Les sources des blogueurs ne seront pas protégées. Parce que. C’est tout.

Il y a quelques jours, les députés étaient amenés à s’exprimer sur la protection des sources d’information pour les blogueurs. Il leur était proposé d’étendre la protection qui s’applique aux sources des journalistes à celles des blogueurs. Bien évidemment, les parlementaires ont refusé.

Chose intéressante : la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) avait étudié la question et rendu un avis assez clair au sujet de ces sources en estimant que la protection dont bénéficie les sources des journalistes méritait largement d’être étendue aux sources des blogueurs et même, en toute bonne logique, aux sources de n’importe quel citoyen. Pour rappel, il s’agit ici de cette protection qui permet aux journalistes de ne pas dévoiler leurs sources et donc de leur permettre de conserver leur anonymat. Cette protection n’a évidemment jamais été un blanc-seing pour que n’importe qui puisse dire n’importe quoi : les informations révélées dans ce cadre doivent être vérifiée et les allégations portées doivent pouvoir être prouvées.

Edwy Plenel : heureusement que tu n'as pas tout misé sur le journalisme !Autrement dit, même si les sources sont protégées, les informations sont toujours placées sous l’entière responsabilité du journaliste. Ce qui veut aussi dire que, par exemple, aussi secrètes soient les sources d’Edwy Plenel de Mediapart, il devra s’expliquer et prouver l’authenticité des documents qu’il a rassemblés dans le cadre de ses articles qui visaient à montrer que Sarkozy aurait eu des financements libyens pour sa campagne électorale.

La proposition de loi consistait donc ici à étendre la protection des sources journalistiques en englobant les blogueurs et, éventuellement, les citoyens en général, dans la démarche. Et on comprend que cette protection peut avoir un effet bénéfique sur la liberté d’expression : quelle liberté d’information peut-il exister lorsque ceux qui savent ne disent rien par peur des pressions, répercussions et autres rétorsions ? Dans les pays où les lanceurs d’alerte sont pourchassés et classés dans les traîtres, le fait de prendre la parole est un acte de courage majeur. Dans les pays où les sources n’ont aucune protection, celui qui diffuse des données sensibles peut fort bien marquer d’une cible ceux qui lui auront donné ces informations. On comprend l’importance vitale de cette protection des sources, et ce, indépendamment de la nature de celui qui diffuse l’information, fut-il journaliste, blogueur ou simple citoyen. En effet et comme le relevait Numérama début décembre, Pour la Commission Consultative,

« Protéger le secret de sources des journalistes ne tient pas à la nécessité de défendre un intérêt corporatiste des journalistes : c’est une garantie essentielle pour le fonctionnement de notre démocratie.(…) Dans la mesure où il contribue à l’information du public, le droit à la protection du secret des sources doit être reconnu à tous : aussi bien aux journalistes qu’à toute personne publiant des informations à titre simplement occasionnel. La limitation dans son principe même du droit au secret des sources aux journalistes professionnels apparaît inadaptée et injustifiée. »

Pour éviter qu’on voie dans ce genre de proposition la porte ouverte à toutes les fenêtres à tous les dérapages, canulars et autres rumeurs sulfureuses, la Commission rappelait d’ailleurs que toute personne qui publie des informations est tenue de s’assurer de leur véracité et en tout cas de leur sérieux, et de le prouver, le cas échéant, devant un tribunal. C’est, on ne peut plus clair.

Heureusement et comme prévu, les députés n’ont probablement ni lu ni compris les recommandations de la Commission et ont donc refusé l’extension de la protection en question. Les raisons, cependant, méritent qu’on s’y attarde tant elles illustrent le niveau général de réflexion de nos élus (qui, je vous le rappelle, sont payés avec vos impôts, ce qui ne rassure pas du tout) ; en plus, ça tombe bien, on a le détail des débats en ligne. Profitons-en.

journalism - demorand keep fakingAinsi, pour le député UMP Michel Herbillon, il ne faut pas étendre la protection aux blogueurs car « Nous sommes ici pour établir un texte de loi, et non pour engager une réflexion », ce qui permet d’expliquer le nombre invraisemblable de lois débiles votées sans réflexion. Et surtout, « ouvrir ce dispositif de protection du secret des sources à tous les blogueurs qui prétendent faire du journalisme serait excessif et contribuerait paradoxalement à affaiblir le texte », puisque, puisque, puisque bon, tout le monde sait que d’un côté il y a les bons journalistes qui voient une information, et font un papier, et de l’autre, il y a les mauvais journalistes qui voient une information, font un papier, mais c’est un mauvais papier et ils sont de mauvais journalistes. C’est pourtant clair, non ?

Pour Rudy Salles (UDI), qui n’a pas lu le projet et les commentaires de la Commission Nationale Consultative, « une telle disposition aurait pour conséquence de favoriser la diffusion du n’importe quoi, au détriment du vrai journalisme et de la démocratie véritable » ; les tribunaux, la diffamation et les procès pour faux et usages de faux, ça n’existe pas et le projet vise à les dissoudre dans le n’importe quoi citoyen, mes amis, c’est évident, nous devons faire barrage.

Apparemment, le petit Dominique Le Mèner (UMP) n’est pas mieux renseigné que son petit camarade Salles, et il peut donc se permettre de sortir une magnifique ânerie pour le même prix : « protéger comme des journalistes tous les citoyens sans exception paraît excessif ». Il s’en fiche : il est indemnisé quoi qu’il arrive et, quelque part, c’est dommage puisque cette indemnité est versée pour que, précisément, il s’informe un peu des sujets sur lequel il ouvre le bec. Et là, c’est donc un misérable FAIL puisqu’il ne s’agit pas de protéger les citoyens comme les journalistes, mais de protéger les sources d’information de ces citoyens comme celles des journalistes, ce qui est complètement différent.

subventionnez nos journaux pourrisLe pompon est atteint lorsqu’enfin, le député Pouzol (PS), rapporteur du projet, tente de conclure tout ça sur un magnifique « Certains blogueurs sont sûrement plus libres que certains journalistes, mais ce n’est pas seulement un avis que l’on attend de ces derniers : c’est une information réfléchie et vérifiée, et apportée par une source, qu’il s’agit ici de protéger. Monsieur Braillard, il nous faut effectivement rester vigilants sur les limites de la protection des sources, sous peine de mettre le doigt dans un engrenage dangereux. » Engrenage dangereux qui serait donc de protéger les sources de tous, ce qui ferait que certaines langues se délieraient plus facilement, qu’on ferait sortir de sombres et sordides affaires qui enverraient au trou un paquet de dangereux élus criminels, ou que sais-je encore… Diable, certains habitués des louvoiements entre les cours de justice sentiraient alors de près le vent du boulet, et la transparence politique et la démocratie gagneraient subitement plusieurs points. C’est, effectivement, un dangereux engrenage.

Ces réactions sont donc finalement parfaitement conformes à ce qu’on pouvait espérer des députés : arcboutés sur les modes passéistes de traitement de l’information, ne comprenant pas l’enjeu qui leur est proposé, ils ont rejeté l’amendement et se sont contentés d’un confortable status quo. Mais au-delà de cette remarque, la façon dont l’ensemble des débats a eu lieu montre de façon limpide que ces élus parlent d’un sujet qu’ils ne maîtrisent pas, même de loin, utilisent des arguments qui sont, au mieux, hors sujet, au pire, parfaitement contraire à ce que le texte établit, et mélangent comme d’habitude différentes notions pour faire passer leurs idées ou bloquer définitivement celles de leurs adversaires, quitte à faire un joyeux trampoline sur la logique et le sujet en cours.

Car ne vous y trompez pas : si j’ai pris ce texte parce qu’il résonne particulièrement pour un blogueur politique, ce qu’on voit ici est en réalité parfaitement transposable à n’importe quel texte. Ces élus qu’on paie chèrement de notre travail et de nos impôts, en moyenne, ne font qu’une mousse médiatique dans les commissions et à l’Assemblée et n’ont qu’une idée très vague, dans le meilleur des cas, des sujets sur lesquels ils pontifient. Le problème, ici, est qu’à la fin, une loi est votée, à laquelle les citoyens devront répondre et s’adapter…

La rhétorique, aussi minable soit-elle, permet seulement à ces députés de camoufler l’évidence qu’en réalité, ils ne sont que des enfants qu’on a laissé jouer avec la tondeuse à gazon allumée.

J'accepte les BTC et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires228

  1. Higgins

    « Ces élus qu’on paie chèrement de notre travail et de nos impôts, en moyenne, ne font qu’une mousse médiatique dans les commissions et à l’Assemblée et n’ont qu’une idée très vague, dans le meilleur des cas, des sujets sur lesquels ils pontifient. »: Nous sommes confrontés à une véritable catastrophe intellectuelle. Je cherche vainement un texte intelligent adopté ou proposé par la chambre d’enregistrement, texte qui brillerait par sa hauteur de vue et son impact positif actuel et à venir sur la vie quotidienne. Si quelqu’un à quelque chose en stock sur ce point, je suis preneur.

      1. michelandy

        18 décembre 2013
        Histoires vraies d’exilés fiscaux français et d’un Etat «sans droit»
        Emmanuel Garessus

        C’est court, précis, passionnant, mais triste – qui pourrait se réjouir de la tragédie française? Jean-Philippe Delsol, avocat fiscaliste, qui a créé un bureau d’environ 80 avocats, et qui avait déjà signé A quoi servent les riches, fera plaisir à de nombreux lecteurs avec Pourquoi je vais quitter la France. Un livre qui marie avantageusement l’analyse de textes juridiques et une colère à peine contenue, illustrée par le titre de ses deux grandes sections: «La France fout le camp», «Je fous le camp»….

        Au centre de cet opus qui dénonce une parodie de justice fiscale, qui se lit en un jour malgré d’innombrables coquilles, le lecteur s’attardera sur l’ultime invitation au départ qu’est l’exit tax pour les contribuables sur le départ..

        http://www.letemps.ch/Page/Uuid/6d6e5c02-6733-11e3-ae97-d9d12d8b2e6f/Histoires_vraies_dexil%C3%A9s_fiscaux_fran%C3%A7ais_et_dun_Etat_sans_droit

      2. cyprus ill

        Justement, pour trouver un texte intelligent adopté par la chambre d’enregistrement, il faut vous convertir chers amis. Devenez socialistes bon sang ! Cessez de vous abreuver des niaiseries libérales qui vous éloignent de droit chemin, celui que tous ces génies siégeant aux parlements, commissions, comités ministériels, conseils régionaux, généraux, mairies, arrondissements, préfectures, sous-préfectures, communautés d’agglomérations, et j’en passe, s’évertuent à paver devant vous. Le chemin vers le doux cocon où votre responsabilité vous est lentement mais sûrement retirée et où vous jouirez enfin d’une vie paisible où toutes les décisions ne sont plus prises par vous mais par ces élites qui ne veulent que votre bien.
        Le socialisme c’est le bonheur ! Ouvrez les yeux !

  2. Tribuliste

    Protéger les journalistes majoritairement encartés à gauche, oui bien entendu ! Protéger l’individu libre et autonome qui se cache derrière un écran made in china, non forcément.

    1. Riguite

      Quoi que… On a vu ce qu’a donné la diffusion des images du « mur des cons ». Journaliste limogé (ou presque) et affaire enterrée…

        1. Riguite

          Et so much pour la démocratie et la sortie de belles affaires juteuses. ! Ses sources étaient plus qu’évidentes puisque les magistrats n’ont pas nié avoir cet espace… Seulement les media s’auto censurent alors où est l’intérêt de jouer les alertes ?

          1. Nocte

            L’intérêt de jouer les alertes ?

            faire un vrai travail de journalisme peut-être ? montrer à quel point la séparation des pouvoirs n’est plus, à quel point sa profession est dépendante (puisqu’elle en arrive à l’auto-censure) ?

            Le mur des cons a été un magnifique exemple de la collusion qui existe, et pourtant, certains continuent de croire que l’Ajustice et les journalistes sont indépendants du pouvoir, d’autres commencent à ouvrir les yeux sur l’état de décomposition qu’est devenu la France.

            1. Riguite

              Certes, c’est bien de jouer les martyrs, mais on ne le vit qu’une fois… 😉 Trêve de plaisanterie, je suis 100% d’accord avec vous.

      1. Higgins

        Non, pas enterré mais même si ça peut choquer, la Loi est impuissante devant ce genre de manifestation, aussi imbécile soit-elle (et imbécile, elle l’est et elle le restera) car le mur était dans une enceinte privée. Pour l’explication purement juridique, c’est là: http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2013/04/25/mur-des-cons-c-est-une-oeuvre-d-art.html. Comme le précise Gilles Devers: « S’il fallait engager des poursuites chaque fois que quelqu’un lors d’une réunion amicale a lâché le mot de con à l’égard d’un autre, on ferait exploser les tribunaux ! « .
        Je précise que je trouve ce « mur » très con et que ses auteurs n’ont pas grandi leur profession, loin s’en faut. Conséquence direct pour le SM, un désaveu cinglant aux élections professionnelles qui ont suivi (http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/18/01016-20130718ARTFIG00529-le-syndicat-de-la-magistrature-paie-pour-son-mur-des-cons.php). Et ça, ça fait du mal (en plus; c’est totalement justifié).

        1. Nocte

          Voila pourquoi j’adore venir chez h16 ( au-delà de la qualité de ses billet)s : la qualité des commentaires ( je ne m’inclus pas dedans 😆 )

        2. hussardbleu

          Higgins : Je ne suis pas en accord avec toi, sur l’importance attachée à ce « Mur des Cons », ou plutôt son absence d’importance aux yeux de la Chancellerie, qui n’a eu de cesse de minimiser ce qu’elle qualifiait, par ses proches, de « blague de potache ».

          Potaches ?

          La magistrature exerce un Imperium, proche de celui de l’acception romaine de ce terme, savoir le droit de vie ou de mort : la peine capitale a certes été abolie, mais le reste de l’échelle des peines subsiste, et dans l’état actuel de déliquescence morale de nos Cours et Tribunaux, certaines peines peuvent approcher de très près de la sanction maximale, ne serait-ce que par une pression judiciaire pouvant conduire au suicide.

          Dans ces conditions, s’apercevoir, preuves à l’appui, que certains justiciables sont classés par des Magistrats – un tiers du corps de la Magistrature, ce qui n’est pas rien – dans une catégorie méprisable et méprisée ne devrait, dans un société ordonnée et respectable, que conduire à la déchéance et la révocation de ces Magistrats.

          Car pour les Méprisés, les Réprouvés – les Cons en bref – quelle Justice attendre, si ceux qui les jugent peuvent étaler sans pudeur, et surtout sans sanction, leurs a priori d’ordre politique et moral ?

          1. Higgins

            Ne te méprends pas sur mon commentaire. Il n’avait pour but que de rappeler les limites posés par la loi à une juste indignation. Je désapprouve, comme beaucoup et comme beaucoup dans le monde judiciaire, l’attitude du SM. La qualification de « potache » vient de son responsable (qui démontre au passage que Françoise Giroud a gagné: ne pas être compétent n’est plus un apanage masculin). Elle se dédouane un peu trop vite et le « mur des cons » n’est pas anodin surtout venant de la part d’un syndicat professionnel qui se revendique ouvertement de gauche (pour autant et aussi paradoxal que cela puisse l’être, tous les adhérents de ce syndicat ne votent pas à gauche. Je peux en témoigne.). Les interrogations de tout un chacun sont légitimes mais les sanctions (au sens punitif du terme), si sanction il y a, ne peuvent être que disciplinaire (et encore, c’est border-line), pas judiciaire (ne serait-ce que par le problème de la prescription mentionné rapidement par Gilles Devers). On peut le regretter mais c’est ainsi. Peut être faut-il faire évoluer la loi mais les lois de circonstances sont rarement de bonnes lois. Je serai d’ailleurs personnellement assez surpris que les dirigeants de ce syndicat réitèrent ce triste exploit, la blogosphère se chargeant alors de les rappeler vertement à leurs devoirs.
            La révocation que tu mentionnes ne pourrait intervenir que si on arrivait à établir une relation de cause à effet entre cette prise de position et une décision rendue. Contrairement à ce qui est trop facilement admis par méconnaissance et facilité, les décisions judiciaires ne sont pas le fruit d’un avis d’opportunité mais le fruit d’une réflexion juridique établi à partir des textes de lois et de la jurisprudence. Un juge, ce n’est pas Saint Louis sous son chêne ou Salomon dans son temple. La couleur politique n’intervient normalement pas (nous sommes face à une courbe de Gauss. Il y a toujours 2,5% de cas extrême de part et d’autre) et ceux qui perdent un procès sont rarement de bons perdants, ils restent avant tout humain.

            1. hussardbleu

              @ Higgins : Tout à fait, et je méconnais pas le droit positif actuel, mais je parlais d’une Société ordonnée et respectable… ce qui est, d’évidence, hors de propos…

          2. Marc Aurèle

            @Hussardbleu
            Petit à petit s’érodent toutes ces libertés si durement gagnées. Et comme si ce n’était pas déjà suffisamment insultant, voila que ceux là même qui nous asservissent prétendent que c’est pour notre bien.

            Je suis d’accord sur l’échelle des peines et la mort symbolique que l’individu, « le con » ainsi banni de la société par ces gens là n’aura plus qu’à transformer en suicide. Très bien vu. Une forme de goulag modernisé et rendu acceptable car échappant à la sensiblerie imbécile dans laquelle nous sommes submergés.

        3. Popeye

          La loi, certes. Mais les magistrats sont soumis aussi à un code de déontologie. Qui leur prescrit entre autres (on trouve le texte sur Internet) de « conserver la dignité que requiert leur état » et de ne rien faire qui puisse faire douter de leur impartialité. Traiter des victimes de cons, c’est faire preuve de partialité.

  3. val

    Tout a fait logique. C est le formattage science po : parler peremptoirement tres haut de sujets que l on ne maitrise pas avec une assurance sans faille en s etant auto persuade de detenir la parole divine.

    1. Nocte

      En focalisant sur les écoles, vous ratez la cible.

      Ils ont le pouvoir
      Ils veulent le garder
      Ils ont créé une classe sociale (au sens marxiste) : la classe politique, qui lutte, sans trace de pitié, pour être la plus imperméable possible tant aux autres qu’à la réalité.

      1. Higgins

        Outil de prédilection, le storytelling. Dernier exemple en date, la mort de Mandela ou comment on fabrique un mythe: http://bernardlugan.blogspot.fr/2013/12/le-vrai-nelson-mandela-par-bernard-lugan.html
        Tous ces gens ont parfaitement assimilé les leçons d’Edward Bernays (je conseille la lecture de son livre « Propaganda ou Comment manipuler l’opinion en démocratie » chez Zones) sur l’art de manipuler les foules: « « L’ingénierie du consentement est l’essence même de la démocratie, la liberté de persuader et de suggérer. » » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bernays)
        Les médias modernes et Internet leur donnent la possibilité d’exploiter à fond tout son enseignement, au demeurant fort pertinent.

          1. Higgins

            A titre purement personnel, il me semble que le Mandela des dernières années n’avait pas grand chose à voir avec celui de sa jeunesse. Je ne prendrai donc pas entièrement à mon compte tout ce qu’en dit Bernard Lugan. Il n’empêche que, pour avoir un peu vécu en Afrique, je trouve que ses analyses sont autrement plus pertinentes (à l’aune de mon expérience, elles sonnent souvent justes), même si elles sont souvent politiquement incorrectes, que nombre d’articles ou de reportages sortis régulièrement par nos pisse-copies officiels.
            Pourrais-tu étayer ton affirmation, SVP? En quoi est-il de mauvaise foi?

            1. Pour la partie « analyse de l’Afrique », Lugan est effectivement très au-dessus de la moyenne. Pour la partie Mandela, il débine un peu trop le personnage. Par exemple, quand il dit que Mandela aurait « anéanti » l’armée sud-africaine… Et Mandela a été président de 1994 à 1999. C’est de la pure malhonnêteté intellectuelle de lui faire endosser les résultats économiques des 15 dernières années…

            2. Higgins

              Je ne suis pas certain que l’armée sud-africaine soit aussi performante qu’elle le fut par le passé. Maintenant, est-ce que c’est uniquement le fait Mandela, je n’en sais rien. Je ne fais que constater.

            3. Franciskus

              C’est pas Mandela qui a bousillé l’armée sudaf, c’est De Klerk, justement pour que l’ANC puisse accéder au trône. Mandela a fini le travail. On sait jamais des fois que les Blancs auraient voulu reprendre le pouvoir. ça c’est vu ailleurs, hein (Algérie 1962).

          2. hussardbleu

            c’est simplement parce que tu n’aimes pas ses moustaches ! il est vrai qu’elles gênent sous un masque à gaz…

    2. jacqueshenry

      C’est très exactement ce que font les 2500 experts autoproclamés du GIEC mandatés par l’ONU pour répandre la bonne nouvelle sur le climat : serrez vos ceintures ça va chauffer ! Le mensonge alimente le mensonge surtout dans l’ignorance …

  4. LeRus

    La législature actuelle a déjà effectué un grand bond en avant avec la LPM qui nous a mis au niveau d’un Patriot Act américain. A présent, la France continue sur sa lancée et devrait bientôt rattraper les avant-gardistes que sont la Chine et la Russie. Kim Jong-un: on arrive!

    Je propose des flash-mob devant toutes les Mairies pour ensuite détruire au burin le début de la devise française: Liberté.

    C’est devenu de la publicité mensongère

    1. Nocte

      La totalité de la devise.

      Egalité sous-entend « en droits », pas « de conditions », or, c’est bien l’égalité de conditions qui est visée par les égalitaristes.
      Fraternité : vous accepteriez que votre frangin vous braque un revolver sur la tempe sans craindre un quelconque retour de flamme ?

  5. Etienne

    De toute façon qui peut garantir que le pays se porterait moins bien sans tous ces clowns ? Je suis certain que si nous n’avions plus ni gouvernement ni chambre d’enregistrement pendant un an personne ne s’en apercevrait. Il n’y a qu’à voir l’exemple de la Belgique. Leurs seules actions sont de voter des budgets qui ne sont de toute façon ni réalistes, ni respectés, et de réagir à l’actualité par leur chiures législatives.

  6. trottinette

    On peut dire que ça devient nauséabond (comme ils disent), on en arrive aux heures sombres (coucher de soleil, nuit noire) de l’histoire.
    Nonobstant tout ce fatras législatif, on continue toujours à légiférer de plus belle et sans discontinuité. Quel mille-feuilles ou ne pas dire autre chose.

  7. vengeusemasquée

    Tiens c’est mon député Herbillon. Enfin, pas que j’aie voté pour lui hein, on est bien d’accord… 🙄

    1. Aristarque

      Tu le subis parce qu’ il y a eu suffisamment de gogos pour croire en lui dans sa circonscription… Rassure-toi, tu n’ es pas la seule à endurer…

    2. hussardbleu

      Michel Herbillon : « il ne faut pas étendre la protection aux blogueurs car nous sommes ici pour établir un texte de loi, et non pour engager une réflexion » (sic)

      Ce formidable (au sens étymologique, hein!) aveu mérite d’être gravé dans le marbre, au Panthéon de la Sottise Satisfaite.

      J’avais, dans le passé, proposé le verbe « bessonner » comme signifiant de la trahison en politique (« raguser » existait déjà, mais qui connait encore le vieux Marmont?).

      Je suggère maintenant d’entériner le verbe « herbillonner » au sens de « voter sans réfléchir ».

      1. Nocte

        Cher Hussard,

        Voter, ou Voter sans réfléchir n’est-ce pas, finalement, la même chose ? Aujourd’hui, j’ai l’impression que les gens réfléchissent, mais au sens de renvoyer une image, ou la lumière, pas au sens de raisonner; et dans l’acte de voter, combien ne raisonnent pas, ni même ne renvoient une image, combien répondent à stimulus pavlovien.

        -certains ont voté Hollande pour ne pas voter Sarkozy
        -les députés votent des lois parce que le parti,le sénat, le gouvernement a dit : votez pour
        -les sénateurs votent des lois comme le font les députés.

        point de réflexion cérébrale ici, juste l’expression du souhait venant d’un étage au-dessus ou d’une masse plus grande.

        1. Duff

          Les députés votent comme le demande le parti parce que sinon, faute d’investiture officielle, on perd les élections à moins d’être reconnu et apprécié dans sa circonscription pour affronter sereinement un parachutage. Ce sont donc pour des raisons bassement matérielles qu’on a une assemblée de moutons crétins.

          Il y aussi le parachutage foireux dans l’autre sens et ça c’est savoureux : Ce pauvre Guéant enchaîne les mauvaises nouvelles, défait aux législatives par un dissident, mise en examen et nom cité dans des affaires puantes…

          Enfin la droite parisienne va nous jouer son film habituel de la dissidence et de la désunion l’an prochain : En plus du double uppercut que va prendre NKM (défaite globale et personnelle dans le XIVème) c’est une de ses grandes amies qui va gicler à cause d’une dissidence à droite : L’incorruptible et intègre Rachida Dati. J’ai lu comment elle avait pris la mairie du VIIème, il me semble assez logique que l’ancien maire et l’actuelle première adjointe soient déterminés à la dégommer…. Je fais confiance aussi aux petits vieux de l’arrondissement pour sanctionner l’arriviste aux diplômes, revenus, honoraires, prestations, émoluments et talent plus que douteux.

          1. Nocte

            « Ce sont donc pour des raisons bassement matérielles qu’on a une assemblée de moutons crétins »

            Complètement d’accord, on est donc bien sur de la réaction et non de la réflexion.

            1. Vodkaman

              Ce qui confirme en fait que les français sont capable de résonner, comme des cloches, et qu’ils s’y entendent aussi lorsqu’il s’agit d’aller veauter pour des crapules arrivistes.

        2. hussardbleu

          Je suis un pessimiste radical, peut-être même pathologique, mais j’admets toutefois qu’une Société ne peut vivre sans lois.

          Dans cet ordre, fort simplement, je m’en tiens à cette définition de la Politique, que j’ai déjà citée ici même, et que j’avais trouvée jadis dans mon Dictionnaire de Trévoux (1704) :

          « Politique : la première partie de la Morale, qui consiste en l’art de gouverner et de policer les Etats, pour y entretenir la sûreté, l’ordre, la tranquillité et l’honnêteté des mœurs ».

          1. Morovaille

            Hum, voir la situation comme mauvaise (euphémisme…) n’a rien d’un pessimisme. Si en revanche, vous pensez qu’il n’y a plus à se battre, à débattre, à essayer d’allumer des cerveaux ou à allumer du politicien : alors là, oui, vous êtes pessimiste !

            1. hussardbleu

              Morovaille : je pense que l’effondrement économico-financier qui arrive sera une manifestation de la Justice Immanente, si un athée peut s’exprimer ainsi. Il n’y aura pas besoin de se battre (enfin, cela dépend contre qui, ex post facto…).

              Comme je l’ai déjà dit – approuvé par quelques uns ici – je vis maintenant dans la dérision – à l’endroit de ce qui passe encore , ou tente de passer, pour la société française – et l’organisation de la sauvegarde personnelle et familiale…

            2. Popeye

              Mais justement, cher émule de Lassalle, même athée, vous pouvez tout à fait parler de justice immanente! La dite justice n’a rien à voir avec une punition d’une quelconque entité surhumaine. La justice immanente s’exerce quand on outrepasse les lois de la nature, ou autrement dit quand on fait fi du bon sens. Typiquement, vous abordez à 130 km/h un virage en épingle à cheveux, en dévers et abondamment garni de gravillons. L’accident mortel consécutif à la sortie de route qui s’ensuit est une manifestation de la justice immanente, pas une punition divine. A 40 km/h en seconde, tranquillou, ça passait, et picétou!

          2. Nocte

            Même si je m’égare parfois dans une rêverie anarcap, je considère que des lois aident à l’organisation de la Société, quand elles sont réfléchies et ne régissent pas tous les pans de la vie des individus. Or aujourd’hui, on assiste à des parlementaires qui se contentent de dire oui parce que c’est la loi du parti ou de la classe, ils enregistrent des lois sans réfléchir aux conséquences et notamment, la construction de cette charmante petite prison que devient la France (avant de devenir la réalisation Panoptique – réalisation en cours)

            1. vengeusemasquée

              Le problème, c’est qu’avec un nombre pareil de lois, c’est matériellement impossible de toutes les connaître et d’envisager les conséquences que de nouveaux textes peuvent avoir à long terme. Même si nos parlementaires étaient honnêtes et animés des meilleures intentions, cela ne pourrait pas fonctionner.

          3. Higgins

            « Le pessimiste: – Décidément, ça ne peut aller plus mal! – L’optimiste: – Mais si! Mais si! »
            Michel Chrestien

      2. Aristarque

        C’est cool, n’ est ce pas d’être député:
        a) on raconte n’importe quoi aux électeurs du moment que cela sonne bien et corresponde à ce qu’ils ont envie d’ entendre pour continuer à croire au Père Noël,
        b) élu, on veaute n’importe quoi que le Suprême chef a décidé de promouvoir, même si cela revient à espérer que les chiens fassent des chats,
        c) toute réflexion est bannissable sauf quand les débats tournent autour de la paie, des impôts ou de la retraite de leurs excellences,
        d) on se met soi-même en dehors d’ à peu près toutes les lois qu’ on collera sur le dos des mandants,
        e) on peut tenir le poste à temps extrêmement partiel tout en percevant l’ oseille plein pot, y compris le défraiement des dépenses pourtant pas faites because le temps partiel,
        f) la rémunération est bonne en vous classant d’ emblée dans les 1% d’ happy few grançais tout en payant un semblant d’ IR dessus, sans compter de menus avantages dont l’ immense majorité des cochons de payeurs d’ impôts ne rêvent même pas,
        g) on verrouille l’ accessibilité parce que la concurrence, là comme ailleurs, nuit à l’ homogénéité du corps…
        h) à part celle des bons mots et autres tirades d’ anthologie, on n’ est responsable de rien…

  8. Paul-Emic

    Pour une fois que je n’arrive pas 324 ème je vais commenter .
    Les différents commentaires de nos Représentants prouvent en effet qu’ils n’ont plus qu’une idée très éloignée de ce qu’est la démocratie, ce que par ailleurs on constate tous les jours. Ils se contentent parfaitement d’une classe de « journalistes » appointés pour applaudir ou contester mais dans les limites autorisées.
    C’est le monde de la collusion.

    Reste à définir ce qu’est un blogueur, la définition d’un journaliste étant déjà suffisamment vague : « est journaliste professionnel toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources », les publications en question pouvant être électroniques.

    1. Ben, comme le proposait la Commission, il suffisait d’étendre la protection des sources à tous les citoyens et plus de problème de définition…

      1. Vodkaman

        tss tss tss, vous n’y êtes pas cher Hôte, c’est pour laisser plus de chance à nos folliculaires nationaux d’obtenir le Pulitzer… les blogueurs ne peuvent l’avoir….

        Comment ça j’ai dis une connerie !!!

  9. Popeye

    {… La rhétorique, aussi minable soit-elle, permet seulement à ces députés de camoufler l’évidence qu’en réalité, ils ne sont que des enfants qu’ont a laissé jouer avec la tondeuse à gazon allumée. …}
    Donc CPEF. J’y tiens à ce petit gimmick.

    PS : il y a une coquille, un malheureux « t » tout à fait superflu à la fin de « ont »

  10. Josselin

    « ils ne sont que des enfants qu’on a laissé jouer avec la tondeuse à gazon allumée. »

    Si seulement. Au moins ils pourraient subir des dommages. J’aurais plutôt dit « ils ne sont que des terroristes qu’on a laissé jouer avec des AK47. »

  11. Aristarque

    La question de base est : sommes nous toujours en démocratie, en Grance de nos jours ? Malheureusement et avec bien peu d’ angoisse d’être contredit par les participants, poser la question revient à y répondre et pas par l’ affirmative… 😐

    1. Nocte

      Mon Cher Aristarque, la France est bien une démocratie représentative, avec tout ce que cela peut contenir, par essence, de corruption, clientélisme, etc…
      Nous élisons nos représentants, ils votent des lois en notre nom.

      La majorité écrase la minorité
      Le clientélisme est roi
      La protection de la classe est le dogme
      L’étiquette n’importe pas, seul le pouvoir compte.

    2. Deres

      Nous vivons la dérive classique de la démocratie. Les élus, même si ils ont un parti, sont censés représenter l’intérêt général et s’y tenir globalement. Généralement, les soucis commencent quand les politiques s’appuient par facilité sur des groupes précis de la population plutôt que de gouverner « au centre ».

      C’est plus nette dans les pays divisé ethniquement où les partis deviennent des vitrines de chaque ethnie et les élections un simple calcul de représentation donnant le pouvoir soit à l’ethnie majoritaire, soit à son challenger avec l’appui d’une coalition de minoritaire. Comme le vote n’est de fait plus anonyme car chacun vote pour sa paroisse, les politiques menés ne le sont pas non plus car il n’y a aucun moyen de récupérer les votes des autres ethnies donc aucune utilité à les caresser dans le sens du poil.

      Cette situation commence à se produire en France. C’est d’ailleurs une stratégie clairement affiché par le think-tank terra Nova. Ils veulent s’appuyer sur des groupes précis de population où ils seront très largement majoritaires. Les promesses de Hollande étaient d’ailleurs très clair aux élections (jour de carence, embauche d’enseignants, anti-racisme, …). Il aurait très bien été capable d’affirmer :
      « Moi président, je serais le président des fonctionnaires,
      Moi président, je serais le soutien des enseignants,
      Moi président, je serais le représentants des minorités visibles,
      Moi président, je ne ferais aucune réforme d’aucun privilège,
      Moi président, je ferais uniquement des économies sur le militaire,
      Moi président, je ne réduirais pas les déficit. »

        1. Nocte

          Rha ! mettez un disclaimer la prochaine fois !

          Je m’attendais à un truc genre un singe et un ak-47, pas à un flan faisant de la rhétorique !

          1. Duff

            Bin ouais mais quoi? Attention bobards en chaîne? Attention grâce à des merdias intéressés par les subventions je peux aligner une longue série de fadaises et de mensonges? Attention je vais surtout pas dire la vérité ni ce qui est utile?

            Bon le coup des crétins qui mettent une AK-47 dans les mins d’un singe, c’est ultime, là je ne peux que vous proposer des vidéos à chier à côté!

            Entre nous, mettre un disclaimer sur une vidéo d’Hollande c’est prendre des risques, on ne sait franchement pas quelle sommitude de connerie lui et sa clique sont capables de franchir mois après mois…

    3. hussardbleu

      Ceci dit, la « protection des sources » chacun peut la mettre en avant, à la différence des journalistes « officiels », en refusant de balancer son informateur.

      Évidemment, on encourt alors les Foudres de la Loi, mais après tout, un peu de courage moral, ça ne nuit pas… et à un procès, on peut compter ses amis… pauvre Rutebeuf…

      1. Higgins

        Sauf dans des cas très graves, les poursuites n’auront pas lieu. Le Parquet, qui a l’opportunité de ces dernières, connaît l’ampleur de la caisse de résonance qu’est le web et agit indirectement sur les ordres du pouvoir politique (officiellement, les directives écrites n’existent plus) . Mieux vaut avoir un dossier en béton avant de passer pour des imbéciles. Reste la saisine directe d’un juge d’instruction par constitution de partie civile. Si les faits sont avérés, le juge peut difficilement ne pas enquêter. En supposant que l’affaire se termine devant le tribunal, je vois mal, sauf cas extrême (divulgations de secrets d’état et encore, tout dépend de la nature de ceux-ci), le blogueur puni de manière importante (surtout s’il n’a pas de casier judiciaire). Il n’empêche qu’une fois de plus, les soi-disants représentants du peuple ont oublié d’où ils étaient issus. A chacun d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

  12. Toutatis

    il reste toujours la possibilité d’être un blogueur anonyme sur un site hébergé le plus loin possible, en Russie par exemple. C’est d’ailleurs de plus en plus répandu parait-il d’avoir une adresse email russe (pour échapper à la NSA). On se croirait du temps de la guerre froide, mais avec des rôles inversés, par exemple maintenant la Russie publie des bulletins d’information intitulés « la voix de la Russie ».

    1. vengeusemasquée

      Si la source a trop peur de parler, de toute façon, même si le blog est hébergé loin, cela ne changera rien.

  13. Yrreiht

    Hé oui, il faut bien empêcher que n’importe qui dénonce les crimes de nos élus.
    France + Belgique confondues, il n’y a plus qu’un seul député et zéro journalistes qui soit un être humain courageux.

    Imaginez qu’un simple citoyen non encarté puisse dire quelque chose comme ça :
    http://www.youtube.com/watch?v=elL43pZM15Q

    Faites-moi confiance, visionnez, ça vaut la peine d’investir 1/2 heure pour voir ça.

    1. retraiteenwallonielepied

      J’espère qu’il va faire un carton aux élections .
      Mais la masse est tellement lourde…

    2. Hugeus

      J’ai regardé ça hier… je n’ai pas regretté mes trente minutes !
      Le top, ça a été la sortie des dépités. Un déni physique de la réalité !
      Je sais qu’H16 chronique sur la France en lente décomposition, il ne peut pas tout nous raconter ; mais un jour, j’aimerais bien avoir son avis de résident bruxellois sur ces affaires à peine croyables dénoncées par Laurent Louis.

        1. hussardbleu

          Il a subi une expertise psychiatrique, disait-il, dans le cadre de l’instruction de son affaire de « recel »… et puis, hein, comme disait Audiard « Heureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière »…

          1. Duff

            Certes, que les démocraties soient malades et que le système médiatico-judiciaire soit corrompu à fond ok. On n’a bien découvert l’omerta sur DSK, Cahuzac, l’UMP est dirigée par un mec qui baignait par inadvertance dans la piscine de Takieddine, mais là c’est tellement énorme que j’attends de voir la suite. S’il y en a une autre que la disparition médiatique de M. Louis.

            Je maintiens que quel que fusse les révélations de ce M. il ne me semble pas totalement sain d’esprit. Qu’on le découvre 0% socialiste et donc déclaré comme fou, c’est une chose… Je n’en ferais pas un héros tout de suite, là je besoin de concret, de preuves, de… hé merde je sais ce que ça implique si ce crétin a raison.

            1. vengeusemasquée

              Il a l’air effectivement un peu timbré mais c’est absolument terrifiant. Ces allégations sont très documentées. Est-ce que quelqu’un a vérifié tout ça ?
              Il est d’une certaine manière rassurant de voir que certains ont encore le courage d’assumer de telles interventions mais la réaction des parlementaires est atroce.

            2. Duff

              C’est comme lorsque Farage balance les magouilles des députés européens et que ça conclue par quelques claps dans une assemblée essentiellement vide.

              Sylvie Goulard élue modem qui connaît ses dossiers par cœur elle va céder sa place à un Floriant Filipipo ou un autre guignol du FN l’an prochain.

              Vive la démocrotie!

  14. Before

    « ils ne sont que des enfants qu’on a laissé jouer avec la tondeuse à gazon allumée » : s’ils pouvaient la retourner pour voir de plus prés comment ça marche 😀 …

        1. hussardbleu

          A mon humble avis, il y a de certaines femmes politiques qui vont pas apprécier…. mais bon, c’est encore un coup d’Hergé…. un fâcho….

          1. Duff

            C’est sur qu’on ne verra jamais cette vidéo dans la sélection de niaiseries qu’offre Yahoo régulièrement. On reste calé sur les chatons, pas de vague

  15. RTP

    correction : n’écrit on pas « répercussion » au lieu de « répercution » ?

    « protéger comme des journalistes tous les citoyens sans exception paraît excessif »
    Oui, l’égalité devant la loi, c’est pour les démocraties. Pas pour nous.

  16. Galuel

    « puisque bon, tout le monde sait que d’un côté il y a les bons journalistes qui voient une information, et font un papier, et de l’autre, il y a les mauvais journalistes qui voient une information, font un papier, mais c’est un mauvais papier et ils sont de mauvais journalistes. C’est pourtant clair, non ? »

    Excellentissime ! 🙂

    1. Le Gnôme

      Ca rappelle le sketch des Inconnus avec la chasse à la galinette cendrée et la définition du bon et du mauvais chasseur.

  17. Celes

    « Des enfants qu’ont a laissé jouer » => On…

    J’étais à un colloque d’éthique mercredi dernier avec des sénateurs et députés.

    J’ai posé des questions qui les ont complètement paumé.
    Dès qu’on aborde les problèmes de fond, ils nagent.

    Oui, ils sont stupides, retardés, fainéants et bien trop payés, pas tous certes mais une bonne partie. Et surtout corrompus jusqu’au trognon quand il s’agit de défendre leurs magouilles. C’en est navrant de voir à quel point.

    1. Morovaille

      +1, je ne crois pas du tout, comme H16, qu’ils soient inconscients de ce qu’ils font. Au contraire, ils savent très bien, pour la plupart, que de protéger les sources d’information serait très mauvais pour eux : ça pourrait mettre en lumière des choses qu’ils préféreraient voir rester dans l’ombre…

  18. jicébé

    Dans le 3e paragraphe avant la fin, à mon avis c’est « statu quo » et non « status quo ». Le « s » me semble superfétatoire.
    Pour le reste du papier, je ne vois pas très bien comment on ne pourrait pas être d’accord. Enfin, si l’on considère que toute vérité est bonne à dire (ou à écrire) ; ce dont je ne suis pas certain à 100 %. Il me semble par exemple qu’au RU, le gouvernement peut interdire à la presse de traiter de tel ou tel sujet s’il considère que la sécurité su pays est en jeu. J’imagine d’ailleurs qu’il existe la même chose en France.

  19. Christophe

    Soyons clairs : cette « protection des sources » est devenue… une fumisterie à l’heure de la pieuvre NSA qui semble être globale.

    Après les révélations sur l’agence US (qui ont fait pschiit dans les neurones des gens) on avait après appris que la France, ma foi, faisait rigoureusement la même chose.

    Là encore, zéro réaction.

    Et le ponpon, c’est article 13 de la loi de programmation militaire.

    Là encore : quelques papiers, un peu d’émotion, et le tout sera vite oublié avec la dinde de noël. Et la bûche.

    Bref.

    Il faut donc ajuster -vers le haut- notre stupéfaction, notre colère, nos peurs.

    La dictature, elle est là. Elle est douce, molle, suave, mais elle est là.

    Et il nous faut comprendre que tout cela ne peut exister que par la force de la rapine.

    Voilà pourquoi, nous devons asphyxier financièrement le Leviathan.

    Députés dépités, agences de renseignement en folie, gauchistes, Belkacem de la terre entière, cohortes de Duflot, légions de Montebourg… tous ces rouages, tous ces gens qui nous pourrissent la vie… n’existent que par la rapine, le vol, l’accaparement de nos ressources.

    Mettons les en faillite. Une bonne fois pour toute.

    Un état doté de ressources modestes, sera forcément modeste dans sa propension naturelle à pourrir la vie des citoyens.

    Dans un état modeste donc, Belkacem ferait des ménages, Montebourg ferait les divorces, Hollande serait chroniqueur sportif dans la PQR, Ayrault serait instit’, etc.

    Dans un état modeste, les services n’auraient pas les ressources pour écouter, violer la vie privée des citoyens.

    L’enjeu ontologique il est là.

    1. Peste et coryza

      Certes, mais c’est impossible pour des raisons sociales, voire même humaines.

      – La plupart d’entre nous ne vivent pas dans des petits villages paumés, avec des boulots informels, où tout le monde se connait et partage des intérêts commerciaux voire familiaux.
      – La plupart d’entre nous n’ont pas l’envie, ni l’age, ni la force, de vivre comme des ermites, des marginaux ou des loups obstinés, avec les cotes saillantes mais la liberté de l’âme.
      – La plupart d’entre nous veulent devenir riches et ont peur d’être pauvres. Tous les parasites étatiques, du seigneur de guerre au ministre pérruqué, jusqu’au Bercycrate, l’ont compris.

      Note : l’Afrance est en marche.
      Après le rapport sur la désintégration, voici venir les coupeurs de route estampillés « diversité ». Un landau au bords de la route, vous vous arrêtez, et hop vous vous faites voler dans le meilleur des cas.
      Et le massacre des animaux des parcs publics…
      http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2013/12/11/Tours-la-petite-chevre-de-l-Ile-Balzac-a-ete-mangee-1720859.
      (où sont les réflexes des français ? pourtant, c’est pas les solutions qui manquent…)
      A quand le retour des franches compagnies ?

        1. Peste et coryza

          @gameover

          Si elle avait été mangée par des crèves la faim ou les clodos du coin, ok.
          Mais là, on parle d’une faune importée fort inopportune, qui est loin de crever de faim (vive le KFC).
          Encore pire si c’était des roms…

          1. gameover

            mééééé, mééééé…. y a pas de mais.

            Ca a commencé comme Serge le lama, mais ca ne s’est pas fini pareil.

            Perso je te dirais que je trouve cela assez drole et que ce qui m’offusque ce sont plutot les braves gens qui preferent payer pour entretenir A FONDS PERDUS des animaux dans des parcs publics et qui ne s’offusquent pas de la petite vieille ou qui essaie de vivre avec 700 euros par mois.

            [Mode Pause ON]
            Normalement la, avec la p’tite vieille tu devrais pleurer.
            [Mode Pause OFF]

            La chevre ou l’AME pour moi c’est du meme niveau de betises.

      1. hussardbleu

        PetC : « franches compagnies » ? tu veux parler des « Compagnies Franches », sortes de milice ? ou des Grandes Compagnies, qui en seraient plutôt l’antithèse ?

        1. Peste et coryza

          mea culpa
          Je veux bien entendu parler des « grandes compagnies ».

          Néanmoins, le retour des « franches compagnies » par une atomisation des forces de l’ordre et le retour de milices n’est pas à exclure.

    2. Marc Aurèle

      Ontologique ou pas, facile à dire yfo et yaka les mettre en faillite et les rendre modeste. Et après?

      Je ne vois aucun candidat aux élections en mesure de changer significativement la situation. So what? arrêter d’aller travailler? arrêter de consommer? (la diminuer significativement est peut-être une piste). Faire la révolution? bah! beaucoup de paroles, peu d’actes.

      Je pense que nous avons encore (très très) loin à parcourir sur cette route de la servitude avant que nous descendions tous dans la rue pour bouter hors cette engeance nous a transformé en sujets. La liste des humiliations et des avanies subies de plein gré mais en maugréant, n’est pas terminée ni près de s’arrêter.

  20. corto74 (@corto74)

    N’oublions pas que le journaliste a, lui, en cas de révélation génante, la possibilité de se défendre et de protéger ses sources si il était accusé par exemple de diffamation: les frais de justice étant pris en charge généralement par son journal. Le blogueur, lui, n’a généralement pas cette possibilité.

    Tenez admettons que je sois informé (par des personnes dignes de confiance voire pour l une d entre elle dépositaire de haut rang de l autorité publique) des frasques condamnables par la justice d’une personne. Que cette personne peut continuer en toute impunité parce qu’elle est protégée … je publie sur mon blog  » sur la foi de témoignages crédibles » cette histoire. Que se passera-t-il ? Plainte, justice saisie à mon encontre, obligé de dévoiler mes sources quitte à ce que cela leur coûte leur carrière, etc… Ben je ferme ma gueule. C’est mieux pour moi et pour mes sources, non ?

    Et le plus drôle c’est que certains journalistes sont au courant de ces frasques, qu’ils peuvent avoir accès aux mêmes sources que moi s’ils le voulaient mais silence…

    1. Nocte

      Mais c’est bien le but : que tout le monde la ferme.

      Les journalistes, eux, pas besoin de leur mettre la pression, ils reconnaissent la voix de leur maitre, et sont parfaitement obéissants.

    2. BenOui

      @corto74

      Je vous rassure, depuis la boîte postale et la lettre anonyme, il y a eu un certain nombre d’innovations dans les langages qui font et feront qu’une information préjudiciable restera toujours en liberté.

      Ce qui est rigolo avec la loi des militaires, ce sont eux qui sont espionnés… il fallait réagir. Alors, qui regarde de trou de bal à qui ? That is the question…!!

    1. gameover

      Cette reference dessert le propos.
      Il y avait un probleme de qualification des faits et donc de leurs auteurs.

      On ne peut pas etre a la fois l’enqueteur, le juge d’instruction. le tribunal et le juge d’application des peines.

          1. Peste et coryza

            En même temps, il est :
            – fonctionnaire territorial
            – catégorie A
            – à Marseille, ville la plus corrompue de France.
            Soit il est naïf, soit il s’est trompé de milieu. A Marseille, le système est pourri. Pour y faire son trou, il faut être accepter de croquer dans la pomme. Donc, prendre son enveloppe, ne pas en ficher une rame, et faire quelque chose de plus utile de son temps.

            1. Peste et coryza

              @Nocte
              – Marseille traine cette réputation depuis les affaires de pissotière à roulettes…
              – J’y ai de la famille, dont certains fonctios à la ville ou à la voirie, suivant les cartes qu’ils ont pris.

              Mais je suis sur qu’on peut trouver aussi bien. Les baronnies PS du nord, le système Dassault, etc…

            2. Nocte

              Disons que c’est hautement médiatisé sur Marseille, mais la corruption, on la croise partout, même dans des petits bleds.

            3. Korrigan

              « Pissotière à roulettes » ?

              Ne suggérez pas de perfides idées aux factotums de Bercynum, l’empereur Vespasien créateur de l’édicule s’empressa d’en instaurer un impôt sur la collecte d’urine.

              Et comme ce ne sont pas les envies pressantes qui manquent dans ce marigot, profitons en pour leur présenter nos devoirs  » Urinaturi te salutant »

  21. Marabout

    Oh, les pipeaulitiques savent parfaitement ce qu’ils font : ainsi, les seuls personnes susceptibles de les mettre en cause sont des journalistes-fonctionnaires payé par l’argent gratuit des autres (mais c’est pour « préserver la pluralité de l’information », puisqu’on vous le dit…) CPETF

  22. Deres

    De toute façon, avec ce gouvernement socialiste de souche et pas simplement affilié, ils vont au bout du concept d’Etat Maman qui prend toute les décisions de notre vie à notre place de la naissance à la mort …
    – Ils se mêlent de la vie sexuelles des français (prostitution, mariage gay)
    – Ils régulent le travail des femmes et les conditions pour avoir des enfants
    – Ils veulent tout gérer des naissances via la GPA et la PMA et que sias-je en 3 lettres
    – ce qu’on étudie, quand on commence à travailler, comment on le fait quand on arrête, tout cela est soumis à la loi de ces charlots
    – la relation des aïeux avec leurs petits-enfant ainsi que d’ailleurs les autres relations sont toutes couvertes par des lois
    – la dernière frontière est la mort où ils poussent un max pour que ce soit aussi l’Etat qui décide (avec notre consentement au début) de notre fin …

    Bref, du berceau au cercueil, notre vie va bientôt être complètement tracé, régulé, conforme au canon socialiste …

    1. Laurent

      Oui c’est flippant de constater à quel point l’état se retrouve partout dans notre vie, à tout moment, dans n’importe quelle situation.

    2. Marc Aurèle

      @Deres
      Les quelques exemples que vous citez ne sont que des éléments épars d’une image plus grande et plus saisissante. Prenez un peu de recul et observez.
      C’est bon pour la satisfaction intellectuelle mais vraiment décourageant pour le moral.

      1. Deres

        Oui, toutes nos décisions y compris les plus personnelles sont impactés par les décisions de l’Etat. Et quand on ne respecte pas leurs préceptes, on est directement touchés au porte-feuille quand ce ne sont pas des poursuites …

  23. BenOui

    Ce qui est très rassurant, c’est qu’ils sont (nos élus) vraiment bêtes.

    Ce qui est très inquiétant, c’est qu’ils sont (nos élus) vraiment tartes.

    Ce qui est jouissif, c’est quand ils commencent à comprendre.

    Ce qui est à mourir, c’est quand ils prennent des mesures.
    (Parceque’ils le valent bien…)

    Le cocktail est explosif, vite une allumette…!

    J’entends déjà des petits cris plaintifs, au fond de l’hémicycle…

    Tient au fait, la hadopi elle est CSA risée?

    1. Marc Aurèle

      @BenOui

      Je pense que vous vous trompez, ils ne sont pas tartes ou bêtes, pas plus que vous et moi (enfin j’espère). Ce serait trop facile comme explication.

      Je pense plutôt qu’une partie d’entre eux est utilisée pour leur immense qualité d’idiot utile, après tout c’est facile. Ajoutez à ceci les avantages tentants du statut de politique professionnel et vous comprendrez.

      Après tout on n’attend guère d’autre chose de fonctionnaires d’une chambre d’enregistrement.

      1. BenOui

        @Marc Aurèle

        « Je pense que vous vous trompez, ils ne sont pas tartes ou bêtes, pas plus que vous et moi (enfin j’espère). Ce serait trop facile comme explication.  »

        C’est justement pour ces raisons que c’est à la fois rassurant et inquiétant. Là, je ne parle pas d’un parfeu Open Office,…

        Les dernières lois passées démontrent qu’ils feront tout et n’importe quoi pour préserver des privilèges, au détriment de nos droits les plus élémentaires, qu’ils ne s’appliqueront en aucun cas naturellement. (ex: Téléphone crypté pour eux, interdit pour nous…)

  24. gem

    Bon. Mais qui décide qui est un « journaliste » et qui n’en est pas ? Et je ne parle pas seulement d’un journaliste français agréé par la CCIJP, hein, mais d’un journaliste en général…

      1. gem

        merci pour le doc. Au moins comme ça il est clair que … ça ne l’est pas !

        « 4.3 Who is covered by journalistic rights and responsibilities?
        […]
        Within the shifting sands of the current media environment, the HLG regrets to refrain from offering any firm and consensual definition of either journalism or journalists. What it does recommend is continued debate among all stakeholders on the question, so as to reach at least temporary and pragmatic formulations that may serve as guidance to courts. »

        1. simple citoyen

          Oui, sachant que cela ne les empêche pas de construire un parcours obligatoire pour ceux qui auront ou non la capacité d’intervenir sur des sujets techniques… si on regarde bien, on comprend assez vite où se situera le fameux équilibre consensuel…
          Une fois de temps en temps, il faut lire entièrement un de ces rapports pour comprendre comment fonctionnent vraiment ces institutions et comment ils nous forcent la main.

  25. Nocte

    J’aime beaucoup la une de Charlie Hebdo… Elle ne semble pas toute jeune (je lis 1972), mais quelle ironie !

  26. Adrien

    C’est avec ce genre de texte et de « débats » qu’on comprend que la classe politique française dans son ensemble, droite comme gauche, extrême comme centre, n’a pas vraiment intérêt à ce que les choses changent quand ça la concerne directement. Dans le même registre :

    – le cumul des mandats (« je ne cumule pas, j’exerce mes fonctions » dit vaillamment un maire/président/adjoint/délégué/vice-président pas loin de chez moi)
    – la simplification des collectivités territoriales (« les Français ne comprendraient pas, ils sont profondément attachés à leur commune/région/département/agglomération/pays/syndicat/etc. »)
    – les indemnités et avantages divers liés au statut d’élu (« c’est démagogique »)
    – la transparence sur leur patrimoine (« c’est encore plus démagogique »)
    – les subventions à la presse (« il fait une information de qualité »)

    etc.

  27. eheime

    « Ces élus qu’on paie chèrement de notre travail et de nos impôts, en moyenne, ne font qu’une mousse médiatique dans les commissions et à l’Assemblée et n’ont qu’une idée très vague, dans le meilleur des cas, des sujets sur lesquels ils pontifient. »

    > Peut-il en être autrement ? Quelque part la démocratie pousse un peu à ça si la population n’est pas éduquée :

    1. D’abord il n’y a aucune préselection basée sur la compétence des élus. En même temps ça ne me choque pas, sachant qu’un diplome ou autre examen serait une entrave à la démocratie à mon sens. C’est je pense aux citoyens votant de faire cette pré-selection eux-mêmes, ce qui suppose un certain niveau de volontarisme et de dicernement.

    2. Ensuite il y a la question de la perception du travail effectué. Les hommes politiques sont élus. Ce qui compte n’est pas ce qu’ils font, mais ce que leurs electeurs savent de ce qu’ils font. En bien ou en mal. Un homme politique qui fait bien savoir le peu qu’il a fait, l’emporte face à un homme politique qui fait mal savoir l’excellence qu’il produit.
    A contrario, un homme politique pourri qui sait mal dissimuler ses petites erreurs perd face à un homme politique mafieu qui sait masquer ses crimes odieux.
    C’est donc aux citoyens votant de faire leur enquête sur leurs élus , ce qui suppose un certain niveau de volontarisme et de dicernement.

    3. Enfin et pour finir il y a la question de l’appreciation du travail effectué Les hommes politiques sont élus. Ce qui compte n’est pas leur compétence, mais la compétence des electeurs pour apprecier ce qu’ils font. Or les electeurs ne sont pas forcément qualifiés pour effectuer cette appréciation. C’est d’ailleurs pour cela que l’on s’en remet à des représentants .. dont on ne peut apprecier la qualité du travail fourni. Un homme politique qui fait tout de travers mais qui met toute son ardeur à duper son electorat en lui faisant penser qu’il est volontaire et efficace en s’attribuant des mérites d’autrui, l’emporte face à un homme politique qui agit efficacement mais modestement et n’a pas le temps ou même la volonté de faire valoir son travail.
    De même un homme politique qui se conforme à des désirs stupides, inefficaces et injustes, mais populaires, de son electorat, l’emporte face face à un homme politique qui fait preuve de dicernement face à un electorat imbécile. C’est le principe de la démocratie.
    C’est donc aux citoyens votant de faire de s’informer pour apprécier le travail de leurs élus à sa jsute valeur, ce qui suppose un certain niveau de volontarisme et de dicernement.

    Bref, sans un rôle très actif du citoyen, à le supposer instruit, on obtient forcément des élus qui prennent des décisions imbéciles, puisque le mode de selection ne tient pas nécessairement compte de leurs resultats.

  28. eheime

    “Une bonne partie de la population ne fait aucun effort de réflexion, et ce n’est pas parti pour s’arranger. Alors ou bien on lutte pour une cause perdue et on y perd sa santé, ou bien on essaie de prendre les choses comme elles sont et de s’y faire.”
    Frank Zappa

    1. Greg

      Ah, Zappa le philosophe !

      Il était très libéral tout compte fait, à critiquer les méfaits des églises et des écoles sur les enfants (et adultes)…
      Très libéral aussi sur la drogue, en disant :

      “A drug is not bad. A drug is a chemical compound. The problem comes in when people who take drugs treat them like a license to behave like an asshole.”

  29. Popeye

    Un blogueur « nauséabond » (Franck Boizard avec sa « Lime » pour ne pas le citer) parle de « classe jacassante » pour illustrer la collusion entre politiciens professionnels, journalistes et autres ressortissants des mass-media, magistrature et universitaires.
    Comme le dit Nocte (10 h 56 min)
    Ils ont le pouvoir
    Ils veulent le garder
    Ils ont créé une classe sociale (au sens marxiste) : la classe politique, qui lutte, sans trace de pitié, pour être la plus imperméable possible tant aux autres qu’à la réalité.

    J’ajouterai que depuis l’expulsion de toute notion de transcendance, à tout le moins d’hétéronomie des normes morales, du débat public, ce dernier est devenu totalement « marxisé », c’est à dire analysable de manière pertinente par de simples et basiques rapports de force. Celui qui détient une parcelle de pouvoir parce qu’il appartient à la classe dominante fait tout ce qui lui semble nécessaire pour se maintenir dans cette classe.

  30. Laurent

    Où la démocratie devient une menace directe pour la liberté… Je ne sais plus qui a dit « Si tu veux connaitre un homme, donne lui du pouvoir ».
    Vraiment moche.

    1. hussardbleu

      Joli ! …. au grand jour, on manquera sûrement de chanvre…
      Mais bon, le PM avait dû lui dire « Vas y Catoire » et l’autre pomme n’ a rien compris…

    2. Aristarque

      Pensez-vous! Si ce maire a accordé ces dernières années tous ses soins à sa clientèle électorale, il sera réélu, haut la main. Confer Jacques Mellick à Béthune qui traînait des casseroles et marmites derrière lui, y compris municipales et qui avait été réélu avec un score de maréchal au scrutin suivant…

    3. vengeusemasquée

      Dès que vous vous intéressez un peu à votre politique locale, vous pouvez deviner des affaires comparables dans vos municipalités. En tout cas, c’est le cas chez moi.

      1. Nocte

        Très clairement.

        De par chez moi, c’est surtout la modification de PLU ou distribution de permis construire selon le propriétaire du terrain.

        Genre : terrain qui passe sous le nez d’un proche de la mafia locale, hop ! le permis de construire met 20 plombes à arriver, entre temps, hop, une petite modification du PLU : le terrain devient inconstructible, le permis est refusé, le terrain est revendu une misère, il arrive dans l’escarcelle de la mafia, le plu est changé l’année suivante, le permis délivré à la vitesse de la lumière…

        1. hussardbleu

          J’en connais une jolie à côté de chez ma fille, dans le Var : un terrain est situé au bord d’un ruisseau sujet à des flash-floods régulières. De l’autre côté du ruisseau, mais en surélévation de deux ou trois mètres, un autre terrain.
          L’un a obtenu le PLU kivabien et le PC à la suite, devinez lequel ?

          Gagné, c’est celui en contrebas, car le propriétaire est le père d’une adjointe… moyennant quoi le pavillon ainsi construit, et donné à bail, a été inondé déjà trois fois en deux ans…. au grand dam (désolé, pas fait exprès) des locataires…

      2. Deres

        Il y a aussi les emplois de la collectivité, les attributions de HLM et de places en crèche, les contrats avec des entreprises locales, les piscines de remerciements des entreprises de BTP, les places de président ou d’administrateurs rémunérés de syndicats pour le ramassage des ordures ou autres … La corruption est partout en France, même si ce n’est pas de la transmission directe d’argent liquide. C’est plus subtil. Mais la plus grosse culbute vient généralement des terrains non constructibles donc ne valant quasiment rien devenant soudain constructibles donc 1000 fois plus cher. Une hausse instantanée de 99900 %, ne cherchez pas, on n’a jamais trouvé mieux comme bonne affaire …

        1. vengeusemasquée

          Les contrats avec les entreprises locales représentent une part énorme de la corruption des municipalités de la région parisienne, et d’ailleurs de toutes les métropoles.
          C’est très simple : mettons qu’on ait un projet d’aménagement en vue. Avant même de le présenter en conseil municipal (ou général, ou communautaire, ou régional, naturellement, pas de discrimination), on sait qui aura le marché.
          On rédige donc le cahier des charges de manière idoine pour qu’une seule entreprise puisse y répondre totalement. De fait, cette entreprise sera 30 voire 40% plus coûteuse qu’une autre qui aurait fourni le même service mais peut-être pas exactement avec le même matériau. Mais on s’en moque parce qu’on a des goûts très arrêtés en matière de qualité de matériaux donc on ne va pas se contenter de seconde gamme, n’est-il pas ?
          Par la suite, un ou deux petits malins découvrent que l’entreprise choisie a un lien familial avec le maire ou un de ses adjoints, ou travaille pour lui sur un autre contrat sans aucun lien avec la mairie. Mais dénoncer des choses pareilles, c’est rappeler les HLPSDNH, naturellement. De fait, tout le monde s’en moque, et c’est sans doute ça le pire.

        2. jean-marc

          tout de même, si : la came ( avec un peu, ou beaucoup, plus de risques, c’est vrai ).
          ( conséquences sociales et humaines similaires : terrain trop cher, maison de merde ( le fric est parti dans le terrain ) trop chère et invendable, crédit trop gros, remboursements trop chers = famille qui n’a plus de vie, s’engueule, divorce, coule…)

          1. jean-marc

            c’était trop vite pour moi, fatigué ( travaux a finir avant mars, le maire m’aime bien et accepte d’être aveugle, mais il ne représente pas…) la réponse était pour Deres…

            1. Peste et coryza

              Je connais un mec, ancien thésard de l’X, qui a bâti sa fortune comme ça… au maroc.

              Un repérage, une valise de biftons filée à qui il faut, une dalle coulée dessus, et hop, le terrain passe constructible et prend 10000%.

  31. Black Mamba

    Donc si je comprends bien tous les documents que nous vous envoyons pour justifier nos propos peuvent très bien être divulguer cher H16 à toute autorité qui vous le demanderai ainsi que les coordonnées des personnes qui vous ont fourni ces documents ? 😕

    1. Nocte

      Oui, et c’est justement ce que cherchait à éviter la CNCDH et ce qu’ont envoyé valser les parlementaires.

      Maintenant, l’avantage d’H16, c’est de ne pas vivre en fRance, c’est aussi de baser ses articles sur pléthores de liens issus, soit de sites de journaux classiques, soit de pure player.

      Cependant, BM, vous êtes très prolixe à l’égard de votre situation (le montage que vous avez fait, etc…), les services français ne doivent même pas avoir besoin de demander quoi que ce soit à qui que ce soit pour vous identifier.

      1. Black Mamba

        Hé Hé je ne suis pas là seule, notre comptable est très prolifique , il sévit dans toute la France, d’ailleurs on avait reçu une invitation par fax et nous nous sommes déplacé à tout hasard et on a bien fait 😀

        1. Nocte

          Il n’y a pas que le montage, je n’ai pas retenu, ni même probablement pas lu tout ce que vous avez dévoilé, mais je pense qu’il y a suffisamment matière pour vous retrouver.
          A moins, bien entendu, que vous ayez fourni des informations erronées.

          1. Black Mamba

            Personnellement , je m’en balance, qu’est qu’il peuvent bien faire contre une chance pour la France … M’expulser ? Chouette :mrgreen:
            Prendre mes biens ? Et alors , ils me rendront ainsi ma liberté
            Me jeter en prison , je serais alors loger, nourris , blanchis …il ne me faut pas grand chose 😀 j’ai déjà vécu durement , tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort …

      1. BenOui

        Sans faire de recherches, h16 vous êtes hébergés à OVH Roubaix, France par Paris, France télécom,… Bref, un régale pour suivre qui rentre et sort sans demander la moindre justification à qui que ce soit. Non ?

  32. paracol

    Le mur des cons est repréhensible dans la mesure où il s’agit d’un fichier non déclaré à la CNIL , à caractère politique de surcroit.

  33. fx

    Et donc sur ce meme site du PS (si, vraiment)…
    « François Bayrou, Marie-George Buffet, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, Gérard Schivardi et Dominique Voynet ont répondu à la lettre que Reporters sans frontières avait adressée, le 16 mars dernier, à tous les candidats à l’élection présidentielle française.

    Tous les candidats se sont prononcés en faveur d’un renforcement de la protection du secret des sources (déjà garantie par l’article 109 du code de procédure pénale) et de l’inscription de ce droit dans la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881. Ils sont également d’accord pour étendre au domicile des journalistes indépendants les dispositions relatives aux perquisitions dans les entreprises de presse (« présence d’un magistrat qui veille à ce que les investigations conduites ne portent pas atteinte au libre exercice de la profession de journaliste », article 56-2 du code de procédure pénale). »

    Hors, journaliste independant, blogeur, citoyen… dans son domicile, c’est interchangeable. Comme on est loin des promesses electorales.

  34. Marc Aurèle

    Petit à petit s’érodent toutes ces libertés si durement gagnées. Et comme si ce n’était pas déjà suffisamment insultant, voila que ceux là même qui nous asservissent prétendent que c’est pour notre bien.

    1. hussardbleu

      Excellente question ! tu as lu le billet de H16, mon cher Huron ? ou n’es-tu qu’un Troll trollinnant ?

      1. Matthieu

        Non je l’ai lu comme toujours. Un libéral doit assumer ses actes et pas chier dans son ben comme un couard. Pourquoi pas un programme de protection des balances tant qu’on y est?
        C’est la meilleure façon de pérenniser l’omerta que de faire mine de protéger les gens contre des représailles fantasmées. Pour briser ce système faut le discréditer au lieu de lui accorder du crédit.

        Surtout que niveau révélation, Oulala, Penel va risquer la vie de sa source pour avoir révélé l’affaire bettencourt… Pouarf, foutage de gueule ultime. Ou encore balladur, qui en fait des cauchemars?

    2. Tu pourrais faire un effort de réflexion. Surtout que c’est marqué dans le texte : « …ceux qui savent ne disent rien par peur des pressions, répercussions et autres rétorsions »

      Tu devrais aussi te poser la question de savoir pourquoi cette protection des sources existe dans à peu près toutes les constitutions et dans la convention européenne des droits de l’Homme (quoi qu’elle vaille par ailleurs).

      1. Nocte

        Surtout quand on voit ce qui se passe avec Snowden, il n’y a pas besoin de réfléchir très longtemps, ni très fort.

      2. Matthieu

        Les pressions, violences, harcèlement etc… sont des délits punissables par le droit pénal. Donc pourquoi, protéger l’anonymat des sources? C’est simplement malsain. Heureusement que Swoden n’a pas fait de même.

        1. Nocte

          Snowden ne vit plus aux US qu’il a du fuir pour éviter de payer très, très cher ses révélations (il est ‘juste’ considéré comme un traitre) et c’est ‘juste’ l’Etat Fédéral US qui veut sa peau, s’ imaginer qu’un droit quelconque peut lui sauver la peau, équivaut à se fourvoyer très lourdement.

          Un exemple plus près de chez nous, le journaliste de F3 et le mur des cons…

          1. vengeusemasquée

            Chacun a une petite histoire comme ça parmi ses connaissances. En fRance, on ouvre sa gueule pour dénoncer un dysfonctionnement, surtout public, on le paye toujours très cher et le dysfonctionnement, non seulement n’est jamais remis en question mais il est renforcé dans sa légitimité.
            Bien sûr, cela ne concerne pas que la fRance.

            1. Duff

              C’est mieux que ça, bien que tout le monde soit manifestement au courant à Bercy pour le compte en Suisse de Cahuzac, Flanby l’a tout de même chargé de la fraude fiscale. Quant à notre ami Jack Lang, il préside bénévolement l’institut du monde arabe alors que ses rapports avec les arabes se limiteraient qu’avec de très jeunes à l’abri des regards dans son ryad marocain. Etc.

            2. Aristarque

              J’ai cru comprendre que le dévouement bénévole de D’jak était récompensé par un chèque mensuel comportant un 1suivi de quatre zéros. J’ai dû, causé par mon grand âge de barbon, à en croire HB mon aîné, probablement mal comprendre…

      3. gameover

        Pour le troll j’ajouterai que ce n’est pas au citoyen de mener les emquetes ni d’accuser mais juste dans ce cas de porter des faits reprehensibles a la connaissance de tous. Il n’est pas forcement evident de trouver le coupable dans de telles affaires de detournement de fonds publics. M’est avis que le fonc aurait vite fait d’etre catalogué et d’etre bien seul a la machine a café si ce n’est suspendu.

        1. vengeusemasquée

          Suspendu ou dégagé de ses responsabilités, invité à changer d’employeur… vous n’avez pas idée de l’arsenal de pressions qui peut exister dans la fonction publique quand quelqu’un qui en sait un peu trop ou n’a pas le bon état d’esprit est repéré.

          1. Matthieu

            La fonction publique c’est 70 licenciements pour insuffisance professionnelle par an, dont 30 pour faute grave, sur une masse de plusieurs millions. Alors j’ai du mal à statistiquement quantifier la persécution dont sont victimes les lanceurs d’alertes.

            1. En somme, parce que le secret des sources est très restreint (aux seuls journalistes) et qu’il y a très peu de fautes graves, c’est qu’il y a peu de persécutions ? Ou peu de lanceurs d’alertes ? Ou … ou quoi ?

              En gros : on n’a pas de données, donc on ne peut pas conclure, et certainement pas à l’inutilité de la protection des sources.

            2. Nocte

              Suspendu ou dégagé de vos responsabilités, ca ne signifie pas viré mais la subtilité vous échappe.

              Essayez d’évoluer dans un environnement où vous n’avez plus rien à faire, où plus personne ne vous parle, où les gens cessent de parler en votre présence et se mettent à murmurer ou à se jeter des coups d’oeils ou signes de tête entendus et quittent la pièce.

              On en reparle ensuite ?

            3. vengeusemasquée

              Vous qui avez l’air de bien savoir de quoi vous parlez, vous avez essayé dans les faits pour de vrai ? Vous en avez parlé avec des gens vraiment concernés ? Qui ont fuité des infos ? Ruiné leur carrière ? Essayé d’intéresser des journalistes aux trucs scandaleux auxquels ils assistent ?
              Bref, ce serait bien si c’était aussi simple que ce que vous dites. On n’en serait alors pas là.

            4. Peste et coryza

              La femme d’un de mes collègues a connu ça (elle refusait les avances de son n+1).
              3 ans de mise au placard, et une grosse déprime…

              Heureusement, ça s’est réglé, et après 1 an de chômage elle a pu rebondir.
              – elle a obtenu son licenciement.
              – le fait qu’on ait « persuadé » son boss de lui accorder y est pour quelque chose.
              Suffit d’avoir les bonnes infos… et un privé c’est pas si cher.

        2. Matthieu

          Libre à chacun de dénoncer les faits illicites dont il a la connaissance au procureur (pour déclencher une enquête) et aux médias (pour déclencher un buzz).
          Journaliste de France 3 ou Zoe Shepard, c’est l’exemple même des bons gros dommages-intérêts, d’une condamnation pénale, et d’une réintégration au final aux prud’hommes. Même un amateur mange tout cru de telles directions.

          Agir comme un pleutre, c’est subir.
          Snowden c’est un peu différent, il était tenu à la confidentialité contractuellement. Il a sorti des données intéressantes, mais illégalement tout de même. Mais ça force c’est d’avoir assumé, renoncé à ses 200 K$ annuels par convictions dans la défense des libertés individuelles.

          En France, un salarié n’a pas le droit de dénigrer publiquement son employeur en vertu du principe de loyauté. Un principe issu du pouvoir de direction du patron, pouvoir lui même issu du principe libéral de la propriété privée.

          Ca c’est la limite à ce qu’un employé peut faire.

          Donc une fois de plus cette protection des sources est absurde (les conséquences sont couvertes par la loi de toutes manières). Ca permet uniquement à des journaleux d’obtenir des infos illégalement, et ça ne me plait pas plus que si c’était la police qui agissait de la sorte.

          Et en outre, elle est dangereuse, puisqu’elle accrédite la thèse de l’omerta: tu parles, donc tu risques, donc on te cache. NON! Tu parles, t’assumes, on te protégera des petits malins mal intentionnés qui eux devront se cacher. Voilà une pensée plus vertueuse, et digne. Et qui plus est, fondée sur le principe de non agression.

          1. hussardbleu

            Le salarié a le droit d’exprimer son opinion dans l’entreprise et en dehors de celle-ci.

            Il s’agit d’une liberté fondamentale qui ne peut être limitée qu’en cas d’abus.

            Cet abus résulte souvent de la manière dont la critique est formulée.

            En cas de faute lourde, le salarié peut être condamné à verser des dommages-intérêts envers son employeur.

            Prouver la faute lourde est souvent difficile, car cela implique de rapporter la volonté de nuire du salarié et non simplement le préjudice subi par l’employeur.

            En pratique, il est donc rare que le salarié, souvent licencié, soit condamné à verser des dommages et intérêts à son employeur lorsqu’il émet des critiques sur son entreprise.
            La Cour de Cassation vient cependant de rappeler que les règles sont différentes si le salarié émet des critiques après la fin du contrat de travail.

            (Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 19 septembre 2012 N° de pourvoi : 10-21517 Non publié au bulletin Rejet)

            Selon la jurisprudence de la haute juridiction, les critiques d’un ancien salarié peuvent donner lieu à versement de dommages et intérêts au profit de l’employeur sans avoir à établir l’existence d’une faute lourde.

            Dans cette affaire, le salarié avait adressé trois lettres de critique de la gestion de l’entreprise à deux clients de la société après la fin de son contrat de travail.

            Il sera condamné à indemniser le préjudice de la société, sur la simple démonstration de l’existence d’un dommage causé à l’entreprise.

          2. Nocte

            Vous parlez par expérience ou vous vous basez sur la théorie de la séparation des pouvoirs, de l’égalité en droits et du triomphe du Bien ?

            1. Matthieu

              Je suis donc le seul ici choqué par le fait qu’il faille obligatoirement un secret des sources pour protéger des témoins?
              Dans ma logique ce sont les persécuteurs qui doivent avoir peur.
              C’est dingue de penser à ce point à l’envers: on ne protège pas la liberté d’expression, ou d’opinion en anonymisant les gens. Mais en réprimant ceux qui y portent atteinte.

            2. gameover

              Oui pas mal Nocte. Merci a HB de le noter j’avais pas fait gaffe en lisant.

              @ Matthieu qui dit : « Dans ma logique ce sont les persécuteurs qui doivent avoir peur. »

              Quels cons ces americains, il faudrait leur dire de supprimer le programme de protection des temoins. C’est completement inutile car les persecuteurs ont vraiment trop trop peur.

              « C’est dingue de penser à ce point à l’envers: » Oui. Tout depend si tu penses qu’on a des yeux pour voir ou que l’on voit car on a des yeux.

              Bon, sinon dis nous sur quelle planete tu habites. ca a l’air interessant.

            3. Aristarque

              Et quand ceux qui portent atteinte à la liberté d’expression sont du « bon côté » du monopole de la violence légale ou ont suffisamment d’ entregent pour l’ actionner à leur profit ou à celui de leurs copains de rapines, on procède comment ???

            4. Matthieu

              Ne croyez pas que je fantasme un monde idéal. Bien sur que les pressions ça existe, mais nous sommes quand même dans un état de droit. On doit se focaliser sur la répression des comportement de prédateurs, pas sur le comportement normal des individus. Interdisons les mini-jupes si nous ne savons pas protéger les filles des violeurs!
              J’ai peut être une vision différente de par mon activité professionnelle. J’ai déjà eu à monter des dossiers contre des harceleurs pour des clients (ça n’impliquait pas de « sources » journalistiques je l’admets). Ca me rend peut être plus confiant dans la possibilité de faire stopper de telles pratiques, ou au moins de les punir.
              L’arsenal répressif est certes selon moi à étoffer, ça devait être le cas avec la loi sur le harcèlement moral/sexuel au travail qui a été annulée par le CC malheureusement.

              Quant à la crainte, je vois régulièrement des gens me dire qu’un tel est intouchable, trop important, qu’il a le bras long. Alors je leur répond que j’espère qu’il est assez long pour atteindre leur porte feuille. Car ce genre de crainte est psychologique. C’est l’emprise psychologique qui fait penser comme ça. Je le vois souvent des les divorces, surtout quand le mari est flic, ça vire vite à la paranoïa.

              Je ne suis ni brave ni téméraire, je suis lucide sur la présumée intouchabilité des prédateurs de toutes sortes. Aider les gens à se « sortir la tête du cul », ça ne passe surement pas par une protection des sources qui accentue se sentiment de vulnérabilité.

              1. « mais nous sommes quand même dans un état de droit. »

                Ah bah si tu fais dans l’humour cynique, là, je peux plus lutter.

                « ce genre de crainte est psychologique »
                Ah oui, le psychologique qui provoque une mort par saturnisme. Je vois.

  35. Christophe

    No limit.

    « La lutte contre l’anonymat sur Internet fait son grand retour. Après Harlem Désir, lundi 16 décembre sur BFM-TV, c’est François Hollande, en recevant le même jour le Conseil représentatif des institutions juives de France, qui a pris pour cible « la tranquillité de l’anonymat sur Internet ». »

    http://tinyurl.com/n5ygxlz

      1. Nemrod

        Quel grand film.
        J’ai obligé mes 3 enfants à le visionner.
        Ils ont finalement adoré.
        Le plus grand ( 17 ans) à l’époque a pris ça comme un uppercut.
        Pour lui le totalitarisme c’était la violence, les SS, les camps…
        Il ne soupçonnais pas cet étouffement poisseux, cette peur discrète mais perpétuelle, cette bureaucratie tatillonne mais efficace; choses magistralement montrées par ce film.
        L’ai revu il y a peu et nous y courrons tout droit.

        1. Duff

          Merci pour cette idée de film à regarder. Bien que les ficelles soient par moment un peu grosse, « la vague » m’a bien amusé.

  36. JS

    Merci pour cette bonne tranche de rigolade après une journée de boulot bien stressante !!

    Finalement leurs « décisions » sont toujours hyper prévisibles : protéger leurs acquis par tous les moyens possible.

    Leur prévisibilité est un talon d’achille…

  37. Elus du Peuple

    Merci pour ce billet enrichissant. Banalement enrichissant au demeurant, puisque c’est le lot de tout billet.

    En effet, ce n’est pas parce que s’attaquer aux élus de la République c’est s’attaquer au Peuple, qu’il ne faut pas s’attaquer au Peuple !!?

    Heu … je suis donc d’accord avec l’auteur et en conclus qu’un Peuple élisant des incapables mérite une bonne dictature, juste pour lui remettre les idées en place. Et pan !

    Il n’a pas dit ça l’auteur ? Alors l’incapable ce serait moi ? Incapable de lire entre les lignes ? Ouin, ouin, un mouchoir svp !

    Bon alors j’essaie une autre approche, dans ce deuxième round.

    Ce Peuple c’est vous, pas moi évidemment. Vous n’êtes que des enfants gâtés -sens premier … premier pour une fois- chers concitoyens vivants. Vous avez en main une démocratie : « Démocratie ? Pfff fait chier, ça sert à rien, ça marche pas. Il est où l’bouton ? ».
    Vador ! viens nous libérer de la konnerie ! Mets-nous un petit coup de koté obskure sous le sapin pour 2014. Juste ce qu’il faut pour occire les décérébrés. Attention : hécatombe assurée !

    Ah, au fait : savez-vous pourquoi aucun candidat intelligent ne se présente ? Parce qu’il ne veut pas prendre le risque d’être le représentant d’un Peuple de kon bien sûr !

    Mince, j’ai oublié le sujet, pourtant le principal. J’suis d’accord avec vous, j’suis con.
    Le sujet c’est protéger. Protéger c’est tellement noble.
    Et la source c’est la vie.
    Excusez-moi, je me suis égaré, profitant certainement de mon dernier espace de liberté.

      1. Nyamba

        Je penche pour un doux basculement dans la folie : ce billet était le billet de trop, qui l’a fait basculer. Avec un pseudo tel qu’Elus du Peuple, il faut avoir une conscience aiguë que le peuple a choisi des fous pour le diriger.
        Un boom de phénomènes similaires est à prévoir ; tout le monde ne peut pas opter pour la révolte, l’exil, ou la vile acceptation. La folie me paraît un bon compromis. Et pis elle coûte pas cher !

  38. Korrigan

    Petit retour sur le Bitcoin

    J’écrivais :
    Korrigan 6 décembre 2013, 18 h 03 min

    « Le Bitcoin un concurrent certes, mais combien d’autres crypto-monnaies à venir ?
    La tentation de multiplier les monnaies alternatives ne sera-t-elle pas le nouvel eldorado de la banque virtuelle où le kwacha malawaïen, le dalasi gambien ou encore le manat azebiaïdjanais tenteraient de le disputer au yuan, feu dollar, sterling, euro et consorts ouvrant le champ à un ultime far west monétaire et planétaire ?…

    …qui finira de toute manière par se produire, nul combat n’est à armes égales et les meilleurs tireurs ont déjà le doigt sur la gâchette avec les plus faibles dans le viseur ».

    Je lis aujourd’hui :

    16 décembre, 21:12
    Le Bitсoin pourrait avoir un concurrent en Russie

    Par La Voix de la Russie

    Un nouveau projet russe pourrait concurrencer le Bitсoin, affirme le directeur général de la Sberbank German Gref. Le système de paiement électronique « Yandex. Argent » en constituerait la base. A l’état de prototype, la monnaie virtuelle doit d’abord subir des tests de fiabilité.

    La popularité de la monnaie virtuelle va croissant. Ce qui explique l’initiative de la Sberbank de créer sa propre crypto-monnaie. Pour l’instant, nous ignorons son nom et la date de son apparition. A l’heure actuelle, le projet est négocié dans la plus grosse banque de Russie. Véronique Tchekina, analyste du centre des fonds « Infin » fournit des détails.

    « C’est très à la mode de nos jours. En l’occurrence, JP Morgan a pris un jour d’avance sur la Sberbank en annonçant la création de sa propre crypto-monnaie. Au goût du jour, cette tendance est largement discutée. Par ailleurs, il est assez difficile de prévoir à l’avance comment elle va se développer. »

    Le caractère légal et transparent – voilà l’avantage indéniable de la monnaie virtuelle de la Sberbank ou de toute autre société financière, selon les experts. Cela signifie qu’un régulateur monétaire va contrôler la circulation de ce type d’argent. En l’occurrence, il s’agit de la Banque de Russie.

    « Deux possibilités s’ouvrent à la Sberbank. D’une part, la banque peut investir dans un nouveau segment et le financer en publiant un protocole. Deuxième chose : elle peut changer sa monnaie virtuelle en roubles.
    Si la première possibilité semble romantique et exagérée, la deuxième, au contraire, a sa raison d’être.

    Ce marché intéressant et populaire est assez avantageux pour la Sberbank », explique Victor Dostov, chef du conseil des directeurs de l’association « Argent électronique ».

    Or, il faut un règlement mondial pour contrôler la circulation de l’argent virtuel, estime le directeur de la Sberbank qui évoque la possibilité de concurrencer le Bitcoin. Cette mesure permettra de défendre l’argent virtuel contre la volatilité.

    Dans cette dynamique, le Bitcoin peut se dévaloriser. Par ailleurs, c’est une monnaie à haut risque de vol. Le caractère anonyme donne le champ libre aux malfaiteurs qui peuvent financer leurs actes criminels avec de la crypto-monnaie.

    Néanmoins, les experts sont très optimistes. Selon eux, si les banques mondiales conjuguent leurs efforts afin de régler les problèmes de la crypto-monnaie, cette dernière sera tout à fait réelle.

    Oleg Obukhov
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2013_12_16/Un-nouveau-projet-russe-peut-concurrencer-le-Bitsoin-0233/

    1. Toute nouvelle monnaie (fut-elle cryptographique) fondée sur une centralisation ou sur un réseau bancaire traditionnel est destiné à passer pour une clownerie.

      1. gameover

        Mouais, Roubini a eu raison une fois mais on ne se rappelle pas des dix fois ou il a eu tort. C’est souvent comme ca.
        L’histoire ne se repete pas en economie. Ce qu’il appelle bulle immo ce sont plutot des gens qui se protegent dans du tangible par rapport a une inflation. Le peuple anticipe souvent et a souvent raison. C’est pour cela entre autres que ne sentant pas du tout la sortie de crise mais plutot la hausse des impots que les francais se sont mis a epargner plombant ainsi une reprise. Pas folles les guepes.

  39. hussardbleu

    Je ne prends pas toutes les roubiniolleries pour Evangile, mais les chiffres fournis donnent quand même une tendance, non ? et si encore c’était la seule qui allait dans le sens du Big One, mais on lit sur ce précieux Blog des analyses qui, toutes, se confortent les unes les autres, souvent à partir de micro expériences personnelles…. une sorte d’impressionnisme, genre « soleil couchant »….

Les commentaires sont fermés.