En finir avec Radio France

Comme tous les ans à pareille saison, la gréviculture de printemps bat son plein. Aux petites grèves locales habituelles, on ajoutera celle des contrôleurs aériens qui aura rappelé aux Français et aux étrangers en transit la propension de certains à vouloir emmerder un maximum de monde. Ce qui n’est pas le cas, reconnaissons-le, de la grève à Radio-France.

Car oui, Radio-France est en grève.

Le fleuron français de diffusion de la bonne parole gouvernementale, du prêt-à-penser et des dogmes officiels n’émet plus sa grille de programmes normaux. Si si, je vous le confirme. Je sais que, notamment parmi mes lecteurs habituels, peu s’en seront rendus compte tant il leur est rare d’écouter, même distraitement, la Société Nationale de Radiodiffusion, mais c’est bel et bien le cas : beaucoup d’émissions de Radio-France (France Inter, France Culture, France Info, France Musique, France Bleu, FIP, Mouv’) ne sont actuellement plus diffusées, et cela dure depuis plus de deux semaines puisque nous dépassons maintenant les 25 jours d’interruption volontaire de bassesse programmes vitaminés.

radio déficitLa raison d’un tel agacement syndical ? La direction, emmenée par le sémillant Mathieu Gallet, a en effet proposé un plan de réduction d’effectifs, touchant de 250 à 340 postes de la radio nationale, qui compte, pour rappel, 4600 salariés (tout de même). Cette réduction (d’environ 7%) de la masse salariale n’est absolument pas du goût des syndicats pour qui la notion de Service Public a toujours été portée très haut, au point de l’interrompre sans faiblir pendant plus de vingt jours. Et rapidement, comme tout ceci est éminemment politique, la ministre de ce qui reste de culture dans ce pays est montée au créneau histoire de mettre son grain de sel à une histoire qui en manquait d’autant plus que les auditeurs, déjà peu nombreux, se sont maintenant tous tournés vers d’autres radios sans pleurnicher : dans un tsunami de banalités sur la nécessaire refonte de la radio publique, Fleur Pellerin essaie donc de camoufler à la fois le bilan financier désastreux de la radio et le refus des syndicats, pourtant manifeste, de tout changement structurel de cette entité publique de plus en plus éloignée des réalités de terrain à l’heure où le numérique bouleverse profondément la donne.

Et « bilan financier désastreux » est un terme pudique pour cacher une réalité encore pire.

Déjà, on peut s’étonner de la masse salariale du groupe. Si l’on peut comprendre qu’il faille pas mal de monde pour faire tourner autant de radios, il est plus difficile à comprendre que cette masse salariale augmente sans cesse : entre France Info (+63% de 2004 à 2013) ou FIP (+61%), on a bien du mal à comprendre ce qui justifie une telle obésité, d’autant que les audiences, en face, ne justifient en rien une telle augmentation, d’ailleurs pas plus en rapport avec l’augmentation d’effectif sur la même période, plus calme à (seulement ?) 20%. Autrement dit, non seulement le nombre de salariés augmente, mais les salaires aussi, et plus vite.

À cela, on doit ajouter les nombreux avantages de certaines catégories de personnels (d’ailleurs abondamment représentés dans les grévistes) et dont la Cour des Comptes faisait la liste dans un récent rapport, comme un nombre assez stupéfiant de congés payés : aux 25 jours légaux, les journalistes de Radio France bénéficient de 5 jours de repos dus au passage de 40h à 39h, 4 jours dits « de modernisation », 15 jours pour récupération de jours fériés, 16 jours de RTT (si leur travail est planifié en 5/2) et encore 5 jours au-delà de 8 années d’ancienneté, ce qui fait jusqu’à 14 semaines de vacances.

Ces avantages pourraient encore passer s’il n’y avait pas plus de 8% des effectifs de la radio d’état élus ou délégués syndicaux, dont les heures syndicales équivalent à plus de 130 personnes à temps plein, ou si, à ces éléments déjà inquiétants en regard de la situation financière de la chaîne publique, on ne devait ajouter la quantité minimaliste d’heures prestées par les musiciens des deux (oui, deux) orchestres (le philharmonique et le national), qui ne dépassent pas les 800 heures par an là où un salarié lambda doit en effectuer le double (1607 par an) pour être considéré à temps plein.

radio detteEnfin, on pourra passer rapidement sur le chantier de rénovation qui aura occupé la Maison de la Radio et dont le total atteint plus de 575 millions d’euros (un demi-milliard, les enfants, c’est une bagatelle !) alors qu’il était établi à 262 millions initialement (ça fait plus qu’un doublement), parce qu’en réalité, on devra surtout tenir compte de la trésorerie négative, d’une centaine de millions d’euros à la fin 2015, et du déficit prévu, à cette même fin 2015, à plus de 21 millions d’euros, alors que les « recettes » sont toujours aussi rachitiques.

En effet, si l’on oublie la redevance, qui fournit grosso-modo 90% de son budget, Radio France ne parvient pas, même de loin, à rentabiliser ni ses orchestres (dont les entrées payantes sont une goutte d’eau) ni ses plages publicitaires ou ses services divers. Si le groupe de radios devait vivre de ses recettes réelles, il devrait couper 90% de ses dépenses. On est loin, très loin des misérables 7% que la direction tente d’obtenir auprès des syndicats, des salariés et du ministère de la Culture dont tout indique qu’il l’a lâchée en rase campagne.

Pourtant, l’impact réel de cette grève donne une indication extrêmement claire sur ce qu’il convient de faire.

En effet, si l’on met de côté quelques frétillantes cucurbitacées qui pleurnichent niaisement sur la crise que traverse Radio-France (en réclamant, au passage, une augmentation de la redevance — les impôts, c’est bon, mangez-en), force est de constater que l’interruption des programmes normaux des chaînes de Radio France a laissé l’écrasante majorité des Français dans la plus totale indifférence, et, pour la partie (congrue) la plus lucide d’entre eux, dans une certaine béatitude que seul permet l’arrêt du Niagara de conneries déversé par ce véritable sévice public.

En d’autres termes, personne ne regrette l’arrêt des programmes de Radio France. Et, plus précisément, la fermeture complète et définitive de ces chaînes apporterait un bien être parfaitement quantifiable (plusieurs dizaines d’euros) aux 20 millions de foyers français qui payent la redevance.

national public radio

Oh, bien sûr, les salariés de ces radios d’État penseront différemment. Oh, bien sûr, les politiciens qui trouvaient un refuge facile dans les locaux de Maison de la Radio estimeront cet arrêt insupportable. Oh, bien sûr, les chroniqueurs, les journalistes et les musiciens bien au chaud dans les rédactions et les orchestres du groupe couineront à l’idée de devoir se confronter au privé dont les fins de mois ne sont assurées que par cette audience qui ne semble absolument pas dans les priorités du groupe Radio France.

Mais après tout, le gouvernement n’est-il pas engagé dans une recherche d’économies ? Ne prétend-il pas tout faire pour couper les dépenses inutiles ? Et quelle dépense plus inutile que celle qui finance des radios dont l’absence d’émission n’a gêné personne ces 25 dernier jours ?

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires257

  1. Black Mamba

    C’est un réel plaisir d’écouter Radio France à chaque fois qu’ils sont en grèves … ils peuvent continuer au moins ils ne causent pas de nuisance sonore …

    1. Grand Coeur Malade

      Ils se mettent en grève et la qualité du service augmente… Hmmm, je me demande s’ils sont vraiment utiles.

      Lu ailleurs: le gouverne-ment envisagerait une fusion Air-France – Radio-France – SNCF pour créer un leader mondial de la grève.

      1. Hussard Bleu

        Superbe !!! j’entendais en voiture hier, sur France Culture – programme minimum – une parlote sur l’historique des grèves en fRance, avec l’inévitable sociologue, plus une volaille – à caquètement aigu et particule – des « Echos », inattendue gaucharde.
        Pas retenu leurs noms, mais j’ai fini, lassé, par écouter un CD de Sinatra avec ‘Learning The Blues’… aaah! Count Basie…

            1. Hussard Bleu

              « It was a very good year » yes indeed !!! bon, Powder Puff, finie la petite crise existentielle ? tu redeviens le PP que j’avais appris à apprécier, in the long run…

          1. pouf pouf

            il faut tout célébrer, même ses pires défaites, du coup ça va mieux, beaucoup mieux avec une petite infirmière qui cache ses seins sous une croix qui prend la poussière …

        1. Grand Coeur Malade

          On peut en débattre. L’EdNat a plein de qualités, mais son potentiel de grève est fortement limité par la présence incongrue de vacances scolaires.

          Et puis on n’a pas encore trop réussi à exporter l’EdNat, alors que Radio France est écoutée avec passion dans le monde entier, qu’Air France porte fièrement les couleurs de la grève nationale jusqu’aux coeur de l’ultra-capitalisme-turbo-libéral-d’outre-atlantique. Quant à la SNCF, elle fabrique des TGV que le monde entier nous envie.

          Cela dit, je pense qu’il faudrait y ajouter la RATP, ayant récemment appris que ce bastion de la gréviculture à la française s’exporte jusqu’au moyen orient. Bon, la CGT au pays des flagellations publiques, j’aimerais bien voir ce que ça donne, hein…

          1. Duff

            En attendant ce matin, 1 droit de « retrait » sur la ligne C du RER parce qu’hier un train Toulouse Paris s’est fait tirer dessus.

            Il me semble n’avoir jamais vu les rames pourries du RER C à Toulouse Matabiau pourtant. La SNCF à nous de vous faire préférer la voiture.

            1. Higgins

              Oui, j’ai vu ça. Seulement 540 000 personnes emmerdées par des c… (chiffre de l’Immonde). Une paille en Socialie.

                1. Hussard Bleu

                  le « droit de retrait »…. je regrette que les pères de tous ces guignols ne l’aient pas exercé illo tempore leur « droit de retrait »…. genre « interruptus »…

                  1. gameover

                    HB 16 h 55
                    Je suis pour la pilule gratuite et l’avortement subventionné… avec même une prime…

            2. Caton

              L’application de la RATP dit pour une fois presque la vérité :

              « Lundi 13 avril 2015 à 06h21, en raison d’un acte de malveillance, le trafic est perturbé sur la ligne C du RER. »

              …et c’est bien d’un acte de malveillance de la part des conducteurs qu’il s’agit…

              1. pouf pouf

                faut arrêter de jouer avec les insectes, laisse les faire ils nettoient c’est tout, ils sont trop jeunes pour comprendre, on n’a pas assez de l’éternité, il en faut toujours plus, c’est trop et pas assez, comment faire pour sauver les insectes …

              2. pouf pouf

                donner un rdv à son père pour le tuer ? papa ne viendra pas, chie ta misère seul pour l’instant …

    2. Deres

      Le pire est que j’ai lu que cette grève complète était réalisé à l’aide de moins de 8% des effectifs, via des absences tournantes des techniciens chargés de la diffusion. Cela signifie que cette absence d’antenne complète ne fait faire aucune économie à la société … Je suppose que l’idée de mettre les autres salariés en chômage technique ne leur viendra jamais à l’idée. La quasi-totalité des effectifs est donc payé à ne rien faire depuis le début de la grève. C’est pour cela que cela peut durer très longtemps car en fait, cela les arrange bien maintenant que les beaux jours sont de retour.

        1. Caton

          Les grèves tournantes sont interdites dans le service public. Radio France est une société anonyme (de droit privé) à capitaux publics.

          1. gameover

            Oui les pilotes d’Air Grance avaient fait pareil. Ils se mettaient en grève pour le vol aller mais pas pour le retour ni pour le repos tout en foutant le bordel dans le planning puisque ces plannings sont faits plus de 48h à l’avance et qu’un pilote en grève avant l’établissement du planning n’est pas pris en compte… et ils veulent quand même être payés pour des vols qu’ils ne pouvaient pas faire et je pense que l’ajustice va leur donner raison… Ce pays est vraiment foutu…

            1. Aloux

              Alors qu’on pense avoir tout vu, on continue d’en apprendre tous les jours, et des salées.

              Moi je ne trouve pas que ce pays soit foutu, incroyable tout au plus.

            2. Grand Coeur Malade

              Re le fais le me le, là, parce que j’ai pas tout compris. Le pilote se met en grève à l’aller, et réclame à être payé pour le vol retour qu’il n’a pas pu faire parce qu’il n’a pas fait le vol aller?

              Hmmm.

              [Bruit d’un cerveau humain en train de rebooter après une erreur système]

              Bonjour, sympa ce blog.

              1. gameover

                Ouais…

                « La direction de la compagnie ne respecterait-elle pas le droit du travail? Le SNPL a mis en place depuis des années un stratagème qui permet de s’accommoder de la loi. La technique est la suivante: les pilotes doivent se déclarer grévistes au moins 48 heures à l’avance pour se conformer à la loi Diard. Ils se déclarent ainsi en grève un jour, plutôt que plusieurs jours d’affilée. Cette consigne a été lancée sans complexe par le SNPL en septembre.
                Ainsi, un pilote est programmé sur un vol qui effectue une rotation de plusieurs jours – entre trois et cinq selon les destinations. Lorsque le vol est annulé en raison de la grève, le pilote est «inutilisé» plusieurs jours de suite. Ce dernier déclare alors, dès le deuxième jour, qu’il n’est plus gréviste et qu’il devrait être rémunéré puisqu’il est «à la disposition de l’entreprise». Mais, comme l’emploi du temps des pilotes est fixé un mois à l’avance pour préserver «la stabilité du planning», leurs jours de repos également calés empêchent de fait la compagnie de reprogrammer les pilotes.
                Au service du personnel d’Air France, la règle appliquée pour calculer le nombre de jours payés est simple: le planning prévu pour chaque pilote est confronté au travail réellement effectué. Lorsqu’une rotation de trois jours avait été prévue mais que le pilote n’avait déclaré que le premier jour de grève, trois jours lui sont décomptés. »

    3. Théo31

      On m’a dit hier que sur France Musiques, c’est la même bande son qui passe en boucle depuis 3 semaines et que ça devenait lourd à la fin.

    4. pouf pouf

      moi c’est ma ^première grève de connerie et c’était tellement bon de ne plus les avoir que ça me donne presque envie d’acheter une télé casséééééé

  2. Le Gnôme

    Si l’on se penche attentivement sur les taux d’écoute de certaines officines de la radio publique, il apparait que d’aucunes ont une audience confidentielle, pour ne pas dire nulle.

    Dans le privé, la branche pourrie serait immédiatement tranchée, mais dans le cas d’espèce, je pense que les syndicats vont demander plus de moyens, d’embauches et de pognon gratuit.

    1. Jean Bon

      A la rigueur, il devrait y avoir une radio et un chaine d’Etat pour diffuser les messages officiels.
      Allez mettons une radio et un chaine d’Etat pour diffuser des contenus éducatifs.
      Tout le reste n’a aucune légitimité d’exitence.

      1. gameover

        Oops c’est quoi un message officiel ? Tu t’égares ! Ça reste de la propagande et la victime n’a pas à payer son bourreau.

        Pas besoin de service public de radio ni télés.

        1. Jean Bon

          Des exemples :
          « La France décalre la guerre à la Lybie »
          « Le gvt confirme qu’un avion s’est crashé à tel endroit »
          etc …

          1. gameover

            Il n’a qu’à faire comme pour sa communication publicitaire… payer des spots.

            Sinon pour la confirmation qu’un avion s’est écrasé, je ne vois pas ce que l’état a à faire dans cette communication, ça reste de l’information… pourquoi pas aussi nous informer qu’il fait 25° dehors…

  3. Hussard Bleu

    Je regrette d’autant moins Radio « Bol Chaud » que la pléliste est généralement excellente…. et quelle douceur que d’être ainsi privé des voix si melliflues de Mme Clarke et de M. Cohen et autres moindres seigneurs….

    1. Hussard Bleu

      Radio France pourrait ainsi tourner avec seulement 2 ou 3 programmateurs… quelle économie !

      Avons-nous vraiment besoin que l’on vienne nous « décrypter » l’actualité ? nous expliquer ce qu’il est bon et sain de penser ? nous faire subir la pesante langue de bois de ces militants gauchistes ?

      1. Grand Coeur Malade

        C’est marrant comme « décrypter » ou « décoder » sont devenus des nouveaux mots clef à gauche. C’est plus branchouille et feune que « enfumer » et « rééduqueer » (le double e était une typo à l’origine, je me suis dit que c’était pas mal au final)

      2. Calvin, 8 ans

        Ben si.
        Puisque le réel ne se plie pas à l’idéologie, il faut bien décrypter pour expliquer que l’échec vient des autres et que la réussite viendra, avec plus de moyens, de dettes, d’employés, de syndicalistes, etc…

        1. royaumont

          +1
          D’ailleurs, il est facile de constater que les journalistes ne se donnent plus pour missions de transmettre des faits, mais de diffuser la bonne parole.
          Pour les élections américaines, par exemple, ils ont déjà élu Clinton, oubliant que les républicains étaient bien mieux placés. Comme en Israël, où il avaient enterrés Netanyaou, alors qu’il n’a jamais été aussi bien élu.

          Et je ne parle pas du terrible réchauffement climatique, où toute forme de débat est exclu.

          1. Aristarkke

            Je vous conseille les journaux télévisés de TF1 sur le sujet du réchauffement climatique, martelé à la moindre occasion. Un Huron de passage en tirerait la conclusion inévitable que des Parisiens, enfants surtout, meurent par brochettes de douze quotidiennement dans d’ atroces suffocations, l’ épiderme brûlé au huitième degré….

            1. royaumont

              Par exemple, sous le soleil brûlant de ce jour, je vois par ma fenêtre fondre l’acier des tours de la Défense et les cadavres calcinés par le rayonnement qui s’entassent sur le parvis…
              a moins que ce ne soit le Vacqueyras de midi. C’est que ça tape, ce truc.

          2. Nemrod

            Le terrrrrrribleu réchauffement climatique qui va ratatiner les plantations vers le 25 avril…par le gel.
            Je prends les paris.
            Ah mais suis je bête, ça se réchauffe même quand on se les pèle…
            20 jours sans radio-rance et voilà que je divague.

            1. Hussard Bleu

              Arrête ! tous mes fruitiers sont en fleur, magnifiques… tu vas leur porter la scoumoune… il m’aura fallu longtemps pour, comme les Japonais, apprécier la merveilleuse et éphémère beauté des fleurs de cerisier….

              1. Nemrod

                Hélas, loin de moi l’idée de te porter la scoumoune mais la chance n’a rien à voir la dedans.
                Chaud au 10 avril qui va tourner à l’orage par le sud ouest.
                Un peu de flotte et derrière un coup de Nord et -4 un mauvais matin à la faveur d’une nuit claire.
                C’est réglé comme du papier à musique.
                A cette époque il ne faut pas qu’il fasse une période chaude.
                Un régime d’ouest pas trop perturbé est préférable.
                Tu peux réciter deux Pater et un Ave pour tes cerisiers.
                Ou alors il faut te lever et les arroser la nuit du gel, la glace les protégera de la gelée noire.

                1. Popeye

                  le dernier Saint de glace, c’est bien Médard le 9 mai?

                  Je crois que ce n’est pas pour rien…hélas. (Mon cerisier à la campagne bourgeonnait il y a 10 jours. Il doit être en fleur avec ces quelques beaux jours…)

                  1. Black Mamba

                    Merci pour l’info, on m’avait déjà parlé des « saintes glaces » mais je me rappelais plus de la période.. Je vais attendre encore un peu pour mettre mes plants de tomates et autres …

                    1. Nemrod

                      « Saint Servais, Saint Pancrace et Saint Mamer, a eux trois un petit hiver »
                      Les 11, 12 et 13 Mai.
                      Faut tout vous dire !
                      A noter qu’il peut geler plus tard.
                      Chez moi, l’année dernière il a fait -1 le 17 mai.
                      Oui oui malgré le Terrrribleu réchauffement climatique.
                      J’ai souvenir d’un – 5 un 22 mai.

                      Sont pas sauver nos fruitiers…

                    2. Dr Slump

                      Les « saints de glace » en fait. Mais ça vaut sans doute mieux que des seins de glace, ou des saintes garces ^^

                    3. Hussard Bleu

                      En 1975, je servais la République dans les Allemagnes, j’étais à Oberammergau, au-dessus de Garmisch-Partenkirchen. Le 3 juin, il avait neigé… mais les fruitiers n’avaient pas souffert, et la Wieskirche était si belle sous son blanc manteau…

          3. Higgins

            Sur Hillary Clinton et sa candidature, c’en est comique tellement ils sont c… Rand Paul, lui, est forcément d’extrême droite.

      3. Pheldge

        Radio France peut tourner avec ZERO programmateur, vu que c’est un robot qui va chercher les CD pour les lire … donc on programme le robot une fois pour toute avec un choix aléatoire, et roule ma poule ! 😉

      1. Grand Coeur Malade

        À quand le vote du paquet neutre pour les radios publiques? Suivi, bien sûr, de salle de shoot… pardon, d’écoute, pour ceux qui errent sur le trottoir, déboussolés sans leurs maîtres à penser.

    2. Théo31

      Ado, j’écoutais Radio Rêve à Agen : musique non stop, aucune présentation des artistes et des titres, on écoutait plusieurs mois à l’avance ceux qui allaient être au top des ventes. Puis ça s’est vite dégradé avec l’arrivée de la pub et de bulletins d’informations.

  4. Calvin, 8 ans

    J’ai lu quelque part qu’il y avait une incertitude sur les congés réellement pris à Radio France, mais la description était incomplète. Quelqu’un a suivi cette affaire ?

          1. Deres

            C’est d’ailleurs un des gros reproches que je fais aux journaux en ligne. Ils commentent souvent des documents de ce type (ou reprennent juste la dépêche AFP …) mais ne donne jamais le lien vers le document d’origine. La version en ligne est donc juste une copie de la version papier avec presque aucun lien hypertexte.

            1. Calvin

              En même temps, j’ai beau chercher, y compris à l’étranger, le rapport intégral Perruchot, sur les syndicats, est introuvable…

              1. Aristote

                Il était sur le site du Point. je l’ai téléchargé en pdf, 229 pages. Je peux vous le faire suivre, via H16 ?

                1. Calvin, 8 ans

                  J’ai déjà le rapport mais pas les annexes. Il manque cette partie à charge.
                  Elle est interdite de diffusion et cela n’a pas fuité.

  5. Grand Coeur Malade

    D’accord sur presque tout, sauf sur les musiciens. Je peux me tromper, mais j’imagine assez facilement qu’un musicien d’orchestre passe pas mal de temps chez lui à apprendre et répéter en solo, et que les heures d’orchestre ne sont que la partie visible de l’iceberg. Juste une supposition nullement informée.

    Il faut aussi comprendre que la radio est un spectacle comme un autre, et que les vacances des zanimateurs permettent à peine de s’approcher du graal que représente régime des zinter-mi-temps du spectacle. On ne va pas commencer à niveler par le bas quand il s’agit des droits aux avantages acquis.

    1. Pour les musiciens, bien sûr que la répétition est nécessaire et n’est a priori pas compté dans le temps total. Mais dans ce cas, comment font les autres orchestres, privés, pour équilibrer leurs comptes ?

        1. « L’équilibrage des comptes dépend surtout du succès des spectacles et donc du nombre de spectateurs, pas juste du nombre d’heures passées à répéter. »

          Précisément. Les autres orchestres ont les mêmes contraintes (plaire au public, répéter suffisamment pour ce faire) et parviennent à équilibrer. Conclusion : le problème est bien du côté de Radio-France.

          1. Caton

            Je vais voir sur le site de l’association des orchestres, et je ne vois qu’un seul orchestre (Les musiciens du Louvre Grenoble) pour lequel les subventions représentent moins de la moitié du budget.
            Pour l’orchestre symphonique de Nancy, les subventions représentent 95,5% du budget. Pour celui de Mulhouse, 95,6%. Il y a donc pire que Radio France…
            Conclusion: ce n’est pas la Radio qui ne va pas, c’est la France.

            1. Aristarkke

              Les Grenoblois n’ ont visiblement rien compris à la méthode à Mimile qu’ aboule de l’ oseille…

          2. Jean Bon

            Moi je ne vois pas au nom de quoi je devrais payer pour un orchestre d’Etat.
            Ces musiciens sont très doués, c’est un fait reconnu. A eux de trouver leur public et de se faire rémunérer.

            1. gameover

              Par contre pour de la propagande et des programmes éducatifs ça te gêne pas à la rigueur … 😀

              1. Jean Bon

                Où lisez vous que la propagande ne me gene pas ??

                Dans la mesure où les médias privés n’ont (à mon sens) aucune obligation de diffuser quoi que ce soit, puisqu’ils sont libres (dans un état de droit), je pense normal que l’Etat est un canal de diffusion officiel et sûr.
                En cas de guerre on pouvait être sûr que ce canal est la voix officielle (comme la BBC pdt la 2e guerre).
                Pas besoin d’etre 4000. Un speaker, un ingé du son et un régisseur suffisent 🙂

                1. Jean Bon

                  Mais meme dans l’absolu , ca ne me gene pas que l’Etat donne « son » information officielle et que cela est affiché comme tel. Mais pas besoin d’etre 4000, ni d’avoir 30 canaux de diffusion.

                  1. Pheldge

                    « l’ information officielle  » c’est le porte parole du gouvernement, de l’Elysée etc … qui la donne ! Ensuite n’importe quel media la diffuse ! pas besoin d’être « officiel » ni payé par nos impôts.
                    En 1940 il y avait un quasi-monopole de fait. Depuis le monde a changé 😉
                    De Gaulle aujourd’hui ne ferait peut-être pas son appel sur la BBC mais sur une radio commerciale de plus grande audience !

                  2. Aristarkke

                    Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand…
                    Parfois, la radio officielle peut être cela aussi…

                  3. gameover

                    « Mais meme dans l’absolu , ca ne me gene pas que l’Etat donne « son » information officielle et que cela est affiché comme tel. »

                    Ben moi ça me gêne qu’on diffuse la soupe de l’état avec mes sous.

                    Quant aux programmes éducatifs je ne vois la légitimité de l’état… l’ednat ne te suffit pas ?

                    Et toute information venant de l’état c’est obligatoirement de la propagande, il n’y a aucune exception.

            2. Caton

              Un orchestre d’état, et un seul, ça peut encore se justifier pour les cérémonies officielles… l’orchestre de la garde républicaine, en gros, ça peut se justifier.

              1. Hussard Bleu

                la musique militaire est à la musique, ce que la justice militaire est à la justice… c’était Clemenceau… mais il ne pouvait prévoir le « Mur des Cons »…

                1. Dr Slump

                  En effet, pas plus que le premier avion à mach 1. Maintenant que les gauchistes ont franchi le mur du con, on ne les entends plus vraiment en temps réel, ils passent, le son arrive après… c’est le décalage idéologique!

                2. benj

                  J’ai un peu bossé pour l’orchestre de Paris, ce qui ressortait de notre analyse c’est que même sans rentrer trop dans le subjectif, il y’a rien qu’à Paris 9 orchestres publiques. Qu’aucun de ces orchestres ne figure dans l’un des tops 20 que produit la presse spécialisé (donc loin derrière Budapest par exemple) que les missions de ces orchestres à l’origine se chevauchent et que dans les faits elles ne sont pas respectés puisque chaque chef d’orchestre essaie de donner sa version des incoutournables plutôt que d’avoir une programmation cohérente. Qu’un certain temps est passé à participer à des événements (initiation pour les jeunes, les publics défavorisés), et que certains des enregistrements qu’on retrouve à la fnac ne sont même pas à l’abri de fausse note, chose inimaginable outre-manche ou outre-rhin, par exemple. Et l’argument de l’affinité pour la musique symphonique justifie peut être de ne pas être devant l’Autriche l’Allemagne ou les pays bas, mais pas Londres ou Los angeles, Seoul ou Chicago. Donc clairement pour être aussi mauvais ils doivent pas se tuer à la tâche.

              2. gameover

                Caton, pourquoi un orchestre d’état… si besoin louer les services d’un orchestre privé

        2. Pheldge

          Là faut arrêter de fantasmer sur la virtuosité ! les musiciens d’orchestre ne jouent pas que des sextuples croches , bien loin de là ! quant aux virtuoses, ils ont encore un régime spécial pour les ménager. Et puis une répétition d’orchestre c’est 2h …
          Pour l’apprentissage de la partition, faut pas déconner non plus, c’est des prix de conservatoire là, pas des manchots !

        3. Aristarkke

          Du nombre de spectateurs et aussi du nombre de spectacles annuel ou mensuel… Parce que si vous faites salle comble en ne vous produisant qu’ une douzaine de fois par an, aucune chance d’être rentable malgré ce taux record d’ audience… QQ’un a le nombre de soirées assurées par ces valeureux musiciens ???

    2. bob razovski

      Le gros avantage du service public pour les musiciens, c’est qu’ils ont le temps de faire des piges dans le privé, dans les studios d’enregistement, pour des disques ou des musiques de film.

      Et tout cela, sous le statut d’intermittent du spectacle avec la rémunération concomitante , plus les rémunérations d’interprètes gérées par la spedidam.

      La vie est belle.

      1. Higgins

        Ou. Je ne serai pas du tout surpris d’apprendre que bon nombre de ces saltimbanques émarge à d’autres sources autrement plus lucrative. Lorsque on dispose d’autant de temps libre, on l’occupe. Beaucoup d’autres catégories de personnels de l’espace public, assurées qu’elles sont de leur fin de mois et de la pérennité de leur emploi (faisons bien la distinction entre emploi et travail, la différence est importante. Avoir un emploi n’est pas nécessairement synonyme de travail, a fortiori dur et pénible) sont dans ce marigot: une journée de présence et deux jours de libre pour le business. Une catégorie socio-professionnelle qui a agité l’actualité la semaine dernière est dans ce cas.

        1. Caton

          L’une des violoncellistes du groupe Pink Martini est également membre de l’orchestre de Paris.

        2. Pat

          Bien sûr qu’il faut distinguer emploi et travail. Il y a autant de travail qu’on veut, et Pôle-Emploi ne s’appelle pas Pôle-Travail. Ce n’est pas un hasard. Si on veut travailler, il suffit de se bouger le cul, ce que la plupart des gens peuvent faire. En revanche, trouver un emploi nécessite de trouver un employeur, pardon, un salaud de patron, qui accepte de vous payer sans garantie de résultat…
          C’est aussi pour cette raison que l’Etat est le meilleur des employeurs : il a en effet totalement deconnecté le travail de l’emploi.

          1. Jean Bon

            C’est un peu simpliste.

            D’abord, la plupart des gens ne veulent pas « travailler ». Ils veulent manger, se loger et si possible en en foutant le moins possible compte tenu du travail passionnant qu’ils effectuent.
            Ils ne cherchent pas du travail, mais du fricen travaillant puisqu’il le faut .

            Ensuite, certes on trouve toujours un travail si on cherche. Mais dans la vraie vie, c’est souvent plus compliqué, vous avez des choix parfois lourds à faire, du genre vendre votre maison pas encore remboursée, décider si votre conjoint conserve son emploi ou vous suit, entamer une formation qui coute de l’argent et du temps, etc … Vous n’avez pas toujours la formation, les facultés intellectuelles et/ou morales pour affronter ce genre de situation avec le recul nécessaire et « vous bouger le cul ».

            Je ne crois pas que la solution à ce genre de problèmes soit dans la stigmatisation des gens. Il réside plutôt à mon sens dans l’étude des problemes réels, comme le refus obstiné du changement plutôt que de cherche à s’y adapter, les bloquages economique du pays par des exigences ideologiques intenables (du genre SMIC, « droits à », etc ) plutôt que de trouver les moyens pour que les gens puissent se s’émanciper eux-mêmes.

            1. Flash

              En économie, on appelle cela « l’aversion au risque ». Plus que la fainéantise ou la paresse, je pense que c’est cette aversion au risque qui explique l’amour du statu quo de nos concitoyens…

            2. Pat

              J’ai stigmatisé ? J’ai trolahonte ! Pauvres chatons mignons ! Ce n’est jamais si simple, bien sûr. Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ?

              Lisez donc Ayn Rand.

              1. Aristarkke

                Cela dit, en Grance avant un certain âge, vous n’ êtes pas bon et après un certain âge, vous n’ êtes plus bon… Cela complique aussi le problème en raison de la législation qui rend l’ employé quasi-propriétaire de son contrat de travail.

    3. Eole

      Ne pas oublier que de nombreux musiciens d’orchestre donnent des leçons privées ou/et enseignent dans divers conservatoires. C’est du moins le cas au Luxembourg, je crois.

  6. pactol

    C’est dommage que la grève soit finie.
    La programmation musicale était pas mal !
    Mais comment peut-on laisser dériver un coût chantier de 100% ?
    Quand on joue avec l’argent des autres, on a pas le droit de faire n’importe quoi

      1. royaumont

        Le quartier de Confluence à Lyon a tout d’un rattage XXL. Et pas seulement pour le musée.

        1. Deres

          Déjà, le problème est d’avoir un musée dont le nom avoue lui même que l’on ne sait pas vraiment à quoi il sert … C’est le même problème que le MUCEM à Marseille dont le sujet est très vague. Ces musées sont juste des arguments pour des dépenses publiques sans correspondre au moindre besoin sauf de bâtir des bâtiments publiques pompeux et de dépenser des tombereaux d’argent.

          1. Adolfo Ramirez Jr

            Dépenses publiques = rentrées d’argent privées…
            Qui ira retrouver le ptit million parmi les 500 du budget?

            1. royaumont

              On va pas chipoter pour si peu… 0,2% du budget, ce n’est même pas l’épaisseur du trait.

              Bagatelle !

    1. bob razovski

      « Quand on joue avec l’argent des autres, on a pas le droit de faire n’importe quoi »
      Bah si, justement. C’est même une obligation si on veut placer son nom dans l’histoire et être bien vu par les potes du sérail.

    2. val

      @pactol mais c est justement parce qu ils jouent avec l argent des autres qu ils font n importe quoi ! 😀 rassurez vous quand c est le leur c est différent. ..

  7. Flash

    Le plus intéressant est l’argumentaire des grévistes relatif à « l’éducation des masses », à l’élévation spirituelle, à la mission de service public permettant une vraie information indépendante des intérêts commerciaux des multinationales apatrides.

    J’ai ri.

  8. Lorelei

    Ces radios ont encore des auditeurs, j’en ai lu quelques uns dans les commentaires sur des articles du Huffington Post. Ils étaient virulents et se plaignaient de devoir écouter des radios commerciales de Droite…

    1. Calvin, 8 ans

      Beaux arguments, en fait. Ils reconnaissent le biais « gauchiste » de ces radios sans remettre en cause ce qui devrait être l’impartialité de radios subventionnées.

      1. bob razovski

        Parce que, c’est bien connu, gauchisme est synonyme d’impartialité (et de Kandubi-1 (*) )

        (*) ceci est un essai de novlangue pour collectiviste à base de france-kultur sms.

      2. Deres

        Oui, le pire c’est que ces radios ne sont même pas la voix du gouvernement ce qui serait au moins compréhensible avec de l’argent public. Non, elle font ce qu’elles veulent et font de la propagande pour elle même et pour leurs affiliés.

        D’ailleurs, je suis choqué que Hollande fasse son dernier grand raout à la TV sur Canal+ alors que nous avons pléthore de chaînes publiques qui devraient servir à cela, y compris deux chaînes parlementaires donc dédiés à la politique !

    2. Rillettes et politique

      J’écoute France Culture, parfois. Il y a des fois des reportages très intéressants! Mais en gros la programmation c’est 1/3 genre, 1/3 Palestine, 1/3 autres trucs dont une partie seulement est intéressante (mais quand on tombe dessus, on est récompensé, c’est vraiment intéressant).

      1. royaumont

        Il y a bien monsieur X sur France Inter. Mais 4600 personnes pour 1h hebdomadaire, c’est un rien excessif.

      2. Hussard Bleu

        Très tôt le matin, avant 6 h, il y a retransmission de cours du Collège de France : c’est bien… mais c’est une goutte d’eau dans l’océan de sottises déversées à longueur d’antenne.

        Quant aux émissions des radiovangélistes marxistes Clarcke, Mermet et consots, c’est un pensum (bref, le pensum, because on passe tout de suite aux CD). Les émissions « grand public », quant à elles, sont aussi navrantes que celles de Europe1 ou RTL…

        1. Hussard Bleu

          « Monsieur X » tient beaucoup du charlatan sensationnaliste, genre Münchhausen … il serait amusant de deviner son âge, en computant les périodes où les aventures personnelles qu’il raconte sont arrivées… Il devrait être dans les parages de 100 ans…

          1. Pheldge

            Ahhh , t’es difficile ! laisse toi porter par le récit, le rêve …
            Mr X, c’est comme Malko , il est intemporel ! 😉

        2. Pheldge

          Euh Mermet a été remercié fin saison 2014 , c’est la très indépendante et rigoureuse Caroline Fourest qui a pris son créneau l’été , et depuis je crois qu’elle a une émission de vivransamble/LGBT et tout ça hebdo .

          1. Pheldge

            Si tu es fan, il y a le site là-bas.org qui compile tous ses 30 et plus années de mission 😉
            Mermet était un sacré propagandiste, mais il y a eu des reportages qui étaient rares et émouvants. Trop peu 😉

            1. David

              Lu sur le site la-bas . org : « Radio France, une grève de civilisation »

              « Pas une grève comme une autre : une grève de civilisation. Depuis la fin des années 1970, les grands intérêts privés ont mis en route un énorme rouleau compresseur pour privatiser, délocaliser, et s’attaquer aux grands secteurs publics, lentement ou brutalement. Dans le domaine audiovisuel, il reste une forteresse : Radio France. » etc.

              Et aussi : « […] le chantier de reconstruction de la maison lancé depuis plus de dix ans pour 176 millions d’euros dépasse les 584 millions aujourd’hui. Un gâchis pharaonique dont nul ne peut dire le terme. »

              C’est donc encore pire que ce que relate H16.

              Et aussi, dans les commentaires de l’article sur le site la-bas.org : « […] ça fait du bien de réécouter Inter pendant la grève, les ondes enfin libérées des messages néo-libéraux à répétition… »

              inénarrable …

  9. Grand Coeur Malade

    « Mais comment peut-on laisser dériver un coût chantier de 100% ? »

    Euh… sans forcer? Lisez donc cet article, qui se plaint du coût du musée des Confluences à Lyon.
    http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/les-chiffres-delirants-du-musee-des-confluences-de-lyon-747892.

    Là où c’est « drôle », c’est que l’article, écrit en 2012, se plaint d’un coût de 267M€, cinq fois le budget initial, alors qu’au final, l’ardoise serait de 289M€… de dépassement! Pour le coût total, j’ai vu des chiffres dans les 320M€.

    En Gabegie Publique, un facteur 2, c’est vraiment qu’on a tenu une discipline de fer. C’est pratiquement de la Rigueur™, voire de l’Austérité™.

    1. Duff

      Amusant qu la radio poublique squatte un immense bâtiment/monument (un peu stalinien cependant) dans le XVIème arrondissement et que presqu’en face, c’est la TV poublique qui elle a droit à son immeuble ultra-moderne. C’est pas cher, c’est l’état qui paie.

      1. Colonel Livarot

        « Stalinien », ça leur va trop bien. Qu’ils y restent quand on leur aura coupé les vivres, l’électricité et l’eau courante.

  10. Baichette

    25 jours de grève, j’ai du mal à croire autre chose que depuis le début les grévistes n’étaient pas assurés d’être payés. Qui peut se permettre 25 jours de grève autrement?
    Encore une « petite » différence public / privé.
    Ce n’est pas cher, c’est l’état qui paye.

      1. Deres

        Moins de 8% des effectifs en grève tournante concentré sur les techniciens réalisant les diffusions. Et il est probable que les syndicats réalise de l’entraide. Donc globalement, els gens sont payés à ne rien faire de^puis le début de la grève car ils ne feront bien entendu jamais de chômage technique …

        1. Higgins

          Merci pour ces précisions. Ça me confirme dans ma vision des choses: un paravent pour un conflit beaucoup plus politique. La personnalité de l’actuel PDG n’y est pas pour rien sinon comment expliquer les opportunes fuites dans le Canard sur les habitudes de l’impétrant à Radio-France ou à l’INA. On s’en fout, c’est le contribuable qui paye.

  11. Higgins

    4600 salariés pour le groupe de radio-diffusion public! Il serait intéressant de connaître les chiffres pour des groupes privés ou publics équivalents nationaux ou étrangers (je pense à la BBC).
    61% d’augmentation de masse salariale pour FIP! Pas mal pour une radio (que j’apprécie pour la qualité générale de ses playlists habituelles et surtout Jazz à FIP) qui ne diffuse que de la musique, à l’exception d’un court message d’info toutes les heures, et des quelques communiqués sur les manifestations culturelles en cours ou à venir. Du fait de cette programmation relativement simple (qui ne demande que peu de collaborateurs), comment expliquer une telle hausse?
    Sinon, je suis convaincu que ce « conflit » sert de cache-misère à un conflit politique autrement plus violent qu’une simple réduction de budget. On assiste en direct à un règlement de compte à Ok Corral entre différents courants politiques dans le monde de la « Culture » et du gouvernement. Que des gogos se fassent abuser, c’est de bonne guerre, c’est à ça que servent les gogos. Que la Nation en soit le spectateur impuissant me gêne un tantinet surtout que nous nous rendons tous compte que ce réseau n’est pas d’une grande utilité, quoiqu’en disent ses acteurs. Qui écoute le Mouv’ par exemple? Par le passé, j’ai té très longtemps un auditeur assidu mais je m’en suis progressivement détaché devant le parti pris politique insupportable et la flagornerie affichée. Ah, il est loin l’esprit du « Tribunal des flagrants délires » ou de « Radioscopie ».

  12. Olivier Vitri

    Personnellement, je n’écoute QUE France Musique que j’apprécie. Depuis près d’un mois, je me contente de la bande pré-enregistrée au kilomètre, pas inintéressante cependant. Seule interruption grotesque, les ‘excuses’ de la non-assurance des programme du fait d’un mouvement social de certaines ‘catégories’ du personnel.

    Si la musique est bonne, son unique interruption socialisse reste urticante.

    1. Lambda Expression

      Jazz24.org

      payant, si tu veux. Moi j’ai voulu. J’ai pas trouve mieux pour le moment.

  13. Christophe

    Par extension, c’est tout l’audiovisuel « public » qu’il faut supprimer.

    Pas réformer, pas aménager, pas attoucher… non, non, supprimer. Zou. Trait de plume. Ciao. Des milliers de clowns parasites au chômage. Belle punition. Et belle récompense pour notre portefeuille.

    Enfin, je souhaite revenir sur le fait « ontologique » de ce bordello… C’est PARCE QUE le déficit de Radio France a explosé que… Radio France s’est rapprochée rapidement du gouffre.

    En d’autre terme, il faut bien comprendre la dynamique ici : la mise en faillite.

    Plus les déficits augmentent, plus l’entropie augmente, plus le mur de la Réalité se rapproche rapidement du visage du Leviathan, plus notre libération se rapproche.

    Ergo : nous devons tout faire pour appuyer, pour augmenter ces déficits,pour les célébrer.

    Pour synthétiser : tant que Radio France équilibrait à peu près son budget, les parasites pouvaient vivre peinards…

    C’est grâce à l’entropie, grâce à la logique démente « toujours plus » du système créé par les parasites… que ces mêmes parasises se retrouvent aujourd’hui :
    -à poil
    -exposés à la lumière comme les cafards

    Dès lors tout s’éclaire : il suffit de les pousser à la faute… De simplement accélérer le processus naturel.

    Ce qui s’applique à Radio France s’appliquera à terme à tout l’état obèse, ses officines, ses sectes, ses clients, ses affidés, ses obligés, ses complices.

    Nous les tenons. La peur est en train de changer de camp.

    1. Flash

      Il y en a, des choses à vendre ou supprimer.

      A titre indicatif :

      ¤ Radio : Vente de France Bleu, FIP, le Mouv’, France Info, France Musique et France Inter ;

      ¤ Télévision : Vente de France 1, France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, et des participations dans Planète Justice, Planète Thalassa, Mezzo, Euronews, CFI, TV5 Monde, Arte ;

      ¤ Suppression du CSA, de la HADOPI, du CSMA, du HCEAC, du CSPLA, du Centre National du Livre ;
      ¤ Vente des Etalissements publics suivants : Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, du Conservatoire National Supérieur de musique et de danse de Paris (+ Lyon), de l’Ecole nationale supérieure d’art de Cergy, de l’Ecole nationale supérieure de la photographie, de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, Bourges, Dijon, Aubusson, Nancy et Nice, du Palais de la Porte Dorée (Aquarium), de la Cité de la céramique (Sèvres/Limoges), des Ecoles d’architecture, du Centre nationale de la chanson, des variétés et du jazz, du centre national de la danse, de la Comédie Française, de l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle, de l’Ecole Nationale Supérieure des métiers de l’image et du son, du Palais de la Découverte, de la Cité des Sciences et de l’Industrie, de la Villette, de l’Opéra national de Paris, du Théâtre National de Chaillot, du Théâtre national de la Colline, du Théâtre national de l’Odéon, du Théâtre national de l’Opéra-Comique, du Théâtre national de Strasbourg.

      En faisant ça, il y a possibilité d’économiser des miyards chaque année. Et c’est qu’un échauffement, je tape pas dans les instituts de recherche et coordination acoustique/musique ou dans l’institut du cheval.

      Les 3% du PIB, je suis à peu près sûr qu’on peut les avoir sans toucher au cheveu d’un policier ou d’un médecin. Cela permet de relativiser l’argument « baisser les dépenses publiques? Mais enfin, vous imaginez la France sans Police ou médecins?!!! »

      1. Flash

        A titre indicatif :

        – le CSMA est le « Conseil Supérieur des Musiques Actuelles »,
        – le CSPLA est le « Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique »
        – et le HCEAC est le Haut Conseil de l’Education Artistique et Culturelle.

        Ces instances sont, à mon sens, dispensables.

  14. hugeus

    Pendant votre absence, mon cher H, j’ai eu droit au cirque par chez moi.
    TV5Monde piratée, vous imaginez, ça valait bien trois ministres !
    Casevide, Pleurpourrien, et puis l’autre c…ard de parkinsonien qui nous fabrique des milliers d’ennemis de par le monde, armés de Famas et de missiles Milan bien français.
    Pour le coup, ça donnait envier de passer du virtuel au réel, question piratage ! Mais la protection policière a été renforcée, heureusement, car depuis début janvier il y avait un CRS avec une carabine 22 devant la porte du bâtiment, la même que celle qu’a mon tonton pour dégommer les ragondins, sauf que ça les fait juste fuir, les ragondins, y’en a jamais un qu’est mort sur le coup.
    Bref, un proche me dit, t’as vu, y z’ont piraté la télé blablabla. Ah bon ? Bizarre que j’lui dit, moi je trouve ça d’une réciprocité irréprochable de pirater un canal qui diffuse la propagande de l’état français dans 257 millions de foyers dans le monde.
    Ca a coupé court à l’abasourdissement de mon interlocuteur.

    1. Eole

      J’aime beaucoup « Cazevide et Pleurpourrien ». Peut-on l’emprunter à
      l’occasion? 😉

    2. Adolfo Ramirez Jr

      Niveau propagande, TV5 monde n’est as à blâmer, ils ont leur propre ligne éditoriale.

    3. Nemrod

      Je suggère à vôtre tonton de changer de munition car un calibre 22 doit régler le compte de n’importe quel ragondin de la création.

  15. Leto

    Dans un pays qui a choisit l’état providence, et que celui-ci ne parvient pas à payer les retraites de ses seniors (pour ne citer que ça), la culture « publique » devrait non seulement être rentable sans une touche d’argent publique afin de s’auto-financer, et donc de garder tout le personnel qu’elle désire, MAIS AUSSI devrait dégager des bénéfices pour financer les véritables oeuvres sociale de notre cher état providence…

  16. Calvin, 8 ans

    Petite information.
    Je viens de lancer news.google et cet article (sur contrepoins) monte en première page de la Rubrique France !!
    C’est dérisoire mais j’aime bien !!
    À 11h00 pile.

    1. Waren

      Et cela attire à toute vitesse toute une série de trolls de gauche; régalez-vous, c’est délectable.

  17. Rougoucan

    Non seulement, la grève sur France-Musique (la seule radio publique que j’écoute parfois, car je ne reçois pas Radio-Classique) ne me gêne pas, mais j’en suis enchanté : finis les blablas obligés sur la rude vie du compositeur, les affres de la création, le génie méconnu; finie, à l’heure du coucher, la musique ethnique des Pygmées du Haut-Cameroun à base de percussions, avec interview interminable de l’interprète en traduction à peu près simultanée, par une prétentieuse « bobote » qui n’a pas beaucoup de trajet à faire pour se rendre de chez elle, à Passy, à son travail à la maison ronde !
    Non, plus rien de tout ça, plus rien que de la musique, rien que de la musique. Puisse cette délicieuse grève durer encore des mois !
    …Et puisqu’on parle de faire des économies, tiens, quand est-ce qu’on coupe les vivres à l’IRCAM, tant qu’on y est ?

  18. gameover

    « syndicats pour qui la notion de Service Public a toujours été portée très haut, au point de l’interrompre sans faiblir pendant plus de vingt jours. »

    Très vrai.

    Sinon, 5 jours de congé pour passage de 40h à 39h avec 38 semaines de travail… ils ont fait fois 5 !
    Si maintenant ils passent de 39h à 32h… ils ne viennent plus travailler.

    C’est sûr qu’avec de tels fins calculateurs les budgets ne peuvent qu’être dans le rouge.

  19. Olivier r

    Ce qui est quand même incroyable c’est que partout où je pose la question (y compris sur une radio web où j’interviens de temps en temps) tout le monde a le même avis sur cette grève: « pourvu que ça dure leur programmation musicale « de grève » est trop top »!! Ca me ferait tout de même assez rire que les audiences soient en hausse pendant cette grève!!!

    1. Black Mamba

      WP pense de même, il voudrait pouvoir féliciter la personne qui a établit le programme, il le trouve excellent !

          1. Olivier r

            mes amitiés à Monsieur, qui semble être un homme de gout! (au moins pour la musique et les femmes!)

            1. Hussard Bleu

              Malheureux ! tu ne savais pas que Black Mamba était un homme ? déjà que Monseigneur est classé en « fachosphère », tu veux le faire tomber en « homophobe » en sus ?…

                1. pouf pouf

                  une lettre pour une autre … on n’est jamais à un « i » près, surtout quand c’est celui de l’autre.

            2. Aristarkke

              Elle ne vous dit pas que pour mettre un commentaire, il doit obtenir l’ autorisation de son dragon pour remonter de son ergastule où il pédale pour exciter la gégène… Et comme BM a l’ oeil rivé sur les potentiomètres comme les fonctionnaires sur la pendule, il n’ obtient pas souvent cette faveur…

  20. royaumont

    HS mais édifiant :

    https://fr.news.yahoo.com/loi-renseignement-63-français-favorables-à-limitation-libertés-062405777.html;_ylt=Am.0TmuUsZFNNXdjSquTGmMSscB_;_ylu=X3oDMTEwMWhtMnQ2BG1pdAMEcG9zAzQ0BHNlYwNsbl9BdGxhbnRpY29fZ2Fs;_ylg=X3oDMTBhN3R1NmhqBGxhbmcDZnItRlI-;_ylv=3

    Seul le début de l’article est accessible, mais cela suffit.

    en commentaire, on peut dire :

    « entre la servitude et l’insécurité, vous choisissez la servitude et vous aurez tout de même l’insécurité ».

    Ou plus simplement :

    Bande de cons…

    1. Chat de Nuit

      Pauvre France…. Les français ne comprennent pas de quoi il s’agit cete loi sur le renseignement. Du moment qu’ils puissent se gaver de navets devant leurs écrans, le reste ils s’en foutent.

      On est dans la merde !

  21. Karamba!

    Perso j’aurais profité du billet pour coller un petit coup au personnel de TV5, cette chaîne de télé que personne ne regarde mais qui est parvenue à faire parler d’elle grâce à son laxisme technologique confondant. Je ne veux plus payer de redevance audiovisuelle pour entretenir toute cette misère…

      1. Pheldge

        Tais-toi et paye ta redevance ! Il y a des gens très bien qui pensent pour toi, et dépensent pour toi aussi 😉 🙂

          1. Pheldge

            Pas comme certains »pirates de Blog suisses » auto-proclamés, qui hantent ce blog en donnant des leçons d’économie et de contabilité , ainsi que des leçons tout court ! 😉 🙂

  22. Bonsaï

    Le délicieux néologisme gréviculture. forgé par notre hôte, est en effet tout à fait de saison.
    Il procure un très bel effet de pont entre les vacances de Pâques et les grandes vacances, et permet de saupoudrer l’ordinaire d’un petit frisson de danger. Enfin, disons plutôt, d’une petite illusion de frisson de danger. Car la grève, dans ce contexte où tout le monde est dans la connivence, c’est plutôt une opération à la pépère. Normal.

      1. Hussard Bleu

        Pendant la guerre ? cela m’étonne, mais avant, certainement, genre « Pavés Rouges »…

    1. royaumont

      La gréviculture, c’est l’élevage des huitres ?
      Quand je vois le résultat de leur plages de travail, on pourrait croire.

  23. Pedro

    Hier je je tombe sur une émission de France inter, de la propagande coco qui n’avait que pour seul but de défendre leur privilèges en se cachant derrière le constat suivant plus on fait des émissions intelligentes moins on fait d’audiences. Navrant et désespérant…

        1. Bonsaï

          Hello, Lord Pheldge !
          Pas d’humeur à mettre un peu d’ambiance aujourd’hui ? Et pourtant comme vous le voyez, nous sommes partout environnés d’une aride morosité, fort pernicieuse pour les caractères fragiles.

    1. royaumont

      Dans la logique germanopratine qui sévit à radio Rance, la culture est un instrument de ségrégation social pour s’assurer un entre-soi.
      Le but recherché est justement de faire fuir un maximum de monde.
      L’argument de l’intelligence qui fait baisser l’audience est donc totalement hypocrite, mais c’est un alibi efficace pour capter de l’argent public.
      Ils prennent notre argent pour leur intérêt, tout en nous repprochant de nous plaindre et en nous méprisant.
      La grande classe.

    2. Pat

      Des émissions intelligentes avec audience, j’ai connu ça. Avant tout, elles n’étaient pas politisées, et ne donnaient pas de leçons. Mais, ça, c’était avant…

  24. pouf pouf

    moi radio rance pour me gagner, ils se sont perdus … alors que faire ? écouter la télé ? regarder la radio ou ne rien faire en comptant les pierres ?

  25. Dahu

    Quand je bossais dans l’audiovisuel il y a de cela plus d’une dizaine d’années, j’avais un pote rentré en stage à Radio-France pour faire des prises de son dans les studios. A peine arrivé, on lui a reproché de trop bien faire son travail, et sa motivation de petit jeune était devenue très suspicieuse auprès ses collègues. L’ambiance était digne de la SNCF, avait le lot de communistes refusant de bosser parce que la musique allait dépasser de quelques minutes l’horaire syndical… Il s’est vite barré, même pas cherché à décrocher un CDI qui lui aurait permis d’être payé à rien faire: ça aurait nuit à sa carrière pour le futur… J’ai par la suite rencontré un autre ingé son qui était pigiste pour France3. Il a mis 10 ans pour se faire embaucher en CDI, mais maintenant il est planqué et le salaire tombe tous les mois. Sauf que quand le gouvernement ne financera plus…

    1. Higgins

      « Que sera devenue la moralité de l’institution quand sa caisse sera alimentée par l’impôt ? Les abus iront toujours croissants et on en recalculera le redressement d’année en année, comme c’est l’usage jusqu’à ce que vienne le jour d’une explosion. » (Frédéric Bastiat ,1850)

    2. bob razovski

      Je suis passé par là il y a 25 ans.

      Parti de RF en courant après une semaine de stage, sans me retourner. Je voulais travailler, pas glander avec des vieux bolcheviks.

      1. Dahu

        Ok donc si il y a 10 ans c’était comme il y a 25 ans à votre époque, ça en dit long sur l’évolution de cette structure en interne. Que d’argent gâché, mine de rien…

  26. Adolfo Ramirez Jr

    M’est avis que cette grève va durer un bout de temps, cela s’apparente plus à une guerre des tranchées.
    D’un coté, le gouvernement DOIT réformer ce gouffre sans fond.
    De l’autre, les personnels ne sont que très peu affectés pécunièrement avec la grève tournante.
    Et les auditeurs s’en contrefoutent, ils ont un service privé de nature équivalente. Pas comme la RATP ou la SNCF pour aller au boulot! Sans compter qu’apparemment le service de musique sans blabla ni poub plait d’avantage aux auditeurs…

  27. zelectron

    Radio-France ? à liquider, effectivement ça fera des économies ! Il faut en profiter pour disloquer France-Televisions, ça ne fera pas de mal non plus !

  28. MrQuick

    RadioFrance = 4600 employes (equivalent temps plein) (chiffres 2012 car je n’ai pas trouve le rapport annuel 2013 ou 2014)
    CA hors subvention de l’Etat = 67ME (subvention = 583ME)
    Frais de personnel = 380ME
    Frais de personnel mensuel par employe = 6902E
    CA/employe = 15KE
    si quelqu’un peut me dire ou trouver le bilan de RF, ca serait sympa, je n’ai rien trouve, ni d’ailleurs le rapport d’activite 2013

    La meme annee, pour NRJ, qui a une audience comparable a RF
    CA = 408ME (dont bien sur 0 subvention de l’Etat)
    Frais de personnel = 112ME
    1784 employes
    Frais de personnel mensuel par employe = 5240E
    CA/employe = 228KE

    Et il faudrait qu’on pleure sur le manque de moyens comme ces escrocs intellectuels de grevistes veulent nous le faire croire????

    1. Pat

      Pour le CA, on vous répondra que RadioFrance n’est pas « commerciale » (l’argent, c’est maaaaaaal). En revanche, sur le nombre d’employés, ils auront plus de mal à justifier la différence. Quoique… Sûrement NRJ exploite son personnel !

  29. hop hup

    Mexico Sells 100-Year Bond in Euros in First Offer by Government
    Mexico sold the world’s first 100-year government notes in euros and its third so-called century bond as the nation seeks to lock in lower borrowing costs amid the European Central Bank’s unprecedented stimulus.

    un bon du trèsor mexicain valable pendant 100 ans

    mais qui va pouvoir acheter ça pas grand monde en cous cas

    1. Bonsaï

      Ne serait-ce pas une sorte de super arnaque du siècle ?
      Surtout qu’il est d’ores et déjà permis de supposer qu’un siècle mexicain sera un concept de marketing moins « tranquille », moins« bon père de famille » que, mettons un bon du trésor helvétique …

  30. Christophe

    Grève reconduite demain. 27ème jour.

    L’obscénité à l’état pur.

    Ils creusent leur tombe avec une constance et un sens du sacrifice qui forcent le respect !

    1. Kazar

      Ils ne creusent pas leur tombe, l’État finira par céder, comme d’habitude. Et ils le savent. C’est pour ça qu’ils s’en foutent. Tant qu’il y aura un sou d’argent public pour payer leurs pitreries, ils continueront à faire grève. De toute façon, l’État n’a plus une thune mais trouve quand même le moyen d’acheter pour 1,2 milliards d’euros d’actions Renault !!! Tout va pour le mieux en socialie.

      1. Hussard Bleu

        Je pense que tu as raison, Kazar, mais sait-on jamais… l’utilité de ces clowns pour l’état socialiste est-elle supérieure à leur capacité de nuisance, assez limitée, il faut bien le reconnaître? …

        Et ce délicieux paradoxe de voir tant de « vrais » gens se réjouir ouvertement de la vacuité blablateuse actuelle de la longueur d’onde de ces stations, vacuité au profit de musiques aussi variées que plaisantes…. et pas seulement des « vrais » gens relevant de l’Empire du Mal, attention ! même des « de Gôche »….

      2. Nemrod

        Bien sur qu’ils vont céder.
        Le matador de vaches landaises va serrer ses petits poings puis va se déballonner avec un petit bruit humide.

      3. Higgins

        Je ne suis pas si sûr. L’Etat fait souvent n’importe quoi et les politiques français sont plus réputés pour leur laxisme que pour leur courage mais derrière ce conflit et derrière, c’est du moins mon sentiment, ce combat politique, il y a Bruxelles qui veille et qui veut voir un certain nombre de mesures aboutir. Dans le cas contraire, ce conflit aurait été terminé depuis longtemps (passé la dizaine de jour festive et citoyenne) et le PDG actuel, soucieux de l’intérêt du public et de l’entreprise aurait remis sa démission dans un esprit d’apaisement républicain. Pas sûr donc que les grévistes sortent la tête haute de ce conflit. Je les vois plutôt b… dans toutes les longueurs. En attendant, profitons de ces play-lists de qualité (pour le Jazz, je recommande Dinner Jazz Excursion que j’écoute via Radio.fr. Pour le whisky, essayez le Glenrothes, « exceptional Speyside single malt whisky » dans une bouteille de toute beauté).

        1. Pheldge

          Mr a du goût et des moyens ! 😉 moi je ne puis m’offrir que du Rhum Charette à (pour l’instant 7€ le litron ) . C’est moins classieux, mais vu ce que les impôts, l’Ursaff le RSI et la CIPAV me réclament …

            1. Pheldge

              Le rapport biture/prix joue en faveur du Charette : 2 fois plus bourré pour le même € ! 😉 🙂

  31. Lameador

    J’ai toujours considéré que fermer Radio France devrait être la première mesure que devrait faire n’importe quel gouvernement de droite au lendemeain de son élection.

    * Ca fait des économies
    * Ca réduit la propagande de gauche
    * Ca obligera 4500 militants de gauche à toruver un vrai travail
    * Ca fera plaisir à leur électorat

    Le fait que aucun gouvernement prétendument de droite ne l’ai fait est une preuve de la pusillanimité de cette fausse droite « modérée » qui est surtout très modérément de droite.

    1. Chat de Nuit

      On aurait eu dans le passé un gouvernement de droite en France ? Non, ça se saurait ….

    1. Pat

      Pourquoi les imbéciles tiennent-ils tellement à mettre un « au quotidien » dans chacune de leurs phrases, ou presque ?
      Sans compter les « dans leur quotidien », « les héros du quotidien », « les objets du quotidien », etc.

  32. Pheldge

    Je ne sais pas si vous savez, mais Pascale Clarke a perdu sa carte de presse. La commission la lui a retirée au motif que cette année elle fait de l’animation et pas du journalisme 😉 Patrick Cohen a déchiré la sienne à l’antenne en signe de protestation ! 🙂

      1. Bonsaï

        Ah! merci. Votre lien m’a permis d’apprendre une nouveau vocable français, plein de promesses insoupçonnées : la permittence.
        Le vieux concept de travail intérimaire revisité pour en jeter (de la poudre aux yeux)) …

      2. bob razovski

        ha…

        Le bon vieux marronnier des « permittents ».

        Faire mine de découvrir que le service public est le premier employeurs d’intermittents. Les premières révélations sur ces « anomalies fonctionnelles » datent de l’époque des « super-animateurs-producteurs » de la 2 : Nagui, Delarue, Christine Bravo etc etc…

    1. Jules

      Patrick, plein de courage, a découpé sa carte de presse 3 semaines avant la réception de la nouvelle.
      Ils sont au journalisme ce que la musique militaire est à la musique …

  33. hop hup

    Le principal point fort est que les banques moldaves ont un niveau satisfaisant du capital. Elles peuvent résister à la crise. Un autre facteur qui les a aidées à …

    tellement solide hein je sens qu’on va devoir mettre la main a la poche ils ne nous ont pas tout dit les petits cachotiers ils doivent avoir encore des squellettes caher dans les placards

    Comment 1 milliard de dollars ont-ils pu disparaître des banques moldaves ? Les autorités de Chisinau paieraient cher pour le savoir. Pour le petit pays de 4 millions d’habitants, enclavé entre l’Ukraine et la Roumanie, une telle somme représente pas moins de 12,5 % de produit intérieur brut.

    1. MadeInCH

      Mon épouse est moldave.
      Il y a moins de 2 semaine, elle est tombée sur un article listant les plus grand casse de banque de l’Histoire.
      Et en N°2, il y a le « cass » d’une grosse banque moldave.
      En fait, des investisseurs russes ont créé des filiales dans les iles britaniques, avec à leur tête des gens du genre drogués, inconnus sans le sous, …
      Ces filiales ont demandés des GROS prêts à une grosse banque moldave. Avec garanties, et tout et tout.
      Prêts acceptés.
      Documents signés.
      argent versé.
      Et le plus beau…
      Le véhicule qui transportant les documents signés a brûlés… Oops. Dommage… Ah, ben flûte, alors…
      Donc, officiellement, il n’y a pas eu de vol, ni de casse. Mais par els lient interbancaires. La perte de sous a été si grande, que, bon ben voilà, quoi…
      .
      Il est évident que le board de décisionnaire de cette banque étaient aussi dans le coup.
      .
      Si je retrouve le lien, je le mettrais ici.

  34. hop hup

    Le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone s’attaque à la formation des élites françaises. Claude Bartolone doit rendre, ce mercredi 15 avril, toute une série de propositions sur l’engagement républicain au président de la République François Hollande. Parmi ces suggestions, l’obligation pour les élèves qui étudient dans des grandes écoles (ENA, Polytechnique, Mines, Ponts, etc.) d’effectuer un stage dans des associations, des centres sociaux ou des collèges de banlieue, comme le révélait le Journal du Dimanche.

    Invité de l’émission C’Politique, sur France 5, Claude Bartolone a confirmé l’existence de cette proposition avant d’en expliquer la teneur. «C’est une des propositions», a-t-il indiqué au cours de son intervention.

    «Si on ne change pas nos élites, ils reproduiront la même politique. Si l’on n’habitue pas nos élites à connaître la vraie vie des vraies gens, y compris dans les zones rurales en difficulté, y compris dans les quartiers de la politique de la ville, ils reproduiront la même politique».

    Le président de la République avait indiqué qu’il souhaitait que l’administration du service civique soit tenue par des élèves de l’École nationale d’administration (ENA). «Pour encadrer ces jeunes, les élèves de l’ENA seront chargés, pendant six mois de leur scolarité, de l’administration du service civique», avait annoncé le chef de l’État.

    suis curieux de voir ça je vous dis pas le choc culturel que ça va provoquer entre ces deux mondes

    1. Chat de Nuit

      Qu’il les envoie travailler en tant que salarié dans une TPE/PME serait beaucoup plus intéressant pour cette bande de joyeux drilles de se rapprocher du peuple….

      1. bob razovski

        les TPE PME sont le siège du malabsolu : des gens qui veulent bosser, s’en sortir, gagner de l’argent…. le tout, par eux même. Pas question d’aller y faire un tour.

        En revanche, le service civique c’est toucher des gens qui attendent quelque chose de l’état: encore plus d’état, de l’aide, toujours plus d’aide.

        dans le premier cas, l’énarque représente le parasite qu’il faut expédier sur Mars sans possibilité de retour, dans le deuxième, l’énarque est dieu.

        Pourquoi préféreraient-ils la première solution ? Ces gens là ont beau avoir tous les défauts possibles, ils ne sont pas fous.

    2. Calvin, 8 ans

      Débile.
      Le député explique donc que ces élèves sont déconnectés de la réalité et cherche à les connecter… mais conserve la formation initiale…
      Supprimer l’ENA était la seule bonne réponse au problème de l’élitisme stérile. Ben non. Encore une fois, on rajoute un problème à un problème.

    3. Higgins

      Qu’ils aillent tous habiter 6 mois dans un appartement dans la cité Maurice Thorez au lieu de vivre dans des maisons de 3 millions d’euros conçues par des architectes.

Les commentaires sont fermés.