Le changement, c’est hors de question

Scrogneugneu, c’est ainsi et on n’en démordra pas : il est hors de question que la politique du gouvernement change. Certes, le « changement c’est maintenant », mais maintenant, c’était il y a deux ans. Et maintenant, on ne change plus. C’est pourtant simple à comprendre, non ?

C’est en tout cas sans ambiguïté de la part du premier ministre : dans une interview doublée d’un sondage parus sur le Journal Du Dimanche, Manuel n’y est pas allé par quatre chemins et a bien expliqué à tous et à toutes qu’il était impensable, et même hors de question, qu’on commence à remettre en cause les beaux efforts consentis par l’actuel gouvernement sous l’impulsion vigoureuse d’un président de la République au plus haut de sa forme. Et l’entêtement est logique, voyons, puisqu’il faudra bien un peu de temps à la politique de Maître François pour prendre son envol et produire des résultats :

« Oui, la politique que le président de la République a décidé de mettre en œuvre nécessite du temps pour produire des résultats. Mais il est hors de question d’en changer. Le pacte de responsabilité et ses 40 milliards de baisse de coût du travail vont véritablement entrer en œuvre maintenant »

valls du changement

Voilà, c’est dit, n’en parlons plus. Il y a deux ans, le capitaine du pédalo avait fixé un cap clair, celui du changement. Si certains avaient pu railler une prise de direction aussi courageuse, cela n’avait pas empêché l’exécutif de pédaler se mettre en branle pour aller, d’un jarret vigoureux, dans la direction choisie.

Et du changement, il y en a eu.

Les têtes des administrations qui étaient jugées trop proches de Sarkozy furent changées. Les ministres aussi ont changé. On a changé quelques paquetages sociétaux. On a changé de concubine, plusieurs fois. On a changé, plusieurs fois aussi, de communicants à l’Élysée. On a même changé de lunettes ! Et on a, un peu, changé d’avis sur la crise qui a traversé la France, positionnant le curseur de « blagounette sarkozienne » à « houlala mais en fait non pas du tout c’est du sérieux, Pépère ».

Mais la politique économique, ça, non, on ne touche pas. C’est niet ! Elle a été décidée une fois pour toute, et son problème est que, comme pour un vieux moteur diesel, il faut un temps certain pour que le moteur chauffe et démarre. On en est là, au préchauffage. Hors de question de changer maintenant, alors qu’on est sur le point de démarrer.

Sauf qu’on est en droit de s’interroger tout de même un peu. Parce qu’après tout, cette politique économique qu’il est impensable de remettre en question, il semble bien, à l’analyse, qu’elle ne soit pas aussi figée dans le marbre que ce que laisserait penser la belle détermination d’un Valls volontaire.

le changement est hors de question

Prenez les impôts, par exemple (ce n’est pas une proposition, hein, c’est une contrainte. À payer.) Eh bien dans ces deux années, le moins qu’on puisse dire est qu’il y a eu, sur le sujet, pas mal de changements. Au début, rappelez-vous, il s’agissait de faire casquer les riches, ce qui devait, selon le premier ministre de l’époque, épargner neuf Français sur dix. Las. Une très grosse majorité d’entre eux s’est alors découvert riche (premier changement). À la suite de quoi (et de la grogne déclenchée), il a fallu faire un petit peu de rétropédalage sur un plan d’eau agité. Des réductions d’impôts furent donc consenties pour les plus pauvres (deuxième changement). Avec l’actuelle arrivée des nouvelles déclarations, nouvelle découverte : plusieurs centaines de milliers de Français deviennent des foyers fiscaux. Troisième changement. Quant à la finance, c’était l’ennemi, mais bon, finalement, non. Pour une politique économique fixée sur le long terme, ça fait déjà beaucoup d’ajustements, disons.

Du côté des « réformes », s’il y a eu changements, c’est dans leurs noms, leur nombre et leur portée. Le pacte de compétitivité s’est mué en pacte de responsabilité sans qu’on puisse dire exactement ce qu’il va contenir, le choc de simplification s’est transformé en tsunami de textes et de lois complexifiant encore l’usine à gaz française. Lorsque Hollande faisait paraître son programme présidentiel, il établissait des objectifs (de croissance, de déficits) qui ont eu le bon goût, là encore, de changer au fil du temps (jamais pour le meilleur, zut encore). Quant aux dépenses des administrations publiques, là encore, le changement fut dans le rythme de croissance, peut-être plus modéré que sous Sarkozy… Mais malheureusement toujours positif (et pas qu’un peu).

Décidément, le changement est une chose difficile à cerner. Soit il n’y en a pas officiellement, et toute modification, toute volte-face et tout demi-tour dans la politique économique du gouvernement est alors un ajustement, une adaptation, un petit réglage. Soit il doit absolument y en avoir un gros, et là, on tombe sur de longs discours enflammés, des dispositions de lois amphigouriques et de mystérieuses disparitions en rase campagne.

oh noesAh, et accessoirement, en marge de l’interview, il y avait aussi un sondage dont le résultat ne devrait, en réalité, surprendre personne. Dans une proportion de quatre sur cinq, les Français ne feraient apparemment plus confiance au gouvernement et pour obtenir des résultats en ce qui concerne la réduction des déficits publics (zut alors !), la croissance économique (sapristi !) et la lutte contre le chômage (oh noes !).

Certes, tout comme on ne peut pas avoir « le changement » comme cap, parce que c’est parfaitement ridicule, on ne peut pas non plus gouverner un pays comme une girouette, en changeant sa politique au gré des sondages divers et variés. De là à soutenir mordicus qu’il faille s’entêter alors que les contre-performances s’empilent, évidemment, il y a une certaine marge dans laquelle barbote actuellement le gouvernement en faisant des petits prouts gênés.

En outre, la médiocrité du soutien au gouvernement constitue un record, tant en durée qu’en profondeur. Force est de constater qu’il est détesté de tous les bords, et la dissension se voit même dans les rangs de la majorité parlementaire. Valls a beau faire un peu de rhétorique en prétendant avoir un « discours de vérité », il s’agit surtout d’un discours creux, dans lequel les évidences s’enfilent les unes après les autres, évidences qui montrent que personne n’a d’idée précise de la direction prise par le gouvernement ; tout, dans ce qu’il fait, montre de la précipitation, de la réaction à des événements extérieurs qui n’ont pas été anticipés ni même imaginés. Les entrées d’impôts diminuent alors qu’on en a augmenté l’assiette et la quotité ? C’est totalement imprévu. La construction immobilière s’effondre alors qu’on a pourtant noyé le secteur dans une législation contraignante et des normes folles ? Coup du sort, à l’évidence. En fait, tout est décidé dans l’urgence, pour parer au plus pressé, ce qui est l’exact contraire d’une politique décidée de longue date, planifiée et développée sereinement.

rentrée délicate pour valls

En définitive, difficile de ne pas mettre ces deux informations l’une à côté de l’autre.

D’un côté, le gouvernement applique de façon brouillonne la délicieuse « solution » qu’il nous a concoctée au cours des deux dernières années, brouet indigeste de bricolages, de renoncements, d’air chaud ventilé avec force, de « réformes » faites en dépit du bon sens et avec un résultat que même les plus fervents soutiens au Président des Bisous sont en droit d’appeler échec. Devant ce constat, le premier ministre nous annonce qu’il ne changera pas d’un iota. Bon. OK.

De l’autre, les Français n’ont plus aucune confiance en lui pour remettre le pays d’équerre.

Coïncidence ? Vraiment ?

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires173

    1. Deres

      Le pire est que Sapin parle pudiquement d’un déficit supérieur à 4% au lieu de 3.8% prévisible pour 2014, mais un simple calcul avec une croissance à 0.5% au lieu de 1% permet de dire qu’il devrait être de 4.3% soit autant qu’en 2013. Le désastre est à ce niveau que malgré les hausses d’impôts majeures tout azimut (TVA, IR, droits de mutation, …), le déficit restera probablement stable ! Et après ils s’étonnent que nos partenaires européens qui eux font ce calcul l’ait mauvaise …

      1. Nocte

        C’est si simple les pourcentages, ca ne fait pas beaucoup… mais si on calcule ce que représente 0,3% de hausse du déficit, malaises et vertiges arrivent accompagnés d’une nausée carabinée.

      2. Fred

        Et en plus les taux sont bas en ce moment. Imaginez si ces derniers n’étaient qu’à peine plus élevés…

        1. Deres

          Il semblerait qu’il y ait quelques tensions à ce sujet. Nos taux ne baissent pas aussi fortement que ceux des allemands … Il faut aussi voir que nos taux sont bas car Bâle III pousse les banques a acheté des dettes souveraines alors que les allemands ne font plus de déficit pour répondre à cette demande.

          1. royaumont

            Cette remarque est pertinente. Bale III et Sovency II (le pendant pour l’assurance) incitent en effet plus que fortement les banques et assurances à acheter de la dette souveraine (qui peuvent même servir de collatéraux). Si l’Allemagne, comme d’aucun le lui suggère, augmentait son investissement, donc son endettement, les taux de toute l’Europe devraient mécaniquement remonter. En particulier pour la France.
            Solexine Rex y a-t-il pensé ?

            1. yp

              Un préfet n’est pas là pour faire de la stratégie.
              Il est là pour l’appliquer, c’est tout…

              Concevoir une stratégie pour un type comme ça, revient à peu près à demander à des mésanges de jouer aux échecs…

                1. petit-chat

                  Pour rester dans la poésie de ce site, « une limace qui fait du hula hoop », j’aime bien…

      3. Théo31

        « le déficit restera probablement stable ! »

        Exact. Fin juin, il était semblable à celui de en juin 2013 : près de 60 milliards.

        Qui a parlé d’austérité ?

  1. Aristarque

    La métaphore du moteur Diesel, pour changer des anaphores en attendant les amphores de fiel, ne trahirait -elle pas une secrète affection borlooesque pour verbe haut, action basse, atmosphère puante ?

          1. Aristarque

            Question BM, je ne pense pas qu’il n’y ait que sa prose qui réveille tes synapses… 😆

              1. Quiet Desperation

                « Prose », dans la bonne littérature – j’entends celle de Boudard ou de Simonin, voire d’Audiard – possède également une intéressante version au masculin, qui attire inévitablement l’homme… même porté sur la poésie… sans le savoir….

  2. LeRus

    Et les français « quinenveulent » continuent de partir, les entreprises continuent de fermer et ceux déjà partis regardent ce désastre en se disant qu’ils sont biens là où ils sont, et que tout ça est finalement de la faute de ces abrutis qui s’accrochent à leurs zaquis.

    Hollande président, avec des combines de concubines, ses phrases creuses et ses idées à la c*n, finallement c’est bien à l’image du pays. Avec le temps, je n’ai plus aucune pitié, juste un peu de nausée.

    1. yp

      Je trouve aussi que le président Hollande est représentatif du français « moyen »…

      (Ce n’est pas étonnant : ce ne sont certainement pas les petits hommes verts qui l’ont élu à la tête du pays.)

      1. Honorbrachios

        @yp : ce n’est pas les petits hommes verts mais les petits gris de la presse parisienne qui ont une grande part dans ce désastre de l’élection de fh…

        1. yp

          Mais personne n’a forcé personne à veauter François. Les français ont choisi – et c’est leur choix. Il est malvenu de leur critiquer leur liberté de choix.

          Et j’ajoute qu’ils ont choisi, en toute connaissance de cause : François à été choisi par la majorité de l’électorat pour faire payer le cochon de riche/patron/exploiteur, de façon à ce que le petit fonctionnaire puisse continuer sa vie tranquile.

          Ca a été le choix du peuple. Soit (et c’est un choix qui m’a couté beaucoup, mais je respecte ce choix.) Mais maintenant, que les effets néfastes se font sentir – qu’il (français moyen gochiste) mange sa m*rde, et sans moufter !

          1. Val

            Allons allons quel choix ? Dans la course on avait soce : bleu blanc rose rouge mais à l arrivée c est toujours du soce.
            Par ailleurs depuis 30 ans « on » embauche du fonctionnaire et on fabrique de l assisté, donc la « majorité » est fabriquée. Un zeste de propagande et pouf le tour est joué! Moi je n appelle pas ça une démocratie mais une coupe réglée du secteur dit libre.

            1. yp

              Vous ne faites que renforcer mon point de vue : c’est ce que l’électorat veut.

              Tout ce que je leur dit, c’est que je leur interdit de se plaindre – c’est tout.

              Parce que ces ******* reveauteront socialiste (ou nuance assimilée du rouge vif au bleu marine).

              Si le peuple était intéressé par des sujets comme la liberté et allergique à la collectivisation, le vol légal et la répression, les méchants politiciens n’obtiendraient pas de votes et les méchants journaleux ne seraient pas payés.

            2. gameover

              A propos de fonctionnaire, je cherchais des chiffres assez fiables pour répondre à un étatiste de contrepoints (goodman) au sujet du nombre de fonctionnaires de l’éducation nationale… Bingo

              Car quand on regarde sur le site de l’EN il n’y en a 1 million… (qu’ils appellent MEN) alors qu’en fait il y en a 1,300,791 (page 83 du jaune budgetaire PLF 2014 en PJ)

              Pourquoi cette différence : parce que depuis quelques années, pour noyer le poisson, tous les ministères ont créé des EPA (Etablissement Public Administratif) et pour ce qui est de l’Ed Nat ils ont logé pratiquement tous l’enseignement supérieur (294,181 personnes) sans compter qu’à ce 1.3 million il faudrait rajouter ceux qui ont été délocalisés dans les collectivités territoriales mais aussi dans des EPLE (Etablissements Publics Locaux d’Enseignement).

              Je vous laisse découvrir ce document…. 5 996 700 c’est les emplois des administrations publiques (page 209). ne vous laissez pas abuser par les chiffres deci-dela qui sont souvent présentés pour masquer la réalité, ainsi ils parlent souvent en ETPT (équivalent temps plein)… 45 jours de congés en moyenne contre 36 dans le privé… et les arrêts maladie je ne vous en parle pas… les fonctionnaires font plus de gosses (page 198) ils sont heureux ! d’ailleurs un ménage privé on l’appelle un « ménage sans agent de la fonction publique »…. il y a aussi plus d’accidents du travail dans la FPE (Fonction Publique d’Etat) 10.2 vs 6.7… (page 195) là c’est scotchant… et 21.7 jours de maladie en moyenne PAR AGENT.

              http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/jaunes/jaune2014_FP.pdf

              1. Val

                Eh oui ça fait mal de lire ça cher GO mais bon mieux vaut être informés. Et si seulement » ils » avaient la reconnaissance du ventre… Mais pour la plupart non ! Le fait que tous ces abus soient payés par d autres, logés à moins bonne enseigne ne les effleure pas une seconde… Mais ils sont le camp du Bien, donc tout va pour le mieux.

              2. petit-chat

                Merci GO pour ton éclairage et tes recherches.
                Fainéant comme je suis, c’est inespéré…

        2. vincent

          Je rêve que des petits hommes verts l’emmène dans leur vaisseau, comme la Germaine des fameuses pâtes :
          – Pourquoi chuiii là ? Je … je n’suis pas votre ennemi ! Mon ennemi c’est la finance.
          – T’arrête de causer ! Y a pas de pâtes sans fromage de Hollande
          c’est râpé pour toi on dirait !
          Et dans un dernier soupir :
          – Hé alors, qui c’est qui m’ramène ?
          – Ramener ! Naann !
          (un petit délire … très improvisé)

      2. Aristarque

        Mais si, pour environ 3% de l’ électorat encore actif, ils et elles, (prière de ne pas les oublier, malheureux!) affichent les couleurs ext et int de la pastèque !

    2. white Panda

      Un petit coucou de Londres, où je passe quelques jours.
      J’organise le passage d’un examen afin de pouvoir prouver que je peux bavarder en « English » pendant que le patient à la bouche ouverte.
      Objectif : pays anglophone type Canada, Australie, Nouvelle Zélande, pourquoi pas Royaume uni …?
      « See you soon frenchies… »

      1. petit-chat

        Alors WP, ce sera fini de pédaler dans la cave pour payer le RSI en produisant de l’énergie « verte » facturée à un tarif monstrueux à EDF et à ses malheureux clients captifs, ce sera une double libération : loin des fous et un travail rémunéré à sa juste valeur. Et BM en plus ! (j’parle pas de la bagnole)

  3. Calvin

    Tout est dit dans cet article sur la situation actuelle qui rassemble en 2 ans seulement l’éventail du pire qui s’est fait en 40 ans.
    On peut accorder une réussite à Hollande : il a pondu la synthèse de tout ce que la République a failli depuis l’après-guerre.
    Les mêmes erreurs, les mêmes impasses, les mêmes lubies, les mêmes renoncements, les mêmes timides tentatives…
    Hollande, l’homme des synthèses.
    Manque la Thèse, l’Antithèse, mais pas la Foutaise.

  4. Flash

    Si le Gouvernement échoue, c’est parce qu’il n’est pas vraiment de Gauche.

    (j’ai entendu plusieurs fois cette phrase dans la bouche d’amis de Gauche. Cela permet de garder le socialisme pur de tout échec…

    étant entendu que l’URSS, Mao, Pol Pot etc ne sont pas des socialistes, bien sûr. L’Argentine ne sera bientôt plus un pays socialiste puisqu’il va échouer. Le socialisme véritable ne saurait échouer. Il est infaillible.)

    1. yp

      Ah ça, le « y en a marre, Francois Hollande fait une politique ultra libérale », je l’ai entendu plusieurs fois ces dernières semaines… (A chaque fois, c’est un petit plaisir.)

      1. Flash

        Vous avez une patience que je n’ai pas.

        Le coup de la « France victime de l’ultra-libéralisme », je n’en peux plus.
        Si l’ultra-libéralisme consiste à des montagnes affolantes de formalisme (ALUR, temps partiel, PSE…), le recours à l’administration croissant, le renforcement des pouvoirs de contrôle de l’administration, des lois pénales plus nombreuses réprimant des faits toujours plus étendus, alors oui, nous sommes dans un pays ultra-libéral.

        Idem pour l’Europe :

        http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20140106STO31910/html/Les-nouvelles-lois-qui-entrent-en-vigueur-en-2014-et-concernent-votre-quotidien

        Pour l’année 2014, on a :

        « Les droits de la propriété intellectuelle seront renforcés avec une liste plus large d’infractions pouvant être contrôlées par les douanes à la frontière. De nouvelles règles au sujet de la compétence des tribunaux et de la reconnaissance des jugements seront appliquées dès janvier par plusieurs États membres.

        Le programme d’aide et de bénévolat européen quittera sa phase pilote et permettra de créer des opportunités pour environ 10 000 volontaires dans les opérations humanitaires durant les sept prochaines années.

        Erasmus+, la nouvelle version du programme d’échange d’étudiants offrira à plus de quatre millions de jeunes européens la possibilité d’étudier ou de faire un stage à l’étranger grâce à son budget de plus de 14 milliards d’euros pour 2014-2020.

        Des règles pour des sèche-linge plus verts et assurer une meilleure gestion des déchets électriques et électroniques entreront en vigueur en novembre et en février.

        Avril mettra fin aux anciens thermomètres à mercure et autres appareils de mesures, avec l’extension du champ d’application du règlement sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques (REACH).

        Les règles relatives à l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires obligeront, entre autres, l’indication d’informations nutritionnelles sur les aliments transformés, l’étiquetage d’origine pour les viandes crues et la mise en évidence de la présence d’allergènes tels que le lait dans la liste des ingrédients. »

        Plus d’obligations, plus d’interdictions, plus d’infractions sur des choses essentielles comme la viande crue, les sèches-linges et les thermomètres.

        Putain.

        1. Nemrod

          C’est Brazil ou 1984.
          Tu peux faire tout passer quand tu as le monopole des médias de masse…ceux qui gavent les « veautants »…absolument tout.
          Même que la France est un enfer « ultralibéral »…c’est dire !

        2. Guillaume

          C’est.. C’est une blague, le coup des sèche-linges ? Ca sort du Gorafi, rassurez-moi !

      2. Nyamba

        A ce sujet de l’emploi à tort et à travers de « l’ultra/néo/turbolibéralimse » (pas de faute de frappe) dans les discours, la presse, les conversations de comptoir, j’ai décidé, à ma micro-échelle d’emmerdeuse notoire, de ne plus me battre sur les définitions. Ça fait mal au début, ce dévoiement impie, mais mes interlocuteurs semblent absolument imperméables aux nuances *subtiles* existant, par exemple, entre interventionnisme à outrance et respect des libertés individuelles… Bref, désormais je parle pognon. Ça marche. Même les communistes affirmés – pardon, LE communiste affirmé – de mon entourage, commencent à changer de discours. En se plantant sur les définitions, moins sur les raisonnements.

          1. La Coupe Est Pleine

            Nan ! C’est peine perdue, moi aussi j’ai deux beau-frères de Gôôôche . …. Mais même lorsque tu leur montre que leur raisonnement est totalement éculé. Ils reconnaissent que « oui, mais uniquement dans ce cas ».
            C’est magique ! « J’ai eu tort sur ce point, mais ça ne démontre pas pour autant que le reste est bidon » ….

            Le plus marrant c’est quand le ton monte. Là je sais que leurs « arguments » leur font défaut …..

            1. Nemrod

              Vous pouvez encore vous ?
              Moi je ne peux plus et j’évite autant que possible les repas avec gauchistes.
              Je vais affûter un chevreuil ou un sanglier à la place.
              Comme il faut 10 sorties pour en voir 1, j’ai plein d’excuses valables…
              Je passe pour un sauvage, un solitaire, un associal mais je m’en fous.
              Peux plus supporter tous ces cons.

              1. Calvin

                +1
                Ne reste que les collègues au bureau.
                Des gens très sympas, mais incultes économiquement.
                Je suis un anarchiste à leur yeux ; une chance, je ne suis pas considéré comme fasciste !
                D’ailleurs, un d’eux, ayant successivement voté pour Mélanchon, puis Hollande, envisage désormais la Narine. Mais, là, c’est pas fasciste…
                Il doit y avoir les bons fascistes et les mauvais fascistes.

            2. royaumont

              Ils se moquent du réel ! quand leurs raisonnements sont démentis par les faits, c’est la réalité qui se trompe, pas eux.
              Partant de ce concept simple et commode, ils n’ont jamais tort, donc toujours raison (?).

              Ce qui est amusant c’est qu’ils furent stalinien sous Staline, maoiste sous Mao, écologiste aujourd’hui et oublient ce qu’ils étaient hier.
              Donc le mouvement dont il se revendique n’est pas (pas encore) pris en défaut. Quand il le sera, ils seront passés à autre chose et auront oublié leur vérité d’aujourd’hui.

            3. yp

              Argumenter ???

              Non. Juste se foutre de leur gueule !

              Exemple : »Moi, je suis heureux ! Avant, quand je payais mes impôts en France, tout ça m’enervait et ce n’était pas bon pour ma santé ; mais maintenant que ce n’est plus mon pognon qui finance ce tas de boue, je parcours la presse française tous les matins parce que vos mongoleries me font rire. Et franchement, vous entendre vous plaindre que vos impôts augmentent alors que vous avez voté pour faire payer les autres, c’est un juste retour des choses… « 

          2. Deres

            Tu dis que rien n’est gratuit en ce bas monde donc que la moindre de ces conneries est au final payé par les impôts. Et tu rappelles que la CSG, la TVA et la plupart des autres taxes sont payés par tout le monde pour fermer le clapet de ceux qui se vantent de ne pas payer d’IR.

          3. Nyamba

            Je ne cherche plus à faire changer d’avis, à vrai dire. Mais, au fil d’une conversation anodine, j’essaie de ne jamais manquer l’occasion de rebondir nonchalamment sur toute évocation de l’actu sociale / économique / environnementale (des barres de rire à profusion tous les jours, pour ceux qui arrivent encore à en rire), pour la ramener à l’échelle de mon interlocuteur, et le rendre grognon. Exemple récent :
            « Z’en êtes content, de votre Prime de Rentrée Scolaire ? Ah, c’est vrai que ça fait du bien, quand on gagne pas lourd.
            M’enfin, quand on y pense, ce serait p’têt plus simple de carrément pas vous ponctionner, non ? Pas faux, pas faux, ça aide bien ceux qu’ont pas les moyens. Vous trouvez que vous avez largement les moyens, vous ? Non, hein ; c’est bien ce qu’il me semblait… M’enfin, solidarité, et tout l’bordel… Et puis ça paye les fonctionnaires qui traitent les dossiers, ha ha ha ! Enfin, ceux qui sont pas en congé ou en grève, ha, ha, ha ! »
            Saper la bonne humeur des gens qui sont contents, à la base, c’est un de mes petits défouloirs. Y a pas de raison que je sois la seule à péter les plombs, non ? Et, parfois, ça fermente, et puis de nouvelles idées germent dans les esprits. Parfois, elles sont libérales, et les gens ne s’en rendent même pas compte.

            1. Laurent

              Très bon ! Revenir au portefeuille pour faire comprendre des raisonnements simples et objectifs est sans doute le meilleur moyen qui nous reste.
              On ne nait pas libéral, ça prend du temps… ce qu’on voit, ce qu’on ne voit pas… tout ça…
              Pour cette raison, votre méthode est à recommander ! Ce qu’on voit, le pognon qui nous reste. Ce qu’on ne voit plus, le pognon qu’on a donné. Et qui nous revient sous forme de sévices publics…

              1. jean jacques

                je prends un exemple simple
                je dis à mon interlocuteur de me donner 20 euros
                puis je lui dis que je vais distribuer 5 euros à 3 personnes qui en ont à mon avis besoin et que je vais garder 5 euros pour le travail que cela représente .
                Ensuite il ne me reste plus qu’à répéter ce programme jusqu’à ce que tout le monde soit content .
                Simple comme le socialisme
                petite variante , replacer 20 par 200 ou 2000 ou 20000 ou …

            2. Aristarque

              « Enfin ceux qui ne sont pas en vacances ou en grève » Tss tss tss! Même ceux là sont payés…

              1. Nyamba

                Exactly ! Mais je ne vais pas non plus tout prémâcher pour mon interlocuteur…
                Pour rebondir à ce propos, quand je me sens d’humeur facétieuse (surtout quand je m’adresse à quelqu’un du privé, qui ne prend de congé (et encore) que quand il a le dos (et les g’noux, et la tête, a-a-a-a-alouette) complètement pété), je glisse ce petit funfact des 3 mois de congés maladie payés plein pot dans le public, et rappelle que les fonctionnaires n’ont pas de jours de carence. Je finis avec une réflexion anodine sur cette curieuse application du principe d’Egalité (républicaine, citoyenne et festive). A ce stade, autant dire que j’ai gagné ma journée. Hi hi.

                1. petit-chat

                  Dans les grosses boîtes (4 000 salariés) : un service a fait une grève ponctuelle pendant un an. Bien gérée, la grève a abouti. J’ai connu une grève non-stop d’un mois et demi, une autre de 3 mois (3 renards désargentés pour 140 grévistes actifs !). Z’ont gagné aussi.

              2. petit-chat

                Harry, les fonctionnaires grévistes ne sont pas payés, y a même des règles précises pour ça. Ils sont gagnants (par rapport au privé) jusqu’à 20 jours de grève. Au delà, il vaut mieux être dans le privé.
                N’empêche, Nyamba est revenue vraiment en forme, ça fait plaisir parce que tous ces mecs, ça gonfle à la fin…!

                1. Aristarque

                  De temps à autres, il y en a qui obtiennent le paiement des jours de grèves.
                  Cela existe vraiment 20 jours de grève dans le privé, sinon plus ???
                  Et la boîte y survit ???

        1. gameover

          Oui tu as peut être raison Nyamba.
          Parler de la conséquence au lieu de la cause.
          Remarque que c’est comme ça que fonctionne le discours politique.
          Au lieu de parler de dépenses il vaut mieux parler de ce qui reste.

          1. Nyamba

            Mais c’est bien d’un discours politique qu’il s’agit, non ? A ceci près que je ne fais pas coller la réalité à un joli schéma théorique, en omettant sciemment ce qui me dérange… Je suis bien trop honnête pour mentir, même par omission ^^ !

    2. Pat

      Pol Pot, et ses sbires Yeng Sary et Khieu Samphan, formés par le PCF, ont été de bons élèves comme chacun a pu le constater. Nous, on l’a échappé belle : nos maoïstes sont devenus verts et coulent depuis 20 ans des jours heureux au parlement Européen.

      1. Aristarque

        Il y en a aussi qui sont sénateurs… Révolutionnaires à 20 ans, notables d’ Ancien Régime à 60 ans… :mrgreen:

  5. Le Gnôme

    Ce sont des ectoplasmes s’agitant tant et mieux sur le devant de la scène. Ils peuvent raconter ce qu’ils veulent, personne ne les écoute. Ils ont épuisé leur capital confiance, et sans confiance, sans se dire que si on entreprend quelque chose les règles auront changé trois ou quatre fois anéantissant les espérances de gain ou de retour sur unvestissement, rien ne bougera. Toutes les personnes que je connais n’entreprennent rien, n’investissent que dans du remplacement et refusent d’embaucher faute de visibilité.

    La France, à l’heure actuelle est semblable à l’Antatique, tout y est figé dans un froid glacial et le réchauffement n’est pas pour demain.

    1. petit-chat

      Quoi, un Contestataire, le réchauffement n’est pas pour demain, alors que tout le Gouvernement se mobilise par les Alurades Duflopilantes, les Ségolénoconneries ?
      Et les Montarebourg de l’économie, les Valssétiquettes de la reprise, la mHoullandouille qui pactise avec le Diable-entrepreneur, c’est du BelKassine peut-être, de la Peillonade, de la Sapinerie, voire du Moscouvisqueux ?
      Décidément, les ultra-turbo libéraux ont tous les culots. Arrêtez vos jérémiades ! Payez ! Payez! Payez !

  6. Aristarque

    L’ abus de la novlangue ajoute également à la détestation par la différence constatable entre l’ image à la Potemkine peinte et la réalité.
    Quand une loi affirmant la mise en oeuvre de 50 (premiers, précurseurs d’ une longue liste à venir, si, si, vous verrez ce que vous allez voir, entrez ici, Mesdames, Messieurs et autres…) allègements et simplifications administratifs en faveur de l’entreprise, ne se révèle chargée que de 3 articles idoines sur 37, dont un quatrième consacré à la rectification d’une simple erreur de numérotation d’ un article dans un code, tous les autres étant consacrés à une réduction dans le sens Etat et sa multitude de démembrements administratifs mais ne donnant aucunement l’ impression que les corvées paperassières diminueront en réponse à ces allègements, forcément, cela énerve!…

  7. lolo

    Ce qui m’épate, c’est LE Français sur 5 qui trouve que tout va bien bisous. Je me demande ou il se trouve. et ce qu’il fume.

    J’en voudrais aussi.

    1. Calvin

      Ben… les élus, les journalistes et les syndicats qui ne vivent qu’au crochet des Français qui travaillent, ça fait du monde maintenant.

    2. Aristarque

      Il doit être fonctionnaire puisque le Pouvoir lui prodigue toute son attention et ses douceurs. La paye tombe toujours fin de mois, les horaires ne sont guère contraignants, les primes ne dépendent aucunement du C.A. et la Productivité, l’ Amélioration, la Simplification restent des incantations à une lointaine divinité dont on se garde bien de lui demander de l’exaucer…

      1. LeRus

        Ce serait d’aileurs intéressant de connaître les détails d’un tel sondage, par exemple, le % de support auprès des français non-fonctionnaires.

    3. royaumont

      1/5 c’est un arrondi, très favorable au gouvernement. Ce matin, le chiffre avancé était de 85% de mécontents, 4/5 pour faire simple…
      Additionner les rentiers d’état de tout poils, et on doit être proche des 15%. Ajouter quelques idéologues irréductibles et le compte y est.
      Le discrédit de l’équipe en place commence à ronger le noyau dur de ses soutiens.

  8. Gerldam

    En fait, la direction annoncée en janvier n’est pas mauvaise. Le problème, c’est qu’on en est resté à la rhétorique et qu’il manque le commencement d’une action quelconque (exemple les économies de 50 milliards qui ne sont, pour le moment, que du pipeau).
    N’ayant rien fait, on s’étonne du manque de résultat (qui ne pouvait arriver si vite, quand bien même on aurait agit) et certains veulent changer un cap inexistant.
    De l’autre côté, les rares propositions sont d’une vacuité sidérante.
    CPEF.

    1. Calvin

      Les timides avancées libérales tentées tant par la gauche que la droite (réduction des dépenses, baisse des impôts, baisse de la bureaucratie) sont à la fois minimes et inutiles. Ne portant aucun résultats tangibles, elles sont abandonnées durant des années.
      Les économies ne devraient pas porter sur 50 milliards, ni 60 comme le dit l’opposition, mais sur 150 milliards, au moins. Par an.
      En dessous, c’est stérile.

        1. Aristarque

          Faute avouée est déjà à moitié pardonnée, galapiat!!! Mais comme il y prise de conscience, je serai magnanime pour cette fois.

  9. Deres

    Un point que ce gouvernement de branquignolle ne voit encore pas venir est que les actions de Montebourg vont encore à l’encontre du marché immobilier. Comme si la loi ALUR n’était pas suffisante ! Déjà que les gens attendent avec espoir que l’action de Duflot soit annulé à la rentrée (discrètement bien entendu genre par absence de décret d’application), ils vont maintenant attendre la baisse des frais du notaire dans les prochains mois.

    Ce gouvernement marche sur la tête. Ils augmente les droits de mutations et ajoute du travail au notaire en complexifiant les transactions immobilières. Puis il veut diminuer leurs frais à travail constant … Vraiment aucune logique ou constance dans l’action ! J’ajoute que le discours officiel est que les collectivités locales doivent diminuer leurs dépenses alors qu’on leur a permis d’augmenter leurs recettes !!!

    1. Deres

      C’est d’ailleurs pareil pour le coût du travail. Derrière le discours de façade de baisse des charges, la réalité est que la seule avancée de la réforme des retraites fut une augmentation prévue des charges de 0.2% par an jusqu’en 2017 et un compte pénibilité financer par une hausse même pas définie. Le CICE est d’une grande complexité et revient juste à une avance de trésorerie garantie par l’Etat compensant seulement le fait que les banques ne font plus cette activité habituelle avant la crise. Et au passage, elles récupèrent 5 ou 6 % des sommes sans aucun risque, merci Flamby, l’ennemi de la finance.

    2. Le Gnôme

      Qui va investir sachant que même si les décrets d’applacation de la loi ALUR ne sont pas publiés à l’automne, ils peuvent l’être ultérieurement et à n’importe quel moment. Avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête donne surtout envie de s’en écarter.

      1. Calvin

        La loi ALUR, c’est : DauL-GUL-DUR.
        Droit au Logement, Garantie Universelle des Loyers, Désordre Urbain Récurrent.

            1. Nyamba

              C’est tellement bon que je te pardonne (presque) ton hérésie ; on ne se moque pas impunément des écrits du sieur J.R.R. (quand j’étais plus jeune, je les souhaitais basés sur des faits réels. Les orcs et les uruk en moins.).

      2. yp

        Ca c’est le grand problème de la France.
        Plus que le taux d’impôts, la dette ect…

        L’insécurité législative (et fiscale)…

        Et ça, même si les lois devaient changer dans le bon sens, les gens ont intégrés que ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera plus demain (et avec effet rétroactif et pénalités de retard…)

    3. Kékorésin

      « Ce gouvernement marche sur la tête… » – Faux! Ce gouvernement n’a ni queue, ni tête (ou ni couilles, ni bon sens, à vous de voir…)

  10. hop hup

    pour changer de politique il faudrait en définir une autre
    et malheureusement ils ne savent pas en définir une autre malgré le fait qu’ils aient fréquentés les grandes écoles .

      1. Deres

        Flamby ne sait pas gouverner. Pour lui, le pouvoir c’est faire de la politique comme pendant toute sa carrière. Pour cela il est bon. Donc depuis quelques mois, ce ne sont que cérémonies, serrage de main, grand discours creux et manœuvre en coulisse . Pour ce qui est action, il a complètement laisser tomber. Ce n’est pas pour rien qu’il dit ne pas aimer la Vème république, il est fait pour la IVème !

      2. hop hup

        ne compter pas sur la droite pour changer de politique il se conteront d’en changer l’emballage c’est tout.

      3. royaumont

        En bons Enarques, ils cultivent le mépris des autres comme un point d’honneur. On a l’honneur qu’on peut.
        Cette logique entraine une méconnaissance totale du monde qui les entoure et donc une inaptitude structurelle à diriger.
        Mais, en contrepartie du mépris des autres, Flanby et ses sbires ont une confiance inébranlable en leur supériorité jusqu’à s’estimer infaillibles. Cela explique à la fois qu’ils s’enferment dans leurs erreurs avec obstination et qu’ils deviennent hargneux contre leurs détracteurs.

        1. petit-chat

          Cette réflexion me rappelle un cadrillon (Cadre en herbe, la trentaine) qui s’imaginait vraiment que son jugement était infaillible, et que même s’il commettait une erreur, le reconnaître le dévaloriserait et n’était pas compatible ni avec son statut, ni avec ce qu’on lui avait enseigné.
          Il a été viré au bout de cinq ans, après avoir fait perdre quelque myons d’€ à la boîte…

  11. Pere Collateur

    Moi je trouve que c’est plutot une bonne nouvelle qu’ils ne changent rien.
    De toute facon, pensez vous vraiment, au point ou ca en est arrivé, qu’on puisse encore redresser la barre? Surtout avec tous les blocages qu’il y a dans ce pays?

    Qu’ils continuent donc comme ca. Le plus vite ca pétera, et le plus vite on pourra faire le grand ménage qui s’impose.

    C’est bien les gars. Allez y, changez rien. Pour une fois que vous allez nous rendre service, même sans le savoir, faut pas manquer ca.

    1. Calvin

      Je pense comme toi.
      Mais j’ai peur quand même que des décombres ne naisse pas une démocratie libérale mais une tyrannie socialiste.
      Certes, ces énergumènes ne sont qu’une minorité visible agissante, noyautant état, médias, bureaucratie, mais ils ont tant à perdre qu’ils peuvent tenter un dernier coup de force.
      Ce sera pour retomber et sans doute définitivement, mais avec des morts inutiles.
      La France a un énorme potentiel et une grande richesse.
      La tentation de ces parasites pour éliminer une bonne partie de la France et se partager un gâteau plus petit, certes, mais avec moins de gens est tentant.
      Ce n’est pas pour rien qu’ils disent : « cassez-vous, gros cons de riches ».
      Quand cela ne suffira plus, ils casseront directement les représentants de la classe moyenne qui ne les suivent pas.

      1. bigredebougre

        Je ne pense pas qu’en dernier ressort ils tenteront un coup de force. Ces gens là, Monsieur, sont des voleurs, des menteurs, des lâches et surtout des traîtres, et pour tenter un coup de force, il faut un minimum de courage, car l’échec peut signifier la mort. Ces gens là sont peureux, ils agiront (ils vont agir) comme ils l’ont toujours fait, en paroles, arguant qu’ils ont tout tenté pour réussir mais que la mayonnaise n’a pas pris faute d’une conjoncture mondiale catastrophique..ils vont se retirer en se confondant en excuses, et se faisant discrets mais en jouissant du pognon qu’ils ont volé et des retraites mirifiques que nous leur accordons, les Giscard à 33000€, les Chirac à 30000€ et pour le drôlet je ne sais..
        Il n’y a aucune raison pour qu’ils changent leur ligne de conduire, pourquoi prendre un risque puisque depuis des décennies ils savent qu’en France, tout leur est permis et surtout, surtout, tout est gratuit, les pires vilenies et les plus retentissants échecs. Grand dieu, pourquoi se priver.
        Ils ne tenteront rien, laissant le pays à la Suivante..et comme dit son père (pas toujours à côté de la plaque)  » j’espère que ma fille n’héritera pas d’un champ de ruines »..alors là papa, compte là d’sus et boit d’l’eau !
        Le pays est sans doute foutu, mais la France reste. Par dieu que j’aimerais les voir se balancer au bout d’une corde.

        1. Flash

          Le plus probable étant qu’ils accusent d’autres personnes pour leurs échecs : leur prédécesseur, le libéralisme, l’Europe, la conjoncture, les entreprises-qui-ne-font-pas-assez-d’efforts, l’extrême-droite, la droite, les chrétiens, les allemands ou que sais-je encore.

          Ils se proposeront bien gentiment pour mener la lutte contre cet ennemi désigné.

          Et tout recommencera comme avant. Le même gavage, les mêmes abus. Ils créeront des problèmes qu’ils se proposeront de résoudre. C’est désespérant.

        2. Calvin

          Je pense à 1793, à la Commune, à 1917, et autres moments de l’histoire où une minorité a pu instaurer la terreur.

          1. royaumont

            Pour le casting, je propose Montebourde dans le role de Fouquet-Tinville.
            Et pour Flanby, Louis XVI ?

            1. Nocte

              Je propose que toute la classe politique joue le role de Louis Croix Vé Baton.

              Ca permettra plus de représentations et ca rappellera à quel point des têtes vraisemblablement intouchables peuvent tomber.

                  1. royaumont

                    Oups, je me disait que cette réplique ne m’était pas inconnue…
                    Je suis impardonnable, j’avais confondu avec une autre parodie.

                1. hop hup

                  Il diffusent encore des émission culturel a tf1

                  moi qui croyais que le boulot de tf1 c’était de vendre du temps de cerveau disponible a coca cola and co

        3. maicorne

          Certes, ces gens là ne sont pas courageux. Même franchement lâches et paranos. Mais ils font agir les autres. Les gros bras pour casser, la police pour constituer un fichier où elle ira puiser si ça « pète » (pourquoi croyez-vous qu’autant d’interpellations sont effectuées à chaque manif non politiquement correcte ? ) Les syndicats (du moins certains), pour saboter les décisions d’un éventuel Premier Ministre non conforme à la tradition républicaine ( c’est à dire qui mettrait en cause l’actuel système de pérennisation des la haute fonction publique ))

      2. Flash

        Effectivement, parmi les chantres de la « tolérance », j’ai pu voir des personnes comptant parmi les plus intolérantes qu’il m’ait été donné de voir. Le genre de personnes incapables de comprendre qu’on puisse ne pas partager les mêmes valeurs qu’eux, ou partager leurs raisonnements, et ressentant colère, mépris, dégoût pour les individus déviants.

      3. yp

        helas mon cher Calvin, désolé de te le dire, mais le passage par la case « tyrannie socialiste » est à peu près garanti pour ce qui reste de ce pays (et probablement de l’UE, si elle n’éclate pas entre temps…)

        1. Pere Collateur

          Parfois je me demande si Holland n’est pas en fait un pur patriote Francais.
          Ne rigolez pas, c’est sérieux.
          Vu le nombre de conneries qu’il a fait en deux ans, je me dit que c’est pas humainement possible d’etre aussi con vu le CV du bonhomme.
          Du coup, serait il possible, qu’en fait, il soit arrivé il y a longtemps, à la même conclusion que notre hote, à savoir, CPEF, et que la seule facon de réformer, c’est de tout péter et donc de précipiter la chute, même si il sait que pour l’histoire, il sera vu comme un Louis XVI puissance 10?

          Vu sous cet angle, tout ce merdier s’explique.

          1. Deres

            Mais non, il faut bien comprendre que pour lui, sa présidence est un succès. Sa carrière est à son apogée ainsi que celle de tous ses amis. Il a nommé des clients de tous les côtés et son réseau lui profitera pendant encore 20 ou 30 ans. La soupe est bonne et les femmes se jettent à ses pieds comme jamais. Pas de quoi déprimer donc. Pour lui et ses proches, l’avenir est rose et pour longtemps. Le reste est secondaire, le destin du pays n’est qu’une ombre sur un tableau ensoleillé. D’ailleurs, il vient de s’offrir une revue navale avec 20 bateaux de guerre, 50 avions et des milliers de militaires venant lui rendre hommage pour ses 60 ans par une belle journée d’été. C’est un homme comblé. Que demander de plus ?

          2. channy

            mauvaise stratégie du gros mou à teinture..
            moi je crois à la théorie de H16, ce pays va sombrer lentement, très lentement nous allons nous mettre au niveau des grecs,espagnols,portugais nation jadis prospères et conquérantes et qui ont sombrés depuis …
            les clowns à roulettes tant qu ils pourront gratter quelque chose, resteront en place à vociférer, à gesticuler , s indigner etc ils resteront ici..
            Solution :fuyez ou si vous ne pouvez pas grattez tout ce que vous pouvez tant que c est encore possible

    2. Olivier Vitri

      Allons allons pas de défaitisme, restons confiants : le trou socialiste avec rien autour s’agrandit et l’antimatière étatiste engloutit tout ce qu’elle peut. Peut-on espérer que ses clients sont de plus en plus nombreux* à comprendre l’arnaque ?

      La fin approche-t-elle enfin ?
      (Bon mouis, on verra… il reste encore de sacrés nids d’allocaoliques à bulletin pré-rempli…).

      Ceci dit, aucun d’entre nous au retour d’une courte absence de vacances, n’aura été exonéré des bons courriers d’extorsion de ce cher État qui ne chôme jamais : impôts, excès de vitesse sur ligne droite pour ma part,… Et j’ose encore râler, mauvais citoyen insoumis que je suis, bien que tout ceci soit pour mon bien et surtout celui des autres, non ?

  12. Kékorésin

    J’ai vu fermenter les marais énormes, nasses
    Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !

    Le bâteau ivre.

      1. royaumont

        Si ça se confirme, ça en dit long sur la pertinence des Abenomics. J’espère que ça calmera les faux-monnayeurs qui nous gouvernent. Sinon, il ne reste plus que le chaudron d’eau bouillante.

        1. Deres

          Ils ont fait une très forte hausse de TVA (de 5 à 8%, on en rêve chez nous) donc ils ont eu une forte hausse avant par anticipation des achats puis une forte baisse dans la foulée. Ce qui pêche sur les Abenomics, c’est la fameuse 3ème flèche des réformes qu’ils recherchent depuis un an dans le carquois sans succès … C’est exactement comme chez nous, quand on arrive à la vrai action, tous les politiques se défilent.

        2. Duff

          Hollande et Sarkozy ont vanté les bienfaits miraculeux des abenomics il y a quelques mois…

          Tous ces crétins qui nous « gouvernent » cherchent tous la soluce miracle pour retrouver la croissance sans faire de réformes des états-providence devenus quasi-intégralement communistes où plus de la moitié des prix sont faux (administrés) et retirés d’un marché libre et concurrentiel.

          Depuis 200 ans qu’on a écrit sur le sujet la conclusion est invariablement décevante. Le marché se venge toujours, il n’y avait pas besoin de boule de cristal pour se douter que les abénomics allaient foirer.

    1. vegeta

      la chine c’est des amis communistes tous comme l’EIIL et le hamas les nouveaux amis de la France

  13. Peste et coryza

    Des articles bien acidulés… vous êtes en grande forme.

    (oui, j’ai trouvé un nouveau job : ouvrier agricole. ça me case le dos, mais ça fait bouillir la marmite, et en plus j’ai des légumes gratuits…)

    Avez vu la jolie déclaration de nos guignols concernant le marché de l’agro avec la Russie ?

    http://www.economiematin.fr/news-embargo-russe-agroalimentaire-union-europeenne-amerique-latine-exportations

    Nos cuistres auraient ils oublié que, comme la nature, les marchés ont horreur du vide ?

    1. hop hup

      bien fait pour la gueule des européens ça la leurs apprendra a faire le toutou de l’oncle qui sam

      qui se gêne pas pour planter des coups de couteaux dans le dos des européens.

        1. Deres

          Splendide ! Au lieu de dépenser de l’argent pour investir et trouver des débouchés à ces produits, on le dépense pour les envoyer directement à la décharge. Il n’y a rien de plus idiot.

          Le pire sont les arguments fallacieux sur le fait que ce sont des denrées périssables. A ma connaissance, depuis l’invention de la conserve et encore mieux la surgélation, les fruits et légumes ne sont plus périssables … D’ailleurs on en importe massivement de Chine et d’ailleurs. Il faut supposer que nos hommes politiques ne consomme que des produits frais dans des restaurants 3 étoiles !

          1. bulltrap

            Ouch, c’est du lourd, LA PHRASE MAGIQUE dans cet article

            Je cite :

            « L’idée est de réduire les quantités mises sur le marché pour que les prix ne chutent pas à un niveau de crise »

            Donc contribuables européens appelés à verser 125.000.000 EUR.
            Pour en contrepartie, aboutir à ce que les consommateurs payent plus cher.

            Et comme très souvent, tribuables et sommateurs sont du même coté du porte monnaie…

            1. Peste et coryza

              En même temps, pour reconquérir un gros marché délibérément abandonné, il va falloir se montrer extrêmement doué/accommodant.

              Les USA, eux, échangent très peu avec la Russie. Par contre, les pays d’europe, oui… Sun tzu serait ébahi.

      1. yp

        C’est somme ça quand on élit des « young leaders » (donc, des gens qui sont formés par les USA, pour faire une politique favorable aux USA.) Ce n’est pas très gentil certes, mais on n’a pas le droit de s’en étonner…

    2. Kékorésin

      Il est cocasse de constater à quel point les mauvaises décisions peuvent être mises en application aussi rapidement par les 28 qui se veulent les garant de la paix et des chatons tout mignons. Les trémolos suivent inexorablement dans une plainte déchirante « c’est pas juste! »

      Putine doit vraiment se marrer d’avoir une telle bande de baltringues en face de lui. En plus, ces neuneus renforcent son pouvoir avec une fibre patriotique au plus haut. J’attends les miaulements désepérés quand viendra l’hiver et que les vannes de gaz seront coupées. La guerre froide s’invitera dans chaque foyer GDF à la grande satisfaction des écolos rigolos pourfendeurs de CO²…

  14. Quiet Desperation

    « Young Leaders »…. on notera que quasiment toute la classe politique française, hormis les « extrêmes » fit partie de ces cargaisons, à gauche comme à droite… il est donc naïf de s’étonner de certains tropismes, une fois le « young » passé « mature »… et étant entré dans la carrière des honneurs…

  15. hop hup

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/jacques-attali-c-est-le-moment-828633.html

    Attali : « C’est le moment formidable et unique pour augmenter la TVA de 3 points »

    « Comme nous sommes en période de déflation, les prix n’augmentent pas, c’est le moment formidable et unique pour augmenter la TVA. J’augmenterais la TVA de 3 points. En échange je baisserais les cotisations des salariés pour leur rendre cet argent sous forme d’augmentation de salaires. Ce n’est pas du tout une mesure injuste.

    la dernière d’Attila il n’a jamais si bien mérité son surnom celui-la

        1. Deres

          C’est la TVA sociale quoi … Flamby l’a annulé et remplacé par quelque chose d’équivalent en moins puissant et plus usine à gaz. Il a finalement touché tous les taux de TVA dont certains sont passé de 5.5% à 10 ou 20% (merci la gueule de bois de certains secteurs qui se sont effondrés dans la foulée après une augmentation de prix de 15% …) et a mis le CICE a la place de la baisse de cotisation. Double effet kiss cool du CICE : l’Etat paie avec une année de retard donc pas de déficit en plus en 2013 et tous l’argent transite par les petits copains de banques qui prennent 5 ou 6% au passage.

    1. Aristarque

      Là où il passe, l’ argent ne repousse pas, n’ est-ce-pas? Une piqûre, vite, une piqûre!… :mrgreen:

    2. Honorbrachios

      je ne sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que c’est ce que notre capitaine de pédalo nous mijote pour la rentrée…

  16. gameover

    Typo : volte-face est féminin
    Y a un journaliste de Libé qui fait la même erreur… ah ah ça doit ête toi !

    1. Kékorésin

      Faux! Il n’y a plus de masculin, ni de féminin dans notre dictature, ni de bleu ou de rose du reste. Qu’on enferme Gameover dans un camp de rééducation citoyenne immédiatement!

        1. Kékorésin

          Les fonctionnaires en charge ne font jamais de zèle. Un problème de rémunération et de sous effectif très certainement.

          En plus, la commission d’hygiène et de sécurité leur a interdit de manipuler des objets dangereux comme les pierres, les couverts en métal, les ouvrages sur le libéralisme, les vidéos de Dieudonné…

          1. gameover

            Lapider, pas défoncer… l’état s’en charge. :mrgreen:

            A continual dropping in a very rainy day and a contentious woman are alike

  17. Kloupa

    Pas de changement, sans compter une remise à plat fiscale, décidée par son prédécesseur avortée, une réforme territoriale en voie d’avortement, et les lois Duflot qui ont mis en panne tout le secteur de l’immobilier, et qu’il ne faut surtout pas changer de front, mais dont l’auteure se paie la tête de Valls en le traitant de cinoque en latin. Elle est pas belle, cette absence de changement: merci, Monsieur Valls.

  18. George Kaplan

    le programme de Hollande m’a toujours fait penser à la pub Tahiti douche : surtout ne rien faire à part doucher tout le monde d’impôts, shampouiner les riches, savonner les épargnants, lessivez les entrepreneurs, récurer les heures sup. etc.. attendre paisiblement le retour de la croissance comme les gentils bronzés d’une ile paradisiaque attendaient la pluie : http://www.ina.fr/video/PUB3784137143

          1. Quiet Desperation

            « on sait qu’un vieux moteur diesel va devenir performant une fois chaud et qu’on peut se permettre d’attendre et de ne rien toucher »….

            La première partie de cette phrase me semble fort juste, la seconde se discute…. au moins avec les dames…

    1. Théo31

      Il reste une seule carte en main pour les têtes de bite du PS pour sauver 2017 : exciter leur allié de 40 ans le FN pour l’avoir au second tour.

      1. hop hup

        sa sera sans moi je ne participerai pas a cette mascarade de sauvetage de la ripouxblique
        car ce ne sera pas de la main du fn quelle disparaîtra mais bien a cause des turpitudes de l’umps.

  19. Dahu

    A la limite, ce n’est pas tant la politique du « on touche à rien, ca va marcher, il faut attendre que ca se manifeste » qui me choque. Ce que j’aimerais savoir, c’est sur quels paramètres le gouvernement se base pour prévoir que ca va marcher. Qu’est-ce qu’ils en savent de l’impact positif de leurs politiques économiques? C’est de la pure speculation et une prise de risque énorme (avec mon argent et plus globalement ma vie et celles de mes enfants).

    Parce qu’autant on sait qu’un vieux moteur diesel va devenir performant une fois chaud et qu’on peut se permettre d’attendre et de ne rien toucher, autant quand il s’agit d’un navire lancé plein pot vers une falaise…

    1. Laurent

      Oui à 1000% ! On l’oublie trop souvent : ils jouent avec nos vies et celles de nos enfants.

  20. Antoine

    Il n’y aura pas de changement de politique économique parce que la France est pieds et points liées aux traités européens qui nous ont ôté toutes nos compétences et donc nos prises d’initiatives. J’encourage les lecteurs à lire les analyses de François Asselineau, le président de l’UPR (Union populaire républicaine) sur le site internet du parti: http://www.upr.fr

    1. Oh pitié.

      Je ne vois pas comment un libéral pourrait partager les thèses économiques de ce monsieur Asselineau. Il évoque sans arrêt la loi de 1973, seule responsable selon lui de l’endettement de notre pays (on peut en rire, c’est facile, ça a déjà été fait ici et ailleurs). Il rejette le libre-échange (bravo, quelle idée lumineuse !), souhaite sortir de l’UE pour mettre en place des mesures protectionnistes (way to go, Franfran), combinées à une politique de relance keynésienne, qui a si bien marché jusqu’à présent. C’est un forcené de l’interventionnisme étatique (surtout lorsqu’on voit son parcours et son CV) qui est convaincu que le redressement de l’économie passe par une augmentation massive de la dépense publique…

      Bref, n’importe quoi.

      1. Antoine

        Je vous réponds point par point. Les thèses défendues par l’UPR sont les suivantes.
        – Concernant la loi de 1973, elle nous interdit d’emprunter à la Banque de France pour construire la Banque Centrale Européenne qui elle même ne peut pas intervenir à cause des traités européens pour être neutre. C’est quand même navrant ! L’Union européenne a une banque mais elle ne peut pas emprunter. En vérité, la position de la BCE vis à vis des traités européens met en lumière une situation désagréable. Comme l’UE privilégie l’ensemble de ses pays membres et non l’intérêt de chaque pays, elle veut éviter un trop grand déséquilibre entre les pays de la zone euro.

        C’est bien ce que je dis. Asselineau et vous ne comprenez rien à la monnaie. C’est effectivement navrant. Et la loi de 73 ne change absolument rien à la situation. Des douzaines de pays (à commencer par l’Angleterre, la Russie, la Chine ou les US) n’ont pas de loi équivalente, et pourtant, se retrouvent empêtrés dans un marasme économique comparable la France sur ce point. La réalité est bien plus simple : la France s’est lourdement endettée, et la manipulation monétaire inflationniste n’y changera rien.

        – Quand au rejet du libre-échange, je ne suis pas dans le rejet systématique. Tout d’abord, c’est l’euro qui nous pose problème à cause du taux de change qui est désavantageux pour nous et à cause des fusions des entreprises françaises avec les étrangers, encore désavantageux pour nous. Je vous conseille de lire ces articles: https://www.upr.fr/videos/av/universite-dautomne-2013-de-lupr-universite-dautomne-2013-table-ronde-y-t-il-une-vie-avec-leuro-y-t-il-une-vie-apres-leuro et https://www.upr.fr/videos/videotheque-upr/leuro-fort-penalise-les-entreprises-francaises.

        Encore une preuve que vous ne comprenez rien à la monnaie. D’ailleurs, l’Europe du Nord a la même monnaie que nous et s’en sort nettement mieux. Ils ont fait de grosses réformes avant. Ce n’est pas une coïncidence, c’est juste la preuve qu’ils comprennent, eux, comment ça fonctionne et que les franchouilles, Asselineau compris, pas du tout.

        Ensuite, ce n’est pas le libre-échange en lui-même qui est mauvais mais son utilisation. L’Union européenne refuse le protectionnisme. Ainsi, les produits asiatiques rentrent dans l’UE comme une passoire

        Ah pitié, renseignez vous sur les tarifs douaniers mis en place. C’est juste n’importe quoi ce que vous dites là.

        mettant à mal les entreprises nationales mais les pays asiatiques s’organisent pour préserver les leurs. Résultat, le taux de chômage est plus important chez nous que chez eux.

        En somme, il faut se battre pour que les prix des produits importés soient le plus cher possible, pour qu’en interne, nous continuions à produire cher ce qui peut l’être à bas coût ailleurs ? Mais c’est économiquement super malin, ça !

        – Quand à l’interventionnisme étatique, il faut le rendre plus intelligent. Vous connaissez comme moi le vieil adage « trop d’impôt, tue l’impôt ». Et bien c’est pareil ! Il faut protéger les entreprises françaises qui ont du mal à se développer et laisser celles qui y arrivent sur la scène internationale. En cas d’urgence, c’est l’État qui intervient.

        Et comme l’Etat sait intrinsèquement ce qu’il faut faire, qu’il a un track record génial en la matière, qu’il est dirigé par des gens compétents, tout le temps, pas de doute, ça va marcher. Vous me décrivez une licorne, belle et gracieuse. Dans le monde réel, c’est un rhinocéros. Désolé. Sans moi.

        – Pour la dépense publique, il faut une bonne gestion et mettre l’argent correctement là où il faut. J’avoue que je dois regarder plus en détail ce sujet donc je préfère éviter de dire des bêtises.

        Raté.

        1. Modern Coding

          Antoine,

          Êtes-vous toujours à l’UPR ? En tant que militant ou sympathisant, peu importe …

          Je suis d’accord qu’il faille sortir de l’UE mais pas pour les raisons qu’affirme Asselineau.

          Pour le reste, il prend son auditoire pour des cons. Les partis politiques respectent-elles l’intelligence des Français ? La réponse concernant l’UPR est clairement non.

          Quant à son discours sur l’indépendance de la France, c’est très séduisant à entendre et si c’est pour que la France devienne le Singapour de l’Europe, je signe tout de suite !

          Mais avec Asselineau, vu son programme post-UE, ce sera plutôt le Viêt Nam d’entre 1954 et 1986.

Les commentaires sont fermés.