La gauche meurt ? Il serait temps !

Ce week-end, toute la presse a bruissé de toutes ses feuilles sur l’annonce apocalyptique qu’a faite Manuel Valls, l’actuel premier ministre. Devant le conseil national d’un Parti socialiste intellectuellement à la rue, électoralement déchiqueté et divisé de toutes part, il l’a clairement dit : « Oui, la gauche peut mourir. »

Si, de façon assez évidente, le recours au mélodrame est employé pour tenter de ressouder un parti qui semble décidé à se chamailler presqu’autant que l’UMP, il n’en reste pas moins que l’hypothèse énoncée par le premier ministre a claqué comme un coup de fouet sur les fesses trop rebondies d’élus désemparés : si la gauche continue comme cela, elle court le risque de ne pas être au second tour des élections présidentielles qui ont lieu, pour rappel, dans trois ans, ce qui montre au passage les vraies préoccupations de nos dirigeants.

Il y a de quoi frémir, mon pauvre Manuel…

valls pleurniche

Maintenant, avant de sombrer dans la tristesse devant une telle nouvelle (ce serait hypocrite : le jour où cette gauche meurt, je débouche du champagne), il semble indispensable, au delà des mots creux de Valls, de nous demander pourquoi diable la gauche serait en passe de mourir.

On peut certes admettre la faiblesse de la gauche, on peut aussi laisser vagabonder ses pensées et feindre de croire qu’une Marine Le Pen pourrait se faire élire (ça donne des petits frissons rigolos), mais on a bien du mal à trouver un début d’explication à cette situation dans les petites phrases floues de Valls. Pour lui, la gauche doit se réinventer, être capable de se dépasser patati patata, ce qui ne veut rien dire de plus concret que lorsque le candidat président voulait réenchanter la politique.

La réalité crue, c’est que si la gauche actuelle se meurt, c’est entre autres parce que, comme le remarque judicieusement Nick de Cusa dans un récent article de Contrepoints, elle a depuis trop longtemps abandonné certains des principes humanistes qui auraient dû l’animer et dont elle se gargarisait jadis. Mais là où ce dernier article encourage Valls à tenter pour sauver la gauche une voie nouvelle, celle du libéralisme, je me bornerais plutôt à constater qu’il faut que cette gauche meure une fois pour toute.

valls pleurniche encoreIl faut qu’elle meure parce que tout le monde pense maintenant qu’il faut plus d’État. Et quand tout le monde pense pareil, plus personne ne pense rien du tout. Ainsi, l’UMP, perdue dans les cloaques gluants d’une absence totale d’idées, d’une carence historique de toutes valeurs et de la moindre colonne vertébrale idéologique, est remplie de petits chefaillons médiocres dont l’unique but à moyen ou long terme est d’obtenir une prébende, une sinécure ou un poste de pouvoir notable, et dont les discours se contentent exclusivement de sortir la bouillie keynésienne, interventionniste et pro-État qu’ils entendent partout, pour s’assurer un électorat docile. Ainsi, le FN ne voit de salut que dans le repli vers l’État, la patrie n’étant plus que l’appendice frétillant d’une Nation taillée à grands coups de principes économiquement idiots mais électoralement rentables. Et la gauche, toute la gauche, qui n’a jamais vécu que pour ce grand soir où 100% du pays sera à la botte de l’État, ne peut évidemment concevoir autre chose qu’une augmentation du périmètre du Léviathan. Il n’y a dans les faits plus aucune différence de nature entre la gauche et la droite, tout juste de degré (et encore) : chacun réclame son bubon d’État supplémentaire, mais tous se plaignent, les yeux pleins de larmes, de la pustule de l’autre.

Il faut qu’elle meure parce qu’elle ne voit plus où sont les pauvres et les riches. Elle croit voir les riches dans les patrons alors que la France des patrons est celle des dirigeants de TPE, de PME, de professions libérales sans salariés et autres entrepreneurs.

Il faut qu’elle meure parce qu’elle croit voir des pauvres dans les classes qui sont sous perfusion permanente des services sociaux, constamment encadrés par les associations lucratives sans but qui émargent aux dépenses de l’État via des monceaux de subventions, alors que les pauvres, les vrais, sont ceux qui passent justement entre toutes les gouttes de redistribution plus ou moins communautaristes, corporatistes ou syndicales : la petite classe moyenne, le célibataire sans enfant et sans diplôme ronflant, les kyrielles de salariés qui gagnent un peu trop pour pouvoir bénéficier de la moindre clémence fiscale et en tout cas pas assez pour imaginer prendre plus de deux semaines de vacances ailleurs qu’aux campings familiaux à tarifs préférentiels.

Il faut qu’elle meure parce qu’elle prétend encore aider la classe ouvrière alors que celle-ci a lentement disparu, au profit d’une classe moyenne de petits employés, de petits salariés qui se sentent oubliés par les partis classiques, la gauche ayant choisi les populations fraîchement arrivées pour leur offrir un discours taillé sur mesure, et la droite ayant une vision toute aussi fausse de la France, d’une autre façon aussi ridicule.

bac sud rail

Il faut qu’elle meure parce qu’elle n’a toujours pas compris que les grèves qui secouent le pays, depuis 40 ans, ont lentement dérivé, avec la disparition progressive de la classe strictement ouvrière, de mouvements sociaux représentant des pans massifs de la société vers des débrayages spécifiques d’une frange de population à l’abri de toute difficulté économique, de privilégiés manipulés par des syndicalistes dont le mandat est tous les jours moins légitime car lié à une base de plus en plus restreinte. Cette gauche qui, jadis, se faisait fort de nourrir les illusions de grand soir des syndicats en feignant de leur donner une importance qu’ils n’ont fait que perdre depuis les années 70 se retrouve maintenant confrontée à ces mêmes débris idéologues, arqués sur des positions consternantes. Cette gauche meurt parce qu’en croyant apaiser leur faim, elle a nourri des crocodiles idiots qui préfèreront la bouffer qu’abandonner leurs luttes rétrogrades en rase campagne.

Il faut qu’elle meure pour emporter avec elle tous les oripeaux usés de la lutte des classes, dépassée depuis bien longtemps par une lutte des générations qu’elle a œuvré à mettre en place consciencieusement avec sa collectivisation galopante de la retraite ou de la santé, avec son verrouillage idéologique des transports, de l’énergie et de l’éducation. Avec l’idée d’apparence généreuse de vouloir protéger le faible en cognant sur le fort au lieu de seulement s’assurer de l’égalité de tous devant la loi, elle a tant créé de distorsions dans chacun des marchés qu’elle a touchés que les jeunes générations doivent maintenant s’acquitter d’une dette colossale, s’empoisser l’avenir de chômage, d’une épargne impossible à créer, d’un immobilier inabordable, d’une retraite inexistante, d’une précarité stressante, le tout au profit d’une petite frange de la génération âgée qui, à l’orée de la retraite, s’entête à conserver l’intégralité de ses privilèges quitte à jeter tout le reste au drain, par pur caprice.

twitt sud rail

Car comment considérer autrement qu’un caprice les débrayages qu’on observe actuellement alors que normalement, tout le pays devrait être tendu à l’unisson pour essayer de limiter les effets de la crise ? Comment ne pas vouloir comprendre les risques insensés qu’on fait peser sur toute une génération de bacheliers en sabotant les transports à cette période de l’année ? Comment ne pas trouver particulièrement consternant le fait d’engager des moyens pour contourner un problème qui a été créé de toutes pièces, alors même que les entrepreneurs, premières victimes de ces grèves, émettent des signaux clairs de détresse ?

Ces caprices, ces oppositions sont le résultat direct, palpable et mesurable de toutes ces politiques qu’a menée la gauche (au sens restreint de Parti Socialiste comme au sens large de cette sociale-démocrassie baveuse qui englobe maintenant tout le spectre politique). Cette gauche rosâtre, qui a pervasivement intoxiqué la faible droite, a recoloré le FN, a taché les verts et a dissous les cocos doit mourir : elle a monté les jeunes contre les vieux, les riches contre les pauvres, les retraités contre les actifs, les salariés privilégiés contre les lambdas, elle a clivé ce pays en myriades de petits fiefs, de corporations cimentées dans les lois et les décrets.

Ce pays est foutu. Mais si on veut le reconstruire, alors cette gauche-là doit mourir, sans attendre.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires251

  1. petit-chat

    Ce serait humain de l’euthanasier : de l’aveu de ValSS, elle souffre trop. Et ce serait Attaliesque car elle a trop vécu.

      1. petit-chat

        La gauche, ce n’est pas que le PS…
        Et, comme évoqué plus bas, c’est les miasmes du cancer purulent collectiviste généralisé qui nous incommodent, à défaut de nous cadavérer bientôt.

        1. Calvin

          Le Front de Gauche souffre encore plus que le PS (il s’est fait siphonner ses voix prolétaires par le FN), et les Verts ne représentent plus que des bobos et sont tenus en vie par le PS et les accords électoraux. Ces derniers vont mourir avec la facture énergétique totale qui se profile.

          1. petit-chat

            S’ils pouvaient tous crever à cette occasion !
            Je voulais dire que toutes les apparentes composantes de l’éventail des partis n’étaient rien que de la poudre aux yeux, j’ai du mal à voir une différence entre ces zozos, et comme la plupart des français, je ne vois là que des autistes profiteurs manipulateurs menteurs voleurs.

              1. Hatchet Jack

                Vilaine BM qui signe de faux twits : tu penses vraiment que je n’ai pas remarqué le « qu’il y est le Bac… poney »…

                Ou alors… c’est que tu es ici sous faux pavillon…

    1. René de Sévérac

      « Il n’y a dans les faits plus aucune différence de nature entre la gauche et la droite, tout juste de degré (et encore) ».
      H16, un constat sans ambiguïté ! Mais il faut poursuivre le raisonnement.
      Ceux qui croient au rôle de l’Etat (pour contrôler le renard libre dans le poulailler sans entrave -notez que le mot « socialiste » m’est difficile à prononcer tant ces zozos ont usurpé le vocable) ont voté pour le parti patriote (à aussi le terme FN est délicat à prononcer tant il est identifié au diable) et ce n’est qu’un début. Pourvu que la France tienne jusque là (pas 2017).
      Je ne vous reproche pas de ne pas croire en la nouvelle Jeanne d’Arc mais évitez de me prendre pour un fou … quoique.

  2. Calvin

    A rapprocher des propos de Cambadélis qui pense qu’une scission du PS lors du « Pacte de Responsabilité » est possible.
    Il s’agit donc de secouer le chiffon rouge…

    1. Adolfo Ramirez Jr

      Oui ça ressemble vraiment au dernier chiffon à agiter pour remobiliser les électeurs… Vous vous rendez compte? un pays sans gauche! quelloreur!
      a rapprocher de tous les documentaires sur la période nazie qui nous ont été servis avant les européennes…

    1. LeRus

      Et encore, ils font attention d’écrire « Solidarité » en premier dans leur slogan! On sent la figure imposée dans le paysage politique français complètement étatiste.

      1. Caton

        Hmm. Pas faux. Je corrige donc: la liste etc. compte UN mouvement pas TOTALEMENT collectiviste.
        ‘tain, ce pays est encore plus foutu que je ne le pensais…

    2. Calvin

      En même temps, parmi ceux qui ne votent plus, peut-être qu’une petite partie aurait pu voter pour eux.
      Allez, disons qu’il y a en France 2 à 3% de la population qui souhaite définitivement tourner le dos à l’Etat.

    3. la roussette

      1.41%
      je ne discute pas politique avec 100 personnes….
      mais je n’en ai pas rencontré une qui soit libérale, ou simplement objective sur la propagande état-média…

      1. Caton

        Ils sont pourtant faciles à reconnaître, les libéraux… ce sont ceux qui refusent de parler polytique ou journalisme parce que c’est mauvais pour leur tension.

        1. Nocte

          J’y vais sans problème à causer politique.
          Même pas peur.
          Surtout avec les scores du FN, j’ai juste à sortir « remplacez étrangers par riches, multinationales, fraudes fiscales ou capitalisme et vous avez le discours du PS , du fdg et même de l’UMP. »
          On vit une époque merveilleuse…

      2. Calvin

        Pareil.
        En dehors d’internet, je n’ai jamais croisé quelqu’un de vraiment libéral.
        Mais, si je devais en rencontrer un, il pourrait avoir la même attitude que moi et donc nous nous pas serions à côté…
        Il faudrait un code pour nous reconnaître !
        Du genre, garder le petit doigt raide (j’ai dit doigt…) ou au pire, le majeur…

        1. Nyamba

          Le coming-out libéral : ça fait peur au début, mais après tu te sens super bien… Tu arrêtes de vivre dans le mensonge… Tes proches ne comprennent pas forcément, mais ceux qui t’aiment décident de t’accepter tel que tu es… Evidemment, certains sujets deviennent tabous : qui tu fréquentes, quelles sont tes positions préférées (sur les sujets tendancieux type RCA ou gaz de schiste), mais tu restes considéré comme un être humain, à part entière. Différent, peut-être… mais ne laissant plus indifférent.

          1. romaric

            Je tient très très souvent des propos libéraux avec mon entourage ( pro et amis ). Bien sur je pèse mes mots et j’adapte mon discours pour essayer d’être pédagogique. Croyez-moi, il y a bien plus que 3% de libéraux en France ( et mon milieu n’est pas franchement à droite ). Maintenant c’est en tête à tête, pas en assemblée… Je ne défend pas non plus mes convictions anarcap ou minarchiste frontalement mais au moins plus de laisser-faire de la part de l’état, son désengagement, et des réductions d’impôts. Parfois avec des communistes ( des amis d’amis ) j’ai des discutions à bâtons rompus et je les détruis verbalement ( merci libéraux.org et catallaxia !! et H16 !! ). Faut dire, je connais leurs théories/arguments plutôt bien pour y avoir adhéré dans un passé obscur ( j’étais jeune et il m’ont lavé le cerveau en bas-âge…). Juste du bon sens, un esprit d’analyse et des lectures m’ont imposé comme évidence et non pas comme simple croyance ou certitude le libéralisme.

        2. Before

          Pas vraiment, mais quand on prend la peine d’expliquer lentement, de dire des choses simples (par exemple, dans « libéral », il y a « liberté ») de pointer des abus, de montrer que la cause de ces abus est inhérente à la structure super-étatique, et à condition qu’en face il n’y ait pas un gros con à front bas, le message passe quand même.
          Faut dire que la situation est telle que « les gens » commencent à se poser des questions.

      3. Dahu

        Moi j’ai rencontré une seule fois ce genre de personne: elle était Italienne et me disait justement que nous les français, on attendait trop de l’Etat…

      1. Before

        Idem, et c’est mon premier vote exprimé depuis longtemps !
        Pas complètement libéraux, certes, mais jamais personne ne trouvera un parti qui réponde exactement à toutes ses idées.
        Je pense qu’il faut quand même suivre ce jeune parti, participer à leurs débats d’idées, afin de l’orienter dans le « bon » sens.
        Qui se sent une âme d’évangéliste ?

  3. LeRus

    Hum, les twits de SUDRail, c’est des vrais ou pas?

    Je suis prêt à tout entendre avec ces enflures, mais ça m’a l’air un peu trop quand même…

      1. Calvin

        Même la grosse faute « Qu’il y est » ???
        Ce qui explique le message subliminal : le BAC est inutile pour venir se bran… à la SNCF.

        1. Jesrad

          Oui oui. Authentique.

          Le compte officiel de SudRail sur tweeter a même rediffusé une réponse narquoise qui disait « Continuez comme ça Sudrail, vous êtes magiques », sans saisir le sarcasme.

          Champions du monde.

          1. La Coupe Est Pleine

            Balaise !
            Je croyais que notre hôte avait fait du Photoshop !
            Purée ces mecs douteraient-ils de quelque chose dans la vie ?

    1. Ce sont des vrais.
      Maintenant, se rendant compte qu’ils passent pour des abrutis (qu’ils sont), ils ont créé hier dans la foulée un nouveau compte en disant que celui-ci était parodique. On pouffe.

        1. bob razovski

          Ils se sont donnés le mot ?

          L’ump s’englue dans ses histoire d’abus en tous genres et cherche à changer de nom pour camoufler la merde sous le tapis, le ps « peut » mourir pour les mêmes raisons…

          C’est à qui fera la plus pitié ?

          Si seulement ils pouvaient disparaître à tout jamais. Ce jour là, champagne pour tout le voisinage !

      1. Aristarque

        C’est un travers qui ressemble à la Grance
        Ou à l’ Italie
        Il y a des dingues étendus sur les voies
        Et c’est décati
        (…)
        On dirait le Sud
        (…)
        C’est sûr qu’ un jour il faudra faire la guerre (du rail)

  4. Le Gnôme

    Elle est déjà morte, mais sa décomposition empoisonne par ses vapeurs délétères toute la reflexion politique de ce pays.

    1. Hatchet Jack

      Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
      Après les derniers sacrements,
      Quand vous irez, sous l’herbe et les floraisons grasses,
      Moisir parmi les ossements.

      Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
      Qui vous mangera de baisers,
      Que j’ai gardé la forme et l’essence divine
      De mes amours décomposés !

      1. pouf pouf

        J’aime bien les chouettes types sans pitié, les sapeurs sans honte, les créatures sans regrets, j’aime bien quand ça bouge, j’aime quand ça fait du bruit, quand ça étincelle sous cape, quand ça rit de tous ses feux, j’aime le silence qui entoure les bip-bips impétueux des camions qui reculent… je repousse la rime qui s’impose quand les mots s’enroulent et s’emmêlent, je déboule et je bute sur le rite, je m’entête et je m’en sors, mariculeusement comme ma femme l’explique.

        Je suis presque parti, je suis bête et fatigué, je n’ai plus la force de continuer, les institutions m’expliquent, des ouvriers institutionnels me guident vers mon funeste sort, on m’administre encore. Les choses trainent un peu, on me redonne espoir, mais les déceptions dans la disparition sont aussi nombreuses que dans la vie. Le médecin de ma famille, celui qui ferme mes yeux, se dit, c’est marrant, même mort, il sent toujours le couscous et la cage d’escalier, « au nom du président, du premier ministre et du président de l’assemblée, puissiez vous enfin être heureux en terre de slam ».

        1. Adolfo Ramirez Jr

          « Je suis presque parti, je suis bête et fatigué, je n’ai plus la force de continuer, les institutions m’expliquent, des ouvriers institutionnels me guident vers mon funeste sort, on m’administre encore. »

          qui a dit qu’il ne comprenait pas poufpouf?

  5. brondillant

    de profondis morpionibus. lol
    Le plus vite sera le mieux.
    Pendant qu’on y est , y a qu’à déplacer les vacances !

  6. Nyamba

    Billet inspiré, M. Hash… Merci, ça fait du bien.
    Je ne sais pas pourquoi, je sens qu’il va néanmoins susciter un trollage massif de gens qui ne l’auront pas lu, encore moins compris…

  7. Calvin

    Coquille, il manque l’accent : « de privilégies manipulés par des syndicalistes »
    pour faire :
    « de privilégiés manipulés par des syndicalistes »

  8. szanto

    rectificatif orthographique (bienveillant, bien sûr) : le méchant verbe « bruire » se conjugue comme « fuir »; le participe passé est « brui » et non « bruissé »… 🙂

          1. vengeusemasquée

            attention, c’est très mal de faire travailler ses petits neurones. Ca va bientôt être totalement interdit d’ailleurs. Crimethink.

      1. szanto

        Certes, bruisser est aujourd’hui souvent employé à la place de bruire. Pour ma part, je considère que ce n’est qu’un succédané et sa sonorité écorche mes oreilles, mais bon… 😉

  9. infraniouzes

    C’est bien beau tout ça mais les Français, drogués à la rigolade perpétuelle, aux festivals de ci ou de ça quasiment gratuits, accros à la RTT qu’il faut à tout prix remplir avec de la Kultur gratuite, pourront-ils supporter encore longtemps la grève des chers intermittents ? Pour l’instant la TV n’est pas contaminée mais sait-on jamais ? Canal + – toujours à l’avant-garde d’une connerie – serait déjà prêt à suivre le mouvement avec ses Guignols. Et notre Ruquier national pourrait s’y mettre. On frémit à l’idée que l’exception culturelle française pourrait être prise en otage par… elle-même. Vite, qu’on appelle les Bedos père et fils, les Debouzze père et fils, les Balasko mère et fille pour réfléchir à une sortie de conflit. Ils nous doivent bien ça…

    1. Calvin

      Les marionnettistes des Guignols sont des intermittent. ( mais pas le reste de l’équipe).
      Ce qui en dit long sur les pratiques de la télé.

      1. Aristarque

        Entendu sur RTL (flash info) : pas de Guignols ce soir! Na! C’est comme cela! Enfer et damnation! Nacht und nebel…. Uns so weiter…

        1. gameover

          Mouais il semble que les guignols font ce geste pour soutenir les intermittents du pestacle… vu la capacité de nuisance de ces derniers.

          D’ailleurs les medias laissent les artistes sortir des trucs énormes sur les plateaux (genre 1+1=8) car ils sont à la fois juge, partie, coupable, flic, otage et porte parole.

          Aleveque dans ONPC a encore sorti le coup de l’immense impact de la culture dans le PIB français. grans silence, pas un qui lui répond que si cet argent avait été dépensé par les contribuables volés il aurait aussi et beaucoup mieux participé au PIB.

  10. royaumont

    Ca me rappelle Gainsbourg, « requiem pour un con ».
    La gauche, au sens strict, n’est pas encore morte, mais elle est déjà en décomposition. Le problème, c’est qu’elle s’accroche et ne veut pas mourir seule. Son agonie va être terrible, pour les autres.

    L’état des lieux de H16 fait frémir, d’autant plus qu’il est vrai.

    Enfin, si la génération Y a une forte propension à m’exaspérer, je dois admettre que sa situation est tragique : on leur a tout pris avant même leur naissance, et non content de ce résultat pittoyable, on les éduque à la nullité.
    Nous leur transmettons un pays en ruine et essayons de les priver des moyens de le reconstruire
    La meilleure attitude qu’ils pourraient avoir serait de se rebeller. Dommage pour nous, mais mérité.

    1. Calvin

      Se rebeller est trop tardif.
      Il faudrait un méchant reboot.
      Ou pour paraphraser le dernier film de Cruise :
      Vivre, mourir, recommencer
      (Mais sans les cons, cette fois)

  11. la roussette

    quand on sait que Nathalie Arthaud (lutte ouvrière):

     » est professeur d’économie et de gestion au lycée Le Corbusier à Aubervilliers en Seine-Saint-Denis » (Wikipédia)

    Qu’elle soit prof…. pourquoi pas?
    mais qu’elle enseigne!!!!! c’est le drame!

    1. Laurent

      Ahah !
      Petite anecdote en passant. Il y a plus de 10 ans, je m’étais retrouvé dans un petit meeting de FO, avec Arlette Laguiller (la star !). A la fin, l’auditoire était invité à poser ses questions. Ma question : que comptez-vous faire pour simplifier la création d’entreprise ? Réponse d’Arlette : quand on est jeune, on ferait mieux de descendre dans la rue pour réclamer du boulot !
      🙂

      1. la roussette

        Bruno Juliard l’a fait!
        Et tellement bien qu’il avait à peine finit de gueuler, il était embauché!

        Merci tata Arlette!

            1. Calvin

              S’il pouvait se coincer un bouton de manchette à une grille au moment de la jeter (elle et les cadenas) dans la Seine, ça ferait de bien à tout le monde…

  12. Laurent

    Tant qu’à faire, euthanasions cette droite-là, aussi.
    Ces tweets sont pathétiques, mais ils ont le mérite de montrer le vrai visage de ce syndicat…

              1. Calvin

                C’était pour « Ciceron, c’est Poincarré… »
                Harry, tu vieillis !

                Et j’ai suffisamment connu Raymond pour avoir voté pour lui (in utero, donc) quand il s’est présenté à l’élection suprême.

  13. Riguite

    Un billet pour une fois pas écrit du tout sur le ton de la gouaille qui vous caractérise H16.

    Quant aux tweets de Sud Rail… Entre les fôtes d’ortografe et l’énormité de leurs propositions d’annulation du Bac sous prétexte de solidarité (pour préserver leurs pré carré bien sur), cela prouve combien ces pauvres types sont déconnectés des réalités du quidam moyen.
    Sur RMC ce matin, j’en entendais un (cheminot) qui défendait son beefsteack expliquant qu’on allait abroger des avantages qui dataient de 1940. Quand nous nous exclamons « enfin !! » ils répondent « intolérable de ne pas sucer la bête jusqu’à ce qu’elle meure ».

    1. Sabrauclair

      Les avantages datent donc bien d’une époque où les conditions de travail n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui (locomotives à vapeur).

      Mais maintenant que le conducteur est bien au chaud dans sa cabine on ne voit pas bien pourquoi l’avantage perdurerait.

      1. petit-chat

        Pour la même raison que celle qui pousse les escrocologistes à imposer le renoncement à l’énergie peu coûteuse (nucléaire) par une énergie très polluante (comme en Allemagne) : le charbon.
        Bien sûr, cette vision d’avenir échappe totalement aux lecteurs de ce blog qui ont renoncé à la Grande et Belle Socialie qui nous cerne.

        1. Aristarque

          Nous n’ avons pas renoncé dans la mesure où nous n’ avons même pas demandé qu’elle vienne à l’ existence….

        2. Ano59

          En France on se prépare même à occuper une place privilégiée dans l’industrie du charbon avec la réouverture programmée des mines chères (c’est le cas de le dire) à cet inimitable Montebourg.

  14. Aristarque

    Cela dit, ne nous emballons pas trop vite. Il y a un tel engouement pour le collectivisme niveleur dans ce pays que sa disparition ne soit que très temporaire. Elle renaitrait facilement de ses cendres, telle le phénix mythologique.

    1. Caton

      Historiquement, après une catastrophe, les yeux restent ouverts deux, maximum trois générations… après quoi les mêmes erreurs stupides sont commises à nouveau.

      1. yp

        Nous sommes encore loin d’un constat d’échec. Le socialisme est loin d’être mort et je doute que cette idéologie écoeurante meure un jour : c’est toujours la faute à une variante du socialisme pas assez pure ou pas assez bien appliquée.

        Par ailleurs, reste encore en france plein d’argent des autres à piller et par conséquent, l’agonie va durer encore quelques années, dans le meilleur des cas ; de nombreuses de libertés auront disparues avant que les 99% de la population française qui soutiennent cette idéologie n’ouvrent les yeux, s’ils les ouvrent jamais…

        1. André Rosa

          Le socialisme est plus qu’une idéologie: c’est un phénomène religieux. C’est la principale figure du messianisme terrestre.
          En tant qu’ersatz du christianisme, il croit – inconsciemment – pouvoir vivre des promesses qui ont été données à l’Eglise: « les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle ».
          Cela explique qu’il y ait (eu) tant de bonnes âmes qui s’y soient fourvoyées.
          Le réalisme des libéraux est un bon médicament contre le socialisme. Mais il ne suffira pas…

    2. royaumont

      Pierre Bourdieu (pourtant classé antilibéral) disait :
      « l’état est un mythe au travers duquel tout le monde cherche à vivre au dépend de tout le monde ».
      L’etat providence in fine ne fait donc que des perdants. Le tout est de s’en rendre compte…

    3. petit-chat

      « Elle renaitrait facilement de ses cendres, telle le phénix mythologique ».
      J’aurais dit « tel un zombie »…

  15. Gerldam

    Vos billets, H16 sont toujours plein d’humour, souvent jouissifs, mais là, c’est du grand art, de la verve d’un grand tribun. A encadrer, Messeigneurs, et à diffuser largement!
    J’ajouterai que la proportion des français qui accepteraient des réformes d’inspiration libérale ne se mesurent pas au score de Nous Citoyens. Les sondages (je sais, je sais..) montrent que les français sont en avance sur les poltiques (pas difficile, cf. ci-dessus). Les émissions de BFM Business sont pas mal suivies et certains socialistes osent se montrer chez Nicolas Doze, souvent pour se faire ridiculiser devant de vrais entrepreneurs. Dans mon entourage, il est vrai composé essentiellement de patrons de TPE ou PME, pas un qui ne partagent nos idées libérales. Certains sont même assez violents devant les règlementations absurdes qu’on leur balance tous les mois dans les dents et les fonctionnaires qui prennent un malin plaisir à les emmerder.

    1. Caton

      BFM Business fait plus dans le capitalisme de connivence que dans le libéralisme. Et Nicolas Doze reste un collectiviste qui croit aux bienfaits de l’intervention d’état, dès lors qu’elle va dans son sens.

        1. Caton

          Ben voilà, au lieu d’être carrément mauvais, il est juste très médiocre, et c’est devenu un exploit en France. Par contraste certains le trouvent bon.

          O tempora, o mores!
          Senatus haec intellegit, consul videt; hic tamen vivit. Vivit?

          1. sam00

            Certes, on aimerait qu’il soit un peu plus libéral dans ses éditos, mais bon c’est toujours ça de pris.

            Et puis, il y a aussi une énorme différence entre BFM-TV et BFM-Business

            Franchement sur BFM-Business il y a des émissions qui valent leur pesant de cacahuètes
            Entre les experts (avec Doze justement) où les invités sont souvent de bonne qualité (je pense à Charles Gave, Alain Madelin, Philippe Manière, Laurent Vronski et bien d’autres) avec des débats d’excellente qualité que l’on aimerait voir à la télé à des heures de forte audience

            Les émissions avec Olivier Delamarche sont aussi assez excellentes vu qu’il appelle un chat un chat, et ose expliquer quelques réalités comptables qui sont douloureuses pour beaucoup.

            Évidement, ça pourrait être encore meilleur, mais bon … si on compare à des trucs genre mots croisés … y’a quand même une sacré différence

                1. gameover

                  Euh… oui… ah… euh…euh… une interview de 5 minutes euh… dure une demi heure. Et en plus euh… son refrain est « je vous l’avez dit euh… en 2008 ». Et quand on voit comment son fonds ah…. est géré euh… on se dit qu’il ferait mieux d’arrêter.

        2. Toufou

          « Ne soyons pas méchant. Il est un des rares journalistes économiques audibles. Perso, je le trouve plutôt bon. »

          Moi aussi et pour les raisons suivantes :
          – il fait l’effort de se tenir au courant et de comprendre les sujets évoqués (tellement rare dans le PAF français),
          – il donne toujours la parole à celui qui fait l’objet du débat
          – il ne donne pas dans la bien pensance démago (le FN est étudié sous l’angle de ses propositions et non comme « la bête immonde » par exemple)

          Mais d’une façon générale, les confrères journalistes/intervenants sont pas mauvais non plus. Lechypre est pertinent, même s’il affiche un peu trop ses idées à mon gout et ceci bien qu’elles soient les miennes). Celui qui a un nom a consonnance arabe (j’arrive pas à me remérer son nom désolé pour lui) connait bien ses sujets. Etc..
          Bref ça fait plaisir d’entendre des mecs qui sont interessés par ce qu’ils font et qui sont pas journalistes juste pour être journaliste.

      1. Honorbrachios

        @Caton,
        perso, je ne suis bien sur pas dans sa tête, mais il doit avoir pas mal de contraintes, notamment, celles de ne pas dire trop de mal des socialos, et celles de trouver des trucs positifs à dire sur la situation en france (et c’est pas évident!)
        Parce qu’on connait la méthode socialo qui consiste à casser les thermomètres plutôt que chercher à résoudre (vraiment) les problèmes, il leur serait facile de supprimer la fréquence tnt sur l’idf, et les empêcher de grandir

        1. Toufou

          Je pense qu’il s’agit d’une démarche volontariste de sa part (je me fie à ce que je l’entends dire).
          D’abord sans doute parce que le métier de journaliste n’est ni de faire le béni-oui-oui , ni de tout critiquer à priori, mais avant tout réfléchir. Je pense qu’il est difficile de rester objectif si vous critiquez tout tout le temps.
          Aussi parce que c’est son trait de caractère. On voit bien, Madelin qui est souvent appelé à intervenir, avec qui il semble bien s’entendre a exactement la même approche.

      2. Martini

        Doze est très clairement un des journalistes les plus libéral de France. Je ne suis pas du tout d’accord avec vous Caton, c’est un des rares qui fustige toutes les conneries collectivistes (cf. Loi ALUR récemment).

    2. Jeanpierre

      A propos de l’avancée du libéralisme en France, j’ai eu l’occasion d’écouter quelques conférences, surtout sur des questions sociales mais aussi politiques. Dans ces conférences, il est arrivé que l’intervenant aborde la question du libéralisme. Ce dernier n’est jamais pris comme le fruit d’une réflexion qui part des observations des échanges au sein des sociétés, etc. Pour les intervenants que j’ai entendu, on sent que le libéralisme est une idéologie fondé par A. Smith et que « c’est pas bien ». Et, avec le déroulement de la conférence, on entend des trucs surprenants : ce type, ennemi de la finance apatride et blablabla, dénonce les normes et l’intervention de l’état tous azimuts et voudraient retrouver de l’autonomie. Ce sont les éléments qui reviennent le plus souvent.
      J’en ai tiré comme conclusion que ce qu’ils prennent pour du libéralisme est le capitalisme de connivence et les privilèges, et des idées libérales basiques commencent à faire doucement leur chemin (état de droit, périmètre limité de l’état, responsabilité et liberté). J’ai jamais essayé mais je pense qu’ils seraient très décontenancés si on leur disait qu’ils tiennent des propos libéraux.

      1. Before

        C’est ce que je crois (et pourtant je suis pessimiste de nature) : il y a beaucoup de M.Jourdain qui ont des idées libérales sans le savoir…

        1. Nyamba

          Certains se braquent quand on leur fait remarquer, d’ailleurs. Il est plus simple (et moins sujet à dispute stérile) d’abonder dans leur sens quand ils défendent des idées intéressantes, et d’étoffer la réflexion par des exemples concrets.

          Bref, en gros il s’agit de faire de la propagande douce, non ?

            1. Voleurdufeu

              Finalement, c’est bien ce qu’a fait le vieux Deng en baptisant ses réformes « économie socialiste de marché ». Au fond, ça ne trompait sans doute personne, mais ça permettait à tout le monde de sauver la face et de voir venir.
              Où mettrions-nous notre Shenzhen? Il avait choisi un endroit désert (petit port de pêcheurs),mais près d’un grand centre économique (HK)…Hmmm? Douvres ou Forbach?

              1. yp

                Je viens de découvrir qu’avant 1979 Shenzhen n’était qu’un petit village de pêcheurs (dixit wikipedia…)

                Mais un « village » selon les critères chinois (314000 habitants en 1979 même si c’est peu par apport aux 10,5 millions recensés en 2011…)

              1. Hatchet Jack

                Bah, tant va la cruche à l’eau (attention aux requins) qu’à la fin, elle se case (de l’oncle T)…. bises, chère amie !

        2. Toufou

          Meme constat.
          Je connais beaucoup de socialistes autoproclamés qui tiennent des propos très libéraux sans s’en rendre compte. Mais effectivement il ne faut pas le faire remarquer 🙂
          Savent-ils seulement que les libéraux étaient historiquement « la gauche » par opposition aux conservateurs royalistes ? (ce qui apparait clairement aux USA, ou le terme « libéral » se confond avec « socialiste »).

  16. Bof

    Ces Schtroumpfs font grève alors même que le projet de loi en question est insipide et ne touche à rien de ce qu’il faudrait réformer.
    Puisqu’il y a grève de toute manière, pourquoi ne pas en profiter pour supprimer tous leurs « droizacquis » ? Fin des régimes spéciaux de retraite, des billets gratos pour belle-maman, du statu de cheminot, instauration de la concurrence (y compris par des lignes régulières de bus).
    Ils feront toujours grève, mais au moins au bout de celle-ci, il y aurait de vraies économies de réalisées, et de vraies nouveaux services proposés aux Français.

    1. Toufou

      Moi ce que je me demande, c’est pourquoi Groballour s’engage là dedans.
      2017 c’est pas dans longtemps. Qu’est ce qu’il va s’emmerder à tirer dans les pieds de ses plus fidèles électeurs ? Bizarre. Je ne pense pas non plus que ce type de réformette à la noix ait grand effet sur les voisins européens. Alors je ne vois pas l’interet politique.

  17. Béatrice

    Merci H16
    Je viens très régulièrement ici, et si je commente rarement, j’apprécie quasiment toujours, mais je dois dire qu’aujourd’hui, c’est particulièrement superbe, sur la forme ( même si moi-président et j’assume-oui-j’assume ont quelque peu galvaudé l’anaphore ces derniers temps, ça reste une figure de style qui a de la gueule…), et bien sûr sur le fond : votre texte fait partie de ceux dont on se dit à la lecture : oui c’est ça, c’est exactement ça, c’est vraiment ce que je pense… !
    Merci à vous, je vous laisse, j’est poney…

    1. Adolfo Ramirez Jr

      Et même si ça a été financé en partie par la région NPdC, le club de Lille (LOSC) refuse de le prêter ou de le louer au club de Lens, car leur stade est en rénovation.
      Le public paye, le privé s’approprie.

    1. brondillant

      vu, dans une commune du val d’oise, une note interne (affichée) promettant une prime , devant l’énormité de l’absentéisme, pour ceux qui embaucheraient à l’heure !
      Commune de droite, je pouffe.

      1. gameover

        L’autorisation d’arriver en retard de plus d’une heure aux épreuves du BAC est un peu du même tonneau. On normalise des situations exceptionnelles et on règle les conséquences au lieu des causes.

        Je viens de voir d’ailleurs que les gilets rouges ou jaunes de la SNCF étaient du personnel administratif qui n’a rien à foutre pendant les grèves, 10,000 quand même ! Mais certainement rien à foutre aussi hors grèves. Je pensais que ces gilets étaient des intérims.

        http://www.lefigaro.fr/societes/2014/06/17/20005-20140617ARTFIG00010-qui-sont-les-gilets-rouges-de-la-sncf.php

  18. Danydan

    La Sncf appartient à l’état, elle est dirigée par le gouvernement, le gouvernement est le fruit d’une élection. Puisque la Cgt, FdG, … contestent la décision du gouvernement et prennent les usagers en otage, ils sont donc antirépublicains, soit exactement ce qu’ils essayent de dénoncer à propos du FN, ils doivent donc être interdits (ce qu’ils réclament à propos du FN).

  19. Nemrod

    Rhoo, que vous êtes méchants avec ces bons apôtres du socialisme.
    Pas demain la veille que l’on va en être débarrassé.
    Une petite crise vite oubliée dans l’accession au bonheur ultime et partageux voilà tout.

    Et puis le retournement est là, nos vaillant guerriers n’ont ils pas déjoué hier les suppôts Honduriens du grand capital, comme leur avait ordonné nôtre bon Roi Solex !

    Vive la Fraonce !

    1. Eole

      Et en plus, ils pourraient battre la Suisse, ces horribles capitalistes qui travaillent, qui sont pleins de fric, qui pratiquent le referendum à tout va, et pi leur président ne l’est que pour une année, c’est troporible

      1. MadeInCH

        Je suis Suisse Romand.

        Je peux vous dire que la majorité des Romands suivent les Bleus de près.
        Pour se délecter de leurs déboires.

        Ce serait affreux si les Bleus gagnent.

        1. Black Mamba

          Ah ! Qu’est ce que j’ai été déçu de voir que l’équipe de France avait gagné hier soir … Bon , au moins ils ont pris plein de coup, ils doivent être criblé d’ecchymose … Allez ! Les Bleus :mrgreen:

  20. lazare

    Comment oublier que dans l’état de la gauche une des causes premières git en sa mise en place du « grand remplacement de population » initier certes par Giscard et Chirac, mais prenant aujourd’hui des proportions jamais vues.
    S’il faut être libéral jusqu’au bout, alors laissons venir les dizaines de millions d’africains et les dizaines de millions de maghrébins qui rêves de nos aides sociales et qui même sans elles préfèrerons toujours l’Europe à leurs différents pays.

    1. Sauf qu’en pratique, lorsqu’ils ne viennent pas pour les aides, ils ne font que passer par la France mais n’y restent pas.

      1. Nyamba

        Pour faire passer la pilule : suppression des aides ET des prélèvements… ?
        Meuh non, arrêtez, ça frise le délire, là.

        1. Toufou

          C’était Giscard.
          A l’époque on voulait que les immigrés restent, à la demande du patronat qui avait besoin de bras (pas cher si possible) …
          Il faut dire aussi qu’à l’époque les immigrés venaient pour travailler il y avait moins d’aides

          1. Calvin

            L’immigration est toujours le résultat d’une politique libérale : le laissez passer n’est pas réservé aux produits mais aussi aux gens.
            Ensuite, il y a deux types de politique migratoire :
            – venez travailler chez nous,
            – venez survivre chez nous.
            Le problème n’est pas l’immigration mais l’ensemble des aides sociales.

          2. yp

            Calvin : +1

            Si vous n’affichez pas un grand panneau « viendez, ici on rase gratis », que votre administration est réputée foutre la paix aux honnêtes gens et être intraitable avec les fouteurs de merde, vous attirerez un tout autre genre d’immigration…

            1. gameover

              A propos de fouteurs de merde:

              Un « responsable » du syndicat SUD ce matin sur RMC (radio frontiste, chuuut !) :

              Dixit : « Faut arrêter de croire qu’on est dans un monde de bisounours : quand on est en grève tous les moyens sont bons pour se faire entendre, même la dégradation de l’outil de travail, sinon ça sert à quoi. »

              J’ai une version client SNCF : « Quand on est client SNCF, tous les moyens sont bons pour faire entendre son mécontentement : casser la gueule à un syndicaliste et foutre le feu à sa voiture et à son logement, sinon ça sert à quoi ».

              Ca marche aussi avec les députés.

    1. Caton

      Oui. Cela va prendre du temps, bien sûr, mais une fois le pays détruit, il sera reconstruit.

      Ce que je me demande c’est sous quelle forme: libérale, théocratique ou soviétique?

      1. Before

        Je parie pour une théocratie soviétique. Ce sera nouveau. Ou un régime socialisto-religieux. Ou national-socialiste.
        Ou n’importe quoi pourvu qu’il y ait du bon gros socialisme dedans (j’ai prévenu plus haut que j’étais pessimiste).

        1. Hatchet Jack

          Gibbon est pas mauvais, sur ce sujet… les idées devenues « folles » du Christianisme – comme disait Chesterton – ne sont que la facette ancienne du Socialisme…

  21. David

    En plus d’avoir une plume extrêmement talentueuse, H16 est un as du photoshop.

    La TRONCHE de Valse : quelle marrade ! (heureusement cette fois j’avais fini mon café avant …)

    merci !

  22. Olivier Vitri

    À tous les fans de séries télévisées, pour ceux qui ont suivi The Walking Dead, on peut voir que les zombies sont pires que tout, impossible de s’en débarrasser. Alors des zombies socialistes, je ne vous dis pas.

  23. Von Mises

    Bravo H16 !!
    Encore plus brillant que d’habitude …
    Pour info cependant, rien de nouveau sous le soleil ; déjà en 1944, Von Hayek a parfaitement décrit dans ‘the road to serfdom’ (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Route_de_la_servitude ), le phénomène de déliquescence politique en cours actuellement en France, à savoir la dérive du socialisme (de droite comme de gauche) vers un totalitarisme assumé, qu’il soit de droite (Hitler à l’ époque, grâce à ses bataillons de Nationaux Socialistes – Nazis anyone ???) ou de gauche – le Communisme (Staline à l’époque) ;
    La preuve en est que le gros des bataillons de Le Pen aujourd’hui sont d’anciens communistes, comme Jacques Doriot – ancien dirigeant du PCF – qui s’est vite recyclé collabo pur et dur par la suite (voir https://www.youtube.com/watch?v=LjeMq50bHSI ) ;
    Combien de SudRail votent aujourd’hui MLP ? Je dirais la majorité …
    Alors, vous préférez qui ? Valls ou MLP ?
    La suite du film est parfaitement décrite par Hayek, et vu le stade d’hébétude avancée de la société française, l’issue ne fait plus aucun doute ;
    Ce pays est foutu, c’est vrai, et le Golem a désormais atteint le stade de la métastase…
    Petit ‘espoir’ cependant, …un arrêt cardiaque pourrait intervenir avant, par effondrement du système bancaire mondial actuel, dont l’impact serait formidable sur un pays sclérosé comme la France.
    Question boulot, je me régale …Je travaille sur les marchés financiers depuis 20 ans +, et la plupart des voyants passent progressivement au rouge … devant nos terminaux Bloomberg, bain de sang en vue, on prépare les kalachnikovs …
    Voir en particulier Marc Faber, qui a prévu toutes les crises depuis 30 ans, et prévoit le Big One pour 2014 (http://video.cnbc.com/gallery/?video=3000271474 ) ;
    Autres Warnings, dans le désordre :
    Le ‘margin debt’ à la baisse, qui a toujours indiqué un retournement brutal des marchés (http://www.advisorperspectives.com/dshort/updates/NYSE-Margin-Debt-and-the-SPX.php ),

    Le BDI qui reste à un niveau historiquement bas : http://www.investmenttools.com/futures/bdi_baltic_dry_index.htm

    Et l’économie ‘réelle’ / Main street – qui ne repart toujours pas :
    Money multiplier au plus bas depuis 30 ans :
    http://research.stlouisfed.org/fred2/series/MULT

    Ainsi que la ‘velocity of money’ : http://research.stlouisfed.org/fred2/series/M2V, au plus bas depuis 50 ANS…
    véritables indicateurs de la qualité de la soit disant ‘reprise’..

    Il n’y a pas de reprise … point barre, et les énormes sommes engagées en particuliers dans les produits dérivés nous promettent un final grandiose, en direct des Dark Pools et autres plateformes de lancement BATS et autres Direct Edge …voir http://www.cnbc.com/id/101544772, ou comment ‘scalper’ – c’est le terme – tout ce qui dépasse …

    Pour vous donner un ordre d’idée de la bombe à retardement sous vos pieds, réfléchissez à ce chiffre :
    55 milles milliards d’euros … soit 20 fois le PNB de l’Allemagne, c’est l’exposition en produits dérivés de la seule Deutsche Bank à ce jour (voir http://www.zerohedge.com/news/2013-04-29/728-trillion-presenting-bank-biggest-derivative-exposure-world-hint-not-jpmorgan ) … quel feu d’artifice se prépare … un régal …
    Et ne croyez pas que les banques françaises ne sont pas dans le coup …

    Enfin, pour finir en musique, voir et revoir – enfin traduit en Français / merci Contrepoints …même les CGTistes peuvent comprendre – l’excellente vidéo de Econstories … http://www.dailymotion.com/video/xism1z_fight-of-the-century-keynes-vs-hayek-round-two-vostfr_news

    Pour info, il y a pas mal de Libéraux connus dans la foule / voir en particulier le Security Officer Mike Munger… avec de bonnes idées à profusion …

    Stay tuned !!!

    1. Hatchet Jack

      You bet I will ! been expecting the Big One for a good few years… who will write the next Domesday Book ?

      « O Abîme, tu es le Dieu unique. Les larmes de tous les peuples sont de vraies larmes ; les rêves de tous les sages renferment une part de vérité.

      Tout n’est ici-bas que symbole et que songe. Les dieux passent comme les hommes, et il ne serait pas bon qu’ils fussent éternels.

      La foi qu’on a eue ne doit jamais être une chaîne.
      On est quitte envers elle quand on l’a soigneusement roulée dans le linceul de pourpre où dorment les dieux morts. »

    2. Ladioss

      On s’en fout, les banques centrales rachètent à tour des bras des actions avec de l’argent qu’elles viennent d’imprimer. On peux reculer The Big One un bon moment ainsi, et la bourse continuer de monter sans raisons, tandis que le citoyen ordinaire continuera de s’appauvrir sans comprendre pourquoi…

      1. Von Mises

        la réalité rattrape TOUJOURS la fiction …
        la liste est longue: les assignats, les bons anonymes, les emprunts russes, etc… on continue ???
        et ça a fini comment ?
        on en est au stade du ‘too big to fail’ …et Hollande joue avec le feu sur ce registre … ça me rappelle la bulle internet, où les critères d’évaluations des boîtes, en particulier le ROI étaient ‘not meaningful’ … tout un poeme … j’ en connais plein qui ont fini en slip …
        en fait, Hollande nous fait du Péronisme à la française, avec Evita au balcon (notre Segolenitude querida …) .
        L’ Argentine était la 9ème économie mondiale dans les années 50,
        y ahora …

        La France va finir comme ça:
        https://www.youtube.com/watch?v=aulW9uVTCmw

        hasta siempre Commandante Hollande …

        1. Hatchet Jack

          Je viens de lire dans le livre de Delaprée – « Mort en Espagne » – une postface de Pierre Lazareff (puisque D écrivait pour « Paris Soir ») mentionnant que, parmi les autres journalistes l’accompagnant, il y avait le très ambigu Sefton Delmer…

          Et mention d’une photo montrant le même D, portant dans le dos une pancarte « Homme valide, Licenciè ès-lettres, Marié, Père de quatre enfants, A louer pour n’importe quel travail ».

          Je me demande si nous n’allons pas revoir bientôt de tels spectacles… et ce ne sont pas les évènements d’Irak et d’Ukraine qui vont me donner confiance en l’avenir…

        2. val

          @Von Mises , bien d’accord avec vous , la réalité dépasse toujours la fiction, quelque soit le domaine d’ailleurs . L’avenir ne risque pas de contredire cet adage. Ca va secouer , tres fort , la sauvagerie qui sortira de la boîte dépassera sans doute tout ce que l’on peut imaginer.

  24. val

    un beau matin de 2015, mollande frise les 2% de popularité, apres une scène entre élus PS que Racine n’aurait pas reniée, le sang en moins (zut alors), les fautes d’orthographes en plus (oui oui même à l’oral) le parti PS est dissous. A gauche c’est la consternation : les pleureuses de nos admin s’arrachent les cheveux , les intermittents se roulent par terre, DSK court nu la kiqu**tte en main, nos journaleux ont une mine crayeuse : »la patrie est en danger, la bête immonde va fondre sur notre belle république menacée » Valls , arbore une mine sombre et démissionne la main sur le coeur il dit : » Ahhhh j’ai échoué , bla bla patrie en danger bla bla , se cesser les querelles bla bla , un mal brun et putride nous menace bla bla , la guerre est à nos portes blibli  »
    Il se tire solennellement (dommage pas une balle), la larme à l’oeil, la lippe en rebord de cagadou .
    Il fonde un nouveau parti , je lui suggère RPS, s’il ne veut pas se fouler.
    La fausse droite joue au frisbee et a piscine pendant ce temps la , prouvant une fois de plus son sens inné de la stratégie.
    Hop Vals se propulse homme providentiel qui va sauver la France (ie. ses cohortes de fonctionnaires et assimilés) et pif le tour et joué , et voila le travail .
    Bon , bien joué les stratèges , je n’aurais pas mieux fait . Mais bon, ils ont pompé sur Chirac quand même.

    1. Nyamba

      L’effet Pouf-pouf… C’est terrifiant O_o !

      M’autoriseriez-vous, chère Val, ces quelques propositions (histoire de tatillonner un peu, et parce que je n’ai honte de rien) ?
      – « nos journaleux ont une mine crayeuse » : ont une mine de crayon, non ?
      – « la bête immonde va fondre sur notre belle république » : j’aurais mis cette dernière en deux mots, par souci d’exactitude…
      – « Valls, arbore une mine sombre et démissionne la main sur le coeur il dit : […] se cesser les queNelles ». J’avoue, elle est facile…

      J’en chercherais bien d’autres, mais je suis censée faire semblant de travailler :mrgreen:

      1. val

        Merci Nyamba 🙂 mais je ne prétends pas arriver à la cheville de notre bien aimé Pouf Pouf dont le style poético-déjanté est inimitable

  25. Ladioss

    Un de vos meilleurs articles.

    Il faut que la gauche disparaisse car, en préférant défendre les avantages acquis de son électorat tout en laissant crever dans son caniveau le SDF, elle a perdu depuis belle lurette toute prétention aux idéaux humanistes qu’elle prétendait incarner à une lointaine époque.

  26. Týr

    « Et quand tout le monde pense pareil, plus personne ne pense rien du tout. »

    J’imagine que c’est une référence à Walter Lippman disant : « Where all think alike, no one thinks very much ».

    1. David

      «  »Rien ne peut se faire sans vous », a déclaré lundi Manuel Valls aux organisations patronales et syndicales »

      plaît-il ???

      Ce que les Français demandent, c’est : toujours plus de subventions, d’allocations, d’aides sociales ; toujours plus d’indemnités, de prestations, de subsides ; toujours plus de prébendes, de dédommagements, de compensations.

      L’immense majorité des habitants de ce pays ne demande qu’une chose : toujours plus de possibilités de vivre aux crochets des autres.

      « Rien ne peut se faire sans vous » … Quand le robinet à pognon va se fermer, ça va faire très mal …

  27. Hugues001001

    Cher H16, je peux réutiliser l’image du tweet de SUD ? C’est tellement grandiose que ça mérite d’être diffusé largement.
    Merci.

  28. Eric B.

    Pour ceux qui comprennent l’anglais:
    http://www.spectator.co.uk/features/9169081/why-i-wont-let-my-children-learn-french/

    H16, d’une plume remarquablement précise mais avant-tout divertissante et ludique, nous décrit quotidiennement l’état pre-mortem du modèle eco-socialo français, et je m’en régale tous les jours toujours plus.

    De l’autre coté de la Manche , il y a la version hard-core, non-complexée, et qui en jette plein la gueule. Merci The Spectator!
    Maintenant je sais que je fais partie de cette vermine qui ne mérite pas de vivre, je me sens plus proche de ces fous Nazis… Désormais, j’exprimerai ma honte et mon dégoût d’être français, avant de démarrer une discussion avec un anglais, et ceci pour le rassurer.

    1. Hatchet Jack

      re : l’ardoise en tête de l’article avec l’inscription « Parlez Vous Français ? »

      Comme l’apprit à ses dépens Philippe Alméras dans son délicieux « Voyager avec Céline », si vous mettiez cette phrase dans une petite annonce aux USA, cela signifiait que vous êtes une call-girl (ou un call boy).

      Ceci dit, l’article est fort « tongue in cheek », et j’ai apprécié l’humour… Allez, ne commets pas l’irréparable (sauf si tu travailles chez France Telecom)…

      1. Eric B.

        Si je commet l’irréparable, mon assurance-vie ne donnera rien du tout à ma femme, règle US oblige! Je vais donc devoir faire part d’ingéniosité (disque de frein desserré, se trouver en dessous du deck qui s’effondre, percer un trou dans mon kayak, etc).
        Il n’y avait aucune haine de mon coté, je soulignai simplement le contraste entre le pragmatisme et la connaissance du sujet (La Fraonce) d’H16, et le bourrinage du lunatique Liam Mullone.

      2. gameover

        Oui tout comme on dit « capote anglaise » les anglais disent « french letter », idem avec « filer à l’anglaise ». French sick c’est la syphilis et « Pardon my french » quand on a dit une grossièreté.

        Les allemands font la même chose avec l’espagnol.

    2. David

      C’est curieux, parce qu’à NewYork l’apprentissage du français est considéré, dans les milieux huppés, comme étant du dernier chic ; on voit des expatriés frenchies aller donner des cours 5th Avenue …

      allez savoir pourquoi ?

      il est vrai que BigApple est une des (si ce n’est la) villes les plus ‘à gauche’ des States.

      1. bob razovski

        Ce que vous dites me fait penser à tous ces maoistes qui s’inscrivaient en chinois à l’université, dans les années 70, pas que pour découvrir la langue…

        La novlangue française serait-elle devenue le catalyseur des idées « progressistes » mondiales ? On n’est pas sorti de l’auberge…

      2. Black Mamba

        A Sydney lors d’une visite du Zoo ,je me suis retrouvé avec une famille australienne habitant à Melbourne …ils étaient très fière de me montrer que leur fiston apprenait le français.
        On s’était amusé à lui faire un cours de diction le temps de la traversée du téléphérique.

  29. pouf pouf

    C’est toujours le même problème, on devrait partir maintenant mais cela ne se peut pas. Je suis en train de travailler, je suis en train d’écrire cette phrase, je ne peux pas imaginer sortir pour le moment, j’ai tant de choses à faire. En ce moment, je collectionne les lubies drôles ou malsaines, les maladies des autres, les miennes et les factures. On ne peut me reprocher que mes goûts, mon goût acide et animé et mes collections, mes lubies drôles ou décousues de fil ou pas, les maladies des autres, le poison que j’inocule un peu tous les jours et toutes ces factures impayées.
    Evidemment, ma prochaine pièce, mon prochain coup comme les jeunes disent maintenant, c’est l’histoire d’un écrivain fauché qui ment à tous ses créanciers, tout le temps, pour en gagner pour payer plus avec, plus tard, parce que … on attend un certain gaudeau, aucun rapport je suis unique, ça ne s’écrit pas pareil, il revient des îles avec des ors, le père gaudeau d’alors, chez l’ancien maire de lille, le faiseur sera son titre. Je suis certain qu’elle va casser la baraque ma nouvelle pièce, avec de nouvelles virgules partout où il faut, enfin, le succès et les sous.

  30. Gnmtbk

    C’est vraiment un post magnifique. Merci pour ce travail exceptionnel, qui doit toucher au cœur tout le monde, quelque soit son orientation politique.

  31. pouf pouf

    Pour faire quoi avec en plus me direz-vous ? Que faire de la poésie ? Se la réciter dans sa tête en boucle comme un alcide nikopol de papier mâché ? Sur du papier amoché ? Lire dans le métro aux gens que ça emmerde ? Avez-vous lu pablo neruda racontant ses lectures à six mille ouvriers amassés-là sous un préau ? Mon dieu quand il en parle, c’est merveilleux, quel drôle de salopard que ce pablo, un drôle de mec qui parle un peu du rouge des fleurs de son enfance pour te mettre en confiance, puis qui est capable de t’emmener dans toutes les boues qu’il a arpenté, il te fait traverser la rue avec lui, humer la poussière, il ne promène pas son ennui de diplomate en croisières, pablo dans la boue, il s’insère dans la vie du peuple, le peuple est gentil. Prix international de la paix et même temps que pablo, c’est pour vous dire l’humour des institutions, deux pablos la même année. Tout ça pour dire que deux ans avant, monsieur neruda avait reçu le prix staline pour la paix. Le prix staline pour la paix, remis en mains propres, au stéphane aisselle d’avant. La poésie c’est parce que merde. Mère thérésa est une salope.

  32. christophe

    La gauche se meurt ? Et se rendra t-elle ? Jamais ?
    😉

    Sauf que… c’est embêtant… 18 millions de crétins, plus ou moins gauchistes, ont voté Hollande.

    Et 16,8 millions, plus ou moins gauchistes sur de nombreux sujets, ont voté pour Sarkozy.

    Quand même.

    Ce qui est en train de mourir, sous nos yeux, c’est « un » gouvernement (de tocards absolus), « un » parti (de minables), « une » majorité à l’Assemblée (de voyous, déments, escrocs rayez la mention inutile).

    Mais la gauche, le fond bien gauchiste d’une majorité de Français (une large majorité), il est toujours là.

    Pas bougé.

    -voyez vous des manifs pour demander le démantèlement du statut de la fonction publique ?
    -la privatisation de la Sécu ?
    -la réduction massive du périmètre d’action de l’état mafieux ?
    -le licenciement de 1 million (au bas mots) de parasites fonctionnaires ?
    -la démantèlement du Code du travail ?
    -l’interdiction du droit de grève dans la fonction publique ?
    -les régimes spéciaux de retraite ?
    -la dissolution des syndicats « représentatifs », vulgaires associations mafieuses ?

    Etc. etc.

    La liste est sans fin.

    Alors, non, désolé la « gauche » ne meurt pas.

    Elle va nous coller aux semelles pendant très longtemps.

  33. lxy

    Comment ? Mais si les libéraux sont nombreux en France, il suffit de compter tous les lecteurs de h16free.com et de contrpoints.org. Ca en fait du monde !
    J’ai en magasin une longue liste d’exemples de gestion « libérale » ou « libérée » qui me font passer pour un fou dangereux ou un extra-terrestre quand je les évoque en public :
    – La France est le seul pays où la production et le distribution d’électricité est assurée par un monopole public…partout ailleurs ce sont des sociétés de droit privé.
    – A Londres chaque ligne d’autobus est gérée par une entreprise privée différente (y compris la Ratp)
    – En Suisse il n’y a(vait) pas de Ministère de l’Education.
    – En Suisse les enseignants ne sont pas fonctionnaires.
    – En Suisse les programme scolaires sont fixés par chaque canton.
    – Aux Pays-bas, pays très bien classé dans les comparatifs internationaux, un tiers des élèves sont inscrits dans des étalissement privés. A Londres le pourcentage est de 25% (comme en Bretagne !)
    – En Suisse moins de 30% des jeunes est titulaire d’un équivalent « baccalauréat »
    – En Espagne pour fixer le montant des impôts à payer chaque année par chaque restaurant, un inspecteur passe pour compter le nombre de couverts, fixe un montant …et c’est terminé.
    – En Suède tous les services publics « non régaliens » ont été progressivement désétatisés : transports publics, hôpitaux, crèches, établissement d’enseignement, pôle emploi … (le cahier des charges à respecter pour les maternelles tient en 17 pages format A4 à comparer aux tonnes de circulaires et d’instructions, reçues chaque année par une directrice d’école maternelle française.

    1. Aristarque

      Je ne crois pas que ces députés avaient annoncé cela dans leurs profession de foi… Ils ont bien entendu le message subliminal de leurs mandants qui acceptaient in petto de leur octroyer pareille douceur pour amoindrir leur douleur du chômage…
      Ce doit être quelque chose comme celle là… 😈

    2. gameover

      « … une bonne nouvelle… »

      J’espère que le lait dans ton frigo est un peu plus frais que cette « nouvelle » qui date de 2007 ! Bon, d’accord ça ne lui enlève pas son coté inacceptable de députés qui s’auto-votent des avantages payés par notre porte-monnaie.

    3. petit-chat

      Comme la gauche se meurt, j’ai pensé que, pour les nostalgiques, cette nouvelle aussi fraîche qu’un camembert en plein soleil (j’ai piqué cette phrase sur un commentaire !) allait égayer cette journée…!

  34. Tribuliste

    Valls a besoin que la gauche « meure » pour garder l’espoir d’être présidentiable, secouer le mamouth à la rpr/ump et envisager un candidat dissident mais légal aux yeux des gôchistes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.