Insecticide, biodynamisme et guerre de tous contre tous

Vous ne connaissez pas encore Emmanuel Giboulot ? Vous allez en entendre parler : son cas relève de la recette presque parfaite pour un festival médiatique assuré.

Tout commence il y a plusieurs mois de cela. L’histoire est relatée, de façon confuse comme d’habitude, par le tâcheron de permanence dans l’une des rédactions nationales et qui la résume ainsi : un viticulteur qui exploite une vigne en biodynamie devait y épandre un insecticide afin de la protéger de la cicadelle, vecteur connu de la flavescence dorée, qui n’est pas une décoration d’intérieur à la Valérie Damidot mais une sale maladie qui tue la vigne après une année d’incubation. Comme le viticulteur, le maintenant fameux Emmanuel Giboulot, veut absolument conserver son cachet « biodynamie », il refuse d’utiliser l’insecticide chimique qui lui est imposé par arrêté préfectoral arguant du fait qu’il n’y avait aucun foyer connu dans son département.

seriously ?Et il va même plus loin : il refuse d’utiliser le Pyrevert, un insecticide qui permet pourtant de conserver le label bio. En effet, ce pesticide « bio » a furieusement tendance à dégommer un peu trop d’insectes et, comme neurotoxique, est aussi dangereux pour les humains et pour l’environnement en général (mais pas suffisamment pour perdre le label bio – ne vous inquiétez pas, tout est sous contrôle, c’est magique).

L’affaire prend une tournure intéressante à la suite d’un contrôle de la DRAAF, l’une de ces myriades d’officines obscures payées par vos impôts dont le but ultime, si ce n’est officiel, est essentiellement de vous empêcher de vivre tranquillement ou de faire le moindre profit dans votre coin. Le viticulteur n’a rien épandu, c’est très mal et il va falloir le fouetter en place publique ou, alternativement, le traîner en justice parce que bon, dura lex sed lex il fallait répandre de l’insecticide et puis c’est tout.

Et c’est ici que tous les éléments s’enchaînent pour obtenir cette soupe médiatique épaisse de n’importe quoi avec de vrais morceaux lacrymogènes dedans : rapidement, des associations bio-éco-conscientes s’emparent de l’affaire, expliquant dans de larmoyants paragraphes que le pauvre viticulteur va être jeté en prison, que son procès le condamnera à plaider, entre un proxénète et un cambrioleur, une cause qu’on sait déjà perdue d’avance (les industriels méchants étant à l’évidence de connivence derrière cette dérive dramatique de la justice), et qu’une bonne petite pétition des familles est la seule alternative crédible pour sauver le malheureux des galères républicaines (signez ici). J’exagère si peu que, rapidement, Emmanuel Giboulot est devenu le symbole du martyr bio, obligé de choisir entre la prison et la pollution.

Le procès a eu lieu ce lundi et, finalement, les choses se sont un peu calmées puisqu’en définitive, le viticulteur échappe (pour le moment !) au bûcher public car à défaut d’une lourde peine de prison, la peine requise est une amende de 1000€ dont 500 avec sursis. Gageons, si elle est confirmée, que les nombreux supporters sauront se rassembler pour l’aider à payer la partie ferme et, si les signataires de la pétition (400.000 apparemment) filent chacun un seul petit euro à notre malheureux viticulteur bio-dynamicien, il n’aura pas perdu son temps.

organic food without pesticidesTout ceci est, à bien y réfléchir, assez symptomatique du bordel ambiant dans lequel le pays s’enfonce mollement, tendrement et volontairement, et on peut regretter que cette affaire n’ait été nulle part l’occasion d’une vraie réflexion de fond sur le bio, ses implications et ses limites, sur la liberté d’exploiter un terrain dont on a la propriété et sur sa responsabilité lorsqu’on choisit ou non de le traiter.

Toutes ces questions ont été soigneusement évitées des articles plus ou moins enflammés des centaines de partisans d’une agriculture sans pesticides. C’est dommage, elle aurait peut-être permis quelques réflexions intéressantes.

Ainsi, je comprends parfaitement l’intérêt (économique ou sanitaire, peu importe ici) de limiter autant que faire se peut l’usage des insecticides et je comprends aussi l’intérêt d’un label bio. C’est un marché, qui prouve tous les jours que des individus sont prêts à payer plus cher pour une nourriture ou des procédés d’exploitations (agricoles, fermiers, viticoles, …) qui respectent un certain cahier des charges. Après tout, tant qu’il s’agit d’une offre et d’une demande volontaire, pourquoi pas ?

Je comprends aussi parfaitement que les exploitants qui n’ont pas besoin du label souhaitent conserver une assurance raisonnable de pouvoir exploiter leur vigne comme ils l’entendent, avec les insecticides de leur choix et en évitant autant que possible les contaminations venant d’autres parcelles, bio ou non.

Ces deux points de vue se tiennent, mais il faut l’intervention musclée et omniprésente de l’État pour qu’ils viennent l’un en collision frontale de l’autre. En effet, dans un monde où les exploitants sont renvoyés à leur liberté et à leur responsabilité personnelles, celui qui choisit d’utiliser des insecticides sera rendu responsable des pertes d’exploitation ou de label d’une parcelle voisine qui serait bio et aurait été malencontreusement aspergée. Inversement, un exploitant incapable de se prémunir d’une infection, parce que bio, par exemple, courra le risque d’être poursuivi par des exploitants adjacents qui, eux, auraient fait le nécessaire mais se seraient retrouvés infectés par la négligence (ou la méthode inadaptée) de leur voisin.

Autrement dit, l’exploitant individuel se trouverait ici confronté à un vrai calcul de risque et du coût attaché à le subir ou à s’en protéger, calcul qui se serait à la fois traduit par une adaptation de ses prix, et de celle de ses assurances d’exploitation. Heureusement, grâce à l’intervention de l’État qui vient interdire et obliger tout en normant et en régulant, ces coûts sont habilement collectivisés, reportés sur d’autres, déformés à tel point qu’on en arrive au pataquès décrit ci-dessus.

Si l’on y ajoute le zèle des préfets qui, sans y comprendre quelque chose, préfèrent certes prévenir que guérir mais, le doigt sur la queue de détente, distribuent de l’arrêté comme certains les pains et d’autres les uppercuts, que les médias s’en mêlent avec le calme et la pondération qui font leur marque de fabrique, et si l’on enrobe tout ça de l’inévitable couche d’hystérie des associations bio-éco-conscientes aux sentiments paranoïaques exacerbés, on comprend qu’il sera vite impossible, justement, d’exercer sa responsabilité d’exploitant.

Ceci n’est pas fortuit : la responsabilité, ça chatouille, ça picote, et ça impose surtout une certaine liberté. Or, dans le bio, la viticulture ou même n’importe quel autre domaine où des risques existent, des vagues permanentes de personnes apeurées ont utilisé, sans arrêt, la puissance de leur lobbying (qu’il fut électoral, industriel, syndical, médiatique ou politique) pour, justement, accorder à l’État toujours plus de prérogatives, protéger du risque et se décharger de sa responsabilité. Combien de fois ces mêmes associations qui louent maintenant la liberté d’agir de l’exploitant se sont-elles débrouillées pour pousser telle loi, tel arrêté, telle mesure visant à imposer leurs vues sur la liberté des autres ?

A présent, de lois en décrets en arrêtés, grâce à la frénésie ininterrompue d’interventions des uns sur les vies des autres, l’État décide d’à peu près tout, et le citoyen, d’à peu près rien. Et le pays, lentement, se transforme en champ de bataille de tous contre tous.

antigone en plus en moins

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires340

  1. Zendog

    Excellent billet !
    J’ai eu connaissance de cette « sombre » histoire parce que dans ma boîte mail sont arrivées des fiches d’adhésion à un truc de Santé naturelle ou quelque chose comme ça pour soutenir le malheureux martyr et pour combattre les « trust » horribles qui font la loi ! J’ai tout jeté à la poubelle n’étant pas du genre à me laisser embrigader.

    1. Calvin

      Ce qui m’énerve, c’est que ceux qui s’insurgent contre le procès du viticulteur bio ne se rendent pas compte que cela peut s’appliquer à d’autres cas.

      Ex : la limitation de vitesse.

      Le Prévenu : « Monsieur, je n’ai pas contaminé de champs avoisinants. »
      Le Procureur : « C’est interdit de ne pas protéger son champ pour ne pas contaminer ses voisins. »
      Le Prévenu : « Mais, justement, je n’ai pas contaminé de champs avoisinants. »

      Ça marche aussi bien dans notre cas, agricole, relaté par h16 :
      E. Giboulot : « Monsieur, je n’ai causé aucun accident en roulant à 150km/h sur autoroute. »
      Le Procureur : « C’est interdit de rouler à 150km/h sur autoroute, ça peut causer des morts. »
      E. Giboulot : « Mais, justement, il n’y avait personne sur cette autoroute. »

      1. Cerf D

        A quelques détails près :
        – Le premier c’est que l’agriculteur est chez lui, pas le conducteur. Si chez toi tu veux te construire un circuit et rouler à 150 voire 200km/h tu peut (encore) le faire. Et même toi qui ne peux pas encore passer le permis à cause de ton jeune age tu pourra y conduire. Le conducteur s’il veut emprunter une route doit se plier aux règles du propriétaire de la route en question.

        – Quant on écoute le habitués de la conduite au delà des limitations de vitesse on entend toujours le même discours, eux savent conduire, tous les autres sont de mauvais conducteurs. Y en a donc forcément qui soient mentent soit se trompent sur leurs capacités.

        1. Kuing

          CerfD : « l’agriculteur est chez lui »
          ——–
          Marrant ça, parce que les zécolobiomachin sont insensibles à cet argument car ils sont les premiers à vandaliser le champ du voisin (qui est chez lui) quand celui-ci y fait pousser des OGM, par exemple.

            1. Mickhunter

              le problème comme vous l’avez bien résumé cher H16, vient du fait que les responsabilités sont solubles dans la bouille étatique. Ainsi, si votre vision purement libérale s’appliquait effectivement, un ajustement par les prix, les primes d’assurances, viendrait compenser le refus de l’agriculteur bio de se prémunir. Cependant pour ceux comme moi qui ont choisi de prendre partie (j’ai signé la pétition en faveur de ce type), je trouvais insensé que l’on oblige un mec qui fait du bio par convictions, également parce que c’est une niche, à s’asseoir dessus bien gentilment, d’autant qu’il ne se sentait pas concerné dans sa zone. Ce fait met en lumière comme vous l’avez dit le problème de la responsabilité diluée dans ce pays, mais pour moi c’est surtout ce principe de précaution complètement castrant qui est mis en lumière par les consignes du préfet. Et ca, c’est merci Chirac !!

              1. « on oblige un mec qui fait du bio par convictions, également parce que c’est une niche, à s’asseoir dessus bien gentilment »
                Ben justement, ce n’est pas le cas. Renseignez-vous.

            2. La Coupe Est Pleine

              Je n’ai peut-être pas « bien compris » votre article … toujours est-il qu’au demeurant pour faire de la lutte contre la flavescence dorée on ne dispose à l’heure actuelle que d’une solution : flinguer les cicadelles.
              D’autre part si l’on doit s’en remettre à la responsabilité individuelle …. bin la lutte est impossible !
              Les cicadelles volent très loin, si l’on est qu’une petite poignée isolée à traiter c’est strictement inefficace !

              Seule une lutte globale sur de vastes zones permet d’avoir des résultats !

              Je pense que là on se trouve bien dans une impasse du côté du libéralisme absolu !
              A ce moment-là autant réclamer l’abolition du code de la route, c’est tout aussi crédible.

            3. Marc Bloch

              Bonjour,

              je profite de votre article sur les pesticides pour vous fais suivre un lien sur les effets de l’interdiction du DDT : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article497

              Ou comment la mécanique écologiste qui part de la bonne intention conduit à la mort de millions de personnes…

              Pour ceux qui liront jusqu’au bout l’article, sachez que selon des estimations, la moitié des Hommes qui sont morts depuis le début de l’Humanité l’ont été à cause du paludisme.

          1. Duff

            Certes mais il y a un monde entre les crétins des pètent les mc do et les viticulteurs en biodynamie. Je sais qu’ici les escrologistes n’ont pas la cote mais faire des vins en biodynamie ne signifie pas que le type est complètement timbré bien au contraire.

            Maintenant les moins jusqu’au boutistes préfèrent la « lute raisonnée » c’est à dire qu’on ne traite jamais préventivement (ce que font 99% des viticulteurs qui chialent à chaque campagne présidentielle) et en quantité ad hoc en cas de nécessite absolue.

            1. Mickhunter

              +1. En effet autant le maraichage bio est maintenant assez répandu, autant si certains font de la biodynamie c’est bel et bien parce que c’est une vraie niche (parfois allié à des convictions escrolo mais pas toujours)! Il y aura toujours des extrêmistes du bio prêt à se passer de pinard plutôt qu’acheter du conventionnel. Perso je mange bio les légumes (le goût mes amis, le goût…), mais le pinar je m’en fous !

            2. Duff

              Tous les célèbres crus de Bourgogne ou de Bordeaux sont en biodynamie. L’emploi de l’hélicoptère pour sécher les grappes du château Pétrus, c’était dans les années 80! Certains vignerons n’emploient même plus de sulfites pour arrêter la fermentation, en plus des qualités gustatives des vins bios et finement élevés, c’est très pratique pour échapper au mal de crâne en cas de consommation abusive…

            3. Petitpatapon

              Humf, bon déjà il y a la viticulture en agriculture biologique et la biodynamie. Le viti bio n’utilise pas de produits de traitement « chimiques » mais uniquement des produits « bio » (qui crée aussi des problèmes cf. l’utilisation du cuivre). Le viti en biodynamie, lui plante à certaines lunes et arrose ses vignes d’urine de cheval. Sur l’usage de sulfites en vinification, la plupart des vignerons l’utilisent (qu’ils soient en bio ou en conventionnel) car il s’agit de conserver le vin, et d’éviter qu’il reparte en fermentation. Les vins dit « naturels » (sans certification) cad vinifiés sans sulfites sont souvent oxydés ou brett. Dans tous les cas, ils se conservent très mal, ils ne donnent pas mal au crâne mais gustativement c’est rarement la joie.

            4. Duff

              @Petitpatapon partiellement faux. Vous nous parlez peut être des porcs qui mettent trop de levures et qui en plus chaptalisent. J’ai même bu des vins qui n’avaient reçu aucune levure pour fermenter, on peut se demander si toutes ces bricolages (chaptalisation, levure, collage, filtrage) étaient connus au moyen age.

            5. Peste et coryza

              Au moyen aga,e la plupart des gens n’avaient rien à f*utre de la qualité gustative du vin.

              Ils en buvaient car l’eau n’était pas potable. Ou alors ils tournaient à la bière.

              Et oui, ils connaissaient la levure, comme les brasseurs de l’époque.

            6. hussardbleu

              Le mot de « chaptalisation » tirant son nom du chimiste Chaptal (1756-1832) j’ai quelques doutes quant à cette méthode, pour ce qui est de son utilisation au Moyen-Age…

              Je note au demeurant que le bon Chaptal est mort en 1832, l’année du choléra, qui se transmet par l’eau de boisson, notamment…

              La mauvaise qualité de l’eau ne remonte donc pas au MA, mais est dûe à une hygiène et des habitudes sanitaires exécrables…

              Il semble possible que Louis-Philippe, exilé en Angleterre, soit mort des suites d’une typhoïde, chose certaine dans le cas du prince consort Albert, mari de la reine Victoria (les fosses d’aisances de Windsor communiquaient avec le puits d’où était tirée l’eau de la table royale… ce n’est que pour les baptèmes que l’on prend l’eau du Jourdain…).

            7. Duff

              @Peste : Oui et non, assez tôt des moines bourguignon ont identifié les cépages et sélectionné les plus acclimatés en fonction du sol et du climat, ce n’est pas pour rien si la moitié (si ce n’est plus) des cépages les plus bus sont français.

              Quand je perlais de levures, il en faut pour la fermentation of course, mais je parlais de la pratique légale et très majoritaire d’employer des levures exogènes. Vous savez, il y en a une qui donne le goût de banane au beaujolpif nouveau…

            8. La Coupe Est Pleine

              @DUFF :
              « Tous les célèbres crus de Bourgogne ou de Bordeaux sont en biodynamie. »

              => ??????

              Des sources seraient les bienvenues !

            9. La Coupe Est Pleine

              @DUFF
              Je pense que vous faites une confusion entre viticulture et œnologie.
              La biodynamie est une méthode culturale d’approche assez ésotérique, dont le fondateur est Rudolf STEINER, un type assez habité.

              Franchement pour avoir longtemps vendu de la fertilisation liquide aux « grands » vignobles médocains, bourguignons et champenois et autres « précieux », je peux vous assurer qu’ils gouttent peu la peau de rongeur brûlée les soirs de pleine lune !
              Dans ces domaines il est impératif d’avoir de belles vignes nikel, et une super récolte TOUS les ans, donc les balbutiements BIO de toutes sortes…. trop peu pour eux !
              Si un chanson… heu commercial ! vous fait un article sur son marketing BIO c’est uniquement de ça dont il s’agissait !
              Les terres agricoles qui voient passer le plus souvent le pulvé en France sont bien les vignobles de « grands crus » !

            10. Duff

              Attendez viticulture et œnologie sont liés et pas qu’un peu!… Ensuite, je vous rappelle que les vendanges sont déclenchées par la fenêtre météo et la maturité du raisin, ce n’est pas absurde de pousser le concept à peine plus loin avec la biodynamie.

              Après au moins 90% des vignobles sont traités chimiquement, mécaniquement entretenus, désherbés, chaptalisés, le tout pour faire du vin de supermarché à 4.5 euros. Normal que quelques uns sortent de ce carcans.

            11. La Coupe Est Pleine

              @DUFF
              Jusqu’à preuve du contraire la vigne ne produit que des raisins ….
              C’est à la cave qu’on transforme les jus en vin ….
              Quand au prix de la bouteille …. c’est loin de refléter strictement la valeur du contenu …
              Croyez moi je préfère acheter un excellent vin sans appellation. Bien plus qu’une étiquette ronflante …. si on doit être déçu, c’est moins amer !
              J’ai trop souvent été déçu par des Bourgognes à la réputation surfaite, que par un petit vin du Vaucluse (juste un exemple) sans prétention !

            12. Petitpatapon

              @Duff, non je parle des vins « naturels » qui ont souvent des deviances arômatiques, dues à l’absence de sulfites. Au moyen-âge on rajoutait du miel et des épices pour couvrir les nombreux défauts du vin. Après comme dit l’adage de gustibus ed coloribus..J’ai des copains qui aiment bien les odeurs d’écurie, pour eux c’est le « goût de terroir » alors que j’y vois un défaut organoléptique.
              La chapta c’est encore autre chose, puisqu’il s’agit d’adjonction de sucre (sucre qui est taxé), pour pallier au mauvaises années. Dans les fait les viti bio y ont également droit (à condition que les betteraves soient bio) et même les plus refractaires l’ont pratiqué pour le millésime 2012 (ou l’osmose inverse hein il faut savoir vivre avec son temps). Bien sûr il est possible de faire du vin sans collage, sans levure, sans filtration (et obtenir dans le meilleur des cas des produits troubles et instables). Mais quel est l’intérêt (hors l’intérêt marketing)?

            13. gameover

              P’tain… avant de « gouter » une fille vous lui demandez ses origines, la façon dont elle a été traitée, son CV et son carnet de vaccination pour savoir si elle sera bonne ? :mrgreen:

            14. hussardbleu

              @GO : mon bon ami !…. j’aurais tendance à penser que si tu te fais identifier par des dames de ce Blog, tu auras intérêt à surveiller tes arrières en rentrant dans le vieux Chalon… ce raisin est trop vert et bon pour des goujats ?

            15. Nyamba

              Well, he does have a point…
              Le vin, quand il est bon, me ravit.
              Quand il est mauvais, je le recrache en maugréant, et je fais tout pour l’oublier.
              Peu importe la coupe (ou, dans le cas présent, la méthode de culture/traitement/vinification/stockage en fût de chêne ou de bois de cagette), pourvu qu’on ait l’ivresse… ?

            16. Black Mamba

              « gameover 27 février 2014, 12 h 53 min
              P’tain… avant de « gouter » une fille vous lui demandez ses origines, la façon dont elle a été traitée, son CV et son carnet de vaccination pour savoir si elle sera bonne ? :mrgreen: »
              C’est ce qu’à fait mon époux avant de commencer de me courtiser sérieusement, il est du genre « @peste et corryza », pas du tout dans la finesse 😯 , il avait de la chance que j’étais du genre très curieuse :mrgreen:

          2. gameover

            Kuing c’est intéressant de montrer cette ambiguïté avec la différence de traitement (si on peut dire) sur le sujet des OGM C’est bien 2P2M.

            C’est un des points clefs sur lequel butte le libéralisme quand on parle de responsabilisation, dut-elle passer par des assurances si tant est qu’une compagnie couvrirait ce risque avec une prime inférieure au bénéfice de l’exploitation.

            Je sais, on va dire que dans ce cas le prix du litre de pinard bio reflétera le niveau de la prime d’assurance, mais il y a des limites et les exploitants ne s’assureront donc pas (cf la grêle).

            Il y a un parallèle facile à faire avec la ceinture de sécurité qui est aussi une entrave à la liberté individuelle, sauf que les coûts médicaux seront plus élevés dans le cas où le conducteur n’avait pas sa ceinture : le coup du conducteur éjécté à qui le non bouclage de ceinture sauve la vie c’est dans les films.

            Je doute qu’une prime d’assurance dissuasive puisse résoudre le problème car le bouclage de ceinture ce n’est pas lié au choix du paiement ou non de la surprime.

            On pourrait aussi envisager de déposséder le fautif de ses biens à due concurrence des frais médicaux engendrés mais que faire en face de quelqu’un qui n’a rien ?

            1. La Coupe Est Pleine

              Très bonne analyse c’est exactement de cela qu’il s’agit !
              H16 tente de défendre l’idée que le viti BIO devrait prendre sur lui frais éventuels d’arrachage et remplacement des vignes (les siennes et celles des voisins) dont il pourra occasionner la contamination du fait de sa négligence.
              Là on est clairement dans une des limites d’application libérale.
              C’est un problème de sécurité publique, point barre !
              Se faire vacciner, mettre sa ceinture, assurer son véhicule, ne pas se blinder la gueule avant de conduire, traiter ses vignes contre la cicadelle sont des nécessités d’ordre public …

              1. Une nécessité d’ordre public, ça n’existe pas, comme l’intérêt général. C’est une fiction commode pour, justement, permettre à certains d’imposer une panoplie de petites contraintes et d’exigences sur d’autres, ni vu ni connu.

                La pression sociale, la responsabilité individuelle et le calcul coût/bénéfice sont bien plus efficaces que tout autre chose (à commencer par les fictions juridiques commodes) pour obtenir un résultat viable. C’est tellement vrai que cela a été prouvé maintes et maintes fois dans différentes études psychologiques et dans l’Histoire de l’humanité.

            2. La Coupe Est Pleine

              @H16

              Possible ….
              Mais alors dans le cas de votre article …. Si on doit s’en remettre à la responsabilité individuelle : VIVE LA FLAVESCENCE DOREE !

            3. Duff

              J’ai commenté sur le vin et pas sur le fond car je n’ai pas de position arrêtée : Prenons un autre exemple, au fond identique : celui de Madelin (un affreux turbosocialiste donc) pour justifier l’état : Épidémie de peste dans une ville française (Marseille je crois revoir sa conférence d’il y a un an) pour l’endiguer l’état emploie son monopole de la violence pour isoler les malades et les laisser crever dans un périmètre réduit en autarcie. La propagation s’arrête, cette mesure cruelle a certainement sauver des milliers de vies…

              Pour revenir au vigneron, l’état est allé trop fort parce qu’il est con, certes, mais parce que la vigne française reste traumatisée par la crise du phylloxéra qui a détruit 90% du vignoble français au XIX. Il y a un coté psychologique aussi je pense.

            4. La Coupe Est Pleine

              « mais parce que la vigne française reste traumatisée par la crise du phylloxéra qui a détruit 90% du vignoble français au XIX. Il y a un coté psychologique aussi je pense. »

              C’est bien probable !

            5. gameover

              h16 je trouve que tu solutionnes un peu rapidement en 3 mots (pression sociale, responsabilité individuelle, calcul coût/bénéfice) le problème posé par ce principe de base du libéralisme, principe sans lequel l’édifice s’écroule car si on laisse l’état mettre un doigt, le bras y passera.

              Lorsque la relation de cause à effet est directe il est facile de s’appuyer sur la responsabilité de l’individu et de lui faire assumer le coût de ses choix tant qu’il en est sorti vivant, sinon le problème est réglé.

              Même le sujet de la vaccination peut être réglé préventivement par un isolement social.

              Face au peu d’éléments que l’on a ici sur ce sujet bio je me garderai bien d’émettre une opinion tranchée au contraire de mes contemporains qui dégainent du like comme d’autres se pressaient en place publique avant que la sentence ne soit rendue.

              Ce que j’ai cru en comprendre c’est que la maladie peut mettre quelques mois voire une année à se déclarer et qu’il sera alors difficile d’établir une responsabilité. Il semble aussi que le dommage causé peut concerner dans les exploitations attenantes l’arrachage, le replantage et le chiffre d’affaires des 4 années suivantes, coût qui sera bien évidemment largement supérieur à celui de la parcelle incriminée.

              A avoir vécu avec trop d’état je comprends bien que l’on veuille jeter le bébé avec l’eau du bain alors que les mesures prophylactiques tiennent de la logique et ne sont valables que si elles sont appliquées par une large majorité puisque le but n’est pas d’éradiquer une maladie mais de la repousser hors d’un territoire contrôlé.

              Avec un réglement approprié et privé de la copropriété d’un immeuble il est facile de s’assurer que chaque co-propriétaire est assuré contre les dégats qu’il pourrait causer aux autres puisque depuis l’origine de l’immeuble le fait d’être co-propriétaire implique l’adhésion à ce règlement.

              Les viticulteurs sont propriétaires de leurs terres mais ils partagent tous un espace commun au-dessus de leurs terres dont ils sont co-propriétaires, au même titre que nous d’ailleurs.

              Dans un monde libéral il est possible de demander des comptes à ton voisin qui fait brûler des pneus dans son jardin car la fumée t’affecte : la conséquence est visiblement, directement et pratiquement instantanément reliée à la cause.
              Si maintenant ce voisin fait une cheminée de 50 mètres de haut, tu ne seras plus affecté mais le bien commun le sera. la conséquence n’est plus directement visible et reliée à la cause.

              D’où il semble qu’il soit bien nécessaire de légiférer sur l’espace commun et les mesures prophylactiques en font partie, il me semble.

              1. Le bien commun, ça n’existe pas. Et j’ai du mal avec l’idée de poursuivre les crimes sans victimes.

                Faut pas se leurrer : il y a eu des dizaines d’années de propagandes sur le mode « L’état est indispensable », je ne m’attends pas à ce que le trajet intellectuel nécessaire pour comprendre pourquoi c’est de l’enfumage et comment on se passe très bien de l’état soit fait en quelques heures. Mais comme je l’ai dit ailleurs : le temps joue pour moi.

            6. gameover

              Et toc… j’évacue le problème d’un revers de la main.

              La règlementation ça me rappelle le méchant état donc je ne légifère pas sur le tout à l’égoût, ni sur les épandages dans les champs (1), ni sur l’obligation de justifier du retraitement des matières dangereuses, ni sur les rejets des industries, ni sur les rejets des centrales nucléaires puisque ça ne peut pas affecter le bien commun qui n’existe pas… et pi en plus si victimes il y a ce ne sera pas avant 50 ans… et puis en fin de compte les algues vertes, plaignez vous pas, ça peut vous servir d’énergie et on vous les fait gratuites…

              Effectivement la mauvaise foi ça n’existe pas…

              (1) L’eau en-dessous de mon terrain est à moi, c’est pas de chance que ce soit la même nappe qui soit aussi en-dessous de votre terrain, mais ce n’est pas un bien commun. Si vous voulez protéger la nappe phréatique vous n’avez qu’à racheter tous les terrains au-dessus et en surplomb. Na !

          3. primrose

            Justement, on a déjà sévi contre les écolos qui avaient saccagé le champ d’autrui. La loi a protégé la propriété d’autrui quand il s’agissait d’OGM. Je me trompe? Par contre, amusez-vous à peindre les volets de chez vous d’une couleur originale et vous ferez la connaissance du maire.

            1. toufou

              A lire les commentaires précédents, beaucoup pensent que la vitesse c’est le mal intrinsèquement.
              Peu importe les conditions de conduite, notamment si la route est dégagée, donc sans possibilité de blesser quiconque, c’est le mal on vous dit !
              Et même si l’Allemagne prouve le contraire ! Et même si l’Angleterre renonce aux radars, et même si certains états américains ont relevé les limites sans plus d’accidents.
              La vitesse c’est le mal, verstehen sie ?

              Par contre, je suis d’accord que la réponsabilisation ne résoud pas tout. Un irresponsable sans le premier sous, non assuré évidemment, qui se prend pour Fangio (ça c’est son droit) et qui crée des dommages à autrui (ça c’est son tort), est un probleme. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on a rendu l’assurance obligatoire.

            2. gameover

              Non toufou on n’a pas rendu l’assurance obligatoire.

              Le propriétaire d’un véhicule doit l’assurer et il y a des sanctions en cas de défaut d’assurance.

              Le jour où ta voiture s’autodétruira dans la nanoseconde (version néant) si tu n’as pas d’assurance, oui….

            3. gameover

              Pour votre info… directive européenne

              « Une interdiction de contrôler systématiquement l’assu­rance des véhicules automobiles devrait s’appliquer tant aux véhicules ayant leur stationnement habituel sur le territoire d’un autre État membre qu’aux véhicules habi­tuellement stationnés sur le territoire d’un pays tiers, mais provenant du territoire d’un autre État membre. Seuls des contrôles non systématiques, dépourvus de caractère discriminatoire et effectués dans le cadre d’un contrôle ne visant pas exclusivement à vérifier que le véhicule est assuré, peuvent être autorisés.  »

              http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:263:0011:0031:fr:PDF

            4. gameover

              @ HB

              Comme tu sais, une obligation ou une interdiction ne présume pas de l’accomplissement ou non d’un acte.

              Le terme « obligatoire » est dévoyé car les gens le prennent dans le sens courant alors que l’obligation est – dans le cas qui nous occupe ici – une notion juridique.

              Le mélange de ces notions explique le fait que nos élus croient un problème résolu en créant une obligation dans une loi et pondent donc lois sur lois : avec l’assurance obligatoire on n’a pas résolu le problème, ni avec la vignette obligatoire d’assurance (qui ne certifie rien, juste une présomption), ni avec le fonds d’indemnisation des victimes.

              Nemo praecise cogi potest ad factum

              Le commun des mortels pense qu’une obligation a force de loi, ce qui n’est pas le cas :
              Si je m’oblige à vendre ma maison à X mais que je la vends à Y (qui n’est pas au courant de mon engagement), X ne pourra pas obtenir la résolution de la vente, juste une indemnité.

              Au même titre, le meurtre n’est pas interdit, il est puni.

              Article 221-1
              Le fait de donner volontairement la mort à autrui constitue un meurtre. Il est puni de trente ans de réclusion criminelle.

            5. petit-chat

              Avec Toubir or not Toubir, ce sera en plus à la charge des communes de prendre soin des délinquants, avec les impôts des victimes.
              30 ans de réclusion, quel que soit le nombre de meurtres ? C’est une piste pour renouveler les impotents qui nous regardent d’en haut (et de haut)…

            6. hussardbleu

              @GO : il est bien certain qu’avec le libre-arbitre, aucune obligation ne tient, sauf à se résoudre en DI, mais en matière de puissance publique, la coercition est supérieure à la philosophie du Droit…

              Ce qui ne m’empêche pas anathématiser tout fonctionnaire qui prétendrait traverser mon bon plaisir…

            7. gameover

              Certes, mais il y a une dérive du droit qui m’inquiète, c’est de repousser de plus en plus la durée et les conditions pour la prescription des crimes et des délits. Et cela depuis qu’on a rendu imprescriptibles les crimes contre l’humanité.

              Perso je trouvais fort civilisé le droit à l’oubli.
              Dissoudre les liens du mariage dans une baignoire d’acide fluorhydrique plutot qu’au tribunal ca avait du sens.

            8. Black Mamba

              @Gameover
              « Dissoudre les liens du mariage dans une baignoire d’acide fluorhydrique plutôt qu’au tribunal ça avait du sens. »
              😆 Dure! dure!
              On vois que le divorce vous est passé au travers de la gorge … j’ai fait 9 ans d’essai avec WP avant de me marier et encore il a dû insister car mon ancienne expérience de couple n’avait duré que 4 ans ( dont 3 ans et 9 mois d’enfer) et j’étais alors très heureuse de ne pas avoir accepté à l’époque de me mettre les chaines aux pieds …un boulet le mec jusqu’à sa mort…

            9. hussardbleu

              @GO : Il y en a qui n’ont rien appris, ni rien oublié…

              @BM : « dure, dure » ? on pourrait disserter longuement sur cette faute-là, chère amie… Personnellement, elle évoquerait plutôt le « carcero duro », celui qui vous attend lorsque l’on prétend divorcer… « à l’italienne »….

            10. toufou

              Ok avec premiere remarque GameOver.

              Sur le crime contre l’humanité, si j’accepte l’idée que la sanction soit plus forte, en raison d’une volonté destructrice chez l’auteur et de conséquences plus graves, en revanche je n’accepte pas l’idée d’une prescription différenciée avec le meutre « normal ».

              Comme toujours, la motivation part avec de bons sentiments (les dictateurs auraient plus de moyens pour disparaitre longtemps – ce qui reste à prouver à mon avis). Mais la conséquence, c’est qu’on fait une distinction entre les victimes. Or un meurtre est un meurtre. Quelle que soit la victime, la recherche du coupable devrait être exercée avec la meme force : memes moyens , meme durée.
              Sans compter que cela engendre un biais racial « nauséabond » comme aiment à dire nos chers bobos-bienpensants :
              Les crimes contre l’humanité étant presque systématiquement perpétrés contre des catégories precises de la population, cela engendre que le crime perpertré contre tel groupe de population identifiable (race, religion, ..) semble devoir être poursuivi plus durement que s’il s’agit d’une personne « normale », ce qui est du racisme.
              Je ne dis pas que la loi est raciste par essence, mais elle comporte un biais raciste certain selon moi.
              Soit on alonge la prescription du meurtre commun, soit on raccourcis celui du crime contre l’humanité, mais les deux doivent avoir la même prescription.

        2. Dahu

          « l’agriculteur est chez lui »

          Je pense que le noeud du problème est là. A qui appartient vraiment la terre? J’ai toujours considéré que la propriété n’était qu’un octroie de l’Etat. On est jamais propriétaire de la terre… de nombreux cas illustrent que l’Etat peut reprendre à tout moment la terre et vous mettre hors de votre bien.

          Sinon concernant le vin, maintenant que je suis en Australie j’en goute pas mal. Autant ils sont plutôt uniformes au niveau du gout et n’ont pas trop de caractère, autant je suis vraiment etonné par leur qualité au niveau chimique. Meme si ils font 14.5% d’alcool, je n’ai jamais eu mal au crane, jamais la langue rapeuse avec des vapeurs d’ethanol lorsque je respire, et même jamais vraiment eu la sensation d’être ivre et d’avoir trop bu. Je parle ici de vins qui valent environ 10/12 euros la bouteille (pas testé la piquette).

          Par contre la bière australienne est insipide… Je dois me resigner à choisir des bières importées de belgique, et c’est limite un produit de luxe vu le prix…

            1. hussardbleu

              définition strictement robespierriste ! « La propriété est le droit qu’a chaque citoyen de jouir et de disposer de la portion des biens qui lui est garantie par la Loi »…

            2. Calvin

              @Dahu

              Ok, je comprends mais c’est le « J’ai toujours considéré que la propriété … » qui m’a fait tiquer.
              Je pensais que tu t’inscrivais dans cette lecture !
              Sinon, effectivement, la réalité, en France,fait que le droit de propriété est assez bafoué, tranquillement, avec résignation, même…

  2. NOURATIN

    C’est, en effet, un principe général du fonctionnement de la France, on ne peut plus rien faire. L’initiative est verrouillée, les politicards gèrent à vue à coups de règlements plus biscornus les uns que les autres et les jeunes énarques qui les rédigent ont une connaissance livresque de la vie.
    En conséquence nous nageons de plus en plus mal au milieu d’un océan d’absurdité qui finira bien un jour ou l’autre par nous engloutir.

    1. Calvin

      C’est pas seulement que c’est verrouillé.
      Mais parvenu à un niveau tel, les lois finissent par se contredire.

      Les législateurs vont finir peut-être par se rendre compte que nous avons tous des intérêts contradictoires mais que seuls l’échange et la liberté de chacun peuvent réguler.

        1. Calvin

          Je pense que ce n’était pas le but de la plupart des législateurs.
          Un certain nombre sont sincères (et c’est sans doute le pire !!), et quelques rares politichiens ont compris qu’en rendant coupable chaque citoyen ils avaient barre sur eux.

          Mais non, un législateur préfère taper sur les « coupables » et se faire bien voir des « victimes ».
          Or, même sans vouloir rendre tout le monde coupable, une erreur est faite.

          Les lois sont faites pour corriger les failles des précédentes.
          Or, c’est quoi des failles ?
          Des faits nouveaux induits par le progrès ?
          Des comportements que la collectivité ne veut plus ?
          Des populations précises qui refusent, par goût, par tradition, l’uniformisation ?
          Des cas extrêmes survenus dans l’actualité ?

          Revenons en aux fondamentaux : tel crime a-t-il une victime ou pas ?

          1. toufou

            D’accord avec vous, mais il y a tout de meme la notion de risque acceptable, et tout au moins de couverture du risque.

            Un exemple idiot pour comprendre : si deux savants fous s’amusaient à jouer a faire des experiences amusantes avec des reacteurs nucléaires, sans le moindre sous pour réparer les dégats bien sur, je pense que nous serions tous d’accord pour intervenir à priori, meme sans victime. Soyons honnetes.

          2. toufou

            Je pense que comme beaucoup de chose, c’est une question de mesure.

            Si le risque est tres élevé ou si meme faible il est tres tres couteux, je pense qu’il y a une légitimité à intervenir à priori.

            Si le risque est faible ou relativement élevé mais assumable financierement par l’auteur, il faut laisser faire et mettre en oeuvre le jeu de la responsabilité.

        1. Calvin

          Je sais, je sais….
          Le matin, tant que Hobbes ne m’a pas sauté dessus pour aller jouer dans la forêt, je suis très naïf.

          Or, alors plein d’ironie, c’est selon !

      1. vengeusemasquée

        There’s no way to rule innocent men. The only power any government has is to crack down on criminals. Well, when there aren’t enough criminals, one makes them. One declares so many things to be a crime that it becomes impossible for men to live without breaking laws. Who wants a nation of law-abiding citizens? What’s there in that for anyone? But just pass the kinds of laws that can neither be observed nor enforced nor objectively interpreted – and you create a nation of lawbreakers – and then you cash in on guilt.
        Ayn Rand

        1. Calvin

          VM, on est d’accord.
          Mais parmi tous les politiciens qui pullulent dans ce pays, beaucoup sont des idiots utiles qui n’ont pas ce cynisme.
          Certes, ils soutiennent ceux qui nous culpabilisent.
          De sorte que…. CPEF.

  3. white Panda

    Cette augmentation du nombre de règlements (au sens large) aboutit à :
    – il est devenu impossible, dans le cadre de son activité, de tous les respectés. Une crainte permanente de sanctions s’installe insidieusement.
    – il y a de plus en plus de dérogations ; donc une concurrence déloyale instaurée par le pouvoir.
    – Le bénéfice/risque penchant de plus en plus vers le non respect, de plus en plus d’individus (pas forcément mauvais), ne respectent plus les lois.

      1. Black Mamba

        Un Pékin n’est pas venu à son rendez-vous, alors il a profité de cet instant de répits pour lire le billet et faire son commentaire du jour :mrgreen:

        1. Calvin

          Et il n’aime pas ça WP, le manque de ponctualité, l’irrespect, le faux-bond !
          Tu devrais le réconforter, ou sa matinée est perdue…

  4. LeRus

    Bonne idée d’organiser « vraie réflexion de fond sur le bio », je propose un Grenelle de l’Environnement! Oh zut, c’est déjà fait! Bon alors, un Débat Citoyen sur le Bio et la Vivre-ensemble!

    Il serait bon d’inviter des intervenants venant d’horizons différents comme J-V Placé, C. Duflot, J. Bové, A. Gore et sans oublier N. Hulot (Ah non, lui c’est un mec de droite).

  5. Calvin

    Bien vu.

    La réalité de cette affaire, c’est que le principe de précaution, si cher aux constructivistes, dont les écolos, puisqu’ils nous bassinent avec leur lutte contre les OGM, les GdS, les OEM (ondes électro-magnétiques), etc…, se retourne contre ceux qui l’ont poussé jusqu’à devenir inscrit dans notre constitution si moisie.

    Et si on en venait au principe de responsabilité ?

    J’ai dit principe, pas pacte (vous savez, celui qu’on signe avec le diable)…

    1. RTP

      C’est exactement cela.
      Au final, le gars qui réclame qu’on le laisse faire ce qu’il veut sur son terrain et qu’on le laisse prendre ses responsabilités, n’a plus droit au chapitre. A cause de ses voisins. Et je ne parle pas de cet homme spécifiquement, ni même d’ailleurs de notre pays en particulier car je pense aussi au cas relevé par Anton Suwalki en Australie.

  6. Higgins

    Réflexion des plus pertinentes autour de la notion, oh combien galvaudée dans ce pays, de responsabilité individuelle. « Ceci n’est pas fortuit : la responsabilité, ça chatouille, ça picote, et ça impose surtout une certaine liberté. » Revel pensait, à juste titre, que la majorité de la population n’aimait pas la liberté. Encore un exemple à l’appui de sa thèse.
    Gilles Devers se livre à une rapide analyse juridique du problème. A priori, l’intéressé s’est trompé de combat et le reproche qui lui est fait porte moins sur l’absence de traitement que sur son refus d’appliquer l’ordre préfectoral: « Bref, l’infraction n’est pas de ne pas avoir traité les ceps, mais d’avoir maltraité l’arrêté préfectoral…e blog ne peut que regretter l’attitude de l’ami Giboulot qui n’a pas attaqué l’arrêté préfectoral devant le tribunal administratif dans les deux mois, en l’assortissant d’un référé-suspension. C’était la bataille frontale qu’il fallait mener. Là, on est dans le système « je rends justice moi-même », et ça, c’est pas fameux. » (http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2014/02/25/les-aventures-amoureuses-des-pesticides-et-du-principe-de-pr-892995.html).

    En attendant, Normal 1er et sa clique viennent de se prendre une nouvelle claque en provenance de Bruxelles sur leur incapacité à assumer les engagements du pays en matière de réduction du déficit. Tout va donc bien en Socialie. Certain se prenne même à rêver (http://www.lepoint.fr/economie/michel-sapin-souhaite-moins-de-chomeurs-a-la-fin-de-l-annee-26-02-2014-1795799_28.php). Ah j’oubliais, la population choisit massivement la sécurité au détriment de la liberté (http://www.lemonde.fr/technologies/article/2014/02/25/la-surveillance-d-internet-justifiee-pour-une-majorite-de-francais_4372732_651865.html). Revel avait donc bien raison et on sait où ça mène.

    1. Pere Collateur

      « Ah j’oubliais, la population choisit massivement la sécurité au détriment de la liberté (http://www.lemonde.fr/technologies/article/2014/02/25/la-surveillance-d-internet-justifiee-pour-une-majorite-de-francais_4372732_651865.html). Revel avait donc bien raison et on sait où ça mène. »

      J’ai vu ca aussi et ca me désespère. De plus, la sécurité, ils ne l’auront meme pas. Bref, plus que jamais, echanger la liberté contre un peu de sécurité, ca fini toujours pareil: On perd les deux.

      Accessoirement, ceci est un indice supplémentaire qu’on est vraiment dans un pays de crétins congénitaux…

  7. Nyamba

    Merci de formuler exactement mon sentiment face à cette histoire : « une soupe médiatique épaisse de n’importe quoi avec de vrais morceaux lacrymogènes dedans ». Il s’agit, je le crains, de la destinée commune de tous les sujets dont « s’emparent » les asso’ nécolo-friendly et les fluffies pétitionnaires à tire-larigot. Plus je vieillis, moins j’ai de patience envers ces abrutis dont le principal défaut, sous des couches de bons sentiments Gaia-compatibles, est de juger avant de savoir. Et une fois qu’ils ont jugé, ils n’apprennent rien – n’essaient même pas d’apprendre, d’ailleurs. C’est épuisant, à force.

    1. hussardbleu

      Personnellement, j’ai signé, sans illuses sur l’assoce qui a relayé le message, mais – et c’est tout simple – je ne supporte plus les oukases, les bulles, les rescrits, les arrêtés de ceci et de cela, pris par des fonctionnaires d’autorité (c’te bonne paire…) et, en bref, tout ce qui veut lier, entraver et compendieusement emmerder l’honnête homme dans son travail, voire ses loisirs.

      Soyez certains que, sans la mobilisation autour de lui, le Giboulot en aurait pris plein la tête : les chats fourrés, même et surtout du SM, soutiennent toujours l’administration dans ce genre de dossier.

      1. Nyamba

        Cela dépend de mon niveau d’agacement à ce moment-là (c’était il y a une éternité, en novembre ; un article était paru dans bastamag à ce sujet), mais il est possible que j’aie signé aussi.
        Il me souvient avoir tiqué sur l’exigence, émise par des administratifs, d’un traitement préventif, dans une zone très surveillée, où aucun foyer n’avait été recensé, pour un agriculteur qui participait à cet effort de surveillance et me paraissait plutôt cohérent dans ses propos… L’aspect « bio » VS « evil pesticides » n’avait, à mes yeux, pas vraiment d’importance en la matière. Or, c’est bien celui-là qui a été retenu par la foule en furie, et c’est là la source de mon impatience (la lune, le doigt, etc.). Du reste, il est tout à fait possible qu’une armée d’imbéciles soit plus efficace à la bataille qu’un sage tout seul… mais ça reste une armée d’imbéciles !

            1. yp

              Petit bémol : Ce n’est pas la puissance de feu individuelle qui caractérise un sniper. Pourtant, sur une zone d’affrontement, c’est bien celui-là qui constitue le « multiplicateur de force ».

            2. Nyamba

              Coupe de cheveu en huit !
              Patience, je reprends : « Une armée d’imbéciles armés face à un sage désarmé ».
              Qu’on ne mette pas dans la balance Chuck Norris armé d’un trombone, je commencerais à grogner…

            3. Calvin

              Chuck Norris n’a pas besoin d’arme, ni, donc, de trombone.
              Eventuellement d’une épingle : l’épingle à Norris.

              Ok, je sors…

              En fait, avant, je voulais dire à Nyamba que sur ce coup là, elle a dû confondre avec McGyver qui se sert d’un trombone pour désamorcer une bombe à neutron.

            4. tabbehim

              ah mon cher calvin, l’histoire aurait donc changer?
              à la cours d’école, on disait que Mc Guyver pouvait réparer une centrale nucléaire dont le réacteur est en fusion avec un hamster et un rouleau de scotch 🙂

            5. Nyamba

              Les libéraux : ces gens chi…armants, mais un peu tatillons…
              « L’épingle à Norris » : Je suis éblouie 😆
              Le trombone m’est venu, à vrai dire, non pas de MacGyver, mais de Riddick et de la scène du mug en prison (mais alors qui, à part moi avec mon goût prononcé pour les films intellos de ce genre, aurait reconnu la référence ?)…

            6. Calvin

              @tabbehim
              L’épisode où McGyver répare une centrale nucléaire est interdite de diffusion en France depuis Duflot.

              @Nyamba
              Pas tatillon, juste envie de délirer sur Norris.
              Riddick, connait pas, mais ma mère ne me laisse regarder que France 5…

            7. tabbehim

              interdite de diffusion en France depuis Duflot
              Nooooooooooooonnnnnnnnnnnnn :'(

              c’était le meilleurs épisode de la série !
              si seulement on avait un vrai Mc Guyver au gouvernement, il saurait quoi faire avec la boite à outil de notre flamby national !

            8. Nyamba

              Mouiii mais j’ai un faible pour Karl Urban en Necromonger… Et puis, les bestioles immondes du premier volet feraient peur à un enfant (elles me font peur à moi). N’oubliez pas l’âge du petit Calvin, M. Tab’ !

            9. tabbehim

              étonnement, j’ai la net impression d’être le seul à ignorer son âge. Mais internet est l’endroit où l’anonymat est aussi bien sur le genre que sur l’âge ^^
              Mais si il est jeune, peut être entamer son éducation par les annales du disque monde 🙂 après tout, il pourrait rêver de posséder le bagage de Rincevincent 😛

  8. Le gnôme

    Pourquoi autoriser la culture de la vigne qui favorise l’alcoolisme, tue des myons de gens, ruine la SS et rend idiots les chatons mignons. Un pays soucieux de la santé de sa population devrait bannir les ceps.

    Propageons la flavescence dorée sur tranche pour éradiquer le fléau.

    1. Calvin

      Attends, je relis mes cours accélérés…

      Ah, j’ai…

      Voilà !

      « Dieu a créé l’alcool pour que les femmes moches baisent quand même. »

      Droit au sexe opposable.

      1. Nyamba

        Propos genré ET sous-entendant l’existence d’une entité supérieure créatrice, alors que l’on sait très bien que la République est la seule chose éternelle, une et indivisible, dispensatrice de bienfaits, de câlinous et de fléaux à moustaches (mais seulement quand on n’obéit pas à ses dix… euh, quelques milliers de Commandements) ! Haro sur le bambin ! Heureusement que M. Peillonayons veille au grain; le formatage est encore possible…

        1. Calvin

          Qu’il y ait des filles énormes et informes ne te gêne pas.
          ben tu ne fera pas parti de mon club, na !
          Quant à Peillon, il n’aura ni mon âme ni ma liberté de penser, même mal…

            1. Calvin

              Après Daniel le Rouge, Florent ?

              Eh ben, ça en fait du monde qui veut prendre possession de mon corps…
              Et si on ajoute Peillon et Najat qui veulent prendre possession de mon âme…

            2. tabbehim

              Mon pauvre Calvin, vous oubliez aussi Montebourde qui veut vous faire gouter son redressement productifs,
              Michel sapin qui veux vous aider à économiser sur les jouets superflut
              Duflot qui veut vous aider dans vos recherches de logement et vous apprendre à bien choisir un lit
              Marisol Touraine qui veux vous enfoncer la santé dans le crâne
              bon, pour faire plus simple :
              http://www.conseil-general.com/ministeres/ministeres.htm
              Tout ces braves gens qui veulent se faire du bien grâce à vous 😀

            3. Calvin

              Tu as oublié Mosco qui veut mettre la main sur mes bourses qui, vu, mon jeune âge, ne sont pas encore emplies d’espèces sonnantes et trébuchantes…
              Et tu oublies Najat qui veut me dégenrer…

            4. tabbehim

              je ne les ai pas oublié, j’ai mis la photo des 40 adorables bisounours qui veulent te faire plein de bisous sur ta socialie !
              vous n’imaginez pas tout ce que la bande en question peut vous faire pour leur plaisir malsain 😉

            5. Aristarque

              Il y a aussi du monde qui veut prendre possession de ton frigo et t’aider à bien le ranger pour sue les gommettes de charge calorique de chaque aliment restent bien visibles…

          1. Nyamba

            Les filles énormes et informes, au contraire, ont cette immense qualité de faire paraître les autres primogenrées diaphanes et sublimes, en comparaison ; y compris celles à nageoires et carapace écaillée :mrgreen:
            Pour le reste, je n’ai à priori pas le droit d’entrer au D.E.F.I., je n’ai pas les critères requis et de toute façon, je n’ai jamais rien compris au Calvinball…

            1. Calvin

              Pour le Calvin ballon, c’est très simple, les règles évoluent avec le jeu. C’est pas compliqué…
              Pas comme ces sports de filles où les règles ne changent que tous les 28 jours…

            2. Nyamba

              C’est très compliqué, au contraire : un jeu dans lequel les règles évoluent en fonction de ce qui arrange une minorité de joueurs sur le moment, ça ne peut évidemment pas marcher… (on le fait en grandeur nature en fRaônce, on voit bien le résultat !)

              Interlude Père Castor à propos des loups-garous : ces créatures de légende, massives, très très énervées, poilues, avec des crocs et des griffes, en fait, ce sont des filles un peu plus sensibles que d’autres aux cycles lunaires, qui ont la flemme de s’épiler. Véridique, les soirs de pleine lune, on peut les entendre hurler dans les sous-bois… Il est préférable de ne pas les énerver en phase culminante, elles peuvent arracher des cœurs avec les dents…

    2. Black Mamba

      La France est le pays de toutes les contradictions… Il n’y a rien à comprendre, c’est comme ça… la seule raison valable s’est quelque soit que tu fasses, t’as toujours tord … Par ici la monnaie, il faut remplir les caisses de l’Etat .

        1. Black Mamba

          Quand j’ai lu l’article la première pensée :
           » ILS SONT CONS !  »
          Mais où sont les facepalms qui accompagnent … bon aucun… tant pis … ZUT! Alors …

    3. LeRus

      Dans sa lutte contre alcoolisme, Gorbatchev avait fait détruire des vignes. Ça, mais surtout le rationnement drastique de la vodka (créant un marché noir fleurissant) ont surement plus fait que tout le reste (chute de l’URSS…) pour lui plaquer une très mauvaise réputation sur le dos en Russie.

      Mais, 30 ans plus tard, on s’est effectivement aperçus que l’espérance de vie des russes étaient alors la plus haute. Donc, oui, si on allait au bout de la logique de nos politiques-mamans, il faudrait faire ça! :mrgreen:

      1. Calvin

        « Dans sa lutte contre alcoolisme, Gorbatchev avait fait détruire des vignes »

        Ah bon, c’est pas parce qu’il avait une tache de vin ?

          1. Calvin

            Très jeune, je suis, ce qui me permet de porter un regard décalé sur l’actualité.
            Ensuite, j’ai accès à la Mémoire de mes Anciens, que je revisite à loisir…

            1. pouf pouf

              Quand je te regarde tous les jours d’affilée, quand je te regarde d’affilée, tous les jours enfilés, tous les jours en filée, marquez un temps d’arrêt, tous les jours d’affilée j’ai envie de te regarder, tous les jours plus un, tous les jours de ma vie, envie de te regarder, tous les jours en vrai de ma vie en vrai tous les jours d’affilée envie de te regarder de ma vie en vrai de te regarder d’affilée en vrai tous les jours de ma vie quand je te regarde d’affilée comprende ? En vrai ? Dans la vie en vrai ? Dans la vie, en vrai pas dans les jours d’affilée, dans la vie en vrai d’affilée peut-être mais en vrai, c’est-sûr, pas dans la vie d’affilée en vrai, sinon il ne faut rien dire, en vrai, d’affilée

            2. pouf pouf

              Veux-tu vraiment savoir ce que j’en pense, dans la vie, en vrai, en vrai de ce que vous faites, dans la vie en vrai ? Tu veux savoir veux-tu ? Savoir ce que j’en pense dans la vie ? Dans ta tête tu peux parler à tous les morts, de la vie, en vrai dans ta tête, à tous les morts en vrai, les morts de la vie dans ta tête, et pour parler à un fonctionnaire de police, de police de la vie dans ta tête, en vrai dans la vie en vrai de ta tête, de la vie en vrai, à la police de ta tête, le mieux c’est dans ton clavier, dans ta tête on te dit, pense dans ta tête, pour commencer, pense dans ta tête dans la vie en vrai, sur ton clavier, pense dans ta tête, en vrai dans la vie en vrai sur ton clavier, pas d’affilée, dans ta tête, en vrai, sur ton clavier, dans ta vie en vrai, dans ta tête, en vrai dans la vie en vrai, sur ton clavier, dans ta tête, partout en vrai, sur ton clavier, dans la vie partout dans l’escalier.

            3. hussardbleu

              mon cher ami ! …. dans la vie, comme tu dis, et en sémiologie psychiatrique, il me paraît évident qu’un pro aurait un grandiose « field day » à examiner ton avatar de timbres enfilés sur barbelés…

            4. Calvin

              Aligner les mots d’affilés, n’a jamais affiné la moindre ligne.
              Affublé de tels affidés, l’affabulateur m’a filé, à la fin, une tumeur maligne, une sorte de maléfice, qui, quoiqu’elle fisse, m’afflige.

            5. Black Mamba

              @pouf pouf
              Même si j’aime bien cette folie , diminue d’un cran ton délire où la censure te tombera dessus :mrgreen: , conseille d’une amie 😉

            6. pouf pouf

              Trois doubles vé un point toi en anglais tu être point comme slash watch point d’interrogation petit vé égale petit git grand haine petit air grand git sous-score petit git petit bé grand thé huit grand double vé grand tas, et voilà comme on dit en français, comme on dit dot comme, en français, nous les français, voilà ce qu’on vous dit, c’était quand, non ? Il y avait quoi, oui ? On vous dit ça, nous les français, dans nos têtes, on vous le dit, pas dans la vie, non, dans la vie nous, on a trop peur, dans la vie, nous les français dans nos têtes dans la vie en frais, nous les français en frais, dans la vie des français, des français en vrai, dans leur vie

    4. yp

      Et les cultures destinées à la confection de boissons sataniques enfin erradiquées, les français donneront enfin une preuve de leur volonté d’intégration dans ce pays qui pourra enfin s’engager vers un futur socialement apaisé.

  9. NP

    Pour ma part, je trouve que le préfet a réagi par excès de précaution en étendant la zone d’épandage obligatoire au-delà de ce qui était nécessaire.
    Et c’est tout à fait compréhensible : il prend un arrêté dont l’effet le couvre lui-même (il fait son boulot et éradique le risque) mais dont la responsabilité de son application incombe aux viticulteurs (et à leurs frais). Il prend une assurance sans que cela ne lui coûte plus qu’une signature sur un bout de papier.

    A l’opposé, le viticulteur, lorsqu’on l’oblige à mettre sur la table son argent, sa santé et l’équilibre biologique de sa parcelle, il est normal qu’il l’aie un peu mauvaise.

    Tout serait différend dans un monde où le préfet aurait la responsabilité des actions qu’il décide. Dans ce monde-là, on aurait sans doute engagé des recherches pour trouver des traitements alternatifs.

    1. petit-chat

      Mouais, la responsabilité d’un haut fonctionnaire serait payée par le con-tribuable car ils sont tous responsables mais pas coupables.

    2. Karamba!

      De ce que j’ai pu lire, le foyer s’est déclaré en Saône et Loire dans un premier temps et qu’il s’agissait pour Beaune d’une mesure de précaution, qui s’est avérée justifiée puisque des pieds de vigne contaminés ont été ensuite localisés en Côte d’Or.
      Mais effectivement si on juge que le préfet est un abruti et qu’il ne faut pas tenir compte de ses arrêtés (le principe de précaution, c’est pourtant un truc que les écolos adorent), n’en faisons qu’à notre tête. La loi Duflot, c’est un abus de pouvoir, j’en fais une boulette et je tire la chasse. On verra si les donneurs de leçon Verts applaudissent… Idem pour la prospection du gaz de schiste… On est tous libres, il est interdit d’interdire, etc…

    3. petit-chat

      Il y a des vignes particulièrement résistantes, entre autres qualités. Du coup, elles sont interdites :
      NOAH BACO OTHELLO OBERLIN JACQUEZ ISABELLE HERBEMONT
      C’est plutôt la dessus que les escrocologistes devraient se battre (mais vu leur crédibilité…)

      1. tabbehim

        les éconlo sont trop abrutis pour s’imaginer utilisé différent types de vignes dans des territoires proches pour arrêter une infection à moindre coût….
        ils ont tout fait interdire, ils ne vont pas faire marche arrière…

        chez moi, les vert sont surnommé les écolos de paris, ils connaissent bien l’écosystèmes de la fanges politiques…. mais pas plus.

          1. tabbehim

            le progressisme sociétal.?
            même ça ils n’y connaissent rien ^^
            se signer écolo à la mode EEVL, c’est clairement reconnaître qu’on juste un gros ignare dogmatique qui a pris cette religion politique pour argent comptant -_- »

            et quand on pense qu’ils sont près de 3% des électeurs, ça en fait du con !

            1. Black Mamba

              Quand j’étais gamine, j’adorais l’écologie mais avec toutes leurs idées à la CON… je commence à développer une allergie sévère 🙁

            2. petit-chat

              BM, on a tous été écolos à un moment ou à un autre.

              Là où j’ai commencé à tiquer, c’est lors des campagnes de tri sélectif : je devais faire un boulot (gratuitement, pas comme les stagiaires ou les bénévoles du spectacle…), et en plus, s’il y avait UNE erreur (par exemple une peau de banane mise dans les cartons d’emballage), toute la poubelle, pourtant triée, était incinérée. Le connard municipal qui voit la peau de banane ne pouvait pas la retirer ?

          1. tabbehim

            une raison de santé publique parce que le vin était un peu plus costaud que les autres….
            on fait interdire une espèce utile sans penser à demain, comme d’habitude ^^
            bah, les sectocolos ont justes sublimé et amplifié le fait ^^
            mais merci pour ce petit lien petit chat 🙂
            (ps : faites attention en traversant la route, un petit chat est mort ce matin 🙁 )

            1. petit-chat

              Et voilà, ma journée est pourrie, même plus de jolis avatars de BM pour me consoler.
              Je vais chercher des photos du Naja Belcassine, tiens.
              👿

            2. tabbehim

              heuuu, vous tenez à ce point à anéantir votre journée?
              Pitié, reprenez vous, je vous en prie, votre cerveau ne supportera pas le venin de cette femme !

            3. Black Mamba

              @petit-chat
              Vos miaulements désespérés ne vont pas me faire changer d’avatar… Je me fais plaisir à voir mon âge mental depuis que j’ai rajouté mon énième bougie …

      2. Adolfo Ramirez Jr

        certaines sont interdites car elles produisent un vin dangereux (Baco notamment), vous savez, vous buvez ça toute votre vie et un beau jour vous vous mettez à écrire sur ce blog comme notre ami poufpouf….

  10. olivier r

    Quand on y reflechit, qui est le SEUL gagnant dans cette histoire? L’Etat qui a récupéré 500 euros, pourquoi? pour qui? Si il y a faute avérée de ce propriétaire qui mettrait en danger les cultures de ses voisins, il serait logique que l’amende aille dans la poche des « victimes »… mais non c’est l’état qui ramasse!

  11. douar

    Je suis tout surpris de voir ces écolo conscients brandir la liberté individuelle quand ça leur plaît.
    N’empêche que dans cette histoire, si j’étais viticulteur, je n’apprécierais pas tellement qu’un gugusse refuse de traiter ses vignes par idéologie, et ainsi, contribuer à propager la vérole.
    On a eu le même cas en ovin avec la vaccination contre la fièvre catarrhale: certains éleveurs (surtout ceux de la Conf’) l’ont refusé sous ces prétextes. Le problème dans ce cas, c’est que tout le monde doit vacciner pour éradiquer cette maladie, sinon, ça ne marchera pas. Que l’État intervienne dans ce cas, ça ne me gène pas.

    1. Menfin

      Absolument… et c’est d’autant plus drôle que ça retombe justement sur un « bio » extrêmiste qui fait partie des adorateurs du principe de précaution et des interdictions de tout… pour les autres.
      Cela repose aussi le problème de l’avantage écologique réel du Bio, avec des pesticides antédiluviens pas du tout sélectifs, et peu efficaces.

  12. ModernGuy

    Excellent billet de H16 comme toujours, qui reflète exactement mon point de vue sur la question. Je fais tourner dans les boites de mes contacts bobos.

  13. amiral Woland

    Bien, bien, bien comme d’habitude. Cependant il me vient à l’esprit en vous lisant l’idée du parallèle qui pourrait être fait avec l’obligation de vacciner les enfants. Qu’en pensez vous?

    1. Exactement la même chose. J’ai envisagé d’écrire un paragraphe à cet exact sujet, mais cela aurait pollué le débat écolo. En réalité, avec des assurances privées, il n’y a pas à tortiller : les enfants seraient vaccinés pour éviter les surprimes, et si les parents sont assez téméraires pour ne pas vacciner, ils s’exposent à un retour de bâton fort violent (mort du gamin ou dommages et intérêts colossaux aux victimes collatérales).

      1. Jeanpierre

        Oui et non… la fonction du vaccin est de renforcer l’immunité acquise de l’individu.

        La réaction immunitaire est initiée par la reconnaissance d’antigène à la surface de l’agent pathogène. Première conclusion : au fur et à mesure des mutations, le vaccin devient moins efficace et donc il faut le renouveler.
        Deuxième point, le vaccin est une agression du corps. Pas grave bien entendu, mais une agression quand même, qui déclenche une réaction immunitaire. Pour baisser la dose d’antigène pathogène, l’excipient (partie non pathogène du vaccin) contient des molécules qui renforcent la réaction immunitaire, comme une espèce d’allergie (allergie : réaction disproportionnée du système immunitaire à un élément agressif, que ce soit une molécule ou un organisme vivant). En fonction des constitutions, il peut y avoir des effets secondaires comme des syndromes de Guillain Barré pour le vaccin contre la grippe H1N1.

        Ces deux éléments permettent d’avoir un début de position mesurée, évitant la vaccination intempestive et abusive : vacciner contre un élément pathogène très évolutif est une course contre la montre épuisante pour le système immunitaire, surtout si la maladie en question n’est pas grave (exemple la grippe qui mute à peu près tous les ans si je me souviens bien. Le vaccin de la grippe vous vaccinera donc efficacement contre la grippe de l’année dernière). D’autres pathologies sont beaucoup plus graves et ne pas se vacciner contre comporte des risques, non pas que la personne soit certaine d’être infectée, mais plutôt parce que la maladie comporte un risque vital, de séquelles importantes (poliomyélite) ou que le traitement est hyper cher (rage et tétanos).

        La partie capitalisme de connivence entre le ministère de la santé et les industries pharmaceutiques m’échappe, même si le développement du vaccin H1N1 a été curieusement rapide, par exemple.

        Quant à la partie liberté individuelle, et bien… c’est votre santé.

        1. gameover

          Je ne crois pas beaucoup me tromper – si je me remémore une précédente contribution de h16 que je plussoie – en indiquant que ça ne concerne que le vaccin diphtérie, tétanique et polio.

          Aucune raison de se focaliser sur un virus grippal qui par définition est en mutation permanente.

          1. Jeanpierre

            Je parlais du principe de vaccination et de son application. Et je pense comme vous : ce genre de maladie (diphtérie, tétanos,polio) font parties de celles qu’il ne faut surtout pas contracter. L’exemple du virus grippal est symptomatique d’une dérive vaccinatrice généralisée. L’état socialiste a décidé d’éradiquer la maladie. Il n’y arrivera pas. Il ne fera que créer des souches résistantes. De plus, attraper une maladie permet d’augmenter les compétences du système immunitaire, ce qui explique que les adultes tombent moins souvent malades que les enfants. Petite précision pour les bipolaires : cela ne veut pas dire qu’il faut faire n’importe quoi et bouffer de la bactérie matin-midi et soir.

            1. gameover

              La campagne de vaccination « volontaire » mise en place par l’Ed Nat lors du H1N1 est inadmissible… surtout que ça ressemblait plus à de la coercition qu’à du volontariat et qu’en aucun cas elle n’aurait dû se dérouler pendant le temps scolaire : pourquoi pas des tests SIDA à l’école pendant qu’on y est !… ah bah non… Act up n’est pas d’accord.

              Perso, les vaccins pour moi c’est comme les versions de Windows, j’attends que d’autres paient les pots cassés…
              …sauf sur mon dernier PC là j’ai pas fait gaffe… Windaube 8.1 porte bien son nom 🙁

            2. hussardbleu

              J’en suis encore à XP, qui marche fort bien, mais dont on me glisse qu’il ne recevrait plus de mises à jour à compter d’avril prochain ?

            3. Aristarque

              A Game Over.
              Bien d’ accord quant aux soucis que me donne Windows 8 : exemple : plus moyen d’ ouvrir un de mes documents Excel ou Word à partir du programme lui même sans qu’il ne plante immédiatement. Il faut que je passe par Windows explorer pour ouvrir le document…
              J’en viens a regretter Vista et Windows Mail qui marchait très bien (à mes yeux), c’est dire.

            4. petit-chat

              Windows seven est bien.
              Bien, mais il faut virer pas mal de choses dans le planificateur de tâches, et aussi interdire les mises à jours (toutes). Celles qui sont vraiment critiques s’installent de tout façon, quoiqu’on fasse. Et il y a 21 (au moins) mouchards à virer.
              Sinon, oui, XP est parfait pour mon usage…Mais celui-là, sans mise à jour, il plante. Et après le 8 avril, je crois, ça va être l’avalanche de problèmes.

    2. olivier r

      J’en pense qu’un Etat qui rend le port de la ceinture de la sécurité obligatoire (qui est mort dans l’histoire de l’automobile parce qu’un autre conducteur n’avait pas sa ceinture?!) mais pas la vaccination contre les maladies contagieuses (j’ai personnellement failli mourir de la rougeole quand j’étais gamin à une époque où le vaccin n’existait pas encore) a un sérieux problème de hierarchisation des priorités.

  14. André Rosa

    Merci pour votre effort d’information: la vidéo reçue avec la pétition était vague et ne répondait pas à plusieurs questions précises (quel pesticide? situation de la région? risques?….) Je n’ai que vaguement essayé de m’informer des détails, donc vainement…

    L’affaire est un cas où le principe de subsidiarité devrait s’appliquer. Le mot n’est pas employé dans l’article mais l’idée affleure quand vous parlez de la proximité d’autres viticulteurs, avec qui il faudrait s’entendre.

    Mettons à part la révolution, l’autodestruction ou la tabula rasa, que certains appellent légèrement de leurs voeux, même ici. Je ne vois guère que la subsidiarité, c’est-à-dire la responsabilité réelle d’échelons imbriqués, pour reprendre la main sur nos vies citoyennes.

    Il s’agit bien de limiter le pouvoir de chaque échelon et d’assumer totalement celui de l’échelon où l’on se situe.

    Pour cela, il faudrait réapprendre à raisonner, débattre, à faire des compromis. (Avec Arnaud Montebourg comme pédagogue, cela va être difficile…)

    Du point de vue psychologique, il faudrait aussi apprendre à ne pas confondre demander et exiger de l’aide…

  15. Karamba!

    A priori la loi, on en tient compte quand ça vous arrange. Ne pas confondre l’esprit libertaire de l’écolo plus malin que les autres dans son bordel idéologiquement organisé et le libéral qui revendique sa liberté d’entreprendre dans la limite définie par une législation.
    Quant aux préfets, je ne suis pas sûr que ce soient encore aujourd’hui de vrais despotes locaux tant leur statut a été passablement vidé de toute substance.

  16. Anabase61

    Un aspect anecdotique de l’affaire, qu’aucun journaliste n’a, evidemment, releve, est que Beaune est a 5km de la frontiere du departement de Cote-D’Or avec la Saone et Loire. S’agissant d’un arrete prefectoral, il sarrete evidemment a la limite du departement, comme si les cicadelles avaient acces a Google Map. l’absurdite de regler par arrete prefectoral une contamination qui s’arreterait sur des frontieres invisibles comme le nuage de Tchernobyl, est representative de la coherence du systeme francais.

    1. Calvin

      C’est pour ça que le principe de précaution a été inscrit dans la constitution : pour que cela s’applique à tout le territoire.
      Euh… wait…

  17. tabbehim

    les écolos intégristes sont tellement con qu’ils en ont oublié que cet insecte est particulièrement simple à repousser…….. et de manière assez peu couteuse. le prix de ballot de paille bien jaune et quelques pièges, et un arrachage en fin de vie de l’infection des quelques vigne frappé suffit, comment ils faisaient les aïeux avant les pesticides?
    Leur intégrisme les a poussé dans les bras de produits qui, ironie du sort, ne sont pas des plus inoffensifs. et ils pleurent maintenant?
    Les écolos sont des crétins qui ne sont pas foutus de voir plus loin que le maintenant. Ils sont incapable d’agiter trois neurones pour penser à demain.
    Petit exemple : la chasse. Que se passe t’il quand l’abattage d’une bonne partie de la population de sangliers et de cervidés n’est pas faite d’après vous? (les écolos sont très anti-chasse) et bien on se retrouve avec une zoonose et tout plein de dégâts qui coûtent très cher tant du point de vue écologique (au premier sens du terme ici) que du point de vue financier.

    que les politiques et les écolos laissent faire les agriculteurs, et les laissent faces à leur responsabilité, et ça tournera nettement mieux. mais certaines industries risquent de se voir plomber côté chiffre d’affaire en échange (sauf si elles évoluent évidemment)

        1. tabbehim

          la phylloxéra n’est pas la cicadelle, ce n’est pas le même parasite, et faire le lien entre les deux relève de la mauvaise foi intellectuel.
          Par ailleurs, la cicadelle est éloignable par des méthodes plus conventionnelle. je ne supporte pas les écolos de paris, mais un peu de bon sens ne fait pas de mal.
          Avez vous trouvez dans l’histoire de grand massacre de vigne lié à la flavescence dorée?

          et pour info, une petite recherche vous montrerez que la cicadelle a un certains nombre de faiblesse naturelle qui permettent de se passer, pour ce parasite, d’insecticide.
          à trop vouloir pulvériser, on en oublie les gestes simples !

          1. Adolfo Ramirez Jr

            il n’y a aucune lutte possible contre le phylloxéra, à moins de noyer sa vigne l’hiver. évidemment compliqué sur les « coteaux »

            1. tabbehim

              non, il y’a aussi le sulfure de carbone il me semble, bien que la méthode soit très longues à mettre en place et est très très cher….
              De plus, j’ignore le côté sain de la chose 🙂

    1. Petitpatapon

      Une plantation de vigne coûte 20 000€/ha, la complantation coûte encore plus cher. Un vigne ne commence à donner en AOC qu’à partir de la 3ème feuille et à plein rendement qu’à la 5ème feuille (4 ans). Donc 4 ans de manque à gagner en Côte d’Or, je comprends que les vignerons bourguignons aient été prudents.

    2. Petitpatapon

      Il est d’ailleurs étonnant que M. Giboulot s’y soit risqué. Mais il faut dire qu’il s’est fait une belle publicité à moindre frais (et sans les restrictions de la loi Evin).

      1. Adolfo Ramirez Jr

        Pour l’avoir entendu parler, pour lui la maladie vient s’installer pour combler un « vide » sur sa parcelle.
        Donc s’il traite il perturbe son équilibre qu’il a mis des années à installer et rend paradoxalement sa vigne plus vulnérable. Enfin il n’y avait qu’une parcelle de sa région vinicole non pas infestée, mais juste touchée. Etre vigilant, pour lui, était plus intéressant que de traiter.

        1. Petitpatapon

          « pour lui la maladie vient s’installer pour combler un « vide » sur sa parcelle. » voila, voila….

          Hum la vigilance dans le cas de la flavescence? lorsque les symptômes apparaissent (souvent quelques années après la contamination) la seule solution est de tout arracher et brûler.

          On remarquera que ses collègues en biodynamie, n’ont pas eu de soucis.

            1. pouf pouf

              Qui parlait de bandit philosophe ? D’un philosophe bandit ? Un grand érudit qui vivait dans le silence des bombes, dans le mutisme des saints, dans le grand tumulte de sa vie ? Du bruit, des filles modèles pas toutes petites, du bruit encore, du bruit dedans, autour, par tous les temps, du bruit, du bruit encore, du bruit de la vie de bassecour, du poulet, des poulets et pas tendres, de la poule, beaucoup de poules aussi, énormément de volaille, assurément de la poule, surtout de la poule, dans la cour la poule, la poule de bassecour, alors ça piaille, ça caquète dans la bassecour, ca caquète surtout de la veille, ça caquète et ça caquète dans la bassecour de la vie, ca caquète et ça caquète encore dans la bassecour, là en bas, dans la vie ça caquète, qu’est-ce que ça fait dans la vie ? Ca se plaint ? d’être en vie ? dans la bassecour ? ça se plaint d’être en vie encore dans la bassecour en bas, dans la vie, la vie de la bassecour ça se passe à caquète, en bas dans la bassecour … comprende ?

  18. LECOMTE René

    Dans ma belle région des Vosges (où je savoure une retraite bien méritée, après avoir subi le racisme anti-blanc à Paris), nos amis écolos ont voulu interdire la cueillette des myrtilles au moyen d’un peigne, technique qu’utilisait déjà mon grand père dans sa jeunesse. Motif : le peigne arrache les feuilles de l’arbuste… Il ne savait pas que ces feuilles tombent en automne et croyait que c’étaient des plantes au feuillage persistant… Comment prendre au sérieux ces verts (je passe sur les histoires de sauvegarde du loup) ?

    1. tabbehim

      les écolos de Paris sont contre tout ce qui se faisait avant, maintenant, et dans le futur…
      Pour être écolos de EEVL, il faut être :
      ->Dogmatique et dévot pour le dogme, être illuminé par le dogme.
      ->ignoré la réalité qui ne se plie pas à la théorie du dogme. le dogme est tout, le dogme est omniscient
      -> contribuer au dogme par ses ressources en faisant acte de pénitence pour tout les actes fait contre le dogme de manière involontaire
      ->accusé ceux qui ignore ou contredise le dogme d’être des pollueurs irresponsable d’extrême droite tueur de mignons chatons végétariens à coup d’adorable bébés phoques.

      ce que j’écris peut s’adapter à d’autre partie religieusement politique.

      1. LECOMTE René

        Oui, ce sont des verts de « salon », qui ne prennent nullement le temps d’aller vérifier la réalité sur place avant d’affirmer, ce qui pourrait contredire leur dogme. Et dire qu’il se drapent de la défense de la nature, sans l’approcher et même en profiter.

        1. La Coupe Est Pleine

          « Vérifier la vérité » !?!????!!!
          Mais vous n’y pensez pas ! L’écologie politique n’est qu’une affaire de croyance ! On vous demande de croire, point !

          1. tabbehim

            +1 🙂
            et leurs opposants dogmatiques demandent l’inverse strict en prime, quitte a user d’autant de mauvaises foi 😀

            je comprend pourquoi l’église et l’état on divorcé, les parties politiques n’avait pas assez de place dans les consciences 😉

          2. La Coupe Est Pleine

            @tabbehim
            « je comprend pourquoi l’église et l’état on divorcé, les parties politiques n’avait pas assez de place dans les consciences  »

            => Excellent !

            1. hussardbleu

              Ce qui me rappelle que la bio de David Lodge (excellent comme toujours) consacrée à HG Wells est intitulée en anglais « A man of Parts »… et non sans raison…

    1. petit-chat

      Réponse des jean foutre :
      « …notre système de sécurité sociale est non seulement conforme à la réglementation européenne mais encore qu’il constitue la meilleure garantie d’une protection sociale de haut niveau, solidaire et durable pour tous. »

    2. gameover

      Merci Bob, je désespérais de voir une réponse et j’avais abandonné.

      C’est ma foi fort bien tourné et ça confirme que l’on peut effectivement quitter la sécu même si ça fait croire le contraire.

      J’y reviendrai quand j’aurai 2 minutes.

  19. BenOui

    Quel bordel les amis.

    Mais avec des pommes comme ça, il n’y aurait jamais eu le péché originel !! ou alors Eve en aurait une belle paire…

    Je vais prendre des actions écomouve, avec des histoires comme celle-là, il va bientôt avoir des portiques écotaxe dans tous les champs de France et de Navar !!

    Pas de doutes, nous sommes dans le mur et heureusement qu’il n’y a pas de tôles froissées quand un pays se vautre en continue, cela serait pire qu’un ongle remplaçant la craie sur un tableau noir.

    Bon, nous en sommes ou à Notre-Dame-Des-Landes ? Ce gouvernement a Héro-déporté le projet ou pas encore ? Les écolos sont à la fête en ce moment… S’ils font -2% aux mini-si-pales nous aurons peut-être droit à un remaniement.

  20. pouf pouf

    La poésie ça fait combien ? Vous seriez venus me poser la question ne serait-ce que la semaine dernière, j’aurais répondu différemment, j’aurais dit entre une seconde à deux ans, de un à neuf mots entre une seconde et dix ans, entre une seconde et mille ans et une seconde, un poème, la poésie, ça prend moins d’une seconde et ça peut durer toute une vie, entre une seconde et une vie, un poème, les poètes, la poésie, ça prend toute une vie, entre une vie et une seconde, une seconde ou la vie ? La vie ou une seconde, ça fait combien en poésie ? Toute une vie de poésie en une seconde ça c’est sûr, ça dure qu’une seconde une vie de poésie, toute la vie plus une seconde, voilà ce que ça dure, voilà ce que ça fait la poésie, tout la vie, toute ta vie plus une seconde, et je l’ai vue défiler cette seconde, en poésie, ici aussi, tout la vie, toutes les secondes que j’ai passé en poésie ne serait-ce que la semaine dernière, vous comprenez ? La semaine dernière en poésie et bien, il n’a pas fait beau con comme il est, en poésie la semaine dernière, pas beau du tout. Il n’a pas fait beau en poésie pendant cette seconde, immense, la semaine dernière.

  21. pouf pouf

    le mal à la mort
    Quand j’entends dire de droite comme de gauche, que racine est né en mille six cent trente neuf, je dis d’accord, peut-être, la racine peut-être, mais le mal alors ? En quelle année est-il né lui le mal, après qu’on en vit la racine ? hein ? Combien de temps après ? Combien de temps après racine ? Le mal d’alors, hein, le mal alors ? Combien de temps ? Combien de fois faut-il du mal à sa racine ? Combien encore ? Alors ? Racine ? Le mal ? Le mort ? A sa racine alors ? Est-ce sûr ? Sûr et certain ? Le mal d’alors fut tué à sa racine ? En seize cent trente neuf comme ça, un mercredi ? Vous-êtes vous mis d’accord, pour l’éradiquer jusqu’à sa racine, le mal d’alors ? Le mal encore, et toujours le mal, encore le mal alors, le mal à sa racine, le mal d’alors ? Avez-vous toujours mal à l’or, au mal et à sa racine ? Le mal alors ?

  22. La Coupe Est Pleine

    Ce qu’il faut voir dans cet arrêté préfectoral contre la flavescence dorée, c’est une action d’utilité publique comme le serait une campagne de vaccin.

    Oui le gars est « chez lui », oui c’est sa vigne, oui il est en Biodynamie. Ce qui fait qu’il ne va pas intervenir contre les « bienfaits auto-régulateurs naturels de Gaïa » ….
    Mais le virus de cette maladie transite par des cicadelles, insectes volants. Les contaminations sont très fréquentes il suffit de 2 souches atteintes par hectare pour devoir arracher toute la vigne …. ça fout la pétoche !
    Le gugus sera-t-il capable de payer l’arrachage et la plantation des vignes de ses voisins en cas d’infection fortuite ?

    Ok on peut faire le parallèle avec la cohabitation maïs GM et pas GM. Mais il y a là une grosse différence :
    – La contamination de grains ne rend pas le champs impropre à la culture pour 4 ans.
    – La pollinisation croisée c’est fréquent, mais l’impact est limité à mois de 1 % au delà de 20 m. (soit une petite fraction de l’autonomie de vol d’une cicadelle)
    – Enfin pour « enrayer » le risque de pollinisation GM les mêmes défenseurs de Mr Giboulot n’ont pas hésité à massacrer des parcelles, des labos de recherche, des usine de semences …. Ce qui n’est pas arrivé dans son cas. si la même logique devait être appliquée la dernière pierre de sa cave serait dans une carrière à l’heure actuelle.

    Ok l’état à mis ses gros doigts pour légiférer, mais on parle d’un risque bien réel de voir des milliers d’hectares détruits en peu de temps. Il s’agissait bien d’une nécessité d’ordre public.

    Bien sur on pourra dire que « l’obligation » de se faire vacciner est abusive. Mais il en va du devoir citoyen face à un danger réel ….
    Ensuite si l’on n’en a rien à foutre d’être un foyer infectieux potentiel …. C’est autre chose !

  23. pouf pouf

    Aujourd’hui dans les jours qui médisent, on se plait admirablement à conclure qu’il s’agit d’une prise d’otage en hypocrisie, une petite prise de rien du tout, très très loin de la suède, avec des terroristes pas sympathiques du tout, des gros balèzes, les jours qui sont sûrs l’ont dit dix balèzes archi-slammistes des slammeurs z’indépendants, ils sont sûrs, ils les ont filmé pendant qu’ils rentraient discrètement, dans les affaires qui séduisent , dans un journal du bord, le jour qui médit a dit : cachez vous les visages, il risque d’y avoir des secousses, peut-être du sport en suisse aussi, du sport encore, il risque d’y avoir des morts, dans le journal du slamm de la vie, le slamm de la vie encore, dans le jour qui médit, et qui nous dit tous les jours en encore, tous les jours de la vie, justice deux points l’honneur est sauf, la biodynamie marque un point, dont la moitié avec sursis, toi, tu vas avoir de gros ennuis

  24. pouf pouf

    Nous parlions précédemment de mal à la racine, du mal aux dents, nous parlions du mal de dents évidemment, bien-sûr, que ne vous l’avais-je dit, à la racine le mal de dents, il faut le prendre à la racine, dans la bouche la racine, dans la bouche entre les dents, le mal, le mal à la racine, entre les dents ce mal, ce mal-là entre les dents, dans la bouche, à la racine ce mal-là, là dans la bouche là, ce mal-là, pas les autres, non, non, à la racine, n’est-ce pas trop lasse pas laisse-là, à la racine ? Et chevalier avec une seule aile, à la racine, là, dans l’escalier ?

  25. La Coupe Est Pleine

    « Tout ceci est, à bien y réfléchir, assez symptomatique du bordel ambiant dans lequel le pays s’enfonce mollement, tendrement et volontairement, »

    => En effet, les sujets étranges ne manquent pas en agriculture !

    Interdiction d’un autre traitement de semence sur maïs. Sous couvert d’une hypothétique protection des abeilles. ça n’est que la troisième fois que l’excuse est invoquée … Les produits disparaissent rapidement mais abeilles crèvent toujours, chercher l’erreur ? Mais pourquoi donc ? Puisque les ONG sont contentes !

    La multiplicité des cultures fait son chemin. Peu importe les implications sur la perte de production engendrée.

    Le mensonge gouvernemental sur les PGM perdure, bien qu’il soit officiellement illégal !

    Le plan nitrate d’urgence est déployé sur tout le territoire ! Soit une division par 5 des volumes épandus en agriculture en 20 ans !
    (Mais toujours pas d’enquête publique sur l’efficacité des stations d’épurations)

    Une redevance de plus sur l’eau d’irrigation agricole, et un arrêt total de tous les projets en cours. Il est vrai que pomper en été de l’eau de ruissellement stockée l’hiver c’est mal ! Quand elle est taxée c’est mieux !

    Triste pays !

    1. Calvin

      Attention à l’intox « les abeilles crèvent toujours ».
      La population des abeilles augmente moins vite que la demande en pollinisateurs (du fait, comme par hasard de la production de bio-carburants).

  26. Adolfo Ramirez Jr

    « Pyrevert, un insecticide qui permet pourtant de conserver le label bio. En effet, ce pesticide « bio » a furieusement tendance à dégommer un peu trop d’insectes et, comme neurotoxique, est aussi dangereux pour les humains et pour l’environnement en général (mais pas suffisamment pour perdre le label bio »
    le Pyrevert est à base de pyréthre, un insecticide naturel tiré d’une plante. ça n’est pas un « sale » insecticide de synthère

    1. tabbehim

      c’est pour ça qu’il est même indiqué sur son emballage dangereux pour la nature 🙂
      à base de pyréthre ne signifie pas que ce n’est que de la pyréthre 😉
      hélas, la remarque de h16 est fondé (j’aimerais que non personnellement), mais cet insecticide est très très puissant pour tout !
      pas besoin qu’un insecticide soit de synthèse pour tuer après tout 🙂

      1. Adolfo Ramirez Jr

        je parlais du point de vue des « bios ». ça vient d’une plante donc c’est « cool ».
        en réalité ça reste un bon vieux pesticide, avec ses risques et ses dangers.

        1. tabbehim

          arf,
          me pardonnerez vous de ma méprise?

          effectivement, j’ai déjà entendu cet argument employé de manière sérieuse : « c’est naturel donc c’est bon »
          comme si mâcher une feuille de cigüe, manger une amanite phalloïde ou un capuchon du moine est bon parce que naturel -_- »

          je me demande jusqu’à quel niveau peut on descendre dans la mauvaise foi?
          Je croyais faire parti des gens l’ayant le plus travaillé, mais ce gouvernement et ses suppos me montrent que je ne suis qu’un débutant 😀

      2. L’écrasante majorité des insecticides naturels, produit tant par les plantes que par les insectes eux-mêmes, le sont à des concentrations naturelles qui feraient frémir n’importe quel industriel. Lorsque la Nature trouve un truc efficace, elle n’hésite pas, dans sa guerre chimique, à faire dans le gros calibre.

        1. tabbehim

          la nature aime faire les chose en grand 🙂
          je reconnais que le venin d’une mamba noire est un poison concentré à un niveau tel que tout les assassins du monde aimerait pouvoir le reproduire 🙂

            1. Black Mamba

              « Je m’assurais qu’une cartouche était bien chambrée dans le Model 12 : son magasin avait été « débridé » et contenait six autres cartouches… aussi prudemment que si je faisais une approche sur un couple de mambas noirs, je fis une approche sur un couple de mambas noirs : pour ne pas dire plus, j’étais d’une prudence absolument extrême… Je fus soulagé de voir que Silent m’accompagnait sans que je le lui aie demandé, le fer de sa sagaie fraîchement aiguisé et coupant comme une lame Gillette Platinum super super Plus…
              Nous n’avions pas fait dix pas dans les herbes et les cailloux qui les parsemaient, qu’il ne fut pas vraiment nécessaire de me dire que nous avions trouvé les serpents : en fait, c’était plutôt l’inverse…
              Avec un sifflement comparable à celui d’une chaudière qui fuit – un bruit que j’entendrai longtemps dans mes cauchemars à venir – une, puis deux, têtes couleur gris métal terne apparurent, comme par magie, à 1,20 mètre de mon visage….
              Le plus gros me faisait face, l’autre également mais plus près de Silent : je me rappelle m’être demandé si, comme dans la plupart des espèces de reptiles, c’était la femelle la plus grosse. Je m’étais figé, fixant les bouches ouvertes qui montraient leur effrayant intérieur noir, des fils de salive reliant les deux mâchoires comme de délicats fils d’araignée.
              Je n’ai jamais vraiment accordé de crédit à la légende des oiseaux ou des souris mesmerisées par le regard d’un reptile, mais finalement, je n’en suis plus aussi sûr. Nous sommes certainement restés une quinzaine de jours à nous entre-regarder, mais cela me parut un siècle… Les yeux de celui qui me faisaient face brillaient comme des escarboucles noires, me perforant jusqu’au cerveau sans s’arrêter à mes pupilles. Il ne se balançait pas comme un cobra, il était dressé comme la corde d’un fakir, sifflant et me regardant, me disant qu’il était décidément mon maître : il paraissait se demander avec sadisme où il allait enfouir ses crochets, beaucoup trop visibles à mon goût.
              J’ai une trouille bleue de tout ce qui mord : ma mère a dû avoir peur d’un hamster pendant qu’elle me portait. Mais la peur est parfaitement saine dans mon métier, qui la génère « au large », sauf si vous êtes idiot ou suicidaire… Elle aiguise la vue et les réflexes, sans parler de la concentration, hors le cas des pensées frivoles vous dérangent comme lorsque vous vous demandez si les femelles sont vraiment plus grosses. Le truc qui aide à survivre – et propager vos gènes si raffinés – consiste essentiellement à ne pas permettre à la peur de virer panique : c’est cela qui vous tue….
              Toujours fasciné par ses yeux, je sentis qu’il se préparait à frapper, reculant la tête d’un centimètre avant de lancer sa morsure foudroyante. Je ne sentais pas Silent, deux mètres à ma droite, comme une statue d’ébène, quand cela arriva. Le cerveau du reptile lança l’attaque à la même seconde où j’appuyais sur la détente du Winchester. La charge de plomb l’attrapa à environ 60 cm de moi, sa tête explosant dans un brouillard sanglant de cartilage, de viande et de venin : vrai coup de chance naturellement (j’ai reçu plusieurs médailles récompensant ma modestie naturelle…).
              Tandis qu’instinctivement je manoeuvrai la culasse, j’entrevis le mouvement flou de la lame de la sagaie de Silent, qui m’évita de quelques centimètres à peine. Le « Twink » de l’acier aiguisé coupant dans la chair vivante me parut singulièrement bruyant.
              Mais ce ne fut pas suffisant : la lame avait attrapé le deuxième serpent par le milieu du corps, alors qu’il plongeait pour me piquer, trop tard toutefois pour produire un effet autre que de changer son point d’impact, qui ne réussit pas à m’atteindre au visage ou au cou, ce qui aurait eu une certaine influence sur la suite de ma carrière…
              Je ne suis pas absolument certain de la séquence authentique des évènements : je me revois immédiatement après, à genoux, le fusil à terre, tandis que la moitié nord du serpent, encore très active, était collée à ma main droite, ma main gauche le tenant par l’arrière de la tête..
              Ma terreur s’accentua quand je vis que le crochet gauche avait perforé totalement la peau et la chair de mon auriculaire au niveau de la deuxième phalange. Je serrai de toutes mes forces ce corps d’une force sauvage qui continuait à se tortiller en projetant du sang, et réussit à l’arracher de ma main, le crochet se détachant sous l’effort, restant comme une sorte de brochette au travers de la peau de la phalange. Aussitôt, Silent cloua ce qui restait de l’animal au sol, lui coupant la tête : les mambas étaient finis, et ce qui m’importait maintenant, c’était de savoir si je l’étais aussi !
              Je commençais à me ressentir du choc, qui me donnait des débuts de nausées, alors que je comprimais mon doigt et le bas de ma paume pour empêcher le venin de diffuser. Je n’ai même pas vu, ni senti Silent qui prenait mon Randall dans ma gaine de ceinture, et coupait la peau et la chair au dessus du crochet, pour le sortir par le haut sans injecter d’autre venin. Il suça alors la plaie, recrachant le sang…
              Bon Dieu ! mon sang…
              M’éloignant des deux serpents sans aucune réticence, je m’assis par terre, respirai à grandes inspirations et attendis pour voir ce qui allait arriver, sans même penser à la trousse anti-venin. Je gardai le bras en position basse pour essayer de faire couler le plus de sang possible et après quelques minutes, décidai que j’allais sûrement survivre, au soulagement de mes nombreux créanciers…
              J’accordais sur le champ une jolie augmentation à Silent, et analysant les choses, parvint à comprendre que le serpent coupé en deux avait manqué son coup, n’atteignant que la main qui tenait la crosse du fusil. Le crochet gauche avait perforé en séton le doigt, sans avoir le temps d’injecter le venin, tandis que le droit heurtait le bois de la crosse, répandant sur celle-ci de quoi empoisonner deux ou trois buffles du Cap, mais le sang en coulant l’avait empêché de rentrer dans ma blessure… L’initiative de Silent, de couper la peau et la chair de la phalange pour retirer le crochet, avait été géniale…
              Le premier mamba mesurait 12 pieds, et l’autre 11 et demi…
              J’avais eu beaucoup de chance, ou de malchance, selon la façon de voir les choses : en tout cas, ce qui m’importait, c’était qu’il n’y ait pas de cairn dans la brousse, portant le nom de Votre Bien Dévoué, et ses dates… Enfin, pas encore…

        2. La Coupe Est Pleine

          Exact !
          C’est une réalité démontrée depuis 1990 et Mr Bruce Ames :
          http://www.pnas.org/content/87/19/7777.full.pdf

          99.99% des substances cancérogènes contenues dans notre alimentation d’occidentaux, sont d’origine NATURELLE.

          Une seule tasse de café contient la même quantité de cancérogènes que la masse totale de substances synthétiques qu’un américain moyen ingère en UN AN dans son alimentation.

          ça laisse rêveur sur les supposées « qualités » du BIO face au conventionnel ….

      1. Korsor

        Les plus incroyables des plantes ce sont celles qui imitent les vénéneuses sans utiliser leur énergie à fabriquer des poisons – voir « la vie privée des plantes »…

      2. La Coupe Est Pleine

        Le Pyrèthre « naturel » est 40 FOIS plus toxique en toxicité aiguë que les Pyréthrinoïdes de synthèses ….. A la fin du 19° siècle le Pyrèthre était le seul insecticide employé en conventionnel. Les « bios » de l’époque fustigeaient cette agriculture qu’ils qualifiaient d’artificielle …..
        Le temps est le pire ennemi des charlatans en tous genre !

        1. La Coupe Est Pleine

          Le DDT est un « Organo », il n’a quasiment aucun impact sur la santé humaine.

          Mais il est « cumulatif », les doses se stockent dans les tissus adipeux , et s’accumulent au fur et à mesure de sa progression dans la chaîne alimentaire.
          On n’a jamais démontré plus d’impact pour autant, mais c’est difficile à accepter d’un point de vue déontologique …
          D’autant qu’aujourd’hui au dispose de mieux : les néonicotinoïdes ….
          Bien plus efficaces, plus ciblés, des doses divisées par 5 en valeur ….
          Mais une très mauvaise image chez les Escrolos !
          Le cycle se mord la queue !

  27. Korsor

    Je lève mon verre – un côte du rhone « normal » 🙂 – à la santé de notre h, ce Cyrano qui cache son grand nez mais qui ne peut cacher son grand Verbe…

        1. gameover

          Ca te choque que des manifestants s’arment afin de combattre la soldatesque ?

          Ca te choque que ce parti nationaliste mettent bout à bout des images pour faire une bande annonce promotionnelle ?

          Wait and See.

          1. Peste et coryza

            ça ne me choque pas du tout, bien au contraire.

            – On m’a surnommé « le nazi » dans le labo.
            – ma famille est issue d’une veille souche paysanne et militaire, catholique. Les valeurs qu’ils défendent, je les connais et les approuve, en partie.

            Ce qui me choque, c’est le décalage entre les médias français, et la réalité de ceux qui manifestent en Ukraine.

            1. bob razovski

              Ca ne devrait pas.

              Il y a bien longtemps que l’info est partisane. Tu peux être certain que lorsqu’une info est diffusée (en ce qui nous concerne, en france) elle l’est dans un but bien précis.

              Ce blog, entre autres, démontre bien que les canaux officiels sont loin d’être des modèles d’objectivité.

  28. BA

    Chômage en janvier 2014 : catégories A, B, C, D, E :

    France métropolitaine :

    5 597 700 inscrits à Pôle Emploi.

    France entière (y compris l’outre-mer) :

    5 924 400 inscrits à Pôle Emploi.

    Variation sur un mois : + 0,6 %.

    Variation sur un an : + 5,7 %.

    http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-CT78QI.pdf

    Rappel :

    « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    1. Adolfo Ramirez Jr

      L’Europe n’a rien à voir là dedans. L’Europe, ça veut dire, pour nos si chers socialistes : « On peut continuer à claquer toujours plus de pognon, la monnaie unique et le marché unique permettront aux entreprises de s’en sortir, ni vu ni connu ».

      1. gameover

        Pour BA (Bruno Arfeuille de Riposte Laïque) tout ce qui arrive c’est la fotalerope… jusqu’au drapeau qui est celui de la vierge marie…

        1. tess

          C’est vrai que l’argumentaire de vente du produit était prometteur ! Dormez tranquille bon peuple on vous refile un produit en béton, il n’y a que les idiots qui n’y croient pas. Vous allez voir ça va dépoter sec ! Merde, on a pas les résultats attendus. Ah mais attendez, on en a encore sous le pied, on a un super mega produit en magasin, le GMT, là, c’est sûr, ça va dépoter les amis, la croissance, du pouvoir d’achat, de la compétitivité, les entreprises vont embaucher grave !L’argent gratuit va couler à flot ! Y a pas à dire, quand quelque chose ne marche pas, il faut s’obstiner, continuer, toujours et encore ! Les shadocks en connaissent un rayon sur le sujet !

          1. tabbehim

            2. Second principe : Plus ça rate, et plus on a de chances que ça marche.
            Par exemple : Leur fusée n’était pas très au point mais ils avaient calculé qu’elle avait une chance sur un million de marcher, ils se dépêchaient donc de bien rater les 999 999 premiers essais pour être sûrs que le millionième marche.

            et oui tess, un bon politicard est un Shadocks 😀

          2. Adolfo Ramirez Jr

            en 1992, si je me rappelle bien, la CSG était à 0.5%… aujourd’hui elle est à plus de 15%…
            emploi, pouvoir d’achat… tout est là, mais l’Etat pompe tout…

  29. BA

    Le petit bisounours « gameover » vit toujours dans le monde merveilleux des petits bisounours.

    Je vais donc essayer de le faire redescendre dans le monde réel.

    J’ai posté trois messages sur le site Riposte Laïque, et puis j’ai arrêté d’aller sur ce site en février 2009. Je n’y suis pas retourné depuis.

    Concernant le drapeau européen :

    Qui a dessiné le drapeau européen ?

    Réponse : c’est un certain Arsène Heitz.

    Lisez cet article :

    « L’histoire du drapeau européen »

    http://bousculade.free.fr/dossiers/histoire_drapeau_europeen.php

      1. tabbehim

        Black mamba, si vous deviez faire une fine équipe gouvernementale autour du flamby, que mettriez vous pour guider plus que surement un pays à sa perte? 🙂

        1. Black Mamba

          Déjà virer Flamby lui même
          Et mettre des professionnels, des mecs qui ont bossé et qui savent de quoi ils parlent … Supprimé les ministères inutiles comme l’écologie, la culture, etc …

          1. Calvin

            Black mamba n’a pas lu la question !
            S’il s’agit de faire pire, il faut bien sûr garder Flanby et ne pas prendre des ministres compétents !
            Non, il faut faire des chaises musicales :
            Valls en Premier Ministre, ça va en envoyer des horreurs.
            Royal au Redressement Productif, parce que.
            Montebourg au budget, Sapin à l’agriculture, Mosco à la diplomatie, Fabius à la Santé et Duflot à l’Intérieur.
            On garde juste Peillon et Najat dans leur ministère respectif : on ne peut pas faire pire !

            1. Calvin

              Nyamba, les deux sont effectivement interchangeables dans leur rôle, mais j’aime assez les garder où ils sont : ils font des dégâts, certes, mais plus encore s’ils étaient maintenus.
              L’ennui avec ces ministères qui ont un travail de sape sur le long terme, c’est qu’en changeant les ministres, cela donne une période de flottement inacceptable en vue du but ultime : la destruction de ce pays.

            2. Nyamba

              Je me rends compte que tu as oublié plein de gens importants, qui brillent pourtant par leur… leur… euh, disons, qui brillent quand ils ont la peau grasse : Orélifédépeti, Fleur le Requin Pellerin, Cricri Toubliras « Mais jamais trop tôt »…
              On peut toujours aller plus loin ! Pour ceux dont on ne retient jamais les noms (par exemple, Le Fol, Hamon, et tous ces ministricules qui ne sont pas aussi médiatisés que les autres, les pauvres), pourquoi ne pas frapper un grand coup, et pratiquer l’ouverture ? Reprendre les brillants éléments de la précédente équipe de winners ? Je suis persuadée qu’on est encore loin de la roche-mère ; creuser à la cuillère, c’est long. Allons-y à la dynamite !

            3. hussardbleu

              Aux Affaires Etrangères, s’impose naturellement un seul nom, Nono Le (Monte)Balourd : pour traiter les grands problèmes avec diplomatie, voyez-vous un meilleur choix ? franchement ?
              Le holster câlinant le Colt .45, entrebâillant sous la veste du costard ? ça en impose lors des sommets, y a des statistiques là-dessus…
              Juste un détail : Louboutin fait-il des chaussures bicolores pour hommes?

            4. tabbehim

              ohhh; jolie composition gouvernementale 🙂
              avec ça, le pays est coulé en vitesse grand V
              Perso, je voyais DSK au ministère voué au droit des hommes (rajoutons un ministère, on en est plus à un près ^^)
              et méméremptoire à un ministrère bisous santé câlin compatible 🙂

              ps : Black Mamba, le café du matin est le plus important, bon réveil à vous !

            5. tabbehim

              @hussard bleu, Montebourde dans le rôle d’un ministre, c’est déjà drôle, qu’en plus ce soit le ministère des affaires étrangères, c’est déjà énorme, mais qu’en plus il se teigne les cheveux en blond, ça serait magique 😀

              Le plus grand comique de tout les temps avec ses chaussures dépareillé et sa teinture aléatoire, nommé ministre du redressement productif de la diplomatie française, le seul, l’unique, grand blond Montebourde !

            6. yp

              Non, DSK au ministère du droit des femmes.
              Cohn Bandit, Roman Polanski ou Jack Lang (les références ne manquent pas à gauche…) au ministère de la Jeunesse ou à l’éducation nationale. Après tout ils aiment les jeunes.
              Le costard des affaires étrangères est effectivement taillé pour Montebourg. Eventuellement Ségogaffe. Elle a prouvé sa con pétence dans le domaine en 2007… Le/larecalé a sa place au redressement productif.
              Fabius de retour au ministère de la santé.
              Méluche à Bercy.
              Taubira garde des sots, c’est un poste sur mesure. Difficile de faire pire.

            7. hussardbleu

              Je pense à un petit point d’esthétique raffinée et complémentaire pour Nono : l’allumette au coin de la bouche !

              Mieux qu’un cure-dent qui fait un peu bourgeois, plus classe qu’un brin d’herbe qui sent quand même le culto, l’allumette a ce côté décontracté inimitable, que même BHL n’a pas encore osé…

      1. hop hup

        moi je me suis mis au Do it yourself ( Faites-le vous-même) comme les américains disent pour consommer sans trop dépenser d’argent.

  30. HerveLE

    il faut également rappeler ce qu’est le BIO et ce qu’on a, malheureusement, trop tendance à en faire.

    Ce qu’il est: un cahier des charges destiné à cultiver de façon plus respectueuse de l’environnement. Le bio vient d’un raisonnement agronomique et économiquement rationnel concernant les quantités et le coût croissant d’intrans inutiles, rapporté au bénéfice net horaire de l’exploitant.

    Ce qu’il n’est pas: l’assurance d’un produit meilleur pour la santé, ou meilleur au goût. Aucune étude scientifique n’a jamais prouvé ca, c’est meme l’inverse. Donnez un quartier de pomme bien chimique à un écolo les yeux bandés, il la trouvera meilleure. point.

      1. gameover

        Ca me rappelle que j’allais souvent acheter des oeufs à une ferme à coté de chez moi. Un jour la brave fermière me dit qu’elle ne pouvait pas m’en donner plus de 6 car ses poules étaient malades (un genre de gastro) en me montrant le flacon de traitement qu’elle leur donnait… et sur lequel je lis : ne pas consommer les oeufs pendant la période de traitement et pendant une semaine après l’arrêt du traitement… Merci. Au revoir.

        Et les oignons bio en général envahissent les étals et ont un goût de moisi et ne se conservent pas. Quand je vois une étiquette bio, je passe mon chemin.

        A cotoyer le domaine de l’industrie qu’elle soit agro ou nucléaire je me rends compte que les procédures appliquées laissent peu de place au bidouillage pour gagner 4 sous (outre que ça mouillerait trop de gens) alors que dans les petites unités industrielles on n’hésite pas à modifier de temps en temps les recettes pour s’adapter à ce que l’on a sous la main.

    1. La Coupe Est Pleine

      La BIO est un cahier des charges OK. Pour le reste respect de l’environnement c’est pas évident dans toutes les productions. Il existe même des cas où c’est clairement l’inverse qui se produit !
      Pour ce qui est du « raisonnement économique des intrants » …. Faut vraiment de la mauvaise foi pour entrer là-dedans !
      Entre les quantité astronomiques de cuivre de composts importés, les certifications et chartes payantes de tous bords, les marchés avec droits d’entrée …. C’est loin d’être bisounours comme business !

      La BIO est un cahier des charges ET un bel enrobage marketing ….. et c’est tout !

      1. HerveLE

        Prenons l’exemple du non-labour. C’est une pratique inventée par l’agriculture raisonnée, un type qui a fait le calcul et s’est dit, c’est pas rentable pour moi de labourer même si je perds en rendement.

        Ca a été récupéré par l’agriculture BIO comme pratique respectueuse et tout, ca l’est effectivement puisqu’un champ bio ya moins de passages et de produits déversés que des un champ intensif. Le problème c’est que des gens ont tagué avec l’idéologie « GAIA » ce genre de pratiques culturales.

        certaines pratiques ponctuelles et bien particulières peuvent etre discutables sur le plan environnemental (définition?) mais globalement cultiver en bio c’est plus respectueux, tout comme il est plus respectueux de laisser un champ à l’abandon que de le cultiver ;-).

        1. La Coupe Est Pleine

          Non-labour et BIO ne sont pas bien compatibles.

          Si on réduit les passages de travail du sol on les compense par de la chimie et inversement. La BIO abuse du travail du sol pour pallier son impossibilité d’employer des désherbants.

          Maintenant oui l’agriculture raisonnée ou de conservation, ont un bilan agronomique et écologique bien meilleur que la BIO sans en récolter les lauriers médiatiques ….. Peut être parce que trop productives ?

      2. HerveLE

        mais c’est vrai qu’il n’y a rien de « respectueux » ou pas dans le fait de remplir une corne de vache avec de la bouse et de l’enfouir dans le champ en espérant qu’elle concentre l’énergie lunaire.

    2. petit-chat

      Je m’écarte un peu mais à propos du business bio, il y a aussi les aliments allégés. On remplace de l’huile par de l’eau hydrogénée, on abaisse largement le prix de revient, et on le revend plus cher.
      J’aurais du m’y mettre avant.

  31. passim

    En bref.
    Ras le c.l de la prévention.
    Quelques règles simples, de l’information, et bast.
    La meilleure des préventions, c’est de savoir qu’il peut y avoir sanction.
    L’école de la responsabilité.

  32. papillon

    Si d’habitude vos chroniques me font sourire, celle ci non.

    Je suis stupéfait que vous puissiez attaquer de la sorte les mesures obligatoires de prophylaxie. Celles ci n’ont pas pour but de punir tel ou tel personne mais d’empêcher la dissémination de pathogènes ou d’organismes nuisibles.
    Pendant que vous y êtes, défendez donc le droit aux pâtissiers à continuer à préparer leurs crèmes avec un doigt pourri par un panaris et les poumons pris par une tuberculose si ceux ci peuvent prouver que tout les ingrédients sont issus de l’agriculture biodynamique.

    Défendez donc aussi le droit de baiser sans préservatif des individus consommant les produits issus de l’agriculture biodynamique.

    Injurieux et insultant ? Non, juste dans la même veine que ce billet.

    1. Ce n’est ni injurieux, ni insultant : c’est justement parfaitement crétin.
      Quand on ne comprend pas, on ne commente pas. Ça évite de passer pour un débile.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.