Les terribles coûts cachés du Tout à l’État

Cornaqué par une brochette d’imbéciles démagos, le peuple français semble vouloir toujours plus d’intervention de l’État dans sa vie quotidienne. Logiquement, cela se traduit par une croissance vigoureuse des dépenses publiques et une véritable explosion des impôts. Malheureusement, ceci ne forme que ce qu’on voit de l’action de l’État.

Ce qu’on ne voit pas est pourtant bien pire. Et si on ne le voit pas, c’est parce qu’on ne veut pas le voir ou, plutôt, parce qu’on ne regarde pas au bon endroit. En effet, à cette croissance galopante de l’État dans nos vie correspond deux conséquences catastrophiques.

timeLa première, je l’avais évoquée dans un précédent billet, c’est cet impôt incroyablement lourd que les pauvres paient si cher, sans s’en rendre compte, précisément parce que l’État, ontologiquement, prélève toujours sur la masse la plus nombreuse (et pour le moment, ce sont les pauvres qui sont les plus nombreux, pas les riches). En effet, comme je l’explique dans le billet, en créant de multiples distorsions de marché, l’État provoque des pénuries et des sous-affectations de moyens qui entraînent des temps d’attente pour obtenir certains services, parfois vitaux. C’est aussi l’État qui impose, par ses règlements et ses lois, que soit passé un temps considérable pour obtenir les bons permis, les bons papiers, les bons certificats. Pour les plus riches, ce temps peut être compensé par de l’argent dépensé en sociétés de prestation de services. Mais les autres doivent dépenser la denrée la plus précieuse qu’ils ont, le temps, et qui, une fois épuisée, ne sera jamais recouvrée.

La seconde de ces conséquences catastrophiques peut être illustrée par le témoignage, presque banal, d’une de mes lectrices, dont l’une des occupations l’amène à parcourir les vide-greniers de la région parisienne avec passion depuis des années.

L’un d’eux, qui a su s’attirer la fidélité de ma lectrice depuis le début, est situé dans l’une de ces communes délicieusement communistes de la couronne parisienne, et s’y tient tous les mois, avec un succès non démenti qui attire un monde considérable pour cette ville de taille moyenne : des centaines de personnes viennent vendre qui pour arrondir leurs fins de mois, qui parce que c’est une source de revenus principale si on se donne du mal et si on parvient à en faire suffisamment.

Chaque mois, ce sont donc des milliers d’individus qui commercent ainsi et s’échangent tout un tas de trucs, autant pour se faire plaisir que pour répondre à un besoin, parfois ponctuel pour le chineur occasionnel, parfois récurrent pour le brocanteur semi-professionnel ou professionnel, tout en payant moins cher et donc, tout en gagnant en « pouvoir d’achat » (vous savez, ce crédo socialiste qui accompagne chaque nouvelle taxe).

Bien évidemment, tout cela ne fonctionne que si les gens peuvent venir.

Oh, bien sûr, il y a bien des bus, cette engeance collectiviste repoussante de pollution et au taux de remplissage toujours très en dessous de l’optimum. Je vous laisse imaginer ce que ce mode peut valoir, les bras chargés d’achats d’une brocante, pour écarter rapidement cette « solution », aussi « verte » prétend-elle être.

En pratique, les intéressés viennent en voiture. Le parc où a lieu la manifestation est équipé d’emplacements de stationnements mais, bien sûr, ils sont insuffisants pour le nombre de visiteurs. De surcroît, ils sont difficilement utilisables en raison d’énormes plots de béton à l’entrée qui limitent la largeur accessible à deux mètres (au passage, ceci est illégal, une entrée de parking devant obligatoirement avoir 2,20m de largeur – mais bon, la mairie est communiste donc dans le Camp du Bien, ce qui excuse cela). Par chance, il y a aussi une voirie à l’arrière du parc qui ne gêne personne (il n’y a aucun riverain à cet endroit là) : la rue est située entre le parc et l’A4. Lors des journées de brocante, les voitures garées-là ralentissent un peu l’accès à l’autoroute pour quelques personnes (on parle ici d’une perte de temps de 3 minutes tout au plus).

Récemment, un automobiliste passant en voiture a choisi d’invectiver rageusement les brocanteurs et chineurs occasionnels présents à ce moment en trouvant inacceptable de se garer sur l’accotement et qu’une interdiction de cette « brocante de merde » était nécessaire une bonne fois pour toutes. Et ça n’a pas manqué : la police municipale, avertie suite à des « plaintes d’un riverain », a lourdement sévi. Dura lex, sed lex et prends-toi un bon coup de vivrensemble sur la figure : les amendes ont dégringolé sur tous les impétrants mal garés. Ce qui devait arriver arriva : tous ceux qui n’ont pas réussi à trouver de place légale, ou qui avaient une voiture un peu trop large pour entrer sur le parking désigné, sont logiquement partis.

quick somebody phone the police

Ici, on ne s’étonnera pas que la solution simple (aménager le parking pour accommoder plus de clients, ce qui aurait consisté à écarter les plots en béton) n’a pas été choisie. Distribuer des prunes permet aussi de résoudre rapidement le problème (sur le court terme) tout en faisant rentrer de l’argent dans les caisses communales. Sur le long terme cependant, cette attitude bien spécifique qui consiste, encore une fois, à utiliser la loi pour placer l’État contre les intérêts du peuple qu’il devrait servir, va se traduire par une désaffection de la manifestation, ou, à tout le moins, à une grosse limitation de son public potentiel. Par ricochet, cela va aussi priver de revenus (au moins complémentaires) ces centaines de personnes qui s’obstinent bêtement à se lever aux petites heures du matin, qu’il vente ou pleuve, pour tenir leur place. Cette désaffection va aussi empêcher d’autres personnes de faire des affaires et d’optimiser leur pouvoir d’achat.

Oui, bien sûr cette histoire de brocante est parfaitement anecdotique. Mais voilà : sa banalité provient du fait que, tous les jours, des milliers d’actes comparables sont ainsi menés, par les agents de l’État, par les communes, par les individus eux-mêmes dans le but, direct ou indirect, de saboter le travail des autres. À force de régulations, à force d’intervention de l’État partout où on ne lui demande rien et à chaque fois qu’on le peut pour mettre des bâtons dans les roues des autres, l’habitude s’est prise en France de voir dans l’autre une source d’ennui plutôt qu’une source d’enrichissement. Tout le pays cherche maintenant son salut dans le respect scrupuleux de lois toujours plus nombreuses et complexes. Il veut noyer ses erreurs politiques, économiques et sociales dans un torrent de cerfas numérotés. Le peuple français est pareil à ce capitaine de bateau dont la coque percée prend l’eau et qui tenterait d’y percer de nouveaux trous pour que l’eau reparte par ceux-là…

En réalité, cette maladie chronique qui consiste à croire que l’État permet d’apporter une solution à un nombre sans cesse croissant de problèmes, cet étatisme n’est pas néfaste que par les coûts directs, ceux que le contribuable voit facturés à chaque levée d’impôts, de taxes, de contributions. Cet étatisme est catastrophique aussi par la myriade d’effets de bord qu’il provoque. À la blessure initiale que constitue une ponction trop importante des richesses du pays pour des services médiocres s’ajoutent toutes les misères administratives, policières et légales, tous les découragements, toutes les faillites, toutes les fermetures, tous les abandons qui ne font aucun bruit, n’entraînent aucun entrefilet dans les médias, et qui multiplient par dix, par cent l’effet dévastateur du prélèvement initial.

Ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires169

  1. Le Gnôme

    J’ai un marché deux fois la semaine près de mon humble échoppe. Fait nouveau, la police municipale qui nous foutait une paix royale a décidé brusquement de metre des prunes à tous ceux qui sont mal garés, mais qui ne gênent personne. Moralité, la fréquentation a baissé.

    Les protestations auprès des édiles ont porté leur fruit, ils se sont calmés, mais le mal est fait.

    C’est pour cela que le commerce de centre ville est mort, on stationne, on se prend une prune et la fois d’après, on va en périphérie ou le stationnement est gratuit et où on ne vous colle pas une prune pour avoir dépassé le temps de quelques minutes. Parce qu’en plus, pour faire ses courses, il faut payer, et ça devient cher.

    Plus besoin de bombardement pour ruiner un centre-ville, les mairies suffisent.

    1. Higgins

      Même chose chez moi. Le centre ville a été vidé de ses voitures et, par conséquence, se vide de ses commerces. Au fil du temps, les halles, point nodal d’une activité marchande séculaire, meurent. Reste le marché dominical situé dans le quartier du vivre-ensemble où, jusqu’à présent, les voitures trouvaient à se stationner pas toujours de manière légale, certes, mais sans que ça n’occasionne de troubles à l’ordre public. Las, la municipalité en a récemment décidé autrement et les prunes, comme les obstacles artificiels, pleuvent comme à Gravelotte. Les inutiles municipaux s’en donner à coeur joie. On devine sans peine la route qui vient d’être ouverte.

      1. Higgins

        Je dois préciser que, dans le même temps, une surface commerciale de plus de 70 000 mètres carrés a vu le jour aux portes de la ville avec près de 10 000 places de parking gratuites, parking plein tous les week-end. Mon esprit tordu imagine des faits de corruption impressionnants. Mais nous sommes en Grance et tout le monde le sait bien, en Grance, la corruption est inconnue.

    2. bob razovski

      La solution collectiviste :

      punir la concurrence déloyale que constituent les parkings des centres commerciaux, en faisant payer le stationnement.

      Y’a bien un mankagagner quelque part non ?

      1. Pat

        Oui. Ces sommes seront reversées à la commune, ou à la communauté de communes, ou à l’échelon au-dessus, ou à celui qui suit, afin d’embaucher plus de fonctionnaires territoriaux, et/ou plus de vice-présidents bidons. Et hop, le mankagagner est récupéré et « investi » dans le vivrensemble local, départemental, régional, territorial, etc.

      2. MadeInCH

        C’est ce que la viile de Neuchâtel, Suisse, a fait contre le gros centre commercial de la Migros à Marin: Permis d’agrandissement accordé seulement si le parking est payant , pour ne pas concurrencer le centre commercial de la Coop et son parking payant.
        .
        Okay… la Migros a rendus son parking payant.
        .
        10 centimes pour 3 heures.

    3. Kekoresin

      Et attends de voir les sublimes lois en faveur de nos amis handicapés qui obligeront sous peu les magasins à s’équiper de portes magiques, de chiottes avec un débattement de 4 m de large et de rampes d’accès au pourcentage fiNNement calculé par des experts du vivre ensemble, avant d’être décalculé par une autre brochette de branles-pendules administratives! Les commerces de centre ville n’auront qu’à fermer leur gueules et leurs portes, mais pas avant de verser leurs dernière obole au RSI quitte à vendre le dentier de mamie!

      Le toboggan de la déchéance, soigneusement savonné par la bave de la bureaucratie qui vous veut du bien, nous emporte dans une vertigineuse désespérance jusqu’à l’atterrissage dans le tas sablonneux où s’étouffent déjà bon nombre de morts vivants économiques.

      N’oubliez pas de glisser prochainement votre petit bulletin d’allégeance aux enculés qui nous oppressent…il y a dans ce blog un exemplaire déjà tout fait 🙂

      1. Bonsaï

        Soyons lucides tout de même : toutes ces petites réglementations, tout droit issues d’un asile d’aliénés, ne proviennent-elles pas aussi et massivement de Bruxelles ?
        Bizarrement, ce fait semble être un tabou absolu. Dès lors, je m’interroge …

        1. La réalité est bien triste : quand Bruxelles dit un truc, Paris surenchérit immédiatement. Non seulement, Bruxelles est en moyenne bien plus libérale que Paris, mais en plus, Paris choisira toujours d’ajouter de la contrainte et de la complexité à des lois généralement assez simples dans leurs principes.

        2. gameover

          « … ce fait semble être un tabou absolu… »

          Tu rigoles petit arbre ? C’est le leitmotiv de droite comme de gauche… pas un tabou. Il y a un homme politique dernièrement (1 mois) qui justement a dit qu’à chaque proposition de Bruxelles, Paris en remettait une couche. Anyone ?

          Un exemple : l’interdiction des échelles pous les apprentis, il n’y a qu’en france que ça a été traduit comme cela alors que la directive à l’origine ne donnait que des bases communes pour des normes d’utilisation et était NON CONTRAIGNANTE. J’avais mis le lien à l’époque ici.

          1. Val

            @go pas faux , c’est le syndrôme du « premier de la classe » , tout à fait normal quand on voit le parcours de nos dirigeants , une bonne brochette de « nerds » du premier rang , savamment sélectionnes par notre ed nat bienaimée .

  2. Australopitheque

    Cornaqué par une brochette d’imbéciles démagos, le peuple français semble vouloir toujours plus d’intervention de l’État dans sa vie quotidienne.

    Tout est résumé dans cette phrase mais j’ai finis par comprendre que le peuple français était aussi imbécile et démago que ses cornacs. Difficile a admettre mais si c’était çà LA cause. A quoi bon persister a dire et penser que les francais sont des génies menés par des imbéciles ? Et si les meneurs et les menés étaient du même niveau…?

    1. FaLLaWa

      C’est un peu la poule et l’oeuf cette histoire en effet.

      Soit les francais sont des gros cons et c’est bien fait pour eux.

      Soit c’est l’education nationale et le lavage de cerveau de celle-ci et des medias et ce serait donc de la faute des polytiques.

      Soit les 2?

      Je sais pas j’en ai marre.

    2. Gerldam

      Il faut dire qu’il faut une sacré dose d’éducation et de culture générale pour ne pas se faire embobiner par tout ce qu’on entend autour de nous. En gros, il faut savoir lire, au sens plein du mot. Nous étions une infime minorité, mais il me semble que nos rangs grossissent chaque jour. Notre ennemi de toujours est la démagogie, si facile à entendre. De toutes façon, le mur vers lequel nous allons à toute vapeur ne bougera pas. Ou bien nous freinons avant ou nous nous y fracasserons. J’ai bien peur que, collectivement, les français choisiront la seconde solution.

    3. bof

      Ouaf!
      Tout compris pithèque!
      Le bon français, citoyen, républicain, souhaite majoritairement, vivre dans une bureaucratie citée par zelectron. à condition que ce soit discret.

    4. Val

      @Australopotheque , perso je me refuse d’attribuer globalement la bêtise à nous mêmes (à vous aussi si vous êtes francais) . Je me rebelle aussi contre le fait de porter à titre individuel cette culpabilité . Je tente chaque jour (et c’est difficile ) de m’y tenir : ne rien devoir à cet état omniprésent et le nourrir a minima. Je n’ai jamais travaillé pour l’état , je n’ai jamais touché le chômage , nous avons vécu pas mal de temps à l’étranger et donc payé nos impôts ailleurs , je préfère aujourd’hui avoir des activités qui ont du sens pour moi et qui ne reposent sur aucun paiement publique . C’est la responsabilité de chacun d’entre nous d’essayer d’être en cohérence .
      Maintenant pour les gens qui cèdent aux sirènes de l’état nounou , je refuse de dire que c’est de la bêtise , nous sommes en effet dans un système qui encourage la dépendance à l’état, c’est une dépendance, méthodiquement entretenue par la caste dirigeante et leurs alliés . C’est une manipulation, un piège , d’autant plus sournois qu’il ne se refermera pas sur ceux qui en ont bénéficié .

      1. Bonsaï

        Cette largesse d’esprit vous honore…
        Ce sont des personnes comme vous qui manquent à l’appel aujourd’hui : élégantes dans leur mental, ayant voyagé et sachant aller au-delà des apparences.

  3. Winch

    Les français sont des gens bizarres.
    Certains disent que ce peuple est très intelligent. Pourquoi pas, ça fait toujours plaisir de se dire qu’on en fait partie.
    Certains disent que c’est un peuple instruit, la langue française étant reconnue comme la langue des intellectuels et grands philosophes du passé. Pourquoi pas, pourtant très compliquée.
    On dit le français républicains, alors qu’il se comporte en royaliste, ayant seulement remplacé la noblesse de la naissance par la noblesse de la fonction publique et politique.
    En fait, les français sont des communistes qui s’ignorent, la fonction publique permettant à des individus d’être pris en charge le jour de leur premier emploi jusqu’à leur décès, devenant de jour en jour plus puissants de par leur nombre, et surtout en ayant pris le pouvoir politique grâce à la faculté qu’ils se sont attribué de retrouver « leur » poste en cas de revers électoral. Pour eux, ils ont inventé les Theo-Bidules, Observatoires, Agence d’Etat, Commissions diverses et avariées, bref de postes bien rémunérés à ne rien foutre.
    Ils ont également créé les entreprises d’Etat après la guerre, donnant le pouvoir économique à des élus politiques incompétents et aux syndicats, qui ont fini par s’octroyer encore des privilèges supplémentaires, au nom d’un soi-disant service public devenu avec le temps le public à leur service.
    Bref, tout va pour le mieux pour ces français agents d’Etat, créant des jaloux et des envieux dans le reste de la population.
    Malheureusement, cela ne pourra durer que tant que le reste de la population, corvéable et taillable à merci, pourra encore supporter d’être les esclaves de ces nouveaux nantis communistes camouflés en républicains.
    Le peuple français est effectivement très intelligent, et les jeunes français diplômes l’ont parfaitement compris, ils postulent tous à des emplois dans la fonction publique.
    Les autres? ils partent à l’étranger, ou à Pole Emploi.
    Et ceux qui trouveront un emploi, ils auront la joie de participer par leur travail, leurs économies, les taxes et impôts qu’ils versent, à l’entretien de la France.

    1. Honorbrachios

      « Les français sont des gens bizarres. »
      Les Allemands ont réussi à comprendre les Français en regardant Louis de Funès, très apprécié aussi outre-rhin.
      Si tu prends tes lunettes « De Funès », tu peux comprendre parfaitement le français :
      Dans tous (ou presque) ses films il incarne un personnage odieux avec les plus faibles et soumis et flattant les plus puissants.
      Tu flattes les plus puissants pour obtenir des privilèges, une fois que tu les as, tu te bats corps et âme pour les garder, impliquant si besoin de détruire tout ce qui pourrait te faire de l’ombre. Parallèlement tu continues de lécher les bottes pour obtenir toujours plus de privilèges. ça amène à des situations complètement bloquées comme par exemple les taxis, les intermittents, la sncf, etc…
      On peut extrapoler et utiliser cette théorie sur les chefs d’entreprises : ils ont tellement abusés de leur position à la fin du 19 et début 20e qu’ils sont restés honnis dans l’esprit populaire…on peut aussi en déduire que après la prochaine révolution les fonctionnaires, hommes politiques , syndicats et les journalistes entre autres seront des catégories particulierement détestées

      1. gameover

        « …les chefs d’entreprises : ils ont tellement abusés de leur position à la fin du 19 et début 20e… »

        C’est la loi Le Chapelier de 1791 qui a empêché les regoupements ouvriers pendant un siècle. Elle a même empêché la création des mutuelles. C’est à partir de 1860 que la condition ouvrière s’améliore.

        Pour rappel, les ouvriers n’étaient pas issus du prolétariat mais d’un exode rural et n’avaient aucune formation, rien nada.

  4. Gerldam

    Si vous voulez une description certes non exhaustive (c’est impossible) des âneries accumulées depuis des décennies par cet état devenu hyper-obèse, je ne saurai trop vous recommander le dernier ouvrage d’Agnès Verdier Molinié « On va dans le mur ». Si on ne savait le sérieux de son auteur, on croirait certains chiffres tout simplement invraisemblables tant ils sont énormes. Et pourtant, nous en sommes à un tel niveau de stupidité que notre hôte dénonce à longueur de billets? Ce n’est jamais la matière qui lui manque, mais plutôt de faire un tri dans toute cette gabegie, chaque jour augmentée, ici ou là, d’une connerie de plus.

    1. Black Mamba

      Cette histoire de PV distribués par la commune est très pénible, le samedi à 12h , la place du marché doit être vidé de toutes les voitures et ainsi tout un quartier aux alentours, notre village est devenu est centre Medical , les commerçants ont abandonné depuis longtemps les lieux, les rares médecins qui exerçaient le samedi après midi, ils ont cessé de venir si c’est pour avoir sa voiture verbalisée dans le meilleur des cas ou devoir la chercher à la fourrière. Même les employés n’avaient pas de dérogations donc le peu qu’ils avaient gagné en travaillant s’en allait alimenter les caisses de la Mairie …
      A force d’entendre les patients se plaindre du manque de médecin et autre, le samedi , la mairie a restreint son activité néfaste dans un périmètre plus petit …

      1. Aristarque

        Il n’ a pas été viré de votre commune en 2014, votre maire verbalisateur ou c’est le nouveau qui est aussi c.. que le précédent ???

        1. Black Mamba

          Madame le Maire était à son premier mandat après des décennies d’un maire qui avait mené la ville en en décrépitude … Il paraît qu’elle fait attention aux gaspillages et aux budgets de la ville, pour notre confort nous évitons de nous mêler de la politique du coin , trop d’intérêt divergents…

      2. Korben

        Pour l’anecdote : à Lyon, les CHU Edouard Herriot et Croix Rousse ont rendu payant l’accès à leur parking.
        La dépose d’un patient est gratuite (30 ou 40 minutes), mais un visiteur, ou même un salarié de l’hôpital habitant Lyon, doivent payer.

        Avec la mauvaise foi qui les caractérise, les « responsables » ont invoqué que des riverains habitant autour de ces hôpitaux utilisaient ces parkings comme parking personnel gratuit.
        Réflexe pavlovien : Donc on va faire payer tout le monde.

        « Mais je viens voir ma femme qui a accouché… », « Mais je viens voir ma tante qui a un cancer », « Mais j’ai besoin de venir travailler en voiture »
        –> Ta gueule! Tu raques!
        Pour parachever le système : la mairie a prévu de rendre également payantes les places de parking situées autour de l’hôpital Herriot. (déjà le cas à Croix Rousse)

        A l’HFME, un autre CHU de Lyon, le parking est gratuit. Mais quand le trajet d’un tram s’était décidé, ils avaient préféré le laisser passer à distance de cet hôpital plutôt que de le faire passer dedans comme ça se fait dans d’autres villes. Du coup, l’accès se fait très majoritairement par voiture (le bus y passant ayant un qualité très moyenne).

        Donc soit tu paies le parking, soit tu paies le tram qui n’y passe pas.
        Bref tu paies.

        1. Black Mamba

          « même un salarié de l’hôpital habitant Lyon, doivent payer. »
          J’appelle cela de l’exploitation, c’est un minimum que le parking soit gratuit pour les employés, il suffit de prévoir des barrières avec des badges magnétiques …

          1. Black Mamba

            Sur les différentes employés ou candidats pour un emploi, l’une de leur préoccupation était de savoir s’il y avait la possibilité de se garer gratuitement … pour celles qui avaient peur de voir leur voiture à la fourrière , on leur proposait notre parking intérieur mais la manoeuvre de stationnement étant un peu compliqué pour les femmes , elles essayent une fois mais pas deux :mrgreen:

            1. Aristarque

              Allo non mais quoi, c’est vous qui avez écrit cela!!! Sans frémir??? Sans trembler??? Sans désemparer??? Ce n’est pas possible!!! Je rêve éveillé!!! Je viens de changer de dimension sidérale, au moins!!! 😳 😕

              1. Black Mamba

                Pour avoir accès à notre parking, il faut emprunter une ruelle sans issue et de préférence en marche arrière … avant il était possible de faire quelques manoeuvres mais l’ancien maire a mis des barrières pour rendre cette ruelle complètement piétonne pour les personnes âgées qui prennent ce raccourcis pour aller de la maison de retraite vers « le centre ville » .
                La manoeuvre dans un mouchoir de poche est très compliquée, j’y arrive mais il me faut un quart d’heure et comme je dois souvent quitter le travail pour faire le taxi, j’ai cessé de me garer dans ce parking.
                Mme le Maire nous demande d’utiliser notre parking, o.k , mais qu’elle enleve les barrières alors…

          2. Korben

            Tout à fait d’accord.
            Ce sont des barrières telles que vous les décrivez qu sont présentes. Les salariés habitant hors de Lyon ont une carte d’entrée gratuite, ceux habitant Lyon n’en ont pas et doivent payer ou venir en transport (abonnements remboursés à moitié).

        2. Ano59

          Pareil au CHU de Lille, y compris en pratique pour bon nombre d’étudiants qui y travaillent. Payant pour patients (prix réduits), visiteurs…

        3. Pierre

          Malheureusement le parking de l’HFME devient payant à partir du 26 mars 2015. Avec des tarifs exhorbitants. Environ 6 euros les 4 heures. Ma femme, dans le cadre d’une PMA, doit y venir tous les deux jours pour des RDV qui durent entre 2 et 3 heures à chaque fois. Et après,on nous dit que la médecine est gratuite en France.

          Et pour ceux qui me parleraient de transport en commun, je précise que cet hopital est excentré dans Lyon,avec juste 2 lignes de bus avec des fréquences très aléatoires qui la desservent. Le tram et le métro passent très loin.

  5. Caton

    5,6 millions de fonctionnaires, 6 millions de chomeurs, 2.032 milliards de dette et 3.110 milliards d’engagements hors bilan, 86 milliards de déficit… ce n’est pas caché du tout.

    1. Désolé, mais ça, c’est la partie émergée des coûts. Ceux que je pointe, personne n’a fait le calcul, mais c’est facilement un rapport 2 à 10 sur ces coûts là.

      1. Caton

        Le rapport 2 il y est simplement avec le hors bilan. L’impôt temps qui m’a contraint à revenir au salariat est visible, mais comme cela s’est fait progressivement il n’y a pas de réaction. Le reste est bien inclus dans ces quelques chiffres, à mon avis.

        Notez que c’est déjà une situation catastrophique: on peut parler d’une économie en coma dépassé. Si c’est encore pire que cela, ce pays n’est pas foutu, il est déjà mort et en train de faisander.

      2. Ludo

        Une donnée qui pour moi illustre bien ce billet, le fait que la France perde en moyenne 1% de croissance tout les 10 ans depuis 1960 et si la tendance ce confirme, la croissance actuelle doit tendre vers 0 cpef

      3. gidmoz

        Un euro d’impôt appauvrit le pays de deux euros. Donc, tout service public appauvrit le pays du double du coût de ce service public.

          1. gameover

            Ca vient de ce que l’on appelle le multiplicateur keynésien.

            Déjà il faut différencier les dépenses et les investissements.
            Les dépenses partent dans la consommation finale donc n’ont pas d’effet multiplicateur. Tous s’accordent là dessus, parfois dans le court terme mais toujours sur le long terme.

            Pour l’investissement c’est sujet à caution. La route et plus globalement les infrastructures en sont un bon exemple : elle peut favoriser le commerce en diminuant le coût des échanges mais ça ne valide pas pour autant tous les travaux routiers ni tous les investissements publics car la récupération se fait dans l’utilité, pas dans l’investissement lui-même : construire une bibliothèque n’a pas d’effet sur l »économie et la confusion vient souvent de là.

            Quand on regarde les dépenses publiques la moitié sont de pures dépenses sans retour donc multiplicateur de 0 au mieux.

            Voir dans le tableau 3 dans le lien du document economiematin.fr qui suit qui différencie les études portant sur l’investissement ou les dépenses ainsi que sur le long terme et le court terme. Le long terme des dépenses est toujours inférieur à 1 et souvent négatif

            – S’il est de 1 on n’a rien gagné et rien perdu sauf que l’état a choisi à la place du citoyen… et outre la distorsion du marché : où est le bonheur dans toussa ?

            – S’il est de zéro : c’est une perte du pognon distribué

            – S’il est négatif c’est que l’on a non seulement perdu ce pognon mais on a eu aussi l’effet opposé. -1 veut ainsi dire que 1 euro distibué nous a fait perdre cet euro mais aussi 1 euro supplémentaire et c’est souvent l’effet à long terme : d’où le commentaire de gidmoz.

            Il y a aussi une etude américaine intéressante de Berkeley et que rappelle l’institut Turgot (en lien) qui énonce qu’une baisse d’impôts a un multiplicateur de 3 et qui valide donc qu’une dépense a un multiplicateur de -1 (la zone neutre étant à 1, les chiffres -1 et 2 sont à égale distance).

            Dans le document de economiematin.fr il y a une erreur quand on parle d’une somme de 100E qui circule et qui amputée à chaque fois de 20E (pour épargne) génére un flux de 500E car 1/0.2=5… ils ont juste oublié les taxes et si on compte seulement 50% de prélèvement étatique (on est à 57.7% pour mémoire) et les 20% de retenue par chaque acteur on arrive donc à 70% de prélèvement par chaque acteur avant de passer au suivant et donc comme 1/0.7=1.4 le flux sera seulement de 140E… au lieu de 500 !

            Liens suivent quand le chef se sera restauré…

  6. bibi

    Allez-vous enfin comprendre gens du peuple récalcitrant que la voiture individuelle est le mal absolue et qu’il nous faut les bouter hors des centre villes et que pour ça nous ne renoncerons pas à utiliser tous les moyens possibles et imaginables.

    Bilan de tout ça quand on a une voiture on va dans les centres commerciaux de banlieues parce qu’on peut s’y garer, et ce phénomène qui était encore seulement valable pour les grosses agglomérations se propage à tout le territoire parce qu’il devient de plus en plus pénible de circuler dans les centres villes grâce a des plans de circulation toujours plus ingénieux et de mois en moins possible de s’y garer gratuitement.

    Qu’on le veuille ou non depuis l’avènement de l’automobile il y a un précepte simple et fondamental à respecter : No parking, no business!

    1. Aristarque

      Nos amis de province qui ont la malchance d’ habiter des coins où stationnement payant, zone bleue sont des phénomènes inconnus, ont du mal à comprendre qu’ habitant à moins de trente kilomètres de Paris, nous n’ y mettons quasiment jamais les pieds « pour les emplettes » … En fait, ce n’est plus que pour aller au théâtre que j’ y promène mes roues et il convient de toujours prendre une très large marge pour garer l’ objet d’ abomination… Quant aux transports en commun, ceux qui ont déjà pris le RER nuitamment, comprendront parfaitement que nous nous en dispensons fort bien…

    2. Bonsaï

      No business, c’est vite dit.
      Certains type d’affaires ne se traitent que dans le calme absolu (sinon la volupté). Les plus gros deals, les magouilles les plus juteuses et les inventions les plus fécondes ne se font pas sur les parkings d’autoroute.
      C’est comme ça, faut pas croire tout ce qu’on vous dit.

      1. Pheldge

        Euh, là pas d’accord la feumeuh ! Z-y va , Momo et Kamel ( le reufré à Saïda, que c’est une cousine à Nabilla …) eh bin pour la meuka , c’est plus cool sur les aires d’autoroute ! la A1 celle qui va à Dam c’est un bon plan ça !

        En clair, la SARL ( voire SAR très limitée …) des sieurs sus-cités , prospère mieux en « miileu ouvert » qu’en centre ville ! 🙂

  7. vegeta

    Les brocanteurs ne peuvent pas prendre exemple sur les dealers des cités du « shitland » en vendant directement aux clients sans que celui ci ne mettent un pied a terre, bien au chaud dans sa voiture ?

        1. Pheldge

          Vu le nom du bled, ils auraient pu faire dans le champignon hallucinogène 🙂
          Il y a des découvertes à faire , des start-up à créer : les Biotechnologies et le Génie Génétique permettent de mettre au point de nouveaux hybrides porteurs d’espoirs 🙂 🙂
          Momo et Kader, vont pouvoir investir dans la recherche et toucher le pactole !

          1. vegeta

            Sans oublier que Momo et Kader sont des jeunes qui chahutent dans la joie et la bonne humeur devant le commissariat de la ville.

  8. Pat

    C’est la faute des Français, ils n’avaient qu’à pas voter pour ces gens-là. C’est la faute des français, ils veulent toujours plus d’Etat. C’est la faute des français, ils se croient le phare du monde. C’est la faute des français, gnagnagnagna…
    La seule faute des français, c’est de ne pas faire (ou avoir fait) une nouvelle révolution. Tout le reste leur est imposé. Ils n’ont aucune voix au chapître.

    1. paf

      si la revolution avait lieu, on verrait que ceux qui remplacent les anciens sont exactement pareils.Et que, de ce fait, malgre le fait qu’effectivement ils n’ont plus voix au chapitre depuis longtemps, ce sont bien les francais qui sont a blamer.

      1. Pat

        Au moins on pourrait espérer faire table rase des privilèges du Public qui se sont accumulés depuis au moins 30 ans… Quant à dire « les français sont à blamer », c’est une généralisation débile.

        1. bof

          Parle aux vrais gens dans la vraie vie et donne nous une généralisation pas débile.
          Pour mémoire un peuple chez qui obèsite et surpoids sont qualifiés problèmes de santé PUBLIQUE ne fait de révolution.

        2. Théo31

          Ils étaient plus de 36 millions (sur 44) à voter socialo-communiste en 2012. C’est emmerdant pour nier une généralisation débile n’est-ce pas ?

          1. Val

            @Théo31 , et quel est le choix alternatif ? Il n’y a que des socialistes (variant du bleu au rouge vif) qui se présentent ….
            Si les gens s’abstenaient en masse que diriez vous , qu’ils méritent leur sort car ils ne votent pas ??? Nous sommes dans une imposture , le choix qui nous est donné c’est :
            choix 1 : tu perds
            choix 2 : Je gagne
            Alors cessez de traiter les gens d’imbéciles

            1. Théo31

              Le choix alternatif, c’est celui qu’appliquèrent des milliers d’Allemands de l’Est, deux millions de Cubains, des milliers de Cambodgiens.

              Faire la grève au sens randien du terme.

              1. Val

                @Théo , je connais mal l’histoire de ces pays, je ne sais pas si le contexte français s’y prête . En tous les cas à ce jour, en France , il y a bien trop de bénéficiaires du système pour qu’un tel mouvement ait une chance d’émerger . Et encore une fois , ce sont tout sauf des imbéciles, ils ont tout intérêt à ce que le système se maintienne .
                Si l’argent vient a manquer et que les bénéficiaires commencent à cesser d’être payés , cela changera la donne . Mais nous sommes loin d’y être . Bruxelles y veille . Pour notre malheur.

            2. gameover

              « Alors cessez de traiter les gens d’imbéciles »

              Val, il y a un moment il faut appeler les choses par leur nom.

              Quant à ton choix « je gagne / tu perds » il n’est valable qu’à l’instant « t ». Il est en général préférable d’avoir un win-win pour que ça fonctionne dans le temps.

              …pour l’instant c’est so far so good… ce n’est pas spécialement intelligent, donc ce sont des imbéciles quel que soit le coté.

              1. Val

                @go , oui c’est valable à un instant t , qui pour certains a marché une vie entière , et ils parient que ça va durer plus . Ce n’est donc pas de l’imbécilité , c’est une adaptation bien comprise à un milieu existant . Petite anecdote : un corse de notre connaissance , vivant à nos crochets par le biais de fallacieuses invalidités , prône avoir réalisé l’objectif de sa vie en plaçant en corse dans la fonction publique ses deux enfants . Pour lui , les imbéciles , c’est nous . Maintenant je t’interroge : quels arguments as tu à leur opposer ? Que ce n’est pas durable ? Allons , rien n’est durable en ce bas monde . Crois moi , et c’est bien là le problème , il n y a aucune réponse simple à cette question , seule notre conviction que tout ceci mène à la faillite . Mais toujours ils nous opposerons : « so far , so good » et c’est vrai pour lui , et il peut fafaronner d’autant plus que c’est pour le camp « adverse » (le privé) que ça morfle dur …. crois moi ce ne sont pas des imbéciles , seulement des adaptés en manque d’éthique.

                1. hugeus

                  C’est assez simple, Val, finalement.
                  Mais il faut écouter les gens qui te donnent les solutions.
                  Les deux enfants du Corse sont payés avec quoi ? Tes impôts. Ne paie pas tes impôts. Ils seront virés un jour ou l’autre.
                  Il y a des tas de façons légales pour ne pas engraisser l’Etat. Quand tu défiscalises, on peut toujours essayer de te dire que tu veux échapper à l’impôt, que tu veux garder tes sous… Donne-les, mais à une oeuvre de charité (75%) ou une association (66%), on ne pourra jamais te reprocher une attitude égoïste (appelé optimisation de nos jours). Personnellement, j’ai toujours payé le montant indiqué, mais j’ai finalement très très peu donné au Trésor Public…

          2. Pat

            En 2012, le cumul des votes pour Sarko et Hollande au premier tour, quand le choix est un tout petit peu moins restreint, n’atteint même pas 45% des inscrits. Hollande, l’élu des français, selon une généralisation abusive et débile et un système électoral pourri, n’a été réellement choisi que par 22,5 % des inscrits.

  9. Alzheimer

    A tort ou à raison, les socialistes ont instauré une cinquième semaine de congés payés, la retirant du travail productif. Mais c’était pour mieux la reprendre sous forme de temps administratif. Chacun consacre désormais en paperasse une bonne semaine supplémentaire de travail pour l’Etat, gratuitement. C’est l’exacte définition de la corvée au sens du Moyen-Âge, réinstaurée par la gauche !

    1. paf

      gauche qui diabolise allegrement le Moyen-age et ses celebres taxes aupres des ecoliers, mais les aime tendrement des qu’il s’agit de politique reelle.

      1. Aristarque

        Mais oui! Faut stigmatiser cette monarchie absolue qui osait prélever jusqu’à 10% de la richesse nationale… Marcel Pagnol le signalait déjà, il y a + de cinquante ans…

        1. Alzheimer

          Le Haut Moyen-Âge, ce n’était pas la monarchie absolue. Le seigneur gérait son fief, le roi de France n’en savait pas grand-chose. Il fallait bien quinze jours pour transmettre un simple parchemin à une province reculée, et deux mois pour y envoyer une escouade armée si le roi voulait exercer ses pouvoirs par la contrainte. L’impôt royal ne devait pas être lourd.
          Par contre le seigneur pouvait être un dictateur éclairé ou le dernier des exploiteurs sur ses serfs.

      2. Théo31

        La société socialiste est une société d’ordres, où les gens sont définis par leur statut : la noblesse s’appelle fonctionnaire et est socialo-communiste, le clergé a été remplacé par Bêche à merde et ses amis et les autres se sont sodomiser pour entretenir tous ces branleurs.

  10. Aristarque

    Ce n’ était pas Copé qui avait légiféré pour restreindre les vide-greniers et autres brocantes du dimanche. Savait prendre l’ avis des veautants, ce loustic…

    1. Higgins

      Ces manifestations intempestives de commerce individuel sont absolument insupportables. Le but premier du commerce n’étant pas de fournir à la puissance publique de quoi prélever taxe et dîme sans vergogne pour assurer sa pérennité ( à la puissance publique pas au commerce)!

  11. Aristarque

    H16, je pense que l’ entrée de parking restreinte à deux mètres de large est davantage pour bloquer les caravanes des Roms que les voitures des autochtones. Passé le premier élan de générosité avec le pognon et le terrain des autres, beaucoup de maires ont constaté, volens nolens que leurs électeurs, majoritairement, ce qui est toujours ennuyeux, ne partageaient pas vraiment cet altruisme… Comme une bonne partie de ceux qui n’ avaient pas senti le vent tourner ne sont plus maires depuis un an, les survivants ou les nouveaux ont parfaitement intégré cette évolution du vivrensemble… J’ en veux pour exemple ma bonne commune de Choisy le Roi qui, après avoir déployé ses tapis rouges en accueillant ces damnés de la terre new look il y a trois/quatre ans, a fermé (avec beaucoup, beaucoup moins de tapage médiatique local, tous les terrains d’ accueil ET démantelé le hameau du Bouvray, structure d’ accueil payé avec les impôts du cru, transformé au fil des mois d’ une création pérenne à une expérimentation (temporaire réellement pour une fois). Nota : le maire actuel de CLR a changé mais c’était un adjoint dans l’ équipe précédente, présent à l’ altruisme initial…

    1. Aristarque

      Quand je parle du terrain des autres, je pense à Meremptoire dont le terrain lillois communal d’ accueil des gens du voyage avait été placé d’ autorité sur la commune limitrophe de St André par Peter himself. Or PM ne faisait que des c….ies selon l’ impétrante actuelle mais elle n’a jamais cherché à réparer celle là… :mrgreen:

          1. Pheldge

            Je crois que je suis victime de la rivalité ( stupide ) entre ultra-marins 🙂 😉
            Les ceusses d’Amérique, ils font que de mépriser les z-autres ! ‘ Océan Indien et Pacifique ) depuis qu’ils ont colonisé Paris 🙂

    2. « l’ entrée de parking restreinte à deux mètres de large est davantage pour bloquer les caravanes des Roms que les voitures des autochtones »
      C’est probable, mais au lieu de résoudre le problème initial (les Roms n’ont pas à s’installer là et n’en ont pas le droit), on en crée un nouveau. Typique.

      1. Aristarque

        Bien sûr mais faire constater l’ illicité du stationnement des caravanes des Roms sur un espace public prend des mois pendant lesquels la colère et le ressentiment des électeurs grondent parfois fort dans les esgourdes du maire. Une fois, le jugement acquis, il faut obtenir les moyens d’ envoyer tout ce petit monde garnir une autre commune mal « défendue ». Et puis songez au dédoublement de personnalité que cela impose à des élus! Un exemple au hasard : Méremptoire, maire de Lille, la ci-devant Martine Aubry aimait à ce que les gazettes septentrionales et, pourquoi pas, nationales soient remplies de l’ expression larmoyante de sa compassion lacrymogène envers ces nouveaux damnés de la Terre, venus s’ échouer en épaves victimes qui de la répression politique, qui de la cruauté économique d’ un monde ultra turbo libéral sans pitié ni piété, qui d’ un climat discriminatoire raciste… alors même que la Présidente de la Communauté Urbaine de Lille, habituellement identifiée comme étant la citoyenne Aubry, prénommée Martine, invectivait le Préfet du Nord de prendre et accélérer toutes mesures pour l’expulsion des Roms vers d’ autres cieux. Mais en ce cas, elle était en service commandé de représentation d’ une assemblée pourtant de potes du même bord en majorité… Vous êtes sans Coeur, H16! Vous ne pouvez pas comprendre! Et vlan! Un vase (de Soissons) par terre!

  12. Pheldge

    Pas très encourageant ni réjouissant ce billet du dimanche, patron !
    Je peux avoir encore une boîte de « Gélafrit » et 2 de « Gépalmoral » Siouplait ?

    1. Bonsaï

      A ce stade de la discussion, il faut avoir le courage de l’admettre : la politique, au sens noble du terme, n’a strictement rien à voir avec l’automobile. Et vice versa. En effet, tout être humain normalement constitué qui pénètre dans un habitacle de voiture et se met en tête de la piloter, se transforme illico en une sorte de primate néanderthalien qui n’est mu que par un sentiment égotiste et paraphrénique d’invincibilité.
      Ce qui lui permet d’écraser en toute impunité les petites vieilles et les chats, de manquer de peu les mères avec enfants en bas âge et d’estropier les aveugles.
      Et il faudrait encore leur réserver des parkings gratuits, à ces dangers publics ?

      1. bob razovski

        étant libéral, je ne suis pas, heureusement, normalement constitué.

        Vous avez vu ce que donne la normalité, au sommet de l’état…

      2. Pheldge

        A propos des aveugles , n’oubliez pas « qu’au Royaume des Aveugles, les borgnes sont mal vus ! » 😉 🙂

        Pierre Dac 🙂

      3. Aristarque

        Ce n’est pas parce qu’ils sont comme cela dans vos alpages sous-oxygénés que cela autorise à penser qu’ils sont comme cela ailleurs, du seul fait de leur genre second.

    2. christophe

      Une bonne pharmacopée contient obli-ga-toi-rement du PASDAMALGAM, dispo en boîtes de 500 mg.

      Signé : docteur Manolo Valls (médecine psychiatrique, Barcelone)

  13. Ano59

    Un jour je me suis demandé : mais comment les communes justifient-elles le parking payant sur voie publique, véritable racket ?

    http://www.lille.fr/cms/accueil/cadre-vie/stationnement/stationnement_payant
    En gros, « éviter le stationnement abusif ».

    Dans ma grande naïveté, je me suis demandé alors pourquoi faire payer, vu que les zones bleues (plus acceptables que le stationnement payant – et beaucoup plus rares) sont justement faites pour ça ?!

    1. bob razovski

      Vous réfléchissez trop 😆

      Vous risquez de trouver des contradictions flagrantes entre les problèmes et les solutions… 😉

    2. Aristarque

      Quand le stationnement payant a été institué pour les communes qui le voulaient, c’était uniquement pour les zones congestionnées, c.a.d. les centres-villes, afin d’ inciter les gens à ne pas rechercher à toutes forces une place là mais les inciter à aller un peu plus loin. L’idée de désengorgement. Mais le corollaire de l’ époque pour cette autorisation était que l’ argent récolté devait servir à financer des offres de parkings supplémentaires. i.e. des parkings silos, par exemple. Car initialement, la creation d’une place payante devait être accompagnée de la creation d’une place gratuite, pour empêcher le racket. Or, sauf exception exceptionnelle inhabituelle, ces parkings supplémentaires n’ ont jamais été construits mais le péage est resté. Puis comme cela pouvait justifier de l’ emploi de pervenches et de l’ apport de sousous dans les caisses, pas forcément municipales, le péage a été de plus en plus étendu, bien au delà des zones de centre. Et comme c’est devenu un racket, tout a été prétexte à son extension. On ne compte plus les rues où, antérieurement, le stationnement était interdit parce que gênant la circulation et par la magie du péage, où il est devenu complètement acceptable…

      1. Black Mamba

        Oui, on a encore des zones bleus dans les petits villages, je ne pense jamais à mettre mon disque, mais mon époux ,oui, avec sa BMW, il le met régulièrement sinon il se fait aussitôt aligner par les pervenches.

        1. Aristarque

          Une Prius, écologique, ne peut appartenir qu’ à un membre du sérail du Camp du Bien, pour le cortex moyen de la Pervenche, modèle socialiste 1.0.0.
          D’ où la mansuétude à votre égard.
          Mais pour la BMw d’ un arracheur de dents et du foie du Lumpenprolétariat…

          1. Black Mamba

            Parfois il a même l’impression que l’équipe de pervenches attend patiemment avec des jumelles car il lui arrive de « mal » stationner pour à peine 5 mn qu’il est aussitôt aligné et celui ou celle qui lui posé un billet « doux » s’en est aussitôt envolé , disparu dans la nature…

            1. Pheldge

              2 hypothèses à considérer : 1/ une pervenche est farouchement amoureuse de Doublevépé ( in inglische Dobleyoupi 🙂 , et cherche à attirer son attention 🙂 2/ il a contrarié fortement l’une d’entre elles qui depuis , le lui fait payer !

      2. Claribelle

        Si, si, ça existe encore…
        Mais le format du disque a changé en 2012 (format européen avec seulement l’heure de début de stationnement, la durée max étant d’1h30 sauf arrêté local la modifiant ). Donc jetez vos vieux disques (si vous les retrouvez) et achetez-en un nouveau !

      1. jfud

        de loi je suis d’accord. Mais étant donné que peu de voiture font plus de 2m, en général, elles ne dépassent pas 1,9 (et je suis gentil), je ne crois pas qu’éloigner les bornes de 20 cm, modifiera de beaucoup la fréquentation du parking. Ah moins qu’il y ait beaucoup de conducteurs qui ne savent pas conduire.

        1. gameover

          En pratique la plupart des véhicules légers n’excèdent pas les largeurs suivantes :
          – Véhicules légers : 1,70 mètre
          – Véhicule types « monospace » :1,90 mètre
          – Véhicules « 4X4 » : 2,20 mètres
          – Camping-car : 2,30 mètres

        2. vengeusemasquée

          La plupart des berlines mesurent 1,80m de large et il y a plein de bagnoles plus grosses que ça. En tout état de cause, 20 cm pour manœuvrer, je regrette mais c’est peu, en tout cas pour tout un tas de gens. Et surtout, c’est un emmerdement complètement injustifié. Il faut vraiment arrêter de déplacer les responsabilités. Depuis quand est-ce un crime que de ne pas être un as du volant ? Être incapable de manœuvrer dans ce genre d’entrée de parking, ou trouver ça trop gonflant, ne fait pas de vous un danger public, et surtout ne devrait pas vous priver des loisirs que vous affectionnez.

  14. pouf pouf

    Un jour d’avance, ne serait-ce qu’un jour, qui se reporterait indéfiniment, deviendrait-il rapidement un jour de plus ? Presqu’un jour de trop, ce jour gagné auparavant, ce petit mot en trop qu’on noterait demain et qui serait aujourd’hui, cette avance rapide discursive et décomplexée, qui tirant comme la relativité susnommée, le monde vers le haut nous pousse en même temps vers plus loin devant, toujours plus fort. Il n’y a pas de problème qui ne puisse être résolu pas une dénomination apaisée et désentrelaçant, ainsi, forts des avancées subtiles de l’expression libérée des entraves singulières d’une conscience potentiellement malade de sa solitude aliénante, les plus proches des diptères de dos s’accordent à dire à l’unisson que tout est dorénavant possible, et ce, à partir de maintenant. C’est pourquoi, notre nouvelle devise nourrie des avancées spectaculaires de l’à-propos républicain démocratiquement propulsé sera : OUI, JE LE POUVONS ; la coagulation du meilleur du nouveau continent, et de l’ancien, l’hispanisme pertinent, réunissent donc en leurs adn enrichis mutuellement ce que l’espoir et l’espérance conjugués peuvent produire de meilleur, l’exploirance nouvelle, que nous saurons conjuguer à tous les temps.

  15. christophe

    Vous allez encore dire que je suis obsessionnel…. mais je retrouve parfaitement mon credo dans votre papier. Vous parlez vous-même de « blessure initiale » (le pognon que nous vole l’état, le nôtre et celui des générations futures)… C’est cette « blessure » (ce péché originel) qui rend possible l’étatisation, au sens propre, de toute la société, et qui ainsi la pervertit.

    Ergo : il faut taper au portefeuille. Réduire l’arrivée d’eau et de nutriments dans le tuyau.

    Personne, et surtout pas une élection, ne transformera ce « pays foutu » en pays normal, voire (soyons fous !) en pays de cocagne. Seule la réduction des moyens financiers que l’état s’approprie, réduira de facto son champ d’intervention, sa capacité de nuisance. C’est lumineux de simplicité vous ne trouvez pas ?

    Bien entendu le processus durant lequel nous allons affamer l’état :

    1-fera souffrir pas mal d’entre-nous (le mec qui perd son emploi à 50 ans… il est un allié, mais involontaire et sans doute pas consentant du tout)
    2-entraînera de gros risques, politiques, sociaux…

    Le régime minceur sera d’autant plus pénible que l’Etat est obèse.
    Mais existe t il une alternative ?

    1. Caton

      « Starve the beast. » Simpliste. Demain votre boss vous dit, « t’as grossi, tu dois perdre 10 kg rapidement, pour t’aider je vais baisser ton salaire de 20% comme ça tu mangeras moins. » Les chances pour que cela fonctionne me paraissent infinitésimales.

      Pour chaque problème complexe, il y a une solution simple, facile à expliquer, et qui ne marche pas…

      1. HussardBleu

        Certaines – solutions simples – marchent pourtant : l’orthographe de V3g3ta est maintenant incomparable… Donc la contrainte est efficace, la fessée aussi, et Mgr de Seize va être nommé Gouverneur des Enfants de France !!! ce côté Fénelon…

        D’un autre côté… n’est-ce pas… cela fait un peu penser au système de récompense/sanction des rats de laboratoire…

      2. Pheldge

        Ah bon, si mon salaire baisse de 20 % et que je n’ai aucun revenu annexe, ni personne à taper, ( ce qui finit par arriver à plus ou moins long terme …) je suis comme un enfant gâté qu’on a privé de sucette et de chocolats : je m’adapte, contraint et forcé, en râlant pas possible, mais je m’adapte!
        Et je finis par maigrir !

        Tout est une question de motivation contrainte …

        1. Bonsaï

          Mais dans une société hyper-aware comme la nôtre, on finit toujours par s’interroger sur l’écart abyssal entre certains revenus. Maigreur et surpoids ne sont alors plus que des allégories, les peuples même abrutis dans la matrix, ne sont pas encore complètement crétinisés.

          1. HussardBleu

            « hyper-aware » ? est-ce que « aware » n’est pas franchement connoté belge ?….
            Lady B serait d’oultre-Quievrain ? exilée en Suisse ? Mon Dieu, que de mystères ….

    2. Val

      @Christophe , oui , c’est la théorie de H16 . Mais il y en a une autre : faire l’inverse , et précipiter la ruine . Sur le thème , tant qu’à aller dans le mur , allons y vite , ça sera peut être moins douloureux . En fait dans la pratique c’est les deux en même temps qui se passent :
      – l’état dépense comme un malade
      – les contributeurs fuient le pays
      bref , le mur grossit à vue d’oeil , bonne nouvelle mais ça va faire mal , mettez les ceintures.

        1. Caton

          Ce n’est pas une question de souhait. Je suis convaincu que le mur est inévitable, alors moins on aura eu de temps pour accélérer avant de se le prendre en pleine figure, moins on ira vite et moins on aura mal.
          Réduire la voilure, réduire les revenus de l’état donc, ce n’est pas lui faire réduire ses dépenses. C’est le forcer à s’endetter plus, et rapprocher le mur.
          Ce que souhaitent les politiques c’est faire durer, pendant que le pays continue à se degrader, pour que la faillite de l’état se produise en même temps que celle du pays. Ce qui ne laissera au pays aucune chance de se relever ensuite.

        2. Black Mamba

          Quand cela va arriver, il vaut mieux être loin en tant que spectateur que d’être sur place à être un acteur et à subir les pots cassés …
          Personnellement, je prie que ça dure encore longtemps cette « paix sociale » .

          1. Val

            euh BM , vu la connexion des économies, ça va tanguer sec partout … il vaudra mieux rester pres de ses bases , en terrain connu , et se recentrer sur les fondamentaux : amis , famille , la terre , l’or,biens de premières nécessité, les talents monnayables … bref le réel .

            1. Black Mamba

              Je préfère être dans un autre continent,
              j’estime que même si j’ai un bout de terrain, une grande maison où on essaie de faire des réserves , de l’or …ma famille, le petit noyau que j’ai, est la seule qui compte , les autres membres , je n’ai aucune confiance, les amis dans la région j’en ai pas et nul par ailleurs, …
              Donc en cas de grabuge, je ne pense pas pouvoir compter sur qui que ce soit .
              Et dans le coin, on est considéré comme des riches, nous serons les premières victimes en cas d’insurrection de la population pour cause de famine … Ce n’est pas l’aura de WP en tant que praticien qui nous sauvera …
              « Les heures les plus sombres » cela ne te dit rien …Hein !?

              1. Val

                @BM , oui , je te comprends dans ce contexte, même si je le déplore , terrible qu’on en soit à évoquer ce genre de situation comme tout à fait probable , j’ai même une relation , chef d’entreprise qui a un plan de départ préparé tout prêt à être executé.

        3. Val

          @H16 , je n’aime pas le chaos, ni les révolutions , je pense seulement que c’est vers cela que nous allons . Mais c’est vrai que le terme « bonne nouvelle » est peut être un peu inadéquat . Ceci dit , une lente descente aux enfers pour de toutes les façons aller au chaos n’est pas forcément mieux … mais inutile de tergiverser car nos hommes politiques ne décident rien , donc le sort décidera pour nous .

          1. Kekoresin

            Le chaos, ça me convient mieux que la lente agonie. Lorsque l’évolution est dans une impasse, lorsque le système est devenu si complexe qu’il en devient inréformable, il ne reste qu’une bonne bouffée de n’importe quoi à la mesure de la grosse tumeur qui prolifère grâce aux efforts soutenus de nos rognures d’urnes, des syndicats (du crime) et des associations (de malfaiteurs).

            Mais rassurez-vous braves gens, je pense qu’il s’agira plus d’une sédation profonde et continue, qu’un télescopage de mur plein de bruit et de fureur!

              1. HussardBleu

                Coquet est revenu, with a vengeance !!! un peu dans la démesure shakespearienne additionnée d’un soupçon sartrien, mais faut ce qui faut ! Welcome back !!!

  16. pactol

    Le plus gros problème aujourd’hui est de faire accepter le fait que la population se portera beaucoup mieux avec un Etat amaigri.

  17. HussardBleu

    Mgr de Seize, nul doute, lit Sénèque (lettres à Lucilius):

    « Le temps seul est notre bien. C’est la seule chose, fugitive et glissante, dont la nature nous livre la propriété ; et nous en dépossède qui veut. Mais telle est la folie humaine : le don le plus mince et le plus futile, dont la perte au moins se répare, on veut bien se croire obligé pour l’avoir obtenu; et nul ne se juge redevable, du temps qu’on lui donne, de ce seul trésor que la meilleure volonté ne peut rendre. »

  18. Kekoresin

    HS mais Kéko avait disparu du monde virtuel pour gesticuler dans le monde réel avec les damnés du RSI.

    Nous avons, avec 30 copénitentiaires à ciel ouvert, bloqué les deux centres RSI de Nantes sans fumigène ni trompette. Les kapos de l’usine de mort ont du débaucher à 19h avec le regard chafoin du gratte-papier obligé de faire du rab de fixage de pendule. On, ou devrais-je dire je, leur a couper l’eau histoire qu’il goûtent après la première chasse tirée, à l’odeur qui nous frise les narines au quotidien. Le directeur régional faisait parti du troupeau coincé dans l’enclos et a été obligé de venir discourir sur la chance que l’on a d’avoir le RSI pour bien nous protéger des aléas de la vie de bagne. Avec des amis comme eux, t’as pas besoin d’ennemis!

    Bref, la vidéo ici: https://www.youtube.com/watch?v=EafHL7SBkl4

    1. Val

      @Keko , cool , merci d’avoir posté ça et bravo pour l’action . Ca commence à bouger dans nos lignes , maintenant , je me demande quelle va être la réponse de nos kornaks . Quoique , on la connait : ventre mou et ignorance médiatique . Si vous devenez plus visibles : on lache les chiens , Taubira chef de meute : taule , lynchage médiatique .

    2. gameover

      Ah Keko est revenu… Welcome back !
      Pas mal le coup de couper l’eau… Mais bon le monsieur a l’air convaincu que le RSI c’est une chance pour les artisans… Te rends tu compte que sinon une opération à coeur ouvert c’est 250,000 Euros hein… j’adore ces exemples débiles…

      1. HussardBleu

        Ces gens qui pilotent des bureaux, impitoyables au téléphone, paraissent soudain bien médiocres lorsqu’ils sont « coincés »… et je trouve au contraire les assiégeants fort urbains, par rapport à des piquets de grève que j’ai connus…

  19. denis

    perso moi j’aime quand les gens sont bien garés, et en plus, dans 2m, on rentre la plupart des véhicules, même si c’est pas terrible.
    Mon espace Renault rentre en tout cas, et c’est pas petit.
    Gêner un accès ou une sortie autoroutière est dangereux.
    L’histoire ne dit pas si le parking est payant et du coup si les personnes garées à l’extérieure n’essaient pas d’éviter de payer.
    C’est un facteur à prendre en compte.
    En gros, l’état verbalise des personnes mal garées.ok

    je ne connais pas bien l’international, mais pas sur qu’a new york, en belgique ou a singapour ça ne serait pas pareil.

    une perte de temps que de 3 minutes…on croit rêver. Heureusement que les services de l’état font parfois leur boulot.
    Je vais venir me garer devant vos sorties de garage et vous faire perdre 3 minutes, pas une de plus, curieusement, le discours sera tout autre.

Laisser un commentaire