Sarkozy : le retour du relou

Comme tout le monde en parle et beaucoup feignent de s’y intéresser, peut-être faut-il sacrifier aux lubies du moment et se pencher sur le – pourtant évident – « retour » en politique de Nicolas Sarkozy, ne serait-ce que pour rappeler d’où il vient, et mettre son bilan en rapport avec celui qu’on peut déjà dresser pour l’actuel occupant de l’Élysée.

À ce titre, difficile de ne pas noter les longs soupirs de soulagement de la gauche tant cette nouvelle lui redonne, un peu, confiance en l’avenir. Le retour de Nicolas Sarkozy semble plutôt et à première vue une bonne nouvelle pour la gauche, complètement désemparée par l’état général de l’économie et de la politique en France, ses scores abyssaux aux dernières élections et sa popularité catastrophique, visible jusque dans l’aigreur de plus en plus tenace de ses organes médiatiques quasi-officiels. En gros, l’idée des socialistes est qu’en revenant sur la scène médiatique, Sarkozy, comme à son habitude, captera l’attention médiatique et mettra encore un peu plus de bazar dans une droite devenue aussi inexistante que la gauche.

Les grimaces de Sarkozy

C’est, bien sûr, un pari comme un autre, et comme tout pari, il a sa part de risque, à commencer par celui du contraste violent entre la fadeur et la mollesse de l’actuel président et l’agitation frénétique et les coups de gueules calibrés de son prédécesseur : malheureusement pour lui, le charisme microscopique de Hollande l’a clairement desservi dans les relations internationales de la France, là où Sarkozy pouvait se vanter d’être, au moins, écouté, même si l’absence totale d’actions concrètes et de moyens, par derrière, auront abouti, pour les deux présidents, à un résultat strictement identique de déclassement du pays, progressif mais marqué.

L’autre risque pour la gauche, c’est que Sarkozy, comme il l’a fait précédemment (et dans un contexte bien plus favorable), réussisse à formuler un discours qui lui permette de récupérer une partie de cet électorat qui a été aspiré par le Front National depuis son départ en 2012. Le chemin pour parvenir à une telle alchimie est extrêmement étroit, particulièrement risqué et comporte probablement plus de risques de fragmenter encore plus la droite que de chance de la rassembler.

En effet, pendant que le revenant enchaînait les conférences financièrement roboratives, d’autres candidats à la présidence se sont déclarés. On pourra retenir François Fillon, qui, pour se donner un peu de contenance, a tenté quelques tortillements libéraux qui ne convaincront personne, ou encore Alain Juppé, dont la candidature, quasi-lunaire, ne permet pas d’occulter le fait qu’en tant qu’ancien repris de justice, il est plutôt mal placé pour nous faire croire à un quelconque renouvellement de l’offre politique, surtout pour quelqu’un de la génération Chirac…

fillon patrimoine

Toutes ces considérations contextuelles faites, n’oublions pas d’où vient Sarkozy.

Qui peut, décemment, oublier pourquoi il fut battu en 2012 ? Pas parce qu’il n’avait pas assez redressé le pays, non, mais bien parce qu’il l’avait enfoncé, et le rendait dans un état pire que celui qu’il l’avait trouvé. Qui peut oublier qu’il fut battu non parce que Hollande fit preuve de charisme ou de puissance argumentative, mais parce que la majorité des électeurs, n’ayant en réalité aucune espèce de sympathie pour le fadasse énarque en face de Sarkozy, ne pouvait plus le voir en peinture ?

Qui peut négliger le bilan de ses cinq années de présidences où le pays est passé d’un taux de chômage de 8.0% à 9.8% ?

taux chomage période sarkozy

Oh, certes, les actuels aficionados de l’ex-président ne manqueront pas d’observer qu’en la matière, le pauvre Hollande a dépassé toutes les prévisions les plus pessimistes, et mérite donc largement le renvoi pur et simple par les électeurs lorsque son tour viendra. Mais pour prétendre gouverner un pays, on ne peut se comparer qu’aux meilleurs, pas aux pires ! Et Sarkozy ne pourra décemment pas faire valoir le bilan catastrophique de son rival pour faire oublier le sien, à peine moins désastreux.

Qui pourra omettre de ce bilan le constat effarant d’une dette qui a explosé ?

Oh, certes, elle n’a pas arrêté de gonfler non plus sous Hollande, et ce pauvret aura eu le délicat plaisir d’être le président sous lequel elle aura passé la barre symbolique des 2000 milliards d’euros, avant de passer celle, encore plus symbolique et autrement plus périlleuse, des 100% du PIB, dans les prochains mois (en cours d’année 2015, au rythme actuel). Mais là encore, comment ne pas voir que c’est bien sous Sarkozy, celui qui revient, maintenant, se poser comme un sauveur d’une France délabrée et en désarroi total, que cette dette est passé de 62% du PIB à plus de 88% ?

Qui pourra réellement acquitter Nicolas Sarkozy de l’avalanche de mesures anti-libérales, liberticides, contre-productives voire pleinement stupides dont il nous aura gratifié pendant son quinquennat, depuis ses lois de muselage d’internet (HADOPI, anyone) jusqu’au tabassage fiscal traditionnel ? Qui peut oublier l’ahurissante accumulation d’actes manqués du revenant, et sa liste à rallonge de taxes, d’impôts et de ponctions nouvelles introduites sous sa présidence ? Qui peut oublier la liste suivante ?

  • Taxe sur les hauts revenus
  • Taxe sur les loyers élevés des micro-logements
  • Taxe sur les sodas et boissons sucrées
  • Taxe sur les nuitées d’hôtel supérieures à 200 euros
  • Taxe sur la provision pour hausse des prix du secteur pétrolier
  • Taxe sur les activités privées de sécurité
  • Taxe de risque systémique pour les banques
  • Taxe de droit de timbre pour l’introduction d’une instance
  • Taxe sur les opérateurs ferroviaires privés
  • Taxe sur la capitalisation boursière
  • Taxe sur les sociétés d’assurances
  • Surtaxe sur les entreprises dites « de réseau »
  • Taxe spéciale d’équipement au profit de la société du grand Paris.
  • Taxe sur les exploitants de centrales nucléaires.
  • Taxe sur les bonus des traders
  • Taxe sur les complémentaires santé pour frais générés par la grippe A
  • Taxe sur le produit des appels à des numéros surtaxés
  • Taxe d’interjection d’appel principal
  • Droit de timbre perçu en cas de renouvellement anticipé de la CNI
  • Taxe sur le certificat d’immatriculation d’un véhicule neuf ou d’occasion
  • Taxe écologique sur les poids lourds
  • “Forfait social” pour les employeurs
  • Taxe minière sur la production d’or en Guyane.
  • Taxe sur les véhicules polluants
  • Taxe fixe sur chaque rapport de certification des comptes
  • Taxe sur les distributeurs de pharmacie
  • Taxe sur les stock-options et les attributions gratuites d’actions
  • Taxe sur les indemnités de mise à la retraite d’office
  • Taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules
  • Hausse du forfait social sur l’intéressement et la participation
  • Hausse de la taxe sur les conventions d’assurance
  • Hausse de la taxe sur le tabac et l’alcool
  • Hausse du barème de la taxe sur les véhicules de société.
  • Hausse de l’assiette de la CSS
  • Hausse du taux de la contribution sur le gain de la levée des stock-options
  • Hausse de la taxe sur les retraites chapeaux
  • Hausse du taux de forfait social sur l’épargne salariale
  • Hausse de la taxe sur le tabac.
  • Hausse du forfait journalier hospitalier et du « forfait social »
  • Hausse des prélèvements sociaux sur les « retraites chapeaux »
  • Hausse de la fiscalité sur les plus-values mobilières
  • Hausse de la taxe sur le CA de la branche santé des assurances complémentaires
  • Hausse de la taxe sur les retraites chapeaux.
  • Fin de la défiscalisation totale des heures supplémentaires
  • Suppression de l’abattement sur la participation et l’intéressement
  • Réduction de cotisations patronales « Fillon » sur les bas salaires
  • Plafonnement de la réduction d’assiette au titre des frais professionnels
  • Fin de l’exonération de prélèvements sociaux sur certains contrats d’assurance-vie
  • Fin des exonérations fiscales des sportifs professionnels
  • Suppression de l’exonération de la taxe sur les accidents du travail et maladies professionnelles.

jean sarkozy epadQui pourra l’absoudre des affaires multiples qu’il trimballe comme autant de marmites sonores et rebondies, à tel point que les palais républicains ont fait place aux palais de justice pour lui et sa clique dans les années qui ont suivi son échec électoral ? Qui a oublié que le népotisme ne s’est jamais aussi bien porté que sous son mandat ? Là encore, rappeler les histoires frivoles de Hollande n’y changera rien : tant Chirac que Sarkozy lui ont tout appris, et remettre le couvert pour ces plats-là ne peut pas se faire sans une vague nausée.

Avec ce retour de Nicolas Sarkozy, la politique française continue de s’enfoncer dans la dépression nerveuse, complète avec régression fœtale et apathie constitutionnelle. La gauche ne propose plus aucune politique concrète, et se contente de l’amoncellement géologique de réformettes ridicules et la complexification maladive de tout ce qu’elle touche. La droite, aussi intellectuellement à la rue, ressort de placards poussiéreux d’anciens premiers ministres usés qui se sont essentiellement caractérisés par leur capacité à baisser leur pantalon sans la moindre friction ni la moindre hésitation, ou un ex-président qui oublie un peu vite qu’il a réussi à perdre face à un type qui n’a jamais réussi à déclencher autre chose qu’un ennui tiède.

S’il y a bien une chose qui marque ce retour à la politique de Sarkozy, c’est le vide intersidéral qui règne au niveau des idées politiques actuellement, autant à droite (et ses extrêmes) qu’à gauche (et ses extrêmes).

Et jamais 2017 n’aura paru aussi loin.

antigone - sarkozy pas oublié

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires167

  1. Jeanpierre

    La liste des taxes est tellement longue que je ne l’ai pas lu complètement. Elle est quasiment exhaustive ou c’est seulement le sommet de l’iceberg taxatoire sarkozien?

    1. lolo

      Ce serrait marrant de faire également une liste de tout ces petits anges qui ont eu affaire à la justice et qui continuent de se présenter.

      J’avais commencé un listing, mais j’ai manqué de papier

    2. Aristarque

      Il me semble qu’ il en manque même mais je comprends l’ hésitation de notre taulier de consommer de l’ octet à la mesure du giga pour toutes les recenser…

      1. Aristarque

        Il me vient en pensée la taxe sur le poisson pour venir en aide aux marins-pêcheurs bretons et autres… Même si elle n’ a pas vécu longtemps, pour une fois!
        Comme il a aussi considérablement revu à la hausse nombre de préexistantes à son arrivée, on finit aussi par ne plus s’ y retrouver. Disons que face à cette banquise, il n’ est nullement étonnant de louper quelques icebergs… 🙁

        1. petit-chat

          Et la taxe sur les supports vierges (mot inconnu de la non- virginité constitutif d’un polytique) : CD, DVD, HDD, faisant de tout acheteur un voleur supputé ?

        1. josick

          Travaillant comme couvreur, je me suis foulé le pied. Mon patron a, à cause de mon arrêt accident du travail, dû payer une taxe de plus de 1000 euros il me semble.

          1. gameover

            Oops… remettons les choses à leur place.

            Les indemnités JOURNALIERES touchées par les employés victimes d’un accident de travail (AT) n’étaient pas imposables et le sont depuis les revenus de 2010 (imposé en 2011). C’est une proposition de JF Copé défendue par NS.
            La même chose avait été faite une quinzaine d’années auparavant pour les indemnités journalières maladies puis les indemnités maternité.

            Je ne me prononcerai pas sur cette mesure pour ne pas fâcher, sachant que les AT c’est n’importe quoi puisque ça inclut les trajets domicile-travail…

            C’est donc ce que l’on a appelé la raxe sur les accidents de travail.
            __________________________

            Ce dont tu parles Josick c’est autre chose. Ton employeur paie une cotisation accidents du travail (AT) recalculée tous les ans suivant la taille de l’entreprise et +/- fonction du taux d’accidentalité et de gravité des AT constatés sur le secteur d’activité et dans l’entreprise. Cette taxe est assise sur la masse salariale de l’entreprise et son relèvement ne serait-ce que de 0.1% peut conduire facile à une surprime de 1000E pour l’année suivante. D’autre part les frais de pompiers, ambulance, hopital, médical sont souvent refacturés par la CRAM à l’employeur.
            Le budget des AT a toujours été en excédent jusqu’à ce que l’état vienne mettre ses gros doigts dedans pour faire financer des actions peu en rapport avec les AT mais aussi ses erreurs (amiante) et toutes les maladies pseudo professionnelles.
            Les TNS (troubles musculo squelettiques : j’ai trop mal en tapant au clavier mais pas en me branlant) sont devenus avec le mal de dos le mal du siècle.

      2. sam00

        Si je ne m’abuse il y a aussi

        – hausse de le redevance télévisuelle pour compenser l’arrêt de la pub après 20h
        – Taxe sur l’épargne pour financer la mise en place du RSA … je crois

        Je me souviens encore de Coppé qui disait doctement devant un gros micro mou « pas d’égoïsme à courte vue » à propos des critiques sur cette taxe

      3. balt

        taxe foncière des entreprises ,qui remplace la taxe professionelle.ou comment un petit commerçant qui gagne le smic se retrouve a payer 900 euros en décembre parce que son élu local a gonflé le taux de tfe

  2. Aristarque

    Sarkohisnogoud s’est parait-il, décidé à remonter sur le ring électoral, il y a peu… Il répondrait ainsi à l’appel de la Grance…Toujours est-il que le maire de Lambersart (banlieue de Lille) faisait distribuer dans le même temps que l’annonce officielle du retour, une édition du journal municipal annonçant le premier meeting dans sa bonne ville. C’est perrier comme cela sent la décision impromptue… Après tout, entre Londres et Lambersart, il y a quatre lettres en commun et c’est bien peu pour un maximum. 🙁

    1. Aristarque

      Pour ceux qui ne connaissent pas, Lambersart est un canton ou une municipalité selon le niveau du scrutin, qui a la particularité d’ avoir des seconds tours entre candidats de « droite », au pire avec un centriste fluctuant dans le lot… Je dis fluctuant parce que Daubresse, l’ actuel maire, a des préférences qui allaient naguère vers Borloo teinté de Sarko et qui s’ affiche maintenant en sarkoziste pur sucre… Bref un meeting d’ introduction sans risque de hourvaris quelconques…

  3. Dr Slump

    Même si ça m’aurait fait rigoler un bon coup, j’ai « non-lu » le billet, en diagonale et en quatrième vitesse. Dixit Sarkozy:

    « Rassembler les libéraux, les gaullistes, les centristes, les européens, les souverainistes. Je dois assurer la cohérence de l’ensemble. »
    « Rassemblement », « rassembler », tous les candidats pour être calife à la place du calife n’ont que ces mots à la bouche. Mon détecteur de langue de bois est au rouge. Je branche mon décrypteur… tutut… tut… tut… turlututu…
    /décryptage on: rassembler = ratisser le plus large possible pour faire le plus de voix possibles aux élections, peu importe d’où viennent les voix, du moment que je les ai.
    /sous-dossier corrompu détecté: « je dois assurer la cohérence de l’ensemble » = de toute façon toutes ces chapelles sont irréconciliables, ils doivent juste fermer leur grande gueule et faire ce que je dis ».
    /décryptage off
    /rapport d’analyse: ce positionnement de Sarkozy est, manifestement, de nature très libérale et très gaullienne.

    KWATZ! ….. fatal error occured….

  4. Aristarque

    (…) comporte plus de risque (moi, je verrais bien un pluriel à risqueS, vu la légion des potentiels) (…) que de chancE (là, aucun besoin de typo, c’est parfait!) (…) 😉

  5. petit-chat

    On pourra noter une certaine continuité dans la politique gouvernementale, indépendamment de la qualité vachequiriesque ou zébulonnée des Grands Guignols Présidentiels successifs des deux dernières élections, à savoir :
    taxes, impôts, redevances, lois liberticides et socialistes, belliquosité maladive envers tous les pays ayant du pétrole ou des ressources naturelles à voler.

  6. calc80

    La première action de Sarko au pouvoir en 2007 a été de s' »ouvrir » à l’autre bord, socialo, prouvant que son positionnement tenait davantage du centre gauchisant que de la droite droitisante. Influence de Carla ?
    Pour beaucoup de gens de droite qui s’attendaient à une remise en cause des rentes syndicales, ça a été un choc.
    A t-il donc changé ?
    A t-on besoin de quelqu’un de « rassembleur » ou, au contraire, d’un esprit libre capable de bousculer l’état (pour le réduire), capable de libérer les énergies dans un esprit fin XIXe, fameux temps d’applications en France des grandes innovations de l’époque (avion/voiture/électricité/..) ?
    Qui osera mettre à bas le code du travail (pour faire du Sapin : il suffit d’arracher des pages) ?
    Qui osera privatiser la Sécu, virer le principe de précaution, dénoncer les abus du GIEC, transformer l’impôt en services visibles, virer le sénat et réduire le nombre de députés, brûler l’ENA, réformer (re-former, épurer) la justice, interdire les tee-shirts du Ché dans le jardin du Luxembourg, résoudre les équations de Navier-Stokes, condamner les femens et les renvoyer d’où elles viennent, retirer la notion subvention du dictionnaire politique ?
    A quand la fin de la démagocratie ?

    1. Ano59

      L’ouverture vers l’autre bord était quand même assez croustillant.

      D’habitude on n’a pas tellement un aperçu de la vraie nature des politiciens sans creuser vraiment, les médias éludant soigneusement la question.

      Mais là pour une fois, on pouvait voir la gauche officielle s’entredéchirer pour récupérer un poste ou deux quitte à renier toutes leurs « convictions » officielles, c’était savoureux.

    2. Théo31

      Toutafé, une de ses premières actions a été d’aller se faire adouber par le SG de la CGT et d’aller commémorer l’abolition de l’esclavage avec Chirac. Plus pro-communiste que ça, tu meurs.

    3. dede

      « interdire les tee-shirts du Ché dans le jardin du Luxembourg »

      Cela ne me semble pas tres liberal ce truc. Vous reclamez vraiment une loi ou un decret de plus pour cela? Votez Sarkozy, il est capable de le faire…

  7. Siou-Blanc

    Votre graphique sur le taux de chômage en France sous Sarkozy semble particulièrement évocateur mais un « Sarkozyste » rétorquerait que ce taux de chômage a commencé à augmenter presque partout en Europe entre 2007 et 2008 et que c’est pas de sa faute donc.

    Et j’ai l’impression que c’est un peu la même chose pour la dette; est-ce que c’est lui qui l’a aggravé dans la plupart des pays européens ?

    1. Parce que les autres ont fait aussi mauvais, on doit s’en contenter ? Bof.

      Du reste, ce n’est pas vrai. Le taux de chômage a baissé dans plusieurs pays entre 2007 et 2012. Quant à la dette, certains pays n’ont pas eu besoin de gagner plus de 20 points de dette en % du PIB comme la France. Donc là encore, la comparaison n’est pas en faveur de la France.

      1. Toufou

        Meme si je suis vraiment pas un fan de Sarko, faut quand meme reconnaitre qu’il a pris la crise de 2008 en pleine face. Personnellement je trouve qu’il l’a pas trop mal gérée, notamment en ce qui concerne les banques qui étaient sur-leveragées. Son idée de prêt, mais sans renflouage, était correcte. Au début de son mandat, il avait aussi pris quelques mesures pas idiotes (diminution du nombre de fonctionnaires, délai de carence à égalité avec le privé, fermeté avec la greve des profs, baisses d’impôts même si c’était pas ceux là qu’il fallait baisser en premier à mon avis..).
        Je trouvais que faire les débuts s’annonçaient bien : des réformes à petits pas sans tout casser mais réelles et un cap clair.
        C’est ensuite que ça a été vraiment la catastrophe. Au lieu corriger les problème que la crise révélait, et de profiter de ce moment grave pour faire accepter des réformes, il a fait exactement le contraire de ce qu’il fallait faire et il est parti dans un délire de taxes, de réglementations débiles et de suppressions de libertés élémentaires. Avec un Hollande au pouvoir en 2008, les marchés auraient peut-être été moins comprehensifs (ce qui aurait peut etre été mieux paradoxalement)

        1. « il a pris la crise de 2008 en pleine face »
          Comme plein d’autres. Et plein d’autres s’en sont mieux sorti que lui. Pas de bol. Et ce qu’il a fait a aggravé la situation. Pas de bol.

          1. Toufou

            « plein d’autres s’en sont mieux sorti que lui ».
            Il faut donner des exemples dans ce cas.
            Je n’en ai pas en tête personnellement.

            Mais pour la suite on est d’accord. Il n’a pas seulement aggravé la situation, il l’a rendue catastrophique. Mon sentiement est qu’Hollande est dans la droite ligne du Sarkozisme des 3-4 dernières années. Plein de blabla, des textes dans tous les sens et pour n’importe quoi, explosion des dépenses et des taxes, confiscation des libertés élémentaires.

            1. Il me semble encore une fois que l’Angleterre et l’Allemagne ne sont pas dans la même merde que la France. Et que les chiffres constatés au moment de la crise ont été plus que compensés les années suivantes. Ce n’est pas le tout de constater que la France a moins subi la crise à l’instant T. Si, ensuite, elle s’est mangé plusieurs mauvaises années, l’amoindrissement passager du problème est bien trop cher payé.

              1. Toufou

                D’accord avec votre conclusion.
                Alors je me trompe peu-être sur la gestion de crise Sarkozienne. Mais perso je l’avais trouvé rassurant et  » à la hauteur » de l’enjeu lorsuqe la crise des sub-prime avait éclaté, avec un effet panique important. Rappelons que le CAC avait dévissé de 50% en 10 mois, que les gens allaient aux distributeurs en craignant le bank-run, etc .. C’était quand même un peu le chaos. Sarko faisait face. Et les crises c’est aussi pas mal de psychologie.
                Pour la suite des évenements et les « remedes » pour soigner les effets de la crise, ça a été le zéro planté, on est d’accord j’y reviens pas.

                  1. gameover

                    Les gens ont cette impression que la crise a été bien gérée au début alors que ça vient du fait que la france est un des pays qui fait le plus de redistribution… quoique je me demande si on peut parler de redistribution quand on a recours en partie à l’emprunt pour la financer.

                    Ca lisse donc pas mal les effets de la crise mais une fois qu’on est dedans on a du mal à en sortir car là aussi ça lisse le redémarrage et il n’y a donc aucun signal de sortie de crise… and still waiting… idling…

                    Donc les 2-3 premières années, ce n’a pas été violent mais ce n’est pas grâce à Sarko.

                    Il faut voir aussi que tous les aides aux banques et à Renault / Peugeot et aux grecs ont fait l’objet d’emprunts (vous zinquiétez pas, on emprunte mais c’est pour aider, c’est pas des vrais zemprunts) mais quand ils et elles ont remboursé… c’est retombé dans le budget de fonctionnement de l’état… personne n’a remboursé… donc il y avait plein de sous… Youpi

    2. bibi033

      Justifier le fait d’avoir fait n’importe quoi parce que les autres gouvernements de l’UE en ont fait de même c’est un peu court.

      Pourquoi toujours comparer la France à des pays socialistes comme l’Allemagne l’Italie L’Espagne, Le Royaume-Uni et ne jamais se comparer au seul pays Européen (hormis ceux que je qualifie de micro état Luxembourg, Liechtenstein, Monaco, Andorre, …) la Suisse qui est autre chose que le pays des banques et du chocolat.

      1. Aristarque

        Et encore, le R U se soigne périodiquement de ses rechutes. Le socialisme, c’est comme une MST, on ne s’en débarrasse plus jamais complètement, une fois contaminé… :mrgreen:

    3. gem

      ce n’est pas ce graphique qui est important, c’est la combinaison de ce graphique avec celui de la dette : c’est la preuve qu’il a juste merdé, augmenter la dette pour rien ( aucun effet sur le chômage ).

  8. Tribuliste

    Comment? Vous n’y croyez pas? Il le dit lui même : « J’ai appris de mes erreurs ».
    Donnez-lui une chance de se racheter (à nos frais) et de se redorer le blason (par immunité présidientielle).

    Comme vous le dites H16, son retour va parachever le programme « plan plan » de la gauche : ne rien faire, passer entre les gouttes et se servir impunément dans la caisse.

    Ce mec est une plaie, et les français vont voter pour lui.

    1. channy

      2007 le slogan c’était : »j’ai changé » 2014 c ‘est « J’ai appris de mes erreurs ».
      allez bientôt un livre pour nous dire que c est un mec normal qui aime faire du vélo, qu il aime les carottes rapées et que lui aussi il va au supermarché leclerc avec sa grande cheminée au botox pour s ‘acheter des compotes

      Voila ce que ce pignouf mérite
      https://www.youtube.com/watch?v=t5GXkAHYRdc
      et pour ceux qui croirait qu il aime la France et les Grançais écoutez bien la deuxième partie

  9. Barbara Schreyer

    Bonsaï

    Certes, toutes les indications par vous mentionnées sur le casier considérable que traîne Nicolas le feu follet sont véridiques, mais il n’empêche que son irruption dans le jeu a quelque chose de salvateur. En effet, il se pourrait bien qu’en mettant un peu d’animation et de poudre de perlimpinpin dans le marigot, en brassant l’air de ses petits bras bronzés « zé » musclés, il apporte enfin le sursaut, la note stimulante susceptible de réveiller l’énergie de ceux qui sont déjà revenus de tout. En gros, le petit mantra dont la France a besoin pour émerger de ce sommeil maléfique distillé par Hollande et sa clique de parasites.

    1. max

      Hollande attendait le retour de la croissance, finalement c’est Sarko qui arrive. Sarko et ses sornettes de lapin Duracell, qui peut encore prendre au sérieux ce clown de bastringue ?

    2. Aristarque

      Faire du vélo ne muscle guère les bras. En revanche, les jambes…. Idéal pour continuer de vibrionner et de sauter d’un sujet à l’ autre… 🙁

  10. dju_9

    J’ajouterai juste que l’autre période où la dette a flambé en France, est sous Balladur avec Sarkozy comme ministre du Budget… un fin gestionnaire en somme!

  11. bibi033

    Vous avez oubliez une hausse que je trouve importante pour un socialiste :
    – la hausse de la contribution pour détention d’un téléviseur pour financer le retrait de la publicité après 20H sur les chaines étatiques.
    Et la plus emblématique pour moi de cette période du socialisme triomphant :
    – la création du fameux 1.1% RSA (pour financer ce truc qui selon de l’opposition de l’époque n’était autre que le retour STO) le tout ponctuer par la célèbre petite phrase de Lefebvre le grand comique (pas Jean mais Frédéric) : « pas d’égoïsme à courte vue sur le RSA ».

  12. Caton

    Sarkozy c’est surtout là forfaiture du « traité simplifié », tellement différent du projet rejeté en 2005 qu’aucun pays ayant ratifié le premier n’a refait une passe sur le deuxième.

    Bon, la forfaiture est une trahison, aucun politique n’en est à ça près. Il n’y a pas si longtemps Sarkozy et tous les députés et sénateurs ayant voté le traité de Lisbonne auraient eu droit à un verre de rhum, une dernière cigarette, un bandeau sur les yeux et 12 balles dans la peau.

    Pauvre France.

    1. Flo

      Je suis entièrement d’accord avec vous.
      Même si la « démocratie » telle qu’on la voit en France aujourd’hui ne signifie plus grand chose (je me demande si même les pires dictateurs n’ont pas réuni au moins 13 % d’opinion favorables et de bonne foi dans leurs populations), ce qu’il a fait avec le traité de Lisbonne est impardonnable.

    2. bibi033

      Sarkozy avait annoncé durant sa campagne qu’il soumettrait la ratification du traité au congrès.

      Dans cette histoire il y a double forfaiture mais pas de la part de Sarkozy qui pour une fois avait tenu une promesse de campagne.
      La première forfaiture est celle de Chirac qui désavoué resta à son poste de président
      La deuxième forfaiture est celle des parlementaires qui se sont crus autoriser à voter à l’encontre du résultat du référendum. Ils pouvaient parfaitement rejeter le texte et obliger le président à recourir au référendum.

      1. Caton

        Sauf que le « traité simplifié » est totalement identique au texte rejeté. La responsabilité du traître en chef est évidente.
        Bon, à la limite, on peut lui laisser un revolver chargé sur le bureau. S’ il a vraiment changé et est subitement devenu honorable il se chargera de son coup de grâce lui-même.

        1. bibi033

          J’aime pas endosser le rôle de défenseur de Sarkozy mais je ne comprends pourquoi on lui reproche d’avoir fait ce qu’il avait annoncer durant sa campagne.

          Ceux qui ont trahi le mandat du peuple ce sont les parlementaires qui ont permis la ratification d’un traité quasi semblable à celui qui avait été rejeté par référendum sans repasser devant le peuple.

          En se focalisant sur celui qui a permis que le traité soit soumis au congrès on en oublie la responsabilité de ceux qui ont osé voté sa ratification.
          Pour une des rares fois que le parlement pouvait infliger un camouflet au président ce qui n’est pas souvent avec nos institutions on a encore eu à faire à une bande de sans couilles montrant qu’ils ne représentent que leurs propres intérêts comme les soi-disant frondeurs qui s’abstiennent de voté la confiance au gouvernement Valls par peur de perdre leur place.

          1. Caton

            Quand un chien mord un passant, c’est le maître qui est responsable. Au risque de paraître injuste c’est donc bien Sarkozy qu’il faudrait piquer.

              1. gameover

                bah… sauf quand le PR s’approprie le vote de confiance pour dire que sa politique est bien plébicitée contrairement à ce que dit sa popularité (dixit FH)

            1. Théo31

              Quand on croit encore après 40 ans de mensonges érigés en système de gouvernement que les promesses des psychopathes devraient être tenues, ce sont les électeurs qu’il faudrait piquer.

  13. jlduret

    Bon, vous préférez quoi en fait Hollande (le mou), Lepen (je manque d’adjectifs), Sarko (l’énervé), Fillon (le mou de droite), Juppé (le vieux).
    Il faut vous faire une raison De Gaulle est mort et on n’a pas d’homme providentiel et compétent.
    Allez je fai smes valises avec enfants et petits-enfants

    1. bob razovski

      Cessons de croire à l’homme providentiel !

      C’est tout le problème de ce pays: croire dans cette légende de l’homme providentiel, qui demanderait 5 minutes dans un isoloir pour bénéficier de 5 ans de félicité.

      L’exercice de la démocratie est hélas plus compliqué que cela. Mais comment faire pour en inculquer les bases à un peuple qui pense que, comme à Hollywood, il suffit d’un homme pour changer le destin d’une planète ?

  14. Adrien Ladrien

    Ah tiens, vous aussi ? Décidément…

    Me permettrez-vous d’étrenner un nouvel habillage au passage ?

    Bien à vous,
    Adrien Ladrien, rédacteur en chef intérimaire de Les News du Système

    Nicolas Sarkozy en tournée à la demande de ses fans… mais pas des autres (mais alors vraiment pas)

    Posté dans Culture, Musique
    Aujourd’hui à 9h53

    A entendre les fans de vingt ans, le monde entier le suppliait intérieurement de revenir. Sans y croire vraiment mais en gardant juste ce qu’il faut pour ne pas perdre totalement la foi. Comme quand on passe une dernière fois devant les décombres d’un immeuble effondré pour vérifier qu’il n’y a plus personne à dégager mais qu’on ne se résigne pas à éteindre les projos. Pendant de longs mois, c’est le silence : pas une note, pas une intro, pas un rappel, pas une compil en mp3. Et puis… on a commencé à murmurer qu’ « il » pourrait revenir. Les chuchotements se sont faits de plus en plus audibles, pour finir carrément sonores ces dernières semaines. Des techs qui rebranchent les amplis, des musicos qui enlèvent les housses, des salles qui sont réservées un peu partout par ses agents attitrés, forcément, c’est difficile à masquer longtemps.

    C’est donc plié et vous aurez bien du mal à y échapper. Après deux longues années d’absence, Nicolas Sarkozy ressort le costume du placard et réaffute ses guitares. (…)

    (la suite sur le site… ce racolage honteux qui mange du chaton mignon !)

  15. lolo

    Hé, franchement, le gâteau doit vraiment être trop bon. Quand on voit les fondamentaux économiques, ethniques et démographique de la France, on sait bien qu’une grosse douleur va nous arriver.

    Et il veut reprendre le poste…

    1. sam00

      Parfois, en situation de crise voir de catastrophe, on peut faire croire qu’il y a un capitaine à la barre …
      Ces gens là sont des sociopathes chroniques qui se croient investis d’un destin …

      Et lorsque l’on voit comment les lois liberticides s’empilent et sont votés sans que personne ne bouge dans le pays, c’est à se demander si il n’a pas raison de tenter un retour.

  16. Dom

    « Ce pays est irreformable »je crois me souvenir que sarcomauzyzy l’a dit…alors pourquoi vouloir l ‘irrealisable de nouveau ?
    A propos de memoire,devoir2memoire,allez vous ballader sur ce site et se dire que ce doit etre intox ces « citations »qui s’y trouvent..telle celle ci d’une certaine carla b. dit en 2008 dans je ne sais plus quel magazine « les Francais sont des minables et des negatifs » sympa venant de son titre a cette date.

  17. cc

    Zemmour a parfaitement résumé le problème Sarkozy.

    Le bonapartisme c’est à la fois un homme (son énergie, son charisme)… ça Sarkozy remplit la condition… mais c’est également le fait de renverser la table.

    Et sur ce point, Sarkozy a bien entendu totalement déçu en 2007… et continuera de décevoir.

    Sarkozy est un homme du Système, absolument pas un outsider victorieux.

    Sa stratégie du retour est cousue de fil blanc :
    -fédérer la droite et le centre, renommer le parti (genre Rassemblement pour la République, RPR ah non zut déjà utilisé dans le passé 😉 )

    -s’entourer de jeunes bébés aux dents longues mais sans idées (pour ringardiser les vieux genre Juppé)

    -s’entourer de gauchistes et de « diversité diversifiante » (qu’on se souvienne Besson, Rama Yade etc.) et de centristes décérébrés genre plantes vertes.

    -focaliser sur un « hochet » institutionnel et/ou économique : il fera une proposition originale et audacieuse, une seule, afin d’occulter tous les sujets qui fâchent (suppression ISF, 35h, démantèlement Code du travail, réduction nombre de fonctionnaires etc.)

    -et emballera le tout de « réconfortine » en jouant l’air du petit père du peuple : « je vais vous protéger, je suis votre papa dans ce monde de violences et d’incertitudes » (les veaux français adorent ça)

    Bilan : rien.

    Il sera bien entendu élu en 2017, face à Marine Lepen

    Et on reprend une bonne louchée de 5 ans de nimportnawak politique et économique.

    Et bien entendu en 2022, ce sera au tour d’un clown de « gauche » d’être élu en réaction.

    Et hop 5 ans en plus !
    😉

    1. Laurent

      Tout est dit. Lamentable. Si certains mériteraient mieux, l’immense majorité non. Et c’est elle qui décide, ou plutôt elle qui place au sommet celui/celle qui lui ressemble le mieux : un camelot assez habile pour faire passer un épluche légumes pour l’invention du siècle.

    2. Australopitheque

      Exactement. Rajoutons toutefois le cocktail detonnant de l’anti sarkosysme qui nous promets une Republique apaisée (des banlieues le doigt sur l’intifada ) et des cris d’agonies des journaux revanchards et sponsorisés.
      Le seul moyen d’avoir un semblant d’union sacrée serait qu’un des tarés de retour de Syrie réussisse son coup. Souhaitons que non.

    3. Adrien

      Tout à fait d’accord avec vous hélas…

      Sauf peut-être sur un point : il fera sans doute une grande proposition qui servira à concentrer toute l’attention, mais il en fera aussi 60, 80, 100 ou 120 autres, pour ne pas oublier de filer du pognon des autres à tout le monde ou presque.

    4. Marco33

      Non, il va y avoir un petit problème : tout tient parce que des fonds étrangers « nous » permettent ce cirque d’été.
      Mais quand le doute s’installera, les taux s’envoleront puis les fonds nous bouderons.
      Et là commencera le spectacle.
      Hollande, Sarko, c’est Games of Thrones.
      But winter is coming…

      1. Toufou

        Le doute est déjà là. On est dans un vrai systeme de Ponzi. Mathématiquement, les dettes contractées aujourd’hui ne seront jamais remboursées qu’avec les emprunts de demain. Et tant que ça tient , ça marche.

        Mais ça peut, et ça va, marcher encore longtemps (cf Japon) surtout avec une BCE qui dit clairment qu’elle va soutenir le bouzin vaille que vaille et une norme Bale 3 qui quasi oblige les banques à prêter aux états. Personne ne se fait d’illusions, mais tout le monde sait que la fin du Ponzi n’est pas imminente, loin de là.

        On est dans un mode tres similaire à celui des subprimes : tout le monde savait que ça peterait un jour, mais en attendant, personne ne voulait être le vilain petit canard qui voulait pas aller dans la mare.

    5. PELX

      « -s’entourer de jeunes bébés aux dents longues mais sans idées (pour ringardiser les vieux genre Juppé) » : C’ est en court avec les nouveaux jeunes maires ump.

    1. Gerldam

      Le Maire semble en, tous cas bien plus intelligent que Sakozy. Certes, cela ne veut pas dire grand chose, mais quand même… Un très gros bémol: c’est un énarque, donc potentiellement étatiste, même s’il s’en défend.

      1. gem

        A son actif, c’est le seul qui a démissionné de la fonction publique. Il reste un politicien professionnel, évidemment, mais ça reste un symbole interessant.

  18. richard-ump

    J’avais prévenu les libéraux, qu’à partir du retour de Nicolas Sarkozy, ça allait devenir politiquement violent.
    Le pouvoir socialiste va progressivement se désintégrer, tandis que l’UMP après deux années de « sommeil » va prendre de plus en plus d’importance dans ce pays et se faire entendre.
    je lis encore dans les commentaires quelques doutes qui seront vite dissipés..
    Après sa prestation très attendue de ce soir sur France 2, Nicolas Sarkozy obtiendra le ralliement de pratiquement tous les courants du parti qui redeviendra très majoritaire en France ; accompagné sur le terrain d’un phénomène de rouleau-compresseur politique qui se mettra en route, balayant tous les dubitatifs, pour culminer début 2017, au bon moment..

      1. Toufou

        Ce n’est pas ce qu’il dit. Il dit juste que l’Ump va gagner grace à une bonne mecanique politicienne. Et je pense qu’il a raison. Ils savent pas faire grand chose, mais faire de la politique, oui.
        Et non la France ne sera pas sauvée. Loin de là.

    1. calc80

      Pas sûr que ce « politiquement violent » annoncé servent les intérêts tant du parti que de la France. Cf la bagarre Fillon/Copé qui a ouvert les yeux à de nombreux votants ump non membre du parti. Je ne parle même pas des détournements financiers ou « erreurs » d’écritures comptables.
      D’autre part, le retour de Sarko est discutable, ce dernier ayant fait son temps et trop détesté (légitimement ou non).
      A titre personnel, je préfère de loin une équipe politique discrète, efficace et traitant seulement des fonctions essentielles de l’Etat plutôt qu’un homme providentiel étatiste centré sur sa petite personne, aimé ou détesté par les médias.
      Avec ou sans Sarko, la droite restera mal barrée tant qu’elle fera du socialisme de droite.

    2. gem

      oui, et alors ?
      la question est simple : est-ce que tu signes un chèque en blanc au type qui a inventer 200 impôts de plus, qui n’a quasi rien réformé, etc. ?

    3. Calvin

      C’est génial !
      La réalité est aussi transformée à droite.
      Houra, on a le digne successeur de MouLlande.
      A moins que…
      Sarozy, ça me dit quelque chose, mais quoi….

    4. lateo

      J’avais prévenu mon chat, les électeurs adorent se faire re, re, re-re-re-dilater la rondelle.
      Je considèrerai que c’est « politiquement violent » en France quand on aura une série de têtes dans des paniers d’osier et que nous serons en train de voter ou de préparer le voter d’une nouvelle constitution.

  19. Kloupa

    Il nous faudra peut-être choisir: peste ou choléra. En tout cas, je n’ai pas voté « Hollande » en 2012, parce que je n’estimais pas le personnage, et désapprouvais son programme, non adapté aux problèmes du pays, et ce n’est pas ce qu’il a fait ou pas fait depuis deux ans et demi qui m’a fait changer d’avis, au contraire. Aujourd’hui, j’exclus donc a priori un bulletin « Hollande » pour la prochaine présidentielle: voilà ce que j’en dis. Pour le reste, on verra qui se présente et où nous en serons alors…

  20. LeRus

    Le plus frustrant, dans cette affaire, n’est pas tant que Sarkozy revienne, mais qu’il puisse revenir! Je m’explique: Sarkozy s’est fait mettre dehors en bonne et due forme, OK. Hollande, le naze des nazes, devient président et est aussi mauvais que prévu, OK.

    Mais alors, non de Dieu, n’y a t il pas moyen, en France, d’avoir quelqu’un d’autre pour proposer quelque chose? N’importe quoi! Mais non, on a toujours les même vieux avec leurs vielles idées rances. C’est franchement désolant.

    Qu’on n’aime ou pas, Blair à fait son New Deal, Schröder sa Third Way, les US ont le Tea Party, même l’Italie semble se secouer les puces avec Renzi. En France, rien, ou plutôt si, on fait le pont et/on fait grève. A en chialer.

  21. Jacques

    Ce que je trouve catastrophique, c’est que Sarkozy puisse apparaître comme un recours, face à son successeur !
    Depuis De Gaulle on a toujours regretté les prédécesseurs, mais on en n’a jamais remis un en selle pour autant.
    Sarkozy ne revient que pour éviter la justice. Peu importe, dans l’affaire, qu’il soit responsable ou innocent de quoi que ce soit, la justice n’en est plus là…

    1. Peste et coryza

      En même temps si la justice est aussi diligeante avec Sarko qu’avec Dassault ou « mangez des pommes », Nabot 1etr n’a pas vraiment de soucis à se faire.

      1. Jacques

        Tout dépend de qui tire les ficelles… La « justice » est foudroyante pour le brave citoyen, pinailleuse avec le malandrin, et soit révérencieuse soit inquisitoriale pour les puissants…

  22. mps

    Votre bilan des années Sarkozy ne semble guère tenir compte des circonstances !

    Evidemment que la dette et le chômage ont augmenté, comme dans tous les pays impactés, mais en bien moindre mesure !

    Quand on part de prémices bidouillées, on ne peut aboutir à ces conclusions crédibles 🙂

    1. Caton

      Le choix fait de « sauver les banques », typique du capitalisme de connivence, au lieu de les laisser faire faillite, est ce qui plombé depuis 2008 l’économie. Ces dettes toxiques auraient dû être purgées. Voir l’Islande par exemple.
      La différence entre la France et une république bannière c’est qu’en France on ne produit pas de bananes.

    2. Lolilol. D’autres pays ont subi la même crise, et leur bilan n’est pas aussi désastreux (rien qu’en regardant l’Allemagne ou l’Angleterre, l’affaire est pliée). Et du reste, vous faites exactement ce que j’ai reproché dans le billet : vous vous comparez aux autres pays qui ont fait pire. Trop facile et n’excuse rien.

  23. Honorbrachios

    et on avait échappé à une taxe/prélevement pour financer la dépendance vieillesse, ouf ! (je dis avait car ça pourrait bien revenir !)
    on pourrait aussi ajouter à la liste de ses méfaits, la suppression du CNE, (contrat nouvelle embauche) qui était très apprécié des artisans et TPE et avait bien fait baisser la courbe du chomage.
    mais bon, cette époque ressemble à un paradis par rapport à l’actuelle…

    1. Aristarque

      Le choix de l’ hydre de Lerne aurait été meilleur et aurait pu aboutir au même boulot à exécuter sauf le lance-flammes à la place de la tronçonneuse…

  24. Théo31

    Dommage que la courbe de l’endettement ne remonte qu’à 1996. On aurait constaté qu’à l’époque où court-sur-pattes était ministre du budget, le compteur s’était déjà affolé.

  25. Marcel Marcel

    Très bon article, mais trop gentil à mon gré.
    Ce type est une graine de dictateur, n’admettant aucune contradiction.
    Il n’a rien à proposer à part son « énergie » qui ne l’a jamais mené nulle part.
    Il bénéficie de forts soutiens financiers de ses copains du CAC40 qui ne lui refusent rien.
    Les mercenaires de ce personnage commencent déjà à squatter tous les commentaires des sites d’info. Même ici.
    Avec toujours le même refrain simplet :
    Nicolas , c’est le leader qu’il nous faut ! ( remplacer leader par Duce ou Führer et cela nous renvoie quelques années en arrière)

    1. Calvin

      Je suis très critique de N.S.
      Je le trouve creux, plein d’effets de manche, et incompétent.
      Mais je ne le trouve pas du tout graine de dictateur.
      Tueur de rivaux, certes, mais pas dictateur.
      Il a plein d’autres défauts, sans lui coller celui-là.

  26. passim

    Sarkozy ?
    Le talent du bateleur conjugué avec le vulgarité de parvenu.
    Des records battus dans la canaillerie.
    Élu face à la reine des gourdes, grâce à un discours musclé, aussitôt contredit dans les faits, à se demander si c’était l’homme au Karcher qui tenait le manche, ou bien la chanteuse sonotone, pétasse bobo par excellence.
    Après l’élection, on a tout eu : le Fouquet’s, les vacances sur le yacht de Bolloré, les palinodies sentimentales d’un obsédé du tafanar, la ridicule affaire Guy Môquet, l' »ouverture » a des nullités comme Rama Yade…
    La médiocrité des hommes politiques, en France, est quelque chose d’affligeant. On y lit la décadence de ce pays. On a commencé avec un grand homme, on a eu ensuite un brave homme, ensuite un jobard, suivi d’un escroc, précédant une girouette, puis un agité doublé d’un érotomane, pour en arriver à un zombie.
    Toujours plus bas.
    À qui le tour ?

    1. Vous pensez le contraire de quoi ? Parce que je n’ai donné aucune espèce de pronostics sur sa candidature, en réalité. Je rappelle juste que l’homme est un fieffé filou, un menteur et un type qui n’a pas fait mieux que Hollande. C’est indispensable pour tous ceux qui auraient oublié (le moutontribuable a une toute petite mémoire).

      Et puis, c’est sympathique de poster un lien-et-puis-s’en-va, mais quelques commentaires de plus ici ne sont pas de trop.

    1. gameover

      Hep vous faites pareil que les sarkozistes, vous cherchez l’homme providentiel !

      Tirez une dizaine de personnes au sort dans la population et appelez les « président de la république ».

    2. Calvin

      Ben Moi !

      Bon, faut que vous attendiez 10 ans pour ma majorité, et la prochaine élection puis que je réclame les 500 parrainages.
      Mais honnêtement, je ne pense pas déclarer ma candidature avant 2027.

      En attendant, personne d’intéressant en vue…

      1. Calvin

        Si tu ne t’occupes que de tes sacs et que tu ouvres la concurrence à tous les secteurs, je veux bien être ton Premier ministre.
        Avec un seul objectif : t’aider pour les sacs.
        Pour tout le reste : laissez-faire.

            1. Black Mamba

              Seule , la Vérité sort de la bouche des enfants …
              Allez, je vais te donner ton post de premier ministre chargé du choix de mes sacs à main :mrgreen:

  27. Jazzlife

    C’est incontestable pour les taxes (j’ignorais que la liste était aussi longue).
    Mais quand même… On ne peut pas cracher surtout ?
    Le non remplacement d un fonctionnaire sur 2 était quand même une ébauche de degressage…
    Je pense également à la non fiscalisation des heures sup…

    1. dede

      « Le non remplacement d un fonctionnaire sur 2 était quand même »… un mensonge de plus.
      D’apres les chiffres Wikipedia (l’Insee serait mieux mais je suis feignant), la fonction publique en 1998, c’etait 4,385 millions, en 2005, c’etait monte a 5,179 millions et en 2011 on atteignait 5,493 millions.

      Comme pour l’austerite correllee a la hausse de la depense publique, les discours correspondent rarement a la realite…

      1. Calvin

        Toujours la même arnaque :
        On montre la baisse de la FP d’état,
        En cachant la hausse de la territoriale et de l’hospitalière.
        Sarkozy, le socialiste honteux.

        1. Jazzlife

          Justement il était la le problème… Pas d’emprise sur les collectivités locales…
          Je ne suis pas spécialement fan de Sarko, mais dans le pire de nos choix, c est probablement le meilleur…
          Reste après l absention…

          1. bob razovski

            Jazzlife, si je débarque chez vous en vous proposant la corde ou la guillotine, serez vous assez stupide pour ne serait-ce qu’accepter ce choix ?

            Reste la case « abstention » en effet. La seule qui permette de refuser ce choix, et de constater que vous n’êtes pas le bienvenu dans ce pays.

            Si seulement on pouvait choisir son pays en fonction de sa constitution, et de sa capacité à s’y tenir…

  28. Duff

    Attitude maîtrisée au départ puis back to basics ensuite, j’ai peur que le retour (sans surprise) de Sarkozy ne ressoude la gauche dans ce qu’elle a de pire c’est à dire le refus du réel et du pragmatisme, idem à droite où les idées de liberté étaient embryonnaires.

    Que Kazar se rassure; il aura bien son traditionnel second tour gauche / droite sauf que la gauche pure et originelle sera incarnée par MLP.

  29. Bonsaï

    « En gros, l’idée des socialistes est qu’en revenant sur la scène médiatique, Sarkozy, comme à son habitude, captera l’attention médiatique et mettra un peu plus de bazar … » : après avoir vu l’ex ronronner sous les questions pseudo-vachardes de Delahousse au 20 heures d’A2, le doute n’est plus permis. Ce qui reste du quinquennat de Hollande va ressembler à une sorte de cauchemar dans un train fantôme de fête foraine. Sarkozy semble rajeuni de quinze ans, gonflé à bloc et bien décidé à en découdre. Et du même coup à remonter le moral des troupes ?

  30. Lafayette

    Le vrai problème c’est que l’on regarde l’inflation comme un tas de dépenses et de dettes inutiles.

    Mais dans l’idéal ce pourrait aussi être l’investissement pour la croissance de l’emploi et l’innovation.

    C’est juste que les derniers gouvernements ne font que de l’inflation un outils pour payer les pertes de mauvaise gestions.

    La preuve ils visent même à réduire le coût de l’éducation et visent à augmenter la libre circulation des mieux formés.

      1. Lafayette

        je n’irai pas jusqu’à user du terme ‘outil’ , d’ailleurs je me suis laissé emporté sur l’inflation alors que je voulais dire déficit, ce qui est beaucoup plus chronique.

        Ensuite c’est juste de déterminer le taux maximal de déficit ‘admissible’ comme étant égal au moins à l’investissement dans ce système pour améliorer l’emploi et sa valorisation.

        C’est en effet inadmissible que le déficit ne serve qu’à couvrir des frais de (dys-) fonctionnement.

  31. Pidji

    En 2009, au plus fort de la crise, la France faisait – 3.1% de croissance, quand l’Allemagne, UK, IT faisaient -5.1, -5.2, -5.5.
    En 2011 nous avions +2%
    Je vous laisse imaginer si Hollande avait été au pouvoir durant cette période.

    1. Pas si vite. Regardez la dette, regardez les déficits, regardez le chômage, regardez les dégâts provoqués. C’est bien joli de croire que la France s’en sortait mieux alors, mais maintenant, qu’est-ce qu’elle déguste ! Et croire que c’est du fait de Hollande, c’est assez naïf.

      1. Lafayette

        Sur ceci je suis d’accord, les derniers gouvernements ne sont pas plus mauvais que Chirac, mais d’un autre coté l’emploi et les entreprises continuent de se barrer, et cette situation ne profitent qu’aux gestionnaires de fortunes.

      2. Pidji

        Faudrait pas oublier que ce fut la même chose pour toute l’Eurozone. Les taux d’emprunt n’étaient pas les mêmes à cette époque, le prix du pétrole non plus (déficit extérieur) et en France, 2 tranches d’age ont du rester sur le marché de l’emploi plus longtemps.

  32. Jga

    Je donnerai néanmoins un (petit) bon point à NS dans la catégorie « propriété privée »: il avait mis des abattements pour donations / transmission de patrimoine / taxes sur la mort / « droits » de mutation qui étaient un peu plus cohérents avec la réalité des estimations délirantes de l’immobilier.
    J’ai bien dit « petit » bon point et je ne m’imagine pas que ce soit pour le citoyen moyen mais bien pour les copains, néanmoins ça allait dans le bon sens, en réduisant ce principe du « vous louez votre propriété à l’Etat »

  33. ROULTABILLE

     » Qui espèrerait attraper 2 fois la même souris avec un piège à ressort ? » = +1 !.
    Merci H16 d’avoir fait le bilan et la piqûre de rappel.

Laisser un commentaire