Comme une envie de pneus-neige

Pour un député, exister en politique, ce n’est pas seulement faire parler de soi avec de vibrants discours à la télé, ce n’est pas seulement défendre le citoyen, la veuve et l’orphelin sur les bancs de l’assemblée en votant d’un petit coup sec, bien droit dans les urnes, comme son parti l’a demandé, mais c’est aussi pondre, une fois de temps en temps, l’une ou l’autre proposition de loi qui, parfois, aboutit à une authentique législation qui – consécration ! – portera son nom.

Et certaines lois, comme la loi Veil, ont ainsi façonné durablement la vie de millions de Français. Plus modestement, la plupart des lois se contentent d’agacer à la marge un groupe de citoyens ou de contribuables. Mais le plus souvent, la loi ne dépasse heureusement pas le stade de proposition : trop mal boutiquée, sujet ridicule, mauvais « moment démocratique », majorité changeante, les raisons ne manquent pas pour qu’un brouillon de loi termine au panier.

C’est peut-être ce qui attend la proposition de Pierre Morel-À-L’Huisser, qui ne recevra pas toute l’importante publicité qu’elle devrait recevoir. Le 11 février dernier, dans un geste qu’on suppose sans mal aussi auguste que celui du semeur, notre bon Pierre a donc déposé cette proposition-ci à l’Assemblée, qui s’est ensuite chargée de le transmettre à l’une des nombreuses usines à gaz qui l’agitent au frais de la princesse (c’est de vous qu’il s’agit), sobrement nommée « Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République », ce qui sent bon le gros fourre-tout joufflu avec un petit parfum de mouroir aux projets rigolos. Froidement intitulé « Proposition de loi tendant à développer l’usage des pneus neige », la proposition entend donc apporter à un problème posé de guingois sur une commode branlante par un majordome bourré une batterie de solutions innovantes et percutantes par leur périplaquisme presque assumé.

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser que je n’ai absolument rien de personnel contre notre brave Pierrot. Député UMP de la Lozère, il est si délicieusement inconnu du public qu’on ne peut pas vraiment lui tenir grief de tenter d’exister, et de riper une fois de temps en temps sur une proposition de loi. Ça arrive à (presque) tout le monde, à Pierre comme à d’autres, une fois en passant, de saisir un gros stylo et de commencer à gribouiller des pages de textes légaux pour calmer son envie de remettre le monde bien droit, bien comme il faut.

pierre morel penche pour des pneus neige

Et en Lozère, l’hiver est parfois rude. Eh oui. Même avec le réchauffement climatique. Ahem.

Si l’on ajoute le fait que cette année-ci, des milliers de véhicules se sont bêtement retrouvés coincés sur les autoroutes alors que le blizzard s’abattait sans pitié, on comprend toute la difficulté de contenir le bouillonnant législateur qui trépigne dans le corps musclé de Pierre, véritable machine de guerre parlementaire au service des Lozériens. Et quand cette machine se déclenche (par auto-allumage, dans ce cas-ci), cela donne des propositions qui tabassent du chaton, avec un exposé des motifs qu’il serait dommage de ne pas étudier un peu, notamment la première phrase, d’une ironie mordante :

Chaque année, les conditions météorologiques hivernales semblent surprendre aussi bien les automobilistes que les pouvoirs publics entrainant alors la perturbation du trafic routier et mettant en danger les usagers.

Sapristi, en hiver, il neige ! Sapristi, les automobilistes sont souvent des buses ! Sapristi, les pouvoirs publics aussi ! Sapristi, il faut faire quelque chose, par exemple une loi, qui imposerait les pneus neige, dans des conditions qu’on va s’empresser de définir plus tard.

Et c’est là que les choses deviennent comiques.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

En effet, pour s’assurer que tout le monde va se ruer sur les pneus neige lorsque le drapeau gouvernemental sera levé, Pierre le député propose (article 1) de sanctionner l’automobiliste, probablement parce qu’ainsi ponctionné de quelques douzaines d’euros, la voiture, plus légère, roulera ensuite mieux sur le manteau neigeux. On comprend que l’humour du législateur n’a pas été jusqu’à choisir l’immobilisation du véhicule, probablement inutile une fois la neige abondamment tombée et les autoroutes complètement à l’arrêt.

Une loi ne serait pas une bonne loi sans, d’un côté, une pensée généreuse pour les plus faibles d’entre nous, et de l’autre, la nécessaire diligence à trouver ce qu’il faut pour assurer à la pensée généreuse une possible réalisation. Autrement dit, la loi ne serait pas complète sans une bonne redistribution d’un côté, et une bonne ponction de l’autre. L’article 4 se charge du sprinkler à pognon des autres (avec une prime d’État spécifique versée aux foyers modestes), et l’article 6 s’occupe de la pompe à biftons (avec la création d’une taxe additionnelle aux droits visés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts, youpi, ni vu ni connu). L’un et l’autre appareils financiers sont reliés par le gros tuyau de l’article 3 (qui impose donc les pneus neige dès que l’État le décide), le tout fluidifié par les adjuvants présents dans l’article 5 qui dissoudront une petite partie de la responsabilité contractuelle entre des adultes normaux et leurs compagnies d’assurances, en imposant à ces dernières une décote de la prime d’assurance pour ces premiers qui feront un effort pneumatique.

Il n’y aura pas d’effets indésirables. Le marché s’adaptera à ces nouvelles contraintes. L’automobiliste, heureux de rouler en France, fera pouët-pouët avec son petit klaxon deux tons, et partira ragaillardi vers les pentes blanches du bonheur skiable, sans couiner pour son pouvoir d’achat. Les fabricants de pneus se frotteront les jantes, aussi chromées que cette belle tubulure législative.

morel lutte contre la neige

Trêve de plaisanteries, cette loi Pierre Pneus-neige montre vraiment les multiples dérives de notre République.

Une dérive législative tout d’abord, où tout semble ne pouvoir se régler qu’au travers d’une loi, de préférence nationale. Qu’advenait-il donc toutes ces années où cette loi n’existait pas et où, malgré la neige, les gens ne se débrouillaient finalement pas si mal ?

Une dérive logique ensuite, puisque si l’exposé des motifs s’étonnait presque ironiquement de la surprise des conducteurs et de l’impuissance des autorités publiques, ces dernières ne seront plus du tout inquiétées dans la suite de la proposition : là où il faut absolument responsabiliser le conducteur, les autorités publiques peuvent bien continuer à se tourner les pouces, agir de travers et en retard ou ne rien planifier, ça ne gène pas ; la loi, c’est pour les cochons de contribuables, les nigauds d’automobilistes, mais certainement pas pour contraindre l’État à faire ce pour quoi il est très grassement payé. Et la logique peut aller se rhabiller.

Une dérive procédurale enfin, où chaque loi n’est qu’un squelette vague sur lequel viendront se greffer des myriades d’épais décrets où, finalement, tout sera paramétré aux petits oignons, loin du peuple et de sa représentation. Si, pour des pneus, on peut encore admettre qu’une dose raisonnable de ces paramètres puisse être déportée dans un texte ad hoc, la tendance générale à l’utilisation de décrets pour un oui ou pour un non est malheureusement suffisamment lourde pour laisser le législateur avec la partie congrue d’une loi pourtant capitale, et l’exécutif avec ce qui en fait l’outil le plus puissant dans ses doigts.

Et bien évidemment, laisser un gros joujou puissant dans les doigts de l’Exécutif, sans réel contrôle du législateur, c’est tout à fait indiqué parce que tout l’appareil d’État n’est composé que d’altruistes humanistes et shootés au bien commun.

Forcément, ça va bien se terminer. Forcément.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires265

  1. GUNTHER

    Alors là pas d’accord !
    D’habitude je me délecte quotidiennement de la prose de cher H, mais là pas d’ac !
    D’abord il faut savoir que ce que l’on appelle pneus « neige », sont en fait des pneus hiver, que la gomme de nos pneus « été » perd 50 de leur efficacité en dessous de +4 degrés, même par temps sec ! Donc pneus été = danger dés que cette température est atteinte. Nos voisins Allemands imposent donc les pneus hiver du 15 octobre au 15 mars. l’autre solution consiste à s’équiper de pneus toutes saisons.
    Voilà en hiver je ne marche pas en tong dans la neige, et même si je le fait je n’emmerde personne ! Mais si je monte un col enneigé avec des pneus été je risque de prendre le chou à des centaines de personnes qui roulent derrière moi.
    Pour finir, nos voisins Allemand ne salent pas les roues, ils les sablent. ça pollue moins, mais en France on sale parce que dés qu’il y a un mm de neige nos bobos parisiens on un besoin indéfectible de désigner un « responsaaable » de leurs glissades, alors que le seul responsable , ben c’est l’hiver.

    1. Les Zallemands imposent, mais les Zallemands ont de la neige tous les hivers ou presque. En France, du côté de Marseille, c’est complètement con. Et les Suisses n’imposent rien et s’en sortent bien. Les Belges aussi. Bref : votre « solution » n’en est une que parce qu’elle vous plaît. C’est un peu court, désolé.

      1. Aqtarus

        Pour moi le problème est plus un problème de bon sens. Etant natif de Haute-Savoie, j’ai appris à systématiquement m’équiper de pneu neige de début novembre à fin mars. Quand je suis allé faire mes études en Bretagne puis quand j’ai travaillé sur Paris, j’ai continué, par réflexe / éducation / bons sens à mettre des pneus ‘neige’ en hiver – au cas où. On peut aussi appeler ça de la paranoïa^^.
        Donc pour moi installer des pneu neige en hiver et à fortiori si je dois aller en montagne ou en région froide en hiver est logique.
        Et je n’attends pas qu’une loi sorte pour faire preuve de bon sens. Comme mes (vrai) amis suisses – qui même si il n’y a pas de loi – roulent en pneu neige en hiver.
        Vivant aujourd’hui en Allemagne, je n’ai eu aucun mal à m’adapter à cette réglementation puisque je la pratiquais de facto.
        Pour mes (vrai) amis belges j’ai un peu plus de mal à comprendre leur logique automobile avec des autoroutes aussi trouées qu’un champ de mine mais éclairées toute l’année.
        Par contre en France à force de gouvernement providence qui fait papa, maman et la bonniche, le français moyen est devenu incapable de penser par lui même, de réfléchir, de critiquer et de prendre une décision relevant du bon sens, tellement nos gouvernants lui ont lavé ce qu’il lui restait de cerveau.

        Il faudrait je pense réduire le nombre ahurissant de lois afin de responsabiliser nos con-citoyens et lui enseigner l’esprit critique et le bon sens à l’école. Mais en faisant cela, nos gouvernants ne pourraient plus diriger un pays de moutons. Donc préparez vous à encore plus de lois arbitraires et déstabilisantes.

      2. T D

        Imposer les pneus neige, peut-être pas. Mais verbaliser systèmatiquement et lourdement le gus qui arpente une route sans équipement, je suis pour (en Autriche, il me semble que c’est 2,000€ d’amende si on bloque le trafic par défaut d’équipements). Quand on a les moyens de se payer une semaine aux sports d’hiver, payer 20€ une paire de chaînes ne devrait pas poser de problèmes!

        J’habite à la montagne, et j’ai l’impression qu’h16 sous-estime grandement la connerie des touristes (peut-être parce que lui-même ne pense pas à mettre les chaînes dans le coffre quand il part aux sports d’hiver…)! Et pourtant…

        1. Je ne sous-estime rien, et notamment pas le fait qu’une loi nationale serait parfaitement débile à imposer des pneus neiges en hiver au milieu de la Bretagne, dans le bassin d’Arcachon ou dans le Golfe du Lion. Il y a d’autres méthodes et d’autres exemples (Suisse) pour obtenir des résultats plus probants.

  2. depassage

    « leur périplaquisme presque assumé. »
    C’est aussi pour ce genre de néologismes finement ciselés que j’aime ces articles.

Laisser un commentaire