Les emprunts toxiques, ça continue. C’est pas grave, c’est le contribuable qui régale

Selon la loi de Murphy, quelque chose qui peut mal tourner finira probablement par mal tourner. Et lorsque l’État, des élus et l’argent du contribuable sont impliqués, cette probabilité se transforme en certitude inévitable au même titre que la mort et les impôts. Il en va ainsi des emprunts complexes qui furent contractés au début des années 2000 par les collectivités territoriales et qui ont largement défrayé la chronique. On pourrait croire qu’à présent, tout le monde étant au courant, les responsables publics se soient assagis. Il n’en est rien.

Tout d’abord, il y a bien sûr le simple fait que, pendant que la mode était à la multiplication de ce genre de cascades financières osées, les collectivités territoriales ne furent pas les seules à en croquer. Au-delà des mairies, communautés de communes et autres regroupements d’agglomérations qui se sont empressés, dès que l’égo des élus enflait, de contracter ces bombes financières à retardement, on trouve aussi des institutions locales à commencer par les hôpitaux publics. Or, si l’on entend assez facilement les couinements ulcérés de maires et des conseillers généraux aux finances exsangues une fois les taux brutalement relevés à la faveur d’un franc suisse toujours plus solide, et ce, d’autant plus facilement que la presse aime se faire l’écho des célébrités politiques locales, on entend en revanche nettement moins parler des directeurs d’établissements hospitaliers publics qui ne sont pourtant pas les derniers à avoir profité de ces montages douteux.

Et c’est au détour de quelques articles dans la presse spécialisée (qu’on pourra lire ici, moyennant abonnement) qu’on découvre que la situation, qui n’est franchement pas rose pour les communes embourbées dans les misères toxiques et les petits arrangements avec la structure de défaisance de Dexia, ne l’est pas plus pour certains hôpitaux. Ainsi, la récente envolée des cours du franc suisse entraînerait une hausse du coût de sortie de ces emprunts improbables d’environ 400 millions d’euros, dont tout indique que ce sera le contribuable qui devra, d’une façon ou d’une autre, les régler.

dexia galere

Il faut en effet comprendre que depuis le plan Hôpital 2007 puis Hôpital 2012, les établissements publics de soins ont été largement encouragés à se débrouiller par eux-mêmes pour trouver des financements, quitte à croquer dans le fruit interdit (et méconnu à l’époque). La Cour des Comptes avait, en avril dernier, évalué à environ 30 milliards d’euros la dette totale de ces établissements, dont 20% (c’est-à-dire 6 milliards tout de même) classés « sensibles » — sans doute pour éviter le mot « toxique ». On comprend que le récent abandon du « peg » euro-franc suisse a jeté comme un petit vent de panique auprès de tous les joyeux souscripteurs de ces emprunts.

Mais là où l’affaire prend une tournure malheureusement trop habituelle, c’est lorsqu’on apprend la mise en place d’un fonds de soutien pour les hôpitaux ayant contracté ces emprunts structurés à risque, fonds abondé par le contribuable et, notamment, tous les établissements de soins, y compris privés, via l’utilisation habile de crédits d’assurance maladie. Autrement dit, ce sont les contribuables et les cliniques qui vont payer pour la gestion hasardeuse des hôpitaux publics. Chose qui ne plaît guère à Lamine Gharbi, le président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP), qui déclare :

« Nous refusons catégoriquement que soient financées les erreurs de gestion des hôpitaux publics, on ne peut plus accepter que des erreurs soient payées par la collectivité au détriment des autres secteurs privés et associatifs. »

Et on comprend l’agacement du président de la FHP puisqu’en regard des établissements publics qui ne se sont pas gênés pour risquer ainsi les finances du contribuable dans du carry-trade en francs suisses, aucune clinique n’a contracté d’emprunt toxique. Bizarrement, celles-ci ont sans doute jugé ces emprunts un peu trop louches, ou trop risqués, ou trop beaux pour être vrais et se sont abstenues de mettre leurs finances en péril. De là à conclure que l’engluement dans des bricolages financiers hasardeux est précisément la marque d’un secteur public qui n’a rien à carrer des finances publiques, il n’y a qu’un pas qu’on se gardera de franchir, parce que ce n’est pas le style de la maison.

Pour le franchir, il faudrait vraiment qu’un nouvel exemple d’institution publique, déjà lourdement endettée, s’amuse à se lancer maintenant, là, tout de suite, dans cette période troublée, dans un nouvel emprunt en devise étrangère avec des taux soi-disant bas, avec l’argent du contribuable, et la quasi-certitude d’une catastrophe à moyen ou long terme. Évidemment, un tel cas semblerait à la fois grotesque (tout le monde sait, maintenant, ce qu’est un emprunt toxique, le carry-trade sur une monnaie étrangère et les risques qu’on court) et franchement caricatural (Une institution publique, se lancer dans une telle opération, en pleine période d’austérité ? Vous n’y pensez pas !).

emprunt russe

Et voilà que fonce sur le devant de la scène la célèbre CADES, la caisse d’amortissement de la dette sociale, établissement public s’il en est, qui gère donc la dette de tout le bazar d’assurance santé que les Français regroupent sous le vocable « Sécu ». Alors même qu’un nombre inquiétant d’établissements de soins s’agite dans les affres du surendettement et des emprunts toxiques, la CADES fanfaronne dans la presse en annonçant, joyeuse comme seuls les parfaits imbéciles ou les irresponsables savent le faire, avoir réussi pour la première fois et avec brio l’émission en renminbi, « la monnaie du peuple » chinois, un emprunt de 423 millions d’euros (ou 3 milliards de renminbi) à un taux de 3,8% sur deux ans. Le patron de la CADES se réjouit même du montant :

« Aucune autre émission en yuan n’a atteint un tel montant ces deux dernières années. Cela place la CADES parmi les grands émetteurs prestigieux du service public »

Youpi, tralala, on vient de souscrire un emprunt de 3 milliards de renminbi. Tout ira bien : le renmimbi, cette monnaie sous-évaluée que la Banque Centrale Chinoise fait tout pour empêcher de monter depuis des années, ne gagnera pas de valeur, l’euro ne se cassera pas la figure, et on pourra rembourser ce prêt à un taux très raisonnable sans souci puisque il est seulement de 3.8%, mes enfants. Bien sûr, d’ici deux ans, la monnaie chinoise ne s’appréciera pas, même pas un petit peu suite (par exemple) à une décision unilatérale de la Banque Centrale Chinoise de lâcher un peu la bride à sa monnaie — ça n’arrivera jamais, c’est du Suisse jamais vu, c’est impossible, les Chinois sont fourbes mais ne feront jamais ça, voyons. Et puis, ce n’est pas un risque inconsidéré, puisque c’est géré au cordeau par des gens responsables et soucieux des deniers du peuple. Ils l’ont tous largement prouvé.

Franchement, c’est sûr, tout va bien se passer.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires236

  1. Higgins

    J’aime bien l’utilisation de l’adjectif « prestigieux » par le directeur du bouzin, pardon de la CADES!!!
    Sinon, est-ce que ce cuistre finance l’achat de sa maison avec de tels emprunts? Pas sûr du tout parce que là, c’est son pognon qui est en cause.
    Ca ne coûte pas très cher au président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) de tenir de tels propos car, in fine, ce sera le moutontribuable qui paiera. On n’imagine pas, à la fois pour des bêtes questions de santé publique et pour l’aspect social, que les établissements incriminés ferment leurs portes en cas de faillite déclarée. Rien que chez moi, le CHU locale est le principal employeur du département loin devant les entreprises privées (plus de 8000 employés).
    Sinon, ca sent de plus en plus le sapin du côté de la Grèce avec la décision de la BCE hier soir. Alors, la Grèce en dehors de la zone euro, mythe ou réalité?

    1. Le Gnôme

      Il n’est pas facile pour un dirigeant de se faire élire sur des promesses fallacieuses, mais le mur de la réalité reste toujours en place. Tsipras l’apprend une semaine après avoir pris le pouvoir. Un petit bank run, et il va être obligé de rentrer dans le rang, ou de sortir de l’euro, et pour ses électeurs crédules, ce sera le début de la descente aux enfers.

      1. Aristarque

        Ce sera la faute au néo turbo anarcho crypto affroso libéralisme rétrograde… Comme d’ hab…
        D’ ici à ce que Peak de la Faribole fasse un geste de 40Mds€ pour son nouveau pote, dans cette conjoncture pas bisounours… Cette hâte de Tsipras à venir tendre la sébile à l’ Elysée….

        1. Deres

          Flamby voudrait bien que l’on fasse l’aumône aux grecs car nous sommes aussi dans la file. Donc créer un précédent de non respect complet de ses promesses l’arrange bien …

    2. Caton

      La décision de la BCE de ne plus accepter de titres de dette de l’état grec comme collatéral est amusante, et surtout la manière dont la BCE la justifie.

      La BCE ne peut prêter à une banque que contre une sécurité, un collatéral. La BCE accepte comme collatéral uniquement des titres considérés comme sûrs, avec moins de 0,4% de risque de défaut dans les 12 mois (voir ecb.europa.eu/paym/coll/risk/ecaf/html/index.en.html). Éventuellement, une décote peut être appliquée pour un collatéral classé de qualité 2 ou 3. Une exception au regard des statuts de la BCE était consentie pour les emprunts d’état grecs, ce qui est illégal. La BCE vient donc d’annoncer qu’à moins que la Grèce ne se plie aux diktats de la Troïka, elle va arrêter de violer ses propres statuts.

      L’autre source de financement pour les banques grecques, c’est le Emergency liquidity assistance (ELA), en français Soutien exceptionnel à la liquidité bancaire. Les détails sont tout aussi amusants, mais le point essentiel c’est que le 28 février le programme ELA pour la Grèce, c’est terminé.

      La BCE met donc la pression sur le nouveau gouvernement grec. lls ont jusqu’au 28 février pour se soumettre, ou les banques grecques font faillite. Il est intéressant de noter que la prise d’otages est maintenant admise, non seulement dans les transports en commun français, mais également dans les relations entre états européens… mais, baste! que peut faire le gouvernement grec?

      1. Plier. Ils seront alors mis en minorité par le départ des Grecs Indépendants de la coalition, donc nouvelles élections, et nouvelle montée de Aube Dorée… On connaît la fin de l’histoire.

      2. Restructurer la dette détenue par les institutions privées et quitter la zone euro. Cela va faire mal, potentiellement marquer le début de la fin pour l’euro, mais pas si grave dans l’ensemble.

      3. Rester dans la zone euro, mais laisser ses quatre banques systémiques faire faillite, et faire défaut sur l’ensemble de sa dette. Ces évènements de crédit vont déclencher les CDS correspondants et faire tomber au minimum la Deusche Bank, le Crédit Agricole, la Société Générale, Barclays, BNP Paribas, le Crédit Agricole, Nordéa et le Crédit Suisse. Vous avez aimé Lehman Brothers?

      Si Syriza a des c….les, on va être nombreux à l’avoir profond…

      1. Gerldam

        Il fallait ête vraiment débile pour acheter des CDS sur les emprunts grecs. SI les banques susnommées font faillite, elles l’auront bien mérité. Mais…elles sont TBTF (too big to fail) me direz-vous. Bonne occasion de faire un Epic Fail mémorable.

        1. dede

          « Il fallait ête vraiment débile pour acheter des CDS sur les emprunts grecs »

          Si vous m’en vendiez, je serais pourtant tente de les acheter… Etes-vous certain du sens de la transaction qui va faire mal?

          1. Gerldam

            Effectivement, je me suis mal exprimé. J’aurai du dire: il faut être débile pour émettre des CDS sur les emprunts grecs, car, en cas de failtie de la Grèce; l’assureur doit une fortune au souscripteur (cf. cas de AIG avec les CDS sur les subprimes)..

            1. balt

              c’est justement tout le problème des cds:on en émet chaque année des montagnes en sachant que suivant les cas on les honorera ou pas!les cds sont un pilier important du ponzi financier

        2. Skandal

          Pardonnez moi Gerldam mais vous faites un énorme, monstrueux contre sens…

          Au contraire, il faut acheter des CDS puisque cela revient à acheter une protection.

          Ceux qui font morfler si les CDS se déclenchent , ce sont ceux qui ont vendu les CDS donc vendu la protection…

          Ce sont les mêmes banques ceci dit…

          1. Aristarque

            A condition que les débiteurs des CDS rendus exigibles, les paient… Au vu des escadrilles de cygnes noirs que l’ on voit voler ces derniers temps, je n’ en ai pas la certitude chevillée au corps…

      2. gameover

        Si mes souvenirs sont bons (mais je n’ai pas tout suivi) les CDS n’ont pas fonctionné lors du défaut de la Grèce qui est bien un défaut mais n’est pas un défaut suivant l’autorité internationale bien que beaucoup se soient assis sur plus de 50% (voire 75%) de leur dette : c’est là qu’on se rend compte que l’on peut réécrire les définitions des mots lorsque la tenue du château de cartes est en jeu…

        Au besoin on fait une loi pour dire qu’un rond est une forme alternative d’un carré puisque seules les lois pénales ne sont pas rétro-actives… mais les fiscales et autres on peut…

        1. Caton

          S’agissant officiellement de pertes acceptées volontairement par les deux parties, l’ISDA a en effet décidé que ces « haircuts » n’étaient pas des événements de crédit.

          C’est d’ailleurs logique : un CDS est l’équivalent financier d’un contrat d’assurance. Et si vous mettez le feu volontairement, votre assurance incendie ne vous couvre pas…

        2. Skandal

          Vos souvenir sont bons… Même si depuis les contrat CDS, qui sont normalisés et standardisés depuis la chute de Lehman Brothers, on évolués et donc ils pourraient tout de même se déclencher.

  2. Aristarque

    Nous apprenions hier, que forte de l’ expérience acquise avec les « emprunts toxiques » basés sur la parité euro/CHF, l’ Administration se lançait maintenant avec d’autres sur la parité renmimbi/euro… Au moment où l’ euro baisse continuellement… Sûr que c’est une bonne affaire en gestation… :mrgreen:

    1. Deres

      D’autant plus que 3.8% pour une structure publique vu les intérêts sur la dette souveraine française, cela ne semble pas si bas que cela … Pour camoufler la dette publique, on la répartit sur plein d’entités qui paye au final des intérêts plus élevés. La cavalerie et la dissimulation comptable a un coût très élevé en fait. Mais c’est le prix a payé pour que nos politiques et hauts fonctionnaires fassent semblants de bien gérer les choses !

      1. Skandal

        Je me permet une précisions

        le 14/01/2015 la CADES a émit une obligation euro de maturité 8 ans à 0.5%….

        En fait le taux de 3.8% sur deux ans est un taux en Yuan qui doit donc être comparer au taux en vigueur en Chine et pas aux taux euros…

        1. Adolfo Ramirez Jr

          Quel est l’intérêt d’emprunter du yuan à 3.8% quand on peut avoir de l’euro à 1 ou 2%???
          à moins que ce soit pour acheter des médicaments à la brique pilée directement auprès des usines chinoises….

          1. Skandal

            Je ne vois pas d’intérêt hormis celui de faire plaisir à « des amis »… Ou alors pour placer/investir l’argent emprunté en Chine.

            Il est assez clair que les dirigeants de la CADES ne comprennent rien à rien et qu’en plus ils s’en foutent puisque ce n’est pas leur argent…

            Mais je ne vois pas l’intérêt d’aller emprunter en Yuan… Encore, prêter de l’argent oui, mais emprunter….

          2. Patatrac

            Les conditions de financement sont équivalentes, le post d’Onihylis un peu plus bas en donne une évaluation détaillée (et correcte).

        2. Aristarque

          Pour brider son économie , la Chine a peut-être besoin de mettre des taux élevés (selon les actuels critères du marché) sur les prêts pour éviter une surchauffe. Peut être est ce bonne affaire de souscrire à-10% des conditions courantes du moment en Chine? Un tel engagement, même à deux ans , pourrait passer si le yuan avait tendance à se déprécier, le taux d’intérêt étant compensé par le capital se dépréciant et devenant plus facile à remboursera avec sa propre monnaie stable ou en appréciation. Mais là, moi je vois double risque : un acquis par le fait de payer du 3,8% contre du 0,5 à 1%, mettons,
          un autre potentiel par suite d’ une réévaluation du yuan contre l’ euro qui est de fait déjà en cours par la baisse erosive du dernier cité, pourrait devenir catastrophique si la Chine faisait monter sa monnaie. Selon la presse grand public, la Chine retiendrait sa monnaie de monter naturellement. Tout cela peut connaître un changement brutal par décision politique inopinée…

        1. Black Mamba

          Tiens ! Mon post n’est toujours pas validé … de la discrimination ?
          Pourtant je l’ai mis depuis 11h …
          Monsieur est contrarié aujourd’hui ?

        1. Val

          +1 , « socialisme est diabolique » oui c’est un postulat , et des petits malins pensent utile de le démontrer et le redémontrer , avec la même réussite il faut le mettre à leur actif .

  3. Le Gnôme

    Curieux quand même, personne n’a pensé à faire des emprunts adossés sur le dollar du Zimbabwé ou en bolivar du Vénézuéla qui, je pense, ne risquaient pas de grimper au sommet.

      1. LM

        Dans ce genre de deals, les banquiers font juste la paperasse (la structuration et la mise en relation). Ils prennent une commission et s’assurent d’avoir mis des tonnes de disclaimer dans le cas (certain) où la CADES vienne les revoir dans 5 ans en se plaignant que le yuan a explosé et qu’on leur a vendu un produit de force avec des formules (des additions) ultra complexes.

        1. Adolfo Ramirez Jr

          Ici au pérou, les gens s’endettent parfois en dollars puisque les grosses transactions se font dans cette monnaie. Les banques et les médias rappellent un principe simple : endette toi dans la monnaie de tes revenus, ne prend pas des dollars si tu as exclusivement des revenus en nouveaux sols.

  4. Aristarque

    Autre question : 3,8%! Ce n’est pas un peu cher par les temps qui courent, au vu des taux consentis couramment à la Grance? On est tout de même largement à plus du double et avec un risque de change non négligeable, dans le mauvais sens, de surcroît. :mrgreen: Je ne sais pas pour vous mais cela m’étonnerait que cela se terminât dans les flonflons et les vivats…

      1. Aristarque

        Oui, dans le principe. Mais l’ écart paraît gigantesque à mes pauvres yeux. N’ y a t il pas un accoutumé des marchés financiers dans le secteur ? GO qui a toujours un tuyau sur tout ?

        1. Honorbrachios

          plus ton dossier est pourri, plus la banque va te refiler des prêts à taux élevés…(dossier pourri est l’inverse de fonctionnaire, donc indépendants par ex)

        2. Lambda Expression

          Non c’est pas enorme.
          Les taux de swap 2Y chinois sont d’a peu pres 4.15%
          en gros, ca te rapporte ca. A comparer avec 0.2% en eur.
          C’est exactement ce qu’h16 explique.
          en gros:
          Je suis preteur:
          J’ai 10 €, je les converti en renmimbi, je les prete pour 2 ans, je touche 4.15% (en renmimbi), je converti dans l’autre sens pour recuperer mes interets en € et le nominal a la fin. Et voila.

          Je suis emprunteur : l’inverse.

          Sauf que….sauf que si le taux de change entre euro et renmimbi commence a swinger grave, tout vole en eclat.
          Maintenant il se sont peut etre hedge sur le taux de change. on en sait rien.

          1. Franchement, une institution publique qui se hedge comme il faut contre le risque de taux de change, c’est commun, c’est banal, c’est du courant, du déjà-vu mille fois. Comme toutes les collectivités territoriales ou les hôpitaux qui ont souscrit des prêts en CHF et …
            Oh.
            Wait.

            1. Caton

              La CADES est un établissement public. Et en France, la règle est que l’état est son propre assureur. Donc, voilà, c’est bon, ils sont couverts comme il faut.

            2. pactol

              D’accord avec H16, çà m étonnerait grave qu’ils aient pris une couverture sur les taux de change. Ça se saurait que la parité Euro/Yuan peut varier en notre défaveur. La Suisse vient de le prouver.
              Ce que je n’arrive pas à comprendre : pourquoi ont-ils emprunté en monnaie chinoise. Les taux dans la zone euros sont dérisoires. La pépite est-elle en toc ? Quelles sont les garanties ?

              1. Val

                @pactol , quand on se demande pourquoi et que la logique n’est pas là , alors , ça sent le financement occulte à plein nez . En fait , ils ne sont jamais cons , ils sont juste cupides .

            3. Patatrac

              L’obligation est à échéance deux ans et porte un coupon de 3.8%, émise au pair sur le marché, donc son rendement à échéance est le taux de coupon. Comme il existe un différentiel de taux d’intérêts entre l’Euro et le Yuan, c’est ce différentiel (et la qualité de l’emprunteur) qui permet de fixer le taux du coupon/prix d’émission. Apparemment la demande pour ce papier a été supérieure au volume d’émission, ce qui est en général une indication (positive) que les termes de l’obligation correspondent aux attentes du marché.

              Une émission en monnaie étrangère, ici le Yuan, doit avoir des termes comparables ceteris paribus (maturité, coupon, rating, collatéral, prix & volume d’émission…) aux autres titres déjà émis sur ce même segment de marché, c’est le travail fait par le syndicat de banques émettrices (BNPP, BoC, HSBC). Si cette phase est bâclée, l’obligation n’est pas souscrite, ou très peu, ou son prix dégringole, bref c’est un ratage complet.

              Donc, si le différentiel de rendement EUR/YUAN paraît important, il est dû à la structure du marché de la dette en Yuan, ces conditions ne peuvent pas être influencées par un émetteur. D’autre part, ce qui est important pour la CADES c’est d’avoir un coût de financement « acceptable » en procédant à cette émission obligataire en Yuan. Seuls eux savent quel est ce coût « acceptable ».

              @H16, 10h23

              Une émission obligataire en monnaie autre (Yuan) que la monnaie de référence de l’émetteur (Euro) est toujours couverte dès son émission et sur toute la durée de vie restante contre le risque de change (basis FX swap) et risque de taux (IR swap) sinon l’émetteur ne peut connaître (et fixer !) son coût de financement. C’est une pratique commune. On peut théoriquement faire sans bien sûr, mais c’est ridicule et suicidaire de prendre un tel risque, même sur deux ans.

                1. Aristarque

                  Merci pour les explications. Cependant, je ne comprends pas l’ avantage d’aller chercher du 3,8% dans une monnaie étrangère quand on s’esbaudit lourdement sous nos latitudes d’ obtenir du financement dans sa monnaie à moins d’un pour cent l’ an ? Y aurait il une défiance au sujet de la viabilité de la Cades ???

                  1. Patatrac

                    Les conditions de financement sont équivalentes, le post d’Onihylis un peu plus bas en donne une évaluation détaillée (et correcte). En général, les grands émetteurs diversifient leurs sources de financement sur plusieurs marchés, apparemment le Yuan offre de bonnes conditions sur le marché secondaire (c’est ä dire le marché où les investisseurs s’échangent les titres obligataires entre eux, hors le syndicat de banques émettrices) pour les titres français de haute qualité (rating).

              1. Deres

                « Pratique commune » ne veut pas dire systématique. On le voit bien justement avec ces histoires d’emprunts toxiques qui justement ne sont pas toujours couverts contre les risques.

                De plus, je ne vois trop le but avec la faiblesse des taux d’intérêt chez nous d’aller emprunter dans des pays à taux plus élevés en portant les frais d’intermédiation de couverture de risque de change et de taux en plus. Diversifier des investissement pourquoi pas, mais des emprunts ???? A part pour cacher des choses sous le tapis, je ne vois pas.

                1. Patatrac

                  Dans ce cas « commun » doit se comprendre comme 2systématique ». Aucun émetteur obligataire sensé – à ma connaissance – n’a jamais pris un tel risque.

                1. Patatrac

                  Les conditions de l’émisssion sont en rêgle générale « all-in » donc comprennent, pour l’émetteur, déjà le coût des hedges sous-jacents (FX basis swap & IR swap). Seul l’émetteur (et le syndicat de banques) connaissent ce coût.

                  1. Onihylis

                    « Seul l’émetteur (et le syndicat de banques) connaissent ce coût. » –> Ok, mais je vois mal une banque proposer un hedge à perte. Le 3.8% de coût est, en ordre de grandeur, assez correct.

                    Sur de l’OAT 2Y, on est à -10 bps de rendement.
                    Sur de la CADES 2Y, on est à -3 bps de rendement.
                    +380 bps de couverture, on y est.
                    Le taux proposé en CNY est l’équivalent de ce qui existe déjà pour la CADES, à quelques bps près…

                    « à quelques bps près », cela me fait penser au « billet d’esprit » d’Invesco d’aujourd’hui, je vous le cite, histoire de… :

                    « Trois fois rien, c’est déjà beaucoup

                    Quatre points de base (0,04%) c’est bien peu, presque rien. Quatre points de base, c’est la hausse du taux d’intérêt allemand entre les 30 janvier et 3 février derniers.

                    Oui mais voilà : le prix d’une obligation varie en sens inverse de son taux, dans une proportion nommée sensibilité, elle-même fonction décroissante du taux d’intérêt. A ce stade, le lecteur qui serait saisi de violents maux de tête peut retenir que, avec des taux d’intérêt aussi faibles, la sensibilité des obligations est très élevée, de même que les moins-values potentielles. En l’occurrence, en deux jours, le porteur de cette obligation a subi une moins-value de 0,41%, soit plus qu’un an de rendement.

                    Les emprunts d’Etat, surtout lorsqu’ils sont allemands, procurent un fort sentiment de sécurité aux investisseurs. Faut-il se fier à ses sentiments ? »

              2. Vodkaman

                Ok, donc si cette émission a été un franc succès, cela veut-il dire que le marché considère la souscription de ces obligations comme une bonne opportunité de se goinfrer ?

                CQFD…

                1. Patatrac

                  Qu’entendez-vous par « se goinfrer » ? Les investisseurs ont tout loisir de souscrire à l’émission obligataire ou pas selon leurs propres critères, et ces conditions doivent aussi être favorables à l’émetteur.

                  1. Vodkaman

                    les souscripteurs gagnent d’avantage si le taux de change € / yuan évolue en défaveur de l’€ non ? J’en déduit que ceux qui ont acheté tablent sur ce risque et que les têtes de nœud – pardon les têtes pensantes – de la CADES le tiennent pour négligeable.

                    mais j’ai peut-être mal compris.

                    1. Patatrac

                      Une émission obligataire correspond à un besoin de financement d’une entreprise qui choisit d’aller sur le marché (au sens large) pour lever les fonds et fixe son coût de financement sur toute la durée de vie de l’emprunt en couvrant le risque de change (si elle émet en une devise autre que sa devise comptable) et de taux. Il est impensable que la CADES n’ait pas couvert les deux risques.

                      Pour celui qui achète cette obligation, disons un investisseur hollandais, donc en devise de référence EUR, sans couverture du risque de change, oui, là ça peut faire mal si le CNY s’effondre. C’est la situation que la plupart des gestionnaires de fonds suisse investis en EUR ont connu à la mi-janvier lorsque l’EUR est passé de 1.20 à 0.98 CHF…. Une grosse baffe

      2. pactol

        Normalement, plus l’emprunt est à courte terme plus le taux est bas et vice versa. C’est un peu la prime de risque.
        Mais actuellement, c’est un peu de l’extorsion de fonds.

    1. royaumont

      Ca dépend de comment est percue la solidité fiancière de l’emprunteur : plus les risques de défauts sont importants, plus le taux est élevé.
      Ce taux relativement élevé est-il le signe d’une solvabilité douteuse de la sécu ?
      Si oui, ça promet…

        1. Deres

          Autrement dit, ils ne trouvait personne pour leur prêter en euros, probablement car les taux sont trop faibles et qu’achetez de la dette souveraine semble plus simple et plus liquide. Ils sont donc allez chercher des liquidités en Chine avec des taux d’intérêts plus élevés. On en revient au même point que même si la BCE inonde le marché de liquidité, les banques ne prêtent pas au final sauf aux Etats car ils peuvent fourguer cette dette à la BCE en ne prenant aucun risque au final …

        2. LM

          En l’occurrence les taux 10 ans en Renminbi sont à 3.5%.
          Là il s’agit d’un emprunt sur 2 ans. Ce qui fait à peu près 1.2% au dessus des taux d’état chinois.
          Mais c’est vrai que je pensais que les taux du renminbi était plus bas. My bad.

      1. dede

        Sur 3 ans, les taux RMB tournent autour de 2.60% mais il semblerait que la CADES ait pris une couverture (ce qui semble malin) mais vu le risque, ce n’est pas gratuit.
        Donc elle emprunte a 3.80% en RMB au lieu de 0.5% en EUR mais quasiment sans risque (essentiellement le risque de faillite des banques contreparties de la couverture mais ils sont optimistes a la CADES).

        Cela parait un peu cretin mais en fait, non, c’est completement debile mais comme on leur a dit que c’etait prestigieux, ca n’a pas de prix…

  5. Black Mamba

    On a parfois l’impression que ces différents gestionnaires ont des oeillères qu’ils ne regardent pas l’actualité,qu’ils ne font pas des recherches pour savoir si il n’y a pas quelques risques …
    Après la chute, on appelle au secours à l’Etat maman ..

    1. blackwarrior

      « gestionnaires »?? franchement je te trouve vachement sympa du’utiliser ce terme BM..moi j’appelle plutôt ça des « tâches »..^^

          1. Deres

            D’une manière général, pour comprendre le monde il faut arrêter d’écouter les conneries que vous disent les gens mais se demander qu’elles sont leurs objectifs personnels. Et réfléchir aux siens pour se concentre dessus. Sinon, on se fait avoir en permanence en travaillant pour les objectifs des autres et à l’encontre des siens.

            Le meilleur exemple est quand quelqu’un vous tient un discours moralisateur ou vous prenant par les bons sentiments. Généralement, il va s’en mettre pleins les poches derrière … Exemple type : « Mais monsieur, la sécurité de vos enfants n’a pas de prix » veut généralement te dire qu’on veut te vendre quelque chose dont tu n’as pas besoin un prix indécent.

            1. Lafayette

              Le carriérisme c’est une partie du problème, l’autre c’est que son salaire ne dépend pas des conneries qu’il fait au nom des autres. D’ailleurs plus grosse est la connerie plus il risque de trouver de l’avancement, car sinon il plonge pas seul.
              C’est la dure loi de la politique.
              Un grand bateau et pourtant tous mouillés.

    2. La Coupe Est Pleine

      « Black Mamba 5 février 2015, 9 h 21 min
      On a parfois l’impression que ces différents gestionnaires ont des oeillères qu’ils ne regardent pas l’actualité,qu’ils ne font pas des recherches pour savoir si il n’y a pas quelques risques … »

      => Ces gens-là ne font rien par hasard, tout ce qu’ils font est clairement préparé et calculé. Si ce genre d’opération, grotesque à première vue à lieu, c’est qu’il y a un intérêt quelque part …. Mais par forcement pour la collectivité…..

      1. Black Mamba

        Oui , évidemment l’intérêt de la collectivité passe au dernier rang et encore ce serait montrer d’un peu d’optimisme … donc on peut penser qu’il voit son propre gain immédiat et refiler le bébé cancéreux à quelqu’un d’autre par la suite…

      2. MadeInCH

        Un truc entendu de quelqu’un de confiance, ayant été témoins de montages financier communeauc intéressant…
        .
        Un maire d’une commune veut faire un truc marquant. Un tram ou un stade, par exemple.
        Il emprunte.
        Les conditions sont les suivantes:
        Durant 10 ans, la commune doit rembourser un intérêt de 1~2%. C’est donné!
        Les 10 ans écoulés, la commune doit rembourser d’un coup tout le capital.
        .
        Evidemment, la probabilité que le maire signataire soit encore en place 10 ans plus tard est assez faible…

  6. hop hup

    Les républiques françaises, c’est un peu comme des iPhone, on va nous faire croire à une révolution quand la version 6 arrivera, mais ça sera toujours le même système d’exploitation…

    vous la trouvez comment cette citation elle pas de moi mais je la trouve plutôt bien

  7. Honorbrachios

    HS mais ceux qui peuvent écoutez bfm biz en ce moment ou Slimane le sondeur (la voix de son maître) envoie sans sourciller et sans honte que la réforme préférée des français serait , ne rigolez pas, « le prélèvement à la source » – ce qui tombe bien car hier ça tournait sur les ondes !

  8. hop hup

    sa risque d’être une bonne affaire pour les chinois qui gagneront de l’argent
    et mauvaise pour le contribuable qui épongera la perte

  9. Popeye

    après ce communiqué de presse, y-a-t-il UN SEUL journaliste « économique » qui a posé la question, basico-basique mais qui intéresse diantrement le « bon père de famille » que je tente d’être et qui a souscrit un emprunt pour financer un achat immobilier, question du genre :
    « 3,80%, OK. Est-ce un taux fixe? Si non, quels facteurs le font monter, et ce taux est-il « capé »? »

    Mais je ne suis pas journaliste économique,ma question est très certainement on ne peut plus oiseuse.

    1. Honorbrachios

      je ne peux répondre à la place des journalistes éco mais un spécialiste des banques au Canada dit dans une de ses émissions youtube de surtout se débarrasser de TOUS prêts à taux variables (j’essaierai de retrouver le nom et le lien si j’ai le temps)

        1. Greg

          Etant avec mon frère nu-propriétaire de l’appartement de notre mère, nous venons de re-signer l’hypothèque à 1.6% bloqué sur 10 ans.
          Sinon il y avait 1.4% sur 5 ans.
          Et si j’avais pu, personnellement j’aurais encore préférer signer 2% sur 15 ans.

          Si je veux de l’adrénaline en montagnes russes, je vais me payer un billet pour un tour chez les forains, pas signer avec des banquiers. Mais ce n’est que mon avis à moi.

    2. royaumont

      Je ne suis pas sûr qu’un prêt adossé à une monnaie étrangère puisse être à taux fixe.

      De toute façon, la finance suit une règle simple : rien n’est gratuit. Donc une réduction de taux s’accompagne nécessairement d’une contrepartie, qui est souvent un transfert de risque. Plus la réduction est élevée, plus le risque transféré est grand. Le reste, c’est du marketing.

      1. Deres

        Dans les faits, le taux est peut être fixe, mais tu rembourses dans la monnaie étrangère. Donc si elle prend 20%, tes remboursements augmentent de 20%, ce qui revient exactement au même qu’une augmentation de 20% du taux … Si en plus le taux est variable, ce serait vraiment chercher la merde avec un possible double effet kiss cool !

        1. Popeye

          donc si je vous comprends bien, le taux n’est en aucun cas fixe et il n’est en aucun cas « capé ».
          Bon.
          Je suis « actionnaire » de la CADES, puisque « sujet » du régime général de la sécurité sociale française que le monde nous envie.
          Comment fait-on pour virer le directeur financier et le directeur général, ou tous ceux dont la signature figure sur les contrats qui ont du accompagner cette splendide opération qui va immanquablement nous péter à la gueule?

          1. Popeye

            Et une fois virés, on peut aussi les suspendre (par les aisselles, pas par le cou : ces actes barbares ne se font plus…) pendant quelques heures à un lampadaire derrière l’hôtel de ville de Paris (là où se trouvait la place de la grève)
            Les passants pourront leur jeter des tomates pourries, des poires blètes ou tout autre projectile de ce style.

        2. Patatrac

          @Deres
          « Si elle prend 20%, tes remboursements augmentent de 20%, ce qui revient exactement au même qu’une augmentation de 20% du taux »

          C’est inexact. Une émission obligataire correspond à un besoin de financement d’une entreprise qui choisit d’aller sur le marché (au sens large) pour lever les fonds et fixe son coût de financement sur toute la durée de vie de l’emprunt en couvrant le risque de change (si elle émet en une devise autre que sa devise comptable) et de taux. Il est impensable que la CADES n’ait pas couvert les deux risques.

          1. Caton

            Je répète: l’état est son propre assureur. Ainsi, le CNRS ne souscrit aucune assurance automobile ou incendie, et les emprunts en devise étrangère de la CADES ne sont pas couverts contre le risque de change.

            1. Patatrac

              « les emprunts en devise étrangère de la CADES ne sont pas couverts contre le risque de change »

              Pouvez-vous étayer votre affirmation par des faits, et en particulier cette émission obligataire de la CADES ? Merci

              1. Caton

                Communiqué de presse de la CADES : émission d’un contrat d’échange en euros. Donc présence de risque de change sur les intérêts. Qui n’est pas assuré, vu que l’état est son propre assureur.

                1. Patatrac

                  Si un contrat d’échange a été émis (FX EUR-CNY certainement sur 2 ans), le risque de change est couvert, aussi sur les intérêts.

                    1. Patatrac

                      Vous n’êtes pas sans ignorer que l’on peut swapper des devises jusqu’à 15Y, je ne parlais pas du spot, qui n’a aucun intérêt dans une émission obligataire. Je n’ai jamais vu une émission obligataire en monnaie étrangère non hedgée en FX et IR, mais vous avez l’air dêtre très au fait sur cette transaction, tant mieux.

      1. Deres

        Car ils n’avaient pas le choix … Aucune banque française ne voulait leur prêter de l’argent. Quand on voit que le budget de l’UMP est entièrement constitué d’emprunt sans presque aucun fond propre, cela est assez estomaquant.

        1. Caton

          Je ne voulais pas sous-entendre que Mme Le Pen dispose d’une boule de cristal parfaitement fonctionnelle, malgré l’œil de verre paternel. Mme Le Pen a juste eu beaucoup de chance.

  10. blackwarrior

    j’adore lire tes chroniques H16..bien construites,sans fautes et tellement pertinentes..dommage que ta verve soit utilisée pour de telles vérités et pour cette triste actualité et ces erreurs redondantes de nos gouvernants.

  11. kiki08

    ho! la! le temps continue de se couvrir , ne pouvant plus tenir je me suis déjà séparé de mes collaborateurs , ensuite au r s a quelque temps , et me voila auto entrepreneur , les charges continuant d’augmenter pour bientôt se retrouver au niveau des artisans , c’est a dire a des sommets himalayens , n’étant plus capable de faire 12 h par jour , 6 j sur 7 a cause du toujours plus de charges , je vais me remettre au r s a , comme quelque uns de mes copains , on vas pas se crever au travail pour engraisser le bouffi . la reprise c’est pas pour demain et la planche a billets n’y changera rien .

      1. Popeye

        rire
        Transformé en éternuement / grognement sur le plateau au boulot (oui je sais je lis H16 sur mon lieu de travail c’est mââââl)

        1. Fifou

          j’en ai parle a une amie Sud Americaine, apparement c’est aussi le cas en Argentine qui a deja mange plusieurs milliards de dette en RMB de meme que d’autres Pays sud americains
          Sachant que l’essentiel de l’appareil de production de nos grosses societes a ete delocalisee la-bas, il leur suffit de reevaluer d’un coup leur monnaie (en mettant en place une conversion RMB-Or par example) et paf faillite en cascades et ils se paient sur la bete
          Cela dit ca ne devrait pas arriver tant que la balance du commerce exterieur leur est avantageuse, pourquoi tuer son betail tant qu’on n’a pas faim?

          1. royaumont

            Tant que maintenir le change artificiellement bas est rentable pour la chine, pas de problème. Dès que ça coutera plus cher que ça ne rapporte (si la balance des paiements se rééquilibre), ils laisseront les taux de change filer. Ca sera comme le franc suisse, mais fois cent.

            Une chose est sûre : ça arrivera tôt ou tard.

            1. Fifou

              C’est surtout une excellente facon de tenir tout le monde par les couilles, bien plus efficace qu’une batterie de missiles: vous faites tout ce que je dis sinon je laisse filer ma monnaie et vous faites faillite

              1. Val

                @Fifou Ils sont fort ces Chinois , on leur louerait presque leurs dirigeants pendant qq temps , au moins ce serait la vraie version Coco original TM , nous on a eu Coco light et puis maintenant la version Coco zero .

    1. Black Mamba

       » je pensais que l’arnaque des prets en RMB se concentrait en Afrique  »
      On peut conclure vu le déroulement des événements que la France est devenue un État Africain avec toute la misère qui va avec …

      1. Fifou

        « que la France est devenue un État Africain » malheureusement sans le beau temps, la chaleur humaine et les magnifiques sourires qui vont avec…

          1. Fifou

            moi je connais plutot le Mozambique, le Swaziland, le Lesotho pour y avoir vecu tour a tour. Mais c’est vrai que le monde vu a travers la haine et les journaux c’est toujours moins joli 😉

  12. brondillant

    j’adore le « on ne peut plus accepter que des erreurs soient payées par la collectivité …. » tsoin tsoin fermez le ban.
    Pourquoi y z empruntent pas au CE de EDF et son trésor de guerre ? 670 myons de neuros pour 2014 je crois.
    Et l’autre qu »est tout content de s’être fait baiser. En fait c’est ça le problème.Y z’aiment que se faire baiser et baiser les autres. Mais , par contre, j’aimerais bien qu’on me demande mon avis. Après tout c’est quand même mon cul.

  13. Kuing Yamang

    H16 : « ce genre de cascades financières osées, les collectivités territoriales ne furent pas les seules à en croquer. Au-delà des mairies, communautés de communes et autres regroupements d’agglomérations qui se sont empressés, dès que l’égo des élus enflait, de contracter ces bombes financières à retardement »
    ——————-
    Euh.. Euh ! omg ! OMG !! Tu.. tu… tu veux dire que ces gens ont fait des paris sur un rapport CHF/euro ?? 🙁 🙁 ? Qu’ils ont spéculé là-dessus avec de l’argent public exactement comme les méchants de Wallstreet font, mais eux avec leur propre argent ? J’ai vraiment du mal à le croire, ça me parait impossible car les élus politiques sont gentils eux, pas comme les méchants traders, il me semble.

            1. Popeye

              Ah bon? Mais pourquoi alors je n’ai pas eu, et que c’est plutôt moi qui en refile (de l’argent des autres, mais qui n’est plus à moi de ce fait…)

      1. Kuing Yamang

        Certes le monde est méchant, mais pas les politiciens, eux ils sont là pour notre bien et ils prennent soin de nous pour qu’on soit heureux, d’ailleurs ils nous protègent bien de ce monde méchant-tout-pas-beau.
        …. bon, je retourne prendre une tisane au khat pour me remettre de ces tristes nouvelles de pertes d’argent public.

    1. Gerldam

      Non, les méchants de WS ne risquent pas leur propre argent mais celui des autres (des banques en fait, donc du contribuale américain en dernier ressort- what else is new?).

  14. Bernard

    Pour illustrer votre article. Je parlerais de la situation dans laquelle Michel Thiollière (ancien maire de Saint Etienne) a plongé la ville.

    Cet ancien professeur d’anglais (Apparenté UMP) a souscrit 15 emprunts ‘toxiques’ d’un montant de 20 millions d’euros chacun.

    Suite à sa défaite de 2008 et après être arrivé en 2006 5 ème aux « World Mayor Award » en récompense de sa bonne gestion.
    L’UMP lui a gentiment demandé de céder son siège de sénateur en contrepartie, Gérard Larcher, alors président du Sénat. L’a bombardé à la vice présidence du collège de la Commission de régulation de l’énergie avec une bonne grosse rémunération bien grasse à la clef.

    Depuis novembre 2012, Thiollière grenouille (toujours avec une rémunération conséquente) à la présidence de MedReg, association regroupant les pays bordant la Méditerranée dans les domaines de la régulation de l’électricité et du gaz.

    Et je vous assure qu’il n’a aucun regret sur les brillantes actions qu’il a mené à Saint Etienne et qui on endetté la ville et ses habitants pour des années 🙂

    1. torqmina

      C’est le vrai problème,
      Les élus qui ruinent ses électeurs, n’a sera jamais sanctionné par un tribunal, ni même par ses électeurs, lors des consultations.

  15. pnf7558

    Ce qui m’étonne c’est que les grands patrons des facs (et de certaines grandes écoles) n’aient pas pensé à lancer des emprunts…
    Des fac ont vu leur parton promu quand il laisse leur place alors qu’ils laissent leur fac en déficit lors de leur départ, alors pourquoi se casser les pieds à optimiser ?? Toujours plus de formation, toujours plus de dépenses
    DuCon 1er le dit formons, formons, alors faisons tourner la planche à diplôme comme la planche à billets…

    1. Deres

      Et l’analogie va encore plus loin. Tout comme la planche à billets entraîne une dévaluation, la planche à diplômes dévalue les salariés … La grande différence est que les études coûtent cher aux français et au pays en argent et en temps. C’est donc une double peine …

      1. blackwarrior

        oui mais plus t’as de diplômes et moins t’es productif,et t’as en plus le bonus de faire chier ceux qui bossent vraiment et qui veulent s’en sortir..

    2. Honorbrachios

      il ne faut pas t’étonner, s’ils ne le font pas, c’est parce qu’ils ne doivent pas pouvoir le faire…l’école et les facs sont toujours très centralisées en fRance

  16. taisson

    Belle illustration : l’obligation Russe ! ça aussi c’était un super placement !
    Comme mon grand père qui en avait laissé dans un tiroir, je ne connais pas grand chose à la finance. Mais, à mon avis, ce que la France émet pour trouver du pognon, ça risque de ne pas valoir beaucoup plus bientôt ! Je suis toujours surpris que le robinet ne se ferme pas…

  17. Karamba!

    Quand la France emprunte du pognon, on se fait toujours truander. En revanche quand on prête du fric, Hollande adore annuler les dettes par charité… On voit que ce n’est pas leur blé quand même…

      1. Deres

        Oui, le taux est de plus en plus bas ce qui fait que chaque année on paie de milliards d’intérêt de moins que prévu, mais pourtant cette « cagnotte » est complètement absorbée par les dérapages qui font augmenter le déficit …

  18. pnf7558

    triple peine !!
    si vous regardez des formations « d’élite » en fac on des semestres à 16 semaines avec 20 / 22 hoo de cours par semaine…yess !
    Avec ça on va en avoir du bon nivo !
    Allez zou , on y va aussi du double diplôme pour attirer les meilleurs

    Info et science po : cherchez le lien !
    maths et histoire: yess : futurs historiens des maths ?? Waahh quel avenir dans l’industrie
    Gestion et Art : futurs gestionnaires des cirques, des arts de la rue ??

    Pléthore de double cursus,en voulez vous un ? le voili !!
    http://www.univ-psl.fr/default/EN/all/psl_henri4_fr/parcours_au_sein_de_la_filiere.htm
    http://www.univ-psl.fr/default/EN/all/psl_henri4_fr/l1.htm

    Enfin , Ducon 1er va créer des agences… des guignols à placer
    Du numérique on va en avoir à fond : mais humm qui formera les formateurs sur quels matériels ??

  19. ironbooboo

    @H16:

    « Alors même qu’un nombre inquiétant d’établissements de soins s’agite … »

    « S’agitent » non ? J’ai un doute.

            1. Black Mamba

              Pourquoi quoi te rabaisses tu à chaque fois … personne connais toutes les réponses …
              Je me suis endormie avec un peu plus de connaissance et c’est ainsi chaque jour qui passe …
              Le jour où je n’apprendrais plus rien soit je serais devenue sénile , soit que je me refuserai toute ouverture d’esprit et la joie d’un nouvel acquis , soit je serais morte …

                1. lolo

                  En fait j’ai recherché, car je suis buté, et :

                  Le verbe qui a pour sujet un collectif suivi de son complément s’accorde avec celui des deux mots qui frappe le plus l’esprit:
                  -avec le collectif si l’on considère en bloc(dans leur totalité)les êtres dont il s’agit:
                  Une foule de malades accourait (Maupassant)
                  -avec le complément si l’on considère en détail( dans leur pluralité)les êtres dont il s’agit:
                  Une foule de gens diront…(Acad.)

                  Comme, en tout cas pour moi, ce sont les établissements de soins qui ont le plus marqué mon attention, c’est avec ce sujet que je fait naturellement l’accord…

                    1. gameover

                      BM, ça me rappelle la lettre d’un jeune chef de projet à un client que j’avais corrigée (1) en mettant le présent dans une subordonnée au lieu du subjonctif. Ca devait être du genre « … que cette condition vous convient » et lui avait mis « … que cette condition vous convienne »

                      Il était revenu vers moi en me disant que après « que » (2) il fallait mettre le subjonctif… sauf que ce n’est pas ce que je voulais dire car l’utilisation du subjonctif rendait notre proposition incertaine.

                      N’ayant rien compris il me répondit que c’était son avis… Remarque idiote.

                      (1) le « e » de corrigée est important : j’en viens rarement aux mains avec les clients !

                      (2) mais après « après que » je prends un malin plaisir à mettre le subjonctif en contradiction avec les purs linguistes car ça me choque de dire « Il repassera nous voir après que nous avons dîné. »

                    2. Black Mamba

                      Ah ! Toujours ce besoin d’avoir le dernier mot , n’est pas !?
                      La diplomatie n’est pas ton fort sauf s’il s’agit peut être un client car le client a toujours raison et que c’est lui qui paye … le subalterne doit la fermer car tu as toujours raison et puis c’est tout ! Na !

                    3. gameover

                      BM, à part pour quelques frivolités, je n’ai pas pour habitude d’intervenir sur un sujet pour donner un avis juste comme cela sans l’étayer.

                      Par exemple sur le sujet qui suit celui-ci, le don du sang, j’ai un avis mais tu ne le trouveras pas dans mes commentaires, cela n’a aucun intérêt.

                      Je ne commente que les raisonnements fallacieux. C’est certainement une déformation professionnelle ou c’est plutôt ma nature qui a conduit à ce que je ne sois pas trop mauvais dans ce domaine de l’analyse technique et financière et plus spécifiquement la prospective.

                      Je me trompe rarement mais la raison est que j’évite d’avancer des raisonnements idiots et aussi de mélanger mes sentiments et mon raisonnement.

                      Donc je ne vois pas l’intérêt d’arrêter de contre-argumenter sauf si je me rends compte que je me suis trompé, mais… (voir paragraphe précédent) :mrgreen:

    1. Honorbrachios

      c’est pas de la fraude fiscale, ils ont juste baissé un taux de 33% (monstrueux !) à 19% pour les français qui revendent leurs biens tout en s’étant expatrié…

      1. Caton

        On peut utilement reprendre la première phrase de l’article:

        En matière de plus-values de cession immobilière, les résidents et les non-résidents français sont désormais taxés de la même manière.

        Égalité, quand tu nous tiens…

      2. Deres

        C’est une incitation à l’expatriation alors qu’ils fustigent en permanence ceux qui le font. Cela veut dire qu’avant de revendre des biens avec plus-value, il sera très intéressant de s’expatrier … Sur des biens immobiliers ayant doublé de valeur en 15 ans, passer de 33% à 19% d’imposition sur les plus-values est un gain non négligeable. Même avec un tout petit appartement à Paris, disons à 200 000 euros, le gain pourrait être de plus de 10 000 euros ! Imaginer avec un appartement hausmannien valant 10 fois plus.

        1. Val

          @deres , et je ne vous parle même pas de la différence entre la vente de stock options en France et mettons en Belgique , en Belgique c’est zéro : 0 .
          La vérité est que la France est un enfer fiscal , il faut vraiment aimer sa famille , ses amis, son pays pour rester , ou alors c’est qu’on vit aux crochet de l’état… et là bien sûr , cherche bien avant de trouver une meilleure sinécure … yan na pa

          1. bulltrap

            J’ai du mal à suivre, cette taxe est prélevée à la source ?

            N’est pas l’IRS qui veut, j’ai du mal à saisir le pouvoir de rétorsion qu’aurait le fisc envers un éventuel ex-concitoyen décidé à ne jamais revenir sur le territoire national après sa vente?
            On peut être extradé pour non paiement de la taxe sur la plus value immobilière?

            1. gameover

              Oui il me semble bien (à vérifier) qu’elle est calculée et prélevée directement lors de la vente par le notaire et versée au Trésor Déficit Public.

  20. Fifou

    Cela dit, il est facile de tout mettre sur le dos de la betise presumee du decideur, si ca se passe comme en Afrique, quelques commissions a des intermediaires malintentionnes aident au montage de ces plans de financement foireux dont le decideur n’a pas a eponger les pertes…

  21. Deres

    Et hop, une nouvelle agence para-publique de l’immobilier !

    « Le président a annoncé la constitution d’une «Agence nationale pour le développement économique des territoires» sur le modèle l’agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). »

    Si les agences actuelles ne font pas bien leur travail, c’est qu’il faut en créer de nouvelles sur le même créneau. Finalement, il est pour le libre marché et la concurrence, mais uniquement entre agence publique à fonds garanti … La concurrence a lieu entre les volontaires pour les diriger qui font des concours de léchage de ses bottes.

  22. NicolasPimprenelle

    On dirait vraiment un fake !!!
    En plus, l’allusion aux Etats-Unis est grotesque : pourquoi lancer un avertissement de non communication aux Etats-Unis en précisant que cette offre n’est pas négociable là-bas ou auprès de leur ressortissant ?

    Il y a un truc que je ne comprends pas, ou bien ?

    1. gameover

      Non c’est courant sur tous les produits financiers d’exclure les USA (ou autres états) quand la communication financière doit faire l’objet d’un certain formalisme : notice explicative, simulation, etc…

  23. hop hup

    La ministre de la Santé Marisol Touraine « n’imagine pas que l’on arrive à envoyer Philae » sur une comète et que l’on ne parvienne pas à trouver des solutions pour « assurer un tiers payant opérationnel ». Pourtant, les difficultés techniques restent entières.

    Promesse de campagne de François Hollande, la généralisation de la dispense d’avance de frais pour les patients lors d’une consultation d’ici 2017, inscrite dans le projet de loi santé, cristallise les tensions.

    dernière raffarinade

    1. Val

      @hophup moi je regrette surtout que l on ne réussisse pas à satelliser toute cette bande de guignols ça nous aurait fait un fameux épisode des cochons dans l’espace .

  24. Lafayette

    N’y a-t-il pas un article caché dans les règles de la BCE, pour mettre le système en dévaluation permanente. Car au final c’est bien le résultat de toute cette rigueur budgétaire qui oblige à prendre des risques sur des marchés financiers remplis de requins plus riches que les états.

  25. Aristarque

    Nous sommes au moins sûrs d’ une chose, c’est que la Cades ne soldera pas ses engagements d’ amortissements pour 2025 si les conditions restent inchangées. Selon l’article Wikipédia, elle a reçu un total d’ un peu plus de 200Mds € à amortir sur la période 1996/2025 soit trente annuités. Si cela avait été linéaire, elle devrait amortir un peu moins de 7Mds par an. Or sur ses 17 premières années, à fin 2012, elle n’ a amorti qu’ un tout petit peu plus du tiers du total. Conclusion : en ne conservant que l’ actuel CRDS comme recette, elle n’ aura pas atteint le solde total à amortir à l’ échéance et de loin. Gageons qu’ après 2017, nous allons la revoir dans l’ actualité et les sujets de mécontentement du taulier… :mrgreen:

  26. Droopyx

    Vous êtes méchants !
    La CSG sera déducible (comme annoncé en 1990) et le CRDS est provisoire (comme annoncé en 1996).
    Il suffit d’attendre qu’il n’y ait plus de revenus à leur soumettre (nulle part) et ces déclarations seront réalisées.
    Il ne restera plus qu’à payer le promis, ce qui ne pose de problèmes que pour ceux qui ont raqués; ceux qui ont décidé et géré sont très heureusement garantis…..
    Emprunter auprès de la Chine sur le cours du yuan est génial (d’ailleurs ils l’ont tous fait pour leur(s) maison(s)).
    Finalement j’aurais du faire carrière à la LMDE ou au RSI
    Droopyx

  27. hop hup

    Ce dispositif de formation des jeunes éloignés de l’emploi existe déjà en Outre-Mer et connaît de très bons résultats. Le président entend l’expérimenter en France dans trois centres qui restent à déterminer.

    «La réussite par le travail et par l’effort». Telle est la devise, emblématique, du service militaire adapté (SMA). Ce dispositif, qui existe en Outre-Mer depuis 1961, est destiné à la jeunesse peu qualifiée et sans emploi. Il sera expérimenté dans un futur proche dans l’Hexagone, a annoncé François Hollande devant un parterre de journalistes ce jeudi. «J’ai décidé qu’il y aurait également une expérimentation en métropole», a déclaré le président de la République lors de sa conférence de presse semestrielle. «Il y aura trois centres qui seront créés, nous verrons les lieux où nous pouvons les disposer, pour que nous puissions en tirer tous les enseignements et avoir les mêmes résultats» qu’outre-mer, où le SMA existe depuis des décennies. 5000 jeunes y font ce service d’un genre spécial chaque année.

    encore une usine a gaz qui coutera cher aux moutoncontribuable pour une efficacité proche du zero absolue

  28. lyx

    « C’est au pied du mur de l’emprunt que l’on juge le populiste ! »
    Pourquoi tant de complications alors qu’il suffirait de redonner à la Banque de France par décret l’autorisation de faire remarcher la planche à billet, comme avant cet autre décret inique de 1974 (si j’en crois les brillants économistes qui conseillent MLP et Melenchon).
    Ce bon conseil vaut aussi pour la Grèce ou le Venzuela. La prospérité assurée au bout d’un décret ! D’ailleurs on le sait, et Clémentine Autain nous l’assure, ce sont les « goinfres » de banquiers qui ont plombé la Grèce.

    1. Oui, la fameuse loi de 73 (pas 74), dite Pompidou Giscard ou Giscard Rotschild ou ce que vous voulez. La réalité, bien évidemment, est que cette loi ne change strictement rien (et son abolition non plus). N’oublions pas que les autres pays européens ou les USA n’ont pas d’équivalent et … c’est la merde aussi pour eux. Comme quoi, il ne suffit pas de vouloir imprimer des billets pour résoudre le problème.

    2. goufio

      @lyx-Que ce soit la BF ou la BCE qui fasse marcher la planche à billets, ça changerait quoi d’après vous ?
      Quel décret pour qu’elle émission en FRF ou € ?
      Le Loi de 1973 n’est pas un décret mais une Loi votée par l’Assemblée nationale
      Qui sont les brillants économistes qui conseillent MLP et Melenchon? Et surtout que conseillent-ils ? Sur la foi de quoi ? Sur l’expérience de quoi ?
      Je vous pose ces questions car je lis trop les solutions à tous les problèmes par le retour à une monnaie nationale comme le franc et l’augmentation de la masse monétaire par la Banque de France. Pourriez-vous m’éclairer ?

    3. Deres

      Yaka imprimer des billets c’est certain. Si l’argent poussait dans les arbres, nous ne serions pas tous riches car les billets ne vaudrait plus rien …

      Il semble pourtant évident que jouer avec la masse monétaire ne va pas créer la moindre richesse. L’effet apparent viendra juste d’un effet de transfert temporaire avec des effets négatifs encore plus grand à terme …

  29. Fifou

    Je partage avec les esprits ouverts un interessant echange sur ce sujet. Un ami n’a pas la meme vision que moi et propose une ouverture. Certes a premiere vue le fait d’emprunter en Yuan semble une heresie. Maintenant si on considerait qu’une multiplication des dependances cree plus d’independance?
    Etre trop dependant du dollar US du GBP ou du CHF n’est pas bon (on a vu dans les trois cas de sacres gamelles recemment…) que reste-t-il? le Yuan est sous-evalue car cela arrange bien les Chinois, on peut imaginer que pour l’instant il n’y a pas interet a ce que cela change, en tout etat de cause la Chine est suffisamment grande et forte pour gerer sa monnaie et son taux de change.
    En tout etat de cause, une surevaluation forte du Yuan ne sera ni pire ni meilleure que la meme chose avec une autre devise
    Maintenant le mieux c’est de ne pas gaspiller d’argent public pour ne pas avoir a emprunter mais ca c’est autre chose

    1. a/ ne pas avoir à emprunter
      b/ ne pas avoir à emprunter en devises étrangères
      c/ ne pas avoir à emprunter en devises étrangères pour laquelle une hausse semble indispensable pour plein de raisons macro-économiques

      1. Fifou

        a, d’accord a 500%
        b arrive quand on ne respecte pas a et qu’on n’a plus le choix
        La question c’est le c, le Yuan va augmenter et alors? toutes les devises augmentent face a l’Euro en ce moment et des fois elles baissent (y compris le Yuan)
        A la limite le Yuan reste plus stable que le Dollar US et emprunter en Yuan plutot qu’en USD permet d’affaiblir la position dominante du Dollar. Toujours la theorie de la multiplication des dependances pour viser un peu plus d’independance…

        1. gameover

          « le Yuan va augmenter et alors? »

          On emprunte dans la monnaie de son économie et de son revenu si on ne veut pas être tributaire des taux de change. Ce n’est quand même pas compliqué à comprendre.

          Pour info ça fait un moment que la dette de la CADES est multidevises :

          Echéancier d’emprunt : tout ce qui est en gris moyen est en devises étrangères (dollar principalement et £)

          cades.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=33&Itemid=130&lang=fr

          1. Fifou

            GO tu confirmes mes pensees. Ils sont deja exposes en USD et GBP, ils cherchent ailleurs vu les gamelles qu’ils viennent de se prendre
            Sinon l’emprunt en multidevise c’est peut-etre qu’ils n’ont pas le choix, les robinets d’euros s’assechent a force

            1. gameover

              « … c’est peut-etre qu’ils n’ont pas le choix, …

              Possible si effectivement ces emprunts ne sont pas négociables au guichet de la BCE (QE), ce qui expliquerait la différence de taux alors que la CADES et l’état français ont la même notation.

              Perso je pense plus à de la magouille :

              – le taux de base bancaire chinois est de 2.75% (nov 2014) et je ne vois pas l’intérêt pour des chinois de prêter de l’argent à ce taux alors que leur économie a un taux de croissance de plus de 7%.

              – donc cet argent a certainement de bonnes raisons peu avouables de se retrouver en Europe dans différents circuits (money laundering, exil fiscal…) et il y a certainement un excédent.

              – le contrat de couverture peut faire l’objet de versements de primes occultes à une autre entité ou personne que l’émetteur.

              – il y a certainement du lobbying bancaire car la couverture est un service qui peut très bien ne rien coûter à la banque si des couvertures sont demandés à la fois par des acheteurs et des vendeurs.

              Pour faire une métaphore, une couverture c’est un peu comme une location de voiture entre une ville A et une ville B pour laquelle on paierait le retour de la voiture à la ville d’origine A. Il suffit que l’agence de la ville B trouve un client qui retourne vers la ville A pour que les 2 retours ne lui coûtent rien bien qu’elle le fasse payer aux deux.

              Et à voir le dépliant publicitaire du Crédit Agricole…

              Le marché du RMB en France, de nouvelles opportunités

              http://mediacommun.ca-cib.com/sitegenic/medias/DOC/611287/2013-07-renminbi-brochure-fr.pdf

              1. Fifou

                J’ai fait quelques recherches, effectivement la CADES est une habituee des emissions obligataires en devises etrangeres, et cette part augmente caque annee (auraient ils du mal a placer leurs obligations en euros que le monde nous envie?)
                L’interet pour la Chine de preter a la France en RMB me semble certain
                On ne peut pas exclure les commissions et dessous de table quand meme tu as raison

  30. Diocletien

    Les emprunts de la CADES (qui porte une dette monstrueuse) se doivent d’être diversifiés sur les différents marchés mondiaux, dont celui du Yuan. Et les dirigeants de la CADES (je les ai connus) ne sont pas si sots que l’article le laisse entendre. Ils ont dû hedger le change par un swap de sens contraire. Enfin je l’espère…

    1. goufio

      C’est exactement ce qui est expliqué sur le site de la CADES,cette opération a fait immédiatement l’objet d’un contrat d’échange en euros

    1. gameover

      Il n’y a pas besoin de lire l’article du Figaro, c’est dans le pdf de la CADES.

      C’est celui qui porte le risque qui doit diversifier donc l’investisseur, pas l’émetteur surtout quand ses rentrées d’argent sont dans une seule devise : l’euro.

      Il est normal qu’Airbus se couvre sur le change euro-dollar à partir du moment où il achète et produit en euros et revend en dollar… la CADES faudra m’expliquer, sauf à couvrir ses précédentes conneries d’emprunt en $ et en £.

      Le meilleur moyen de ne pas avoir besoin de se couvrir, c’est de ne pas prendre le risque. Rappelons nous que la grèce avait fait exactement la même opération avec le dollar (swap) pour que l’opération (engagement hors bilan) n’apparaisse pas dans ses comptes.

      Pas si sots que ça ? Oui, pour les emprunts toxiques on se disait aussi que ce n’est pas possible d’être si cons.

      1. goufio

        Je suis d’accord avec vous, que va faire la CADES sur les marchés de devises si ce n’est qu’un risque qu’elle n’a pas besoin, où alors! !! Mais couvrir un risque dollar ou £ avec le renminbi c’est cocasse I

  31. Fifou

    La CADES a reduit la part de dollars dans son emprunt en 2014 et sur son programme 2015, ils ont eu le nez creux…

    Il me vient une question amusante sur les 2000 milliards de dette publique: les dettes d’organismes comme la CADES ou autres en font partie ou pas? parce que ca fait quand meme quelques centaines de milliards de dette en plus…

    1. gameover

      « La CADES a reduit la part de dollars dans son emprunt en 2014 et sur son programme 2015, ils ont eu le nez creux…

      1/ Oui c’est mécanique… Plus tu empruntes, plus les sommes que tu as empruntées avant deviennent minoritaires en % !

      2/ Le risque ne disparaît pas le jour où tu changes ton fusil d’épaule. Les emprunts sont à 5 ou 10 ans.

      Sinon, oui ça fait partie des 2,000 Mds et c’est pour cela que le vote du budget de la sécu est dévolu depuis quelques années à l’assemblée nationale car ça fait parie de l’objectif de 3% et 60%.

        1. paname

          Votre « Tout ce qui peut mal tourner va mal tourner » est en fait la bonne formulation de Murphy. Mais peu importe: le sens est le même.

  32. goufio

    Information: Cette émission de maturité 2 ans (échéance 6 février 2017) propose un taux de rendement à 3.80%. Conformément aux lois qui régissent la CADES, cette opération a fait immédiatement l’objet d’un contrat d’échange en euros. Ceci est donc une couverture contre une variation de la devise. Il n’y a pas de risque comme dans les emprunts dits « toxiques » de nos je-sais-tout-d’élus. Ils n’étaient pas au courant ils ont pris le risque à 100 %, pires’ils savaient.

  33. Dahu

    Je suis loin d’être un fin connaisseur en économie et en politique, mais la première question qui me vient à l’esprit est: pourquoi?

    Pourquoi ces gens font ça? Est-ce vraiment par idiotie? Je n’arrive pas à y croire que ce soit la seule raison. L’élite française est vraiment si stupide?

    1. gameover

      C’est déjà un problème d’ego : le directeur financier de la CADES va pouvoir écrire sur son CV qu’il a fait les plus gros emprunt en yuan en Europe… ça cause !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.