La France : entre la gauche et le rejet

Le week-end, il faut bien s’occuper et parmi mes lecteurs, il s’en trouve certains qui aiment les statistiques. L’un d’eux m’a contacté dernièrement pour me faire part de ses découvertes concernant les résultats des dernières élections en France. Le résultat vaut largement un billet.

Avant d’aller plus loin, un petit point méthodologique s’impose.

Pour réaliser l’analyse, les fichiers qui ont été utilisés sont ceux fournis par le ministère de l’Intérieur (résultats du second tour par régions, départements et circonscriptions) dans lesquels on trouvera les acronymes suivants : LUG pour Liste Union de Gauche, LUD pour Liste Union de Droite, LFN pour Liste FN. Pour éviter une trop grande dispersion des données, les autres acronymes et groupes de données (comme LDVG, LREG, LSOC, par exemple) n’ont pas été inclus dans l’analyse.

Ces fichiers ont été recoupés avec la structure de la population par circonscription par âge, sexe, logement et catégorie socio-professionnelle, obtenue par le recensement partiel de 2012 sur la base des chiffres de 2008 fournis par l’INSEE.

Enfin, pour effectuer l’analyse en question, notre aimable lecteur s’est muni du puissant outil open-source R, avec le package Factominer des statisticiens de l’Agrocampus de Rennes, grâce auquel il a effectué une AFC (Analyse Factorielle des Correspondances).

En substance, il s’agit du moteur au cœur de tous les logiciels de datamining, et qui permet de réaliser de l’analyse de données non-supervisée. Autrement dit, il s’agit de laisser parler les données et de voir quelles sont les formes ou correspondances qui émergent en premier, puis en second, etc. Ce seront les « dimensions », visibles dans les graphiques un peu plus bas, qui permettent d’identifier les facteurs qui structurent le plus fortement les données. De dimensions en dimensions, on peut alors expliquer laquelle contribue à quelle quantité de données observées, comme on pèle un oignon, et ce jusqu’à ce qu’il ne reste plus que du bruit statistique.

Cette technique identifie de fortes « correspondances » statistiques entre variables. Reste enfin à interpréter ces correspondances, ce qui revient à répondre aux questions qu’on se pose sur les découvertes que l’outil permet. Par exemple, pourquoi diable les circonscriptions qui se caractérisent le plus par un vote Liste Union de Gauche sont des circonscriptions avec beaucoup d’étrangers ou des circonscriptions avec beaucoup de professions libérales ou de cadres supérieurs ?

Avant de tenter de répondre à ces questions, si on regarde d’un peu plus près les résultats bruts, on découvre que près de 70% de la variabilité du vote par circonscription est expliquée par seulement deux dimensions : la localisation des votants (ruraux ou urbains), et leur positionnement face aux listes de gauche (en accord ou en rejet). En effet, et peut-être pour la première fois en France, le vote jadis droite-gauche ressemble maintenant à un vote de rejet complètement orthogonal à la structuration des catégories socio-professionnelles (i.e. statistiquement indépendant des CSP).

La première force qui structure le vote, c’est la corrélation entre bobos et étrangers dans le vote de gauche, c’est-à-dire entre les circonscriptions d’urbains diplômés (qu’on pourrait synthétiser grossièrement mais pas inexactement par « bobos ») et les circonscriptions avec un fort taux d’étrangers, dans un vote pour les listes à gauche (LUG, ou listes d’union de gauche).

Cette tranche de France-là, surtout urbaine, s’oppose à l’autre tranche (et en particulier au monde rural) suivant un gradient des CSP. Cette autre France se compose, elle, de circonscriptions avec beaucoup de Professions Intermédiaires et autres inactifs (dont les chômeurs), celles avec beaucoup d’employés et d’abstention, celles avec beaucoup d’ouvriers, d’artisans, de commerçants, de retraités (qui ont particulièrement exprimé leur vote), et enfin les circonscriptions sans doute les plus rurales, avec beaucoup d’agriculteurs exploitants.

Cette corrélation des circonscriptions à fortes populations étrangères avec celles des professions libérales et des cadres supérieurs, unis dans un même vote de gauche, éclaire assez nettement les stratégies du PS, la fameuse ligne « Terra Nova » appliquée jusqu’à présent, qu’on pourrait résumer par « Plus d’État pour les bobos, et plus d’État pour les populations en otage ou en assistanat ».

De façon complètement orthogonale à cela, la deuxième force qui structure le vote est le rejet.

Par exemple, le vote pour le Front National est très associé aux bulletins blancs et nuls, ce qui montre de façon assez claire là aussi qu’au lieu d’une montée de l’idéologie du FN, il faut voir une montée visible du rejet du système, de façon très claire, et le long de toutes les CSP.

cah

NB : rappelez-vous que ces graphiques sont issus d’une analyse dirigée par les données et non par l’opérateur. Les regroupements visibles ci-dessus sont ce qui ressort des corrélations, pas d’un choix volontaire du statisticien.

Plus dramatiquement encore, ce découpage montre, si quelqu’un pouvait encore en douter, le rôle réel des listes de droite : celui d’un bouche-trou entre deux les grandes forces politiques qui restent, à savoir le Parti Socialiste ou le rejet. Si quelqu’un doutait de ce rôle de bouche-trou, il est démontré par l’association des listes de droite (LUD) au paquet « rejet », de l’autre coté du véritable fossé entre les Français qui se matérialise sur les graphiques de l’Analyse Factorielle des Correspondances ci-dessous.

afc nuage

afc zone

Cliquez pour agrandir – les n° sur les points indiquent la circonscription ; ex : 9306 est la sixième circonscription du département 93

Une telle répartition montre bien l’abandon par toute la gauche d’une partie du peuple : les ouvriers, les artisans, les commerçants ont un vote majoritairement opposé à celui de la gauche, et se retrouvent écartelés entre le vote de protestation et le vote conservateur.

dim1 dim2

Par exemple, sur le graphique ci-dessus, les points « O » (ouvriers) et « AI » (autres inactifs, les chômeurs, donc) sont au bord du gouffre créé par le clivage, à la fois le plus loin possible de la gauche sans être à droite, partagés par leur différence socio-professionnelle (des chômeurs plutôt urbains, des ouvriers plutôt ruraux), et sur le point de rejeter le système, de l’autre côté du gouffre. D’autres études prouvent d’ailleurs encore et encore que ce sont ces deux catégories socio-professionnelles, socialement les plus vulnérables, qui rejettent le plus clairement la gauche et sont récupérées par le Front National ou s’associent à un vote rageur nul ou blanc.

D’autre part, ces graphiques expliquent assez bien les récents éclats entre NKM et Sarkozy : la droite, qui accepterait de marchander (c’est la « ligne NKM ») tomberait dans un véritable piège et serait complètement mangée par le vote protestataire. La « ligne Sarkozy » semble alors plus cohérente puisqu’il vaut mieux recevoir des reports de votes du PS que de disparaître.

Enfin, en tant que force progressiste, la gauche n’existe plus. Elle n’est plus qu’un outil de préservation des avantages d’un assemblage hétéroclite composé d’une caste de bourgeois et d’une caste d’assistés ou de populations dépendantes des aides. Ceci est d’ailleurs corroboré par le dernier scrutin ; en abandonnant trois régions, la gauche a préféré isoler complètement ses électeurs plutôt qu’accepter un changement paradigmatique, d’ailleurs confirmé par le renouvellement du rejet au second tour par les circonscriptions concernées.

Quant à la France, ce graphique illustre un terrible clivage, un gouffre même, entre deux peuples, créé par la petite politique politicienne, allant de la diabolisation du Front National jusqu’aux calculs politiciens pendant les scrutins, les discours communautaristes ou l’illisible politique laïcarde, et surtout, l’absence complète de toute volonté d’agir autrement que pour les intérêts spécifiques des élus.

On n’ose imaginer le degré de frustration qui doit se créer chez les électeurs qui, progressivement ostracisés par ces basses manœuvres, ne trouvent plus que le rejet pour s’exprimer.

En somme, si quelqu’un veut la guerre civile, c’est bien le PS.

—-
Données brutes
Résultats bruts
Archive des données et résultats au format XLS

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires279

  1. Bonsaï

    Je constate que subsiste le travers, dont on avait beaucoup discuté ici même à l’occasion d’un précédent billet fameux, qui est de considérer les votes blancs comme avérés. Rappelons encore que ceux-ci ne sont pas comptabilisés dans les résultats officiels et qu’ils sont nuls par définition.
    « Par exemple, le vote pour le Front National est très associé aux bulletins blancs et nuls, ce qui montre de façon assez claire là aussi qu’au lieu d’une montée de l’idéologie du FN, il faut voir une montée visible du rejet du système, de façon très claire, et le long de toutes les CSP. »

        1. Bonsaï

          Puisque mes propos paraissent abscons, ja vais donc réitérer sous une forme plus directe.
          1. Je cite un extrait du billet :
          « Par exemple, le vote pour le Front National est très associé aux bulletins blancs et nuls, ce qui montre de façon assez claire là aussi qu’au lieu d’une montée de l’idéologie du FN, il faut voir une montée visible du rejet du système, de façon très claire, et le long de toutes les CSP. »
          2. J’indique qu’il y a là un contresens, car les bulletins blancs et nuls n’étant pas pris en compte, il n’est pas possible d’en tirer un quelconque renseignement. Et encore moins de les associer à un hypothétique vote FN.

          1. Calvin

            Oh mon dieu…
            C’est consternant. Derrière chaque vote ou exprimé ou blanc ou derrière chaque abstention, il y a un individu.
            Même derrière chaque non inscrit, il y a une personne.
            Et ce que dit h16 c’est qu’il y a un vote de rejet, pas forcément FN.
            Je me reconnais bien dans cette abstention-rejet.

            1. Bonsaï

              Toujours est-il qu’au niveau sémantique, il y a un contresens flagrant (peut-être volontaire puisqu’on y insiste tant) entre vote blanc ou nul et expression délibérée d’un parti quelconque.
              Cet aveuglement exprime bien l’aveu d’une imprégnation schizophrénique se distribuant mécaniquement entre les deux grands pôles de la gamelle électorale, et refusant par une crispation toute idéologique l’ouverture à un parti tiers, pourtant démocratiquement reconnu puisque proposé aux urnes.
              Quand on voit comment le premier ministre sort de son rôle pour s’exercer au prêche anti-FN sur les chaînes de télévision, on peut peser ce que vaut encore la démocratie…

              1. Caton

                Il y a deux boutons. Quand on tourne l’un des boutons, l’autre tourne autant et dans le même sens. On en déduit qu’il y a un lien entre les boutons. La nature du lien n’est pas la question.

              2. Grenouille bouillie

                Un vote blanc ou nul reste un vote exprimé, même s’il ne choisit délibérément aucun des partis proposés. Si je mets dans l’urne un vote « Coluche », j’exprime une idée.

                Que l’on puisse extraire une corrélation statistique de tels votes protestataires avec le vote FN est tout sauf vide de sens… D’un point de vu statistiques, que ces votes soient comptabilisés de telle ou telle façon par l’état n’a aucune espèce d’importance.

          2. bibi

            S’il vous please, avant d’utiliser votre claque merde, ayez l’amabilité d’ouvrir le premier lien de l’article.
            Vous verrez, fan de chichoune, que vous êtes dans l’erreur car voilà les résultats officiels :
            Inscrits: 45 293 888
            Abstentions: 18 838 599
            Votants: 26 455 289
            Blancs :740 446
            Nuls: 547 198
            Exprimés: 25 167 645

            LES BLANCS ET NULS EXISTENT MAIS NE SONT PAS COMPTABILISES DANS LES EXPRIMES
            CAPICHE

              1. bibi

                Vous n’avez pas les feuilles à toutes les branches.

                Les résultats sont disponibles à différentes échelles, cantons, circonscriptions, départements, régions, sur le site du ministère de l’intérieur pour le premier et deuxième tour.

                Il serait temps que vous appreniez à lire car personne en vous dit que les votes blancs et nuls sont des votes FN on vous dit :
                « le vote pour le Front National est très associé aux bulletins blancs et nuls »
                Donc comme vous êtes non-comprenante je traduis : On observe une forte corrélation entre vote blanc et nul et vote FN.

                Pour vous en convaincre vous allez sur le site du ministère de l’intérieur vous téléchargez les fichiers des résultats et vous faites le travail qu’a produit le maitre des lieux pour vérifier si il dit vrai.

                1. Bonsaï

                  Vous êtes peut-être doué en statistique, mais un peu moins en sémantique (ou en rédaction pour faire simple). Voire en logique.
                  « On observe une forte corrélation entre vote blanc et nul et vote FN. »
                  Au risque de me répéter, j’affirme qu’on ne peut tirer aucun renseignement tel que l’opinion du votant ou son affiliation à un parti d’un bulletin blanc ou nul.
                  C’est plus clair comme ça ?
                  Par ailleurs, une joute rhétorique ne devrait pas vous empêcher de rester dans les limites de la courtoisie la plus élémentaire.

                  1. Lorelei

                    Ce que je comprends, c’est que là où on observe une augmentation des votes blancs et nuls, on observe également une augmentation des votes pour le FN , et de même, lors d’une baisse des votes blancs et nuls, on remarque une diminution du vote FN. On en déduit une notion de rejet du système et non une adhésion des votants blancs ou nuls à un programme FN.

                  2. Mais sapredieu, personne n’a dit qu’il y avait d’opinion derrière le vote blanc. Vous confondez à présent corrélation et motivation. C’est consternant.

                  3. ironbooboo

                    J’admire votre persévérance. Tous les matins 9h le taulier publie son billet du jour, tous les matins 9h05 vous êtes fidèle au poste pour essayer de le contredire.
                    Par contre je pense qu’on vous en serait tous reconnaissant si vous pouviez comprendre qu’il prépare ses sujets et qu’il est donc difficile de le prendre en défaut en survolant son travail 5 minutes.
                    Ça nous éviterait de vous voir jouer des pieds et des mains pour éviter de reconnaître que vos remarques ne sont peut-être pas aussi perspicaces que ce que vous vous imaginez en les écrivant.

              2. Deres

                C’est le logiciel qui constate que le vote FN est lié statistiquement à des valeurs plus grandes de votes nulles et blanc. Il considère donc que ces critères constituent un bloc lié. Le terme « rejet » est un interprétation pour nommer ce bloc.

                1. Caton

                  Le vote blanc ne peut être qu’absence d’adhésion aux choix proposés. Le qualifier de vote de rejet n’est pas une interprétation, c’est juste une évidence : quelqu’un s’est déplacé pour glisser dans l’urne un bulletin « aucun de ceux-là »..
                  La question peut se poser pour le vote FN: s’agit-il d’une adhésion aux idées du FN, ou d’un vote de rejet?

                    1. Caton

                      Pas vraiment, non. La corrélation indique le plus souvent une cause commune à des effets différents. Mais je vais reformuler.
                      Les électeurs du FN votent-ils FN pour exprimer qu’ils rejettent les partis de gouvernement, leurs programmes et leurs actions, ou pensent-ils que le FN est à même de régler les problèmes de ces électeurs?
                      Dans le premier cas, il s’agit d’un vote de rejet. Dans le deuxième cas, d’un vote d’adhésion. Et il est probable qu’il s’agit d’un mélange des deux.

                    1. Bonsaï

                      Bien au contraire, ce sera une petite douceur, car je tiens à remercier vivement le Prince les Blogueurs pour l’excellent moment de remue-méninges que m’a procuré son article du jour !
                      Et cerise sur le gâteau, je crois avoir deviné que « l’aimable lecteur amateur de statistiques » qui a réalisé cette analyse bluffante des dernière élections est… Bibi.
                      (une petite confirmation ne nuirait en rien à votre légendaire modestie !).

                    2. Bonsaï

                      Il va falloir que je révise mon opinion.
                      Je n’avais pas encore vu le dernier message de 15:47 qui m’est adressé avec une vigueur quelque peu outrancière…

                    3. Bonsaï

                      Ce n’est pas ce que j’ai fait.
                      D’autant plus que d’après vos propres dires, l’appareil analytique lui-même n’est de votre facture.
                      Rar ailleurs, je crois vous avoir toujours témoigné du respect et de l’admiration, voire même à certains égards une certaine forme d’amour.
                      Vous, par contre m’avez apostrophée publiquement d’une tirade offensante que je ne mérite pas et qui ne vous grandit guère…

                    4. bibi

                      Monsieur 16, je suis sur que cela dépend de ce que l’on vous accuse de manipuler, si c’est une tronçonneuse comprenez bien que cela mette en émoi notre petit arbre.

    1. sa0000

      La discussion portait sur l’abstention (est elle une expression politique d’un rejet, ou une expression naturelle de flemme ?), et non sur les votes blancs ou nuls.

    2. bibi

      Dans la loi électorale françaises, les votes blancs et nuls existent, ils sont différenciés et sont officiellement comptabilisés (voir les résultats fournis par le ministère de l’intérieur), mais ils ne font pas partis des bulletins exprimés.

  2. dede

    « les circonscriptions avec un fort taux d’étrangers, dans un vote pour les listes à gauche »

    Voila un phenomene tres interessant dans la mesure ou les etrangers ne votent pas : ceux qui votent FN ne vivraient pas entoures « d’etrangers » qui constituent pour beaucoup d’entre-eux (les votants) un bouc-emissaire justifiant le rejet…

    1. Calvin

      Phénomène assez connu.
      Plus éloignés sont les étrangers et plus la peur est forte. La peur de l’étranger étant la peur de l’inconnu.
      En revanche, en étant confronté à une population plus que diverse, ce n’est plus une inconnue.

      1. Pistache

        Ne faut-il pas prendre en compte la possibilité de gens qui ayant été un peu trop confrontés à leur goût ont opéré des repli dans des zones moins affectées ? Où ils votent pour ne pas retrouver le même genre de situation à moyen terme ? Personnellement je connais énormément de cas pareils.

        1. Pheldge

          L’électeur ne vote pas en fonction de la géographie , quand il déménage, ses opinions le suivent, généralement, il ne change pas de CSP …
          L’analyse est impressionnante de lucidité … j’imagine que c’est une étude comparable qui a servi de base à la ligne Terra Nova.

          Autre chose, en 2017 la droite joue son va-tout : ça sera la victoire et une obligation de renouvellement de ses cadres, pour faire de la droite , »de droite » , ou bien une rapide disparition au profit du « parti du rejet » !

      2. Royaumont

        Hum… A Marseille, le maire de secteur FN a été élu dans les 13 et 14ème arrondissements, là où se trouvent des cités comme La Rose, Malpassé ou Frais Vallon qui ne sont pas peuplées de provençaux de longue date.

      3. cherea

        @calvin
        Il y aussi ceux qui ont fui zones à fortes populations extra-européennes pour une zone plus homogène et qui vote FN pour être sûr de ne pas retrouver ce qu’ils ont laissé.

      1. Pheldge

        Oui, mais les enfants d’étrangers, sont français depuis Giscard 1 er, même quand ils sont étranges …
        Faut pas avoir de complexes : « populations issues d’une immigration récente », comme ça on évite de dire « les reubeus et les renois », et on ne stigmatise personne.

    2. Caton

      Il serait bon d’arrêter de prendre les électeurs du FN comme des idiots incultes et non informés. Beaucoup ont la télé, certains même savent lire, et dans le périurbain, beaucoup ont quitté, contraints et forcés, les beaux quartiers du vivrensemble pour l’horreur rurale.

      1. Pheldge

        « arrêter de prendre les électeurs du FN pour des idiots …certains même savent lire … » certains savent même lire ce Blog et ont une pétoire chargée à disposition ! Kazar si tu m’entends … 😉

        1. Kazar

          Serviteur !! Mon grain de sel : je vote FN non pas parce que « j’ai peur de l’étranger » mais parce que pour être allé assez souvent à Saint Denis, par exemple, j’ai vu à quoi ressemble cette ville désormais, et cela ne correspond pas à mes choix de vie. De la même façon, pour aller régulièrement dans un pays du Maghreb, en zone non touristique, la vue des bidonvilles dès qu’on n’est plus en centre ville, du délabrement général (trottoirs défoncés, bâtiments approximatifs et répugnants), et plus simplement de la saleté ambiante me laisse à penser que les bonnes âmes de gauche pro-immigrés ignorent tout du véritable fossé culturel et civilisationnel qui existe entre eux et nous.
          Question d’habitude sans doute…
          Typiquement, je fais partie de cette catégorie qui n’a pas à côtoyer « l’étranger » mais justement veut éviter d’avoir à le faire. Simplement, je n’hésite pas à le dire, contrairement aux « bobos » qui habitent les quartiers pleins de mixité sociale mais mettent leurs gamins en école privée, parce que bon, quand même…

          1. theo31

            Tu ne veux pas côtoyer des « étrangers » qui habitent près de chez toi mais tu es prêt à payer cher pour en côtoyer des semblables vivant dans un autre pays. La logique de la chose m’échappe.

          2. Pheldge

            « la vue des bidonvilles … trottoirs défoncés, bâtiments approximatifs et répugnants…saleté ambiante » c’est définitivement l’expression d’un jugement de valeur teinté de racisme et discriminant ! Camarade , je me dois de te dénoncer (ça fera la deuxième ou troisième fois, les affaires marchent 🙂 ) à la hotte Otto Riter qui s’en occupe de condamner les méchants fachos racisses !
            Et pis de toutes façon c’est la faute à la France qui a laissé la merde après elle s’est barrée. Salauds de colonisateurs pilleurs de ressources qu’on imaginait même pas que ça pouvait exister …
            Ca va, Kazar, je suis dans le ton, ou je dois encore travailler mon personnage ? 😀

      2. Je ne vois pas pourquoi vous dites ça.

        La remarque initiale est correcte : ceux qui votent le plus FN ne sont pas ceux qui sont le plus en contact avec les immigrés et les étrangers.

        1. Caton

          La remarque initiale est suivie d’une phrase indiquant que les électeurs FN voient en ces étrangers un bouc émissaire. Certains commentaires d’autres lecteurs parlent de « peur de l’inconnu ». Nous sommes dans la caricature du vote FN raciste et xénophobe. L’analyse statistique montre le contraire, qu’il s’agit d’un vote de rejet global du système politique en place. J’imagine qu’il est plus confortable de rester sur « vote FN = raciste xénophobe malpensant » que de se demander pourquoi le vote de rejet est FN et pourquoi l’opposition a perdu toute crédibilité…

          1. C’est vous qui faites une erreur. Le vote observé est un vote de rejet, et le vote FN est juste une composante de ce rejet qui est en réalité bien plus vaste.

            1. Caton

              Je ne vois pas l’erreur. Le vote FN est une composante du cote de rejet. En faire un vote raciste par des électeurs idiots et non informés est stupide.

                1. Caton

                  Je cite:
                  « ceux qui votent FN ne vivraient pas entoures « d’etrangers » qui constituent pour beaucoup d’entre-eux (les votants) un bouc-emissaire justifiant le rejet… »
                  C’est exactement ce qui est dit.

                    1. Caton

                      J’ai bien noté. Cela reste une expression de la lecture imposée par l’herpès, selon laquelle le vote FN ne saurait être un vote de rejet, il ne peut être qu’un vote raciste et xénophobe de personnes stupides et non informées. L’approbation immédiate par un empoté de 盆栽 montre à quel point cet argument s’est imposé dans l’opinion.
                      Le programme du FN a beau être d’une stupidité sans nom, s’en prendre à ses électeurs de cette manière n’est pas correct ; la preuve, l’exemple vient des polytocards en place. Je ne m’attendais pas à voir étalée autant de moraline bienpensante sur votre site, d’où mon intervention.

                1. Caton

                  Là aussi, faut voir. Le racisme hypocrite est très courant en fRance, au point que le racisme des moindres attentes y a été institutionnalisé. Je crains que le pourcentage de racistes parmi les électeurs FN ne soit très proche du pourcentage de racistes dans la population, et largement au-delà de 50%.

                  1. Laurent

                    si être raciste c’est refusé l’implantation de force de population étrangère avec le concours (et le financement) de l’état alors je suis raciste.

                    1. Caton

                      Et vous n’êtes pas le seul. Ceci dit, la discrimination positive à l’égard de certaines communautés est du racisme, et ce racisme est institutionnalisé. Noter les élèves étrangers de manière différente parce que leurs parents sont étrangers, c’est du racisme. S’extasier sur la réussite d’un entrepreneur ou d’un chef d’orchestre issu de l’immigration (avec l’inévitable, « et pourtant, c’est un Arabe/Noir, comme quoi ça veut rien dire »), c’est du racisme. Et cætera ad nauseam.

                      Au fait, le prochain qui me raconte qu’il ne faut pas dire « vacances de Noël » mais « vacances de fin d’année » je lui botte le cul parce qu’il est raciste. Et con.

          2. Calvin

            Personnellement, je mets plutôt dans la peur de l’étranger (ou de l’inconnu) la mondialisation.
            Le racisme est, à mon sens, un choix très faible dans un vote, du moins quand les partis ne sont pas communautaires.

    3. bibi

      Le bouc-émissaire c’est vite dit quand la population française est composé de 10% de musulmans quasiment tous issus de l’immigration et qu’ils composent 60% de la population carcérale.

      Ceux qui votent FN (qui sont loin d’être tous des faces de craies) ont peut être une bonne raison de le faire, à savoir qu’élection après élection et promesse après promesse l’ordre républicain n’est toujours pas appliqué et qu’à cause de cela ils ont du pour partie fuir les quartiers populaires et « se réfugier » dans les zones rurbaines.

      Quand au monde rural celui-ci voit d’un très mauvais oeil de payer des impôts pour que l’état dépense des milliards en politiques de la ville (pour que tout soit saccagé) pendant que les campagnes crèvent en silence.

      1. Caton

        Peut-être, plus simplement, que les polytocards ayant exprimé depuis 30 ans que le vote FN les ennuie fortement, nous sommes confrontés à un tiers des électeurs qui en ont suffisamment marre pour l’exprimer par un vote « raciste et xénophobe » mais pas encore assez pour prendre les armes.

    4. Flash

      A Calais, sont-ils entourés d’étrangers?
      A Marseille et ses alentours, ne savent-ils pas ce qu’est un « étranger »?
      Peut-être qu’à Neuilly, Levallois, Boulogne-Billancourt, Paris, la diversité sociale et ethnique est plus forte qu’à Calais ou Marseille. Mais j’en doute.

      Bref, votre analyse est peut-être partiellement juste, mais est, je pense, à nuancer. Il y a de nombreux contre-exemples.

    5. Flash

      Je peux prendre l’exemple inverse, aussi.
      La Bretagne, terre du vivre-ensemble multi-culturel par excellence, est fortement à Gauche de ce fait. J’ai bon?

    6. Laurent

      Ceux qui ne supportent pas la présence d’étranger sont partis, il ne reste que ceux qui les tolèrent ou des anciens étrangers devenu Français ou les enfants des étrangers née en France. Tout ceux là sont manifestement à gauche par intérêts ou idéologie.

  3. bibi

    Tout cela prouve bien qu’il y a une place pour une vraie droite dans ce pays pour peu qu’elle veuille cesser d’avoir honte de ne pas être de gauche et mener et gagner le combat idéologique face cette gauche en putréfaction.

    Le positionnement électoral de Sarkozy en 2007 et 2012 était le bon et reste le bon pour 2017 car le diagnostic est toujours le bon mais ayant échoué dans l’exercice du pouvoir parce que bien trop timoré (on rappellera qu’il s’est couché devant Julliard) il faudra quelqu’un d’autre pour mener le combat si la droite veut l’emporter. Et en cas de victoire il faudra cette fois qu’elle mène sa politique jusqu’au bout et comme 10 ans ont passé avec une importante aggravation de la situation économique, il faudrait qu’elle porte au pouvoir quelqu’un qui a les couilles de Thatcher.

    1. Royaumont

      E problème de Sarkozy n’est pas son positionnement, mais sa crédibilité. En 2007, son discours de droite à débouché… sur 50% de socialistes au gouvernement et une politique gauchisante.
      Ça en a échaudé plus d’un.

      1. theo31

        Elu, le premier geste de Talonnette a été d’aller commémorer l’abolition de l’esclavage et donc de prêter allégeance à la repentance socialiste. Ensuite, il est allé se faire adouber par le SG de la CGT. Le tout en moins d’une semaine pour faire comprendre au peuple de droite qu’il serait cocu et content de payer la chambre, notamment avec l’ouverture.

    2. douar

      « quelqu’un qui a les couilles de Thatcher »
      C’était une image, bien sûr.

      Pas sûr que NS soit le bon cheval, celui qui préfère aller voir PSG-Lyon plutôt que de suivre le résultat des élections régionales.
      Le Fouquet’s ne lui a manifestement pas suffit.

      1. bibi

        Mais qu’est-ce donc que le Fouquet’s à côté d’affréter des jets d’une compagnie monégasque quand son ennemi est la finance?
        Sarkozy il a eu raison d’aller voir le match, qu’aurait-il donc fait au siège du parti qu’il ne pouvait faire dans une loge au parc des princes du Qatar?

        1. theo31

          La V° a été taillée pour De Gaulle, pas pour un autre soit-disant homme providentiel. Ca me fait bien rire de qualifier d’homme providentiel celui qui a servi la soupe aux communistes en trouvant qu’un QG militaire à Londres était bien trop près de Washington et pas assez de Moscou. On a les idoles qu’on peut.

    3. Malancourt

      Oui il y a une place, mais de là à gagner?

      Mes amis et collègues sont surpris quand je leur dis que la rééelection de flamby est assurée. Les électeurs de gauche indécrottables, les assistés et les populations issues de l’immigration récente constituent un socle suffisant.

  4. Higgins

    Passionnant. Je me suis régalé à la lecture de ce billet. J’ai eu à travailler par le passe avec ce type de logiciel (pour moi, c’était SPSS). J’avais un enseignant remarquable et qui plus est, doté d’un humour redoutable. Les résultats sont souvent surprenants et plein d’enseignement. Les outils d’études statistiques ont fait de tel progrès (entre autres grâce à l’informatique qui a décuple les puissances de calcul disponible) qu’il y a un champ d’exploration immense à exploiter. J’en redemande.

    1. bob razovski

      Au moins, il y a une constante dans toutes les statistiques :

      L’impossibilité de trouver un positionnement libéral.

      Peut-être établir une corrélation entre libéralisme et abstentionnisme ?

  5. Kloupa

    D’ailleurs en matière de guerre civile, celui qui en a haut et fort agité la menace, c’est monsieur Valls, après avoir dit qu’il ferait « tout » pour empêcher le FN de diriger une région, ce qui veut dire qu’il est prêt à violer le démocratie et la loi électorale. Le fascisme est clairement de couleur rose: aucun autre parti, FN compris, ne se serait écrasé après de tels propos.

  6. Stéphane

    Il me semble plus facile à l’heure actuelle de faire évoluer la ligne économique du FN pour en faire un vrai parti de droite qu’espérer quoi que ce soit de LR

    1. petit-chat

      Sans doute.
      Mais pour se faire élire, il faut ratisser large, donc se gauchiser davantage, piège dans lequel la « droite » est tombée, et qui est la voie suivie par le FN. Tous leurs « programmes » (qui n’engagent que les crédules) sont invariablement consternants de médiocrité et de collectivisme forcené.

  7. bob razovski

    On peut peut-être aussi déduire de ces statistiques, c’est que la « droite traditionnelle (conservatrice dirons-nous) » va se dissoudre dans la gauche actuelle pour espérer conserver l’accès à la carrière politique.

    La droite n’ayant plus de raison d’être. Ce qui se traduit dans les faits par les appels du pied des vieux croutons RPR-UMP à une alliance avec la gauche, comme ce à quoi on assiste avec raffarin.

  8. yoananda

    Génial ce post ! Merci beaucoup.

    Il y a un truc que je ne comprends pas : quels sont les ressorts sociologiques qui unissent les bobos et les immigrés ?
    Ce n’est visiblement pas l’éducation ou le niveau socio professionnel.
    C’est le mode de vie urbain ? une même structure familiale ? un même étatisme (eq un même rejet de compétition capitaliste) ?

    Quelqu’un à une idée la dessus ?

    Marx disait que les classes sociales défendent les politiques/idées favorisant leurs intérêts économiques.

    Mais je ne comprends pas en quoi les bobos sont favorisés par l’état socialiste ? S’ils sont dans les professions libérales, éduqués, ils sont donc taxés à leur détriment pour les immigrés qui sont plus corrélés avec le groupe des assistés. Non ?

    1. cherea

      Oui les immigrés disons rapidement même s’ils ne votent pas, ou disons leurs enfants avec droit de vote, pensent que le PS va améliorer leur sort, ils votent très logiquement selon leurs intérêts. Les bobos pensent que les immigrés ont besoin des bobos pour s’émanciper par la culture…et autres niaiseries. Les bobos sont d’un paternalisme condescendant envers les immigrés,ce qui me les rend d’autant plus insupportables. Bref les bobos se voient encore comme un phare, une lumière devant guider le monde. Comme à l’époque des colonies, amenons-leur la civilisation mais comme ça c’est mal passé, c’est devenu amenons-les ici pour leur montrer ce qu’est la civilisation…en fait, toujours ce sentiment de supériorité du bobo.

      Il peut aussi y avoir chez les immigrés un ressentiment envers les Français, ex-colonisateurs…à la limite c’est normal on leur fout cela dans la tronche depuis 50 ans.

      Chez le bobo, ethnomasochisme, haine de soi…on est des merdes, colons, collabos, esclavagistes et j’en oublie.

      Voilà quelques pistes…

      « Mais je ne comprends pas en quoi les bobos sont favorisés par l’état socialiste ? S’ils sont dans les professions libérales, éduqués, ils sont donc taxés à leur détriment pour les immigrés qui sont plus corrélés avec le groupe des assistés. Non ? »

      Dans les bobos, il faut aussi mettre les fonctionnaires, dont les nombreux de la mairie de Paris, ceux de l’AP-HP qui profitent à fond des logements sociaux, des tarifs préférentiels, bref qui savent comment profiter des avantages…

      Et en fait, parmi les professions libérales, ceux qui gagnent très bien leur vie peuvent encore payer mais plus pour longtemps car ils vont commencer à regarder sérieusement leur feuille d’impôt, les autres au final ne payent que peu d’impôts…un freelance dans l’événementiel qui gagne 1500€/mois va peu payer et encore il doit son boulot à une manifestation publique ou parapublique.

      Ne vous inquiétez pour les bobos, ils savent très bien pour qui voter pour défendre leurs intérêts.

    2. Pere Collateur

      Bonnes questions, que je me pose aussi.

      Par exemple, je constate que même au sein des populations très éduquées, il y a également un gouffre entre des gens ayant une formation très concrète, comme l’ingénierie et la médecine et les autres exerçants des bullshits jobs comme les pubards, communicants, ressources humaines, financiers, marketeux etc…

      De là à penser que le point commun entre bobos et assistés, c’est le parasitisme…

      1. yoananda

        je me demandais justement si ce n’était pas l’opposition « producteur/consommateur », ou « producteur/jouisseur » qui était la vraie ligne de fracture.

        entre les « vrais » jobs de personnes qui produisent des vraies richesses « concrètes » et qui touchent du doigt l’effort, la rareté, la compétition, et les autres pour qui, de toute manière l’argent est créé ex nihilo, les salaires payés par l’état directement ou indirectement et qui ont des boulots « occupationnels » ou on papouille entre assistés, on se psychothérapises, on se promène les chiens des uns des autres …

        qu’en pensez vous ?

    3. petit-chat

      Pour en avoir côtoyé quelques-uns, ils ne fonctionnent que par le souci du bien d’autrui, apanage des gauchistes, car ils savent mieux que les intéressés ce qui leur convient. Et très très difficile de les faire changer d’avis (sauf durant une conversation mais pas pour le vote). Le cerveau n’intervient pas, seul le cœur parle…

      1. yoananda

        oui, justement, c’est ma question : pourquoi ils fonctionnent « par le soucis du bien d’autrui » (sous entendu « autrui » c’est l’étranger et pas le voisin plus riche, sauf ceux qui ne pensent pas comme eux, les fachos, les cathos, les nationaux, les freemarkets & co, ils ne se soucient pas beaucoup de leur bien être à ceux la) ?

      2. Caton

        Pour la plupart des bobos, c’est l’anus qui parle, pas le cœur. Les plus intelligents laissent leur rectum s’exprimer.

        Le bobo moyen c’est un canal digestif, affamé à un bout et irresponsable à l’autre.

    4. Flash

      Devenez RH d’usine, vous verrez si vous ne touchez pas du doigt certaines réalités.
      De même, conduisez un PSE ou deux, vous verrez si vous ne vous casserez pas les dents sur une caste surprotégée ou deux (syndicalistes…).

        1. Flash

          Zut, je me suis trompé. Je répondais à Père Collateur, qui opposait d’un côté les « manuels » (ingénieurs, médecins…), de l’autre les « bullshit jobs » comme les RH. Ces derniers, ne connaissant rien à la vie, voteraient plutôt à Gauche.

          Cette analyse me paraît simpliste. Je donne deux exemples de RH ayant à se frotter à certaines réalités. Être une fonction support, ce n’est pas forcément de la branlette intellectuelle.

          1. yoananda

            oui, c’est pour ça que j’opposait plutôt les producteurs et les « non producteurs » (branleurs, organisateurs, philosophes, gestionnaires, psy, tous les métiers vivant du papier, les « léttrés ») …
            ou alors :
            les parleux vs les faiseux … 😉

            ceux qui parlent, et ceux qui font si « producteur vs les autres »…

            qu’en pensez vous ? je cherche la bonne catégorisation, je tatonne

            1. bob razovski

              Le scribouillard que je suis, ainsi que l’ancien producteur audio-visuel que j’étais, te remercie, pour cette médaille de « non producteur » que tu me décernes. 😉 (sans aucune animosité)

              J’ai, quant à moi, une version du producteur un peu différente, qui regroupe :

              Investissement dans des moyens de production
              vente de cette production pour vivre

              je pense que vouloir catégoriser n’est pas la bonne idée. C’est un raisonnement trop technocratique pour pouvoir fonctionner dans la réalité.

            2. Raphaël Martin (@raphaaelmartin)

              Bon, restons calme…
              Vous ne trouvez pas que votre catégorie est quand même un poil artificielle? Le toboggan intellectuel « faiseurs => producteurs => gens utiles » me dépasse. Je ne vous demanderai pas quelle définition vous placez derrière le terme « d’utilité » (même si j’espère qu’elle est plus riche qu’une simple corrélation avec une forte augmentation du PIB…).
              Sinon les enseignants, les journalistes, les architectes vous les classez comment? Dans la catégorie bullshit si je vous suis. Je ne demande même pas pour l’art hein, sacrilège.
              Quel monde rationalisé vous nous dessinez là.

          2. Pere Collateur

            Je me doutais bien qu’il y aurait quelqu’un exerçant l’une des professions que je classe dans les bullshit jobs et qui serait blessé d’être ainsi dénigré.

            Cependant, je maintiens. Et n’y voyez rien de personnel. Il y a actuellement des légions de boulots, qui bien que nécessitant beaucoup d’études, et étant bien payés, ne servent à rien et pire, sont clairement nuisibles.

            Je ne compte plus les fois, ou dans ma vie professionnelle, j’ai été confronté à des financiers assez cons pour liquider la R&D, parce que dans les comptes, c’est classé dans les coûts. Et qui, quelques années plus tard étaient tout étonné que la boite n’ai plus rien à vendre et coule…

            Je citerais aussi un RH (une en faite, vu que cette profession est massivement féminisée de nos jours) incapable de comprendre le profile dont on avait besoins et qui nous recrute des peignes culs incompétents et hors de prix!

            Et que dire de ce marketeux, un peu trop haut dans la hiérarchie, pouvant donc faire passer toutes ses décisions sans opposition et qui nous a fait perdre deux ans de développement et des millions d’euros?

            Bref, même si on est convaincu de faire correctement son job et d’être utile, il y a une astuce pour savoir si on exerce un bullshit job: Il suffit de se demander ce qui se passerait si du jour au lendemain le poste sur lequel on est disparaissait.
            Je bosse dans l’informatique. Je me suis posé cette question. Et la réponse fut cinglante: Si demain j’arrête ce que je fais, et bien rien ne manquera à personne et la planète continua de tourner. Je suis donc moi aussi l’heureux titulaire d’un bull shit job. Et il est très probable que si vous vous posez honnêtement la même question, vous arriviez à cette même conclusion.

            Après, on n’est pas obligé de se morfondre. Rien n’empêche d’acquérir des vrai compétences, vraiment utiles.

        2. claude

          Bonjour monsieur ou madame
          De deux choses l’une : ou votre post est une phrase qu’on lance en l’air , comme cela parce que cela gêne, et que cela rassurerait de savoir . Et alors ..taisez vous !
          Ou vous vous posez réellement la question.
          Et là vous touchez un vrai problème et je vous félicite. Pour connaître un peu le schmilblick, il y a plusieurs niveaux de réponse. La première, banale, c’est le lien économique avec l’Etat ( la faiblesse du post de référence est de ne pas traiter de ce problème). Si vous regardez les lieux dits créatifs , vous verrez qu’ils fonctionnent beaucoup sur l’Etat – être en start-up en France ce n’est pas ENCORE prendre des risques, cela vient quand vous commencez à être financé. Ajoutez à cela beaucoup de professions artistiques type intermittents. ..
          Mais cela ne nous dira rien : on voit mal pourquoi les bobos seraient aussi xenophiles.
          La deuxième est l’idéologie internet . Il règne dans ce milieu une idéologie libertarienne qui n’est pas très compatible avec les partis français. Le PS la récupère. Un peu plus convaincant , mais qui pose le problème de l’origine de cette idéologie
          La troisième est la formation : il règne dans les universités – je parle ici des profs – un véritable terrorisme idéologique qui se nourrit à la fois de la pensée des maîtres ( bourdieu, foucault), et de leur disparition . En clair ce sont des seconds couteaux qui sont devenus idéologues là où les maîtres étaient qd même un peu des penseurs. Il faut méditer la phrase de Perrineau qui – lorsqu’on lui a posé la question du politiquement correct ( et il est en première ligne) répond : c’est l’effet du scientisme . Cela veut bien dire qu’il y a une idéologie dans les disciplines universitaires.
          Mais cette réponse est encore limitée. Il me reste à vous répondre par deux absolues certitudes :
          1. vous êtes ici face à un problème qui est la négation même du marxo-bourdieusisme : à savoir qu’il a manifestement des causes culturelles et non sociales
          2. Les mettre à jour et les combattre est une question de vie ou de mort pour notre civilisation .
          Si le coeur vous en dit d’y travailler : claude.roche0065@gmail.com

    5. Kyrilluk (@kyrilluk)

      Le liens entre les deux, c’est le temps passe a l’ecole… 🙂 Je m’explique.
      Les bobos sont en generales des personnes ayant fait de longues etudes provenant de familles relativement aisee. L’ecole, l’Universite, etc… ayant ete noyaute par l’extreme gauche, ces individus ont passe plus de temps que la plupart des ouvriers au contact d’une propagande d’extreme gauche qui agit comme une sorte d’ersatz spirituel. D’ailleurs, il est a note que globalement, jusqu’a recement, les personnes qui etaient encore dans le systeme scolaire/Universitaire votaient massivement a gauche, et cela quelque soit l’orientation politique de leur parents (c’est donc bien que l’ecole/Universite agit de maniere non negligeable). Une fois sortie de l’Universite, une grande partie de ces etudiants commencent a mettre leur premier votes pour la droite apres leur premier CDI.
      A note que cette remarque ne s’applique pas au cursus professionalisant (ou les profs sont d’anciens ouvriers eux-meme par exemple).

      1. Flash

        Je pense qu’il y a une piste, oui.
        J’ajoute à cela une sorte de « culpabilité de classe ». Etant issu d’un milieu ouvrier, j’ai pu tenir un discours beaucoup plus dur à l’égard de certains fainéants, ratés et parasites. Mes camarades nantis, de la Gauche morale, s’offusquaient d’un tel discours. Je mets cela sur le compte d’une forme d’auto-censure.

    6. Gastoon

      tout simple : la Rente.
      Les assistés (pardon Bernie : les bénéficiaires des filets de protections sociale que le monde nous envie) sont rentiers de l’Etat, et les urbains rentiers d’une qualité de vie (chèrement acquise, soit, mais mise en danger par la baisse des dotations, des services publics).
      Les bobos ne sont pas favorisés directement, mais ils sont dans la place et ne souhaitent pas la perdre. Idem les personnes sous le coup de l’assistanat : peu de perdre. Qui n’a pas peur de perdre ? Qui se prépare à tout perdre ? Et moi, n’ai-je pas peur aussi ?

      Encore une fois, tout se résume aux insiders contre les outsiders.

    7. Kazar

      Je vous donne un exemple : un couple de bobos qui habite la banlieue ouest chic, et qui se plaignent de la hausse des impôts. Ce qui ne les empêche pas de voter à gauche et de penser que le FN c’est le diable. Évidemment, un couple plutôt bohème artiste mais friqué car héritage du papa pour quelques millions d’euros, ce qui laisse de quoi voir venir.
      Autre exemple, même banlieue : couples de cadres supérieurs dans de grosses boites françaises, hauts revenus, propriétaires de leur résidence principale, un seul enfant. Leurs employeurs profitent à plein de la mondialisation, ils voyagent dans le monde (Chine, Japon, USA, Corée) et donc pour eux, étrangers = richesse. Mais bon, ils n’ont jamais vu un clandestin…et ils ont la parfaite sécurité de l’emploi.
      Idem pour un autre couple eux aussi propriétaires.
      En résumé, une bonne partie de l’électorat de gauche est composé de gens très à l’aise financièrement, et qui ont tout à gagner de la mondialisation. Ils confondent donc allégrement l’étranger-clandestin-migrant qu’ils n’ont jamais vu qu’à la télévision avec le pathos associé avec leurs étrangers relations d’affaires.
      Bien sur, ils sont laïcs.

    8. Joseph Lefallher

      En sus des commentaires précédents, je pense à cette fameuse phrase de Bastiat sur « l’Etat, cette grande fiction… ». L’intérêt des bobos est de ponctionner un plus grand nombre pour faire payer les études, les places de théâtre, de médiathèque et de loisirs par les smicards. L’intérêt des « suédois » est aussi de faire suer le burnous pour récupérer des miettes.

  9. Peste et coryza

    J’adore ce genre d’études stats !

    @Yoananda
    D’après Guilluy, c’est lié à la créationd e richesse : grosso modo les bobos et les immigrés vivent là où se fait 80% du PIB et le gros des créations d’emploi. Au contraire du périurbain et des campagnes qui se vident de leur substance (l’emploi agricole et industriel qui les fait vivre se porte mal).

    @Tout le monde
    Est-ce que quelqu’un s’y connaitrait en licenciement, par hasard ?

    1. Pheldge

      Si c’est côté employeur, peut-être … vas-y , expose ton cas, ou sinon demande au Patron ( Gloria in excessif Lasso* 🙂 ) de servir de postier, en évitant de lui servir un compliment du style « rendez-vous un peu utile, vous qui n’avez que ça à faire … » , car je doute que ça le motive 🙂

      * réservé aux connaisseurs …

            1. Pheldge

              Qu’on peut décliner en version Linda « valise en carton » : « si Gloria l’a seau, alors Gloria lessive … » nettement moins glamour !

      1. Peste et coryza

        Pour faire simple, l’enseignement, ce n’est pas mon truc… et je n’arrive pas me positionner par rapport aux étudiants… au début j’étais trop sévère (ce que je pensais être correct à faire en tant que ATER), ensuite trop pote (après m’être fait reprocher ma sévérité. Non, je ne les ai pas cassé sur leurs notes, bien en contraire, je n’ai pas hésité à féliciter et à essayer de soutenir des étudiants stressés en exam).
        Et je n’ai pas fait assez attention à ma gestion des relations humaines. J’ai une forte tendance à me montrer cassant, et deux étudiants ne l’ont pas supporté.

        Du coup, la responsable de la formation est furax… et veut me licencier.
        C’est donc un licenciement coté employeur.
        Je ne sais pas si elle peut invoquer la faute grave, peut être incompatibilité professionnelle.
        Mon contrat ne comporte pas de période d’essai, et il reste 8 mois. Je dois parler au directeur le 4 janvier.

        En tout cas, toute cette histoire m’a montré une chose : j’ai atteint mon niveau d’incompétence, il faut que je rebascule sur des postes plus techniques et subalternes.
        Mais je souhaiterais éviter :
        – de me trainer un licenciement dans le CV. Déjà que j’ai du mal à trouver du boulot…
        – éviter de me retrouver sans boulot… j’ai réactivé mes recherches, et j’ai pris rendez vous avec l’APEC pour faire un bilan de compétences et voir où je serai enfin à ma place.

        1. Pheldge

          Tout dépend de ce que tu as comme solution de repli. Si tu n’as rien en vue, tu as intérêt à profiter du poste le plus longtemps possible. La faute grave doit être avérée et documentée, il y a une procédure interne de mise en cause, au cours de laquelle tu peux te défendre et tu es aidé par un syndicat si tu le veux. Donc en général, comme ça dure, et qu’après tu peux faire des recours pour licenciement abusif , tu as de fortes chances qu’on te propose un « départ négocié ». Et là c’est à toi de jouer au plus fin. Et de proposer soit de terminer ton contrat , en « promettant d’être sage », ou de ne pas céder si on ne te paye pas en indemnités l’équivalent de ce que tu perds en partant là.
          Je pars du principe que tu n’as qu’un problème de compatibilité avec le poste et rien d’autre. Donc ils sont obligés de négocier, et ils savent que tu le sais, donc tu es en position de force.

          Dans le pire des cas, sur ton CV tu mettras ( le CV c’est déclaratif, tu racontes ce que tu veux bien montrer …) rupture amiable de contrat pour incompatibilité, ou formule équivalente.

          Essaie quand même de voir un syndicaliste, il y en a qui sont un peu comme toi, qui ne sont pas trop politisés, et qui pourront t’assister.

          1. Peste et coryza

            Non, je n’ai pas de solution de repli, j’en cherche en ce moment même.

            Donc, oui, j’ai intérêt à profiter du contrat le plus longtemps possible, quitte à me casser si je trouve autre chose.
            Mon contrat comporte également une mission de recherche (donc hors enseignement, qui ne compte que pour 12 heures), sur laquelle je pourrais basculer à plein temps. C’est ce que je compte proposer.

            Merci pour vos conseils ! Le 4 janvier sera un peu court pour voir un syndicaliste, mais je peux essayer les jours après…

          2. Pheldge

            Je rejoins le post de Régis33, ne te laisse pas impressionner, sois sûr de toi, respire bien avant l’entretien, et ne prend aucune décision sur le vif, tu te ferais avoir. Tu es convoqué à un entretien de quel type ? discussion informelle ? entretien préalable ? dans le premier cas, tu temporise en insistant sur le fait que tu as un contrat en cours, et qu’à preuve du contraire tu as remplis ta part, qu’on ne peut rien te reprocher qui tienne devant les prud’hommes, qu’avant toute décision tu vas « en informer ton syndicat » ( même si ce n’est pas encore fait, ça montre que tu ne te laisses pas impressionner ). Si c’est l’entretien préalable, tu les laisses exposer leurs motifs (de licenciement) puis tu les informe que tu vas contacter ton syndicat et contester au prud’hommes. C’est une partie de bluff .
            Lis ça pour commencer , ça devrait te rassurer. journaldunet.com/management/pratique/licenciement/1788/le-licenciement-pour-faute-simple.html

            journaldunet.com/management/pratique/licenciement/5035/les-motifs-de-licenciement.html

            journaldunet.com/management/pratique/licenciement/4626/le-licenciement-pour-motif-personnel.html

            lis aussi le lien sur « licenciement pour insuffisance professionnelle »

            Tu verras que ça doit être documenté , étayé par des faits avérés et incontestables. On ne peut pas utiliser par exemple contre toi « le manque de résultats de tes élèves » : s’ils sont cons, c’est pas de ta faute 🙂

            J’ai un ami qui a comme ça été menacé par son directeur (EdNat)
            ce fut une partie de bras de fer et d’intimidation, de brimade de la part du directeur pour essayer de la faire craquer : congé maladie pour dépression. Puis le directeur est parti emm3rder d’autres contrées 🙂

            1. Peste et coryza

              C’est ce qu’ils appellent un « point d’étape ». A priori, ce n’est pas un entretien préalable au licenciement, mais je sais que le responsable administratif est informé… donc je pense qu’ils requalifieront ce « point d’étape » en entretien de licenciement.

              Le congé maladie est effectivement une solution…

              Quant au manque de résultats, ils ont presque tous la moyenne, alors…

              En tout cas, je vais bosser ces liens ?

              Question : puis je utiliser une autre affaire ? par exemple, les sanctions appliquées dans le cas de l’IUT de St Denis (blâme alors le prof a commis de la corruption et des menaces physiques sur ses collègues. ?

          3. Pheldge

            Si c’est « point d’étape » c’est « point d’étape » et pas autre chose. La loi est très claire sur les procédure et si elles ne sont pas respectées à le lettre c’est l’annulation au prud’hommes avec possibilité d’obtenir des dédommagements. Donc sois sûr de toi, tu écoute patiemment, tu ne dis rien (le silence placide impressionne, quand on s’attend à te voir péter de trouille ) et tu dis à la fin que tu vas réfléchir et prendre conseil auprès de ton syndicat.
            Visiblement, on n’a rien de solide à te reprocher. Ce n’est pas le moment de mentionner des cas qui te semblent similaires au tien.
            Tu écoutes ce qu’on va te dire, et tu attends ce qu’on va te proposer, sachant qu’on ne peut pas te virer. Peut -être une modification de poste, mais qui ne peut t’être imposée. A toi de bien négocier et de tirer parti du fait que tu as les cartes en main : on veut te faire bouger, mais on ne peut pas t’y contraindre …donc essaye d’en obtenir le max : par exemple une reconversion dans un nouveau contrat de recherche, mais avec un bonus , par exemple une prolongation.

            A ce que tu décris, je vois un gros coup de bluff, un peu de psychologie de RH. Question, qui est à l’origine de cette histoire ? les élèves, les collègues ?

        2. Régis33

          La menace de te licencier , n’est pas plutôt une manière de te déstabiliser pour que tu te casses de toi même , afin que cet enc…é de patron ( que je suis également ) n’est pas a payé indemnités et autres joyeusetés ?
          La méthode est un grand classique .
          Quant au licenciement pour faute grave ….. pfiouuuuuu , si tu n’as pas cassé la tête à ces deux petits cons , cela va être difficile de la faire avaler aux prud’hommes pour ton patron .
          Fais une recherche sur le net , en consultant le code du travail , tu y trouveras les motifs avérés pour licenciement pour faute grave , et ils ne sont pas nombreux .

          1. Peste et coryza

            D’après ce que j’ai compris, c’est le motif non-disciplinaire ou personnel qui serait invoqué.
            Surtout que je n’ai pas eu l’intention de nuire. J’ai même rassurer des élèves stressés en cours d’exam, et n’ai pas hésité à les voir pour les féliciter de leurs progrès.
            Peut être suis je sorti des attributions de mon poste.

            1. Lorelei

              Il n’y a pas d’obligation de noter le motif de la fin de contrat sur un CV. Juste telle date-telle date: telle fonction et la description du poste.
              Et défends-toi: ce n’est pas parce que certains ne supportent pas les remarques qu’elles sont infondées et profite des vacances pour te remonter le moral.
              Enseigner n’est pas un don du ciel, ça s’apprend et trouver le juste milieu entre sévérité et copinage n’est pas toujours aisé.

  10. cherea

    Dans la division statistique que vous mettez en avant, j’ai l’impression que l’on pourrait dire à gros traits:
    Vote Gauche-PS, ceux qui profitent de la mondialisation tout en étant protégé ( gros centres urbains) et ceux qui morflent sans profiter de la mondialisation et sans protection. On pourrait alors probablement placer l’électorat sur deux axes xy avec Mondialisation-Souverainisme en ordonnées et conservatisme-progressisme en abscisse et les 2 france irréconciliables qui se feraient face seraient les couples Mondialisation-progrès vs Souverainisme-conservatisme, ça va être sanglant cette histoire.

    Lors d’un commentaire d’un précédent billet votre, j’essayais de déconstruire la confusion volontaire des politiques entre république et Nation. C’est désormais ma ligne de lecture, entre les deux France que je viens de définir Mondialisation-progrès serait ceux qui défendent le régime de la république et souverainisme-conservatisme ceux qui défendent la Nation. Et je pense sincèrement que le problème en France c’est cette confusion entre État-Nation-République…

    Quant à Sarko, peut-être que sur les régionales il n’a pas le succès à court terme escompté mais comme on dit « on the long term it pays off », celui qui gagnera 2017 est celui qui arrivera à faire la synthèse entre ces 2 lignes, FH représentait le couple Mondialisation-progrès mais avec les attentats, il se replace sur la ligne souverainisme-conservatisme (déchéance nationalité…), Sarko représentait tour l’une puis l’autre, jamais les 2 en même temps, Juppé…ne représente que lui-même.

    En terme de positionnement politique, cela va être va se jouer au millimètre près, et ca va être hyper intéressant à observer.

    D’ailleurs je me suis beaucoup marré lorsqu’on a dit la ligne NKM…blabla…elle a choisi le couple mondialisation-progrès sans comprendre que c’était plus fin que cela.

    1. Pheldge

      +10 d’accord (encore) sur la confusion entretenue Nation /république. Avec + 100 sur NKM et Juppé.
      Pour la « ligne Sarko », elle a gagné partout où elle était défendue. Les régions qui n’ont pas été remportées avaient des têtes de listes centristes … Y’a que Morin qui s’en soit tiré de justesse. Pour moi c’est clair : l’électorat de droite veut de la droite bien carrée.

      1. Kazar

        Et pourtant, il est encore assez con, cet électorat de droite, pour n’avoir pas compris que les LR ne sont de droite que pour les élections, il suffit de voir les promesses faites par Estrosi et Bertrand à la gauche entre les deux tours.

  11. Duff

    Très intéressant. Mais pour avoir regardé le vote dans beaucoup de départements, villes, le constat me paraissait assez limpide. J’ai d’ailleurs livré mes impressions à un bon billet de Philippe Fabry.
    http://www.historionomie.com/archives/2015/12/14/33065741.html

    J’en concluais à la différence du consensus médiatique et des sondages qu’un candidat de centre droit trop modéré serait éliminé au premier tour en 2017. Sarkozy l’a effectivement bien compris. On en pense ce qu’on veut mais l’ami Buisson a théorisé tout ça depuis 2007 et a permis à Sarkozy de limiter la casse en 2012.

    Dernière chose sur la guerre civile voulue par le PS : Pourquoi à votre avis ils ne foutent rien contre le chômage depuis plus de 3 ans? L’article le révèle bien, Hollande veut le FN en face de lui sinon dans tous les cas il gicle. Déterminer 2 ou 3 ans à l’avance son adversaire et forcément néfaste pour la cohésion du pays…

    1. Deres

      Non, leur problème avec le chômage est que ce dernier est créé par la tenue de leur programme clientéliste. Il faut bien payer à un moment ou à un autre les cadeaux et l’accumulation de réglementation favorisant leurs clients. Donc els prélèvements augmentent inexorablement plus vite que le PIB. Autrement dit, la partie inutile du pays diminue en faveur d’une administration étatique (direct ou indirect) de plus en plus présente. Et leurs actions comptables contre le chômage ne mènent à rien car elles consistent en des emplois aidés qui sont en fait majoritairement des sous-emplois publics et des formations menant également à ces emplois publics …

      1. Duff

        Oui sur les causes du chômage. Non quand on son délaissement. C’est tellement une priorité pour le présigland qu’il a nommé en remplacement de Rabsamen trop nostalgique de sa belle ville de Dijon une parfaite godiche caution maghrébine.

        La priorité du vote façon Terra Nova c’est de capter une clientèle docile. Le chômeurs et les riches familles nombreuses ne votent pas PS et bien les premiers resteront au chômage et les seconds paieront de leurs impôts la rente aux électeurs récemment devenus français.

        C’est limpide. Hollande est un tocard mais il sait parfaitement ce qu’il fait et ça suite une logique clientéliste parfaitement assumée. Parfois ça se voit trop quand Don Bartole ethnicise le vote pour que son fief le face gagner or là seul région de France où le FN perd des voix entre les deux tours: Il a tellement mis en avant sa stratégie raciste qu’il poussé les électeurs FN a faire le seul choix qui pouvait le battre. Bien fait pour sa gueule.

        1. Duff

          Pardon pour toutes les coquilles, c’est presque illisible.
          L’IDF avec les bobos, l’immigration et le périurbain est un concentré très clair de cette fracture du corps électoral.

        2. Stéphane J. Perrin

          Ah, enfin un commentateur qui constate que la gauche en général et le P$ en particulier est raciste… Mais d’un racisme plus subtil que celui qui existe au FN… et on remarque aussi une « haine de soi » à la gauche de la gauche (qui a largement infiltré le P$ « modéré »…) Cela dit, le FN ne vaut pas mieux que cette gauche pourrie…

          1. Duff

            Merci à vous. En fait un parti qui s’oppose au politiquement correct agrège forcément plus de gens « à la marge » à lui de faire le ménage, Farage avec UKIP le fait. Maintenant tout le monde sait que les collaborateurs les plus zélés du Maréchal venaient pour beaucoup des anti-racistes, pacifistes et gauchistes des années 30. Les verts qui défilent dans les manifs pro-gaza avec un drapeau de Daech aperçu sur quelques photos vont se proclamer jamais ô grand jamais antisémites. Bien sûr..

            Le politiquement correct actuel milite pour le multi-culturalisme, l’égalitarisme en mode « tout se vaut » donc pour ça il faut des races et des civilisations ce qu’ils font semblant de nier. La phrase de Bartolone insinuait que la droite est raciste et que les noirs et les arabes avaient plus intérêt à voter pour celui qui distribue les prébendes. Son propos est clairement raciste, bien plus que la sortie (inutile) de Morano.

            Si vous me demander quel est le plus grand péril pour la France entre 5 ans de plus avec le PS ou l’aventure frontiste, j’en ai aucune idée.

  12. vicnent

    je vais mettre ça sur le compte de ma fatigue extrême en ce moment, mais quand je lis :

    >> « Par exemple, le vote pour le Front National est très associé aux bulletins blancs et nuls, ce qui montre de façon assez claire là aussi qu’au lieu d’une montée de l’idéologie du FN, il faut voir une montée visible du rejet du système, de façon très claire, et le long de toutes les CSP. »

    J’avoue que je ne vois pas le lien ou le raisonnement. Ce que je comprends de ce que texte voudrait dire, est que :
    – là où on vote blanc/nul, c’est qu’il y a un rejet du système.
    – Si il y a une corrélation forte entre Blancs/Nuls et vote FN, c’est que le vote FN est un vote de rejet du système mais qui s’exprime différemment.

    Mais qu’est ce qui permet d’affirmer la seconde assertion ? (ou en quoi est elle triviale ?)

      1. Gastoon

        Pas de SI dans la phrase décrivant la corrélation, mais une affirmation.
        Ni effet, ni cause, seulement concomitance des évènements.
        Il est observé qu’en présence de vote FN important, il y a aussi du vote ‘blancs et nuls’ en quantité.
        Ce qui permet d’affirmer que le vote FN est un vote de rejet c’est parce qu’il est rencontré de manière suffisamment significative en présence de votes blancs et nuls.

      2. Non. La question de vicnet porte surtout sur la composante CSP de la phrase. L’interprétation qu’il donne de la phrase sur le vote de rejet montre qu’il l’a comprise.

          1. « La question de vicnet porte surtout sur la composante CSP de la phrase. L’interprétation qu’il donne de la phrase sur le vote de rejet montre qu’il l’a comprise. »

            1. vicnent

              hahaha. Comme quoi il faut être sacrément précis.
              Effectivement, on pourrait croire que ma question pose sur la dernière assertion que j’exprime ou sur la dernière assertion exprimée par l’Auteur.

              J’ai effectivement compris la corrélation (rejet), ce n’est pas ma question. Je pose effectivement la question du CSP car c’est peu lisible (il faut dire que le billet est dense, et qu’une étude pareille pourrait prendre 30 pages sans aucun problème – Il faut souligner le fait de l’avoir fait en 1 billet de blog, qui de fait, souffre aussi d’approximations, mais pas celle à laquelle vous faites allusion justement.)

              Concernant Bonzaï et votre raisonnement: j’ai lu les différents échanges et je vais essayer de vous expliquer en quoi il y a une faille dans votre raisonnement.

              On dit que Corrélation n’est pas Causalité. Cela signifie que quand 2 choses arrivent simultanément (évolution des décès dans l’Arizona et production en tonne de chocolat en Indonésie), il n’y a pas suffisamment d’information A PRIORI pour croire que l’un est une cause de l’autre, contrairement à une relation de causalité où l’un est bien la cause de l’autre et il existe donc bien une corrélation entre les effets de l’un (la cause) et l’autre (la conséquence).
              Par ailleurs, souvenons nous de nos cours de logique : modus tollens : (P => Q) => (NON Q => NON P)
              Si une cause P engendre Q, alors le fait de ne pas Q implique que la cause P est fausse, ce qui est vrai en logique classique, pas en logique intuitionniste où souvent, l’implication première devient une équivalence par le raisonnement « si tu ne l’as pas dit, c’est sous entendu car c’est évident).

              Mais a posteriori ? Ici, dans nos graphes, il y a une dualité qui est introduite : les gens votent pour le système (les partis) ou contre les partis. Contre les partis est appelé rejet ou anti système. Or, ce que montre l’analyse (non dirigée comme cela a été rappelé), c’est qu’il existe bel et bien une relation forte (corrélation), en moyenne, partout entre blancs/nuls et FN (voir le graphique CAH puis le premier AFC : Donc, Partout où il y a un rejet massif, celui ci s’exprime soit par du blancs/nul ou du FN. (reste ensuite à interpréter cela en terme de causalité, mais cela, c’est le travail d’interprétation des politologues / sociologues : ce n’est pas parce que cette corrélation n’est pas triviale, étonnante ou incompréhensible qu’elle n’existe pas pour autant.
              Ici, ce qu’il faut retenir, c’est LORSQU’ON vote contre le système avec une structure de vote donnée, alors on retrouve une corrélation très forte avec le Vote FN. Le vote FN est donc bien un vote de rejet (pas à 100% évidemment, mais en grande partie.)

    1. Oui : le graphique CAH montre que vote FN, blanc, nul, sont globalement équivalents (en terme de comportement observé, pas de motivations qu’on ne peut pas connaître <- je dis ça à l'attention de certain(e)s qui sont un peu long à comprendre). Par facilité peut-être, on a placé ça dans un vote de rejet. Et pour ce qui est de la seconde assertion, c'est visible sur les graphiques : les CSP suivent en gros une pente ascendante (vers la droite, les CSP++, vers la gauche, les CSP--, pour simplifier).

      1. Bonsaï

        Et voilà, tout est dit :
        « Par facilité peut-être, on a placé ça dans un vote de rejet. ».
        Il s’agit donc bien d’une manipulation, puisque dès le départ on ne traite pas le vote FN de la même manière que les deux autres partis, à savoir LR et PS. Non, là on a jugé utile de ranger le FN dans le volet des votes blancs et nuls pour bien souligner son caractère d’amateurisme, voire d’étrangeté par rapport aux configurations classiques.
        Un tel procédé n’est ni objectif, ni fair-play.

        1. « Il s’agit donc bien d’une manipulation »
          Je ne vais pas y aller par quatre chemin, mais
          a/ vous ne comprenez pas le sujet, c’est visible
          b/ vous n’êtes pas équipée pour
          c/ et pompon, vous m’insultez en parlant de manipulation alors que le procédé d’AFC est, précisément, totalement dénué d’intention, par construction.

          IL N’Y A PAS DE MANIPULATION DES DONNÉES PARCE QUE L’AFC EST UN PROCÉDÉ NON DIRIGÉ ET SI LES DONNEES MONTRENT QUE LE COMPORTEMENT DES BLANCS ET NULS EST LE MÊME QUE LE COMPORTEMENT FN, C’EST STATISTIQUEMENT AINSI MÊME SI VOUS NE LE CAPTEZ PAS.

          C’est sidérant de connerie.

          La seule « facilité » a été d’appeler l’ensemble « vote de rejet », mais si vous avez une autre appellation, je vous en prie, tentez un truc, ça me fera rire.

          1. Kazar

            Ouais bon, pas la peine de s’énerver, il ne s’agit jamais que de stats et de politique, rien de grave. Il arrive parfois que deux personnes n’arrivent pas à communiquer, question de sémantique ou de vocabulaire.

            1. C’est pourtant pas faute d’avoir expliqué, et dans le billet, et dans les commentaires, plusieurs fois, que c’est une analyse « mécanique ».

              1. Kazar

                Entièrement d’accord sur ce point, il ne peut pas y avoir de parti pris. Et merci à Vicnent.
                Oui, le PS a choisi la guerre civile, en espérant pouvoir dire : « c’est de la faute du FN, on vous l’avait bien dit ».
                Cette idéologie est d’autant plus perverse que non seulement ils font ça pour garder leurs postes et avantages, mais qu’une plus, une grande partie d’entre eux est persuadée d’être dans le camp du bien, étant précisé que bien sûr, ils définissent eux-même ce qui est bien et ce qui ne l’est pas.
                La France n’a jamais été aussi fracturée que depuis 2012, et loin d’être anecdotique, la question du mariage pour tous en est l’exemple marquant. La gauche a volontairement choisi le mot « mariage » pour s’affirmer comme une « force de progrès » (parce que le progrès, pour elle, c’est forcément bien), alors même qu’elle remettait en cause l’un des piliers de notre société, la famille. C’est clivant et voulu, mais elle n’a peut être pas mesuré l’ampleur des dégâts, et après, il était trop tard. De toute façon, cela permettait de détourner l’attention des vrais problèmes, et principalement des difficultés économiques.
                Maintenant, comme sur l’économie, c’est mort, il ne reste plus à la gauche que la défense du « bien » contre le « mal » (le FN).
                La difficulté supplémentaire étant que ceux classés par la gauche dans le camp du mal pensent être dans le camp du bien…

              2. Bonsaï

                Une telle réaction paraît toutefois quelque peu incongrue, pour ne pas dire outrancière dans le cadre d’un banal échange d’idées.
                Je la mettrai donc sur le compte d’une certaine nervosité qui me laisse à penser que j’ai effectivement touché du doigt un point faible dans cette construction « analytique »…

                    1. Bonsaï

                      J’ai horreur des chasses en meute. C’est indigne.
                      De même que la chasse aux sorcières.
                      C’est primaire et ce n’est pas trop votre style.
                      Ou me trompé-je ?

                    2. Pour arriver à me faire sortir de mes gonds, c’est que vous êtes gravement à côté de la plaque, que vous persistez et que vous ne semblez entendre personne.

                      Mais continuez, à force, vous finirez par me faire rire.

                    3. Bonsaï

                      Si l’objet de votre accusation porte sur le fait que j’ai l’air de me faire l’avocate du FN, sachez qu’il n’en est rien : en effet, en tant que citoyenne suisse je n’ai aucune affinité particulière avec ce parti. Mon intérêt concernant cette question est donc d’ordre purement théorique…

                1.  » j’ai effectivement touché du doigt un point faible »
                  Oui, vous êtes assez stupéfiante : on vous explique, moi et d’autres, 3 ou 4 fois les trucs, et vous refusez de comprendre. A la fin, ça lasse. Et comme ce n’est pas la première fois, y’a des moments où il faut prendre la grosse voix. Et apparemment, ça ne fonctionne pas plus.

                  Je renonce. Vous resterez dans votre marécage.

                  1. Bonsaï

                    Je suis vraiment flattée, touchée de l’intérêt que vous voulez bien porter à ma modeste mais fidèle présence sur votre site.
                    Finalement, même si la rencontre était tonitruante et que vous m’ayez souvent fait toucher le tatami, je crois m’être bien battue et vous avoir fait honneur !
                    Permettez-moi, Maître H16, de saisir cette opportunité pour vous présenter mes meilleurs vœux de fin d’année ainsi que pour vous remercier du formidable travail que jour après jour vous nous offrez ici…

          2. Aristarkke

            H16, vous oubliez que dans le Plat Pays, l’ oxygénation des neurones, synapses et autre matière grise qsp, est maximale puisqu’à peine au dessus du niveau de la mer. Notre Géni(ss)e des alpages helvétiques est naturellement moins bien lotie du haut de ces lointaines cimes, ce qui me fait disconvenir respectueusement à votre emportement… 😳

        2. peacefuljoe

          C’est pas bientôt fini d’être aussi obtus(e) ? (Bouché(e) à l’émeri est le terme qui me viendrait le plus naturellement…)

          L’analyse statistique a mis en évidence qu’il y a une forte corrélation entre votes blancs et votes FN. C’est donc le résultat de cette analyse mathématique qui fait que FN, blanc et nuls sont ainsi regroupés, (et pas une « bidouille » manuelle comme vous le sous-entendez).

          Comme les votes blancs et nuls sont de manière « évidente » des votes de rejet, alors la l’analyse statistique permet de conclure que les votes FN sont très probablement aussi en grande partie des votes de rejet.

          D’ailleurs si j’étais allé voter j’aurais effectivement préféré voter FN pour virer les incapable au pouvoir et voire leurs mines déconfites à la télé, plutôt que blanc ou nul. Et cela bien que je considère le programme FN comme de la 100% pure viande de porc hallal (ce qui est, comme chacun le sait, une énorme sottise).

          Je comprends bien que cela puisse vexer ceux qui ont voté FN par conviction de savoir cela, mais les chiffres ne mentent pas.

          D’ailleurs comme me l’a récemment rappelé madame Michu: « Si que ça irait mieux et que les politiciens y seraient pas tous des menteurs, on voterait pas FN par chez nous »

          1. Kazar

            Sincèrement, je ne pense pas que Bonsaï soit vexée, mais juste qu’il y ait un problème de communication. Et de toute façon, ce ne sont que des chiffres, je vote FN et dans mon entourage de votants FN, je n’en connais qu’un ou deux qui votent par rejets, et plusieurs dizaines par adhésion. Et cela toutes CSP confondues… Après, on peut dégager de grandes tendances, mais ça ne va pas plus loin.
            La France périphérique, qui traite principalement de ce sujet, est vraiment un ouvrage à lire.

              1. Kazar

                Navré, c’est la tarte à la crème qui revient sans cesse, si peu étayée. Le FN n’est pas « étatiste au plus profond de ses entrailels », ce n’est pas parce que quelques une de ses propositions économiques sont discutables que ça en fait l’égal du PS. Il suffi d’ailleurs de connaître d’assez près ce parti pour savoir que la ligne libérale représentée par MMLP est loin d’être minoritaire. Le FN fait surtout le grand écart pour récupérer des électeurs de gauche abandonnés par la PS, d’où l’aspect social. Il ne souhaite pas continuer la distribution de subventions à tout va (ce qu’on lui reproche assez à gauche d’ailleurs) et MLP s’est prononcée à plusieurs reprises pour la diminution du nombre de fonctionnaires territoriaux.
                Enfin, de toute façon, ce qui prime pour moi sont désormais les questions de sécurité et d’immigration. Sans pays sûr et apaisé, pas d’économie qui fonctionne. Avec trop d’immigrés, toujours plus d’aides à distribuer et de chômeurs à indemniser, cela n’est pas très difficile à comprendre. Si pour ça, il faut supprimer les allocations familiales, banco, mais il faut suprimer aussi les ponctions correspondantes.

                1. Duff

                  MMLP n’est pas libérale même c’est la moins stupide et de loin des quelques caciques FN qui tournent en boucle sur les matinales.

                  Son coup sur le planning familial était excellent mais ce qui m’aura encore plus plu c’est qu’elle dise aux gauchistes si vous acceptez le subventionnement d’associations politisées accepter alors que lorsque la majorité change alors les subventions changent de destinataires… Elle s’est contenté de dire le PS subventionne ses amis et ses lobbys favorables donc à sa place je vais subventionner mes amis bien qu’elle ait – et c’est bien normal – cité des choses assez neutres (c’est ça son habileté)

                  Elle pouvait même encore dire mieux : Si vous n’acceptez pas le subventionnement de gens qui vous sont hostiles alors ralliez vous à une idée de bon sens (libérale en fait) à savoir mettre fin au clientélisme au mécénat forcé et que le subventionnement à des association doit rester en toutes circonstances un acte personnel et non d’une collectivité territoriale.

                  Un exemple clair qui montre qu’elle habile mais pas libérale. Juste une conservatrice à peine plus raisonnable que ceux qui ont déserté la drouate parlementaire pour le FN. Des gens qui fondamentalement (et c’est mon défaut aussi je l’admets) n’arrive pas à cesser de vouloir immiscer dans le mode de vie des autres.

            1. Aristarkke

              Il me semble que vous pouvez avoir des gens qui adhèrent au FN parce qu’ils rejettent LRPS et que le FN se présente en champion du refus LRPS, ce qui reste surtout une apparence, dès que l’ on creuse un peu, son programme économique en témoignant aisément. A condition de creuser.
              Le FN servant de héraut à leur opposition en les rassurant d’ une caution d’un grand nombre.

  13. phtrivier

    Ca serait possible de clarifier les légendes de graphes pour expliciter ce que les dimensions (Dim 1 / Dim 2) représentent ? (Je n’ai même pas bien compris en lisant l’article, mais j’ai pas tous les neurones qui se touchent ce matin..)

    Merci !

    1. Les dim1 et dim2 sont des résultats statistiques de l’AFC. Pour faire simple, et après interprétation sujette donc à débat (mais qui me semble assez solide) :

      Dim1 représente la force « socio politique » la plus forte (qui explique 41% d’un vote donné). Elle se manifeste par l’association des variables ETR (étrangers, immigrés, …) et LS (professions libérales, pour simplifier) avec des voix pour LUG (liste d’union des gauches), par opposition aux voix pour le FN.

      Dim2 représente la 2ème force (avec 27%). Avec dim1 et dim2, on explique près de 70% d’un vote. Dim2 représente l’essentiel du vote pour ou contre LUG, avec la caractéristique intéressante que le gros du vote LUG provient de circonscriptions avec peu d’ETR.

      Est-ce plus clair ?

      1. Deres

        Je pense quand même que la limite de tels outils est qu’il y a des hypothèses très forte de linéarité derrière tout cela (c’est une analyse matricielle par recherche des vecteurs propres). Etant donné que l’influence sociale est souvent coercitive, c’est à dire que l’opinion majoritaire a tendance à s’imposer au reste de l’opinion par capillarité, en particulier via la presse, ce que l’on appelle le politiquement correct, je ne suis pas certain que cette hypothèse soit correcte.

        Mais le fait que ces outils arrivent spontanément à trouver certains liens logiques est très intéressant. L’association du FN au vote blanc et nul n’est pas aisée car leurs scores sont très différents en taille.

        Il aurait été intéressant d’ajouter des historiques des votes dans les données d’entrée. En effet, il est généralement établi que la prime au sortant est toujours importante en politique.

  14. Laurent

    Très bon article, très instructif.
    Cela dit, plusieurs études ont démontré que le lien entre « vote » et « intérêt » est souvent inexistant. Des riches peuvent très bien voter pour des partis amateurs de lourdes fiscalités. Et inversement pour les plus pauvres qui adhèrent à des programmes peu versés dans le social. Bref, on soutient parfois des idées qui nous sont personnellement nuisibles.
    Depuis 40 ans, la France démontre magistralement la validité de cette thèse !

    Pour finir, nous serions p-e peu nombreux ici présents à survivre dans un monde libéral chimiquement pur 😀 Allez savoir…

    1. yoananda

      c’est pour ça que je posais la question dans mon commentaire ci dessus. Ce n’est pas une question de richesse/pauvreté, mais de producteur/rentier.
      On peut être riche et rentier, et donc, voter pour la redistribution … puisque c’est la rente qui vous enrichit …

      1. Laurent

        Oui, ce peut être une ligne de démarcation pertinente. J’en vois une autre. On attache à la gauche une dimension humaniste. A tort ou à raison mais c’est ainsi : la gauche semble mettre l’humain d’abord. Le Front populaire, les congés payé, le Ché, et tout le folklore rose et rouge…
        Bobos et étrangers se retrouve là dedans : les premiers par conviction, fantasmée, préfèrent donner du poisson aux pauvres plutôt que de leur apprendre à pêcher. Les 2ème, souvent en situation de faiblesse, n’ont rien contre un peu de protection bienveillante (et naïve).

        1. yoananda

          il ne mettent pas plus l’humain en avant que les autres, simplement, le pathos en avant, au lieu du logos, ou, dit autrement, la solidarité contre le mérite. Les 2 sont humains.
          C’est plus humain de dire « ne déracinons pas les immigrés, ils préfèrent vivre chez eux, que chez nous, et nous aussi on préfère qu’ils vivent chez eux ». c’est tout aussi humain et empathique que le pseudo raisonnement « faisons les venir ici pour les éduquer a notre merveilleux mode de vie supérieur, qui en plus va faire chier les fachos ».

          1. Laurent

            Je dis pas qu’ils sont plus humains à gauche, mais que bcp pensent ça, instinctivement, sans réfléchir. C’est un imaginaire de gauche très puissant, qu’on retrouve encore chez Attack par ex. Voir le personnage de Emma dans Scène de ménage sur M6 (oui, j’ai des références !).

  15. MCA

    @H16 et tous ceux (celles) qui se sentent concerné(e)s.

    Dans ce billet en phrase terminale est évoquée la « guerre civile ».

    Question que je me pose depuis bien avant Valls:

    Avez vous le sentiment que nous allons vers une guerre civile à plus ou moins long terme dans ce pays et si oui, pour quelles raisons?

    1. Disons que le gouffre est inquiétant. Savoir s’il y aura effectivement une guerre civile est un pari risqué. En gros, la population française est pour le moment trop vieille et trop bien nourrie pour aller vers ça.

      1. Malancourt

        Et en cas d’effondrement total de l’économie? Ventre affamé n’a point d’oreilles.

        Et puis, une guerre véritable n’est pas à écarter non plus.

        1. Duff

          Le problème n’est pas qu’économique. C’est le paradoxe français, en faisant exploser la dépense sociale et en taillant à la serpe le régalien, l’état n’a plus d’autorité et la fonction publique est devenue un état dans le l’état…

          Ce qui s’est passé au parlement corse… Sous le général… En fait je suppose que ce parlement n’existait même pas! Avec une décentralisation ratée et un régalien en miettes, ça peut craquer de partout puisque beaucoup vont s’apercevoir de l’absence de réactions des autorités trop occupées à installer des portique sur les Thalys 🙁

            1. Duff

              Moi je suis un montontribuable qui la ferme, la cible parfaite. Je pensais aux corses, au jean du voyage, syndicalistes à tous les professionnels pour brailler. Quand on ne vit plus dans un état de droit le danger peut venir de plein d’endroits et d’individus différents.

            2. Deres

              Il a fait son discours en Corse. Cela cause beaucoup et cela prend des postures, mais au final, ils ne vont rien faire. C’est donc un grand glissement du pays.

          1. Aristarkke

            Roulez six km/ h trop vite et vous verrez si l’ Etat a perdu de la réactivité! Depuis le mois d’avril, je mène une contestation déchaînée par le fait qu’ un des mes enfants a été flashé au volant d’une de mes voitures (par derrière), victime d’un abaissement temporaire de vitesse décidé prefectoralement pour travaux nocturnes sur l’ A6 mais avec panneaux laissés en journée et voiture piège en veille… (évidemment). Or le guignol de service pour les basses besognes du centre de rennes a omis de signaler cet arrêté préfectoral sur le PV postal, ce qui le rend caduc, nul et non avenu puisqu’il est reproché au propriétaire du véhicule que celui-ci ait roulé trop vite en dessous pourtant de la limite officielle. Je peux témoigner au passage que depuis ma mise en évidence de cette anomalie, les honnêtes fonctionnaires loyaux d’ un Etat de droit :

            1) ajoutent sans vergogne ni tressaillement de conscience la mention de cet arrêté dans la reprise de l’ acte d’accusation bien qu’absente de l’ original
            2) prennent trois mois pour répondre à votre contestation initiale en vous laissant 21 jours, date de la lettre! délai postal non decomptable a part mais compris dans les 21 jours…
            3) mentionnent nommément la date limite maximale de réponse mais ne tiennent pas compte de celle-ci (en LR+AR) postée quatre jours avant…
            4) ne vous ont pas précisé que cette date limite n’est pas celle de réponse mais celle où votre dossier recevra un statut du TSP…
            5) essaient, en tordant le Droit et avec menaces de lourdes conséquences (heureusement que Cayenne est fermé parce que je n’y coupais pas, pour le moins) de vous faire dénoncer le coupable : manque de pot, internet permet de vérifier en quelques clics que cet article du Code Pénal de dénonciation »conseillée » ne concerne que des faits relevant des Assises et que l’article qui le suit, ne le rend pas applicable aux proches parents du coupable
            6) laissent entendre complaisamment au TSP, selon la teneur de son jugement rendu, qu’ils ont la preuve que vous étiez le conducteur mais que vous niez l’ évidence…d’ où un quadruplement de l’ amende de 65€ à 250€… (sans perte de point… sal….é de loi)
            7) ne m’ont toujours pas montré la photo accusatrice ni communiqué le portrait descriptif de la tête du conducteur (réclamés en vain)
            8) plus quelques autres gâteries secondaires peu reluisantes pour des fonctionnaires intègres, bien entendu, ce dont personne n’a d’ éléments pour douter…
            (je dois être classé C pour contestant ou R pour récalcitrant puisque ce n’est pas et de loin, ma première contestation, grâce aux bons offices de l’ avocat Nicolas 1er, et je confirme que c’est très nettement plus contraignant que d’ être classé S).
            Où voyez-vous, Herr Duff, au moyen de ce modeste exemple, que l’ Etat renonce à sa mission régalienne???

            1. Duff

              J’y vois un abandon de l’état de droit au motif de remplir les caisses vides, ce n’est pas la même chose. Sur la portion d’A86 que j’emprunte tous les jours depuis 5 ans il y a un radar mobile sur un des spots récurrents 1 jour sur 2. J’en ai vu aucun entre le 13 novembre et le 15 décembre. En revanche ils réparent promptement le radar fixe incendié et depuis que la vitesse est limitée à cause de travaux ils l’ont réglé pour flasher à 70 et non à 90 comme avant…

              L’état impécunieux au régalien en miette a ses priorités : Vous faire casquer en une. Assurer la sécurité, rien à foutre ou pas longtemps, le temps de l’émotion médiatique sur BFM TV.

              1. Aristarkke

                J’ai indiqué à mes enfants de faire attention aux radars fixes inclus dans une zone de travaux prévus sur plusieurs semaines ou mois car les réglages en sont désormais abaissés le temps du chantier. Et Coyote ou autres ne sont pas corrigés… C’est notamment le cas du fixe qui est au niveau de Maisons Alfort (sens A4 vers A6) qui a du envoyer quelques bordées de prunes, vu que le 70 me paraît bien mieux respecté globalement que dans les premiers temps du chantier (enfin quand il n’y a pas de bouchon). Je pense aussi que l’ acharnement administratif provient du fait que PV nul implique restitution de la caution préalable, donc du mankagagner… Jamais bon pour la notation d’ avancement…

          1. Duff

            La fracture qui se creuse entre la zone sud et nord de la zone € peut potentiellement très mal se terminer. Et la France n’est pas du bon côté de la démarcation..

          2. Kazar

            Vous avez raison, cela n’arrivera pas tout seul. Mais il y aura la question du « Brexit », de l’immigration qui va continuer à exploser, de l’absence de croissance (notamment chinoise et de la fausse croissance américaine), d’éventuels attentats pas très bons pour le tourisme. A suivre donc.

          3. Malancourt

            Il pourrait être la conséquence d’évènements très graves liés, par exemple, à la poudrière qu’est devenue la Syrie (avec ses voisins et les alliés des uns et des autres).
            Je suis peut-être alarmiste, mais il y a de quoi être très inquiet de ce qui se passe là-bas.

      2. Deres

        Le trou béant entre la droite et la gauche va plutôt dans le sens de la guerre civile de Valls … Cela montre un clivage très fort des populations françaises. Personnellement, j’aurais pensé qu’il y avait un continuité entre les diverses opinions, mais il semblerait que ce ne soit plus le cas. C’est de très mauvais augure.

    2. Kazar

      Il n’y aura guerre civile que si nous faisons faillite, et que l’État n’est plus capable d’acheter la paix sociale à coups d’allocs, et de subventions aussi nombreuses que variées. Une remontée des taux d’intérêts serait à cet égard intéressante.

    3. theotimedesavoie

      En espérant ne pas être censuré par le maître libéral des lieux :

      Oui, il y aura possibilité de guerre civile en France lorsque la manne sociale ne se déversera plus sur toutes les composantes de la société française.
      Et ceci arrivera dès que les taux d’intérêt reprendront la direction de leur valeur naturelle, soit 3 à 5%.
      Tant que les banques centrales arrivent à refinancer les états obèses et sur-endettés, une guerre civile est fort improbable en France.

      Mais ce qui nous arrive est bien pire! Il s’agit d’un long, lent et inexorable déclin. Et lorsque nous nous réveillerons collectivement, il sera bien trop tard pour remonter la pente. Nous constaterons alors un effondrement civilisationnel avec des pertes de savoir-faire technologique, une explosion de la pauvreté et donc de la violence, une tribalisation de la société… Bref une Europe africanisée…

      Sans même parler du problème des immigrés africains justement…

  16. malicorne

    Dans le pire scenario, qu’aurions nous comme forces actives en presence en cas de guerre civile ?
    Du côte des forces du bien, on peut supposer que les bobos feraient courageusement la guerre par interim, en utilisant les « etrangers » radicalises. Se contentant de leur apporter un soutien logistique et propagandiste comme ils l’ont toujours fait dans les guerres dites de decolonisation. Qui aurait-il du côte des forces du mal ? des individualites eparses , sans soutien d’une structure politique qui les abandonnerait des les premiers troubles ? peinant a se rassembler , ayant contre elle des services de securite de l’Etat lui même infiltre et noyaute ?

    1. Kazar

      Le problème des bobos, c’est que les « étrangers radicalisés » ne feront pas de différence entre les gentils et les méchants Français…Pas sûr non plus que les « services de sécurité » au sens large soient du côté des bobos.
      Ce serait plus vraisemblablement un bordel innommable avec des bobos fuyant le plus vite possible.

  17. bsadacheng

    Ah les stats …

    Doit on rappeller que leur valeur et leur interpretation n’est valable QUE
    pour les phenomenes dits naturels, pas pour les phenomenes humains.

    Toutes les stats utilisees en dites sciences humaines sont nulles et non
    avenues. Mais pourquoi? Car comme toute donnee elles sont produites
    par le dispositif experimental. Un dispositif experimental produit des donnees
    visant a verifier la validite d’hypothese(s). Dans tous phenomene humain
    on va donc devoir produire des donnees sur le producteur. Les biais sont
    innombrables. Car le producteur a toujours une intention et c’est cette
    intention que l’on retrouve dans les donnees. Toutes boite a outil de stats
    utilisee sur les humains perd toute sois-disante neutralite. Qui plus est
    les resultats scientifique ne sont reellement valables que dans le labo et
    dans les conditions ou ils sont produits, nulle part ailleurs. C’est la religion
    autour de la science qui fait croire a une validite et voir pire a une verite
    ailleurs. Le scientisme religion de notre temps. Quand au sciences dites
    des particules et/ou quantique ….. MDR … mais bien sur on en utilise
    les resultats/effets sans savoir ce que l’on fait et c’est normal nous dit-on!!

    L’interpretation des donnees est toujours faites d’apres des
    principes qui pour les humains ne peuvent etre des lois. Les correlations
    quant a elles ne sont pas des preuves. Le simple fait de vouloir mesurer
    et/ou calculer l’humain ou a propos de l’humain le fait disparaitre du ou
    des pseudos-resultats et donc de fait n’a pas de rapport avec l’humain et
    donc de fait invalide tout resultat. Mais pour apprehender ces problematiques
    il faut potasser par exemple heidegger, merleau-ponty, hegel …..
    (mouhahahha !!!)

    Enfin rappellons que toute connaissance resulte de deux choses. L’intuition
    au sens ou notre esprit est affecte, impressionne par un objet. Le concept
    qui permet de ramener cet objet (le subsummer) a une generalite.
    La correlation est donc disqualifiee meme dans les sciences de la nature.
    Rien de suprenant.
    Les concepts dit purs sont aux nombre de douze et pour approfondir
    je renvoie ceux interesses (mouhahahaha !!) vers Kant et ses trois critiques.

    La seule chose donc que ces stats permettent de faire c’est de poser des …
    hypotheses. (D’ou le crepage de chignon avec Bonsai entre autre)
    Et c’est tout le probleme des economistes qui ne peuvent
    jamais prevoir quoi que ce soit puisque leurs resultats ne peuvent etre que
    des hypotheses.

    Et puisque Kant est par la, aucun journaleux n’a releve la stupidite de Manu
    qui osa dire que le programme du FN est immoral. Or on sait depuis fin
    XVIIIeme (quand meme!!) que seule une action peut etre immorale,
    pas une parole ou un ecrit. L’ignorance est la, au plus haut niveau de l’etat
    et au plus haut niveau de la science.
    Et donc on peut affirmer que voter est immoral! Car est immorale toute action
    non soumise entirement a la raison. Et pour que raison soit il eut fallu
    que tout un chacun citoyen soit forme des son plus jeune age a moult
    savoirs pour qu’il puisse voter en toute raison.

    H16 a raison!! ON EST FOUTU!!! Mais pas pour les raisons qu’on croit.

      1. bsadacheng

        Savoureux commentaire cher Caton. Malheureusement les stats ne peuvent pas être la base de quoi que ce soit. Les stats sont des données produites par un dispositif lui-même créé pour valider une hypothèse.
        Cela est la méthode scientifique mise au point au XVIIeme siècle par un intello se masturbant du nom de
        Descartes. Une bille de clown évidemment … Sans lequel il n’y aurait pas de science moderne.
        Quant à la sociologie comme toute les dites sciences elle repose (elle a son fondement) dans la notion de sujet et celle d’objet. Deux notions dont le sens moderne (celui que vous leur donnez sans même y réfléchir) est inventé par … le même intello onaniste. En effet au moyen âge (jusqu’au XVeme siècle) le sujet (sub-jectum) est ce qui est sous le nom, donc la chose qui elle est la jetée devant nos yeux. C’est à dire ce que nous appellons de nos jours, l’objet.
        De manière générale les pensées et idées que tous nous avons et utilisons ce sont ces intellos masturbateurs qui les ont inventées. Qui plus est lorsque quelqu’un est persuadé de savoir sans avoir étudié au préalable (vous en l’occurence qui n’avait guére de savoir à propos des onanistes) en termes psychiatrique (qui est une science) cela s’appelle un idiot, de idiotes en latin.

        1. Pheldge

          Camarade, tu as dit, je cite « un électeur, Blanc c’est juste son nom … » en plus , Blanc avec une majuscule, ce qui caractérise le délit et l’aggrave …
          Je ne vois pas comment tu pourras éviter la télé-déportation en zone négative … peut-être un don substantiel, voire un abandon de tes biens au profit d’une association peut infléchir la décision du tribunal, et éventuellement adoucir ta peine.

            1. Pheldge

              Gulps … tiens justement, j’avais une question pour le légume aristo : Aristophanedecarotte , vous connaissez un certain Aristophane de Chichourle, qui traîne du côté de chez Calvin , à Massilia ?

              1. Aristophanedecarotte

                non, mes racines viennent de la branche de Gironille de Pastenade et du vicomte de faux Chervis.

                « Purée de nous autres » est sur notre blason.

  18. Swift (@SwiftAMHE)

    C’est sympa de voir des blogueurs s’emparer de ces outils. Si tu dois en faire d’autres, je te conseille d’écrire tes articles avec rmarkdown. http://rmarkdown.rstudio.com/ Ton html est généré avec tes graphes. Sinon, juste un point méthodologique, c’est bien de donner les résultats bruts de ton analyse, mais c’est encore mieux de donner ton code. Github est parfait pour ça.

  19. theotimedesavoie

    Bon, je comprends rien du tout à cette analyse statistique , mes souvenirs de math spé. sont sans doute trop lointains.

    Je confirme en tout cas la conclusion. Je fais partie des abstentionnistes et si j’avais voté, j’aurais voté FN pour marquer ma violente opposition au système politique français actuel.

    Je n’ai pas voté pour deux raisons :
    – les régions sont pour moi une aberration, un échelon administratif inapproprié, inutile, coûteux, absurde. Pas question donc de justifier ces conneries, surtout les nouvelles régions, en allant voter.

    – j’adhère aux valeurs du FN qui sont celles de l’extrême-droite traditionnelle française. Donc identité, rejet de l’immigration …Vive l’Action française et Maurras…si l’on veut…dans un certain sens…en fait c’est encore plus compliqué que ça.
    Mais je n’adhère pas aux valeurs de gauche et même d’extrême-gauche de M. Philippot et compagnie. Donc pas question de voter pour un parti étatiste et anti-libéral.

    Voilà donc, oui le vote FN, blanc, nul, abstention = merde au système.

  20. jeans82

    Je remercie notre hôte pour ce billet qui ne fait que confirmer ce que je pense beaucoup d’entre nous savaient déjà.
    Que les bobos votes à gauche c’est une certitude. Ils se veulent les intellectuel bien-pensant capable de rouspéter contre les impôts mais se vente d’être ouvert et de voter à gauche. Il faut dire qu’ils sont bien représentés dans la fonction publique.
    Les immigrés votent pour la conservation de leurs aides et de leur maintien dans notre pays.
    Les agriculteurs étant propriétaires et patrons ne peuvent voter qu’à droite pour la protection de leurs biens.
    La grosse variable d’ajustement politique en France vient à mon avis des employés qui sont très sensible aux promesses. Leur vote est très volatile. Or a trop faire de promesses non tenues, ils semblent se détourner de LRPS.

    C’est là qu’intervient la corrélation Blanc/nul et FN.
    Je résumerais cela en attribuant le gain de voix du FN aux contestataires qui on franchit le pas de montrer leur désaccord avec la politique actuelle par un votre sanction très clair,
    et les autres qui n’ont pas franchi le pas et qui continue à voter Blanc/nul.

    Or le jeu de Mollande est dangereux. Car a mon avis, dans le vote FN, c’est le premier pas qui coute.
    Si le vote sanction n’est pas entendu, le vote FN ne peut que progresser. Celui qui a voté FN, aura moins de scrupule a le refaire s’il estime qu’ on ne l’écoute pas.
    A moins de 50%, LRPS sait encore se liguer contre le FN. Que feront t’ils quand on aura dépassé cette limite ?

  21. jeans82

    A noter que dans le vote FN, il y a une part de racisme pur et dur, mais aussi beaucoup de revendication contre les privilèges supposés ou vrai accordés aux immigrés et aux classes favorisés.
    On retrouve les mêmes critiques que dans le clivage des salariés du Privés / publics.
    A ce stade, on que peux que constater que les medias ne joues pas leur rôle d’information. En se contentant de jouer les porte-voix du gouvernement ou en ne donnant que des bribes d’information, ils entretiennent les antagonismes et permette aux idées d’extrêmes droite de progresser.

    Avec le durcissement de l’activité économique et les effets catastrophiques des politiques LRPS, ceux qui travaillent ne veulent plus être ceux qui payent pour les autres. Les immigrés représentants une cible facilement identifiable.

    C’est une réponse à un problème qui n’est en somme que le résultat de la décrépitude de la politique LRPS de ces 35 dernières années..

  22. Beldchamps

    Bravo H16 d’avoir osé sortir une AFC, quelle témérité ! J’avoue que j’ai passé une heure à me remémorer mes vieux cours de stats. J’ai un problème avec l’interprétation du dernier graphe : j’aurais mis droite/gauche sur l’axe des abscisses, pas sur celui des ordonnées, soit rural/droite vs urbain/gauche , et laisser l’axe des ordonnées qui sépare les « conservateurs » des « frustrés ». Parce que mettre les agriculteurs à gauche, non, vraiment je n’y crois pas, ou alors ce sont des alters/petits éleveurs, et les agriculteurs classiques/céréaliers sont juste au-dessus, au FN. Ça pose question aussi pour les bobos /étrangers : votre interprétation voudrait dire que le 9-3 est de droite ?
    A part ça le clivage avec les bobos est bien net, merci d’avoir démontré mon grand écart quotidien entre mes origines et mon milieu professionnel !

    1. Je crois que vous n’avez pas compris les graphes :

      Dim1 représente la force « socio politique » la plus forte (qui explique 41% d’un vote donné). Elle se manifeste par l’association des variables ETR (étrangers, immigrés, …) et LS (professions libérales, pour simplifier) avec des voix pour LUG (liste d’union des gauches), par opposition aux voix pour le FN. Ce n’est pas un axe politique (droite/gauche).

      Dim2 représente la 2ème force (avec 27%). Avec dim1 et dim2, on explique près de 70% d’un vote. Dim2 représente l’essentiel du vote pour ou contre LUG, avec la caractéristique intéressante que le gros du vote LUG provient de circonscriptions avec peu d’ETR.

      Ces axes ne sont pas à une dimension, mais un composite de plusieurs facteurs explicatifs.

      1. Beldchamps

        Je crois qu’on ne s’est pas compris, alors j’ai vérifié les résultats : effectivement les paramètres vote liste droite / vote liste gauche sont plus élevés pour la dim2, d’où vos annotations droite/gauche sur l’axe des ordonnées, mea culpa (j’ai tout de même compris qu’en supprimant des dimensions pour réduire les données à un nuage à 2 axes on a fatalement des axes multifactoriels, je suis blonde mais quand même !). Donc c’est le qualificatif « agriculteur exploitant » qui doit être précisé, j’ai regardé rapidement : on y trouve des départements d’élevage alors que les départements de grandes cultures (Beauce, Seine-et-Marne, Somme) sont plutôt ailleurs.

        1. bsadacheng

          Et après 233 !! commentaires il faut encore: Donc c’est le qualificatif « agriculteur exploitant » qui doit être précisé.
          Faut il encore d’autres précisions et jusqu’où pour comprendre que les intentions sous-jacentes
          à toute interprétation de données quantitatives à propos des humains et souvent implicites, seront exactement les résultats des interprétations et donc des hypothèses. On est dans le domaine de la tautologie bête.

          Il n’y a que dans un monde scientiste que des données quantitatives produites (qui sont donc tout sauf données …) à propos des humains sont vues comme des faits indubitables. Et que les interprétations de ces productions sont vues comme vérités. Jamais Descartes n’aurait proféré de telles âneries. Car lui n’était pas un idiot (de idiotes en latin) et savait bien que sa méthode ne pouvait s’appliquer qu’aux objets de la nature.

          1. Beldchamps

            Les données sont tout sauf données : oui, je l’ai déjà expliqué ici, et les sciences humaines ne sont pas une science pour moi non plus. En revanche je ne remets pas en cause la démarche de cette étude, qui me semble vraiment impartiale. Je voulais juste attirer l’attention sur la catégorie agriculteurs exploitants (AE), qui rassemble la FNSEA et José Bové, cette catégorie n’est donc pas homogène dans les choix électoraux, et en appliquant une AFC dessus on risque de faire ressortir le caractère dominant d’une sous-population (ici celui des José Bové, a priori plus forts en caractère et en effectifs), et donc de devoir faire appel à son propre jugement pour interpréter les résultats, ce qui est contraire au but recherché. Ce biais n’est pas de nature à remettre en cause le travail effectué, je valide donc les conclusions principales et félicite l’auteur de l’étude pour son initiative.

            1. « en appliquant une AFC dessus on risque de faire ressortir le caractère dominant d’une sous-population (ici celui des José Bové, »

              Ben non. L’AFC montre que les exploitants agricoles sont le plus éloigné possible du vote de gauche. En tout cas, c’est comme ça que je le vois…

              1. Beldchamps

                Sur l’axe des abscisses : oui, mais pas sur l’axe des ordonnées, où les AE sont du côté négatif associé aux votes listes de gauche, cf. le dernier graphe.

                  1. Beldchamps

                    En fait la CAH et l’avant-dernier graphe montrent que les citadins bobos et étrangers sont associés aux votes LUG, par opposition aux ruraux, ce qui se lit bien sur l’axe des abscisses (le principal) voilà pourquoi j’aurais mis droite/gauche sur l’axe des abscisses. Mais c’est aussi la plus forte variable explicative de l’axe des ordonnées, qui est plus difficile à interpréter. Peut-être est-ce le signe que ce clivage est dépassé car trop simpliste, le véritable enseignement ici c’est l’opposition des ruraux et des citadins, de la France qui souffre et de celle qui profite dans sa tour d’ivoire. Encore merci pour cette étude !

                    1. Oui, je crois aussi que l’interprétation citadins/ruraux est plus correcte que l’ancienne opposition droite/gauche.

          2. Bonsaï

            Ami philosophe, vous êtes ici une secte un peu spéciale qui vise é conditionner/déconditionner les lecteurs adeptes. Comme dans toutes les sectes, on n’y pénètre qu’en abandonnant quelque chose.
            Il convient toutefois de ne jamais oublier qu’on est ici dans le domaine du virtuel et que les premières impressions peuvent toujours recéler quelques surprises.
            Sachant que le dit du jour risque fort de tomber dans l’oubli dès le lendemain s’il n’est pas entretenu de quelque manière, certains zélateurs entretiennent des flammes nocturnes é l’instar des feux follets qui éclairent la lande obscure…

          3. Deres

            Arrêter votre blabla inutile; Si les statistiques sont sans intérêt pour vous merci de ne pas les commenter par pages entières en répétant la même chose à chaque fois.

    2. Pheldge

      Elle est blonde, sportive (elle fait un « grand écart quotidien » …). hmmmmmm …
      Ô sublima bellezza campagnola, così desiderabile …

  23. Pierre

    Cela est très intéressant ! mais au-delà de la controverse, pour une personne française et étrangère mais CSP ++ urbain et non inscrite, pour le « coming out « est-elle FN, PS ou LR ?
    J`ai peur d`être dans le brouillard….

  24. Kyrilluk (@kyrilluk)

    Bonjour, je m’interesse vivement a R (j’ai commence a l’utiliser au travail) et je trouve ce post formidable. Merci pour la source des donnees. Mais est-ce qu’il serait possible d’obtenir le fichier .R svp? J’aimerais apprendre a faire ce genre d’analyses (je sais comment faire du data mining en utilisant des algo de Decision Trees, Neural Network, Regression Analysis et autre algo superviser mais je patauge lorsqu’il est question de clustering).

    @Bonsai: je comprend votre attitude etant donne le FN bashing durant les dernieres elections. Mais il se trouve qu’il y a des algorithms qui sont capable de determiner la « distance » qui separe deux « clusters » ou deux populations. Ici, d’apres l’analyse qui en a ete faite, il se trouve que ceux qui votent pour le FN et ceux qui votent Null par exemple, on plus de chose en commun (ils font donc parti du meme groupe) que par exemple quelqu’un qui vote FN et quelqu’un qui vote a gauche (et du coup, ils ne sont pas dans le meme groupe ou le meme cluster).
    Les choses en communs peuvent etre le lieu d’habitation, l’age, le niveau social-economique, etc. Je ne sais pas si l’algorithm AFC permet d’avoir les criteres pour chaques cluster comme le font d’autres algorithms.

  25. G Scheffler

    Déjà, ce n’est pas parce qu’on utilise des statistiques qu’on dit quelque chose d’intelligent. http://www.cairn.info/revue-mots-2012-3-page-5.htm

    Ensuite, dire qu’un vote contre le parti au gouvernement est un vote de rejet du système est un truisme.

    Par ailleurs, je n’adhère pas vraiment aux conclusions de l’auteur (qui sont en fait celles du FN) sans doute parce que je suis un « bobo » selon ce monsieur, je pense que les « politiques de bobos » mènent plus à la guerre civile que la stigmatisation des « étrangers » que le FN propose est qui est reprise dans cet article. Car oui, les étrangers ne votent pas aux élections régionales (seulement pour les municipales et il ne s’agit ici que des citoyens européens, qui sont très peu nombreux) !!! L’auteur doit confondre étrangers et immigrés peut-être, voir enfants d’immigrés… Ce qui participe à la stigmatisation de citoyens qui sont, faut-il le rappeler, aussi Français que lui… Donc j’ai trouvé ça un peu choquant pour tout vous dire, et c’est ce qui me permet de classer cet article, qui cherche en plus a stigmatiser les « élites » (en fait la classe moyenne, car celle qui a un diplôme et habite en ville) et repousser l’offre politique dans un « UMPS » qui est en fait un refus politique du débat, dans la catégorie frontistes. Pour calmer les imbéciles, je rappelle que la gauche à une politique anti-migratoire particulièrement dure et qu’il y a en stock et en proportion moins d’étranger en France qu’en Allemagne, qui s’en porte très bien…

    Un problème soulevé par l’auteur et le FN est qui est juste est l’abandon de la classe ouvrière, enfin plutôt, par le refus de son abandon. Je m’explique : en refusant de laisser s’éteindre les industries vouées à disparaître, on a gâché de l’argent publique qu’on aurait du mettre dans la formation et les nouvelles technologies, en un mot : la réindustrialisation que vivent des pays comme les EU ou l’Allemagne par exemple. (a lire « les décennies aveugles » d’Azkénazy) C’était la seule bonne stratégie pour la classe ouvrière. Ici l’échec est effectivement partagé par la gauche et la droite et plus largement, par l’Europe. D’où le vote frontiste, parce que personne ne porte les bonnes solutions : une Europe fédérale, une réelle augmentation des investissements de recherche et développement et une politique volontariste de construction immobilière (qui renchérira les entreprises et les consommateurs). Notre croissance potentielle est à 1.8 %, celle des EU proche de 4 %, tandis que les dépenses en recherche et développement sont du même ordre. Ce n’est pas une coïncidence. Autre problème (non relevé ici parce que l’auteur est privé de réflexion par idéologie), est la gauche qui mène une politique « de droite » (austérité), ceci pour répondre à nos engagements européens… Donc la solution, pour rendre ces politiques d’austérité un peu plus rationnelle est encore ici fédérale.

    1. « L’auteur doit confondre étrangers et immigrés peut-être, voir enfants d’immigrés… »
      Non.
      On regarde le vote dans les circonscriptions qui ont le plus d’étrangers, ça ne veut pas dire qu’y votent les étrangers.

  26. fleurda

    Bonjour H16
    je voudrais discuter certains points statistiques qui me genent dans cette étude que j’ai essayé de reproduire sur R (merci pour les données)
    premièrement bravo à l’auteur car c’est du boulot! Les graphiques sont justes mais la façon de faire ne me convient pas.

    tout d’abord quand vous dites « 70% de la variabilité du vote est expliquée », cela n’est pas exact.
    C’est 70% de la variabilité de: 6 variables du vote + 9 variables INSEE qui est expliquée, c’est donc différent (je ne sais pas lesquelles varient plus).

    D’ailleurs la juxtaposition dans une meme AFC de ces deux groupes de variables me semble inhabituelle, normalement on fait une AFC d’un tableau de contingence simple, où un individu n’est comptabilisé qu’une fois.

    ensuite pourquoi a-t-on exclu de nombreuses variables INSEE? Pourquoi avoir choisi celles là et laissé de côté pa rexemple le % de femmes, ou le nombre de familles monoparentales? Y a-t-il eu une sélection arbitraire ou statistique?

    Ensuite je me suis dit en voyant les deux gros groupes de points: waou, comment c’est possible que ca soit aussi net? Et à mon avis il n’y a qu’une seule explication à cela: ce regroupement en deux « masses » est un artefact statistique du à la construction du tableau: certains électeurs ont le choix entre 3 listes, d’autres 2, etc. la tableau est donc totalement biaisé puique cela revient à agréger des individus à qui on demande « blanc ou noir » à d’autres à qui on demande « blanc, gris ou rouge? » Le groupe de points très isole représete donc (et UNIQUEMNET) l’ensemble des circonscriptions où les listes socialistes se sont retirées, point à la ligne. Une solution pour palier à ce problème serait d’agréger les listes de facon à ce que dans toutes les régions on ait la meme structure: par ex: vote FN contre vote non FN. ou alors de retirer les régions où la gauche etait absente car cela fausse l’analyse.

    Enfin, dernière remarque: je n’arrive pas à obtenir la meme classification hiérarchique que celle produite. La mienne relie le FN au groupe « ouvrier » et non au groupe « nuls et blancs »… bref peut etre que l’auteur peut partager son script R pour regarder?

    Voila
    Merci à bientot

    1. J’ai demandé le fichier R. Je le transmettrai ici quand je l’aurai.

      Les autres remarques sont tout à fait intéressantes. Il est parfaitement possible que le résultat soit le fait d’un artefact.

      1. Peste et coryza

        Avant l’AFC, il aurait fallu faire une ACP, juste pour voir comment les données se distribuent sur les premiers axes.

        Dans le cas des variables avec deux choix par régions et d’autres avec trois, comment cela a t-il été fait ? En créant un troisième choix avec valeur 0 pour les régions avec deux choix ?

    2. L’auteur de l’analyse initiale m’a à la fois fourni ses données R et quelques réponses à vos remarques. En substance, il n’y a pas d’artefact.

      Pour les données, vous trouverez tout dans cette archive : http://h16free.com/wp-content/uploads/2015/12/donnees-R.zip
      – concernant la « variabilité du vote » :
      Si vous regardez le fichier results, vous verrez quelles variables pèsent le plus : en l’occurrence, et de très loin LUG, LFN, ETR et LS, dans la première dimension, puis LUG et ETR dans la deuxième, puis ETR, LS, LUG et O sur la troisième, mais au total cela reste la variabilité de LUG, LFN, ETR et LS qui prédomine. Donc le raccourci “variabilité du vote », tout en étant inexact, est un raccourci largement acceptable par quiconque maitrise suffisamment ce type d’outils pour comprendre comment se font les calculs.

      normalement on fait une AFC d’un tableau de contingence simple, où un individu n’est comptabilisé qu’une fois.
      Ici on ne compte qu’une seule chose : un nombre d’êtres humains dans chaque circonscription. Dans chaque circonscriptions, il y a un nombre maximal d’individus. Parmi ceux-ci, il peut y avoir x ouvriers, y votant à gauche, ou z votant nul, peu importe. L’apparition de correspondances éventuelles entre ces variables permet de proposer des hypothèses plus ou moins réalistes selon la force des correspondances et la qualité des données (on fait confiance au ministère de l’intérieur, hein), et de poser de nouvelles questions.

      pourquoi a-t-on exclu de nombreuses variables INSEE? Pourquoi avoir choisi celles là et laissé de côté pa rexemple le % de femmes, ou le nombre de familles monoparentales? Y a-t-il eu une sélection arbitraire ou statistique?
      Non, on a tout essayé en premier. C’est juste très redondant, et cela brouille la lisibilité du graphique. Quand on les enlève, les résultats ne changent pas et le graphique est plus clair pour tous. Vous devriez essayer pour vous en convaincre. Les variables sexe, age, logement sont écrasées par les variables LUG FN ETR et LS, dans ce jeu de données.

      ce regroupement en deux « masses » est un artefact statistique du à la construction du tableau
      Non le tableau n’est pas biaisé, et n’a pas d’artefact de construction. On donne les données brutes et on voit comment les données parlent. Le biais, c’est typiquement de commencer à retravailler les données pour obtenir un résultat “plus propre”, bref, plus proche de ses propres préconceptions. Oui, il y a un artefact, mais pas dans le tableau. L’artefact est dans la manipulation politicienne qui a eu lieu au second tour, de retirer le PS du choix possible, ou de retirer l’investiture aux listes de gauche qui voulaient se maintenir. Vous auriez du remarquer que les circonscriptions qui sont de l’autre coté du goufre sont celles où il y a eu zéro vote PS. Ce n’est pas le tableau qui est mal construit, ce sont les politiciens qui ont refusé le choix de l’expression libre aux Français de 3 régions, les obligeant à se choisir entre Charybde et Scylla. C’est justement ce que montre le graphique.

      par ex: vote FN contre vote non FN. ou alors de retirer les régions où la gauche etait absente car cela fausse l’analyse.
      Non, cela retirerait justement cette part de la réalité : ces régions n’ont pas voté pareil. Pas à cause de la construction du tableau, mais à cause du choix qui leur a été retiré par les politiciens. Le gouffre statistique qui apparaît est une visualisation de cet effet, de ce monstrueux détournement du vote.

      « je n’arrive pas à obtenir la meme classification hiérarchique que celle produite. La mienne relie le FN au groupe « ouvrier » et non au groupe « nuls et blancs »… bref peut etre que l’auteur peut partager son script R pour regarder? »
      Rien n’empêche de faire une CAH directement, mais le problème des CAH, c’est que ça travaille un peu en aveugle, que ce n’est pas précis, et que les résultats changent beaucoup selon l’algorithme de calcul. Comme les analyses factorielles concentrent l’information significative sur les premières dimensions, et relèguent le bruit statistique aux dernières dimensions, il est recommandé (= obligatoire) de faire une CAH sur les résultats d’une analyse factorielle.

      Il y a pour ceux que ça intéresse des tutoriels de Factominer sur youtube, c’est très bien fait et ça explique bien pourquoi et comment articuler tout ça :
      https://www.youtube.com/watch?v=GONIdeH5_J0
      https://www.youtube.com/watch?v=f_lgjXVdTAk

      « j’ai refait l’analyse en regroupant dans la variable ‘gauche’ toutes les forces de gauche, … »
      Non non non, ça, c’est du bidouillage de données. Il ne faut pas enlever les 0, car c’est une information essentielle. Une AFC analyse des contingences, donc des nombres d’individus. L’absence est une information aussi importante que la présence. Ce que vous faites ne change rien en gros à l’information (notez que c’est le même graphique sauf que l’axe des x a été inversé (plus l’oubli de ETR). Donc les résultats sont globalement les mêmes, l’interprétation est la même quasiment (c’est toujours du coté LS que vous retrouverez les circonscriptions urbaines, et de l’autre les rurales), la deuxième dimension illustre toujours le vote gauche… sauf que cette fois-ci le message est brouillé… On ne voit plus que des régions de France ont été forcées à être absentes du vote PS (sens des 0 dans la colonne PS pour les circonscriptions concernées).

      Et pour le commentaire qui propose de faire une ACP avant l’AFC, non, non, et non, il faut retourner sur les bancs de l’école. Une ACP ne traite que de données quantitatives type température, poids, choses comme ça. Ce sont des mesures de grandeurs, que l’on traite en ACP. Une AFC c’est uniquement de la contingence (on compte un nombre d’individus dans différentes catégories, ou alors des absences et présences, mais ce n’est pas de la mesure de grandeurs. On peut aussi mélanger les deux ou avoir des facteurs, ce sont encore d’autres types d’analyses factorielles type ACM ou AFM. Pour comprendre tout ça voir :
      https://www.youtube.com/watch?v=SWO4p9xrZ0Q&list=PLnZgp6epRBbQu2QtCyqYL80In1P-A_Iud&index=9

      Pour le « fun », voici la même analyse en ayant « rangé de coté » les variables qui ne sont pas le vote pour être sûr que ce qui va sortir concerne le vote seul. On découvre que le raccourci fait à propos de la variabilité du vote est confirmé. Ce sont bien les variables vote qui conditionnent le gros de l’analyse. Les deux premières dimensions expliquent 90% du vote. Les 3 premières en expliquent 96%.

      La dimension 1 explique 73% de la variabilité du vote, et ce n’est pas autre chose que le votre pour LUG ou contre. C’est très simple. La dimension 2 explique presque 17% du vote, c’est très peu. C’est l’axe du vote FN, qui s’oppose à LUD. C’est la variabilité du vote FN qui domine cet axe. Il y a un gradient des CSP très clair le long de cet axe 2. La 3 explique 6%. C’est l’axe des abstentionnistes, qui s’opposent surtout aux vote LUG et LUD.

      Et finalement, les mêmes messages que dans l’analyse précédente émergent : le votre LUG est opposé à tous les autres. La classification hiérarchique montre encore que le vote FN est probablement un vote de rejet puisque il est très corrélé à blanc et nul. Ouvriers et AI sont toujours au bord du gouffre, le gouffre est toujours là. La LUD est toujours un bouche trou, dans le même grand groupe que l’abstention, d’après la CAH. Le graphique est quasiment le même, il a juste pivoté : sur une diagonale vous avez toujours l’opposition urbain-rural, et de l’autre diagonale ressemble beaucoup à une opposition gauche/droite.

      factor map

      clustering

      nuage

      1. fleurda

        Merci à l’auteur pour ces éclaircissements. Les choix qui ont été faits sont discutables mais tant qu’ils sont assumés et expliqués c’est parfait. Il aurait juste fallu #dès la première version# justifier pourquoi on fait tel choix et dire quelles conséquences ca a sur l’interprétation.

        Je reste en désaccord important sur la question du maintien dans un meme tableau de données de structure différente
        – d’une part parce que le but de cette étude n’était pas initialement de montrer cet effet mais bien de regarder l’influence des variables. C’est un peu comme si on avait une expérience où l’expérimentateur en plein milieu s’est planté et a inversé toutes les étiquettes, et on décide de ne pas corriger l’erreur et de publier des résultats « distordus » juste pour discréditer l’expérimentateur…

        -d’autre part parce que dans une AFC les bonnes pratiques requierrent d’éviter d’avoir des cases vides (nulles) et d’agréger des modalités pour les supprimer. Donc je n’apprécie pas trop le qualificatif de « bidouillage » quand je m’efforce justement de respecter ces bonnes pratiques.

  27. Ragnar D. Anskool

    Ayant moi aussi des statisticiens passionnés dans mes connaissances, on me dit dans l’autre oreille, que le découpage utilisé pour les données provient des circonscriptions législatives. Or ces circonscriptions sont composées pour la plupart d’un morceau de ville avec avec un morceau de campagne ce qui a tendance à fausser l’analyse selon la dimension rural-urbain… un découpage utilisant les bureau de votes aurait été plus représentatif.
    J’espère ne pas m’être trop mal exprimé, n’étant pas moi-même très technique sur le sujet.

Laisser un commentaire