Cette semaine, la séquence couac de l’exécutif est consacrée aux autoroutes

La semaine dernière, c’était un couac entre Valls et Macron d’un côté, et Hollande de l’autre, sur l’épineux sujet du chômage, de la traque des fraudeurs aux indemnités et sur la nécessité de réforme d’un système (encore un) qui affiche des déficits, le tout pour éviter les petites aigreurs sociales à l’extension du flicage par Pôle Emploi. Et, cette semaine, histoire de ne pas refroidir le moteur médiatique, le sujet de chamaillerie hebdomadaire du gouvernement sera les autoroutes.

Bon, bien sûr, la chamaillerie, aussi médiatique soit-elle, n’est pas venue de façon complètement fortuite. C’est que ça se travaille, ce genre de pataquès national bien baveux ! Si on peut, si on doit même improviser complètement les idées et les sujets, l’idée même d’une cacophonie gouvernementale de plus est en revanche issue d’une préparation de longue haleine, d’un savant calcul politico-politicien dont le but est, à chaque fois, multiple, entre occuper la galerie pendant que des choses embêtantes et graves se déroulent discrètement en coulisse, et permettre aux uns et aux autres de se mettre en scène, parce que les élections, c’est dans deux ans (pour ainsi dire demain, au rythme où vont les décrépitudes personnelles, de nos jours). Et cette semaine n’échappe pas à la règle. Le déroulé de l’action permet de bien comprendre comment, en partant d’une constatation à l’emporte-pièce et pas forcément frappée au coin du bon sens des bénéfices d’exploitants d’autoroutes, on en arrive à un débat national sur la gratuité de ces voies de communication le week-end (oui, vous avez bien lu).

friedman tinstaafl

Tout a commencé mi-septembre, assez discrètement, avec plusieurs entrefilets dans la presse, expliquant plus ou moins doctement qu’à la suite d’une enquête menée par l’Autorité de la Concurrence, on s’était rendu compte que les sociétés d’exploitation des autoroutes françaises faisaient de solides profits. Comme chacun le sait en France, faire du profit est quelque chose d’éminemment louche puisque cela signifie que le service rendu est payé par des consommateurs qui, globalement idiots, continuent à le payer à ce prix trop élevé (le bon prix étant celui où le profit engrangé est aussi rikiki que possible, je suppose). D’ailleurs, les calculs de l’Autorité sont formels, les entreprises autoroutières n’ont rien à mettre en face de leurs profits outranciers :

« Elles  affichent toutes une rentabilité nette exceptionnelle, comprise entre 20 % et 24 %, nourrie par l’augmentation continue des tarifs des péages. Et cette rentabilité n’apparaît justifiée ni par leurs coûts ni par les risques auxquels elles sont exposées »

Voilà, c’est dit. La petite musique d’un profit scandaleux est introduite dans les pensées des uns et des autres, parmi lesquels on trouve immanquablement un député ou un sénateur avide de remettre un peu de justice dans ce monde de brutes capitalistes. En plus, la masse des clients pardon des victimes est énorme, puisqu’on parle de contribuables et d’automobilistes. Pour une fois qu’on ne veut pas étriller le conducteur-pollueur, c’est le moment où jamais d’agir. Pour un politicien, agir, c’est faire du bruit avec sa bouche. Eckert fut l’un des premiers sur le pont, suivant en cela une Ségolène Royal jamais en retard d’une bonne ponction :

« Il faut commencer par faire le constat que les profits et les versements de dividendes des sociétés d’autoroutes sont inacceptables, (c’est) en tout cas immoral, faute d’être illégal. »

small double facepalmPas illégal mais immoral, ce qui revient au même en Socialie, et hop, on va remettre tout ça d’équerre à grand coup de ponctions bien senties, non mais oh ! En fait, tout le monde l’aura compris, il fallait préparer psychologiquement les entreprises à une bonne petite taxe de derrière les fagots, l’abandon en rase campagne de l’Écotaxe par Ségolène Royal laissant un joli trou-trou dans le budget. Évidemment, il a fallu mettre un petit bémol à ces emportements homériques sur les profits des sociétés autoroutières et sur l’envie de tabassage fiscal qui montait chez la ministre et le secrétaire d’État : après tout, c’est vraiment pas illégal, y’a des contrats, et si on cogne ici, il faut compenser par une petit bisou, là, et c’est pas simple la politique, et c’est difficile l’économie quand on en n’a aucune expérience. Sapin rappellera donc la difficulté technique et juridique de modifier à la volée les contrats de concessions, et tout le monde se calmera un peu.

Un peu seulement, parce que la machine médiatique n’attend pas et qu’il est difficile, impossible même, de contenir une idée, même si elle n’est ni bonne, ni grande ni solide, dans la petite boîte crânienne de Ségolène dans laquelle elle se cognera de plus en plus vite en attendant de sortir, frustrée qu’elle est par un volume aussi réduit. Mardi matin, c’en est trop, paf, l’idée sort, d’un coup, en pleine radio : et si on faisait des autoroutes gratuites le week-end ?

jesus petit facepalmPour rappel, en Socialie, beaucoup de choses sont gratuites. L’école est gratuite (parce que les enseignants sont bénévoles, bien sûr). La santé, c’est gratuit (les médecins et les infirmières travaillent pour un sourire ou un petit bisou, évidemment). Et les autoroutes, le week-end, pourraient être gratuites (parce que les infrastructures sont apparues par miracle, que les personnels qui bossent dans les sociétés concessionnaires sont bénévoles et que tout ça, c’est de l’amour et de l’eau fraîche en poudre, assurément). L’évocation de toute cette gratuité franco-française me pousse irrémédiablement à penser à Chewbacca, chevauchant un écureuil et attaquant des soldats nazis. J’ai aussi pensé à des licornes et des monstres gentils qui proutent des paillettes, mais ce sera pour une prochaine fois.

chewbacca écureuil nazi wtf

Des autoroutes gratuites le week-end ? Pas de doute, nous avons atteint ici le Point Ségolène, ce point magique de non-retour où l’on sait qu’on n’est plus dans l’univers normal des adultes responsables, mais dans celui des politiciens irresponsables partis très loin dans l’espace intersidérant du foutage de gueule en Cinémascope et son Dolby Surround. Parce qu’à y réfléchir deux minutes, les autoroutes arbitrairement déclarées gratuites le week-end, c’est un peu de la renégociation de contrat à la volée, et c’est un peu un appeau à emmerdes juridiques et logistiques.

Cette idée ségolèsque, c’est une façon courtoise et particulièrement novatrice de s’asseoir sur le droit de propriété, un peu comme si, de façon unilatérale, le propriétaire de votre location décidait que le week-end, il avait le droit de faire un barbecue sur la terrasse du bien qu’il vous loue, et tant pis si vous aviez d’autres plans. Mais c’est aussi un cauchemar logistique en devenir, les automobilistes réservant manifestement leurs départs pour le week-end, gratuit, ce qui ne manquera pas d’occasionner de magnifiques bouchons les jours de grands départs. C’est aussi ça, l’écologie sauce Royal.

Cependant, la lucidité gouvernementale, actuellement en voyage inter-galactique, a décidé de faire un petit crochet rapide par Matignon qui peut alors démentir formellement toute étude d’une gratuité le week-end, arguant que l’idée était « difficilement envisageable » … (ce qui, au passage, devrait terroriser tout individu qui se rappellera que ce sont précisément les idées les plus loufoques et les plus bancales qui se sont régulièrement retrouvées sous forme de lois quelques temps plus tard). Partant de là, la chamaillerie est complète. Ajoutant à la cacophonie habituelle au sein de la majorité (cacophonie qui couvre d’ailleurs habilement l’absence presque parfaite de tout discours cohérent dans l’opposition), la nouvelle séquence-couac du gouvernement peut alors se développer d’un média à l’autre.

sego aime le gratuit

Encore une fois, tout ceci montre surtout que le gouvernement entend récupérer de l’argent où il peut, partout s’il le faut, et qu’il est prêt à toutes les contorsions pour y arriver. Il en est maintenant réduit à proposer, pour atténuer ses ponctions arbitraires, des idées aussi farfelues qu’improvisées par la voix de Ségolène Royal, d’ailleurs habituée des saillies grotesques (on se remémorera utilement son idée d’entre deux tours aux élections présidentielles qui consistait à faire raccompagner chaque policière par un policier, par exemple).

Le plus grotesque étant que ces débats et ces discussions n’ont aucun aspect pratique, si ce n’est, pour les politiciens, de se mettre en scène et de jouer au plus présidentiable : dans les têtes de Valls et de Royal, il s’agit surtout de montrer aux Français qu’on a de la lucidité à revendre (pour le premier) et des idées novatrices (pour la seconde), qu’on veut absolument tenir un beau budget bien carré bien propre pour Manuel (parce que ça peut jouer pour la prochaine élection d’importance, mes petits amis), et qu’on est proche du peuple et de son petit pouvoir d’achat déjà fort tendu pour Ségolène (parce qu’elle aussi, elle se voit bien rempiler dans la course à l’Élysée, et elle connaît la chanson).

Le pathétique de ces agitations semble échapper à la presse. Alors que la situation du pays ne cesse de se détériorer, on assiste encore une fois à une série de couacs navrants au gouvernement, de petites prises de becs stériles et de mises en exergue d’individualités au demeurant pas très reluisantes. S’il est – je le reconnais – assez amusant de commenter ces bouffonneries, il ne faut jamais perdre de vue que ces guignols font toujours leurs clowneries à nos frais, que la facture se paiera toujours cash, et qu’encore une fois, elle ne leur sera pas présentée.

Et plus ces pitres s’amusent, plus ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires203

  1. bulltrap

    Bonjour,

    D’autant plus que l’état prend 40% du coût du péage , cliquez sur la petite cinématique « qu’est ce qu’on paye au péage » sur le lien ci dessous :

    http://www.autoroutes.fr/fr/questions-reponses.htm

    Il serait donc aisé de baisser les prix de 20% pour tout le monde et tout le temps en réduisant de moitié la ponction étatique, mais jamais ce constat ne sera effectuer.

    1. jeff1969

      héhé, bien dit !!!! C’est comme baisser le cout de l’essence… c’est à Total et ses confrères de le faire. Pas à l’état (avec un petit e, vu les guignols…)

    2. Kazar

      Je dirais même plus : si l’État arrive à faire baisser par un coup de baguette mag…une bonne loi bien sentie les tarifs, il fera baisser ses recettes fiscales !!! Youpie !!!

    3. Nice-oliver

      Ce qui veut dire que leurs bénéfices sont réalisés avec seulement 60% du coût du péage.

      A-t-on les noms et adresses des bouffons qui ont ficelé les contrats de concession?

        1. Deres

          La ruse, c’est qu’ils ne veulent pas augmenter la TVA à 22% en 2015 pour renflouer les caisses. Donc ils vont créer pleins de petites taxes de 5% sur pleins de produits. Et cela a comme avantage induit de faire plein d’agitation et de débat politique rigolo. Pourquoi faire une grosse taxe quand on peut en faire des dizaines de petites ? Les économistes préférant les taxes faibles à large base quasi gratuite à collecter n’ont rien compris à la politique qui préfère exactement l’inverse.

      1. royaumont

        Le prix des concessions a été fixé en fonction de la rentabilité connue lorsque les sociétés étaient dans le giron de l’état : ça en dit long sur la différence d’efficacité entre la gestion publique et privée…

        D’autre part, si les profits sont confortables, c’est aussi grâce à l’action publique : entre les limitations de vitesse de plus en plus basse et qui change tout le temps, les radars qui rackettent le chaland, les ralentisseurs et rond-points tous les 3 tours de roues, le réseau gratuit est devenu incirculable. L’Etat nous rend clients captifs des autoroutes avant de s’indigner des bénéfices réalisés.

        Les traiter d’hypocrites serait de la pure médisance ?

        1. Higgins

          Le calcul a également été fait en intégrant l’évolution probable des taux d’intérêts dans les années à venir (je rappelle que nous étions à l’époque en 2006). Que croyez-vous qu’il arrivât? Comme à son habitude, s’est trompé l’Etat! Jack-pot pour les heureux bénéficiaires. Des clauses, écrites en petit pour pas qu’on les voie, stipule qu’on ne peut pas baisser les tarifs des péages (Nicolas Doze ce matin). Au final, une juteuse opération avec une marge de 24% à la clé.
          Exportons notre savoir-faire en matière de capitalisme de connivence, c’est un des points forts de ce pays.

    4. bibi

      Le prix des concessions c’est juste de l’enfumage puisque l’état modifie régulièrement la redevance domaniale que doivent verser les sociétés d’autoroute.
      En 2013 le gouvernement à fait bondir celle-ci de plus de 50% pour l’établir aux environs des 290M http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/05/30/autoroutes-la-hausse-de-la-redevance-domaniale-inquiete-les-concessionnaires_3420961_3234.html
      Pratique validée par un arrêt du conseil d’état plein de saveur
      http://www.juricaf.org/arret/FRANCE-CONSEILDETAT-20131216-369304

      Je suis l’état je gère mal les autoroutes je suis à cours de thunes donc je cède l’exploitation des autoroutes à vil prix soit par incompétence soit par accointance avec les acheteurs et je me rattrape sur les taxes parce que j’ai tous les droits et en plus je peux dire que c’est la faute des méchantes sociétés capitalistes qui pensent qu’à faire des profits pur engraisser les actionnaires.
      En fait c’est juste une histoire banale dans la Ripoublique Fromagère de fRance.

      Sur les 4 euros de taxes il y a 1.35 euro de TVA,0.5 d’IS et donc il y a d’avoir plein d’autres petites taxes sympathiques et rigolotes en plus de la redevance domaniale.

  2. Aristarque

    Ou « comment je dispose d’autorité de la propriété d’autrui » avec Ségo, professeur en socialisme pratique…

      1. Danny

        Il s’agit d’être plus nuancé à son égard et rendre justice à Proudhon, défenseur du droit individuel contre les communistes, dont on ne retient que cette formule lapidaire. C’est dommage. Nous rappellerons au lecteur éclairé sa riche correspondance avec Frédéric Bastiat pour qui l’État utilise la coercition légale pour dépouiller les plus faibles.
        Proudhon écrit dans les Confessions d’un révolutionnaire : « Dans le Système des contradictions économiques, après avoir rappelé et confirmé ma première définition, j’en ajoute une toute contraire, mais fondée sur des considérations d’un autre ordre, qui ne pouvaient ni détruire la première argumentation ni même être détruite par elle : la propriété, c’est la liberté. »

        1. Caton

          La Folle du Poitou n’a en tout cas retenu que cette formule lapidaire. Quant à moi, je n’ai pas lu Proudhon.

          1. Higgins

            Il a dit entre autres mais y en a plein d’autres:
            – « L’anti-propriété, c’est le viol. »
            – « La taxe n’est pas répartie en raison de la force, de la taille, ni du talent : elle ne peut l’être davantage en raison de la propriété. Si donc l’État me prend plus, qu’il me rende plus, ou qu’il cesse de me parler d’égalité des droits ; car autrement la société n’est plus instituée pour défendre la propriété, mais pour en organiser la destruction. L’État, par l’impôt proportionnel, se fait chef de bande ; c’est lui qui donne l’exemple du pillage en coupes réglées ; c’est lui qu’il faut traîner sur le banc des cours d’assises, en tête de ces hideux brigands, de cette canaille exécrée qu’il fait assassiner par jalousie de métier. »
            – « Voilà donc tout mon système : liberté de conscience, liberté de la presse, liberté du travail, liberté de l’enseignement, libre concurrence, libre disposition des fruits de son travail, liberté à l’infini, liberté absolue, liberté partout et toujours ! C’est le système de 1789 et 1793 ; le système de Quesnay, de Turgot, de Jean-Baptiste Say […] La liberté, donc, rien de plus, rien de moins. Le « laisser-faire, laissez-passer » dans l’acception la plus littérale et la plus large ; conséquemment, la propriété, en tant qu’elle découle légitimement de cette liberté : voilà mon principe. Pas d’autre solidarité entre les citoyens que celle des accidents de force majeure […] C’est la foi de Franklin, Washington, Lafayette, de Mirabeau, de Casimir Périer, d’Odilon Barrot, de Thiers… »
            Wikiberal est plein de ressources.

            1. Lafayette

              Moi je suis d’accord avec la vision de préserver l’équité de la propriété tant qu’elle représente la même difficulté à acquérir pour chacun.
              Mais comme tout le monde ne naît pas dans un chou de même taille et ne peut aligner toutes les écoles en vogues, l’égalité n’est que partielle voir déjà absente des chances d’arriver à un niveau de facilité économique.
              Après je convient que cela dessert plus d’appauvrir une personne aisée pour faire vivre des classes inférieures qui ne créent pas d’activités par elle-même. Mais cela implique aussi l’inverse, c’est à dire, que la création d’emploi vient en échange de cette liberté économique.

              1. Pat

                Pour « aligner les écoles en vogue », il faut surtout se casser le cul sans rien gagner pendant des années. Et naître dans une famille pas forcément riche, mais dont la mentalité est saine. C’est-à-dire une famille qui ne considère pas que ceux qui font des études ont pour but d’humilier, dominer, écraser ou exploiter les autres.

      2. Higgins

        Sur cette phrase (http://www.wikiberal.org/wiki/Pierre-Joseph_Proudhon):
        Sa vision d’une société de coopération régie par des contrats volontaires est tout à fait libérale. Malgré son anticapitalisme, il finit par reconnaître que la propriété individuelle, absolue et incoercible, peut assurer la protection des faibles contre l’État, qui est l’ennemi véritable du citoyen :
        « La propriété est la plus grande force révolutionnaire qui existe et qui se puisse opposer au pouvoir (…) Où trouver une puissance capable de contre-balancer cette puissance formidable de l’Etat ? Il n’y en a pas d’autre que la propriété (…) La propriété moderne peut être considérée comme le triomphe de la liberté (…) La propriété est destinée à devenir, par sa généralisation, le pivot et le ressort de tout le système social. (Théorie de la propriété, 1862)  »
        Il assure que sa célèbre formule : « la propriété, c’est le vol » (qui semble relever d’un sophisme appelé « vol de concept »[2]) a été mal comprise. Il s’en explique en 1849 dans les Confessions d’un Révolutionnaire :
        « Dans mes premiers mémoires, attaquant de front l’ordre établi, je disais, par exemple : La propriété, c’est le vol ! Il s’agissait de protester, de mettre pour ainsi dire en relief le néant de nos institutions. Je n’avais point alors à m’occuper d’autre chose. Aussi, dans le mémoire où je démontrais, par A plus B, cette étourdissante proposition, avais-je soin de protester contre toute conclusion communiste.
        Dans le Système des Contradictions économiques, après avoir rappelé et confirmé ma première définition, j’en ajoute une toute contraire, mais fondée sur des considérations d’un autre ordre, qui ne pouvaient ni détruire la première argumentation, ni être détruites par elle : La propriété, c’est la liberté ! »

        La formule « la propriété, c’est le vol » ne condamnait pas la propriété en soi, mais l’injuste distribution de la propriété qui est le fait de l’étatisme.

  3. Higgins

    J’aime bien cette notion de Point Ségolène pur dépeindre le moment où le discours politique devient totalement ridicule et où ses auteurs apparaissent pour ce qu’ils sont, des jean-foutres vivement grassement ses subsides publics. Ce serait bien si cette notion de Point Ségolène se populariserait comme celle de Point Godwin.

    1. Pat

      Allez, c’est parti pour le Point Ségo ! Avec la bravitude, un seconde chance de laisser sa marque dans l’Histoire.

  4. Le Gnôme

    C’est bien la peine d’avoir fait l’ENA pour sortir des bêtises pareilles. Le droit de propriété, on s’en fout, les contrats, on s’assoit dessus. Il est susurré que la plaisanterie de l’écotaxe va coûter au tribuable 1,5 myards. C’est vrai qu’on croule sous le pognon, qu’on est obligé de le cramer tellement il y en a. Il n’y a pas un politique pour racheter l’autre, en France, du moins. Il parait qu’à l’étranger, il y en a quelques uns de compétents. Il serait temps d’en importer.

    1. jeff1969

      J’ai travaillé 5 ans dans une association qui a répondu à un appel à projet du ministère de l’économie et des finances….
      A la fin du projet, notre correspondant du ministère était juste déçu qu’on ait pas tout dépensé…. Meme pas il ne nous a demandé des résultats….

    2. Deres

      L’accélération est notable. Maintenant les impôts coûtent de l’argente t nécessite des investissements. Ils sont en train de créer des impôts eux même impossibles à supprimer car ayant des frais de collecte fixe …

    3. Cerf D

      Il est susurré que la plaisanterie de l’écotaxe va coûter au tribuable 1,5 myards.
      Pour le coup, si on refusait de rembourser écomouv, ça leur ferait les pieds et leur apprendrait à travailler pour l’état. Et encore, il faudrait qu’après ça ils remercient qu’ont ne leur fasse pas subir le sort des fermiers généraux.

      1. Lafayette

        Bon si j’en crois wiki, écomouv serait majoritairement en main italienne. Çà rend pas les choses facile, mais on a encore possibilité de revendre cette ferraille, il y a assez de pays non équipés comme la pologne ou la tchéquie qui nous envoient tellement de camion.

      1. Lafayette

        oui mais, ils le savaient déjà le jour ou ils ont ciblé la province, comme une vache à lait que l’on mène à l’abattoir.

  5. Kazar

    On sent que ces pitreries commencent à vous lasser à votre ton un rien désabusé…Le gouvernement socialiste nous rejoue la campagne présidentielle de Mélanchon qui avait craché sa haine des riches et du profit pendant plusieurs mois. Ainsi, des sociétés qui font des profits, vraiment, c’est moche. Et des politiciens aussi abrutis, car contrairement à vous, je suis persuadé qu’ils ne prennent absolument pas la mesure de la gravité de la situation, c’est à donner des envies de meurtre. Le PS continue à se saborder, c’est la seule bonne nouvelle, vu la proximité des cantonales. Et d’ailleurs, on peut se demander si cette attaque soudaine sur les sociétés d’autoroute n’est pas motivée par les prochaines élections.

    1. « On sent que ces pitreries commencent à vous lasser à votre ton un rien désabusé »

      Disons que l’aspect rigolo compense tout juste l’aspect navrant.

    2. Deres

      Le comique de répétition a ses limites. Maintenant qu’on a vu le même sketch des dizaines de fois, l’effet de surprise est largement atténué. Et on ne croit plus trop à la spontanéité des glissades …

      1. Quiet Desperation

        Voui… mais Mme Royal – à la différence de son illustre ancêtre, la Dauphine – avec elle au moins, on rigole… et je dois avouer que le « Point Ségolène », institué par H16, mérite de rester dans le discours libéral…

        Quant à la « Saillie Grotesque », me revient – ne sais pourquoi – cette jolie définition de Lord Chesterfield, qui en prévenait son fils : « la position est ridicule, le plaisir bref, et la dépense conséquente »….

  6. Nice-oliver

    Ah ces horrifiques bénéfices…

    M’enfin tout monopole (étatique ou non) mène toujours aux mêmes dérapages.

    1. dede

      Faire du benefice, c’est un derapage?

      Tout monopole est etatique ou concede par l’etat, sinon, c’est un avantage concurrentiel provisoire…

      1. Nice-oliver

        Faire de tels bénéfices GRACE à un monopole, c’est déraper effectivement.

        C’est bien la concurrence qui fait baisser les prix, non?

        1. Aristarque

          En Socialie, non! Trop de concurrence y tue la concurrence tout comme trop de liberté laissée libre tue la liberté! Cf Descendhameau ou Délice de Camba en maîtres à penser. :mrgreen:

    2. MadeInCH

      Sur ce coup-ci, je suis d’accord.
      Il n’y a pas de vraie concurrence aux compagnies qui gèrent les autoroutes.
      Or, pour l’utilisateur, les autoroutes sont passée du statu de « confort pour vacances » à « vitalement indispensable ».

      Problème: Pour une vraie concurrence, il faurdait idéalement deux autoroutes en parallèles partout, chacune gérée par un organisme concurrent du voisin.
      Je sais, c’est un idéal pas possible.

      Perso, je n’aime PAS DU TOUT qu’un oprganisme privé ait le monopole d’un « truc » indispensable au fonctionnement de la société, ou même de la vie de tout les jours.
      Un tel « truc » devrait être géré par une fondation privée à but non lucratif. Ou bien être soumis à une vraie concurrence.

      Cela dit, je dois avouer que les autoroutes françaises fonctionnent pas mal du tout.

      Même si j’aime bien le principe de la vignette, comme en Suisse.

      1. Deres

        Le souci est que souvent l’autoroute est en, concurrence avec la nationale parallèle. Et celle-ci subit une répression routière sans équivalent. Les radars y sont beaucoup plus nombreux. De plus les aménagements routiers se multiplient pour limiter la vitesse à 50 km/h à chaque patelin et mettre des ronds-points, feux et chicanes. Donc la concurrence est étouffée par l’Etat qui accroît progressivement l’avantage monopolistique de l’autoroute.

        1. Higgins

          Sans parler d’une signalisation particulièrement généreuse pour rejoindre l’autostrade payante (ou tout autre ouvrage du même ordre). Il y a également le passage en autoroute payante de la N10 dans les Landes. Du grand art. Le Léviathan est insatiable.
          A l’instant même, j’entends que l’allumée du Poitou persiste et signe et que Square Jawls, son chef, envisage de desserrer son impitoyable étreinte sur ce sujet parce que, sans blague, m….

        2. RBF

          Absolument, vous m’enlevez les mots de la bouche. C’est effectivement l’État qui a massacré le réseau secondaire, et qui l’a lourdement fliqué.

          Maintenant, traverser la France par le réseau secondaire, ce n’est même plus imaginable.

          1. Kazar

            +1 : j’ai 8 radars pour faire 145 km entre chez moi et la campagne où je vais parfois, et 6 au retour. Quelques instants d’inattention (bavardage, enfants, etc) et hop, un point en moins. A multiplier par 10 à 20 trajets par an. L’enfer.

              1. Kazar

                Payer pour ne pas payer…Le plus simple serait encore de respecter les limitation SI elles étaient cohérentes et non destinées juste à faire rentrer du fric. Ras le bol de toujours casquer.

                1. Aristarque

                  Ces auxiliaires fournissent les rappels nécessaires des tirelires, des limites de vitesse, etc… En IDF, c’est juste devenu impossible de mémoriser tous les radars fixes, de feu rouge, etc… sauf à rester toujours sir deux ou trois itinéraires en permanence…

    3. Jeff84

      Non, un monopole qui n’est pas étatique n’échappe pas à la concurrence, et donc ne pose pas de problème, cf le pétrole de Rockefeller. Il a réussi à se maintenir en quasi-monopole pendant 20 ans uniquement parce qu’il diminuait constamment ses prix (de presque 90% au total) à mesure que ses exploitations étaient plus efficientes, ce qui fait qu’il n’était rentable pour personne de venir le concurrencer. Ca, c’est le bon monopole, celui qui bénéficie aux consommateurs.
      Il ne faut surtout pas le mélanger au monopole public, qui n’est qu’un système de spoliation légal.

    1. Cerf D

      De mieux en mieux. Personnellement, je me fous de savoir s’il y a ou non de l’huile de palme dans mon Nutella. Mais il n’y a pas de raison d’interdire à un producteur de faire sa communication sur l’absence d’huile de palme dans ses produits.

      1. gameover

        Si en réalité il y a une raison en fait qui peut paraître légitime mais qui devrait se solder devant un tribunal et non par une loi qui existe pourtant (FAO)..

        Ainsi on n’a pas le droit de faire des allégations afin de faire croire par négation qu’un produit concurrent contiendrait ce que l’on s’interdit nous d’y avoir mis.

        Deux possibilités :
        1- Pâte à tartiner sans lame de rasoirs dedans
        >> je pense que ça parle tout seul.

        2- Pâte à tartiner sans acide octadécamonoénoïque
        >> imaginons que le concurrent utilise des noisettes contenant cet acide naturel alors cette allégation tendrait à faire croire que cet acide est dangereux pour la santé alors qu’aucune étude digne de ce nom ne l’établit.

        Et c’est exactement le cas de l’huile de palme pour laquelle on n’a rien prouvé du tout surtout que la version utilisée dans le nutella n’est pas hydrogénée.

        1. petit-chat

          Ah c’est pour ça que mon moteur diesel refuse de fonctionner au Nutella : même pas hydrogéné !

  7. Aristarque

    « Elles  affichent toutes une rentabilité nette exceptionnelle, comprise entre 20 % et 24 %, nourrie par l’augmentation continue des tarifs des péages. Et cette rentabilité n’apparaît justifiée ni par leurs coûts ni par les risques auxquels elles sont exposées »
    C’est à dire que les péages sont normalement prévus comme étant aussi une source de financement pour la construction de nouvelles autoroutes, celles qui sont peu fréquentables sauf les jours de départ/retour en vacances et qui servent à flatter les égo des HP territoriaux du coin.
    L’ennui est que ces constructions ne seraient pas faites ou du moins pas faites à hauteur de ce qui était calculé, le pompon étant que l’écotaxe devait aussi servir pour les autoroutes à péage…
    Avec du coup, une rentabilité exceptionnelle es autoroutes réalisées parce que ce sont les meilleurs trajets qui sont couverts par ces voies et puisque les investissements ne sont pas réalisés, ce qui n’a pas d’importance pour ces sociétés puisque ces tronçons ne seront jamais rentables par leur péages…

    1. Higgins

      Eolienne impériale a sorti une connerie, une de plus, mais indépendamment de cette dernière, force est de constater que la privatisation des autoroutes reste une des plus belles réussites de ce capitalisme de connivence si cher à nos zélites.

  8. jeff1969

    Moi ce qui me sidère, c’est ce cela a de l’écho auprès des jeunes qui trouvent que c’est une bonne idée…
    je mangeais hier avec mes collègues qui ont souvent moins de 30 ans , qui sont cadres dans une grande société privée automobile et qui valident ce genre d’aneries…. du coup, c’est un peu parti en vrille et la conclusion a été « faut pas parler politique avec Jeff »…
    Ils ne se rendent meme pas compte…. Pour eux le système est parfait, faut juste qqs petites réformes pour le régler…. je suis revenu du taf complètement déprimé…

    1. Kazar

      « Cadres dans une grande société privée automobile » : c’est malheureux à dire, mais j’ai fait le même constat chez Renault et Peugeot, avec des amis cadres supérieurs, idem pour un cadre de haut niveau dans une boite de conseil américaine style Arthur Andersen, ces gens sont déconnectés, ils touchent leur salaire tous les mois (pour ceux que je connais, entre 6 à 10.000 euros) et à part les augmentations d’impôts, ils ne voient pas la crise. Et du coup, ils ne se posent pas trop de questions sur les débilités d’actuelles que nous imposent nos gouvernants, vivant un peu sur une planète bisounours…

      1. Gerldam

        Heureusement pas tous. Il y a aussi des cadres sup, comme on dit, qui ont deux ou trois neurones de plus que la moyenne et qui savent bien que cet état obèse, en particulier les Collocales, coulent le pays, associé à une avalanche de règles toutes plus liberticides les unes que les autres.

        1. Lafayette

          Oui mais comme le dit bien Kazar, le gros soucis de l’économie c’est d’avoir des petits soldats (élus par les capitalistes endurcis) qui n’ont que faire de l’état et des habitants de tel ou tel pays. N’être qu’un pion économique, ce n’est déjà plus une chance offerte à tout le monde.
          Et le monde politique ne fait qu’applaudir béatement le résultat en pensant que ça va dans le bon sens vu que ça rapporte.

          La moteur d’une voiture tourne toujours dans le même sens, et pourtant, on peut aussi reculer en regardant devant.

    2. Nyamba

      Pas de panique : « faut pas parler politique avec toi » est une phrase à laquelle on s’habitue, en oscillant entre déprime et colère (il y a probablement une évolution naturelle de ces sentiments, mais je n’y suis pas encore donc…). En théorie, et avec un peu de chance, l’étape suivante de votre relation avec vos collègues se déroulera de cette manière : ce seront eux qui vous poseront des questions et vous demanderont votre avis dès qu’ils tomberont sur une actu brûlante. Quitte à camper sur leurs positions, si seulement ils en ont. Patience 🙂 !

      1. Aristarque

        Par exemple, avec Nyamba, éviter de parler économies d’énergie parce qu’ en la matière, elle a des conceptions attaliesques à propos des consommateurs avancés en âge… Conceptions radicales qui les envoient brouter les radis, justement, par leurs racines… Vous verrez comme ils ne s’ en portent que mieux, ces barbons, de limiter leur conversation… 😆

        1. Nyamba

          Parfaite illustration de mon propos, merci M. Stark (et pourtant j’ai essayé de vous rassurer ce matin, n’est-ce pas ?).

          1. Calvin

            Il n’est pas, mais alors pas du tout, rassuré !
            Mais enfin, faut faire la place aux jeunes, surtout qu’on est beaucoup plus écervelé !!

    3. LeRus

      « Pour eux le système est parfait, faut juste qqs petites réformes pour le régler… » et le pire, c’est quiconque mettra en place de réelles réformes pour sauver ce qui reste deviendra l’ennemi à abattre, par tous.

    4. MadeInCH

      Oui.
      Beaucoup de gens ne voient que l’effet primaire directement visible.
      Ils ne voient pas les effets secondaire indirectement ressentis, mais qui deviennent naturellement bien plus important que l’effet primaire visible.

      ça me fait penser à 2 paragraphes du « Servidute Volontaire » de La Boétie:
       » Les tyrans faisaient largesse du quart de blé, du septier de vin, du sesterce, et c’était pitié alors d’entendre crier : <> Ces lourdeaux ne s’avisaient pas qu’ils ne faisaient que recouvrer une part de leur bien, et que cette part même qu’ils en recouvraient, le tyran n’aurait pu la leur donner si, auparavant, il ne la leur avait enlevée.  »

      « Je ne vois personne aujourd’hui qui, entendant parler de Néron, ne tremble au seul nom de ce vilain monstre, de cette sale peste du monde. Il faut pourtant dire qu’après la mort, aussi dégoûtante que sa vie, de ce bouteleu, de ce bourreau, de cette bête sauvage, ce fameux peuple romain en éprouva tant de déplaisir, se rappelant ses jeux et ses festins, qu’il fut sur le point d’en porter le deuil. « 

    5. VicoNounours

      Il suffit de lire la presse pour comprendre ce genre de remarque « simpliste », par exemple: http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/10/14/l-etat-peut-il-renegocier-ses-contrats-avec-les-societes-d-autoroute_4506080_4355770.html
      La majorité des gens ne sont plus habituer à réfléchir par eux-même concernant les annonces poli-journalis-tiques. Ce qui fait qu’ils se limitent aux bisous, calins que ca représente au premier point de vue, cela sans chercher les conséquences futures. Comme quoi l’état arrive à faire quelque chose de temps en temps! Ton « isolement » ne fait surement que commencer…

    6. gameover

      @ jeff 1969

      « …je suis revenu du taf complètement déprimé. » : Tu es rentré par l’autoroute ? 🙂

  9. Higgins

    Si c’est une opération d’enfumage (la chronologie le laisse penser), chapeau l’artiste. En attendant, et ça ne surprendra personne ici, ça pue méchamment: « La classe politique a tort de ne pas prendre au sérieux le jugement de la Commission de Bruxelles sur le budget. Hormis l’humiliation, la France risque le dépôt de bilan. La mécanique est très simple à comprendre.  » (http://www.jeanmarc-sylvestre.com/2014/10/15/si-bruxelles-retoque-notre-budget-la-france-risque-le-depot-de-bilan)

    1. Gerldam

      La France n’a plus le choix qu’entre le défaut et la chyprisation. Tout ce que font nos guignols est de tenter de gagner du temps.

    2. royaumont

      Dans l’article, J-M Sylvestre se réfère à des taux d’emprunt négatifs. J’ai du mal à comprendre les motivations pour prêter à ces conditions, alors qu’il est plus rentable… de ne rien faire.
      Ca parait absurde. Pourtant, s’il y a des volontaires, cela doit avoir du sens. Lequel ?

      1. bibi

        Si vous gérez vous même votre portefeuille vous pouvez avoir intérêt à prêter à cours terme à taux négatif en attendant qu’une opportunité intéressante d’investissement s’offre à vous, car par exemple vous estimez que vous avez plus de chances de revoir votre argent en le plaçant en obligation d’état même française qu’en le laissant sur votre compte en banque chypriote par conséquent vous vous servez de ce placement comme d’un coffre et vous acceptez de rémunérer le propriétaire du coffre.

        Par contre pour qu’un institutionnel en arrive là il doit falloir chercher la raison dans les lois qui régissent leurs investissements.

        1. Pat

          Qu’on appelle ça des frais de garde ou de garantie, ou de « solidarité », ces prélèvements vont bien finir par tomber sur les livrets A, Codevi et autres assurances vie.

      2. gameover

        On parle souvent de taux d’intérêt négatif mais sans se référer à la monnaie initiale du placement.

        Effectivement en 2013 et en euro quelques emprunts d’état ont été émis avec un taux d’intérêt négatif mais si l’argent initial était en dollar cela veut dire que l’investisseur a surtout parié sur une baisse de l’euro… et c’est bien ce qui s’est passé : l’euro a chu et le gain a été de près de 8% sur un an… et le taux d’intérêt négatif initial n’est en fin de compte pas très important. Les obli d’état étant un marché relativement peu volatile (vs les actions) c’est normal que le carry trade se fasse dessus.

        La suisse a aussi certainement « investi » dans des emprunts en euro en négatif pour faire baisser sa monnaie et a conservé une parité au dessus de 1.2.

        Une autre raison pourrait être aussi ce que l’on appelle le repo : si la banque centrale vous rachète votre créance plus cher que ce que vous l’avez achetée, le taux d’intérêt initial négatif est peu important dans l’opération.

  10. max

    Manifestement, ces autoroutes ont été bradées, sauf que quand les contrats sont signés, c’est un peu tard pour s’en rendre compte.

    En 2007, Ségo, dite la Dingo, proposait de faire raccompagner les policières par des policiers, mais pas l’inverse, où est la parité ? Elle proposait aussi des camps de rééducation civique encadrés par des militaires qui, comme chacun sait, sont formés pour ce genre de job.

    1. Kazar

      Mélangeant les budgets des collectivités territoriales et de l’État, Sarko lui avait dit qu’elle ne pouvait pas faire les calculs en piochant dans l’un pour remettre dans l’autre, et la folle du Poitou de répondre : « eh bien moi, je le ferai » !! Elle sait qu’elle raconte n’importe quoi mais le fait avec aplomb, et elle s’en tape. C’est une vrai nuisible.

  11. dede

    « enquête menée par l’Autorité de la Concurrence »

    Que vient faire cette Autorite de la Concurrence ici? Les autoroutes sont des monopoles et ce n’est un secret pour personne. Les concessions ont ete vendues par l’Etat que je sache…

    Tant qu’on y est, on pourrait aller au bout de l’absurdite planificatrice : demander systematiquement a deux societes d’autoroutes de construire en parallele et se faire concurrence sur les prix (et attention, si le prix est le meme, c’est qu’il y a entente manifeste, ce sera donc interdit et il y aura quasiment toujours – sauf en cas de saturation – une autoroute vide et une autoroute chargee)

    1. Aristarque

      Meuh non! Appliquons le modèle de la téléphonie fixe! Un réseau géré par un opérateur national qui a en charge la construction et l’ entretien des voies. Rémunéré par un droit fixe à la voiture, camion, etc… Et de multiples compagnies vendant leurs billets d’ accès aux autoroutes pour voyager en compagnie de (chut! Pas de pub gratuite)… Comme cela, il y a de la concurrence et pas de doublons de voies inutiles… J’ ai bon ? Avec un b!

    2. Deres

      Tu peux très bien faire des contrats de concessions de durée limité, 5 ans par exemple, histoire de changer de régie de gestion assez régulièrement. Tu peux même dissocier les services d’entretien et ceux de ventes des billets. Les moyens d’introduction de concurrence sur un réseau unique sont bien connus. Ce n’est pas vraiment un problème nouveau pour les économistes …

  12. Nyamba

    En voyant la photo au nez d’un rouge sanguin, j’ai regretté qu’il n’y ait pas aussi deux yeux au beurre noir et quelques dents ébréchées. Pouvoir lui éclater la tête, ce serait, je crois, la seule chose qui pourrait me la rendre un nanopoil plus sympathique. Et encore.
    Nonobstant cette envie grandissante de l’enterrer tête en bas dans un trou plein de charbons ardents pour l’y laisser mijoter 36 h, je crois que cette idiote croit vraiment qu’il existe des choses gratuites, et pour cause : c’est une élue de la République, elle ne sait pas ce que signifie sortir son portefeuille.
    Question chiffons, maintenant : êtes-vous l’auteur de cette oeuvre chewbaquesque, M. Hash ? Elle est splendide, et n’est pas sans rappeler le Rambochat à dos de licorne d’il y a quelques semaines. Faudrait songer à préparer une expo !

    1. Popeye

      joli patrimoine, mais pile poil en dessous de 1,35 millions d’euros. Qui se trouve juste par hasard, mais vraiment totalement par hasard hein, être la limite de taxation de l’impôt de solidarité sur la fortune.

      1. Deres

        Inutile d’optimiser plus bas que la limite de l’ISF. Je serais curieux de voir les histogramme de déclaration de fortune des français. Il doit y avoir un bel effet de seuil à cet valeur !

        1. Higgins

          Notons que Eolienne impériale, comme son ex, n’a jamais tenu d’emploi productif depuis sa sortie de l’ENA. Amasser un tel patrimoine en une trentaine d’année (elle est loin d’être la seule dans ce cas) en dit long sur la sinécure qu’est une carrière politique avec çà et là des passages dans la très haute administration. Grosse différence avec une carrière dans le privé, impunité totale et absolue qu’elle que soit la suite des décisions prises (ex: Heuliez et Mia). Elle est pas belle la vie en Socialie?

  13. LeRus

    Soyons des citoyens engagés et responsables, et aidons le gouvernement à peaufiner ses idées.

    Par exemple, cette idée d’autoroutes gratuites le week-end est à mon avis très bonne. Mais elle le serait encore plus si nous parvenions à y introduire un peu de justice sociale* en limitant cette gratuité aux voyageurs à bas revenus, par exemple tous ceux et celles qui ne payent pas d’IR faute de revenus suffisants.

    Nous pourrions aller plus loin et montrer notre esprit solidaire* en obligeant les voyageurs ayant la chance d’avoir les moyens (grâce au système d’égalité des chances*, ne l’oublions pas) de rouler dans une grosse berline ou un 4×4 (même un Panda 4×4) de devoir transporter gracieusement* les clandestins faisant de l’auto-stop.

    Enfin, les super-riches (plus de 4.000€ par mois selon notre Lider Maximo), devront s’acquitter d’une majoration des prix du péage pour financer la transisiton écologique*, seraient aussi fortement mis à contribution pour payer le restaurant à ses voyageurs dans le besoin, voire même à leur laisser leur voiture dans un acte de solidarité* spontanée. La SNCF donnera une ristourne de 10% aux voyageurs rentrant chez eux en train après avoir légué leur automobile à leurs compagnons de voyage.

    D’autres idées?

    * mot magique, compte double.

    1. Aristarque

      C’est pas assez motivant comme jeu. Il faudrait prévoir des locutions lu des mots qui comptent triple. Je ne sais pas. Par exemple, gratuit ? transitude énergique énergétique?

      1. mlallier

        Et juste, mis à toutes les sauces et dans presque toutes les phrases, mais trop court pour que l’on s’en inquiète.

  14. Larebil

    Je propose de mettre le taux d’IS pour les sociétés qui travaillent avec le gouvernement à 100%. Puisqu’elles réalisent toutes leurs bénéfices sur le dos du contribuable, ça ne serait que justice.
    Zut, j’ai peut être soufflé une nouvelle idée ridicule à Ségo, excusez-moi.

  15. sam00

    Sérieux, le coup de chewbaka j’ai tellement hurlé de rire qu’une personne dans le tramway m’a demandé si j’avais besoin d’aide …

  16. Lafayette

    Le mieux c’est de laisser les péages entre Marseille et Paris, sinon on va revoir un corse comme Napoléon débarquer.

    1. vegeta

      ton président est déjà tenu par les couilles par les corses vu qu’il couche avec leur escort (julie)

      1. Lafayette

        bof, vu la brochette de champion qui ont les ministères, il y a sans doute pire encore dans les petits dossiers secrets. On n’obtient plus des ministères par le mérite, sinon ça se saurait.

  17. Toro Er

    Vous n’y êtes pas.
    Cette idée n’est que le début.
    Bientôt, un autre suggèrera que les autoroutes soient gratuites le weekend et aussi les autres jours. A ce moment, on pourra peut-être adhérer à l’idée.

      1. LeRus

        Et, c’est pour cela qu’on gardera quand même les péages: pour distribuer de l’argent aux automobilistes! (et en plus on pérennise l’emploi des guichetiers, super!)

        1. Lafayette

          Mais pour ça il faut garder les petites pièces et sonner le bouton info pour changer la monnaie qui ne passe jamais dans ces m… d’automates.

          N’hésitez pas à essayer les pièces jaunes c’est trop drôle de voir les colonnes que ça occasionne.

    1. Karamba!

      Elle avait dit ensuite qu’elle ne boirait jamais plus. Mais là elle a fait une rechute visiblement…

      1. cc

        A mon avis, c’est pas la gnôle… mais bien un sérieux cocktail de substances qui font rire, le tout rehaussé par une cinglerie toute naturelle.

        Elle est insupportable. Quand va t on la dégager bon sang ! ?

        Avant ça me faisait rire… mais depuis quelques temps (à l’image de H16)… je sens monter une grosse colère. Voire une grosse haine.

        Je sais c’est mal.

        1. petit-chat

          On peut hésiter entre la dérision (en se disant que, de toute façon, on n’en a plus pour longtemps sur cette planète de m…) et le désespoir (en se disant que malheureusement on en a encore pour longtemps à subir ces conneries).

    2. Kazar

      « jamais je n’ai mis un genou à terre » : c’est pas ce que dit Hollande quand elle a sollicité un poste de ministre à genoux…

          1. Calvin

            Je voyais plutôt une allégeance au seigneur…
            Mais développez donc que je m’instruise : la période des gaulois m’a moins passionné que l’époque médiévale.

            1. Bonsaï

              C’est bien ce que je pressentais, et c’est donc tout naturellement pour la vélocité et la haute teneur de vos argumentations que j’aime à vous lire …
              Notez bien que je dis teneur et non pas tenue.

    1. douar

      L’aveu de Lepaon: les bus, c’est pour les pooovres.
      En clair, faut laisser le choix à ces derniers: plein pot en TGV ou avec Air France ou bien, rester à la maison.

    2. Higgins

      On peut faire confiance à la CGT pour empêcher la mesure de passer. Et dans le cas contraire, pour infiltrer les compagnies et les pourrir de l’intérieur. Et puis, ça signifie la fin des TER pourris qui voyagent le plus souvent vide et donc la fermeture de toutes les gares concernées. On n’est pas sorti du bus (j’ai remplacé auberge par ce mot). L’idée est pourtant bonne. Espérons que nos clowns aient assez de c… pour mener ce projet à terme mais j’ai des doutes.

      1. Deres

        Si la SNCF et les régions continuent d’avoir la majorité dans les commissions acceptant les ouvertures de lignes de car, tu peux changer les lois que tu veux, il n’y auras pas plus de car en circulation. Si en plus tu te débrouilles pour ne pas avoir de gares routières accessibles et pratiques mais de devoir prendre les clients sur des parkings isolés de banlieues, tu n’auras pas de clients non plus.

        1. Higgins

          Oh oui. Et puis, ces cars, il faut les contrôler avant, pendant et après. Bref, ça va être chaud.

    3. Kazar

      J’ai même entendu que c’était une mesure « phare » de Valls. Pas de doute, tout va bien, on nous propose désormais de prendre l’autocar, demain ce sera la charrette tirée par un âne (un vrai, pas un de ceux du gouvernement).

      1. Higgins

        Y’a bien un baudet du Poitou qui risque d’être libre mais c’est loin d’être le meilleur du lot.

      2. Flo

        J’ai vu qu’il y avait « égalité des chances » dans l’intitulé de la loi de Wesley Macron, la charrette est donc la suite logique.

      3. Higgins

        Ne nous plaignons pas trop. Si cette mesure arrive à être mise en place , on aura plus progressé en quelques mois dans ce pays que ce qui a été fait depuis trente ans.

  18. Thorium

    Peste et Choléra !

    Ces sociétés d’autoroutes ne valent pas (ou à peine) mieux que les socialococo au pouvoir : capitalistes de connivence monopolistique, avec de juteux contrats signées sur de bien trop longues échéances.

    Ou est la concurrence ???

    Voleurs and co !

  19. La Rédac des News du Système

    Ca chauffe au PRG.

    ••• Le PRG pose ses conditions pour rester au gouvernement

    Jean-Michel Baylet n’est pas content… et il le fait savoir. Le président du Parti Radical de Gauche (PRG) depuis près de 20 ans, par ailleurs président-directeur-général du groupe de presse La Dépêche, semble ne pas se remettre de son éviction du Sénat il y a quelques semaines. En cause selon lui, la politique actuelle du gouvernement « qui n’est pas la bonne » et dont il souhaite se désolidariser. Vrai malaise ou simple calcul politicien ? Le PRG est l’un des courants de la gauche républicaine et se présente comme la troisième force socialiste du pays avec 10 000 adhérents. De fait, c’est l’un des alliés incontournables du PS tant au plan local, notamment dans le sud-ouest et en Corse où il est très implanté, qu’au niveau national, puisque trois ministres du gouvernement sont issus du mouvement. Mais les récentes prises de position de François Hollande et de Manuel Valls ne conviennent pas au PRG qui ne s’estime pas écouté : « pourquoi rester au gouvernement si nous ne servons à rien ? », se demande Jean-Michel Baylet. L’alliance avec le PS semble donc avoir du plomb dans l’aile.

    La suite sur http://t.co/nMP589sPwI

  20. Cata

    La ministre de l’écologie souhaite encourager l’utilisation de la voiture (individufasciste, tueuse de chatons mignons et pas du tout écovertueuse) le WE. Un couac de la transitude ?

  21. hugeus

    Désopilant !

    Quant à moi, je m’en vais me frotter au Léviathan les yeux dans les yeux, cet après-midi, eu TASS de Paris, comme White Panda le mois dernier.
    Pour le coup, c’est de la résistance active !

    1. hugeus

      Pffff… un des assesseurs étant absent, le juge a déclaré que le tribunal n’était pas populaire. Comme j’étais tout à fait d’accord avec lui concernant l’impopularité du tribunal, j’ai demandé le renvoi qui m’a été accordé, pour le 17/12. Entre-temps, j’aurai eu l’immense plaisir d’attaquer le RSI sur le bien-fondé de ses extorsions de fonds le 5/11.
      Partie remise !

  22. cc

    La crapulerie de Sans-Dent et de ses complices ne connaît plus de limite.

    On aura les chiffres du chômage bientôt…. et déjà on sait que les radiations pour non recherche d’emploi ont explosé.

    http://tinyurl.com/n3ftlla

    De quoi afficher une… miraculeuse baisse du chômage.

    Jusqu’à présent les radiations étaient d’ordre « administrative » (le chômeur ne se signale pas, loupe un rendez-vous ou un papier à renvoyer)…

    Vous imaginez ? 13,4 % de radiations rien que dans le Poitou Charente !

    1. Karamba!

      Que voulez-vous, ce qui est important ce n’est pas tant de trouver un travail (surtout quand il n’y en a pas) c’est surtout d’en chercher un, de jouer le jeu quoi…

      1. Lafayette

        Cela me fait penser que l’éditeur de lettre d’excuse pour époux volage pourrait se reconvertir à faire des offres automatiques pour chômeurs.

        Car s’il en faut 1000 ou + offres par entreprise pour un seul poste, le texte importe peu. Et il n’y a pas de mal à se faire un peu d’argent sur le dos des chômeurs.

        Le pauvre employeur qui devrait trier un tel tas en tombera malade, mais ça il était prévenu, un employé c’est dangereux.

    2. Flo

      « Une statistique qui doit aussi souligner que 86,6% des inscrits ont fait le nécessaire dans leurs recherches. »

      Ah ces journalistes!
      C’est comme si on disait « il y a N millions de PV pour excès de vitesse par an sur N milliards de déplacements en voiture, cela souligne que 99.9 % des automobilistes respectent exactement les limitations »

    3. Deres

      ce que j’ai déjà constaté, c’est qu’il y a rapidement oubli des magouilles précédentes. Le « Bug » informatique de l’été dernier n’est donc déjà plus évoqué. Il est donc souvent acté dans les articles que la dernière diminution du chômage était il y a un peu plus d’un an et non 3 …

    4. Deres

      Oui, la tendance générale reste la même mais on voit bien que la courbe globale (et surtout les sous-catégories) sont de plus en plus bruités suite aux tentatives de bidouillage tout azimut. En plus, c’est vraiment du travail administratif inutile car les radiés se réinscrivent le mois suivant …

      De toute façon, la vraie solution libérale serait une allocation chômage dégressive tous les mois sur la durée d’indemnisation entre le dernier salaire et le RSA. Cela éviterait toute adaptation à un niveau de vie correspondant à l’allocation et donnerait une piqûre de rappel tous les mois que cette situation ne doit être que temporaire. Et cela sans aucun frais ni personnel à Pôle Emploi. Après le seul problème est le travail au noir en parallèle du chômage. Mais c’est exactement le même problème que pour l’inspection du travail et ceux des arrêts maladie. Cela se gère très bien avec peu d’inspecteurs par prélèvement en choisissant judicieusement son échantillon sur des critères rationnels.

      1. Caton

        La solution libérale c’est de laisser les salariés prendre une assurance chômage privée, librement négociée entre les parties, et d’arrêter de se mêler de ce que font les autres.

      2. gameover

        Deres tu fais exactement pareil que le gouvernement et ça m’inquiète de voir de plus en plus de libéraux prendre la voie de vouloir traiter les conséquences au lieu des causes : ainsi pour le chomage et le travail au noir.

  23. Etienne

    Juste un détail. « Pas légal mais immoral » ne serait pas plutôt « Pas illégal mais immoral » ?

  24. Dr Slump

    Moi j’ai une idée vachement mieux pour nos ministères: il faut proposer l’électricité gratuite le soir et les week-ends. EDF pourrait aussi proposer des forfaits illimités, comme ceux de la téléphonie mobile, ce serait super non? Plus économique, plus démocratique, et plus écologique, puisqu’on choisirait son forfait en fonction de sa consommation!
    Ah, ça ne peut pas marcher? Ca coûterait… cher??? Mais alors pour les autoroutes, ça coûte combien? Ah, c’est pas pareil??

  25. Taisson

    Hors sujet, Mais…pas mauvais comme diversion…
    Pendant ce temps la,
    Le monde, organe officiel du ps, toujours soucieux de ne rien laisser passer, dénonce une nouvelle affaire Sarkosy !! Des collaborateurs de ce dernier auraient honteusement fait vendre des hélicoptères et (mon dieu quelle horreur!) peut être aussi des locomotives, à l’étranger.
    En plus, il y aurait des Belges (surement encore des proches de Sarko) dans le coup.
    Jusqu’ou n’allait on pas pour de l’argent…
    Heureusement le gouvernement du bien est aux commandes, et rétro- commissions ou pas ce n’est surement pas prêt de se reproduire!
    Bientôt plus d’armée, et les hélicos devenus sans emploi pourraient être prêtés gratuitement tous les week ends !! Ca vaut tout de même mieux que d’essayer de les vendre!

  26. Coup de pied occulte

    Tiens, pourquoi notre voie royale de la perdition n’a pas proposé une alternative ? Gratuité des autoroutes le WE, mais bande d’arrêt d’urgence payante la semaine.

    Et remplacer les bretelles d’autoroute par des ceintures d’autoroute, parce que les bretelles, ça fait quand même surrané.

      1. Honorbrachios

        c quoi cette histoire d’assistance sexuelle ? des infirmières court vêtue, ouvertes et disponibles ?

          1. royaumont

            Les manchots vont être exonérés de l’amende de 1500 Euros ?
            Voilà enfin une réforme d’envergure !

            1. vegeta

              quand la lois va passer je vais aller a l’hôpital  » bonjour madame j’ai mal a la tête vous pouvez me masturber svp  » ?

              1. Lafayette

                D’ici là ils te trouver une solution du genre, asseyez vous ici, je vais chercher l’infirmière cheffe.

                A moins que l’on tombe dans la modernité, le vous branche l’appareil pour 10 minutes.

            2. petit-chat

              C’est pas des putes, c’est du personnel payé par l’état (avec nos sous) pour faire le même boulot (au même taro ??).
              C’est toute la différence entre la noblesse du vivre ensemble coûte que coûte et l’abomination d’une des professions libérales la plus ancienne du monde.

  27. Kazar

    Ça commence à devenir plus sérieux, ce n’est pas la panique, mais les investisseurs commencent à comprendre qu’il y a quelque chose de pourri en notre bon royaume : la bourse repasse sous les 4000 points, au plus bas depuis juillet 2013. Preuve que les marchés commencent à déchanter. Un indice de plus que le mur se rapproche selon moi…

        1. royaumont

          Ecrire… heu… c’est difficile…. écrire… c’est…c’est pas facile… heu…
          Comme… parler… heu… c’est pas facile… heu…

  28. Kazar

    Excellent : pour Macron, grâce à la relance de l’autocar « les pauvres voyageront facilement » !!!
    Au delà du mépris involontairement (ou pas) manifesté pour les pauvres, cela ne nous dit pas pourquoi ils voyageraient ni ne qu’ils feront une fois arrivée à destination…
    Reste à savoir si ces nuées d’autocars prendront les autoroutes, et si oui, si les pauvres voyageront uniquement lors de WE autoroutiers gratuits 🙂
    Ils sont trop forts…

    1. Kazar

      Ségo risque bien de faire un peu la tête côté bilan carbone autocar / train, mais on ne peut pas faire plaisir à tout le monde !

    2. Etienne

      D’un autre côté la fRance est un des seuls pays en Europe (au monde ?) à avoir une offre totalement ridicule en matière de lignes de bus inter-régionaux. Merci à la SNCF et aux mimes qui leurs ont laissé le monopole. Je ne vois pas pourquoi les pauvres n’auraient pas le droit de voyager. Ou même les riches pas pressés. Quant au bilan carbone je ne suis pas certain qu’il soit à l’avantage du train.

      1. vegeta

        un droit ? mdr je te propose de crée toi même ta ligne de bus qui desservira les endroits non rentable et au prix que tu souhaite aller chiche 🙂

    3. Deres

      Faut voir ce que cela va donner en réalité à la fin. Mais globalement, cela va dans le bon sens. Après, on est loin d’une vraie révolution …

    1. Calvin

      A tous les coups, il y aura bientôt ce blog !!
      Bon, H16, tu as mon mail pour la newsletter, je ne peux me passer de ta prose.

      1. Bonsaï

        Mais non Calvin, reprenez-vous !
        Vous et moi serons en première ligne pour défendre notre honorable hôte, bientôt suivis je l’espère du moins, par tous ceux ici qui ne sont pas des femmelettes !
        Banzaï !

      2. petit-chat

        Ou multipliez les hébergements, même sous d’autres noms. Et puis il reste la Russie (pas trop cher) et le Costa Rica (très très cher).

  29. Aristarque

    HS. On supprime un morceau de l’ armée cantonné à ChaloN sur Saône. Non mais! Ces mal votants qu’ont osé mettre dehors un élément PS aussi prometteur, déjà convenablement expert en prévarication, n’ espéraient tout de même pas s’en tirer à si bon compte… Manquerait plus que cela que l’ incivisme ne se paie pas! Et puis, ce n’est pas comme si l’ ennemi était à nos frontières…

    1. Deres

      La plus mauvaise solution, celle du rabot a été choisie … Des sites qui tournaient à 500 personnes il y a encore quelques années vont continuer à être utilisé avec moins de 100 personnes pour faire plaisir aux élus locaux. des bases de défense et des redéploiements on ne parle plus du tout. Tout est basé sur des critères politiques. Plutôt que de fermer des unités donc des bases, ils ont modifiés le format des bataillons de l’armée. C’est donc simple, le format des unités combattantes française sera déterminé à partir de maintenant par des énarques planqués dans le ministère parisien et non à partir de l’expérience militaire. Les énarques vont apprendre leur métier aux militaires … Et bien entendu, l’ancienne circonscription de Hollande et de tous les ténors socialistes sont complètement épargnés, bienvenu au pays du clientélisme.

    2. gameover

      Harry, il me semble que c’est à Châlons-sur-marne qu’il y a des réductions d’effectifs militaires ! :mrgreen:

      1. Aristarque

        Mais c’est qu’ il a raison, le bougre. Ayant entendu cette info à la radio et en diagonale, je réagissais par rapport aux échanges d’alors sur ChaloN! Quoique cela ne change rien au commentaire sur la punition d’ avoir mal voté, dans un cas comme dans l’ autre, aussi bien à ChalonS qu’ à ChaloN! Cela dit, on peut ajouter qu’ entendre un UMPS se plaindre de la suite par la branche PS à la politique engendrée par la branche UMP… Toujours la variante de NIMBY… 😥

  30. Aristarque

    Et puis abandonner le Val-de-Grâce! Mais où donc Bouteflika va-t-il bien pouvoir désormais se faire soigner, aux frais de l’ ex-puissance coloniale tant honnie?

  31. gameover

    Je suis peut-être optimiste mais il y aurait une raison pour laquelle Eolienne Royale aurait eu cette sortie concernant la gratuité des autoroutes le dimanche.

    Le but pourrait être de montrer aux sociétés d’autoroute que le gouvernement peut avoir une capacité de nuisance vis-s-vis de leur résultat et que certaines décisions pourraient ne pas être répercutées contractuellement en direction du consommateur par une hausse de prix.

    Ce n’est pas une idée nouvelle, ainsi il y a 2 ans en 2012 :
    _________________
    Arnaud Montebourg, député de Saône-et- Loire, pense au contraire que la renationalisation est possible.
    « Mais pas à n’importe quel prix ! » s’empresse-t-il d’ajouter, conscient de la charge de l’indemnisation. Le « Monsieur 17 % » de la primaire socialiste a une idée, juridiquement délicate à manier, mais politiquement efficace : mettre tout en oeuvre pour réduire la valeur des concessions.
    « Il faut utiliser la voie réglementaire pour contraindre à des embauches importantes, imposer une taxe spécifique sur les profits au titre du financement des routes, et augmenter la redevance que les concessionnaires paient à l’Etat propriétaire des terrains, la taxe domaniale. » Reste une troisième voie, que ni le leader centriste ni le socialiste n’envisagent : organiser une redistribution équitable des profits des sociétés d’autoroutes, non seulement entre l’Etat et les salariés, mais aussi vers les usagers.

    1. bob razovski

      Hi hi… renationalisation…

      Une relation qui bosse chez ASF m’avait parlé de ça, et pourquoi ça n’arrivera jamais : Ca ferait une palanquée de fonctionnaires en plus, direct.

      par contre, beaucoup d’employés n’attendent que ça, on se demande bien pourquoi.

      Donc, à moins de faire un montage compliqué (toujours possible, nous sommes chez les fous) pour une nationalisation au profit de la territoriale (histoire qu’on masque ces créations de fonctionnaires) plutôt qu’étatique, peu de chances que ça aboutisse.

      1. gameover

        Rigole pas !
        Leur capacité de nuisance est inconnue et c’est justement parce que tu penses que ce n’est pas possible que ça peut arriver.
        Entre 2 solutions ils choisissent rarement celle qui fonctionne.

      2. Aristarque

        Si le socialisme marchait, l’ URSS serait toujours là et comme première puissance mondiale, de surcroît… Bon cela dit, les grèves des fonctionnaires des péages seraient très bien comprises et admises par les Grançais.,.

  32. bulltrap

    Beau tir groupé à ce propos le 28/10

    14ème législature – QE 67833 M. Jean-Pierre Blazy (SRC) – Val-d’Oise
    voirie – autoroutes – sociétés concessionnaires. recommandations de l’Autorité de la concurrence. politique tarifaire. perspectives
    Ministère : Transports, mer et pêche Publiée au JO le 28/10/2014
    Être alerté de la réponse

    14ème législature – QE 67832 M. Alain Bocquet (GDR) – Nord
    voirie – autoroutes – sociétés concessionnaires. recommandations de l’Autorité de la concurrence. politique tarifaire. perspectives
    Ministère : Transports, mer et pêche Publiée au JO le 28/10/2014
    Être alerté de la réponse

    14ème législature – QE 67831 Mme Marie-Hélène Fabre (SRC) – Aude
    voirie – autoroutes – sociétés concessionnaires. Autorité de la concurrence. rapport
    Ministère : Transports, mer et pêche Publiée au JO le 28/10/2014
    Être alerté de la réponse

    1. gameover

      Quand on voit les termes utilisés on ne se demandait déjà pas s’ils savaient de quoi ils parlent, mais là ils devaient être bourrés : il disent que l’état a vendu les autoroutes alors que ce sont des concessions.

      Un point qu’ils n’ont pas pris en compte est que la valeur des autoroutes sera égale à zéro à la fin de la concession (valeur temps) et que donc les sociétés d’autoroute doivent récupérer le capital engagé donc ce n’est pas du tout « tout benef ».

      Lors de la privatisation l’état est complètement passé à travers le fait que les sociétés allaient faire remonter l’endettement au niveau des sociétés mères et que ces sociétés mères allaient payer beaucoup beaucoup moins d’impôts sur les sociétés (300ME en moins par an pour Vinci). Les sociétés se remboursent sur le dos de l’état, bien vu.

      « • À l’issue d’un appel d’offres, l’État a ainsi récupéré 15 milliards d’euros qu’il convient d’ajouter aux 2 milliards déjà perçus à l’occasion des ouvertures de capital engagées en 2002, a transféré un programme d’investissement de 4,4 milliards et une dette de 19,5 milliards d’euros. À ce stade, il est important de rappeler que les autoroutes n’ont pas été privatisées et restent la propriété de l’État qui en disposera totalement au terme des contrats de concession, apurées de toute dette. »

      autoroutes.fr

Les commentaires sont fermés.