Le casse-tête du budget

Tout doucement, on approche du moment fatidique ou rigolo (selon le point de vue) où la France va présenter son budget aux institutions européennes. En attendant, la tension est déjà palpable entre les membres du gouvernement concernés par cette délicate opération de communication et la majorité parlementaire, de plus en plus raide à l’idée de voter un budget pas assez dépensier à son goût… Tout indique que le prochain budget, qui s’annonçait délicat, va être un véritable casse-tête politico-économique.

Bien sûr, c’en est un parce que Sapin et Eckert, les deux ministres responsables de l’usine à gaz, vont devoir faire face à de violentes critiques de la part de l’opposition, c’est attendu, mais aussi d’une part de la gauche, aussi bien chez les députés socialistes, voire les radicaux de gauche que plus largement, chez les écologistes et autres extrémistes. Les critiques des uns vont donc s’ajouter aux critiques des autres pour ce qui s’annonce déjà comme l’explication de texte la plus délicate que vont devoir mener nos deux financiers improvisés.

Bien sûr, c’en est un parce qu’en plus de l’opposition interne, le gouvernement va devoir faire face à une opposition externe de plus en plus aiguisée. Évidemment, la Commission Européenne l’attend au tournant et même si on peut raisonnablement penser qu’elle ne refusera pas ouvertement le budget, on imagine sans mal qu’elle émettra quelques recommandations fermes allant dans le sens d’une désapprobation toute diplomatiquement tournée. Mais en plus de la Commission, Hollande et sa clique doivent à présent composer avec les agences de notations : Standard & Poor, s’inquiètant de déficits publics « plus dégradés que prévus », a mis le pays sous « perspective négative », ce qui implique que le pays pourrait voir sa note dégradée (et avec, ses perspectives d’emprunter à bon taux sur les marchés financiers). Apparemment, les « réformes » (guillemets de rigueur) dont se gargarisent Hollande, Macron ou Valls semblent n’avoir pas réussi à convaincre l’agence américaine pour qui « la stabilisation de la dette a été repoussée » (non, sans blague ?)…

Bien sûr, c’en est un parce que toute demande supplémentaire de délai avant de revenir à un équilibre parfaitement chimérique ou, plus simplement, dans les clous des traités, se heurtera aux avis de plus en plus négatifs de l’Eurogroupe qui estime, par la voix de son président, Jeroen Dijsselbloem, avoir « l’impression que le projet de budget de la France est assez loin de l’objectif, à la fois en termes de déficit nominal et de mesures effectives, concernant le déficit structurel et le nombre et la qualité des réformes qui doivent être réalisées », ce qui est une autre façon de dire que le moquage de visage a assez duré. Pour lui, une question demeure : comment a été utilisé le délai de deux ans accordé à Paris en 2013 pour redresser ses finances ? À vrai dire, c’est une question que se posent pas mal de Français dont certains se disent sans doute qu’il est passé au même endroit que les dizaines de milliards d’impôts supplémentaires récoltés entretemps et dont les effets attendent toujours d’être visibles.

sapin et son budget tout pourri

Bien sûr, c’en est un parce que l’État n’a plus une thune de côté et doit composer avec des pressions de plus en plus fortes de tous les côtés. Oh, il tente bien de s’offrir quelques marges de manœuvres en vendant ce qui l’encombre. À ce sujet, aller de temps en temps sur les Cessions Immobilières de l’État permet de constater que le rythme ne faiblit pas et si ces ventes sont aussi discrètes que possibles, elles n’en sont pas moins nombreuses. En outre, les petits retours d’ascenseurs de l’Union Européenne (ici, sous la forme d’une aide pour l’emploi, de 6 milliards sur six ans à peu près) aident à atténuer les effets des coupes sur les agrafeuses, les post-its et les pleins d’essence, devenues emblématiques des « efforts structurels » et autre « austérité » que le gouvernement s’inflige pour faire croire à tout le monde que les coupes claires sont là.

Mais surtout, ce budget est un casse-tête monumental parce qu’il veut cacher l’essentiel. En présentant à la face du monde (et de la Commission Européenne) de mirobolantes économies (21 milliards, qu’on vous dit, mais si, c’est vrai !) grappillées à la force du poignet en allant asticoter chaque service de l’administration centrale et de chaque ministère, on s’efforce de montrer à tous qu’on a été chercher tout ce qu’il était humainement possible d’aller récupérer, et surtout, on camoufle plus ou moins habilement les hausses assez roboratives des dépenses de toutes les autres administrations, locales notamment, qui viennent furieusement gréver la très fragile santé financière du pays.

En gros, pendant que l’État fait presque mine d’économiser quelques milliards, les collectivités locales s’empressent, dans une espèce de petit jeu sordide de vases communicants, de dépenser ce qui ne l’a pas été par l’État. Redoublant d’inventivité pour créer des postes de personnel et de dépenses diverses, ces administrations locales ont ainsi cumulé 9,2 milliards d’euros de déficits en 2013, véritable explosion par rapport à une déjà fort malsaine habitude constatée en 2012 de cramer autour de 3,7 milliards de trop. Entre la masse salariale qui a grimpé de plus de 3% tant en 2012 qu’en 2013, et les dépenses d’investissement qui flirtent avec les 8% du mauvais côté du chiffre, on sent nettement que si l’État central a fait grise mine, la fête du slip territorial a battu son plein depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir. Et bien sûr, on ne s’étonnera donc pas de trouver ces administrations incontinentes, vent debout contre les coupes à hauteur de 3,7 milliards d’euros qui sont officiellement prévues en 2015.

thatcher socialism

Toute cette agitation est très mignonne : on transfère, plus ou moins discrètement, les dettes d’un poste à l’autre, on baratine un peu pour enrober les petits désagréments que la réduction du budget photocopie entraîne immanquablement, et on pleurniche à qui veut l’entendre qu’ « on est à l’os », qu’on ne peut plus rien faire de mieux. En substance, tout ceci consiste à ne rien toucher au modèle social qui a fait de la France ce qu’elle est actuellement.

Jusqu’à présent, l’État avait acheté la paix sociale en appauvrissant les classes moyennes et endettant les générations futures, celles qui sont si importantes lorsqu’il s’agit d’écologie et sur lesquelles on peut rouler joyeusement à coup de vélibs lourdauds quand il s’agit d’économie et d’équilibres budgétaires. Maintenant que cet État est sous la loupe des marchés financiers, de l’Europe et des agences de notation, ce sont les collectivités locales qui prennent le relais pour faire exactement les mêmes opérations, creuser les déficits, faire du social sur le dos du contribuable et tout le tralala habituel d’arrosage de pognon à fins électoralistes éhontées.

Le souci, comme toujours avec le socialisme et la distribution d’argent gratuit, c’est qu’on arrive gentiment à la fin du tour de manège et qu’il va inévitablement manquer d’argent des autres. La paix sociale française, achetée de longue date par ces procédés socialistes faciles, risque bien de n’y plus trouver son compte. Et là, les marges de manœuvres, déjà fort étroites pour Sapin, Macron, Eckert et Hollande, vont disparaître subitement.

coincé

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires282

  1. Aristarque

    Il y a belle lurette que le budget annuel de la Grance n’ est qu’ une fumisterie ou une plaisanterie selon les points de vue. Ainsi, on jette des chiffres dans des lignes ou des colonnes pour faire croire au sérieux, on dépense sans compter par que la Grance, etc… nous le valons bien et en milieu d’année d’ exécution, on pond une loi de finances rectificative en contemplant d’ un air désolé la situation pour finir l’ année suivante par une loi de finances liquidatrice de l’ exercice annuel considéré pendant qu’ on bouffe la manne de l’ exercice suivant. Tout cela sans tirer la moindre modification de comportement même avec grave dérapage comme disent les journaleux. Mis à part le côté formel, ne pas en faire ne changerait strictement rien à la dépense publique…

    1. Deres

      Comme je l’avais souligné quand il est sorti, c’est vraiment n’importe quoi.
      Le plus marquant est que tout se plaignant de la mauvaise conjoncture européenne, le budget 2015 fait l’hypothèse d’une croissance de 4% des exportations l’année prochaine !

      Quand ils promettent une amélioration, cela se dégrade un peu, alors imaginé ce qu’on va prendre quand ils nous promettent une stabilité. cela va être cataclysmique.

      1. sarah

        quel enfer ca ne s’arrêtera donc jamais de faire des budgets sur la base de « croissances » trop optimistes ?? Voilà aussi pourquoi ca va de plus en plus mal…car à l’inverse de tout bon gestionnaire qui prend la perspective la pire, la moins avantageuse pour faire un budget…non, nos politiques prennent des estimations systématiquement beaucoup trop optimistes…depuis 30 ans !! Combien d’année en 30 ans avons nous respecter les croissances / budgets votés ?

        1. RBF

          Miser sur la croissance ou encore sur l’inflation pour un état, c’est un peu comme pour un particulier qui tablerait sur une hypothétique augmentation de salaire pour boucler son budget. Ou un hypothétique gain au loto, à la roulette, ou je ne sais quoi d’autre.

          C’est de la navigation à vue, aucune maîtrise de la chose. Nous savons tous qu’il n’y aura jamais 4% de croissance dans les exportations. Mais c’est envoyé, c’est dit, c’est sûr, comme ça on gagne encore une année sous perfusion…

      2. Aristarque

        Il faut bien trouver une cause de hausse pour justifier les futures nouvelles ponctions, autres que les impôts et taxounettes pour ne pas effrayer l’ électeur lambda, heureux de profiter de l’ argent des autres…
        Cela ne gêne pas nos belles âmes de leur envoyer de quoi se biturer un peu plus pour nous goberger au péril de leur santé???? :mrgreen:

  2. Aristarque

    Il en résulte que tout le tralala aux assemblées n’ est que du mauvais théâtre quand d’ un côté, la majorité salue ledit budget comme parfaitement adapté aux besoins quoique jamais assez généreux avec les potes de la clientèle électorale tandis que le magma de l’ opposition braille aux dépenses insensées surtout quand elles ne concernent pas SA clientèle électorale à elle… Et tout cela avec notre pognon sous les applaudissements des cons de tribuables émerveillés de la marche de la démocratie à l’ oeuvre (enfin, c’est ce que narrent les journaleux du Propagandastaffel…

  3. Woodi

    Ce n’est pas un budget, c’est une proposition d’emprunt pour acheter des nouilles pour l’hiver. Je vois ça plutôt comme de la mendicité.

    1. Kekoresin

      La France est entrée dans la spirale infernale du crédit révolving. La commision européenne se transforme en commission de sur endettement qui se contente de faire des leçons de morale, comme à une famille qui abuse de la carte Kangourou au lieu de payer ses factures d’eau!

      Et la Grance continue dans son élan dispendieux, persuadée de son statut « too big to fail ». Elle sait qu’elle est foutue car irréformable. Le Rubicon est franchit depuis belle lurette (et Gai Luron) et la masse informe d’une administration Stalinienne continue a écraser le pays sous les yeux gras des syndicats dompteurs de limaces géantes.

      La paix sociale de notre exception culturelle continue à ronger la coque du cargo rouillé.

      1. RBF

        Faut que la France se méfie de son pseudo statut « too big to fail ». Je me souviens que l’on disait la même chose à propos de la Lehmann-Brothers… qui a coulé….

        1. Deres

          Mario a dit « whatever it takes ».
          Si ce n’est pas un chèque en blanc, cela y ressemble beaucoup !

      2. sarah

        très belle prose pour décrire la situation parfaitement réaliste dans laquelle notre beau pays se trouve…

      1. petit-chat

        « Un plan d’urgence », c’est du blé synthétique, c’est du pognon (autre forme de blé) ? Toujours la sébile à la main, au lieu de répercuter simplement les coûts.

  4. Flash

    Le bon côté des PLF, c’est de pouvoir consulter les jaunes budgétaires. Un régal.

    Et dans les méandres de ce monstre législatif, il y a des tas de petits scandales. C’est croustillant à souhait.

      1. Nyamba

        Vous avez le choix : Projet de Loi de Finance ; Penguin Liberation Front (Front de Libération du Manchot) ; ou encore Prélèvement Libératoire Forfaitaire.
        Celui sur les pingouins a l’air plus sympa que les deux autres, amha 🙂

  5. Le Gnôme

    Le pipotron est en surchauffe. Cela fait combien de temps qu’il n’y a pas eu de budget sérieux ? Depuis le père Barre, au moins. Les lendemains doivent toujours chanter, et peu importe s’ils chantent faux.

  6. Olivier Vitri

    L’amoralité clientéliste du socialisme, ses attaques contre la Liberté sous prétexte d’une solidarité instrumentalisée, contrainte, forcée, détournée; la négation des coûts du vivrensemble de quelques uns au détriment de tous les autres… ce pays n’aura que ce qu’il mérite, à l’image des autocrates qui s’en barbouillent.

    1. Lafayette

      Le système politique d’aujourd’hui n’est plus du tout adapté à la situation. Droite – gauche ils tirent tous dans la même poche et exprimant des raisons diverses.

      Par contre pour que le peuple y trouve un avantage c’est sur que cela ne sert à rien d’attendre, ça ne viendra jamais.

  7. jeff1969

    Une foutaise des 2 cotés ! autant du coté français que du coté CEE….
    Des branquignolles qu’il faudra pendre un jour ! Haut et court !

  8. Olivier Vitri

    (À noter qu’il ne sert à rien de s’élever contre la redistribution : on n’attaque pas un concept mais seulement ceux qui l’instrumentalisent et l’entretiennent par leur corruption).

  9. carpe diem

    L’état central réduit déjà ses dotations aux collectivités, notre fier Ayrault a déjà fait le voyage à Paris pour pleurer sur l’épaule de ses potes. Il va se passer la chose suivante : les collectivités locales, coincées dans leur budget, vont se servir sur la bête, c’est à dire nous, c’est à dire les classes moyennes , en augmentant outrageusement les taxes locales (foncier+habitation) et là, je pense, comment dire, que « ça va marcher beaucoup moins bien »…une petite explosion peut-être? Quand les émeutes de racailles ont détruit des quartiers il y a quelques années, un chevelu bobo avait baptisé cela « émeutes sociales », je propose « déflagrations des sans dents ».

    1. Le Gnôme

      Je ne crois guère à une explosion dans la rue. Le fauve qui brandissait fourche ou faux lors des aumentations d’impôts, c’était il y a longtemps, le descendant s’est tranformé en mouton bon à tondre juste bon à dire « bêêê » quand il reçoit don avis d’imposition local.

      1. Deres

        C’est certain que des émeutes dans les quartiers, des voitures brûlés par milliers et des bandes qui remontent à Paris pour faire du pillage, on ne connait pas dans ce pays … Dormons tranquille, on ne risque rien. En cas de coup dur, rappelez vous que les forces de police seront utilisés pour protéger les VIP des ministères, qui s’enfuiront en hélicoptère vers leurs châteaux de province, pas pour les propriétaires de pavillon de banlieue qui pourront crever en regardant toutes leur vie partir en cendre. Quand cela tournera au vinaigre, ce seront les mêmes qui en pâtiront, pas les responsables de la situation.

        1. Jga

          Si bien sûr on connait. Mais bien malheureusement ce à quoi vous faites allusion ne sont pas des émeutes parce que trop d’impôts à payer. Plutôt parce pas assez reçus… Enorme différence si j’ose enfoncer une porte ouverte.

      2. sarah

        pure question de proportionnalité de qui paie qui profite du système de redistribution. Nous sommes beaucoup moins nombreux à payer que ceux qui profitent donc pas de révolution mais de la redistribution ciblée…

        1. Deres

          Si révolution car pas de répression des révoltés faisant l’objet de la redistribution mais répression farouche de ceux faisant l’objet des prélèvements. Donc les chances pour la Grance vont finir par se dire que plutôt que de ne bénéficier que des miettes du pillage, il vaut mieux se servir à la source pour avoir une part plus grande.

        2. Deres

          Casser des vitrines en groupe au Trocadéro, c’est beaucoup moins grave que d’agiter des bannières Hollande Démission dans ce pays.

    2. Nyamba

      Au détour d’une récente conversation, l’on m’apprit les dessous des émeutes du Chaudron, une vague d’indignation populaire quelque peu musclée, qui fit les choux gras de la presse au début des années 90 (j’étais alors trop jeune pour comprendre de quoi il retournait).
      L’indignation, donc, est partie de la fermeture d’une chaîne de télé. Précarité, misère, illettrisme, en fait, tout le monde s’en fout du moment qu’il y a des films à la télé (gratuite)…
      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89v%C3%A9nements_du_Chaudron

      1. royaumont

        Panem et circenses… En traduction : le RSA et la ligue des champions.

        Rien de nouveau sous le soleil.

        1. Lafayette

          C’est sur que la tv est une source d’abrutissement évidente.
          D’ailleurs cela fait longtemps que les présentateurs sont instrumentalisé et les informations filtrés tel un bon régime socialiste démocratique.

  10. Kekoresin

    Ai vu ce matin l’ex ministre des petits dessous en coton, Delpine Bateau. Cette pauvrette a pondu un livre écrit gros avec des colloriages pour expliquer combien elle n’est pas contente du budget. Il faudrait selon elle dépenser plus pour accéder au nirvana verdoyant où chantent des rivières cristalines.

    Elle est ABSOLUMENT contre mais ne votera pas contre hein! Au mieux elle s’abstiendra pour ne pas trop s’égratigner les genoux sur le long chemin de croix des ambitions politiques. Et la niaiseuse clame dans l’ombre inquiétante du béton fissuré de Fessenheim, qu’elle veut faire une politique différente, plus inovante, en un mot plus ravageuse encore que celle des clowns qui l’on chassé de l’Olympe telle une vulgaire mouche à merde. Elle va jusqu’à évoquer un complot au plus haut sommet de l’état, rien que pour elle! Mais pour comploter efficacement, il faut être doter d’une intelligence diabolique, chose dont nos énarques en culottes courtes semblent tout bonnement dénués.

    1. Flo

      Il était « amusant » aussi de l’entendre dire qu’elle ne regrettait pas d’avoir participé à la campagne de Hollande en 2012, mais que patati il avait tourné le dos à ses engagement d’alors, et que patata on ne voyait plus où menait la politique actuelle qui manque « cruellement de réformes courageuses »…
      Tout ceci est bel et bien bon mais le n’importe quoi était déjà total lorsqu’elle était ministre et omniprésent dans le « programme » qu’elle a soutenu pendant la campagne présidentielle.
      Le summum du ridicule a été atteint lorsque Bourdin lui a demandé un avis sur les travaux du nouveau prix Nobel d’économie.
      Non mais ça va pas? Il a pas lu son CV à Delphine?

          1. Lafayette

            oui mais circonstance atténuante, c’est pas facile de ramer avec une main quand il faut se boucher le nez.

  11. cc

    Un article du Figaro détaillait hier le process.

    Fin octobre, l’UE ne dira absolument rien. A part quelques haussements de sourcils. Débutera ensuite ce qu’ils appellent le semestre post budget.

    En clair, ils vont travailler pendant… 6 mois. Pour étudier le dit budget. 😉

    A l’issue, l’article le disait très bien ;
    -soit la situation éco de la France s’est améliorée, et alors il sera inutile d’appliquer des sanctions

    -soit la situation éco de la France s’est dégradée, et alors le débat sur les sanctions et le budget… n’aura plus lieu d’être

    Dans les deux cas, Sans-Dent peut dormir sur ses deux oreilles.

  12. hop hup

    LA PROPOSITION – Ségolène Royal souhaite que les sociétés d’autoroutes partagent davantage leurs bénéfices. Une lubie ? Ségolène Royal semble déterminée à faire contribuer les sociétés d’autoroutes à la solidarité nationale. La ministre de l’Ecologie …

    plutôt entonnant venant de quelqu’un qui veut nous faire réduire nos émission de co2

        1. RBF

          On se demande bien pourquoi les camions ne peuvent pas rouler le we d’ailleurs. Car quand je vois les files d’attente interminables à la frontière franco-allemande en provenance de Freiburg, pas très loin de chez moi, je m’interroge et je me dis que ce qui n’est pas entré le dimanche viendra augmenter considérablement le trafic le lundi. L’allemagne a autorisé que les camions stationnent sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute, faute de place sur les aires de repos juste avant la France (c’est très safe, et pas du tout polluant quand des centaines de camions redémarrent tous en même temps).

          Il semblerait qu’il y ait le même phénomène en Espagne. Des centaines de camions agglutinés à la frontière attendant dans un calme plus que relatif, que la France dédaigne les laisser passer…

          1. Nicobos

            Mais en fait, ce sera un nouvel impôt. Car que vont faire les sociétés d’autoroutes ? Eh bien elles vont augmenter les tarifs des péages…
            Cela me fait penser à la mutuelle devenue obligatoire pour tous les salariés, qu’on a juste immédiatement après déclarée imposable à l’IR !
            Ces types sont des gros porcs.

            1. RBF

              Pas sûr que les sociétés d’autoroute vont augmenter leurs prix, justement. Car comme l’État, ces sociétés risquent fort de faire une petite rencontre avec Laffer.

              Je ne suis pas à plaindre, mais si les prix augmentent, je ne prends plus jamais l’autoroute. Il ne faut pas se voiler la face, nos autoroutes sont hors de prix en réalité. Et le service n’est pas mieux qu’en Suisse ou en Allemagne, pour ne citer que ces 2 pays que je connais bien.

              Quand bien même, les autoroutes ne seront jamais gratuites le week-end, mais Ségogole n’y croit pas à sa conneritude.

          2. sarah

            l’interdiction de rouler le we dans certains pays européens, au moins allemagne, autriche, je pense en uk aussi.

                1. gameover

                  Oui pour le tarif de nuit ou heures creuses mais pour cela il faudrait que le prix des autoroutes soit véritablement en fonction du service rendu car entre les travaux, les bouchons, les files d’attente aux péages… on paie le même prix quelque soit le temps de trajet… et les autoroutes n’ont aucun intérêt à te prévenir de la charge et de la durée de trajet avant que tu rentres dessus, ils racontent même des conneries.
                  Heureusement maintenant certaines applis le permettent en analysant la vitesse de ceux qui sont sur l’autoroute.

                  1. Lafayette

                    c’est clair que sans les péages les radars tronçons serait trop rentables.

                    Quand aux bouchons, je comprend bien que l’on mérite une petite réduction pour le temps perdu, mais en allant plus vit, ça coûte vite cher en radar, donc les plus méritants sont ceux qui cumulent les deux.

                    1. gameover

                      Donc la logique voudrait que les radars soient en aval des zones de bouchon vu que les bouchonnés rattraperaient le temps perdu. A vérifier.

                    2. Lafayette

                      Non la logique c’est de payer en fonction de la vitesse.
                      A 80km/h c’est gratuit, à 100km/h c’est 50% à 130% c’est 100% et plus c’est +50% par tranche de 10km/h de trop.

    1. Deres

      Du blabla pour occuper le terrain. Et surtout une girouette à grande vitesse. Il y a 3 jours, elle parlait de taxer les sociétés d’autoroute pour compenser l’abandon en rase campagne de l’écotaxe. Tout le monde a bien compris que cela aboutirait à augmenter les péages. Donc immédiatement tentative de contre-feu de sa part en affirmant l’inverse … Les couacs entre eux ne suffisent plus à Ségo. Elle couaque avec elle même d’un jour sur l’autre maintenant. Elle est vraiment au dessus du lot !

      1. royaumont

        La gratuité des péages a déjà été rejetée par Matignon. La cacophonie à haute fréquence dont ils nous délectent va trop vite pour les commentaires.

      2. gameover

        Comme ça va pas être possible pour la gratuité de l’autoroute, je propose la gratuité du pain le dimanche (pi avec les croissants hein)

  13. Before

    Mais c’est pas grave tout ça ! On est les meilleurs du monde, la preuve on a un Nobel d’économie et un de littérature !

      1. Othello

        Petit-chat, as-tu déjà lu un livre de Finkielkraut? Je pense que tu serais surpris. C’est très loin de ce qu’en dit Dieudonné (et je me bats pour la liberté d’expression de ce dernier, même -surtout?- quand il dit des conneries plus grosses que lui). Si tu es preneur, j’ai quelques titres 🙂

        1. gameover

          +1. Il a de très bonnes analyses et des moins bonnes aussi qui sont un peu biaisées mais dans l’ensemble c’est pas mal.

      2. Kazar

        Pourquoi ce mépris pour Finkielkraut ? Il a récemment rappelé fort justement que la France est une patrie littéraire, et il a eu raison : si les Français lisaient plus, ils seraient moins stupides, au point de se laisser imposer leur vie par des gens qui prétendent penser pour eux.

        1. royaumont

          Ce que j’ai pu lire de lui est plutôt intéressant et, fait rare, même en cas de désaccord sa position reste recevable.
          D’ailleurs, c’est bien simple, Orelifilipeti le déteste : c’est presque un brevet de bonne conduite.

        2. Nyamba

          Je connais des illettrés plutôt futés, et des lecteurs assidus qui sont de sacrés imbéciles, confondant culture et intelligence. J’espère que ce monsieur (que je ne connais guère, au demeurant) ne fait pas ce raccourci grossier 😉 .

          1. Kazar

            Ne pas confondre le manque de culture qui n’empêche pas d’être intelligent et l’érudition superficielle. Vous avez beau êtes le plus futé du monde, si vous ne lisez pas, vous n’apprenez rien, et cela limite fortement l’utilisation de votre intelligence. Évidemment, lire Gala ne peut pas être placé sur le même plan que « L’identité malheureuse ». Même si je ne suis pas un adepte de la théorie du complot, il est clair que ceux qui nous gouvernent ne peuvent pas nous inciter à lire. Lire, c’est aussi accéder à une meilleure forme d’écriture, d’expression de la pensée, de communication. Les élites ont beau simplifier l’orthographe, supprimer les notes, etc, à l’âge adulte, un chef d’entreprise qui reçoit un CV comportant des fautes d’orthographe « normales » (car non stigmatisées) le mettra toujours à la poubelle, et lui préférera un CV exempt de fautes, alors même qu’on aura laisser croire au malheureux candidat « fauteur » que l’orthographe, ça ne sert en fait à rien. Lire permet aussi de se rebeller, relire Fahrenheit 451 de Ray Bradbury.

            1. Nyamba

              Est-ce que lire Edgar Morin compte comme accéder à une meilleure forme d’expression de sa pensée et de communication ? :mrgreen:
              NB : Je vous suis sur ces idées, mais je tiens juste à les nuancer. On m’a offert récemment « Les vraies lois de l’économie », de J. Généreux, pour – si j’ai bien compris le projet – me démontrer que ma vision de la réalité était erronée (et mes convictions libérales un probable malentendu basé sur une manipulation insidieuse que je n’ai pas été capable de déceler). Mon aimable donateur, d’une culture littéraire différente de la mienne, ne s’est même pas rendu compte que cet ouvrage était lui-même truffé d’une propagande grossière. Histoire d’œil, de paille et de poutre, je suppose, mais qui révèle que nous sommes, lui et moi, dans une impasse, incapables de nous faire entendre de l’autre (un peu lorsque vous tentez d’expliquer rationnellement que le FN est une alternative crédible pour les libéraux 😉 ). La culture littéraire est un outil de l’intelligence, pas une formule magique pour développer cette dernière. Elle ne réunit pas le monde sous une seule bannière – tant mieux, ou tant pis…

    1. Nyamba

      Ohaiyo gozaimasu ! Question de fan : vous êtes plusieurs à la rédac, ou est-ce un « nous » pour le style ?

      1. Othello

        Heuh Nyamba,

        le Japonais c’est rude… Déjà que certains ont du mal avec le Français (ah mais bah je suis enervé aujourd’hui)

                1. Nyamba

                  Paul Simon ? What’s that got to do with anything ?
                  Il n’empêche, vous détournez des propos d’une innocence absolue. C’est pas joli joli.

                  1. Quiet Desperation

                    For all his bravado and chest-thumping, our friend GO is obviously borderline childish. On the other hand, like most women in your walk of life, you tend to assume a motherly figure. Our dear friend probably feels he should be cocooned by you, on your native island : hence the reunion…
                    A bit drawn out, maybe…

                    1. Aristarque

                      Savoir le sort que mijote d’accorder Bourbon Island Turtle aux barbons a dû le refroidir. L’ âge limite inférieur n’ est guère précis et peut se prêter à toutes les hypothèses les plus inattendues de la part de qui veut noyer son chagrin, je veux dire la cause de son chien… J’ai déjà donné, merci et sans façons…

                    2. Quiet Desperation

                      Nyamba est une sorte de jeune matrone romaine…. dont Harry se défie : hé voui, le « Paete, non dolet », n’est-ce pas, cela refroidit?…. quant à GO, l’homme-enfant, je lui léguerai mon « Livre de (dé)Raison »….

                    3. Nyamba

                      Intéressante histoire, que celle d’Arria. En voilà une qui en a une sacrée paire ! Il faut bien l’avouer, se poignarder en guise de soutien moral pour un homme, c’est quelque chose qui… ne me viendrait jamais à l’idée. C’est un coup à se faire mal, pour sûr, voire à foutre du sang partout – et après qui c’est qui doit nettoyer ? Non, décidément, je n’ai pas ce genre de caractère.
                      M. Stark, pardon, de vous avoir choqué l’autre jour avec cette histoire d’économies d’énergie. Oubliez, oubliez donc ! Cela ne vous concerne en rien… pas encore :mrgreen:

                    4. Quiet Desperation

                      Je n’avais pas suivi cette histoire d’économies d’énergie (pardon, mes bons amis, mais je travaille encore – à mon âge !… – et pi aussi.. j’ai chasse le week end… alors mon assiduité s’en ressent…).

                      Références, SVP, en tant que Nyamba Watcher, j’y ai droit !

                    5. Quiet Desperation

                      Found it … Humbug ! …. she’s still young and probably thought t’was an act of kindness… which is apparently not unremembered…

  14. cc

    On ne dit pas « Ségolène R. » mais « La Folle Du Poitou ».

    Voilà. Ca qualifie l’engeance.

    Mémère nous fait un festival là. Après son délire sur la hausse des taxes (raté, ils avaient prévu le coup dans les contrats signés avec l’Etat), sa bravitude a encore frappé.

    Les week-ends…
    😉

    Il faut la faire taire.

    C’est une affaire de santé publique désormais.

    1. royaumont

      C’est sûr, inciter les automobilistes à rouler le samedi, ça va améliorer la fluidité du trafic les jours de départ en vacances. De toute façon, ça pollue pas, un bouchon, c’est connu.
      Et puis les sociétés d’autoroute vont être contente de voir leur chiffre d’affaire amputé de leurs meilleures journées.
      Elles vont demander une compensation. Et l’obtenir.
      Donc :
      1) on met les société d’autoroute à contribution
      2) elles répercutent sur le prix des péages
      3) c’est gratuit le W-E pour compenser
      4) les sociétés d’autoroutes sont indemnisées du manque à gagner.

      Bilan pour les finances publiques : 0
      Bilan pour les clients des autoroutes : 0
      Bilan pour les sociétés d’autoroutes : 0
      Mais il faut 10000 fonctionnaires supplémentaires pour faire tourner le bousin.
      La classe.

      1. Honorbrachios

        @royaumont :
        petit oubli dans les bilans :
        « Bilan pour les finances publiques : 0
        Bilan pour les clients des autoroutes : 0
        Bilan pour les sociétés d’autoroutes : 0
        Mais il faut 10000 fonctionnaires supplémentaires pour faire tourner le bousin. »
        Bilan pour le péquin moyen : +1000euros de nouveaux impôts nouveaux et rigolos – ou augmentation à la marge x par l’occiput du coefficient non marginal à la puissance 3

        1. Lafayette

          Vous avez loupé une analyse, la taxe sur les carburants et les retombées sur le tourisme.

          A quand le forfait autoroute journalier ?

          1. gameover

            nan pas journalier le forfait mais annuel et on vous dira que ça ne représente que 20 centimes par jour… et ça fera 73 euros par an mais c’est pour faciliter le transport festif des citoyens à la fête foraine pour 76E par personne : voir commentaire de oscar n sur CP hier sur article de h16 et mon calcul qui suit ce com’.

              1. Lafayette

                je constate qu’il y a ceux qui utilisent une petite portion d’autoroute chaque jour et ceux qui traversent presque toute la France une à deux fois par an.

                Pourquoi le périf. de paris n’a pas de péage, ce serait pourtant l’endroit le plus rentable de France avec un forfait de 2€ par véhicule par jour, c’est le demi-milliard par jour.

    2. Kekoresin

      Folle du Poitou ou créature du marais! De toute façon, au rythme où on va, y’aura plus que des vélib pour aller voir belle maman ou se tremper le cul dans l’eau. Il est vrai que la semaine de 15 heures et 20 semaines de congés payés compenseront quelque peu la durée des trajets!!!!

  15. maicorne

    Rassurez-vous, peuple de croyants-militants saltimbanques de gôche. Vos gourous voyous-youyous, qui vous ont si bien rendus socialos-dépendants feront porter le chapeau de la débâcle économique qui s’annonce à l’UE, à la droite, au patronat, aux PME, etc.. Et si l’environnement hexagonal devient carrément socialo-hostile (ce qui m’étonnerait, vu la souplesse des mes concitoyens à s’auto lécher le postérieur, et celui des autres), vos grands prêtres s’expatrieront vers d’autres cieux, avant de revenir en héros, lorsque la tourmente sera passée. C’est çà la Fraônce, non ? Trahisons, manipulations, corruption…

  16. calc80

    Dans le principe je suis contre le compte de pénibilité, un truc ingérable au quotidien, fruit du bon socialisme progressif, directement inspiré des lectures de Zola, plein d’idées de tendances collectives bien rouges avec des ‘isme’ au bout.
    Cependant, en ces temps de pleurnicheries budgétaires, à entendre les politiques nous exprimer leurs bêtises, leurs couacs et leur appétit de gros sous des autres, j’ouvrirais bien un tel compte. En espérant qu’il rapporte plus que le livret A. Un tel compte se saturerait bien vite…
    (ah ! si on pouvait monétiser la connerie, la France exploserait son PIB, avec ou sans les efforts de notre grand Con des Sans-Dents !).

  17. Karamba!

    Non, tout va bien, regardez Hollande se balader feignant d’incarner la sérénité du touriste en RTT. Les socialistes n’ont pas le sentiment d’être dans la zone faillite, au contraire ils estiment bénéficier encore d’une ligne de crédit pour s’en sortir, c’est à dire l’épargne des français. Je pense que c’est déjà acquis dans leur esprit, ils ont déjà spolié le peuple français de ses économies. On nous dira que l’Etat s’endette, il n’est pas normal que certains accumulent des richesses. Qu’ils vont donc s’occuper de dépenser notre patrimoine, peut-être même au nom de leur égalitarisme chéri.
    A Las Vegas, ces crevards auraient été interdits de casino depuis belle lurette…

    1. cc

      A tel point que Sans-Dent crois encore aux miracles de la communication audiovisuelle.

      ***********
      François Hollande sera l’invté d’une emission exceptionnelle animée par Gilles Bouleau le jeudi 6 novembre à 20h50, a annoncé la chaine. La date du 6 novembre a été choisie car elle marquera la moitié du mandat du président de la République élu le 6 mai 2012.
      ***********

      « Euh…. euh… croissance… emploi… courbes inversées de l’inversion inversatoire… euh… oui… je vous le dis… même que oui c’est difficile… j’ai décidé… moi… euh… rien ».

      A la lanterne, zou !

  18. NicolasPimprenelle

    Excusez-moi, cher h16, de jouer les trouble-fêtes mais je voudrais un peu atténuer votre propos sur les finances des administrations locales.
    Je ne reviens pas sur la hausse de la masse salariale, c’est un fait, et cette augmentation n’est pas saine du tout puisqu’elle contribue à dégrader l’épargne brute.
    S’agissant de l’investissement, je serai plus modéré en rappelant que 75% de l’investissement public, et particulièrement dans le BTP, est porté par les collectivités territoriales.
    Ces dépenses ne sont pas complètement inutiles, certes elles augmentent l’endettement et dégradent l’épargne nette mais elles permettent tout de même aux entreprises du secteur de garnir leur carnet de commande, et pourquoi pas, d’imaginer qu’elles puissent embaucher en tout cas de ne pas détruire d’emplois supplémentaires.
    Enfin, sur le plan de l’équilibre budgétaire : on l’oublie trop souvent mais l’Etat est la seule personne morale de droit public qui s’octroie le droit de voter un budget non équilibré.
    Les budgets des collectivités territoriales sont soumis à des règles et contrôles de bonne gestion :
    – Le budget doit être voté à l’équilibre ;
    – Le remboursement du capital de la dette doit être financé par des ressources propres d’investissement (autofinancement + dotations + amortissements techniques)
    En cas de manquement à ces règles, les services déconcentrés retoquent les budgets.
    En matière de réalisation des dépenses et des recettes, les éventuels déficits d’investissement doivent être couverts par des excédents de fonctionnement ; il n’est possible d’avoir des déficits dans les deux sections du budget.
    Par ailleurs, les déficits d’investissement engendrés en l’année n-1 sont repris en solde à nouveau en année n et donc le budget de l’année n doit équilibrer à la fois les dépenses de l’année n mais également les déficits d’investissement de n-1, le cas échéant.
    Enfin, dernière chose, les collectivités territoriales ont l’obligation de transmettre à leurs partenaires financiers (essentiellement les banques) chaque année leur budget primitif, leur compte administratif (l’équivalent du compte de résultat pour une entreprise privée) et leur compte de gestion (l’équivalent du bilan).
    Voilà, c’était juste pour minorer un peu l’impact des collectivités territoriales dans cet invraisemblable gâchis qu’est le budget de l’Etat. Pour moi, les finances des collectivités sont encore saines (même si elles se sont dégradées, année électorale oblige) : elles ne peuvent emprunter que pour financer des investissements et non pas, comme on l’entend dire parfois, pour payer les salaires.
    L’Etat, lui, emprunte à court terme non seulement pour payer ses salaires, mais pire, pour payer les intérêts de sa dette !!!!! (Pour mémoire, le poste des intérêts est équivalent au budget de l’Education Nationale, c’est dire ….).
    Sinon, pour le reste de votre billet, je suis entièrement d’accord.

    1. NicolasPimprenelle

      A noter aussi que l’Etat inflige une « double peine » aux collectivités territoriales : non content de les fustiger, il leur transfère des compétences sans leur transférer des ressources : dernier exemple en date, le financement par les communes de la réforme des rythmes scolaires (les communes voient leurs charges de fonctionnement augmenter pour prendre en charge le hors temps scolaire mais parallèllement l’Etat leur verse moins de DGF, Dotation Globale de Fonctionnement) …

      1. NicolasPimprenelle

        Certaines communes commencent à sentir bien profond cet effet de ciseau et abandonent des pans de services publics : certaines se débarassent de leur police municipale, d’autres renoncent à leur crèche familiale, ….
        Ne vous inquiétez pas : les premiers pans de service public qui tomberont ne seront pas ceux de l’Etat !!!

        1. Deres

          Tu parles. Ils diminuent surtout les investissements mais préserve à tout prix leur masse salariale. les histoires de suppressions de services de police ou de crèche, ce sont juste des effets d’annonce. C’est le syndrome de fermeture des monuments de Washington …

    2. Othello

       » 75% de l’investissement public, et particulièrement dans le BTP, est porté par les collectivités territoriales »… Mazette. Pourriez-vous svp m’expliquer en quoi la mise en place de ralentisseurs, de rond-points etc est de l’investissement? Que ça fasse bosser les entreprises de BTP, et que cela permettte de prendre au petit billet au passage, j’en conviens, mais ce n’est pas le sens du mot investir, qui signifie selon le Larousse « Placer des fonds dans quelque chose en vue d’en tirer un bénéfice ». J’ai du mal à voir le bénéfice induit par un ralentisseur, peut-être pouvez-vous m’éclairer…

      Ce dont vous parlez est au mieux de la subvention déguisée, au pire un système maffieux (et j’ai bien peur que la balance penche globalement vers cette dernière option).

      1. NicolasPimprenelle

        Vous avez pris un sens réducteur du mot investissement (sur le plan de l’investissement financier).
        Sur un plan plus général un investissement permet d’augmenter la valeur de votre patrimoine.
        Les 60 milliards d’euros d’investissement public annuel en France ne concerne pas que des ralentisseurs; il y a également des écoles, des crèches, des médiathèques, des gymnases, des routes, des trottoirs, de l’éclairage public, des transports, bref tout ce dont vous vous servez (vous et vos enfants) au quotidien.

        1. Eole

          Et puis les ralentisseurs, si on ne fait pas assez attention… et bien bonjour les dégâts pour la voiture —- ergo tout bénèf pour le garagiste du coin !

        2. Othello

          1. Je n’ai absolument pas pris ce mot dans un sens réduit, je suis alllé en voir sa définition chez Larousse.
          2.En lisant vos commentaires, ma première réaction est de me dire que bon, ce doit être un élu local intègre qui parle, il investit (au sens juste du mot) son temps et son argent pour la communauté et c’est louable.

          Et puis la moutarde me monte au nez.

          NON, vos médiathèques pourries qui ne servent qu’à ceux qui y travaillent je n’en veux pas (au passage, vous avez vu beaucoup de médiathèque proposant du Céline?).

          NON vos lignes de tramway/bus inutiles, qui ne font qu’agraver les problèmes de circulation, par les restrictions imposées aux voitures pour les laisser passer, je n’en veux pas.

          Là où je vis, les routes, trottoirs et éclairages publics ont justement été totalement délaissés au profit (?) des « grands investissements », du style piscine (il y a malgré tout une piscine olympique à 15 minutes de chez moi) ou autres saletés.

          Foutage de gueule absolu.

          1. Calvin

            +2
            A force de faire ces pseudo équipements, il n’y a plus de vrai investissement.
            Prenons les ronds points. On peut être pour ou contre, mais si on en fait, on éviter les gros murets, les arbres et constructions (qui cachent le trafic) et surtout la sculpture surpayée…

              1. Calvin

                Ben j’en vois plein, quand ma maman conduit, avec des oliviers, des faux abris, des fausses machines antiques, des rochers, etc…
                En général, ces ronds points sont bordés de murets, on tourne autour mais certains se les mangent…

                1. Bonsaï

                  Oui, oui … mais soyons lucides : là, ce n’est pas la boisson qui est en cause. Il plane autour des ronds points comme une libellule, il est en plein trip …peut-être a-t-il testé pour la science un peu d’acide lysergique – alias LSD 25 ?

            1. Deres

              Le pire c’est que je crois qu’ils font exprès que la visibilité soit pourrie pour obliger les gens à ralentir. C’est un peu la « vitre cassé » car cela finit par faire des accidents au lieu de les éviter …

        3. RBF

          Admettons.

          Mais en tant que contribuables (donc payeurs), nous avons le droit de demander des comptes, n’est-ce pas ?

          Je dis ça car il ne se passe pas une année sans que je voie des abérrations dans les communes toutes plus grosses les unes que les autres. Et je n’ai pas besoin d’aller loin, juste autour de chez moi.

          Je constate juste que ce que les Français ont le plus besoin (crèches par exemple) est laissé à l’abandon, mais que les zones 30 inutiles, les modifications routières idiotes, sont légion.

          J’ai un exemple d’une zone 30 qui fait à peine 20 mètres, avec un radar pédagogique juste avant (5 mètres max) qui lui, contrôle à 50 km/h. Je peux même prendre une photo et la publier pour montrer l’ampleur du gaspillage. Désolé mais il ne faut vraiment rien avoir dans le citron pour inventer des choses pareilles.

          Rien dans le cigare + argent gratuit des autres = un max de débilités inutiles.

        4. Jga

          L’école a toujours la même peinture intérieure et extérieure qu’il y a 30 ans quand mon épouse y allait. La crèche ? Quelle bonne blague, entre ses horaires raccourcis et les conditions pour y être toléré je n’y ai pas droit. La médiathèque ? C’est quoi ? Le gymnase ? Pour y faire quoi ? (Terrain de foot ou tennis pareil). Les routes ? Ah bah parlons en de leur état tiens et les trottoirs aussi. L’éclairage public ? Génial: tous les 8 mètres un truc qui m’empêche de dormir et qui bouffe de l’électricité pour des prunes: il y a deux centrales en France qui ne font que ça. Les transports ? En IDF c’est le stif, donc aussi mes impôts mais pas la mairie. Et pour les ralentisseurs, à part faire chier les riverains …

          1. Aristarque

            Comme je suis content d’en rencontrer enfin un qui peste sur les ralentisseurs de son voisinage immédiat que son maire attentionné a fait installer pour son bien et qu’ il subit tous les jours que Dieu fait. Je me sens moins seul, subitement de ronchonner devant le cocktail infect de ralentisseurs, stops et autres chicanes…

            1. gameover

              Les ralentisseurs : il y aurait une subvention des fabricants de spoilers, rotules et triangles de suspension et crémaillères de direction et pots d’chappement que ça ne m’étonnerait pas…

      2. Kazar

        Je plussoie : j’entendais ce matin des entrepreneurs dans les travaux « publics » se plaindre de la baisse des dépenses publiques, et je me demandais en quoi la création de ronds-points était une dépense utile …

    3. « Ces dépenses ne sont pas complètement inutiles, »
      Problème de la Vitre cassée. Le souci n’est pas que ces dépenses sont utiles ou non, mais qu’elles sont voulues ou non par le contribuable. Et là, c’est très ouvert à débat.

      « Le budget doit être voté à l’équilibre ; »
      Mais comme ces collectivités peuvent emprunter, on voit ce que ça donne.

      « les finances des collectivités sont encore saines »
      Vu le nombre d’entre elles qui ont contracté des emprunts toxiques (ou, disons plus honnêtement, qui ont signé n’importe quoi sans réfléchir), je ne partage pas cet avis.

      1. NicolasPimprenelle

        IL existe un ratio qui s’appelle le « ratio Klopfer » : le stock de dette sur l’épargne brute qui indique, en nombre d’années, la durée de désendettement si toute l »épargne brute était consacrée au remboursement du K de la dette.
        Ce ratio est très utilisé par les CT et les preteurs, il est examiné à la loupe par les banques qui sont devenues très frileuses à preter aux collectivités.
        Et pour répondre à votre post plus haut, effectivement ces équipements publics n’ont pas besoin de l’Etat pour exister et c’est en cela que je vous rejoins.

          1. Et donc ? Cela n’a rien empêché puisque des villes sont techniquement en faillite, des conseils généraux hurlent devant Dexia, etc…

            1. Kazar

              Pas grave, le contribuable paiera, soit au niveau national (en cours grâce à la loi interdisant désormais aux collectivités locales de contester le TEG pour espérer voir le taux revenir au taux légal), soit au niveau local. La routine habituelle, quoi !!!

              1. Aristarque

                Vous pensez que ce gouvernement va trouver assez de députés -maires interdisant aux maires députés de se plaindre du taux de leurs emprunts toxiques ? Bartolone, pour ne citer que lui, va nous péter deux ou trois câbles en cinémascope, sur un coup comme celui-là!

                1. Aristarque

                  C’est vrai que j’ oublie que beaucoup sont en deuil de leur poste de maire pour les 5,5 ans à venir… :mrgreen:

            2. NicolasPimprenelle

              Ces emprunts ont été contractés dans la période 2005-2009.
              Ce que je vouslais dire, c’est que depuis cette époque, non seulement les banques sont devenues frileuses pour preter aux CT mais en plus les CT doivent « montrer pattes blanches » si elles veulent des crédits.
              Ces emprunts toxiques auront eu moins le mérite d’assainir la procédure d’emprunt des CT.
              Tout ceci c’était juste pour atténuer un peu votre propos sur les CT parce que c’est trop facile pour l’Etat (et la CRC)de pointer du doigt les CT alors que les finances du gros mamouth sont autrement plus malsaines que celles des CT …
              Mais bon …. ce n’est pas parce qu’on peindra un ane en noir et blanc qu’on en fera un zèbre pour autant …

              1. Aristarque

                On peut supposer que les banques lisent les journaux et constatent que la signature des CT, censée être en béton si ce n’est en bronze coulé, est passablement grevée de fissures et que le recouvrement de prêts précédents est sport… Bref, tout ce qu’ aime un bailleur de fonds… Ne nous étonnons donc pas de cette frilosité qui fera indirectement le plus grand bien à de nombreuses CT devant ainsi mettre leur folie des grandeurs en veille…

        1. gameover

          Il semble Nicolas P. que tu ne comprennes pas que pour tenir leur ratio les collectivités augmentent les impôts. Ce n’est pas de la gestion. Une entreprise ne peut pas décréter ponctionner ses clients en fonction de ses dépenses à elle, une commune si.

          Je vous ai parlé de temps en temps de Chalon sur Saone.
          C’est justement passé à C dans l’air. Ca dure 6 minutes dont 4 se passant dans Chalon.

          https://www.youtube.com/watch?v=X_0Im9Q__7U

          Dans les 2 dernières minutes l’abruti national invité de l’émission qui dit qu’en fin de compte, sans savoir, la municipalité a été virée pour des raisons de politique nationale ne se rend pas compte que c’est vraiment un choix local dû à la situation dans laquelle se sont retrouvés les gens non seulement au niveau des impôts locaux (+50%) mais aussi du schéma de circulation, de parking ayant été une véritable catastrophe pour les commerces de centre ville.

          L’élection s’est faite au 1er tour alors que la précédente s’était aussi faite au 1er tour mais pour un résultat inverse. C’est dire le ras le bol pour qu’il y ait eu un tel revirement.

          1. Othello

            MDR, j’ai vu ça aussi… Le plus drôle IMHO était le coup des Vélibs ou assimilés. 3 locations par jour pour 700 000 + 600 000 euros. Z’auraient mieux fait d’offrir un vélo à tous ceux qui en auraient voulu : sur un bassin de populationde 132 000 personnes ils auraient été gagnants… Bon d’accord ça aurait été plus dur de recaser le cousin Roger, légèrement déficient mentalement et qui s’occupe aujourd’hui du graissage des chaînes des Vélibs, sans parler de Raymond, patron de l’entreprise de BTP qui installe l’infrastructure nécessaire à la mise en place de ces vélos louables – ou pas (et le fait que Raymond soit le beau-frère du Président de la Communauté de Communes n’a rien à voir, enfin voyons).

            1. gameover

              Oui mais rigole pas hein !
              Chaque vélo est utilisé 3 fois par mois soit une fois tous les 10 jours… c’est vrai qu’en plus on ne parle pas du coût d’exploitation.

              Mais le pire c’est les bus car en plus quand ils s’arrêtent en dehors du pur centre ville ils bloquent la circulation : il n’y a pas de dégagement coté trottoir… mais parce que ceux qui existaient ont été enlevés…. pour faire chier.

            2. Aristarque

              Il me semble qu’ à Aix en Provence, ils ont carrément arrêté le Velib local dont le coût de fonctionnement était aussi ahurissant que dans le cas de Châlons. Et la Folle du Poitou n’ a-t-elle pas promu à Niort (60K habitants) un Autolib à sa sauce?… Et à Chalons, il a été évité de parler du parking aménagé sur mesure par l’ ancien maire pour dégager la vue sur la Saône de son petit immeuble de rapport… Je serais le nouveau maire, je me dépêcherais d’ y laisser construire quelque chose de mastoc, histoire de casser la plus-value indue…

              1. gameover

                Ah je vois qe tu as de la mémoire pour le parking 🙂
                Sinon sans vous offenser c’est Chalon-sur-Saône c’est sans « s » et sans « ^ », et non Châlons-sur- Marne alias en-Champagne

                1. Aristarque

                  😥 pour le S incongru et le coup de règle sur les doigts !
                  Le coup du parking m’a marqué parce que passant régulièrement à Chalon sur la route de l’Isère (par la RN6 comme au bon vieux temps, donc en longeant la Saône après virage à droite à angle droit), j’ai découvert un beau jour cet immeuble en arrière ainsi dégagé en vue vers la Saône et je m’étais dit en moi-même que le proprio avait eu un super coup de bol… Innochin que je suis !

              2. dede

                Tiens, je ne savais pas qu’ils avaient mis des velib’ a Aix… Par-contre, je ne suis pas etonne que ca foire : la ville est loin d’etre plate, ce qui n’est pas vraiment propice a la pratique du Velib’ : ceux qui aiment faire du velo en montee ont generalement leur propre machine, idealement plus legere – bel exemple d’idee foireuse qui passe dans la tete d’un planificateur qui ne tient pas compte des individus.

          2. NicolasPimprenelle

            « Il semble Nicolas P. que tu ne comprennes pas que pour tenir leur ratio les collectivités augmentent les impôts »
            Non, c’est vrai je ne le comprends pas : cela fait 25 ans que je travaille dans le domaine des finances publiques …

            Pour rappel, l’augmentation des impots n’est pas tenable sur la durée à la fois pour l’élu mais aussi pour le produit de l’impot (effet Laffer).

            1. Calvin

              Mais ils le font quand même !
              « Ah ben on a toujours fait ainsi ! »
              « J’ai attendu des années pour cette place, je vais pas scier maintenant la branche où je suis sous prétexte que les déficits empirent »
              Etc…

              1. Deres

                L’exemple classique est la commune qui se vante de ne pas avoir augmenté ses impôts, mais qui :
                – a transféré plusieurs activités vers la communauté de commune aux recettes indépendantes additionnelles sans compenser à la baisse ses propres prélèvements
                – l’utilisation des frais de prélèvements des ordures et des entretiens des trottoirs qui ne sont pas taxes en théorie

              2. Calvin

                Si, c’est possible : en déménageant pour plus petit, plus moche et plus mal famé !
                Bon, parfois ça ne suffit même pas…

                1. Aristarque

                  Vous devriez vous lancer sans tarder dans la carrière politique, si ce n’est déjà en cours! Old Nick! Vous maitrisez déjà fichtrement bien la langue de bois! Encore quelques échauffements et vous avez toutes vos chances si les électeurs sont d’humeur d’entendre et surtout accepter pareil discours de la part d’un candidat! Les taux n’ augmentent pas mais les bases… Ben voyons! Ben voyons! Je vous sortirais bien mon dossier perso de fiscalité locale où quand ce n’ était pas la base, c’est le taux qui augmentait et réciproquement avec dans le lot des années où les deux augmentaient de concert, tout spécialement après le triomphe 2008 des senestres sinistres. Alors oui, effectivement, nous avons eu il y a trois ans une baisse du taux communal sensible mais au profit de la naissance d’une taxe d’intercommunalité avec un total a payer nettement accru, au passage… Alors, effectivement, cette année, même les maires soces qui ont réussi à se faire réélire, ont été ultra-légers sur les augmentations qui sont insignifiantes pour une fois en lendemain d’ élection. Même Méremptoire chez qui je paie du foncier a évité d’en mettre une louchée… C’est dire ! Quant aux nouveaux, comme ils se sont quasi tous présentés en modérés des impôts… Curieusement, ils ont évité d’ oublier leur promesse…
                  Je serais vous, je prêterais attention aux incendies fortuits des perceptions et autres antres fiscaux qui n’ ont pas forcément lieu dans les territoires où c’est… disons une malédiction coutumière… Et puis, il n’y a pas que l’ incendie comme méthode. Même les sous-fifres fiscaux peuvent subir quelques dommages lors d’émeutes… Ce ne sera peut-être pas facile de plaider, en pareil moment, que vous ne faisiez qu’ obéir aux ordres, à la loi, à ce genre de choses… Enfin, c’est vous qui voyez pour la suite de votre carrière…

                  1. Quiet Desperation

                    « Même les sous-fifres fiscaux peuvent subir quelques dommages lors d’émeutes… Ce ne sera peut-être pas facile de plaider, en pareil moment, que vous ne faisiez qu’ obéir aux ordres, à la loi, à ce genre de choses… »

                    disait M. Stark…. qui mérite son nom, en ce moment…. et les raisons de préférer la baïonnette intelligente….

                  2. NicolasPimprenelle

                    Pour votre information ce sont vos chers deputes qui votent chaque annee une revalorisation forfaitaire des bases …
                    J’ai connu jusqu’ a +2.5 % en 2009 ou 2010 je crois.
                    Encore une fois c’est l’Etat qui vous plombe et non votre elu local.
                    C’est pour cela que vos taxes augmentent chaque annee alors que votre elu local n’a rien bouge…

                    1. Ce n’est qu’en partie vrai. Les élus locaux sont totalement responsables des chantiers qu’ils lancent sur leurs communes/villes/agglomérations/départements, et les frais encourus sont bien directement refacturés sur la taxe d’habitation et la taxe foncière. Et c’est d’ailleurs ce qui augmente terriblement actuellement suite à la diminution de la dotation de l’État central (qui compte sur – je cite – le « dynamisme fiscal » de ces entités territoriales pour compenser).

                      Beware. Ca va taxer.

                    2. Aristarque

                      Le maire est assez souvent le député ou inversement… Je confirme pour la langue de bois où votre niveau est déjà plus qu’ honorable en vue de votre reconversion… Je croirais revoir Martine Aubry, ci-devant maire de Lille, pleurer à chaudes larmes publiquement étalées, il y a deux ou trois ans maintenant, sur le triste sort de ces pauvres Roms qu’ ont rien, qu’ ont pas de terrain d’ accueil (fastoche : celui de Lille est sur la commune de St André les Lille où Pierre M. l’ avait installé d’ autorité autoritaire mais solidaire, il y a une vingtaine d’années pendant qu’ Aubry Martine, ci-devant présidente de la communauté urbaine de Lille (à l’ époque puisqu’elle est en deuil de ce fromage depuis avril) admonestait (mais plus discrètement quoique suffisamment fort pour que la population plus hyposensible au sort des Leonarda et familles l’ entende…) le préfet pour qu’ il prenne ses responsabilités et évacue enfin le campement sauvage de la rue de Marquillies (plusieurs centaines d’ostrogoths, tout de même)… Sa population elective locale supportant mal les larcins répétés, mal vus au demeurant par leur manuel international de mode de vie… Bien tenté le coup du maire qu’ est pas le député ou le sénateur et inversement alors que c’est la même personne inféodée au même parti… Mais certains ici connaissent… :mrgreen:

                    3. gameover

                      @ Nicolas P.

                      « Encore une fois c’est l’Etat qui vous plombe et non votre elu local. »

                      Non, si la base d’imposition augmente, l’élu local pourrait diminuer le % de sa taxe et le département idem et la région itou.

                      Mauvaise foi.

            2. gameover

              MDR Nicolas P

              Je travaille dans les finances publiques dit Nicolas P. en indiquant qu’il connaissait bien l’effet Laffer.

              L’effet Laffer ça ne concerne que les bases taxables sur lesquelles les agents économiques ont une influence c-a-d leur revenu (IR) et leur consommation (TVA).

              Mais les agents économiques n’ont aucune influence sur la base taxable pour leur impôt foncier et les impôts locaux (sauf à se rendre non imposable). Au pire, s’ils vendent il y a un nouveau propriétaire. Et un locataire sauf exception (moi) ne choisit pas son lieu de résidence en fonction des impôts locaux ou du moins ce n’est pas le principal critère.

              Donc Laffer pour les collectivités locales tu peux remballer.
              Dans leur prévisionnel les CT peuvent connaître à 0.001% près le montant exact de la recette de ces 2 impôts directs en fonction des taux choisis : un tableur excel est suffisant.

              Quand au niveau des droits de mutation, s’ils sont trop élevés ils peuvent venir impacter le prix de vente et comme le bien à vendre ne va pas se téléporter ça ne va aucunement influencer les finances locales, surtout que les différences de taux entres communes sont vraiment très très faibles quand elles existent.

              1. Quiet Desperation

                @ GO : il y aurait des Eden fiscaux dans les petits écarts autour de Chalon ? la Saône est un Styx, la Dheune le nouveau Phlegeton, et la Thalie un autre Léthé ?
                aaah! la Gourbogne….

                1. gameover

                  Disons que lorsque la communauté de communes de Chalon a démarré, certaines communes disposaient de larges subsides dus à la présence de Kodak (feu Kodak) et elles ne voulaient pas intégrer la communauté de communes.

                  J’ai été scotché quand j’ai vu le montant des impôts locaux et fonciers de ma commune (150E pour 2000m²). Il n’y avait même pas de taxes d’OM.

                  Pour les attirer dans la CdC, Chalon leur a garanti qu’elles conserveraient cette base de recettes (gel) dans leur budget et ces communes ont signé car tu sais que quand une commune est cernée par des communes ayant adhéré elle est automatiquement incluse dans la CdC et il était donc préférable d’adhérer de façon négociée plutôt que contrainte.

                  Tout cela s’est passé un peu avant la déconfiture de Kodak… Je ne sais pas si tu avais suivi mais ça s’est passé en moins de 6 mois.

                  Mais là, vu l’endettement de la CdC… ça commence à augmenter salement.

                  1. Quiet Desperation

                    Je prends note… j’inclus donc la Groan (Grosne) et le Canal (Hystérique) dans la liste des fleuves de l’Enfer… fiscal…

                    Ce qui est amusant (enfin, bon, je me comprends….) et atypique, c’est que de mes deux communes de résidence, l’une est de gauche, avec des impôts locaux raisonnables, l’autre UMP avec un poids fiscal qui devient écrasant… mais c’est chose unique dans le dpt….

      2. Othello

        « ont signé n’importe quoi sans réfléchir » : je vous trouve très trés accomodant sur ce point, cher hôte… J’ai du mal à croire que les élus locaux aient par exemple consenti aux mêmes types de prêts pour leurs biens personnels… Mais ce doit être encore une fois mon cynisme latent qui s’exprime…

        1. Quiet Desperation

          Il y a des directeurs financiers communaux qui devraient être pendus avec les tripes des banquiers concernés….

    4. gameover

      @ Nicolas P.

      « Le budget doit être voté à l’équilibre. »

      Trop facile. Ils votent les dépenses et augmentent les impôts locaux de 50% pour équilibrer les recettes. Tu faisais de l’humour ?

      Quand à tes investissements qui supporteraient l’emploi, il semble que tu sois interventionniste et que tu n’en mesures pas les effets : ceux à qui tu as volé le pognon l’auraient utilisé à meilleur escient c’est sûr car 100% de satisfaction garantie.

      Ce faisant tu soutiens un secteur et tu en fausses les prix : s’il y a moins de travail, les prix devraient baisser. Le particulier qui ferait appel à une entreprise pour des travaux chez lui serait doublement pénalisé : par le prix et par l’impôt.

      Pourquoi ne pas acheter les croissants et pains au chocolat pour le personnel communal ? Ca serait bon pour le boulanger du coin. Et aussi leur acheter une voiture à chacun ? pour soutenir l’industrie automobile. Pourquoi d’ailleurs s’arrêter au personnel communal ?

      1. NicolasPimprenelle

        Sans etre aussi extrémiste que vous dans mes propos je dirai que oui en quelque sorte, les fonctionnaires sont des consommateurs comme les autres, et, à ce titre, ce sont aussi des acteurs économiques.
        Si je voulais etre aussi extrémiste que vous dans mes propos, je dirai que les fonctionnaires sont des chomeurs en moins … mais je ne vais pas volontairement me suicider sur ce blog !!!!

        1. Caton

          L’augmentation brutale du nombre de fonctionnaires en 1981, c’était exactement ça : faire baisser le nombre de chômeurs indemnisés en leur fournissant un traitement payé par le contribuable. L’emploi, ces nouveaux fonctionnaires ont dû se le créer eux-mêmes, en complexifiant à outrance toute procédure administrative qui leur passait par la main…

        2. « je dirai que les fonctionnaires sont des chomeurs en moins »
          Economiquement, c’est faux, c’est même l’inverse.

          1. NicolasPimprenelle

            Pas aussi catégorique et convaincu que vous, rien ne le prouve en tout cas.
            En revanche, théoriquement (et meme techniquement parlant), si on disait demain 15 octobre 2014 les trois fonctions publiques n’existent plus, vous auriez 8,5 millions de chomeurs ….

            … sinon … prouvez-moi le contraire ….

            1. Calvin

              H16 a doublement raison !
              En plus transformer un chômeur en faux chômeur, la création d’un fonctionnaire sans valeur ajoutée détruit environ deux emplois dans le privé.

              1. NicolasPimprenelle

                Quoi qu’il en soit, casser du fonctionnaire en ce moment, c’est la mode, c’est pas cher et ca peut rapporter gros, on se fait plein d’amis …
                Les arguments sont toujours les memes depuis 30 ans sauf qu’en ce moment c’est exacerbé par la crise, le chomage, et l’Etat qui intervient de manière de plus en plus ubuesque avec une équipe à la nullité jamais vu précédemment.
                MAIS les fonctionnaires sont des etres humains comme vous et moi, qui tous consomment et qui pour la plupart ont encore la foi en leur métier et à leur utilité vis-à-vis du collectif, le fameux sens du service public.
                Après c’est facile de désigner un coupable avec un visage humain derrière un guichet ou un ordi, à la place d’un système qui ne l’est plus depuis longtemps … humain.

                1. Calvin

                  On ne casse pas du fonctionnaire, on demande la limitation de leur nombre, le fait que l’Etat diminue son périmètre, comme des les pays civilisés et non comme dans les pays pauvres.
                  Que le public se contente du régalien.

                2. Higgins

                  J’approuve totalement Robert Ménard quand il dit ceci dans son discours au personnel de la ville de Béziers et je n’y vois aucun fonctionnaire-bashing, plutôt une remise en perspective salvatrice: « …Je ne dirai pas aujourd’hui que tous les agents de la Ville sont exemplaires, compétents, dévoués. Je vais vous dire une évidence, mais une évidence qui exige qu’en soient tirées des conclusions et donc des conséquences. A Béziers, comme ailleurs, il y a de très bons agents, de bons agents, des agents corrects, des agents passables qui peuvent s’améliorer ; il y a aussi de mauvais agents qui sont une plaie pour la ville, qui sont précisément le type de personnes à cause desquelles les fonctionnaires sont, si souvent, trop souvent, moqués et méprisés. Ces quelques agents font du tort à tous les autres et aux Biterrois…Fonctionnaires de Béziers, vous n’êtes pas une addition d’individualités, répartis dans des services, pour une tâche isolée. Vous appartenez à un corps au service de la Cité. Rien d’autre ne compte. Votre travail sera mesuré à cette aune. Dans le terme de « service public », le mot le plus important est aussi le plus beau : « service » !… » (http://www.ville-beziers.fr/votre-mairie/actualites/discours-de-robert-menard-lors-de-la-reunion-dinformation-du-personnel)

                3. Deres

                  Le problème n’est pas le fonctionnaire mais son donneur d’ordre qui lui demande souvent un travail inutile ou avec une quantité ahurissante de complexité administrative inutile. Il y a aussi les variations annuelles des lois avec ordres et contre-ordre permanent.

                  Un exemple type : de nombreuses mairies s’étaient équipés de systèmes pour réaliser les photos des passeport. Puis devant les enchaînements de décrets obligeant à modifier perpétuellement le matériel et de refus des photos, elles ont toutes arrêtés.

                  Ou aussi, la création du jour de carence a obligé à modifier tous les logiciels de paie pour en tenir compte sachant qu’il a fallut l’année suivante a vu une nouvelle mise à jour pour sa suppression.

            2. Higgins

              Les fonctionnaires, en tant qu’agent économique, ne produisent aucune richesse. Ils ne font que circuler l’argent qu’on leur verse. Leur production de valeur est négligeable.

              1. Deres

                C’est un peu outrancier quand même. Disons que l’expérience a prouvé que l’allocation de ressource sera très mauvaise comparé à ce qui serait obtenu par un marché libre. Quand les fonctionnaires font du travail non régalien, ce qui est malheureusement courant dans ce pays, ils remplacent une activité privé et donc produisent un service. Le souci est surtout la productivité pour obtenir ce service et le coût non régulé car obtenu par impôt donc non volontaire.

              2. voleurdufeu

                Faux. un professseur de lycée public produit autant, a priori, qu’un professeur de lycée privé.

            3. Kazar

              On les fait passer sous statut privé comme en Suisse (2002, je crois), on peut parier sur de sacrés gains de productivité, et une chute spectaculaire de l’absentéisme.

              1. voleurdufeu

                OUi. Il pourra y avoir une différence liée au phénomène de l’emploi garanti. Mais on ne peut en déduire, comme le fait Kazar, que le produit du fonctionnaire sera nul.

            4. Aristarque

              Surement pas! Argument éculé des tenants de la FP a la Chereque qui ne seront satisfaits que le jour où il n’y aura plus que des fonctionnaires… Ceux qui remplissent des fonctions indispensables à la société que nous formons, type infirmière ou instituteur, enseignant seraient recasés immédiatement puisque leurs fonctions ne sont pas régaliennes et n’ exigent absolument pas d’ être fonctionnarisées. Mais pour ceux qui ont pour occupation de brasser du vent comme les trois personnes en charge de l’ office du tourisme de la Ville de Lambersart (banlieue de Lille, 30Khabitants, aucun monument ou édifice digne d’ une visite touristique, même pas un musée du cyclo-rameur à travers les âges depuis Toutankhamon, là ça craint. Mais avec une tchote formation à plus utile, cela pourrait le faire… L’ entretien des parcs et jardins est bien le même en entreprise privée qu’ en employé municipal. Mais dans le premier cas, la possibilité de devoir bosser à temps complet, un peu plus de quatre heures par jour est passablement plus élevée… Non ???

              1. gameover

                A ce niveau là je dirais même que les fonctionnaires territoriaux employés des parcs et jardins prennent le boulot des handicapés qui au sein des CAT font cela très bien pour un coût hyper compétitif. Ainsi on fait d’une pierre 2 coups.

                1. Aristarque

                  Le coût est hyper compétitif parce que c’est subventionné copieusement. Mais je préfère et admets parfaitement, tout libéral que je suis, qu’on subventionne ce type de personnel dont on comprend bien qu’il est par nature incapable d’abattre le boulot comme un type normal, parce que cela les rend utile et les valorise, y compris personnellement parce que les handicaps sont divers et pas tous intellectuels.
                  A noter que le taux d’encadrement sur le terrain est généralement light par rapport à nos fonctionnaires de choc, estampillés syndicalement en parfait état de marche.
                  Cela plutôt que de subventionner de fines équipes de bras cassés mais complètement aptes à lever le coude à la moindre occasion, rassurez-vous… A la Mairie de Corbeil Essonnes, c’est facile de vérifier l’ardeur au travail de ses équipes de jardiniers par le fait que j’ai un bon ami qui habite en surplomb d’un petit parc (avec micro-étang et de beaux arbres) que Dassault a offert à la municipalité, sortie de Corbeil vers Etiolles…
                  Superficie de deux/trois Ha dont 3.000 m² de parking, le micro étang de 300/400 m² et quasi tout le reste en herbage (parler de pelouse est excessif) sur lequel sont des bancs, etc… pour piqueniquer.
                  Journée de travail type : arrivée vers 09H30 au mieux (l’embauche est à 08H00 et le dépôt est à un gros quart d’heure de route, malheureusement à l’autre bout de la ville et de l’autre côté de la Seine), départ au pire à 11H45… retour vers 14 H 30 plus que bien sonnés et dans TOUS les cas, départ à 16H00…
                  Pour gérer les deux grosses tondeuses auto-portées sur micro tracteurs, ils sont au minimum quatre, voire cinq dont deux qui font joujou à piloter et les autres qui regardent et devisent… Une blague courante est de tomber en panne d’essence avec les engins qu’on aurait pu croire parfaitement préparés au cours de la première heure de présence au dépôt, non???
                  Et comme par un fait exprès, il n’y a jamais de nourrice toute prête à remplir le réservoir insatiable si bien qu’il y a des AR vers le dépôt qui émaillent assez souvent le labeur… Enfin, un bon quart dudit parc reste en friche parce que c’est un peu hard pour les tondeuses à main de fignolage et que le rotofil… Quant à Choisy le Roi, j’y ai en client un conseiller municipal d’opposition qui me confiait, hilare, que l’adjointe aux espaces verts (de l’équipe précédente) n’en pouvait plus de devoir composer avec un absentéisme permanent du quart de l’effectif officiel…
                  A-t-on besoin d’un statut de la fonction publique à ce stade ???

            5. gameover

              @ Nicolas P.

              « En revanche, théoriquement (et meme techniquement parlant), si on disait demain 15 octobre 2014 les trois fonctions publiques n’existent plus, vous auriez 8,5 millions de chomeurs ….
              … sinon … prouvez-moi le contraire ….

              Très simplement l’argent qui paye les foinctionnaires inutiles retourneraient dans la poche des contribuables, poche qu’elle n’aurait pas dû quitter, contribuable qui pourront ainsi changer de voiture, faire des travaux etc… et donc aller dans le circuit économique pour créer des emplois.

              De plus il est certain que ces dépenses secondaires se faisant sur des biens ayant une valeur ajoutée supérieure aux dépenses de base qu’auraient faites le fonctionnaire (dont une grande partie de dépenses contraintes coté fonctionnaire), elles auraient un impact plus important sur l’emploi et l’investissement et même le niveau de salaire des emplois créés.

              A disposition pour développer si nécessaire : c’est bien le faible niveau du revenu restant après dépenses contraintes et prélèvement d’impôts qui est responsable du chomage et de la désindustrialisation surtout quand ce prélévement d’impôts ne sert qu’à embaucher une majorité de fonctionnaires dont le profil de consommation sera peu différent ou même inférieur à celui des citoyens qui ont été prélevés.

              Pour faire simple : les taxes empêchent les contribuables de changer de voiture et ces taxes servent à payer des fonctionnaires qui n’en auront pas plus les moyens (de changer de voiture). Résultat : nivellement par le bas.

                1. Lafayette

                  bon par contre ou je ne suis pas totalement convaincu, c’est qu’un fonctionnaire détruit 2 postes dans le privé.

                  Il y a un équilibre à trouver on ne peut pas payer un fonctionnaire avec les taxes de seulement quelques employés. Mais quand ce ratio devient trop faible c’est certain que c’est des centaines d’emplois qui partent.

                  1. gameover

                    Lafayette, tu raisonnes à partir d’individus et non en masses de dépenses et d’affectation de ces dépenses.

                    Outre ce que j’avais écrit ci-avant sur ce qui générait du chômage :
                    – non-diversification des dépenses
                    – manque de valeur ajoutée

                    on peut rajouter que sont des subventions le fait de :
                    – payer des fonctionnaires par la dette
                    – payer des fonctionnaires surnumeraires ou inutiles

                    Il faut comprendre aussi que l’emploi est créé par une dynamique de la dépense : plus vite les gens dépensent (je n’ai pas dit plus ils dépensent), plus ça créé d’emploi (inversement ça en détruit) car l’argent tourne vite et c’est la raison pour laquelle le PIB est bien représentatif de l’état de l’économie en représentant un flux (ce que les gens ne comprennent pas).

                    Donc tout ce qui ralentit la dépense : confiance, réglementation, impôts et bureaucratisation détruit de l’emploi.

                    Et si tu rajoutes le découragement des acteurs économiques, le manque de visibilité qui conduit à ne pas investir, le choix d’épargner pour ceux qui s’en sortent mieux, le choix de reconstituer leur épargne pour ceux qui retourne à l’emploi… ça n’arrange pas du tout cette dynamique…

                    Et tout cela est le produit d’un niveau trop élevé des impôts et taxes, de la dette et d’une politique instable.

                    Quand à cause du brouillard tu ne vois pas à 20 mètres tu restes chez toi.

                    1. Oh lala le nombre de fotes d’orthographe au paragraphe-carré est alussinan. Et l’écriture, consternante. C’est génial.

            6. voleurdufeu

              Bravo, vous avez résolu le problème du chômage: suffit de recruter 5 millions de fonctionnaires en plus. Et voilà!

        3. Nyamba

          Le qualificatif d’extrémistes ne nous sied absolument pas !
          Nous connaissons tous la théorie voulant que les fonctionnaires, par leur existence, créent des effets positifs (ce sont des consommateurs et, pour certains, peuvent générer des richesses). Mais Higgins a raison de le rappeler : ce qu’un fonctionnaire, qu’une administration ou qu’un EPCI peut créer comme activité ou comme richesse induite – par exemple en donnant du boulot à des entreprises – ne pourra jamais être plus performant et utile que l’initiative privée. Le BTP et les bureaux d’étude ne subsistant que grâce aux perfusions d’argent public répondent-ils toujours à un besoin véritable ? Et que dire des effets indésirables ? Non, l’Etat et ses extensions tentaculaires ne sont pas des acteurs économiques, ni des créateurs d’emplois : ils les détournent, et se sucrent largement au passage – et au final, tout le monde vit aux dépens de tout le monde. Vous le croyez indispensable, mais il n’en est rien.

        4. Honorbrachios

          @nico:
          certes, les fonctionnaires payent des impots mais ils ne produisent rien (sauf des impôts!)
          un paysan produit des choux, etc…un boulanger produit du pain, etc… (quant à la ritournelle des infirmières et profs, ce ne sont pas des catégories relevant du service public – le privé fait mieux)

            1. Calvin

              Pas si sûr !
              La demande c’est d’être soigné pas d’être remboursé.
              C’est comme l’éducation : vous serez surpris du boom des écoles hors contrat : on paye des impôts plus l’école privée plus les enseignants.
              Et pourtant…
              Vos arguments sont malheureusement datés, ce sont les sujets de ce blog !
              Lisez, renseignez-vous, sortez de vos ornières.
              Pour information, j’étais comme vous avant… avant de bosser pour la Sécu !!

              1. petit-chat

                Faire travailler des zenfants ! A 8 ans en plus, je suis écœuré.
                D’un autre côté, vu leur manière de bosser à la CQ, ‘vaut p-e mieux que ce soit des gosses qui s’en occupent…

              1. RBF

                Je confirme.

                Et je confirme en connaissance de cause car je fais partie des derniers dinosaures à pouvoir encore bénéficier d’une assurance-maladie privée, mais surtout, à pouvoir faire la comparaison avec la sécu « que le monde entier nous envie ».

                Mon assurance privée prend en charge bien plus de choses que la sécu, pour nettement moins cher. Mes enfants et ma femme, après avoir été bannis de la sécu pendant des années (car ayant pactés avec un diable de frontalier opportuniste et tricheur), ont toujours été parfaitement soignés. La clinique privée de ma femme, pour ses accouchements, en chambre individuelle, ne m’a pas coûté un seul rouble.

                Les dents, les visites débiles obligatoires pour faire un sport, les vaccins, je n’ai jamais rien déboursé. Si ce n’est ma cotisation ridiculement faible.

                1. dede

                  Les accouchements de votre epouse, c’etaient des accidents?
                  Meme les assureurs sont collectivistes apparement : plus certains assures font des enfants, plus les autres payent…

        5. Kazar

          D’une part, être consommateur ne veut pas dire que cela produit des effets positifs sur l’économie surtout si on achète des produits fabriqués à l’étranger. Et d’autre part, c’est de la consommation avec de l’argent public, donc tiré de la poche des contribuables qui l’auraient sans aucun doute mieux employé que la puissance publique. L’effet est donc globalement négatif.

        6. Deres

          Le salaire du fonctionnaire poussant du papier pourrait être utilisé pour payer un producteur utile à la place. A la fin du mois, vous auriez ainsi un chômeur de moins mais aussi produit en plus. Ce produit pouvant être revendu, il pourra participer au PIB des années suivantes. Il y aura accumulation de capital matériel en fait, la base de l’économie. Le travail administratif disparaît lui en fumée. de plus, il est également surévalué dans le PIB car évalué à son coût effectif pas à son prix d’échange qui est une meilleure évaluation de son utilité réelle.

    5. Higgins

      Adepte de Bastiat, nous connaissons tous son célèbre texte sur « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. » (vous le trouverez là http://bastiat.org/fr/cqovecqonvp.html):  » …Entre un mauvais et un bon Économiste, voici toute la différence: l’un s’en tient à l’effet visible; l’autre tient compte et de l’effet qu’on voit et de ceux qu’il faut prévoir. Mais cette différence est énorme, car il arrive presque toujours que, lorsque la conséquence immédiate est favorable, les conséquences ultérieures sont funestes, et vice versa. — D’où il suit que le mauvais Économiste poursuit un petit bien actuel qui sera suivi d’un grand mal à venir, tandis que le vrai économiste poursuit un grand bien à venir, au risque d’une petit mal actuel… »
      Devinez à quel camp appartiennent ceux qui nous dirigent? Un responsable de collectivité locale à la hauteur de sa tâche se devrait de relire ce texte tous les matins avant d’engager l’argent des contribuables. Il y en a mais ils sont plutôt rares. C’est le plus souvent la fête du slip à tous les étages de la mairie, du conseil général ou du conseil régional. Où j’habite, il y avait le choix entre deux travaux d’infrastructure ferroviaire: un important pour relier la capitale régionale à l’autre capital régionale distante d’une centaine de km, une autre inutile pour faire gagner 20 mn sur un trajet de trois heures entre la capitale nationale et une autre capitale régionale. Que croyez-vous qu’il fut choisi? Bilan, on prend toujours sa voiture dans le premier cas pour trois heures de trajet avec moult camions et contrôles radars à la clé et, sorti des deux agglomérations, c’est le désert rural français dans toute sa splendeur.
      Il est grand temps de désintoxiquer ce pays mais il y a du boulot.

      1. douar

        « Ce qu’on voit, ce qu’on ne voit pas »: justement, hier soir, j’étais à une réunion d’information à la mairie dans le cadre d’un projet d’implantation de champs d’éoliennes sur le canton.
        Je crois avoir pu distiller quelques doutes chez les participants quant au bien fondé des éoliennes, en parlant de ce qu’on voit etc…
        Je crois que les promoteurs du projet vont plastiquer ma voiture..;)

        1. Higgins

          Ce matin, chez Stéphane Soumier sur BFM Business, Xavier Fontanet, ancien PDG d’ESSILOR, était venu présenter son livre « Pourquoi pas nous » qui traite de la possibilité des réformes en France. Au cours du petit débat qui a eu lieu, il a repris cette parabole pour expliquer à son interlocuteur tout le mal qu’il ya à faire une politique de relance keynésienne. Il n’ a hélas pas cité Bastiat. Il a simplement indiqué pour ce faire comprendre qu’il était stupide de vider de son sang le bras droit pour redonner du tonus au bras gauche et vice-versa.

          1. Lafayette

            C’est sûr, que plus on est près de la planche à billet, moins on ne se soucie des conséquences à long terme.
            Est-ce que j’ai bien compris la conclusion de Bastiat, c’est un bras d’honneur ?

        1. Higgins

          Relisez Bastiat. Tout est dit.
          Si une fonction publique pléthorique est pour vous synonyme de richesse, vous auriez été heureux en URSS.
          Pour votre info, nous sommes de plus en plus mal soignés mais au royaume des aveugles, les borgnes sont rois, c’est bien connu: un an de délai pour un RV chez un ophtalmo, deux mois pour une échographie, trois mois minimum pour un dentiste, etc… (que du vécu, je précise). Si c’est là votre société idéale.

        2. Nyamba

          Mais nous ne sommes *pas* bien soignés… et ça va en empirant. Les chiffres sont parlants (regardez le taux d’IRM par habitant par exemple, et comparez avec d’autres pays), et côté anecdotes personnelles, y a qu’à se baisser pour trouver des perles ! Tenez :
          – Un pote aide-soignant me racontait que le personnel de son hôpital fumait de l’herbe à la pause.
          – Pour une consultation chez un spécialiste, sur 4 villes prospectées autour de chez moi, il faut compter au minimum 2 mois avant d’avoir un RDV (9 mois pour un ophtalmo).
          – J’angoisse d’avoir un jour à être transportée aux urgences les plus proches de chez moi, blindées du soir au matin par des ivrognes et des malades imaginaires qui profitent de la CMU. Dernière histoire en date : le père d’une amie se serait fait éjecter du service si elle n’avait pas méchamment insisté pour qu’il se fasse examiner, alors qu’il avait, après vérification, besoin d’une intervention chirurgicale vitale en urgence.
          – Et comme si ça ne suffisait pas, les médecins eux-mêmes sont de plus en plus écœurés du système que le monde ne nous envie absolument pas.
          Promis, ce n’est pas de la mauvaise fois ; ce sont les faits.

        3. Calvin

          Les médecins sont encore libéraux, il me semble ; les cliniques privées existent encore et soignent mieux pour moins cher que le public.
          Mauvais exemple.
          Essaie encore…

        4. Kazar

          Nous avons de bons médecins, c’est très différent. Nous cotisons toujours plus pour des prestations toujours moindres, cherchez l’erreur. Alors arrêtez avec ce mauvais argument, c’est nul !!!

        5. gameover

          Nicolas P.
          J’ai l’impression que quand tu nous parles de service public, on dirait que tu parles d’une action caritative à notre égard comme les restos du coeur.

          Tu sais quand même que ça nous coûte un bras ?
          Tu sais aussi que des entreprises vraiment privées oeuvrent dans ce secteur et pour moins cher, aussi bien au niveau des soins que de l’assurance ?

          Et puisque tu nous parlais dans l’après midi de ce qui se passerait si on supprimait les fonctionnaires, ceux des hopitaux trouveraient leur place dans le privé… mais peut être pas tous vu que la productivité semble meilleure dans le privé.

          1. Calvin

            Zut, ce serait dommage de perdre ces médecins étrangers venant suppléer les absences des autres (pour cause de 35H ou autre)…

        6. Dr Slump

          « Cela signifie que pour vous, le service public n’est pas une richesse ? »

          Non, mille fois non, et merde pour l’éternité: le service public n’est pas une richesse, ne produit pas de richesse, et ne contribue à l’enrichissement de personne, sauf peut-être les copains des hauts fonctionnaires qui usent de leurs relations. Le service public est un… service public, ni plus, ni moins. Il rend des services, ou plutôt il est supposé en rendre, car en ce qui concerne la France, c’est plutôt un sévice public.

          Vous espérez qu’on sera toujours soigné à nos vieux jours, et autant vous le dire, je ne me fais aucune illusion à ce sujet: je serai probablement moins bien soigné qu’avant, voire pas du tout, vu la dégradation constante du service public hospitalier. Je n’accuse pas là le personnel hospitalier qui fait admirablement bien son travail malgré tout, mais bien l’état, qui, avec sa pléthore de fonctionnaires, de bidules administratifs, de taxes et de déremboursements, arrive à faire de moins en moins bien.

  19. Adolfo Ramirez Jr

    petit HS sur la situation en Argentine (où là aussi, l’argent des autres se termine):
    Le Consul péruvien a été pris par la patrouille entrain de changer les dollars de son ambassade sur le marché noir au lieu du taux officiel (100 000 pesos de mieux, je sais pas combien ça fait, va savoir avec ces monnaies de singe)
    indignation en Argentine : ce « crime » est puni de 8 ans de prison!!
    Non seulement il est stupide d’établir un taux de change officiel, mais il est encore plus stupide de vouloir interdire que les gens changent à un bien meilleur taux sur le marché… qui n’est noir que parce que l’Etat l’interdit…

  20. vegeta

    ils restent quand même dans les caisses de l’Etat français des dizaines de millions d’euros qui vont être offert au hamas, organisation terroriste à gaza qui a tiré plus de 5000 missiles

    1. Kazar

      Normal, politique pro arabe depuis 30 ans, la France étant toujours en pointe au sein de l’Europe qui suit…

      1. vegeta

        pour être plus précis la France va donné 40 millions d’euros aux islamistes terroristes du hamas vu que ce sont eux qui contrôlent le territoire de gaza et pour être plus cynique on peut penser que les 40 millions d’euros sont une récompense pour le hamas qui a tué des dizaines d’adolescents israéliens et pendant ce temps la en France ont a 9 millions de pauvres qui n’arrivent plus à se payer l’eau et l’électricité

        1. Caton

          Ce qui est amusant, puisque le Hamas est inscrit sur la liste du Conseil de l’Europe des organisations terroristes, c’est que le résident et les sinistres tombent donc sous les coup de l’article 421-2-2 du Code pénal, et sont passibles, d’après l’article 421-5 du même code, de 10 ans de prison et 225.000 euros d’amende.

          1. Othello

            Heho les gens,

            Ne tombez pas dans ces pièges ridicules qui veulent vous faire réagir épidermiquement à des annonces qui ne visent qu’à celà…

            Regardez plutôt le marché du pétrole, ses tenants et aboutissants, ça devrait être tout de suite plus clair 🙂

              1. vegeta

                ce qui est intéressant c’est la politique de la France alors sa combat l’état islamique mais sa financent l’une de ses branches armées (le hamas)

                1. Calvin

                  On appelle ça realpolitik.
                  Cherche pas c’est un vieux concept qui explose à la tête du type qui se croyait plus malin…
                  Sauf que ça pénalise tous les pays impliqués.

    2. Kekoresin

      Parce que tu crois vraiment qu’on ne donne rien à Israël! Et puis il faut bien que le Hamas-Idconneries refasse son stock de kroquettes!

      Il y aura toujours assez d’argent pour que des crétins s’arment contre des abrutis…

      1. vegeta

        le fait est que la france est engager dans un combat anti-terrorisme islamique mais elle les financent d’un coté à notre détriment ( taxes, impôts etc.)

  21. Kekoresin

    Un peu HS mais ça doit peser un peu sur le budget…L’exemple de Monsieur Philippe DURON, membre du génialisime PS qui compte poufendre ces petits fumiers de chômeurs qui mènent tout droit le pays à la ruine. Ce n’est qu’un exemple qui coûte plus de 50000 roros/mois sans compter tous les avantages en nature qui vont avec (chauffeurs, bagnoles, secrétaires suceuses de vieilles quenelles parlementaires…) Quand je vous dit que notre beau pays regorge de recoins sombres dans lesquels se planquent ce genre d’enculé et des myriades de copains, de neveux, nièces, cousins…Pour la facture globale, oubliez vos tables de multiplication, passez direct au maniement des puissances!

    Donc, ce porc cumule les fonctions suivantes, c’est parti:
    – Député du Calvados,
    – Membre de la commission du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire à l’Assemblée Nationale,
    – Président du groupe d’amitié avec la Macédoine,
    – Membre du groupe d’études Cheval à l’Assemblée Nationale,
    – Membre de la section française de l’Assemblée parlementaire de la francophonie,
    – Maire de Caen, En charge du développement de la ville de Caen,
    – Président du conseil de surveillance du centre hospitalier universitaire (CHU) de Caen,
    – Président de la Conférence des Villes de l’Arc Atlantique,
    – Président du conseil d’administration de Normandie Aménagement,
    – Président de Caen Presqu’île,
    – Membre d’honneur du conseil d’administration de l’École d’Ingénierie et travaux de la Construction de Caen,
    – Représentant de l’association de gestion de la fourrière et du refuge d’animaux de Verson,
    – Administrateur du Comité pour l’Organisation des Manifestations Touristiques et Économiques de Caen,
    – Président de la Société d’Économie Mixte : Gestion du Mémorial de la Bataille de Normandie,
    – Vice-Président de l’Union Amicale des Maires du Calvados,
    – Membre du Bureau de l’Association des Maires des Grandes Villes de France (AMGVF)
    – Président de l’Agglomération Caen-la-Mer,
    – Administrateur de l’Assemblée des Communautés de France,
    – Président de Caen Métropole,
    – Membre de droit du Conseil national du Parti Socialiste,
    – Co-Président de l’association Transport Développement Intermodalité
    – Vice-Président de la Conférence de réseaux Transfrontaliers et Interrégionaux de Villes (CECICN),
    – Membre de l’association Avenir Transport,
    – Membre du collège « collectivités territoriales » au Conseil d’Administration de l’Institut des Hautes Études de Développement et d’Aménagement des territoires en Europe,
    – Administrateur de l’Association Relais des Sciences,
    – Administrateur de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France,
    – Membre du bureau de l’Institut de la Gestion Délégué Environnement …

    Je pense qu’il lui manque un titre, celui de l’association des amis du PKK, histoire qu’il aille faire un petit tour en Syrie et que sa tête vienne orner la baïonnette du président de l’association des amis d’Allah!!!

    1. royaumont

      « Président du groupe d’amitié avec la Macédoine » : mon préféré.

      Pour cette grosse légume adepte du mélange des genres, vous êtes sûr qu’il n’y a pas de faute de frappe : Philippe DURON ?

        1. Quiet Desperation

          Qu’est ce qu’il prend, Duron…. mais bon, c’est assez normal, c’est un copain de Delanoë….

            1. Quiet Desperation

              aaah! on voit que le carabin en toi a compris la fine allusion… pour les autres… plus délicats, n’est-ce pas… « prendre du rond », c’est… comment dire… sacrifier sur d’autres autels que les naturels….

    2. Adrien

      Il y a une député européenne dans le même genre, elle a 66 (ou 68) autres fonctions locales en France. Elle a été interrogée à ce sujet, sa réponse a été « il y a un million d’habitants dans mon département, donc c’est normal qu’il y ait beaucoup d’organismes où on demande au CG d’avoir un représentant » (elle doit être conseillère générale — entre autres).

      D’un point de vue général, les eurodéputés français font beaucoup de choses à côté.

      1. Kekoresin

        Les chiens d’Higgins devraient en faire qu’une bouchée de la vieille carne européenne, une fois qu’ils auront joué avec Ducon 🙂

        1. Higgins

          Mes chiens ont le palais fin et puis M. Robin Masters n’aimerait pas qu’ils mangent n’importe quoi.

    3. Nyamba

      Mais certains (beaucoup) de ces activités sont faites à titre bénévole, non ? Vazy, m’sieur, flingue pas ma dernière lueur d’optimisme généreux…

      1. Deres

        Petits fours, voyage d’étude, séminaires, placement de proches, bonnes affaires, invitations diverses, remboursement de frais sans vérification détaillé, trafic d’influence avec futur retour d’ascenseur, cadeau de Noël, décoration et honneurs diverses, …

        Le bénévolat peut être très lucratif sans pour autant toucher un salaire.

  22. Kazar

    De toute façon, ils peuvent bien nous pondre le budget rafistolé et trafiqué qu’ils veulent, il y a peu de chance que nous échappions à la faillite. Le plus dure est d’anticiper sur les conséquences. Par exemple, l’État cesse de pouvoir payer les fonctionnaires et les retraites, parce qu’il a fait défaut et qu’on ne lui prêt plus. Parmi les susdits, ceux qui sont locataires cessent de payer leurs loyers. Les propriétaires qui ont des prêts en cours et une assurance loyers impayés sont pris en charge pendant un à deux ans (ce qui va sacrément plomber les assureurs) puis cessent à leur tour de rembourser les banques. Celles-ci se mettent à saisir des logements occupés et invendables puisqu’il n’y a plus d’acheteurs. Elles piochent alors sur les comptes des épargnants, etc, etc. Même si cela n’arrive pas demain, ça risque d’être sport…

    1. Deres

      La France ne fera pas faillite car la BCE est derrière nous « whatever it takes » pour sauver l’euro. Si la France coule, l’euro coule et nos partenaires européens trinquent eux aussi via le système bancaire. Donc Flamby joue tout simplement au « Too big to fail ». C’est un simple chantage. Cela peut durer très longtemps. C’est le déclin progressif comme le connaisse les japonais depuis 20 ans et ce n’est pas fini. La stagnation séculaire est bien là, mais pour nous, pas obligatoirement pour nos voisins. Le budget 2015 trahit juste le fait que Flamby a fait son outing. Il ne fait plus semblant de nous faire rentrer dans les clous autrement que par politesse diplomatique. Les chiffres parlent d’eux même avec des baisses de déficit structurels prévus largement inférieurs à la précision des prévisions. On est parti pour un déficit croissant sur les années suivantes avec une pente rejoignant les italiens (plus de 120% de dettes). Les taux ne monteront que marginalement grâce à la BCE mais la croissance restera atone, le chômage continuera à augmenter et la production baissera. Notre PIB par tête lui sera franchement décroissant. En fait le budget servira de plus en plus à simplement payer les intérêts de la dette au détriment des « investissements ». C’est pour cela qu’ils sont désespérés de trouver des sous en plus pour leurs grands travaux avec les écotaxes et autres. Faute d’économie structurelles et de baisse de la dette, ce sont ces budget qui ont disparus.

      1. Kazar

        Pas tout à fait d’accord, car avec une croissance atone, et un chômage en augmentation constante, toujours moins de rentrées fiscales pour des dépenses au mieux inchangées. Donc non, la BCE ne sauvera pas la France, car l’Allemagne s’en fiche, elle peut se permettre de supporter la fin de l’Euro, et elle s’en porterait peut être même mieux.

      2. cc

        Votre scénario est parfaitement dans les clous.

        Nous sommes presque à 100 % du PIB… Vous avez raison de dire qu’on peut monter pépère à 120, comme l’Italie.

        Bref… la longue, lente descente aux enfers va se poursuivre.

        Jusqu’en 2017, c’est déjà plié.

        Sans-Dent sera certes éjecté, mais il prendra une belle retraite (à nos frais).

        Sarkozy ou un clown de l’UMP prendra sa place.

        Et on repart pour cinq ans.

        1. Quiet Desperation

          « Whatever it takes » présente de fortes probabilités d’évoluer en « Whoever it takes from »…

          genre « Bail In » global….

          le Bail Out (sortie en urgence d’un avion en perdition ; voui, voui, j’ai lu Le Grand Cirque de Pierre Closterman) voyant sans doute les parachutes réservés à la classe politico-bancaire….

  23. Droopyx

    Pour NicolasPimprenelle :
    « Cela signifie que pour vous, le service public n’est pas une richesse ? » Chouette je me suis enrichi au moins de 2.7% (augmentation des effectifs de la région IDF en 2014, et l’année n’est pas finie).
    Le problème c’est qu’à force de m’enrichir en service public, les taxes, impôts etc. ne me permettent pas de me payer.

    Et pour rebondir sur ce que dit Deres sur le bénévolat, l’association du conseiller régional JM Brulé Green Lotus va toucher 60 K€ de subventions de l’IDF pour permettre à la Birmanie d’être plus responsable (et à 3 étudiantes de voyager un peu). Ces 60 K€ auraient permis d’acheter 1500 toner de fax pour le tribunal de Bobigy qui en manque parait-il.

    Donc vous conviendrez que souhaiter une réduction même minime de la fonction publique, de l’Etat qui la gère si bien, et des impôts qui alimentent cette gabegie peut être légitime pour les happy tax payers.

    Malheureusement on devrait s’enrichir encore de 4300 postes FPE en 2015 puisque nous sommes en pleine austérité !!! (http://www.eric-verhaeghe.fr/plf-2015-letat-continue-creer-emplois/)

    Droopyx

  24. cc

    Et voilà… Comme prévu… le théâtre va se poursuivre.

    « L’Allemagne veut obtenir du gouvernement de Manuel Valls un calendrier précis de réformes structurelles. En échange, Berlin ne votera pas de sanctions financières contre la France. »

    http://tinyurl.com/kf4udcs

    Ils feront une belle liste… Avec 2 ou 3 points qui feront un peu mal, quoi que. Le tout suffisamment vague, pour l’horizon 2017… Et Sans-Dent aura tout gagné.

    Où sont les clowns qui nous bassinent depuis des années avec l' »Allemagne n’est pas contente », l' »Allemagne vertueuse », « Merckel refusera », « Berlin est à bout » etc. ?

    Où sont les idiots utiles qui s’excitaient sur « Bruxelles va rejeter le budget français » ?

  25. Hugues001001

    Moi, j’aimerais bien qu’on m’explique clairement comment des collectivités locales quasiment TOUTES gérées par la gauche (ce qui n’est pas surprenant) ont pu multiplier le déficit qui les concerne par 2,48 (de 3,7 à 9,2 milliards) en UN an seulement ! C’est proprement ahurissant et certainement du jamais vu. Où est donc passé cet argent sans blague ! Les impôts locaux n’ont pas cessé d’augmenter et à ma connaissance, elles n’ont pas non plus embauché 4 millions de personnes en 12 mois.
    D’ailleurs, je me souviens de mes cours de droit administratif que les collectivités locales n’avaient pas le droit d’être en déficit et devaient avoir des budgets à l’équilibre, les seules qu’elles peuvent avoir étant dues aux investissements engagés. Mais on ne me fera pas croire non plus que cette multiplication par 2,48 est due à des centaines, voire des milliers, de projets d’investissement nouveaux encore inexistants l’année dernière.

  26. Calvin

    Not’ Président a reconnu que la pauvreté a augmenté dans ce pays.
    Il a même qualifié la pauvreté d’« humiliation pour la République ».
    C’est curieux, moi j’aurais pensé que l’humiliation pour la Rép., c’était lui.
    Il fait valoir que « l’économie est au ralenti depuis six ans » (soit depuis la fameuse crise) alors qu’il l’a nié tout le temps depuis le début de son mandat.

    Et il continue à parler pour ne rien dire :
    « Les pauvres sont des citoyens non pas comme les autres mais à l’égal des autres. »
    Quel minable…
    Ce sont des citoyens comme les autres. Point. Inutile de rajouter l’égalité là-dedans… M’énerve cette lubie d’égalité, alors que justement tout se dégrade…

    1. Aristarque

      « Nié tout le temps de son mandat » Tu es certes trop jeune pour t’en souvenir mais son reniement a débuté dès 2008 quand Sarkohisnogoud squattait le trône qu’ aurait du être le siège de son ex avant le sien de tour… C’est pas facile…

    2. Higgins

      Il devrait être le plus heureux des hommes. Il voit le Socialisme en action. Jésus multipliait les pains et les poissons, Normal 1er fait de même pour les pauvres.

  27. balt

    La gestion de Levallois est typique des dérives des collectivités:pression fiscale contenue,suréquipements fastueux,le tout étant transféré sur la dette(abyssale).Les électeurs sont ravis,on leur offre meme une bouteille de champagne pour Noel(payée par la dette).Cela prouve que les citoyens n’ont aucune culture de l’économie et qu’ils participent avec joie au clientélisme.Je, ne crois pas a la théorie des élites dépravées face au petit peuple innocent:beaucoup de citoyens sont ravis de participer au système(voire le nombre record de listes aux dernières municipales)Voila pourquoi on est coincés

Les commentaires sont fermés.