Injurions sans discriminer

Nous vivons une époque très spéciale, où chaque sujet, plus il est insignifiant, trouvera une faction, une phalange d’individus plus ou moins sains d’esprit, pour s’en emparer et en faire son combat, et où, encore mieux, on trouvera le temps, l’argent et les moyens d’écouter et diffuser les messages de ces agglutinations bruyantes de militants de l’improbable.

Pour illustrer, l’actualité fournit assez régulièrement des exemples et c’est avec le collectif Georgette Sand qu’on dégotte un beau spécimen. Pour ceux qui ne se souviendraient pas, rappelons que ce grumeau des temps modernes a déjà acquis une certaine renommée au travers d’une stupéfiante découverte que ses membres auront mis à jour : oui, c’est bien ce collectif qui a montré par l’exemple, il y a deux semaines, la division par dix du quotient intellectuel des esprits simples suite à la consommation de stupéfiants même à faibles doses, cette consommation inopinée de stupéfiants étant la seule explication raisonnable à l’étourdissante analyse que ce collectif avait alors pondue en comparant le prix des rasoirs féminins avec les masculins. La thèse de ces individus, manifestement rédigée sous l’effet de psychotropes puissants ou avec une faible proportion de leurs moyens intellectuels, tentait de montrer que les femmes subissaient une « taxe rose » dans un tourbillon de syllogismes rigolos mais absurdes, taxe qui visait à martyriser les femmes (en oubliant commodément tous les cas où les hommes payent plus cher).

gaston-souffleSans doute pour ne pas laisser retomber le soufflé, le Collectif vient de remettre les couverts. Cette fois-ci, il ne s’agira pas de comparer les tickets de caisse des hommes et des femmes à la sortie des boîtes de nuit (c’eut été comique), mais de proposer toute une panoplie d’injures non discriminantes. Je sais que la notion même d’injure non discriminante est particulièrement corsée, et je vais donc me fendre d’une petite explication : pour Ophélie Latil, du Collectif, et qui a vraisemblablement beaucoup trop de temps à elle, « la déconstruction des préjugés genrés passe aussi par un véritable travail sur le langage », ce qui veut donc dire qu’il faut lutter contre « les insultes porteuses de stéréotypes ».

Eh oui, mes braves lecteurs, il faut se rendre à l’évidence : traiter quelqu’un de « con », de « pédé » ou de « pute », c’est très politiquement incorrect.

facepalm cat

Car apparemment, c’est bien vers une insulte politiquement correcte vers laquelle il faudrait tendre, c’est-à-dire dénuée de tout aspect blessant pour les femmes et les homosexuels, cibles de choix de nos invectives les plus courantes. Bien sûr, le fait même que l’insulte soit précisément destinée à blesser, qu’elle soit construite expressément pour être aussi incorrecte politiquement que socialement ne semble pas rentrer en ligne de compte. Si la civilisation, la vraie, celle du Bisou Ultime, doit passer par là, l’insulte devra être aussi lisse socialement que possible. Une insulte qui ne blesse pas, en somme.

small double facepalmPour une linguiste avidement interrogée par l’AFP en mal de déclarations fracassantes, cette initiative a « le mérite de faire réfléchir à des mots que l’on prononce souvent par réflexe », alors que pour un observateur lambda avec deux onces de bon sens, cette initiative a le mérite de faire vraiment réfléchir aux combats farfelus que certains se sont choisis pour exister, et à l’importance inouïe que ces combats prennent grâce à une presse qui court comme un poulet sans tête d’une insignifiance à une autre pour occuper du terrain médiatique.

L’absurde de cette démarche (pour le dire gentiment et sans discriminer) n’a pas totalement échappé à Juliette Melba qui rappelle, vigoureuse et pêchue, que, je cite :

« la féminisation des noms des métiers, ça n’existait pas non plus il y a trente ans… »

Youpi tralala, et d’ailleurs, il y a trente ans, la grenouille mâle était une grenouille, comme maintenant, comme la baleine ou la méduse. Horreur et désespoir, alors qu’on dispose enfin (enfin !) d’une professeure et qu’on a oublié l’autrice pour une insupportable auteure, les crapaudes et les scorpionnes n’existent toujours pas, à l’instar des sages-hommes ou des ministresses qui auraient pourtant toute leur place ! Le monde est mal fait, vite, corrigeons-le à coup de bistouris sur le dictionnaire, et laissons nos précieuses ridicules lancer des concours d’insultes politiquement correctes !

Implied Facepalm

Nous vivons décidément une époque très riche, opulente même, tant cette richesse permet d’avoir des gens qui ont du temps à passer pour combattre le méchant sexisme jusque dans les insultes. Cette richesse permet ainsi d’avoir des journalistes qui reportent ces luttes et des lecteurs qui les lisent, sans compter des chroniqueurs qui s’en moquent.

Si l’on s’en tient à ces nombreux collectifs et autres associations lucratives sans but, cette époque est aussi assez insouciante puisqu’en plus du temps, elle a le cœur de s’occuper de ces billevesées intersidérantes dont, objectivement, tout le monde se fout, surtout lorsqu’on les met à côté d’autres problèmes autrement plus profonds, même en restant dans le domaine assez précis de l’égalité des sexes en droit, encore régulièrement bafouée dans trop de pays dans le monde.

Le temps passé sur ces sottises est à l’évidence un marqueur d’une certaine réussite de notre société : elle sait s’encombrer de ce genre de mouches du coche, les cultiver au point que leurs capacités intellectuelles servent à brasser ainsi de l’air sur de tels riens, et elle parvient tout de même à nourrir tout son monde.

Mais, plus sombrement, cette insouciance n’est pas sans rappeler celle qui prévalait quelques mois avant la seconde guerre mondiale, où l’on occupait volontiers son esprit par de petites futilités pour oublier la situation, de plus en plus tendue, qui conduisit le monde au bord de l’abîme. Ce n’est pas une coïncidence. À mesure que la crise se fait plus mordante et que les gens se retrouvent toujours plus confrontés aux délires kafkaïens d’une administration devenue folle, que les tensions internationales grandissent, que l’inéluctable faillite de la France approche, on constate une augmentation de ce genre de bagatelles niaiseuses, tant autour de soi que dans une presse qui devient particulièrement friande de relater ces âneries : entre les brigades de clowns de la Mairie de Paris, les combats consternants contre les prix des rasoirs féminins, ou les manifestations artistiques à base de sex-toys, on ne sait plus où donner de la tête, et c’est fait pour.

Cette vacuité des propos et l’insouciance de ces collectifs et autres associations à la mode répond assez bien à la vacuité et la mesquinerie actuelle de l’offre politique qui, elle aussi, s’attarde à grand bruit sur l’insignifiant, le détail, le petit. Pour chaque association couinant sur un « sujet de société », on trouvera en regard un politicien avide de capter ces jérémiades et d’en faire son électorat. On place le sexe des anges avant l’éducation, la peur et le repli sur soi avant le progrès et la science, la redistribution avant la création de richesse, l’environnement éco-conscient avant l’humain et tout le monde s’en trouve fort occupé.

Et pendant que des collectifs et des associations s’occupent du sexe des insultes, c’est ainsi que l’éducation part en sucette, le progrès et la science sont ridiculisés, la création de richesse est pourchassée, et l’humain rabaissé au rang de parasite.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires123

  1. Nyamba

    Bonjour ! Avant d’aller me pendre en geste de protestation contre la stupidité insultante de mes con(nes)génères genrées, je me permets ici un point coquilles :
    – « sains d’esprit »
    – « l’étourdissante analyse (…) avait pondue »
    – « les femmes subissaient »
    – « cette initiative a le mérite ».
    J’ai du monde qui arrive, donc j’en reste là pour le moment (et remets donc également à plus tard ma pendaison, chance)… A plus tard ! 🙂

  2. Le Gnôme

    Palsambleu, nous nous ferons bientôt traiter de vils faquins, voire de paltoquets ou de monstrueux turlupins par les nouvelles précieuses ridicules.

    Diantre, cela promet d’être du plus haut comique.

      1. carpe diem

        et homme-sandwich, grutier, Monsieur Bricolage, Monsieur Embrayage, Monsieur Store, Madame Figaro, Femme-tronc, homme de main, femme de mauvaise vie, et homme de paille….

    1. Dr Slump

      Ah oui, bien vu, « maîtresse-chienne », ça en jette, c’est ptêtre même une insulte féminine éco-genrée compatible avec les valeurs républicaines. Ah, non? Attendez, des insultes non-insultantes, ça doit bien se trouver… origine chinoise: « oeuf pourri! », nord-africaine: « chien! porc! », japonaise: « long-nez! », légumière: « navet mal pelé! », et y’en a d’autres, attendez, ça va vous ruiner dans votre fierté: « espèce de… de… espèce de mec! ».

      1. Higgins

        Dans les premiers Buck Danny (parution fin des années 40, début des années 50, période traitée seconde guerre mondiale en Asie), les japonais ( l’ennemi) y sont traités allègrement de « face de citrons pourris, bridé, jaunes » et autres joyeusetées et les dessins suivent. « O tempora, o mores ».

          1. Higgins

            Oui, j’ai cherché un certain temps le pourquoi du mot « rascal » qu’il utilisait beaucoup. Jeune, j’étais persuadé que c’était un mot français. Je crois que c’était là un moyen commode pour lui de contourner la censure issue de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

  3. Tracy LA ROSIÈRE

    Désolé mais merde, je prends parti pour ce collectif dont les idées me semblent empreintes d’un certain bon sens. J’irai plus loin en proposant de mettre à l’index les œuvres d’Hergé. Haddock vociférant avec allégresse est en effet le pire exemple pour notre jeunesse de 7 à 77 ans. Putain de ta race…

        1. carpe diem

          « Cher Lefuneste c’est un globe vide que vous promenez sur vos épaules, c’est dû aux lamentables excès qui ont fait de vous…une ruine. »
          du pur Audiard.

          1. Quiet Desperation

            J’ai souvenir de Jules Le Croc’h, du Bureau de Repérage des Nababs Dissimulés…
            Greg n’aimait guère le Fisc… il s’était exilé, un des premiers, aux USA, je crois…

        2. petit-chat

          « …et des générations d’inopérants et d’assistés aboutissent en vous en l’inévitable faillite. Heureusement, à ce stade, on ne se reproduit plus non plus, ce qui soulage les experts en prévisions génétiques. »
          Greg.

        1. Le Gnôme

          Les Bachi-Bouzouks sont les troupes irrégulière de l’empire ottoman, un genre d’Attila à la sauce orientale, peu efficaces, mais fort redoutés par les populations civiles pour leurs exactions.

  4. pouf pouf

    Bonjour les enfants, vous êtes à la crèche, dans une crèche même, vous êtes dedans pour être plus précise. Vous êtes tous assis ici parce que nous avons dit à vos parents « vous s’occupez de rien, on s’occupe de tout, et puis ça coûte rien, c’est l’état ». Mes petits chéris, je suis rachel, votre maitresse du lundi, je laisserai fatima, votre maitresse du mardi vous parler de votre maitresse du mercredi et ainsi de suite; nous allons commencer immédiatement par un jeu secret, c’est la première journée d’initiation sans vos parents, ils reviennent vous chercher dans une heure, il va falloir faire vite. Je n’irai donc pas à la cité des quatre chemins dans le turbo neuf trois, mais vous allez tout de même entendre siffler la compression des gaz : VOUS NOUS APPARTENEZ, VOUS ET NOUS SOMMES UNE ENTREPRISE D’EXTORTION DE FONDS à VOS PARENTS. VOUS ÊTES NOS SBIRES POUR TOUJOURS. HORS LES TAS, PAS DE SALUT. HORS LES TAS PAS DE SALUT. Et ainsi de suite. Nous allons vous distribuer des gommettes qui vous serviront à remplir un questionnaire sur les activités économiques de vos parents. Si la voiture de papa est très belle, gommette rouge, si la voiture de papa est très grande, vignette orange, si la voiture de papa est petite et fait un drôle de bruit, elle est française, vignette verte. Si vos deux parents ont des voitures deux vignettes rouges. Si vos deux parents sont fonctionnaires, vous êtes exonérés. Ceux dont les gommettes formeraient un crucifix sur le questionnaire iront directement au bagne rééducatif premier âge de marne la vallée.

    1. Nyamba

      Pouf pouf est une femme ? Mais… mais alors, ça devrait s’écrire « Pouffe Pouffe » (come « Rit Rit », s’entend – évidemment) !

    1. Théo31

      J’ai eu la même réaction.

      On dirait que les déjections des débiles profonds qui ont fait mai 68 sont arrivées à maturité.

      Il faudrait rappeler aux pétasses féministes qu’enculer les mouches est un délit en fRance.

      1. sa0000

        Je dois avouer que je cherchais votre commentaire, Théo. Mais sur un tel article (une telle provocation !), finalement vous vous êtes retenu ? 😉

  5. cc

    C’est simple.

    Dans un monde normal, Ophélie Latil serait une secrétaire, une femme au foyer, voire une agricultrice.

    Elle n’aurait aucun pouvoir de nuisance, et elle n’aurait certainement pas ces idées farfelues… car elle devrait bosser, voire de ses propres mains, pour vivre.

    Ophélie Latil 2014 n’existe que grâce et par le parasitisme… la rapine de l' »argent public ».

    Subventions, réseaux mafieux, syndicats, copinage, rentes.

    Supprimez tout cela, et Ophélie subitement deviendrait silencieuse, voire même raisonnable. Rien de mieux en effet que le travail des champs pour remettre un esprit malade dans le droit sillon.

    C’est valable pour elle, et pour toutes ses copines et copains du « Collectif ».

    Nous ne parviendrons pas à nous en débarrasser en discutant.

    Il faut couper la source même de leur pouvoir, de leur existence : le pognon « public », fruit de la rapine des taxes et du vol de la dette.

          1. Quiet Desperation

            Humour allemand !

            Ophélie Latil ist Internetaktivistin und Gründerin der französischen Gruppierung „Génération Précaire“ (französische Bezeichnung für Generation Praktikum). Sie studierte ab 2001 Politikwissenschaften mit einem Schwerpunkt auf Unternehmensverwaltung. 2006 erhielt sie einen Master in Literatur und Kunst, im Folgejahr den Master in Management. Während ihres Studiums sammelte sie in diversen Praktika Erfahrungen in Wirtschaft und Kultur, unter anderem war sie Praktikantin des Institut Français in Sankt Petersburg. International bekannt wurde sie mit den Aktionen der „Génération Précaire“, bei der Ophélie Latil hauptverantwortlich ist für Events und Veranstaltungen. Außerdem ist sie an Sprecherin der Organisation „Jeudi Noir“, (französisch „Schwarzer Donnerstag)“, einer Kampagne gegen die Pariser Wohnungsnot.

    1. Quiet Desperation

      J’entendais l’autre jeudi, sur Radio Bolcho, le dénommé Gérard M. (ancien gendre de Lacan, je crois, un miller n’arrive jamais seul…), expliquer qu’alors dans la Gauche Prolétarienne, il s’était « établi » deux ans comme ouvrier agricole, et que c’était la plus belle période de sa vie…
      La terre, elle, ne ment pas ?

  6. RBF

    Pour information, la taxe rose a gagné la Suisse. Mais ce qui est surprenant, c’est que pour une fois, ça vient de Suisse allemande.

    Mes amis, demain je me déplace en Socialie dure: Ex-CCCP.
    Je veux donc des bisous, plein, et que l’on me souhaite un vivrensemble du mieux que vous pouvez.

    Vous êtes jaloux ? Faut pas.
    Promis je donnerai tout le fruit de mon travail à la collectivité.

  7. petit-chat

    « cette insouciance n’est pas sans rappeler celle qui prévalait quelques mois avant la seconde guerre mondiale ».
    Le rapport m’avait échappé, mais bonsangmaicébiensûr-je.

    1. Mario Nettiste

      Aller pendre son linge sur la ligne Siegfried est d’un genré discriminatoire comme plus beaucoup n’ oseraient en dire… Quant aux chaussettes de l’ Archiduchesse, ce n’est pas mieux…

  8. Karamba!

    Personne ne peut dire qu’il n’aura pas vu venir la tendance avec le succès de Indignez vous, le fascicule de Stéphane Hessel. La Bible du militant bobo aux 35h qui ne sait pas quoi faire pour occuper son week end prolongé a même conduit un certain Rémi à se prendre une grenade dans le sac à dos…
    Et ce qui est magnifique avec cette indignation, c’est qu’elle s’accompagne d’un devoir de donner des leçons aux autres dans cet élan désespéré pour se croire supérieur au reste de la masse laborieuse.

  9. Nyamba

    « Le collectif Georgette Sand, qui s’est fixé pour mission de « transgresser et subvertir les normes de genre » pour une féminisation accrue des lieux de pouvoir et de savoir, compte aujourd’hui une quarantaine de membres. »

    Ce qu’on est prêt à faire pour exister, c’est fou… Voilà 40 connas… pardon, « têtes de litotes » (sans déconner ??) qui veulent changer un monde qui n’a, vraiment, aucun besoin de leurs lumières. En matière de lieux de pouvoir féminisés, il est clair qu’elles n’ont jamais foutu les pieds dans la maison des matriarches de ma famille…
    On donne une tribune à ce genre de parasites, et après on s’étonne que les femmes soient prises pour des abruties…

      1. Nyamba

        J’allais proférer « connasses », mais me suis auto-censurée 😉
        Si j’ai bien compris, GO, étymologiquement, à part les humains nés par césarienne, les tortues et autres ovipares, on « déconne » tous…

              1. Quiet Desperation

                Dans le genre Culture/Mode, il y a Aurore Vincenti sur Radio Bolcho et son émission « Qu’est c’que tu m’jactes ? » chaque dimanche matin de bonne avant 7 heures : je l’écoute en route pour la chasse, ça me met dans l’ambiance…

                C’est prétendûment un « décryptage » de l’argot, qui se résume à l’analyse navrante des éructations simplettes des rappeurs…

                On fait difficilement mieux dans le convenu, le cucul, et la fausse érudition… mais le plus difficile à supporter, ce sont les gloussements énamourés de la journaliste, volaille habituelle de France Enterre, juste avant l’arrivée de la gnangnante en chef, Patricia M…

                Et dimanche écoulé, c’était consacré aux injures dégenrées, nou-veau-té qui ne pouvait que plaire à ces plates nunuches : un festival….

      1. Nyamba

        Ce fut rapide, un café et fissa, car j’avais à faire ailleurs !
        J’ai fait la cuisine pour 30 personnes le weekend dernier, et croulant encore sous les restes, j’en déduis que les sous-ventrières se sont trouvées adéquatement distendues. Il demeure qu’il ne s’agit pas d’une expérience que je souhaite renouveler de sitôt…

  10. Pere Collateur

    Amen! Tout est dit dans ce billet.

    La futilité et la médiocrité enfument, pendant que le reste part en sucette.

    Mais bon, courage! C’est bientôt fini; Ça va vraiment pas tarder à se casser la gueule, et toutes ces conneries partiront dans le caniveau d’où elles n’auraient jamais du sortir.

    1. petit-chat

      Les premières victimes de l’inévitable guerre civile, c’est le pauvre bougre qui survit malgré les prélèvements à verser aux « plus démunis »…

    2. Val

      @Pere Collateur +1 , ça fait vraiment fin de règne , tout ce cirque …. et je suis assez inquiète sur la forme que prendra le bouquet final …

    1. Calvin

      J’aime ces féministes capables de lutter contre le machisme en plein Paris, de haranguer les monarchies sexistes du Moyen-Orient à moins de 4000 km, de prendre des mesures fortes contre ces milices qui kidnappent des jeunes filles…
      Du vent, du flan, notre époque est vraiment héroïque…

      1. vegeta

        silence radio des féministes concernant les mariages de petites filles de 4 ans dans certaines contré lointaines, mais hystérie collectif devant une église

            1. Greg

              La question étant bien sûr de savoir si le viol collectif serais moins difficile à supporter en se faisant décapiter d’abord, dans un tel cas de figure…

              1. gem

                Ces extrémistes sont des dur à cuire, ils peuvent tout à fait supporter la tête des femen. Donc aucun besoin pour eux de les décapiter d’abord

  11. jeff

    « Ophélie Latil est une personnalité politique française. Animatrice des collectifs Génération précaire, Jeudi Noir et Sauvons les riches, elle participe à l’élaboration de plusieurs projets de loi portant amélioration sur le droit des stagiaires » (trouvé sur google)

    Ca suffit pour comprendre non ?
    Une personnalité politique ? Elle vit donc sur notre dos la sangsue !
    Et vu le nom des collectifs qu’elle « anime », on comprend vite qu’elle veut juste qu’on parle d’elle…. un manque affectif peut etre ?
    Et vu le sujet traité, je pense qu’elle a du se faire traiter de salope quelques bonnes dizaines de fois et que ca l’a pas excitée…

    Pour moi, elle ne mérite qu’une balle dans la tete !

  12. JS

    Quand on voit la photo de la Ophélie on ne peut s’empêcher de penser qu’elle fait une fois de plus partie de ces personnes type Duflot ou Filipéti qui ont des problèmes psy et d’image d’eux-même et qui décide d’emmerder la terre entière en retour…

    Ferait mieux d’aller voir un psy, même remboursé par la sécu çà nous couterait moins cher !!!

      1. pouf pouf

        c’est surtout le profil type IEP, qu’on appelle si justement société civile et qui nous sert de tampon avec le monde politique, étonnant, non ? Faut bien les faire travailler les gens bardés de diplomes dont le citoyen (lambda, alpha bêta) finance la formation. Donc, ces gens travaillent pour le progrès volontaire obligatoire, à construire ensemble une société meilleure et que nous arrêtions enfin de nous plaindre sans cesse, merde, c’est clair ou pas ?

  13. PCourroye

    Il se passe pas mal de choses en ce moment du côté de la Femistasi du web.
    Je pense au ShirtGate et le pauvre homme reconnu pour sa chemise et non sa sonde (malheureusement pas anale) mais aussi à la révolte des consommateurs face aux médias connivents du JV qui est particulièrement riche en enseignements (petit point intéressant: le groupe féministe qui a été récemment mis en charge de la modération sur Twitter est dirigée par la fondatrice d’un des journaux visés par cette révolte).
    Je ne mentionnerais pas la corruption des éditeurs de Wikipedia dont certains ont été rémunérés pour modifier des pages assez embarassantes dont quelques unes sur le communisme.

  14. hop hup

    Marine Le Pen décroche les millions russes

    Marine Le Pen décroche les millions russes

    ça y est le fn a reçut c’est sous sous de la Russie

    je vous rassurent elle pas la seule politiques a se faire arroser d’argent par l’etranger

    1. yp

      Vu le zèle que montrent les traitres qui gouvernent la pauvre France à la démolir, on doit effectivement en conclure que ce n’est certainement pas d’intérêts français que dépends leur bien-être…

    2. climaine

      et la fiche comptable de 50 millions d’euros versés par les services de kadaf à sarkozy a été authentifiée……dans l’indifférence générale……..

      vous croyez que marine va faire abattre Poutine par notre armée de l’air ?

  15. bob razovski

    Une insulte non discriminative me vient à l’esprit :

    Journaliste.

    je sais, c’est très méchant, et ça peut blesser beaucoup de monde. De plus, on pourra toujours « regenrer », pour faire encore plus mal :

    – Journaliste à Marie Claire (genre 1)
    – Journaliste à auto moto (genre 2)
    -Journaliste à tétu (genre 3)

  16. passim

    Je vois qu’on prend le coup des rasoirs à la légère.
    Ce n’est pas mon cas.
    Ces guerillas féministes, aussi grotesques soient-elles, laissent des traces.
    Hommes et femmes vont-ils continuer à pouvoir vivre ensemble ?

        1. val

          🙂 d ‘accord avec Calvin qui connait tres bien les femmes malgré son jeune age , mais comme on dit , aux âmes bien nées …
          euuuuh Caton , are you sure ????

            1. val

              oula , ça sent le vécu ….
              bon ceci dit , c ‘est vrai qu il y en a un paquet (de névrosées) , ça m’atterre et m’attriste, mais vous y allez un peu fort qd même …

  17. Coup de pied occulte

    Prodigieux. Le concept d’insultes non léthales. On se croirait à la R&D du Pentagone.

    Faut aussi s’attaquer à la boxe, parce que se foutre sur la gueule au risque de se fissurer l’arcade sourcilière, ça devient limite. Tiens, la « mimetic boxing », c’est pas mal comme concept ça , on fait semblant de s’envoyer des droites, et on feint d’aller au tapis, comme ça, Simone peut affronter Raoul sans problème sur un ring. On ajoutera une note artistique pour couronner la champion ou le championne.

Laisser un commentaire