Ne quittez pas, le gouvernement est à votre écoute

En quelques jours, le projet de société que nous concoctent tendrement les socialistes au pouvoir s’est nettement précisé, et, il faut bien le reconnaître, c’est un projet ambitieux, plein de promesses alléchantes pour les futurs collaborateurs participants au régime à venir. Pour les autres, ceux qui résisteraient ne seraient pas d’accord, il conviendra de leur rappeler qu’après tout, c’est la démocratie, et qu’en attendant qu’ils puissent retrouver le pouvoir (on ne sait jamais, hein), c’est comme ça et puis c’est tout.

Jusqu’ici, on ne voyait que quelques orientations générales, comme la baisse progressive du niveau d’instruction dans les collèges (camouflée par l’introduction toujours plus foisonnante de termes ridicules), une décontraction de plus en plus marquée face à la sanction pénale (sauf celle des opposants, bien sûr), une laïcité délicieusement orientée, etc… (Je vous laisse compléter la liste avec les lubies du moment.)

Mais cette semaine, on comprend que ces réformes, ces changements, ces éléments de langage ne sont que les petites pièces, pour l’instant disjointes, d’un grand puzzle sociétal hardi où le peuple français va enfin pouvoir goûter, de façon très progressive, aux multiples facettes bigarrées du vivrensemble intrusif socialiste tout à fait réjouissant.

winston churchill sur les fascites de demain

Et ce projet vise à passer, tranquillou tout doux, de l’ochlocratie qu’est devenue la Cinquième République à une dictature soft très maline.

Je m’explique.

Il semble déjà évident que la démocratie républicaine française a vécu.

Le régime actuel, bâtardise entre un régime parlementaire et un présidentiel, permet toutes les lâchetés à commencer par celle qui consiste à faire gouverner par un fusible et conserver le pouvoir même lorsque les élections intermédiaires montrent un profond malaise démocratique. À ce point technique déjà désagréable, il faut ajouter l’évidence scandaleuse que les lois ne sont plus votées ni par une majorité du peuple, ni même par une majorité de ses représentants.

La loi Santé, empilement d’articles collectivistes, déresponsabilisants et scandaleux, fut votée avec 35 députés présents, qui ne comptaient même pas l’auteur de la loi dans ses rangs. La loi sur le Renseignement, encore plus inique et lourde de conséquences, n’a pas réussi à mobiliser plus de 30 péquins. Les autres avaient poney, piscine ou roupillaient, l’horaire du vote, commodément débile (en pleine nuit), ajoutant le côté nocturne à une loi déjà fort sombre. C’est entendu : la démocratie française est maintenant une blague, et vous savez pourquoi.

Fascism : do you think it'll be this obvious ?Cette blague se double du foutage de gueule permanent que constituent un certain nombre de députés dans les rangs des parlementaires.

J’ai déjà évoqué le cas, pathétique et parfaitement illustratif, du député De Rugy qui réclamait, comme seuls les cuistres et les hypocrites savent le faire sans honte, de rendre le vote obligatoire, alors qu’il est régulièrement absent aux votes, même cruciaux. Ça n’a pas loupé : les idées les plus veules sont toujours les mieux acceptées dans les rangs de ceux qui vivent du mensonge : Claude Bartolone n’a donc pas tardé à la reprendre à son compte.

Eh oui : les droits qui se transforment en devoirs, c’est pour les autres, la piétaille citoyenne, pas pour eux, oints du suffrage universel. Oublié, le fait que l’essence même du député, c’est précisément le vote ! Oublié le fait que ce pourquoi il est indemnisé, c’est effectivement pour se fader ce périlleux exercice démocratique ! Oublié que l’unique raison d’être de son mandat, c’est d’être présent et d’effectuer le vote qui représente celui de ses électeurs. Bartolone, De Rugy et ceux qui soutiennent ce vote obligatoire n’en ont rien à carrer, puisque l’obligation serait pour vous, pas pour eux. Bien sûr, on sait que se cache ici un désir d’asseoir solidement le financement des partis politiques qui dépendent intimement du nombre de votes reçus. Le vote obligatoire, c’est l’assurance d’un fond de roulement. Mais au-delà, c’est surtout l’assurance que le peuple devra absolument choisir dans la palette pré-sélectionnée et rien d’autre. Les mécontents choisiront blanc, et l’affaire sera pliée.

Et le plus beau, dans cette histoire, c’est que les Français seraient pour.

C’est là que la magie du basculement de la démocratie à l’ochlocratie opère véritablement. Ici, la décision sera prise sur base de sondages, qui, heureux hasard, sont assez coquettement favorables à la mesure. Pour la loi sur le Renseignement, même topo et hasard aussi judicieusement heureux : pouf, les Français sont, dans leur bonne majorité, favorable aux mesures ! Rassurez-vous, si la loi Santé contient de vrais morceaux de totalitarisme, peu importe parce que, tenez-vous bien, là encore ça tombe bien, les Français sont favorables au tiers-payant !

un gouvernement à l'écoute

Pratique : on demande de façon détendue si l’on est pour le renforcement des moyens donnés aux renseignements pour lutter contre les terroristes, et la réponse est assez fréquemment oui. Ça tombe bien, la Loi sur le Renseignement contient ce volet (et plein d’autres, mais peu importe ici). On demande si l’on est pour l’instauration d’un tiers-payant. Pratique, ce sont les autres qui payent ! Et ça tombe bien là encore, la Loi Santé contient un beau volet pour (et plein d’autres, mais peu importe ici). Quant au vote obligatoire, qui serait contre l’expression même de la citoyenneté, à l’heure où la Rrrrrépublique a tant besoin que nous soyons tous soudés ?

big brotherDe sondage en sondage, de votes comptant toujours moins de députés à l’Assemblée, on est passé d’une parodie déjà grotesque de démocratie à une ochlocratie qui ne se cache même plus. L’étape d’après est toute tracée.

Les moyens de « renseignement » étant en place, il ne sera même plus nécessaire de faire ces sondages.

Magie de l’internet, des boîtes noires de l’État aux bons endroits, et du Big-Data sur vos métadonnées, le pouvoir en place saura assez finement ce qu’il est capable de faire passer, en pleine nuit, par 20 ou 25 députés godillots, parce qu’ils saura assez précisément ce que vous pensez. Il ne s’en cache même pas : votre vie privée n’est plus un droit et vous n’avez plus la liberté de vous protéger des incursions de l’État.

« Il n’y a aucun article de cette loi qui remet en cause les libertés. En revanche, il y a des dispositions qui peuvent être considérées comme remettant en cause la vie privée et le droit à la vie privée. »

Rendez-vous à l’évidence : s’ils mettent des boîtes noires partout, ce n’est pas pour trouver les terroristes (dont ils se foutent complètement), mais c’est bel et bien pour savoir ce que vous pensez, ce que vous serez prêts à accepter et comment vous le faire accepter. C’est un outil formidable pour modeler les foules, pour vous manipuler.

Or, si on peut largement parier sur un FAIL magnifique de ces techniques contre le terrorisme, si on peut aussi parier sur la médiocrité des administrations de l’État en matière d’informatique (vu le nombre de ratés dans le domaine, une réussite serait, littéralement, une première), en revanche, s’il y a bien un domaine où nos politiciens excellent, c’est celui de la manipulation des foules, des opinions et des passions. Et comme leur gagne-pain en dépend ultimement, vous pouvez aussi parier qu’ils mettront la dernière énergie à faire fonctionner leurs systèmes suivant ce beau (et caché) cahier des charges.

Gouverner, ce n’est plus prévoir, c’est lire dans vos pensées.

1984-was-not-supposed-to-be-an-instruction-manual

J'accepte les Bitcoins !

12fuBadNt6K7r1JPZxbSuZmrMBrj1peMGd

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires98

    1. Karamba!

      Incroyable que ce soit passé ce truc. On imagine déjà le don du sang obligatoire (comme le droit de vote) pour poursuivre dans le délire. Tous les 15 jours vous allez vous faire piquer pour alimenter la banque collectiviste. J’imagine les campagnes anti tabac, anti alcool, anti bouffe conviviale, anti sexe non réfléchi et Marisol Touraine vous disant d’arrêter de déconner sous peine de PV parce qu’après votre mort vous êtes censés céder des organes en bon état et pas complètement abîmés. On est sur le chemin pour y arriver…

      1. Duff

        heureusement que la gauche a opéré son virage « social-libéral ». Depuis un moment ne sont votés que des obligations et des interdictions aux motifs toujours plus fumeux.

        1. Karamba!

          Ce sont des Frankenstein en herbe qui tentent de mettre au point leur nouvel homme idéologique. Ce n’est pas toujours très au point niveau cohérence. Ainsi nos pignoufs bobos de l’exécutif vont s’indigner à chaque fois qu’on profane un cimetière, alors que eux n’hésitent pas à transformer votre corps en sac à viande recyclable après votre mort (ou pendant avec la GPA bien qu’étant farouchement opposés à la prostitution ou du moins aux clients de la prostituée)…

          1. Duff

            Justement c’est tristement cohérent : ETAT > individus

            On sait à quelles folies cela a conduit par le passé. Mais c’est la raison précisément pour laquelle la gauche aime tant réécrire l’histoire, celle de la fin des années 1930 en particulier. Le mystère que je n’ai jamais compris autrement que par l’endoctrinement et l’organisation stalinienne de l’EdNat c’est pourquoi les profs d’histoire étaient socialistes ou carrément communistes, l’histoire donne pourtant tort à ses courants de pensée.

        2. sémaphore

          Tout cela mis en musique par un ramas d’ex soixante-huitards qui braillaient, il y a près d’un demi siècle,qu’il était interdit d’interdire…

    2. ébène

      Imaginons le prélèvement d’organe sur les foetus, les cellules souches …
      Cela nous promet une société radieuse digne des nazis (1 point por moi)

      1. Duff

        A point pour vous en effet, je n’y avais pas songé tellement j’abhorre les idées étatistes, planistes, constructivistes. C’est bien là le projet socialiste : Fabriquer l’homme nouveau. Et ces gens sont persuadés que leurs projets et les moyens dont ils se dotent n’a rien à voir avec la protection de l’aryen et d’une prétendue race supérieure du temps des nazis. M’en fous de gagner un point godwin, comme H16 je suis effrayé de la passivité des français et même pire, de leur adhésion à toutes ces lois qui violent la liberté individuelle et les libertés publiques. Ce ne sont pas quelques maigres sondages brandis par Doze sur BFMBusiness qui prouveraient la montée des idées libérales dans l’opinion qui vont me rassurer : La France est vieillissante et les vieux ça demande de la protection du soutien de l’état etc. Aucun débat convenable en vue. Personne n’est épargné, l’occident se meurt à petit feu comme l’empire romain suivant les mêmes recettes.

        1. Higgins

          Nous sommes plusieurs à s’en inquiéter. Ce pays avance en reculant dans le XXIeme siècle, le regard tourné vers le passé et en offrant son fondement au premier venu. Pétain n’était pas qu’un accident de l’histoire (cf la citation mise en ligne la semaine dernière récupérée sur Wikiberal à la page régime de Vichy).

          1. Duff

            Très juste: A force d’épiloguer en posant mal le débat sur les années 30, la France est juste en train de louper le virage technologique du XXIème siècle: Comme quoi réfuter ou réécrire le passé interdit le futur.

        2. Bonsaï

          L’Occident se meurt ? Pas de souci, les candidats à l’héritage sont innombrables. Et selon le schéma historique que vous invoquez, un long moyen-âge devrait s’ensuivre…

            1. Bonsaï

              Héritage s’entendra des savoirs, technologies, sciences, etc… forgés par la civilisation occidentale au cours de son histoire. Un héritage peut être galvaudé ou développé.
              Dommage, nous ne serons plus là pour connaître la suite de l’histoire !

        3. Maxence

          Cher Duff, tu sais ce qu’ils te disent les « vieux »…..je voudrais que l’état arrête de me protéger avec mon argent . !!! Qu’il m’oublie !
          Je peux me protéger tout seul !!!

        4. Gerldam

          Il y a cependant quelques « vieux » comme vous dites qui ayant connu des jours où tout n’était pas encore interdit, ne cessent de vitupérer contre ces proto-fascites de gauche. Certains ont même eu le temps, pendant cette longue vie de lire Bastiat, Tocqueville, Stuart Mill, von Mises ou Hayek. Je pense que « La route de la servitude » est plus d’actualité que jamais.

      1. Oui mais voilà : maintenant, si ce refus n’est pas officiellement signifié, la parole des proches ne vaut rien et il est considéré par défaut que le décédé fait don. C’est, éthiquement, gênant.

        1. Nathalie

          Je suis tout à fait OK avec vous.
          Je signalais simplement ce lien afin que ceux qui souhaitent contrecarrer cette loi et conserver leurs organes et ceux de leurs proches puissent opter pour cette solution. la question restant : pour combien de temps encore ?;..

        2. Duff

          éthiquement gênant? Je comprends bien le besoin de don d’organes à titre perso je suis favorable à se qu’on me charcute après ma mort mais cette quai obligation est juste monstrueuse!!

        3. bibi

          Le problème éthique n’est pas seulement que l’on considère par défaut que vous faites don.
          Le don d’organe comme on l’entend certainement vous et moi c’est prélever sur un patient en état de mort cérébrale ses organes viables pour qu’ils soient greffés, or si j’ai bien compris la loi ce qui sera prochainement autorisé c’est de prélever les organes de n’importe quelle personne décédée qui n’aurait pas manifester son refus.

          Je pense que l’on va aller vers des moments Rock and Roll parce que cette loi ne dit pas à qui appartient le corps du défunt entre le décès et le moment ou il est remis à la famille, et que donc les personnels soignants ne peuvent en faire ce que bon leur semble sans l’accord de ses propriétaires, et sur ce point là nous avons un principe de droit plus que millénaire.

        4. Black Mamba

          Vu la vitesse des événements dans quelques mois, il y aura une obligation de se faire référencer génétiquement .
          Une fois la population référencée, rien n’empêchera un trafic d’organe où les donneurs potentiels trouveront « accidentellement la mort » juste au bon moment où dirigeant en aurait besoin …
          Panano moi !? Oui ! mais réaliste !

          1. bob razovski

            Cette loi tombe à pic après celle sur « la sédation profonde et irréversible ».

            Va y avoir un paquet de gens sédatifiés profondément, histoire d’alimenter la banque.

            1. Laure

              Sans compter que la notion de « mort cérébrale » aurait été inventée, paraît-il, pour permettre le prélèvement d’organes. C’est fou le nombre d’individus en état de « mort cérébrale » et sur le point d’être débranchés qui se réveillent in extremis. Une épidémie de morts-vivants !

                1. pheldge

                  Yo Zaye-Bon ! ça pousse dur ? doucement le matin, pas trop vite l’après-midi ? 😉
                  En passant le « bon toutou » demon avatar est le célèbre Diabolo, complice fidèle de Satanas , dans un dessin animé des 60 « .

              1. pheldge

                « la notion de « mort cérébrale » aurait été inventée, paraît-il, pour permettre le prélèvement d’organes » oui, en effet, ça a été le fruit du lobbying d’une secte ultra secrète de mangeurs de foies humains et de rognons éventuellement. Il paraît qu’ils organisent des repas dans les catacombes ou les égouts sous les hôpitaux, pour pouvoir dévorer les organes encre chauds!

                Sans déconner, quand il n’y a plus d’activité cérébrale, que l’encéphalo est plat, c’est fini. Sinon ce n’est pasde l’acharnement, c’est de la bêtise cruelle à l’égard des proches.

  1. Bonsaï

    Atmosphère étrange, silence inhabituel, pas de ruée à la pâtisserie du billet dominical …
    Pourtant les boîtes noires ne peuvent pas être déjà installées, voyons ! Il est vrai que le nouveau protocole pour laisser un commentaire frise la fouille au corps et pourrait décourager plus d’un impétrant juvénile et pressé. Affaire à suivre !

    1. Aristarkke

      Pour certains, le bête problème est de trouver de la connexion, exilés temporaires qu’ils sont dans la Grance profonde…

  2. Karamba!

    Etonnant que l’atteinte à la vie privée des français ne nécessite pas une majorité constitutionnelle pour passer. C’est ce qui nous a au moins protégé du droit de vote bradé à tout étranger (qui vote socialiste à 95% de préférence). J’imagine le combo droit de vote étranger + droit de vote obligatoire, le tout avec une petite boite noire dans l’isoloir électronique qui empêche de voter blanc et impose de choisir un parti du front républicain. Là c’est le bingo, ils vont faire rentrer du pognon et assurer leur carrière. Et effectivement avec les socialistes on glisse toujours irrésistiblement vers la dictature, ça c’est plus fort qu’eux depuis Tonton…

    1. Bonsaï

      C’est tout l’art du jardin à la française.
      Le prochain jardinier, qu’il soit de droite ou de gauche, n’aura plus qu’à parcourir les grandes allées bien dégagées et donner de petits coups de sécateur par-ci, par-là …

      1. Higgins

        La comparaison n’est pas innocente. Le goût pour le jardin à la française traduit inconsciemment une appétence certaine pour un pouvoir centralisé fort. L’individu n’y a pas sa place.

        1. val

          Intéressante analogie. Je comprends mieux mon aversion pour ces jardins tirés au cordeau qui me semblaient être une prison à ciel ouvert étant enfant . Interdit de marcher sur les pelouses interdit de jouer au ballon interdit de jouer avec l eau des fontaines interdit aux chiens….

          1. Higgins

            Ce n’est pas pour rien que le Nôtre était le jardinier de Louis XIV. Notre esprit cartésien apprécié cet ordonnancement et je mentirai en disant que les jardins à la française sont laids. Mais très rapidement, ils deviennent ennuyeux par leur formalisme et leur sécheresse de forme. Tout le contraire des jardins à l’anglaise. Je crois que c’est une bonne expression de l’inconscient collectif d’une population.

          2. royaumont

            L’analogie n’a rien de fortuite, un jardin est un manifeste politique, philosophique ou religieux. Higgins a raison en disant que cela traduit une appétence certaine pour un pouvoir centralisé fort, sauf que c’est parfaitement voulu, pensé et théorisé.
            Dans le cas du jardin à la française, c’est la conception classique qui se déploie où l’idéal est une nature rationalisée et sous contrôle. Tout part et tout abouti à un point focal unique, l’œil du roi.

            Le Notre s’est d’ailleurs pris une royale volée de bois vert à cause des jardins de Vaux-le-Vicomte (un modèle du genre), où un astucieux jeu de perspectives dissimule une partie des jardins au regard. Au départ, ce n’était pas prévu pour le roi, mais pour un grand commis (Fouquet), d’où cette dissimulation organisée, sans doute…

        2. Théo31

          Dans le socialisme, il n’y a pas d’individu, juste des variables d’ajustement.

          Le fascisme est né en France, et ce n’est pas non plus un accident de l’histoire.

  3. NoName

    Mmmh, j’ai cru comprendre que la phrase de Churchill est un fake provenant d’un néo-confédéré.
    Même si l’idée est là, ça fait mauvais genre.

  4. Higgins

    Bartolne, c’est celui qui a écrit sur le livre d’or d’Oradour sur Glane: « ….bla,bla,bla… Auradour sur Glane…! ». (cf le billet de l’ami Corto).

    1. Calvin, 8 ans

      Bravo ! J’adore.
      On pourrait dire qu’ils sont passé du slogan « un monde meilleur » à l’application du « Meilleur des Mondes ».

      1. Duff

        Philosophiquement c’est quelque part amusant de voir Valls et Hollande proférer des discours qui vont – un peu – à l’encontre du monstre que le parti a généré. La France de 2015 ressemble à cette Angleterre de la fin des années 70 où les travaillistes finissaient par reconnaître que l’état ne peut pas tout. Ils n’avaient ni mandat ni structure intellectuelle pour inverser le sens de l’histoire. Sur son pédalo, Hollande est un pantin agité par les flots. Incapable de tenir la barre et d’infléchir ce que la machine bureaucratique et fondamentalement fasciste que son parti a créé lui impose. Un grand homme diront ses derniers soutiens et autres capitalistes de connivence…

    1. Caton

      Si le sujet était vraiment si grave, il faudrait justement en rire encore plus. Mais ce n’est pas très grave, non.

      Prenez une bouteille de votre boisson alcolisée favorite et un planisphère quelconque. Coloriez en jaune les pays effectivement en faillite (dette réelle, engagements de dépenses compris, > 200% du PIB), en orange les pays en guerre, civile ou malpolie, puis ajoutez des points rouges pour chaque attaque ou attentat des douze derniers mois, plus ou moins gros en fonction du nombre d’attaquants (laissez tombez le nombre de morts).

      Vous devrez probablement aller chercher au moins une deuxième bouteille…

    2. bibi

      Reprenez après moi :
      Tremblez, tyrans et vous perfides
      L’opprobre de tous les partis
      Tremblez! vos projets parricides
      Vont enfin recevoir leurs prix!
      Tout est soldat pour vous combattre
      S’ils tombent, nos jeunes héros
      La France en produit de nouveaux,
      Contre vous tout prêts à se battre.

      A force de pousser le bouchon trop loin François, il viendra le jour ou il n’y aura plus de flamby.

  5. ébène

    Pourquoi pas une boîte noire dans chaque cercueil comme ça on pourra suivre l’âme et accessoirement identifier les profanateurs

  6. Lone

    La délinquance, comme le terrorisme, sont sinon voulus, du moins entretenus…
    Car le crime paye :
    • pour le délinquant, particulièrement lorsque celui ci jouit d’une certaine impunité (que l’on pense au trafic de portables qui n’est même plus réprimé et devenu si banal qu’il est désormais classé dans les incivilités ).
    • pour la société (ce qui est dérobé, fracturé, détruit doit être remplacé) car il génère une activité de contre-mesures ( sociétés de sécurité, compagnies d’Assurances, enrichissement du délinquant qui va généralement dépenser son gain illicite dans des produits à forte valeur ajouté ).
    • et surtout pour l’Etat qui, certes, ne préleve pas directement sa dime sur les trafics mais bénéficie de la circulation financière induite et utilise le bruit de fond de l’insécurité comme instrument de contrôle de la population, en la confortant dans sa dépendance envers les organes supposés la protéger ou, à l’opposé, dans le maintien machiavélique de ses administré dans la peur, la résignation et l’individualisme.

    L’Etat est un instrument du système, sa fonction n’est pas (n’est plus) d’améliorer le sort des populations mais d’optimiser la traite du « parc à bestiaux ».

    Le terrorisme est utilisé comme moyen de contrôle des masses : sous prétexte de s’y attaquer, on organise la surveillance (et donc la possibilité de répression) de tout le monde. Avec l’assentiment des futurs réprimés, qui sont convaincus d’avoir été entendus (on aura soin de fabriquer les sondages à cet effet.)

    Bref, ce pays est foutu. Mais au delà de sa mort économique (qui est en bonne voie), j’ai bien peur que nous n’échappions pas à une période de violence qui fera passer la Syrie pour une banale soirée étudiante .

  7. Calvin, 8 ans

    Je vois ces histoires comme un verrou mental qui a sauté.
    Pour le PS, pour Hollande, c’est la chance ultime d’imposer de manière définitive le socialisme et laver l’affront du Mur de Berlin.
    Qu’ils en aient oublié l’histoire passée et de la collusion entre socialisme et nationalisme, n’est même pas étonnant.
    La France est désormais, à mes yeux, une dictature, quelque soit le nom du prochain président.

    1. Duff

      Je n’irai pas jusque là mais force est de constater que tous nos politocards et la classe dirigeante qui se réplique en circuit fermé n’a retenu aucune leçon de la chute du mur de Berlin et s’en contrefout. Bien la preuve qu’en fait de vivre une crise économique lié à son modèle social communiste la France traverse surtout une crise institutionnelle.

    2. Grand Coeur Malade

      La transgression pour raisons idéologiques est effectivement la seule constante politique de cet asile d’aliénés qui nous sert de gouvernement.

      Transgression des valeurs chrétiennes au premier chef, avec le mariage pour tous, la recherches destructrice sur les embryons, la suppression du délai de réflexion pour l’avortement, etc. Et la laïcité à deux vitesses. Et ne jamais mentionner que les martyrs chrétiens sont morts pour leur foi.

      Transgression des lois économiques de base, avec la retraite à 60 ans, l’augmentation massive des impôts, les attaques contre les investisseurs (« Mittal, sors de ce pays », « la Famille Peugeot, c’est des salauds », etc), l’endettement qui s’envole, et l’attente béate d’un retour « magique » de la croissance selon la théorie des cycles économiques chère au présiflan.

      Mais surtout transgressions sur la morale de base. Le nombre de mensonges à la minute que peut débiter François Hollande est tout simplement sidérant. Dans Le Supplément, j’en ai relevé un certain nombre que les journalistes n’ont même pas fait semblant de relever. En voici trois:

      1. « Marion Maréchal Le Pen, vous l’avez vu faire des propositions de loi », alors qu’un simple petit tour sur le site de l’AN montre qu’elle en a fait une et co-signé cinq. Elle n’est pas écoutée, Hollandouille essaie de la faire passer pour une tire-au-flan.

      2. « Quand Dieudonné se déguise en nazi ». Je veux bien que Vache qui Rit ne soit pas un amateur des sketches de la bête immonde, mais quand même, c’est en colon juif qu’il s’était déguisé. Antisémitisme inconscient de la part de Moi-Je?

      3. La négation du génocide des chrétiens d’orient. « Ces massacres, qui ne sont pas un génocide ». Mais si ces chrétiens ne sont pas morts parce que chrétiens, de quoi sont-ils morts? Les services de l’état français ont-ils eu connaissance d’une épidémie foudroyante de détachement spontanés de tête et autres noyades accidentelles?

  8. Dr Slump

    « Si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez à rien craindre ».
    Joseph Goebbels.

    Et même si cette citation lui est attribuée à tort, ça ne change rien: toute dictature commence par bafouer la vie privée des gens.

    1. MadeInCH

      « Il faut se méfier des citations trouvées sur l’internet! »
      Abraham Lincoln
      Ou bien De Gaulle
      Ou bien le Géneral Lee
      Ou bien Anne Frank
      Je ne sais plus…

  9. Touck

    La France est pire qu’une simple dictature, il s’agit d’un totalitarisme. Un dictateur tient à conserver le pouvoir, par la force ou la simple propagande. Le totalitarisme tient à contrôler le moindre élément de la vie des citoyens. Il tient à contrôler les citoyens de façon totale, entière. Vivement que moi et mes thunes on se casse de ce pays ! Adios « Fureur » Valls…

  10. Nyamba

    Ce billet me laisse dents serrées et angoisse au ventre – le point positif, c’est que j’ai appris un nouveau concept, merci !
    Petite remarque : c’est pas la bonne team gouvernementale sur la photo.
    Quoi qu’il en soit… bon courage à tous, pourvu qu’on se sorte entiers de ce merdier.

    1. Calvin, 8 ans

      On s’en sortira si on reprend le contrôle de nos vies.
      Soit au grand jour, soit en passant sous les radars : dire tout haut ce qu’ils veulent entende et n’en faire qu’à notre tête. Triste d’en arriver là mais ils détiennent la coercition et les armes qui vont avec.
      Je ne fais plus confiance à la justice depuis longtemps.

      1. zelectron

        USA
        « La plus forte raison pour les gens de conserver le droit de porter des armes est, en ultime ressort, de se protéger eux-mêmes contre la tyrannie de leur propre gouvernement. » Thomas Jefferson.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Deuxi%C3%A8me_amendement_de_la_Constitution_des_%C3%89tats-Unis

        France :
        le gouvernement front populaire socialo-stalinien français a interdit au peuple de détenir des armes en 1939 quelques mois avant le début de la guerre et de la défaite . . .(c’est la raison majeure du retard de la constitution de maquis, centre et centre droit, alors que le maquis communiste après la rupture d’alliance Hitler/Stalin avait quand même gardé un grand nombre de ces joujoux, ce qui leur a permis d’être les leaders du maquis ainsi qu’à la libération . . . encore aujourd’hui leur influence méphitique se fait sentir) et l’appareil d’état reste sous leur domination

  11. malicorne

    L’administration en France, c’est d’abord une hiérarchie. Laquelle est extrêmement concentrée sur son déroulement de carrière. On ne peut pas leur en vouloir, c’est humain. Mais plus on aspire aux très haut grade (hors échelle), plus cela dépend du bon vouloir du Prince. Ce qui induit, que, pour plaire au-dit Prince, il vaut avoir un réflexe bien développé tout en haut de la fonction publique, qui est de devancer les désirs du Prince. Appliquez cela au renseignement, en tenant compte des nouvelles Lois, et vous aurez une idée de comment cela se passera dans la réalité de tous les jours…

  12. Bonnie

    Selon la théorie de l’anacyclose, après l’ochlocratie, il devrait y avoir une monarchie (espérons seulement que ce ne soit pas un califat)… Wait and see…

  13. lxy

    h16 dit « La loi sur le Renseignement, encore plus inique et lourde de conséquences, n’a pas réussi à mobiliser plus de 30 péquins. »

    h16 à plusieurs reprises a fustigé le scandaleux absentéisme des députés.Je connais assez bien le fonctionnement de la boutique « Assemblée Nationale » pour apporter les précisions suivantes.

    Le travail législatif ne se fait pas du tout dans l’hémicycle mais dans 8 commissions spécialisées. L’hémicycle n’est utilisé que pour la Télé le mardi lors des questions au Gouvernement et dans quelques rares occasions solennelles. Tous les textes de lois sont préparés, discutés, commentés, rédigés, amendés par les députés de chacune des commissions qui prépare une loi. Une fois le texte préparé il passe dans l’hémicycle pour être à nouveau discuté et voté solennellement. Dans la grande majorité des cas les lois sont très techniques ou spécialisées et seuls les députés qui s’intéressent au sujet participent aux débats qui peuvent se dérouler sur plusieurs semaines (3 pour le mariage pour tous) et jusqu’à une heure avancée de la nuit, en non-stop (parfois 2/3 h du matin). Seuls les députés actifs pour cette loi suivent les interminables débats,et se font relayer en fonction de leur résistance physique…et de leur disponibilité.
    Le Ministre qui porte cette loi doit en principe participer à tous les débats s’il s’agit d’une loi emblématique -Taubira et Macron ont été présents en permanence – mais il se fait représenter quand il s’agit de lois techniques sans grand enjeu.Bien entendu les députés « actifs » informent en permanence leur groupe qui en informe ses députés qui décident alors soit de voter personnellement soit de se faire représenter. En pratique une loi n’est pas votée en une seule fois, en un seul jour ou une seule nuit, mais article par article, amendement par amendement, ce qui peut prendre des semaines. Le député qui souhaite montrer son engagement pourra être présent lors du vote du dernier amendement du dernier article, ce moment où la loi est considérée comme définitivement votée et promulguée.

    Les débats en commission sont tous enregistrés et consultables par Internet (Personnellement j’ai suivi les débats sur la Charte des langues régionales.On se rend compte que c’est fait très sérieusement. Je parle du « sérieux technique » pas du motif tordu, idéologique ou amuse-couillons de la loi).

    Enfin, s’il n’y a pas d’obligation de présence du député dans l’Hémicycle, il y en a une pour la présence en Commission. C’est ainsi que le député fumiste Thevenoux doit venir régulièrement siéger dans une obscure commission où il est traité par ses collègues comme un pestiféré, car sinon il serait privé de son salaire de député.

    1. gameover

      Un ramassis de conneries dans ce plaidoyer censé valoriser le travail technique des députés dont entre autres la délégation de vote ou de représentation qui n’existe pratiquement plus et qui dans les cas exceptionnels se limite à un mandat maximum.

      Un député qui ne vote pas ne sert à rien.

    2. Sauf que.

      Sauf que le nombre et la portée des commissions sont décidés par ces mêmes députés qui se plaignent d’avoir trop de travail.
      Sauf que le nombre et la portée des lois sont directement dépendants de ces députés qui se plaignent d’avoir trop de travail.
      Sauf que le fait que ça se continue tard dans la nuit n’est exclusivement du qu’à la complexité, très souvent inutile et très souvent, pour ne pas dire tout le temps, liée à soit des bisbilles politiques ridicules (tsunami d’amendements) soit à des petits intérêts sectoriels à protéger. Et, comme vous le dites, on peut toujours louer le « sérieux technique » de tout ce foutoir, les motifs derrière sont trop souvent tordus, idéologiques ou amuse-couillons.

      Bref, je ne verserai pas une larme sur le sort de ces gens qui ont *réclamé* leur sort en se présentant devant les électeurs, qui ont *aggravé* la situation avec leurs comportements, qui ont *cimenté* cette complexité par la création de commissions à tire-larigot.

      Rien, absolument rien de tout ça n’est une excuse à leur absentéisme.

  14. Paul Jambon

    Personnellement je ferais un audit du fonctionnement de l’Assemblée Nationale et du Sénat, avec mise en place d’une pointeuse, que cela soit pour les Commissions ou les séances.
    T’es pas là, tu sers à rien, tu dégages.

Laisser un commentaire