Je ne suis pas Charlie

Les premières secondes, j’ai cru à une mauvaise blague, une petite gorafisation du réel, comme cela arrive de temps en temps, ces pieds de nez parfois macabres que la réalité adresse aux satiristes et aux blagueurs. J’ai lu, d’un œil distrait, que des tirs avaient été entendus à la rédaction de Charlie Hebdo. J’ai froncé le sourcil lorsque j’ai vu que des gens y étaient morts. Intrigué, j’ai regardé, sans originalité, la « une » de GoogleNews. La mauvaise blague continuait, de pire en pire.

charlie hebdo intouchablesQuelques heures plus tard, les faits sont assez bien connus, et le déferlement de vidéos, de directs souvent idiots et les commentaires haletants de journalistes aux yeux embués permettent de prendre bien conscience de l’ampleur du massacre, puisque c’est bien d’un massacre qu’il s’agit ici. Le journal satirique a donc lourdement payé le prix de sa liberté de ton.

Car à l’évidence, c’est bien elle qui est à l’origine de l’horreur, c’est bien cette liberté d’expression, largement utilisée par le journal, qui a motivé le triplet d’individus cagoulés à dégommer froidement du journaliste, du dessinateur, et, ce faisant, à emporter dans la foulée quelques salariés et deux policiers. Et, comme le fait très justement remarquer Guillaume Périgois, directeur de publication de Contrepoints, ce qui a été attaqué n’est pas spécifiquement la branche de la liberté de la presse ni même son tronc, la liberté d’expression mais c’est bien la racine, le droit fondamental qu’a chaque individu de penser librement.

charlie hebdo dur d etre aime par des consEt bien évidemment, une fois cette liberté attaquée, on aura eu le droit à toute la cohorte de ses défenseurs plus ou moins attitrés, plus ou moins crédibles, au micro de toutes les rédactions, de toutes les télés. Les journalistes, bien sûr, dont beaucoup, légitimement et authentiquement émus. Des politiciens, évidemment, parce que c’est leur rôle, et parce que c’est, aussi, ne l’oublions pas, leur gagne-pain. Tous, comme un seul homme, il se sont, ce jour-là, dressés pour expliquer que rien ne pourrait et ne devrait entamer cette si chère liberté qui leur tient tant à cœur.

Ce combat, à mener, va mobiliser les uns, les autres, et tout le monde, vous allez voir. Mais pas maintenant. L’heure, évidemment, est au recueillement et c’est tout à fait normal. Apparemment et selon les uns et les autres (ceux qui parlent, avidement, dans tous les micros à portée), l’heure est aussi à l’unité et aux rassemblements.

charlie hebdo hitlerÀ l’unité ? Mais de quoi parlent-ils donc ? Ne pas se chamailler sur les cadavres d’un attentat ignoble, ce n’est pas de l’unité, c’est de la décence élémentaire, c’est le minimum de retenue dont un humain dispose normalement lorsqu’il n’a pas subi l’ablation de la honte tout petit. Retenue et décence qui ont, malheureusement mais à l’évidence et depuis bien longtemps, déserté la classe politique française (qui n’a de classe que le nom). La mascarade actuelle tiendra peut-être quelques jours parce que l’émotion du peuple est grande, et qu’il faut donner le change, mais c’est à peu près tout, et c’est garanti sur facture.

Et puis, des rassemblements, partout. Mais pourquoi ? Pour y déclamer haut, fort et grégairement « Je suis Charlie » ? Mais pourquoi ? Quel but peut-il y avoir à vouloir se fondre dans un grand tout lacrymal, à se dissoudre ainsi pour montrer qu’on peut ou qu’on doit s’exprimer ? On peut parfaitement être choqué et viscéralement contre ce qui vient de se produire sans avoir pour autant la moindre affinité avec le journal et à plus forte raison sans vouloir disparaître derrière un slogan niaiseux. Et puis surtout, la liberté de penser, de s’exprimer, ce n’est précisément pas de penser et d’exprimer ce que tout le monde pense et exprime déjà, que diable !

Mais rassurez-vous, l’heure est trop grave pour réfléchir ergoter. Il y aura unité, il y aura rassemblements, il n’y aura personne pour rappeler à ces gens toutes ces libertés qu’ils ont précédemment grignotées ou qu’ils ont laissé grignoter, en toute décontraction. Il n’y aura personne pour leur rappeler ceux qui s’exprimaient trop librement et qu’ils ont censurés explicitement (parce que la loi, ou un décret, ou un bricolage juridique vite fait, le leur permettait) ou implicitement, par la bande, parce que, … « parce qu’on ne peut pas laisser publier ça, laisser dire ça, il a le droit, mais enfin » … La liberté d’expression, la liberté de penser, c’est très joli, mais il vaut sans doute mieux l’encadrer un peu.

Ça tombe bien. Avec ce qui vient de se passer, de l’encadrement, on va en avoir de grosses louchées.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires683

  1. grain de sel

    L’événement est d’une intensité dramaturgique exceptionnelle, rare, unique peut être. Des otages aussitôt froidement exécutés, ne peut être qu’une tragédie. Elle l’est, n’en doutons pas.

    Mais la véritable tragédie n’est certainement pas tout ce sang versé, que l’on nous présente remonter du plus profond des abysses de la démocratie et recouvrant le linceul immaculé de la libre pensée.

    Le plus effroyable est cette gigantesque panurgie, ces centaines de milliers de Charlie, écriteau à la main comme s’ils étaient menés à l’abattoir, pour bêler silencieusement contre trois charlots.

    Sitôt le troupeau attaqué par cette petite meute de loups sanguinaires, notre bon berger criait à l’unité nationale: « reformez le troupeau ». Et tous ses gardiens, chiens obéissants ou rebelles, de s’agiter en tous sens, vociférant là une légitime indignation, et ici une larmoyante consternation, pour mieux rabattre le cheptel.

    Ainsi, tous les bestiaux réunis, s’échangeaient des regards vides, sans jamais qu’un seul ne se demande pourquoi et par qui, ce docile élevage avait été mené si près de ces prédateurs assoiffés de vengeances stériles. N’est-ce pas le rôle du berger que de ne pas exposer son bétail à tout ce qui pourrait le mettre en danger? N’est pas au berger de tout faire, pour repousser l’assaillant velléitaire avant le massacre? Ce pastoureau était sans doute trop occupé à faire brouter son troupeau une herbe toujours trop rase, tout en continuant à lui tondre la laine sur le dos.

    Et comble de l’horreur, ce sont les bergers eux-mêmes, et leurs fidèles toutous, qui, au nom de la liberté, aujourd’hui meurtrie, ont permis, favorisé même et encouragé la réintégration du loup. Il ne faut donc pas s’étonner qu’une fois celui-ci dans la bergerie ce soit le carnage. Le coupable est-il le prédateur massacreur, ou le berger qui a laissé la porte de l’enclos grande ouverte?

    Prôner l’union, comme arme de dissuasion, sous prétexte qu’elle ferait la force, alors que ces beaux troupeaux bien soumis, s’échangent leur tristesse et leur désarroi, en tournant toujours le dos à l’ennemi. Il est évident que ce n’est pas en baissant la tête, en laissant couler une larme sur le bout de ses godasses, que l’on fait un pas en avant sur le bon chemin.

    Et jamais la route de la liberté ne peut paraître aussi longue, que lorsque le berger, dont la négligence, si ce n’est l’incompétence, fait tourner le troupeau en rond, le faisant passer au plus près de précipices vertigineux, et l’exposant à des prédateurs sans loi.

    Mais le troupeau veut-il seulement être libre?

  2. olen

    Je suis d’accord sur certains points comme celui de la pensée du troupeau. Le problème selon moi est l’ennui. L’ennui que sécrète les bien pensants et depuis longtemps. En plus les gens n’aiment les anarchistes que lorsqu’ils dessinent. Je suis assez d’accord. Mais ne sommes nous pas dans le seul refus du troupeau. En tout cas descendre dans la rue en silence ne sert à RIEN !! Je suis triste et je n’ai pas besoin de le montrer. Mais bon. Heureusement que tout le monde n’est pas comme nous. En fait ce qui vous dérange c’est que l’indifférence générale chiale alors qu’ils sécrètent un ennui profond. Quand on voit que le fric public va dans les pierres au lieu d’alimenter des associations, je n’ai pas envie d’aller défiler avec ces politiques libéraux, capitalistes. Et Charlie c’est chouette mais c’est une dérision très superficielle. Bonne soirée.

    1. Heu.
      Plus simplement, je trouve particulièrement étrange et inapproprié qu’on utilise des millions de fois un symbole « Je Suis Charlie », qu’on retrouve sur des t-shirts (bientôt des mugs ?), qu’on se rassemble, qu’on commémore, le tout en rappel d’un journal qui se veut anticonformiste.
      Chanter la Marseillaise…
      Faire sonner le glas de Notre-Dame…
      … pour Charlie Hebdo ?!

      Vous le voyez, le foutage de gueule ?

      1. grain de sel

        Vous avez raison h16, tout ce protocole, pour honorer des anti-conformistes; on se demande à qui ils rendent hommage.

        Mon propos, s’il ne parait totalement limpide (je suis désolé je n’ai pas votre expérience, votre verve), était de m’intéresser à la cause originelle. Et de considérer, que sans doute rien de tout cela ne serait arrivé si « en hauts lieux », il n’y avait autant de compromissions, de trahisons, où chaque jour la République est faite cocue dans la grande partouze de la démocratie.

        1. arn

          quelle démocratie?
          Rectification. la démocratie est faite cocue, si un fantôme peut l’être?! dans la grande partouze de la République. Ce sont des élus, cocu cou, c’est une république (droit romain), la démocratie est un autre système politique, vous votez pour des partouzeurs héritiers du Sénat romain. Le peuple n’est jamais invité qu’à s’y faire mettre. Ah c’est pour ça l’empire?! la troisième république?! la corruption ?! oui c’est Rome pas Athènes (sauf dans le marais peut être…) Mais c’est bien tout le monde croit qu’on est en démocratie, c’est le meilleur moyen qu’elle n’arrive jamais…

      2. Black Mamba

        La Marseillaise, le glas de Notre Dame et le grand rassemblement d’hier où pour une fois les organisateurs et la police sont d’accord sur le décompte , officialisent clairement l’enterrement la liberté d’expression …

      3. Calvin

        Et ils auront réussi à faire applaudir les forces de l’ordre par la foule !
        Je ne dis pas que les forces de l’ordre sont à insulter, mais seulement que CH n’était pas fan de ceux-ci.

    2. Théo31

      « avec ces politiques libéraux, capitalistes »

      Des noms qu’on rigole un peu. Parce que Mélenchiasse, c’est tout sauf un libéral : c’est plus un parasite qu’un communiste. Et c’est valable pour tous les sacs à merde de la classe politique.

  3. SophJur

    « À l’unité ? Mais de quoi parlent-ils donc ? Ne pas se chamailler sur les cadavres d’un attentat ignoble, ce n’est pas de l’unité, c’est de la décence élémentaire […]« .

    Excellente mise au point. La mise en sourdine des querelles politiciennes relève de la décence élémentaire, mais cet appel à « l’unité » est aussi ridicule que dangereux. Le mérite de la Société ouverte est précisément d’être compatible avec l’absence d’unité.

    Comme l’écrit Nemo, « Les sociétés démocratiques modernes, en effet, ne sont pas, comme les sociétés tribales de jadis, des « groupes en fusion », des collectivités où l’unanimité est indispensable à l’ordre social. Ce sont des sociétés pluralistes où il est normal, sain et fécond que des visions du monde et des projets socio-politiques différents existent et se concurrencent. »

    A vrai dire, dans une société unie, dans un « groupe en fusion », la liberté d’expression serait de peu d’utilité. Hollande, et tous les politiciens et journalistes à qui l’on a tendu des micros pour commenter ces événements tragiques, montrent en fait qu’ils partagent les fondamentaux de la weltanschauung des islamistes. C’est peu dire qu’ils ne comprennent pas l’idéal d’une Société ouverte : ils n’en conçoivent même pas l’existence.

    1. « Le mérite de la Société ouverte est précisément d’être compatible avec l’absence d’unité »
      Bien sûr, c’est exactement ça.

  4. Michel Pepper

    Avant toute chose, ce que nous avons vécu est un drame. Rien ne justifie les tueries que nous avons vécues cette semaine.
    Toutefois, je ne suis pas Charlie. Ceux qui prétendent que Charb était un héros devraient lire ou relire Pierre Desproges qui déclarait : <>.
    Charlie Hebdo est un fond de commerce. C’est une entreprise commerciale. L’attaque contre Charlie Hebdo n’est pas une attaque contre la liberté d’expression. C’est une attaque contre la liberté de critiquer l’islam. Je pense qu’il existe une frontière tenue entre la caricature et l’insulte. Charlie Hebdo a souvent franchi le pas. Je ne suis pas croyant. Toutefois, je respecte les religions tant qu’elles ne tombent pas dans le radical.
    Je ne pense pas non plus que la plupart qui revendique la liberté d’expression aurait accepté d’être caricaturé par Charlie Hebdo comme, par exemple, se faisant sodomiser par le pape ou n’importe qui d’autre. Je ne pense pas non plus que les journalistes auraient réagi autant s’il s’était agi d’un attentat contre Minute avec autant de morts. Ils nous imposent un logo Charlie sur leurs chaines mais n’oublient pas de le retirer lors des publicités.
    La liberté d’expression est aussi un leurre, réservée à une élite. Au nom de quoi est-elle réservée aux artistes et aux journalistes ? Si je commets un salut nazi dans la rue, je serais condamné. À raison. Si je suis un « artiste », je ne serai pas condamné. Je m’abriterais derrière un pseudo « Happening ». Lire la presse de ces derniers mois. Idem si je publie une caricature sur mon site Web avec le niveau de Charlie Hebdo. Je serai condamné.
    Je pense aussi à ces policiers qui sont morts en voulant défendre le droit à Charlie Hebdo à être ce qu’il est. Le jour de l’attentat, SEUL Le Figaro a eu un mot pour les policiers morts au « combat ». Ce fut le silence complet sur Libération et le Monde. Idem sur France 2 et Canal Plus.
    Plus grave est l’attaque de l’épicerie cachère. C’est une attaque antisémite. C’est une attaque contre le vivre ensemble.
    Je n’accepte pas non plus que l’on crée des citoyens de première classe et d’autres de seconde classe. Au nom de quoi l’extrême gauche aurait le droit de défiler et non pas l’extrême droite ? Stop aux procès Stalinien et à la récupération par de nombreux partis.
    Pour terminer, j’aimerais rappeler une histoire vraie. Il y a quelques années, à la sortie du stade où des nord africains avaient sifflé la Marseillaise, une télévision Française a interrogé l’un d’entre eux qui a déclaré : <>. En 2011, aux Usa, pour la commémoration du 11 Septembre 2001, des musulmans Américains qui en avaient assez d’être stigmatisés ont défilé dans la rue avec pour slogan : <>.
    Je ne suis pas Charlie.

    1. « L’attaque contre Charlie Hebdo n’est pas une attaque contre la liberté d’expression. C’est une attaque contre la liberté de critiquer l’islam. »
      La liberté de critiquer l’islam, c’est une liberté d’expression.

      (nb : pour citer, il ne faut pas utiliser les chevrons, qui sont mal interprétés en HTML.)

      1. Michel Pepper

        Texte corrigé.

        Avant toute chose, je ne suis pas au Front National et je ne partage ses idées.
        Ce que nous avons vécu ces derniers jours est un drame. Rien ne justifie les tueries que nous avons vécues cette semaine.
        Toutefois, je ne suis pas Charlie. Ceux qui prétendent que Charb était un héros devraient lire ou relire Pierre Desproges qui déclarait : « Ah, bien sûr, si j’avais cette hargne mordante des artistes engagés qui osent critiquer Pinochet à moins de 10 000 km de Santiago… ».
        Charlie Hebdo est un fond de commerce. C’est une entreprise commerciale. L’attaque contre Charlie Hebdo n’est pas une attaque contre la liberté d’expression. C’est une attaque contre la liberté de critiquer l’islam. Je pense qu’il existe une frontière tenue entre la caricature et l’insulte. Charlie Hebdo a souvent franchi le pas. Je ne suis pas croyant. Toutefois, je respecte les religions tant qu’elles ne tombent pas dans le radical.
        On nous parle de liberté d’expression mais ce sont les mêmes qui condamnent à mort Eric Zemmour, Denis Tllinac, etc. pour leurs écrits.
        Je ne pense pas que la plupart qui revendique la liberté d’expression accepterait d’être caricaturé par Charlie Hebdo comme, par exemple, se faisant sodomiser par le pape ou n’importe qui d’autre. Je ne pense pas non plus que les journalistes auraient réagi autant s’il s’était agi d’un attentat contre Minute avec autant de morts. Ils nous imposent un logo Charlie sur leurs chaines TV mais n’oublient pas de le retirer lors des publicités.
        La liberté d’expression est un leurre réservée à une élite. Au nom de quoi est-elle réservée aux artistes et aux journalistes ? Si je commets un salut nazi dans la rue, je serais condamné. À raison. Si je suis un « artiste », je ne serais pas condamné. Je m’abriterais derrière un pseudo « Happening ». Lire la presse de ces derniers mois. Idem si je publie une caricature sur mon site Web avec le niveau de Charlie Hebdo. Je serais condamné.
        Je pense aussi à ces policiers qui sont morts en voulant défendre le droit à Charlie Hebdo à être ce qu’il est. Le jour même de l’attentat, SEUL Le Figaro a eu un mot pour les policiers morts au « combat ». Ce fut le silence complet sur Libération et le Monde. Idem sur France 2 et Canal Plus.
        Plus grave est l’attaque de l’épicerie cachère. C’est une attaque antisémite. C’est une attaque contre le vivre ensemble. Ces mêmes intellectuels et journalistes qui condamnent l’antisémitisme sont les premiers à coller une « étoile jaune » aux juifs. Il n’est de cesse que l’on nous présente un auteur comme un écrivain juif, un réalisateur juif, etc. Il y a quelques années, Jérôme Charyn a envoyer paître une journaliste qui insistait à le présenter comme un auteur juif. Il a répondu qu’il était Américain.
        Je n’accepte pas non plus que l’on crée des citoyens de première classe et d’autres de seconde classe. Au nom de quoi l’extrême gauche aurait le droit de défiler et non pas l’extrême droite ? Stop aux procès Stalinien et à la récupération par de nombreux partis.
        Pour terminer, j’aimerais rappeler une histoire vraie. Il y a quelques années, à la sortie du stade où des nord africains avaient sifflé la Marseillaise, une télévision Française a interrogé l’un d’entre eux qui a déclaré : « Je suis musulman avant d’être Français » . En 2011, aux Usa, pour la commémoration du 11 Septembre 2001, des musulmans Américains qui en avaient assez d’être stigmatisés ont défilé dans la rue avec pour slogan : « Je suis Américain avant d’être musulman ».
        Je ne suis pas Charlie.

  5. paname

    Cher H16
    Liberté de penser
    Ce n’est pas aux gouvernement de la museler, mais c’est à eux de pénaliser l’insulte grossière, méchante et outrancière:
    http://www.metronews.fr/info/dessin-du-pape-benoit-xvi-sodomisant-un-enfant-le-dessinateur-plantu-relaxe/mniD!0VCDrcWS5CrVk/
    Plantu: relaxé; parties civiles: condamnées à 2.000€ de frais.
    Trois citations pour finir:
    1- GK Chesterton: « les navets ont une singulière largeur d’esprit ».(de mémoire).
    2- P. Boutang: la liberté, ce n’est ni le libéral (désolé, H16), ni le libertin, ni le libertaire (désolé charlie hebdo).
    3- Evangile: « la Vérité vous délivrera » (pitié, ne me répondez pas, comme Ponce Pilate: « quid est veritas? »
    Salutations, et au plaisir de lire vos prochains articles.

        1. paname

          Ah pardon! Je ne suis pas libre de PENSER de travers; la pensée doit être soumise à la réalité.
          Quant à savoir si je PARLE « de travers », il faudrait peut-être me répondre de façon non dialectique.

      1. paname

        Soit. Mais caricaturer en pédophile qq’un de noble, qui a tout fait pour « assainir l’Eglise » (les autres religions, sectes, …en ont-elles fait autant?), n’est-ce pas une insulte? Quant « une définition précise »: je sais très bien ce que c’est que le mouvement, sans en avoir une définition précise.

  6. Michel Pepper

    Avant toute chose, je ne suis pas au Front National et je ne partage ses idées.
    Ce que nous avons vécu ces derniers jours est un drame. Rien ne justifie les tueries que nous avons vécues cette semaine.
    Toutefois, je ne suis pas Charlie. Ceux qui prétendent que Charb était un héros devraient lire ou relire Pierre Desproges qui déclarait : « Ah, bien sûr, si j’avais cette hargne mordante des artistes engagés qui osent critiquer Pinochet à moins de 10 000 km de Santiago… ».
    Charlie Hebdo est un fond de commerce. C’est une entreprise commerciale. L’attaque contre Charlie Hebdo n’est pas une attaque contre la liberté d’expression. C’est une attaque contre la liberté de critiquer l’islam. Je pense qu’il existe une frontière tenue entre la caricature et l’insulte. Charlie Hebdo a souvent franchi le pas. Je ne suis pas croyant. Toutefois, je respecte les religions tant qu’elles ne tombent pas dans le radical.
    On nous parle de liberté d’expression mais ce sont les mêmes qui condamnent à mort Eric Zemmour, Denis Tllinac, etc. pour leurs écrits.
    Je ne pense pas que la plupart qui revendique la liberté d’expression accepterait d’être caricaturé par Charlie Hebdo comme, par exemple, se faisant sodomiser par le pape ou n’importe qui d’autre. Je ne pense pas non plus que les journalistes auraient réagi autant s’il s’était agi d’un attentat contre Minute avec autant de morts. Ils nous imposent un logo Charlie sur leurs chaines TV mais n’oublient pas de le retirer lors des publicités.
    La liberté d’expression est un leurre réservée à une élite. Au nom de quoi est-elle réservée aux artistes et aux journalistes ? Si je commets un salut nazi dans la rue, je serais condamné. À raison. Si je suis un « artiste », je ne serais pas condamné. Je m’abriterais derrière un pseudo « Happening ». Lire la presse de ces derniers mois. Idem si je publie une caricature sur mon site Web avec le niveau de Charlie Hebdo. Je serais condamné.
    Je pense aussi à ces policiers qui sont morts en voulant défendre le droit à Charlie Hebdo à être ce qu’il est. Le jour même de l’attentat, SEUL Le Figaro a eu un mot pour les policiers morts au « combat ». Ce fut le silence complet sur Libération et le Monde. Idem sur France 2 et Canal Plus.
    Plus grave est l’attaque de l’épicerie cachère. C’est une attaque antisémite. C’est une attaque contre le vivre ensemble. Ces mêmes intellectuels et journalistes qui condamnent l’antisémitisme sont les premiers à coller une « étoile jaune » aux juifs. Il n’est de cesse que l’on nous présente un auteur comme un écrivain juif, un réalisateur juif, etc. Il y a quelques années, Jérôme Charyn a envoyer paître une journaliste qui insistait à le présenter comme un auteur juif. Il a répondu qu’il était Américain.
    Je n’accepte pas non plus que l’on crée des citoyens de première classe et d’autres de seconde classe. Au nom de quoi l’extrême gauche aurait le droit de défiler et non pas l’extrême droite ? Stop aux procès Stalinien et à la récupération par de nombreux partis.
    Pour terminer, j’aimerais rappeler une histoire vraie. Il y a quelques années, à la sortie du stade où des nord africains avaient sifflé la Marseillaise, une télévision Française a interrogé l’un d’entre eux qui a déclaré : « Je suis musulman avant d’être Français » . En 2011, aux Usa, pour la commémoration du 11 Septembre 2001, des musulmans Américains qui en avaient assez d’être stigmatisés ont défilé dans la rue avec pour slogan : « Je suis Américain avant d’être musulman ».
    Je ne suis pas Charlie.

    1. Lafayette

      C’est très juste demain un fou assassinera en criant au nom de jésus et il faudra s’en prendre aux jésuites.

      La vrai question est de savoir qu’un assassina est un crime dans un état de droit et que les religions n’entrent pas en matière. Mieux vaudrait stigmatiser ceux qui font de la prison, que de faire une prison à ciel ouvert.

  7. blackwarrior

    c’est clair que ce fût ignoble cette attaque terroriste..mais après? j’appelle ça de l’hypocrisie et de l’étalage ..les politiques qui récupèrent ce qu’ils peuvent pour monter dans le sondages (vas y Flanby t’as du retard à rattraper),les mouvements religieux de tous poils qui défendent leur liberté de culte (c’est quoi déjà le mot à la mode « laîcité »?),les journalistes qui reprennent goût à la viande morte ( bah oui les charognards c’est la même espèce par certains aspects) et une bonne partie des français (ou des moutons au choix) qui depuis la télé poubelle (ou serait-ce bien avant,surement) ont arrêté de réfléchir par eux mêmes (et laissé rogner leurs libertés individuelles depuis belle lurette) qui scandent le slogan bienvenu « je suis Charlie » (oui oui H16,y’aura des mugs,des posters,de horloges,des crayons avec le slogan,tant que ça fait marcher le commerce) ..bref je m’interroge sur les raisons de tout ça,et sur le sens profond des mots « décence » et « compassion » (pour les familles) qu’on semble avoir perdu et oublié..

  8. zelectron

    HALTE À LA CHARLIE-MANIA

    Désormais critiquer Charlie c’est un blasphème !
    Rire de Charlie est peut vous causer de l’urticaire !
    Charlie est personna grata, les autres non !
    Rien n’existe sans Charlie !
    Aujourd’hui Charlie est notre maitre à penser à tout, tout prêt !
    Même si vous n’aimez pas Charlie, aimez-le !
    Charlie est gentil, tout les autres sont méchants, tous y compris vous !
    Si vous ne pensez pas comme Charlie, soyez maudit !
    Lynch veille si vous dites du mal de Charlie
    Tout vous sera pardonné si vous louez Charlie (pas trop cher tout de même) !
    Charlie est le Ying et le Yang !
    Point de salut sans Charlie !
    Si vous voulez récupérer Charlie, rackez !
    Charlie nous sauvera tous, même si on n’y croit pas ?
    Faites ce que vous voulez, Charlie veille !
    Les millions de Charlie ne seront pas perdus pour tout le monde !
    Votre liberté s’arrête à celle de Charlie, autrement dit, oubliez la !
    Seule la gauche-de-la-bien-pensense peut parler au nom de Charlie !
    Saint Charlie ne priez pas pour nous ou alors discrètement !
    Je suis bouleversement charlivari(é) !
    On peut rire de tout mais pas avec n’importe quel Charliot !
    Big Charlie veille sur vous !
    Seule la pensée Charlie peut sauver l’humanité !
    Charlie est la lumière de l’existence, rien d’autre n’existe !
    Je ne crois en rien d’autre que Charlie !
    Tous les matins en me rasant je me regarde en rêvant à Charlie !
    Si vous oubliez votre prière à Charlie, lui ne vous oubliera pas !
    Charlie est omnipotent (impo(r)tent?) et vous sauvera demain, j’ai dit demain !
    La gauche a récupéré Charlie, il est son étendard et son symbole !
    Utiliser Charly à des fins personnelles est autorisé d’interdiction !
    Seuls les grands prêtres autoproclamés de la nouvelle religion Charlie peuvent parler en son nom !
    Le sacrilège suprême c’est de parler en mal de Charlie !
    La profanation des reliques de Charlie est soumise à déclaration préalable !
    Vous pouvez rire de Charlie mais seulement à vos risques et périls !
    Si vous riez de vous même prenez garde que ce ne soit pas en contradiction avec les nouvelles lois de Charlie!Avant de rire de Charlie vous devez déposer un dossier pour obtenir la permission (temporaire) !
    Seules les personnes autorisées à s’autoriser ont le droit de rire, en ce qui concerne Charlie il faut une autorisation spéciale !
    Aucune autre religion que Charlie n’est tolérée !
    Aucune autre doctrine politique que Charlie n’est tolérée !
    La charlisisation de la société est en marche, rien ne pourra l’arrêter !
    Vive les lendemains charliesques qui chantent !
    La célèbre formule de benito mussolini doit être modifiée comme ceci :
    Tout dans l’État-Charlie, rien contre l’État-Charlie, rien hors de l’État-Charlie.
    Charlie vous demande à tous de déraison garder !
    La charlimania à haute dose décérebre !
    Les charliphyles et les charliphobes sont à mettre dans le même panier !
    L’aubaine de la charlimania tombe à pic pour certains !
    Charlie est un soporifique pour oublier la situation catastrophique de l’économie !
    La prescription de suppositoires charlifiques n’est autorisée que les jours grévés !
    Charlie est une bénédiction pour relever le niveau d’impopularité d’incertain !
    La meilleure façon de parler c’est de charlifier !
    Le charlivisme est incompatible avec toute démonstration de modération et/ou de tolérance !
    Les charlivistes sont les adorateurs de Charlie, ils suivent ses préceptes aveuglément !
    Le charlivisme est la nouvelle religion d’état !
    Toute personne critiquant le charlivisme encoure des poursuites !
    La critique de Charlie est interdite même de façon indirecte !
    CHARLIE ÜBER ALLES, telle est la nouvelle devise de la ripoublique
    Charlie détient le monopole du coeur, à ce titre il faut demander la permission d’en avoir
    Seul Charlie est solidaire, universel et fraternel, les autres, NON!
    Seul Charlie s’oppose à la tiranie, à l’esclavage, à la pensée inique, rejoignez-le !
    Heureusement que Charlie existe, notre économie va redémarrer très fortement, la preuve : Charlie Hebdo.
    Si vous n’être pas d’accord avec les moutons estampillés Charlie, vous risquez des problèmes!
    Les islamistes assassins n’existent pas, seuls les barbares assassins existent, Charlie dixit !
    LA CHARLIA EST EN MARCHE, DORMEZ BIEN BRAVES GENS !

Laisser un commentaire