Jour de colère ?

Dimanche, c’est décidé, ce sera Jour de Colère. Rassurez-vous, ce n’est pas moi qui le dis, mais un « collectif » qui a choisi ce 26 janvier pour organiser une manifestation à Paris dont le thème général semble être de réclamer le départ de François Hollande. J’ai souhaité en savoir plus et j’ai donc contacté Louis, l’un des membres de ce collectif à l’origine de cette manifestation, pour lui poser une courte volée de questions.

Tout d’abord, quel fut le déclencheur de cette opération, et qu’est-ce qui motive l’opération ? Ou, dit autrement, quels sont les constats qui vous ont amené à cette idée ?

jdc_peguy-300x300

Nous sommes dans la continuité de la lutte du mariage pour tous. Nous nous sommes aperçus que la lutte ne concernait pas uniquement la défense de la famille, mais qu’il fallait préserver notre société toute entière, soumise aux politiques destructrices du camp socialiste depuis un an et demi, dans la continuité des politiques précédentes. La pression fiscale explose, nos forces vives fuient le pays, dans l’incapacité d’envisager un avenir serein en France. Notre souveraineté est bradée, notre armée en passe d’être démantelée, notre identité sur le point d’être détruite, notre justice est à deux vitesses, l’éducation des enfants se transforme en un endoctrinement idéologique avec l’arrivée de la théorie du genre, nos artisans et nos commerçants font faillite sans que nos dirigeants s’en émeuvent, nos paysans connaissent un taux de suicide record, sans réaction du gouvernement, et la liste est loin d’être exhaustive. La France est devenue la proie de groupes d’intérêts, totalement déconnectés des préoccupations du peuple. Le constat est sans appel, et il demande une réaction immédiate.

Nous avons lancé notre collectif en pleine révolte des Bonnets Rouges, qui, à 30 000, ont réussi à faire reculer le gouvernement sur l’écotaxe. C’est pourquoi notre première action annonçant la manifestation du 26 janvier a été la pose d’une banderole sur un portique au-dessus du périphérique parisien.

Quel est le but de l’opération (que voulez-vous en obtenir) ?

La cote de popularité du Président est dramatiquement basse, tournant à 15% d’opinions favorables. Et pourtant, il ne tient aucunement compte des signaux que lui envoie le peuple. Il continue sur sa lancée qui consiste à transformer en profondeur la société par des mesures totalement idéologiques et mortifères (hier le mariage pour tous, aujourd’hui l’égalitarisme homme-femme, demain l’euthanasie, …). Les vraies réformes économiques et sociales sont occultées, incapable qu’il est de les enclencher.

Il est plus que temps d’obtenir la démission du gouvernement a minima. Mais notre message est à l’image de notre partenaire principal, qui fait partie de l’organisation de ce Jour de Colère, Hollande Dégage : ce Président n’a plus aucune légitimité, il navigue à vue, et conduit notre pays à la catastrophe. Il doit partir, et toute sa clique également.

Qu’est ce qui est prévu (programme, ordre du jour), et aussi bien le 26 même qu’au-delà ?

Nous défilerons derrière 8 banderoles. Les gens se répartiront par affinité avec les sujets auxquels ils sont le plus attachés.

Celles-ci concernent les thèmes suivants : la fiscalité, l’éducation, la famille, l’identité et la souveraineté, la protection de l’emploi, le respect des religions (en particulier du catholicisme particulièrement attaqué ces temps-ci), la défense des petits commerces et de la ruralité, et la dernière concerne la liberté d’expression. Le parcours a priori prévu, mais en négociation avec la préfecture, est le suivant : Bastille-Opéra. À l’arrivée, un podium verra défiler un représentant de chaque banderole. Ainsi qu’un message très fort à l’égard du gouvernement et du président.

Notre action est cependant pacifique, il ne s’agit pas de tout casser, puisque nous condamnons le laxisme et le manque d’ordre dans la société. Mais nous serons très déterminés, tant dans nos slogans que notre message.

Pensez-vous que cette manifestation soit le meilleur moyen d’action ? Avez-vous pensé à d’autres moyens (et si oui, lesquels) ?

Nous n’avons pas la prétention de dire que notre moyen d’action est le meilleur. En revanche nous pensons qu’il est temps que les différentes revendications, qui sont liées, s’agrègent. Nous pensons qu’il est possible que les différents représentants de chaque mouvement discutent et construisent un projet commun, pour le peuple, avec la recherche du bien commun, et non la défense d’intérêts particuliers, contraire à ceux de la France. Tout dépend la mobilisation de dimanche, pour savoir quelles suites nous pourrons donner à ce mouvement.

La manifestation est devenu malheureusement un mode opératoire obligatoire, tellement le gouvernement actuel est devenu autiste, persuadé qu’il prêche la bonne parole. Nous sommes forcés d’engager un rapport de force, et de ne jamais relâcher la pression.

Comme on peut le lire, cette manifestation se veut donc un rassemblement fédérateur de différentes grognes, au contenu assez hétéroclite, puisqu’elle tente d’agréger dans un même mouvement d’un côté des personnes qui sont avant tout concernées par le tabassage fiscal en règle auquel le gouvernement soumet essentiellement les classes moyennes, et de l’autre côté des personnes qui ont un grief idéologique avec les modifications sociales introduites par l’actuel gouvernement.

Il m’apparaît cependant deux choses.

D’une part, il peut bien sûr y avoir des zones de recouvrement et on peut très bien être un Bonnet Rouge intéressé aux questions sociétales, ou un paysan opposé au mariage homosexuel ou un militaire concerné tant par la mise en coupe réglée de l’Armée et la fuite des cerveaux français. Mais de façon générale, il y aura peu de personnes concernées par l’ensemble de ces sujets ou par une proportion importante de ceux-ci, et le but recherché, la démission de Hollande et le départ de l’actuel gouvernement, m’apparaît décalé avec les problèmes posés. En effet, Hollande parti, le gouvernement démis, qui le remplace ? Qui, actuellement, dans la vie politique française peut prétendre, même vaguement, avoir assez de courage pour remettre à plat la fiscalité, laisser tomber l’écotaxe et les radars, revenir sur les avalanches de réformes sociétales inutiles à commencer par celles qui pullulent dans l’Éducation Nationale ?

D’autre part, si on peut éventuellement arguer de la légitimité de plus en plus légère de Hollande et son équipe, l’absence de soutien populaire ne remet pas en cause le fait que le président fut élu de façon démocratique, tout autant que le parlement. Dans la configuration actuelle, on peut certes demander poliment une démission de Hollande (qui, à mon avis, ne résoudra pas le fond du problème), mais il peut tout aussi poliment la refuser et rester dans le cadre légal et démocratique. Au final, on n’est pas plus avancé.

S’il m’apparaît essentiel que ceux qui sont en désaccord avec la politique actuelle le fassent savoir, et s’il me paraît sain que cela puisse s’exprimer par une manifestation qui permet de façon indirecte de mesurer l’ampleur du malaise du pays, je ne suis pas convaincu par le but poursuivi et il m’apparaît à peu près certain que l’agglomération ad hoc d’entités différentes peut aboutir à un peu n’importe quoi voire rien du tout. J’espère me tromper : le pays a réellement besoin d’un sursaut, tant politique qu’économique, d’un renouvellement de ses cadres et des dirigeants, et d’un changement profond de mentalité. Je n’ai pas l’impression qu’une convergence des luttes parviendra à ces changements.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires263

  1. Karamba!

    Certes, Flanby a été élu démocratiquement, il est donc légitime devant nos institutions. Mais on peut contester le fait qu’il ait été élu sur un programme qu’il n’applique plus puisque ce dernier a pu démontrer depuis un an et demi qu’il ne marchait pas. Il y a donc tromperie. Si Pépère s’était présenté à la présidentielle en disant qu’il allait mener une politique en faveur des entreprises, on aurait pu estimer alors qu’on préférait laisser faire cela par notre droite (malgré tout).
    Donc suite à cette grosse arnaque qu’exiger? La démission de Fraise des bois, non pas nécessairement, mais il conviendrait à minima de recomposer un nouveau gouvernement (au moins sans Hamon qui prône encore aujourd’hui l’indépassable état providence), voire de dissoudre l’assemblée. Ce soit disant tournant qu’il reste encore à négocier correctement ne peut être envisagé par la même bande de clowns qui a plombé le pays depuis 2012. Ils ne peuvent pas prétendre faire l’exact inverse de ce qu’ils prévoyaient. Ce n’est simplement pas crédible en plus de ne pas être honnête.

  2. petit-chat

    Cette manif étant aussi destinée, marginalement sans doute car peu mise en avant, à défendre la liberté d’expression, on ne peut que constater que le maître flatte la tête de son chien-chien :
    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-Israeliens-aiment-Manuel-Valls-22954.html
    http://www.dailymotion.com/video/x1aammb_valls-israel_news#from=embediframe

    « Celui qui fait ici l’apologie de Manuel Valls est l’Israélien Flatto Sharon, né le 18 janvier 1930 à Lodz (Pologne). De son vrai nom Samuel Szyjewicz, ce député est bien connu de la justice française puisqu’il a à son actif plus de dix condamnations à de la prison ferme. Il est à l’origine d’une des principales escroqueries du siècle dernier dans l’immobilier parisien.
    Selon la Direction générale des impôts, il détourna dans les années 1970 un demi-milliard de francs de l’époque (environ 280 millions d’euros). Il fut condamné en France a dix ans de prison pour fraude fiscale, mais ayant fui en 1975 en Israël (accusant au passage la France de « manœuvre antisémite »), il devint député à la Knesset en 1977. Ayant acheté 35 049 voix, il fut condamné par la justice israélienne pour fraude électorale.
    Il a raconté ses escroqueries dans Pour quelques milliards de dollars (Michel Lafon, 1989)

  3. johnny_rotten

    Quand on voit cette bande de connards, avec même le retour de M.A.M (la compromission avec Ben Ali …. c’est oublié) qui se mettent en scène comme alternative à Hollande et au PS ; alors qu’ils n’ont rien d’autre à proposer qu’une variante du socialisme, il faut boycotter les prochaines élections !

    Asséchons les urnes et le nombre de bulletins exprimés, pour rendre dérisoire et risible le nombre de moutons-electeurs qui les soutiennent.

    http://www.lefigaro.fr/medias/2014/01/25/PHOd99144bc-85d8-11e3-ac3a-8c2033315ad3-805×453.jpg

  4. NP

    L’on n’entend que ceux qui s’expriment.

    Et encore, à condition d’avoir une couverture médiatique.

    Si donc personne ne proclame sa colère, si le mécontentement ne s’exprime pas de façon massive, concertée, répétée, personne ne se rendra compte du gouffre dans lequel la France est tombée.

    Et chacun, continuera benoîtement sa petite vie, tranquille, persuadé par la bonne parole relayée par les médias, que tout ne va pas si bien mais que patience, le gouvernement travaille et que bientôt, c’est promis, les lendemains seront des jours heureux.

    C’est un peu comme le message que vous distillez sur votre blog. Il sert à réveiller les consciences et à pointer et expliquer les dysfonctionnements. Pour cela je vous en remercie.

    Je remercie également ceux d’hier dont malheureusement je n’ai pas pu être.

  5. Tof

    Il n’y que moi qui l’observe ou je me fais des idées? Les journaux subventionnés qui réduisent cette manif à des « groupes d’extrême-droite », des « intégristes », des quenelles et des « gestes du bras ambigus »? N’y avait-il vraiment que des salops de fascistes dans cette manif? Ou se fout de qui là?

  6. Pax

    Et le « Jour de gloire », quand va-t-il arriver?
    De compromissions en compromis, la démocratie patauge devant le manque d’éducation des imbéciles et le cynisme des « élites ».
    Seules de grandes causes mettent tout le monde d’accord. Jusqu’à présent, cela fonctionnait sur ce schéma. La démocratie a permis l’éradication de ces grandes causes ( guerre, famines, surpopulations etc…)
    L’avenir se décide chaque jour mais pas avec des vieilleries surannées, il faut inventer. C’est là que le français est fort: l’ouverture.
    Les élus sont avides, les nantis sont cupides, restent les femmes, les enfants et les sages. Dehors les mâââles!
    Il est donc peu souhaitable d’être élu ou décideur entre 16 et 55 ans.
    Il y a suffisamment de femmes et de sages en France pour avoir un sénat tournant…
    C’est parti!

  7. Peste et coryza

    Quelques milliers de personnes se rassemblent, donnent de la voix en ville… et rentrent chez eux.
    Résultat : Hollande, sa clique et leurs maitres se marrent. Car eux sont nuisibles 24H/24, 7J/7.

  8. HerveLE

    @ h16
    Je m’appelle Hervé, et je trouve votre analyse profondément timorée voire défaitiste. Participant au mouvement hollande-démission, je constate en effet que les deux arguments qu’on nous oppose systématiquement sont

    1) Vous ne proposez rien pour après, il part et puis quoi ? il est remplacé par un autre identique ?
    2) Il est antidémocratique de vouloir virer un président élu

    Sur la question 1, je ferai cette comparaison : pensez-vous qu’un seul spectateur du film « matrix » se soit dit pendant la séance « c’est nul ce qu’il fait Néo, il veut juste abattre le système mais il ne propose rien après ». Au-delà de cette comparaison facile mais frappante, si nous proposons un programme et un candidat nous ne sommes rien d’autre qu’un des 285 partis qui existent en France et qui font en moyenne 0,2%. La demande de démission est, je dirai, un « objectif intermédiaire » et un moyen pour le but final qui est la prise de conscience du peuple qu’il maîtrise sa propre destinée, et cela changera tout!

    Sur le point 2, nous sommes un peuple souverain et, à chaque seconde ce que la volonté du peuple fait elle peut le défaire. La loi obéit à la constitution, la constitution obéit à la volonté majoritaire, 5 ans ou pas 5 ans. Point. Demander le départ d’un président gentiment ? non, on le demande légalement, mais pas forcément gentiment comme vous dites. Car en face, je vois pas le coté « gentil » de la confiscation arbitraire de véhicule (« hollandette »), de ballons gonflables, des intimidations et interpellations illégales des manifestants. Qui est le plus « démocratique » dans l’histoire ?

    Je rappelle, au passage, depuis le début de la 3ème république, la liste des présidents ayant démissionné ou ayant été destitués :
    Grévy, casimir-perrier, deschanel, coty, de gaulle.

    1. Comparer la manif avec Matrix, on ne me l’avait pas faite. Le fait que ce soit une fiction et que le spectateur s’en fiche (de la suite) joue pas mal. Et du reste, personne ne s’est demandé quel système allait se mettre en place si on libérait tous les esclaves (ce qui s’est produit). En revanche, vous virez Hollande, soit vous admettez vouloir tout remettre à plat ensuite (et la question déboule, évidente : pour faire quoi), soit vous voulez juste qu’il parte, sans remettre en cause le système et la question lancinante reste : pour mettre qui ? Personne ?

      Pour l’aspect démocratique, tant que vous n’aurez pas un soutien massif dans la rue, les démonstrations ne seront pas suffisantes. Et notez bien que le million n’est même pas atteint, donc bon…

      1. HerveLE

        OK, mais on aura le soutien de la rue quand les gens n’auront plus « peur », c’est un peu comme l’image que vous mettez souvent avec « l’état comme il apparaît et l’état comme il est vraiment ».

        il faut redonner du courage aux gens par l’exemple, et ils suivront! car la liberté c’est quand le pouvoir a peur du peuple, l’inverse étant la dictature. Si hollande est poussé à démissionner, ça foutra bien les boules aux prochain qui se présentera et la démocratie aura accompli une grande victoire.

        1. Malheureusement, je crains que pour déclencher quelque chose, il vous faille plus que du courage. Pour démarrer une révolution, il faut deux choses :
          – des gens qui n’ont rien à perdre (qui ont faim). On en est très loin en France.
          – un ratio de Mesquida favorable. On en est très loin en France.

          Désolé, l’effondrement sera mou, incontrôlé et lent.

          1. Duff

            Si on regarde la situation au Portugal, en Espagne, en Italie et surtout en Grèce, 3 pays sur 4 sortis de la dictature il y a moins de 50 ans, oui on peut penser que l’abrutissement des masses peut encore perdurer pas mal de temps.

            Mais ça ne signifie pas qu’il ne faille pas se battre mais plutôt trouver des actions moins conventionnelles pour faire « bugger la matrice » : D’après ce que je lis et entends ça et là, les flics ne seraient pas étrangers aux débordements de fin de manifestations tandis que le cortège devait terminer sa marche dans un véritable entonnoir.

            J’emploie le conditionnel : Des vidéos que des juristes assemblent actuellement prouveraient que des flics en civil aient provoqué les manifestants puis enfilé leurs brassards de police quelques dizaines de minutes plus tard. Le nombre de gardés à vue correspond exactement aux capacités maximale à ce qu’il est possible de faire à Paris. Aucune hospitalisation. Des PV de la protection civile tendraient à infirmer les infos distillés par les journaux dimanche.

            Lundi et ça je l’ai lu, le Figaro tempérait un peu son jugement initial et les organisateurs de jour de colère ont (tardé) mais fini par condamner les débordements ainsi que la (poignée?) de fans de Soral et de Dieudonné visiblement coupables de propos antisémites. Ce dernier point, prévu, attendu, espéré sans prendre de risque au fond, par Valls & cie permettant de discréditer la manifestation.

            Encore une fois, Valls aurait détourné les forces de l’ordre pour discréditer des opposants afin que des mensonges puissent être colportés et que les manifestants soient découragés de remettre le couvert ultérieurement. A l’heure d’internet ces manipulations grossières finiront par être éventées et pourraient coûter très cher à l’exécutif.

            En Grèce, il y a bien des nazis, des vrais ceux-là. Et c’est pas la peine de pondre des articles écrits par des stagiaires encartés pour nous le faire comprendre : Les images parlent d’elles mêmes. Ce qui se passe en France actuellement est nettement plus diffus et donc à l’issue un peu plus incertaine.

          2. Claire

            Bonjour,

            Il y a déjà 62% des mères célibataires n’ont pas mangé à leur faim en 2013 (source Le Monde), et près d’un actif sur trois a déjà pensé au suicide (source Technologia). Des gens qui n’ont rien à perdre, j’en vois de plus en plus…

            En ce qui me concerne, je n’ai pas « faim », et je suis d’accord avec Hervé sur le fait que si on veut arriver à voir un peu plus loin, il faut d’abord déboucher l’horizon. Quand vous affirmez, ratio de Mesquida à l’appui, que l’effondrement sera « mou, incontrôlé et lent », je suis d’autant plus convaincue qu’il faut agir.

            Les écrits de politologues tels qu’Alain de Benoist, accusé de fascisme par les gauchistes et de marxisme par les droitistes (ce qui est signe de qualité), m’incitent à penser que l' »après » est d’ores et déjà envisagé. Votre avis argumenté là-dessus m’intéresserait.

            J’apprécie votre blog, vos articles sont caustiques et joliment tournés. Cela dit, je ne partage pas votre fatalisme. Certes, le concept de ce « Jour de colère » passe très mal à l’image (un petit côté « foire aux méchants »). Il est foutraque mais indéniablement novateur. Les violences policières ont fini de fédérer ces colères hétéroclites: il va peut-être en sortir quelque chose, qui sait?

  9. maximilien

    L’édito vidéo d’écharpe rouge:
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/les-bonnets-noirs-de-la-colere-en-france_1318038.html
    Affligeant.
    Mais pas autant que l’obsession du community manager de l’express sur facebook qui s’obstine à supprimer ce message que je vais reposter encore et encore et encore:
    « Le seul extrémisme en France, ce sont les gens comme Christophe Barbier qui expliquent un jour « qu’il n’y a pas de limite à la liberté d’expression » pour dire l’exact contraire le lendemain. Le tout avant d’appeler à une censure d’Internet en France se basant sur le magnifique modèle chinois pour plaire au petit dictateur en puissance qui sévit à Beauvau et continuer à toucher les subsides publiques qui empêchent son torchon de faire faillite.
    Servan-Schreiber doit se retourner dans sa tombe. »

    On aime décidément beaucoup la liberté d’expression chez eux.

    1. tabbehim

      délicieux cet article ! bien trouvé !
      je croyais être la mauvaise foi incarné….je me sens petit maintenant.
      et pourtant, je la travail ma mauvaise foi :'(

      Il faut que je trouve un bon professeur !

Laisser un commentaire