne restent pas à attendre les bras croisés que ça tombe du ciel.

        1. Laurent

          On est d’accord, au moins ils bossent, même si pour le coup, on peut appeler ça de la concurence déloyale.
          Oui la mafia FO est assez hallucinante. Je croyais pas ça possible, ni même légal. Et l’embauche, dans une ville voisine, de jeunes « finisseurs de poubelles » en scooter est très forte aussi.
          Les 80% de la CAF, pour un loyer super élevé quand même, vu le niveau de la « prestation ». Incroyable !
          Pourtant, tout ça existe bel et bien, et il n’y a personne pour dire « stop, on arrête tout, on repart à zéro ».

      2. Marc Aurèle

        @Laurent
         » Il reste quoi à la fin ? Terrible machine à perdre. »

        J’ai vu les effets du RMI sur les peuples indigènes en Guyane. C’est une des plus grandes hontes de notre république: auparavant les Indiens de type Caraïbes vivaient de la pêche et de leur cultures vivrières. Pas de quoi monter un empire en quelques génération, ni étendre leur longévité jusqu’à 80 ans (quoique) mais bon, cela faisait des milliers d’années qu’ils vivaient ainsi.

        Et puis est arrivé le RMI et les autres « poisons » sociaux ne nous en cachons pas sensés « aider » (on ne sait pas trop quoi) mais – in fine – plutôt garantir le vote des plus « démunis »: en quelques mois sont apparus de front, la drogue, l’alcoolisme, la violence, la prostitution, le sida et en fin de compte la misère. Bel exemple de là où la pseudo-compassion peut mener. Je passerai sous silence le nombre d’individus à l’extérieur de la Guyane que ce système d’argent gratuit attire. Passons. Mais je pense qu’il y a dans ces colonnes des participants au blog qui connaissent la Guyane bien mieux que moi…

        1. Laurent

          Exemple édifiant.
          Comme vous dites, on peut voir toutes ces aides comme une forme d’achat de votes. Donc plus il y aura de pauvres, plus il y aura de votants. P-e que tout le succès du socialisme (y compris FN) est là : le maintient d’une proportion importante de pauvres et/ou de dépendants des aides.

          A ce sujet, les patrons deviennent eux aussi de plus en plus assistés. Il n’est pas rare de trouver des chefs d’entreprises attendre telle bourse ou telle subvention pour débloquer le financement d’un projet. Cet état d’esprit s’étend donc bien au delà du cliché habituel (chômeur / glandeur). On achète AUSSI des voix au patronat.

          L’accès au libéralisme est donc plus que compliqué. Il bouscule les habitudes de toute la société, ou presque. Comme les guyanais, nous prenons l’habitude de vivre sous tutelle, et nous ne saurons bientôt plus gérer nos propres affaire nous-même. Comme le pécheur devenu RMiste, nous perdons globalement en compétence, et notre capacité à juger et à entreprendre. Le futur patron étudie d’abord les opportunités d’aides et de subventions (à tous les niveaux CE, nation, région, département, commune, etc.) avant de comprendre son marché.

          1. Marc Aurèle

            Absolument, cette mise en tutelle destructrice des individus est en général caractéristique aussi des régimes socio-communistes (mais pas seulement, certaines dictatures aussi) qui s’effondrent en général d’eux mêmes (je connais un Russe qui dit toujours: « ils faisaient semblant de nous payer, nous on faisait semblant de travailler ») lorsque la misère et l’apathie sont généralisées. Mais cela peut prendre des décennies. Les exemples abondent.

            Mais ce qui me semble le plus dur, c’est d’en finir avec l’addiction à l’argent gratuit. Des générations entières ont dans ces pays socialoïdes perdu le gout de travailler jusqu’à un point de non retour. J’éviterai cette fois-ci de froisser les nationaux de certains pays d’Europe de l’Est en les nommant, mais je pense que dans certains de ces pays, la génération qui avait 25 ans et plus dans années fin 80 a vraiment eu beaucoup de difficultés pour se remettre au travail (et ne s’y est souvent jamais remise car les aides de tout genre les en ont dissuadés). J’en suis un témoin.

            Et pendant ce temps là, pour reprendre la thèse d’Ayn Rand, les hommes et les femmes de bonne volonté et de valeur, s’ils n’ont pas péri dans les camps, eux aussi caractéristiques de ces régimes, ont soit fui, soit ont arrêté de créer et se sont fondus dans la masse, espérant ainsi accélérer le mouvement de décadence, promesse d’un effondrement général lui même générateur d’un nouveau cycle dans lequel ils pourront se remettre à créer et produire de la valeur.

            Je me demande s’il ne faudra pas en passer par là pour nous débarrasser du parasitisme ambiant. C’est bien connu, les rats quittent le navire lorsqu’il coule. Cela s’est avéré en 39, en 68 …

            1. Laurent

              P-e faudra-t-il en passer par là en effet.
              En parlant d’argent gratuit, il y a aussi dans l’image publique du « libéralisme » l’idée que certains profitent à fond du système capitaliste (spéculation, placements, trading haute fréquence…) pour amasser des fortunes. Là aussi, la notion d’effort et de mérite disparait totalement, et les socialistes de tout bord n’ont aucune peine à agiter l’épouvantail « ultra-libéralisme » pour récolter des voix. Car présenté sous cet angle-là, c’est quasi-indéfendable.

              Personnellement, je mets au même plan l’argent facile d’oisifs profiteurs ET l’argent du trading où plusieurs millions peuvent s’amasser en quelques minutes.
              Je crois qu’il y a là aussi de quoi dégoutter « les hommes et les femmes de bonne volonté et de valeur ». Et rendre plus légère la conscience de celui qui parvient à gratter 1000 euros par mois à la CAF.

              Quant aux pays d’Europe centrale et de l’est, il y a 2 populations : celle qui bosse dur, et commencent avec beaucoup de talent à sortir de l’ornière. D’autres, nombreux, votent encore communiste.

            2. Marc Aurèle

              @Laurent,
              Je ne suis pas nécessairement d’accord sur votre propos:
              « Personnellement, je mets au même plan l’argent facile d’oisifs profiteurs ET l’argent du trading où plusieurs millions peuvent s’amasser en quelques minutes »

              Je ne vois pas le rapport, pas du tout. L’un prend un risque énorme (tout perdre) et l’autre tend la main en gémissant. Combien de célèbres inconnus ont justement tout perdu en bourse? Quel risque prennent les pleurnicheurs professionnels?: aucun. Ce genre de dialectique basé sur le fait que l’argent généré par autre chose qu’une pioche au fond d’une mine, est de l’argent immérité, est d’un autre age et me semble motivé soit par l’incompréhension soit par une forme d’envie. Mais il est vrai que tout est dans l’équilibre, je n’imaginerais pas tout l’un ou tout l’autre dans une économie.

              Quant à cet argent généré « sans effort », lorsqu’il est investi ou même placé dans les banques il irriguera l’économie. Je connaissais naguère l’ancien dirigeant d’une des premières grosses start-ups de l’ère des messageries électroniques aux US qui quitta son entreprise en 98 ou 99 avec un chèque + stock options de 120 millions de dollars. Oui. Là où chez certains, le mécanisme classique de la jalousie « c’est dégueu, il n’a rien fait pour gagner ça, il n’en a pas besoin etc.. » se déclenche habituellement, j’ai vu, moi, cette personne se faire construire une maison (enfin un petit chateau) de 20M$ qui a donné du travail à une région rurale entière pendant plus d’un an. Il a ensuite fait un don (oui un don) si je me souviens bien d’environ 1 ou 2M$ pour moderniser la caserne des sapeurs pompiers de son petit village et a investi 5M$ dans la création d’une bourse universitaire pour encourager les entrepreneurs en herbe de l’université de l’état, à prendre des risques et se lancer dans les affaires. Personne ne lui avait pourtant rien demandé. C’est aussi ça le capitalisme quand il est responsable vis à vis de la société. Voila un bel exemple, qui a changé pour toujours mon regard sur ces salauds de riches aux US.

              Je n’ose imaginer ce qui se serait passé aujourd’hui en France dans un tel cas, où l’Etat intermédiarisé passe son temps à déposséder les uns pour jeter des miettes aux autres, tout en suscitant envie, haine et jalousie de la réussite comme seule justification de son intervention.

            3. Laurent

              Je comprends votre point de vue, et l’exemple que vous donnez est remarquable ! Le capitalisme n’exclue pas la générosité individuelle, bien au contraire.

              Hélas, on pourrait utiliser le même argument pour celui qui, rompu aux rouages de l’administration, gagnerait de l’état suffisamment pour vivre confortablement sans rien faire. Après tout, cet argent aussi irrigue l’économie.
              Il y a dans les 2 cas une certaine forme d’injustice… et un parallèle est inévitable. Un héritier peut très bien vivre confortablement avec un placement sans prendre aucun risque. Quand l’argent travaille mieux, et rapporte plus que le travail ou le mérite, il y a malaise… et sentiment d’injustice. Sentiment qui n’a pas d’age. Sans même parler de l’envie, comme vous le soulignez, qui est l’un des ressort du socialisme. Mais c’est un autre sujet.

              Après, comme vous le dites, tout est question d’équilibre.
              Mais ça reste quand même l’un aspect du libéralisme qui est le plus difficile à expliquer et à argumenter. L’argent facile, ou perçu comme tel, est dans les 2 « camps » impardonnables, et difficile à comprendre et à faire comprendre.

              1. « Après tout, cet argent aussi irrigue l’économie. »
                Non.
                Enfin, oui, il irrigue, mais il a été pompé au départ. Et « Vitre cassée » de Bastiat, qui évacue toute idée de bénéfice potentiel en sortie.

                « Quand l’argent travaille mieux, et rapporte plus que le travail ou le mérite, il y a malaise »
                Pour qui ? Pas pour moi. Pour les jaloux, les envieux, peut-être. Mais c’est un problème pour eux, pas pour celui qui bénéficie de cette rente. C’est à eux de s’accommoder de leur incapacité à vivre avec leurs défauts, leur jalousie et leur envie. C’est à ça que sert le droit.

                « L’argent facile, »
                Ca n’existe pas. C’est les socialauds qui vendent ce concept. Il n’existe pas. Ou plutôt, il n’existe que parce que l’État le distribue car il est facile à distribuer. Mais l’argent n’est jamais facile à gagner, et la richesse qu’il représente n’est jamais, jamais facile à créer.

            4. GameOver

              @ Marc Aurele
              L’argent gagné etait-il si sale qu’il faille s’en excuser en faisant un don, un peu comme absoudre un péché ? Et tout a coup Laurent trouve cela remarquable.

              L’impression que celui qui a joué et gagné a la roulette est devenu plus humain apres avoir laissé un pourboire au croupier.

              Pour ma part je trouve remarquable le montant de la richesse créée dans l’exemple que tu cites mais aussi au niveau du trader. Dans le meme ordre d’idees, c’est genial que X. Niel ait bâti sa fortune (ILIAD-FREE) en demarrant avec des serveurs minitel rose. Il a repondu a un besoin, a su réinvestir en réinventant et en prenant des risques. Peu importe qu’il ait fait ou fasse du mecenat ou pas : il a deja payé ses impots et largement contribué au PIB et accessoiremnt a notre pouvoir d’achat (et pas seulement celui de ses clients). Un don est superfétatoire.

              Laurent nous dit « l’argent facile ou perçu comme tel… est impardonnable et difficile a comprendre ou a faire comprendre ». Argent facile ? il y a eu un crime ? un detournement de fonds ? L’heritage s’est fait en franchise de taxe ? Le donateur n’avait-il pas payé sa quote part d’impot librement consenti ?

              Si Laurent sait comment gagner de l’argent facile, qu’il n’hesite pas. Qu’il prenne 1,000 ou 10,000 E sur son epargne et qu’il parie sur la paire euro-usd… on devrait « facile » pointer vers 1.50 dans quelques mois… facile.

              Un peu a la maniere des courses de chevaux avec handicap, faut-il enlever une partie du cerveau de ceux qui ont le genie de prendre les decisions au bon moment, les handicaper comme on charge les chevaux jusqu’a ce qu’ils passent le poteau en dernier afin que chacun ait sa chance.

              Les joueurs de foot, on devrait leur mettre un sac a dos avec des briques, non ? Parce que pour ceux la tout le monde s’y entend pour dire que c’est de l’argent facile. Ben oui, un coup de bol qu’ils aient eu du talent, c’est meme pas de leur faute… un don de dieu certainement.

              C’est quand meme fou que des gens se disent pour la liberte mais qu’ils n’hesitent pas au besoin a y mettre pour commencer quelques restrictions… on sait comment ca finit. Des restrictions du genre 1ME par an c’est trop parce que moi je considere qu’on est riche a partir de 4,000E. Et qu’une voiture de 20CV fiscaux c’est trop et qu’un mariage a 150,000E c’est du gachis. Et les restrictions ne s’arretent pas qu’au niveau materiel : on parle de liberte d’expression mais on fait des lois pour la limiter. On fait des lois pour dire que telle guerre est un genocide, pour battre sa coulpe sur des faits historiques (quand est-ce que les anglais vont s’excuser pour Jeanne d’Arc hein), y a plus a discuter (c’est meme un delit) alors que le plus grand crime contre l’humanité c’est justement la privation ou la limitation de la liberté : 7 Mds d’etres humains sont concernés.

              Ceux qui pensent qu’il y a de l’argent facile ne s’inquietent pas beaucoup de la dette facile.

            5. Laurent

              Il y a jalousie et envie quand il y a incompréhension, et sentiment d’injustice. Et quand un trader (ou autre) gagne en 1 journée plus que toute une vie de travail, car c’est parfois dans ces proportions là, ce sentiment d’injustice est instinctif. Pas besoin d’être gavé d’idéologie socialiste pour ressentir ce malaise. On pourra l’expliquer de toutes les façons, la personne qui ressent ça n’aura aucun scrupule à gratter à la collectivité quelques euros faciles.

              h16, vous savez autant que moi que l’argent facile existe, et pas seulement celui qui est redistribué par l’état. Pour ceux qui en ont, beaucoup, il est extrêmement facile d’en obtenir encore plus. Les flux financiers sont tellement complexes, et les intermédiaires si nombreux, qu’il est impossible de savoir si cet argent a été acquis à la base de façon propre ou non.

              Oui, l’état socialiste (de droite ou de gauche) nous enfonce jour après jour, en gaspillant l’argent de ceux qui en aurait meilleur usage. Mais si on veut proposer une solution libérale crédible, il faut pouvoir se faire comprendre sur ce point là. Les marchés financiers sont incompréhensibles pour le votant moyen. Les flux énormes d’argent qui y sont gérés semblent échapper à tout contrôle, y compris légal, et ça, ce n’est pas libéral. Un état libéral doit pouvoir assurer à tous que l’argent qui circule est propre et acquis de façon légale.

              Que dire encore de ces entreprises qui fond des milliards mais qui profitent à fond du système le plus anti-libéral du monde, à savoir la Chine ? Est-ce que ces entreprises ont leur place dans un état libéral limité mais garant d’une concurence loyale ? Au passage, on notera avec ironie que notre état « humaniste » est très accommodant avec ce pays. Est-ce qu’un état libéral le serait tout autant ? N’y a-t-il pas contradiction avec nos valeurs de base ?

              Je sais, je mélange tout, mais en tant que libéral, il faut pouvoir répondre à ces questions. Si on veut que nos idées deviennent majoritaires et donc comprises par le plus grand nombre, il faut pouvoir convaincre autrement que par « tu dis ça parce que tu es jaloux, t’es pas malin, t’as rien compris ».

              GameOver entièrement d’accord avec vous, on ne résout rien en handicapant le plus fort.

            6. Laurent

              Mea culpa, je me suis égaré avec cette notion d’ « argent facile ». Qu’il soit facile ou pas, peu importe. Un état de droit libéral doit, pour fonctionner, garantir la transparence totale des flux financiers. L’argent qui circule ne doit jamais être issu du vol ou du crime.

              Merci de me faire avancer dans ma réflexion 🙂

              1. Avec ça, je suis partiellement d’accord. La circulation d’argent public doit, oui, être parfaitement transparente. La circulation d’argent privée n’a pas à répondre, a priori, à ce critère.

            7. Peste et coryza

              Mouais faut voir.
              Cet argent privé peut bien être criminel, ou issu de pratiques très dommageables à la société…
              Et ce ne sont pas nos dirigeants, du privé comme du public, qui vous contredirons là dessus.

              @Mar aurèle
              Les gens dont vous parlez forment par définition une petite élite. En général, l’ascension par le mérite ou le travail reste très minoritaire, ne serait-ce parce que peu de gens ont la chance, la fortune, les talents ou l’opportunité d’améliorer significativement leurs conditions par le travail. Sans compter toux ceux qui se plantent, ceux qui défendent leur précarré, etc…

              C’est aussi lié à la croissance économique (le fameux ascenseur social n’est que cela) : moins de croissances = moins de possibilités pour certains du bas de l’échelle de monter.

            8. GameOver

              Dans les commentaires ci-dessus je reconnais bien les contradictions de ceux qui sont pour le liberalisme, mais pas trop quand meme… faut pas deconner.

              Et on retrouve le meme raisonnement qui veut, avec des reglementations, reparer les consequences au lieu de s’en prendre aux causes.

              Je ne dis pas « vous comprenez rien » mais je pense que vous ne prenez pas le probleme par le bon bout.

              Si mon tonneau fuit je peux continuer a le remplir quitte a utiliser une pompe de 10 megawatts… ca devrait le faire. Mais plus simplement boucher la fuite… ou encore mieux en chercher la raison (corrosion etc…).

              On parle de reglementer les flux financiers. Pourquoi ne pas plutot se poser la question des raisons de leurs existences. S’il y a des paradis fiscaux c’est qu’il y a des enfers fiscaux. S’il y a de l’argent de la drogue c’est que son commerce ne peut se faire que de facon criminelle… puisque c’est interdit.

              En face de chaque derive il y a forcement une cause.
              Pour la Chine il faudra m’expliquer quel est le probleme. Si c’est pour dire qu’il y a dumping… faudra regarder avant du cote de notre PAC qui subventionne a gogo et appauvrit le paysan a l’autre bout du globe.

              Aurait-on l’idee de garantir un prix minimum a Fagor pour vendre son electro-menager… et Fagor de fabriquer des frigos sans se preoccuper de les vendre, et meme pas de les stocker : on creera une cooperative pour cela. J’entends « oui mais la bouffe c’est pas pareil ». Si c’est pareil : la bouffe est comme la monnaie, c’est un moyen. Si Fagor ne vend pas ses frigos, l’ouvrier ne bouffera pas.

              Il ne faut pas s’attendre a ce que le monde devienne liberal du jour au lendemain. Si 10% des gens trichent ce n’est pas une raison pour remettre en cause un systeme.

              P&C : l’ascenseur social c’est une vaste fumisterie. Ca sert a expliquer aux pauvres pourquoi ils sont pauvres. M’expliquer que mon velo est crevé parce que j’ai roulé sur un clou ca ne va pas le reparer. Quand bien meme on me le reparerait, ca ne m’empechera pas de crever a nouveau sur le meme clou. Un ouvrier ne va pas communiquer une mentalite d’entrepreneur a sa progeniture, ni TF1.

              Le decalage n’est pas du a une aisance financiere qui permettrait ou non de poursuivre des etudes puisque le decalage du aux CSP se produit deja avant l’entre en 6eme.

              Et tant que certains utiliseront le mot chance, ca ne changera pas. Il est plus facile de dire « je n’ai pas eu de chance » plutot que d’assumer ses choix.

            9. Laurent

              @GameOver, on peut être libéral tout en essayant de comprendre là où ça coince dans l’opinion publique. Car tout les non-libéraux ne sont pas forcément gavés d’idéologie socialiste. Beaucoup ne connaissent rien ni à l’un ni à l’autre. Si les libéraux sont si mal représentés et si leurs idées ne dépassent pas le cercle restreint de petits clubs, il y a une raison.

              Bien sûr qu’il faut s’attaquer aux racines du mal, plutôt que de toujours vouloir colmater les brèches par l’argent qu’on n’a pas. Mais le libéralisme est aussi une expérimentation, il n’a aucun principe définitif et immuable.

              « Le libéralisme n’a jamais été une idéologie, j’entends n’est pas une théorie se fondant sur des concepts antérieurs à toute expérience, ni un dogme invariable et indépendant du cours des choses ou des résultats de l’action. Ce n’est qu’un ensemble d’observations, portant sur des faits qui se sont déjà produits. » JF Revel

              Je ne m’y connais pas assez en matière de marchés, mais on ne peut pas dire qu’aujourd’hui dans la finance, tout se passe normalement bien. Quand, par exemple, un groupe d’investisseurs achètent une entreprise pour la liquider, ça coince forcément dans l’opinion publique. Un libéral qui défend ces méthodes a intérêt à bien préparer ses arguments car il va servir de pushing-ball au premier socialiste venu. Et le combat est perdu d’avance.

              Les libéraux sont toujours très forts pour pointer du doigt ce qui ne va pas dans le système actuel. Mais quand il s’agit de faire un peu d’autocritique, ça devient compliqué. Tout à coup, les voilà en train de défendre le salaud et l’exilé fiscal, les voilà avocats du loup dans la bergerie. Et c’est plus qu’inconfortable ! Et intenable. Voilà p-e l’une des raisons de notre insignifiance politique. On peut critiquer le PS, mais eux parviennent à exister sur l’échiquier politique. Leurs idées sont pourtant dépassées, et presque aucune ne résistent à l’examen des faits et de l’Histoire. Il n’empêche, ils sont là. Comme le FN dont on croyait les idées mortes et enterrées.

              J’essaie de comprendre ce que peut apporter concrètement le libéralisme à celui qui est totalement découragé et perdu dans l’offre politique actuelle, et qui cherche une nouvelle voix.

              Que puis-je dire à un électeur lambda quand il voit une usine fermée pour cause de délocalisation ? Je lui explique les bien-faits du libéralisme ? Je lui dis que c’est un couillon et qu’il n’a rien compris ?
              Ou je lui explique plutôt que dans un marché libre, il pourrait rapidement utiliser son savoir-faire et monter une entreprise concurrente ? En quelques mois, s’il bosse bien, il pourrait déjà embaucher, à moindre coût, et débaucher si jamais son marché rétrécit ?

              Le libéralisme souffre vraiment d’un manque de pédagogie. L’homme de la rue veut qu’on comprenne son problème, qu’on y réponde, et qu’éventuellement on lui montre la voie à suivre 🙂


              1. L’homme de la rue veut surtout qu’on lui foute la paix. Et si les états & gouvernements se contentaient de ça, on ne serait pas tous dans le caca maintenant.

            10. GameOver

              @ Laurent
              « Quand, par exemple, un groupe d’investisseurs achètent une entreprise pour la liquider,…. »
              Bon je veux bien m’y coller bien que tu aurais certainement pu trouver le raisonnement en toi petit scarabé, raisonnement dont la base est une simple deduction logique et le developpement necessite un peu de culture economique de l’entreprise (pas celle des mechants traders)

              A la base tout est soutendu par l’efficience. L’efficience c’est produire un max avec un minimum de moyens. Rien a voir avec un raisonnement « capitaliste » mais plutot avec la survie car celui qui ne le fait pas sera rattrapé par celui qui l’a fait. Le coureur sur 100m ou celui sur 3000m fait la meme chose. Mais les 2 coureurs sont differents. La c’est la specialisation. Voir Ricardo. http://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cialisation

              Sur ton entreprise liquidee… Deja le terme est mal choisi. On n’achete pas un truc 2 pour le revendre 0.
              Donc je suppose que tu parles d’une vente d’entreprise par appartement. Si on la vend ainsi c’est qu’elle est structuree ainsi et c’est en general ce qui penalise son developpement ou sa transmission ou l’interet qu’on peut lui porter : l’entreprise ne peut pas investir efficacement sur toutes ses activites, meme si elles sont globalement beneficiaires ou avec du potentiel (specialisation). Si elle est vendue en bloc, elle n’interesse personne : on n’achete pas le boeuf pour avoir un steak.
              Ce n’est pas le boulot d’un industriel de racheter et de vendre ce qui ne l’interesse pas. Ici intervient encore la specialisation : il y a un metier pour ca. La remuneration de l’intermediaire se fera simplement sur la valorisation qu’apporte la decoupe. Ce qui vaut 100 d’un bloc en vaudra 150 une fois découpé (comme chez le boucher) et il y a du dechet (comme chez le boucher).

              La specialisation est la raison pour laquelle on externalise des services : maintenance, traitement de surface, transports, gardiennage, par exemple. On fait bien ce que l’on sait faire et en plus cette externalisation donne de la souplesse. Imaginerait-on Carrefour entretenir une flotte de vehicules comme le faisait Felix Potin ?

              Chaque entité ainsi créée aura les moyens de son developpement. C’etait ca ou crever a petit feu. Un bon exemple aujourd’hui est La Redoute. Il y a certainement eu des erreurs stratégiques des dirigeants ou de l’actionnaire principal (Kering) comme nous l’explique Martine Dutanlibre. La raison est simplement que l’actionnaire a fait des choix dans ses investissements et que le rendement etait meilleur dans d’autres activites ou qu’il s’est planté car il ne savait pas faire. Mais la base logistique est certainement susceptible d’interesser l’un, la centrale d’achats un autre, la base clientele un 3eme, la PAO etc…

              Perso, La Redoute m’a tellement pourri ma boite mail et ma boite aux lettres que je ne peux meme plus supporter la couleur verte !

              Il en est ainsi de la destruction creatrice. Les licenciements etaient ecrits… ce n’est pas le marchand de biens qu’il faut blamer.

              Ce n’est pas le role des pouvoirs publics d’aider de telles entreprises qui se meurent. Outre que ca coute aux finances, ca fausse le marché, la concurrence, ca empeche l’innovation, le developpement d’autres activites. On en arrive meme a continuer de former a des metiers inutiles.

              Bientot… aprés Martine au ministere, Martine a la mairie… ne ratez pas Martine a La Redoute 😉

            11. GameOver

              @ Laurent
              Sur les delocalisations…

              On a eu l’an dernier un exemple assez drole avec Peugeot qui face a des difficultés capitalistiques (perte de 100M par mois de memoire) a essuyé les critiques du gouvernement dont Arnaud de Lamariniere du Robot Moulinex… car la famille actionnaire éponyme avait fait de mauvais choix strategiques (!) et n’avait pas assez délocalisé alors que Renault, dont l’état est actionnaire (re !), le fait a grande echelle depuis 20 ans. En gros : fait surtout le contraire de ce que je dis.

              La delocalisation a 2 causes qui ont la meme origine :
              – soit la production n’est pas viable financierement (perte) par rapport au prix du marché ou si peu beneficiaire qu’elle ne permet pas les investissements necessaires sur une partie des activites non delocalisables et met en final en peril l’entreprise.
              – soit l’entreprise espere degager une marge plus importante pour les p… d’actionnaires afin que les mechants traders arretent de vendre 10 ce qui vaut 100… moi je sais… mais j’achete pas a 10 parce que la j’ai piscine… et aussi une reunion avec le syndicat…

              Un simple probleme de cout du travail… mais on a le systeme que le monde entier nous zenvi qui nous permet de nous maintenir en bonne santé tout en agonisant (patent pending).

              La seule solution (outre de deposer enfin le brevet pour en tirer quelques royalties et aussi de degraisser le mammouth) etait la TVA sociale, mais pas a 20,487459% mais direct a 25 voir 30% avec une reduction immediate des charges sociales patronales (les salariales sont deja delocalisables en UK) et une ristourne immediate aux salariés pour compenser et bien marquer le coup et que ce soit une affaire blanche vu du salarié.
              Le but etant de faire participer les importations au systeme objet du sus-dit brevet et concomitamment d’ameliorer notre competitivite a l’export par la baisse du cout du travail.

              Malheureusement le bon peuple de France s’est tellement fait fister depuis la vignette pour les vieux, la CRDS « provisoire » qui loin de rembourser la dette sociale n’arrive meme pas a la maintenir a flot, les contributions exceptionnelles reconduites d’annee en annee, les courbes qui ne s’inversent pas, les baisses des augmentations, les concessions de peage d’autoroute qui sont prorogees de 10 ans tous les 5 ans (!), les taxes de recyclage, les taxes sur les trucs qui font grossir, les taxes sur ceux qui font maigrir et qui sont cancerigenes, les taxes sur les taxes, les taxes pour payer les primes a la cuve ou l’electricite des autres…. que c’est et ca sera tres compliqué d’expliquer au juge apres la 14eme recidive que promis juré je ne recommencerais plus a crier haut les mains en rentrant dans une bijouterie…

            1. Laurent

              Merci GameOver d’avoir pris le temps de m’expliquer tout ça, j’ai beaucoup appris. Le « principe d’efficience » est une très belle théorie, basée sur des faits réels, qui explique beaucoup de choses qui, de prime abord, sont incompréhensible au péquin moyen. Et je comprends tout à fait ton explication, limpide, sur la découpe du steak. Il n’empêche que j’ai aussi lu beaucoup d’autres choses, sur les « leveraged buyout » par exemple. Avec de gros dégâts sociaux quand, soudainement et pour des raisons qui lui appartiennent, un investisseur décide que le jouet qu’il adorait il y a 1 an, ne l’intéresse plus du tout et décide de jouer avec un autre. Tout libéraux que nous sommes, nous ne devrions essayer de ne jamais oublier qu’il y a des hommes et des familles derrière tous ces mots et maux. Pas plus que le marxisme ne justifiait le goulag, le libéralisme ne doit pas justifier des pratiques inhumaines.
              Mais oui, sur le principe, je comprends bien son fonctionnement. Et je n’ai jamais sous-entendu que l’état devait se mêler de ces affaires là. P-e que la solution est dans la libre concurence elle-même… Question ouverte.

              La délocalisation est un problème complexe. Là aussi on peut trouver de bonnes raisons à son existence. Et en soit, ça n’a rien de contestable, surtout quand elle permet un accroissement de richesse ici, et une amélioration du niveau de vie là bas.
              Personnellement, j’ai toujours mal au cœur à constater notre collaboration enthousiaste avec l’un des pires régimes politiques qui soit, celui de la Chine.

              (Petit aparté : on m’a souvent reproché d’être « libéral mais pas trop, faut pas déconner ». Je pose juste des questions, et j’ai envie de comprendre, pas de gober sans esprit critique et sans me confronter à d’autres idées. Il faut toujours se méfier des « isme »…)

              Pareil pour la Redoute 😀

    2. Flo

      Dans tout pays et/ou toute époque normalement constitués cette émission « Capital » sur Marseille aurait déclenché un tollé général qui aurait conduit à une mise sous tutelle complète de la ville (avec siège militaire si nécessaire).
      Ici et maintenant : rien.
      Si il n’avait avoué toucher le RSA, le mécano qui œuvre tous les jours au black sur le parking aurait semblé le plus « normal » et même sympathique, c’est dire l’état de délabrement…

  22. Adrien

    J’aime beaucoup l’extension du métro jusqu’à 2h du matin en semaine et la circulation non stop toute la nuit le week-end. D’une part j’ignorais que la mairie de Paris pilotait la RATP, il me semblait que c’était plutôt le STIF dirigé par la région ; d’autre part, le transport public étant déficitaire par nature, et la plupart des lignes n’étant pas automatisées et nécessitant des conducteurs salariés, c’est encore « les autres » qui vont payer (c’est à dire tous ceux qui ne prennent pas – par choix ou par impossibilité – les transports parisiens, et ça inclut bien évidemment les 80% de Français qui n’habitent pas en Ile de France).

    1. Deres

      En plus, cela poserait de nombreux problèmes techniques car la maintenance des lignes est réalisée la nuit pendant la fermeture « apparente » des lignes … Les 6 heures actuelles sont déjà courtes, le temps de déployer les trains de travaux, de commencer le travail, de tout nettoyer et de vérifier la ligne avant réouverture … Une telle mesure amènerait certainement à augmenter de façon importante les coûts et le nombre d’incidents technique pendant la journée.

  23. HerveLE

    les milliers de petits cyclistes apportant chacun un paquet sont probablement inspirés par la cuisante défaite de Dien bien phu ou ils avaient transportés les canons en pièces par des milliers de vélos

  24. Deres

    De toute façon, avec la création ciblée et systématique des nouveaux logements sociaux parisiens à 100% dans les arrondissements capables de basculer, il est très peu probable que NKM l’emporte …

    Sinon, mes petites remarques sur Paris :
    – pour la couverture du périphérique, ils envisagent tous une couverture dure en béton extrêmement coûteuse. Des couvertures plus légères de type hangar seraient peu coûteuses et diminueraient aussi beaucoup les nuisances de type sonores. De toute façon, la couverture ne diminue aucunement la pollution aérienne …
    – pour le logement, aucune mesure réelle pour dégager du foncier nouveau, ce qui est la seule solution pour créer du logement ! Pas de changement prévu sur les réglementations draconiennes y compris de hauteur sur les quartiers non hausmanniens …
    – Moi, je propose en autre de détruire l’horrible opéra Bastille pour gagner de la place étant donné que l’opéra Garnier était déjà le plus bel opéra du monde … En plus, cela fera des économies …
    – pour fluidifier la circulation, il faut favoriser les scooters et autres 2 roues par exemple en leur autorisant les voies de bus (je suis impartial n’étant ni parisien ni conducteurs de 2 roues). Si ils sont électrique c’est encore mieux.
    – pour diminuer le nombre de voiture, il faut construire plus de parking gratuits ou très peu chers avec abonnements le long des RER et des terminaux de métro en dehors de Paris. Inclure ces parking dans les abonnements carte organe serait une idée.

    1. vengeusemasquée

      1. La couverture du périph n’a aucun sens si on ne peut pas rouler dessus et ainsi créer une voie de circulation supplémentaire

      2. cf dit plus haut : dégommer ce qui moche et peu pratique et réduire les réglementations de merde.
      Exemple vécu : je cherche un nouveau logement depuis des mois. J’avais trouvé un truc qui me convenait. Etant fonctionnaire avec un conjoint travaillant pour l’Etat, la somme de nos salaires était confortablement supérieure à 3x le montant du loyer. Bah rien à faire, la nana ne voulait pas faire confiance. Elle voulait deux mois de garantie, le paiement d’un mois de loyer avant que je parte en vacances et le truc nous est passé sous le nez. Ca m’a mise hors de moi mais au fond, j’ai du mal à ne pas la comprendre, surtout qu’elle avait dû s’enfoncer un an de loyer non payé sans possibilité de dégager la locataire qui a fini par se tirer à la cloche de bois en embarquant toutes les clefs, y compris celle du parking.

      3. Bonne idée. C’est une horreur qui tombe déjà en ruine. On peut refiler le terrain à n’importe quel promoteur pour en faire une belle résidence.

      3. Elargir les voies de circulation, supprimer des feux et resynchroniser ceux qui sont désynchronisés. Ca irait tout seul. Quand je vois l’énorme bordel créé par les quelques feux que l’autre sac à merde a installés sur la voie Pompidou, en particulier juste devant l’Hôtel de Ville, ça me donne des envies de meurtre.

      4. Oui ! J’approuve totalement cette idée. C’est ce qui a été choisi dans plusieurs villes, y compris françaises. C’est aussi très courant en Angleterre avec le système de Park&Ride.

    2. Guillaume_rc

      Quelques points par rapport à vos remarques :

      – Paris est déjà submergé par les deux-roues. A tel point que les trottoirs en deviennent dangereux.
      – construire en hauteur ? outre le fait que l’Unesco (entre autres) insiste sur le fait que ça ruinerait l’unité architecturale de la ville, je tiens à souligner que Paris a déjà une densité de population supérieure à celle de New York.
      – parkings gratuits pour favoriser l’usage du RER ? mais, pour l’utiliser tous les jours, je peux vous dire que le malheureux RER pourrait difficilement accepter plus de monde. Il est complètement saturé.

      1. vengeusemasquée

        Bien sûr, il faudrait que des compagnies privées puissent offrir des services de déplacement couplés aux services de parking. On ne peut pas se satisfaire de l’offre actuelle qui est déjà bien trop faible au regard du nombre de personnes qui se déplacent chaque jour, puisque tous les bureaux sont dans Paris. Qu’est-ce que c’est malin ça alors d’avoir tous les bureaux dans Paris d’ailleurs. C’est formidable ! quelle ville parfaite !

    3. Kazar

      NKM ne peut pas gagner : elle a déjà une candidate UMP dissidente dans le 14ème arrondissement, on ajoute le FN, et elle sera battue sans problème par la socialiste…

    1. Karamba!

      Le coup du loyer fictif, absolument dégueulasse, les socialistes n’auront aucun souci à nous l’infliger pour peu qu’ils retrouvent un peu de confiance et de popularité. Il faut achever la bête et en brûler les restes si on veut s’épargner le pire. Pour mémoire l’éco taxe est suspendue, pas supprimée, la pause fiscale n’est pas un arrêt tout juste un ralenti, la réforme pénale inepte est pour après les municipales, etc…

      1. Marc Aurèle

        Oui, mais … une petite jacquerie en Bretagne et voila nos charlatans reculer, pris d’un soudain doute. Si cette loi passe, ce ne sera pas d’une petite jacquerie dont il s’agira, l’article le dit très bien ( et d’un ton pas courant dans ce canard), il s’agit d’une rupture du contrat social. Et là, ça va mettre du mondes dans les rues.

      2. Deres

        Loyer fictif ou autre, la réalité est qu’en 2015, si ce gouvernement veut respecter les déficits prévus, il devra trouver encore beaucoup de pognon.

        Si il persiste à ne pas couper dans les dépenses de manière autre que symbolique et mensongère, il devra trouver des hausses d’impôts majeures pour obtenir les 3% de déficit en 2015. Et cela s’applique aussi à 2014 car le budget prévu est très optimiste et on a vu que hors effet de croissance pas bonne, il y a eu au moins de dérapage de 0.4% du PIB (8 milliards …) en 2013 …

        1. Karamba!

          Flanby table sur 1.7 de croissance en 2015. A condition que la bulle financière dans laquelle nous nous trouvons actuellement n’explose pas naturellement… Parce que là effectivement il passera au stade de la réquisition pour sauver les meubles.

        1. Marc Aurèle

          @VengeuseMasquée
          Armor Lux? alors là, je suis mystifié, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un contrepet !? Ou bien Armor lux comme dans 44 magnum?

  25. Deres

    Pour les caméras, j’avoue ne pas être complètement d’accord. Si elle ne diminue pas la criminalité à court terme, je pense qu’elles aident beaucoup les policiers et ont donc un effet positif à long terme. Elles augmentent donc probablement le taux de résolution des crimes et utilisent mieux les ressources policières. En effet, les caméras fournissent des preuves objectives des faits de manière rapide. En leur absence, les policiers doivent perdre beaucoup de temps à recueillir des témoignages souvent partiels et contradictoires. De plus, les individus ayant des choses à se reprocher finissent invariablement en leur présence avec les classiques casquettes, capuches et foulards, ce qui rend le travail des policiers présents sur le terrain plus facile …

    Le seul problème est toujours la perte de liberté des individus innocents pour pouvoir s’attaquer au criminels. Face à un pouvoir abusifs, les dits innocents peuvent devenir des criminels … On a bien vu avec els manifs pour tous qu’en réalité tous les outils nécessaires à la répression politique étaient déjà présents …

    1. Bob Razovski

      Parce que ça ne vous dit rien les individus « connus des services de police » ?

      Bizarrement, ces gens, bien identifiés depuis moultes interpellations, sont dehors à foutre le boxon comme si de rien était. Quel intérêt d’avoir des preuves de plus contre ces gens là ?

      Par contre, la « vidéoprotection » mise en oeuvre dans mon ancienne ville a été richement utilisée…

      … Pour verbaliser la double file !

      Prochaine étape, fliquer les mecs qui vont aux putes.

      Et le con qui pense que parce qu’il y a un oeil dans le ciel, il ne se fera pas braquer… L’avantage, c’est qu’il passera au 20 heures s’il agonise en direct 😉

      1. Karamba!

        Si on ne colle pas les délinquants en prison quand on les a confondus, la vidéosurveillance ne sert effectivement à rien, mais la police non plus.

  26. Bastiat

    Pour info:
    Munich 1933?
    non, Paris 2013

    l’étoile jaune est de retour …

    http://institutdeslibertes.org/la-terreur-fiscale-et-la-nouvelle-loi-des-suspects/
     
     http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203103706337-le-parlement-a-adopte-le-projet-de-loi-renforcant-la-lutte-contre-la-fraude-626051.php

    le plan se déroule comme prévu :

    1- interdiction de toute transaction en cash supérieure à 1000 euros
    2- interdiction de sortir plus de 2000 euros en cash par compte par mois
    3- déclaration à la banque de France si plus de 80% des fonds du compte sont sortis en cash
    4- déclaration de soupçon de fraude fiscale si compte à l’étranger, même officiel
    5- délation recommandée, avec protection de l’anonymat (vous avez bien un voisin qui vous emmerde?)
    6- ……………………. vous devinez? Main basse sur votre épargne (pour le redressement productif de la France, ou équivalent National Socialiste)

    Barrez vous, VITE, tant qu’il est temps

    1. Adrien

      « 1- interdiction de toute transaction en cash supérieure à 1000 euros
      2- interdiction de sortir plus de 2000 euros en cash par compte par mois
      3- déclaration à la banque de France si plus de 80% des fonds du compte sont sortis en cash
      4- déclaration de soupçon de fraude fiscale si compte à l’étranger, même officiel
      5- délation recommandée, avec protection de l’anonymat (vous avez bien un voisin qui vous emmerde?) »

      Quelles sont vos sources ?

      1. Bastiat
      1. hussardbleu

        C’est ce que je fais depuis 2008…. semaine de quatre jours… lecture…. balades en campagne… chasse… et les bécasses (de tout plumage, au demeurant) sont là… nous en avons même de sérieusement sédentaires…

  27. Aristarque

    Notre hôte a donc parlé du programme NKM versus celui d’ Hidalgo. Mais il aurait pu aisément en rajouter s’ il nous avait entretenus des sites de campagne de ces deux donzelles…
    Je serai fort étonné que vous résistâtes plus de dix secondes avant de vous écrouler de rire devant le spectacle de la gnangnantitude triomphante en action. Ce serait déjà limite pour le concours cantonal de macramé de Triffouillis les Oies mais pour l’ élection du maire de Paris… CPETF avec de pareilles équipes laissées en état de nuire… 🙁

  28. Aristarque

    « Quand l’argent travaille mieux, et rapporte plus que le travail ou le mérite, il y a malaise »
    Pour qui ? Pas pour moi. Pour les jaloux, les envieux, peut-être. Mais c’est un problème pour eux, pas pour celui qui bénéficie de cette rente. C’est à eux de s’accommoder de leur incapacité à vivre avec leurs défauts, leur jalousie et leur envie. C’est à ça que sert le droit.

    Pas de problèmes pour moi, non plus du moment que ce que l’on fait est légal et moral. A l’heure d’internet, celui qui veut faire le trader peut le faire à son échelle.
    Evidemment, il est nécessaire de miser un capital qu’il a fallu gagner et qui peut être perdu beaucoup plus rapidement qu’il n’a été gagné…
    Les envieux misent sur le livret A et autres machins du même ordre mais la sécurité a un prix et un coût, c.a.d. un rendement minuscule.
    On ne peut pas tout avoir…

    1. vengeusemasquée

      +1

      « Quand l’argent travaille mieux, et rapporte plus que le travail ou le mérite, il y a malaise »

      Si tu savais comme ce genre d’affirmation me donne de l’urticaire… Si c’est si facile de gagner tant de blé à la bourse, mais pourquoi tout le monde ne le fait pas et ne devient pas milliardaire ??? 🙄

      1. Black Mamba

        Car on peut aussi tout perdre du jour au lendemain!
        Mon cousin qui avait fait des placements boursiers a perdu tout ce qu’il avait investi lors de la crise 2008.
        Il a perdu 100 000 euro. Bon , heureusement il ne sait pas suicider comme certain 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.