L’ennemi sucré

Si vous êtes Américain et que vous n’avez pas le diabète ou le pré-diabète, tant mieux pour vous, mais vous êtes à présent dans une minorité.

Oui, vous avez bien lu. Les chiffres de l’OMS sont malheureusement sans grande ambiguïté : au 14.3% d’adultes américains qui sont déjà diabétiques (de type 2), il faut ajouter les 38% d’entre eux qui sont en pré-diabète (en hyperglycémie permanente, c’est-à-dire dont le taux de sucre dans le sang oscille entre 1,10 et 1,26 grammes par litre). Autrement dit, il y a actuellement plus d’Américains diabétiques ou en passe de le devenir que d’Américains bien portants. L’ « épidémie » continue donc à s’étendre de façon dramatique.

Ici, les contempteurs habituels de l’american way of life bondiront bien évidemment sur l’occasion pour y trouver une source de réjouissance… Qui devrait être de courte durée, lorsqu’on sait que l’Europe suit le même trajet sanitaire que celui qu’emprunte le continent nord-américain en claudiquant ; ainsi, la France compte actuellement près de 3 millions de diabétiques et devrait en compter plus de 5 d’ici à 2022. Surtout, l’évolution du nombre d’individus concernés sur les vingt dernières années ne laisse aucun doute puisqu’on constate une augmentation constante.

Quelques facteurs explicatifs simples

Cette évolution du nombre de diabétiques, et notamment de diabétiques du type 2 (l’insulino-résistance), très majoritaires chez ceux atteints par cette maladie, est à rapprocher de la prise de poids moyenne des populations. On le sait, l’obésité gagne du terrain depuis plusieurs décennies, et dans un nombre croissant de pays. De façon intéressante, l’explosion du nombre d’obèses et de diabètes a longtemps été lié à l’accès facile à une nourriture riche et abondante, et l’un et l’autre phénomènes sont souvent représentés comme les résultantes de la sortie des périodes difficiles pour les pays occidentaux d’abord puis de tous les autres. Malheureusement, relier l’augmentation de ces maladies à l’enrichissement des pays reste une approximation grossière : des pays riches ont su conserver une population où le nombre d’obèses ou de diabétiques reste modéré.

Et petit à petit, alors que les études médicales se font plus nombreuses, plus précises et plus documentées sur les habitudes alimentaires et les effets observés, un schéma d’ensemble se dégage : la prévalence de l’obésité et des diabètes dans la population suit jusqu’à présent de façon assez remarquable la consommation, en constante augmentation, des sucres de toutes formes qu’on trouve dans notre alimentation.

sugar-consumption-in-uk-and-usa

Bien sûr, on pourra facilement pointer du doigt certaines habitudes nutritionnelles déplorables qui alourdissent la tendance : l’introduction de boissons sucrées, un peu partout, facilement accessibles et à des prix très démocratiques, a certainement joué un grand rôle. De la même façon, le succès toujours non démenti des chaînes de fast-food (dans lesquelles sont, justement, favorisés ces sodas) explique en partie cette hausse de la consommation de sucre. Au passage et toujours pour nos indécrottables contempteurs des habitudes alimentaires américaines, n’oublions pas que la France, en matière de chaînes de fast-food, reste le pays des franchises les plus rentables dans le domaine…

En somme, au vu de ces éléments, il pourrait sembler aisé de rappeler la responsabilité dans l’extension de ces maladies des consommateurs, un peu trop friands de sucre d’une part, et celle des restaurateurs spécialisés dans la nourriture industrielle d’autre part. Ce ne serait pas faux : les uns et les autres ont évidemment contribué au résultat observé. Mais s’arrêter là serait un peu trop court. Un acteur important – le plus important sans doute – est ici oublié de la photo de famille, et ce n’est pas seulement parce que tous les protagonistes ont enflé au-delà du cadre.

Un peu d’histoire

Pour bien comprendre ce qui s’est passé, il faut garder à l’esprit que les sodas et les fast-food existaient déjà dans les années 50, 60 et 70, et que l’explosion de diabètes et d’obésité n’a vraiment commencé à se faire sentir qu’après les années 80. On arguera facilement qu’un tel phénomène de société prend du temps à s’installer, mais au début des années 80, plus d’une génération complète avait pu goûter aux joies du BigMac frites et du Coca, sans que, pourtant, les prévalences observés n’atteignent les taux actuellement observés.

C’est là que les autorités (gouvernementales d’abord, sanitaires ensuite) interviennent, et plus précisément dans la seconde moitié des années 70 : c’est à ce moment en effet qu’apparaissent, à la suite des recommandations officielles du ministère de la santé américain visant à lutter contre les problèmes cardio-vasculaires, les recommandations de lutte contre la présence de matières grasses dans la nourriture. Notons qu’à la suite de ces recommandations américaines, à peu près tous les autres pays occidentaux ont suivi, France y compris, avec plus ou moins de décalage et de bonheur dans la copie de ces consignes.

low-fat-guidelines

Tout se passe comme si les autorités, découvrant un problème de santé (une augmentation alarmante des problèmes cardio-vasculaires), avaient trouvé un coupable (les graisses) et avaient orienté, plus ou moins massivement, les consommateurs et les producteurs vers des nourritures de substitutions qui, à leur tour, ont entraîné un problème plus grave encore (celui de l’obésité et du diabète).

Du reste, certains éléments corroborent cette thèse : les industriels, confrontés aux campagnes sanitaires contre le gras, ont assez rapidement adapté leurs processus de fabrication. Or, pour remplacer les matières grasses des aliments, qui véhiculent généralement le plus de saveurs, un des ingrédients de substitution privilégié sera le sucre, sous forme de glucose ou de sirop fructose-glucose. Outre son prix modique, le sucre (comme le sel) est un exhausteur de goût et permet donc de compenser la perte de saveur des aliments qu’entraîne le retrait des matières grasses.

USDA food pyramid 1992En outre, introduire des doses plus ou moins importantes de sucre ne posait pas de problème puisque ces mêmes autorités sanitaires avaient tacitement donné leur accord, notamment grâce à l’introduction de la fameuse pyramide alimentaire produite par le USDA (US Department of Agriculture) dans laquelle on retrouve ces sucres, féculents et autres céréales en première position.

Depuis, les recherches médicales, tant sur les problèmes cardio-vasculaires que sur les problèmes d’obésité et de diabètes, permettent de comprendre que si certaines graisses peuvent en effet provoquer des maladies cardio-vasculaires (les graisses trans hydrogénées, produites de façon industrielle, et l’acide linoléique), c’est bien le sucre en général, et notamment le fructose (qu’on retrouve dans le HFCS), qui est le principal responsable de l’explosion catastrophique des cas de diabète de type 2 et d’obésité dans le monde.

De ces éléments, on pourra retirer quelques enseignements éclairants.

En premier lieu, ces dérives alimentaires montrent que, conformément à ce qu’on observe dans bien d’autres domaines, les individus accordent finalement bien trop confiance à leur gouvernement, quand bien même celui-ci n’a jamais vraiment fait la preuve de sa grande clairvoyance. Ils ont assez docilement suivi, avec obéissance (puis obésité) les fines recommandations qui leur furent fournies par les autorités et qui en menèrent une partie directement à la tombe.

En outre, il apparaît que les autorités, en se mêlant de nutrition, ont causé d’énormes dégâts, et le nombre de morts prématurés qui peut leur être imputé doit se compter en millions. Ne vous inquiétez pas : l’énorme avantage d’un gouvernement est qu’il n’est responsable que des réussites flamboyantes, les échecs étant orphelins et toujours supportés par tous, peuple en premier. Dans ce contexte, il est plus qu’urgent de se demander s’il est vraiment du sort de l’État de s’occuper de notre assiette.

Enfin, à l’aune des résultats calamiteux dans le domaine alimentaire, il est indispensable que tous, nous conservions le réflexe de nous tenir aussi loin que possible des recommandations du gouvernement en la matière, et, encore mieux, d’étendre cette légitime précaution à l’ensemble des « conseils » qu’il formule régulièrement, que ce soit en matière d’investissement, de sécurité, de gestion des énergies (renouvelables ou pas) ou de l’information qu’il nous distribue avec une générosité douteuse.

La santé, et finalement, notre vie sont des biens trop sérieux pour être laissés dans les mains de cette bande d’irresponsables.

Government Demotivator

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires355

  1. Nathalie

    Le sucre, en plus du diabète et de l’obésité est aussi responsable de beaucoup de cancers… A ce sujet, je reçois régulièrement de l’APREMAS, notre chère sécurité sociale que tout le monde nous envie mais ne nous copie pas (comme vous dites), des courriers m’encourageant à me faire dépister… Je ne me dépêche pas trop.

    1. MCA

      @Nathalie – 15 avril 2016, 8 h 52 min

      Pour le cancer comme pour beaucoup de maladie, plus tôt c’est dépisté et mieux et plus vite ce sera soigné.
      Jouer à l’autruche ne sert à rien et ne peut qu’aboutir à des drames personnels

      Le préventif est capital, le curatif ne fait que ce qu’il peut.

      Pour la diabète il faut aussi se faire dépister, le diabète est une maladie très grave et plus tôt elle est prise en charge moins lourd sera le traitement et plus facile sera le retour à la normale.

      Ma chère et tendre est diabétique, dépistée précocement, soignée au long cours; ses analyses à présent sont idéales. CQFD

      Bon, cela dit, bien sûr à long terme on est tous morts, mais autant mourir en bonne santé, non? :o))))

        1. Nathalie

          C’est gentil de vous inquiéter de ma santé 🙂 Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis… Bon courage à votre épouse et à vous dans la lutte contre le diabète qui est vraiment très handicapant.

          1. theo31

            Quand l’Etat socialiste national sera en faillite, que-ce qui sera le plus handicapant, le diabète ou la pénurie de médocs résultant de 70 ans de socialisme ?

  2. MCA

    Une fois n’est pas coutume, je vais inaugurer les commentaires de la journée et par un petit HS qui est malgré tout relié au billet du jour.

    Récemment je discutais avec mon dentiste sur les nouveaux maux qui apparaissaient avec notre alimentation et il m’a relaté un fait assez singulier:

    Est apparue une nouvelle pathologie dentaire liée à la consommation abusive de sodas.

    Ces sodas étant acides (acide citrique et acide carbonique) dissolvaient les dents et il se retrouve avec des dentitions délabrée dont le reconstruction lui posait de gros problèmes.

    En revenant au sujet du jour, il serait temps que les gens se prennent en charge et cesse d’écouter les slogans gouvernementaux ou autres.

    Une saine alimentation variée, un exercice physique raisonnable, une bonne hygiène de vie, une limitation du stress et vous allez conserver une santé correcte.

    Tout est dans la mesure : de tout un peu et pas de trop.

    1. Gastoon

      J’ai aussi entendu parler de ‘carie-coca’ chez un proche qui ne pouvait pas aller se coucher et s’endormir sans boire un verre de Coca-Cola. Ensuite, dodo sans brossage des dents.
      Ce qui est arrivé : un beau trou, tout rond, dans la dent… Typiquement une attaque chimique.

        1. lafayette

          bon soit dit en passant ce n’est pas l’absorption de coca et le brossage de dent qui sont en cause mais aussi les retours acides qui peuvent se produire la nuit, surtout après une dose massive de sucres industriels.
          Et ce qui est paradoxal, c’est qu’une dose massive de sucre naturels provoque moins d’acidité dans l’estomac… alors la bactérie creusant les dent c’est encore une théorie post 68 art.

            1. lafayette

              Mais soit dit en passant la fraise du dentiste fait plus de dégât que le sucre et la carie, car on est loin de réparer une dent chez un dentiste, on bricole et on recolle, mais quand ça casse c’est la faute à personne.

              1. Bonsaï

                Business is business !
                N’est-ce pas Hippocrate, ce sage médecin grec qui disait :
                « Que ton aliment soit ton médicament, et ton médicament ton aliment ! »

                1. Pheldge

                  Oui, et Aristarque, qui était présent en ce temps là et dont la concupiscence était déjà grande lui demanda « donne moi un élixir de long vît » et le sage, dont l’ouïe n’était plus très fine, lui donna un élixir de longue vie,qui nous vaut sa présence parmi nous !

              2. MCA

                Le dentiste apporte (moyennant finance) l’état de son art et de son savoir faire à l’instant « T ».
                Comme me l’avouait le mien, il s’agit d’un bricolage.

                Mais il s’agit d’un bricolage savant sur de la matière vivante ce qui rend ce métier si intéressant.

                A chaque fois que je m’y rends, sur une heure que dure la consultation, je passe une demi heure à discuter sur son métier et j’ai droit à un cours en bonne et due forme, avec schémas, radios, photos sur la technique de l’implantologie, présentation des implants (en provenance de Suisse (Straumann..clin d’œil à Bonzaï)), des outils, des techniques, les comportements osseux, etc….passionnant!

                Il ne faut jamais manquer l’occasion d’en apprendre toujours plus et ce domaine est riche en savoir.

                1. René-Pierre Samary

                  Le métier de dentiste est l’un des plus beaux. Il peut discourir des heures sans risque d’être contredit, le patient ayant la bouche pleine d’instruments. A l’instar des femmes qui… Oooops, je m’égare.

                  1. MCA

                    Perdu mon cher RPS, quand je discute avec mon dentiste, la séance de travail est finie et je possède une arme absolue entre les mains : ma carte bleue; donc je peux le contredire sans problème.

                    Mais le but n’est pas de le contredire mais d’assimiler (une partie de) son savoir qui est à la croisée de la médecine, du bricolage, de la mécanique, de la psychologie, du commerce, de l’esthétique; ce qui en fait un métier vraiment très intéressant.

      1. FabriceM

        Se brosser les dents juste après la consommation de produits sucré et acides est catastrophique. Car le ph de la bouche est instantanément réduit et l’émail ramolli.

        Se brosser les dents à ce moment là va provoquer une érosion significative et irréversible de l’émail.

        L’érosion dentaire, c’est le sujet de discussion numéro 1 chez les dentistes. Et aussi un grand absent des campagnes de santé publique.

    2. paf

      « Une saine alimentation variée, un exercice physique raisonnable, une bonne hygiène de vie, une limitation du stress et vous allez conserver une santé correcte.
      Tout est dans la mesure : de tout un peu et pas de trop. »

      NON, NON, et NON.
      J’en ai marre d’entendre cette merde repetee a l’envi en france par les gens qui NE VEULENT pas changer leur regime alimentaire contenant trop de pates, trop de pain et trop de carbohydrates en general.L’ennemi ce sont les carbs et il y en a dans presque tout, ce qui signifie que non, tout en moderation n’est pas la bonne methode.Les aliments riches en carbs DOIVENT etre mange en toute pette quantite et il est important precisement de desequilibrer l’alimentation en faveur des proteines et du gras.Manger des masses de gras ne fait strictement rien sur l’organisme a part vous faire chier gras.

      Donnez a vos enfants ce conseil completement cretin de l’equilibre, et ils ne sauront JAMAIS quoi manger.
      Fuck.

      1. MCA

        @paf – 15 avril 2016, 13 h 07 min

        C’est pas bien d’oublier de prendre ses pilules le matin, la preuve, ça énerve inutilement.

        Et la vulgarité n’est pas nécessaire aux échanges et n’ajoute rien à la véracité de vos propos.

        Petit extrait de Wikipédia:

        Spontanément, l’Homme (Homo sapiens) était et reste un omnivore opportuniste à tendance végétarienne dont la part de protéines animales et de champignons admise dans la ration alimentaire varie selon les civilisations. En effet, son système digestif est tout autant adapté à la consommation de produits animaux, végétaux et de champignons même si la base de son alimentation est principalement constituée de produits végétaux : céréales, fruits, graines, légumes, racines, feuilles… Toutefois, ses goûts propres, les famines, les modes, les convenances sociales, les connaissances scientifiques ou les croyances peuvent influencer ses choix alimentaires.

        Je rajouterais même que mes propos ne parlent pas d’équilibre mais d’alimentation variée.

        Si vous prenez la peine d’emmener vos enfants au marché, ils verront d’eux même qu’il existe foultitude de fruits, légumes suivant les saisons et si vous prenez la peine de leur apprendre à les cuisiner, la variété il la feront naturellement d’eux même sans même s’en apercevoir.

        Pour ça, Il faut faire l’effort d’éducation et se nourrir en fait partie.

        En ce qui me concerne c’est fait, et vous?

        1. Patrick

          Wikipedia rapporte les demi-vérités et les erreurs des croyances les plus répandues chez des militants motivés pour l’y écrire, ici sans doute un végétarien.

          Pendant 2 millions d’années l’homme n’a pour ainsi dire pas mangé ni de sucres, ni de céréales (pains, bouillies, etc.). leur consommation ne s’est que développée depuis 10 000, et plus particulièrement depuis 150 et surtout 50 ans.

          « ration alimentaire varie selon les civilisations » ou pas, ces produits ne sont PAS adaptés à notre génome (encore moins dans leurs variétés industrielles et dans les quantité gigantesque dont nous avons l’habitude).

          Les végétaux que nous avons mangé 2 millions d’années sont essentiellement des feuillus, les graines, ET les rares fruits de saison ou céréales sauvages. Raison pour la quelle notre organisme sait traiter ces dernier dans des quantités TRÈS modestes, surtout pour les brûler.

          Le reste 40-60% c’est de la nourriture animale, chassée et pêchée.
          http://www.hominides.com/html/dossiers/alimentation-prehistoire-nutrition-prehistorique.php

          paf a parfaitement raison, « manger de tout » est une sottise, mais libre à vous.

  3. Nomi

    J’allais rebondir sur la connerie du régime « low fat », quand l’article poursuit à juste titre sur ce sujet. Comme d’hab’, il ne manque rien au tableau, et le taulier fait encore un sans faute.

    Ca devient énervant. Ca t’arrive de te tromper hash?? Juste une petite boulette, une micro-gaffe pour qu’on puisse se sentir un peu intelligent ? Bah non, juste une coquille ou une malencontreuse faute d’accord par-ci, par -là…

    Sinon, j’insiste sur le fait que l’alimentation riche en blé contribue largement à faire grimper la glycémie de M’dame Michu vers la stratosphère. Le gluten du blé est l’un des pires pour provoquer des pics de glycémie. Et je m’étonnais toujours, à la boulangerie, quand je venais y chercher mon pain complet, de tout ces couillons qui demandaient d’un air sérieux une baguette « BIEN BLANCHE ». Bien blanche, à la farine bien raffinée, au gluten bien concentré, comme de la pure, c’est ce qu’il y a de plus mauvais. Mais le bourrage de crâne a eu son effet profond et durable. Bon diabète à tous maintenant!

    1. Nathalie

      On mange de la baguette blanche depuis les années 60 il me semble. Donc comme le dit H16, on aurait noté les changements bien avant 1980… Les blés d’aujourd’hui n’ont plus les même nutriments…Ce sont des blés nouvelle génération qui n’ont rien à voir avec les blés anciens.
      Voici un article parmi tant d’autres qui fournirait une explication :
      http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/bien-manger/les-regimes-sante/le-regime-sans-gluten-et-sans-caseine/julien-venesson-le-ble-moderne-est-un-ogm-toxique.html

      Et le bio n’y échappe pas :

      http://agriculture-environnement.fr/a-la-une/un-ble-bio-genetiquement-modifie-ca-existe-deja-%EF%BF%BC%EF%BF%BC

      1. Nomi

        Il n’y a pas que le blé dans la vie. Il y a aussi le sarrasin, l’épeautre petit et grand, le kamut, sans parler du millet et du qinoa qui sont aussi d’excellentes céréales, légères et nutritives. On se fiche pas mal que ce soit bio ou pas, l’intérêt pour moi des magasins bio, c’est qu’on y trouve une variété inexistante dans les grandes surfaces.

        Et je vous dis que les gens entretiennent l’idée fausse que blanc, c’est meilleur, alors qu’au contraire une farine complète, donc plus noire, est plus riche, plus digeste, meilleure pour la santé, et en plus se conserve mieux que ces baguettes blanches qui se dessèchent en une 1/2 journée.

        1. Aristarkke

          Ma mère me confie que l’ engouement des années50 et 60 pour le pain blanc remonte aux mauvais souvenirs de l’ Occupation en matière de ce qui était appelé alors « pain » sans vraiment ressembler au pain d’avant.

        2. paf

          le pic de glycemie change en fonction de la personne et de son type de reponse aux carbohydrates.Le probleme c’est pas necessairement le ble ou le gluten, le probleme ce sont toutes ces molecules qui se changent en sucres dans l’intestin, donc ca comprend presque 100% des aliments disponibles dont il faut preferer ceux qui sont pauvres en carbs, et ceux qui vous reussissent le mieux.

        3. MCA

          @Nomi – 15 avril 2016, 10 h 40 min

          « Il n’y a pas que le blé dans la vie »

          Le plus dur, ça va être de convaincre Sapin…

        4. theo31

          J’ai un régime sans laitages, sans gluten et sans alcool et je revis : stabilité du poids, des maux de tête rarissimes, des digestions plus faciles et une réaction mieux ressentie si je fais des excès.

          Evidemment j’ai toujours droit à des commentaires à deux balles sur la difficulté d’un tel régime : en fait il est très simple à mettre en place, il suffit de se sortir le gros doigt qu’on a dans le cul. ca m’a pris moins d’une semaine pour m’y mettre. Et en plus, ça fait moins de taxes pour ces enculés de socialopes.

  4. Tribuliste

    Si vous avez vu le récent sujet concernant l’aspartame, vous comprendrez que l’intrusion des lobbies alimentaires dans la politique américaine est particulièrement tenace. La Food and Drug Administration qui devrait limiter voire interdire certains aliments et molécules donne crédit à des études financées par les consortiums agro alimentaires…
    Plus près de nous l’interdiction faite aux agriculteurs de gérer leurs propres semences et de s’en tenir à un catalogue limitant les choix de cultures est du même tonneau. A ce titre, un maraîcher « hors la loi » de la région parisienne déclarait clairement qu’un de ses meilleurs clients était la cuisine de l’Elysée…
    L’Etat nous protège, mais les intérêts des puissants passent bien avant.

    1. douar

      « l’interdiction faite aux agriculteurs de gérer leurs propres semences »
      rien ne les empêche de les produire et de les utiliser (propagande classique des zécolos). Par contre, pour commercialiser ces semences, ce sera plus dur car il faut qu’elles soient certifiées (comme les voitures, les avions etc…)
      L’histoire du maraicher « hors la loi » qui livrerait ses produits à l’Elysée me semble un peu fumeuse. Ce serait un hoax diffusé par la Conf’ (confédération paysanne, syndicat paysan gauchiste pur sucre, garanti sans OGM), que ça ne m’étonnerait pas, ils sont coutumier du fait.

      1. Bonsaï

        Voilà : vous venez de vous trahir. Les agriculteurs sont pris en otages par les semenciers.
        D’où le succès du bio. Je ne voulais évoquer le sujet si vite, pour ne pas faire figure de militante, mais puisque vous m’y obligez !

              1. Aristophanedecarotte

                «  » l’interdiction faite aux agriculteurs de gérer leurs propres semences »
                rien ne les empêche de les produire et de les utiliser (propagande classique des zécolos » » »

                oui mais interdiction d’en vendre la production….

      2. Tribuliste

        Interdiction n’est pas le terme adéquat en effet, mais limitation et législation sonnent de même à mes oreilles. Petit lien rapide http://www.lafranceagricole.fr/actualites/semences-de-ferme-la-liste-des-especes-autorisees-passe-de-21-a34-decret-1,0,89671875.html pour illustrer la situation.

        Mon exemple Élyséen vient d’un reportage qui concernait les variétés anciennes de tomates. Le producteur avait conscience de jouer avec la loi en distribuant certaines semences gratuitement. Pour ses produits (dont certains en théorie interdits à la commercialisation ) les plus savoureux il avait clairement déclaré que les cuisines de l’Élysée se préoccupaient plus du goût que de la traçabilité. Intox? Peut-être, mais l’inverse ne surprendrait personne.

  5. Tribuliste

    « il est plus qu’urgent de se demander s’il est vraiment du sort de l’État de s’occuper de notre assiette » ..ressort peut-être?
    Cette phrase résume tout, l’Etat qui met son nez dans notre assiette (comme dans tous les mécanismes qui nous concernent) ne le fait pas de manière altruiste : il a quelque chose à y gagner, lui comme ceux qui le composent.

  6. Aristarkke

    H16, vous pointez l’ effet des Fast Food sur la croissance de l’ obésité, dès les années 50 et 60. C’est vrai pour les USA mais en France, le premier Mc Do s’ installe en 79 sur les Champs-Elysées et il a quand même fallu quelques années pour que son maillage du territoire s’accomplisse.

    1. Pere Collateur

      Je m’étais fait la même réflexion, car venant d’une campagne très paumée, j’ai gouté mon premier hamburger au début des années 90 qnand je suis monté dans « la grande ville » du coin faire mes études supérieur.

      De ce que j’ai constaté, c’est surtout le passage à la vie citadine qui pousse souvent à consommer principalement de la nourriture industrielle.
      Dans ma campagne profonde, on ne savait pas ce que c’était du bio, mais comme on mangeait pas mal nos propres productions du Jardin/Poulaillé/Clapier etc, les achats en super marché étaient limités.

      La sédentarisation induite par le mode de vie citadine entraine fatalement un manque d’exercice et au final de l’embonpoint. Je pense que l’essentiel de nos problématiques modernes viennent de là.

      Moi même, après 20 ans en Vvlle, j’ai changé de crémerie, et suis retourné « à l’état sauvage ». L’impacte sur ma condition physique a été spectaculaire.

      Donc une solution, pour ceux qui peuvent/le veulent, est de reprendre un vie plus simple, jardiner, faire son bois, élever des volailles, poissons, et autres bestiaux et avoir des activités physiques régulières (genre petite marche pour promener le chien, ca suffit).

      1. sam player

        Vous avez tous les 2 tort, le premier était à Créteil en 1972
        Googlez
        premier mc do en france

        « C’est à Strasbourg, place des Halles, que le géant américain ouvre officiellement son premier restaurant en France le 17 septembre 1979. Officiellement. Car en réalité, le premier McDo’ français ouvre ses portes sept ans plus tôt. C’est en 1972 à Créteil, en région parisienne. Ne croyant pas au succès de ses hamburgers au pays de la gastronomie, McDonald’s cède des franchises à un Français, un certain Raymond Dayan. Or très vite, la mayonnaise prend. Après Créteil, l’homme d’affaires ouvre une enseigne à Paris, sur les Champs-Élysées. Suivent onze autres restaurants. »

        sam player — historien

        1. Aristarkke

          Parler de Créteil comme d’un lieu de référence! (à part pour l’ archi et l’ urbanisme des années 60 et 70)…
          Alors je suis victime de la ré- écriture orwellienne de l’ histoire car je me souviens très bien de l’ article du Fig Mag (le vrai, celui dirigé par Louis Pauwels) annonçant cette ouverture initiale du géant américain.
          C’était inconnu sauf pour ceux qui etaient alle outre Atlantique.
          Aristarkke : Victime du nombrilisme parisien qui veut que tout ce qui est le périph relève des âges farouches, de la terra incognita et n’existe donc pas…
          A moi la cendre et la toile de sac…

  7. Bonsaï

    Magnifique, excellent sujet, traité de main de maître comme il se doit…
    Car rien n’est plus dangereux que le lobby de l’industrie alimentaire, qui ne rend pas seulement les gens malades, mais fous de surcroit !
    Alimentation naturelle, le moins trafiquée possible, telle est la solution. Les gens stressés par la vie moderne prétendent qu’ils n’ont plus le temps de cuisiner, etc… toujours les mêmes rengaines. Alors que rien n’est plus facile que de manger sainement, un peu de bon sens voyons, et de simplicité : une tranche de pain de campagne, un bon morceau de fromage, quelques radis, des olives…
    D’autant plus qu’en Europe, et particulièrement en France, nous avons la chance d’avoir une belle production agricole pas encore trop biaisée par les produits chimiques qui seront autorisés par les accords TAFTA. Profitons-en et apprenons ou réapprenons à manger sainement, c’est l’alpha et l’oméga d’une vie épanouie…

    1. Yrr

      Un bon morceau de fromage, vous appelez ça de la nourriture saine ???
      Au fou !
      Si vous vous souciez, à juste titre, de votre alimentation pour rester en bonne santé, il est important d’écarter toute moisissure et pourriture de votre assiette.
      Attention, ce n’est pas parce qu’un aliment est traditionnel qu’il est sain.

      1. albundy17

        Gros n’importe quoi, a force de bouffer sterile la moindre bactérie et votre corps plante.

        Ma mère qui me faisait bouffer du périmé a foison (on ne jete jamais) m’a permis, contrairement à mes camarades appelés, de ne pas faire d’intox alimentaire.

        1. Pheldge

          « Ma mère qui me faisait bouffer du périmé a foison … » ahhh, bin voilà, on commence à comprendre, le pourquoi du comment !

      2. Aristarkke

        Depuis des siècles qu’on mange des fromages de toutes sortes, il me semble qu’on se serait aperçu de leur nocivité bien avant notre époque.

        1. Royaumont

          si, si, c’est bien connu, les fromages au lait cru ont provoqué de véritables massacres.
          Tous les ayatollahs du diététiquement correct te le diront.

      3. Royaumont

        Pour rappel, les zorribles moisissures des bleus et autres roqueforts sont proches de la pénicilline…
        toute moisissure et toute bactérie n’est pas nocive par nature, bien au contraire : nous serions totalement incapable de survivre sans. (pour rappel, notre corps héberge 10 fois plus de bactéries que nous n’avons de cellules).

        1. bibi

          Escherichia Coli est mon amie, sans elle je serais bien dans la merde.
          Evidemment elle traine parfois avec des copines de souches malsaines qui provoquent le syndrome hémolytique et urémique (SHU) plus connu sous le nom de maladie du Hamburger si bien qu’on ne parle du colibacille que quand il est méchant en oubliant tous les services qu’il nous rend au quotidien.

          Il y aussi les champignons comme Botrytis cinerea responsable de la pourriture noble dans certaines conditions, on a même essayé de traiter Hollande avec mais à cause d’une pluviométrie excessive on a juste obtenu une belle pourriture.

    2. MCA

      Avec tout ça il ne reste plus à H16 qu’à de nous ouvrir un chapitre « Cuisine saine, savoureuse et équilibrée »… miam!

      @H16

      Tant qu’on est dans le chapitre ennemis, à quand un billet sur : « L’ennemi salé »?

      Car là aussi il y a beaucoup à dire.

    3. theo31

      « Alimentation naturelle »

      Pas plus naturelle qu’une amanite phalloïde. Et pourtant personne n’en mange.

      Pis qu’est ce qui n’est pas naturel ? Tout vient de la nature.

  8. acarel

    Je suis également poursuivie pour faire un dépistage, ils finissent par vous envoyer un message vous rappelant que vous pouvez mourir rapidement si vous ne vous pas ce qu’ils vous demandent puis, ils vous envoie un formulaire pour que vous puissiez expliquer vos motivations.
    L’ Etat m’aime plus que mon mari !

    1. Tribuliste

      Disons que les labos ont besoin de l’état pour vendre leurs produits en masse. Plus il y a de dépistages plus il y a de prises en charges. Je n’ai pas le lien malheureusement mais notre prostate fait l’objet de convoitises, au point d’en arriver à des traitements qui ne seraient pas indispensables… Des études sont en cours, idem pour le cancer du sein autre énorme machine à cash.

      1. Bonsaï

        En Suisse, c’est la même chose. Courrier anxiogène non sollicité dans les boîtes à lettres. Les gens paniquent et vont en courant se faire dépister… et vous l’aurez compris, bingo !
        Qui cherche trouve. J’ai quant à moi toujours préféré dépenser quelque argent dans l’acquisition de livres sérieux sur l’alimentation et dans une alimentation de qualité plutôt que dans l’industrie pharmaceutique…

        1. paf

          la qualite n’y change strictement rien a part vous occuper chaque jour et vous fournir un sujet de conversation avec vos amis francais OBSEDES par la bouffe.
          Ce qui change TOUT c’est le pourcentage de carbs.

          1. Bonsaï

            Ah ! mon ami, si vous saviez… en ce qui concerne la culture des bonsaï, les affaires sont plus complexes qu’il n’y paraît. Voici ce qu’en dit sa page Wikipedia :
            « Le bonsaï peut engendrer des passions mais il a besoin de beaucoup de soins, une absence peut lui être fatale, et lorsqu’on part plus de trois jours, il vaut mieux l’emporter ou le confier à un spécialiste. »

  9. yoananda

    De ce que j’ai compris le glucose, le sirop de glucose-fructose ont été inventés (dans les années 70) de mémoire, à partir des surplus de maïs. C’est à ce moment la que les sodas comme le coca ont commencés à provoquer l’obésité alors qu’avant ils étaient inoffensifs.

    Quand au fructose, je n’ai pas bien compris. Consommé dans les fruits, il n’est pas du tout nocif. C’est quand il est synthétisé industriellement que ça commence à poser problème. Je crois (si quelqu’un sait me dire ?)

    Des tests ont montrés que le sucre industriel est aussi addictif que la cocaïne.

    Le problème de ces « sucres » c’est ne sont pas reconnus correctement par le corps, et donc, ils ne sont pas métabolisés correctement. Les gens ne sont donc pour rien dans la surconsommation, c’est simplement que leurs corps ne peut pas envoyer le signal normal de satiété ou saturation avec le sucre industriel.

    Nous avons la même sorte de problème avec les farines blanches d’ailleurs, mais en moins pire. Le pain par exemple : la farine blanche ne contient pas tous les nutriments qu’il y a originellement dans la graine, ce qui fait qu’il a tendance à nous déminéraliser. Autre problème : pour pouvoir être pétri par des machines, une variété à haute teneur de gluten à été sélectionnée, provoquant certains problèmes de santé (qui restent relativement minoritaires, mais qui ont tendance à inflammer les muqueuses intestinales).
    On peut continuer longtemps la liste, sur tous les produits alimentaires qui sortent de l’industrie.

      1. yoananda

        exact, puisqu’elle est utilisée médicalement (pure donc) sans provoquer d’addiction.
        C’est un phénomène plus complexe qui provoque l’addiction.
        Ca a été testé sur des rats : si on leur donne de le choix entre de la cocaïne – ou héroïne, j’ai oublié mais ça ne change pas le principe – (dilluée dans de l’eau) ou de l’eau normal les rats choisissent la cocaïne.

        MAIS
        si on leur donne le choix entre la cocaïne et une ère de jeu et des « amis arts », la cocaïne ne les intéresse pas.

        Ce qui tends à prouver que c’est la cage qui pousse les malheureuses bêtes à se suicider par cocaïne interposée. C’est juste que c’est plus compliqué avec de l’eau.

        C’est l’un des facteurs explicatifs de l’addiction, pas le seul.

    1. « avant ils étaient inoffensifs. »
      Disons qu’ils n’étaient pas addictifs. La consommation de glucose (dans les sodas) reste mauvaise pour la santé, mais l’ajout de fructose la rend addictive. En outre, il faut savoir que le sirop de glucose-fructose n’est pas employé dans les sodas en Europe au contraire des US (parce que ces derniers font du protectionnisme contre le glucose de canne à sucre au profit de leur fructose de maïs). Autrement dit, le goût du coca américain n’est pas le même que le coca européen, et l’épidémie d’obésité n’est pas la même non plus.

      Et n’oubliez pas : les lobbies sont d’autant plus puissant que l’état est puissant. On ne lobbyise pas une administration sans pouvoir.

      1. yoananda

        ok merci pour ces précisions.

        Les lobbies seraient sans pouvoir sur un état faible ? soit, mais, la population ne serait pas plus protégée pour autant de l’industrie que je sache.

        J’ai trouvé ceci sur wikipédia à propos du fructose :
        Le fructose des fruits n’a pas les mêmes conséquences sanitaires que le fructose industriel( car si les molécules sont les mêmes, elles sont accompagnées dans les fruits par d’autres nutriments, comme les phytophénols, qui contrebalancent les effets délétères du fructose pur).

        Je crois aussi qu’il y a une question de concentration (il serait plus dilué dans les fruits).

        Pour le coup, on est protégé « par hasard » en Europe par un autre lobby … qu’elle ironie.

        1. « Les lobbies seraient sans pouvoir sur un état faible ? »
          Corrompre un type qui n’a pas de pouvoir, ça vous rapporte quoi, exactement ?

          « la population ne serait pas plus protégée pour autant de l’industrie »
          Aaaah, cette habitude gênante de faire la moitié du raisonnement.
          – Si vous avez un état faible, la concurrence peut s’exprimer.
          – Pourquoi l’industrie aurait comme but de nuire à la population ?

          Pour les fruits, c’est la présence des fibres qui tapissent la paroi intestinale et ralentissent énormément l’ingestion du fructose. Le fructose est, en terme de gestion biologique par le corps humain, à peu près équivalent à l’alcool sans les effets psychotropes.

          1. yoananda

            Nuire n’est pas un « but », mais un dommage collatéral assez répandu de la recherche du profit (de la concurrence donc).
            Sans parler de pente monopolistique de la « libre entreprise » (dénoncée dès Adam Smith … du moins dans les livres économiques académiques, je n’ai pas lu Smith dans le texte).

            La concurrence libre n’existe pas sans un état « fort » d’ailleurs (fort ne veut pas dire obèse, au contraire même, ce serait plutôt un état minimaliste qui s’occupe de ses oignons), qui peut assurer le respect des règles. Sinon … il y a vite un « plus fort » qui va s’imposer.

            Je n’ai plus en tête toutes les règles pour un marché efficient, mais il y a des trucs du genre, même niveau d’information de tous les acteurs, et d’autres trucs.

            1. « un dommage collatéral assez répandu de la recherche du profit »
              Ben non. Si c’était assez répandu, il n’y aurait pas autant de profits engrangé.

              Des dommages, par définition, coûtent finalement (profit sous optimal donc). Plus l’état est puissant, moins ils coûtent au responsable direct, l’état se chargeant de redistribuer les coûts.

              1. yoananda

                Non, c’est ce qu’on appelle les externalités négatives (exemple : polluer l’air, ou la rivière), et c’est répandu, puisque ça favorise le profit (en dehors de l’innovation qui est le mécanisme « sain », c’est l’un de moyens de faire plus de profit que la concurrence, mais pas le seul, on peut aussi tromper sur la qualité finale, comme ces histoires de sucre, très difficile a détecter pour le consommateur).

                1. Jeanpierre

                  Vous ne prenez qu’une partie du problème sans le remettre dans un ensemble plus grand. La pollution d’un produit n’est pas à prendre en compte sur une partie précise de sa vie mais tout au long de son élaboration, de la collecte des matières premières jusqu’au traitement des déchets. Et dans cette perspective, la solution libérale est plus économique et engendre donc moins de pollution, parce qu’une pollution quelle qu’elle soit représente d’une façon ou d’une autre, une perte, et donc un profit diminué.

        2. theo31

          Un client d’un producteur qui meurt est un mauvais. Perdre des client est plus qu’en gagner : il faut gagner son consentement à payer

          En revanche, quand un contribuable meurt, c’est pas un problème pour l’Etat. Il suffit de reporter la charge sur les autres encore en vie sans leur avis.

    2. MadeInCH

      Un de mes amis diététicien m’a parlé de l’un de ses client, qui se plaignait de ne manger que « sain », mais de grossir.
      Ce client mangait beaucoup de fruits. Des fruits très sucrés naturellement.
      Au total, ça faisait tout de même beaucoup trop de sucre!
      Mais pas assez de fibre (salade).

      1. paf

        LES FIBRES SONT DES CARBOHYDRATES ET LA SALADE EN CONTIENT TRES PEU.C’est double fail.
        Pour manger moins de fruits il faut manger plus de viande et de fromage.Les legumes ne servent a rien. <— je sais que ca va vous revolter mais c'est malheureusement ( pour vous mangeurs de legumes) le cas.LA majeure partie des legumes sont des emmerdeurs avec zero pouvoir nutritionnel.C'est juste facile a faire pousser.

        1. Bonsaï

          Cher Monsieur Paf,
          Vous seriez étonné du grand pouvoir de petites herbettes insignifiantes comme le thym, l’anis, la sauge, la menthe, le basilic, j’en passe et des meilleures.
          Essayez donc d’en boire une tisane à jeun et vous reviendrez nous parlez de leur « zero pouvoir » !

            1. Bonsaï

              Je ne faisais que répondre à Paf ci-dessus, qui asserte que les légumes n’ont aucun pouvoir nutritionnel.
              Et pour tout dire, les haricots ou pois chiches, je préfère les tartiner sur du pain en purée épicée du style hoummos.

              1. Le pouvoir nourrissant des légumes est à peu près nul en effet. Ca remplit les ventres vides, c’est tout. Et sinon, c’est une histoire de goût (mais là, on n’est plus dans la nutrition, mais dans la cuisine).

                1. Bonsaï

                  Il y a un certain nombre de nutriments essentiels répartis variablement dans les différentes classes d’aliments. On considère que ces nutriments sont principalement les suivants :
                  glucides, protéines, lipides, minéraux et oligo-éléments et enfin vitamines.
                  C’était bien de cela qu’il était question dans mon commentaire ci-dessus, et pas de l’effet nutrition.

                  1. lafayette

                    bon leur pouvoir devient gentiment nul une fois bien cuit et surtout qu’au départ bon nombre de ces fruits et légume sont mûris à grand coup de gazage et d’étuvage. La couleur du truc sans le gout. Ce n’est dès lors pas étonnant qu’un jus contienne des tas de sucres ajoutés et soit fait à partir de concentrés revitaminés depuis des plantes qui n’ont rien à voir avec le fruit de départ. Le corps les rejette bien plus que si c’était naturel.

                1. Bonsaï

                  Evidemment, tu ne sera pas rassasié avec une tisane de thym, mais néanmoins tu en ressentiras d’autres bénéfices que je te laisse explorer ce week-end à ta guise…
                  Quelques branches émiettées sur des patates ou une salade…
                  Sur des fraises bien mûres…

                    1. Pheldge

                      Attention à ne pas devenir accro, c’est très addictif ! Et tout le monde sait que le thym t’amarre … 🙂

                    2. BDC

                      Bah … En fait « bar à thym » c’est de Herr Schön … Je l’ai juste adapté à Bonsaï ☺️

        2. René-Pierre Samary

          « LA majeure partie des legumes sont des emmerdeurs ».
          La majorité des mangeu(se)s de légumes aussi. Beaucoup de non-fumeurs également. Beaucoup de non-buveurs, de même.
          Obsédés par la santé à s’en rendre malades, ils ne comprennent pas que bien manger, c’est d’abord manger avec plaisir, pas en comptant les calories. Le corps sait beaucoup de choses que les spécialistes ne connaissent pas.
          « How good one feels when one is full ! how satisfied with ourselves and with the world ! People who have tried that, tell me that a clear conscience makes you very happy and contented ; but a full stomach does the business quite as well, an is cheaper, and more easily obtained ; one feels forgiving and generous after a substential and well-digested meal – so noble-minded, so kindly hearted. »

          1. MCA

            @René-Pierre Samary – 15 avril 2016, 23 h 13 min

            Cher RPS, je plussoie !

            Enfin une respiration de gastronome dans ce débat de chimistes!

            Ce pays part en dérive mais il lui reste une chose extraordinaire : ses plaisirs de la table!

            Raison de plus pour conserver le moral en oubliant un peu les indigents qui font semblant de nous gouverner et que nous faisons semblant d’écouter.

            Santé!

        3. Jeanpierre

          @paf : qu’essayez-vous de dire exactement? depuis le début de cette page je croise vos commentaires légèrement « c’est comme ça et pas autrement » : d’abord, les carbs, et maintenant les légumes qui ne servent à rien. Je sais pas trop quoi dire. A ce point, ça ressemble à du trolling version agressif. Réduire l’alimentation à glucide, lipides, protides me parait hautement débile. Réduire la diététique à la chasse aux « carbs » me semble idiot (beaucoup de marqueurs cellulaires sont constitués de glucides et le glycogène, stocké dans les muscles et les cellules hépatiques est la forme de stockage de substrat énergétique la plus rapidement disponible dans le corps pour la synthèse d’ATP).
          Dire que les légumes ne servent à rien est également idiot. Exemple, d’un point de vue mécanique de la digestion, les fibres ont un impact positif sur la digestion : fibres non absorbées entraine une osmolarité du chyme augmentée et donc une quantité d’eau plus importante dans le bol alimentaire. Le chyme est plus fluide donc meilleure digestion (moins d’effort musculaire, brassage de meilleure qualité,…). Par ailleurs, les bactéries dans le colon transforment une bonne partie de ces molécules non digérées ce qui nous permet de bénéficier de la vitamine K, entre autres. Maintenant, je n’ai pas la science infuse. Aussi, si vous pouvez sourcer vos caricaturales interventions, ça permettra au débat d’avancer parce que pour l’instant, je n’ai rien vu d’utilisable.
          (Pour ma part, les notions de physiologies sont tirées en partie du bouquin anatomie et physiologie humaine de Tortora, entres autres).

      2. Aristarkke

        Ho! Il arrive à trouver tout au long de l’ année non seulement des fruits sucrés (!) mais horresco referens très (!) sucrés…
        Vous êtes sûr que ce n’est pas des fraises qu’il sucre déjà en abondance dont il parle???
        😆

        1. MCA

          @Aristarkke – 15 avril 2016, 14 h 25 min

          Au fait Harry,

          le Boss n’a pas évoqué les méfaits du Nutella dans son réquisitoire…

          coupable négligence ou omission volontaire de sa part? MDR

          (j’opterais bien volontiers pour la seconde proposition)

          1. Aristarkke

            C’est ma femme et les mômes qui sont des ravagés du Nutella.
            Moi, je le trouve trop douceâtre et je lui préfère les pâtes à tartiner davantage chocolatées et avec du noir.
            Mais plus ça va et plus je petit-déjeune façon perfide Albion car j’arrive en fin de matinée sans le creux d’estomac…

    3. Nomi

      « Quand au fructose, je n’ai pas bien compris. Consommé dans les fruits, il n’est pas du tout nocif. C’est quand il est synthétisé industriellement que ça commence à poser problème. Je crois (si quelqu’un sait me dire ?) »

      Un fruit frais mangé tel quel, non cuit, même très sucré, ne fera pas bondir ton taux de glycémie comme une portion de pain blanc, parce qu’il contient des fibres qui en quelque sorte ralentissent la diffusion du sucre dans ton organisme. Contrairement à ce que l’on entend souvent, boire un jus de fruit aura à peu près le même effet sur ta glycémie que boire un soda: c’est du sucre injecté directement dans ton corps.

      1. MadeInCH

        C’était ptet ça k’Javions point compregnolu, le client de mon pote ditéticien. Ptêt bien qu’il ne mangeait pas que des fruits, mais buvait pleins de jus de fruits « bio sans ajout ».

      2. paf

        C’est des conneries.Le fructose des fruits est exactement aussi nocif, c’est juste qu’il y en enormement moins dans chaque fruit.

        1. Nomi

          Non. Ce n’est pas juste une question de « nocivité », mais bien d’index glycémique. Une même quantité de fructose bue avec un jus de fruit fera plus augmenter ta glycémie que le même fruit mangé entier, frais, avec ses fibres dont la digestion plus lente ne causera pas de pic de glycémie.

          Il n’y a pas d’explication simple et toute faite en matière d’alimentation, et comme tu le dis plus haut;, il y a aussi une variabilité individuelle à prendre en compte.

  10. Oerton

    Des infos sur la consommation de laitages ?

    Comme pour les graisses la volonté de l’état est très forte en terme de recommandation ! Il y a clairement un aspect économique aux recommandations sur la consommation de laitages en France.
    Mais il y a t’il un fondement scientifique ?

    L’OMS conseille 500mg de calcium par jour, en France l’état conseille 1g.
    Je n’ai jamais vu d’études comparant les deux…

    1. Le calcium des laitages est assez mal assimilable. Il est néfaste à partir d’un certain âge chez les femmes (la baisse des oestrogènes favorisant alors la perte de calcium).

          1. Royaumont

            tu parles de pays consommateurs de laitages ou de lait ?
            Les pays scandinaves, grands amateurs de lait, on une fréquence élevée de fracture, symptôme de carence en calcium.
            Les pays latin (France, Espagne), consomment autant de lait que les scandinaves, mais sous forme de fromages ou de yaourts, produits transformés par des bactéries. Dans ce dernier cas, la fréquence des fractures est moindre.

  11. ronchonette

    Bonjour à toutes et à tous, je suis en gros HS (si H me le permet!) mais je m’interesse à la primaire.org et même si je n’atteindrai sûrement jamais les 500 soutiens, je voulais par curiosité vous demander ce que vous pensiez de mon « programme », ce qui pouvait manquer (bon, c’est un programme, donc des mesures du genre 0 dépense, c’est un peu trop brut de fonderie…) Merci à ceux qui voudront bien me consacrer qq minutes. Bonne journée, H addicted!

        1. ronchonette

          Vus les commentaires appuyés sur (l’inexistence de ) la forme, et pour faire plaisir à Paf, que pensez-vous de l’idée de supprimer toutes mes mesures et de les remplacer par des photos de midinettes en Tshirt « I Love Bastiat »?

          1. Aristarkke

            Il penserait que vous êtes la stagiaire corse même pas capable après 15 ans d’Ednat, d’ orthographier correctement le nom de la préfecture!

              1. Bonsaï

                C’est un troll. Et un gros.
                Toute cette histoire pour un lien, avec une page Wikipedia sur Simone Weil parce que « Et oui, je fais partie de ces gens qui s’occupent de la forme à la toute dernière minute, pcq j’aime pas ça… », faut pas pousser quand même !

                1. ronchonette

                  merci Bonsaï, c’est si gentil rapport à mes reflexions. A l’occasion, allez sur laprimaire.org, on gagnera du temps en explications

                2. Pheldge

                  Bonzaye, râle ronchonne pas, la ronchonette elle a corrigé les bugs …
                  Euh, ronchonette, l’éducation tout ça, le RSI , c’estdu banal, t’as pas un truc qui fouette un peu, une mesure qui frapperait les esprits comme le rétablissement des châtiments corporels à l’école, et les supplices en zon-zon ? 🙂

              1. Nomi

                Hein? Pourquoi? Blonde ou rousse je les aime toutes. Mais je voulais juste souligner que le terme de « raciste » est impropre. Il s’agit là plus de préjugé, ou de stéréotype. D’autant que les statistiques indiquent que les blondes sont un brin plus intelligentes que les autres femmes…

                1. Bonsaï

                  Donc si j’ai bien compris le topo, vous militez pour qu’une dame, actuellement académicienne, devienne Présidente de la République bien qu’elle même n’ait pas annoncé sa candidature. Pourriez-vous nous expliquer cet imbroglio ?

                  1. ronchonette

                    ?? Sauf retard de la Poste sur cette annonce, je ne suis pas encore académicienne… Ou alors vous pouvez toujours voir la photo par défaut de miss Veil?

                  2. ronchonette

                    merci de votre retour Bonsaï, je pensais plus à un avis sur le fond que la forme, mais c’est déjà très gentil de votre part d’avoir regardé

                    1. sam player

                      Ronchonette, je n’ai rien compris à ta candidature à moins que tu t’appelles Simone Veil…

              2. ronchonette

                C’est la 2eme fois que je supprime les data par défaut du site, mais apparemment ca revient tjs 🙁
                Je voulais avoir votre avis sur les mesures (description quand on clique dessus), juste pour savoir si j’avais fait des impasses importantes ou commis qq bourdes. Et oui, je fais partie de ces gens qui s’occupent de la forme à la toute dernière minute, pcq j’aime pas ça…

                1. bibi

                  Si vous voulez faire de la politique il faut commencer par appliquer les méthodes de Georges Fraiches.
                  Pas plus de 5 points au delà tout le monde s’en fout.

                  Point 1 : Finance Publique : baisse de la dépense de 10% et baisse des recettes de 9 % par an pendant 5 ans => dépense publique établi a 35% du PIB en 2022 et équilibre budgétaire.
                  Point 2: Sécurité : libéralisation du port d’arme reconnaisse du droit à légitime défense construction de prison
                  Point 3 : Instruction : mise en place du chèque instruction suppression du ministère de l’éducation nationale et licenciement des personnels au 31 juillet 2018.
                  Point 4 : Logement : suppression du permis de construire des plans locaux d’urbanisme tout terrain est constructible à charge du propriété de trouver un assureur.
                  Point 5 : Institution : organisation d’un référendum en 2021 pour la restauration de la monarchie constitutionnelle au 1er mai 2022.

              1. Nomi

                Je m’étais épargné cette référence, je m’attendais bien à ce qu’un compère l’emploie… à juste titre! T’oublie les blanches. Un peu acides, sans doute? C’est pour les albinos, ou les blondes platine? :mrgreen:

                    1. Aristarkke

                      Non.
                      😆
                      Pour mes achats, je ne suis pas « enfermé » dans une liste de préférences comme certain blogueur qui confesse son addiction à une production alsacienne. J’achète de façon éclectique car j’aime découvrir des saveurs nouvelles avec des hauts et des bas en goûts.

      1. ronchonette

        par petites touches dans un premier temps : cheques educ, suppression des ototorités, du RSI…. c’est un début. Je rappelle qu’on est en France, trop vite, ca ferait pleurer dans les chaumières

  12. mycolol

    Je pense qu’il y a une petite confusion à un moment important du billet. Concernant la pyramide de recommandation alimentaire US, ce qui est préconisé à la base sont les sucres lents, et non les sucres rapides (sweets en haut de la pyramide) qui ne posent pas les mêmes problèmes vis à vis du diabète. Le gouvernement américain ne recommande pas de devenir diabétique au lieu d’obèse…

        1. Non. La différence sucre lent / sucre rapide n’existe pas. Dans l’estomac, après digestion, c’est tout du glucose / fructose. Et la pyramide, c’est Plein de Sucre au premier étage.

            1. Le mode de cuisson est important (vapeur). Les quantités ingérées aussi – ils mangent en volume plus de riz qu’en occident, mais nettement moins de glucides tout considéré.

          1. tmtisfree

            L’important n’est pas où, mais comment.

            1/ Les sucres dits rapides (notion basée sur leur propriété, leur simplicité ou leur index glycémique) sont des monosaccharides (ou oligosaccharides simples) qui traversent rapidement et librement les barrières épithéliales et cellulaires par transport passif ou actif secondaire, puis sont directement métabolisés en molécules d’ATP (voie glucose). Le fructose nécessite de l’ATP pour être dégradé.

            2/ Les sucres dits lents (polysaccharides) nécessitent aussi de l’ATP pour être incorporés (trop gros pour traverser les barrières), clivés et dégradés en sucres rapides par des enzymes (amylases/glycosidases qui consomment toutes de l’ATP). Enfin cf 1/.

            Le bilan ATP (énergétique) est donc au final moindre et donc en faveur pour les sucres lents.

            Dit autrement, le nombre final de molécules d’énergie fournies par 10 molécule de glucose dépend de comment sont agencées les molécules de glucose (seules ou attachées).

            1. Et à la fin, le sucre en excès, qu’il soit lent ou rapide, sera stocké. Et pendant, qu’il soit lent ou rapide, habituera le corps à une décharge glucidique dans le sang qui nécessitera de l’insuline, qui, à son tour, provoquera habitude puis résistance. Dans ces deux cas, que le bilan énergétique soit moindre est neutre.

              1. tmtisfree

                Le surpoids/obésité est un excès d’énergie (assimilable moins assimilée) stockée dans l’organisme, et il est évidemment moins énergétique (en bilan) de consommer une quantité donnée de sucres lents puisqu’ils ne fournissent qu’une quantité moindre d’énergie que la même quantité de sucres rapides.

                Alors effectivement si la quantité finale d’énergie produite dépasse les capacité de l’organisme à la consommer, elle est stockée.

                Mais il n’en reste pas moins qu’au final, il vaut mieux consommer des sucres lents.

                  1. tmtisfree

                    On peut les appeler sucres complexes, ça ne fait aucune différence en pratique : ils sont moins assimilables et moins énergétiques au bilan que la même quantité de sucres « rapides » (simples).

                    (Au passage, l’argumentation par répétition ne fonctionne pas chez moi.)

          2. Deres

            Justement, on ne tient pas assez compte du « coût digestif » des aliments derrière l’aspect calorie. C’est pour cela que la nourriture industrielle, composé d’éléments plus simple à digérer et de moins de matières non digérables comme les fibres amène en fait plus de calorie dans le sang pour un contenu calorique théorique similaire. Les protéines sont par exemple plus difficile à digérer.

        2. Nomi

          Je confirme, l’idée que sucre des céréales = sucre lent est fausse, il n’y aucune corrélation entre les deux. Il y a des céréales (comme notre blé riche en gluten) qui provoquent les mêmes pics de glycémie que les sucres purs raffinés, et d’autres non.

          1. Bonsaï

            Là aussi, nous avons le choix entre les pâtes complètes plus longues à cuire, et les pâtes blanches raffinées ayant perdu la majorité de leurs nutriments essentiels.

              1. Nomi

                Nope, pas d’accord. Une portion de pâtes complètes sera plus riche en fibres, et à teneur moindre en glucides qu’une même portion de pâtes blanches. Même principe que pour tout produit à base de farine complète vs/ farine blanche, pain ou tout ce qu’on veut.

          2. Lorelei

            On croit savoir, on nous a farci la tête de contradictions sur la nourriture, de différences entre bons et mauvais aliments, et au bout du compte, on se rend compte qu’on ne sait rien.

            1. Jeanpierre

              Je suis assez d’accord. Il y a de grandes lignes mais depuis que j’ai du mettre le nez dedans (pendant mes études), je me méfie très fort des papes de la nutrition.

      1. MadeInCH

        Y’a pas quelque chose du genre « sucre rapide » -> « pic glycémique » vs « sucre lent » -> « diffusoin/transformation lente » -> « pas de pic glycémique »?
        Après, que le pain blanc soit du « rapide » comme le sucre blanc (pas très divers tout ça), c’est anti-intuitif! Mais ce ne serait pas la première fois que, comme le dit Lorelei, on est mécréant (au sens littéral).

  13. douar

    Un point qui est important.
    Étant donné qu’on a fait la chasse au sucre, les édulcorants sont apparus en substitution. Ils ont été accusés de tous les maux (cancérigène …) sans preuves convaincantes.
    Par contre, l’organisme identifie l’édulcorant comme étant un sucre, grâce à ses récepteurs gustatifs, et déclenche le mécanisme de digestion des sucres avec la production de sucs digestifs. Sauf que…il n’y a pas de sucre, l’édulcorant est un leurre. On commence donc à soupçonner les effets néfastes de ces édulcorants, sur leurs effets induits: notre organisme se prépare à métaboliser les sucres alors qu’il n’y en a pas, ce qui provoquerait un déséquilibre en cascade.

      1. douar

        ça sent la complotite à plein nez tout ça.
        Bof, je pense plutôt simplement que les pouvoirs publics ont pris des décisions contre les matières grasses à la suite d’études partielles et qu’ils n’ont pu mesurer les conséquences.
        Il ne faut pas perdre de vue que la nutrition est un sujet très complexe et que nous en apprenons tous les jours. Maintenant, ce sont les sucres les coupables; après, ce sera qui? le gluten, les produits laitiers, les myrtilles des bois?
        On accusera , comme d’habitude, les industriels, mais ils ne font que d’adapter à un environnement législatif extrêmement mouvant.

        1. Deres

          Et aux demandes des clients ne l’oublions pas … Les tests sur des panels clients les poussent naturellement à augmenter le gras et le sucre. Les industriels ne montent aps un complot contre leurs clients, ils veulent juste que leur client achètent leurs produits. Ceux-ci ont la liberté de choisir et une société qui ne répond pas à la concurrence risque la faillite. D’ailleurs on voit bien que quand il y a une demande pour des aliments plus sain ou autre, les industriels fournissent immédiatement la demande.

  14. Ragnar D. Anskool

    D’un coté on augmente les sucres et de l’autre on diminue les besoins des gens en énergie (baisse d’activité physique, sur couches de vêtements, isolation, chauffage excessif…). Le résultat est catastrophique.
    Solution 1 : diminuer la consommation
    Solution 2 : augmenter les besoins
    beaucoup des deux…

  15. Yrr

    Il se trouve que mon épouse est actuellement en formation diététique, et qu’elle se forme et trouve aussi beaucoup d’informations dans des cours sur Youtube. Les matières grasses ne sont pas seulement essentielle, elles jouent aussi un rôle primordial dans la synthèse de la testostérone, hormone mâle qui suscite la virilité physique et psychique. D’autre part, j’ai appris qu’il existe pour les homo souhaitant se féminiser des « régimes anti-testostérone » où, entre autre, on limite fortement les graisses. La recommandation des gouvernements de limiter la consommation de matières grasses est à rapprocher de la féminisation de notre société et de la plus grande lâcheté de nos concitoyens.

    Je pense carrément que tout cela à été délibérément voulu, planifié et exécuté.

      1. honorbrachios

        @yrr : si c’était le cas, ce serait bien la première fois qu’un gouvernement réussissait quelque chose! (à part de nous voler)

        1. Calvin

          Pas tout à fait.
          Un gouvernement est capable du pire plus que du meilleur.
          Il peut flinguer l’économie, l’instruction des enfants (tiens, regardez, moi…), déclencher des guerres, interdire des innovations.
          A l’inverse, il a du mal à libérer l’économie (faudrait moins de fonctionnaires), élever le niveau scolaire (faudrait moins d’égalitarisme), stopper des guerres (sauf quand c’est devenu trop cher, ingérable ou si victoire totale), faire des découvertes scientifiques…
          Un tel plan (hypothèse Yrr – très convaincante) visant à amoindrir ses propres ressources est dans ses cordes.

    1. René-Pierre Samary

      La recommandation des gouvernements de limiter la consommation de matières grasses est à rapprocher de la féminisation de notre société et de la plus grande lâcheté de nos concitoyens.
      Voulu, planifié, je ne sais pas. Mais exécuté, certainement. Car « les gouvernements sont menés par les hommes que nous menons » (La cousine Bette).

    1. Nomi

      C’est vous qui faites un raccourci l’ami.

      Je cite le taulier: « les individus accordent finalement bien trop confiance à leur gouvernement ». Et aussi: « il est plus qu’urgent de se demander s’il est vraiment du sort de l’État de s’occuper de notre assiette. » Et enfin:  » à l’aune des résultats calamiteux dans le domaine alimentaire, il est indispensable que tous, nous conservions le réflexe de nous tenir aussi loin que possible des recommandations du gouvernement en la matière… ».

      Chacun ses responsabilités!

    2. Aristarkke

      Indirectement, c’est soutenable. Dans les zones urbaines denses, Mc Do et ses petits copains sont les seuls à vous fournir un repas nutritionnel convenable pour moins de 10€. Seuls les traiteurs asiatiques relèvent le gant de ce niveau de prix. Partout ailleurs, en restauration traditionnelle bas de gamme type bistrot de quartier qui fait aussi restaurant le midi, nous sommes dans les 12/15€ et à Paris, le 20€ semble être le minimum syndical. Or le salarié lambda avec ses 1.600/1.800€ nets mensuels ne peut pas envisager sereinement un budget de 300€ le mois rien que pour son repas quotidien des jours de travail. Le reste à vivre après passage de l’ Etat et séides associés par rapport au coût économique de l’ acquisition de ce revenu « encore » disponible est trop faible pour ce genre de danseuse. Tous les salariés n’ ont pas de cantines d’ entreprises ou interentreprises à disposition…

      1. Calvin

        Sans compter que le McDo recycle les chèques vacances en fin de vie et rendent la monnaie dessus (ce que pratiquement personne d’autre fait).
        Le Chèque vacances, encore une idée étatique.

      2. Jeanpierre

        En rapport quantité/prix (parce qu’avec McDo, parler de qualité serait pousser), j’ai pas trouvé mieux que le kebab (là aussi, la qualité n’est pas souvent au rdv). McDo, c’est pas bon et j’ai faim trois quart d’heure après. Kebab, c’est meilleur et ça me tient l’estomac pour trois honnêtes heures.

  16. Paul Fortune

    Le problème du régime alimentaire occidental, c’est la consommation excessive et massive de produits animaux et de sucres raffinés. La population qui vit le plus longtemps au monde en bonne santé est celle d’Okinawa, la base de l’alimentation est faite de céréales et de fruits.

    1. Les produits animaux comme les fromages, le beurre, et leurs graisses ne posent aucun problème. Et vous semblez oublier le poisson.

      1. Royaumont

        c’est has been, maintenant il faut adopter le régime alimentaire des hommes préhistoriques, pas de laitage, pas de céréales (entre autre).
        « A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines ». Dans ce cas précis, je me demande si ce n’est pas pousser cette logique un peu loin…

      2. Calvin

        Un article sur Contrepoints montrait que cette mode était due à un échantillonnage trop petit. Pas forcément un mauvais régime, mais loin du régime miracle.

    1. La baisse d’activité est un facteur, il est vrai ; mais cette baisse est observable aussi dans pas mal de pays occidentaux et asiatiques sans que l’obésité explose. Le diabète est directement lié à l’ingestion trop courante de sucres (toutes formes). L’obésité est très fortement lié à un dérèglement de l’appétit ; la satiété n’intervenant qu’assez mal avec les carbs, et les graisses étant de plus en plus absentes, les individus surconsomment (des carbs).

      1. tmtisfree

        Pour le diabète, le lien causal avec les sucres ne semble pas trop poser de problème. Par contre pour l’obésité/surpoids, les sucres ne sont qu’un facteur parmi d’autres, et qu’il faut différentier sucres lents/sucres rapides (voir mon commentaire plus haut). Il est cependant vrai que notre organisme n’est pas encore adapté à une alimentation moderne (énergétique et rapide, versus peu énergétique et lente). L’évolution est à la traine.

        La seule règle diététique à retenir, c’est que la différence entre la quantité d’énergie assimilable par le corps est celle réellement assimilée finit fatalement en surpoids/obésité.

  17. JS

    Billet très intéressant !

    Pour ma part j’ais aussi tendance à penser que le sucre raffiné est devenue la drogue du 21e siècle. On ne fume plus, on ne boit plus, on se shoot au sucre blanc à la place…

    Il y à un réel comportement addictif chez beaucoup de personnes

  18. jeans82

    Le cote addictif du sucre est certain. Les industriels en joue. Il n’y a qu a lire les étiquette et voir la par de « sucre » dans la rubrique « glucose » des préparation qui ne devrait pas en contenir. Il y a du sucre ajouter dans de simples conserves de légumes ! C’est un exhausteur de gout bon marché tout comme le sel.

    Amusez vous a convertir en morceaux de sucres le grammage indiqué sur l’étiquette pour 100g.

    Il est difficile d’échapper au sucre. Regardez la parts des lineaires de votre hyper marché (soda, biscuits, confiserie, sucre, dessert sucré, cake, sucre…..). 50% des linéaires alimentaire ?

  19. Taisson

    Mais kesquy sont tous savants les commentateurs …
    On retrouve dans les commentaires de cet article toutes les marottes alimentaires habillées d’arguments « scientifiques »! (qui changent tous les 10ans à peu près !)
    Les états et les gourous divers nous expliquent ce qu’il faut manger…Le problème, c’est que tout agit différemment, selon les individus, et les fréquences de consommation.
    On trouve aussi, bien sur, le mépris pour la sagesse populaire d’autrefois, qui consistait à « de tout, et pas trop ». Ce principe permettait au moins de manger en fonction des disponibilités saisonnières, ou autres, sans trop se poser d’autres questions.
    La facilité d’accès à la nourriture industrielle, grande consommatrice de sucre, si décriée aujourd’hui, à permis de nourrir abondamment une part de l’humanité qui crevait littéralement de faim il y à peine plus d’un siècle.
    Revenu à la vie rurale, après le purgatoire citadin, je constate que la plupart de ceux et celles qui ont vécu « à la française », en mangeant et buvant , peut être un peu trop selon les critères actuels, avec viande, charcuteries, et légumes, dépassent assez largement les 85 ans en restant capables de conduire, chasser, couper du bois, etc… Ceux qui étaient connus pour leur excès sont morts.
    Les sodas, Hamburgers, et autres leur sont totalement inconnus ! Et pour le sucré, il y à le miel, et les fruits…
    Le vin à table, la ptite goutte avec le café, (quasi moitié-moitié), le travail physique souvent dur…
    Ce qui était la vie du peuple, en France…Bref, tout ce que les citadins ne font plus depuis longtemps.
    Peut être est ce la facilité de vie qui tue ?
    Mais que les fanas de la diététique se rassurent. Nous mourrons tous, même en devenant végétariens ….En attendant une petite tartine de ma terrine de lièvre, avec un verre de rouge, c’est tout de même un bon moment, et tant pis pour ceux qui veulent nous l’interdire, personne ne nous oblige encore à boire du coca et à tout tartiner de ketchup !
    Et si on nous foutait la paix… ? Mais là , je rêve…

    1. douar

      Tout à fait vrai.
      D’ailleurs, culturellement, les pays latins ont une autre approche de l’alimentation que nos voisins plus au nord.
      Les repas y sont (encore) plus structurés, on ne mange pas entre les trois repas. Il est intéressant de noter que l' »épidémie » d’obésité touche beaucoup moins les pays latins.
      D’ailleurs, si on veut faire « profiter » les animaux, on recommande de fractionner les repas. vous appliquez ça aux humains, le résultat est le même, même si ce n’est pas le but recherché ;).

  20. jeans82

    Ah le sucre est si bon……!
    Qui se souvient de ces belles publicité sur le sucre… Ce petit carré de bonheur pour la vie,,,,,comme le diabète c’est pour la vie (exemple Pub pour le sucre – les dominos de 1986)

    Il aurait été intéressant de faire un parallèle entre le sucre qui a causé 11 675 morts en 2009 et la répression autoroutière avec moins de 4000 décès.

    A quand des contrôle de glycémie faite par des gendarmes ?

    Ne pas oublier que l’agriculture sucrière est largement subventionné par la politique agricole.
    Voici un exemple de 2007. je n’ai pas conservé les autres années et aujourd’hui la présentation des données ne permet pas de retrouver les montants versé au groupes sucrières.

    On y voit 6 producteurs de sucre dans les 15 plus gros bénéficiaires des aides agricoles européennes 2007. 125 millions d’euros sur 690M, soit 18% des aides agricoles pour le sucre.

    Au passage, vous appréciez le premier de la liste, Le DOUX, RIP !

    Nom / Raison sociale Autres paiements Feaga
    DOUX (poulet) 62 824 450
    —> SAINT LOUIS SUCRE SNC 38 613 730
    COMITE REGIONAL RECONVERSION QUALITATIVE DIF 38 065 639
    TEREOS – UNION DE COOP AGRI 26 273 566
    —> SUCRIERE DE LA REUNION 25 654 000
    FEDERATION DES BANQUES ALIMENTAIRES 22 570 687
    TILLY SABCO (poulet) 20 524 165
    —> EUROSUGAR 19 930 820
    FRANCE LUZERNE UCAD (FRALUZ) 18 203 807
    —> « SUCRES ET DENREES SA «  »SUCDEN » » » 16 921 232
    SECOURS POPULAIRE 15 496 387
    RESTAURANTS DU COEUR 13 695 374
    —> SAINT LOUIS SUCRE S.A. 13 007 522
    ARIBEV (viande) 11 458 744
    —> SUCRERIE DE BOIS ROUGE 10 996 980

    (source : https://www1.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/tbp/accueil/accueil.action)

  21. Aristarkke

    Puisque personne ne le fait, je me lance : Il vaut peut être mieux disserter sur les solutions à apporter à nos repas trop abondants, trop ceci ou trop cela que de claquer du bec comme dans les délicieux régimes (les bien-nommés!) soces qui se terminent toujours en famines +/- ravageuses. Pour changer de la Corée du Nord, je rappellerai que nous avions eu droit, il y a quinze/vingt ans à une grande campagne d’affichage pour fournir du lait aux enfants des pays vendus au grand Kapital apatride ultra néo libéral de Cuba…
    Dans ce cas là, les fruits poussant sur le fumier libéral deviennent désirables et inoffensifs au contraire de ceux inexistants de la Revolucion…

  22. nemrod

    Bon ben mois, demain je vais bouffer du sanglier.
    Une jeune laie grassouillette à souhait que j’ai occis moi même, que ma chère et tendre va faire en sauce au vin rouge, avec des patates sautées et un bon Bourgogne ça va être pas mal.
    J’ai bon ?

      1. Calvin

        +1
        Et j’apporte mes meilleures blagues marseillaises.

        Gameover, tu fais un trajet Blablacar (si possible dans un jumper 9 places), et tu récupères 8 copains libéraux pour aller manger chez Nemrod !

      1. nemrod

        Que nenni !
        Tout bon chasseur ne tire que des mâles mais ramasse parfois des femelles…
        Quand j’ai fait feu il courrait et après elle est tombée…point de faute donc.

          1. MCA

            Ah, l’ami Pheldge! après ton coup de fusil grammatical, le gibier se débat encore et tu en es réduit à l’achever avec une nouvelle cartouche.

            Quel gâchis! :o)))

  23. Calvin

    Le plus mauvais aliment, qui, par dessus le marché, coûte le plus cher (et fait croire que c’est un autre qui le paye), qui flingue la santé (mentale) et anesthésie toute volonté est :
    le Flanby.

  24. Calvin

    Et ce billet tombe pile poil le jour où le Conseil d’Etat casse la décision absurde du gouvernement d’interdire le MON810.
    Sûr que les forces obscurantistes vont se déchaîner, les minustres tenter une énième pirouette politique délétère, mais bon, il faut parfois savourer certaines décisions.

  25. Paul Fortune

    Le Mexique est le pays au plus fort taux d’obésité au monde (env. 31%) et c’est aussi le premier pour la consommation de soda par habitant. Ce sont surtout les enfants qui sont touchés.

    La consommation régulière et importante de produits animaux bouche les artères, d’où maladies cardio-vasculaires et dysfonction érectile. Les Inuits sont traditionnellement de grands consommateurs de viandes, ils ont une espérance de vie de 55 ans et présentent un taux de maladies cardio-vasculaires équivalent à celui de l’occident. Idem pour les Masaï, peuple de pasteurs.

    Physiologiquement, le tube digestif humain, depuis les mâchoires jusqu’au colon, est plus proche de celui d’un herbivore que d’un carnivore. (longueur de l’intestin, capacité des mâchoire à se mouvoir horizontalement, molaires jointives et symétriques). Les humains sont omnivores par nécessité d’adaptation à des milieux et ressources très variables. Du coup, nous sommes culturellement enclin à croire que les produits animaux sont une nécessité vitale, alors qu’ils ne sont qu’un substitut, certes efficace, mais présentant des effets indésirables à long terme.

    Jusqu’à l’apparition de l’agriculture industrielle dans les années 60/70, seuls les riches pouvaient manger régulièrement et souvent de la viande, et ils étaient les seuls à être affligés de surpoids ou de goutte – maladie typique des bourgeois du XIXème siècle. Les gens du commun mangeaient de la viande de façon exceptionnelle (jour de fête). À partir des années 70 et du développement de l’agro-alimentaire, les problèmes de surpoids sont apparus, tout simplement parce que tout le monde pouvait se nourrir comme seuls les riches le faisaient auparavant. Ajoutons à cela l’introduction de produits laitiers (campagne de pubs et distribution dans les écoles d’un verre de lait, il fallait que l’industrie laitière se fasse une clientèle) et de sucres raffinés, et le surpoids et ses maladies associées explosent, sans parler des cancers.

    Le seul conseil que je peux vous donner, c’est d’essayer par vous-même. Je suis végétalien pour 98% de mon alimentation, je ne consomme aucun produit laitier, aucun soda ni jus de fruit, jamais de sucre en poudre ou en morceau et très peu d’alcool, et je ne me suis jamais senti aussi bien que depuis que j’ai adopté ce mode de vie – et je finis régulièrement des semi et marathons dans les premiers 15%.

    une vidéo intéressante sur le sujet :

    1. Deres

      Non, la consommation de viande s’est déjà beaucoup développé après le haut moyen-âge car l’agriculture est devenu utilisatrice de beaucoup d’animaux pour la traction lourde (bœufs et chevaux). De plus, l’élevage bovin servait à transférer de la matière biologique des prés vers les champs via la récupération du fumier, unique engrais de l’époque indispensable à une forte hausse de la productivité agricole (les animaux dormaient toujours à l’étable). La consommation de viande n’était certes pas excessive mais n’était pas quelque chose de rare. Il faut bien comprendre que la disponibilité de la viande n’était pas la raison directe de l’essor de l’élevage contrairement à ce que l’on imagine habituellement. (cf Histoire de l’agriculture, Marcel Mazoyer).

      Sinon, historiquement, l’homme est un chasseur cueilleur depuis très longtemps. La viande fait parti de son alimentation depuis ses origines.

      1. Aristarkke

        La Bible indique que la consommation de viande est post-Déluge et que Dieu met « un signe » entre les Hommes et les Animaux (sauf visiblement pour ceux dits domestiques) pour que le massacre des premiers cités ne puisse être perpétré.

    2. Le coup du « les humains sont plus proches des végétariens que des omnivores » est une vieille scie. La réalité est qu’on doit notre cerveau et son développement « fulgurant » sur les dernières 100.000 années à notre domestication de la viande sur patte, et à notre capacité à l’ingérer ; le cerveau, ce n’est que du gras, et son développement à cette taille est impossible sans apport animal. L’humain est bien un omnivore typique, pas à moitié, pas pour faire semblant. Et à choisir entre des fruits, des légumes, des graines, des racines ou de la viande, nos ancêtres mangeaient de la viande, autant que possible.

      1. barbatruc

        Il y a viande et viande, si l’on cherche de la protéine sans matière grasse alors il faut privilégier la volaille. la plus protéinée étant la dinde.

        Le cochon étant à l’inverse la moins protéinée mais la plus grasse, et aussi la plus risquée au niveau sanitaire. La cochonnaille c’est bon, mais pour la santé passé un certain age il vaut mieux oublier.

        Deutéronome( dans la Bible) indique clairement qu’il est souhaitable d’éviter cette viande. Rien de neuf sous le soleil .

        Bon WE.

        1. Maigre Ian fan club

          Vos « Deux t’es aux normes », de la Bible ou du code civil, on s’en passe allègrement, on s’en tamponne les roudoudous ! Du gras, du salé, du sucré et du tralala tsoin-tsoin tous les jours, se donner du plaisir pour se sentir bien est le meilleur conseil santé qu’on puisse concevoir. Insistons sur le mot: du plaisir. Du PLAISIR.

          On se fait déjà assez chier toute sa vie pour la gagner, ou seulement la conserver, alors vive les galipettes avec nénette, entre deux collations à base de Kobe beef dégoulinant de graissssssse animaaaaaale et de choux à la crème.

          Et merde aux médecins Diafoirus, si on se met à les écouter, on n’a plus qu’à se calfeutrer chez soi à l’abri du soleil, à bouffer de la salade verte et boire de l’eau claire. Pouah, l’eau, c’est dégueu, ça n’a pas de goût! Pas question de devenir Pissenlit! Les médecins, ils n’agissent que quand la maladie est déjà là, ils en suppriment les symptômes, et ils prétendent vous avoir guéri! Les médecins, des guérisseurs? Escrocs oui! Bachi-bouzouks! Anacoluthes! Ectoplasmes! Rhododendrons!

          1. barbatruc

            La Bible n’a strictement aucun rapport avec le code civil. Ça n’est même pas un code moral. Je veux simplement dire par là que les codes alimentaires étaient déjà codifiés ils y a des millénaires.

            Merci pour les références à Archibald Haddock. C »est un de mes personnages préférés .

            1. bibi

              Il se trouve juste que sous certaines latitudes il y a de cela quelques siècles, consommer de la viande porc était sanitairement risqué à cause de la mauvaise conservation de cette viande dû à la chaleur d’ou la recommandation d’éviter cette viande ou son interdiction de consommation.

              Dans le cochon tout est bon et il est une source de phosphore, de zinc, de fer et de vitamines fort appréciables.

            2. Maigre Ian fan club

              « La Bible n’a aucun rapport avec blabla, etc  »

              Sans blague? Heureusement que tu me le dis, sans quoi je n’aurais pas eu ce plaisir de répéter qu’on se fout de tous ces codes, quels qu’ils soient, t’as compris maintenant? Je croyais pourtant avoir été assez explicite comme ça merdalors!

              Sont tous bouchés sur ce blog ou quoi? Y’en a bien un qui a la comprenette qui capte 5/5 dans tout le lot quand même??

        2. Aristophanedecarotte

          «  »Le cochon étant à l’inverse la moins protéinée mais la plus grasse, et aussi la plus risquée au niveau sanitaire » »

          pas du tout! quel sorte de cochon ? le nouveau celui sans gras « visible » car par sélection incorporé à la viande alors que celui de la ferme avait une couenne épaisse de 3 doigts mais sa viande rouge…….

    3. René-Pierre Samary

      Il est probable que la croissance du cerveau, chez les pré-hominiens, est due à l’apport de phosphore que leur procurait une alimentation carnée (principalement des charognes).
      Les raisonnements des végétaliens me semblent confirmer cette hypothèse.

      1. Aristophanedecarotte

        vous remarquerez que bien souvent les végétaliens sont secs comme une trique, acariâtres et tristes.

        les vegan eux étant des légumes.

        1. Nomi

          +1
          J’ai observé cela dans TOUS les magasins bio que j’ai visités depuis des lustres. Les employés et les clients ont tous l’air malades, fatigués et de mauvais poil. L’oeil triste, le cheveu terne, le teint gris, vert, jaune, alors qu’ils sont supposés observer des conduites de bonne santé.

          Et franchement, comparé au profil genre mon beauf, un peu gros, rougeaud, amateur de viande rouges, de haricots verts et de patates, le tout généreusement arrosé de vin, y’a pas photo: leur commerce est bien plus agréable. Et un certain nombre d’obsédés du végétal et du complément alimentaire dans mon entourage indirect sont morts de cancer, tandis que les carnivores, à 60 balais, ne sont pas épargnés par des soucis cardiaques, mais vivent toujours, et heureux. C’est con hein?

          C’est comme le dit Maigre Ian: le plaisir, c’est important pour le bien-être et la santé!

            1. Nomi

              Propre? quand je vois la gueule des clients végétariens, l’air d’être sur le point de vomir leur quatre heure, j’ai des doutes… et pour préserver ma propreté, je me tiens à distance… pas envie qu’on me vomisse dessus! 😛

                1. Aristophanedecarotte

                  on plaisante mais ce que j’ai dit sur le cochon est vrai.

                  « l’ancien cochon » avait une couche de lard tres épaisse constitué de lard blanc, celui en profondeur par rapport à la surface et celui jaune sous la couenne. les anciens ne mangeaient que le blanc et évitaient le jaune ou se concentraient les toxines. Alors que ces même toxines maintenant sont diffuses dans la chair de l’animal suite à une sélection pour avoir moins de gras

    1. sam player

      Ce qui voudrait dire que dorénavant l’impôt payé au Luxembourg serait juste déduit des revenus au lieu d’être déductible de l’impôt payable en france ?

  26. BDC

    Petit HS : comment expliquer que plus le niveau de vie d’une femme est faible, plus elle est corpulente, alors que pour les hommes, c’est plutôt le contraire ? Pourquoi les femmes CSP+ sont-elles plus minces ? Sélection a priori de l’épouse, ou plus forte sensibilité féminine aux diktats des médias et de la mode, vu qu’elles y ont accès ?

    1. sam player

      Judicieuse observation. C’est la faute aux satellites du mind control. Les femmes CSP+ sont plus actives et sont plus difficiles à cibler. Y aurait aussi un lien avec la laque dans les cheveux. On est dessus.
      Collectif anti-chemtrails.

      1. Bonsaï

        Plusieurs erreurs factuelles à relever :
        1. Les femmes CSP ne sont pas plus actives que les ménagères et les rurales, mais le sont selon un programme horaire beaucoup plus strict et plus exigeant. C’est donc le stress d’être dans les temps qui les fait fondre (et qui, parallèlement fait le beurre des psychothérapeutes).
        2. Laque à cheveux et vernis à ongles (dont on suppose par ailleurs qu’ils sont à l’origine de certaines psychoses).
        Vérificateur des conspirations, à votre service.

        1. Pheldge

          3. les tenues affriolantes et les dessous chics ! ne jamais sous-estimer la libido féminine (je laisse à d’autres élégants commentateurs, grands manieurs de bombes lustrantes, de traduire ça par « toutes des … » 😀 )

      2. Pheldge

        Diantre Bellissime, mais que lui fîtes-vous donc ? voilà qu’il nous fait une rechute de Bonzaïte aigüe ! Acceptâtes-vous un sien échantillon de téflon-qui-rapproche, pour nous le mettre dans cet état ?

    2. Bonsaï

      Une fois n’est pas coutume, mais comme c’est le printemps je vais me risquer à tourner un petit compliment pour BDC :
      Arriver à générer un fil de commentaires assez intéressants et innovants à partir d’un petit post anodin voire nunuche, là je dis chapeau !

      1. BDC

        MDR Lady Bonsaï !
        On profite du week-end pour aborder des sujets plus légers. « Nunuche » … ça manquait à mon palmarès, merci Bonsaï !

        1. Bonsaï

          Ne prenez pas la mouche chère amie, il s’agit bien du sujet du commentaire et non de son auteur qui est ici visé !
          Vous avouerez que votre hypothèse de départ est un peu tendancieuse, style je marche dans le noir et je me jette du plongeoir pour voir l’effet que ça fait…

          1. sam player

            Bah Bonsaï on voit bien ici que tu projettes sur les autres ta façon de raisonner… à l’estime comme pourrait dire RPS.
            Il se trouve que ce q u’avance BDC est vrai

            Googlez
            obésité suivant CSP

            Le premier article est celui de l’INSEE.
            Et en plus il y a pas mal de contre-intuitifs.

              1. Bonsaï

                Oui c’est fascinant. Il y a d’intéressantes études à faire sur la propagation des idées par vagues virtuelles dans nos sociétés. Les filets ramassent plus de poisson avec les nouvelles technologies, mais heureusement les théories ont tendance à se renouveler plus vite…

                1. Bonsaï

                  Concernant l’intervention sabbatique du Boss, c’est bien GO qui m’avait refilé le dossier. En d’autres temps, on aurait dit qu’il m’a mis le pied à l’étrier (au propre et pas au figuré…).

          2. BDC

            J’ai bien compris, vu tous les qualificatifs que mes com’ et moi avons déjà reçus sur ce blog, je sais faire la différence ! Nos échanges sont façonnés de mois en mois par une familiarité sur le fond et par l’anonymat qui permet un lâcher-prise sur la forme. Telles sont les règles du jeu entre nos personnages, et je m’en amuse et abuse follement !
            Pssst : échanges tellement intéressants que vous avez réussi à faire intervenir le Patron, bravo !

            1. Bonsaï

              Je vois que mon premier compliment n’a pas vraiment touché sa cible. C’est donc en amazone que je vais décocher ma seconde flèche : en réalité je crois avoir deviné que vous êtes une sorte de bonne fée… mais n’ébruitons pas trop l’affaire, il y a beaucoup d’incrédules parmi nous !
              Une fée de la fontaine qui joue de la vivacité, de la consolation et du rire. Et ne venez pas me dire que ça fait nunuche !

  27. petit-chat

    Si, audacieusement (autant que ce *#?!@ de…présigland), on pose l’hypothèse que le niveau de vie est l’image du niveau d’évolution, il ressort deux cas, misogynes comme il se doit :
    1/ BDC est bien roulée (pas groooosse), mince mais malgré tout pulpeuse partout où il est plaisant.
    2/ Les femmes qui ont mis toute leur « intelligence » (c’est osé, là, mais je rappelle qu’il s’agit d’hypothèse) à se faire entretenir elle, et éventuellement les gosses, n’ont plus que foutre de leur apparence, étant casées. Collées devant la TV et abreuvées de conneries, elles absorbent tout comme une éponge. Donc elles gonflent, comme les animaux du même nom (éponge).

    1. Bonsaï

      On voit ici votre galanterie subtile se développer délicatement, telle une feuille au printemps. Votre théorie m’a enfin permis de comprendre pourquoi certains font un raccourci et m’accusent de conspirationite : étant du genre plutôt svelte je ne puis donc être collée devant la TV à être abreuvée de conneries, ni tout absorber comme une éponge. CQFD.

        1. sam player

          Extrait :
          « Enfin, troisième point soulevé par les auteurs, les textes philosophiques de Badiou sont une logorrhée incompréhensible, hors-sol, usant et abusant de techniques d’écriture limitant le débat tout en étant supposément profond. »

          Ca me rappelle quelqu’un…

          1. Pheldge

            scoop ! la Bonzaïte aigüe est involutive, comme la transformation de Fourier ! Bellissime, vous le supputiez ! vous êtes admirable de perspicacité … 😉

          2. Bonsaï

            Le pavé transgénique frelaté !
            Seul un écrivain d’envergure peut attirer un tel déploiement d’efforts pour tenter de l’égratigner. Il y a quelques années, c’est un de ses ex-disciples vexé qui avait publié un solide volume d’un millier de pages de haine amoureuse contre Badiou, avec un grand succès en librairie !
            Ceux qui ont rédigé le premier article montrent dès l’abord leur ignorance du sujet, ou le fait qu’ils n’aient pas lu Badiou en parlant de philosophie des mathématiques. Par contre le lien, qui est cité et que je n’ai pas encore eu le temps de lire me paraît plus pertinent. Vais le lire ce week-end.

    2. BDC

      Merci Petit-chat, je vais encore me faire des copines ☺️… Mon parcours est tellement caricatural que je me demande si on peut le transposer aux autres femmes. Étant plutôt ronde (pas obèse, hein) à la ferme, j’ai minci petit à petit, pour plusieurs raisons : fini le grignotage de stress des étudiantes : au boulot ça ne se fait pas, découverte de la gastronomie avec les déj d’affaires (et mon Herr Schön) donc éducation du goût et appétence des aliments plus sélective (en particulier vers le salé, qui permet des goûts plus complexes), accès à une belle garde-robe qui met le corps en valeur.

  28. Pheldge

    Très chère BDC, pour corroborer vos dires, nous apprécierions quelques photos, (même avec le visage flouté pour préserver votre âme au minas ). Trop d’aventurières essayent ici de tromper le lecteur, par des moyens malhonnêtes et parfois pervers …

      1. BDC

        Nan, même pas vrai. Pour la photo Pheldge, faut venir la faire dédicacer sur place, je vous ai déjà dit que je n’étais pas contre l’idée de vous rencontrer tous les 3.

        1. Pheldge

          « Me rencontrer tous les 3 ?  » très sublime, vous me gênez : me comparer à la Sainte Trinité ! avant même de m’avoir rencontré ? c’est trop , c’est trop, vraiment …
          Heureusement que c’est le week-end et que je me fais « reprendre en main » par ma très chère et très tendre, et pas que virtuellement , si vous me suivez … 😉

          1. Bonsaï

            Oui, oui, hâte-toi de la retrouver, ça t’évitera d’intervenir toutes les deux minutes pour mettre ton grain de sel dans la soupière.
            A chaque fois que je me dis « tiens, échange d’idées intéressant, constructif, etc… et que je m’apprête à sortir mon Ctrl+C pour mes archives perso… », boum ! le fil à couper le beurre de Pheldge s’abat dans la motte !
            Que dis-je, sabre la motte de beurre d’un rire qui se veut jovial, mais l’est-il réellement ?

          2. BDC

            Pheldge, vous êtes mon ange Gabriel tombé de H16, et c’est déjà beaucoup. Je vous souhaite beaucoup de bonheur avec votre chère et tendre.

  29. Etienne

    C’est en suivant la même réflexion que j’en suis venu à suivre un régime « cétogène » depuis plusieurs mois déjà : moins de 20g de glucides par jour (c’est à dire virtuellement rien), des protéines pour ne pas perdre de muscle, et l’essentiel de mes calories venant des graisses. J’ai bien sûr perdu du poids, sans compter, car les graisses ont un fort pouvoir satietant, mais l’essentiel est le gain en terme de bien être : je n’ai plus mal au dos, plus de coups de barre dans la journée (même si je saute systématiquement le repas de midi car je n’ai pas faim) et 2 fois plus d’énergie et d’endurance qu’avant. D’autres évoquent des résultats impressionnants en terme de lutte contre le diabète (type 2 bien sûr), l’acné, le cholestérol… Les glucides (tout au moins certains d’entre eux) ayant apparemment un effet inflammatoire. Quelques témoignages : https://www.reddit.com/r/keto/comments/433×84/keto_benefits/ https://www.reddit.com/r/keto/comments/427klw/the_bonus_nonweight_bonus_benefits_of_keto/ (lire les commentaires).

    1. albundy17

      Régime cétogène vraisemblablement une piste contre les cancers également, viendrait à bout de l’asthme, a vérifier aussi.

      Pour le cancer, les cellules incriminées n’auraient pas la faculté (?) de transformer le gras en ATP, tu supprimes le glucose, ça crève.

      LE cholestérol, c’est de la connerie , le sucre crée des lesions, le chol fait sont boulot

      1. Etienne

        Oui, il paraît que c’est un régime anti-cancer, mais à prendre avec des pincettes… Ils parlent même du fait que ce serait anti-alzheimer… (alzheimer étant appelé « diabète type 3 ») Je me méfie quand même de toutes ces annonces. En tout cas ce qui est prouvé scientifiquement c’est que c’est un traitement très efficace contre l’épilepsie.

  30. Joséphyne

    Idées très intéressantes de l’article mais qui passent mal auprès des instances gouvernementales question nutrition,
    C’est vrai que la dérive « privilégier les sucres plutôt que les graisses » repose sur une mauvaise interprétation d’une étude de Keys concernant la mortalité des maladies coronariennes.
    On pensait que les graisses dites saturées bouchaient les artères et augmentaient le cholestérol, donc exit le beurre, la crème, le lard, la graisse de coco, le fromage, le saindoux, les oeufs, le viande rouge, et remplaçons tout ceci par des huiles insaturées et des margarines sans compter des statines pour faire baisser le taux de cholestérol….et des céréales en bonne quantité pour ne pas ressentir trop la faim, car ce sont les graisses qui sont satiétogènes.
    30 après, explosion du diabète 2 et tous les ennuis qui vont avec.
    Il est vrai que le cerveau se nourrit de glucose, mais avant de se transporter sous cette forme dans le cerveau, il lui est nécessaire de subir quelques transformations.
    Soit il provient directement de sucre de canne ou de betterave sous forme de saccharose et est directement assimilé au niveau de l’intestin, soit sous forme du fructose des fruits de la même manière, le tout régulé par l’insuline afin de maintenir une glycémie correcte dans le sang.
    Saccharose et fructose ne nécessitant pas de digestion préalable.
    Si trop de saccharose, transformation en triglycérides, c’est-à-dire mise en réserve en graisse si pas transformé en énergie,( genre je préfère le canapé plutôt qu’un petit footing !) régulée quand tout va bien par l’insuline.
    Si trop de fructose (qui lui n’est régulé par l’insuline), et ce n’est pas tant celui des fruits qui est dangereux, on ne va pas avaler 1 kilo de pommes entières ou autres fruits, mais les grandes rasades de jus soit-disant si naturels mais sans fibres, et surtout le fructose issu du maïs qui sucre tous les sodas, les plats préparés, les laitages, les desserts, les céréales du petit-déjeuner, les gâteaux, viennoiseries etc…qui est dangereux. Ce fructose de synthèse est digéré par le foie, d’où cette épidémie de par le monde de stéatose hépatique ou foie gras. Nous devenons des oies bonnes pour Noël avant de basculer dans la cirrhose non alcoolique si tout se détracte.
    Et par parenthèse les végétaliens qui se gavent de légumes et de fruits et dont l’haleine très souvent vous fait penser à une brasserie, ont eux un problème de fermentation intestinale qui peut les conduire à un cirrhose alcoolique, alors qu’ils ne boivent pas une goutte d’alcool!
    Quand aux autres sucres complexes et non pas lents, céréales, amidons, amylacées, ils se doivent d’être d’abord digérés par la salive puis différents enzymes avant que d’être transformés en glucose puis transportés au cerveau. Et si trop de céréales, donc trop de sucres, même problèmes qu’au-dessus et à condition que la production d’insuline arrive à maintenir une glycémie normale, sinon, hyper et hypo-glycémie et diabète2 assuré.
    La différence sucres lents-sucres rapides n’est plus d’autorité : une purée de pommes de terre augmente la glycémie de la même manière qu’une pierre de sucre. Il faut lui ajouter du beurre ou du fromage pour ralentir la glycémie. Idem pour une tranche de pain.
    Pour le blé et toutes les céréales panifiables, c’est l’amidon de la graine qui est le sucre, le gluten étant lui le support protéïque. Le gluten n’est pas responsable du diabète. Mais celui-ci engendré par trop de sucre et l’allergie sont des processus inflammatoires.

  31. MCA

    Bon, après tous ces développements tristounets, vous m’avez motivé et je suis allé planter trois rangs de pommes de terre Charlottes.

    Ca c’est du super bio, que du naturel nourries au fumier de cheval décomposé, aucun pesticide et un goût sublime.

    D’ici peu ce sera le tour aux tomates anciennes : Steak cœur de bœuf, Cœur de bœuf, Cornues des Andes, Noires de Crimée, Roses de Sibérie, Tomates cerises pour l’apéro, Tomates Portugaises anciennes (jusqu’à 1kg pièce!!!). Cinquante pieds pour commencer!

    Et des salades Reines des glaces, croquantes, sucrées et sublimes

    Je connais un petit arbre adepte du bio qui tomberait à la renverse en goûtant la saveur de ces légumes hyper bio et poussés au grand air.

    Cette culture n’est pas rentable financièrement mais je souhaite à tout le monde de goûter ça une fois dans sa vie.

    Bien manger et manger bon c’est ça!!!

    Et je ne vous parle pas du mirabellier (je les cueille par seaux entiers), prunes d’antes, cerises, reines claudes,
    fraises, figues etc… que du fructose, miam!

    Ps : je ne suis ni végétarien, ni végétalien, tout au plus un modeste disciple d’Epicure qui survit malgré les tentatives désespérées de la médecine pour essayer de me rendre malade. :o))))

      1. MCA

        Il faut goûter ça et ensuite on ne peut plus manger autre chose.

        L’année dernière j’en avais ramené un bon paquet à une de mes filles à Paris qui en a fait goûter à ses collègues, qui les ont fait goûter à leur enfants, résultat : les enfants ne veulent plus manger des tomates du commerce.. :o)))))

        J’avais organisé une fois avec mes anciennes collègues un repas uniquement tomates (une quinzaine de sortes différentes), toutes poussées à l’air libre en jardin.

        Jamais elles n’avaient gouté pareilles saveurs pour la bonne et unique raison que ça n’existe pas dans le commerce.

        Mon frère qui est un jardiner extraordinaire, possède 80 sortes de tomates en provenance du monde entier.

        Le seul problème avec ce genre de culture c’est qu’il faut être présent en permanence pour surveiller tout ça, et comme je suis toujours en balade, c’est pas toujours évident, donc il y a pas mal de perte.

        Tiens, je plante également des haricots violets (qui deviennent verts à la cuisson), il faut avoir goûté ça une fois dans sa vie, il n’y a pas de mots pour exprimer la saveur.

        Cueillis à 11h00, mangés à midi… miam!

        Au fait, on parlait de sucre(s)? :o)))))

        Tiens, H16 devrait nous faire un billet sur la bonne bouffe, je suis sûr qu’il ferait sauter le compteur des posts et doublerait son auditoire.

        1. Bonsaï

          Ah! c’est un sujet qui intéresse quasi tout le monde et de près !
          Je n’ai jamais goûté ni même vu ces fameux haricots violets. Sont-ils de la taille des haricots verts ?

          1. MCA

            Exactement comme des H verts, mais violets lors de la cueillette, une fois dans l’eau bouillante, ils deviennent verts et l’eau… violette.

            On peut les manger cuits sans rien rajouter (pas de beurre, ni d’assaisonnement style ail, persil etc..)

              1. MCA

                Mes sujets seraient plutôt la psychologie humaine (notamment la psychologie des foules et la psychologie féminine… (là je souris car je vois que BDC tendre l’oreille) et la philosophie.

                J’y ai pensé à un certain moment de ma vie, puis renoncé par crainte d’avoir à payer pour qu’on me lise…. :o)))

                Et puis il y a pléthore d’écrits sur ces sujets, alors à quoi bon encombrer les bibliothèques par des redites.

                    1. albundy17

                      Pour les pommes de terre je teste cette année la pousse dans un sac, dont je relèverai les bords et ajouterai la terre au fur et à mesure de la pousse.

                      Il parait que ça donne des rendements hallucinants.

                      Sinon je confirme, les haricots violet sont vraiment excellents

                1. BDC

                  Merci MCA, oui ces sujets m’intéressent aussi, notamment la fabrique du consentement. Il reste un travail immense à faire sur la psychologie féminine. Nous avons des experts sur ce blog qui auraient bien besoin d’aide dans ce domaine. Vous connaissez tous l’étude scientifique (ou presque …) : pourquoi les femmes pleurent ? 10% des fois parce qu’elles sont malheureuses, 10% parce qu’elles sont heureuses, et … 80% des fois, bah on ne sait pas !

                    1. Bonsaï

                      La question du dimanche : quelle est la caractéristique commune aux intervenants de ce blog, après les deux premières qui sont le culte voué à H16 et le goût des clubs select ?

                    2. BDC

                      Hum … Vous pensez à misogyne peut-être ? Parce que humour, culture, intelligence, auto-dérision, toussa, on oublie ?

                    3. MCA

                      @Bonsaï – 17 avril 2016, 10 h 01 min

                      Excellente question ! (ça commence toujours comme ça avant de se faire massacrer)

                      Voyons:

                      Un certain goût de l’entre-soi teinté de culture, de curiosité, de variété, d’humour, d’auto dérision, de partage, d’intérêt au dialogue; le tout savamment dosé à la balance de pharmacien.

                      Je rajouterais volontiers une certaine philosophie de la vie née d’expériences multiples et originales ainsi qu’une ouverture à la pensée des autres.

                  1. MCA

                    Si, moi je sais :
                    les 80 autres % c’est quand Herr Schön couvre sa Belle de diamants…

                    et encore une fois de plus j’ai tout bon! :o))))

                    Et au cas ( très improbable) où j’aurais tort, Herr Schön sait quoi faire à présent pour me donner raison.

                    ET voilà que BDC se met à sourire de nouveau… quel talent!

                    1. BDC

                      Cher MCA, oui vous me faites sourire à chaque fois, mais ici parce que le paragraphe « fleurs et bijoux » mérite un tome à lui tout seul, parce qu’il nous fait très souvent pleurer, mais l’effet est aléatoire (en tous cas pour moi), alors vous risquez de tomber au hasard dans chacun des cas (10%\10%\80%) ☺️ !

                    2. BDC

                      Au fait MCA ça y est ! Herr Schön m’a offert 1984, la ferme des animaux et le meilleur des mondes, je vais pouvoir rattraper mon retard !

                    3. MCA

                      @BDC – 17 avril 2016, 12 h 11 min

                      MDR,

                      Il a senti le piège de Venise se refermer et s’est dépêché d’endiguer le phénomène avant qu’il ne prenne une ampleur budgétaire incontrôlable.

                      Un fin psychologue ce Herr Schön, félicitations vous avez fait le bon choix!

                      Et revoilà qu’elle sourit!

                      Alors bonne lecture et vous verrez, on ne ressort pas indemne d’avoir lu Orwell.

                      En ce qui concerne le meilleur des mondes de Huxley, j’ai essayé de le relire et je me suis arrêté en cours de route.

                      Je dois être Orwell addicted.

                      Un que j’aime bien aussi d’Orwell (rien à voir avec les deux autres) c’est : « Dans la dèche à Paris et à Londres. »

                      Et comme c’est mon jour de bonté, à mon tour de vous faire un cadeau, le voici:

                      http://www.pdfarchive.info/pdf/O/Or/Orwell_George_-_Dans_la_deche_a_Paris_et_a_Londres.pdf

                    4. BDC

                      Merci MCA, j’ai commencé 1984 … et retrouvé la citation de René-Pierre, encore un misogyne ce Orwell ☺️ !

    1. bob razovski

      « Cette culture n’est pas rentable financièrement mais je souhaite à tout le monde de goûter ça une fois dans sa vie.  »

      Nous avons un petit potager avec patates, radis, tomates, courgettes, concombres… C’est certain, pas de quoi vivre, ni même survivre tant les quantités sont ridicules.

      Mais le goût… Un délice ! On se fait plaisir quelques jours par an avec des saveurs vraiment puissantes.

      Pareil pour les prunes, les noisettes, fraises et framboises (des jaunes). Les pommes je les laisse à ceux qui sont solides car elles me démontent le bide, une horreur… 😆

      MCA, nous avons très peu de cerises, au grand déserpoir de ma femme qui en récoltait par seaux entier chez elle, comme vous les mirabelles 😉

      1. MCA

        Les cerises à manger sur l’arbre…un poème

        J’ai planté il y a deux ans un cerisier Burlat qui devrait commencer à nous régaler. Il est en forme de parapluie avec l’immense avantage de la cueillette à hauteur d’homme (environ 1,60 mètre de haut) et la facilité à le protéger des oiseaux bien plus rapides que moi au décollage!

        Je ne devrais pas le dire car c’est tout plein de fructose ça! beurk! :o))))

        Et là, pas question des pesticides évoqués par GO, c’est mangeable: on mange, c’est pas mangeable: on laisse aux oiseaux.

        Elle est pas belle la vie?

        1. Aristarkke

          J’ai deux cerisiers (plantés par Bibi il y a plus de vingt ans), un Reverchon et un « Bigarreau géant d’Hedelfingen ».
          En consommation directe, le deuxième qui donne également de grosses cerises fermes est préférable car les cerises sont sensiblement moins « âcres » que celles du premier. En revanche les reverchons en confiture et liqueur maison sont de meilleur rendement en parfum et en goût…
          J’ai également un noyer qui donne de petites noix mais remplies à donf avec une coque très mince, un noisetier qui pousse comme du chiendent et un pommier Reine des Reinettes…
          Aucun arbre n’est traité si bien qu’il y a de la viande dans environ 20% des cerises…

            1. Aristarkke

              Les cerises subissent un prélèvement soutenu de la part des merles notamment.
              Mais j’ai de toutes façons celles du haut de l’arbre qui sont incueillables (trop hautes et sans appui sérieux pour l’échelle).
              Ce qui rend la situation supportable est que de nombreux voisins ont aussi des cerisiers qui attirent également cette faune !!! 😉

    2. Aristarkke

      Ah la confiture de mirabelles (outre l’ingestion directe, évidemment quand je peux). J’échange des confitures de cerises maison avec ma mère pour des confitures idem de mirabelles…

      1. MCA

        L’année dernière j’ai dû élaguer sévèrement, donc cette année sera une année blanche, par contre l’année prochaine je peux en ramener un cargaison à Paris sans problème :o)))

        Au fait c’est pas très Charlie ça de parler de confitures avec le Boss qui s’évertue à nous dissuader de manger du sucre? MDR

      1. MCA

        Non, j’en mange, mais à un certain moment je sature et surtout j’en donne.
        Et quand mes enfants viennent ils ratiboisent tout (c’est fait pour ça).

        Et puis les pieds et les variétés ne donnent pas les mêmes quantités, comme je fais les plans moi-même ça ne me coûte rien, donc je peux en planter autant que je veux.. 50,100.. quitte à les laisser perdre.

        La première année j’en avais planté 30, et comme les enfants m’ont tout mangé, l’année suivante j’en ai planté 50 histoire qu’il m’en reste. Comme ils ne sont pas venus à cette époque je me suis retrouvé avec toute la récolte sur les bras.LOL

        Cette année je me limiterai entre 30 et 50 je pense, question de place et d’entretien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.