En France, travailler dur est sévèrement condamné

En France, en matière de Code du travail, il y a des limites à toutes les bornes et lorsqu’elles sont dépassées, toutes les barrières volent en éclats derrière les frontières les plus lointaines, là-bas, au-delà de l’horizon, en particulier lorsqu’il s’agit de définir et fixer une fois pour toutes, pour les siècles des siècles, ce qui est autorisé de ce qui ne l’est pas.

Prenez la semaine des 35 heures. Il est maintenant clair que cette durée de travail hebdomadaire, choisie avec finesse par une équipe socialiste taraudée par le besoin d’expertise et d’exactitude dans ses décisions, est à la fois harmonieuse, indispensable à l’équilibre entre la vie familiale et le travail en entreprise, qu’elle a permis de créer des millions d’emplois (au moins) tout en abaissant la consommation française d’anxiolytiques et de substances qui font rire, et en rendant Martine Aubry, l’autrice de cette loi, à la fois intelligente et désirable sexuellement.

filoche wtf

Il était donc relativement impensable qu’on puisse imaginer, ne serait-ce qu’une seconde, revoir de façon substantielle l’évidente nécessité de faire fermer boutique à tout le monde au moins une fois par semaine, sauf, bien sûr, ces entreprises qui travaillent pour l’État, qui ont des activités saisonnières, qui manipulent des denrées périssables, qui ont des travaux urgents à réaliser, qui font du gardiennage, qui ne peuvent pas faire autrement, qui …

Bref, vous le comprenez : la France ne peut pas multiplier les dérogations, étroitement surveillées, sauf à saborder cette joie de vivre, cette magie de l’exception française qui permet à chacun de goûter à une qualité de vivrensemble que le reste du monde nous envie, du lundi au samedi de 9:30 à 12:00 et de 13:45 à 16:45 sauf le mercredi après 13:30 et un peu plus longtemps le vendredi parce qu’il y a nocturne jusqu’à 17:30.

On comprend bien, dans ce cadre, le ressentiment qui s’est emparé de tous les fiers travailleurs français lorsqu’il fut question d’une remise en cause sournoise — le turbo-libéral est toujours sournois — de la fermeture dominicale, lâchement organisée par Emmanuel Macron, évidemment turbo-libéral lui-même, qui en veut aux chatons communistes, épuisés de fatigue après une dure semaine à lolcater comme des fous. Immédiatement, la société française s’est dressée comme un seul homme pour combattre cette abomination et cette ouverture dominicale a bien vite été réduite à une petite peau de chagrin.

oooh filochePartant, si on a minutieusement calé la semaine à 35 heures et si la fermeture dominicale est à ce point essentielle pour l’équilibre des shakras républicains, démocratiques et citoyens, on comprend qu’il ne pourra y avoir aucune latitude, aucune marge de manœuvre, aucune excuse ni aucun passe droit pour ceux qui tenteraient bêtement de bosser tout le temps, non mais oOooh !

Dès lors, on ne peut absolument pas s’étonner de la mésaventure qui est survenue à un quadruplet de boulangers récalcitrants dont l’atteinte à la bonne marche de la société française en général et de Dax en particulier était devenue intolérable. Ces quatre malfaiteurs avaient en effet décidé de travailler sans discontinuer tous les jours de la semaine, complot ourdi sans honte dans le seul but de s’enrichir en vendant du pain.

Rendez-vous compte. On apprend ainsi que parmi les condamnés opérait un boulanger qui n’a pas hésité à produire des pains, des brioches et probablement d’autres viennoiseries (la présence d’enfants parmi mes lecteurs m’oblige à ne pas détailler davantage les horreurs commises) pendant plus de trois ans (oui, quand je vous dis que c’est atroce), et que le criminel a été jusqu’à utiliser l’ignoble chantage à l’emploi pour faire perdurer son abominable commerce :

« Avec cette fermeture, on va devoir licencier des personnes qui sont là pour moi depuis 4 à 13 ans »

Heureusement, l’État a agi. Frappant durement ces dangereux criminels, il a infligé amendes et condamnations avec inscription au casier à ces entrepreneurs qui faisaient ainsi passer leur métier, les emplois et la satisfaction des clients avant le vivrensemble républicain moelleux.

« Avoir un casier judiciaire de cinquième classe au tribunal de police, c’est quand même la classe la plus haute avant le tribunal correctionnel… J’ai honte d’être chef d’entreprise, de vouloir uniquement travailler. Je ne comprends pas. On attendait franchement la relaxe. Se battre pour travailler… Je suis épuisé. »

M’enfin, c’était évident que vous ne pourriez pas continuer vos activités délictueuses ainsi sans encourir les foudres administratives !

filoche m'enfin

Et pour cause !

C’est un crime sans victimes : des employés payés et déclarés, des patrons heureux, des clients satisfaits, tout ceci doit être réprimé avec d’autant plus de force que personne n’était là pour pleurer. Lorsque la veuve est heureuse et l’orphelin occupé à compter fleurette, heureusement, l’État est là pour prendre le flambeau de la misère ; si elle n’existe pas, il saura la trouver quitte à la provoquer, pour ensuite la représenter fièrement, le bras vengeur et le glaive séculier pour faire bonne mesure, devant des juges, qui appliqueront une loi ciselée dans l’équité, la logique et l’intérêt collectif.

oh filochePire encore, il ne faut pas perdre de vue que cette activité débordante permettait de créer de la richesse et des emplois, ce qui constitue en France trois crimes ignobles : le premier, celui qui consiste à rendre inégaux ceux qui travaillent par rapport à ceux qui ne travaillent pas (et là, ça défrise du Gégé au rasoir à petit sabot) ; le second, qui permet d’afficher un très mauvais exemple de brèche ouverte devant la loi au vu et au su de tout le monde ce qui affaiblit le pouvoir des syndicats et fait péter des boulards gros comme des militantes EELV aux inspecteurs du travail qui passent par là ; le troisième enfin, le plus grave, qui ose donner ou redonner le moral à ceux qui croient, niaisement, que si personne ne se plaint, mieux, si tout le monde y trouve son compte, alors le bonheur global augmente. Grossière erreur ! Tout le monde doit savoir que le bonheur est exclusivement distribué par l’administration, après une demande correctement remplie sur Cerfa en trois exemplaires, et avec un délai de livraison variable selon arrivage.

Dès lors, mes petits amis, il faut le comprendre : pour toutes ces raisons essentielles à la formation d’un vivrensemble chimiquement pur, toute tentative de se remonter le moral, seul ou en groupe, de créer de la richesse, seul ou en groupe, de faire un métier que l’on aime et de se rendre gaiement au turbin le matin sera vertement réprimée.

Nous sommes en Socialie : travailler dur sera condamné. Ceci n’est pas ouvert à négociation. Rompez.

just doing their jobs

J'accepte les Bitcoins !

1BiAMPHrxpvQJgDD5sf8eyrWkDpFjfds8M

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires239

  1. Aristarkke

    Juste qu’il faut néanmoins travailler dur pour avoir de quoi crouter convenablement après le passage d’Attila, de ses taxes, impôts, contributions sociales volontaires obligatoires, etc…

    1. Peste et coryza

      Non, c’est même pire.
      Attila n’a jamais eu la volonté d’administrer un territoire ou de pourrir tes affaires.
      Son service public se limitait à une grosse armée, une secrétaire et un comptable.

      Et même au moyen age, les seigneurs n’intervenaient pas les affaires des gueux. Ils les laissaient s’organiser entre eux (même jusqu’à la justice pour meurtre) tant les gueux restaient soumis et payaient leur impôts.

  2. Le Gnôme

    J’entendais hier sur BFM dans l’émission les experts que les employés de Séphora avaient voté à 96% pour l’ouverture du magasin des Champs jusqu’à minuit. Pas de pot, les syndicats ne veulent pas en entendre parler et le magasin aura le choix entre verser des sommes croquignolettes à ces inutiles ou continuer à fermer à 21 heures. Il faut dire que le referendum a été raboté à l’Assemblée qui a imposé l’accord des syndicats.

    Pas de doute, le socialisme, c’est magique.

    1. villon89

      Les employés de Sephora pourront travailler le soir, sur la base du volontariat, payé double avec repos compensatoire. Les taxis seront remboursés et les frais de garde d’enfants également à hauteur de 12€/heure

          1. gameover

            Oui mais il faut lire entre les lignes :

            « Le score «montre que l’accord est légitime», a déclaré à l’AFP le délégué CFE-CGC de Sephora, Stéphane Guillory »

            Oops… si l’accord est légitime, pourquoi faire un referendum… à moins l’accord n’ait pas été signé par une majorité de syndicats représentatifs… et même les syndicats représentatifs ne semblent pas être d’accord sur la question qui a été posée.

              1. caroline

                Hier pour « calmer le jeu » Valls a licencier avec fracas l’arrogant DRH d’Air France et l’a remplacé par un ami proche un certain Gateau !

    2. royaumont

      Un référendum ? Depuis quand demande-t-on au bas peuple son avis pour savoir ce qui est bon pour lui ? Voyons, un peu de sérieux.

      1. Thierry Theller

        @royaumont 9 octobre 2015, 9 h 25 min

        « Un référendum ? Depuis quand demande-t-on au bas peuple son avis pour savoir ce qui est bon pour lui ? »

        Faut pas rêver ! En revanche, on peut lui demander son… programme !

        Et sans sa permission !

        VOUS AVEZ DIT PROGRAMME SOCIALISTE ? AÏE ! AÏE ! AÏE ! CARAMBA !

        Qui a dit* : « Si une communauté n’est pas acceptée, c’est qu’elle ne donne pas de bons produits, sinon elle est admise sans problème. Si elle se plaint de racisme à son égard, c’est parce qu’elle est porteuse de désordre. Quand elle ne fournit que du bien, tout le monde lui ouvre les bras. Mais il ne faut pas qu’elle vienne chez nous imposer ses mœurs». *(De Gaulle).

        Que l’on se rassure, non, il ne s’agit pas de F. Hollande ! Oh que non… ! Ni le genre… ni le style… ni la stature ! Encore moins l’intégrité morale !
        Car, F. Hollande, outre ses prédispositions naturelles au chaos institutionnel, ressemblerait plutôt, lui, à une manière de « bébête à sommiers ». Voir, l’article que j’ai initialement publié sur : http://le-rassemblement.org/f-hollande-strings-bruxellocratie-et-viol-des-foules-la-nouvelle-republique-hollandiste/

        Cependant, excepté ses petites manies, il faut bien admettre que cet hollandissime personnage n’est pas un président totalement ignare.
        Par exemple, il n’ignore pas que : « Les poissons vivants sont les seuls à remonter les fleuves à contre-courant ».

        En fin stratège, il a sûrement et immédiatement compris, avec ses amis yankee’s, toute (…) lire la suite sur :

        http://news360x.fr/nous-sommes-en-train-de-brader-2-000-ans-dhistoire-la-france-est-bonne-pour-la-sauvagerie/#comment-168944

  3. Calvin

    Merci h16 d’avoir ménagé ma jeunesse en ne détaillant point les ignominies de ces méchants boulangers.
    Un détail : normal, on utilise « second » dans une énumération de deux items et pas quand c’est suivi de troisième, quatrième, etc…

          1. Pheldge

            Camarade Caton, tu es donc contre la Révolution ? Tu restes attaché à l’écriture et à la pensée bourgeoise, camarade ? Tu ne veux pas reformuler ton propos, avant que le Commissaire du Peuple ne le lise, et prenne la sanction qui s’impose, contre les forces de la réaction ?

        1. Fastnet

          C’était juste pour dire que l’usage et les lois sont faits pour évoluer librement :
          L’usage change parfois lentement, les textes de F.Villon en ancien français n’ont pas la même orthographe que celle de la III République.
          Les lois sont écrites par les hommes et sont réécrites par d’autres hommes !
          Rien n’est figé dans notre monde !
          Et ce blog est un bon exemple de cette lutte !

    1. bob razovski

      Je perplexise…

      Il me semble que « second » est là pour marquer un classement. On finit second d’une course, pas deuxième. Il peut y avoir moulte concurrents derrière, on utilisera toujours le mot « second ».

      Deuxième sert pour une énumération.

        1. bob razovski

          Moi zaussi. Et comme j’ai un jour entendu une autre version, je suis allé rechercher des infos, et suis tombé sur cette histoire de différence entre « classement » et « énumération ».

          Mais visiblement, d’après le site de l’académie française, ce n’est pas ça non plus.

  4. kel

    Si je me souviens bien de l’histoire, ces boulangers ont été dénoncés par leurs collègues boulangers soutenu par la CGPME locale…. qui considéraient qu’il s’agissait d’une concurrence déloyale!

    1. Calvin

      Les entrepreneurs ne peut pas agir sans tomber en concurrence avec les actions des élus.
      On parle même de Concurrence des Royal.

      1. Calvin

        A propos de délation, les employeurs vont ou devront dénoncer leurs employés ayant été flashés au delà de la vitesse autorisée…
        Ça s’arrange dans ce pays, quand on sait que le permis est souvent demandé à l’employé.
        Ben c’est son patron qui va devoir le saquer.

        1. Duff

          J’ai vu passer une dépêche comme quoi maintenant en Belgique on pouvait dénoncer ses voisins qui fraudent le fisc. C’est beau, le premier ministre est sensé être libéral… 😉

          1. floriska

            En corée du Sud il existe des écoles de la délation ! Et les délateurs touchent des primes de l’état pour chaque acte de délation.

          2. Aristarkke

            Comment les voisins de Thevenoud ou de Cahuzac pouvaient savoir -sérieusement – si ces deux filous fraudaient le fisc (en transposant cette idiotie à la Grance)???

            1. Duff

              Délation ou pas, les politiques se tiennent entre eux, c’est la caste supérieure. Qui peut croire qu’au sommet de l’état comme du parti d’opposition majoritaire personne n’était au courant.

              Ceux qui peuvent se faire balancer, c’est bien entendu les petits cons qui osent vouloir échapper à leur condition de sans dent!

        2. Higgins

          L’idée est tordue, à l’image de ceux qui l’ont eue, mais elle est un peu compliquée à mettre en œuvre. Les pouvoirs publics jouent sur la peur et le légalisme des français mais c’est du flanc. À partir du moment où le conducteur n’est pas identifiable (cas des contrôles effectuées dans le dos du véhicule), c’est plié mais il faut se défendre et le Léviathan a mis en place une procédure très dissuasive et profondément malhonnête moralement parlant.

          1. vengeusemasquée

            Ce ne sera jamais mis en oeuvre, c’est sûr, ne serait-ce que parce que l’administration n’est pas en mesure de mettre un nom en face d’une immatriculation quand celle-ci est liée à une personne morale.

          2. Calgon

            Bien sur que c’est possible a faire (certains groupes le font déjà du reste) : Pour chaque véhicule de service, il suffit de mettre en place un registre avec heure de départ, d’ arrivé et nom de la personne.
            Vous laissez ca a la secrétaire avec les clefs des véhicules et hop, le tour est joué (accessoirement, ça peut servir à réduire la flotte de véhicules).

            Por les voitures de fonctions, c’est un avantage personnel a un salarié, la question ne se pose donc pas.

            1. Pheldge

              Bon, là , il faut quand même rappeler les bases : la voiture du patron, c’est de l’abus de bien social , la voiture de fonction du commercial, c’est son outil de travail … et vous bande de sans coeur, vous voudriez que cette pauvre victime de l’avidité toujours croissante de son exploiteur, en plus, paye les contraventions, pour des infractions dues à la cupidité aveugle de cet odieux personnage ?

            2. Higgins

              Légaliser le principe de dénonciation au nom de pseudo-arguments de sécurité, ici appelé routière, c’est ouvrir une boite à Pandorre. L’administration ne s’arrêtera pas en si bon chemin et elle trouvera rapidement de quoi et sur quoi apaiser sa soif. Personnellement, j’en fais une question de principe non-négociable.
              La « chasse » à la délinquance routière, telle qu’elle est actuellement pratiquée, n’est qu’un misérable paravent pour dissimuler ce qui n’est qu’une opération de spoliation financière, une de plus dans un pays où c’est devenu un sport national. Passé les premiers effets, les mauvias chiffres reprennent inexorablement une progression (plutôt relative qu’absolu de mon point de vue), progression qui appelle, par le biais des lobbies imbéciles, une nouvelle répression. Pour paraphraser Coluche: « jusqu’où s’arrêteront-ils? ». Qui plus est, mettre en avant une règle de bon sens pour effectuer des procès d’intention aux citoyens (rouler quelques km/h au-dessus d’une vitesse recommandée ne transforme personne en dangereux délinquant) ne me parait pas digne d’un pays qui se revendique démocratique (l’a-t-il été une fois d’ailleurs avec des partis qui verrouillent le débat public?).

              1. Aristarkke

                Il y a eu des députés qui proposaient que toute infraction de vitesse entraîne des pertes de points sur le permis du patron. Vraiment étonnant qu’ils n’aient pas eu gain de cause… Peut-être à cause de leurs propres chauffeurs à la vengeance larvée??? 😕

                1. Higgins

                  Ce qui serait marrant, ce serait de voir les points retirés sur le permis du ministre, député ou autre officiel et l’amende imputé lorsque leur chauffeur commet une infraction dans l’exercice de ses fonctions.

            3. sam player

              Si y en a des qui ne sont pas au courant, j’en profite pour vous informer qu’en cas de contraventions avec un véhicule vous pouvez mettre l’amende sur votre note de frais en vertu du principe que le salarié n’a pas à supporter des retenues sur salaire à l’occasion de son activité pro.

        3. Vodkaman

          si je dis pas de sonnerie, il est possible, en Allemagne, de dénoncer à la police les infractions constatées au code de la route.
          j’imagine la même chose en Rance (pas le fleuve mais ce qui reste de ce pays) – ça à comme un parfum de « libération » où les gentils résistant dénonçaient les « collaborateurs zélés » pas du tout dans l’intention de récupérer leurs biens, non, c’est juste parce que les heures les plus sombres gnagnagna…

      1. vengeusemasquée

        Oui mais ça, c’est mal et ça doit être combattu. Tu pars du principe que l’un des deux est plus intelligent ou malin que l’autre. Ce n’est pas républicain. Chacun doit être traité de la même manière. Et Toc !

      2. Pheldge

        Pas d’accord ! la concurrence peut être déséquilibrée, oui. mais la loyauté s’entend vis à vis des lois et règles du marché.

    2. Laurent

      J’ai entendu la même proche de chez moi. Résultat : 1 employé viré. Sur 3. Une loi est donc capable de tuer 33% des emplois, pas mal.
      Question : il n’y a pas d’association de soutien, capable de financer avocats et autres ? Ces gars, apparemment bosseurs et courageux, se retrouvent bien seul face à cette mafia…

      1. Higgins

        Le problème est plus complexe. Si « l’infraction » aux yeux de la loi est constatée, et dans ce cas elle l’est, il ne peut y avoir que sanction même si l’approche est d’une rare imbécilité. Ça explique les procédures gagnantes du collectif de syndicats sur Paris relatives au travail nocturne. Tant que dans ce pays, il y aura des politiques avec un logiciel intellectuel bloqué sur Zola et le crypto-marxisme, on n’avancera pas.

          1. gameover

            Oui, mais c’est l’inspection du travail qui verbalise et si au moment de l’audience la situation perdure et que le contrevenant conteste et dit qu’il n’a pas l’intention de rentrer dans le rang, il n’y aura pas dispense de peine.

      2. gameover

        Un arrêté municipal, préfectoral n’est pas attaquable devant un tribunal à partir du moment où c’est la loi qui les a autorisés à prendre ces arrêtés en question et qu’ils sont conformes.
        Les juges n’ont aucune latitude à ce niveau.

        La loi, elle, est uniquement attaquable au niveau du CE (ici) ou CC mais il faut une raison légitime et dire qu’une loi est juste mauvaise n’en est pas une.

        1. Kazar

          Si j’ai bien lu le billet d’H16, les contrevenants sont passés devant le Tribunal de police, nous sommes donc en matière pénale, et il existe aussi des dispositions comme la dispense de peine qui permettent au juge de sanctionner en théorie mais sans conséquence pratique aucune.
          In fine, la décision appartient au juge, encore faut(il que la personne soit défendue par quelqu’un qui soit bon en pénal et qui connaissance toutes les possibilités offerte en la matière, comme également des nullités de procédure (il y en a d’autres mais n’étant pas pénaliste, je ne peux les détailler).

          1. gameover

            Le juge peut effectivement apprécier les éléments fournis par les parties et moduler les peines puisque c’est la loi qui l’autorise à faire ainsi.
            Et d’ailleurs c’est ce qu’il a fait quand il a mis des peines avec sursis à ceux qui étaient rentrés dans le rang EN FERMANT UNE JOURNEE PAR SEMAINE.

            Mais dans le cas de celui qui persiste même après le relevé d’infraction à rester ouvert, il doit confirmer la contravention : il ne peut pas laisser persister une situation illégale, il n’y a AUCUNE issue ni même motivation possible à un tel jugement..

            Dans le cas contraire ce serait les autres boulangers via leur confédération qui pourraient faire appel du jugement ou lancer une procédure pour faire appliquer la loi ou l’arrêté si ils y ont intérêt.

              1. gameover

                La plupart du temps c’est un arrêté préfectoral qui fixe la réglementation et l’inspection du travail qui verbalise.
                Fail !

              2. vengeusemasquée

                Si le contrôle de légalité existait encore en France, ça se saurait… les collectivités peuvent prendre n’importe quel acte, la préf s’en contre-tamponne.

            1. royaumont

              N’est-il pas possible de contourner cette interdiction en créant 2 sociétés qui mutualisent l’outil industriel, les locaux et les achats ?
              Une travaillerait la semaine, la seconde le soir et les W-E ?

                1. Harold Glitch

                  Jouable mais difficile, si l’URSSAF met son nez dedans, je vois d’ici le topo :
                  – « pour les clients c’est la même enseigne »,
                  – « qui fait le ménage pour qui »,
                  – « les poubelles ne sont pas séparées » …

                  Un des deux patrons fait une « gérance de paille », nous allons donc « requalifier » les déclarations de travail, patati patata.

                  Il suffit d’une plainte d’un concurrent et c’est fini, en fait, rien ne résiste à Gégé.

                  1. Pheldge

                    Avec pour circonstance aggravante, d’avoir mis en place un système pour contourner la loi. Et ça, ça passe très , très mal …

            2. Pheldge

              Sur mon île lointaine, il y a de nombreux point chauds, notamment les stations services qui sont ouverts 7/7 et vendent donc pain et viennoiseries. Mais je suppose que n’étant pas inscrits comme boulangers, ils ne sont pas soumis à ces contraintes de fermeture….

  5. zelectron

    Je croyais que la liberté de travailler préemptait la liberté de fainéanter
    Dans la pensée (si l’on peut dire) socialiste il ne faut pas que d’aucuns s’arrogent le droit de faire honte à ceux qui glandouillent surtout volontairement.

  6. Infraniouzes

    Le formatage du « bien vivre ensemble » dépasse tout ce qu’on peut imaginer. Me repassant le film des événements survenus à Air France, il me semble me souvenir que, d’après les images furtivement montrées à la TV, l’AG semblait assez bien se tenir. Bigre, on allait tout droit vers un compromis. Mais la CGT ne l’entend pas de cette oreille. Pas d’accord sans avoir extorqué un maximum de concessions à des dirigeants toujours plus mous et plus craintifs que jamais. Et j’ai cru voir un agitateur rouge (la fameuse agit-pro des marxistes) mettre, sans raison le feu aux poudres en hurlant que les travailleurs allaient se faire rouler (ou quelque chose comme ça). Il n’en fallait pas plus pour que des gens bien « chauds » se lâchent sur les malheureux cadres qui, étant sur place, n’ont rien vu, ne se souviennent de rien ! La terreur qu’inspire la machine de guerre marxiste est toujours bien réelle. Les copains de Filoche ont encore de beaux jours devant eux….

  7. Gerldam

    Que ces braves boulangers viennent donc dans les pays voisins (malheureusement au nord) où le pain est peu appétissant, au point qu’il faut aller le chercher en France et tout mettre au congélo. Ils seront accueillis à bras ouverts et pourront travailler tout leur soul car il n »y a pas assez de fonctionnaires pour aller regarder ce genre de connerie.
    Ce qui prouve, un fois de plus, que la France compte environ deux millions de fonctionnaires de trop qu’il est urgent de virer.

    1. Aristarkke

      Parce que vous imaginez que c’est à cause de fonctionnaires qui se seraient remués spontanément que l’ affaire du jour est arrivée??? Alors, ils ne se sont remués que parce qu’ils n’ont pas pu ignorer la plainte des concurrents… Les douaniers sont-ils ceux qui ont éventé les biftons de Jérôme Cahuzac alors qu’ils étaient d’ une hargne teigneuse contre Mamie Loto ??? Allons, allons, mon Ami! Vous êtes déformé par votre expatriation! Ici, c’est la Grance!!! 😛

  8. Peste et coryza

    Un boulanger qui ne bosse pas le dimanche, ça existe ? Sérieusement ?
    En général, les boulangers d’une ville ou d’un village s’arrangent entre eux pour prendre au moins 1 à 2 jours de congé par semaine… en général, ils ferment le Lundi ou le Mercredi.
    Au mieux, la boulangerie est ouverte 7J/7, mais avec rotation des vendeuses, et du pain fait la veille (avec les pains spéciaux, ça passe tranquille…).

      1. Peste et coryza

        Faut voir. Dans les campagnes, les commerces rapportent moins (quoique) mais c’est plus facile de truander. Mon grand oncle ouvrait 7J/7, et en plus livrait à domicile. Tous les mois, 7000 euros dans la poche une fois tout payé, black compris (ce n’était pas un sicilien pour rien). Les employés étaient bien payés, mais en même temps, la discrétion et la fidélité d’un employé, ça se paye.

          1. vengeusemasquée

            Je me souviens d’en avoir parlé avec un boulanger et il m’avait expliqué que oui, il savait que c’était illégal mais qu’il s’en foutait, que tous les autres de la ville faisaient pareil. Donc effectivement, si personne ne se plaint, ça marche très bien. Mais c’est un gros « si », dans ce pays.

            1. Vodkaman

              je crois avoir lu que cet arrêté préfectorectal a été pris pour protéger les artisans boulangers contre la prolifération des points chauds qui se content de réchauffer du pain précuit… il est au courant le Préfet que y’a eu un brevet de déposé pour un DAB -(distributeur automatique de baguette) ???

                1. vengeusemasquée

                  Sachant que la plupart des boulangers ne font de toute façon plus vraiment leur pain eux-mêmes, ça s’appelle du beau foutage de gueule.

    1. Kazar

      Oui, et quel dommage. Cela dit, toutes les qualités que vous énumérez sont largement encouragées par l’État omnipotent. Pas de loi merdique, pas de délateur prompt à essayer d’en tirer avantage, pas de petit procureur minable fonctionnaire vitupérant contre ce qu’il ne comprend pas, à savoir un vrai boulot (lui qui fait tranquille ses 35 heures)…

  9. Kazar

    Ces juges sont indécrottables (il leur aurait été facile de prononcer une relaxe en « habillant » leur décision) …et les Procureurs qui osent poursuivre pour ce genre d’infraction alors qu’ils sont cléments vis à vis de vrais criminels sont une honte pour ce pays, qui d’ailleurs est foutu

    1. gameover

      Non Kazar, un juge n’a pas de latitude à ce niveau et il n’y a pas d’interprétation possible sur cette loi et les arrêtés pris en accord avec cette loi.
      Une contravention a été dressée par la police, elle est contestée par le contrevenant, point barre, le juge juge.

      1. Kazar

        Gameover, t’es gentil, mais il est inutile de vouloir contredire systématiquement tout ce que j’écris. Comme tu le sais, je suis avocat, et ce depuis plus de 20 ans. Je connais suffisamment le système et les juges pour pouvoir t’affirmer que compte tenu de la loi et de la lattitude d’appréciation et d’interprétation dont disposent les juges, c’était tout à fait faisable.
        Je ne compte d’ailleurs plus le nombre de fois ou je pensais perdre et ou j’ai gagné, et inversement.
        Après, il y a des juges très rigoristes, le petit doigt sur la couture du pantalon, et/ou qui craignent pour leur carrière et vont aller dans le sens du vent, et d’autres qui vont faire preuve de plus de bon sens et/ou d’humanité…

          1. Kazar

            Et oui, c’est chiant, mais je sais de quoi je parle…Et tu peux mettre tous les liens que tu veux, ça ne change rien à la réalité.

            1. gameover

              J’espère que tu as d’autres arguments dans une salle d’audience… à moins que tu fasses partie de ces conseillers juridiques propulsés au rang d’avocat par une loi.

        1. Higgins

          Kazar, je respecte vos choix, ils en valent bien d’autres, mais si, en tant qu’avocat, votre unique perception de la magistrature revient à penser que les magistrats, par crainte pour leur carriere, sont frileux dans leur décision ou vont dans le sens du vent, vous faites preuve d’un aveuglement assez tristes et, pardonnez moi, plutôt imbécile. C’est aussi crétin que d’affirmer que tous les avocats ne valent pas tripette parce que j’aurai en mémoire la prestation lamentable de l’un d’entre eux (j’ai quelques exemples en tête). Perdre un procès n’est jamais agréable mais ne rejetez pas la faute sur celui qui doit trancher.
          Il y a des avocats brillants, des avocats lambda et des avocats d’une nullité crasse, ces derniers émargeant, en règle générale, à l’aide juridictionnelle. Je connais également quelques magistrats légers mais je peux affirmer ici qu’ils sont une exception. Si il fut une époque où des carrières se faisaient uniquement en léchant les bottes, c’est heureusement terminé. Un avocat général, qui devait plaider dans un important procès d’appel prévu dans un mois, vient de se voir retirer l’affaire car ses engagements politiques laissaient planer une suspicion légitime sur la qualité de son travail. Après, quelque soit le système en place, les postes « politiques » le resteront. Même dans l’armée des Indes, gardienne si l’en est de la tradition, les mentalités ont profondément évolué et les courbettes se font plus rares. Le corps judiciaire n’y a pas échappé. Je me garderai cependant bien d’affirmer que tout va bien dans le meilleur des mondes mais entre les fantasmes des uns et la réalité, il y a un fossé profond.

          1. Kazar

            Je crois que vous devriez relire mon post et que vous y chercheriez en vain les affirmations que vous me prêtez.

            J’ai écrit « il y a des juges… et d’autres… », il n’y a donc par pour moi une seule perception.

            Cela dit, je vous rejoins en cela qu’il y a autant de mauvais avocats que de mauvais professionnels dans tous les secteurs.
            Votre affirmation sur les magistrats « légers » qui font exception me laisse perplexe, en revanche. Vous n’avez pas pu ne pas constater que comme partout ailleurs, le niveau est en baisse constante.
            Ajoutez à cela le manque criant de moyens pour la justice (la pratique du juge rapporteur en première instance est une escroquerie sans nom, les deux autre magistrats composant la chambre se contenant le plus souvent faute de temps d’entériner la décision du rapporteur, comme j’ai pu le constater il y a déjà longtemps en étant stagiaire à la cour d’appel de Versailles auprès d’un président de chambre), une législation toujours plus complexe et un déficit de candidats à l’ENM ( à ce sujet, lire l’article du Figaro de 2013 par exemple parlant du fait que toutes les places ne sont pas pourvue, faute de candidats d’un niveau suffisant), et vous aurez tous les ingrédients pour des jugements toujours moins compréhensibles.

            « Perdre un procès n’est jamais agréable mais ne rejetez pas la faute sur celui qui doit trancher. »
            Oui, le travail du magistrat est de trancher, et il me semble beaucoup difficile que celui de l’Avocat qui défend les intérêts de son client, cela ne justifie pas la nullité de certaines décision parfaitement incohérentes en droit.
            Et je ne parle même pas du parti pris en faveur des locataires qui existe dans la majeure partie des tribunaux d’instance, face au propriétaire qui passe toujours pour le méchant exploiteur de service.

            Est-il besoin également de rappeler le lamentable « mur des cons », sur lequel a été affiché la photo d’un père (entre autres personnes) dont la fille avait été assassinée par Guy Georges et dont le seul tort avait été d’œuvrer pour éviter que d’autres victimes ne subissent le même sort en réclamant l’accélération de la mise en place d’un fichier d’empreintes génétiques. Syndicat de la magistrature qui regroupe 1/3 des magistrats, excusez du peu !!!

            Alors la prochaine fois, évitez de déformer mes propos, je vous en serai reconnaissant.

            1. Higgins

              Si j’étais exagérément méchant, je dirai que les juges « légers » sont souvent d’anciens avocats mais je serai exagérément méchant et de mauvaise foi. Pourquoi quitter la noble profession d’avocat pour devenir un juge aigri?
              Pour le mur des cons, je crois m’en être suffisamment ouvert. Une minorité imbécile s’est faite prendre la main dans le sac, tant pis pour eux mais je crois utile, dans un pays qui se revendique démocratique, de voir à côté d’avocats (ou de juge, il y en a) encartés FN des personnes de sensibilité différente. Le citoyen que je suis « jugera » l’un comme l’autre à la qualité de sa prestation et de son professionnalisme et non pas à l’aune de ses préjugés.
              Pour les combats locataires-propriétaires, les législateurs défendent exagérément les premiers contre les seconds. Dont acte. On en voit les résultats avec la flamboyance du marché immobilier.

      2. ca-suffit

        Oui Gameover, Monsieur point barre, mais en Grance, le fonctionnaire Magistrat n’a de compte à rendre à strictement personne. Il fait donc ce qu’il veut. C’est l’arbitraire le plus total. Pour ne donner qu’un exemple, ce cambrioleur pris en flagrant délit par la police, dans le domicile duquel ont été retrouvés, lors d’une perquisition, les bijoux de 5 autres cambriolages, et qui a été sanctionné par…………………..Un rappel à la loi. Affaire dénoncée il y a quelques mois par l’institut pour la justice.
        Le seul risque que prends un Magistrat est d’être désavoué lors d’une procédure en appel ou en cassation, et s’il l’est 100, 1000, 10000 fois, c’est un peu moins bon pour son plan de carrière.
        D’où l’adage: mieux vaut un mauvais arrangement qu’un bon procès.

        1. gameover

          Si, un juge d’un tribunal de police n’a pas à juger si un arrêté préfectoral est légitime ou pas, il n’est pas le législateur, et il doit rendre compte et motiver ses décisions. S’il laisse la situation illégale perdurer avec un responsable clairement identifié il risque d’être révoqué (instance disciplinaire).

      3. john

        En plus un juge a pour travail d’appliquer la loi.
        S’il commence à politiser ses décisions dans un sens , il peut un jour le faire dans l’autre. Et c’est ce qu’on appelle l’arbitraire.

        1. Kazar

          Ce dont ne se privent pas certains juges. Et je n’évoque même pas le cas des Procureurs qui sont aux ordres du pouvoir politique, le plus souvent.

        2. ca-suffit

          “un juge a pour travail d’appliquer la loi“ Désolé cher John, mais là vous parlez comme un bisounours.
          C’est oublier, pour ne donner qu’un exemple, le discours du Président de la Cour de Cassation à Chirac, lors des voeux, qui ne disait rien d’autre que ce n’est pas qu’au législateur de déterminer les règles de vie de la société Française, mais aux fonctionnaires magistrats par le biais de la jurisprudence. Chirac, lâche comme on l’a connu, n’a rien répondu, alors qu’il ne s’agissait de rien d’autre qu’un coup d’état.
          “politiser ses décisions“ il n’y a pas que des juges politiques, il y a de nombreux juges Franc-maçons en France, quand ils sont interdits en Angleterre, et multiples autres particularités jusqu’à juger selon le vécu de leur vie perso.
          Le bon avocat n’est pas celui qui connait le droit, mais celui qui connait le Juge et ses marottes.

            1. ca-suffit

              Après avoir traité l’avocat Kasar d’imbécile quand quiconque qui connaît le milieu de l’intérieur sait qu’il dit vrai, Higgins le splendide me traite de con sans argumentation aucune.
              Sans commentaire…….

      4. Jules

        De l’avis du néophyte que je suis, le juge doit également prendre en compte le contexte.
        Ta réponse semble illustrer à la perfection la dernière image de l’article du jour « ils font juste leur boulot »

  10. CIDERKING

    Pas d’accord Monsieur H16, votre logique vous aveugle car si je vous suis bien je vais devoir bosser 7/7 afin de rester dans la course… Vous vous réclamez d’une plus grande liberté d’entreprendre mais le résultat est, dans ce cas précis, une aliénation et la vie au travail pour beaucoup et pour le profit de quelques-uns… Pensez au « petit » boulanger qui fait tourner sa boulangerie à quelques encablures de cette usine qui tourne 7/7… Jamais le brave homme ne pourra se reposer pour rester dans la course… C’est une concurrence déloyale et vous faites du « petit » un co…nard qui ne jouerait pas le jeu alors que nous avons en fait un gros qui dézingue à tout va ses concurrents en ne respectant pas les règles (la fermeture d’un jour, c’est la règle qu’il ne respecte pas). En plus ce n’est même pas sûr que son pain soit meilleur mais en ouvrant son usine 7/7 il explose les concurrents. Hé oui, le gros fait bosser des employés (plus de vingt personnes, c’est balaise pour une boulangerie) et ce bel entrepreneur lui se repose (et surement pas qu’un jour par semaine car y’a piscine et golf aussi…). Je pourrai détailler plus mais je pense que vous avez compris qu’il y a des limites à promouvoir l’adage « l’homme est un loup pour ‘homme ».
    Je suis d’accord pour la concurrence mais avec 1 jour de fermeture par semaine (comme le prévoit la loi). Les mêmes règles pour chacun : Liberté, égalité et que le meilleur gagne (fraternité). La loi n’est peut être pas parfaite mais elle est sensée protéger le plus faible.
    Accepter mes sincères salutations et tout mon respect pour votre travail.

    1. « je vais devoir bosser 7/7 afin de rester dans la course »
      Bah non. Vous ferez comme vous voulez. Mais comme vous êtes un vrai libéral, vous laisserez les autres faire comme ils veulent. En fait, vous pourriez même rester fermer 2 jours par semaine parce que vos pains et vos viennoiseries sont foutrement meilleures que celle du concurrent qui, ouvert 7j/7, n’arrive pas à faire de la bonne qualité. Ou (zut alors) il ne connaît pas certains de vos secrets de fabrication. Ou (zut encore) il n’a pas eu la présence d’esprit de démarcher certains clients que vous, petit malin, avez eu l’audace d’aller voir et qui vous permettent de boucler largement vos fins de mois. Etc… Bref : il y a mille et une façon de se faire concurrence.

      « Je suis d’accord pour la concurrence »
      … Mais surtout pas si elle me taille des croupières. La remise en cause, C’est Pas Maintenant.

      La réalité, c’est que vous êtes comme beaucoup, trop de Français : vous aimez bien votre liberté, mais vous n’aimez pas celle des autres. Et tout ce que vous avez décrit, c’est une simple ôde à la jalousie, ni plus, ni moins.

      Ce n’est pas joli joli, ça, monsieur.

      1. CIDERKING

        Monsieur H16, visiblement non je ne suis pas libéral au sens où vous l’entendez… et comme je suis salarié, ma compréhension du monde, ma liberté est donc relativement limitée et je jalouse l’autre qui est plus libre, beaux, intelligent et/ou plus riche…). Ce jugement m’attriste mais il semble que ce soit l’issue inéluctable du débat d’idée.
        Pour ma part je respecte la loi (enfin pas toujours mais passons) et même si elle me contrarie et même si elle me déplais j’essaye de la faire changer (pas trop souvent, je suis très lâche en fait !).
        Concernant la boulangerie, je ne suis pas boulanger mais j’ai suivi le dossier… Un peu avant l’incident, les représentants de la profession ont sollicités leurs membres pour savoir ce qu’il voulaient et ils ont majoritairement voulu la fermeture hebdomadaire ; alors les petits chats mignons (Trade mark H16) qui ne suivent pas les règles démocratiques et bien ils se font péter la gueule… C’est la règle, la loi, everywhere in the world (là où bien sûr un semblant de démocratie existe).
        La critique politique est très intéressante, souvent passionnante et met en lumière des incohérences mais au fur et à mesure qu’elle s’exprime elle finie toujours par une forme de despotisme guillotinesque… et c’est ça qui n’est pas joli joli…
        NB : Je préfère que vive 100 « petits boulangers » plutôt que 4 gros… tout comme je préfère un boucher du coin plutôt qu’une boucherie en grande surface, ou un pharmacien au centre ville plutôt qu’un hypothétique salarié de la grande distribution et tout ceux là ne sont pas au 35h ni aux allocations et cela devrait, si j’ai bien suivi le contenu de votre blog, nous réunir dans la vie.
        Bien à vous

        1. « je ne suis pas libéral au sens où vous l’entendez »
          Il n’y a pas de « sens où je l’entend ». Le fait de travailler 7j/7 est parfaitement libéral, point. Ce n’est pas un point ouvert à négociation dans la doctrine philosophique libérale. Et si on l’ouvre, alors on n’est plus dans cette philosophie, mais ailleurs, dans le corporatisme ici en l’occurrence.

          « leurs membres … ont majoritairement voulu la fermeture hebdomadaire »
          Bah tiens voilà qui est étonnant. Demander aux concurrents ce qu’ils en pensent, voilà qui promettait d’être original, comme demander à deux loups et un agneau ce qu’on mange le midi, en somme.

          « les règles démocratiques »
          Pente trèèèès glissante. Les lois démocratiques, elles butent du chaton mignon, ou pour godwiner, elles privent d’arme, et envoient les juifs dans des fours. Alors bon c’est tout sauf un argument… Si la loi est boiteuse, même démocratique, elle est boiteuse.

          « Je préfère que vive 100 « petits boulangers » plutôt que 4 gros »
          Et si moi je préfère l’inverse et qu’en lobbyisant à mort, j’obtiens ce que je veux, vous vous écraserez mollement. J’ai bon ? C’est le souci de l’argument démocratique ou de la connivence (puisqu’ici, c’est de ça qu’il s’agit) : il peut se retourner complètement contre vous. Le mieux est de n’offrir aucun choix possible, et de laisser le marché décider.

          Je le redis pour qu’on se comprenne bien : ici, les clients étaient satisfaits. Les patrons étaient satisfaits. Les employés étaient satisfaits. Les taxes entrant à gros bouillon, même l’Etat était satisfait. MAIS les concurrents, eux, bizarrement, n’étaient pas satisfaits. Oh. Vite, il faut intervenir pour eux, parce qu’il est plus important de protéger leurs petits intérêts à eux que celui des gens qui bossent, des gens qui achètent et qui ne demandent rien à personne si ce n’est continuer leur business tranquille.

          1. CIDERKING

            Glups Monsieur H16, vous voilà sans concession mais nous ne serons jamais dans une société parfaitement libérale et d’ailleurs rares doivent être ceux qui le souhaitent (en tout cas pas moi car croyez-moi le bordel serait encore pire…et certainement plus meurtrier).
            L’organisation actuelle est un consensus universel pour permettre à tous d’exister et parfois aussi de se défendre face aux autres, en tout cas d’exister…
            Lorsque je dis que je ne suis pas libéral au sens où vous l’entendez c’est que je crois que nous parlons pas de la même chose, moi je parle d’une personne qui travaillerait 7/7 et je ne crois pas que cela puisse exister et pour faire simple ça s’appellerait « esclavage » et surement pas « entreprise libérale ».
            La philosophie « libérale » que vous défendez est plutôt synonyme d’emprise de quelques-uns sur beaucoup. Vous oubliez l’humanité au profit de la doctrine et cela me semble un sujet extraordinairement passionnant mais inhumain donc impossible à mettre en œuvre il faut vous y résoudre.
            Pour vous, l’agressé est le gentil « libéral » qu’on empêche, pour moi l’agresseur est celui qui ne respecte pas les règles. Vous le défendez car vous estimez qu’il doit pouvoir faire son business tranquille. Oui pourquoi pas mais certainement pas sans respecter les règles en place (imparfaites, incomplètes etc…certes) et même si une poignée de bénéficiaires est contente c’est quand même un joli fist F… à la communauté (dans l’histoire y’en a un ou plusieurs qui le prend bien profond…). Il nous faut donc accepter les lois communes car sans elles c’est le chaos, la loi du plus fort.
            Ainsi votre notion du libéralisme me semble encline à permettre le genre de débordement que vous dénoncez, sans citer les mêmes victimes (parce que je vois pas le rapport dans votre explication) mais avec le quasi même résultat : un boiteux, un handicapé moteur ou mental peut rapidement disparaitre pour des raisons « concurrentielles ou libérales », y’a pas de raison de lui laisser une activité rémunérée en ESAT… il est moins performant donc aux fours.
            Heureusement je ne crois pas me tromper mais les lois qui nous gouvernent actuellement (certes imparfaitement) n’autorisent en tout cas personne à utiliser des fours autrement que pour cuire du pain bien entendu ! D’ailleurs si cela devait un jour être le contraire je suis sûr que vous, comme moi, saurez le dénoncer (vous assurément avec le talent que je vous reconnais) . Bien à vous
            Bobby Ciderking dans « le libéralisme de certains boulangers, des E. Leclerc c’est la chienlit »

            1. « pour moi l’agresseur est celui qui ne respecte pas les règles »
              Non. Encore une fois, une règle n’est pas bonne parce que c’est une règle. Un peu de jugeote, que diable. Et quand il n’y a pas de victimes, il n’y a pas d’agresseur.

              Vous défendez le corporatisme, vous défendez l’intérêt de certains groupes au détriment d’autres et vous défendez l’usage de la force contre celui qui n’en a pas fait usage. C’est moralement indéfendable.

              « un boiteux, un handicapé moteur ou mental peut rapidement disparaitre pour des raisons « concurrentielles ou libérales », y’a pas de raison de lui laisser une activité rémunérée en ESAT… il est moins performant donc aux fours. »
              Pardon, mais celui qui se drape de morale pour tenter d’asservir quelqu’un, ici, c’est vous, pas moi : concrètement, c’est vous qui défendez le droit d’un groupe de faire violence sur un individu. Ne retournez pas l’argument. La victime, ici, ce sont les 4 boulangers qui ne peuvent faire ce qui ne nuit à personne (ouvrir un commerce tous les jours ne nuit à personne, puisque chaque concurrent a le droit d’en faire autant). En refusant de voir ceci, c’est vous qui confondez capacité et liberté, en utilisant un vieux sophisme marxiste. Et c’est vous qui mènerez certains au four, pas moi : n’oubliez pas, le corporatisme, c’est le collectivisme pour les riches. Et le collectivisme, c’est les fours ou le goulag.

              Alors désolé, mais la stance morale, c’est à vous de vous l’appliquer.

            2. honorbrachios

              «L’organisation actuelle est un consensus universel pour permettre à tous d’exister et parfois aussi de se défendre face aux autres, en tout cas d’exister…
              »
              Oula! On arrive dans le grand nimporte quoi à roulette quand on écrit ça …
              L’organisation actuelle en france, c’est tres exactement l’opposé. Tout est fait pour brider, empêcher les autres d’exister…
              Reprenons l’exemple de la boulangerie : je vais en Irlande, trouve qu’il y manque du bon pain : je crée une boulangerie, j’apprends sur le tas et trouve une nouvelle methode géniale, ça marche et me développe, tout le monde y gagne.(je peux aussi me planter)

              Je trouve la même opportunité en fRance…je ne peux rien faire, pas de diplôme en boulangerie, aucune autorisation de mes confrères, aucune chance pour moi de rentabiliser avec toutes les lois empêchant les nouveaux d’arriver : tout le monde est perdant

        2. theo31

          Une entreprise n est pas une entité politique, mais juridique. Son but est de créer des richesses et faire des profits. La démocratie, on s en bat les c………

    2. Harold Glitch

      Quand j’ai lu ton baratin, j’ai pensé à une boite crânienne remplie de fèces, selles, excréments, appelés aussi parfois fientes.

      Dis donc, tu veux réglementer la vie des gens ? Depuis que j’ai 13 ans, ma vie c’est de faire des mathématiques appliquées, j’en met partout, tout le temps dans tout les domaines et même quand je rêve.

      Les vacances c’est de la merde, « la vie », ce que les gens appellent « la vie », c’est chiant au possible … c’est comme la mort.

      Ah il faut les écouter … je résume : ils travaillent pour prendre des vacances, ils veulent en faire le moins possible MAIS gagner le max possible.

      Super instructif « la vie des gens », ouais, discutons avec les bulots, patati patata toussa toussa … c’est comme si la vache en bas de chez moi discutait de la vie.

      Bon, okay parfois, je me laisse glisser dans la multitude pour pécho de la bonne meuf c’est super le discours alter-mondialo-écolo pour faire son affaire. C’est apparemment super-pouf-romantique !

      Sinon, cool, sincères salutations et respect pour vos vacances.

      1. vengeusemasquée

        L’ennui, c’est quand ceux qui préfèrent les vacances veulent régenter les vies de ceux qui préfèrent bosser. Je me souviens de m’être assez violemment pris la tête avec une collègue il y a de cela quelques années. Je lui disais qu’on avait tellement de vacances que c’était impossible de toutes les prendre. Elle m’a traitée de barbare, borderline esclavagiste, et m’a dit que si j’avais des enfants, je comprendrais. Je lui a vertement répondu que je n’en avais point et que son avis m’importait peu. J’aurais largement préférée être mieux payée avec moins de vacances et elle ne comprenait pas en quoi c’était absurde que ça l’impacte elle. Voilà, le socialisme dans toute sa splendeur.

    3. Cerf D

      En plus ce n’est même pas sûr que son pain soit meilleur mais en ouvrant son usine 7/7 il explose les concurrents.

      Arrêtons nous deux minutes à cet argument.

      Si notre boulanger a un unique concurrent qui fait un pain meilleur que le sien (ou avec un meilleur rapport qualité/prix), mais qui n’ouvre que 6 jours sur 7, les clients iront à la concurrence 6 jour par semaine et chez lui le dernier jour. Dans ce cas là il ne peut pas espérer exploser la concurrence.

      Si maintenant boulanger a plusieurs concurrents qui font un pain meilleur que le sien (ou avec un meilleur rapport qualité/prix), mais qui n’ouvre que 6 jours sur 7, lesdits concurrent n’auront certainement pas le même jour de fermeture. Les clients pourront donc toujours aller chez la concurrence que non seulement il n’explosera pas, mais qui risque bien de le mettre en faillite.

      Votre argument est donc irrecevable.

    4. Deres

      Attention, ouvrir 7 /7 ne veut pas dire travailler 7/7 … De nombreux magasins ont le droit d’ouvrir le dimanche, mais cela ne veut aps dire qu’ils ont le droit de ne pas respecter le droit du travail ! Le problème est que clairement on confond allègrement un jour de fermeture hebdomadaire avec un jour de repos hebdomadaire. Ce dernier est complètement légitime pour un libéral car il correspond à un accord raisonnable entre employeur et employé alors que le second est clairement un abus car il n’y a pas de victime.

      1. Harold Glitch

        D’accord dans le cas du boulanger, mais il y a un « glitch », c’est la définition même du travail qu’il faut revoir.

        Quand tu rêves et que tu te réveilles en disant « mais c’est bien sûr » et que tu vas coder l’algorithme de la mort qui tue de 3 à 8h du matin c’est quoi ? C’est bien du travail !

        Dans le code du travail, la définition du « travail » est faite pour l’extraction du sel dans les mines, l’agriculture, ou l’industrie stakhanoviste. C’est pas fait pour le travail d’aujourd’hui UBERIZED 3 Dot Zero.

        Cela fait 25 ans que je me bataille avec les propriétaires de mes bureaux (dans tout les pays d’Europe c’est pareil) pour y accéder le Weekend !

        J’en ai ma claque de poireauter en attendant « le veilleur » le dimanche à 8h du matin.

        Du coup ça permet d’aller voir New Order en LIVE Today pour 13h (12h heure de London) …

        1. LOG

          Tout à fait d’accord. Il y a un gros manque en éthique du travail en France. Tous ces gens devraient faire un petit stage en M&A chez Goldman pour se mettre les pendules à l’heure.
          Mais bon faut pas rêver. Travailler, je veux dire vraiment bosser, c’est pas possible en France.
          Deutschland, viel besser…

          1. Deres

            Oui, mais ces gens là sont payer avec du variable et des promesses d’avancement. La plupart des salariés ont des fixes et peu de perspectives de mobilité verticale à court terme. Il ne faut pas non plus forcer les conditions de travail d’une minorité sur la majorité.

        2. Deres

          C’est ton droit te consacrer ta vie entière à un travail qui ne sera peut être pas récompensé en salaire, en avancement, etc. Mais il ne faut pas dire qu’une journée de repos hebdomadaire minimum fixé par la loi est une aberration. C’est quelque chose de très raisonnable. Et pusi avec les moyens modernes, rien ne t’empêche de travailler chez toi en dehors des heures de boulot si tu veux.

          1. Harold Glitch

            Mais c’est pas un « travail », c’est la « vie », le travail ça n’existe pas, c’est juste une invention administrative de ceux qui pensent à notre place.

             » pour te peler comme un mouton
            Avec un ciseau à surtaxe
            Progressivement contumax
            Tu bêles à tout va la chanson
            Et tu n´achètes plus que du vent
            Encore que la nuit venue
            Y a ta cavale dans la rue
            Qui hennit en te klaxonnant  »

            Je dis ça, je dis rien : (Familier) Expression destinée à faire savoir que l’on ne veut pas imposer son opinion ou qu’on ne tient pas à l’assumer entièrement (très souvent utilisée de façon ironique).

    5. Nocte

      Bon… petite histoire : la boulangerie de mon patelin a fermé par manque de clients et ceci pour plusieurs raisons (produits franchement mauvais et rarement frais, accueil exécrable et boutique mal tenue sont les arguments les plus utilisés par les habitants du village qui allaient se fournir ailleurs). Les boulangers environnants ont donc logiquement ramassé plus de monde, dont un qui, posé le long d’un axe routier menant à cette commune, est ouvert tout le dimanche et qui rencontrait un succès certain : accueil médiocre, mais sur le trajet de beaucoup et les produits étant d’un rapport qualité prix correct, pour une bonne part, on y trouvait notre compte.

      La boulangerie du village est restée fermée pendant 3 ans jusqu’à ce qu’un couple décide de s’installer.

      Ils sont ouverts 5,5 jours/semaine et les jours fériés ils n’ouvrent que le matin.

      Si la première semaine a été un peu inquiétante pour eux, le temps que les gens viennent et que le bouche-à-oreille fasse son petit bonhomme de chemin, cette époque là est révolue : ils ont une excellente réputation. En effet, en plus d’une boutique propre et d’un très bon accueil, leurs produits sont de qualité pour un tarif honnête.

      C’est à un point tel que les clients préfèrent prendre leur caisse plutôt que faire 100m à pied.

      Donc en ouvrant moins que les autres, mais avec une qualité bien supérieure, ils raflent plus de clients.

      C’est beau le marché et la concurrence !

      1. Higgins

        Le pain s’est réellement amélioré dans ce pays à partir du moment où le prix du pain a été libéré il y a de cela une trentaine d’années. Avant, il était fixé arbitrairement par l’État (réminiscence de l’après-guerre) et, autant qu’il m’en souvienne, si l’uniformité était la règle, la qualité globale était assez moyenne. Rien à voir avec la période actuelle.

    6. Kuing Yamang

      « Pensez au « petit » boulanger qui fait tourner sa boulangerie à quelques encablures de cette usine qui tourne 7/7 »
      ————–
      Faut fermer les hôpitaux un jour/semaine car ce sont de grosses usines ouvertes 7/7 et qui font de la concurrence déloyale aux petits cabinets de médecins libéraux qui eux ne peuvent pas suivre ce rythme.

  11. Tribuliste

    Triste constat…mais rassurez-vous travailler dur à l’étranger en résidant en france est aussi mal vu ; vos revenus français (locatifs dans mon cas) sont majorés du fait de revenus étrangers, qui plus est déjà imposés. Au lieu d’un petit 800€ vous passez « magiquement » à près de 3000.
    Le travail c’est la santé, de l’état

    1. honorbrachios

      @ tribuliste 10h29 : Il y a un truc que je, ou tu, n’as pas compris : «travailler dur à l’étranger et résider en france»!!
      Mais ce quil fait faire c’est : travailler dur à l’étranger et résider à l’étranger…ou travailler dur en France et résider à l’étranger, mais en aucun ton cas de figure…

  12. Harold Glitch

    Heureusement, depuis le vote du 22 septembre 2014, La Suisse a dit OUI à la modification de la loi sur le travail !

    Depuis ce jour béni, nous grillons des cervelas ET les saucisses à rôtir TOUTE LA NUIT 7 jours sur 7 ! Donc la vie est belle, enfin, quand la France aura remboursé les 300 Millions qu’elle doit encore à la Suisse (mais ça c’est régulier).

    Avant, imaginez l’horreur, il est minuit. Vous vous rendez à une station-service et achetez un paquet de six boîtes de coca et quatre saucisses à rôtir. Okay, cool, ça roule ma poule !

    Vous voulez racheter la même chose une heure plus tard, mais – désolé – c’est impossible !

    À partir de 1 heure du matin, vous pouvez tout au plus acheter des cervelas, mais pas les saucisses qui se trouvent juste à côté, et qui sont d’ailleurs recouvertes d’une bâche !

    Vous pouvez également acheter 6 boîtes de coca séparément les unes des autres, mais pas un paquet de six.

    À 5 heures du matin, même topo ! À 5 heures moins le quart, vous pouvez acheter autant de croissants ou de petits pains que vous le désirez. Mais du pain, pas question ! On ne peut le vendre qu’à partir de 5 heures.

    Harrrggg … rigolez pas … c’était la principale cause du suicide chez les jeunes !

  13. Kuing Yamang

    [Vidéo Vérité Vraie] Le fou Gérard Filoche passait ses journées à distribuer des amendes aux commerçants qui employaient des salariés le dimanche, jour où ils font 25% de leur chiffre d’affaire, et les obligeaient à fermer.
    Le monde se divise en deux catégories, ceux qui créent la richesse et les emplois et ceux qui les détruisent :

    1. cul de macaque

      bonne punchline « Sous l’économie capitaliste les gens ont davantage de voitures, sous l’économie socialiste les gens ont davantage de parkings »

      1. Peste et coryza

        Les maffieux russes avaient trouvé la bonne martingale.
        1 : faire des parkings payants.
        2 : casser les bagnoles garées en dehors du dit parking… pour persuader leurs propriétaires de les mettre dans le parking payant.

        @Kuing Yamang
        Pourquoi détestes tu Gérad Filoche ? Il a éffiloché ton costume ? 🙂

        1. royaumont

          En France, la technique est différente, les bagnoles garées en dehors ne sont pas cassées mais mises en fourrière. Il est vrai que l’on a pas affaire à la mafia mais aux pouvoirs publics. Ca change tout.

  14. Le Gnôme

    En fait, si j’ai bien compris, ces boulangers ont le droit d’ouvrir 7/7, mais n’ont pas le droit de vendre du pain un jour la semaine et ce à la demande du syndicat de la boulangerie qui a fait pression sur le préfet pour qu’il prenne un arrêté. Ils peuvent vendre des gâteaux, qui ne relèvent pas de la boulangerie, ils peuvent fabriquer des baguettes pour en faire des sandwichs, mais pas vendre de pain. J’avais entendu le représentant du syndicat de la boulangerie des Landes défendre cet arrêté au nom de l’égalité de la concurrence, ce qui prouve qu’il n’a rien compris, mais que c’est un bon lobbyiste.

    C’est Ubu dans toute sa splendeur. Je voudrais un éclair au chocolat et une baguette, un jour par semaine, je n’aurais pas la baguette. C’est hallucinant de bêtise.

    1. Dr Slump

      « égalité de la concurrence »… j’ai cru à une moquerie, mais non, c’est l’expression employée! Mais la concurrence est justement produite par les inégalités!

      Et maintenant j’ai tout compris : pour nos magiciens socialistes, c’est intolérable, donc on va créer des « conditions d’égalité de la concurrence » pour rendre tout le monde égaux. Enfin, pas aussi égaux que certains autres, mais bon, bref, c’est décidé, c’est la loi.
      L’état aux pouvoirs créateurs supra-divins a rendu possible un paradoxe de Schrödinger: la « concurrence égalitaire ». Impossible d’en mesurer les effets réels, cela tuerait l’égalité… euh, en fait non, ça ce n’est pas possible, en fait, cela tuerait l’inégalité! Erm, donc on n’aurait plus besoin de cette loi… TGCM!

  15. Kuing Yamang

    « ils peuvent fabriquer des baguettes pour en faire des sandwichs, mais pas vendre de pain. »
    —————
    Ben ils n’ont qu’à vendre des sandwichs avec rien dedans ou un truc symbolique (style un fil de soie), des sandwichs vides de la longueur d’une baguette…

        1. Pheldge

          A rapprocher du célèbre « sandwich polonais  » des années 80, avant la fin du communisme : un ticket de jambon , entre deux tickets de pain … 😀

      1. Beldchamps

        A 8 ans, tu es un peu jeune pour que Maître Pheldge t’apprenne à compter fleurette… Mais il peut t’apprendre l’alphabet : H y Jykaëlle.

        1. Pheldge

          Plaît-il ? on se Gauss Beautyfields ?
          A votre avis, c’était pas un crypto-coco ? ne parle-t-on pas en effet de la loi de redistribution de Gauss ? si c’est pas une preuve … 😀

            1. Pheldge

              chevilles enflées ? ne marchez plus , prenez les transports en commun : les cars Tipp
              Et surveillez vos courbes normales … attention au « Heavyside » , dont le dé rivé dit « raque ! »

              1. Beldchamps

                Je profite de mes trajets en bétaillère (ou transpire en commun) pour lire H16, ce qui me vaut de grands moments d’ordre 3 ou 4. Heaviside ? Merci je ne connaissais pas, c’est juste du step pour rester monotonic !

      1. Greg

        C’est surtout que nous retombons sur la réforme de l’orthographe…

        le conte du Comte comptable,
        le compte du Comte contable, (néologisme tiré de racontable, faut simplifier parfois…),

        le français n’est pas toujours la langue idéale pour en simplifier l’orthographe allègrement.

  16. Calvin

    Franchement, militer pour le travail 7j/7j alors que sur son propre blog le samedi est souvent chômé… c’est petit, très petit, Hash !!
    :mrgreen:

    1. BLACK MAMBA WARRIOR

      J’ai tenté de faire un petit calcul des horaires de WP , notre temps de travail oscille entre 26 et 30 heures la semaine … Nous avons réduit notre cadence de moitié, on travaillait autrefois 60 heures la semaine … Maintenant, nous avons au moins 2 jours de fermeture, nous travaillons essentiellement le mardi et le vendredi, les autres jours, on ne travaille que la matinée …
      Le chiffre d’affaire a pris un coup mais les charges du cabinet aussi … avant il y avait trois assistante pour aider WP, il ne reste plus que moi et la femme de ménage .
      On ne veut plus alimenter le parasite nommé « l’État » , fini la fatigue, fini le stress et les prises de tête pour oui ou pour un non .

      1. Peste et coryza

        D’après certains, il y a même des logiciels spécialisés qui avertissent le dentiste/avocat/(mettez profession libérale ici) qu’il a trop bossé et risque de passer à la tranche d’imposition supérieure.
        Est-ce une légende urbaine ?

        1. Black Mamba

          Je ne sais pas s’il existe ce type de logiciel. La dernière fois qu’on a vu notre comptable, il nous proposait au contraire de travailler plus, de nous mettre aux implants, d’investir quoi …

        2. Beldchamps

          Bizarre comme présentation, on dirait que les gens qui en parlent ne comprennent pas le principe des tranches : le taux d’imposition est pourtant tellement monotone (euh … croissant aussi).

          1. Pheldge

            Une stupide fonction en escalier, qui engendre les inévitables effets de seuils contreproductifs, alors qu’en lissant tout ça avec une bonne exponentielle, bien continue, et bien croissante et de plus en plus, on atteignait tous les objectifs : remplissage-décaisse, et justice fiscale …

            j’espère que Mme Beautyfields appréciera en connaisseuse 😉

            1. Beldchamps

              Ô Maître Pheldge, je me suis encore mal exprimée : c’est la dérivée première (le taux marginal) qui est en escalier, pas le taux moyen, donc pas d’effet de seuil, je suis dans la tranche à 30% donc ma prime de 1000 € nette est amputée de 270 € (abattement de 10%) mais mon taux moyen d’IRPP augmente en restant toujours proche de 20%.
              Lim R2 -> 0 [alpha R1 + bêta R2] / (R1+R2) = alpha

        3. Fastnet

          Passer d’une tranche à une tranche supérieure fait augmenter l’imposition des sommes au-dessus du seuil et donc l’imposition est continue (mais avec une plus forte imposition) ; il n’y a pas de saut dans l’imposition pour 1€ de plus !

          1. Aristarkke

            L’IR pour une part de revenu de 26.764,49 ramené à 26.764 €, soit la tranche à 14% au maximum = 2.390,36 €, soit 2.390 € à payer
            Le même pour une part de revenu de 26.764,50 € haussé à 26.765 €, soit le tout début de la tranche à 30% = 2.390,66 €, soit 2.391 € à payer. Le 0,01€ de plus vous faisant sauter de tranche est intégralement bouffé par l’IR le taxant à 10.000% et vous dîtes qu’il n’y a pas de saut dans l’imposition !!!

            1. Fastnet

              Mr Aristote du radote à 23h !
              Tu nous fait un bel arrondi à l’euro inf et puis sup et le résultat donne 1€ d’écart ?
              Belle démonstration en effet !

              Tu est bien d’accord avec moi !

              Refais nous la même avec 26.758,49€ et 26.758,50€ c’est dans la tranche 14% et il y aura bien 1€ d’écart pour 0.01€ !!

              (à vérifier : le saut d’un Euro se produit environ tous les 7€ (1€/14%))

              1. Aristarkke

                Bien sûr mais là, le propos était que le changement de tranche était meurtrier pour le portefeuille. J’ai donc illustré que l’ impôt augmentait violemment d’ un euro pour un centime de trop, histoire de bien commencer ce changement de tranche.

                1. Fastnet

                  Meurtre à 1€ !
                  Pour un centime de plus chaque fois que le revenu imposable est xxxx,49€ ou xxxx,50€ il y aura un saut de 1€ :
                  Tous les 7€ de revenu pour 14%
                  Tous les 3 ou 4 € pour 30%
                  Tout les 2€ pour 50%
                  L’impôt est continu arrondi à un Euro, il y a donc des arrondis sup et des arrondis inf

                  1. zelectron

                    Compte tenu des outils dont nous disposons, (il appert que les administratifs et législatifs n’en ont cure !) ces tranches, escaliers, marches, sauts et autres paliers pourraient parfaitement disparaître en linéarisant toussa, seul le résultat final s’arrondissant.

                    1. Fastnet

                      Je vois que ce n’est pas clair pour beaucoup !
                      Le « saut de tranche » est une invention de littéraire !
                      .
                      Comme le démontre Aristote le dernier revenu taxé à 14% par rapport à un revenu d’un Euro de plus taxé à la tranche supérieure, donne un impôt de 1€ de plus seulement, il n’y a pas de saut « meurtrier pour le portefeuille » !
                      .
                      C’est donc linéaire entre deux points appelés tranche, et ces segments de tranche en tranche se touchent (à 1€ près)
                      Gagner un Euro de plus ne fait pas payer plus d’un Euro de plus d’impôt en changeant de tranche !
                      C’est un phantasme de croire qu’il y a un saut de qq milliers d’Euros pour un gain d’un Euro de plus ! (effet de seuil)
                      .
                      Pour la linéarité stricte ça s’appelle la TVA !
                      L’impôt sur le revenu n’est pas proportionnel (linéaire) mais progressif : est ce un bien ou pas ?
                      .
                      Le Libéral souhaite un impôt linéaire, voir pas d’impôt.
                      Les socialistes/communistes … souhaitent faire payer les riches et assister les pauvres !
                      .
                      Aux USA les riches ont leurs œuvres de charités …
                      En France c’est l’Etat !

      2. Kuing Yamang

        « il ne reste plus que moi et la femme de ménage »
        ——————
        Employer une femme de ménage est très tête brulée en France, surtout quand on sait qu’il y a plein de boites de nettoyage pour entreprises qui s’occupent eux de les salarier et te les fournissent à la demande (sols et vitres tel jour sivouplé, tant de fois par semaine). Mais bon… chacun fait ce qu’il veut. ^^

          1. Pheldge

            Visiblement, un avertissement est nécessaire : « ami lecteur, un subtil et réjouissant jeu de mot, est présent dans le post précédent. Fais preuve de prère colateur perspicacité, et si tu penses l’avoir trouvé, discutes-en avec ton voisin. »

        1. BLACK MAMBA WARRIOR

          Le hic , on ne peut pas la virer, WP ne la supporte plus … tous les quatre matins , elle nous emmerde avec ses heures de ménages et régulièrement elle ose réclamer une augmentation … la dernière fois, je lui ai montré toutes les toiles d’araignées , les traces de poussières ainsi que les traces suspectes sur le miroir à l’accueil : je lei ai dit qu’elle pouvait s’assoir sur sa demande d’augmentation. Dernièrement, elle chipotait que le comptable ne lui avait mis le 15 Aout comme jour chaumé et payé pendant ses congés annuelles .
          Si il y a avait un moyen de se débarrasser dehors d’un accident mortel … je suis tout ouïe 😈

          1. Pheldge

            Tu peux arguer de la suppression du poste pour raisons économiques ( c’est toi qui vas assurer le ménage parce que vous êtes au bord du gouffre …) et donc licenciement. Y’a pas de solution gratuite , et , tous comptes faits, c’est plus sûr et fiable qu’un tueur à gages !

              1. Bonsaï

                Faire des ménages est une activité qui rapporte gros de nos jours : Sarkozy en a beaucoup fait avant de présider Les Républicains, DSK aussi. Une petite heure de causette pour un chèque pouvant aller de 20’000 à 50’000 dollars, selon la notoriété du conférencier, cela ne se refuse pas !

          2. carpe diem

            je suis femme de ménage et j’ai la solution : tu adoptes une tarentule en cage et tu dis d’un ton désinvolte que « des fois , elle se fait la malle dans la maison, la cage n’est pas étanche ». Succès garanti, démission. Si ça marche, je veux 10%.

  17. papy

    Bravo
    Vive le libéralisme !
    Moi je suis chauffeur-livreur et l’état m’empêche de travailler.
    Si je pouvais rouler à 150 Km/h dans les villages, je pourrais gagner plus !
    Mais l’état m’empêche de rouler plus vite et me taxe mes dépassements …
    Tant pis, si je ne peux pas rouler plus vite, je vais perdre des marchés et je vais devoir licencier.

        1. René-Pierre Samary

          Il pousse un peu, le papy, mais il y a matière à réflexion. Toutes ces heures inutilement gâchées pour cause de limitation de vitesse, heures qui pourraient être productives… et, ma foi, génératrices de revenus, donc de taxes. Combien de fois j’ai fait du Paris-Toulon à 150 de moyenne, pour gagner une demi-journée de travail (et je comprends pourquoi, en Allemagne, on se montre si productif). Bon. Il faut que les singes qui nous cornaquent, ils choisissent : limitations de vitesse, ou rentrées fistales. C’est l’un ou l’autre. J’ai dit.

          1. Aristarkke

            Mais les singes espèrent bien que les productifs ne se tiendront pas tranquilles sur la route pour les ponctionner à volonté. Tout ce tralala de radars en tous genres, toute cette comédie sur la sécurité uber alles, vous vous imaginez le drame que cela serait pour ces ponctionneurs si tous les automobilistes restaient bien obéissants??? Et que les rentrées conséquentes ne rentreraient plus???

            1. René-Pierre Samary

              Comme disait Chamfort, la plupart des règlement de police ont pour seule finalité de donner le droit de les enfreindre, moyennant amendes (il le dit mieux, c’est de mémoire). Cela dit, ça fait plaisir de pouvoir converser malgré le décalage horaire. Couche-tard, Aristarkke, ou sur d’autres fuseaux ?

                1. Aristarkke

                  Faut-il croire que le capital en Soylent Green que je représente à tes yeux est si important pour ton bonheur présent??? Tu me surveilles comme les employés de la SS, l’ horloge…

                  1. Pheldge

                    Tu es une promesse de gains alléchant à les champs ( non carissima bella dei Campi, vous n’êtes pas concernée , c’est un bizness entre le filouteur grec et mézigues)

                    1. Pheldge

                      Et que voici une délicate touche de poésie bucolique bien féminine … avec les mathématiques, l’humour , Herr schön von Feldern et un homme comblé ! 🙂

    1. Peste et coryza

      Cela se tient…
      J’espère que tu aimes le plomb, car qui dit village, dit chasseurs+garde champêtre (= types armés) et autres individus soupe au lait, surtout envers les (insérez insulte ici) qui se comportent comme des menaces pour tout le monde.
      Sans parler de tes clients qui ne voudront pas travailler avec toi, car tu auras une réputation de (insérer insulte ici), et qui risquent en plus de se retrouver dans une discussion physiquement dommageable avec les villageois ci dessus.

    2. Deres

      Malheureusement, certains pensentcomme toi avec généralement pour argument massue que « eux » savent bien conduire (les autres sont tous des chauffards), ont une bonne voiture (les autres sont toutes de poubelles) et n’ont eu et n’auront donc jamais d’accident (les 20 fois précédentes, c’était toujours la faute de l’autre con, même si l’assurance débile a dit le contraire, donc cela ne compte pas).

    3. Harold Glitch

      Tu n’as pas vraiment compris, Papy, le libéralisme c’est prendre des risques pour ta pomme. Rouler vite c’est faire prendre des risques aux autres …

      1. René-Pierre Samary

        Dès qu’on parle bagnole, s’ouvre le déconodrôme (@ Deres et Harold Glitch). Il y a de bons et de moins bons conducteurs, comme il y a de bons et de mauvais skieurs, de bons et de moins bons etc etc. Les meilleurs doivent respecter les moins bons, mais que les moins bons n’emm…. pas les meilleurs. Et que chacun soit sanctionné sur ses actes, non sur ses infractions à des règlements débiles. Cela dit, je ne roule jamais à plus de 40 en agglomération. Ailleurs…

    4. Fastnet

      C’est étrange comme les lois de la physique changent en passant les frontières !

      En Allemagne il est concevable de rouler à 250 et plus sur une autoroute en France à 140 c’est un délit, voir un crime ! En tous cas une aberration !

  18. Baichette

    Cher M. H16, à la lecture de cet article une question me taraude : il existerait des substances qui nous feraient percevoir Martine Aubry désirable. Pourriez vous préciser? Parce que ça doit décoiffer un peu un truc comme ça!

        1. Dr Slump

          Quand j’étais lycéen, dans une petite ville connue que je ne citerai pas, il y avait vraiment un marché pour les champi (les psilocybine, ou panéole du fumier): en saison, le prix était tant, hors saison, l’hiver, toussa, pénurie, ils étaient vendus plus cher. Je vous jure! en même temps, c’est normal: c’est la loi du marché

    1. Harold Glitch

      Je ne résiste pas, oui il existe une « Substance » c’est le titre d’un album de NO … pour les BExpats, ils seront à l’Ancienne Belgique le 6 novembre prochain, et pour les UKxpats le 21 à Liverpool. Il faut y inviter Martine et lui faire un chti LibéroBang !

      Sinon, il y a la candidate du Parti Libéral Radical en campagne en ce moment (CH) … d’accord, d’accord, « Libéral » c’est que dans le nom … mais c’est un bon début.

      http://www.isabelle-moret.ch/

  19. 89pierrot

    je vais faire dans le superficiel, mais pour moi, rendre Martine Aubry « désirable sexuellement », il y a toujours la possibilité de: coprins chevelus + alcool ; alcool aidant, à consommer avec modération ,bien évidemment .

  20. sarah

    Je confirme l’anecdote du boulanger raconté par h16, un des boulanger à côté de chez nous (toulouse) a été sommé par l’inspection du travail de fermer un des jours de la semaine….c’est un boulanger de sa soixantaine donc un bosseur et l est dégoûté mais il fait de la résistance…il ne vend plus de pain une fois par semaine mais il vend tout le reste viennoiserie,…:)

      1. Aristarkke

        En faisant des recherches sur l’ origine de cet arrêté (il me semble que c’est d’ origine pétainiste pour les premiers ou, éventuellement, frontpopu (cf les taxis)), je suis tombé sur un article de la VDN relatant qu’un couple d’ Arras avait été relaxé malgré poursuites pour ouverture 7/7. Toutefois, il semblerait que ce couple agissait comme franchisé et vendait surtout sandwiches et pâtisseries industrielles réchauffées, le pain restant marginal dans le CA. De plus, il semblerait que le dossier d’accusation par l’ aimable concurrence loyale qui avait invité une inspectrice du travail aux débats a été démonté par l’ avocat du couple précisant qu’aucun grief né de la législation propre du travail salarié n’étant cité, ses interventions étaient irrecevables au débat… A trop vouloir « bien » faire…

    1. theo31

      Je connais des paysans qui ont la solution: une bonne vieille petoire. Tu tires directement sur la voiture et ses occupants.

      Un jour mon père a dézingué un commercial de Singer avec une balayette après l avoir assis sur une chaise branlante. Le type a eu si peur qu il a chié dans son froc.

  21. DoS

    Yolo ?

    Tant qu’à faire H, je vous propose de devenir utopique !
    Pourquoi ne pas nous faire l’honneur le dimanche par exemple ?
    Écrivez nous le monde libéral.

    Car critiquer des grosses merdes de socialistes n’apporte pas notre bonheur.
    Écrivez une page de vie pour me faire plaisir.

    Il faut avancer. J’ai hâte de vous suivre.

  22. jeff

    Pour moi, une seule reponse valable de ce boulanger : prendre sa boulangerie et la transférer dans un pays où on apprécie tant nos traditions et où on ne réprime pas le travail. Et il y en a bcp de ces pays !!!!!
    Et surtout : LE FAIRE SAVOIR !

Laisser un commentaire