Loi Renseignement : Axelle Lemaire et l’impossible service-après vente

Si l’habitude actuelle est aux entretiens courts, torchés en trois minutes, qui survolent mal un sujet complexe et ne laissent aux intervenants que la possibilité de bafouiller trois banalités, cela n’empêche pas certaines matières d’avoir besoin de temps et de rentrer dans le détail, comme par exemple la Loi Renseignement actuellement en cours d’étude au Sénat. Et ça tombe bien puisqu’un roboratif entretien d’une heure, réalisé par l’équipe de Thinkerview, a été proposé à plusieurs intervenants notoires de l’Internet, à commencer par l’actuelle secrétaire d’État en charge des questions numériques, Axelle Lemaire.

Autour d’elle, Gilles Babinet, entrepreneur expert en « Big Data », Éric Sherer, le directeur de la prospective & stratégie numérique à France Télévision, Éric Léandri, le PDG du moteur de recherche Qwant, et Benjamin Bayart, porte-parole du French Data Network et militant pour les libertés fondamentales dans la société de l’information. Au cours de plus de soixante minutes, le décalage assez notoire entre ces différents acteurs, baignés par la technologie, et la secrétaire d’État, pas tout à fait au top en matière de culture numérique, s’avèrera assez flagrant.

L’interview, disponible en intégralité ci-dessous, peut être grossièrement découpée en trois phases. La première partie, s’étalant sur un gros quart d’heure, aborde le bébé d’Axelle Lemaire, son actuel projet de Loi Numérique, et l’anonymisation des données. La dernière partie, une autre quinzaine de minutes en fin d’interview, évoque différentes questions dont la neutralité du net.

L’avantage de l’introduction sur la Loi Numérique de Lemaire (qui va bien sûr plus loin que la directive européenne (parce qu’ensuite, si on est allé trop loin, on pourra toujours blâmer Bruxelles) est qu’elle constitue un bon échauffement pour le reste de l’interview, notoirement plus musclé.

On peut tout de même goûter (vers 2:20) à l’intéressante passe d’armes sur le fichier électoral qui permet, pour un modeste investissement de 2€, de disposer de la liste de citoyens inscrits, et surtout de leur adresse courante, de leur date et lieu de naissance. Comme le fait justement remarquer Benjamin Bayart vers 4:20, un hacker, même moyen, comprend immédiatement l’intérêt de ce genre d’informations puisqu’à partir de celles-ci, il peut assez simplement usurper une identité, auprès d’un banquier par exemple.

Eh oui, l’anonymisation des données nécessite d’être faite correctement, en faisant réellement disparaître des informations permettant d’identifier une personne (soit directement, soit par corrélation entre les données elles-mêmes), ce qui laisse trop souvent à désirer. Peut-être sont-ce les réactions un peu confuses et parsemées de banalités convenues d’Axelle Lemaire à ces remarques qui pousseront Gilles Babinet à sortir, discrètement (vers 20:09), que

« on a besoin d’avoir une véritable éducation au numérique de la part du monde politique »

… ce qui est le moins qu’on puisse dire et qui est amplement démontré par la suite, puisqu’au milieu d’un décorum épuré dans lequel n’apparaît qu’un peu d’eau plate (tout le monde est donc sobre et l’excuse de l’alcool ne pourra servir pour sauver la réputation d’une certaine catégorie de politiciens), nos cinq intervenants débattront âprement de l’épineuse Loi Renseignement, posée dès le départ mais éludée avec empressement par la sous-ministre, qui n’y échappera donc pas.

Notre secrétaire ne se démontera pas pour autant. Elle a une botte simple qu’elle joue d’emblée : cette loi n’est pas finalisée, son parcours législatif n’est pas fini et tout peut encore arriver. Du reste, c’est fort juste : la plupart des lois pondues dernièrement sont régulièrement chahutées par le Sénat, bousculées lors de l’écriture des décrets et tabassées par une mise en application catastrophique. En gros, en ce qui concerne la Loi Renseignement, nous en sommes actuellement ici :

parcours institutionnel en République du Bisounoursland

Une fois utilisé le bon vieux truc du « Loi Renseignement En Cours d’Installation, veuillez patienter », Axelle Lemaire reprend l’argument officiel du vide juridique, au moins aussi fameux que le vide quantique et encore plus mousseux que ce dernier : certes, les officines républicaines de renseignement espionnaient les Français comme des gorets, mais ils étaient dans ce vide juridique commode. Avec la Loi Renseignement et ses enzymes activées, finis les tâcherons du renseignement hors cadre légal, et à nous les bonnes informations collectées avec légalité ! Mieux, grâce à cette pirouette sémantique qui revient à passer un coup de ripolin juridique sur des pratiques scandaleuses à la base, on peut en conclure hardiment que la Loi Renseignement va nous garantir nos libertés, youkaïdi, youkaïda, pas de quoi s’inquiéter.

axelle nous protège

Malheureusement pour Triple Axelle, le petit coup de trampoline rhétorique n’a pas fonctionné et la réaction des autres intervenants ne se fait pas attendre (22:25). Et ce sera le chevalier Bayart qui remettra l’église au milieu du village en rappelant que les manips en question étaient bel et bien illégales, et que si, actuellement dans le monde, il y a une telle course des principaux pays pour mettre en place de la surveillance de masse, c’est parce que les Américains sont empêtrés dans un Patriot Act qui vit ses dernières heures et qui, une fois mort, interdira à la NSA de fournir en renseignements tous ces pays paniqués.

Heureusement (vers 31:26), selon la secrétaire Lemaire, et dans un discours haché qui masque mal une maîtrise hésitante du sujet, le texte va encore évoluer. Reste à savoir si ce sera comme un organisme bien formé ou comme un mutant zombie venu de l’espace. Mais en tout cas, il va y avoir tout plein de commissions bardées d’experts solidement burnés qui vont ajouter tout plein de contrôles.

Bon, apparemment, ça ne convainc que très moyennement les intervenants sur place, à commencer par Benjamin Bayart qui rappelle à la sous-ministre qu’un titre de chapitre dans une loi ne constitue en rien une garantie quelconque que le texte sera correctement interprété, et notamment pas en faveur du citoyen tant les éléments actuels sont larges. Plus exactement, il n’y a pas à tortiller,

« les boîtes noires sont un dispositif intrusif et relèvent de la surveillance de masse. […] L’article L34-1 CPCE est peu clair, on n’arrive pas bien à savoir quels hébergeurs de quelles plateformes sont concernés [par la Loi Renseignement]. »

Dans la foulée, Bayart en profite pour expliquer qu’au-delà d’un effectif souci de contrôle de l’espionnite aiguë qui s’empare doucement des services de renseignement de l’État, le texte ne prévoit aucune sanction en cas de dérapage.

Ceci cloue sur place la pauvre Axelle, et laisse libre Bayart de continuer avec cette remarque, fort juste (34:51) :

« Le ministre qui a fait éplucher les factures téléphoniques détaillées du journaliste du Monde pour trouver sa source n’est pas en prison, et ça, c’est scandaleux. Il n’y a pas de sanctions dans ce foutu texte.« 

Axelle Lemaire tente alors de faire valoir le fameux contrôle juridictionnel dans une petite salve de mots en vrac, sur le mode « Oui mais les autorités juridiques peuvent imposer aux espions d’arrêter leurs débordements » … Qui fait bondir Bayart :

(35:08) »Mon dealer, il en rêve, de ça, que lorsqu’il passe devant le juge, le juge lui dise ‘Tu arrêtes !’ … Pour moi, un fonctionnaire ou un ministre qui abuse de ses pouvoirs doit être sanctionné. Or, le texte ne prévoit pas de sanction.« 

Le coup est fatal, mais en bonne politicienne, Axelle Lemaire tente malgré tout d’enfumer son audience en appelant à la rescousse les éventuelles sanctions déjà existantes (et donc, par définition, hors du champ d’application de cette loi qui n’en contient pas), et en invoquant l’illusoire sanction politique (oui, politique) dont on voit mal, avec la kyrielle de contre-exemples fumants (Cahuzac, Thévenoud, anyone ?), comment elle peut valoir le moindre kopeck.

Évidemment, les saltos arrière de la petite Axelle ne satisferont personne, mais là encore, résignez-vous : cette loi sans sanction ne sera pas réécrite.

resistance is futileEt cette impression que toute résistance est futile devant le collectif gouvernemental ne s’évanouit pas avec la question d’Éric Sherer. Il cherche à savoir qui pourra évaluer les fameuses boîtes noires et l’algorithme de collecte des données qui seront mis en place, mais il ne reçoit finalement aucune réponse si ce n’est un gros nuage d’encre noire sur ce qu’il faudrait mettre en place au niveau de la CNIL pour lui fournir un pouvoir de sanction. La seiche Axelle repart bien vite en agitant les bras, accuse les uns et les autres de confusion (pour des experts dans leurs domaines, c’est risible), et assure vers 40:59 que l’algorithme saura subtilement discriminer, avec un aplomb si phénoménal que Babinet ne peut s’étonner que la secrétaire d’État connaisse déjà cet algorithme, pourtant absent de la loi.

À la suite d’un tel échange, qui ne laisse aucun doute sur la direction empruntée par le gouvernement, on se réjouit malgré tout vers 44:00 de voir Éric Léandri demander des comptes, économiques cette fois, en rappelant que le Patriot Act américain a coûté aux États-Unis plus de 40 milliards de dollars, et que la France n’est guère en position de seulement supporter une perte d’un centième. Malheureusement, une fois encore, Axelle tire à nouveau la carte du « Loi Renseignement En Cours d’Installation, veuillez patienter », qui permettra d’oublier bien vite cet épineux sujet économique. C’est pas grave, c’est l’État qui paye ?

C’est à la suite de l’intervention de Jérémie Zimmerman, en guest star vers 48:00, qu’on la verra finalement sortir de ses gonds. À la question de savoir si le chiffrement devra être lui-même limité pour les citoyens, comme l’envisage très sérieusement Cameron en Angleterre, Lemaire admet sans sourciller que la question s’est effectivement posée en réunion ministérielle. Lorsque Bayart demande confirmation, la secrétaire s’énerve :

« Soit vous êtes naïf, soit vous êtes hypocrite.[…] Oui, la question s’est posée, mais non, on ne revient pas sur la possibilité de chiffrement. »

C’est toujours ça de gagné. La question qui reste, cependant, c’est : pour combien de temps encore ?

J'accepte les Bitcoins !

1gXNiyDt2yU7tJ63tU2fw5eoixFoEzeDW

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires144

  1. Aristarkke

    Bref, si nous voulons un faux passeport, il n’y a plus qu’à piocher dans la liste des inscrits puisqu’il y a tout ce qu’il faut, a ce qu’il semble… A part cela, l’ intention n’était elle pas de pourrir la vie quotidienne des djihadistes ??? Et quel manque de galanterie que de révéler l’ âge des jeunes femmes…. 🙁

    1. CitoyensDebout

      @Aristarkke : je dirais la case [Échec retentissant] qui en réalité pourrait être fusionnée avec la précédente, ou encore qui pourrait être mise à la même hauteur que les deux suivantes. J’ai bon ? :p

    2. Bonsaï

      Connaissant votre esprit synthétique et volontiers ironique, cher Aristarque, j’imagine qu’il s’agit de la case « facturation au contribuable » ?

    3. Pheldge

      Je tenterai « punition des innocents »…. bicauze, je comprends ça comme l’éventuel retour de bâton sur les concepteurs bienheureux de la loi , et donc , comme par définition ils ne sont JAMAIS coupable … 🙂

      1. vodkaman

        deuil pour un félin, je vois pas, mais j’aurais dit idée consternante.
        compte tenu de la qualité de nos pipotocards, quelle que soit l’idée de départ et même si elle est bonne sur le papier, le résultat est couru d’avance.

        1. Pheldge

          Un effluent naturel, comme par exemple le Rein 🙂

          NB: depuis la disparition de M. PP, personne ne semble avoir envie de me remercier pour mes brillantes saillies drolatiques et ces jeux de mollah 🙂
          un « mais qu’est-ce que t’es c.. » sympathique agrémenté d’un smiley serait bienvenu.
          M’obligez pas à remplir un CERFA bobo de plus ! 🙂 🙂

  2. Le Gnôme

    Le jour où un ministre ne sera plus incompétent, prévenez moi que je débouche le champagne ( à consommer avec modération, après avoir bouffé mes cinq fruits et légumes, en ayant évité de manger gras et agité mes petits bras pour faire du vent façon ministre.)

    1. royaumont

      Je ne sais pas… Avec leur volonté de se mêler de tout et surtout de ce qui ne les regarde pas, je me demande si, à tout prendre, des incompétents ne sont pas préférables.
      Imaginer un instant que cette loi sur le renseignement soit mise en place avec efficacité, l’horreur !

      Leur nullité est notre dernier rempart.

      1. Laurent

        « Leur nullité est notre dernier rempart. » 100% d’accord ! On l’a vu pour Hadopi. Par contre, elles coutent cher toutes ces nullités mises bout à bout…

  3. malicorne

    Bof, ce que j’en retiens, c’est qu’il appartiendra à M. Valls, sa clique et ceux qui succèderont de définir la notion de terroriste. Aujourd’hui Daesch, demain le FN, et après-demain ?

    1. Val

      @malicorne , demain ce sera tous ceux qui ne jettent pas leur sonnante obole dans la sébile de l’état et avec le sourire en prime .

  4. Calvin

    Une question sémantique, h16.
    Quand tu dis : « les officines républicaines de renseignement espionnaient les Français comme des gorets », on parle bien des officines sous l’époque Sarko, cad des Républicains ?
    Non ?
    Et puisque j’y suis, le lien que tu donnes sur le Patriot Act (lien RFI) semble indiquer que Rand Paul ferait parti de l’extrême droite américaine…

    1. geaigeai69

      Exactement, bien avant Sarko, et tutti quanti, le boulot des anciens RG étaient de savoir pratiquement tout, sur pratiquement tout le monde, déjà… bizarre comme c’est bizarre. Mais avec ce nouveau truc ce n’est plus officieux, c’est officiel.

  5. Gerldam

    Si l’étalage de la nullité de cette ministricule est évident, on peut penser que tous les autres sont grosso modo au même niveau. Sapin connait-il les sophismes économiques? Sans doute pas. La soubrette beur a-t-elle lu et surtout compris Montaigne dans le texte original? Sans doute pas. La folle du Poitou a-t-elle la moindre idée des principaux moteurs du climat? Nullement. La Touraine en folie saurait-elle gérer un hopital? Certainement pas mais elle dit aux gestionnaires des hopitaux ce qu’il faut faire. Etc.

    1. Laurent

      Leur vie durant, ils ne cherchent qu’une chose : l’opportunité. Et parfois ils la trouve (Cf Hollande) et ne la lâchent pas. Se sont-ils préparé à leur éventuelle future responsabilité ? Sans doute pas.
      Le plus compétent était sans doute… Cahuzac. Et pour cause.

  6. Laurent

    « Ainsi s’éteint la liberté. Sous des applaudissements. »
    Merci pour ce petit résumé. Je ne comprends pas comment des gens, fort instruits, peuvent perdre autant de temps à ériger des murs. Pourquoi ?
    Autant nous couper Internet directement. Ça coûtera moins cher et au moins ce sera efficace. Et le téléphone, tant qu’à y être…

    1. bob razovski

      Pour le contrôle.

      Nous couper internet reviendrait à obliger les gens à développer de nouveaux moyens de communication, essentiellement « underground ».

      et là, tintin pour le contrôle total !

      Et de toute façon, moins cher, c’est pas possible vu que c’est déjà gratuit. C’est l’état qui paye ™

      1. Laurent

        Pas faux.
        Il faut donc remettre en route le Minitel ! Contrôle total et absolu ! Technologie d’état, tuyaux d’état, contenus d’état, facturation d’état. Ce qui aurait l’immense mérite de remplir les caisses tout en contrôlant la population.

  7. Jejoune

    1 – Cours de droit de 1ere année, dans les premières minutes : « le vide Juridique n’existe pas » car en France « ce qui n’est pas interdit/régulé est autorise ». Cela s’appelle la liberté…
    2 – Le secret de la correspondance a été longuement défendue du temps ou l’Etat souhaitait lire notre courrier… Mais c’était il y a longtemps… et puis ça collait aux doigts…

  8. Golum

    Finalement on a presque envie d’etre Russe !

    Pourquoi faire semblant ?
    Quelle peut être la finalité ?

    Après ablations des testicules et le lavage du cerveau des Français, il ne sera même plus utile d’avoir le gros bidon bleu de vaseline:

    Le Français aime ça, il joui tres fort de cette affection Etatique à son égard.

    Oh, oui, Etat, enfonce la moi bien profondément ta loi renseignement.

  9. Superseb34

    ajoutez à ça une petite dose d’internement d’office (la lettre de cachet du XXIème siècle, valable par exemple pour les fous furieux qui s’obstinent à parler latin, ou pire, à écrire en chiffres romains), et vous avez un joli petit régime totalitaire bisou compatible qui se met en place.

  10. pactol

    Les journaux la vendent plutôt bien cette loi !
    Elle doit lutter contre le terrorisme, la haine du vivre ensemble et la fraude.
    On est tous d’accord, les terroristes, les gangsters ou mafieux de haut vol et autres malfaisants sont des chatons mignons de l’informatique et des buses dans l’art du loucedé.
    Ça se saurait !!!!!!!!!!!!!!!

  11. cherea

    Pas le temps de tout regarder, mais j’imagine qu’on nous fait le coup des terroristes d’extrême droite nazis et pédophiles..

    Et là boum

    Je regarde rapidement ce que h16 indique et l’intervenant à 2’40 sur le fichier électoral  » Si je suis un terroriste d’extrême droite, je peux avoir l’adresse de ceux qui sont nés à Marrakech… » ouais gars…la question était plutôt  » Je suis un partisan de l’EI ou Al qaida Péninsule arabique , je peux avoir l’adresse des gens nés à Tel Aviv… »

    1. Pour le coup, l’intervieweur est malin. Poser la question dans les termes que vous proposez, c’est immédiatement polariser la réponse : « Oh, quel gros facho vous êtes » (et pas de réponse sur le fond). Avec une question bisou-compatible, plus dur d’esquiver.

  12. cherea

    Malin ou auto-censure, je ne suis pas convaincu… et la pauvre Axelle Lemaire qui reprend le mec à l’envers  » de faire de tous les Marocains des terroristes en puissance… », elle avait préparé sa parade bisou-compatible sans même écouter l’interviewer qui l’a pris à rebours.

    Allez je vais être magnanime et dire que l’interviewer est malin.

  13. Ben Oui

    Très intéressant de comprendre les logiques et approches des différents intervenants. Mais dans le fond du sujet, il n’y a aucune possibilité d’élever le débat. Les fossés sont trop profonds, ce qui explique ce passage en force du gouvernement qui va se prendre un nième retour de manivelle.

    Quelle perte de temps pour essayer de réguler un internet qui fonctionne très bien tout seul. Il est là le problème, ça fonctionne sans les politiques depuis plus de 30 ans, autant dire des millénaires à rattraper dans la vie numérique.

    Les arguments de la ministre démontrent l’impasse totale et le manque de vision, à part celui du grand Yacafautcon.

    Taxer la bande passante… refait son apparition, et allez, c’est reparti pour un tour, en voiture Simone…!!

    1. NicolasPimprenelle

      « ça fonctionne sans les politiques depuis plus de 30 ans »
      C’est justement cela qui les défrise : ils ne peuvent pas mettre la main sur cette pieuvre numérique qui dessert leurs intérêts …

  14. Pere Collateur

    Quand je pense qu’il y en a qui pensaient que l’incopatibilité de nos élites avec l’informatique et les intertubes était due à leur grand age et que ca irait mieux avec la nouvelle vague de peigne culs qui arrive au pouvoir…

    Cette bonne femme a la 40 aine il me semble. Apparement ca n’était pas un problème de génération….

    1. royaumont

      Elle a une formation khagne + science Po. Par contre, elle ne dispose d’aucun bagage scientifique ou technique. Vu le titre sur son maroquin, on aurait pu penser que c’était un prérequis.
      Mais les politiciens français ont la science infuse, je l’oublie toujours…

      1. Soyons bien clair : on ne peut pas demander à un ministre, quel qu’il soit, d’être un technicien sur le portefeuille qui lui est attribué. Sinon, on aurait rapidement un enseignant à l’EdNat, un militaire à la Défense, un flic à l’Intérieur, etc… et ça ne garantirait pas du tout l’efficacité ni la compétence réelle. Ce qu’on demande, ce sont des décisionnaires correctement éclairés. Cependant, lorsqu’ils sont confrontés à des points techniques, qui dépassent leurs compétences, on devrait s’attendre à ce que
        a/ ils fassent appels à des gens qui le soient, et pas des Yes Men ridicules
        b/ ils prennent leur décision en collégialité lorsque l’affaire s’avère épineuse.
        Bref, savoir s’entourer. On avait encore cette compétence-là, indispensable, du temps de De Gaulle et Pompidou. Et rapidement, ça a disparu. Maintenant, les ministres sont des apparatchiks, des minions et des favoris du preziflan.

        1. royaumont

          Je suis d’accord, mais encore faut-il avoir un minimum de culture dans le domaine, ne serait-ce que pour comprendre ce que vont dire les experts…
          Dans l’équipe actuel, par exemple, le ministre de la défense, Le Drian, a fait partie des commissions de la défense depuis plus de 20 ans, se forgeant ainsi une connaissance du secteur. Et comme par extraordinaire, il est à peu près le seul ministre du gouvernement qui ne sombre pas dans le ridicule.

          1. Golum

            Ils sont fonctionnaires, ils n’ont pas d’obligations de résultats. A la rigueur il savent prendre les moyens en ruinant les Français.

            Mais de compétence, non, il n’est pas nécessaire pour diriger la France !

            Cela a un immense avantage:
            Lorsque l’on ne comprend rien, personne ne peux engager votre responsabilité.

            Je propose donc un nouveau système politique:
            On jette des dės pour prendre chaque décision. A priori cela sera bien meilleur comme résultat sur notre vie de Grançais.

          2. Kazar

            Tout à fait d’accord avec vous Royaumont, une minimum de connaissances dans le domaine qui vous est attribué semble indispensable, à défaut de quoi le Ministre ne sert qu’à faire de la com et en plus se ridiculise (cf Rebsamen au hasard).

          3. Deres

            Il est normal de ne pas tout maîtriser quand on arrive dans un nouveau poste. C’est justement là que l’on voit les capacités de chacun à apprendre rapidement et à comprendre facilement. Sinon, personne ne bougerait jamais. Simplement, au bout de quelques mois, cela doit commencer à disparaître et au bout de 6 mois, les gens sont censés maîtriser complètement leur sujet.

            Le problème de nos politiques, c’est qu’il ne consacre qu’une très petite partie de leur temps à leur fonction théorique. Le reste du temps est consacré à la politique et à leurs petites affaires. Donc, ils mettent beaucoup de temps à apprendre les ficelles du poste qu’on leur attribue car ce n’est pas du tout leur priorité.

            1. Deres

              D’ailleurs une grande partie des cabinets des ministres ou des assistants parlementaire s’occupe surtout des réseaux, de la carrière, de l’image, des interventions dans les médias des hommes politiques au frais du contribuables.

              1. Flash

                +1, le problème n’est pas leur formation initiale, c’est leur sens des priorités. Bien faire leur job est secondaire, communiquer est primordial.

        2. gameover

          Qu’ils fassent appel à des gens… ou à la collégialité… j’ai de gros doutes, voir l’Ednat.

          Je crois plus à un débat public comme avec cette vidéo, avec des questions posées mais pas des réponses instantanées (tes yes men) mais des réponses qui viennent plus tard.
          Pas comme là où elle vient avec ses réponses genre « ne vous inquiétez pas, on a tout prévu, next ».

          1. Pheldge

            Oui, un débat public, pourquoi pas un référendum , hein ? comme ça on aurait le vote avisé de 44 Millions de spécialistes! 🙂
            GO , au départ le projet de loi parce que c’est ce que fait un minisse , faut bien qu’il y ait une équipe qui le prépare non ? et quand il y a une difficulté, ils devraient en débattre, en réfléchissant au problème posé, plutôt qu’en cherchant comment l’occulter pour que le minisse puisse briller au parlement avec des phrases creuses et bidons.

  15. royaumont

    « La seiche Axelle  » : en plus d’un bulot et de quelques morues, ce gouvernement est un vivier.
    Je me demande si avec cette loi numérique, elle n’aurait pas la Foley des grandeurs.

  16. Dahu

    Ce qui me sidère, comme toujours au gouvernement français, c’est que les ministres n’ont strictement aucune connaissance du domaine que recouvre leur ministère. Regardez le CV de cette Axelle Lemaire, elle n’a jamais rien fait en rapport avec la technologie numérique… C’est une avocate… mince quoi. Comme peut-on gérer quoi que ce soit sans connaissances?

    Comme si un ministre n’était qu’un hub recevant des avis d’experts et se chargeant de vérifier que ça colle avec la politique globale du gouvernement?

    1. Flash

      Je connais des avocats spécialisés dans le numérique ayant vaguement connaissance des techniques et surtout une conscience aiguë des enjeux en termes de libertés et de protection des droits des usagers.

      Autrement dit, pas besoin d’un doctorat en mathématiques pour se rendre compte que l’argument « on légalise ce qui était illégal, ce qui améliore les libertés » mérite un WTF d’or. N’importe quel individu disposant d’un cerveau et vaguement attaché aux libertés ou à l’honnêteté intellectuelle peut réaliser qu’un tel argument est stupide.

      Idem pour les boîtes noires : j’y connais rien en algorithmes, pourtant il est évident qu’on ne peut affirmer avec aplomb qu’ils seront parfaits alors même qu’ils n’existent pas encore et que personne ne pourra les contrôler…

      Je peux multiplier les exemples. Sans être agent immobilier, on peut parfaitement réaliser la nocivité d’imposer la production de quintaux de documents pour la moindre cession d’un bien immobilier. Sans être fiscaliste ou économiste, on peut deviner le caractère néfaste des taxations vexatoires. Une vague capacité à imaginer les effets de ce qu’on vote devrait suffire…

  17. Golum

    Il y longtemps, quand j’étais en cours de philo, j’ai demandé au prof:

    Quelle est la loi, ou le droit idéal ?

    Il m’a répondu l’absence de loi à partir du moment où l’individu est suffisamment éduqué et cultivé celle ci n’est plus nécessaire.

    En gros nos élus nous tirent toujours vers la non-évolution de peur que l’on se passe d’eux.

    Je crois que cette loi est mauvaise, et avant toute chose contre eux mêmes. Les socialos vont rester encore 2 ans au pouvoir, le hasard et la connerie changeante des Français va donner Ripoublicains vainqueurs.

    Il sera alors tellement bon de crucifier et de décapiter les vieux fantômes socialistes.

    À suivre, donc….

      1. Calvin

        Si c’est 7 (soit Hollande x2), donc ce sera suivi de Valls, soit douze ans à partir d’aujourd’hui.
        Tout le suspens est de savoir si la tutelle FMI sera sous présidence de Hollande II ou de Valls I.

          1. Martel

            Si Valls devient président, il imposera une Dictature tout court.
            Pas facile de s’en cacher quand on vois la haine du type pour notre peuple.

            Mais ça,personne ne s’en rendra compte avant. Les gens lui sont même assez favorables au final. La première année, je pensais qu’il allait même faire bouger les choses, le jeune fougueux (c’est relatif).
            Et puis il y a eu Janvier et tout ce qu’y a suivit.

            Et je me suis rendu compte qu’il vaut pas mieux que les autres.

      2. nocte

        Ca fait 40 que le socialisme est au pouvoir, qu’il soit de droite ou de gauche.
        Il faut arrêter avec ce clivage gauche/droite, il ne fait que masquer la réalité : le socialisme est intégré dans toutes les strates de la société, et on s’ en rend bien compte si on analyse en terme de liberté et coercition. Et comme le pognon manque cruellement, il devient plus « agressif ».

    1. bob razovski

      « Je crois que cette loi est mauvaise, et avant toute chose contre eux mêmes. »

      Ils s’en foutent. De droite à gauche, et de gauche à droite, ils ont (presque) tous voté cette loi. Ils savent qu’elle leur servira.

      Superbe outil pour l’avenir.

      1. Martel

        Heureusement qu’on a ni l’argent, ni la compétence en France pour pouvoir créer quelque chose de vraiment efficace.

    2. Val

      @Golum , c’est beau l’espoir … la jeunesse sans doute . Je ne voudrais pas vous scier le moral, cher Golum , mais avez vous déja vu un socialiste abroger une loi socialiste ? Moi , jamais . C’est bien pour cela que depuis 40 ans on ajoute loi apres loi sans jamais en supprimer aucune . Cette loi comme les autres ne sera pas supprimée , bien au contraire , et ils se féliciteront tous sur notre dos qu’elle ait été votée .

      1. Golum

        Quand j’avais 18 ans, je croyais que le monde ne pouvait pas être méchant, que finalement, rien ne pouvait m’atteindre tant ma jeunesse me rendait indestructible….puis j’ai traversé un désert très long de négativisme, à tel point que ma famille m’a surnommé l’homme noir !

        Je change de couleur, je suis plus sage et mitigé sur l’humain. (et moi même)

        Ce qui est important de comprendre est que l’humain, le monde qui nous entoure est ce qu’il est au travers de notre regard intérieur.

        Je peux donc modifier la perception du monde en modifiant ma façon de voir….ce qui modifie le monde lui même (c’est un peu confus comme raisonnement…certes).

        Pour moi, oui, je vois de l’espoir. Pour beaucoup d’entre nous, j’ai l’impression que la pente est savonneuse et que le bout est très sombre.

        Après la vie, il est trop tard pour en profiter. Le Paradis est sur terre, il ne faut pas supporter l’enfer des autres, ni en parler. Seul notre Paradis est important:

        C’est le but de chaque existence: Vivre et créer !

        Nous sommes des créateurs. A nous de créer et de ne pas de vivre dans la méchanceté des autres.

        (en gros ne vivons pas les lois des autres, créons les nôtres)

        1. Val

          @Golum merci pour votre réponse , je suis assez d’accord avec votre vision de vivre notre vie . Mais je suis qd même tres lucide sur la façon de vivre de nos élites et n’en attends pas grand chose de bon dans le contexte actuel.

            1. Pheldge

              Ramoner c’est du bricolage pour toi ? Ah, il est vrai que si c’est le très sénile plombier grec qui t’instruit à ce sujet mon pauvre enfant, tu es mal parti … 🙂

    1. MadeInCH

      Selon le device, il faut tout de même fournir un driver. Pas forcément pour un pur néphite.
      Mais un média USB, par contre, même plus besoin du « pray » dans le « plug », de nos jours.

    1. Bachir Bouzouque

      @Emile Sabor: Que le Grand Cric me croque! Ca y’en était une astuce subtile , certains diraient un jeu de mot 🙂
      La prochaine fois Hache, faut mettre des sous-titres, ! 🙂

  18. Duff

    Cette affaire montre clairement les dérives naturelles de l’état lorsque ni droit n’est ni appliqué ni ne prévoit les limites nettes de l’interventionnisme publique. Quand je pense aux « libéraux » qui pensent l’état comme émancipateur pour l’individu lui garantissant son autonomie, il me vient en tête un WTF magistral.

    1. gameover

      Duff tu es en train de dire et légitimer qu’il faut absolument légiférer sur tout et son contraire parce que si on ne fait rien alors les uns (l’état) ou les autres (les méchants) s’engouffreront dans le vidjuridik.

      Tu feras gaffe c’est très socialiste comme comportement.

      1. Duff

        Je pense l’exact contraire, j’aimerais qu’on veille à ce que l’état se limite au strict minimum et combatte sa tendance naturelle à s’introduire partout. Il y a des cas différents dans le monde mais incontestablement la constitution française ne nous protège pas de l’inflation législative ni de la république des juges. Il y avait une petite référence perfide avec les « libéraux », je confirme que ça marche aussi parfaitement avec les « républicains » mais désolé je ne vois rien de socialiste dans tout ça. D’ailleurs ça supposerait de définir le socialisme plus précisément qu’un vulgaire collectivisme plus ou moins light..

        1. gameover

          « …ni ne prévoit les limites nettes de l’interventionnisme publique. »

          Je ne pense pas que ce soit possible. Toute entité a tendanceà vouloir étendre ses prérogatives. Tout au plus peut-on la circonscrire en contrôlant ses moyens financiers et donc son influence… et encore car rien ne l’empêche d’utiliser ces moyens à d’autres fins que sa tache première. Et moi c’est là que je place le WTF magistral.

          1. Duff

            Allez je balance, le WTF magistral c’est pour ceux qui croient que l’état et ses administrations n’ont pas la triste tendance de vouloir étendre perpétuellement leur prérogatives. Je sais que vous êtes lecteurs de CP alors cessez de tourner autour du pot et que vous savez fort bien de quoi et de qui je parle. Je ne suis pas constitutionnaliste et ni même un juriste : je suis un pauvre ingénieur pragmatique qui se fout des moyens techniques pour limiter intransitivité de l’état, même si la vidéo ouvre clairement ces sujets,ça n’est pas mon sujet. D’autant qu’on peut foutre le cadre légal qu’on veut, la lutte contre le terrorisme – aussi mal traité par ailleurs par nos dirigeants – se termine inlassablement par un piétinement des lois existantes. Que va apporter un nouveau cadre réglementaire? Rien il sera foulé du pied de la même manière. Il y a d’autres sujets liés aux données personnelles abordées dans la vidéo qui me semblent – à défaut – plus importants.

            Pour finir, et vous ne serez pas surpris, comme d’autres, comme personne au fond, le WTF, c’est qu’on vienne ici donner des leçons aux autres : Il y a une riche variété de réactions, de commentaires à ces réactions. Quand j’emploie un « WTF » sans sans répondre à personne et en laissant énigmatique à beaucoup (pour qu’ils se sentent étrangers et indifférents) mon commentaire. J’avoue avoir le regret de ne pas bien percevoir ce qui relève du premier degré du second chez vous lorsque vous me répondez. Navré. Ou instruisez-moi.

            Cdlt

            1. gameover

              Oops… tu dis à 19h56 « j’aimerais qu’on veille à ce que l’état se limite au strict minimum et combatte sa tendance naturelle à s’introduire partout. » tout en reconnaissant cette tendance à s’étendre et sous-entendre l’impossibilité de contrôler cette tendance.

              D’un autre coté tu considères souvent ceux qui pensent zéro état comme des idéalistes.

              Il n’y avait pas de second degré.

            2. gameover

              Sinon, 2ème sujet, les données personnelles. Perso je ne considère pas cela comme un problème s’il n’y a pas d’état pour s’en occuper économiquement. D’une part on ne pourra jamais empêcher une société privée d’agglutiner des données. Mais d’autre part, si on laisse le citoyen utiliser des moyens de s’anonymiser librement jusque dans ses données bancaires, santé, connexion etc…le problème n’existe plus et il n’est pas nécessaire de légiférer.

              1. Duff

                « on ne pourra jamais empêcher une société privée d’agglutiner des données »

                Autant donc abolir la propriété privée. Il me semble que ceux qui ont essayé et réussi ont accouché de belles merdes.

                1. gameover

                  Il semble que tu ne lises que la moitié de mes commentaires puisque tu fais l’impasse sur le « Mais d’autre part… » sur l’anonymisation. J’essaierai de faire des réponses plus courtes.

                  L’exemple des IMSI catchers est représentatif de cet état de fait. On peut l’interdire mais c’est déjà le cas et pourtant il y en a… qui sont même utilisés par l’état. On rejoint à ce niveau le débat sur les armes à feu, la drogue etc…. Ca ne sert à rien d’interdire car c’est incontrolable.

              2. gameover

                Pour aller plus avant sur ces idées d’anonymisation :

                Imaginons qu’on soit soumis à une flat tax de 10%. L’entreprise déclare qu’elle a payé un salaire de 50,000E sous le n° de référence XY0001. Un paiement de la flat tax de 10% soit 5,000E a été réglé sous cette même référence avec un moyen de paiement anonyme. Next. Le reste n’intéresse personne.

                S’il n’y a pas de paiement de flat tax enregistré sous cette référence alors l’anonymat risque d’être levé par l’entreprise pour les prochains salaires donc chacun a intérêt à payer anonymement.

                Idem pour la santé etc…

                1. Bonsaï

                  Ah! bravo, la prise de tête. L’exercice sophistique conduit ici à la limite de l’apologie du collectivisme. Disons que comme il était 1h 30, ça risquait bien de passer inaperçu.
                  Car enfin, que serait une société anonymisée ou « opaque » sinon une société entièrement téléguidée par des cadres occultes, sans levier apparent, sans responsables de quoi que ce soit, sans aspérités. Sans liberté aucune, au final.
                  Apologie de la Matrix, donc (ou cauchemar nocturne ?).

    1. Pheldge

      Oui, mais ça c’était avant ! depuis il y a eu le mariage pour tous … 🙂 🙂
      Et la déconstruction des stéréotypes 🙂

      1. Golum

        Il nous termine avec la lettre à l’Elysée !!!

        Belle voix sinon….mais surtout, il est vrai qu’il a un touché magnifique.

        Quelle délicatesse, compte tenu, de bon…..enfin, je veux dire….

        Bref, belle perfo

  19. Calvin

    Puisqu’on parle de Lemaire et des inutiles du gouvernement, voici une mise à jour de mon Gavroche 2015 :


    Le pays bat de l’aile,
    C’est la faute à Manuel,
    Il va tomber de haut,
    C’est la faute à Duflot.
    .
    Le pays meurt de prébendes,
    C’est la faute à Hollande,
    Pour finir en débris,
    C’est la faute à Aubry.
    .
    Les condamnations pleuvent,
    À cause de Cazeneuve,
    Les taxes crèvent le plafond,
    C’est la faute à Macron.
    .
    Je vais tomber par terre,
    C’est la faute à Lemaire,
    Et comme c’était voulu,
    Nous l’aurons tous dans le c…

    1. Pheldge

      Calvin , mon petit , je t’ai mis une raie ponce , bien sentie dans le billet près Sedan 🙂 Si tu , haletans, deux lavoirs 🙂 🙂

  20. Christophe

    Je veux pas casser l’ambiance. Mais rapport officiel de la Darès, page 15.

    http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-LJ23SM.pdf

    En incluant toutes les catégories ainsi que les Dom Tom (les exclure est une autre arnaque statistique) : on arrive à un total de 6,32 millions de personnes en sous emploi (chômeurs et travailleurs à quelques heures).

    6,32 millions.

    Davantage que les fonctionnaires.

    Je me demande comment ils voteront en 2017 ?

      1. Calvin

        Voilà, très bonne réponse.
        Ce sont des voix pour Hollande.
        Au moins au second tour.
        Hum, sauf s’il y a Marine, qui a prévu de multiplier les fonctionnaires pour un État fort (du régalien, j’imagine, au moins au début).

        1. Christophe

          Le second tour n’a aucune espèce d’importance puisque le candidat face à Marine Lepen sera automatiquement élu.
          C’est en fait une élection à un seul tour. C’est toute la spécificité de l’élection de 2017.
          Un chômeur c’est quelqu’un qui a la fois peur, et qui est en colère. Contre quoi ? Il ne le sait sans doute pas lui-même.
          Par réflexe, et selon une lecture historique, un chômeur votait plutôt « gauche » (« salauds de patron »).
          Mais maintenant ? Avec la « gauche » au pouvoir ? Les taxis d’Inès, les impôts oubliés de l’autre cave, etc. Ca fait beaucoup non ?
          Alors le candidat de l' »autre » gauche ? Pourquoi pas. Genre Mélenchon. A moins que Hollande, suprêmement habile, parvienne à désactiver une candidature extrême gauche en faisant peur avec la rhétorique de la « Bête immonde aux portes du pouvoir ».
          Le candidat de l’UMP ? Difficile à croire. Les « riches » tout ça…
          Il reste donc Marine Lepen.
          Plus elle sera haute en voix, plus l’élection se jouera entre le numéro 2 et 3, à une toute petite marge d’écart.
          Ca va être passionnant.

  21. LM

    Ca me fait gerber de voir cette pauvre fille parler de responsabilité envers les citoyens !
    Je ne connais aucun exemple où un politique français a été responsable de quoi que ce soit à part de corruption fièrement assumée.

  22. Dr Slump

    A propos des dernières heures du patriot act, le lien qui pointe sur le site de RFI parle d’une alliance « de sénateurs de l’extrême gauche et de l’extrême droite » bloquant le texte.

    Question peut-être idiote, mais elle existe l’extrême gauche au sénat? Y’a vraiment des communistes, des vrais de chez Arlette ? Ou alors qu’est-ce que nos journalistes d’état entendent par extrême gauche et extrême droite aux US? En fait c’est libertarien et tea party? ou démocrate et républicain dont ils veulent parler?

    Avec eux on n’est plus sûr du sens des mots qu’ils emploient!

    1. Calvin

      J’ai posé la question ce matin à 9h27 !!
      Par ext-droite, je pense qu’ils assimilent ça au Tea Party.
      Pour les plus gauchistes, il y a bien quelques illuminés, quelques cocos, des démocrates extrêmement socialistes.

  23. Calvin

    @h16
    La pastille verte, c’est pour faire passer la pilule du chômage ?
    Un billet en cours ?
    Mince, c’est Royal, quand même !

    1. Bonsaï

      En effet, Segolène 1ère n’a jamais si bien porté son nom. Normal, c’est avec une classe innée qu’elle a reçu le roi d’Espagne et son épouse sur les marches de l’Elysée. Et me demandez pas qui est le joufflu à lunettes à ses côtés.
      Bon sang, c’est Valoche qui doit fumer des naseaux !

  24. hop hup

    […] Dans la nuit de samedi à dimanche, une riveraine dit ainsi avoir aperçu une quinzaine d’adolescents et de jeunes adultes, encagoulés, se ruer sur l’agence, inaugurée en 2013.

    Les rideaux métalliques qui protègent les fenêtres ont été enfoncés, sans doute à coup de masses et de boules de pétanque. Le double vitrage a tenu… suffisamment du moins pour éviter une intrusion qui était a priori le but recherché par les casseurs.

    Pour Yves Gavory, président de TSH, les auteurs et leurs motifs sont connus: « La semaine dernière, nous avons muré un local à poubelles qui était squatté par des jeunes. Il y avait des fauteuils, une console, de l’électroménager… On leur a expliqué que s’ils voulaient un local, ils devaient en faire la demande officiellement. Mais ça ne leur a pas plu. On ne sait pas ce qu’ils font dedans… En tout cas, ils nous avaient fait savoir qu’ils n’en resteraient pas là. En représailles, ils ont attaqué l’agence, ça semble évident… » […]

    « Une telle violence, c’est inédit. Même si on s’y attendait: ça fait deux mois qu’on cherche à récupérer des locaux communs qui sont squattés et on a déjà fait l’objet de menaces. » […]

    un remaque de l’affaire Maryvonne.

    1. Dr Slump

      Oui, j’ai vu ça. Et en conséquence, on vide l’agence, on ferme, et on décampe ailleurs. Dit sans pincettes, tout le monde détale la queue entre les jambes. Vainqueur : la racaille.

      Je sais, c’est facile à dire, mais ça me casse les pieds. Il ne faut pas partir! Il faut rester, et rester campé fermement sur sa position, faire venir des vigiles, des copains, faire des rondes, hisser la grille et mettre des battes de base-ball derrière le comptoir. En un mot: il faut se défendre, il faut se battre, il faut refuser de céder la place.

      Mais non. Tout de suite, c’est droit de retrait, on a peur, maman oin! Et pi on n’a pas de sous, et pi ils sont méchants alors je vais faire comme E.T. je vais rentrer maison. Un bande de jeunes excités, un double-vitrage cassé, et y’a plus personne le lendemain. Vainqueur: la racaille. Bon boulot !

  25. Bonsaï

    Aux USA, dans les petites agglomérations, les habitants s’organisent pour faire des tournées nocturnes avec des flingues, bien sûr. Le résultat, c’est qu’on ne voit pas trop de caillera dans leurs zones.
    Les Français attendraient-ils que sa majesté Flanby leur dépêchât une escouade de mousquetaires, ou quoi ?

    1. Dr Slump

      Oui, c’est à peu près ça. Ils attendent le sauveur. L’homme providentiel. Ou Super Dupont, question de point de vue.

      Mais se prendre en main, maman, c’est trop dur, cétroporibl’, la France a perdu sa virile moustache quand l’allemand est entré dans Paris. Depuis, c’est le traumatisme, refuge dans les bras de l’état maman, et vive la résistance qui s’est battue courageusement, mais oublions les tortures, les exécutions sommaires, les femmes tondues, les dénonciations, toutes ces saloperies commises par des gens tout à fait français, et tout à fait « résistants ».

      1. Bonsaï

        Ou alors, le Français est tout simplement trop cérébral, trop intello. Voire trop raffiné pour l’action. Il pèse le pour, il pèse le contre, il psychanalyse le petit baigneur accroché à son pédalo, il lui trouve peut-être même des circonstances atténuantes.
        Bon, je suis peut-être un peu trop conciliante sur ce coup-là. Mais il se trouve que je viens de remplir in extremis ma déclaration d’impôts (quand même deux mois de retard), alors je vois un peu le monde en rose !

        1. Pheldge

          « le Français est tout simplement trop cérébral, trop intello ah, ça oui zailleBon , on ne peut pas en dire autant du suisse encore moins de la suissesse 🙂

          Tiens question pertinente : quand tu suisses, tu à Valls ? 🙂 🙂

  26. QS

    C’est bien malheureux mais la news vient de tomber:
    Senate Passes USA Freedom Act

    Lire, par exemple:
    « Let the snooping resume: Senate revives Patriot Act surveillance measures. »
    http://arstechnica.com/tech-policy/2015/06/let-the-snooping-resume-senate-revives-patriot-surveillance-measures/

    Le nouveau Patriot Act a pour nom: « USA Freedom Act »…

    On remarque au passage que les états n’ont même plus peur d’utiliser une dialectique Novlangue: Freedom = Espionage du peuple!

    Ah oui, petit détail: l’USA Freedom Act ne doit pas être reconfirmé régulièrement comme le Patriot Act. C’est donc définitivement en vigueur sauf réforme et nouveau vote.

    La Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) Court est bien sur toujours d’actualité.

Laisser un commentaire