Filippetti contre Amazon : Aurélie, ô désespoir !

Sacré Orélifilipéti ! L’onomatopée officielle du gouvernement et ministre de la Culture à ses heures creuses a décidé, une nouvelle fois, d’entrer en lutte contre le monde méchant aux aspérités trop prononcées. Apprenant, sans doute par un coup de fil d’un des lobbyistes abonnés à son cabinet, qu’Amazon et Hachette se disputaient âprement par voie de presse le droit de baisser ou geler le prix du livre électronique, elle s’est donc empressée de prendre immédiatement (et bruyamment position). Contre Amazon, bien sûr.

Avec la fougue et la pertinence qui la caractérisent depuis qu’elle grenouille à son poste, la ministricule s’est donc employée à expliquer sa position, pas toujours claire mais tout de même très tranchée. Pour Aurélie, pas de doute : en utilisant sa position dominante, Amazon forcerait les auteurs de livres à accepter une baisse du prix de leurs productions en format électronique, afin d’offrir un meilleur rapport qualité-prix aux consommateurs qui, plus nombreux, compenseraient largement cette baisse. Et comme certains auteurs et distributeurs, au premier rang desquels se trouve Hachette, refusent cette baisse, Amazon a décidé de ne pas diffuser leurs produits. Et ça, c’est scandaleux. Pardon. C’est « inqualifiable » :

« Cet épisode est une nouvelle révélation des pratiques inqualifiables et anticoncurrentielles d’Amazon. C’est un abus de position dominante et une atteinte inacceptable contre l’accès aux livres. Amazon porte atteinte à la diversité littéraire et éditoriale. »

Oui, vous avez bien compris : en choisissant ce qu’il mettrait sur ses étagères virtuelles, le libraire Amazon se comporte comme un goujat inqualifiable avec des gros morceaux d’anticoncurrence et d’atteinte contre l’accès aux livres qui est un Droit de l’Homme imprescriptible. Notez tout de même que, de son côté, lorsque Hachette fait la même chose (et se fait enquiquiner par la justice américaine exactement pour ça), là, en revanche, Aurélie ne dit rien. Les droits de l’homme imprescriptibles d’avoir de la bonne bibliodiversité et de l’éditoralité citoyenne ne s’étendent pas aux acteurs français du marché, anti-américanisme primaire oblige.

aurélie en a marre de amazon

Mais voilà. Si l’on y réfléchit deux minutes, toute cette affaire démontre encore l’ineptie des saillies ministérielles.

Comme le souligne fort justement Frédéric Mas dans un récent article sur Contrepoints, la ministre n’a rien à faire dans cette histoire. C’est d’ailleurs probablement la raison pour laquelle elle s’empresse d’émettre un maximum de décibel avec ses muscles vocaux, mais la question demeure : que vient-elle faire dans ce conflit ? Les acteurs concernés sont privés, et ont une querelle privée que des tribunaux, hors de France, seraient en mesure de juger et ce, même sans l’indispensable opinion de Filippetti. Les griefs des uns et des autres, en outre, n’intéressent en rien la ministricule : ou bien Amazon gagne, et le prix des livres électronique baissera, ce qui est excellent pour la diffusion de la culture (Aurélie, si elle était cohérente, devrait donc être pour). Et si Hachette gagne, des auteurs pourront continuer à voir leur production s’écouler par le géant internet (et là encore, Aurélie aurait tort d’être contre). Autrement dit, peu importe l’issue de la querelle picrocholine qui anime les parties prenantes de ce conflit, la Culture n’apparaît absolument pas menacée, et les auteurs et leurs livres trouveront toujours leur public.

Une autre question titille l’esprit : pourquoi prend-elle parti contre Amazon ? Comme on l’a vu, prendre parti est tout de même assez incohérent pour une ministre de la Culture qui, de surcroît, clame ubi & orbi qu’elle défend un « écosystème du livre en entier, pas un acteur en particulier ». Tous les observateurs ont du mal à comprendre pourquoi, dans la bouche de Filippetti, c’est toujours, systématiquement, Amazon qui prend une avoinée. Coïncidence ? Au bout d’un certain nombre d’occurrences (on ne les compte même plus), on n’y croit plus. D’ailleurs, même Aurélie ne croit pas à ses propres bobards lorsqu’elle ajoute :

« Ce sont des banderilles que nous continuerons à planter dans le flanc d’Amazon »

aurélie plante des banderillesEt vlan. C’est donc bien d’un combat qu’il s’agit, et celui qu’il faut abattre ne fait aucun doute. Pour la ministre, Amazon doit tomber. Quand ce n’est pas pour le prix unique du livre (qui a fait tant de bien à la France comme en témoigne le nombre toujours plus faible de petits libraires), ce sera contre l’exemption des frais de ports (contournée par le vendeur internet avec facturation d’un centime, manœuvre habile et camouflet magnifique pour nos législateurs en culotte courte). Et tant pis si ce conflit, parfaitement ridicule, aurait dû être arbitré par le consommateur, et seulement lui. Tant pis si les exactions de la ministre aboutissent systématiquement au renchérissement des biens et services proposés par les uns et les autres (Amazon ici), et que le consommateur, toujours lui, se trouve lésé. Il faut bien comprendre quelque chose : la ministre se fiche du pouvoir d’achat des Français. Les consommateurs, elle s’en tamponne vigoureusement. Autant elle fera assaut d’hypocrisie et de petites bassesses pour l’électeur, autant le contribuable la laisse totalement froide et le consommateur, indifférente. Ne l’oubliez pas : pour une socialiste, ces considérations pour le consommateur sont de l’ordre du scatologique. On n’en parle pas, on n’y fait pas attention, et jamais, ô grand jamais, on n’y met les doigts. C’est sale. Berk.

Et puis, qu’a-t-elle donc à gagner en prenant ainsi parti ?

CorporatismeOh, bien sûr, il semble évident que les collusions habituelles des politiciens et du capitalisme de connivence (représenté, ici, par Hachette et sa clique) ne sont plus à démontrer. Nul doute ici que la ministre bénéficiera un jour d’un retour d’ascenseur. Il faudra sans doute attendre quelques années, mais on ne peut pas écarter de retrouver un jour l’effervescente pimbêche à la tête d’un des services du groupe d’édition français, tout comme il fut évident, il y a quelques années, que le soutien presque amoureux d’Albanel à Orange / France-Télécom lui permettrait, un jour ou l’autre, de décrocher une sinécure dans la grosse entreprise. Soit, donc : on comprend que Filippetti ne fait pas tout ça gratuitement.

Cependant, on a tout de même du mal à comprendre pourquoi les politiciens français ont, de façon assez générale et répétée, ce flair assez phénoménal pour se placer toujours du côté des perdants. Et même si, du point de vue strictement individuel, Filippetti se sortira très correctement de cette affaire (là encore, le contribuable puis le consommateur sera perdant, mais on s’en fiche, c’est un ensemble bien plus vaste que ses électeurs, seuls capable d’éveiller chez elle un intérêt quelconque), il n’y a pas besoin de réfléchir très longtemps pour comprendre qu’en soutenant Hachette, elle soutient en réalité une société qui finira, quoi qu’il arrive, par s’adapter au marché ou périr. Or, cette adaptation ne passera pas par l’augmentation des prix des livres numériques. Elle ne passera pas par le verrouillage plus ou moins complet du marché à coup de lois débiles comme savent les pondre compulsivement nos psychopathes politiciens. Amazon ne fait pas un pari très audacieux en organisant sa stratégie sur la baisse des prix du dématérialisé. Et Hachette pliera, ou cassera, mais ne pourra pas imposer ses vues très longtemps. Ce petit lobbying, ces gentils bricolages politiciens ne sont que des façons pour la société de gagner du temps afin, justement, de s’adapter.

Parce que, lorsqu’on lit la petite prose interne de Hachette (Lagardère Publishing) concernant, notamment, sa stratégie électronique, on se rend compte que la société a parfaitement intégré l’augmentation progressive du média « livre électronique » dans sa stratégie de développement et comprend en réalité très bien les enjeux du marché. Nul doute que les têtes pensantes de Hachette, autrement plus en prise avec leurs clients que l’Onomatopée ne l’est avec ses propres électeurs, ont déjà intégré, à moyen ou long terme, cette baisse progressive du prix des livres électroniques.

Autrement dit, Filippetti, en parfaite politicienne (consciente ou non, allez savoir), n’est qu’un accessoire pratique, un ministre-objet destiné à ralentir Amazon dans son expansion, un dindon d’une farce commerciale jouée ici au détriment du consommateur.

Ni plus, ni moins.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires120

      1. Calvin

        Bien vu !!
        Je suis sûr qu’elle ne comptait pas se faire entraîner par les deux trublions du gouvernement.
        Une grosse boîte va l’embaucher, merci François !

  1. Higgins

    La douce chaleur de l’été a du avoir raison des derniers neurones de l’impétrant. C’est la seule raison rationnelle que je trouve pour tenter d’expliquer cette palinodie, hélas de plus en plus fréquente chez nos politocards. Même Philippe Bilger, qu’on ne s’attendait pas nécessairement sur ce terrain, s’en émeut: « Ce n’est pas Amazon qui a tué notre art de vivre ni notre volonté de lire. Amazon s’est engouffré dans un espace, dans un vide que notre démobilisation civique et culturelle avait déjà créés. Il faut que la France d’aujourd’hui cesse ce verbe guerrier dans le domaine de la culture à proportion même de sa perte de pouvoir et d’emprise dans tous les autres sujets. Amazon n’est pas responsable du fait que, faute de savoir affronter demain, nous n’avons que la ressource de cultiver la nostalgie d’hier ou d’avant-hier. Le passé est dépassé et commémorer, d’ailleurs, à profusion, c’est célébrer ce qui n’est plus. » (http://www.philippebilger.com/blog/2014/08/faut-il-détester-amazon-.html).

    CPEF

  2. Aristarque

    Amazon est-il le seul distributeur de livres sur le net ? Je ne crois pas. Il n’ a donc pas le monopole de la diffusion de la Kulturrrre! D’ autant qu’ Hachette n’ est pas vraiment l’ archétype du petit éditeur du fin fond de la province (comment peut-on éditer hors de Paris, capitale universelle de l’ écrit Kulturrrrelll?), même venant de signer un contrat avec les héritiers d’ un auteur nordique d’ une trilogie… Hachette a, à priori, les moyens de lancer un diffuseur de ses oeuvres électroniques si les conditions d’ Amazon ne lui vont pas. Certes, il faudrait que le patron Arnaud de L. roucoule moins fort mais cela reste envisageable et possible…

    1. Théo31

      Ils ont un putain de catalogue chez Amazon.

      Au fait, la mégaconne qui se fait passer pour un ministre sait-elle que la plus grand bibliothèque au monde est la librairie du Congrès à Washington ?

      1. Leto

        Wikipedia donne la liste des anciens ministres et de leur parcours politique.
        Je parlais d’une centralisation entre les anciens ministres et leur reclassement après …
        sur les trente ou quarante dernières années

        1. Calvin

          Depuis quand les politiciens donnent-ils le bâton pour se faire battre.
          Si les citoyens ne le font pas par eux-mêmes, rien ne sera fait.

        2. HussardBleu

          Ce serait à la fois intéressant et explosif, je crois…. la « transparence rétrospective »… il y en a qui trembleraient, si pareil projet se faisait jour : il n’est que de voir les réactions à la pudique publication des patrimoines…

          Dans un genre parallèle, je possède une recension biographique des « Conventionnels Régicides », qui est bien édifiante, quant au parcours ultérieur de ces farouches jacobins niveleurs….

            1. royaumont

              Charles-Maurice, par exemple : il sera le pilier et le soutien du petit frère du guillotiné, pas rancunier pour 2 francs (germinal).

              1. HussardBleu

                Tiens au hasard, un Delaunay, conventionnel, frère de l’autre qui fut guillotiné pour avoir trempé dans l’affaire de la liquidation de la Cie des Indes… il fut fait Chevalier de l’Empire….

                Pour un Dubois-Crancé qui refusa  » de servir un homme après avoir servi la République », combien de Sautereau « élu » au Conseil des Cinq Cents » puis nommé à la Cour de Cass, de Reverchon lui aussi aux Cinq Cents, de Lakanal nommé Inspecteur Général des Poids et Mesures, d’un Isnard devenu Baron de l’Empire, d’un Escudier nommé Intendant de la Santé Publique, d’un David, farouche robespierriste ayant juré mort aux tyrans mais devenu peintre officiel de l’Empire, d’un Leyris nommé receveur des contributions à Turin, et combien d’autres comparses, tous médiocres mais tous enrichis prodigieusement….

  3. royaumont

    En fait, il s’agit d’un conflit industriel classique entre producteur et distributeur. Hachette veut préserver ses marges et Amazon garantir sa rentabilité. Il s’agit de savoir lequel des deux acteurs est le plus dépendant de l’autre.
    Orélirikiki n’a pas à s’en mêler d’autant que le conflit concerne (pour l’instant) le marché américain.
    Je ne suis pas sûr que Hachette soit particulièrement ravi de la voir débarquer avec ses gros sabots : ça va compliquer singulièrement la résolution du conflit et les précédentes sorties gouvernementales, comme pour Alstom, ne se sont pas conclues au bénéfice du champion officiel.
    Donc si Oréli n’était pas allée à Lagardère, Lagardère ne serait pas allé à elle.

    1. LeRus

      Je suis assez d’accord. On a affaire ici a un inversement du systeme classique, Amazon essayant d’imposer une prerogative qui est en general celle des editeurs: fixer les prix.
      Le probleme ici, pour les editeurs (que je n’aime pas) et les auteurs, est qu’Amazon tente de dicter un prix de vente unique, quel que soit Le contenu du livre. La moyenne de 1,74 ventes en plus avancée par Amazon est bien cela, une moyenne. Tous les livres n’ont pas le cout de production, l’editeur doit rester libre du prix public.
      La seule chose positive dans cette affaire est que ça risque d’accelerer la disparition des grands editeurs, parasites au meme titre que la CGT livres.

        1. LeRus

          Je voulais dire « Tous les livres n’ont pas le même coût de production » évidemment.

          Apple et Kindle sont très agressifs vis à vis des prix proposés. Par exemple, chez kindle (Amazon), il existe deux possibilités de royalties pour les auteurs (je ne sais pas comment ça marche avec les éditeurs), 35% ou 70%.

          A première vue, il serait idiot de choisir les 35%, qui rapportent deux fois moins. Mais, le hic, c’est qu’en choisissant les 70%, l’auteur accepte que son livre soit étiqueté au maximum $9.99 alors qu’en choisissant 35%, le maximum est de $200.

          Donc, oui, pour des têtes de gondoles, un prix d’appel à $9.99, ça fait surement décoller les ventes. Mais si l’auteur fait partie de 99% qui vendent peu, en étant spécialisé par exemple, et bien un prix à $9.99 est une arnaque. Même avec 70% de royalties.

          En plus, Kindle interdit de vendre le livre électronique au même prix que le papier alors que les frais d’impression sont minimes aujourd’hui et qu’il existe un coût de livraison en fonction de la taille du livre en MB. (aux US $0.15/MB) Ils obligent aussi les auteurs à accepter des « promotions », ou encore de s’aligner au prix des concurrents. Donc, si un broker casse le prix de votre bouquin sans vous le dire, Kindle se donne le droit de faire de même…

          Je trouve, globalement, qu’Amazon et Apple (eux c’est encore pire), sont effectivement en train d’imposer un prix plus ou moins unique et une fois que ce sera fait ce sera irréversible. Les prix des livres devraient être libres.

          Je ne connais pas les arguments d’Hachette, et encore une fois, je ne suis pas un fan des éditeurs qui sont très souvent détestés des auteurs. Mais pour ce coup là, Amazon n’est pas forcément le gentil.

        1. royaumont

          Aux Etats-Unis, Amazon fait pression sur ses fournisseurs (dont Hachette) pour faire baisser le prix des livres au format électronique (15-20% du marché du livre outre-atlantique).
          Il semble en effet qu’Amazon ait du mal à être rentable sur ce créneau.

          c’est une querelle classique entre industriel et distributeur sur les prix.
          En général, après quelques chamailleries pour jauger le rapport de force, les deux parties transigent et arrivent à un accord : in fine, chacun à besoin de l’autre.
          Evidemment, si un brillant politicien s’en mêle, ça prend vite la forme d’une tragédie grecque…

          1. channy

            Tout comme il y a quelques années dans un autre registre Le patron du groupe leclerc(MEL) avait ejecté 6 produits de grandes marques de ses magasins arguant que leurs augmentations de tarifs étaient injustifiées..Ce petit jeu est toujours en vigueur…mais que fait Montebourg il aurait matière à vociférer pourtant?
            « après quelques chamailleries pour jauger le rapport de force, les deux parties transigent et arrivent à un accord : in fine, chacun à besoin de l’autre. »
            C’ est magnifiquement résumé Royaumont.

  4. Sémaphore

    Bah, pendant qu’elle k-anonne Amazon, Oreli évite qu’on se demande ou elle en est avec les permanents de l’inttermittence… :mrgreen:

  5. Sémaphore

    Et, à propos, le site concurrentiel des libraires hexagonaux qui devait mettre en déroute la firme de l’ empire du couchant, où en est-il de sa construction??? L’ identification de Totor qui posait problème a-t-elle été résolu???…

  6. Curieux

    Ben, Hachette vient de signer avec Google shopping pour ses livraisons…
    L’Onomatopée est cernée par les américains capitalistes et mangeurs de bébés socialistes… Tragique.

  7. Sémaphore

    Amazon devrait réfléchir à implanter un de ses entrepôts dans la baronnie locale d’ orely. Cela a bien calmé Arnaud de M. qui avait même mis la main au pâté pour cela.

    1. HussardBleu

      Exact, pour meubler les terrains et bâtiments laissés vacants par Kodak…. ce qui n’a pas empêché la Gôche de se ramasser aux municipales à Chalon sur Saône….

      1. Aristarque

        J’ai cru comprendre que l’ opportune construction d’ un parking public nécessitant l’ heureux rasage d’ un immeuble barrant la vue de la Saône à un autre immeuble, ce dernier étant, le hasard faisant bien les choses comme à chaque fois qu’ il y a un prévaricateur détenteur de pouvoir, l’ inattendue propriété de M. le maire, avait pesé d’ un grand poids dans son congédiement, même si ce n’ était pas l’ exclusif ? ?? Aurais-je mal lu ???

        1. royaumont

          Meeuuunon, prévarication et abus de pouvoir n’existent pas en Socialie : le camp du bien est au pouvoir, donc ce qu’ils font est LE BIEN, sans conteste et sans nuances. Point.
          Je dénonce celui qui prétend le contraire et il sera condamné à une soirée en tête à tête avec Oréli.
          Je sais c’est cruel.

          1. HussardBleu

            « rasage » ?…. je verrais bien « arasement »…

            Naturellement, que les pitoyables prévarications ont également joué, sans même parler du nouveau plan de circulation signé Piranèse…

            1. HussardBleu

              Mais Chalon est sociologiquement de gauche, et passé l’énervement épidermique, je suis raisonnablement certain de ce que, lors de la prochaine farandole municipalement électorale, le citoyen socialiste – renforcé sur son aile gauche par une importance communauté musulmane – renverra à ses chères études le nouveau maire, qui, jusqu’à ce jour, ne m’a guère impressionné, ni par ses talents, ni par son charisme….

            2. Semaphore

              Werther, userais-je habituellement de termes non réfléchis? Rasage (puisque raser un immeuble est employé) avec la connotation sous entendue « gratuit » puisque nous sommes en Socialie, experte en ce domaine, n’ est-il pas ? Cela n’a-t-il pas été gratuit pour l’ex maire, pris en qualité de ci-devant proprio foncier, pourtant l’horreur absolue pour beaucoup de ses congénères, enfin surtout pour les autres qu’eux… N’ oublie pas que nous avons la formation d’ un phocéen polisson à peaufiner pour (tenter de) contrebalancer ses lectures à l’ évidence bien trop avancées pour son âge revendiqué… Regarde comme il se repaît de nos commentaires ! Tâchons d’ en profiter subrepticement pour sauver cette jeune âme avant la phase Oak Neck!

              1. HussardBleu

                Mon bon Sémaphore, ce n’est pas à un Calvin que l’on va prêcher la Prédestination !!! ce précoce garnement ira brûler en Enfer, pour toutes les tentations de la chair qu’il nous expose complaisamment, car s’il ne pèche pas encore par corps, il le fait par peccamineuse intention, ce qui est équipollent dans la faute !

                Je pense, par surcroît, qu’il a kidnappé BM – on ne l’entend plus, preuve s’il en est besoin – et qu’il la conserve en un lieu éloigné, en attendant de pouvoir enfin s’assouvir, lorsque sa complexion le lui permettra…

                1. royaumont

                  « ce n’est pas à un Calvin que l’on va prêcher la Prédestination  »
                  +1
                  Notre petit Jean doit savoir où est cachée BM, l’absence de sa muse préférée n’ayant pas tari sa verve.

                  1. Calvin

                    Nan ! Je suis innocent !
                    Il n’y a pas que moi qui suis en verve. Regardez plutôt du côté de notre hôte qui nous pond plus d’un article par jour !
                    Quelle aisance, quelle forme, quelle énergie retrouvée…

                2. Aristarque

                  Peut-être que ce silence est dû à la prise de pouvoir par WP qui n’ en pouvait plus et de pédaler dans son ergastule et d’ avoir les oreilles martyrisées par le massacre des cordes apaches ?

        2. gameover

          Harry, oui ça a beaucoup joué mais le pire était le plan de circulation de la ville mécontentant tout le monde car rejet complet des voitures et circulation rendue difficile même sur les rocades extérieures passées de 2×2 voies à 1 voie… pour faire chier…

          1. royaumont

            J’y suis passé cet été : un grand moment. Surtout qu’il manque pas mal d’indications routières.
            Mais le charme très soviétique de la ville est conservé…

          2. Aristarque

            J’ y passe régulièrement, de l’ ordre de trois à quatre fois l’ an quand nous allons occuper la thébaïde iséroise de ma tendre épouse. J’ai donc l’ occasion d’ apprécier partiellement le délire circulatoire…

            1. HussardBleu

              le Flamand (tout comme la Flamande, dûment censurée à cet égard – et d’autres – par le Grand Jacques) est à la fois radin et râleur : il pourrait prendre l’autoroute A6 et ainsi éviter Chalon et sa circulation, mais que non pas ! il prend la N6 et proteste….

              1. royaumont

                Cela permet de passer par des lieux enchanteurs comme Saulieu ou les vignobles de la côte de Beaune.
                Comme de plus l’autoroute est souvent bouché, ce chemin de traverse est un bon parti.

              2. Aristarque

                Mon épouse n’ est flamande que d’adoption. Je suis aller ravir non pas une Sabine mais une Drômoise (des collines). Soit la Drôme du Nord, en quelque sorte! 😉

                  1. Aristarque

                    Ça, c’était avant! Maintenant, avec le réchauffement climatique, le Nord a été repoussé vers le haut. Disons vers Montélimar!

                  1. Aristarque

                    Non, si tu parles du secteur de la Savoie. Elle est d’une commune renommée par son feu rouge (unique à l’ époque) qui créait un sérieux bouchon sur la route des vacances avant que le contournement de la commune ne soit réalisé…

              3. Aristarque

                Je ne prends pas les autoroutes à péage par principe, à mes yeux libéral, du respect du contrat initial qui prévalait à leur lancement. Le péage était la contrepartie de la construction d’ autoroutes sans qu’ il soit fait appel à l’ impôt au motif que seuls les automobilistes étaient intéressés, ce qui au milieu des années 50, ne rimait pas obligatoirement avec tous les Français adultes… Une fois, l’ achèvement de la concession, l’ autoroute devait revenir à tous, ce qui n’ était pas idiot. La folie des grandeurs ayant saisi la classe politique, un maillage dense de la France a été élaboré.

              4. Aristarque

                Or il est vite apparu que seuls certains axes justifiaient une autoroute et que de nombreux autres qui flattaient l’ ego du baron local ne seraient jamais rentables par ce biais. Les concessions des morceaux rentables ont donc été prolongées pour construire/entretenir des tronçons qui intéressent peu de monde et dont je me demande s’ ils ne constituent pas un prétexte officiel pour les rallonges de concession des « bons » morceaux, à l’ infini…

                1. Calvin

                  Tu as raison pour les péages.
                  Mais, même en disant que les péages des autoroutes permettraient de payer les autoroutes non rentables, il ne faut pas occulter l’essentiel : la TIPP récoltée permettrait de reconstruire entièrement le réseau sans avoir besoin de péages…

  8. Kloupa

    Même si les Français ont du mal à s’en convaincre (mais ça vient!), l’effervescente pimbêche, comme la nomme H16, démontre une fois de plus qu’en France, l’Etat n’est pas la solution, mais le problème, surtout dans son domaine, la culture.

    1. Calvin

      Justement, je t’arrête.
      En QUOI la culture est-elle son domaine à l’Onomatopée ???
      C’est une simple politicienne, d’abord verte et écolo, qui se foutait pas mal de la culture, en tout cas pas plus toi que moi.
      Puis en 2011 – Oui 2011 – elle intègre l’équipe de campagne de Bloblande, en charge de la culture. Elle sera ministre de ce machin moins d’un an plus tard.
      En quoi est-ce son domaine ?
      Qu’est-ce qu’on en a à faire de son avis sur quelque chose qu’elle ne maîtrise même pas ?
      A sa décharge, c’est le cas de presque tous les hommes et femmes politiques.
      D’ailleurs, le pire vient souvent de ceux qui sont issus du domaine en question…

      1. Kloupa

        Par « son domaine », je voulais dire « le domaine dont elle a la charge ». En l’occurrence, il serait plus juste de dire « le domaine dont elle est la charge », j’en conviens… !

            1. Calvin

              Le truc là… tu sais bien, le bouzin écrit, pardon, pondu, entre deux bistrots, … la collection de 60 promesses, m’enfin…

              Bon, LeRus a raison, laisse tomber.

            2. Aristarque

              La série d’ anaphores qui, si vous arrivez à l’ énoncer complètement SANS rire ou pouffer, vous accordera l’ absolution.
              (Mais c’est bien d’un rigoriste de parpaillot qu’une telle épreuve a vu le jour. Comment résister quand l’ une vous parle d’ un gouvernement irréprochable composé quasi complètement de repris de justice…. et ce n’ est évidemment pas la seule)…

  9. Deres

    La croissance est tombé : ils prévoient officiellement 0.5% pour 2014 ! Sachant qu’avec 1% de croissance, ils prévoyaient 3.8% de déficit, on va se retrouver avec un déficit 2014 quasiment égal au 4.3% de 2013 !!! Bravo les artistes ! Toutes ces agitations pour globalement maintenir le déficit au dessus de 4% comme tout le monde le disait depuis longtemps ici malgré les augmentations d’impôts qui tombe de tous les côtés ….

    1. Deres

      D’ailleurs ces 2 zéros pointés de croissance successives fleurent bon la manipulation statistique pour ne pas avoir à admettre que le pays est en récession (deux semestres négatifs d’affilée). Malgré les mesures d’indépendance prises pendant le quinquennat précédent, cette institution reste aux ordres.

      1. Deres

        Notons au passage que la fuite des propos de Sapin la semaine dernière était donc exacte. Ses dénégations véhémentes étaient donc du pur mensonge. Cela permet de savoir de plus que le gouvernement a les données en avance de phase par rapport aux livraisons officielles. Vu que ces données ont fait tombé franchement la bourse, je ne vous raconte pas les délits d’initiés pouvant avoir lieu chez les hauts fonctionnaires … Et chez les ministres également car vu les délais pour les déclarations de patrimoines, aucun problèmes pour revendre ses actions au jour de la déclaration pour les racheter en vue d’opérations juteuses. On peut aussi se servir de sa famille pour faire tout cela discrètement à l’instar de MAM sans être impliqué directement …

        1. Calvin

          Deux choses importantes.
          Oui, ils savent en avance, ce qui leur permet de lisser les chiffres afin de ne pas déclarer de récession.
          Ton analyse sur les délits d’initiés me sembleraient trop grosses pour ces poissons, mais depuis le sketch Ségo-EDF du début d’été, j’y crois vraiment moi aussi.

          1. Deres

            Il est bon de se rappeler MAM qui faisait des affaires immobilières très juteuses en Tunisie via ses parents et son beau-frère. Elle était blanche comme neige.

    2. Calvin

      Et le pire, c’est que tout le monde semble s’en taper…
      Moi, j’aurais été Hollande (si si, j’ai fait un gros effort d’imagination : j’ai fais le vide dans ma tête) au lieu de promettre l’inversion de la courbe du chômage, j’aurais dit : les prévisions officielles de chômage seront de 7.8% en 2015.
      Pourquoi promettre alors qu’il suffit d’asséner des chiffres au hasard ?

    3. Aristarque

      Et comme les impôts prévus se révèlent maintenant à peu près tous inférieurs en rendement réel, la dégelée va être encore plus forte. Ceci pourrait aussi expliquer la récente réaction teutonne aux jérémiades bataves de Solexine rex

        1. Deres

          Le petit jeu des sanctions économiques avec les russes n’y est peut être pas pour rien … Eux exportent bien plus que nous vers l’Est.

  10. Vitre brisée

    Quand Hachette contribue à la disparition de librairies, pourtant fleuron de la culture et dernier rempart contre la barbarie, ça semble beaucoup moins déranger nos dirigeants :

    https://www.actualitte.com/librairies/les-salaries-de-hachette-ne-subventionneront-pas-ceux-de-chapitre-46041.htm

    Au vu des tendances du gouvernement à venir s’embourber dans ce type d’affaires, on peut s’étonner de leur silence (bienvenu) d’alors.
    Comme quoi, le pragmatisme économique d’hier peut vite être oublié quand le pragmatisme électoraliste s’en mêle…

    Deux poids, deux mesures ?

    1. Calvin

      Pour avoir connu le domaine des librairies indépendantes, Hachette est sacrément vache avec eux, ne leur octroyant que le minimum de remise et des difficultés de retour.
      Ces gens sont des crony capitalistes, qui ont compris que la connivence payait mieux que le commerce.

  11. Aristarque

    Au fait, notre hôte ne ferraillerait -il pas contre Orely, la preuse defenseuse de la Heuve Vachette (à -futur-lait) contre les exactions de l’ héritier des Dalton, sous pseudo, pour préserver (honteusement) son contrat publicitaire qui clignote en bas de page ???

  12. Flo

    « sa position, pas toujours claire mais tout de même très tranchée »

    Il est donc logique qu’elle ne puisse nous servir qu’un hachis.
    Par exemple : « inqualifiables et anticoncurrentielles »

  13. vegeta

    petit hors sujet qui nous promet de bons moment de rigolade 🙂

    le gouvernement français va fournir gratuitement à vos frais des armes aux kurdes (musulmans) qui se battent contre d’autres musulmans
    1) les kurdes revendent leurs armes à l’EIIL contre une promesse (on ne vous attaquera pas sur le coran )
    2) les kurdes se font massacré et l’EIIL récupèrent toutes les armes
    3 l’EIIL reste à la frontières de la zones kurdes et ne les attaquent pas

    1. Deres

      Surtout, livrer des armes aux kurdes revient de facto à reconnaître l’Etat indépendant du Kurdistan irakien donc la partition de l’Irak. Soit l’inverse de notre position officielle (oui, c’est dur de maintenir le cap en pédalo …). De toute façon, ils n’ont pas besoin d’armes mais de troupes donc notre soutien ne pourra faire effet qu’à long terme et ne sauvera personne immédiatement.

      Surtout, lisez les déclarations de Fabius qui incrimine directement le premier ministre irakien précédent comme si c’était un criminel. Ça c’est une position mesurée sur les affaires intérieures d’un autre pays … Si jamais il revient au pouvoir, il ne faudra pas s’étonner que les français soient persona non grata ! La diplomatie n’existe plus chez nous. On ne fait plus que des affaires à l’étranger d’où le nom du ministère.

      1. Higgins

        Je n’ai pas entendu parler d’éventuels succès de firmes françaises en Irak depuis la chute de Saddam et je ne crois absolument pas, Fabius ou pas, qu’il va y en avoir. Pourtant, il me semble bien avoir eu l’écho, en 2003-2004, que le chute du tyran allait ouvrir un âge d’or pour nos entreprises (alors que, dans les trente ans qui ont précédé sa chute, là, la machine à cash a tourné à un plein pot entre autres pour l’industrie de l’armement) mais peut être ai-je mal lu?
        Sinon, tu as raison. Les occidentaux sont en train de reconnaître de facto l’existence d’un état Kurde, en Irak aujourd’hui, demain en Syrie mais surtout en Turquie. Une analyse bainvilienne de la situation s’impose, si compliquée soit-elle à mener. Pour le moment, ce seraient surtout les saoudiens qui commenceraient à flipper. L’élève veut dépasser le maître semble-t-il: http://www.enquete-debat.fr/archives/larabie-saoudite-menacee-par-leiil-38861

        1. vegeta

          je l’ai dit cela nous promet des belles parties de rigolade et dire que nos soldats français ne sont plus payer depuis des années déjà et sans matériel adéquat

        2. Deres

          Pour les accusations contre le premier ministre, c’est comme si nos interlocuteurs étrangers affirmaient publiquement que Ayrault ou Sarkozy étaient coupables de tous nos problèmes économiques et devaient être jugés … Ce seraient fâcheux si jamais ils revenaient au gouvernement français face à eux.

          1. vegeta

            plus personne dans le monde ne prend en considération la politique de la france il n’y a qu’a voir au parlement européen hollande se fait humilier par les autres présidents, le monde entier rigolent de la france

    2. royaumont

      C’est la quintessence de la connerie diplomatique : soit on y va, soit on y va pas, mais ce pas de 2 a tous les défauts :
      – l’ambigüité, nous serons de faux alliés pour les uns et de vrais ennemis pour les autres
      – l’inefficacité, rien ne dit que cette opération peut inverser le cours de choses
      – le danger, car qui sait où vont atterrir ces armes, à qui elles vont servir, et contre qui ?
      Ce genre d’opération nous coute cher et révèle au grand jour notre incapacité à prendre une décision ferme.

      1. Calvin

        Ce que tu décris est exactement le résultat d’une motion de synthèse de différents problèmes, soit exactement la méthode Hollande depuis près de 40 ans.
        Des décisions fermes, il ne connait pas. Il ne sait que louvoyer, gagner du temps (même si cela empire), anesthésier, et obtenir l’assentiment mou de tous par un compromis insipide (et peut importe ce que ce con a promis).

  14. Florian

    Pour rester sur internet, j’ai lu hier sur JDN, un article qui s’intitule « Crowdfunding, des changements à venir…  » et qu’un système de régulation du crowfunding verra le jour en France d’ici peu.

    Bref, l’état décide de Réglementer là ou l’on pouvait se passer de lui.
    j’ai vu qu’aux USA, l’état avait décidé de mettre également ses mains dans le cambouis ?
    Ya un article sur la question ?!

  15. Cherea

    L’acharnement de Filipetti contre Amazon a aussi un petit ressort psychologique: le succès de Piketty avec son bouquin le capital au XXIème siècle n’aurait pas été possible sans Amazon, livre longtemps en tête des ventes chez Amazon. Explication tirée par les cheveux, ok, mais un peu de détente en août. Un salut amical de la plage au tôlier du blog.

    1. Calvin

      Pour amener encore plus de piment à cette idée, un chercheur a utilisé les ebook vendus via Amazon pour évaluer (selon une méthode audacieuse mais pas exempte de biais) le taux de lecture d’un livre électronique acheté.
      Il en ressort que si beaucoup sont lus (et annotés), l’ouvrage de Pikettou (qui frappe plus les femmes que les esprits) est très acheté mais peu lu.

      1. HussardBleu

        Cela rappelle « L’être et le néant » de Jean Saul Partre, qui pesait exactement 1 kg et fut acheté pour servir dans les balances Roberval de l’époque, en cette période de disette de métaux : personne ne le lisait – étant rigoureusement imbittable – si bien qu’une erreur de pagination (feuillets inversés) ne fut détectée que des années plus tard, par hasard….
        Quant au livre de Piketty, les femmes n’en sont pas frappées, pour la simple raison qu’elles n’ont pas l’équipement intellectuel ad hoc… Je dis cela pour voir nous revenir quelques Erinyes habituelles de ce Blog, qui s’en sont estrangées depuis le retour du Maître….

  16. channy

    « pourquoi les politiciens français ont, de façon assez générale et répétée, ce flair assez phénoménal pour se placer toujours du côté des perdants. »

    C’est traditionnel en Grance de célébrer les perdants…on a fait défiler des footeux sur qui ont perdu(souvent) en finale..Poulidor est aussi connu et aimé que Bernard Hinaut .
    l’important c est de participer..même dans un désastre.

  17. Ano59

    Petit typo au début :

    « elle s’est donc empressée de prendre immédiatement (et bruyamment position). »
    =>
    « elle s’est donc empressée de prendre immédiatement (et bruyamment) position. »

  18. Karamba!

    Netflix se sera simplifié la tâche. Il ne s’installera pas en France de façon à s’asseoir sur la législation française + de faire une quenelle à notre cruche de ministre et son exception culturelle anti vivre ensemble dans un village global planétaire…

  19. BenOui

    M’enfin, c’est évident, Amazon est en concurrence direct avec la politique socialiste « À Ma Zone » et l’expression entre cul-terreux et culturelle n’est plus une exception juridique au nez du législateur, ce dernier ayant la tête dans le cul…

    Merci, h16, pour la photo de Horsdulitflétri, (zut mon copier-coller n’est plus en mémoire, euh sélectionner-copier voilà), l’anus d’Orélifilipéti sans sans son dentier fait beaucoup moins peur… surtout aux législateurs !

  20. Longfellow Deeds

    Les déclarations d’O’Petti, ce sont toujours des moments d’extase humoristique à se tordre les boyaux; une torsion telle qu’elle remettrait séant tenante sur le chemin du trône tout constipé chronique.
    Comme il est parfaitement souligné, qu’a-t-elle à donner son avis ? Personne ne le lui demande, tout simplement parce que personne n’en veut mais dans un nouveau spasme du syndrome du micro mou (syndrome dont la connaissance me fut apportée par notre hôte) elle ne peut réfréner sa logorrhée.
    Il y a comme un caractère obscène à l’entendre parler de pratiques anticoncurrentielles auxquelles se livrerait Amazon quand on est le représentant de la loi du prix unique du livre, monument de la pratique anticoncurrentielle. Quand on pense que les helminthes de la culture, ceux du cinéma en tout cas, ne sont qu’à peine satisfaits de son travail, cela donne une idée de la tâche qui attend un éventuel Héraclès devant de telles écuries d’Augias.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.