Les Stress tests sont formels : on peut continuer à s’endetter !

Ça y est, la Banque Centrale Européenne a fini ses petits calculs, et ils sont formels. Vous pouvez desserrer votre cravate, ouvrir un bouton de culotte, nous sommes entre nous, détendez-vous, tout va bien.

Et à la BCE, le bricolage statistique sur des chiffres financiers de banques européennes, on appelle ça « stress-test ». C’est un nom pratique pour une méthode qui consiste, à partir d’hypothèses plus ou moins crédibles, à établir comment réagira un ensemble de banques. En principe, il s’agit essentiellement de savoir si, en situation de stress (manque de liquidité, augmentation du chômage, crise obligataire par exemple), une banque pourra continuer ses opérations ou non. Et si elle ne le peut pas, quels seront les impacts sur les autres banques et sur le système financier en général.

Ce n’est pas la première fois que la BCE tripote du chiffre financier pour établir une sorte de bilan général des banques européennes. En 2010 et en 2011, elle avait déjà réalisé cette opération, avec une crédibilité douteuse : entre les banques qui avaient passé les tests avec succès et s’étaient retrouvées, quelques mois plus tard, en grandes difficultés, et le bail-in des comptes chypriotes (le « chyprage ») en mars 2013, la réalité et les troubles économiques rencontrés ont clairement montré que les tests pratiqués ne valaient pas tripette.

C’est probablement pour cela que ces tests ont mobilisé d’importantes ressources de la BCE, afin de rendre cet exercice un tantinet plus vraisemblable auprès d’un public (financier) un peu plus averti. L’autre raison évidente du gonflement des moyens (techniques et médiatiques) derrière ces tests est l’union bancaire européenne à venir, dont la première étape au quatre novembre prochain permettra à la BCE de placer directement sous sa supervision plus d’une centaine de banques européennes.

sapristi !Ces tests ont permis de découvrir avec stupeur que les banques de certains pays ne sont pas dans de bonnes positions, non, sans blague, et sapristi. Et ces pays (l’étonnement continue sur sa lancée) sont l’Italie, la Grèce, Chypre et le Portugal. Vraiment, on vole de surprises en surprises : ces pays correspondent de façon étonnante avec ceux dont les finances ont été clairement mises à mal par les mouvements de taux dans les dernières années, qui ont accumulé un paquet de dettes, et dont les banques étaient déjà connues pour avoir pris beaucoup de risques jusqu’à présent. Autrement dit, les imposants calculs de la BCE ont permis de confirmer ce que tout le monde savait déjà, peu ou prou. Reconnaissons à l’organisme bancaire le mérite d’avoir fait une jolie liste propre sur elle, plus simple à manipuler journalistiquement parlant.

Pour la crédibilité, cependant, on pourra continuer à se poser des questions. En effet, pendant ce temps, les banques françaises passent avec succès les mêmes tests, jarret vif et œil pétillant, sourire Pepsodent de mise avant d’aller trottiner loin du stand de contrôle anti-dopage. Et puisque nous nous « étonnions » quelques lignes plus tôt de trouver des banques italiennes, portugaises ou chypriotes dans les banques problématiques, continuons de nous étonner de n’y point trouver de banques françaises lorsqu’on se rappelle leur leverage ratio (qui est le rapport entre leurs actifs et leurs fonds propres). Et dans ce domaine, les petits graphiques de J.P. Chevallier permettent de bien comprendre l’écart entre les ratios souhaitables et ceux observés.

2014.02.24.2.sifisleverage

Comme on le constate, les banques françaises (colonnes rouges, ici) ne sont pas franchement en bonne position. Et même en oubliant commodément ces éléments (pourtant peu rassurants, et plutôt en contradiction avec les résultats claironnés par la BCE), on ne peut pas s’empêcher de noter que les hypothèses retenues par l’institution européenne sont, observées à la loupe, tout à fait crédibles :

  • on n’a tenu compte de la déflation qu’à partir de 2016, parce que, parce que bon, voilà. Tant pis si elle est déjà là. On appellera ce qu’on vit actuellement « récession », on en mettra deux années – 2014 et 2015 -, et ça fera bien l’affaire. Bisous.
  • on va tenir compte des créances douteuses, mais pas des dettes souveraines. Fastoche. Peu importe ce que feront les banques, les États se débrouilleront très bien pendant ce temps. Effets de bords ? Allons. Respirez.

Pas étonnant, dès lors, de voir, sur certains sites financiers informés, les hypothèses de Draghi et sa bande tournés en dérision : comment voir comme un vrai stress l’hypothèse à trois ans d’une inflation résolument positive alors qu’elle est déjà dangereusement basse ? Pour rappel, les hypothèses de calcul sont d’une inflation à 1% en 2014, alors qu’elle arrive péniblement à 0.5% actuellement. On se demande si, en 2016 et à ce rythme, elle parviendra vraiment à décrocher les 0.3% pris comme hypothèse basse dans ces exercices.

ECB stress test adverse inflation assumptions

Mais voilà : la BCE ne peut pas se permettre de juger trop sévèrement les banques dont elle doit s’assurer la survie à tout prix. Juge et partie, elle ne peut pas risquer, en établissant des tests rigoureux, de montrer à la face du monde qu’un nombre important de banques sont en grandes difficultés, à commencer par des banques dites systémiques et dont les problèmes seraient par définition de nature à mettre en cause tout l’édifice financier mondial. Parallèlement, cette même BCE a mis en place des mécanismes plus ou moins complexes de rachat des dettes souveraines émises par les États, et des facilités de crédit très larges pour les mêmes banques qu’elle va ensuite juger. On comprend qu’à ce petit jeu, annoncer que des banques majeures sont, tous comptes faits, pourries, revient à dire que la BCE soutient à bout de bras des zombies, ce qui n’est ni souhaitable, ni même dans son mandat.

dupondt nous nous tenonsEt puis, accessoirement, une volée de stress tests catastrophiques enverrait un signal désastreux sur les marchés financiers qui achèveraient la panique induite par les mauvais résultats. Rapidement, ce qui n’était que testé prendrait corps et tout ce petit monde, se tenant par la barbichette en apesanteur à l’instar des deux Dupondt flottants dans la fusée lunaire, retrouverait douloureusement contact avec le sol ferme et dur de la réalité économique indépassable.

Bref, la BCE, en réalisant cette étude, n’a rien démontré du tout et permet essentiellement de fournir quelques arguments boiteux à des médias tous trop heureux de bondir dessus pour relayer la bonne parole : non, il n’y aura pas de problèmes en Europe, et de toute façon, si jamais il devait y en avoir, tout est sous contrôle, tout a été prévu, calibré et bien pensé en amont. Ne vous inquiétez pas.

Et mieux encore, ces excellents résultats (bidons) permettent aux uns et aux autres de claironner dans leurs papiers et sur les ondes que maintenant, fini la bonne excuse des banques d’une délicate situation économique pour refuser des prêts aux entreprises. C’est dit : « Les banques ont les reins assez solides pour accompagner les entreprises dans leur développement, et elles n’ont plus d’excuse pour traîner du chéquier. » Que les dépenses reprennent ! Que les entreprises et les particuliers recommencent à s’endetter, vite !

Il en va de la survie de tout ce bazar à crédit, voyons !

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires214

  1. Aristarque

    C’était l’essentiel face au public qui pouvait s’inquiéter de l’empilement des dettes : lui dire que personne ne risque rien, aucune avalanche ne menace, etc…

            1. Lepoilux

              Je crains, quant à moi, qu’elle ne les repasse; et sans les réchauffer. Une fessée à froid est toujours plus douloureuse, comme un pensum lorsque l’on n’a pas appris sa leçon. Je suis un peu plus pessimiste que vous: l’Histoire se répète au même rythme que les bêtises.

        1. Higgins

          A mon avis, les clowns qui président à notre destinée ont hérité des gênes des généraux du GQG de l’époque: absence de vison stratégique, culte du moi exacerbé, persistance dans l’erreur, etc… Question: qui est le descendant de Gamelin? Je n’ose poser la question pour Pétain et Laval.

        1. bibi

          La ligne Maginot a bien été franchie car elle s’étendait sur la totalité des frontières belge luxembourgeoise et allemande de la France ainsi que sur une partie des frontières suisse et de italienne car les alpes étaient infranchissables.
          Le gros des efforts de défense était situé au niveau des frontières luxembourgeoise et allemande délaissant les Ardennes car jugeait impénétrable et l’on sait ce qu’il est advenu les chars nazis ont tracé à travers les Ardennes et enfoncé la ligne Maginot qui n’était pas prévu à cet endroit pour résister à une telle offensive de blindés.

          1. MadeInCH

            Il me semblait que, pour des raisons politiques, il avait été originalement décidé de ne PAS continuer la Ligne sur la frontière belge, pour ne pas donner l’impresion à cet allié que la France l’abandonnerait à son sort.
            La construction de la Ligne près de la Belgique a été finalement entreprise trop tard pour être efficace lors du début du comflict.

            Et de toute façon, yavê les Ardennes…

          2. Deres

            La ligne Maginot proprement dite ne couvrait pas la frontière Belge. C’est un abus de langage de désigner avec ce terme toutes les constructions défensives des frontières françaises.

            Le niveau de qualité des extensions tardives n’avait rien à voir avec l’original. En particulier, ces extensions n’étaient généralement formés que de lignes de bunkers d’infanterie non connectés moins sophistiqués alors que la force de la ligne Maginot reposait principalement sur des ouvrages, c’est à dire des ensembles de bunkers interconnectés par des souterrains dont les plus gros avaient une artillerie très puissante sous blindage.

            1. Higgins

              Oui. Ces derniers ont résisté jusqu’à la signature de l’armistice. Je crois me souvenir que l’équipage de l’un d’entre eux a d’ailleurs reçu l’hommage de l’agresseur, le droit de garder ses armes et n’a pas été fait prisonnier.

            2. Aristarque

              Oui mais même là où elle se trouvait continue et achevée au long de la frontière allemande, la propagande grançaise mettait effectivement l’ accent sur les ouvrages pour l’ artillerie orientable sous coupoles rotatives, même si les 360 degrés leur étaient impossibles techniquement. Elle oubliait juste de dire que ces bijoux étaient peu nombreux au vu de la distance de frontière à couvrir. La conception de base était aussi moderne que celle du mur d’Hadrien en « Ecosse » ou de la grande muraille de Chine ou des fortifications a la Vauban. C.a.d. un obstacle pour la seule infanterie, obstacle faiblement renforcé par des simples mitrailleuses. Donc, sans parler des attaques aériennes, un pilonnage à partir de chars semi-lourds ou d’ artillerie automotrice aurait suffi à percer rapidement des brèches qui ne buteraient pas sur des lignes secondaires. J’ élude la possibilité de troupes aéroportées déposées immédiatement derrière dans la mesure où cette ligne n’ avait pas une défense arrière très sérieuse, ce que les Teutons ont démontré par leur contournement express et la prise au piège des lignards…

              1. Nicolas

                Si les ennemis ne respect pas les règles, qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse, sérieusement ?

                C’est qu’on avait étudier à fond la guerre de 70 !

                On pouvait pas deviner que les choses changes, car enfin nous sommes des français, pas des ultra-libéraux à la solde de la science du fric et du Pape…

          3. Aristarque

            Baptiser ligne Maginot les quelques bunkers éparpillés avec des intervalles énormes (plusieurs centaines de mètres minimum) entre eux, au long de la frontière belge est une ineptie. Il ne fallait effectivement pas donner aux Belges l’ impression qu’on se barricadait à leurs dépens. Mais il y a eu aussi des contraintes budgétaires qui ont aidé à cette décision… De toutes façons, au cours de la WWII, le concept de forteresses statiques à l’ ancienne a été définitivement démodé et rendu obsolète. Les Belges qui articulaient leur défense autour d’ un réseau de forts avaient tout prévu pour les rendre inexpugnables, sauf une attaque par voie des airs, celle que les Teutons ont choisie en posant des planeurs et des parachutistes directement au plus près des coupoles blindées d’ artillerie qui ont été neutralisées en un tour de main. Quant au mur de l’ Atlantique, il a été tout aussi inutile puisqu’il n’ a pas été affronté là où il était le plus puissant mais là où il y avait des grands trois… Il est vrai que les Teutons considéraient que des ports en état de fonctionnement seraient indispensables aux « envahisseurs ». Nous connaissons la suite…

  2. Aristarque

    Le sourire Ultra Brite est plus éclatant que le Pepsodent qui ne garantit que l’ absence de bobo aux dents. Mais pour des Sans-Dents, cependant…

      1. Kazar

        Nous l’attendons avec impatience, car ce nouveau prélèvement qui peut sembler anodin est en réalité mortifère, il va devenir impossible pour de nombreux dirigeants majoritaires de se rémunérer sans être littéralement spoliés !!!

        1. Flo

          Cela a été fait en 2013 pour les TNS. De mon point de vue cette agression a marqué une rupture définitive.
          Depuis c’est la guerre.
          Plus de salarié, plus d’investissement, plus de véhicule de société, plus jamais d’embauche, réduction de rémunération, limitation intentionnelle du CA…
          Quand je vois ce que l’on peut éviter de verser à ces racketteurs en toute légalité et à l’échelle d’une toute petite structure en seulement une année et sans presque rien changer à son mode de vie, j’imagine ce que ça donne, et ce que ça va donner quand des dizaines de milliers de sociétés plus ou moins importantes vont faire de même.

          1. Christophe

            Bravo Flo ! Enfin quelqu’un qui a tout compris.

            Atlas Shrugged.

            Vous multipliez votre cas par X… et c’est game over pour la mafia pseudo étatique.

            Nous allons les saigner.

          2. Kazar

            Tout à fait, cela avait été fait dans la plus grande indifférence pour les gérants de SARL, et c’était déjà un scandale. Nos gouvernants sont des idiots et non des entrepreneurs, ceci explique cela…
            Votre démarche est la bonne : réduire la voilure, et éviter au maximum le racket, en attendant d’éventuels jours meilleurs.

          3. Régis33

            C’est tout à fait ça , le truc avait été concocté sous Sarko , et depuis je ne me verse plus rien en dividendes , et donc au lieu d’avoir un % de quelque chose , les racketteurs ont un % de rien du tout . 🙂

        1. Deres

          Faudrait faire la courbe hebdomadaire des augmentations d’impôts suivant la promesse de la fin des dite augmentation d’impôts. Je pressent que ce sera un peu comme la diminution des dépenses de l’Etat, le changement sera complètement invisible entre avant et après la promesse …

          1. Flash

            Les cotisations sociales ne sont pas des impôts.

            Oui, je sais, c’est du foutage de gueule. Mais avec les socialistes à la Michel Sapin, il convient de disséquer les mots.

            Vous me direz qu’entre le flou, les renoncements et autres, c’est complexe de parler le socialiste couramment.

            1. bibi

              Première leçon pour bien parler le socialiste.
              Dénomination du ministre de l’économie.
              On ne dit plus Michel Sapin mais Michel Plug Anal.

        2. Kekoresin

          Pour financer les syndicats!!! C’est un peu comme si le condamné à mort devait participer financièrement au salaire du bourreau…

            1. Kekoresin

              « Il n’y a pas de différence entre communisme et socialisme, si ce n’est dans la façon d’atteindre le même but ultime : le communisme propose l’esclavage par la force, le socialisme par le vote. La différence est la même qu’entre le meurtre et le suicide. » Rand

          1. Vodkaman

            Je crois que c’est pourtant ce qui se fait en Chine, dont, d’après Séguignol Royalitude, la justice Grançaise ferait bien de s’inspirer. Les munitions servant à l’exécution des condamnés sont facturés à la famille de ce dernier…
            Difficile de faire plus cynique.

            1. val

              @Vodkaman Tttt ….Si si on peut , apres on recupère les organes , les corps , même que des « artistes » s’en sont servis pour faire des « oeuvres d’arts » et il y a même des co** d’occidentaux pour être allés les « admirer » .
              Partis comme on est , dans la prochaine guerre on fera visiter les prochains camps d’extermination aux touristes , façon disney moderne.

          2. MadeInCH

            Je crois que, en Chine, la famille de l’exécuté reçoit la facture de la balle.
            .
            Cela dit, je trouve qu’une balle dans le tête est une exécution bien plus humaine que la chaise électrique, la chambre à gaz, l’injection léthale ou la pendaison.
            .

            1. Kekoresin

              L’incitation au scuicide est beaucoup plus humaine, discrète et économique. Nos dirigeants l’ont bien compris, c’est d’ailleurs leur seule réponse valable à la diminution du chômage!

            2. channy

              je ne sais pas si c est toujours d ‘actualité mais il y a encore 20 ans les détenus en Chine étaient montés sur un camion , avec une pancarte autour du coup qui expliquait leurs méfaits..après une belle ballade en camion dans la ville durant laquelle un policier ne manquait pas d annoncer par mégaphone l’heure et le lieu de du spectacle, jugement public au stade de foot local devant un public nombreux . Après le verdict on emmenait le condamné dans un terrain vague ou il recevait une balle dans lu nuque
              attaché à un beau poteau sur lequel était peint le verdict du tribunal populaire.
              Puis comme pour les avis de décès chez nous, affichage public des avis de mise à mort

    1. Kekoresin

      Dans la tête du coeur de clientèle socialiste de droite et de gauche, les dividendes sont synonyme de fuite fiscale au profit d’escrocs actionnaires qui se payent des jets privés et des bagnoles de luxe. La réalité c’est une multitude de patrons de TPE qui se font leur salaire sous forme de dividendes, c’est à dire la fine couche de poussière qui reste après le passage des pelleteuses de l’état et ses sbires.

      Oui les socialos aiment l’entreprise, enfin plutôt les gentils salariés, les investissements, les syndicats, mais certainement pas les entrepreneurs!

          1. petit-chat

            Oui, c’est mieux ! J’avais bien pensé à un cancer squattant un corps sain, mais j’avais du mal à le formuler en un phrase concise…

    2. barbatruc

      Merci pour l’info … Cette idée de soumettre les dividendes à cotisation sociale était dans l’air depuis un an, mais je ne croyais pas qu' »ils » auraient osé. Calcul fait pour moi et mon épouse détenant respectivement 51/49 des parts c’est un doublement des cotisations sociales pour 2015.
      Doublement des charges sociales = tréso dégradée = fermeture de la boutique dans des délais très courts.
      Merci pour ce moment Francois.

      1. Adolfo Ramirez Jr

        Surtout que les dividendes, c’est déjà tout ce qui reste… Après impôts et charges! L’Etat s’est déjà largement sucré!

  3. Christophe

    « Whatever it takes ».

    C’est Draghi qui l’a dit. Lui-même.

    Occuper la galerie, occuper les médias avec des « stress-tests », doser les fuites, organiser des psychodrames (« le budget 2015 de la France sera t il refusé ? ») etc. tout cela participe de l’entreprise démente, forcenée pour faire tenir l’Euro.

    Whatever it takes.

    La situation devient orwélienne. Bientôt ils nous diront que l’eau ça ne mouille pas, si cela doit sauver l’Euro.

    Distorsion complète des mots, de la Réalité.

    Voilà pourquoi devant ces cataractes de nimportnawak, de démence collective, il convient de revenir sans arrêts aux fondamentaux : la thune, l’emploi.

    Voilà les juges de paix. Les vrais marqueurs.

    Avec au bout une vérité historique indépassable : quand les gens seront à la soupe popu, alors il y aura une révolte, un changement de paradigme (vers mieux ou pire, c’est un autre débat).

    Donc vive la faillite !

    Seule la faillite nous permettra de recoller avec le Réel.

    1. royaumont

      Bien sûr, l’UE n’a qu’un seul objectif : sauver l’Euro, à n’importe quel prix. Pour cela, les grecs vont manger de la vache enragée pendant 30 ans. Pour cela Chypre a nié le droit de propriété.
      Alors pourquoi sauver l’Euro ? Parce que c’est une arme prodigieusement efficace pour assurer le pouvoir de l’administration européenne sur les pays de l’UE. Et de s’affranchir à peut près totalement des souverainetés populaires.
      Nous assistons à un véritable coup d’état, auquel nos représentations nationales prêtent la main, trahissant leur principale mission.

    2. Laurent

      Est-ce que les gens seront en capacité de se révolter ? On peut en douter.

      Il y a un tel décalage entre l’information diffusée partout « no problem les banques sont solides », et la réalité analysée ici ! Quand elle se prendra le mur à pleine vitesse, la population n’aura aucune idée de ce qui lui arrive ! Elle trouvera de faux coupables (l’immigration, la mondialisation, la finance, etc) et réclamera des solutions encore pire ! De là, on peut penser que le chaos n’est plus très loin…

      Souhaiter la faillite pour enfin repartir du bon pied me semble être une douce utopie qui risque de ne jamais arriver.

      1. Aristarque

        C’est d’ avoir la capacité de repartir du bon pied qui est douteux. Pas la faillite. Il n’y a pas d’exemple connu de cigale vivant à 125% (en moyenne grossière) de ses capacités financières pendant des décennies qui ne se termine en catastrophe. Sauf si un riche oncle d’ Amérique ne la transforme en sa légataire universelle ou si elle fait des hold-up sans se faire gauler ou si elle imprime de la monnaie ou si elle charme ses créanciers. Aucune de ces hypothèses n’ est impossible totalement à se réaliser mais c’est très faible néanmoins en probabilité…

        1. petit-chat

          Repartir d’un bon pied ?
          Pas possible car il n’y aura plus de ces petites entreprises (commerçants, artisans) pour donner à bouffer ou rendre des services, ni de moyennes entreprises pour fabriquer le nécessaire. Le fond du gouffre se rapproche à la vitesse de la lumière.

        2. Laurent

          Entièrement d’accord !
          Se prendre le mur ne sera pas suffisant pour remonter la pente. Nous vivons depuis tant d’année dans un état d’hallucination mentale, que le réel mettra du temps à sortir du nuage de poussière… D’où une longue période de chaos à prévoir. Comme en Russie après la chute de l’URSS (nous y sommes encore). Ou comme en France après la révolution.

          1. Nicolas

            Au final, les crétins de gauche vont atteindre leur objectif d’Egalité : la France aura rejoint le club majoritaire des pays sous développée..

            Manque plus qu’une République Islamiste, ou tout du moins un peu de multhi ethnicité comme au proche orient, et ça sera l’orgasme total pour le socialio..

        3. Deres

          Ou si elle conquière ses voisins pour se financer. Mais même cela a une limite quand elle s’attaque à trop grosse pour elle, car à force de rouler sa dette, on a besoin de victime de plus en plus grosse.

          1. Aristarque

            C’est une hypothèse inenvisageable pour la Grance en son état actuel. Au motif qu’ elle n’ a plus d’ armée, même professionnelle, en quantité suffisante. En faisant fi des autres paramètres qui entrent dans le calcul, conquérir un voisin ne suppose pas que l’ action de mettre à plat son armée reste sans suite. L’ appropriation de ses richesses va nécessiter une occupation militaire avec pacification. Or cette pacification était estimée, pour la période WWII à un militaire pour un lot de population de 80 à 120 personnes, selon le degré d’ urbanisation (plus la population est concentrée dans des villes, moins il faut de monde proportionnellement pour la contrôler. Disons qu’ actuellement, nous serions immédiatement opérationnels pour le Luxembourg. Même la Belgique me paraît déjà trop grosse. Quant à la Suisse, avec son système de militaires de réserve, ce n’est même pas envisageable en rêve, même sec!… Alors bien sûr, il est loisible de fantasmer sur une remilitarisation proportionnée de la Grance. Je vous laisse le soin de trouver les budgets, d’ annoncer au bon peuple la réinstauration du SM, etc… Que du plaisir… 😆

            1. Higgins

              Pour avoir eu un aperçu assez privilégié des forces militaires suisses il y a de cela dix ans, je n’essaierai surtout pas même après la décrue que ces dernières ont connue il y a quelques années. Ce serait très long, très difficile et très douloureux (et pas que pour le porte-monnaie).

      1. Higgins

        Je ne sais pas si ça aura lieu en 2015 mais, bien que je sois convaincu philosophiquement par l’idée européenne, j’adhère de moins en moins à sa présentation actuelle. Elle m’apparaît de plus en plus comme étant avant tout placée sous l’égide des copains et des coquins. Pas sûr qu’elle mérite de survivre.

        1. Flash

          Idem. Je crois profondément à la nécessité, pour les peuples européens, d’agir de concert.

          Mais ce gros machin bureaucratique ne me paraît guère adapté. Le principe de subsidiarité n’est pas respecté d’un côté, les Etats se défaussent de leur responsabilité de l’autre côté.

      2. Deres

        Malheureusement, je pense que vous avez probablement tort …
        Ils tiendront le bouzin par tous les moyens. On est probablement parti sur un statu quo avec une croissance très faible et des dettes croissantes pour très très longtemps. Il n’est pas possible de prévoir l’arrivée d’un choc faisant s’effondrer l’édifice actuel. Je pense d’ailleurs au contraire que la construction européenne actuelle est très résiliente car elle est prête à tout sacrifier pour se prolonger.

        1. Nicolas

          C’est certainement leur objectif : une faillite longue, douce, quasi imperceptible sur des années.

          Les gens seront chaque années plus pauvres, comme en réalité les français depuis 20 ans, mais n’en auront pas conscience.
          (Toute façon, vous avez vu les USA ? Que nous sommes favorisé de ne pas y vivre !)

  4. Higgins

    L’Institut des libertés s’est livré à une analyse équivalente (http://institutdeslibertes.org/tests-de-solvabilite-la-grande-tartuferie/). Ses conclusions rejoignent peu ou prou celles de JP Chevallier. Par ailleurs, j’ai entendu il ya quelques minutes sur BFM Business que les marchés n’étaient pas dupes. Reste que tout ce que pays compte de bonimenteurs et arracheurs de dents se félicite de ces brillants résultats qui confirment la « justesse » des politiques suivies.
    Par ailleurs, les confères de Mme Bulteau (dont le niveau des interventions confirme une certaine histoire drôle) ont assassiné hier soir par un amendement, dont la rouerie n’a d’égal que l’imbécilité, une des rares fenêtres encore laissées aux entrepreneurs (http://www.economiematin.fr/news-plfss-2015-amendement-socialiste-entreprises-paiement-fromantin). L’aphorisme de Reagan n’a jamais été aussi juste: « Si ça bouge, taxez-le. Si ça continue à bouger, régulez-le. Si ça s’arrête de bouger, subventionnez-le. » La chambre d’enregistrement se pisse littéralement dessus. De toute manière, elle n’est bonne qu’à ça.

  5. La Rédac des News du Système

    Décidément…

    ••• Stress tests bancaires : Bercy se félicite que la BCE « n’ait rien vu du tout »

    (…) Dans un court communiqué transmis aux rédactions dans la foulée, le ministère des finances se félicite chaleureusement que la banque centrale « n’ait rien vu du tout aux bricolages massifs des grands groupes bancaires français (…)

    La suite sur http://wp.me/p55j1d-5D 😀

    1. Kekoresin

      Tout le monde bricole! Le marketing institutionnel bat son plein pour éviter la panique et le piétinement des bébés tout mignons dans la ruée vers les issues de secours cadenassées. Ce stress test sent bon le « pourvu que ça dure ».

      H16 a raison, la chute n’est rien, seul compte le contact avec le trottoir en béton! Tous les pays occidentaux et émergeants sont devenus « too big to fail » dans ce gigantesque jeu de dominos…

  6. lolo

    Ce n’est pas pour rien qu’a Bruxelles les lois permettant la fermeture d’une banque en une nuit ont été votées dimanche dernier.

    Ils flippent tous d’un possible Bank Run, on va se retrouver comme les Bulgares avec porte close pour récupérer notre pognon.

    Et chose amusante dans ces stress test pas stressant du tout, Dexia est montrée du doigt (discrètement) mais n’est tout à coup plus Française du tout…

    1. Flash

      J’aimerai bien qu’on mène une enquête sur les rapports entre Rebsamen, la ville de Dijon (dont il était maire) et Dexia (dont il était un des administrateurs).

      Dijon a négocié des emprunts toxiques avec Dexia.
      Autrement dit, Rebsamen le maire a négocié des emprunts toxiques pour sa ville avec une banque dont il était un des administrateurs.

      C’est passionnant, je trouve, comme situation.

      1. Aristarque

        Tout en ne comprenant rien à ce qu’ il signait, vu la complexité des hypothèses gérant le calcul du taux d’intérêt variable… Argument de base de défense des maires pris dans les filets…

          1. Aristarque

            C’est un argument de défense politique qui devrait en réalité sanctionner encore davantage l’ élu indélicat… Mais cela suppose que les électeurs acceptent la conclusion qu’ ils avaient élu un imbecile pour les représenter, déduction que la majorité d’entre eux se révèle incapable de tirer puisque cela revote inlassablement pour les mêmes. Tant que les cocus sont contents, il n’y a aucune chance de tarir les vocations d’ écornifleur…

            1. gameover

              Le gars s’est mis un coup de marteau sur le doigt et en appelle à la responsabilité du fabricant du marteau et à le responsabilité collective.

              Ca me rappelle cette gamine vue hier dans un reportage TV. Sommée de quitter les lieux du barrage par la force publique elle n’obtempère pas et ramasse la grenade qui explose dans sa main… pas trop de bobos mais elle va porter plainte !

              Elle voulait en faire quoi de cette grenade ?
              ____________
              Sinon on voit bien ici le rôle ambigu de la police dans cet état totalitaire. Généralement, mais plus particulièrement dans le cas de Dexia ou de ce barrage, elle serait beaucoup mieux respectée si elle ne représentait pas les intérêts de l’état et des collectivités locales mais ne faisait qu’appliquer des décisions de justice prises dans des dossiers dont l’état n’est pas partie.

            1. Nicolas

              « la justice a tranché en faveur de dexia »

              Cool. Donc l’état va payer, en fait.
              Sinon, c’est l’état qui risqué de payer, donc..

              1. Aristarque

                Non, justement! Ce sont les étages territoriaux qui vont devoir payer parce que l’ Etat grançais est garant des pertes de Dexia… Donc, l’ Etat s’ est préservé en claquant l’ histoire du TEG mal calculé, indiqué, etc… Pour le con de tribuable résidant dans un district où ses représentants ont abusé, il paiera localement au lieu de payer nationalement (mais un peu moins because la solidarité…) Il n’y a rien que de très normal finalement à ce que ce soit le « bénéficiaire » des équipements théoriquement construits avec ces emprunts qui paie la note… Vae victis, comme d’ hab…

          1. lolo

            Vui, les banquiers se frottent déjà les mains !

            S’ils font bien vite, vont pouvoir coller du taux variable basé sur l’actuel, et ont sait bien qu’ils vont sacrément grimper d’ici quelques temps.

            Je crains pour eux qu’ils n’aient pas le temps d’en placer beaucoup

        1. Higgins

          M’étonnerait fort qu’il ait financé l’achat de son domicile avec un tel prêt. Sont pas tout à fait con quand même, nos zélus.

        1. Calvin

          Les seuls scandales en France sont révélés dans le « Canard » lorsque les politiciens acceptent que cela soit révélé.
          Soi pour dégommer l’un d’entre eux, soit pour imposer une nouvelle législation…

          1. Aristarque

            Dans ton canton, rapporte le Point, la gestion du Centre hospitalier de Marseille (3me de Grance) serait, en résumé, un cas d’ école de tout ce que l’ on peut imaginer en gabegie, népotisme, clientélisme débridé une so weiter… La SS est encore à flot dans le Vieux Port ?

          2. Caton

            Je me souviens d’un journaliste du Canard m’expliquant que son journal ne souhaitait pas enquêter sur la mort de Patrice Pelat : « les crises cardiaques c’est contagieux, » expliquait-il…

      2. Kekoresin

        Des enquêtes, il y en a mais nos dirigeants n’en ont rien à foutre car l’impunité reigne en maître. Quand bien même on réussit à prouver des évidences à la portée d’un enfant de 4 ans, ils ne risquent absolument rien. La justice fait des petites bulles avec son cul dans la bassine, et retour aux affaires!

        Ben oui, la paix sociale est à ce prix. Il faut sauver la crédibilité de ces mafieux qui nous oppressent, il en va de la démocratie et de l’ordre républicain. Un petit compromis avec la mafia est préférable à l’anarchie, vous comprenez? Allez, retournez vous coucher, l’état s’occupe de tout.

  7. Gerldam

    Le seul but de cette pitrerie était de gagner du temps en faisant croire qu’avec 6300 enquêteurs sur le terrain, cela faisait sérieux.
    Mais quel investisseur un tant soit peu raisonnable va croire cette bouffonerie? Ils ont déjà été échaudés avec les mêmes gamineries de l’autre côté de la mare.

  8. jeff

    Sans y connaitre autant que vous tous en finance bancaire, on se doutait bien que c’était bidon ! Le « Tout va bien, regardez ailleurs » annoncé dans les médias sans autre prémice est plutot suspect de toute façon.

    1. royaumont

      Bien sûr, la bonne santé proclamée des banques défie la logique :

      La BCE impose des taux bas et innonde le marché de liquidités.
      Les banques prêtent donc à tour de bras et à des taux anormalement faibles. Pour trouver suffisamment de clients, les conditions d’accès au crédit sont plus qu’accommodantes.
      L’économie restant atone, les créances douteuses se multiplient.
      Il y a donc un décalage entre le risque lié aux défaillances de remboursement et sa rémunération. Les portefeuilles de créances ne peuvent donc pas être rentables, sauf à se débarasser des créances douteuses.
      Comment les banques peuvent-elles être solides dans ces conditions ?

      Par ailleurs, les obligations souveraines constituent la majorité des portefeuilles de créance et sont réputées sûres. Si j’ai bien compris, cette hypothèse de fiabilité n’est pas remise en cause alors qu’elle constitue un risque majeur.

      1. Aristarque

        Où avez vous vu que les banques prêtent à tour de bras ailleurs que dans leur propagande? Pour ne parler que de l’ immobilier, les gazettes s’ extasient sur les très faibles taux actuels des prêts tout en mentionnant beaucoup plus loin dans les articles qu’il reste aux candidats emprunteurs à décrocher la timbale! Tellement les conditions idoines sont drastiques,,, Résultat, les prix de l’ immobilier, hors zones très tendues, continuent de s’ effriter au fil des mois et les panneaux à vendre prennent longtemps le frais avant d’ avoir un successeur. Ce n’est pas mon voyage d’ hier au long de la N6 dans le Morvan entre Auxerre et Chalon qui m’ aura prouvé le contraire. Surtout vu la vétusté gagnant nombre d’ entre eux, de ces panneaux…

        1. royaumont

          Vu les taux, le resserrement des conditions de crédit serait logique… Mais que font les banques des liquidités ? C’est leur métier de les placer. Donc, que devient cet argent ?

          La N6, j’aime beaucoup, mais entre Avallon et Saulieu c’est vrai que les maisons aux volets clos sont légions…

          1. Higgins

            JP Chevallier sur son blog apporte une réponse bien loin de celles avancées par les banques: http://chevallier.biz/2014/10/les-marioles-de-la-bce-leurs-tests-et-les-banques/

            Si vous remontez plus en avant, il explique que, compte tenu de l’absence de confiance (et oui, les dirigeants de ces établissements connaissent leur état réel) régnant entre elles, les banques préfèrent replacer l’argent distribué par la BCE à …. la BCE (à un taux moins élevé de surcroit). Le reste n’est que fumisterie. C’est une des raisons de l’enlisement économique actuel.

          2. Quiet Desperation

            Il y a même des villages entièrement vides en hiver…. entre Saulieu et Autun… du côté de Chissey en Morvan…
            et de l’autre côté, ligérien, Gueugnon, Digoin… sinistres… pourtant, quelle belle campagne…

            1. Higgins

              Certains villages des Deux-Sèvres ou de la Vienne, traversé récemment, n’ont rien à leur envier. La misère gagne du terrain en Socialie. Un des rares trucs qui augmente avec les impôts, le chômage et la dette.

            2. Aristarque

              Hier, sous le soleil, le Morvan au long de la N6 était splendide d’autant que peu de feuilles mortes se montraient, les arbres conservant un feuillage bien vert…
              Souvenons nous que Dieu, pour se faire pardonner d’avoir créé la France, y a placé les Grançais… 😥

              1. Quiet Desperation

                Certes, mais à titre de repentir, il a donné l’Auxois aux Morvandiaux… ah! Montbard, Alise, Chateauneuf, Bard, Semur (où j’ai ma rue)…

          3. lolo

            « Mais que font les banques des liquidités ?  »

            ben elle mettent en bourse, ne comptant pas sur d’éventuels bons résultats pour que ça grimpe, suffit de continuer la planche à billet pour continuer l’envolée.

            Les banques centrales injectent 200 milliards $ par trimestre pour maintenir le tout.

            Je sens qu’on va bien se marrer…

        2. royaumont

          Mea culpa, la production de prêts immobilier a baissé de 6% (vu sur contrepoint).
          Cependant la baisse des taux (2,5% !) n’a pas induit de resserrement des conditions de crédit, le rapport gain-risque n’évolue donc pas dans le bon sens…

          Question subsidiaire : la durée moyenne d’emprunt étant de 17 ans, si l’inflation redémarre ou que les taux remontent comment vont faire les banques avec leur stock d’en-cours qui ne rapportent rien ?

    1. Kazar

      Eh oui fallait avoir une Mia comme Royal 🙂
      Ah flûte, j’oubliais que cette entreprise soutenue par la susnommée a été liquidée en mars…

    2. Aristarque

      Pas grave! Cela ne fera qu’ enterrer un peu plus ce qui pouvait rester du haut de gamme dans l’ automobile grançaise… On pressent l’ augmentation des embauches qui va logiquement suivre pareille attention gouvernementale… R.I.P. De profundis et toussa… 😥

    1. Kekoresin

      Oui amis pigeons, honnêtes travailleurs cotisants con tribuables! Il vaut mieux aujourd’hui faire dans le traffic de drogue que vouloir exercer ses droits et sa liberté de citoyen, c’est moins risqué.

      Le fascisme est en marche cadencée avec un doux bruit de charentaises cloutées, prêt à régler son compte à tout individu, car l’individualisme est un crime de lèse majesté dans cette socialie égalitariste. Le socialisme, tu l’aimes ou tu meurs!

  9. Peste et coryza

    L’effondrement, vite !

    Sérieusement, je crains qu’il n’y ai plus que cette « solution » pour que les choses se desserrent enfin.

    A quelques détails près : les russes étaient préparés à l’effondrement de l’URSS (cause système inepte depuis 70 ans, ça aide à s’entrainer). Nous, non.

    1. Deres

      Le socialisme est une version soft du communisme. C’est très clair quand on comprend que la fraude tant décriée actuellement est une version soft du marché noir phénomène rampant en URSS et dans toutes les économies administrés. Comme le socialisme tend progressivement vers le communisme (en prenant son temps), la fraude tend tranquillement vers le marché noir.

      En fait la seule différence ente le socialisme et le communisme est juste au niveau de la dynamique. Ils partagent tous les deux la même utopie de nous amener vers un paradis social parfait. Les communistes croient que cela arrivé brutalement après le grand soir alors que les socialistes sont des gradualistes qui pensent que cela peut arriver par petites touches. L’URSS a duré 80 ans donc le socialisme peut durer beaucoup plus longtemps car il prend son temps pour faire les mêmes erreurs !!!

      1. Higgins

        Pour la route!
        « Le socialisme est monopoleur. Entre autres monopoles, il prétend constituer celui de l’intelligence et de l’humaine bonté. La doctrine la plus informe, la plus indigente, la construction théorique la plus anémique, le raisonnement le plus plaisant, se parent de prestiges, lorsqu’ils peuvent revêtir l’uniforme socialiste. »

        Ludwig von Mises

      2. Nicolas

        « Le socialisme est une version soft du communisme. »

        Nan. Le socialisme est la période de transition entre le libéralisme et le communisme. C’est parce que la Révolution n’arrivait pas que l’avant garde du prolétariat (le parti Social-Démocrate de Monsieur Lénine) s’est formé. Mais même eux ne prétendait qu’être encore au stade du Socialisme. Le communisme c’est le but. Par déf il ne peut jamais être atteint, puisqu’il y a toujours un fumier qui refuse d’être égal..

        1. Deres

          La grande question sera de savoir où sera notre Sibérie où mettre les goulags. C’est vrai qu’on a les Kerguelen qui pourraient trouver une utilité nouvelle …

          1. LeRus

            Pas besoin d’aller si loin. il suffit d’enfermer les gens dans les préfectures et les ministères et ils deviendront soumis et/ou fous en un tour de main. On y est déjà presque…

  10. petit-chat

    L’inflation officielle (INSEE) me fait marrer. Elle doit rester basse pour emprunter à taux bas, j’imagine. Et elle doit être réelle pour soulager la dette.
    On triche sur tous les tableaux,
    PIB + drogues + putes,
    inflation – ce qui augmente (logement, énergie, clopes)

  11. Greg

    C’est fou la différence de traitement de cette info… Chez nous en Suisse au JT l’autre soir, on m’informe que 25 grandes banques sur environ 150 ne passent pas le test, dont une française. En conclusion, la situation reste très délicate.
    Ça c’était la version tele en suisse romande…

    1. Aristarque

      De réputation, la banque est une institution beaucoup plus sérieuse en Helvetie qu’ en Grance… Avec laquelle il est préférable de ne pas la laisser déperdre… Warren Buffet estime qu’ il est toujours préférable de perdre de l’ argent, même beaucoup d’ argent que de perdre sa réputation…

  12. Kekoresin

    Les banques peuvent prêter aux entreprises, sauf que les entreprises ne demandent plus de crédits. L’investissement est au point mort car les commandes sont asséchées par un environnement surtaxé et terriblement instable fiscalement.

    L’intervention de Nicolas Doze est édifiante ce matin. S’obstiner à garder une boite en France tient du syndrome de Stockholm! Créer une entreprise dans ce pays revient à bosser pour un proxénète qui confisque ton passeport et te pique le fruit de passes. En gros, tu bosses 12h par jour à te faire enculer et tu finis ta journée par une bonne bastonnade sous le regard gogenard des passants qui te méprisent!!!

  13. Dr Slump

    Totalement HS, mais je viens de l’apprendre et ne peux pas m’empêcher d’en faire part:
    « Feu d’artifice écologiste au barrage de Sivens: un mort. Les frondeurs accusent les artificiers. L’état décide de stopper la construction du barrage. »

    Sinon, c’est officiel, en 2015 les entreprises auront désormais le choix de la mutuelle que leurs salariés n’auront pas le choix de refuser. Mais c’est parce qu’autrement, les smicards n’auraient pas les moyens de cotiser à une mutuelle. On met en commun les moyens pour obtenir de meilleurs prix, toussa… que voulez-vous qu’on puisse répondre à ça?

    1. Kekoresin

      Je n’ai déjà pas le choix de la mutuelle pour mes salariés pas plus qu’ils n’ont le droit de refuser!

      Le mec en costard Celio et cheveux gomminés venu dans ma boite prêcher la bonne parole en leur disant que c’était super, s’est fait insulté copieusement au vue de l’arnaque. Je ne suis même pas intervenu. Quand je leur ai annoncé que ça serait certainement fiscalisé sous peu (à l’époque cela n’avait pas été évoqué), ils ont pêté une durite!

      1. Higgins

        Sur ce point, je croyais que le choix de la Mutuelle était laissé à l’appréciation de l’entreprise. Les grosses sociétés d’assurance auraient voulu (veulent?) que ce choix soit fait au niveau des accords de branches avec, comme c’est curieux, l’appui des syndicats.
        Au-delà de ce constat, je vois que nous sommes face à une privatisation rampante et malsaine, typique du capitalisme de connivence qui règne dans ce pays, du système social, les mutuelles devant de plus en plus assumer les missions dévolues au départ à la SS. Je précise que, si je suis pour la disparition de cet organisme, ce n’est pas pour laisser la place à un système qui s’avèrera in fine plus mafieux. J’ai malheureusement le sentiment qu’on en prend la chemin.

        1. Dr Slump

          Pour le moment, les entreprises ont l’obligation de prendre la mutuelle choisie par leur branche professionnelle, dans le cadre de leur convention collective. Cela avait été décidé sous Sarkozy, donnant apparemment un avantage au groupe Malakoff (dirigé par Guillaume Sarkozy…), et dénoncé par les autres groupes au motif que cela ne respectait pas la concurrence. C’est sûr, ils veulent leur part du gâteau eux aussi…

        2. Petitpatapon

          La mutuelle était choisie par les partenaires sociaux au niveau national, avec une possibilité de déroger par un accord local. Dans ma branche, la mutuelle choisie au niveau national était ultra déficitaire en moins de 2 ans..Au niveau local, les syndicats ont fait des pieds et des mains pour choisir le même prestataire (organisme dans lequel ils siègeaient) et ce alors même qu’il était plus cher et moins disant. Dans les nouveautés, entre la portabilité, la diminution de l’ancienneté et le panier de soin minimum, ça va être augmentation des cotisations à tous les étages. Et ce n’est pas cette micro-dosette de liberté qui est celle du choix de la mutuelle (introduite par les juges et non le legislateur) par l’entreprise, qui permettra d’inverser la tendance…

          1. Petitpatapon

            J’ai aussi découvert cette année que les mutuelle payait une taxe dite contribution au forfait médecin traitant. Un taxe pour les personnes qui ont choisi leur medecin traitant lorsqu’elles vont le voir. Donc si on ne choisit pas de medecin traitant on est moins bien remboursé, si on choisit son médecin traitant on paie une taxe (via la mutuelle) c’est beau non?

            1. Aristarque

              La dernière blague qui arrive à ma famille est le brusque départ en retraite de l’ unique généraliste du village (installé depuis toujours) au 01er de ce mois, sans crier gare (il semble qu’ il ait pété un câble au vu de sa feuille d’impôts ou des tracasseries de la SS puisqu’il en parlait très amèrement depuis trois ou quatre ans). Donc, nous sommes déjà pénalisés par de moindres remboursements alors que nous n’ en pouvons de cette situation… A priori, selon mon épouse, nous pourrions prendre en référent le toubib le plus proche sur la commune voisine mais il a plus de 60 ans…. Donc, du souci à prévoir sur ce plan pour les très prochaines années… C’est beau, le constructivisme soce en action…

  14. Karamba!

    C’est la distribution des bons points? On devrait en profiter pour rendre à la France son AAA pour que la bonne humeur soit totale…

    1. Aristarque

      Ne soyez pas mesquin! Selon ce que la Grance s’ estime par la bouche de ses représentants, c’est au moins du AAAAA++ que nous méritons pour le moins. Comment cela, cette note n’ existe pas ? Et l’ exception grançaise???

  15. Nicolas

    La bonne nouvelle c’est qu’avec ce déluge de social, ont à vachement « d’enfants pauvres » en France.

    Comme quoi, le socialisme, ça marche !

    1. Adolfo Ramirez Jr

      Typique.
      On « invente » un problème (la pauvreté) et on tente de le résoudre en inondant de pognon… qu’on prélève un peu partout et surtout dans la poche des travailleurs.
      Donc on créé d’avantage de pauvreté chez les travailleurs et d’avantage de pauvres tout content de toucher leur chèque sans contreparties.

    2. Greg

      C’est ce que j’essayais d’expliquer à des collègues :

      Plus nous aidons les pauvres, plus il y a de pauvres ici en Suisse.
      Quand l’aide sociale permet un meilleur train de vie que le travail, comment voulez-vous diminuer la population au bénéfice de l’aide sociale ??

      1. carpe diem

        et nous en France, on est plus fort que tout le monde : on fait entrer en masse des gens qui ne savent ni lire ni écrire, qui ne produiront rien, n’inventeront rien et qu’il faudra entretenir du berceau à la tombe et dans le même temps , nous faisons tout pour laisser partir des gens diplômés, dynamiques et honnêtes qui ont des idées plein la tête et s’assumeront totalement. On est vraiment des petits génies. Le solde négatif de ces entrées-sorties, on va se le prendre en pleine poire dans les années qui viennent avec un appauvrissement général de l’innovation et une explosion de l’assistanat (c’est déjà en cours).

      1. Kekoresin

        Le seul détail manquant dans l’article, c’est que le financement de l’appart de luxe de ce mogoloïde provient à 97% de nos impôts!

        1. Quiet Desperation

          Et la petite ponction sur les fiches de salaire au bénéfice des syndicats à compter du 1/1/2015 ?
          Je n’arrive plus à retrouver le texte… qui l’a ?

          J’en arrive à penser toutefois que si une boisson mélangée inventée par ce célèbre russe dont j’ai oublié le nom venait – je sais pas moi… – laisser des traces fuligineuses, on dira, dans ce bel appartement… hé bien, voyez vous, je n’en serais pas totalement étonné, ni chagriné au reste….

          1. Kekoresin

            Tu veux parler du cockail Molotov, nom inventé par les finNlandais en l’honneur de ce fameux général soviétique qui leur balançait des colis humanitaires à fragmentation.

            Après le Paon, le Bang pschittt toutes les plumes qui s’enflamment …il est possible que sa roue pète!

            1. Quiet Desperation

              Merci beaucoup… je diffuse : en l’état des 130 000 euros de la réfection de l’appartement de M. Le Paon, la chose ne peut mieux tomber !

      2. carpe diem

        Vu à la télé hier, un gros c…… de syndicaliste type Cancer Généralisé du Travail la cinquantaine, bien gras et les cheveux gris longs, qui disait que l’affaire le paon ne le gênait pas car il n’y avait pas d’enrichissement personnel et que se payer sur la bête c’était normal quoi….! la bêtise syndicale a de beaux jours devant elle.

  16. Adolfo Ramirez Jr

    « L’enjeu est de taille: quelque 5.800 milliards d’euros seraient dissimulés dans les paradis fiscaux, soit un manque à gagner de 130 milliards par an pour les administrations fiscales du monde entier, selon l’économiste Gabriel Zucman, spécialiste de la fraude fiscale.  »

    http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/a-berlin-50-pays-s-engagent-contre-l-evasion-fiscale_1616560.html

    130 milliards, soit 2.5% des sommes… On est loin des taux d’imposition de fRance!

    1. Kekoresin

      Les Suisses s’engagent…Ils ont du se rendre compte que leur plan de défense contre une invasion française ne tient pas. Leur armée doit être vraiment dans un état pitoyable, ou alors ils ont imaginé un sénario avec le Charles de Gaulle sur le lac de Genève 🙂

      1. Greg

        Nah, ce sont les suites de la déconfiture générale des banques suisses suite à l’abandon du secret bancaire, imposé par les USA et l’UE.

        Je crois néanmoins que notre conseil fédéral a fait le seul choix raisonnable : ne pas se mettre en guerre avec les USA et l’UE pour « sauver » le secret des banques, les laisser se débrouiller pour payer les amendes et par la suite faire du business plus propre.
        Un mauvais moment à passer pour repartir sur d’autres bases.

        1. Dr Slump

          Ben les droits de succession, ce serait pas comme qui dirait une taxe sur la mort? 60% ! De la spoliation facile, de toute façon, le taxé est mort, et l’héritier est en deuil!

  17. HerveLE

    de toute facon on n’est pas à l’abri d’un séisme sous-marin qui créerait un tsunami qui viendrait noyer l’agence SoGé de la Faute-Sur-Mer qui créerait un court-circuit du serveur et le lancement de milliards d’ordres de vente en euros et une énorme crise bancaire mondiale.

    Ma main à couper qu’ils ont pas bossé sur ce scénario-là.

  18. Calvin

    Ces stress-tests n’avaient qu’un seul but : faire passer le stress à nos dirigeants étatistes, ces ministres détendus de nos bourses, ces élus siphonnant nos finances, ces clowns pathétiques qui se sentent si importants.
    Ca y est, ils sont un peu plus sereins.
    Pour quelques mois au plus.

      1. RBF

        Les banques ne fermeront pas. Par contre votre épargne risque bien d’y passer si vous en avez une.

        Si j’avais de l’argent en France, je ne serais pas serein du tout. Car le jour où ce pays sera en défaut de paiement (ce qui devient de plus en plus probable avec nos écervelés socialo-communistes aux manettes), ben on ne vous demandera pas votre avis.

        La banque ne fermera pas, mais par contre, vos propres comptes vous seront inaccessibles.

Laisser un commentaire