Pétrole : non, décidément, la pénurie n’est pas pour demain

Comme la question énergétique revient assez régulièrement, je propose aujourd’hui de se pencher sur le cas délicat du pétrole au travers d’une interview auprès de trois experts du secteur pétrolier. Comme d’habitude avec l’équipe Thinkerview, l’entretien s’étale sur un peu plus d’une heure et permet à chaque intervenant d’exprimer clairement son opinion. Et comme je sais que vous ne disposez pas forcément d’une heure, je vous ai préparé une petite synthèse.

Dans cet entretien, Thinkerview a convié trois spécialistes des questions énergétiques, de transport et du secteur pétrolier à répondre à quelques questions. Il s’agit de Nicolas Meilhan, éconoclaste et expert dans le secteur des transports et de l’énergie, d’Olivier Appert, expert ayant travaillé pour l’AIE (Agence Internationale de l’Énergie) et l’IFP (Institut Français du Pétrole), et de Francis Perrin, ex-rédacteur en chef de Pétrole et Gaz Arabes et Arab Oil and Gas entre 1991 et 2000. L’ensemble de l’entretien, non coupé, est visible ci-dessous.

Dans la première moitié de l’entretien, les trois intervenants évoquent plusieurs questions relative aux perspectives du pétrole sur le court et moyen terme, ainsi que l’impact des énergies non conventionnelles (gaz et pétrole de schiste).

En effet, l’offre étant actuellement supérieure à la demande, les prix du baril ont beaucoup baissé. Selon Meilhan cependant, on assistera à une hausse inéluctable des coûts d’extraction dans les prochaines années, ce qui accompagnera une réduction de la demande à partir de 100$ le baril. Dans ce cadre, Appert rappelle que le pétrole répond de surcroît à des problématiques géopolitiques et fiscales, et donne quelques chiffres qui permettront de donner tout son poids à la seconde partie de l’entretien, sur le sujet des transports : le pétrole est consommé à 55% dans les transports, et cette part augmente sans cesse. En outre, 92% de l’énergie utilisée par le transport provient du pétrole. On comprend que cette énergie est, pour le moment, vitale dans l’économie mondiale parce qu’elle représente notre capacité à faire voyager les biens, les produits et les personnes plus que toute autre source. Enfin, citons la remarque de Perrin qui note avec justesse que les perspectives à court ou moyen termes sont difficiles à faire : on est confronté à l’absence d’historique tant sur le comportement de la production provenant des schistes que sur la baisse durable et forte du prix du pétrole.

peak oil - nopeEt justement, ces prix bas du baril et ces nouvelles sources de production, non conventionnelles, amènent à se pencher sur l’industrie du pétrole et du gaz de schiste : Meilhan explique le boom récent de la production américaine par la conjonction de plusieurs facteurs, à savoir les innovations technologiques, un prix du baril durablement au-dessus de 80$, et une politique monétaire américaine très accommodante. Appert souligne toutefois que les innovations évoquées (fracturation hydraulique et forage horizontal) ne sont pas récentes (années 50 pour la fracturation et 80 pour le forage horizontal) mais que ce sont les gains de productivité considérables, la diminution de la durée de forage par deux en cinq ans et le nombre de fracturation, multiplié par deux en quatre ans, qui ont permis non seulement à l’industrie pétrolière non conventionnelle d’émerger aussi vite, mais surtout, de rendre les puits rentables même lorsque les prix du baril se sont retournés.

Ainsi, on pensait jusqu’à récemment que la plupart des producteurs mourraient avec un prix du baril sous 90$, mais il n’en a rien été. De la même façon, on pensait que la fermeture des puits provoquerait une baisse sensible de la production de pétrole non conventionnel, mais là encore, ce n’est pas ce qu’on constate : même avec 50% d’appareils de forage disparus, la production est resté à peu près stable ces deux dernières années.

La question écologique, tant des gaz et pétrole de schiste que conventionnels, est évoquée en quelques minutes dans l’entretien : la pollution de sites d’exploitation est un problème souvent mis en exergue pour fustiger le comportement de certaines compagnies pétrolières. Le cas du Nigeria, pays pétrolier dont le pétrole est exploité mais le gaz, issu de cette exploitation, est brûlé aux torchères, provoquant pollution locale et effet sanitaires désastreux, est détaillé par Perrin qui note que la situation est surtout liée à l’absence de débouchés locaux ou régionaux pour ces gaz. Ce problème se retrouve du reste un peu partout où les gouvernements locaux ne font aucun effort pour assainir la situation, voire profitent, par la corruption, de la manne pétrolière. A contrario, aux États-Unis, des kilomètres de gazoducs résolvent élégamment le problème. Enfin, Appert note que des investissement lourds ont eu lieu depuis 20 ans pour installer des processus de liquéfaction du gaz produit ce qui réduit l’impact écologique (tant en Nigeria qu’en Angola).

Comme le pétrole représente l’énergie majeure des transports, la seconde moitié de l’entretien se concentre ensuite sur cet aspect.

Peu suspect d’être un supporter de la voiture électrique (cette dernière remplaçant simplement le besoin de trouver du pétrole par celui de trouver des métaux spécifiques comme le lithium, et les rendements des batteries étant franchement médiocre), Meilhan constate pour commencer que la consommation de pétrole dans les transports baisse depuis 2007, et qu’une piste sérieuse pour baisser la consommation des véhicules consiste à en diminuer le poids. Tant Appert que Perrin conviendront sans problème que de grandes marges d’améliorations existent encore sur les voitures pour obtenir toujours plus de chaque litre d’essence consommée. Pour rappel, si l’on dispose actuellement des voitures de 1,4 tonnes pour 4,6L de consommation aux 100 km, on tend maintenant vers des voitures de 800 kg et d’une consommation de moitié inférieure, à 2L/100. Entre ces baisses de consommations par un ralentissement économique, l’accès de plus en plus démocratisé de la voiture dans le monde entier, et les rendements bien meilleurs obtenus par les moteurs modernes, Appert en profite pour mentionner un élément qu’on voit assez rarement évoqué, à savoir celui du pic de la demande en pétrole (vers 41:55) :

« ce qui est en train de se dessiner aujourd’hui avec la conjonction du progrès technique et des politiques mises en œuvre, c’est un plafonnement de la consommation de pétrole »

Meilhan note en outre de façon fort intéressante que l’infrastructure routière est très sous-utilisée, en parlant spécifiquement des engins eux-mêmes. En effet, le taux d’occupation d’une voiture est actuellement de 1,2 personne par voiture (30%), et que le véhicule est à l’arrêt 95% du temps (ce qui revient à 5% de taux d’utilisation). Or, l’arrivée de moyens sociaux de mise en valeur de l’infrastructure comme Blablacar pour le covoiturage et Autopartage pour la mise à disposition du véhicule permet de faire passer le taux d’utilisation de 1.5% (30% x 5%) à 15%.

human drivers

La question de la voiture autonome est logiquement abordée. Pour Appert, l’arrivée des technologies de l’information, véritable « game changer », va avoir un impact fort sur les transports : (48:52) si, auparavant, une voiture se construisait avant autour d’un moteur, de nos jours, elle se construit autour du smartphone. Les véhicules deviennent progressivement plus « intelligents », autonomes et connectés, au point que General Motors a créé une filiale dédiée aux véhicules connectés, non à Detroit mais en pleine Silicon Valley ; des possibilités de mise en réseau apparaissent à présent, même dans des pays sans infrastructure publique solide (il prend l’exemple d’Abidjan qui dispose maintenant de système d’autopartage et de covoiturage).

small facepalmOn ne s’empêchera tout de même pas un petit facepalm lorsque Meilhan, sur sa lancée (vers 51:20), expliquera que les voitures autonomes auront un taux d’occupation encore plus faible que les voitures traditionnelles (pour frôler le 0) : en pratique, comme je l’expliquais dans un précédent billet à ce sujet, c’est le contraire qui a le plus de chance de se produire. Economiquement, il est en effet de l’intérêt direct du possesseur de la voiture qu’elle voyage le plus souvent pleine, et la voiture pourra faire en sorte, à tout moment, d’optimiser ses déplacements pour soit avoir le moins de trajet à vide, soit se mettre à disposition d’un maximum de personnes intéressées par le trajet spécifique qu’elle fera, mimant en cela le phénomène déjà observé pour les avions ou les trains qui voyagent à vide aussi rarement que possible.

Néanmoins, à la suite de cette intéressante interview, la conclusion s’impose d’elle-même : l’offre de pétrole, conventionnel ou autre, ne se tarit pas, le prix du baril n’a donc pas de raison de flamber, au moins à court terme. En outre, avec la baisse de la consommation des moteurs par un facteur deux, l’augmentation potentielle du taux d’utilisation des véhicules d’un facteur dix, l’arrivée de la voiture si ce n’est autonome, au moins intelligente, et la demande qui atteint, petit-à-petit, un plafond, vraiment, non, la pénurie n’est pas pour demain.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires230

  1. Semap

    Pénurie renvoyée aux calendes grecques en Grance. Il y a assez de brassage d’ air politicien pour faire tourner des millions d’ éoliennes à commencer par la version royalienne…

  2. Le Gnôme

    Enfin un peu d’optimisme. Nous n’avons pas eu droit à la morue du vendredi, mais ce billet satisfait pleinement les papilles.

  3. zen aztec

    « A contrario, aux États-Unis, des kilomètres de gazoducs résolvent élégamment le problème »Si c’est élégamment alors…

      1. hugeus

        Ah, les torchères, ça avait quand même un petit côté madmax… c’est romantique !
        Et puis ça nettoie les sinus, avec les vapeurs de soufre : fini les sinusites !

  4. Honorbrachios

    Je regarderai plus tard mais il semblerait que l’aspect géopolitique soit oublié : Cad, la possible prise par daesh de la plupart des champs pétroliers, et du retrait des USA de ces mêmes régions, n’ayant plus besoin de ce pétrole, laissant l’Europe face à ses contradictions et à la merci de pas gentils…

    1. sa0000

      Comment ça, des pas gentils ? Où ça ? Et puis de toute façon, ça n’existe pas, et, aussi, ce n’est pas leur faute. Il suffira donc de leur faire un bisou.

      1. Pat

        Des pas gentils ? Ben nous. Nous sommes responsables et coupables de l’esclavagisme, des colonisations, de la collaboration avec les Nazis, du massacre des baleines, du trop chaud en été et du trop froid en hiver… de la mort des chatons mignons aussi évidemment.

    2. albundy17

      Les us ne laisseront jamais tomber le pétrole du M.O. ou d’ailleurs sur la planète, et pour l’ei, on leur achète déjà du pétrole.

      1. ironbooboo

        Ce serait pourtant le moyen le plus sûr de faire remonter le cours au dessus du seuil de rentabilité de leur pétrole non conventionnel.

        1. albundy17

          Ils n’en ont pas besoin pour le moment, leurs espaces de stockage sont plein a craquer, ils étaient même inquiets il y a moins d’un mois de ne pas savoir quoi faire des surplus. En plus ces cours bas font chier la Russie

          1. ironbooboo

            Je n’y connais pas grand chose mais ce que je tire de l’émission de thinkerview c’est qu’il y a de toute façon un excédent de production, d’où la baisse des tarifs. Logiquement les stocks de tout le monde se remplissent plus ou moins.
            Quel rapport avec la rentabilité ? En dessous d’un certain seuil ils vendent à perte, le pétrole non-conventionnel étant plus cher à extraire.
            Autant laisser daesh agir non ? Au pire ils mettront la main sur les réserves arabes au mieux ils seront repoussé. Ça leur ferait déjà l’économie d’une guerre.
            Quoi que faire chier Poutine c’est tentant aussi. Les EU peuvent essayer de l’avoir à l’usure vous pensez ?

            1. albundy17

              « En dessous d’un certain seuil ils vendent à perte »

              Oui, et dans certains cas, ils n’ont pas le choix, afin de rembourser les échéances des prêts contractés pour l’exploitation.

  5. Bonsaï

    Tout ça sent déjà les grandes vacances, l’exode des lemmings vers la mer et les tongs de rigueur.
    Comment faire durer cette épître jusqu’à dimanche onze heures, cela va constituer un vrai casse-tête de baccalauréat…

          1. Duff

            Quand il veut faire le ménage à la Curie comme les socialistes nous parlent de comportements vertueux, tout le monde applaudie quand il nous parle d’écologie ou plutôt d’éco-socialisme, les gauchistes laïcards applaudissent (les mêmes qui caricaturaient le Pape sodomisant un enfant) : Peu importe lesquels sont un peu constants et cohérents. Le socialisme n’a jamais marché, ça ne marche pas pour de sérieuses raison qui font qu’il ne marchera jamais. Ce Pape sympa pour la presse anticléricale n’y changera rien. On parlait de Pape de Transition après le rigoriste Benoît : Comme la transition énergétique, un epic fail est en vue.

  6. yoananda

    Je suis d’accord avec l’ensemble de l’article. Mais aucun des aspect « pic pétrolier » n’y est abordé, ni réfuté. Certains arguments, notamment sur le pétrole de schiste sont fallacieux.

    La conclusion étant que en effet la pénurie n’est pas pour demain, elle est pour hier !

    La question du pétrole ne peut pas être comprise si elle n’est abordée que par des économistes. C’est une question thermodynamique en premier lieu, sur lequel se greffe la question économique, qui restera toujours subordonnée à la première. Ce qui n’empêche pas une certaine marge de manœuvre.

    Sur la question du pétrole de schiste américain et du « non déclin » … il y a des effets retard liés à plusieurs facteurs : les « futures », les compagnies ont déjà vendu leur pétrole pour au moins 1 ou 2 ans à venir. C’est donc normal que la production ne baisse pas, mais seulement les investissements. Quand au fait de produire autant avec moins de puits, ce n’est qu’un artifice temporaire qui consiste à épuiser les meilleurs puits. Mais après, la chute n’en sera que plus dure SI, et je dis bien, SI, les prix restent bas (ce qui est le cas pour l’instant vu qu’on est en surplus).

    Quand au fait que le pic pétrolier se manifeste par un pic de demande plutôt qu’un pic de production … C’est peu ou prou la même chose. Le pétrole est trop cher, et c’est ce que les picquistes disent depuis des années : la fin du pétrole pas cher est arrivée (depuis 2005). Selon comment l’équilibre du marché bascule on peut avoir, à priori l’un ou l’autre.
    Enfin, il ne faut pas oublier qu’il y a un cycle de 3 ans entre le pétrole et le PIB qui sont co-dépendants. On ne peut pas vraiment analyser la question avec un recul de 3 ans.

    Mon hypothèse personnelle est la suivante : depuis mars 2015, la production de pétrole de schiste américain diminue, officiellement (et je ne parle pas de la qualité de ce pétrole qu’on compte en baril mais qui contient beaucoup moins d’énergie qu’un baril conventionnel … mais bon … passons). Il semble donc (à confirmer dans les mois à venir, à cause des effets retards) que le shale oil ai atteint son pic.
    Maintenant toute la question est de savoir ce qui va se passer dans les mois à venir et combien de pétroliers vont faire faillite la bas, alors que les investissements se sont pris une claque et que le cash flow est très négatif. Selon ce qui va se passer, soit, ils vont réussi a exporter leur business model ailleurs et la situation durera encore quelques mois/années, soit le ponzi va s’écrouler dans… disons à la louche, les 2 années à venir.
    Et à ce moment la, si c’est avéré, nous aurons atteint le pic pétrolier « global » (tout liquide).

    1. Black Mamba

      « La conclusion étant que en effet la pénurie n’est pas pour demain, elle est pour hier ! »
      Je ne m’y connais en rien sur le pétrole mais cette phrase est absurde et te discrédite complétement … Tu as oublié de prendre ta tartine de Nutella ce matin, tes neurones souffrent d’hypoglycémie 😀

        1. Black Mamba

          Il n’y a pas de pénurie, la pénurie impliquerait que nous soyons tous rationnés or ce n’est pas le cas… Tu peux à tout moment aller à la station d’essence la plus proche et faire le plein si tu le souhaites.
          Personne, je dis bien personne viendra te dire que ton quotta est dépassé.

            1. Black Mamba

              Aujourd’hui on est le jour précédent de demain , donc le « hier » . Je constate au jour d’aujourd’hui c’est à dire le « Hier de Demain » , il n’y pas de pénurie …
              POINT .

              1. gameover

                BM… fais pas gaffe.. Yoananda est un habitué des prédictions du passé :

                yoananda 19 avril 2012, 12 h 26 min
                Au cas ou tu n’aurais pas remarqué, j’ai fait une prédiction pour 2008, je pense que c’est suffisamment proche dans le futur ça non ?

                1. Black Mamba

                  Oui j’ai lu son intervention :mrgreen: il se trouve qu’il a pris la peine de me répondre ici, je fais mine d’ignorer le reste, je traite une anomalie espace temporel à la fois 😀

                  1. Peste et coryza

                    Bon, petites précisions :

                    – le prix du baril, on s’en cogne : cher, ça arrange les mangeurs de loukoums (ils sont exportateurs) et ça nous ennuie (ben oui, on est importateur net). Bref, pas un sujet pour le PIB mondial… mais un sujet pour notre PIB à nous ! La principale variable, c’est le volume, pas le prix.
                    – le pétrole, comme le soleil, est gratuit, totalement gratuit : c’est l’extraire, le raffiner, et payer les droits à celui qui possède le terrain qui coute.
                    – pas de pic ? voyez les stats européennes d’extraction de pétrole, Norvège et mer du nord incluses. Cela a une jolie allure de pic.
                    – il y a différents pétroles : le conventionnel est le meilleur en terme de rendement. Le Schiste est le pire
                    – 90% du pétrole mondial vient des 5% plus gros gisements, comme Ghawar, or ils sont tous en déclin depuis 2006 à 2010 (je vous ressort les publis si vous voulez).
                    – la rentabilité financière du pétrole bitumineux, on s’en fout. C’est l’EROI qui est intéressant à regarder. Et il est naze, comparé au pétrole Saoudien ou Lybien… d’ailleurs, c’est bizarre, mais les saoudiens se sont lancés dans l’offshore depuis 2010.
                    – il n’y a pas de cannibalisme dans les énergies : elles s’empilent les unes sur les autres, car chacune à ses usages. Le charbon par exemple, n’est pas une énergie du passé, car il sert à fabriquer de l’électricité.
                    – le gaz ? Il est cher à transporter… ben oui, il est gazeux, et le rendre liquide coute de l’énergie.
                    – les hommes sont comme tous les animaux : ils vont au plus facile, et ensuite au plus difficile. Pourquoi ? pour minimiser la dépense d’énergie.
                    – le pétrole est renouvelable (ben oui, des formes de vie carbonées meurent et sédimentent tous les jours)… le problème est qu’on le consomme bien plus vite qu’il ne se reforme !

                    Du pétrole, il y aura toujours… mais du pétrole facile à extraire et avec un bon rendement énergétique, non, ça il n’y a déjà plus assez. Sinon personne ne s’énerverait à extraire les pétroles bitumineux.
                    Bref, il faudra investir plus d’énergie pour sortir du pétrole du sol. Or c’est autant de volume d’énergie rendu indisponible pour les autres activités économiques. Le problème est le rendement énergétique et la thermodynamique, pas le prix.

                    La thermo a la conséquence suivante, très fâcheuse avec l’économie : vous pouvez un super gisement de pétrole couvrant l’intégralité des besoins énergétiques de l’humanité juste sous vos pieds, mais si vous avez besoin de dépenser plus d’énergie pour l’extraire que vous pouvez en obtenir en en consommant ce pétrole (c’est à dire si son rendement énergétique est inférieur à 0), alors personne n’ira extraire ce pétrole : ça n’en vaut pas la peine, c’est même du gaspillage. Peu importe le prix (en fait, je parie que ce pétrole ne vaudrait pas un centime, car il a une utilité économique nulle).

                    Ben tiens, on sait faire du pétrole avec des résidus : on ne manquera jamais de pétrole… mais on oublie de dire que le procédé coute 2 fois plus d’énergie que ce que le litre de pétrole ainsi formé va permettre d’obtenir ! Bref, un procédé inutile !
                    Pourquoi les gens s’énervent avec les agrocarburants, les pétroles de schistes, etc… simplement parce que la demande est là, et qu’on a maintenant les technologies qui permettent d’extraire avec un rendement supérieur à 0.
                    La clé qui a permis d’utiliser le pétrole a été un saut technologique. Résoudre le problème de l’énergie nécessitera un autre saut technologique.

                    1. Avalanche de poncifs et de trucs faux.
                      Faits :
                      – Actuellement, la production est surnuméraire.
                      – Les prix sont bas.
                      – Il n’y a pas eu de pic de production mondial.

                      « Sinon personne ne s’énerverait à extraire les pétroles bitumineux. »
                      Renseignez-vous : personne ne s’énerve à les extraire. Pour le moment, tout les autres suffisent amplement.

                      Le couplet sur le gisement couvrant l’intégralité patati patata montre que vous n’avez rien compris à la problématique énergétique. L’énergie, on en a à profusion. On maîtrise le nucléaire, par exemple. On a des joules à ne plus savoir qu’en faire. Il y a 0 problème de ce point de vue. La problématique n’est pas là, elle est dans le mix Portabilité, Densité, Usage.

                      C’est désespérant, vous ne comprenez rien.

    2. MadeInCH

      Je suis en partie d’accord avec vous.
      Cette analyse montre que les voitures sont moins gourmande -> ce qui reste de pétrole va durer plus longtemps.
      Mais cette analyse ne tient pas compte de l’augmentation du nombre de voitures elles-mêmes a ec l’augmentation du niveau de vie des gens. En Chine, en Inde, en Afrique.
      A côté de ça, si le pétrole a baissé, c’est surtout parce que… Il devient plus difficile à obtenir.
      Je m’explique:
      « Avant », il y avait pleine de pétrole. Ceux qui en avait en avaient largement assez pour ne pas avoir à s’inquiéter, et s’arrangeaient entre eux pour maintenir des prix élevés.
      « Après » (maintenant), c’est plus difficile. Les acteurs se rendent compte que les restes sont plus rare, ou plus chers à l’extraction. La bonne entente s’effrite, il y a méfiance et volonter de nuire à son voisin -> On coule les prix en espérqant que ça nuira au voisin.
      En gros, les prix ont été honteusement artificiellement beaucoup trop haut durant très longtemps. Mais maintenant, il y a correction et un certain retour à une réalité de compétition.
      Avec d’autres mots: Le pétrole « pas cher » est fini. Mais les prix étaientt maintenus beaucoup trop haut, et bien plus haut que le prix avec un pétrole « cher », et ça arrangeaient tout le monde: Les spéculateurs, les investisseurs, les producteurs, les vendeurs. Donc une correction à un prix plus normal est une baisse, même avec un pétrole « plus cher ».

      Le pétrole ne se régénérant pas (ou bien vachement lentement, pour une vie humaine), il y aura un pic de production. Repoussé au remboursement Grec, peut-être, mais il aura lieu.

      Mais peut-être que de baser toute son économie et ses prédictions sociaux-économicaux-stratégiques sur le pic pointu qu’on aura dans le cu, c’est ptet pas une bonne idée.

      1. « cette analyse ne tient pas compte de l’augmentation du nombre de voitures elles-mêmes « 
        Bon, allez regarder la vidéo. Ca évitera de dire ça alors que justement, ils parlent précisément de ça (du reste, l’article aussi).

        « Avec d’autres mots: Le pétrole « pas cher » est fini. « 
        Ca fait 30 ans qu’on entend ça et… le pétrole est toujours bon marché.

        1. Aristarkke

          Il reste bon marché dans la cuve de la station service. Après, au transvasement dans votre réservoir, c’est autre chose…
          Mais les solutions alternatives pas chères sont limitées en choix (marche à pied, vélo et pour les habitants des grandes métropoles, les transports en commun en oubliant les copieuses subventions qui vont avec…).

      2. Peste et coryza

        « Cette analyse montre que les voitures sont moins gourmande -> ce qui reste de pétrole va durer plus longtemps. »

        Faux ! au contraire, cela va accroitre la consommation d’énergie.
        Démontré depuis les années 1860 (je vous envoie sur William Stanley Jevons, 1835-1882, économiste et mathématicien).
        Il a démontré que des machines à vapeur moins consommatrices (donc plus rentables en terme de pognon) provoquaient paradoxalement l’augmentation de la consommation de charbon.

        Bref, les moteurs économes, ça va aggraver le problème : ce qu’il faut, c’est un saut technologique.

        1. Vous prenez le truc de travers. Chaque voiture consomme moins, on augmente donc le nombre de voitures. Jusqu’à un certain point, on constatera (et c’est logique) une augmentation de la consommation globale. Une fois le marché (des voitures) saturé, on aura un pic de la demande, et une décrue. Le nombre de machine à vapeur a diminué et leur consommation aussi.

    3. D’un côté, trois spécialistes, un historique qui va toujours dans le même sens et des données actuelles qui réfutent le peak oil. De l’autre, Yoanada.

      1. yoananda

        En effet l’historique va toujours dans le même sens, depuis le début du pétrole, et d’ailleurs, avec les autres sources d’énergies aussi.

        Le premier puits de pétrole, il suffisait de planter une paille dans le sol. Puis ce pétrole « facile » s’est épuisée, et on a foré un peu plus loin. Puis ce pétrole s’est épuisé, et on a trouvé d’autres champs à exploiter. Etc pendant plus d’un siècle et demi.

        Sauf que cette mécanique connaît elle aussi la loi des rendements décroissants.
        Sauf que l’histoire nous montre que l’inventivité humaine parvient parfois (souvent) à trouver des solutions et parfois non. Ce n’est pas écrit dans les lois de la l’univers.
        Sauf que la thermodynamique est implacable elle aussi.

        Toute la question est de savoir ou est la limite.
        Il se trouve que j’ai avec moi la Royal Society de Londres … alors les « 3 spécialistes » face à Yoananda + la Royal Society … a vous de voir qui pèse le plus.

        1. Vous continuez à vous planter, et toujours pour la même raison. Tant que vous n’aurez pas compris, malgré de nombreuses explications, vous commettrez toujours la même erreur et confondrez donc allègrement les explications de la Royal Society avec la réalité, économique, du problème. Ce qui continuera de me faire rire.

          Comme il y a deux ou trois ans, vous aviez parié sur un pic (raté), vous pariez (à nouveau) sur « le ponzi va s’écrouler dans… disons à la louche, les 2 années à venir. » Je vous le dis : dans deux ans, tout le monde continuera à rouler au pétrole, les prix ne seront pas stratosphériques, et le peak oil ne sera toujours pas là.

          1. yoananda

            Peut-être, on verra.

            J’avais annoncé (hypothèse de travail) 2017 +/- 2 ans sur mon blog au début du ponzi de schiste. Je sais bien ce qu’il en coûte de faire des prédictions datées 😉 mais je suis joueur.
            Depuis j’ai révisé ma manière de faire, mais bon, l’erreur a été faite.
            De toute manière je ne prétends pas faire du pic pétrolier une religion, j’apporte juste la contradiction. Réalité économique ou pas, la question est loin de se résumer à ce qui est dit dans la vidéo.

            J’ai apporté des contre-arguments, vous avez répondu moquerie, comme à l’usuel. On verra au prochain article, mais c’est beaucoup trop léger pour faire changer d’avis ceux qui ont étudié la question en profondeur. C’est comme se contenter d’un reportage TF1.

            1. gameover

              Tu avais annoncé ça aussi ici :

              yoananda 19 avril 2012, 1 h 15 min
              « 5/ le gaz de schiste, renseignez vous (sur mon blog notamment [†]) c’est une bulle d’investissement, qui va sûrement claquer d’ici 1 an ou 2 et qui va clouer le bec a pas mal de cigales.

              Bon, en 2010 il nous disait que l’avion c’est bientôt fini…

                1. gameover

                  Ah d’accord toi+la royal society n’aviez pas envisagé les taux zéro… Ca explique tout alors, même si moi+goldman sachs ne voyons d’ailleurs pas ce que ça vient faire là… mais bon.

                  1. yoananda

                    J’ai sous-estimé le pouvoir de la malhonnêteté oui. De toute manière, les dates, le timing c’est le plus difficile. Tu peux prédire qu’une bulle va exploser avec certitude, mais quand et quelle ampleur … c’est plus compliqué.
                    J’avais annoncé la crise de 2008 en fin 2006/2007 (alors que ça faisait rire tout le monde comme toi aujourd’hui) mais je n’ai vraiment compris l’ampleur qu’après coup, même si je subodorais le gros merdier.

                  2. yoananda

                    Pareil pour la « guerre civile » française qui a cours, je l’ai annoncé a l’époque ou ça faisait rire tout le monde mais elle n’a pas pris la forme que j’attendais. D’ailleurs, pour beaucoup elle n’existe même pas … c’est dire …

                  3. yoananda

                    J’ai aussi réussi à prédire la fin du AAA français et américain à l’époque ou ça faisait rire tout le monde, mais je me suis planté sur 2 choses : je pensais que les US tomberaient après et non pas avant, et surtout que les taux allaient monter à la suite de ça.

                    1. Black Mamba

                      Encore, c’est la deuxième fois au moins que tu le demandes sur ce blog , accroche-les à l’avenir au tour de ton cou 😉

                    2. gameover

                      Oui BM mais j’ai des problèmes de mémoire en ce moment, donc j’oublie aussi de me la mettre autour du cou (la clef hein)
                      Mais pour soigner ça je prends en ce moment un traitement homéopathique… que dans un premier temps j’ai dilué dans un peu d’eau pour que ça ne soit pas trop violent…

                    3. Black Mamba

                      Ben voilà , la raison pour laquelle cela ne fonctionne pas ton traitement, il faut suivre scrupuleusement les doses prescrites .
                      Heureusement que ta tête reste, elle, accrochée quoiqu’en dit Calvin.

                1. Charles

                  « Le premier puits de pétrole, il suffisait de planter une paille dans le sol. Puis ce pétrole « facile » s’est épuisée, et on a foré un peu plus loin. »

                  Donc vos propos comportent au moins cette erreur.

                  1. yoananda

                    non. Il y a des « erreurs » (j’essaye de résumer en qq lignes des dizaines d’analyses postées sur mon blog, pas si facile d’apporter toutes les nuances) mais pas la dessus. Je décris un processus général à l’échelle de la planète. Les découvertes de pétrole « facile » sont terminées depuis 40 ans.

                    Le seul vrai changement au niveau du schiste, c’est (j’ai oublié le nom exact) les méthodes d’analyse du sous sol en 3D pour repérer les zones ou forer. Le reste du succès s’explique par l’argent « gratuit » de la FED et la surabondance de liquidités qui cherchent du rendement.

                    1. gameover

                      Tu excuseras mon faible niveau en économie mais il me semblait qu’une surabondance de liquidités dans un secteur créait – sous certaines conditions – une bulle et des prix déconnectés de fondamentaux.

                      Ils sont où ces prix déconnectés ? Ils sont où les risques ?
                      Je vois juste une production qui s’adapte aux prix.

        2. royaumont

          Dans un registre finalement assez proche, nous avons le précédent d l’exploitation des métaux (cuivre et fer, en premier lieu). Celle-ci a commencé il y a des milliers d’années (5-6000 pour le cuivre, moitié moins pour le fer), d’abord par des exploitations « faciles », puis de plus en plus complexes. Il n’y a toujours pas de pénurie, même si certains pays , comme la France, semblent avoir épuisé leurs ressources propres.
          Pour le pétrole, exploité à grande échelle depuis seulement 150 ans, le processus est identique. Les techniques évoluent, permettant d’exploiter dans des conditions plus difficiles. Du coup, le peak oil ressemble à la ligne d’horizon…

          1. MadeInCH

            Copperton est un bon exemple.
            Une ville s’est construite autour d’une mine de cuivre.
            La mine de cuivre n’est plus rentable, car d’autres mines plus rentables se sont ouvertes.
            Donc la mine de cuivre de Copperton est fermée.
            De la ville, il reste une dizaine de mainson, habitées par des retraités décidés à mourrir sur place, et à être enterré dans le petit cimetierre, très bien entretenu, de ce qui est maintenant un village. (ça fait vraiment un drôle d’effet de visiter le stade sportif vide, la piscine vide et en ruine (habitée pas un pauvre type seul avec ses chiens (j’aime pas les piscine abandonnées. J’aime les piscines!)), et le cimetierre très propre)
            Il reste pleins de cuivre, et la veine est encore riche. Mais une nouvelle mine devrait être refaite un peu plus loin pour exploiter plus efficacement (économiquement) la veine.
            Le jours ou les autres mines, plus récentes, commenceront à s’épuiser, alors il n’y a aucun doute qu’une nouvelle mine s’ouvrira à quelques kilomètres de Copperton.
            Plus rentable qu’elle ne l’a jamais étée.
            .
            Il y a aussi l’exemple de la mine sous « Golden Reef City », un parc d’attraction bâti sur une ancienne mine d’or.
            Il y a encore de l’or, dans mine, qui fut fermée durant les ’70 ou ’80. Mais d’autres mines étaient moins rentables.
            Donc, il y a encore de l’or exploitable. Il faut juste voir à quel prix.
            .
            Mais un jours, forcément, tout le cuivre, l’or, les diamants, le fer aura été extrait de la crôute tesrrestre et consommé.
            Lorsque la Nouvelle Gondwana se sera formée?
            Ou bien le manque de matières premières se fera déjà sentir lors du Retour des Lizardmens?

          2. yoananda

            Tout à fait … mais si, en regardant sur des milliers d’années, ça semble une histoire « linéaire » et sans couacs, dans la pratique, il y a quelques périodes ou ça a secoué.

            Aujourd’hui, je pense que nous sommes dans une période de la sorte, un super-cycle de kondratieff.

            C’est pour ça que la question du pétrole ne dépends pas que … du pétrole, mais des autres technos notamment le nucléaire et les nanos.

            J’ai dit sur mon blog qu’on avait ~30 ans de retard sur la transition énergétique. On aurait du entamer le changement de paradigme (la 3ème révolution indus si vous voulez, mais au niveau énergie – Internet n’en étant pas une) mais on n’a pas réussi, et ce n’est toujours pas le cas.

            Le fait qu’on se rabatte sur le schiste est le signe qu’on est en difficulté à ce niveau, au contraire d’être le signe du « business as usual ».

            1. Popeye

              Je vois une autre différence entre le cuivre et autres minerais et le pétrole : cuivre et nombre de minerais métallique se recyclent, plus ou moins bien.
              Quand le pétrole est brulé…
              Est-ce que le pétrole se reconstitue aussi vite que nous le consommons? Je n’en sais rien mais je ne le pense pas. Donc fatalement un jour ou l’autre le paradigme énergétique dans lequel nous vivons changera. Quelle sera la vitesse de transformation, quel sera, seront le(s) paradigme(s) suivant(s)?
              On rentre dans le domaine de la prospective.

            2. ironbooboo

              Quel alarmisme …
              Et que certaines technos aient pu vous échapper non ?
              Le nouveau paradigme on le voit arriver : l’utilisation d’un maximum de technologies. Bio-carburant, production grâce au génie génétique, fusion froide, piles truc muche etc ….
              On a déjà 100 alternatives au pétrole, reste plus qu’à viabiliser et on a largement le temps de le faire.
              Le peak oil on m’en parle depuis que je suis môme. C’est toujours pas pour demain. Tout ce que je vois c’est le peak imagination.

              1. yoananda

                non, elles ne m’ont pas échappées… algues bleues, z-machine, et tout le tintouin (j’ai d’ailleurs mentionné les nano techno qui sont, a mon avis, la seule vraie alternative) … ça ne change rien à mes propos parce qu’il y a des lois de la thermodynamique, et il y a une inertie industrielle, et il y a aussi qq milliers d’années d’histoire technologique qui viennent attester de mes propos.

                Alarmisme de quoi ? Nous sommes sur un blog alarmiste qui ne cesse de nous alarmer sur le l’état … Comme si c’était, dans tout l’univers, le seul danger que nous courrions.
                Si je vous dis que vous allez mourir un jour je suis alarmiste ? lol

                On n’a pas d’alternative au pétrole. Si vous dites ça, c’est que vous ne savez pas ce qu’est le pétrole, et que vous ne savez pas ce que sont ces soit disantes alternatives.

                Bref … des ignorants qui veulent me faire la leçon…

                1. Calvin

                  « On n’a pas d’alternative au pétrole. Si vous dites ça, c’est que vous ne savez pas ce qu’est le pétrole… »
                  Personne ne dit cela. Personne, nulle part même pas les lobbies pétroliers.
                  Argument homme de paille.
                  Décidément, gameover avait raison : vous allez nous sortir la panoplie totale…
                  C’est lassant.

                    1. Hmhm
                      À partir du moment où on a de l’énergie, produire le reste ne pose pas de problème majeur. C’est chimiquement plus coûteux, mais pas du tout impossible. En pratique, on a de l’énergie à profusion, mais elle est plus ou moins chère.

                    2. Peste et coryza

                      Vous oubliez deux choses :
                      – les énergies se cannibalisent peu. Le charbon est toujours une énergie du présent.
                      – notre système économique est débile car reposant sur la croissance infinie : or rien ne croit indéfiniment (sinon E coli et son temps de génération de 20 minutes dominerait le monde) (repousser la limite implique des sauts technologiques et une meilleure organisation, mais on risque d’entre dans les rendements décroissants).

                    3. Le charbon est utilisé parce qu’il est facilement disponible. Mais ce n’est pas du tout ce qu’on utilise pour les transports par exemple. Faudrait voir à pas tout mélanger.

                      « notre système économique est débile car reposant sur la croissance infinie » : c’est évidemment complètement faux. D’abord, il ne repose sur rien en particulier, et certainement pas une croissance infinie. Vous répétez vraiment n’importe quel poncif entendu ailleurs parce qu’il est agréable à votre oreille, mais ça n’en reste pas moins n’importe quoi.

                      « rien ne croit indéfiniment » : il y a plein de fonctions infiniment croissantes mais bornées, hein. Là encore, c’est un joyeux mélange de trucs divers recrachés d’ailleurs.

                      Faites un effort. Pensez un peu par vous-même.

                  1. yoananda

                    Lassé ? vous n’avez même pas commencé a écouter ce que j’essaye de dire. A la moindre virgule qui ne vous plaît pas, c’est le tir de barrage collectif.
                    Je n’ai reçu que moqueries et arguments d’ignorants. Rien que ne dépasse la cours de récrée …

                    C’est moi qui suis lassé, n’inversons pas les rôles.

                    Le pétrole c’est : de l’énergie très condensée, abondante, peu chère et facile à transporter.
                    Si vous saviez que le pétrole c’est « ça » vous sauriez que non, nous n’avons pas d’alternative qui combine tous ces avantages.

                    Mais non, vous préférez croire que vous savez tous déjà tout sur la question parce que vous avez lu 2/3 articles dans la presse techno sur les merveilles dans les labos, sans vous être jamais posé la question de qui écrivait, et pourquoi il écrivait et qu’elles étaient les limites des écrits, ni fait quelques calculs pour vérifier ce qui était dit ni foutu les pieds dans un labo, etc…

                    Je lis et je connais tout ça, mais pas QUE ça … je sais précisément d’ou vous viennent cette manière penser. C’est un « silo » dans le net.

                    La France crève peut-être bien plus de l’obscurantisme des gens que des dérives de son état pachydermique au final. Mais bon, ça se discute … enfin, pas ici, puis qu’ici les gens savent déjà tout.

                    1. Calvin

                      Vous répondez encore à côté.
                      Il n’y a pas de pénurie, malgré ce qui est dit depuis 50 ans.
                      Pour le charbon, on serait en pénurie depuis avant 1900 si on écoutait ce qui s’était écrit.
                      Ce que je vois ce sont des imprécations pour faire peur et influencer.
                      Le jour où le pétrole commencera à manquer, on aura basculé sur autre chose.
                      Sans guerre, sans cri, sans crise… enfin, je parle là du monde libéré des politiciens et faiseurs d’opinion.
                      Le vrai drame, c’est cela :des gens qui roulent pour eux seuls et font croire qu’ils vont résoudre nos problèmes qu’ils ont eux mêmes créés…
                      Mais bon, j’ai noté, on en reparlera dans deux ans, quand j’aurai huit ans, et on rigolera des prédictions.

                    2. gameover

                      C’es fou de se dire scientifique et de clamer qu’il n’y a pas d’alternatives au pétrole. Tu vis dans une bulle, en circuit fermé.

                      All-knowing peak everything.

                    3. Pheldge

                      @ GO 12 h 24 : repens-toi homme de peu de foi ! ( de foie aussi peut-être … ) L’Être Bleu t’annonce l’Armaggedon et tu ne crains pas la fureur de l’Éternel ?

                    4. Peste et coryza

                      @Calvin
                      Il y a une pénurie d’anthracite… en 2011, on a une pénurie d’Hélium dans les labos.

                      Pour l’instant, on a rien de mieux que le pétrole. On verra à l’avenir… mais vu ce qu’on investit en R&tD, j’ai de gros doute sur le fait qu’on ait une alternative avant que la m*rde ne heurte le ventilo.
                      En plus, en R&D, on est en plein rendements décroissants.

                    5. « on a rien de mieux que le pétrole. »
                      pour certaines utilisations données, mais vraiment pas toutes.
                      Encore une affirmation balancée bêtement.

                2. ironbooboo

                  Admettez simplement que la solution sera composite.
                  On équipera les locomotives, les avions et les bateaux avec des réacteurs à fusion froide (lockheed martin dit pouvoir être prêt d’ici 10 ans à commercialiser un réacteur qui tient dans un semi-remorque). En ville on utilisera de l’électricité, à la campagne on fera avec de l’hybride. On produira la petite quantité de pétrole qu’on utilisera encore (on sait faire).

                  Des voitures plus légères, de nouveaux matériaux, de nouvelles sources d’énergie, une consommation plus responsable aussi etc ….

                  L’histoire ne vous donne pas raison désolé. Vous voulez regarder de nouveau l’historique du plantage au sujet du peak oil ?

                  1. Peste et coryza

                    Bien sur que la solution sera composite.
                    Des solutions envisageables, il y en a déjà plein. Les questions sont :
                    – les ressources sont-elles au rendez vous ? (pendant un temps, ça était le problème des batteries pour les autos électriques : l’utilisation du Lithium a permis de résoudre de résoudre ce problème)
                    – le rendement est-il suffisant ?
                    – est-ce généralisable ?
                    Si oui, alors il n’y aura pas de problèmes.

      2. hervek

        Pas que lui 🙂 Il faut aussi tenir compte du manque de découvertes significatives et dans des régions calmes, il y a un effet retard de 7 ans, de la spéculation financière autour du prix du pétrole et de la non linéarité de la geopolitique.
        Que se passe t il si l’AS s’effondre politiquement, ou a cause de la guerre au Yemen, ou en cas de conflit Israelo / Iranien , ou si la bulle de dette explose a cause de la grece.
        Ces 3 spécialistes sont assez consensuels. Mais gros Bravo a thinkerview pour leur travail.

        1. Oh là, on peut imaginer ce qu’on veut, effectivement. Mais avec les données actuelles, les conclusions tirées par ces trois personnes me semblent raisonnables.

        2. Pheldge

          Oui, et ces idiots n’ont même pas envisagé la possibilité d’une collision avec un astéroïde qui chamboule la surface du globe …
          des idiots je vous dis ! 🙂

            1. Bonsaï

              Non, mais attendez, il y a pire.
              Pourquoi croyez-vous que les medias ne nous refourguent que des trucs lénifiants et consensuels ces temps ? Même H16 s’y met : le Nutella, la philosophie, le peak oïl invisible. De la broderie de petits napperons entre gens civilisés et bien élevés…
              Levez les yeux de vos écrans, mes frères. Arrêtez de vous bercer avec l’abominable homme des neiges qui n’existe nulle part.
              Il y a par contre une date qui devrait marquer les esprits, oui le 27 juin. Date fatidique : Grexit ? Catastrophique catastrophe ? Flanby tombe de son scooter ?
              Restez vigilants, gardez l’œil ouvert et le bon !

              1. Bonsaï

                Sans même parler des crop circles qui vont bientôt nous délivrer les derniers messages de l’espace.
                Pour l’instant, le blé n’est pas encore assez haut, mais ça ne saurait tarder : the Crop Circle Connector, pour les curieux et les esthètes.

    4. gameover

      Petrole cher ou pas cher, ça ne veut rien dire. Sa valeur est validée par celle de son utilisation.

      Et dire que un pic de demande ou un pic de production c’est pareil ça en met un sacré coup dans la formation des prix… et quand on a dit ça on peut tout se permettre… Encore une fois, du grand n’importe quoi de la part d’un gars qui a effacé son blog pour qu’on ne puisse pas lui montrer les contradictions entre SES prévisions et la réalité.

    5. albundy17

      « pétrole et le PIB qui sont co-dépendants »
      Le pétrole n’est qu’un outil quand il y a du PIB, les cours actuels ne font que refléter l’équilibre offre / demande.

      l’OPEP inonde depuis bientôt un an pour une question de stratégie, l’IRAN y va de ses barils comme jamais, et la croissance mondiale est en berne, forcément les puits non rentables à ces cours ferment, et rouvriront quand les cours remonteront.

      Et quant ces puits seront à sec, les cours grimperont encore, et on extraira ceux déjà connu qui deviendront donc rentable, etc.

      D’autre part, certains anciens puits, fermés car à sec, sont ré-ouvert car on s’est aperçu qu’ils se re-remplissent. La formation du pétrole n’est peut être tout simplement pas celle que l’on nous a enseignée mais serait abiotique. L’avenir nous le confirmera, ou pas.

      Enfin, le peak, c’est pas pour demain, c’est juste une question de renta

      PS: Le fait que le pouvoir énergétique des différents pétrole soit différents est une évidence, et c’est pricé dans les cours, spa pour rien que le le WTI, brent ou crude se traitent sur des marchés distincts

  7. gameover

    J’ai écouté la partie sur la voiture autonome à partir de 51′:20 » comme dit . Ces mecs sont incapables de faire des projections sur l’intérêt de ce type de voiture et en reste à des aspects réglementaires (les mains sur le volant) et de responsabilité en cas d’accident (qui choisit entre renverser le cycliste ou la grand-mère !)… du délire de vieux shcnoks gâteux… on dirait les papys du bébête show. D’accord avec le facepalm.

                1. MadeInCH

                  C’est un personnage propre dans l’univers de Picsou et Donald.

                  C’est un super-héro avec identité secrète qui sort la nuit pour lutter contre les méchants.
                  .
                  Comme Batman, il n’y pas de super-pouvoirs, mais c’est Géotrouvetou qui lui fait ses gadjets. Qui foirent de temps en temps.
                  .
                  Et en fait, c’est Donald déguisé. Il a trouvé le costume et des gadjets qui appartenaient à Fantomius, un célèbre gentelman cambrioleur qui ne volait que des riches malhonnêtes durant les anneés 30.
                  .
                  Faut lire les Super Picsou Géants, pour se tenir au courant (J’ai presque toute la collection depuis des années :D).

                  1. Black Mamba

                    Ah ! Je lisais plutôt « la petite maison dans la prairie » , la Balade de Pern, Hyperion Cantos etc …
                    Pas les mêmes références 😀

                    1. MadeInCH

                      Oui, bon… Si le but c’est faire dans l’intelligence, il y a 451 Farenhait, 1984, Atlas Struggled, Dossier Swatch (Histoire de Nicolas Hayeck), les carnets de Turner.

                    2. Black Mamba

                      Non, pas du tout voyons … Je te parle de mes lectures quand j’étais enfant, tout mon argent poche y passait dans ces sujets dévasions pour oublier ma misérable existence, les BD je les avais gratis par mon cousin, dans les périodes où j’avais plus de quoi m’offrir mais c’étaient des Marvel .

                    3. Pheldge

                      Je note juste le dialogue instructif Q : »Si le but c’est faire dans l’intelligence, » R : « Non, pas du tout voyons … » ça explique bien des choses ! 🙂

  8. DoS

    Mais attention mon cher H, la voiture autonome n’est pas pour demain en France. Elle concurrencera l’humain, le taxi, le Vtc, et n’apportera pas de sous sous dans la popoche de l’escroc Etatique. La voiture sera donc bien clouée chez vous avec une grosse louche de taxes et de lois contraignantes (genre une viste de contrôle securité toute les semaines pour être en conformité avec la NF)

    Pour le pétrole il y en aura de plus en plus, car comme vous le dites nos besoins diminuent. D’autant plus que des moyens alternatifs se développent en parallèle.
    (Méthane, alcool, huile, pile combustible, vent ?, eau…..)

    Le marché mondial est basé sur le pétrole et ses taxes….pour les États il ne s’agit pas de jouer aux Éoliennes dans ce cas précis !

    Dans Astro boy il y a une belle approche de la voiture autonome et d’un monde futuriste. Il faudra choisir le cœur bleu, pas le rouge !

    Curieusement nos élus ont des cœurs rouges……

    (Désolé pour mes références)

    1. Regardez ce qui se passe avec Uber, c’est très « drôle » . D’un côté, le marché : des millions de gens qui veulent ça. De l’autre, une corporation qui a le législateur et la force de son côté. Notez bien les tensions, les problèmes. Comptez le temps qui passe.

      Le marché gagnera, parce qu’il est plus fort que tout le reste. Alors « pas pour demain », moui, peut-être, mais assez vite quand même parce que la France n’est pas en autarcie. Les individus ne tolèreront pas bien longtemps de vivre à la ramasse du reste du monde.

      1. DoS

        Les Français vivent avec un siècle de décalage avec le reste du monde. Oui le marché « c’est plus fort que toi 🙂 », d’ailleurs même Montebourg en a conscience. (c’est dire).

        Nous ne sommes pas en autarcie et pourtant, chaque jour qui passe nous rapproche de la Grèce.

        Le prélèvement à la source n’est utile que pour rassurer les marchés. L’Etat aura la main mise sur la pognon (ce qu’il n’avait pas encore complètement).
        Le marché sera donc communiste-concurrentiel selon les normes, les lois, les bornes imposées par l’Etat.

        Prenez Google, Amazon, Netflix et j’en passe, ils doivent plier pour offrir leurs services sur le sol Français. (et doivent en payer les taxes….)

        Et pour finir, les individus « Français » tolèrent extrêmement bien cela. Ils veulent même plus de communisme, de protectionnisme, de prélèvements à la source, de sécurité….de tiers payant.

        Je crois que vous êtes pour une fois, trop optimiste.

        1. Black Mamba

          Maudit tiers payant, depuis que la MST a décrété que cela se fera, j’ai tous les jours des sans dents qui le réclament car ils ont cotisé à la SS et qu’ils y ont droit … Pff ! Niet ! Déjà qu’avec les CMU la SS fait ce qu’elle veut, un jour elle paye et un jour elle paye pas pourquoi ? Parce que l’URSSAF a fait la main mise dessus .
          Ah ! Cela va être sportif pour les médecins libérés de la SS.

        2. Aristarkke

          Je vous suis et rejoins entièrement sur ce registre à rebours du taulier. La classe politique, sauf quelques micro-partis sans audience significative, est totalement imprégnée de collectivisme ne variant que sur les détails. Théoriquement, l’ opposition ou ce qui semble en tenir lieu a un boulevard pour dézinguer l’ actuel gouvernement. Si vous avez remarqué ou entendu cette opposition en action, faites moi signe avec les liens qui vont avec… Disparition des espèces? Effectivement Laurence Rossignol ne craindra plus de se faire détrousser à un DAB mais ce sera l’ Etat qui se servira directement et qui entend parfaitement le faire puisqu’il s’écroule économiquement chaque jour un peu plus… Or une large majorité de gens se réjouirait d’ aller payer sa baguette avec une CB? Pour ne parler que de cela, je ne vous dis pas les pages de relevés mensuels bancaires que cela engendrera… Et tintin pour aller finement tout contrôler des micros-ponctions qui se glisseront immanquablement dans toutes ces petites sommes…

          1. Bonsaï

            Même pour un béotien, il paraît évident qu’avec cette disposition l’état entend se fournir lui-même selon ses besoins, directement dans la poche ou le sac à main du contribuable, sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit.
            Voilà qui est tellement plus festif : disparition des espèces et prélèvement à la source, on sent comme un grand vent de liberté se lever sur la France…

            1. Pheldge

              Euh , Bonzaye, quand qu’on marie( ou -iagepour tousse) une(un) suisse, on gagne le passeport aussi ? 😉 même que si c’est un mariage blanc qu’il est jamais consommé ? 😉

              1. Bonsaï

                Judicieuse question.
                En effet, quand on a l’immense privilège de convoler avec une (ou un) citoyenne helvétique, on obtient illico un permis d’établissement. Par contre pour le passeport, il faudra quand même attendre quelques petites années de mariage !
                La probabilité d’un mariage blanc n’étant pas vraiment détectable, les questions sont assez poussées lorsqu’il s’agit d’un mariage avec un citoyen non européen. S’il s’agit d’un Français, ça devrait passer comme une lettre à la poste.
                Le mariage pour tous n’existe pas au pays des alpages et de l’horlogerie haut de gamme. On fait donc dans le consensuel classique, bon chic bon genre.
                Ai-je répondu à toutes tes préoccupations ?
                Ne te reste plus qu’à réserver le vol et commander l’alliance pour être fin prêt quand Valls déclenchera l’opération bouclage du cash et autres cataclysmes !

                1. JJB

                  « l’état entend se fournir lui-même selon ses besoins, directement dans la poche ou le sac à main du contribuable »

                  Certes, certes, ces pickpockets qui ne reculent devant rien et volent en bande organisée vous mettront la main à la poche sans vergogne.

                  Pour ce qui est du sac à main, si j’en juge par l’état de celui de ma compagne, il leur faudra masque, palmes sans huile, masque de plongée et déjouer d’innombrables embûches s’ils veulent en atteindre les profondeurs pour mettre la main sur la cagnotte.

                  Je sais dorénavant où placer mes économies…dans un sac à main helvétique.
                  Quand je pense que mon frère a épousé une liestalienne (canton de Bâle).

              2. MadeInCH

                Mon épouse est moldave. Enfin, si on veut. Elle est de Transnistrie.
                Après que l’on se soit mariée, elle a tout de même dû demander son permis de séjours.
                Si il y a divorce avant un délai de 5 ans, alors le mariage sera considéré comme blanc et le permis de séjours est annulé et madame sera renvoyée (Si pas enfants, je suppose).
                Mon épouse m’a dit que, désormais, après les 5 ans, il y a une enquête pour vérifier la bonne intégration (amis, visite de la page Facebook, …) pour vérifier si ce n’est pas un mariage blanc. Que ce serait une nouvelle réglementation toute neuve. Mais je n’ai rien vu d’officiel dans ce sens. Mais je n’ai pas cherché non plus.
                Donc, la parano au mariage blanc est en augmentation dans nos administrations Helvétiques.
                .
                Note: Moi, j’ai confiance en mon épouse. Vu qu’elle ne m’a pas épousé pour ma richesse.
                .
                Au fait, cette terminologie de « mariage blanc », c’est pas discriminant?

                1. Charles

                  Bonjour, pourriez-vous nous parler un peu de la Transnistrie ? On trouve deux trois choses sur internet mais rien de convaincant…

                2. Bonsaï

                  @ MadeinCh, 15:25
                  « la parano au mariage blanc est en augmentation dans nos administrations helvétiques ».
                  Et ils ont bien raison, pour une fois, ces fonctionnaires. Car l’arnaque au mariage avec un ressortissant suisse est un sport très prisé et qui ne date pas d’hier.
                  Combien d’innocentes jeunes filles ont eu le cœur brisé par des candidats au permis de séjour malhonnêtes, entendant bien profiter du beurre et de l’argent du beurre !
                  Quant à au terme de « mariage blanc », je trouve qu’il va bien, Il est très explicite.

                  1. Pheldge

                    Bon, bin y’a pu qu’à partir à la chasse au cougar dans les montagnes helvétiques ! 🙂
                    Euh le me disais même que … t’as bien des copines qui sont blindées de thunes, non ?

                    1. Bonsaï

                      Si déjà on fournit gracieusement le permis d’établissement (et par conséquent, l’accès discret et personnalisé à tous les établissements bancaires de la place), on peut au moins s’attendre à ce que l’heureux élu fasse preuve d’une certaine dextérité dans le maniement de ses cartes gold …

                    2. Pheldge

                      Je te rassure je peux encore « niquer ma housse » donc, à fortiori, ma future suisse blindée de thunes …
                      But, thank you for your concern 🙂

                      Si par contre, tu as, toi, des soucis, je peux te parler de certaines herbes et décoctions tropicales, dont la réputation n’est plus à faire. 😉

                  2. Gerldam

                    Je connais bien plus d’exemples inverses: de jolies blondes de l’est séduisent un riche (ou pas riche du tout, pour elles, c’est toujours un riche) ayant au moins 20 ans de plus qu’elles et qui divorcent au bout de quelques années pour reconvoler avec un homme de dix ans de plus qu’elle seulement, mais cette fois elles savent qui est riche et qui ne l’est pas.

          2. bibi

            Si j’ai entendu l’opposition turbo-libérale au gouvernent Valls-Macron social-liberal et elle dit qu’il est impossible de baisser les impôts de plus de 30G, dans un pays ou la dépense publique atteint 57% des 2000G du PIB, ça en dit long parce qu’en comptant le retour à l’équilibre budgétaire (sic) ça fait une baisse de la dépense publique de grosso merdo 10% pour l’établir à environ 51%.

  9. MadeInCH

    Mon opinion concernant les voitures…

    Une voiture avec un taux d’utilisation faible consomme faiblement.

    Diminuer le temps d’arrêt de la voiture ne va pas diminuer la consommation.

    Je ne crois pas que la voiture autaunome, capable (et légalement autorisée ) de rouler sans conducteur, va entraîner une occupation plus élevée.
    Exemple: Une famille avec papa & mapam qui travaillent et enfants à l’école.
    Actuellement; Papa a une voiture. Maman a une voiture.
    Papa prend la voiture pour aller au travail, laisse la voiture au parking, et utilise la voiture pour aller à la maison.
    Maman, pareil.
    Après avec voiture autonome:
    Papa prend la voiture pour alle au travail et renvoie la voiture à la maison, maman pareil. La voiture amène fiston à l’école, et retourne chercher gamine pour l’amener à son cours de danse.
    En gros, la voiture est plus utilisée pour une personne, et il y a beaucoup plus de trajets totalement à vide, pour aller chercher une personne.
    En plus, plus besoin de PaMan pour conduire le derneir aux cours privés (pour ceompenser l’EdNat), donc même pour amener gamin quelque part, ce ne sera plus que 1 personne dans la voiture.
    Les voitures autonaumes auront un taus d’utilisation plus élevés, mais avec un taux d’occupation plus faible, et peut-être même inférieur à 1 avec livraison de colis ou le sac de comissions déchargé par l’ainée resté à la maison (car chômage).

    Bientôt, les commissions avec voitureas autonomes: Vous passez commande par l’internet, la voiture arrive au magasin, un serf mets les sacs dans le coffre, et la voiture rentre à la maison. Taux d’occupation: 0!
    Hey!!! Je viens de trouver un buisness model!!! Vite un brevet!!!

    1. Encore une fois, l’exemple est mal conçu. Les temps d’arrivée au travail sont considérés comme tous égaux, par exemple, ce qui n’est pas le cas en réalité. Autrement dit, la voiture peut prendre le papa, la maman et la fillette, déposer la fillette à 8h, se rendre au travail du papa (8:30), de la maman (9:00). Sur le retour, ayant annoncé ce trajet retour à l’avance, elle prend X ou Y pour faire un bout du trajet. Etc… En pratique, il n’y a rien qui impose de voyager à vide, si ce n’est l’interdiction d’applications d’optimisations.

    2. bibi

      Le problème c’est que vous pensez que les voitures autonomes construites seront les mêmes qu’aujourd’hui et qu’elles devront avoir les mêmes fonctions alors que tout indique qu’elles seront pour beaucoup partagées.

      Or le problème d’une voiture individuelle c’est justement qu’elle doit couvrir plusieurs applications, être capable à la fois par exemple de transporter une personne seule et une famille avec 5 enfants avec un coffre gigantesque pour partir en vacances.

      De plus en augmentant le taux d’utilisation d’un véhicule, il pourra être vendu plus cher car plus rentable et donc utiliser des matériaux plus coûteux mais plus résistant et moins lourd donc avec des consommations plus faibles, de plus comme elles seront auto-pilotées le risque d’accident sera très limité donc pas ou peu de maintenance en carrosserie, et il y a plein d’autres gains à attendre.

      1. MadeInCH

        Si moi (ma famille) achète une voiture autonome, ou pouvant être autonome (je ne vaux pas que quelqu’un, l’Etat, Skynet, hacker nord-coréen, décide me m’envoyer à la fourrière ou dans le rvin parce que j’ai grillé mon derneir point…), alors c’est pour répondre aux besoins d’une famille telle que décrite dans mon post.
        Pas pour partager commercialement avec tout le monde.
        Ma voiture! A moi! A moi! A moi!
        Car je suis un vilain capitaliste/libéraliste qui aime posséderet et être responsable de ce qu’il utilise!
        Du genre de ceux qui achètent encore des CD audios et des livres de papiers!
        Sauf pour une boîte commerciale, les ventes dans le grand public risquent de se faire avec des clients qui aiment posséder leur machin. Pouvoir laisser un document, un smartphone, des objets perso dans LEUR voiture. -> Pas ou peu de partage, en dehors d’un cercle de confiance restreint.

        1. gameover

          Ah d’accord… tu ne loues jamais de voiture alors… et quand tu prends l’avion tu emmènes ta voiture avec toi… la tienne à toi, personnelle avec ton nom dessus et ton smartphone dedans… et tes crottes de nez à toi…

          1. MadeInCH

            « Sauf pour une boîte commerciale »
            Si difficile à comprendre?
            A côté de ça,
            Quel est le nombre de kilomètres parcourus pat toi dans ta voiture? Quel est le nombres de kilomètres que tu parcours en voiture louée?
            Quel est le nombre de kilomètres parcourus au total par des véhicules privés dans le monde?
            Quel est le nombre de kilomètres parcourus par des voilures de locations dans le monde?

            Crois-tu que tout le monde va passer à la « voiture de location » parce que elles seront autonomes?

            Moi pas.

            Mes parents pas nom plus.

            Mes amis pas nom plus.

            Ne serait-ce parce qu’ils aiment bien laisser leur chargeur de smartphone ou leurs outils de chantiers dans la voiture.

            Dans leur voiture, ils sont « chez eux ». Ce n’est pas le cas pour une voiture louée ou partagée.

            1. Au fait, combien de pratiquants équestres dans votre famille ? De voitures à chevaux ?

              N’oubliez pas : la voiture autonome sera à la voiture ce que la voiture a été à la voiture à chevaux.

            2. gameover

              Ah ok, quand tu prends l’avion c’est uniquement dans un but commercial… Tu ne prends donc jamais l’avion à titre privé.

              Je ne comprends pas les gens qui font des projections économiques par rapport à leur petite personne.

              Les voitures de location ne représentent qu’1% des véhicules en circulation mais ils font 8% des kms. Je note aussi qu’il existe maintenant une offre pour louer des véhicules à l’heure.
              61% des usages en location courte durée sont le fait de particuliers.

              La location ne correspond pas actuellement à toutes les situations. Dans une grande ville on passe la moitié du temps à trouver une place pour se garer et en plus ce n’est pas donné pour se garer. Il est évident que peuvent se mettre en place d’autres solutions : une voiture qui déposerait ses passagers et irait se garer en dehors de la ville, voire une voiture qui serait sous-louée pendant sa disponibilité.
              Mais tout cela n’empêche pas d’avoir une voiture personnelle : ce n’est pas tout l’un ou tout l’autre.

              Ton intervention de ce matin montre que tu envisages le véhicule autonome partagé sans changer de modèle et tu n’as pas arrêté de parler de voyage à vide alors que ce véhicule pourrait avoir un ou des passagers lors du retour ou au lieu de stationner bêtement sur un parking. Le nerf de la guerre c’est le gain que les gens pourront retirer de cette utilisation.

              1. Black Mamba

                J’ai mon époux pendant 4 ans , il avait pris une voiture en location, le meilleur rapport fonctionnalité/prix soit 200 euro au mois. Il n’a pas pu continuer à louer d’autres véhicules, cette formule économique trop économique était un désastre pour l’entreprise, les utilisateurs n’avaient aucun soins pour les véhicules, l’entreprise n’avait pas pris en compte l’entretien, ils pensaient que les utilisateurs seraient tout aussi soigneux que mon époux.
                Ben NON!

                  1. Black Mamba

                    Pourtant la formule est bonne, pendant quelques années je tiquais dès que je présentais en tant que « madame WP » , j’ai encore mon permis de conduire sur mon nom de jeune fille, et c’est toujours folklorique quand je dois justifier comment se fait-il que je conduise une voiture qui n’ai pas à mon nom surtout si c’est la BMW .
                    Délit de faciès

          2. Mickey Mahousse

            « tes crottes de nez à toi…. »

            voui… mais là, ce serait plutôt Nanker Pheldge… rien que pour le nom, hein ? un Suisse qui ferait ça serait jeté dans le lac, avec les oeuvres de Clavin autour du cou, pour l’entrainer par le fond…

        2. bibi

          Beaucoup de consommateurs feront un choix certainement différent du votre car l’auto partage sera bien moins cher que de posséder son propre véhicule et rendra un service bien meilleur.

  10. Gerldam

    Je ne suis pas certain que nous ayons bientôt des voitures de 800kg, à moins qu’elles ne fassent pas plus de 3m de long. La sécurité et le poids sont en effet peu compatibles, du moins sans utiliser des matériaux coûteux comme la fibre de carbone, largement utilisée en F1.
    Il faut se rappeler que les Renault Dauphine faisaient dans les 800 kg. mais souvenez-vous de leur surnom: tombeau à roulettes.
    Quant au rendement des moteurs thermiques on approche des limites du second principe (de la thermodynamique), surtout dans les véhicules hybrides ou le cycle d’Atkinson se rapproche du cycle théorique. On arrivera pour les petites voitures à une consommation réelle (rien à voir avec ce qui est publié) de 3l au 100 km et de 5l/100km pour les familiales, avec les vitesses moyennes actuelles. Evidemment si la limite de vitesse sur autoroute est de 90km/h et de 60km/h sur route, on pourra encore gagner un demi-litre, voir un litre avec un limiteur d’accélération qui transforme votre voiture en tracteur des années 30.
    Avec l’interdiction de sortir de chez soi, la conso descend à zéro, le rêve de la folle du Poitou.

      1. Gerldam

        Avec un Cx exceptionnel et aucun des équipements de sécurité obligatoire aujourd’hui. Par ailleurs, ces 3,5l sont une consomation « normalisée ». Ajoutez deux litres environ pour la consomattion réelle, ce qui reste très bas pour l’époque.
        Cette Panhard tout comme les Dauphine de l’époque seraient totalement invendables aujourd’hui: pas d’airbags, nombre d’étoiles à l’Euro NCAP: zéro, etc.

      2. Aristarkke

        En 59, la Dyna Z pesait 150kgs de plus. C’est uniquement les modèles 54 et début 55 qui pesaient un peu plus de 700kgs en raison de l’ emploi du duralinox pour la plate forme. Comme le prix de revient était trop proche du prix de vente pourtant élevé (saleté de concurrence) Panhard ne gagnait presque rien sur les ventes… Heureusement la voiture passait pour être sportive (selon l’époque) Pour en sortir, elle a abandonné le duralinox pour l’acier et si c’était plus économique, cela rajoutait 150 kgs… Du coup, le moulin avec sa quarantaine de chevaux était a la peine et les ventes ne suivaient pas évidemment. Enfin, je doute des 3,5L/100 autrement que par des tests sur circuit avec des modèles bidouillés. Mes revues d’automobiles évoquent plutôt du 6L/100 qui était un très bon résultat pour l’ époque de conception. Le problème fondamental de Panhard après guerre est qu’il a voulu devenir un constructeur généraliste sans avoir les capacités industrielles de le réaliser et en s’obstinant à employer des conceptions couteuses et délicates à entretenir. C’était louable de viser un cout d’ utilisation faible en carburant mais c’était au prix de véhicules chers, à la finition d’ autant plus olé olé, qui connaissaient beaucoup de pannes et dysfonctionnements… Disons qu’elle faisait du Citroën sans en avoir les moyens ni la notoriété Le marché a eu raison contre Panhard puisqu’en face Peugeot alignait la 203 ou la 403 qui étaient des merveilles de fiabilité à l’ époque pour des prix plus compétitifs en tout….

          1. Pheldge

            Y’a pas à dire, dès qu’il y a un vieux truc du passé, une antiquité poussiéreuse, il connait ! Et il s’empare du sujet, en plus, ne le laissant à personne. Ahhh ces vieux ! 🙂

            1. Mickey Mahousse

              Quand j’étais dans les Allemagnes, circa 1974, sur une base Otan, l’un des sous-offs français de la mission de liaison avait une Panhard avec cette carrosserie en alu brillant et le merveilleux flatwin : les Yanks l’assiégeaient en permanence pour la lui acheter…

              1. Aristarque

                La Dyna Z hérite du 2-cylindres à plat de 850 cm3 de la Dyna X mais amélioré par l’ingénieur Louis Delagarde. Il développe 42 chevaux suffisant pour permettre à la légère Panhard de s’offrir des pointes à 130 km/h, une performance un peu trop tonique cependant pour la fragilité de la mécanique. La Dyna Z souffrira de ce rendement exceptionnel et les vibrations occasionnées se vengeront par des dérèglements parfois difficiles à résoudre, ce qui donnera à la Dyna Z une réputation de capricieuse.
                (extrait du site Stubs auto- pas du genre à éreinter gracieusement pourtant)
                Feu mon père a eu une Dyna X comme première voiture (la pantoufle louis XV comme elle était surnommée à cette époque) qui me véhicula aussi in utero. Son souvenir était qu’elle marchait effectivement fort… quand elle marchait… 🙁

                Autre infos : Dyna Z sur cinq ans = 155.000 exemplaires
                PL17 (la même modernisée) sur six ans = 166.000 exemplaires
                Peugeot 203 sur douze ans = 686.000 exemplaires
                Peugeot 403 sur onze ans = 1.214.000 exemplaires

            2. Aristarque

              Quand la sagesse entrera dans ton cœur et que la connaissance deviendra agréable à ton âme,  la capacité de réflexion veillera sur toi, le discernement te préservera (Prov 2:10,11)

              Sur les lèvres de l’homme intelligent se trouve la sagesse, mais le bâton est pour le dos de qui manque de cœur. (Prov 10:13)

              Voilà à quoi peuvent encore servir les Vieux (de la Montagne ou d’ailleurs)… à enseigner les jeunots tous frais tombés du berceau, les lèvres encore maculées de lait… 😛

              1. Pheldge

                Pleurer pas, mon poto, le jour où tu dix paraîtras, la Bonzaille fleurira 🙂 … nul ne ricanera, et le Blog pleurera ! 😉

                1. Bonsaï

                  Et grâce à l’astronef de Seizache , nos vers et nos calembours iront voguer dans l’espace interstellaire, véritable théâtre de nos discours impérissables…

  11. guillaume

    La pénuerie n’arrivera jamais si on laisse les prix filer librement.

    Une fois de plus, le problème de pétrole n’est pas un problème de quantité dans le sol, c’est un problème de disponibilité et surtout de DEBIT.

    Ce qu’il se passe depuis les années 2000 est interessant et illustre tres bien la théorie de l’offre / Demande. Il n’y a quasiment plus de marge de manoeuvre entre l’offre et la demande (pour diverses raisons) : comme la demande en pétrole est très peu elastique, des que tout le monde se met à demander du pétrole en même temps : les prix flambent. Du coup, ceux qui n’en avaient pas vraiment besoin réduisent ou optimisent leur consommation, il n’y a pas de pénuerie.

    A l’inverse, des que la demande baisse en volume, les producteurs se retrouvent à stocker dans tous les sens et les prix s’éffondrent.

    Le gaz et les huiles de shiste ne changent pas grand chose, mais ont donné le petit coup de pouce qui a permis de rebasculer dans le scenario 2. MAintenant, le débit net de ce type de puit (si l’on soustrait l’energie nécessaire pour construire les puits et extraire les hydrocarbures) est faible.

  12. Le Gnôme

    La meilleure recette de morue est celle de Gaston Lagaffe; la morue aux fraises a la chantilly mayonnaise aux câpres flambée au pastis .

  13. hervek

    En fait on a tous raison et tord car personne ne peut prédire l’avenir. Penser le pire permet de s’y préparer sans oublier de vivre et c’est de ca dont nous prive nos politiques.
    Il faut que chacun continue d’exposer ses arguments même contradictoires pour améliorer la connaissance générale et pondérer les avis. Peu importe qui aura raison, il faudra faire avec la réalité qui se dévoilera.

  14. Pablo

    Ces perspectives de voitures économiques, autonomes et partagées sont absolument déprimantes !
    Si le bas peuple achète moins de voitures qui consomment moins, comment va survivre notre cher état-bisous-maman dont les généreuses ponctions représentent un tiers des dépenses des français pour leur voiture ?
    (http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/consommation-le-cout-annuel-d-une-voiture-a-augmente-en-2014_1690986.html)
    Et si les voitures deviennent autonomes et provoquent moins d’accidents, que vont devenir nos belles associations de lutte contre la violence routière ?
    Ah non ! décidément c’est troporible !
    Sanglots et double facepalm

  15. lxy

    L’effondrement des recettes pétrolières de nombreux pays sous-développés aura des repercussions géostratégiques énormes cf Russie,Afrique, Brésil, etc

  16. Christophe

    Outre les aspects géologiques, technologiques (« on fore, on extrait mieux »), et économiques de base (baril cher ou pas cher, demande en hausse ou en baisse)… la question énergétique se double de :
    -une pointe de géopolitique
    -et un zeste de… pure politique
    Ce qui rend toute l’équation trouble, complexe, changeante, comme une savonnette que l’on essaye de tenir.
    Démonstration ;
    -« les producteurs US auraient dû faire faillite avec un baril à X dollar. il n’en a rien été »
    Ici, si on ne comprend pas que les actions de la FED -par exemple- sont capables d’annuler ce problème, on est perdu.
    Il est évident que le torrent de cash de la FED permet à des activités qui « auraient dû disparaître »… de continuer.
    En 2008, la bulle immobilière auraît du éclater, des banques « auraient dû » faire faillite, la Grèce « aurait dû faire faillite, sortir de l’Euro » etc.
    De nos jours, les taux des dettes souveraines « auraient dû augmenter fortement », « Areva aurait dû faire faillite » etc.
    Les exemples sont nombreux, partout.
    Ici, on est dans la politique pure.
    Les actions de certaines institutions sont capables de tordre la réalité, de tricher avec des règles, des principes économiques, arithmétiques de base, comme la cuillère que Néo tord dans Matrix.
    L’énergie est sans doute la chose la plus essentielle, et donc forcément la plus politique.
    La conclusion me semble dès lors évidente : H16 ET Yoananda ont raison, ensemble.
    Yoananda en rappelant les lois de la thermodynamique, les limites géologiques etc., et H16 en constatant que le barnum continue, et risque de continuer… LONGTEMPS.

    1. Tout est dans tout et réciproquement, du Christophe habituel. Il manquait un petit couplet sur « il faut assécher l’état en le privant de pognon ».

    2. MadeInCH

      3 moines rentrent au monastère.
      Ils croisent un escargot sur le chemin.
      .
      Moine 1: C’est une innocente créature de Dieu. Sauvons-lui la vie, et plaçons le sur le bord du chemin.
      Moine 2: Cet escargot va aller manger les salades du Frère Truc. Il faut l’éliminer.
      .
      Ne pouvant se mettre d’accord, les deux moines rentrent demander conseil au Supérieur.
      Moine 3, qui n’a rien dit, les suits.
      .
      Moine 1 explique son point de vue.
      Le Supérieur lui répond: « Tu as raison ».

      Moine 2 explique son point de vue.
      Le Supérieur lui répond: « Tu as raison ».

      Moine 3 demande: « Mais, c’est contradictoire! Chacune de ces explication est incompatible avec l’autre! »
      Le Supérieur lui répond: « Tu as raison ».
      .

  17. paf

    les voitures autonomes c’est bien mais le partage n’arrivera pas a moins d’y etre obliges, comme dans les pays de fascistes ou on t’oblige a rouler a plus d’une personne sur certaines files, ou avec les jours alternes.
    J’ai deja partage leur voiture avec un couple de hippies communistes.On leur passait notre place de parking, ils nous passaient la voiture.J’ai rapidement mis fin au ‘Partage’: leur voiture etait SALE en permanence, il fallait la nettoyer, il fallait mettre de l’essence, a chaque fois qu’ils passaient la prendre il fallait faire le mort sous peine de pause caca chez nous, et bien sur des qu’il y a eu un truc a reparer on est venu nous voir pour participer aux frais.
    Il ne faut pas partager avec des pauvres, or c’est le travail de l’etat de vous y obliger.

    1. gameover

      Tu oublies le système d’évaluation. Essaie de rechercher des passagers sur blablacar si tu as une évaluation de 3/5 ou de vendre sur ebay sans avoir au moins 99% de clients satisfaits… etc…

  18. Val

    Je n ai eu le temps de regarder la vidéo mais il y a aussi un autre truc en expansion avec l impression 3D , l impact sur le transport et sur les infra globales des entreprises sera majeur. Les conséquences sur l usage des carburants utilisés lors des transports sera sans doute très important. Ayant vu internet pousser en live, je me souviens que la vitesse avec laquelle le truc prenait donnait le tournis. Alors on disait alors en riant à moitié : « tant qu on n arrivera pas à faire passer des patates par le tuyau on est tranquilles » ; nous y sommes presque. Et finalement c est peut être une bonne nouvelle.

    1. DoS

      Pas des patates mais beaucoup de femmes nues….
      J’aimerais bien savoir combien de % d’Internet correspondent à du cul.

      Qq un peut répondre ?

      1. MadeInCH

        Il y a quelques années j’avais lu que les arts déshabillés occupaient 50% de l’internet non scientifique.
        Désolé, je n’ai pas de référence.
        Mais comme c’était avant l’avènement du « Vrai Monde », apparu à la naissance de Face-de-Bouc et de Touîîteur et des cerveaux secondaires portables (smartphones), je suppose que ça a changé.
        Aujourd’hui, il y a même des abonnements de téléphonie mobiles avec un forfait à 1~2Gb par mois, mais avec Wassup illimité.
        Je pense que le « chat » onligne a dû prendre une telle palce que ça a dû grignoter un peu le % du cul.

              1. Pheldge

                « de la dope » , tout de suite les mots qui fâchent ! c’est comme la petite pilule bleue sauf que c’est rien que du naturel 🙂

                1. Bonsaï

                  Ah! je les prends direct sur le fait, les petits dealers de schnouffe. Si vous ne tenez pas à voir débarquer les keufs, il va falloir allonger quelques arguments diplomatiques.
                  Bande d’amateurs, va !

                  1. Pheldge

                    Histoire vraie, racontée par un ami ex-policier qui avait serré en flag deux frères reubeuh, chacun accusant l’autre :  » M’sieur l’inspecteur, j’ai rien fait, c’est lui , al yehudi , le juif ! dis-le à M. l’inspecteur que c’est toi ! » Dialogue authentique, qui me permet de remarquer qu’ici « juif » est une insulte reubeuh , de même que « chienne » dans une autre conversation … 🙂

                    1. Bonsaï

                      Nous remercions le Professeur Pheldge pour son indispensable communication et pour l’éclairage original qu’il apporte sur les néologismes et autres pratiques locutoires en usage chez la pègre nord-africaine ou assimilée en ce début de 21e siècle.

                    2. Pheldge

                      Toujours heureux de rendre service ! 😉
                      Une prochaine fois , je vous raconterai une histoire de « Guyanais de souche » ( expression validée par Taubira ) et de Surinamiens … pleine de bisous et de vivransamble 🙂

      2. Dr Slump

        Si c’est en nombre de sites web, je ne peux pas dire. Mais proportionnellement, le sujet porno doit représenter 50% de tous les sujets abordés sur Internet. Puisqu’en vertu de la loi d’Internet n° 34, « if it exists, there is porn to it ». Et s’il n’y a pas la version porno d’un sujet déjà existant, règle n° 35: « if no porn is found to it, it will be created ».
        On trouve même des porno-poneys donc vous voyez… 😀

  19. DoS

    Il y aurait un marché en France sur le Bio- (médical, informatique, énergétique, etc…). Mais mon avis est que cela sera classé avec les OGM et le gaz de schiste.
    C’est ironique quand l’on pense qu’est ÉTHIQUE ce que des socialo-communistes décident de ce qui l’est ou pas. Ça c’est DRÔLE !

    Je vous offre la meilleure invention du monde vivant: MOI.
    Enfin, l’humain en général.

    Quand nous aurons une voiture propulsée à l’ATP en Françe, là je dirais, ok, j’etais con….sinon je pencherais plus pour une grosse machine à ultra son créee en cachette par nos étatistes-scientifiques comme dans Atlas Shrugged.

    Car, c’est important voyez vous de garder une certaine autorité vis à vis du monde. Pov’ France.

    1. Popeye

      Il y a bien le vélo qui est propulsé grâce à l’ATP…
      La voiture à pédales également.
      Il faudrait que je vérifie les filière métaboliques du cheval, mais p’têt ben aussi que la carriole de grand-pépé aussi.

  20. Alexandrov

    Je lis quotidiennement ce blog depuis bien longtemps et ne l’ai que très rarement commenté. Mais là, quand, écouteurs plantés dans les oreilles j’entends sur BFM (radio) que votre bouquin est recommandé par JM Daniel devant la France entière, puis qu’une sorte de rédac’ chef d’Alternatives Economiques ou quelque chose comme ça propose à peu de choses près de vous guillotiner avant l’aube, je dis… chapeau.

    J’invite tout le monde à écouter ce morceau de l’émission sur le site de la radio (« La librairie de l’éco », BFM).

    La violence, par contre, du type en face (« Chavagneux » ?) montre qu’un débat sur un vrai libéralisme en France n’est pas près de (bien) se passer. Tant pis, quoi qu’il arrive ça fait très plaisir de vous voir avoir toujours plus de visibilité, cher H.

    Continuez.

      1. Duff

        J’ai explosé de rire hier soir en effet. Alors que Chavagneux nous sert chaque semaine un torche cul d’ATTAC ou du dernier communiste venu que sabre avec finesse mais toujours courtoisement JM Daniel, la violence verbale et l’agacement de Chavagneux à l’égard du livre d’H16 tranchait cruellement.

        C’est très révélateur : Être Charlie c’est débattre dans un cercle bien délimité duquel on n’a pas le droit sortir. Tout ce qui fouette un chaton mignon socialiste devrait être proscrit. Pas étonnant donc qu’après avoir bridé la liberté d’expression, aucune idée subversive c’est à dire remettant en cause le camp du bien ne puisse être discutée. Plus le réel dément les imbécillités des socialistes plus ceux-ci se réfugient dans l’insulte et plus ils veulent censurer les débats..

    1. Merci pour ce commentaire.
      Je suis officiellement classé « Pourriture capitaliste » par un scribouillard d’Alternatives Écocomiques : c’est un badge, un galon, une distinction !

      achievement unlocked

      1. Duff

        Cher H16 votre livre mérite de retourner à la poubelle de laquelle il n’aurait du jamais sortir dixit le sage Chavagneux. Pire, l’anarcho-capitaliste avec lequel j’ai eu maille à partir sur son utopie n’est en fait qu’un satané néo-cons de l’extrême drouate américaine caca popo poubelle de l’histoire. l’horreur incarnée. Encore pire des lèvres du méchant caca-boudin Jean-Marc Daniel : Ce garçon a une influence croissante sur internet:

        LA Fraônce a PEUR.

      2. heirem

        Cependant personne ne relève la confusion faite par JM Daniel entre capitalisme et libéralisme ? L’un est un système de fonctionnement économique et l’autre une philosophie. Mais je pinaille peut-être .. Quoi qu’il en soit tes écrit, H16, à mon sens, reflètent plus du deuxième que du premier. Surtout que nous sommes tous capitalistes, qu’on le veuille ou non, et heureusement. Même Mélenchon, qui capitalise sur les revenus de ses livres pour financer des actions politiques, est une sorte de capitaliste.

  21. albundy17

    « puis qu’une sorte de rédac’ chef d’Alternatives Economiques ou quelque chose comme ça propose à peu de choses près de vous guillotiner avant l’aube, je dis… chapeau. »

    mdr. Objectif atteint !

  22. QS

    Non, H16, les batteries n’ont pas « un rendement franchement médiocre ».Il est même franchement bon. Les Li Ion ont un rendement de 80 à plus de 90%.

    C’est un mauvais argument contre la voiture électrique d’autant plus que les moteurs électrique ont aussi un très haut rendement (>90%).

    Le problème n’est pas là.

    1. Le rendement est franchement médiocre parce que si on a bien 80 à 90% une fois la batterie chargée, vous oubliez allègrement le chargement. De plus, le rapport énergie stockée par volume est aussi mauvais.

  23. robi

    La pénurie est commencé. Les rois du pétrole ont le pied écrasé sur l’accélérateur pour solder leur stock et leurs bas prix sont parfaitement calculés pour empêcher les émergeant pétrolifères d’accéder au royaume de l’or noir avec leurs exploitations alternatives. Les rois actuel garderont ainsi leur position financière dans une société à sec. Un scénario d’offre et de demande classique aboutirait à ce que le jours où les actuels rois du pétrole seront à sec ils se trouvent alors dépassés, asservis par les émergeants pétrolifères. En maintenant leur prix indécemment ils préserveront leur statut en précipitant la chute et en empêchant l’exploitation des gisement difficiles.

    1. Quel charabia de n’importe quoi.

      S’ils soldent et empêchent les émergents pétrolifères d’accéder patati, lorsqu’il n’y aura plus de pétrole, les prix remonteront patata, et les émergents auront alors des exploitations rentables. Les rois du pétrole feront comment, concrètement, pour empêcher les gaz & huiles de schistes déjà rentables actuellement ? Ils feront comment pour empêcher Putin ou les Iraniens de redevenir rentable à 100$ le baril ? Ils vont faire comment pour empêcher qu’on exploite les sables bitumeux ?

      Ah oui, j’oubliais : le Complot Mondial, bien sûr !

      Grotesque.

      1. Calvin

        Je crois que vous n’avez rien compris à ce film.
        Et si c’est un argument… Lol
        Ce blog est comme une boîte de chocolat : on ne sait jamais sur quel troll on va tomber.

        1. tschok

          Plutôt qu’une boîte de choco, ce blog me fait plus penser au dîner de cons. Comme j’ai testé la place de Jacques Villeret et que Yoananda occupe avec une rigueur quasi fiscale celle de Daniel Prévost, je suppose que vous tenez le rôle de Francis Huster et H16 celui de Thierry Lhermitte.

          A ce stade je me pose donc la question de savoir qui baise la femme de l’autre.

          Vous me pardonnerez de ne pas écouter la réponse, j’ai un pont de Garabit à bâtir et les allumettes, ça n’attend pas.

          1. Black Mamba

            Encore un qui est mauvais joueur , monsieur pense qu’il suffit de poster pour être accepté par le groupe !?
            Non ! Non !
            Il faut passer l’épreuve du bizutage …
            Non mais hooo ! 😈

          2. Black Mamba

            Encore un qui est mauvais joueur , monsieur pense qu’il suffit de poster pour être accepté par le groupe !?
            Non ! Non !
            Il faut passer l’épreuve du bizutage …
            Non mais hooo !
            Seuls les persévérants ont notre respect 😉
            Les pleurnicheurs dehors !!!

            1. tschok

              Vous vous gourez Madââme, le rôle de Villeret me va fort bien et j’adore les allumettes.

              Dites adieu à la forêt équatoriale, parce que là, j’attaque le viaduc de Millau.

  24. Pheldge

    Euh, aujourd’hui ,c’est la « Teuf des reup’s » 🙂 Y’en a des certains, qu’avec tous les cadeaux qu’ils ont reçus et accumulés depuis la nuit des temps, peuvent ouvrir un magasin ! 😉 Je ne nomme personne, je ne veux pas faire de jaloux …

    1. Bonsaï

      Salut l’artiste !
      Il convient de souligner ici le morceau de bravoure qui consiste à placer directement sous une sentence solennelle du Maître une ineptie übergrotesque (TM).

      1. Pheldge

        Bin d’habitude à cette heure-ci, y’a du monde , des commentaires détendus … là, j’ai posté à la fin, où j’ai pu ! 🙂

  25. Bonsaï

    Et modeste avec ça.
    N’empêche qu’on a mérité une petite médaille pour avoir forcé le score jusqu’à 210 commentaires (de qualité). Ce qui, sur deux jours, n’est pas vraiment un exploit et préfigure mal du désert que sera le mois de juillet, si j’en crois mes lectures des chroniques passées…

  26. yoananda

    Un avis différent sur la question pétrolière, par Gail Tverberg l’une des meilleures blogueuse anglo-saxonne sur le pic pétrolier.
    http://ourfiniteworld.com/2015/06/23/bp-data-suggests-we-are-reaching-peak-energy-demand/

    En France nous avons Gaël Giraud et François Roddier qui sont très intéressants aussi puisqu’ils sont parmi les seuls à intégrer la notion d’énergie (de manière non négligeable) dans l’économie :

    Gaël Giraud est économiste directeur de recherche au CNRS
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/04/19/gael-giraud-du-cnrs-le-vrai-role-de-lenergie-va-obliger-les-economistes-a-changer-de-dogme/
    élasticité du PIB par rapport à l’énergie.
    co-intégration PIB / NRJ
    spirale énergie complexité

    Roddier est astronome et à écrit un livre « la thermodynamique de l’évolution », absolument passionnant.
    http://www.francois-roddier.fr/

    Le rapport de la Royal Society sur l’approvisionnement pétrolier :
    http://rsta.royalsocietypublishing.org/content/372/2006/20130179.full
     » we concluded that a sustained decline in global conventional production appears probable before 2030 and there is significant risk of this beginning before 2020 [11,62]. This assessment excluded tight oil resources since these were classified as unconventional. However, on current evidence the inclusion of tight oil resources appears unlikely to significantly affect this conclusion, partly because the resource base appears relatively modest »

    Il faudrait aussi que j’explique pourquoi les économistes (pour la plupart) même de bonne fois peuvent de fourrer complètement les doigts dans l’œil concernant la question pétrolière, tout autant que pour les subprimes.
    Il faut comprendre qu’en majeure partie l’économie enseignée actuellement (surtout en France) découle des outils mathématiques du siècle dernier, c’est à dire, les équations linéaires. Ce n’est que depuis quelques années qu’on analyse l’économie sous l’angle de la complexité (avec certains des outils de la théorie du chaos, et de la systémique), et donc, des équations non linéaires. Toutes les théories économiques ont été construites pour coller aux outils mathématiques « linéaires »; Hors, l’économie est tout sauf linéaire. Nous avons donc un problème majeur qui explique pourquoi, d’une part, les théories économiques libérales sur la question énergétique sont fausses, et, pourquoi la question énergétique a été négligée (en période d’abondance, pas vraiment besoin de s’en préoccuper).
    Le monde universitaire commence à changer doucement, mais, ça reste marginal.

Laisser un commentaire