Assistanat politique et pauvreté du discours

Oui, l’entretien permanent de l’assistanat à tous les niveaux de la République ne réduit pas la pauvreté, il la conforte. Pétri de bonnes intentions, l’État-Providence crée le chômage, entretient l’assistanat et éradique méticuleusement toute envie de charité spontanée.

En effet, le chômage, corrélé à l’excitation législative et fiscale autour du travail, du capital et des contrats tant individuels que commerciaux, est notamment la résultante de cette idée que l’État pourrait protéger l’emploi, inciter à sa création voire le créer directement, même si les faits, têtus, refusent de coller à cette utopie lénifiante. Depuis 40 années, l’augmentation de l’intervention de l’État dans tous ces domaines s’est faite en parallèle à une augmentation du nombre de chômeurs, de la durée moyenne de chômage, de la précarisation de tous les salariés, d’un tassement des salaires, et d’un accroissement des inégalités. Quand bien même, les citoyens redemandent de cet assistanat et de ces protections étatiques toujours plus nombreuses.

Et outre cet effet direct, un effet indirect se dégage nettement : les Français, conscients d’abandonner une part de plus en plus importante de leur pouvoir d’achat pour ce filet de sauvegarde étatique, se détournent des moyens traditionnels de la charité directe : l’État prend déjà tant pour aider tout le monde que chacun ne se sent plus ce devoir moral d’aider son prochain, l’État-Providence s’en chargera bien !

pawel kuczynski - oppression fiscale

Oui, l’assistanat étatique est une gangrène. Mais il y a un domaine que l’assistanat a pourri au-delà de tout ce qu’on peut imaginer : celui de la politique.

Il faut en effet se rendre à l’évidence : ce qui est vrai au niveau social l’est aussi au niveau intellectuel. L’assistanat a perverti le corps social en le baignant dans une fausse impression de sécurité, en lui retirant tout goût du risque et toute lucidité face à la vie réelle. Il en est allé de même au niveau politique et si l’assistanat social entraîne l’appauvrissement des Français, l’assistanat politique entraîne l’appauvrissement, dramatique, des pensées des politiciens, de leurs discours et, par voie de conséquence, de leur valeur en général.

Et quelques minutes de réflexion permettent de bien se rendre compte de cette réalité impossible à cacher. Prenez la cohorte d’assistants, de cabinétards et autres aides de camp froufroutant autour des politiciens : aidant chaque minute le sénateur, le député, le maire ou le ministre, ce staff virevoltant aura réussi à retirer toute nécessité d’apprentissage et d’appropriation d’un sujet par l’homme public qui, dès lors, ne maîtrise plus son sujet et se satisfait de slogans, de contes, de fables et d’éléments de langage préparés longtemps à l’avance, répétés et enregistrés quasi mécaniquement. Rares sont alors les politiciens qui ont une connaissance intime du sujet qu’on aborde : il n’y a plus que concepts creux et phrases toutes faites.

L’assistanat va plus loin puisqu’il retient ces politiciens loin de la vie réelle : cocoonés délicatement par leur équipe de communication ou de campagne, par leurs spin-doctors, ou par leurs cabinets qui s’empressent d’aplanir toute difficulté, les politiciens ne connaissent plus rien de la vie concrète et pratique. Combien, ainsi, sauraient remplir seuls une feuille d’impôt, un contrat de travail pour une nounou, ou faire les courses et donc dépenser le juste prix pour des biens de consommation courante ? Depuis combien de temps un député ou un sénateur s’est-il éloigné du salaire médian français (1700 €) ? Comment expliquer que le ticket de métro est un objet mal identifié et dont le prix leur est inconnu ? Comment comprendre réellement le problème des transports en ville lorsqu’on se déplace toujours en voiture avec chauffeur et escorte ?

Cet assistanat ne s’arrête pas à leur équipe et aux courtisans qui les entourent : le même mécanisme est à l’œuvre lorsque les médias, qui dépendent ultimement de ces politiciens pour survivre grâce aux subventions, leur ouvrent leurs porte-voix. Devenus comme des enfants centre d’une attention permanente, les politiciens s’estiment être réellement l’alpha et l’oméga du monde qui les entoure alors qu’ils n’en sont que mouche du coche ; mais personne n’ose les défier : questions préparées, discours rodés, médias complaisants, journalistes aux ordres, l’assistanat continue aussi sur ce terrain.

Le bilan est catastrophique : les discours roulent sur des éléments balisés, répétés, connus. La personnalité propre de chaque politicien s’efface pour laisser place à un boniment parfaitement rodé, neutre et dont la teneur en vitamines et en oligo-éléments est toujours plus pauvre. Les politiques menées et préconisées sont de moins en moins novatrices, risquées ou couillues : comme on a cocooné les politiciens sans retenue, la prise de risque leur est impensable ; d’une part, ils ne veulent pas abandonner ce qui est connu et douillet, et d’autre part, ils ne savent même plus ce que risque veut dire, puisque celui-ci a été gommé de leur paysage. Tout juste s’en rappellent-ils le sens vaguement à chaque échéance électorale, et encore : le cumul des mandats amortit bien des appréhensions !

assistanat, première entreprise de France

La conclusion est sans appel : l’assistanat a aussi gangréné la politique française. Le député, le sénateur, le maire de grande ville, le ministre, le secrétaire d’état, … tous n’ont plus ce lien charnel avec la réalité et la prise de risque qui assure un discours en phase avec cette partie du peuple qui, elle, paye pour cette assistance permanente. Il faut en revenir à des politiciens bio, sans édulcorants, sans injection massive d’antibiotiques, des politiciens pas élevés en batterie, mais en plein air, pas des édiles hors-sol.

Et pour cela, leur cour (communicants, assistance, cabinets) doit se réduire au maximum. Une idée serait de la payer sur les deniers des politiciens. Gageons qu’une telle mesure ramènerait nos élus à la fois à la rude réalité du terrain et à une saine conception de ce que sont des dépenses raisonnables et maîtrisées.
—-
Ce billet a servi de chronique pour Les Enquêtes du Contribuable

J'accepte les Bitcoins !

1Dn9AjCi7d2nF7vE6nvZEPhwNBXoPYZCAq

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires155

  1. Othello

    Bonjour, quelques petites typo :

    « Oui, l’entretient permanent » pour « l’entretien permanent »

    « les Français, conscient d’abandonner » manque un s a conscient

    « Et quelques minutes de réflexions » s en trop à refléxion

    Supprimable après usage 🙂

    1. Black Mamba

      L’assistanat est à tous les niveaux, ne serait-ce que de demander à un client de remplir son propre chèque : « Quoi? La machine ne remplit pas ? » 🙄 « Zut, je ne sais plus comment remplir!!!!
      Ou le must  » Hein! Vous ne télétransmettez pas ?! Pourtant vous êtes si moderne! WTF !!! « 

    2. Black Mamba

      « . Combien, ainsi, sauraient remplir seuls une feuille d’impôt, un contrat de travail pour une nounou,  »

      Là , je suis d’accord sur ce type d’assistanat, c’est devenu presque obligatoire de faire appel à un cabinet comptable fiscaliste pour éviter d’être complètement tondu ou plumé.
      Et pour les contrats pour une nounou il vaut mieux se tourner sur les contrats types sinon on peut très bien finir aux prud’hommes pour quelques lignes publiés dans le contrat…
      C’est vraiment devenu trop complexe l’administration … On est noyé par la paperasse et les formalités .

      1. Aristarque

        Sans parler des fiches de salaire qu’il est devenu quasiment impossible d’éditer par soi-même, sauf à avoir le temps d’ingurgiter toute la littérature « sociale » pondue par treize ou quatorze à la douzaine… 😀

  2. Pere Collateur

    « L’assistanat Première entreprise de France »

    Magnifique! Faudrait vraiment la faire buzzer cette image. Ça pourrait être d’une efficacité redoutable. Bien plus que de longs discours!

  3. Jesrad

    « Devenus comme des enfants centre d’une attention permanente, les politiciens s’estiment être réellement l’alpha et l’oméga du monde qui les entoure »

    Je l’ai constaté cette semaine, d’ailleurs. Une certaine Valérie P., députée dans la région parisienne, lors de la célébration d’une des victoires de l’UMP aux municipales, exsudant la fausseté sur un rayon de 120 mètres. Elle balance au détour d’une conversation que « Ce serait bien que Machin (élu local) n’oublie pas que je l’ai soutenu penant sa traversée du désert ». Sauf que Machin n’a jamais connu de tel épisode dans sa vie. Mais elle y croyait visiblement, car il séyait à Valérie de s’imaginer que c’était le cas, et qu’elle l’avait soutenu, parce que ça flattait son égo. Et peu importe les faits. Ce n’est qu’un exemple parmi quelques milliers semblables.

    Voilà, c’est ça la psyché du politicien franchouille: du narcissisme à la limite de la sociopathie.

    1. Théo31

      Non, ce sont de véritables malades mentaux, quand des politocards arrivent à (faire) croire que quand il se font injurier, c’est la France ou la république qu’on conspue.

    2. Tribuliste

      De vraies starlettes qui auront bientôt leur festival, avec des prix remis par les journalistes.. mon dieu quel rêve serait de voir Mélenchon soulever un Giscard d’or !

  4. infraniouzes

    Très bon le logo détourné. Mais est-ce que les vrais artisans apprécieront ? Ceci dit, on en revient au vieux système romain; les sénateurs avaient, déjà, leurs clients attitrés. Une fois les caisses ou les poches vides, on lançait une bonne petite expédition chez le voisin pour lui voler tout ce qui pouvait servir à alimenter le système. C’est différent aujourd’hui; il faut se rabattre sur les impôts et les taxes; mais ça commence à être douloureux. L’assisté arrivera bientôt à être cotisant en même temps…

    1. Black Mamba

      Pour cette année, les quelques personnes qui n’avaient jamais payé d’impôt et qui profitaient du coup de beaucoup d’aides en tout genre , on reçu 1 une claque à devoir payer une impôt (même ridiculement bas par rapport à ce que je paie avec WP) et 2 ils se sont vu refuser des aides car justement ils payaient des impôts … Là ce fut le coup de grâce car leur pouvoir d’achat en pâti très fortement …

      1. vengeusemasquée

        J’achète! J’ai déjà un sticker Who is John Galt d’un côté de ma voiture, ça ferait très bien de l’autre.

        1. Duff

          Il y a du boulot parce que quand Wauquiez a dénoncé – je cite – « le cancer de l’assistanat » il a pris une belle volée de bois-vert. Sachant que le bonhomme est un pur produit de l’administration française, il se rappellera de la leçon et n’osera plus jamais mettre le doigt où ça fait mal.

          1. thom__yorke

            Dommage, un des rares à avoir quelques rares éclairs de lucidité (dans son discours hein j’entends). Mais il est souvent seul dans ce genre de sortie…

        2. Jeff84

          Mon Dieu ! Y aurait-il d’autres objectivistes que moi en France ? Une organisation promouvant Ayn Rand à qui je pourrais faire un don ?

    1. Tchoupi

      Sauf erreur, c’est 2000 la barre (et pas 2400).

      On est donc plus que proche étant donné que tous les revenus rentrent en comptent, dont l’épargne.

  5. l’ autre pierre

    Satané principe de précaution que l’on retrouve même dans la gestion d’un mandat politique.
    Le changement s’est trop risqué.

  6. BenOui

    Bravo h16…! Ce détournement d’affiche parle plus que tous les mensonges que l’État nous impose. Mais certains risquent d’avaler de travers…

    -Dis tonton, pourquoi tu tousses ?

  7. Carpe Diem

    l’assistanat et son poison :l’argent public, qui corrompt , avilit et transforme la société française en une armée de zombies drogués toujours en demande de la prochaine dose.

  8. Peste et coryza

    En même temps, sans l’assistanat, je ne sais pas comment je ferai…
    800 euros d’allocs, une centaine de candidature envoyées, rien…

    Et vu le nombre de personnes qui en dépendent… sans ça, le pays aurait sauté depuis longtemps.

    1. Calvin

      Non Peste, sans l’assistanat, la société aurait évolué différemment. Des postes adaptés à tes compétences auraient été proposés, des gisements de nouveaux métiers apparus, etc.
      Avoir une situation figée et dire que sans assistanat c’eût été la mort, c’est justement ce que veulent faire croire les politiciens.

      1. Black Mamba

        Ben oui, là j’ai ma fille qui ramasse des pommes pour une misère mais elle en est contente, ce n’est pas très gratifiant mais elle est logé et elle fait de belles rencontres. Elle apprend en ce moment même le japonais car elle partage le local avec des japonaises . Dès qu’elle en a assez du job et bien elle bouge et se trouve autre chose.
        Ici en France elle ne saurait jamais dit qu’elle pouvait se prendre un job aussi basique pour survivre.

        1. Fred

          Comme on le dit si bien : il n’y a pas de sots métiers. Que votre fille ramasse des pommes est déjà bien dans ce pays. Ceci démontre une volonté certaine de vouloir s’en sortir sans passer par les subsides de l’Etat.

        2. channy

          #Dès qu’elle en a assez du job et bien elle bouge et se trouve autre chose.#
          la fluidite du marche du travail , il n y a rien de tel, votre job ne vous plait pas?vous pouvez en changer, votre patron est un con? vous lui dites au revoir et retrouvez un job au bout de quelques jours….
          Bon apres pour votre fille Black Mamba, pourquoi ne va t elle pas ramasser les pommes en France? le cocon familial y serait il pour quelque chose
          Sinon pour les echos que j ai eu, le salaire de misere dont vous parlez dans le fruit picking il serait plutot en france.

          1. Black Mamba

             » pourquoi ne va t elle pas ramasser les pommes en France? le cocon familial y serait il pour quelque chose »
            Oui, le cocon familial y est pour beaucoup, mais si elle ramasse des pommes c’est purement stratégique, elle a décidé de se laisser la possibilité de faire une deuxième année en WHV, il faut qu’elle accumule au moins 88 jours en travaux basiques peu rémunérateur, elle a déjà fait 30 en ramassant des courgettes .
            « le salaire de misère dont vous parlez dans le fruit picking il serait plutôt en France. »
            Oui, en France en effet, c’est la comparaison avec toutes les aides sociales qui vont sont offert sont le moindre effort qui en sont la cause…

      2. Duff

        Excellente réponse collégiale de Calvin! ouf ouf ouf (jappements filipebouvardiens) : L’assistanat coûte à tous et encourage de plus en plus de monde à l’oisiveté, c’est un cas typique de nivellement par le bas, d’encouragement à la médiocrité et à l’appauvrissement de tous ceux qui paient. Tout comme le fait de rétribuer les fonctionnaires à l’ancienneté et non au mérite : Ceux qui bossent finissent par être découragés, ils démissionnent ou finissent par glander comme les autres.

        1. Fred

          Ne me le faites pas dire… J’ai pu constater dans mon service que les agents qui progressaient le plus rapidement étaient ceux qui bossaient le moins… Et oui, ces derniers ne font pas de vagues et sont souvent d’excellents lèche-bottes… Bref… 🙁

      3. vengeusemasquée

        Ce n’est pas parce que tu dénonces un système pourri que tu dois être le dernier à en profiter. Ce n’est pas comme si tu ne le payais pas. Je te bats largement, niveau assistanat, et ça ne me pose aucun problème de conscience.

    2. Jeanpierre

      Je suis bien d’accord. Dans le contexte actuel, on serait tenté de trouver les allocs bien pratiques quand on se lance en libéral. Mais quand on retourne le problème, on se rend compte que ce serait chérir la cause (les allocs sont bien pratiques) de conséquences qu’on déplore (les gens n’ont plus de tunes). Du coup, on se retrouve à pester contre une allocation, même si elle est bien pratique sur le moment. Si on termine borderline dans ce monde de merde, on saura pourquoi : être libéral dans la France de 2014, c’est vivre la schizophrénie au jour le jour.

      1. passim

        « Si on termine borderline dans ce monde de merde, on saura pourquoi : être libéral dans la France de 2014, c’est vivre la schizophrénie au jour le jour. »

        Tout juste. Être obligé d’adhérer à un système que l’on réfute (parce qu’être obligé de payer, et ne pas accepter de toucher, ça tiendrait de la sainteté ou de la folie), cela peut conduire aux petites-maisons (l’asile, sous l’Ancien Régime.)
        Perso, j’ai choisi. La partance.

          1. Théo31

            C’est un problème parce que tu as décidé que c’en était un. Les deux millions et demi d’expats de ce pays ont bien trouvé du taf, pourquoi pas toi ?

            1. Peste et coryza

              Parce qu’il faut les reins (financiers) solides pour circonvenir aux déconvenues…
              Or mes 3 mois de chômage + IR et autres, m’ont déjà lessivé : bref, je ne peux pas me permettre de partir et de me planter.

              Et dans mon assos, il y a aussi des ex expats (pour qui la pire décision de leur vie a été de revenir en France). Faut que je réseaute plus auprès d’eux…

            2. LeRus

              « bref, je ne peux pas me permettre de partir et de me planter. »
              tss, tss, Peste. Peu importe de se planter, le tout est de faire le premier pas. Si tu crois que tous ceux qui sont partis ont réussi, et/ou que ceux qui ont réussi l’on fait du premier coup, tu te trompes.

              Après près de 20 ans hors de France, je ne roule pas sur l’or mais 1/ à chaque passage en France je me dis que c’était une bonne chose de partir, 2/ La liberté!!! Bon Dieu, la liberté!!!

    3. petit-chat

      Tout est fait (contexte, administration, fiscalité, vexations diverses, variées et inattendues) pour décourager le travail.
      Le travail, c’est accepter l’esclavage d’un (salaud de) patron.
      L’allocation, c’est la liberté de rien foutre.
      Et quand on voit le niveau des brelles qui sortent de l’EdNat, on ne peut pas s’attendre à autre chose qu’à savoir tendre la main (ou son gobelet pour les plus fortunés).

    4. Black Mamba

      Je pense qu’il est devenu inutile d’envoyer son cv partout, il est préférable de remettre en main propre à un patron ou un recruteur et de se vendre en direct.

          1. Peste et coryza

            Mouais… je viens de regarder :
            – rien dans mon domaine
            – que des postes pour expérimentés
            – mais des salaires bien supérieurs à celui d’un ingé des sciences de la vie

            1. Peste et coryza

              Oui
              J’ai peut être un plan cours à domicile.
              L’élève n’est pas hyper motivée (je lui demandé de m’envoyer son programme, car elle veut bosser un exam, et faut que j’adapte mon discours à ses besoins pour être efficace, mais toujours rien)

    5. Tribuliste

      @ peste : 80% des embauches se font par relation, à moins que votre CV ne soit imbattable. Je vous conseille de cibler les boites qui vous intéressent, de les contacter et d’essayer de passer le verrou secrétaire pour capter l’attention du service RH. Rester poli et à l’écoute, mais insister jusqu’à pouvoir remettre votre précieux CV en mains propres. Cet « harcèlement » a fonctionné pour mes stages et mes recherches d’emploi. C’est d’autant plus gratifiant que vous n’êtes plus passif, et peaufinez votre discours 🙂

      1. Black Mamba

        Tout t’a fait d’accord, ma fifille s’était farci une dizaine de ferme pour la cueillette et toutes lui avaient dit « non  » qu’ils avaient le nombre d’employer nécessaire, elle a laissé quand son numéro de téléphone et deux jours plus tard on l’a rappelé …
        Tu vois même pour un petit job comme ça c’est payant de se déplacer .

        1. vegeta

          en France il ne faut surtout pas se déplacer pour chercher un job j’en ai déjà fait l’amère expérience et même dans des entreprises privé en recevant des propos vexant et humiliant d’ailleurs le pole emploi exhorte les chômeurs à copier des lettres type sur internet et de les envoyer par la poste

          1. Black Mamba

            Tu écoutes pôle emploi , toi, t’es foutu…
            Et la recherche en porte à porte n’est pas gratifiant mais tu as plus de chance d’aboutir … C’est sûr que tu te prendras une claque mais la chance sourit auc audacieux 😉

            1. Fred

              Pôle Emploi et ses formations bidons sur la rédaction d’un CV et ses entretiens d’embauche blancs à 2 balles… Ceci ne m’a jamais été d’une grande utilité…

            2. Duff

              Paulemploi est d’aucune utilité pour des bac+5, même l’apec est nulle. Je l’ai vérifié moi même : Au cours d’un atelier un intervenant génial omniscient nous recommandait de développer notre réseau sur viadeo ou linkedin. En répondant à une question il disait que la candidature spontanée c’était dead désormais. Quelques jours plus tard j’étais embauché via une candidature spontanée après l’envoi d’au moins 150 CV sans réponse. Apec paulemploi, toutes ces conneries ne servent à rien, il paraît même que le plus gros pourvoyeurs de jobs serait maintenant « leboncoin.fr » : C’est tout dire, avec internet, il devient de plus en plus flagrant que bons nombres de créations étatiques sont parfaitement inutiles. C’est pas pour rien que les constructivistes veulent « réguler » (comprendre « contraindre ») internet qui est en train de prouver que ces gens, leurs idées, leurs propositions, sont au minimum inutiles voire carrément nuisibles.

          2. Black Mamba

            Nous avons embauché de notre côté, que des personnes qui se sont personnellement déplacée sur les dix dernières années . Les cv reçu par courrier sont directement mis à la poubelle.

        2. channy

          Dans certains jobs il y a un gros turn over, le tout est d etre la au bon moment….mon boss m a embauche alors qu il venait de se prendre 3 demissions la semaine passe(pourtant il avait mis une annonce chez Paul)…

      2. Peste et coryza

        Je ne peux pas me déplacer :
        – je postule de partout
        – je n’ai pas de quoi faire le plein.
        – et en plus, je continue de bosser au labo.

        ceci dit, je me suis mis dans une assos de cadres. On verra ce que ça donne.

          1. Peste et coryza

            Non. Pas inscrit chez Popol depuis assez longtemps qu’ils ont dit.
            Et en plus, c’est 200 euros par an maxi. 1 aller retour TGV.

            Et en plus, il faut justifier d’un entretien. Ce qui n’est pas mon cas.

            1. Tribuliste

              Je m’excuse par avance pour la question mais quel est votre âge? J’anticipe sur la réponse en vous affirmant que prendre des risques paie toujours!
              Puis pôle emploi on s’en moque ils ne sont bons qu’à financer ce qui pourrait nous intéresser.
              Dans ma précédente intervention j’insistais sur  » cibler les entreprises, harceler poliment et remettre son cv en mains propres » Ce qui implique un entretien et là obtenir un papier pour se faire rembourser son billet… c’est pas trop sorcier! Et je ne parle pas du covoiturage, qui permet d’aller partout à moindre coup(s).
              Courage, et surtout voyez loin, pas au pas de votre porte 😉

            2. Adolfo Ramirez Jr

              « Et en plus, il faut justifier d’un entretien. »

              Et même quand vous justifiez d’un entretien, il faut le numéro SIRET de l’entreprise, le contact de la personne à rencontrer, le type de poste, le type de contrat et sa durée (pour un CDD, vous pouvez repasser pour la « subvention »)

              « C’est que vous comprenez, il y a eu trop d’abus » comme d’hab; UN fraudeur qui ne sera jamais inquiété, des milliers de chômeurs abandonnés par PE

      3. Peste et coryza

        Impossible à faire : trop et trop loin. Le plus proche, c’est à 100 Km… Quant au téléphone, j’arrive pas à trouver le temps.

        Quant aux relations… elle sont inexistantes.

      4. Peste et coryza

        Impossible à faire : trop et trop loin. Le plus proche, c’est à 100 Km… Quant au téléphone, j’arrive pas à trouver le temps.

        Quant aux relations… elle sont inexistantes.

        1. Peste et coryza

          J’ai essayé :
          – je n’ai pas le temps de harceler les agences 1 fois par semaine.
          – quasiment toutes exigent de l’expérience, même pour nettoyer des trains au karcher…
          – le statut cadre bloque, même quand tu leur dit que tu n’a strictement rien à f*utre du boulot, du moment que ça paye.

          1. Théo31

            « je n’ai pas le temps »

            C’est l’excuse bidon typique du Français moyen. Ca sent le gars qui n’a trop envie de se sortir le doigt du cul. Si tu as le temps de venir te plaindre sur ce site, tu as donc le temps de te chercher tu taf.

            Les agences d’intérim, c’est tous les jours qu’il faut appeler/passer les voir pour ne pas se faire oublier.

            « le statut cadre bloque »

            Si monsieur est aussi exigeant…

            1. Black Mamba

              + 10 il est désespérant avec son attitude de défaitiste… Je ne peux pas être derrière tous le monde j’ai déjà le White Panda à booster tous les jours et à lui remonter le moral pour se bouger…

            2. Peste et coryza

              Bon, petites mises au point :

              @theo
              – quand je me présente à une agence, je ne demande surtout pas un poste cadre. Je leur dis que tant que ça paye, je me moque bien d’être cadre. Genre, marteau piqueur, 2 semaines (je l’ai déjà fait). Mais même avec ça, le gars de l’agence fait barrage.

              – je dois encore bosser au labo ! J’y passe au minimum trois jours par semaines, sans parler des rédactions à la maison (et je suis en retard !). Sans parler de mon assos (1 jours en tout). Voilà pourquoi je manque de temps. Les recherches d’emplois, je les fais surtout le soir et les weekend.

              – oui, je déprime…

              @gameover
              Je ne suis pas connecté tout le temps… je n’ai tout simplement pas vu votre post ! désolé.

              Je vais donc regarder ça de ce pas.

              Oui, je vous l’accorde, j’ai un problème entre la chaise et le clavier : besoin de tout maitriser, déprime, peur de me lancer et de me planter, insomnies chroniques… mais je me soigne.

              @BM
              C’est ma manière de réagir. 1 semaine plus tôt, j’avais une boite belge qui m’avait contacté (un formulaire de 27 pages à remplir…) et je pétais la forme…

            3. Black Mamba

              J’espère que tu as remplis le formulaire et renvoyé aussitôt, car si c’est pour l’accrocher à un mûr et l’admirer cela ne sert à rien…

            4. Adolfo Ramirez Jr

              Faut avoir vécu la situation de ’emploi en France pour comprendre.
              Je te soutiens, Peste ! Si c’était si facile…

              Surtout, ne plus mettre aucun diplôme supérieur quand on cherche un p’tit boulot.

          2. gameover

            P&C : le 22 janvier à 12h21 tu avais posté un message ici concernant les microalgues en Australie.

            Comme j’ai gardé quelques contacts là-bas je t’ai répondu 40 MINUTES après et tu n’as pas donné suite alors tu vois ce que je veux dire…

            Quand je donne un début de tuyau à quelqu’un, pour envisager la suite j’attache beaucoup d’importance à sa façon de réagir car une fois le contact donné je n’ai pas envie de passer pour un pignouf auprès du sus dit contact.

            « … je n’ai pas le temps de harceler les agences 1 fois par semaine. » LOL

            Il me semble que dans ton cas, le problème est entre la chaise et le clavier. C’est un diagnostic gratuit. Fais en ce que tu veux…

            http://h16free.com/2014/01/21/28554-la-trop-lourde-penibilite-du-legislateur/comment-page-2#comment-190168

            1. Black Mamba

              Qui ne tente rien n’a rien
              http://www.csiro.au/

              Je sais que ma fille m’a maudit sur les 3 premiers mois en Australie, elle n’était pas mentalement prête à partir si loin et de plus toute seule. Mais après ma petite intervention sur place et quelques mises au point sur la vie, elle est ravie que je l’ai forcé à partir.
              Ce n’est pas tous les jours faciles mais l’effort en vaut la peine. Quand elle reviendra elle sera prête pour faire son propre chemin et ses choix pour sa vie.
              Donc Peste à toi de saisir les opportunités.

            2. gameover

              Surtout qu’en Australie on peut partir avec un WHV d’un an et en parallèle d’une activité de serveur on peut en profiter pour chercher du boulot dans son métier. Le boulot de serveur c’est entre $15 et $19 de l’heure ($AU est environ = à USD) et ça se trouve en se présentant directement durant l’été.

              J’ai même vu un jeune couple travailler lui comme cuisinier, elle comme serveuse dans deux takeaway et une fois sur place en cherchant ils ont trouvé du boulot dans une même boîte en tant qu’ingés (ils s’étaient connus dans la même filière en france).

          3. channy

            #quasiment toutes exigent de l’expérience, même pour nettoyer des trains au karcher#
            Probleme bien francais, il faut des diplomes et de l experience pour tout maintenant…cela en devient risible.

            1. gameover

              Non channy pas un probleme français mais plutôt du niveau de chomage.

              Si pour le même prix et dans le même délai tu peux avoir une caissière avec un BAC+ pourquoi t’en priver (idem pour l’expérience). Elle sera beaucoup plus flexible et tu pourras lui confier de temps en temps des tâches moins basiques, voire un autre poste en cas de réorganisation (caisses automatiques par ex.)

              Sur un poste en interim (ou pas), l’expérience permet d’avoir qqun d’immédiatement opérationnel qui s’intégrera mieux et ne pésera pas sur la productivité de ses collègues.

            2. gameover

              Pour ce qui concerne l’expérience, je rajouterai que ça évite d’avoir un candidat qui te lâche après 2 jours parce que c’est dur, c’est sale, il fait trop froid, trop chaud…

            3. Nyamba

              C’est ce que j’avais sorti à mon tout premier entretien post-diplôme : le recruteur m’avait reproché ma jeunesse (j’avais 24 ans et pas d’autre source de revenus que Mommy – autant dire que je pétais gentiment les plombs) et mon manque d’expérience. « Si je ne commence pas quelque part, comment voulez-vous que j’en acquière, de l’expérience ? », fut ma réponse. S’il s’agissait d’un test de caractère, il n’était pas de mon goût – je déteste les petits jeux sournois – et a au moins prouvé que j’étais – un tout petit tout petit peu – insolente… Il va de soi que je n’ai pas eu ce job.

            4. gameover

              Harry… je vais parler de l’interim car dans la vie j’ai commencé comme cela en prenant des petits boulots où on te dit que c’est pour 2-3 jours pour faire une notice technique… et tu restes 3 mois.

              Je suis même resté 3 ans dans une société en contravention totale avec la règlementation du travail, mais mon but était d’acquérir de l’expérience dans mon job et non dans les procédures au prud’hommes.

              Il y a un peu plus d’1 an 1/2, mon fils après son CAP cherchait du boulot dans son métier (charpente / couverture) et avait comme objectif de trouver un job en alternance pour faire conducteur de travaux (prise de conscience tardive qu’un salaire à 5000E / mois en démarrant c’est les dealers).

              Je l’ai laissé faire pendant 3 mois sans résultat puis je lui ai dit d’aller s’inscrire dans une agence d’intérim pour postuler dans son métier mais aussi pour tout boulot.

              Ils lui ont proposé un job de 2 jours pour du déménagement. je lui avais dit : dis oui à tous les boulots qu’on te propose car il faut que la secrétaire de l’agence d’intérim sache qu’elle peut compter sur toi quand elle va être coincée : elle pourra ainsi dire oui à son client sans même t’avoir consulté et elle aura le job et tu auras le job.

              En 3 mois il a fait 4-5 petits boulots comme cela puis du bardage… puis de la couverture sans aucune interruption d’activité même d’une journée.

              Chez le dernier artisan il fait sa formation en alternance pour le métier qu’il a choisi.

              Voilou…

            5. channy

              #Sur un poste en interim (ou pas), l’expérience permet d’avoir qqun d’immédiatement opérationnel qui s’intégrera mieux et ne pésera pas sur la productivité de ses collègues.#

              L interim mon boss a donne, il ne veut plus en entendre parler, (pareil pour mes anciens employeurs) on vous certifie une personne d experience et vous vous retrouvez avec un gugusse incapable de monter une palette, une caissiere qui va a la vitesse d un escargot etc
              j ai vu des types avec des cv de 10 ans d experience en preparation de commande chez miko qui lachait le job car oui trop froid, ou les horaires ne cadraient pas avec l entrainement de foot des gamins
              Ensuite oui le fait d avoir une personne diplome permet en theorie qu elle soit plus flexible..en pratique c est pas evident du tout

            6. Nyamba

              @ Channy : Donc, tout ça, finalement, c’est affaire d’individus, et de leur caractère… 🙂 Quelque part, c’est rassurant !

  9. Calvin

    Très bel article de fond.
    Ce constat est très juste, et pertinent.
    Autant d’autres pays souffrent au niveau des politiciens de lobbyings antagonistes faisant et défaisant des majorités, autant chez nous, l’assistanat des élus semble bien être la cause profonde du marasme actuel.
    Merci à h16 d’avoir su mettre des mots sur une réalité pas si évidente au premier abord.

    1. Tribuliste

      Par raccourci, et pour agacer mon rare auditoire de gôche, je compare la politique et l’économie moderne : quand spéculer sur le pire vous enrichit. Ca marche à tous les coups, d’autant que ce n ‘est pas si faux!

    2. jean jacques

      le point qui me parait important également c’est aussi la disparition de l’assistanat privé volontaire ,étouffé par le public obligatoire .
      la main invisible étatique existe également

      1. Calvin

        La main étatique est visible, elle s’étale dans les tracts, elle est adulée sur les téléspectateurs, elle est vantée dans les journaux.
        Elle est visible et c’est le but : confondre les gogos qui ne voient que ce qui se voit.
        Les promesses, les lois, les subventions, les avantages des uns…
        La main invisible c’est ce qui fait avancer le monde et qui ne se voit pas.

  10. petit-chat

    La charité spontanée existe encore, mais les crevards ne sont pas seulement actuels : dans les années 50, si un certain Abbé Pierre n’avait pas ouvert rameté la population, notamment parisienne, beaucoup de gens seraient morts de froid durant cet hiver là.
    Sinon, très bel article montrant l’indigence d’un système qui se mord la queue.

  11. Tribuliste

    Bel article cher H16, parfait pour digérer le dispendieux et surabondant déjeuner dominical . Quand l’assistanat mène au pouvoir, ou pire et dans l’actualité : quand l’assisté décide. Il suffit de jeter un oeil aux dépenses de confort (mairies suréqupées, services publics à usage interne, protection des données ou opacité c’est selon, et embauche massive sans limites) qui ont littéralement explosé ces dernières années. Combien de Mairies rénovées dans des petites communes alors que l’on parle de regroupement? Preuve est faite que la fin de votre article est du domaine de l’improbable, seule une implosion économique mettra fin aux agapes…et encore.

    J’ai aperçu que la mairie de paris comptait 21 conseillers, suis-je dans le vrai? A Montpellier on en compte 65, à vérifier mais mais… 😉

    1. Othello

      20 adjoints élus à Montpellier, mais de toute façon toutes ces « équipes resserrees », ces « gourvernements de combats », c’est clairement de la foutaise. Ils trouveront bien un autre moyen de faire croquer la famille, les amis, les amis de la famille, les amis des amis, etc.

      1. Tribuliste

        En effet, j’ai été induit en erreur par un chiffre choppé à la volée, et forcement j’ai râlé avant de vérifier… par forcement à tort si on en croit votre commentaire 🙂

    2. gameover

      Tribuliste, tu confonds pas d’une part les conseillers municipaux (163) dont sont issues les 36 adjoints et d’autre part les collaborateurs du maire de Paris (31) qui travaillent au sein du cabinet du maire ? C’est juste une question.

      1. Tribuliste

        En effet, le 65 avancé correspond aux membres du conseil municipal à rapporter comme vous le dites aux 163 de paris. Le mille feuille n’est pas toujours digeste.

  12. André Rosa

    Subventionner certains c’est aussi appauvrir, relativement, ceux qui ne sont pas subventionnés.
    Ainsi, une école hors-contrat est pauvre comparée à ces écoles d’Etat où l’on enseigne la religion d’Etat.
    Lors d’une conférence publique, j’ai demandé au député Patrick Hetzel, ex vizir de l’Education et de la Recherche à l’UMP, si dans les hautes sphères de l’institution, on avait conscience que le hors-contrat fait mieux que le public avec moins d’argent. Il n’a même pas compris la question…

    1. vengeusemasquée

      Non mais les écoles hors contrat, c’est le mal absolu, c’est bien connu. Et les valeurs de la république, que diable?!

  13. Carpe Diem

    Un bel exemple d’assistanat :entendu chez Calvi l’autre soir, dans les administrations bordelaises, 38 jours d’arrêt de travail (?) par fonctionnaire et par an, c’est-y pas beau la vie?

      1. petit-chat

        + 5 bonnes femmes pour faire le travail d’une seule, à l’antenne de sécurité sociale de ma ville (un seul guichet ouvert avec 20 personnes qui attendent, et 4 employées qui rigolent derrière les vitres, sans même se cacher). J’ose espérer, sans y croire vraiment, que c’est un cas exceptionnel…

        1. Aristarque

          C’est triste, n’ est ce pas! J’espère au moins qu’ ils ne perdent pas en sus, de la remun’, parce que cela deviendrait proprement inhumain…

    1. Tribuliste

      @ carpe diem : Calvi ne fait pas dans l’assistanat d’auteurs éco et politiques? Ses émissions sont farcies de vendeurs de livres 😉

  14. lxy

    La publication dans la presse cette semaine du classemnt des meilleurs lycées a donné lieu à la télé à de très fortes injections de propagande officielle.
    On nous montre quelques esempmes de lycées aussi bien publics que privés où les enseignants sont motivés, font passer des examens blancs le samedi, accompagnent personnellement les élèves et on entend des élèves nous dire à quel point c’est stimulant de travailler dans des classes où les élèves et les enseignants sont motivés. Quelqu’un comme moi, pas encore totalement lobotisé, y voit une lueur d’espoir « le travail et la motivation paient, bravo ». La conclusion du fonctionnaire de la « propaganda staffel », c’est que bien entendu que les collèges publics sont payants (donc réservés aux riches j’imagine). Alors qu’au contraire, le reportage montrait longuement un lycée public d’un quartier « populaire », très bien classé, mais où on voyait un proviseur et des enseignants motivés, mouillant leur chemise, organisant des examens bl Ajoutons queles frais d’étude dans les écoles privées sosu contrat sont très faibles et servent en partie à offrir des bourses aux élèves qui le nécessitent et le justifient, payées par les parents plus aisés. J’ajoute

  15. lxy

    La publication dans la presse cette semaine du classemnt des meilleurs lycées a donné lieu à la télé à de très fortes injections de propagande officielle.
    On nous montre quelques esempmes de lycées aussi bien publics que privés où les enseignants sont motivés, font passer des examens blancs le samedi, accompagnent personnellement les élèves et on entend des élèves nous dire à quel point c’est stimulant de travailler dans des classes où les élèves et les enseignants sont motivés. Quelqu’un comme moi, pas encore totalement lobotisé, y voit une lueur d’espoir « le travail et la motivation paient, bravo ». La conclusion du fonctionnaire de la « propaganda staffel », n’est pas du tout celle-là, c’est que bien entendu les collèges publics sont gratuits, (alors que, sous-entendu, les lycées privés sont réservés aux riches, cette sale race). Alors que tout au contraire, le reportage montrait longuement un lycée public d’un quartier « populaire », très bien classé, mais où on voyait un proviseur et des enseignants motivés, mouillant leur chemise, organisant des examens, assurant des heures sup de soutien etc Alors que le reportage se gardait bien de donner le montant des frais d’étude dans les écoles privées sous contrat qui sont faibles et servent en partie à offrir des bourses aux élèves qui ne peuvent pas payer si ils le nécessitent et le justifient. Bref il vaut mieux un enseignement public tocard gratuit, qu’un enseignement privé payant mais efficace.
    On en voit les bons résultats à l’Université !
    Si il n’y avait pas de numerus clausus pour l’enseignement privé (dans ma commune, le nombre d’élèves inscrit dans le collège privé, ne peut pas dépasser celui du collège public !!!), on verrait vite que beaucoup de parents seraient prêts à payer pour mieux former leurs enfants.

    1. Tribuliste

      Pour avoir eu l’intelligence de comparer étant plus jeune (…) la grosse différence public/privé tient du fait que les parents paient, et si le rejeton se fait remarquer pour son indiscipline ils soutiendront les professeurs et serreront la vie du gamin. Voila, pour avoir été « serré » de la sorte je peux vous garantir que dans le public mon parcours aurait été tout autre!

      1. Adolfo Ramirez Jr

        Je suis allé dans le privé, ma soeur dans le public. Mes parents en ont eu pour leur argent! Ils ont vu la différence!

      1. Duff

        ça fait un peu chier cette affaire, quand même! (pour reprendre une expression à la mode) Ce type avait eu l’honnêteté de sortir de l’UMP pour fonder un nouveau parti. Quand on sait comment sont financés les partis, bin c’était assez couillu en fait. Issu de la droite et devenant centriste, je surveillais le truc sans rien espérer du bonhomme et encore moins de ses adjoints. Ce soir je mesure combien Borloo était clairement plus valable que ces adjoints (H16 va me tancer sur le développement durable et le centre aussi socialiste que la droite, le pire étant qu’il aura raison).

        Le bonne nouvelle c’est que vois pas comment Bayrou, capable de veauter Hollande, pourrait en profiter. Je suis sûr de ne pas être le seul à appeler au secours un Fromentin ou d’autres UDI issus de la société civile. Au fait chez Drucker, Alexandre Jardin et ses zèbres a reçu une ovation. C’est lent, mais ça bouge dans le bon sens.

        1. Tribuliste

          Titre ce matin « Bayrou seul présidentiable au centre » Voila c’est parti… P’tin de médias, quelle plaie je vous jure 🙁

  16. Olivier Vitri

    -1 qui sera promptement remplacé, le siège étant encore chaud… on ne peut pas espérer la moindre amélioration dans ce contexte de l’assistanat liberticide, du clientélisme et la Corruption généralisée que ces escrocs ont mis en place en se servant de la croissance d’après-guerre sans la moindre réforme. D’idées progressistes et visionnaires, les rentiers politiques n’ont jamais entretenu les bénéfices de la manne issue de la paix retrouvée. Avec les mêmes, nous retournerons forcément vers des heures sombres. Comment les mettre à l’écart ?

    1. Olivier Vitri

      Par corruption, j’entends celui du peuple perclus de médiocrité et d’absence de réaction face à ceux qui les spolient. Ça me rappelle la fin du film 9/11 Fahrenheit de Mickael Moore, l’enfant terrible du gauchisme américain, à propos des classes populaires sur-représentées dans la casse-pipe de l’US Army dans les conflits… il dit quelque chose ressemblant à « il est ahurissant de constater l’incapacité d’une classe de population à se passer de ceux qui les oppressent ». Démission du sens critique, masochisme,… sont à terme la rançon de la paix.

  17. Aristarque

    Un soupçon de lueur de lucidité quant à la trappe à inactivité que constitue une assistanat débridé accordé sans véritable contrepartie de durée, de réaction du bénéficiaire, etc…
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Assistanat
    Il a déjà été établi à de nombreuses reprises qu’un trop haut niveau d’assistanat (amenant un revenu à peine moins élevé, en tenant compte de toutes les réductions ou exonérations de dépenses contraintes courantes, que celui du SMIC, en France) tend à maintenir toute une population en inactivité puisque concrètement, aller travailler ne lui amènerait qu’un faible bonus financier, outre l’obligation de se lever à heure fixe le matin…
    Mais cet article date visiblement…

    1. gameover

      Harry je ne sais pas si tu sais mais il y a tout en haut de l’article wiki un onglet discussion entre les contributeurs de l’article pour ménager la chèvre et le chou…

      Assez intéressant en général pour savoir comment s’est établi le consensus au travers des opinions des uns et des autres…

      1. Calvin

        C’est toujours l’onglet que je vais voir en premier sur Wiki (Discussion), parce que des fois, même sur des sujets qui devraient être peu clivants, il y en a du fight…
        Et au final, c’est généralement sur la page anglaise que je finis par me faire une meilleure idée…
        Sauf sur les notions franco-françaises, mais là, j’ai « contrepoints ».

  18. channy

    # l’État prend déjà tant pour aider tout le monde que chacun ne se sent plus ce devoir moral d’aider son prochain, l’État-Providence s’en chargera bien !#

    Perso je constate que dans le supermarche ou je bosse ,les dons en nature aux restos du coeur,banque alimentaire etc se portent bien.

    Ensuite beaucoup de gens pestent car eux memes ayant du mal a joindre les deux bouts(expression a prendre au sens tres tres large, car cela veut egalement dire ne pas pouvoir aller au ski en fevrier)ils n ont pas droit a une aide dont ils estiment devoir etre beneficiaire. En clair le systeme d aide social cree des jalousies entre les gens,pourquoi eux? pourquoi pas moi? je ne suis pas plus riche et je n ai droit a rien etc etc
    Il est vrai que nos clowns a roulettes ont genereusement distribue les aides a tout va..ou je bosse beaucoup de roms ont droit au rsa, primes a la braguette, bon d alimentation CCAS…(je ne vous dit pas ce que j entend comme commentaires)
    les chomeurs tres longue duree trouvent inadmissible de ne pas pouvoir acheter des canettes de 8.6 avec leurs bons d alimentations.
    Ensuite avec les scandales qui ont eclabousse les associations on a pas envie de donner (sentiment renforce quand je vois comment sont depenses nos dons dans les pays qui ont besoin d aide)
    Sinon c est une bonne question que vous posez H16 sur le sujet dommage que les lecteurs n aient pas developper le sujet davantage.

  19. gameover

    Après avoir relu une 2ème fois ce billet je me rends compte que les effets pervers de l’assistanat sont assez logiques et visibles dont entre autres le nivellement par le bas que ce soit au niveau éducation, économique, politique et medias.

    Alors me vient à l’idée que tout nivellement par le bas pourrait être du à un assistanat : le SMIC, l’instruction gratuite, les aides à la presse

    1. Calvin

      +1000

      C’est là le piège.
      Sous couvert d’aides, on déresponsabilise.
      Plus on déresponsabilise, et moins les gens sont adultes.
      Moins ils sont adultes et plus ils ont besoin d’être aidés.
      Plus ils ont besoin d’être aidés et … plus on répond à leur demande.

      Bien foutu, non ?

      1. Aristarque

        D’ autant que cela ménage un réservoir à électeurs qui soutiendront la main nourricière . Quoiqu’ au dernier round, ce calcul ne se soit pas révélé si valable que cela…

      2. Nyamba

        Et après leurs élus les traitent, textuellement, d’enfants, et pourtant ils ne réagissent pas plus que cela. La passivité devient normalité. Tu m’étonnes qu’on ait un président mou, et fat ; c’est le digne représentant de son peuple.

        Maiiiis le sursaut de conscience va venir, n’est-ce pas ? L’optimisme ne doit pas céder à une misanthropie résignée…

        1. tabbehim

          Maiiiis le sursaut de conscience va venir, n’est-ce pas ? L’optimisme ne doit pas céder à une misanthropie résignée…

          oui, il viendra….mais je conseil aux titulaires des fonctions « fusibles » de se mettre au vert le jour de ce sursaut 😉 l’histoire est têtu et ne pas prendre leçon des erreurs du passé est une invitation à les revivre.

  20. herpés labial

    Le PS est le top du top en la matière. Les jeunes pousses sont formatées dés le collège et finissent ministre sans jamais avoir rien connu de la vraie vie. Une secte qui n’a rien à envier à l’Eglise de Scientologie….

  21. tabbehim

    On a un paquet de maladies sur ce billet….la peste, le coryza, l’herpès…et surtout l’état.

    et encore, des fois, h16 garde des moment d’optimisme, c’est beau :), mais j’aime la réalité quand elle peut faire peur 👿
    croire qu’un ministre se séparerai de ses sycophantes gravitant autour de lui? que nenni, car ces « conseillers », en plus d’être au mieux incompétent (ils sont les plus nombreux dans ce cas), au pire de la plus mauvaise foi possible et inimaginable(les pires….), iront toujours dans le sens de l’idéologie du « patron ». en gros, vous avez un ministre découplé de la réalité, qui est entouré de gens encore plus découplé de la réalité que lui, qui rêve d’un monde de licornes, de poneys roses, de pâquerettes et de pissenlit….sans oublier les pétales de roses. Et c’est pour eux leur réalité.
    En d’autre terme, pour avoir le « plaisir » de discuter avec des étatisés, le problème vient qu’ils nient la réalité avec force. ils ne veulent pas que les choses soient différentes de ce qu’ils imaginent, et ils ne veulent absolument pas admettre qu’ils peuvent avoir tort, comme ils ne comprennent pas que les citoyens ne comprennent pas leur langage hermétique à défaut d’être ésotérique. Pour eux, la réalité doit se plier à leur imagination….
    Le manque de courage que vous soulignez cher h16 est à ce niveau totalement secondaire.

    « Une idée serait de la payer sur les deniers des politiciens »

    Ils augmenteront en conséquence leur salaire 😉 la cour d’un politicien reflète son statu vis-à-vis des autres ^^

  22. Béatrice

    Bonjour,
    Pour la charité directe, on a quand-même la possibilité de déduire de ses impôts entre 65% et 75% des dons faits à des associations (dans la limite de 20% des revenus imposables, et si ça dépasse, on peut reporter sur les 5 années suivantes).
    Personnellement, j’en profite au maximum dans la mesure de mes moyens, cela me permet de décider en partie de la destination de mes impôts (secours catholique, petits frères des pauvres, orphelins d’Auteuil, l’Arche, etc….), et je tremble en me disant qu’avec le gouvernement qu’on a, il y a bien un jour un petit malin qui va revenir sur intolérable liberté de choix… !

Laisser un commentaire