Or, dollar et situation économique mondiale

Pendant que tout ce que la presse française est, résolument, décidée à traiter en détail les palpitantes aventures de Nadine à la plage ou Alain dans le grand bain, la situation économique mondiale continue d’évoluer de façon aussi inquiétante qu’intéressante. Et comme il ne me paraît pas trop essentiel de revenir sur les occupations de nos épaves politiciennes en mal de couverture médiatique, je vous propose d’aller voir d’un peu plus près ce que la presse française, justement, ne traite pas des masses : les tendances de fond concernant l’or et le dollar.

Et pourquoi parler de ça maintenant ? Probablement parce que le mot « déflation » est maintenant sur toutes les lèvres. D’abord susurré puis ouvertement prononcé par les élites qui nous gouvernent, sans doute pour justifier leurs dérapages systématiques dans la gestion des finances du pays, la déflation serait en phase d’installation en France et, plus généralement, en Europe ou la récession n’est plus du domaine de l’improbable. Si l’on devait estimer la position générale des pays, on pourrait aboutir au petit graphique suivant qui tente de résumer les différentes évolutions possibles.

croissance et inflation
(Cliquez sur l’image pour l’agrandir – adapté du graphique ici)

Comme on le comprend (et comme le rappelle fort justement Contrepoints dans une série d’articles utiles), si la déflation est bien loin de l’ennemi tant décrié par les keynésiens et les socialistes de tous poils, elle n’en reste pas moins un marqueur clair d’un changement de tendance assez profond dans l’économie mondialisée.

Or, en temps de déflation, « cash is king ». Autrement dit, alors que l’inflation peine à se concrétiser, il est normalement plus intéressant d’avoir peu de dettes et un gros stock d’argent frais. Ceci se traduit, assez logiquement, par une hausse de la monnaie de refuge, le dollar, face à l’euro (nous étions à 1.40 USD/EUR en mai, et nous en sommes à 1.33 USD/EUR actuellement). Toujours de façon assez logique dans ce contexte de déflation, et presque contre-intuitivement en regard des tensions internationales, le prix du baril de pétrole, lui, descend mollement pour venir chatouiller les 90$ le baril (pour le brut) et les 100$ (pour le brent). Le ralentissement économique, nettement sensible dans la baisse de consommation d’énergie, et le développement maintenant soutenu de nouvelles sources de pétrole, qui placent d’ailleurs une nouvelle fois les États-Unis à la première place des producteurs, font finalement plus que compenser les ravages et tensions provoqués par les islamistes au Moyen-Orient.

Jusque là, tout est donc parfaitement normal, même si c’est éminemment désagréable pour les tenants de la croissance à tout prix, y compris et surtout par l’endettement public maniaque ou la relance désespérée des rotatives à billets.

Ce qui l’est moins, en revanche, c’est le comportement des métaux précieux. Normalement, en période de déflation, l’or (et plus généralement les métaux précieux comme l’argent, le platine ou le paladium par exemple) connaît traditionnellement des passages à vide. Puisque c’est de la monnaie dont il faut disposer, en période de déflation les investisseurs malins se délestent d’une partie de leurs métaux pour accroître leur matelas de devise.

Actuellement, pourtant, l’or ne se porte pas mal : ayant progressivement remonté depuis les parages de 1000 dollars l’once de décembre 2013, son cours s’établit actuellement autour de 1300$. Mieux : il monte modestement pendant que le paladium, lui, atteint des records, majoritairement dus à des situations tendues dans les mines sud-africaines qui l’extraient.

imports d'or chinois, sept. 2013Ce qui est d’autant plus intéressant est qu’en parallèle à cette fluctuation fort modeste (et positive) pour l’or alors qu’on se trouve plutôt en période déflationniste, on continue d’observer la tendance déjà évoquée ici et ailleurs, à savoir que des nations persistent obstinément à s’en procurer. Et de façon plus particulière, la Chine ne cache plus trop ses velléités de disposer d’une réserve centrale d’or bien supérieure à celle de l’Allemagne (officiellement 3300 tonnes). Si, officiellement, l’Empire du Milieu prétend disposer d’un gros millier de tonnes d’or, sa frénésie d’achats sur les dernières années permet d’affirmer qu’elle a depuis longtemps largement dépassé les réserves allemandes. Et cette augmentation à marche forcée des réserves chinoises n’est pas prête de s’arrêter puisqu’on apprend que la Banque Centrale Chinoise a récemment autorisé trois nouvelles banques à importer de l’or.

Ce comportement est d’autant plus marquant que les pays émergents ne font plus mystère non plus de vouloir se passer du dollar dans leurs transactions internationales. La récente création d’une banque de développement et d’une réserve de change commune à ces pays (les BRICS pour Brésil – Russie – Inde – Chine et Afrique du Sud) n’est pas une donnée anodine même si son traitement par la presse française fut particulièrement léger. Les fonds de cette banque sont, pour le moment, libellés en dollar, mais sa simple existence montre bien le désir de ces pays de contrebalancer les institutions issues de Bretton-Woods, FMI en tête. Rien n’interdit d’imaginer qu’à terme la devise du fonds change pour quelque chose de plus indépendant de l’économie américaine.

Ceci n’est pas seulement un rêve humide de ces nations, puisqu’on doit maintenant tenir compte des accords bilatéraux permettant à un nombre croissant de pays de s’affranchir de passer par la monnaie américaine. Récemment, la Chine et la Russie ont par exemple signé un accord prévoyant des échanges de devises nationales (swap), sans passer par le dollar.

La Chine dépasse les USA

Petit-à-petit, les différents éléments d’un changement global important se mettent en place. Il y a presqu’un an, j’écrivais un article présentant l’idée que la Chine, en amassant ainsi des tonnes de métal précieux, pourrait un jour adosser son Yuan à l’or. Historiquement, on a déjà observé que les nations qui s’en sortaient le mieux étaient celles qui avaient un budget équilibré et une devise étalonnée. Ce fut le cas pour les États-Unis, l’Angleterre avant eux ou la France encore précédemment. L’année écoulée a montré que la tendance n’a pas varié et que l’idée même d’un changement paradigmatique de monnaie de réserve internationale n’est plus tabou.

Il faudra, sans doute, des années pour la transition d’une économie basée sur le dollar flottant vers une économie basée sur une devise à nouveau attachée à l’or, et de nombreux retournements sont donc possibles. Cependant, d’où nous sommes actuellement, la devise chinoise a de nombreux atouts et constituerait dans le cas d’un étalonnage sur l’or un standard monétaire international d’autant plus stable qu’a contrario, le le dollar est actuellement la devise d’une économie criblée de dettes.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires131

  1. Le Gnôme

    Je ne sais pas pourquoi intuitivement je me méfie d’une monnaie d’un régime communiste. C’est probablement mon anti-communisme atavique et viscéral. Vous me rétorquerez que les autres ne valent pas mieux, mais j’en suis conscient.

    1. Réponse tout à fait saine, en réalité. Cependant, que le régime soit ou non dictatorial, communiste ou non, l’idéologie ne change pas grand-chose à l’affaire. Si, un jour, le yuan est adossé à l’or de façon suffisamment transparente, les Chinois auront la monnaie la plus solide du monde… Pour des cocos, ce serait d’ailleurs fort paradoxal et assez comique.

      1. Olivier Vitri

        Communiste c’est vite dit : ça c’est pour le peuple; les grands échanges internationaux et la puissance du pays sont des aspects d’une toute autre importance, dépassant largement les âneries collectivistes avec lesquelles ils tabassent leur population. Je vous rassure il en va de même pour la France, mais pas tout à fait dans le même sens (plutôt la cave).

    2. royaumont

      La Chine n’a conservé du communisme que l’habitude d’étripper les opposants… sachant qu’elle avait déjà une longue tradition en la matière et n’a pas attendu Mao pour cela.
      Pour le reste, elle a bien compris où étant son intérêt et utilise les concepts libéraux.
      Je dis bien utilise, car elle ne s’y rallie pas vraiment : la Chine est lancé dans une logique géo-politique de domination (et de revanche). C’est une véritable guerre dont l’économie est le fer de lance. La hausse du niveau de vie de sa population est un bénéfice collatéral, pas le principe actif de son action.
      Donc la Chine n’est pas plus communiste que toi ou moi, mais il faut tout de même s’en méfier comme de la peste.

      Nb : il est difficile de savoir ce qui s’y passe vraiment, quel est la santé réelle de ses entreprises et quelle est la véritable ampleur de son développement économique. L’opacité règne, comme sous les communistes, comme toujours là-bas.

      1. Higgins

        Les Han, l’ethnie dominante en Chine, sont très orgueilleux et ne pardonnent pas et ne pardonneront jamais aux occidentaux les humiliations subies sur la période 1850-1950. Toute la stratégie des autorités chinoises repose sur l’effacement de cette humiliation. Les peintres qui malheureusement nous dirigent feraient bien de s’en souvenir. Même si la phrase prête à rire, n’oublions pas que si dans un œuf, il y a du blanc (transparent d’ailleurs à l’état cru) et du jaune, quand on bat l’ensemble, tout devient jaune!

        1. royaumont

          Quand je parlais de revanche, je me référais effectivement à cette période, et notamment aux humiliantes guerres de l’opium. Nous les avons oubliées depuis longtemps. Pas eux.
          « L’avenir appartient à ceux qui auront la mémoire la plus longue » disait Nietsche. Sur ce coup, il a raison.

          1. Duff

            la Chine est toujours un pays communiste : Pour y faire des affaires il faut graisser des pattes. Dans ce contexte de corruption et d’instabilité juridique auxquels il faut ajouter une bonne dose de shadow banking, la croissance actuelle même passée de 10 à 7% me paraît constituer une belle énigme.

            Je me rappelle vaguement des objections faites à l’auteur dans certains commentaires de l’article de l’an dernier, ils sont toujours aussi fondés autant que les velléités chinoises qu’H16 explicite dans ce billet.

            1. Aloux

              Graisser des pattes, ça dépend… pour une petite activité t’es bien plus peinard qu’en France, par contre si tu deviens gros et que tu te mets à chasser sur les terres de l’état ou d’un crony local là ouais t’as intérêt à acheter sa bienveillance.

              1. Higgins

                Aucune preuve à apporter à cette affirmation sinon que la création de nombre zones commerciales en périphérie d’agglomérations me rend de plus en plus souvent perplexe.

            2. channy

              La corruption n est pas une spécificité chinoise..allez chez les Thailandais, malaisiens, indonésiens, cambodgiens etc..c est exactement la même chose et cela n a rien à voir avec le communisme..;la corruption est endémique dans toute l’Asie et pire elle est accepté par la population à la condition qu elle soit raisonnable
              Et oui graisser des pattes c est obligatoire, mais plus le business est petit moins vous êtes emmerdé …en Asie tout à un prix.

          2. Olivier Vitri

            Côté de mémoire longue, il paraît qu’on peut porter cette analyse sur les islamistes qui n’auraient de cesse de venger le sang des croisades (???) j’avais pu lire qu’une partie du monde musulman restait impactée, dans son inconscient collectif, par ces événements vieux de huit siècles… je ne sais pas trop quoi en penser…

            1. royaumont

              Excellente question. Après tout, les croisés ne sont qu’une vague d’envahisseurs au milieu d’une longue liste. Et n’ont été ni meilleurs, ni pires que les autres.
              Alors pourquoi une telle focalisation sur cet évènement ? J’y vois 2 raisons (avis très personnel) :
              – une raison religieuse et métaphysique : les croisades ont fait reculer l’Islam et stopper sa progression. C’est un choc, car l’islam, en répendant la parole de Dieu, ne pouvait pas être battu. En fait, si. Et cette réalité a laissé des traces dans les consciences.
              – une raison plus contemporaine : réveiller ce lointain souvenir permet de mobiliser et de fédérer les peuples contre l’occident, politiquement hégémonique jusqu’à une date récente. Un peu comme la France qui a sorti Vercingétorix du frigo au XIXème siècle pour batir une conscience nationale (où l’Italie de Mussolini qui en appelait au souvenir de l’empire romain).
              Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’une reconstruction de l’histoire pour les besoins de la cause.

              1. Higgins

                Je partage ton point de vue. Je ne pense pas pour autant qu’on puisse mettre sur le même plan l’épisode des croisades et celui de la rancœur de la Chine vis-à-vis de l’Occident. L’utilisation de l’épisode des croisades (dont il ne faut pas oublier qu’elles se terminèrent par la perte de Jérusalem pour les chrétiens et donc par un échec) par le monde musulman est avant tout une posture politique. Force est de constater par ailleurs qu’il existe une disproportion flagrante entre les deux civilisations (la science chinoise a été, est?, grande).

                1. Olivier Vitri

                  Il est clair qu’instrumentaliser l’histoire à des fins politiques ne date pas d’aujourd’hui. J’étais en Grèce il y a encore quelques jours et des discussions intéressantes avec quelques personnes du cru m’ont permis d’apprendre que la Grèce n’a actuellement aucun ‘avenir’ construit en ce sens qu’elle n’a ‘aucune idée’ de la teneur de son histoire ! Le faste de l’Antiquité n’a aucune prise sur la majeure partie d’une population en déshérence, notamment les plus jeunes. Hormis le phénomène Aube Dorée, la Grèce ne semble pas avoir puisé dans son passé pour nourrir un populisme prévisible (presque logique) au regard de sa situation et au regard de situations similaires dans l’Histoire. Faut-il s’en féliciter ? Certainement. Mais il serait étonnant que cela ne se renforce pas, tant ce pays est perdu dans son marasme. Un nouveau syndrome italien des années 30 serait-il alors à envisager ? Pour en revenir à la machine y a-t-il un fascisme chinois ? Si ce n’est pas culturellement comparable, on notera cependant la position dominante et impérialiste des Hans depuis des lustres, en notant leur capacité à oppresser les ethnies voisines (SzeChuan, Ouïghours, Tibet,…)
                  Une chose est sure : les Chinois ne rigolent pas et ils ont aujourd’hui une occasion unique de damer le pion aux turpitudes de leur histoire récente. Ils bont nous le faire savoir et ceci passera par en premier lieu par l’économie. Et si le yuan doit détrôner le dollar, attention les yeux…

                    1. Calvin

                      Encore un coup de la Siri ??
                      Qu’attend-on pour intervenir ???
                      A moins que Siri soit une sorte d’a-Libye ?
                      🙂

                  1. Aloux

                    Juste un mot concernant l’impérialisme Han et l’esprit de revanche de la Chine : honnêtement, ce n’est pas si simple. Historiquement, l’empire chinois est plutôt un pouvoir faible reposant sur le compromis permanent que le proto-totalitarisme qu’on imagine souvent, et l’empire a été entre les mains d’autres ethnies que les Han à plusieurs époques (la dernière dynastie a été fondée par les Mandchous et leurs alliés Mongols, et a duré presque trois siècles). D’ailleurs la véritable humiliation de la Chine n’a pas tellement été les guerres de l’Opium, qui à l’époque n’ont été vécue que comme un nouvel épisode des invasions barbares à laquelle les Chinois ont toujours été confrontés (des étrangers super forts arrivent, leur meulent la margoulette et l’empereur achètent la paix par des cadeaux), mais plutôt la guerre contre le Japon de 1894, où les Chinois ont brutalement pris conscience qu’ils n’étaient plus le centre du monde en se prenant une branlée mémorable avec leurs meilleurs troupes et leur flotte de guerre toute neuve contre une petite nation qu’ils avaient toujours appelé avec mépris « les pirates nains ».
                    Par contre c’est vrai que jusqu’au décollage de l’Europe à l’époque moderne, la Chine a toujours été en tête des nations les plus influentes économiquement et culturellement, et qu’il y a certainement un désir inconscient de clore la parenthèse des deux cents dernières années où ils se sont fait damer le pion par « les démons étrangers ».
                    My 2 cents…

                    1. Aloux

                      Ah oui puis niveau humiliation la guerre des Boxers c’était aussi bien pire que les guerres de l’Opium…

                    2. voleurdufeu

                      Oui, ce que vous dites est juste. Mais vous devriez préciser que l’humiliation la plus grande, ainsi que les souffrances les plus vives (massacre de Nankin) ont été le fait du Japon, qui focalise aujourd’hui l’essentiel du ressentiment chinois. Ma famille est chinoise, on y parle encore couramment des « diables japonais » (ribenguizi), jamais des « diables étrangers » (yangguizi). La télévision chinoise présente tous les jours des séries où les japonais sont ridiculisés. Au contraire, les occidentaux sont le plus souvent présentés sous un jour positif.

          3. La Coupe Est Pleine

            Pour les guerres de l’opium faudra leur rappeler qu’on y était pour rien ! C’est notre ennemi ancestral : « l’Anglois », qui d’ailleurs en porte toute la responsabilité !

            1. voleurdufeu

              Oui, mais Anglais et Français se partagèrent les dépouilles du Palais d’Eté. Une stèle sur place le rappelle encore – mais comme c’est une citation de Victor Hugo, les Français se trouvent en partie exonérés – d’autant plus que Bernard Arnault a eu l’élégance -peut-être pas tout à fait désintéressée- de racheter l’une des statues qui l’ornaient et de l’offrir à la Chine.

  2. lolo

    La Russie aurait à priori déjà attaché son rouble au stock d’or. Je crois que ce qui se passe sera plus rapide qu’évoqué dans cet article, le seul soucis des chinois étant de liquider leurs 3.000 milliards de bonds US avant que le $ ne dévisse.

    Il parait qu’ils achètent des villes entières aux US.

    Cette banque concurrente du FMI que les BRICS ont mis en place, Poutine en tête, n’est pas sans rappeler l’initiative de Hussein de vouloir libeller le pétrole en Euros, ou Kadhafi voulant créer une banque centrale africaine et son dinar d’or…

    Ca explique l’Ukraine, et son traitement médiatique..

    1. royaumont

      Oui, Saddam Hussein décide de se passer du dollar pour vendre son pétrole et dans l’année qui suit, il se balance au bout d’une corde.
      La différence, cette fois-ci, c’est que la coalition des BRICS pèse beaucoup plus lourd et sera plus difficile à aplatir. D’autant plus que les vassaux des EU (l’europe) n’y a pas forcément intérêt.
      Pour l’instant, les dirigeants européens obéissent au parrain… pour l’instant.

  3. christophe

    Méfions-nous des « modes » qui semblent être des tendances durables. Depuis quelques temps, la doxa agite la « déflation »…
    Avouons que ce croque-mitaine se révèle bien pratique pour Hollande et ses complices.
    « C’est pas ma faute, c’est celle de la déflation ».
    Ca vous pose un homme, et surtout ça l’éxonère.
    Cela va devenir son mantra. Et vous verrez que cela marchera… car pris à l’échelle européenne, le story telling devient alors commun. En gros tous les pays ont besoin de la même chose.
    On en revient à la BCE qui lancera son QE, inévitablement.
    Oui, on sait, les méchants allemands et la méchante Merckel ne voudront jamais, ne signeront jamais, c’est contre leur religion etc.
    Sauf que c’est parfaitement faux.
    Merckel d’une part a toujours fini par signer. Et maintenant l’Allemagne commence elle-même à ralentir.
    Parfaite conjonction d’intérêts.
    Les dirigeants européens et ceux de la BCE poussent très clairement un nouveau story telling.
    L’action sera commune contre le monstre de la « déflation ».
    Rappel des faits : depuis 2008, la BCE sur ordre a multiplié les programmes de « stealth QE »… en clair les QE honteux, cachés, dissimulés… pour injecter un maximum de pognon pour sauver les banques, et ensuite sauver les états européens. Ca a fonctionné. Avec des hauts et des bas, mais cela a fonctionné.
    La « déflation » de 2014/2015, va leur permettre de passer à la vitesse supérieure : full QE. QE au grand jour. QE à la chinoise. Torrents de pognon irriguant toute l’économie à commencer par le bâtiment : lancement de gigantesques chantiers d’infrastructure, etc.
    Ce qui permet de comprendre pourquoi Hollande est tellement béat de confiance, au point de paraître totalement demeuré (regardez son voyage hier à la Réunion… il était tout sourire, sans se forcer, absolument stupéfiant).
    Pépère sait… que le QE va lui permettre de booster l’éco jusqu’en 2017 !
    Le « demeuré » pourrait alors bien prendre sa revanche.
    Un deuxième tour africain contre Marine Le Pen achèverait bien entendu le boulot.
    Et nous en reprendrions pour cinq ans de scooter.
    Plus belle la vie, hein ?
    😉

    Mais en tout cas, c’est une certitude. Après avoir sauvé les banques, et épargné la vraie austérité aux états européens, penser que BCE/Bruxelles laisseront les états européens crever par la « déflation », avec les risques politiques derrière (élections de « populistes nationalistes ») est UNE VUE DE L’ESPRIT.
    La logique impose qu’ils choisiront la fuite en avant, c’est à dire un full QE.
    Ces gens là sont mortifères et cinglés, mais ils sont… logiques.

    1. Sauf que la déflation était prévisible et qu’elle est bien là, pour un certain nombre de biens. J’en ai déjà abondamment parlé ici. Et accessoirement, c’est un cauchemar pour Hollande, ce qui devrait indiquer assez précisément pourquoi il n’a aucun intérêt à ce que ça perdure, et par contraposée, pourquoi la déflation n’est pas une si mauvaise chose.

      1. Duff

        Déflation et pas de croissance, des taux d’emprunt qui pourrait remonter (vas-y Janet! bon même si j’y crois pas) : Sapinou va devoir se surpasser pour annoncer le dérapage budgétaire… Attention, gags à gogo en vue.

        1. Duff

          En France il y a tellement de prix administrés ou semi-administrés qu’en dehors de la bouffe et des loisirs, 75% de ce qu’on paie a un faux prix, pour un ménage lambda : 1/3 du salaire est bouffé par un « marché » immo vérolé par le socialisme, l’énergie et les prix de Ségolène sont faux, la culture et les transports ont de faux prix…

          En dehors d’easy-jet et les pâtes Barilla tout est faux alors personne ne voit les aspects positifs pour le consommateur de la déflation, le secteur communiste lui augmente ses prix pour payer ses rentiers…

      2. christophe

        Paradoxalement, la « déflation » est le meilleur allié de Hollande. Son meilleur levier.

        Concernant la réalité, et la mesure, de la déflation… je pense que le meilleur étalon sont les salaires.

        Une véritable déflation = baisse nominale des salaires.

        Pour l’instant, on note que cette baisse -nominale- des salaires… ne se produit « que »…. via la chômage.

        Et encore, c’est une baisse somme toute « contrôlée » puisque on fait tout pour boucher/compenser le trou ainsi creusé par des allocations, des aides, des emplois aidés etc.

        La « reflation » via le QE va permettre de véritablement booster cette compensation… D’un creux, nous obtiendrons alors une petite bute. Et donc de la « croissance ».

        Rappelons enfin le but ultime : il ne s’agit pas de « bien faire », nous savons tous que les QE ne mènent à rien de durable, et ne font que reculer l’échéance…

        L’objectif du système est simplement de perdurer.

        Et de ce simple point de vue, il faut reconnaître… « mission accomplie ».

        Songez ! La Grande Crise a commencé (officiellement) en septembre 2008… Ca va faire six ans déjà ! Autant que la seconde guerre mondiale…

        Hollande finira son mandat, enchaînera les réformettes virtuelles, idiotes. Il n’y aura ni Grand Soir, ni effondrement. Mais jusqu’en 2017, un petit feu d’artifices créé par les QE.

        Ajoutons sur un plan plus politique : quelques attentats spectaculaires (islamistes) achèveront bien entendu de rebooster Hollande. Qui pourra alors se représenter en 2017.

        Seule une très grosse (et réelle) conflagration internationale pourrait mettre à mal ce plan.

        1. Kazar

          Pourvu que Hollande soit le candidat de la gauche en 2017, il se fera battre au second tour par MLP.
          Kazar, de retour de vacances.

    2. Deres

      C’est un simple chantage de type « Too big to fail » de la part des pays. Et la France est le deuxième « too big » d’Europe avec un secteur bancaire démesuré. Le chantage finira donc par marcher. Je suis bien d’accord que l’Allemagne et la BCE céderont, c’est inéluctable. D’ailleurs, les allemands n’ont pas vraiment dit « nein » mais seulement que cela viendrait après les réformes pour les soutenir. Flamby freine des deux pieds et fait semblant de réformer en espérant que la cavalerie arrive AVANT et non APRES la bataille … Les victimes collatérales sont bien entendu les français. L’arrivée du Full QE signifiera bien entendu la fin des minimes réformes promises et le retour à la distribution de pognon sans limite en vue de 2017. On continuera de décliner à petit feux en se trouvant des boucs émissaires à l’extérieur. Et nos hommes politiques et hauts fonctionnaires seront eux aux anges avec des belles carrières et plein de pognon.

      1. Higgins

        C’est malheureusement le plus probable dans les vingt ans à venir. Normal 1er restera dans l’Histoire celui qui a mis un coup fatal à ce qui a été autrefois un grand pays.

        1. Deres

          Oui, on se tape des croissances inférieures en moyenne aux américains depuis 30 ans. Quand on regarde les évolutions des PIB sur 30 ans, on voit clairement notre perte de vitesse progressive. Il n’y a pas besoin de crise ou de récession pour descendre. Il suffit de rouler moins vite que les autres pour se faire éjecter par l’arrière du peloton.

          1. Higgins

            JP Chevallier (que je vois avec plaisir sur Contrepoints) a sorti le 14 août dernier un article assez éloquent sur ce thème. Même si j’ai tendance à penser, en dépit de la justesse de ses analyses, que le reprise US n’est pas aussi flamboyante (alors que la dégringolade des la France est, elle, « flambyante ») qu’annoncée, la sécheresse des chiffres est impitoyable.

      2. dede

        « avec un secteur bancaire démesuré »

        Qu’est-ce qui vous fait dire cela? Peut-etre que les 3 plus grosses banques sont effectivement maousse mais le secteur?

        En regardant le poid du secteur financier dans quelques indices boursiers, je trouve en tete l’IBEX 35 a plus de 40%, un groupe au-dessus de 22% ou se trouvent le CSI300, le FTSE100 et le Stoxx600 et enfin en queue legerement au-dessus de 16% le Dax30, le CAC40 et le SP500…

          1. gameover

            « Par exemple en France, le total des actifs détenus par les banques commerciales (BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale…) s’élève pour avril 2012 à 8.500 milliards d’euros, soit plus de 4 fois le PIB de la France ! En moyenne, le montant des actifs détenus par les banques de la zone euro est 3,5 fois supérieur au PIB, avec un record pour le Luxembourg (actifs bancaires 25 fois supérieurs au PIB). »

            http://www.captaineconomics.fr/actualite-economique/item/179-33900-milliards-le-montant-cumule-des-actifs-des-banques-de-la-zone-euro

            Et les américaines sont rikikis
            http://www.captaineconomics.fr/component/jce/?view=popup&tmpl=component&img=images/juin2012/secteur-bancaire-pourcentage-pib.jpg&title=

  4. Calvin

    La Chine aura-t-elle le temps de devenir le fer de lance de cette économie basée sur l’or, si elle est elle-même sous la menace d’une récession qui – en l’absence de marché réellement libre et parce que la tendance habituelle des dirigeants sera de fixer, réguler, contrôler, sévir, etc… – pourrait être sévère ?
    La force de la Chine, c’est sa puissance collective, en ce sens que la population a été habituée depuis des centaines d’années à travailler de concert quitte à sacrifier une part de ses libertés. Est-ce une force ou une inertie ? Est-ce une garantie ou un sacrifice ?

  5. Calvin

    Où on en est de la réserve en or que l’Allemagne possède sur le sol US et qu’elle ne pouvait rapatrier ?
    Merkel a renoncé face à Goldfinger ?
    Après le nucléaire, le QE, le smic allemand, Angela : le renoncement, c’est maintenant !

    1. Deres

      Finalement, ils ont annoncé que leur argent était plus en sécurité aux Etats-Unis et un retour à la politique précédente de stockage à l’étranger. C’est juste un moyen de sauver la face suite au refus de rapatriement des américains.

      1. Higgins

        Je ne retrouve pas le lien mais les autorités allemandes éprouvaient, il y a quelques mois, des soucis pour savoir ce qu’était devenu l’or en dépôt aux US. De là à penser que tout n’est pas clair en ce domaine, il est un pas que je franchi allègrement. Normalement, en démocratie, les citoyens sont en droit de demander et d’obtenir des explications claires de la part du pouvoir politique. Mais ça, c’était avant. Maintenant?!…
        D’ailleurs, au sujet des liens, il semble que depuis une quinzaine de jours, WordPress plussoie considérablement à la parution d’un commentaire dès qu’un lien est indiqué au lieu de deux précédemment. Est-ce passager ou bien permanent? Si c’est le cas, c’est un peu dommage car je crois utile d’étayer certains commentaires.

  6. LeRus

    Que l’économie chinoise prenne une place de plus en plus importante dans le monde et que sa monnaie devienne à terme une alternative au dollar est une donnée acquise.

    Par contre, à mon humble avis, pour la seuxième partie, ça va quand même prendre un bon bout de temps. Il faudra pour cela que l’économie chinoise sorte du quadrant Boom Artificiel et ça risque de créer une gueule de bois de grands jours. Peut être qu’àlors la Chine, tel un phoenix, prendra le leadership monnétaire mondial, mais j’ai bien peur qu’entre temps on assiste à un colapse financier mondial. Et là, effectivement, les Napoléons seront utiles.

    Curieusement, autant l’arrivée d’un black swan financier me parraît plus ou moins inévitable, autant l’avènement du Yuan comme monnaie mondiale me semble être possible que dans une vision très lointaine.

    1. voleurdufeu

      Tout à fait d’accord. Pour que le yuan devienne monnaie de réserve, une condition nécessaire est que la Chine devienne importateur net pendant une longue, très longue période, devenant ainsi le débiteur net global du reste du monde (comme les USA aujourd’hui), et non son créancier. Bon, il est vrai qu’avec leur gaz de schiste, les USA importeront moins d’énergie, mais çà ne suffira probablement pas.

  7. David

    Small typo : « nous étions à 1.40 […] » -> c’est l’EUR/USD (et non USD/EUR) ; quand le $US s’apprécie, le rapport EUR/USD baisse.

    Le renminbi devise de réserve et des réglements internationaux ? héhé, ça serait marrant … en attendant, impossible de le trader dans de bonnes conditions sur le Forex, les spreads (différence des cours achat-vente) sont monstrueux.

  8. DoM P

    Je ne sais pas si l’or, le yuan, ou une autre monnaie fiat va finir par s’imposer comme monnaie de référence dans les échanges internationaux.
    Mais ce que je sais, c’est que les crypto monnaies ont le vent en poupe. On en parle peu dans la presse, les gens ne comprennent pas ce que c’est, mais tout un système économique est en train d’être mis en place, sain, avec peu d’intervention de l’état. Qu’en sera-t-il dans 5 ans ?

  9. Aloux

    HS sans grand intérêt, mais je suis tombé sur une photo de ces charmants jeunes gens…
    jeunes gens sympathiques
    …et je me demandais si le monsieur à gauche ne voulait pas envoyer un subtil message. Un fan ? A moins que tu nous ais caché ta carrière de hip-hopeur slovaque, H16 ? 😆

  10. Duff

    Hier j’allume BFM Business à l’heure des experts. Interrogé sur ce quee devrait faire la BCE, j’entends Henri Sterdyniak appeler à un QE. Je coupe net.

    1. Deres

      Et soit, le QE n’est pas si dramatique que cela et à sa logique d’éviter l’effondrement. Les UK et USA en font bien et ne se portent pas si mal que cela. Le souci est que ces manipulations monétaires sont uniquement destinés à se donner du temps et de la marge de manœuvre pour pouvoir faire des réformes structurelles écartant les causes de la crise de 2009. Hors, au moins en France, ce n’est pas ce que nous faisons bien au contraire. Dans notre pays, point de réforme structurel mais un effondrement de la production, une fuite en avant dans l’étatisme et le collectivisme et un maintien du statu-quo su le secteur bancaire. Pire que cela, nos absence d’actions en absolu revient à agir négativement en relatif par rapport à nos partenaires qui agissent beaucoup plus que nous.

      1. Duff

        le QE est réclamé justement par des politocards qui ne veulent PAS faire de réformes, rien que pour ce temps accordé et qui se paiera, le QE est maléfique.

    1. Calvin

      Tu es sauvé, Aristarque n’est pas là !
      Hum, mais pour information, il n’y a pas que la première phrase :
      – manipulations destinéEs,
      – or au lieu de hors,
      – réforme structurelLE,
      – et pire que cela (!) : nos absenceS d’action…
      Au moins !
      Néanmoins, je suis content de te lire.
      🙂

      1. Aristarque

        Bien sûr que si mais Deres n’ est pas un polisson dont l’ éducation reste à compléter si ce n’ est à faire! Quoiqu’ il y ait certain domaine où tu es d’ une rare précocité du haut de tes huit ans… 😆

      2. Deres

        Oui mais ne pas faire les accords en premier jet, soit, mais se tromper de mots donc de sens, cela n’est pas acceptable de mon point de vue pour la clarté du propos …

  11. Patatrac

    Le cours de l’or est, c’est tacitement admis, manipulé et les changements apportés à la fixation de son prix à Londres en juillet dernier (les principes du fixing de l’or datent de …1919) ne furent qu’une tentative sans lendemain de régularisation de ce marché. Des grandes bullion banks, plusieurs furent condamnées à payer de fortes amendes pour manipulation des cours, dont Barclays en 2012 (£26m). Empiriquement, le cours de l’or évolue à l’inverse du cours du dollar.

    La politique d’achat d’or par la Chine (qui n’a jamais confirmé ce fait, ni ne publie la quantité d’or qu’elle détiendrait) serait surtout une manière de stabiliser son système bancaire fortement fragilisé en raison des engagements hors bilan gigantesques des établissements chinois (immobilier et shadow banking). Par ailleurs, les réserves de change permettraient de la Chine déjà de laisser fluctuer le Yuan sur les marchés des changes internationaux, tout en soutenant sa valeur. La part de l’or dans les réserves de change chinoises serait de 1% (World Gold Council, Mars 2014), trop faible pour adosser la devise au métal jaune. Le conditionnel s’impose ici car la fiabilité de toute statistique portant sur l’économie chinoise est encore très discutable.

    Pour l’heure, l’Euro est le plus grand concurrent monétaire du dollar américain. Une véritable « dédollarisation » de l’économie mondiale ne peut se produire que par la constitutions de blocs économiques en relations commerciales directes, hors Etats Unis. Ces derniers sont encore au centre de l’échiquier.

  12. Kékorésin

    Le premier producteur de pétrole reste la Russie avec plus de 10 millions de barils/jour, devant les USA et l’Arabie Saoudite. Pour le gaz, les USA sont passés devant la Russie d’une courte tête.

    Cela rend la situation Ukrainienne encore plus cocasse avec un embargo sur les produits européens, qui profite aux pays comme le Brésil ou la Chine (c’est vraiment trop injuste – houaaaa-ha-ha!!!) L’autre effet KISS-COOL sera bien entendu les coupures intempestives de gaz nat vers l’Ukraine et par rebond, vers notre brillante démocratie garante des droits de l’homme mais pas garante du chauffage individuel!

    Pour ce qui est de l’or, la Chine est le premier producteur mondial (355t/an), la Russie étant le quatrième. Nul doute que le Yuan est en attente pour entrer dans la cour des grands, avec des réserves officielles largement sous estimées pour pas révéiller le dragon américain trop tôt. Pour le Rouble, c’est pas gagné principalement du fait d’un manque cruel d’exportation de produit manufacturés.

    1. Aristarque

      J’ ose espérer que « garante des DDLH » est à prendre au second voire énième degré dans votre texte, locution juste utilisée par habitude pavlovienne ? Parce que, lorsqu’ on aborde les travaux pratiques, comment dire????…

      1. Kékorésin

        J’ai faux hein? La grèce est la mère de toute les démocraties! Mouaaahaha!!!

        Si tu me lisais plus souvent, tu devinerais par toi même cher Aristarque de Samos…

        1. Aristarque

          Je m’ en doutais mais à première lecture, j’ai eu un doute : et si K. avait rejoint le côté obscur de l’ empire des mots à force d’ouïr le bla bla ambiant de la Grance???
          Depuis le temps, vous savez, comme le polisson, qu’aucun texte ne m’échappe! C’est, n’en déplaise audit polisson, que mes yeux, bien secondés de besicles, voient encore clair même s’ils piquent souvent…

          1. Kékorésin

            Le changement c’est maintenant mais pas à ce point quand même.

            Je pense que je vais faire comme Noland et sa bande de comiques et garder mon cap pour mieux incarner le changement…ou inversement je sais plus trop bien ?!¤µ?!

  13. Aristarque

    Il n’y a pas que les Chinois remâchant les guerres de l’opium ou les islamistes utilisant les croisades pour motiver leurs troupes. Nous assistons, dans ce pays, depuis plusieurs années à un réveil des vieux antagonismes franco-allemands parfois dignes de ceux sévissant avant la Grande Guerre. Certains jours, je me dis qu’il est heureux que nous n’ayons plus une armée digne de ce nom car qui sait si on ne parlerait pas de passer le Rhin pour aller distraire les esprits de la déglingue économique de ce pays..

  14. Flo

    De toutes façons on est tous foutus (HS):

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2014/08/22/01008-20140822ARTFIG00107-les-meteorologues-predisent-un-avenir-climatique-apocalyptique.php?pagination=1#nbcomments

    Surtout parce que :
    « Les aléas climatiques donneront lieu à des épisodes bien plus graves, en accentuant les périodes de canicule ou de froid polaires et en augmentant la fréquence des TSUNAMIS et autres catastrophes climatiques, selon les spécialistes du climat »

  15. Buchanan

    Le dollar est actuellement la devise d’une économie criblée de dettes. Oui, mais les autres c’est pire. Une monnaie évolue par rapport aux autres devises et non en absolu. La Chine ? Ils ont sur les bras une bulle immo monstrueuse, l’immo en % du Pib c’est 15% en Chine contre 7% aux USA en 2007. L’Europe ? Pffut. La Russie ? Pffut. Le Brésil ? Pffut. Les USA sont les premiers d’une classe de cancres. Mais ils ont crevé leur bulle immo, leur déficits publics s’amenuisent, ils ont du pétrole, leurs couts de production sont parmi les plus bas du monde, etc…
    Alors, AMHA, l’usd a moyen terme, c’est up !
    Après, il est fort possible que le dollar perde son statut de monnaie réserve. J’ai l’impression que cela sera plus du à leur propre bêtise qu’a l’émergence d’une nouvelle puissance économique. Il devient de plus en plus risqué de détenir des actifs ou réaliser des transactions en dollars : Fatca , Argentine versus Judge Griesa, amende BNP, sanctions extraterritoriales, etc…

      1. Flash

        h16, je pense que Buchanan a raison.

        La Chine a encore des fragilités. Rien n’est encore certain. Ils ont un coup à jouer, et peuvent potentiellement exploiter les faiblesses des USA. Toutefois, ils restent malgré tout très exposés à la dette US.

        L’Europe, la Russie ou le Brésil ne me semblent pas non plus en mesure de menacer les USA : l’Europe est vassalisée, la Russie a d’énormes lacunes au niveau de son secteur productif, le Brésil ou l’Afrique du Sud ont de gros problèmes à gérer (insécurité en tête, mais pas seulement).

        Les USA ont su miser sur les OGM, sur le gaz de schiste, sur un ensemble d’éléments auquel nous avons tournés le dos par idéologie conservatrice-écologiste.

        Mais leurs erreurs énormes en matière géopolitique et internationale risquent de leur coûter cher. Le cas BNP Paribas ou la gestion du dossier irakien sont des éléments révélateurs, je trouve.

        1. « Rien n’est encore certain »
          Oui, justement.

          Personne ne peut prédire si, ou quand, les Chinois pourraient juger utile de se séparer durablement des relations commerciales en dollar. Partant de là, il reste ce qu’on peut observer, factuellement, à savoir : ils achètent beaucoup d’or, et accumulent les swaps hors devise américaine. Ces deux éléments (plus d’autres) laissent penser à une stratégie de long terme parfaitement crédible. Emphase sur « long terme ». Je n’ai pas écrit : là maintenant tout de suite, la Chine bascule à l’étalon.

  16. Calvin

    Petit HS.
    Jean Luc Melanchon est finalement un vrai humaniste.
    Ayant constaté les carences infernales que s’impose H16 pour narrer les multiples et joyeuses facéties de nos incultes élus, il a décidé de se mettre en congé de la politique.
    Il laisse le champ au autres ignares, même si certains ont pris le relais sur le plan de la dialectique oiseuse, des amalgames faciles, des colères surjouées et des imprécations pathétiques.
    Place aux Narine, Duflot, Nono, ….
    Hum… on n’est pas sorti de l’auberge vénézuelienne…

    1. Aristarque

      Tu vois des carences (i.e. lacunes) infernales dans les propos de notre hôte? Ah oui, Smartphone alibi, comme l’ autre jour. A moins que tu ne songeas à décadence infernale à l’ image de Laure Taugraff qui te manque tant ? 😆

    2. petit-chat

      M’étonne pas que Calvinou n’envisage la retraite de h16 qu’à 105 ans au vu de ses carences infernales. Merci pour l’éclat de rire !

  17. Popeye

    HS mais un bel enfumage pseudo statistique pour encore raboter les « cadeaux fiscaux » de ces salauds de riche.

    http://www.lepoint.fr/economie/services-a-la-personne-les-plus-aises-beneficient-des-avantages-fiscaux-22-08-2014-1855775_28.php

    Chouette, on va pouvoir en toute « justice sociale » couper encore dans les réductions d’impôts liées aux services à la personne.
    Oh, effet inattendu, les montants récupérés vont diminuer et le travail « gris » augmenter.

    1. Calvin

      Néanmoins, le Conseil Constitutionnel a saqué ce genre de raisonnement dernièrement.
      Il va falloir que nos élites modifient définitivement les derniers verrous…

      Mais ils ne devraient pas oublier que le mythe de Robin des Bois n’est juste que lorsqu’on pique l’argent à ceux qui le volent indûment et non à ceux qui créent des richesses…

      1. Deres

        A ce sujet, je vous conseille l’article suivant :
        http://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/0203718378214-la-nouvelle-caledonie-engage-une-ample-reforme-fiscale-1035231.php

        On y apprend au passage le sens des mots « ample réforme fiscale ». cela veut dire une hausse massive et tout azimut des impôts.

        C’est aussi pathétique que Hollande à la Réunion avec sa hotte pleine de cadeaux de Noël. D’ailleurs au passage, je croyais que l’outre-mer avait les même loi que chez nous mais il va créer des différentiations régionales importantes y compris dans les droits des fonctionnaires de police suivant leur origine … Encore un coup de canif dans la fameuse égalité républicaine déjà mourante.

        1. Calvin

          La Nouvelle Calédonie est un POM (Pays d’outre-mer), et, à ce titre, les lois de la république ont divergé.
          Et encore, c’est dans l’attente de l’indépendance.

          1. Aristarque

            Les lois divergent peut-être mais aucunement la mentalité de dépenses clientélistes à tout-va qui doit y prévaloir et fonctionner tout aussi bien qu’en métropole :
            http://www.lepoint.fr/economie/collectivites-locales-toujours-plus-de-fonctionnaires-en-2013-29-07-2014-1849921_28.php

            Un extrait significatif : nos collectivités locales ont augmenté leurs dettes, les faisant passer de 700 millions d’euros en 2011 à 9,2 milliards en 2013 ! Treize fois plus ! Treize fois la mise comme au casino ! ceci après avoir copieusement augmenté les impôts locaux…

            La Nle Calédonie peut bien prendre son indépendance, cela nous fera des économies même si le nickel devrait être plus cher (ce qui reste à voir, de surcroît) mais le risque est que ce soit l’indépendance avec chèque à la fin du mois…

            Et leur « voisin » ne vaut pas moins cher :

            http://www.lepoint.fr/politique/polynesie-gaston-flosse-presente-son-plan-de-relance-11-04-2014-1812107_20.php

            Ce polisson (à 15H46) a convenablement résumé ma situation.

            1. Aristarque

              Nota : à partir de « La Nle Calédonie… », il s’agit d’un commentaire personnel et non un texte tiré des articles (problème de balise)

        2. Kékorésin

          J’ai un ami qui vit à Mayotte et il me décrit une situation plus qu’inquiétante. Sarkozizi nous a imposé Mayotte comme département et la situation là-bas dégénère de plus en plus. Les comoriens affluent comme des mouches sur un gâteau à la merde, attirés par le bon argent de nos impôts qui finance leurs soins et leur retours acompagnés à répétition. Mobilex vient de supprimer la PAF (police aux frontières) pour laisser la main à la gendarmerie qui a du mal a faire le plein de ses patrouilleurs!

          Les habitants sur place parlent de plus en plus d’auo défense devant l’inefficacité totale de l’état français!

          http://www.ipreunion.com/photo-du-jour/reportage/2014/08/19/immigration-clandestine-mayotte-l-appel-au-debarquement-massif-du-gouverneur-d-anjouan,26777.html

          http://rue89.nouvelobs.com/2014/08/22/france-piege-mayotte-bombe-a-retardement-giscard-254347

        3. passim

          Coups de canif et petits cadeaux…
          Un extrait de Var Matin :
          « L’information est passée quasiment inaperçue. Et pourtant, elle est de taille. Le gouvernement a validé la première adaptation législative proposée par l’assemblée de Corse en… 2009 : la mise en place d’une taxe de mouillage dans les endroits autorisés au sein du parc marin de Bonifacio et dans la réserve de Scandola.
          Lors de sa visite à Ajaccio le 18 juillet dernier, la ministre de la Décentralisation Marylise Lebranchu a accepté l’idée de créer un dispositif de redevance pour le mouillage. »
          Plus loin :
          « Cette redevance – qui exclut les résidents corses – devait être acquittée par tout navire ne justifiant pas d’un titre de stationnement dans un port de plaisance ou dans une zone de mouillage organisée du 1er juin au 30 septembre, à compter de 2010. »
          L’objectif est de faire baisser la pression de la fréquentation, mais aussi et surtout de constituer un élément de fiscalité écologique (ben voyons, ndlr). Une redevance de 20 euros (maximum) par mètre, devait permettre à la CTC de bénéficier d’une ressource supplémentaire estimée à environ 3 millions d’euros par an. »
          20 euros le mètre. Soit 200 euros pour un modeste voilier de 10 m.
          La Corse (comme la Martinique) est-elle en France ? On peut en douter.

          1. petit-chat

            Ah, c’est pas tout le tour du bateau (au moins 40 m) ? Et la hauteur (en et hors d’eau) n’est pas encore taxée ? Sont bien braves dans le fond… Et puis ça va attirer les touristes, et comme il y en aura de moins en moins et qu’ils compteront toujours sur un pactole grandissant, la taxounette va grossir à la vitesse de la CSG.

          2. Aristarque

            Éloquent de voir que la première adaptation législative concerne la création d’une taxe spécifique. Quand je pense que des professeurs d’ histoire enseignaient en mon temps de galopin qu’ une des abominables plaies de l’ Ancien Régime était la fiscalité très variable selon les provinces qui nuisaient de fait à l’ égalité devant la taxation…

    1. petit-chat

      Y’en a qu’on essayé : Sadam Hussen, Omar Khadafi…
      Les USA ne tiennent que par la force des armes pour défendre le dollar. S’il s’écroule (sa valeur actuelle réelle est inférieur à un bout de papier Q usagé), c’est toute leur économie basée sur la valeur fictive du $ qui s’écroule, d’autant qu’ils sont importateurs et paie en monnaie de singe. Si Taubir’ lit ces lignes, je vais avoir un procès…

    2. LeRus

      Vue la pagaille à gérer l’Euro, qui pourtant regroupe des monnaies assez sérieuses, je suis curieux de savoir qui placerait ses économies dans un papier guarantit par la Chine, la Russie, le Brésil et l’Inde! Pas demain la veille.

      Il ne suffit pas de vouloir créer une monnaie, il faut aussi que celle-ci fasse confiance. A part l’Euro et le Yuan plus tard, pour l’instant personne n’est en mesure de supplanter le USD. Malgré les déconvenues, l’économie américaine reste – de loin- la plus puissante au monde.

  18. pouf pouf

    Une petite tristesse du quotidien m’étreint, me serre un peu la gorge et les entrailles, demain c’est l’anniversaire de mon papi et après demain de ma mamie, ou le contraire, je n’ai jamais pu m’y faire, le fait est que c’est encore leur anniversaire et qu’ils ne sont plus qu’en moi. Je revois vingt étés passés ensemble, l’ordre d’apparition des fruits, de grandes couvertures blanches sous les arbres, et puis la fin de la saison, ramasser les noix poisseuses de leurs bogues sous la pluie ; les roses de mon grand-père, les dahlias, les lupins, les pois de senteur. Je suis à nouveau là-bas, mon papa enlève les roues d’équilibrage de mon vélo, je fais des tours sur le ciment crevassé de la cour, la tête ne me tourne pas. Les premiers jours de soleil, manger dehors tous les midis, les premiers petits-déjeuners de l’année dans le jardin, les premières fleurs du printemps, la première fin de semaine dans la maison aux plâtres imbibés, l’odeur de moisi ; tous ces souvenirs merveilleux qui n’appartiennent qu’à moi, le trésor qui m’habite, le sourire qui me porte. Un peu de mélancolie et hop, c’est reparti.

  19. hedouin

    Le vrai problème c’est l’€….
    Tant que l’euro restera une demi monnaie (une facilité pour le tourisme ) ,et non pas l’outil d’une politique budgétaire responsable ,les pays les plus avancés de l’UE « exporteront » de plus en plus cher leur produit vers les pays les moins avancés ,les empêchant ainsi de rattraper leur retard grâce des projets de développement rentable ?c’est à ce prix fort ( pour les autres )que l’Allemagne a accepté l’€!!!

  20. hedouin

    Hollande,Sarko ,Valls,ou Juppé ( les 2 futurs concurrents ) n’y peuvent bien sur pas grand chose ,sauf encore F.H. à faire la chaise vide de toutes les réunions UE et €( ce que je lui conseille fortement !),de Gaulle en son temps l’avait fait pour l’Otan et la politique agricole commune avec quel succès

  21. gnarf

    Pas facile ces histoires d’or et de devises. On voit bien inflation, deflation, et le comportement logique a adopter dans ces cas. Un peu comme regarder le courant descendant d’une riviere: il y a des lois, une logique.
    Mais le comportement a court et moyen terme des marches, c’est un peu comme faire un zoom sur une toute petite portion de riviere remplie de tourbillons. Chaotique, impossible a prevoir, le flot va par instant a l’oppose du courant general de la riviere. Des « instants » qui sont parfois des mois ou des annees.
    Tout ca c’est tres flou. Autant les specialistes des monnaies nous font des analyses limpides du passe, autant ils sechent comme n’importe quel clampin devant le present 😉

    1. gnarf

      Ca me fait penser que les experts ne sont toujours pas d’accord sur les effets des achats d’or par les differents pays sur la crise de 29. On n’est pas rendus.

    1. hop hup

      Ils disent que c’est pour lutter contre la contrebande mais en fait c’est pour renforcer le Controle de l’etat sur le peuple.

        1. Aloux

          Mais non vous n’avez rien compris, c’est parce que là-bas il y a trop de méchants capitalistes de droite qui font rien qu’à spéculer sur le PQ pour saboter les calculs généreux du gouvernement socialiste ! Une fois qu’on aura fermé les frontières, mis les spéculateurs dans des camps et que tout le monde aura une puce dans le cul ça marchera vous verrez !

      1. gameover

        Les tickets de rationnement permettant d’avoir des produits à bas prix ont toujours conduit à un développement du marché noir. Il doit bien y avoir contrebande à mon avis et le problème c’est le faux prix.
        De vrais malades ces communistes.

    2. Calvin

      C’est devenu une parodie, le Venezuela ??
      Ça tombe bien pour Jean-Cul Mechancon, il avait besoin de vacances. Il faut qu’il file à Caracas, le Disneyland communiste…

          1. yp

            Toute la beauté du socialisme et de l’égalité devant le travail, résumé en un extrait :

            « Avec ses 560 km², le camp numéro 16 est à priori le plus grand du pays. Environ 20,000 personnes y travailleraient, sur une surface équivalente à trois fois la taille de Washington ou de Tunis.

            De nombreux prisonniers s’y retrouvent sans même avoir fauté. La « culpabilité par association », forme de sanction collective, alimente les camps en main d’oeuvre. Selon un des rescapés, certains y ont passé 20 ou 30 ans pour « un délit ridicule commis par leur grand-père ». Mais les Kwanlisos ne s’évertuent à réunir les familles que pour les briser peu à peu.

            Les témoignages des rescapés donnent un aperçu des conditions de vie qui y règnent. Des détenus seraient forcés de creuser leur propre tombe avant qu’on ne les abattent d’un coup de marteau dans la nuque. Quant aux femmes violées, elles disparaissent, comme si un malheur devait en amener un autre. (…)

            Après avoir passé une nuit au service de hauts responsables, les femmes devaient mourir pour que personne ne découvre ce secret. (…) »

            http://www.huffpostmaghreb.com/2013/12/05/camps-de-travail-coree-du_n_4391006.html

    3. Aristarque

      Ce qui est « bien » avec ce type de gouvernement, c’est qu’ il permet de vérifier en vraie grandeur, certains axiomes économiques. Par exemple, celui qui veut qu’ une pénurie surgit rapidement si un prix de vente est imposé bien qu’il ne couvre pas les coûts de production et de distribution… Or donc, les Vénézuéliens bénéficient théoriquement de nombreux prix défiant toute concurrence. Ne reste plus qu’ à trouver l’ objet correspondant au prix, ce qui exige, a minima, beaucoup de temps de queue sans parler de la chance d’être au bon endroit au bon moment, et le temps, c’est de l’ argent. Gageons que dans ce pays, les associations caritatives n’ ont pas grand’chose à récupérer des invendus…

  22. Steph

    Une vision différente de votre article mais qui le rejoint à long terme
    1/ Le passage de l’euro pour l’Europe égal le dollar américain car vous achetez avec la même valeur partout que ce soit aux US ou en France (n’est pas pris en compte la valeur de transaction) mais vous achetez un M** D* en France c’est identique aux US on vous rend sur le même ordre de grandeur
    Conclusion: le dollar sera imposé aux européens partout ou on pourra payer aussi bien avec la monnaie locale ou l’autre pour ceux qui en disposeront.
    2/ Le dollar contre le Yuan
    Vous aurez les pays avec monnaies dollar et le yuan pour la Chine, Russie… qui vont l’adopter et ne veulent point de cette suprématie américaine (en ont marre). Vous allez dans n’importe quel pays vous pouvez payer en dollar us.
    Conclusion : ce sera un pacte l’un contre l’autre
    Les Chinois veulent contrer très fort jusqu’à imposer leur influence sur le plan international comme le fait actuellement les US

    Donc on va manger chaud car cela se jouera au coude à coude, voir aux sorties en touches et position sur OFF pour certains car certains pays n’auront plus le droit de parole sur certains points économiques et autres

  23. lxy

    En réponse à Steph un économiste s’est occupé à comparer les niveaux de prix selon les pays en utilisant le prix du McDo de base…et s’est aperçu que le niveau de vie des Venezueliens était largement au-dessous de ce qu’indiquaient les statistiques officielles.
    Pour revenir au sujet, merci à H16 et à ses commentateurs pour le plaisir qu’ils nous donnent en débattant de passionnants sujets géo-économiques.
    Pour ma part, je pense qu’il faut prendre en compte l’énorme potentiel scientifique et technique que possèdent maintenant les pays du BRICS, un potentiel qui pèsera de plus en plus dans la balance de la compétition entre l’Occident et le reste du monde. Dynamisme technologique relayé par la vitalité « entrepreneuriale » de ces pays. (les lecteurs auront noté que dans le schéma en référence de cet article il est écrit « Dans une situation économique saine, une croissance positive et une légère déflation .résultent du progrès technologique » – Notons au passage qu’il y a comme le cholestérol une bonne déflation causée par les progrès technologiques et une mauvaise provoquée par la décroissance.)

  24. gameover

    HS

    Les hôteliers, restaurateurs se rebellent contre les avis des internautes.
    Sylvia Pinel est appelée au secours contre ce fléau du XXIème siècle.
    Je tombe là dessus… je me dis que la presse va venir au secours de la restauration QLMENE…

    http://www.lefigaro.fr/gastronomie/2014/08/23/30005-20140823ARTFIG00024-on-a-teste-le-pire-restaurant-de-paris-selon-tripadvisor.php

    Les 3 dernières phrases sont assez parlantes. C’est la grande différence avec un vendeur ebay, amazon ou cdiscount et bientôt tout commerçant.

    1. channy

      Non Gameover, les deux clowns qui dirigent cette adresse n ont pas encore appelée Sylvia Pinel.
      Pour moi tout est résumé ici:
      « Un emplacement de choix qui permet certainement au restaurant de trouver une clientèle malgré la qualité des plats »
      Quand je bossais pour le numero du cash and carry en France, un restaurateur réputé m’avait tout résumé, pour lui il y avait 3 types de restaurant:
      1) les restos étoilés, qui grace à leur étoile leur assure, de la clientèle huppé et regulière.
      2) les resto ayant un emplacement premium, peu importe qu ils fassent de la merde( souvent le cas), les proprios ont raqué le prix pour l’emplacement et ils sont la pour faire du fric
      3) les autres, disséminés un peu partout dans les villes,travaillant 14 heures par jour , on y trouve de tout…de l’excellent restos à la cie des crepes mentionné par trip advisor

      Quand j’étais à Ipoh (malaisie) au mois de juin, il y avait deux restos cote à cote, l un servait du chicken byriani, il était tous jours noir de monde,quoiqu’un peu sombre il était ouvert seulement le matin, et c’était une des meilleures adresses de la ville de l’avis des locaux
      A coté arborant fièrement son diplôme trip advisor, une autre garrotte ouverte 24/24.;bref ayant envie d un pancake(roti canai) au petit dej j’ai opté pour celui-là:résultat j ai mangé le rôti canai le plus infecte de toute la Malaisie..idem pour le café glacé .
      je me demande encore comment des voyageurs peuvent recommander un endroit aussi infecte.

  25. Steph

    Ce que je voulais dire quand j’évoque « 1/ Le passage de l’euro pour l’Europe égal le dollar américain car vous achetez avec la même valeur partout que ce soit aux US ou en France … » ne sera plus qu’une seule monnaie comme valeur marchande avec un seul acteur ce que la Chine, La Russie s’empresse de contrer après vous pouvez très bien discuter de la déflation and Co car les situations sont voulues et créées de toutes pièces et gérant au mieux ceux qui arrivent à jouer les troubles fêtes

  26. pol

    magnifique! merci de me rappeler que j’avais les memes souvenirs enfouis en moi… avec des framboisiers, des abeilles et des chats indolents.

  27. JP

    L’once d’or n’a touché un plus bas qu’à 1200 usd fin décembre, ce qui relativise sa progression sur 8 mois et en cas de crise internationale aigüe il pourrait en effet retomber à 1000 voire 800 du fait d’une forte poussée du dollar, mais à moyen terme, j’adhère tout à fait à votre vision…

Laisser un commentaire