Laura Slimani et Philippe Martinez ont la solution : réduire encore le temps de travail !

C’est aussi consterné et aussi peu étonné qu’une fois encore, je constate que nos amis collectivistes aboutissent toujours à la même conclusion devant l’échec cuisant de leurs « solutions » : si ça ne marche pas, si la situation se dégrade, c’est qu’on n’est pas allé assez loin dans l’application de celle-ci, et il faut, c’est certain, en remettre une bonne couche.

Ce comportement confine à un type de trouble compulsif obsessionnel inquiétant pour des gens qui sont au pouvoir, mais n’en est pas moins consciencieusement appliqué dans divers domaines. Ainsi, les taxes et les impôts, n’ayant cessé d’augmenter sur les quarante dernières années en France, fournissent logiquement un budget toujours plus gros à l’État. En regard, ses performances dans les domaines, toujours plus nombreux, où il met les doigts, sont tous les jours plus médiocres (pour ne pas dire catastrophiques dans certains cas). Pour la caste dirigeante qui a, justement, pris au départ la décision d’accroître les taxes et les impôts, la conclusion est évidente : il faut augmenter les impôts et les taxes.

Les lois protègent tous les jours un peu plus les locataires contre les propriétaires, et la pénurie de logements augmente, les prix immobiliers grimpent, les abus divers et variés s’accumulent ? Il faut donc de nouvelles lois supplémentaires pour protéger le locataire, pardi !

parabole de l'aspirine (c) Maître Du Monde

Et pour toute la rhétorique sur le temps de travail, c’est exactement le même raisonnement, les mêmes mécanismes qui s’apparentent à une maladie mentale qui président à l’établissement des législations sur les durées maximales de travail, et les « solutions » proposées pour venir à bout du chômage. Il y a quelques jours, cela a commencé par les déclarations stupéfiantes de bêtise de la part de l’actuel leader de la CGT, un certain Philippe Martinez, qui a expliqué au micro de France-Inter que, je cite :

« Travailler 32 heures n’est pas une absurdité. Il y a besoin que des salariés qui ont trop de travail, qui sont mal dans leur travail, puissent laisser un peu de temps à ceux qui n’ont pas d’emploi. »

Il n’en a pas fallu plus pour que, dans la foulée, Laura Slimani, l’actuelle présidente des Jeunes Socialistes depuis 2013, émette l’idée (probablement encore plus idiote, si tant est qu’un classement soit possible) de proposer une année sabbatique à tous les salariés de France durant leur carrière :

« Il y a pleins de manières de réduire le temps de travail. On peut le faire dans la semaine, mais on peut aussi le faire dans l’année. Par exemple, en proposant une année sabbatique à chaque salarié. »

philippe martinez32 heures payées 35 payées 40 pour lutter contre les pertes d’emploi ? Une année sabbatique pour réduire le chômage ? Franchement, je trouve pour le coup nos deux saprophytes collectivistes particulièrement timorés ! Pourquoi diable se limiter à une seule année sabbatique ? Si, avec une année, on relance l’emploi en France comme semble le croire la brave petite Laura, nul doute qu’avec dix années d’affilée, on va dépoter sévère, non ?

Et puis, si en imposant une limite maximale de 32 heures hebdomadaires, on réduit le chômage comme affirme Philippe le malin (qui n’a probablement jamais atteint ce genre de ratio pour lui-même), comment ne pas croire qu’avec la semaine de 10 heures seulement, on le fait disparaître complètement et, mieux encore, on crée une pénurie de main-d’œuvre qui assurera des salaires élevés à tous les Français ?

Semaine de dix heures payées quarante, dix années sabbatiques, la voilà, la VRAIE révolution socialiste, et voilà un vrai programme de gauche qui permettra à la fois de déclencher une vague franche de soutien de l’opinion publique et une catastrophe thermonucléaire en matière économique s’il est jamais appliqué. Car bien évidemment, ces « solutions » proposées ne résistent pas à l’analyse et font carrément pitié face aux solutions qu’il faudrait mettre en place et que Baptiste Créteur évoque dans un édito récent.

En outre, la prémisse selon laquelle les salariés français travailleraient trop, ou feraient trop d’heures, n’est pas corroboré par les statistiques.

Mais surtout, on ne peut qu’observer que les artisans, les chefs d’entreprises qui, déjà confrontés aux 35 heures, n’embauchent pas et font pourtant 70 heures par semaine pour eux-mêmes. Manifestement, ils ont du travail pour deux, mais ne créent pas d’emploi. Notre brave Laura et notre gentil Philippe ne se sont apparemment pas posés la question de savoir pourquoi.

Pour eux, c’est une évidence, le patron est un salaud qui se contente de cumuler les heures à n’en plus finir parce qu’il préfère son salaire, généralement faible, sa protection sociale, généralement minable, et ses horaires à rallonge (généralement synonyme de vie de famille sacrifiée) à l’embauche d’un salarié, parce qu’il est intrinsèquement vicié, mauvais, avare de l’argent qu’il aura pu gagner et pas partageux pour un sou.

L’autre hypothèse, celle qui voudrait qu’embaucher pour réduire ses propres horaires représente en réalité un pari énorme sur l’avenir, un risque administratif bien trop important, un coût de fonctionnement trop grand pour une activité qu’il arrive à peine à équilibrer dans la plupart des cas, cette hypothèse-là n’est jamais formulée. Et pourtant, cette hypothèse explique exactement ce qui est observé, à savoir que la réduction du temps de travail légal n’a pas créé d’emploi (sinon, comment expliquer les 5 millions de chômeurs actuels ?) et a notoirement paupérisé les indépendants et les petits patrons. Dans ce cadre, comment imaginer que passer aux 32 heures hebdomadaires va aider ?

Et surtout, en pratique, le temps de travail de toute la population française, lui, n’a pas cessé de diminuer. Eh oui : on trouve de plus en plus de gens qui voudraient bosser et qui ne bossent pas. Ceux-là ont effectivement réduit leur temps de travail à zéro, ils sont effectivement en années sabbatiques depuis un moment, et (bizarrement) ne s’en satisfont pas. En outre, plus ils sont nombreux, moins il semble que l’économie française soit en mesure de les embaucher. Voilà qui est paradoxal, ne trouvez-vous pas ?

Effort : hard work never killed anybody, but it is illegal in some places

À ceux-là, on doit ajouter tous les indépendants qui réduisent la voilure, diminuent effectivement leur temps de travail pour éviter de sauter de tranche fiscale, pour éviter d’avoir à embaucher et se retrouver dans la merdasse paperassière habituelle qu’une embauche représente. Là encore, ces gens qui, forcés, réduisent leurs activités devraient avoir créé de l’emploi mais sont la marque précise et indélébile que l’économie marche exactement au contraire des préceptes fumeux de Laura la brave & Philippe le gros malin.

Et puis, nos deux tourtereaux ont-ils pensé à toutes ces entreprises qui ont réduit leurs ambitions de croissance, qui, finalement, diminuent le temps de production global, pour éviter à tout prix de dépasser le seuil de 9 employés, ou pire encore, celui des 49, et esquiver le tsunami paperassier qu’accompagne le passage à dix puis cinquante salariés ? Si l’on suivait la logique tordue de Phil & Laura, toutes ces entreprises participent de leur solution et pourtant, zut, crotte, le chômage augmente.

Que voulez-vous, voilà bien l’ennui avec les compulsions maladives et les raisonnements à rebours du bon sens : même si le Socialisme, c’est Magique™, la réalité, elle, refuse d’y croire.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires278

  1. Black Mamba

    Les tourtereaux sont complètement déconnectés du monde du travail, ils n’ont jamais dirigés une entreprise comment pourraient-ils comprendre quoi que ce soit ?

    1. Lafayette

      Ca promet, après la génération Y qui est sélective sur le type de travaille, la génération suivante sera encore plus élective sur le temps de pause.

    2. Black Mamba

      Je suis allée chercher à quoi ressemble ce Philippe Martinez car je le trouvais vraiment pas gâté par la nature … donc comme je m’en doutais H16 n’ est pas allé de main morte dans la retouche de photoshop …
      Méchant H16 … méchant

  2. Le Gnôme

    Je trouve que la moustachu a gardé les bacchantes du petit père des peuples. Mais ce bon Staline avait trouvé que des dimanches socialistes devaient être travaillés, et en plus sans rémunération. Le travail obligatoire, sinon direction les camps du Larzac, en voilà une idée fichtrement socialiste, de bon ton et qui abolira définitivement le chômage dans nos riantes contrées.

    1. Pheldge

      Sans oublier que ça devrait favoriser la « mixité sociale » indispensable à la lutte gouvernementale contre l’apartheid français !

  3. Mifn

    Je pensais que «  »l’année sabbatique » » (11 mois en fait) était SANS revenu aucun ,ces deux là ont-ils connaissance de cette « nuance »???

    1. Calvin

      Ils vont inventer l’année sabbatique payée…
      Après tout, ils trouvent normal de payer les jours de grève dans certains secteurs.

      1. Black Mamba

        C’est une forme déguisée du chômage … Ton employeur te reprend obligatoirement au bout de 11 mois si sa boite a survécu contre vent et marrée …

        1. Minou

          Et pourtant j’approuve l’idée d’une année sabbatique payée, sa me permettrait d’aller visiter plusieurs pays en une année et une fois de retour en france monter le dossier d’immigration. Alors qu’actuellement c’est deux semaines par ci, une semaine par la, pas assez pour bien comprendre le fonctionnement du pays qu’ont visite.
          Franchement Laura j’adhère à ton idée la seul chance d’avoir un avenir meilleur c’est de ce barrer.

          1. Dr Slump

            Oh ouiiiii moi aussi je veux l’année sabbatique payée! A partir de désormais, je vote systématiquement du pied gauche, c’est à dire, je vote socialiste, jusqu’à chez le boucher où je veauterai. Je prends ma carte CGT et j’épingle à ma veste le pin’s à l’effigie du moustachu là, comment il s’appelle déjà? Philippe Lyssenko?

            Une fois que c’est acté, j’appelle Simone, et je fais mes valises. Direction: les antipodes, la Nouvelle-Zélande, loin, très loin. Clando, j’men fous, je me déclare réfugié politique, et y’a de bonnes chances qu’on prenne ma demande au sérieux d’ici là. :mrgreen:

            1. Théo31

              Idem. La Nouvelle Zélande me conviendrait très bien, avec un statut d’apatride et une exemption maximale d’impôts si possible, parce que la patrie, la nation, la citoyenneté, c’est du gros bullshit qui pue vraiment du cul.

              1. Dr Slump

                Il me paraît difficile de ne pas s’attacher à une contrée. En tout cas c’est humain. Le pays, la patrie, pourquoi pas, mais la gueuse, au chiotte!
                Je rêve d’un monde où il n’y a plus de frontières administratives, de douanes, de passeports, de visa: je vais où je veux comme je veux. Sigh, autant croire au pouvoir des bisounours!

    2. bob razovski

      « Je pensais que « »l’année sabbatique » » (11 mois en fait) était SANS revenu aucun  »

      C’est en effet le cas.

      Tu prends un année sabbatique, tu quittes la france… et tu ne reviens pas.

        1. Black Mamba

          Petite question
          ma fille attaquant sa deuxième année de Working Holiday doit -elle faire une déclaration sur les revenus ou sa pension alimentaire que je lui ai versé et à qui ou où doit-elle s’adresser ?

          1. gameover

            Vaste sujet. je le fais en 2 parties car la réponse ne passe pas.

            Pour elle l’intérêt de déclarer ses revenus pourrait être de récupérer des sous (tax return) car avec le système « pay as you go » (retenue à la source) c’est certain qu’elle a déjà payé plus qu’elle aurait dû surtout si en plus elle aurait pu être considérée par les impôts comme résident, ce qui est le cas général pour ceux qui passent plus de 6 mois en Australie (être résident pour le service des impôts est différent d’être résident pour le service de l’immigration).

            Elle aura obligatoirement un tax refund car la retenue à la source ne tient pas compte du « tax-free threshold of $18,200 ».

            Il me semble qu’elle aurait déjà dû faire une déclaration avant le 31 octobre 2014 car elle était là-bas à la fin de l’année fiscale qui se terminait au 30 juin 2014. Mais elle peut régulariser car on a 7 ans pour le faire.

            De plus elle peut se faire rembourser au moment du départ la « superannuation » qui est une retraite précomptée sur le salaire.

            http://www.australia-australie.com/articles/tax-return-les-impots-laustralienne

            Sinon googler aussi : whv tax return ou tax refund

          2. gameover

            Pour ce qui est de la déclaration de la pension alimentaire, il serait en théorie préférable que ta fille soit taxée comme non-résident en Australie : c’est un choix personnel. Ainsi elle n’est taxée en Australie que sur ses revenus en Australie et il n’y a pas à tenir compte de revenus tels que cette pension ou des indemnités Assedic ou RSA français. En tant que non-résident ça lui fera un tax return plus faible mais ça sera hyper clean pour quelqu’un de hyper parano.

            Perso, même en étant méga parano, je ne me casserai pas la tête et je me ferais taxer comme résident en Australie pour récupérer un max (environ de $3,000 à $5,000 pour 1 an de VHV) et je ne parlerai de la pension qu’aux impôts en France.

                1. gameover

                  Je ne conseillais pas à BM d’éluder ce don.
                  Il y a d’une part la déclaration de revenus australienne pour les revenus australiens et d’autre part la déclaration française pour les revenus français.

                  Pour la France il faut donc que BM déduise cette pension de ces revenus et que sa fille inclut cette pension dans ces revenus FRANCAIS. C’est leur intérêt réciproque.

                  La seule latitude que je décrivais est de se déclarer résident australien pour les revenus australiens afin de récupérer quelques milliers de dollars en plus.

                    1. gameover

                      @ HB : Latitude : Liberté entière, faculté d’agir à son gré : Vous avez toute latitude pour régler la question.

                      merci pour le subjonctif !

                  1. Black Mamba

                    J’ai envoyé un message pour ma fille , il est dommage que je ne puisse pas voir sa tête de blondinette à l’idée de faire sa première déclaration d’impôt :mrgreen:

  4. Pat

    Pourtant, ça marche super bien dans le public : de moins en moins de travail et de plus en plus d’emploi, comme quoi on voit bien que les deux ne sont pas liés. Pour le privé, ça devrait marcher pareil, voyons !

    1. Tribuliste

      Pas convaincu, ils ont déjà toutes les peines du monde à poser leurs congés payés et leurs RTT ; rajoutez leur quelques jours et c’est la guerre civile!

  5. Calvin

    Psst, Mélusine !
    Prémisse (et non prémices) est féminin.
    Il aurait fallu écrire :
    « En outre, la prémisse selon laquelle les …

  6. Calvin

    L’idée de ces nazes, c’est de transformer, sémantiquement, le « temps partiel subi » en « temps partiel volontaire obligatoire ».

    1. Black Mamba

      Tant qu’ils n’auront pas compris qu’il faut absolument diminuer les charges des entreprises le chômage va continuer d’augmenter …
      apparemment, il leur est impensable de faire diminuer le train de vie de l’Etat … tout ce qu’ils trouvent, c’est de pressuriser un peu plus les patrons …
      Personne n’a fait d’étude d’économie ?

      1. Lambda Expression

        Bien sur que si ils ont étudié, et savent pertinemment ce qu’il faudrait faire.
        Mais, très chère, vous oubliez un point crucial : Il ne VEULENT pas le faire.
        Ils ne sont pas nuls. Ils desservent simplement d’autres objectifs.
        C’est ainsi que tout discours rationnel ne sera d’aucun effet car … on ne fait boire un ane qui n’a pas soif.
        Ne perdons pas notre temps a essayer de lutter de front contre la bête, de l’entrisme sera plus efficace, il faut qu’elle se détruise elle même, emportée par son propre poids, un effondrement sans fin.

        1. Théo31

          Leur pouvoir est fondé sur la distribution massive d’argent gratuit et l’achat de clientèles électorales. Ils ne vont scier la branche qui leur permet de vivre en bons parasites.

          En revanche, si tous les ex cocos et les chômeurs se mettent à tous voter pour la fille à papa, ils sont pas dans la merde.

      2. pinpon34

        baisse des charges ?
        et celle de la baisse du pétrole : …….aucun résultat (c’est même l’inverse qui se produit)!
        pas le choix : relancer la machine essentiellement par les dépenses publiques

        1. Pat

          En quoi les dépenses publiques relancent la machine ? Vous croyez qu’il vient d’où, l’argent public ? Ou peut-être est-ce ironique (je l’espère pour vous)…

          1. Aristarque

            Pat, enfin! Nous savons depuis quelques semaines, grâce en soit rendue à not’ bon Président, que c’est gratuit quand c’est l’ Etat qui paye! Douteriez-vous de sa santé mentale ou du bien-fondé de sa pensée???

      3. pactol

        Ben’ nan, ils n’ont jamais travaillé pour gagner leur croûte ! L’un, syndicaliste professionnel, l’autre, étudiante professionnelle.

              1. HussardBleu

                Henri Béraud était lui aussi fils de boulanger, et pour trinquer, il a trinqué… pauv’ Coquet… mais bon, Saint-Clément-des-Baleines, c’est si loin de Pornic…

  7. Gerldam

    Tout cela parait tellement évident qu’on doit se demander qui, à part les fonctionnaires, peuvent encore croire ces énormes conneries.
    Ou alors, serait-ce que Platon avait raison lorsqu’il disait que la majorité des citoyens de la cité étaient des imbéciles? Et donc que la démocratie ne pourrait jamais marcher.

    1. Aristarque

      Si l’ ensemble des Grançais s’ écroulait de rire à l’ énoncé de leurs billevesées socialistes, ce genre de propos, tué par le ridicule n’ émergerait plus du brouhaha. Seulement voilà!
      Une part majoritaire des Grançais y croit encore dur comme fer et, en plus, ils ont le pouvoir de mettre en oeuvre leur ferveur… :mrgreen:

        1. royaumont

          C’est une crise de réalisme misanthropique dépressif.

          Une lecture quotidienne de H16 soigne le coté depressif.
          Pour la misanthropie, je n’ai pas de remède, je cherche aussi…

            1. Bonsaï

              Hou, hou ! Black dear … Un petit sourire, c’est lundi. Pensez à tous les délicieux billets que H16 nous mitonne dans sa cuisine de magicien … miam, Je m’en régale d’avance.

                1. Calvin

                  Oh zut.
                  Tu vas nous manquer…
                  Essaie de penser à un truc positif…
                  Tiens déjà, sache que cette mesure ne sera pas appliquée. Du tout.
                  La plupart des acteurs économiques savent que c’est une idée vraiment débile.

                  1. Black Mamba

                    Puis Zut !!!!
                    Je vais de ce pas à la boulangerie et me goinfrer comme quatre … Mes hanches vont encore s’en plaindre mais tant pis …

      1. voleurdufeu

        @Aristarque 9h50 « Une part majoritaire des Grançais y croit encore dur comme fer ». hélas non, Harry, c’est bien pire: ils ne veulent pas le savoir puisque, comme vous le soulignez fort justement, « ils ont le pouvoir de mettre en oeuvre leur ferveur »… aux frais des autres. C’est Lacan qui disait, je crois « La grande passion de l’homme, ce n’est pas le savoir, c’est l’ignorance ».

    2. thom__yorke

      Faut dire aussi qu’ils sont bien aidés par les »journalistes ». Ce matin notre pote Filoche en a remis une belle couche sur ce sujet à la radio, journaliste abondant systématiquement dans son sens. Après 2-3 facepalms j’ai dû renoncer…

    1. Black Mamba

      J’ai vu çà, hier soir …
      La société marche sur la tête, elle n’est plus capable de distinguer le bon sens …
       » le travail est le MAL ABSOLU … « 

      1. Théo31

        Cette société met à sa tête depuis 40 ans des guignols qui n’ont jamais travaillé un jour dans leur vie et lui demande de résoudre le problème du chômage.

    2. Honorbrachios

      ce qui est un poil rassurant c’est les % pouces + pouces rouges, il y a 4ans, ça n’aurait pas été autant…dans 50ans la france sera sorti du communisme

    3. Gerldam

      Et on s’étonne que la minorité qui voit clair et qui veut entreprendre, travailler dur et s’enrichir, fuit cet enfer collectiviste? Seulement, quand les locomotives quittent le navire, celui-ci fait eau de toutes parts (si je puis me permettre cette image un tantinet osée..)

    4. Calvin

      Intéressant.
      Le boulanger dit qu’il ne pourra maintenir tous ses salariés s – il ferme un joue dans la semaine.
      Il faudrait que ces salariés licenciés attaquent l’inspection du travail.
      Et si un juge pouvait envoyer ces inspecteurs débiles, ce serait géant.
      Mais je n’y crois même pas une seule demi – seconde.

      1. Pheldge

        Les magistrats étant eux-même fonctionnaires … et plutôt du coté du « Camp du Bien » je doute fort qu’ils condamne l’action des inspecteurs du travail : tout le monde le sait que les méchants , ce sont les salauds de patrons !

        1. Pat

          « les méchants, ce sont les salauds de patrons ! » C’est un axiome de base, comme « Dans le privé, il n’y a que le fric qui compte » (c’est sûr que dans le public, ce n’est pas un problème)

      2. gameover

        Le problème Calvin c’est que dans tous les départements c’est un arrêté préfectoral (date variable suivant les départements en 1984 et 1999) qui oblige à ne pas vendre de pain un jour par semaine. Curieusement il n’y a pas d’arrêté pour le jour sans viande ou sans chaussures…

        1. Calvin

          Oui. Des lois débiles, empilées depuis le Code Nap’, existent bel et bien. Mais certaines ne sont plus du tout appliquées, à raison.
          Le problème, c’est que, comme par hasard, ce sont toujours les mêmes qui sont visés par les zélés : les patrons, les indépendants, les commerçants, etc…

          1. David

            En matière de lois débiles : à Paris, les boulangers (encore eux) doivent obligatoirement déclarer et faire valider leurs congés auprès de la Préfecture …

            oui, on est bien en France, vous ne rêvez pas

              1. David

                Je ne sais pas.

                Peut-être que ça date de la guerre franco-prussienne de 1870, quand Paris était encerclée ? pas eu le temps de chercher ; j’ai du travail moi, faut que je fasse mes 70 heures d’abominable patron mangeur de bébés communistes !

              2. Calvin

                Pourquoi ?
                Ben informer les inspections du travail départementales. Ce qui explique le problème sus indiqué.
                La Préfecture joue son rôle de collaborateur actif des zélés.

    5. pactol

      C’est juste pour emmerder ! Il respectait le droit du travail. De quoi se sont-ils mêlés ? C’est plus fort qu’eux : si que chose marche, il faut impérativement le casser !

  8. climaine

    regardez brocoli, pour se remettre que son fils flirte avec le fn il est parti au vert en asie pour 3 mois;.. lui a tout compris….

  9. Blablator

    Allons jusqu’au bout du raisonnement. Le vrai progrès serait de limiter la durée du travail à 1H. Tout le monde aurait du travail et ça ne coûterait plus très cher d’augmenter les salaires avec une seule heure/semaine.

    Et tous ceux qui ne sont pas d’accord, on les envoie au goulag au travail forcé, épicétou.

      1. Honorbrachios

        et pourquoi pas par an?!
        bien entendu payé sur le temps complet légal européen. là ça marcherai du tonnerre ! en plus simple à calculer statistiquement parlant : 65 millions de français=65 millions d’heures travaillées –
        0 chômage – plein de temps pour les loisirs et la culture donc des gens apaisés et cultivés…
        je me demande pourquoi ils n’y ont pas pensé avant

        1. Calvin

          Et l’aut’ !?
          Le week-end, ce sera du mercredi au dimanche.
          Oui, il faut bien lundi, mardi et mercredi pour caser les futurs 55 jours fériés.

  10. Caton

    Juste pour être sur que j’ai bien compris : le passage aux 32 heures et l’année sabbatique seront bien sûr financés par une taxe sur les entreprises?

    J’aime bien l’idée d’accélérer en klaxonnant pour que le mur s’écarte, cela peut faire le buzz sur le net au moment du crash. Mais j’aimerais ne pas être dans la voiture à ce moment-là…

    1. Jeff84

      Comme pour les 35 heures.
      Dans le privé, le salaire pour 35 heures est maintenu, et le gars bosse 32 heures. S’il est au dessus du SMIC, il n’est pas augmenté jusqu’à ce qu’il touche le même taux horaire qui correspond à sa rentabilité. S’il est au SMIC, le poste est supprimé parce que son employeur ne veut pas perdre de l’argent.
      Dans le public, c’est pareil, sauf que comme il n’y a pas de concept de rentabilité, le salarié est augmenté et conservé dans tous les cas. « Ca ne coûte rien, c’est l’Etat qui paye. »

      1. Val

        C’est encore pire que ça Jeff84 :
        Dans le public : embauche de milliers d’agents pour soi disant pallier le manque causé par les 32 heures .
        Dans le privé : travail de 3h de plus par /cadre pour combler le travail des smicards qui auront été virés .
        Bref : un public avec toujours plus de gens qui marnent toujours moins et un privé qui marne toujours plus en étant de moins en moins .

  11. Karamba!

    Pour se faire avocat des MJS, ils ont une excuse, ils sont jeunes. Mais pour la CGT c’est plus compliqué. Faire appel à la psychiatrie effectivement pour la déresponsabilisation…

  12. Kazar

    Pas étonnant qu’avec des idées socialistes aussi brillantes, le bon peuple, un peu aidé par Juppé, NKM, enfin l’UMP, ait décidé d’en reprendre une couche en renvoyant un député PS à l’Assemblée…Bon, c’est vrai, la République était en danger, pensez-donc.

    1. Tribuliste

      Quel soulagement dans ce lundi ensoleillé de la presse, pas de gueule de bois militante cde matin, juste les restes du pot commun d’hier au soir.

    2. Caton

      Le « bon peuple » a peur du FN, en partie parce qu’on lui répète depuis 30 ans qu’il faut en avoir peur, mais surtout parce qu’ils sentent confusément que cela irait bousculer leurs habitudes et changer leur mode de vie — et pas forcément en mieux.

      Le FN ne peut passer que su le dégoût des électeurs pour les partis traditionnels les pousse à l’abstention. Heureusement pour Mme Le Pen, les leaders UMP et PS s’y emploient activement.

      1. Jean Bon

        Qui aurait parié un cent il y a dix ans, sur le fait que le FN ferait 48 % à un suffrage quel qu’il soit ??

        Eh bah après Sarko les-bons-pipos et Hollande le flan-président , on y est.

        Je crois que le « bon peuple » il a de moins en moins peur de voter FN, et même qu’au contraire il prend plaisir à flanquer une « déculottée électorale » à son politicard local qui le prend de haut en lui disant comment penser bien.

        Le FN est au moins aussi nul que l’UMP et le PS en termes de solutions économiques ( franchement, comment proposer autre chose quand 80% du pays est intimement convaincu que le socialisme est la solution aux problèmes économiques ? ), mais sur le terrain de la sécurité et de l’angélisme immigrationniste, ils ont un autre discours, et ce depuis longtemps, et c’est ce qui les diférencie et leur fait gagner des voies, élections après élections.

        1. Théo31

          Doit y avoir également le fait que les électeurs du FN en ont marre de se faire injurier à longueur de journée par les moralisateurs à deux balles du PS.

    3. Calvin

      Dans le cas de Juppé, j’y vois une raison tactique.
      Une élection FN aurait rendue l’assemblée instable et le recours possible à une dissolution. En cas de victoire même étriquée, Alain serait le PM le plus probable.
      Or je ne pense pas qu’il souhaite ce scénario.

    4. royaumont

      Ne tape pas trop sur les électeurs UMP. Après tout, une majorité d’entre eux s’est reporté au second tour sur le FN. La frontière entre les deux partis devient poreuse, mais traité les autres par le mépris n’aidera pas à leur ralliement au second tour…
      Il est vrai que voter pour le mariage homosexuel, le grand remplacement, l’ABCD de l’égalité, la réforme des rythmes scolaires, la réforme territoriale, les reports d’élection pour convenances électorales, les taxes en tout genre, la chasse aux riches, aux catholiques, aux professions libérales, aux libéraux, aux militaires, aux automobilistes etc… ça ne fait pas franchement envie.
      Si c’est ça être républicain, je ne veux pas en être.

      1. Honorbrachios

        s’il devenait évident qu’en cas de duel ps/fn le fn devait l’emporter, tu peut être sur que les prochaines présidentielles et législatives se feraient Sueder (pour ceux qui se demandent d’ou vient ce terme, google elections + Suede = comment faire un coup d’état quand on est sur de perdre les élections)

        1. Bonsaï

          Sueder est maintenant un autre terme pour dictature. Ou fin de la démocratie. En plein 21ème siècle et avec le silence complice de tous les pays de l’UE et de la plupart des media.

        2. Aristarque

          On a eu chyprer, suèder… Je me demande ce que recouvrira grancer ou francer quand notre cygne noir se manifestera ??? Des idées??? (les miennes sont trop noires) 😥

        3. astazou

          euh… Je n’ai pas l’habitude te tacler l’orthographe et la grammaire, mais là
          … tu peut être sur que les …
          j’ai du relire 3 fois, la 3e en bougeant les lèvres pour comprendre 🙁

            1. Honorbrachios

              tacle comme tu veux, en ce moment je bosse mon anglais et mon espagnol car plus que quelques jours dans ce pays débile, donc la france et le français je te les laisse de bon coeur

      2. Kazar

        Je ne méprise pas les électeurs, ils votent comme ils veulent mais au moins ils votent. Je réserve mon mépris aux dirigeants de l’UMP.

  13. Tribuliste

    Pour ces gens inutiles qui ne font rien mais se croient productifs, l’inactivité crée de la richesse.
    Economiquement c’est douteux, Escroloniquement c’est génial.

  14. douar

    32 heures? Mais c’est bien une des propositions de «Nouvelle donne» non?
    D’ailleurs comme par hasard on retrouve dans cette fine équipe, des pontes de l’alarmisme climatique (J.Jouzel et V.Delmotte Masson). Donc, à les écouter, il faudrait, réduire son temps de travail et ses consommations d’énergie.
    Du grand art.

  15. Kazar

    Les Grecs sont beaucoup plus malins : plutôt que de bosser, ils vont directement réclamer du pognon à l’Allemagne 🙂
    Bon, pas sûr qu’après ça, ils obtiennent le soutien de la BC pour financer l’embauche des fonctionnaires, la hausse de 30% du smic et les vacances à la plage…

    « Lors de son discours devant le Parlement, dimanche 8 février, le premier ministre grec Alexis Tsipras a évoqué « l’obligation historique » et « morale » de son pays à réclamer « des indemnités de guerre et le remboursement du prêt forcé » à l’Allemagne.

    « Il y a une obligation morale envers notre peuple, envers l’Histoire, envers tous les peuples européens qui se sont battus et ont donné leur sang contre le nazisme », a soutenu M. Tsipras. Son parti Syriza réclame une somme d’environ 162 milliards d’euros à l’Allemagne, soit l’équivalent de la moitié de sa dette publique de plus de 315 milliards d’euros.

    M. Tsipras a évoqué la lutte sur ce sujet de l’eurodéputé du Syriza, Manolis Glezos, 92 ans, figure emblématique de la Grèce, qui à l’âge de 19 ans pendant l’occupation nazie avait décroché le drapeau nazi du rocher de l’Acropole. L’Allemagne a, à plusieurs reprises, refusé de payer cette somme à la Grèce en soutenant que cette affaire n’a pas de base juridique et qu’elle a perdu sa légitimité après la fin de la guerre. »

    1. Tribuliste

      La Grèce antique était friande des croupes budgétaires ; rien de choquant à ce qu’ils aient évolué vers les transferts de fonds internationaux, les coquins.

  16. infraniouzes

    Je pense que l’immigration de masse reste encore la meilleure solution. Réfléchissons un peu, voulez-vous ?
    – L’immigré a besoin d’aide pour s’intégrer au mieux parmi les Gaulois; donc il faut des association idoines et bien dotées en moyens matériels et humains. De l’embauche en perspective….
    – L’immigré a ensuite besoin de se loger; donc il faut construire des HLM à tour de bras, quelle bouffée d’air pour le BTP. Des emplois à l’horizon….
    – L’immigrée fait souvent des enfants à peine le pied posé sur le sol gaulois; donc il faut du personnel médical en nombre, en qualité et des maternités dans les zones d’implantation.
    – L’émigré est, hélas, parfois malade à cause de pathologies étranges qu’il véhicule avec lui; donc formons plus de médecins et d’infirmières…
    – L’enfant de l’émigré va ensuite à l’école (ou un truc qui lui ressemble). Il faut recruter des enseignants, du personnel d’encadrement et construire des écoles partout où ces gens vivent afin qu’ils soient aussi bien traités que les Gaulois.
    – L’émigré tombe, parfois mais rarement, dans la délinquance; recrutons policiers et magistrats pour faire face à ce problème tout en prenant des précautions pour ne pas stigmatiser ces malheureux dans un amalgame hâtif.
    Vous voyez, chers amis, à la la lumière de ces quelques exemples, le formidable gisement d’emplois qu’implique l’immigration. Honte à ceux qui veulent leur barrer la route ou les renvoyer chez eux. Grâce à eux tout le monde aura du travail demain en France.
    Pour le financement de tout ça, cf. le FMI et la BCE. Vous y trouverez des quantités de guignols qui adorent jouer au Monopoly et qui vous ferons valser les billets comme feuilles d’automne…

    1. Black Mamba

      La semaine dernière, nous avons tapé la discussions avec une chance pour la France toute voilée … Elle nous a dit qu’elle avait monté sa propre entreprise en France , elle a cru un moment pouvoir en vivre de son travail … ben , non, la désillusion fut horrible … en deux temps trois mouvement elle a fait faillite … Elle comprend mieux pourquoi le pays va mal .
      Elle a eu l’esprit d’entreprise … elle retourne vers l’assistanat !

    2. Pheldge

      C’est à peu près la brillante idée de Jacques Attali pour « sauver les retraites » : faire venir 80 Millions de « chances pour la France » sur 20 ans.
      Cf sa page sur Wikipédia.

  17. Sylvain

    Bonjour H16 (d’ailleurs pourquoi H16, un jour il faudra le dire mais ce n’est pas l’objet ici…). Malheureusement la comparaison avec la maladie mentale est très pertinente. Elle me rappelle ce que disait Einstein de la folie « La folie c’est se comporter toujours de la manière et croire à chaque fois que le résultat sera différent »

          1. Calvin

            Ça c’est pour passer sous les radars.
            En réalité, c’est hashish.
            Hashish = H6 qui donne H16.
            Du hashish survitaminé.
            Bon, si là, la DCRI n’a pas tiqué, c’est à désespérer de Frenchelon…
            Je ne vais quand même pas ajouter : bombe, attentat, cochon, flic, ak47, anthrax ?? Si ?

      1. Pheldge

        On peut dire aussi « H16 » pour « hebdomadaires 16 heures » … 😉 🙂
        Là, je crois que c’est moi qui décroche la timbale ! 🙂

  18. Tribuliste

    « Dans ce cadre, comment imaginer que passer aux 32 heures hebdomadaires va aider ?  » Le Droit du travail est par trop rigide et permissif pour permettre d’envisager un effet de levier positif d’un pasage aux 32 heures.
    D’autant que de très nombreuses entreprises ne franchissent pas la barre symbolique des 49 salariés (sauf erreur de ma part) , afin d’éviter un grand écart administratif et syndicaliste.
    Les 32 h seraient envisageables si dans un premier temps les RTT disparaissaient.
    Et petit avis personnel : plus les employés ont du temps libre, plus le travail au noir augmente, ainsi l’entreprise serait doublement perdante.

    Bref les 32, une lubbie passagère à oublier, pitié.

    1. Black Mamba

      « plus les employés ont du temps libre, plus le travail au noir augmente »
      C’est ce qui se passe , certains artisans stoppent leur activité , se mettent au RSA et bossent au black , la vie devient plus belle .

      1. Tribuliste

        Pourquoi se priver? D’ailleurs de nombreux chantiers avancent de manière spectaculaire le week-end :mrgreen: (ça marche très bien en suisse aussi d’ailleurs)

      2. Deres

        Et les gens se mettent au bricolage dans leur temps libre au lieu de faire appel à des artisans. C’est un retour en arrière sur le taylorisme. Les gens ont du temps à consacrer à des activités très peu productives car à cause des charges écrasantes, il est devenu trop coûteux de faire appel à de la main d’oeuvre qualifié et équipé donc très productive …

  19. FabriceM

    [..] les mêmes mécanismes qui s’apparentent à une maladie mentale [..]

    Non. Il y a l’idéologie d’un côté, et la maladie mentale de l’autre.
    Il y a la systématisation d’un mode de pensée, d’une manière d’interpréter des faits.
    Et il y a l’incapacité à reconnaitre des faits, à séparer l’imaginaire du réel.

    La maladie mentale, ou la dérive sectaire de l’idéologie, c’est quand les faits qui contredisent l’idéologie sont rejetés de manière axiomatique.

    Aussi aberrantes que soient les propositions de Martinez, elles font clairement échos à un vécu bien réel de situations de souffrances multiples et insupportables, partout en France et ailleurs.

    Pour ce cher Martinez, le petit patron est la victime des grands patrons qui refusent de remplir les carnets de commande, refusent de consommer ou refusent d’investir leurs montagnes d’argent accumulées. Et il y a effectivement des lieux d’accumulation systématique d’argent et de pouvoir, et pas seulement dans les mains des fonctionnaires et des politiciens.

    Il faut que Martinez comprenne que les libéraux ne sont pas les pseudo-intellectuels visant à justifier ces accumulations aberrantes, mais bien des promoteurs de la justice, et de la liberté afin que chacun se construise une vie aussi prospère que possible, dans la coopération et la solidarité avec d’autres individus libres. Et les hommes étant ce qu’ils sont, incroyablement semblables (au point d’avoir des mécanismes dans l’adn générant de la pseudo-variabilité, notamment au niveau du visage), le respect de l’individu ne peut que mener à une convergence des conditions de vie.

      1. Othello

        Je ne sais pas ce qu’il fume, mais c’est de la bonne 🙂

        Juste pour rire : puisque les êtres humains sont tous si semblables, je lui proposerais bien une expérience sexuelle avec Teddy Riner pendant que je m’embourbe Adriana MachinChose

        1. FabriceM

          Pas besoin d’ennemis de la liberté quand ses partisans se complaisent dans du trollage manifeste et s’enfoncent dans un particularisme invraisemblable, pour le seul plaisir de contredire tout ce qui ressemblerait, même seulement en apparence, à du vivre-ensemblisme.

          1. gameover

            ah si on n’est pas d’accord on est un troll ?

            Tu pourrais expliciter tes 3 dernières lignes de ton message du 9 février 2015, 10 h 44 min.

            Sinon exprime toi plus simplement stp…

            1. FabriceM

              La variation génétique entre individus de l’espèce humaine est extrêmement faible, en comparaison de la très grande majorité des autres espèces animales. (Avec des exceptions, toujours, notamment les guépards qui sont presque des clones, du fait d’une consanguinité extrême.)
              Cette faible variabilité est en partie masquée par une variabilité assez élevée des visages humains, variabilité qui ne peut s’expliquer seulement par des besoins « fonctionnels » (physiologiques), mais bien par la recherche active de la différence chez l’autre, dans les populations humaines, depuis des dizaines de milliers d’années.

              Bref, les aptitudes physiques autant que l’intelligence sont essentiellement identiques entre 2 personnes prises au hasard. Le destin d’un être humain se joue essentiellement après sa naissance, et pas au moment de la conception.

              Le potentiel des hommes étant essentiellement identique, s’ils évoluent dans un système qui permet à chacun de prospérer par ses propres facultés, sans entraves ni « triche », les conditions de vie ne peuvent que converger, au fur et à mesure que chacun retrouve une juste place et un juste destin dans le système libéral.

              Il y aura toujours, heureusement et malheureusement, des exceptions à la règle, pour le meilleur et pour le pire. Ce n’est pas le sujet. Le sujet, c’est de dire que si une politique libérale conduisait à un accroissement tendanciel des inégalités, c’est à dire si elle générait spontanément des rentiers n’ayant pas à fournir d’effort pour maintenir leur statut, alors cette politique serait vouée à l’échec.

              1. gameover

                C’est bien ce que je me disais…

                Tout ton raisonnement est certainement basé sur cette prémisse fausse : « Le destin d’un être humain se joue essentiellement après sa naissance, et pas au moment de la conception. »

                Voir The Bell Curve de Charles Murray disponible en pdf sur le net.
                Voir aussi l’article de CP sur les différences de trajectoire entre enfants naturels et enfants adoptés dans des familles suivant le revenu.

                L’inégalité semble bien naturelle.

                  1. FabriceM

                    Je connais tout ça, et ça n’est pas pour rien si mes propos sont nuancés. Il y a évidemment des sources naturelles et persistantes d’inégalités.

                    Maintenant, pour prendre un exemple, il est très clair que les résultats très légèrement inférieurs, dans les tests de QI, des afro-américains n’explique que très partiellement la sous-performance manifeste de ces population au niveau académique ou économique.

                    L’essentiel de l’explication se trouve ailleurs. (D’où l’omniprésence du mot essentiellement dans ma prose).

                    1. gameover

                      Attention quand même : 100 étant le QI moyen ou nedian de la population (je ne sais plus), le débile moyen commence à 80…

                    2. FabriceM

                      La classification des débiles, idiots, attardés, etc.. en fonction du QI, c’est clairement un artefact de l’eugénisme et du racialisme américain du 20 ème siècle.

                      Scientifiquement, ça n’a aucun sens, puisque le QI est clairement dépendant de facteurs culturels généraux, de l’éducation, et varie même en fonction de l’état de santé général de l’individu.

                      Mais soyons clair. Je suis contre toute forme de subvention ou d’aide à la procréation sur fond public pour les personnes en situation d’échec social, qui revient à récompenser et sélectionner les moins bons pour la reproduction. Ce qui est de manière certaine un passeport pour le désastre.

                  1. Black Mamba

                    Donc quand on me félicite que mes enfants sont intelligents, je peux dire que cela tient du côté de leur mère … Chouette ! Voilà que je vais pouvoir crâner au prêt de WP :mrgreen:

                    1. Quiet Desperation

                      C’est ça, sa contribution aux charges du mariage ? il prête, et ne donne pas ? quel triste sire, ce WP…

                    2. gameover

                      Oui BM l’hérédité du QI c’est un sacré boulet dans les parterres de fleurs socialistes… et si j’avais su qu’en plus ça venait en majorité de la mère… Fail !

                    3. Black Mamba

                      @GO
                      Pourquoi Fail ? T’as pas réussi à donner un bout de ton QI à tes enfants ou ton ex épouse était trop comment dire « simple d’esprit » :mrgreen:

                    4. Quiet Desperation

                      Quand j’étais en Namibie, et comme il y en a – à profusion même, des mambas – j’ai demandé à mon copain Terry quoi faire en cas de morsure… sa réponse :

                      « Tu prends avec toi ton téléphone et une demi-bouteille de champagne… »

                      …. ?

                      « Tu te sers du téléphone pour dire adieu à ta famille, et tu bois le champagne pour adoucir ton trépas…. qui vient rapidement, d’où l’inutilité d’une bouteille entière… »

    1. val

      Oula Fabrice , « et les hommes étant ce …. Incroyablement semblables. » Ben non , tous uniques et différents. Et le meilleur respect que l on peut leur donner est de le comprendre.

      1. FabriceM

        Voilà. Je suis aussi différent de mon voisin que d’un cafard ou d’une pierre. Ces prétendues similitudes entre êtres humains, c’est vraiment de la connerie socialiste.

          1. FabriceM

            <>

            Gratuité du crédit, Frédéric Bastiat, éd. Guillaumin, 1847, t. 5, chap. Quatorzième lettre, p. 319 (texte intégral sur Wikisource)

          2. FabriceM

            Si j’avais le malheur de ne voir dans le capital que l’avantage de capitalistes, et de ne saisir ainsi qu’un côté, et, assurément, le côté le plus étroit et le moins consolant de la science économique, je me ferais Socialiste ; car de manière ou d’autre, il faut que l’inégalité s’efface progressivement, et si la liberté ne renfermait pas cette solution, comme les socialistes je la demanderais à la loi, à l’État, à la contrainte, à l’art, à l’utopie.

  20. Pnf7558

    La gauche a une vision simpliste du monde
    – partage du travail
    – le même diplôme pour tous
    – l’égalité partout ( c’est vrai qu’on est tous beaux / doués / athlétiques / montés comme Rocco / qu’on court tous le 100m en moins de 10s,…)
    Ils doivent rêver d’une monnaie unique mondiale, elle permettrait de cacher cette création monétaire qui n’aura de fin que lors du crach obligataire a venir
    La meilleure illustration est ce front républicain : voter contre les méchants avec les
    NPA – écolos – Pc – prg -Lo – udi – nkm
    Un paquet unique d’idées qui sur leur développement ne se différencient que sur l’ordre 3 , ou plus …

  21. ekoulemaneng

    Le socialisme relève de la pensée magique. Inutile de se fatiguer en démonstration pour ramener des timbrés du genre Laure & Phil au simple bon sens. Le pire est que certains nobels à l’instar de Jeremy Rifkins pensent comme eux.
    Samedi soir, j’ai écouté Saint Thomas de Piketty, le fameux saint patron des piponomistes, débiter ses âneries, bien aidé en cela par la complaisance de Ruquier et Caron. Quand il embraya sur l’augmentation drastique des prélèvements sur l’héritage pour freiner l’accroissement des inégalités, Léa Salame lui demanda s’il comptait transmettre en héritage à ses enfants le fruit de la vente de ses livres. J’ai savouré ce moment-là, surtout les balbutiements de Saint Thomas. Heureusement pour lui que Caron et Ruquier étaient là pour le tirer d’affaire en le relançant par des questions débiles. Ayant eu mon compte, je me suis empressé de zapper.

    1. brondillant

      le problème des socialistes c’est l’égalité. Je lis la biographie de Fouché par Emmanuel de Waresquiel et tout est dans ce mot égalité porté au pinacle de la pensée depuis la révolution. Dans le triptyque républicain » liberté, égalité, fraternité » les classes dirigeantes, fussent elles citoyennes, ont délibérément éludé le premier pilier ,la liberté, et tout sur le deuxième l’égalité. Or c’est la liberté qui te fait aller vers l’égalité (toute relative mais ni plus ni moins que l’égalité) et la fraternité. Or la liberté du peuple ou des citoyens (je préfère) et en horreur absolue à tous ceux qui dirigent. Droite , gauche et pire encore FN.

      1. Kazar

        Pourquoi « et encore pire FN » ? Qu’en savez-vous à part le bourrage de crâne qu’on vous a fait subir avec succès ?

        Parce que le PS est ami de la liberté, lui qui a fait voter la LPM avec surveillance sans autorisation préalable d’un juge ? Ami de la liberté lui qui a fait arrêter arbitrairement des centaines de militants de la Manif pour tous simplement parce qu’elle portaient un sweet ou un drapeau dangereusement subversif avec le logo d’une famille hétérosexuelle ?
        Le PS est un parti totalitaire qui veut instaurer l’égalité parfaite de tout pour tous, un vrai cauchemar.

        1. brondillant

          « Le PS est un parti totalitaire qui veut instaurer l’égalité parfaite de tout pour tous, un vrai cauchemar. »
          tout à fait d’accord.
          On ne peut pas, à mon humble avis, aimer la liberté et soutenir le FN. Le FN ne voit que par l’état partout , pour tous. En cela il ne diffère en rien des autres partis et ressemble furieusement à l’extrême gauche.
          Mon problème est que je ne veux pas aller vers le FN en rejetant l’UMPS.

      2. Jean Bon

        @ brondillant

        Le problème est que les socialistes ont dévoyé le sens du mot égalité.
        L’Egalité de la Révolution, c’est celle qui assure les mêmes droits à tous.
        L’Egalité des socialistes, c’est celle qui assurerait une même situation à tous.

  22. Pheldge

    Enfin la « vraie goche » est de retour ! 🙂 🙂
    A quand l’apprentissage obligatoire et Laïc de  » l’Internationale » ou du « Foulard Rouge » dès la maternelle ?

  23. blackwarrior

    32h…en fait 32 c’est le nombre de neurones qu’il leur reste a force de fumer des pétards et se gaver de foie gras sur notre dos..franchement faut pas avoir honte pour sortir des conneries pareilles,ou être neuneu,ou avoir toute sa vie vécu comme un parasite (si si vous savez la bestiole qui vit au crochet des autres)..

  24. bibi

    Voila ce que cela m’évoque!

    Commissaire Bialès : Tu bluffes, Martinez. (Aux autres) Il bluffe.
    Serge Karamazov : Pas sûr.
    Simon Jérémi : Si si, il bluffe là, ça se voit tout de suite.
    Serge Karamazov : Non, il a pas l’air de bluffer là quand même.
    Commissaire Bialès : Siii, il bluffe là.
    Simon Jérémi : Moi je suis de l’avis de Bialès, il bluffe. On vote ? Moi je vote et je dis il bluffe.

    Martinez : Bon ça suffit je compte 5, 4, 3, 2, 1 et à 0, paf ! Je vous transforme en pastèque.
    Serge Karamazov : Il dit : 5-4-3-0 et après PAF ! Pastèque. Je sais c’est un peu décousu mais moi je vous retranscris ça pèle-mêle aussi.

    J’avais pas compris jusqu’à l’élection de Hollande (aka Simon Jérémi) que le film de les Nuls c’était de l’anticipation sur la politique.

  25. Kazar

    (HS) Pendant ce temps, à Marseille (où mes truands ne sont pas passés aux 32 ni même aux 35 heures) :

    « Le directeur de la police de Marseille visé par des tirs de kalachnikov.

    La fusillade intervient le jour de la visite sur place de Manuel Valls. Le premier ministre doit entamer dans l’après-midi un déplacement d’un peu moins de 24 heures à Marseille, pour y saluer les «excellents» résultats des mesures prises depuis deux ans et demi pour faire reculer la délinquance et promettre davantage de moyens, notamment pour l’école. »

    Valls qui va saluer les excellents résultats en matière de sécurité quand le directeur de la police se fait tirer dessus à la kalach, on atteint les sommets du ridicule.

                1. blackwarrior

                  très cher ami,sachez que le simple fait de vous posez des questions sur votre état mental reflète une vérité des plus flatteuses,vous n’êtes point dérangé..pour la séance il vous en coûtera néanmoins quelque chose,la satisfaction d’un humble psychologue des bacs à sable..cordialement votre..^^

  26. Kekoresin

    Toujours et encore la même scie grinçante au pays du manège enchanté! Le manège du père pivoine tourne en rond et les zébulons qui sautillent autour dans l’allégresse ouatée de leur petit monde d’avantages et de passe droits, n’en finissent pas de calibrer la vie telle qu’ils l’imaginent. Une belle société en quatre strates distinctes avec les gentils chômeurs mis à l’abri du travail dangereux et pénible, les élites méritantes aux yeux brillants de compassion, les méchants patrons exploiteurs qui travaillent plus pour embaucher moins, et enfin employés coincés dans un purgatoire prolétarien.

    La réalité navrante se situe plus dans un monde digne d’H.G. Wells avec les Morlocks, cannibales aveugles, qui exploitent les innocents androgynes, simplets et insouciants, qu’on nourrit d’illusions, de RSA ou de reliefs de salaires pour mieux les bouffer.

    La France socialiste se mue lentement mais surement en modèle soviétique, le stakhanovisme en moins. L’armée des assistés, des fonctionnaires tamponneurs de cerfas et d’élus à vie peut compter sur les forçats indépendants qu’ils méprisent et oppressent. Mais les rangs s’éclaircissent et le système vacille comme un géant sur des pattes trop frêles. Bientôt, selon les lois de l’évolution que renie tout bon socialo, la créature n’aura plus de pattes du tout, condamnant son corps mou et froid à la reptation pour enfin finir noyée dans ses propres déjections.

    Le pays n’est pas foutu, il se transforme en tas de merde envahissant chaque recoin des plaines fangeuses en épargnant pour l’instant les sommets olympiens. Mais le tas de merde grossit à vue d’oeil…

    1. Higgins

      Et puis il y a la bombe appelée « compte épargne temps » qui doit avoisiner actuellement les deux millions d’heures, qu’on est incapable de financer et qui devient progressivement une épée de Damoclès très pesante.

  27. Pheldge

    Ah, le paradis Socialiste , avec de l’égalité pour tous, en veux-tu en voilà, du travail pour tous, équilibré avec les loisirs pour tous …
    Il n’est pas idiot le calcul de Martinez : 26 Millions d’actifs, 5 de chômeurs , en réduisant le temps de travail de 3h soit 8.6% ça absorbe gros doigt 2.3 M d’inactifs. A condition de payer les 32h 32 et pas 35.
    Sur le papier c’est nickel , il faut maintenant que Martinez explique ça à la « Réalité Économique » qui est très buttée et têtue, et n’a jamais rien compris au socialisme !

    Une autre grande idée qui va être victime du capitalisme odieux , et du libéralisme dévoreur de petits enfants

    1. Deres

      Cela ne marche pas car tu ne comptes pas les frais organisationnel. Quand tu augmentes ton nombre d’employé de 10% pour le même travail, il te faudra également augmenter ton encadrement de 10% et prévoir des locaux et du matériel pour recevoir tout ce petit monde. Cela absorbe une bonne partie de tes gains donc même à salaire en baisse, tu n’auras pas 10% de travailleurs en plus.

      De plus, avec le droit du travail rigide français, tu ne peux pas diminuer les salaires, surtout si ils sont au SMIC ou régit par des grilles. Donc cela se fera à court terme nécessairement en renchérissant les coûts salariaux de 10%. J’ajoute qu’avec notre législation fonctionnant entièrement avec des effets de seuils, augmenter le nombre de travailleurs pour réaliser le même travail est une mauvaise idée … Le franchissement de seuils d’employés genre 50 se fait avec baisse de la productivité moyenne ou coût en plus suivant la façon, dont on voit les choses.

      Au final, ce que le pays a besoin, c’est d’augmenter sa productivité, c’est à dire l’inverse de ce genre de mesures. Et je parle de la productivité globale, pas de celle des individus. Le problème est que nos dirigeants, en ne regardant que les détails, prennent toujours des mesures allant dans le sens inverse. Toutes leurs mesures, quand on les regarde dans leur globalité détruise de la richesse et diminue la productivité du pays.

      Et les investissements en infrastructure ne sont souvent que des compensations pour une destruction de richesse qui la précède. Par exemple, on construit des rocades à coup de milliards pour éviter les centres villes bouchonnés. Mais ceux-ci sont infranchissables suite à l’ajout perpétuel d’obstacles à la circulation. Les investissements ne permettent donc souvent que de revenir à la situation précédente.

      1. Pheldge

        J’aurais du préciser :s’ il n’est pas idiot le calcul de Martinez, il est excessivement simpliste et réducteur , et ce faisant très « socialiste ».
        Pour éliminer la pauvreté ? simple, on impose les « riches » ! pour éradiquer le chômage ? on répartit le travail ! le patronat se débrouillera bien …

  28. ODE

    Bonjour, moi je suis prof de français en lycée et je bosse à peu près 2h pour préparer une heure de cours et pour les corrections des copies c’est 3 à 4 copies en une heure. J’avais des classes de 35-37 élèves l’année dernière et une bonne douzaine de notes par élève par semestre. (ou 8-10 par trimestre).
    Mon mari a fait le compte et je suis largement sous payée par rapport au temps passé consacré à mon travail. Les recteurs d’académie, eux, ont été augmentés. Nous, on nous somme d’enseigner toujours plus de choses (en français par exemple on a rajouté une épreuve au bac depuis une dizaine d’années intitulée « question de corpus ») en moins d’heures (en 2d 4h/ semaine, plus des heures d' »accompagnement » ou « soutien »: 1h/semaine pour les élèves inscrits) et pour le même salaire.
    J’ai enseigné à la fac cette année en lettres: j’avais 5 élèves en Licence 1, et 2 en Licence 3, et aucun ne veut faire de Lettres plus tard.
    Il n’y a plus de profs de Lettres et étant une vraie littéraire, du genre diplômée, compétente, je suis une perle rare. J’ai des collègues qui ne rêvent que d’enseigner au collège (moins fatigant), d’autres qui comprennent la matière comme une série de règles et de normes (application des cours de « didactique »), d’autres enfin qui rêvent de s’en aller dès que possible parce que les Lettres c’est sympa, mais…

    Moi, je pensais qu’étant une perle rare on me retiendrait, on me dirait qu’on appréciait mon travail, mais non! Le directeur n’est pas votre chef, les parents s’en foutent, les élèves aussi, quant au recteur… tant qu’on est de bonnes machines à appliquer les programmes, tout baigne. Etant dans le privé, je suis aussi soumise au diocèse, qui en rajoute une couche côté règles, normes, millefeuilles administratifs. J’ai eu le malheur d’écrire un mail perso au directeur diocésain (pour lui suggérer d’enseigner la grammaire à l’école), là d’un coup j’ai vu mon directeur me rappeler la « hiérarchie ». J’aurais dû lui rappeler que selon les épîtres de Paul dans notre religion il n’y avait plus de différences entre hommes et femmes, supérieurs ou inférieurs, qu’on était tous frères… enfin bref.

    Mais ce qui est certain, c’est que de tout ça ils s’en foutent. Si je démissionne comme j’en ai de plus en plus envie, ils embaucheront… un diplômé d’espagnol, un surveillant, un parent… parce que, n’est-ce pas, tout le monde peut enseigner le français. D’ailleurs au conseil de classe on ne demande pas au professeur de français qui peut passer en L, mais au professeur de maths qui peut passer en S.

    J’ai donc bien le sentiment que, de ma valeur ajouté, de mes compétences, tout le monde s’en fout. Ce qu’il faut c’est que je sois là de 10h10 à 11h05 pour transmettre aux élèves non la littérature mais les programmes de lettres, et que le lycée garde sa place dans le classement des lycées. J’ai corrigé le bac: on est censés faire en sorte qu’on arrive à une moyenne de 10-11 pour « faire bien » voire mieux que l’académie d’à-côté. Génial. Super métier, créatif.

    Et puis effectivement la plupart des parents s’en foutent, pourvu que leur gamin soit occupé: qualité de l’enseignement, niveau des profs, qu’importe? La commodité avant tout, pas la transmission, pas l’âme.

    Donc je bosse comme une perdue pour rien, et je sais que n’importe qui pourrait être considéré comme aussi compétent que moi pour ce poste. Qui en veut parmi les 5 millions de chômeurs de mon travail? Bizarrement… pas grand monde.

    En tout cas moi, je laisse la place libre dès que possible…

    Et tous ces gens s’étonnent que l’enseignement hors contrat commence à attirer les meilleurs, les agrégés, les entrepreneurs, les compétents. Bizarre car, m’a dit mon directeur, « je leur souhaite bonne chance le jour de la retraite »! Non mais quoi? La Liberté, il ne sait pas le prix que ça a…

    Voilà, dans mon métier, en tout cas dans le privé, on ne recrute plus, on ne fait rien pour garder ceux qui voudraient s’en aller, on gère un lycée comme on gère n’importe quelle structure administrative, et les meilleurs sont aussi les plus tentés de partir.

    Et pourtant c’est pas le travail qui nous fait peur…

    Mais les parents doivent être satisfaits de se dire que demain, ce sont des gens qui n’y connaissent rien au français qui vont apprendre leur propre langue à leurs enfants. Peu importe, n’est-ce pas, le français, tout le monde peut l’enseigner, même ma concierge.

    Quitte à devoir bosser autant j’aime autant être pour ça, soit bien payée, soit considérée, un des deux.
    Il paraît qu’au Luxembourg les profs sont mieux payés.
    Il paraît qu’il y a des pays où on reconnaît que les bons profs font des élèves intelligents, libres, à l’esprit critique, capables d’entreprendre, sachant parler leur propre langue et argumenter dans celle-ci.
    Mais dans mon pays, le prof est un exécutant des directives des programmateurs de cerveaux.

    Bon pardon pour ce billet un peu long. Bientôt les vacances scolaires! c’est vrai quoi, c’est pour les vacances qu’on est prof 😉

    Ode.

    1. Hum. Et le rapport avec le billet ?
      (Ceci dit, je vous encourage, en effet, à regarder dans d’autres pays où votre valeur sera mieux prise en compte)

      1. Black Mamba

        Cette personne a préparé son texte mais n’a pas mis dans le bon article … je crois qu’il faut le mettre dans celui d’hier 😉

          1. gameover

            Ok mais quand je lis ça : « D’ailleurs au conseil de classe on ne demande pas au professeur de français qui peut passer en L, mais au professeur de maths qui peut passer en S. »

            … je me demande toujours si la personne qui a écrit a les pieds sur terre…

          2. Jiff

            « L’EN, c’est Ubu roi! »

            C’est malheureusement surtout une caste dirigeante qui n’a rien à faire des mômes ni de leur devenir.
            Et c’est bien pour ça que l’idée du chèque éducation est réellement excellente (et ne verra, par conséquent, jamais le jour; enfin jusqu’au jour où l’on ressortira le panier et la guillotine qui va bien avec) 😉

            1. Théo31

              « Pour un journaliste de gauche, le devoir suprême est de servir non pas la vérité, mais la révolution. »

              Allende

              S’applique à merveille également pour les profs.

    2. pnf7558

      Bonsoir
      il faut regarder aussi une certaine réalité du métier :
      – 15 ou 18h00 par semaine de présence( + cours à préparer certes mais on s’organise comme on veut , le soir la nuit pour avoir du temps en journée) pour un salaire vers 40 ans ( agrégé ) de 2700€ net , et vers 50 ans pour un certifié…
      – 0 risque : pas de licenciement (j’ai à titre perso participé à un conseil de discipline universitaire pour un prof …il a été reversé dans le secondaire)
      – les heures sup en collège ou lycee sont grassement payées …
      Bref un prof qui veut gagner un peu de sousous et qui veut pas trop se casser les pieds tourne vers les 2500€ / 4000€ nets vers la quarantaine
      – ne pas oublier les vacances !!

      Et puis j’attends toujours de voir des profs se barrer dans le privé … que ce soit un agrégé de maths ou de lettres ou de langue ou …

      A titre perso je l’ai oublié aussi vite que j’y ai pensé …

      Certes on peut regarder les profs de prépa : mais bon faut être honnête , certains (pas tous ) sont excellentissimes dans leur domaine … alors leurs 6 000€ par mois sont pas volés

      Quand aux Universitaires : les bons gagnent très bien leur vie ( ils cumulent les fonctions donc les sous )

      Les recteurs sont placés par la politiques … compétents ou pas tout le monde s’en fout , le seul truc c’st d’être du bon côté au bon moment

      IL y a et je suis d’accord beaucoup de choses à réformer: par exemple quel intérêt de conserver des L1/2 en maths et physique sachant que les meilleurs et bosseurs sont en prépa…
      Idem quel intérêt d’avoir des amphis de psycho , staps, …pleins à craquer

      Breffffff … mademoiselle a raison de se plaindre sur les points autres que salaires : mail les profs n’ont qu’à arrêter de voter à gauche ou pire

      1. Honorbrachios

        @ pnf7558 :
        vous vous rendez bien compte (profs en général) que 2700 à 6000euros par mois pour 15à18heures par semaines fait de vous de très grands privilégiés en france ? pour mémoire, le salaire moyen est aux alentours de 1500e…et que si des artisans ou commerçants arrivent à ce salaire, de moins en moins, c’est en faisant entre 10 et 15 heures ….par jours…

  29. David

    L’année sabbatique que les Jeunes socialistes proposent, elle est obligatoire ?

    Et que se passera-t-il si on ne la prend pas ? une peine est-elle prévue ?

    1. Bof

      Ça leur permettra de payer les « dommages de guerre » que la gauche « radicale » (ne dites pas « extrémiste ») grecque lui réclame.
      165 Milliards je crois.

  30. vegeta

    Mon petit doigt me dit que valss va monter dans les sondages, je me demande si ils( le gouvernement) ne laissent pas agir nos amis islamistes à des fins politiques …

      1. Deres

        Avec un peu de « chance », on aura aussi la guerre avec les Russes. Vigipirate + service citoyen + mobilisation de « volontaires » pour l’Ukraine : on la tient notre baisse du chômage ! 2017, c’est dans la poche pour eux.

      2. hop hup

        bin oui ça permet de faire passer le flicage de masse de l’internet comme une lettre a la poste alors quand temps normal ça aurait été pas acceptable du tout

    1. royaumont

      Petit jeu :
      Pour une série d’attentat faisant 17 victimes, Solexine Rex remonte de 30 points dans les sondages pendant 2 mois.
      Sachant qu’il lui faut 40% de bonnes opinions en mai 2017, combien d’attentats faut il laisser perpétrer pour qu’il soit réelu ? Combien de morts ?
      Vous avez 1 heure.

  31. Vicnent

    je suis toujours embêté par les arguments du genre :

    « Et pourtant, cette hypothèse explique exactement ce qui est observé, à savoir que la réduction du temps de travail légal n’a pas créé d’emploi (sinon, comment expliquer les 5 millions de chômeurs actuels ?) »

    qui ne sont pas ni une preuve, ni même une raison suffisante d’un élement de preuve : rien ne nous dit que par exemple, sans les 35h, on ne serait pas à 8 millions de chomeurs, et que donc, les 35h ont été véritablement formidables.

    A la limite, je préfère encore la démonstration empirique, pas parfaite mais un peu meilleure au moins dans la qualité de l’argumentation, qui consiste à dire que sur les 200 pays qui l’ont vu se mettre en oeuvre en France depuis 15 ans, aucun ne projette de se l’approprier.

        1. gameover

          Un article doit se lire en 5 minutes soit 1,000 mots.
          Comme souvent pour le comprendre il faut ouvrir au moins un lien ça peut faire 7 minutes taille temporelle au-delà de laquelle l’attention diminue.

          Au-delà l’article ne sera pas entièrement lu par une majorité ni donc commenté.

          La concision est importante aussi dans l’objet d’un email si vous voulez être lu, le nom d’un blog, le nom d’une marque, un statut FB… d’où le succès de Twitter

      1. Aristarque

        H16, vu la qualité habituelle du blog, nous nous ferions très bien à des billets en deux ou trois parties, une par jour ou par semaine…

        1. petit-chat

          Harry, +10.
          Je verrai bien une série avec de multiples épisodes (notamment sur les Dufloperies que je relis assez souvent), d’abord en VOSTR, puis déclinée dans toutes les langues comme ça a commencé par le chinois tout récemment !

            1. Bonsaï

              Et puis ne cédons pas comme des néophytes à la mode des brèves. Vivre sous-entend aussi une volonté de durée, de prolongation, voire de retour sur images …
              L’esprit ne demande qu’à se laisser aller à ce penchant.

              1. Bonsaï

                Allez, soyons fous, osons parodier le grand Aristarque :
                H16, vu la qualité habituelle du blog, nous nous ferions très bien à des billets deux à trois fois plus longs, au minimum sept fois par semaine, voire huit.
                Car souvenons-nous de notre détresse, une fois le court (de plus en plus court) billet quotidien lu en long, en large et en travers. Une fois les commentaires décortiqués, soupesés et renvoyés à leur propriétaire avec la note de frais, notre langueur qui grandit, le manque déjà qui nous ronge …
                Ah! vite ! disons-nous dès vendredi en attendant la livraison du dimanche, 11 heures. Inhumaine douleur que le dealer nous inflige …

    1. RBF

      Je pense que si les 35h avaient créé de l’emploi, nous aurions assisté à des pics d’embauches dès la mise en place de cette stupidité. Et encore d’autres pics à chaque fois qu’un corps de métier migrait vers les 35h.

      Il ne me semble pas avoir vu des pics vers le bas dans les courbes du chômage à ces moments là. Malgré les lois Aubry I et II qui ont consité à arroser certaines entreprises avec plein d’argent frais gratuit des autres.

  32. Hobbes

    Petite correction, au début du deuxième paragraphe, je ne sais pas si c’est fait exprès mon ne dit-on pas plutôt « trouble obsessionnel compulsif (TOC) que l’inverse ?
    ça donne quand même envie de mettre des pains à certains idiots utiles cette histoire …

      1. Calvin

        C’est la même que plus haut…
        Ne multiplie pas les cas comme des petits pains !
        Je veux bien que le nombre de cas aille croissant, mais enfin, trois en un éclair, tu abuses !

  33. Nemrod

    Suis passé à côté hier…
    Réduire la voilure, c’est exactement ce que je fais.
    J’ai 2 salariés.
    J’ai fais cette énorme connerie il y a longtemps déjà.

    Mais maintenant j’ai compris, je ne remplace pas les congés maladies, ferme plutôt que de prendre un remplaçant.
    J’ai réduis mes horaires d’ouverture.
    Mon CA baisse, normal, mais à quoi bon se crever la paillasse dans ce pays de dingues.
    Ca va pas plus mal comme ça, mais évidemment ce n’est pas comme ça que l’on peut se développer.
    Le jour ou mon bilan est trop calamiteux, je me débarrasserais d’un employé.
    Il me trainera aux prudhommes mais sera de toute façon chômeur au bout du compte.
    Les français ont fait ce choix, les salariés en particulier, tant pis pour eux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.