La presse hallucinée voit des candidats libéraux partout

En octobre de l’année dernière, la presse se piquait, pour badiner avec l’air du temps et tenter les petits sujets légers un peu fashion, de nous expliquer sa vision du libéralisme dans quelques petits articles rigolos. En janvier de cette année, le doute n’était plus guère permis : c’était une véritable vague de libéralisme qui déferlait sur le pays. Dès lors, comment s’étonner qu’à nouveau, à un an de la présidentielle, la presse remette le couvert et nous trouve des brochettes de candidats néo-, turbo- et ultra-libéraux à tous les coins de la droite ?

Une de Libération - festival libéral de la droiteDifficile, en effet, de passer à côté de la récente Une de Libération qui se pince pour y croire et semble découvrir, hébétée, un véritable festival libéral à droite. Difficile de louper les petits cris de toute la presse lorsqu’elle découvre un Juppé se déclarant libéral, depuis Challenge jusqu’à Boursorama en passant par un Huffington Post frissonnant de terreur à l’idée que c’en serait fini de la gauche en France, laminée par les coups de boutoirs libéraux du candidat des Républicains. Difficile enfin de ne pas évoquer Le Monde qui, comme la cavalerie, arrive toujours un peu après la bataille mais avec le panache évident d’un organe tout turgescent de sa propre importance et annonce fièrement avoir découvert la surenchère libérale de la droite.

Pour les fines plumes du Monde, l’affaire est entendue : d’ultra-sécuritaire après les attentats, la droite a viré sa cuti et fait une véritable « course à l’échalote » pour le mieux-disant libéral sur le plan économique. Il faut dire qu’en matière de sécurité, la gauche a largement démontré qu’elle pouvait faire mieux que la droite : entre l’état d’urgence (renouvelé, depuis, sans faute), l’avalanche de perquisitions (dont une majorité écrasante se terminera en jus de boudin) et l’épuisement de la police et de l’armée en « sécurisations » diverses, variées et très inefficaces de VIP, la différence avec ce qu’aurait pu faire la droite à sa place est extrêmement fine, pour ne pas dire inexistante.

Le Monde a donc beau jeu d’éplucher les « programmes » économiques des candidats de droite pour y déceler des petits nuggets de libéralisme frits dans un capitalisme sans foi ni loi et tout le tralala qui accompagne en général ce genre de plat qu’on nous vend indigeste depuis des lustres : fin des 35 heures, mes petits amis, ça, c’est du libéramimse de combat ! La retraite à 65 ans, forcément, c’est encore du méchanlibéramisme ma brave dame ! Et la facilitation des licenciements économiques, mon pov’mossieur, si c’est pas de l’ultramibéramisme, qu’est-ce que cela peut-il être d’autre, hein, je vous le demande ? Ajoutez-y un retour à l’esclavagisme, au travail des enfants, au patriarcat interdisant les femmes au travail, et vous aurez probablement la panoplie parfaite du libéral qu’entendent d’ailleurs combattre tous les soirs avec un courage indéfectible les petits résistants de la Place de la République.

Coïncidence ? Allons : il faut bien remobiliser les troupes !

Pignouferies de presse

Pour la presse française, Sarkozy serait libéral. Juppé, tout pareil (en plus, il le dit, donc c’est vrai). Fillon ? Plutôt deux fois qu’une, voyons ! Lemaire ? Forcément qu’il l’est, mon brave, forcément, c’est même Le Figaro qui l’écrit ! D’ailleurs, à cette aune, même Macron aurait une furieuse tendance à l’être aussi, en loucedé, et d’autant plus s’il risque de faire perdre la gauche !

boutin juppé libéralismeEn substance, et à part, peut-être, ces derniers représentants d’une droite surannée qui sentent la vieille lavande et la naphtaline comme Dupont-Aignan ou Christine Boutin qui s’en défend avec la dernière énergie, il n’y a aucun doute : les candidats de la droite sont tous en train de faire assaut de libéralisme économique en proposant des trucs à faire mousser un coca-mentos !

Encore une fois, si toute cette jolie pâtisserie politique rentre si bien dans les petits moules en silicone qui feront de jolis gâteaux démocratiques en forme d’étoile, de cœur ou de petite pyramide amusante, c’est parce que nos amis de la presse ont absolument tout fait pour, par action et par omission.

Comme elles sont touchantes, les amusantes tentatives d’explication des journalistes pour un phénomène qui leur échappe totalement, tant ils sont dépourvus de la culture politique de base leur permettant d’appréhender ce qu’ils voient ! Et comme elle est attendrissante, la grossière manœuvre de cette presse pour relancer le bastringue anti-libéral dont se nourrit la France depuis plusieurs décennie et qui l’a copieusement flanqué dans l’ornière que tous, journalistes et politiciens, s’emploient à creuser ! Ils sont si mignon de tenter de nous faire croire, avec leurs petits doigts potelés d’enfants naïfs, que les candidats de la droite seraient, vaguement, de loin, si on regarde vite en ayant copieusement bu et fumé avant, d’authentiques libéraux au moins sur le plan économique.

La réalité est, assez malheureusement, complètement différente.

le honzec - la domination libérale

Sarkozy a déjà largement fait la preuve, en cinq années d’un quinquennat désastreux, de sa totale incompétence en matière d’économie. Il a réussi à n’être libéral sur aucun domaine, ni économique, ni sociétal, et a essentiellement géré les affaires courantes, avec le brio que l’on sait et qui lui a permis de se faire jeter contre un candidat de gauche si minable qu’un âne amputé des pattes avant aurait avantageusement pu remplacer. Croire qu’il pourrait réussir à être libéral là où il a précédemment échoué en nous laissant une liste ahurissante de taxes et de ponctions supplémentaires, c’est vraiment prendre le lecteur pour un guignol.

Fillon est, là encore, dans le même bateau. Il prétendra bien sûr avoir été obligé, en tant que premier ministre, à suivre un programme qui n’était pas le sien, oubliant qu’à « fermer sa gueule », il pouvait opposer une démission médiatiquement pratique et qui aurait marqué les esprits. Et le programme qu’il présente s’éparpille entre bonnes intentions, annonces floues et vœux pieux impraticables dans un pays serré comme une cocotte-minute sur un feu d’enfer. Qu’on puisse imaginer qu’il tienne, sondage après sondage, et conserve la même ligne relève plus de la pathologie que de la naïveté.

Quant à Juppé, son absence caractéristique de toute colonne vertébrale politique lui donne bien évidemment la possibilité de se couler dans un moule libéral qu’il abandonnera dès qu’il s’agira de prendre le pouvoir. C’est non seulement garanti sur facture, mais c’est même la seule raison pour laquelle certains Français le trouvent rassurant : tout le monde sait que son libéramimse est un air de flutiau aux accents somnifères, et qu’à la première contrariété (syndicale par exemple), il forcera le respect de l’électeur en restant droit dans ses bottes tout en retournant sa veste et en baissant son pantalon (ce qui, à 71 ans, démontrera bien l’absence de colonne vertébrale que j’évoquais plus tôt).

La réalité, crue, évidente, et hors des fards comiques d’une presse apeurée à l’idée de retrouver un président de droite, c’est qu’il n’y a aucune candidature libérale, tout justes des annonces pré-électorales de crédibilité nulle avec des épluchures d’un libéralisme douteux, qui auront l’immense praticité de se sublimer (i.e de passer du solide au gazeux sans même passer par le liquide) dès que les sondages d’opinion le commanderont.

Au-delà de l’évidente pignouferie de la presse, on n’assiste à rien d’autre qu’à une piètre tentative de faire de la droite un épouvantail néolibéral pour rassembler ce qui reste de gauche.

Ces élections s’annoncent consternantes.

Commentaires285

  1. Le Gnôme

    Le mot libéral est en France le repoussoir absolu, il a remplacé le terme fasciste qui commençait à devenir un peu rance, c’est l’arme absolue qui déstabilise l’adversaire et le contraint à se justifier.

    1. Deres

      Pire, la plupart de ces annonces n’ont rien de libéral. Fixer unilatéralement pour tous les français (sauf ceux qui sont plus égaux que les autres bien entendu) un âge de retraite donnant droit à un versement décidé par un organe central et versé par un organisme unique n’a rien à voir avec le libéralisme. Idem pour une durée du travail unique donnant accès à un salaire minimum unique, incontestable, national et revalorisé au bon vouloir du gouvernement. Tous ces gens proposent allègrement d’aller plus loin dans le collectivisme avec juste un réglage un peu moins violent des leviers.

  2. hoh hup

    Jean-Paul Huchon ne rejoindra finalement pas l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer), chargée de surveiller la bonne utilisation du réseau ferré par la SNCF, notamment. Alors que l’ancien président de la région Ile-de-France devait en prendre la présidence à partir de juillet – pour une rémunération à hauteur de 148.000 euros brut annuels –, Matignon a décidé de renoncer à cette nomination.

    Pour justifier cette décision, Matignon avance un argument de poids : la nomination de Jean-Paul Huchon courait de sérieux risques d’annulation. Membre du conseil de surveillance de la SNCF jusqu’à très récemment et ancien président du Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), Jean-Paul Huchon n’aurait en effet pas pu prendre de décision concernant ces deux entreprises sans courir un risque de « conflit d’intérêts sous-jacent ».

    du coup faudra lui trouvé un autre poste moins voyant pour le casé

      1. Deres

        A 70 ans, ils se foutent bien de notre gueule … Tout comme Fabius, il doit passer la moitié de sa journée à somnoler dans son bureau.

        1. Pheldge

          Je m’oppose avec une véhémence courtoise à cette affirmation : feu mon père était encore très actif à cet âge, pratiquant notamment le fun-board et la natation, ce qui faisait l’admiration de nombre de ses cadets.

          A l’attention des médisants et des jaloux, parmi lesquels sévit un certain tuyauteur grec, et je ne mentionne pas son alcoolyte le vigile à cheval, je précise que je suis plutôt sur la bonne voie pour suivre le paternel exemple ! 😉

        2. Aristarkke

          Il n’a pas eu besoin d’arriver à cet âge pour entamer une carrière de dictateur de ronfloteur patenté. N’ a ébloui personne par ses actions à la région IDF sauf sa fifille soigneusement casée dans une sinécure muséale à Santiago ou Valparaiso, entretenue par de belles subventions à nos entiers frais… Les RER, au moins le D, sont toujours aussi pourris qu’avant son arrivée malgré soi disant des lourds investissements ne se limitant pas à la seul qualité des bordereaux de propagande reçus par courtes rafales répétées à haute fréquence. J’ en passe, j’ en oublie et pas que des bouffées par les doryphores…

      1. sam player

        Schtroumpfette soutenue par Aurélien Véron du Parti Libéral Démocrate…

        Faut pas s’étonner, après, que la presse parte en vrille avec un tel mètre étalon du libéralisme fourni par les instances du parti.

  3. Calvin

    Il y a moins de 5% de libéraux en France mais la presse les voit partout.
    Il y a moins de 10% de communistes en France, leurs idées sont dominantes dans la presse, mais, chut, c’est secret.

    1. Royaumont

      Petit jeu pour agrémenter la pause café :
      lorsque vous entendez un tonitruant « çélafôtolibéralism », répondez : « libéralisme, quel libéralisme ? La France n’est pas libéral, ni de prêt, ni de loin ». Laissez infuser 30 secondes, puis déguster la réaction.

      1. zelectron

        les courants « libéraux » :
        sociaux-libéraux
        libertariens et tout
        libéraux-crypyo-communistes
        libéraux-capitalo-anarchistes
        libéraux-gauchistes (les plus nombreux)
        et bien d’autres qui se créent tous les jours . . .
        le tout pour phagocyter quelque courant libéral* que ce soit
        * par exemple issu d’Alexis-Henri-Charles Clérel, comte de Tocqueville (ou dans une moindre mesure Locke)
        ah! j’oubliais : le libéralo-mélancho-facho-stalino-mussolino-maoisme 🙂
        comme quoi il y a du grain à moudre !

        1. Royaumont

          Pour Locke, c’est un peu tôt pour parler de libéralisme (malgré son influence sur Burke). Pourquoi pas Pascal, pendant qu’on y est, vu son influence sur Tocqueville…

          Par contre, quand il s’agit d’argumenter pourquoi notre époque n’est pas libérale, se référer à Montesquieu, Constant ou Tocqueville, est intéressant car inattendu : tout le monde attend le libéralisme sur le terrain économique et a tout un stock de lieux-communs (idiots…) en réserve.
          Revenir aux origines est donc efficace, il y a un effet de surprise.

      2. Aristarkke

        Comment cela, pas libérale de prêts???
        Avec toutes les remises gracieuses consenties par Peak de la Faribole à un paquet de nos débiteurs???
        Mais que vous faut-il ???

      1. john

        C’est assez vrai.
        J’ai souvent croisé des gens qui se disent et votent socialistes.
        Pourquoi ? Parce que la droite c’est le mal. L’extreme droite c’est tres mal. Et le liberalisme, ah ma brave dame, c’est l’enfer sur terre.
        Puis quand tu rentres dans le vif du sujet, ils font exactement les memes critiques sur le systeme que toi : police/justice inefficace, surprotection des locataires/consommateurs/travailleurs, abus des prestations sociales, immigration favorisée qui pose probleme, fiscalité trop lourde pour eux (mais en général pas pour les « riches » dont ils ne pensent bien évidemment pas faire partie) etc ..
        Mais n’allez surtout pas leur dire qu’ils n’ont que ce qu’ils ont souhaité et meritent !

        Des cocos qui s’ignorent, c’est plus rare. Mais des conservateurs aussi butés/protectionnistes/anti-libéraux que des cocos, malgré le discours anti coco, ça oui.

        1. Val

          @John , pas du tout la même lecture que vous . Pour moi les soce sont des coco pur jus : pour eux l’état est un dieu vivant , chargé de redistribuer la manne celeste, son rôle est social et interventionniste (encore entendu ce matin ) , le privé c’est la mal , bouhhh , les gens sont assoiffés d’argent et de sang frais .
          Les gens qui votent à droite quant à eux , trouvent juste que l’état pèse un peu lourd, et ont la vague impression que le public se fout du monde , mais ils ne sont pas près à se passer : ni de la sécu ,ni de l’ed nat , n’oubliez pas qu’une bonne part d’entre eux serait bien incapables de payer le prix des choses.

  4. Aristarkke

    Juppé libéral??? Son bouquin électoral vu dernièrement dans une devanture porte comme titre : Pour un Etat fort…
    Parce qu’avec 57% de niveau d’ intervention dans le PIB, des lois, décrets, ordonnances, des Hautes Autorités de ceci ou de cela, qui prétendent règlementer jusqu’à l’ordonnancement de votre frigo et qui vous imposent quasiment autant de fonctionnaires avec 66 M d’ habitants que l’ Allemagne avec un territoire bien plus vaste, 90 M d’ habitants et une organisation fédérale censée obliger à davantage de fonction publique pour son fonctionnement, l’ Etat grançais serait faiblichon???

    1. Pere Collateur

      « que l’ Allemagne avec un territoire bien plus vaste »

      En fait la France, d’un point de vue superficie, c’est bien plus grand que l’Allemagne:

      Allemangne: 357 021 m2
      France : 551 000 m2 (671 000 avec les DOM-TOM)

      Et c’est encore pire en terme de surface arrable. Et pourtant l’agriculture Allemande nous mets une patée monumentale depuis 4 ou 5 ans, avec un climat plus difficile et des terres moins fertiles. Joli non?

        1. Hang’em High

          Ce passage du km2 au m2 était d’une modestie géopolitique rafraîchissante…. GO n’est qu’un pisse-vinaigre…

    2. john

      le territoire allemand n’est pas plus vaste que le territoire français.
      le federalisme allemand est un peu du pipo car tres encadrés comparativement aux US, canada, Suisse, beaucoup plus libres. On pourrait assimiler les Länder à des régions françaises aux compétences très étendues

  5. Yrr

    Redonner aux mots leur sens sera l’urgence d’un gouvernement de redressement national.
    La liste des mots n’ayant plus aucun sens et ne signifiant plus rien, mais utilisé à contre-sens pour stigmatiser l’adversaire s’allonge.
    Je tente un début de liste, à compléter :

    libéral
    fasciste
    citoyen
    durable
    républicain
    responsable
    éthique
    écologique
    raciste
    nauséabond
    dérapage
    expert
    élite
    démocratie
    droit de l’homme
    terroriste
    controversé
    équitable

    (Hé hé au fait, vous n’avez pas l’impression en lisant simplement cette liste, de lire un discours politicien ?)

    ______________

    Hors sujet, avez-vous bien signé une pétition contre le venue du rappeur Black M à Verdun ? Cher h16, vous ne voulez pas lancer un appel en ce sens ?

    1. Royaumont

      Selon VA, le concert est annulé. Le maire de Verdun, sous pression, a fini par céder.
      Sa justification vaut son pesant de rillette :
      « Nous assistons à un déferlement de haine et de racisme. Nous sommes alertés par les services de l’État de risques forts de troubles à l’ordre public ».

      Le fait qu’un des principaux sponsors ( la Mission du Centenaire) refuse de financer la moitié du concert a peut-être eu son effet…

      1. Aristarkke

        Sa justification vaut son pesant de rillette :
        « Nous assistons à un déferlement de haine et de racisme. Nous sommes alertés par les services de l’État de risques forts de troubles à l’ordre public ».

        Notez que sa hontectomie a été réalisée de façon impeccable.
        Même pour les échelons inférieurs de la politicaillerie grançaise soce, le boulot est fait nickel-chrome…

      2. Aristarkke

        «Depuis deux années, depuis ma rencontre avec le président de la République en mai 2014, j’ai tout fait pour que cette commémoration soit digne afin de rendre hommage aux soldats morts pour notre liberté», poursuit l’édile. «On travaille en synergie. Je souhaitais la venue du président de la République et de la chancelière allemande. On a travaillé pour accueillir les jeunes pendant quatre jours avec un programme d’une grande diversité culturelle. Je suis très fier d’avoir contribué et de contribuer à ce message universel. La déception va être grande chez les jeunes. Ils ne comprennent pas.»

        Si les larmes ne vous viennent pas aux yeux après un si touchant témoignage si respectueux des Autres, c’est que vous ne pouvez être qu’un affreux libéral dépourvu de coeur et surtout , de sensibilité…

        Mettre en avant un artiste aux paroles anti-françaises avérées de ses chansons est effectivement digne d’un grand moment de célébration franco-française et franco-allemande de réconciliation…

        1. Royaumont

          C’est beau, j’en verse des larmes tellement chaudes, tellement liquides et tellement salées que je provoque un court-circuit sur mon clavier.

          C’est vrai, quoi de mieux qu’un Nique-la-France pour célébrer l’Amour de la mère Patrie.
          Le plus beau, c’est tout de même l’utilisation des jeunes comme justification de leur turpitudes.

          1. sam player

            les zenfants… les zenfants… faut jamais rater une occasion de les placer ici et là dans les discours… rajoutez « de la république » après et pour éviter les répétitions utilisez « générations futures » pour ceux qui ne sont pas encore nés mais qui rembourseront les dettes…

            1. Dr Slump

              Les zenfants les zenfants, c’est vite dit! Prends un petit gabonais ou un petit marocain, pas un de ceux qui sont nés en France, non, un vrai de là-bas, ce n’est pas du tout le même profil. Un bagou, une assurance et une intrépidité sans commune mesure avec nos zenfants occidentaux perclus de tous les interdits, chantages, mensonges et pressions de tout ordre dont les parents, l’école et le reste les bombardent.

              Des enfants obéissants auront plus de probabilité de devenir des adultes consentants, à l’impôt, au salariat contraint, à la sécu obligatoire, au loisir d’état, etc.

    1. Aristarkke

      Du miberamisme aussi…
      A moins que ce ne soit qu’une astuce du Patron pour tromper les écumeurs du net recherchant les mots-balises permettant de classifier les vilains sites nauséabonds encourageant au djihad antisoce???
      Il apparaîtrait ainsi moins virulent et miasmatique… well done, Boss!

      1. Pheldge

        Ofète Papet, c’est le Camarade Yrr que tu surnommes « Yrrheit » ? et c’est à cause que « Aïe, Yrr te leurre ! » , c’est ça ? 😉

            1. Aristarkke

              Ton indulgence est sans limites… Mais ta copine de la police nous invite à endurer ce gratteux ultramarin dans l’espoir (probablement vain) qu’il s’amende et revienne de ses égarements linguistiques… Si cela peut arracher un mécréant des griffes de la géhenne, patientons stoïquement!!!

              1. Bonsaï

                Ayant probablement loupé un épisode, je serais fort aise si quelqu’un voulait bien m’indiquer qui est la « copine de la police » ?
                Avec mes remerciements anticipés.

        1. bob razovski

          Sans vouloir être désagréable, y’a un côté « Jamel Debouze » dans les variantes.

          Je les ai lues comme telles, et j’imagine les débats télé avec ces journaleux incapables de dire « libéralisme ».

              1. Pheldge

                c’est pénible, normalement avec ce type de liens , la vidéo s’affiche direct dans la Blog patronal … fais un copier -coller classique !

    2. youkaidi

      H16 a été freiné dans son élan rhétorique. Il voulait décrire un morphing allant du libéralisme au misérabilisme, par cancérisation étatiste.

  6. Villon89

    Juste une nuance que l’on voit poindre dans les médias : Si la droite est ultralibérale, le seul point de salut c’est de voter à gauche. Donc, nos chers socialistes nous vendent actuellement que voter pour le PS c’est voter pour le moins pire (Stratégie à la con mais peut-être la dernière !). Et d’ailleurs, ils vont plus loin et c’est ce que nous avons vu avec les « frondeurs » : ne pas voter pour le gouvernement, c’est forcément voter à droite (C’est là que nous percevons que ces types ont fait des études !) Pour ma part, je crois qu’il est urgent de faire une vraie différence entre libéral (en fait un joli capitalisme de connivence) et libertarien.Au final, les deux mots sont trop proches et l’amalgame est trop facile pour les médias.

    1. Bonsaï

      Il est vrai que le malentendu est très facile, surtout quand la position libertarienne est peu construite au niveau théorique, ou prétend ne l’être qu’au niveau économique.

    2. MadeInCH

      La Gauche, c’est le Bien. Donc, la Droite, c’est le Mal.
      Ne pas favoriser la Gauche (pas voter, ou voter autre que gauche, manif pas de Gauche, ou pas manifester avec la Gauche), c’est favoriser le Mal, donc la Droite.

      1. Pheldge

        c’est tout le génie du marxisme ! ceux qui ne soutiennent pas la révolution sont des réactionnaires opposés au progrès social et à l’égalité …

  7. Gerldam

    Une simple quesion: peut-on être libéral avec la consitution de la Vème et le fait qu’un fonctionnaire n’est pas obligé de démissionner avant de se présenter à la députation?
    Avec la consnéquence immédiate que la majorité de la chambre est plus ou moins étatiste, ce qui empêche toute réforme vraiment libérale, qui passe par moinns de fonctionnaires, moins d’élus, le principe de subsidiarité appliqué partout, etc.. la liste est longue.

    1. Royaumont

      Non, ce n’est plus possible et pour beaucoup de raisons.
      Pour réformer l’état, il faut surtout ne pas faire appel à des fonctionnaires (dixit Bastiat, si ma mémoire est bonne). Comme le gros problème vient de là, par la collusion entre les élites politiques économiques et administratives autant que par l’omniprésence de l’administration, c’est fichu.
      Il faut commencer par casser ce système de collusion des élites (dont l’ENA est le fer de lance), puis tailler à la hache dans les réglementations et les effectifs de l’administration.
      Ces deux batailles sont ingagnables en l’état actuel des institutions, mais sont les conditions sine qua non de toute tentative de sursaut.

    2. bibi

      Il n’y a aucun problème avec la constitution de la Vème République concernant le fait d’interdire à un fonctionnaire de siéger aux parlements.

      Titre IV – LE PARLEMENT
      ARTICLE 25.
      Une loi organique fixe la durée des pouvoirs de chaque assemblée, le nombre de ses membres, leur indemnité, les conditions d’éligibilité, le régime des inéligibilités et des incompatibilités.

      Il existe aussi une loi organique fixant les conditions nécessaire (age minimum, parrainages, ….) pour être candidat à l’élection présidentielle donc elle peut être modifiée pour empêcher un employé de l’état d’être candidat à l’élection présidentielle.

      La constitution de la Vème est une très bonne constitution au point que pour rétablir la Monarchie, avec un Roi occupant le rôle d’arbitre et donc surveillant nos politiciens, vous avez juste à supprimer l’article 7, l’alinéa 1er de l’article 58, et remplacer le mot Président par Roi.

      1. Royaumont

        J’imagine mal un parlement composé de 60% de fonctionnaires voter l’inéligibilité des fonctionnaires, ni des énarques voter le changement de leur statut.
        Quand on voit la réaction de la caste des journalistes face au changement de son statut fiscal, on ne peut qu’être pessimiste sur la capacité de l’Etat à s’auto-réformer.

        1. bibi

          C’est pour ça qu’il existe dans la constitution un moyen de passer au dessus des représentants du peuple qui s’appelle le référendum.

          Le problème de la France n’est pas ses institutions, et croire que changer les institutions changera quoi que ce soit concernant la façon dont est gouverné ce pays est une erreur.

          1. albundy17

            Oui, c’est ennuyant ce référendum, d’ailleurs Bruxelles parle de l’interdire a ses pays membres, en tout cas en ce qui concerne la sortie de l’union. Ils se font du mourrons pour rien, suffit d’ouvertement se foutre de la gueule des sans dents et faire le contraire de leur choix, personne ne bronche.

            Le tout c’est de bien poser la question et de préparer le terrain, Cameron a déclaré qu’en cas de brexit, il y aurait la III guerre mondiale, il aurait aussi dû préciser que les iles salomon défuntes ne serait aussi qu’un début, tout comme le soleil qui va s’éteindre 3 jours

            1. bibi

              Si l’UE interdit aux états membres le referendum sur la sortie de l’union à ceux qui veulent en partir pacifiquement, il restera à faire la guerre.
              Vu que l’UE n’a pas d’armée, je vois mal comment elle pourra retenir par la force un état membre, donc il lui restera la possibilité de trouver des états voulant bien faire la sale besogne et occuper les territoires sécessionnistes.
              Concernant le cas français la question est : comment occuper un état membre doté de l’arme nucléaire.

  8. Peste et coryza

    Bah, on aura Jupette en 2017…

    5 ans plus tard, le, pays sera ruiné, et là on passera aux choses sérieuses… avec de la sueur et des larmes.

  9. Pheldge

    Le « coca-mentos » c’est pas cette légende urbaine de boisson sensée (Harry … 🙂 ) plonger les donzelle dans un état second, dont un individu mal intentionné s’empressait de profiter ?

    1. albundy17

      Vu la réaction coca mentos, si la bouteille est judicieusement placée, la donzelle risque en effet de se trouver dans un état second

      1. Peste et coryza

        Faut voir, personne n’a encore essayé la réaction à l’intérieur d’une femme.
        Il faut juste qu’elle boive beaucoup de coca, et qu’elle avale sans mâcher quelques mentos…

    2. Lamba Expression

      Non ca c est le ghb.
      Coca mentos youtube le.
      C est assez drole comme reaction quand tu mélanges les 2. Une espece d exatase

    3. Aristarkke

      Je t’ai dit plus haut que j’attendrais s t o ï q u e m e n t…

      L’espoir faisant vivre, t’es pas près de voir ton stock de Soylent Green tomber dans ton gosier… Na!

  10. Gerldam

    Entendu sur une radio (ou télé) par une certaine Arlette, plus de la première jeunesse, interviewant, si je me souviens bien, Benoît Apparu: « alors vous, vous en supprimez combien de fonctionnaires? 300 mille, 400 mille 500 mille? Et combien de baisse de la dépense publique? 100 myards? 150 myards? 200 myards?
    Le discours débile de la presse est déjà bien rodé.

    1. bibi

      Sachant que le déficit est de 77.5G€ et que Hollande avait promis le retour à l’équilibre budgétaire en 2017, ce genre de remarque débile me liasse pantois.
      On a pas vu la même Arlette demander à Moi Président en 2017 combien il allé supprimer de fonctionnaire ni baisser la dépense publique pour atteindre cet objectif, mais il faut mettre à la décharge d’Arlette qu’elle croyait que une fois sarkozy Partie la croissance allait revenir.

        1. bibi

          Les ordures ménagères ont une certaine noblesse eu égard aux services qu’elles ont rendu donc loin de moi l’idée de vouloir leur imposer la présence d’Arlette.

  11. Eddie

    Une fois n’est pas coutume, je ne partage pas votre pessimisme. Même s’il est vrai que la presse française découvre ici la lune, je crois que les idées libérales progressent – peu à peu – en France.

    Les français découvrent Ayn Rand, les sites d’informations comme Contrepoint et bien sûr H16 ont un lectorat en augmentation, des partis comme Nous Citoyens sont officiellement libéraux et un journal comme l’Opinion est souvent cité par d’autres. Par rapports aux années 80, 90 ou 00, je trouve qu’on progresse. OK à un rythme de sénateur, mais tout de même.

    Lorsque je dis -en France- que je suis de plus en plus libéral, on ne me jette plus de pierres et (certains de) mes amis me parlent encore.

    1. bob razovski

      « Nous Citoyens », libéral ? tss tss… pour avoir des sièges municipaux dans certaines villes, ils n’ont pas hésité à rallier les listes PS.

      J’ai donc un gros doute.

      Et je ne parle pas du PLD, qui joue les outsiders avec tête de pont sortie de la naphtaline, apparatchik bon teint.

      1. Eddie

        Oui, c’est sans doute vrai, mais ces partis n’existaient pas dans les années 80 ni 90.

        On est encore loin du grand soir libéral (sans doute ne viendra-t-il jamais), mais je continue à penser que les libéraux sont plus nombreux qu’avant et mieux organisés pour transmettre leurs idées. Ce blog en est un bel exemple!

    2. « les idées libérales progressent – peu à peu – en France »
      Oui et non. Elles progressent du côté de ceux qui produisent la richesse. Comme ils sont minoritaires, … Désolé.

          1. Deres

            C’est normal, car le libéralisme prône principalement l’échange libre et volontaire entre les individus. Comme les « improductifs » n’ont en fait rien à échanger, ils préfère largement un échange contraint où ils n’ont rien à fournir tout en recevant. Et pour masquer l’inégalité flagrante de cet échange, il faut passer par une structure intermédiaire noyant le poisson de la réalité. Le transfert de richesse pourra donc être camouflé par les rares cas où le libéralisme aurait de toute façon accepté un échange inégal, comme la charité, la gestion de bien commun ou les activités régaliennes.

            1. Peste et coryza

              Ce qui est un énorme problème : la majorité des individus ne sont pas productifs, et de toute façon un individu n’est pas productif tout au long de sa vie.
              Un groupe constitué uniquement d’individus productifs s’appelle une armée ou une entreprise, pas une société.

          2. Aristarkke

            Monseigneur, je trouve peu délicat de mettre tous les « improductifs » dans le même sac.

            Même dans une entreprise de production directe, il y a des services qui nécessitent une part d’administratif et il ne viendrait à personne l’idée de les déclarer inutiles parce qu’ils ne produisent pas directement mais concourent seulement à la réalisation de la production.
            Dès lors que des services administratifs privés dépendent des besoins engendrés par la vie et qu’ils sont financés par leurs bénéficiaires qui en attendent des services en retour, ce n’est pas inquiétant car s’ils ne servaient à rien, ils ne trouveraient pas de payeurs.

            Dans le privé donc, cette part administrative est plutôt généralement réduite à ce qu’il faut pour faire avancer le bouzin.

            Notre garnement fait carrière dans la SS mais je ne peux lui en vouloir de ce seul fait car même en Libéralie, dès lors qu’il y aura de l’assurance-maladie en jeu, il y aura bien de l’administratif dans la course parce que je ne vois pas comment faire autrement…

            OU alors, il ne sera pas possible de mettre en place de l’assurance maladie, par exemple.

            Ce que l’on reproche fondamentalement, par exemple, à la SS n’est pas d’être une entité essentiellement administrative mais d’être monopolistique, boursouflée, de rendement très médiocre et très inégal (dans un état qui prétend prôner l’égalité de droits) surtout en comparaison de ce qui peut se constater à l’étranger, de devenir une usine à gaz ou raffinerie de pétrole de plus en plus incompréhensible dans son fonctionnement.

            En revanche, si c’est pour parler des improductifs que l’Etat et ses démembrements nous imposent en fonctionnaires chargés de mettre de l’ordre dans les frigos des particuliers et dont la limitation du nombre n’existe que par la limitation de leur imagination à trouver des sinécures ronflantes pour caser les copains et les copines, je vous suis complètement dans votre appréciation.

            Par exemple, j’ai été atterré, suite à des échanges sur un autre blog, de devoir constater que la Ville de Lille employait, depuis son dernier agrandissement par absorption de la ville de Lomme, un ratio d’un employé municipal par quarante habitants!!!

            Du nourrisson au centenaire inclus!!!

            Du temps de Peter, c’était un pour cinquante habitants, ce qui était déjà beaucoup avec seulement 55 balayeurs de rues…

            Dans la commune de Lambersart, nous en sommes à un pour cinquante-cinq (grâce à la baudruche centre gauche/centre droit/LR (selon les jours et les postes qui lui sont proposés) et où les impôts explosent aussi, au point que cette baudruche a du subir deux tours pour se faire réélire de justesse (contre son ancien premier adjoint auquel on reprochait surtout ses 73 ans) et qui cherche maintenant -officiellement- à réduire les factures mais qui ne pense pas , suggestion, à supprimer son office du tourisme…

            Tous les employés ne sont surement pas inutiles mais tout de même, il y a sûrement des inutiles qui ont une couverture pour des emplois auxiliaires à la gloire du Maire…

    3. Val

      @Eddie « on ne me jette plus de pierres et (certains de) mes amis me parlent encore » mdr ! 😀 ! même expérience .On peut même dire que nous sommes en régime communiste et être entendu , voire même compris et écouté . Mais la route est longue …
      Il y a indéniablement une forme de réveil du coma socialique, gros mal de tronche en perspective .

  12. Bonsaï

    Au paradis du libéralisme, ça se passe comme ça (voilà qui devrait plaire à notre amie BDC) :
    « C’est un motif de licenciement pour le moins surprenant qu’a reçu une femme de 27 ans à Londres. Celle-ci a raconté dans la presse britannique avoir été renvoyée chez elle dès le premier jour parce qu’elle portait des chaussures plates, alors qu’elle avait été engagée comme réceptionniste de manière temporaire par une agence du cabinet d’audit PwC à Londres. « Lorsque je suis arrivée au travail, on m’a interdit de travailler parce que je ne portais pas de talons. J’ai exprimé ma surprise et ils m’ont expliqué que les chaussures plates ne faisaient pas partie du code vestimentaire pour les femmes », a raconté Nicola Thorp, 27 ans, au quotidien Evening Standard. »
    in rtl.fr

    1. Peste et coryza

      Talons obligatoires…. c’est bizarre, mas je sens que certains cadres de ce cabinet ont une montée de sève…

      1. BDC

        Les réceptionnistes donnent la première image de la boîte, tu les as déjà vues dans les big 4 ? Ce sont toutes des mannequins, les chaussures plates c’est pas élégant du tout. Par ailleurs elle doit respecter le code vestimentaire décrit dans le contrat qu’elle a signé. On demande bien aux hommes de porter des costumes cravates, infernaux en été. Et puis faut voir les 2 versions de l’histoire.

          1. BDC

            C’est intéressant de voir comment les hommes se plient au code vestimentaire sans qu’on ait besoin de l’inscrire dans le contrat de travail. Dans les big 4 la chemisette est même implicitement interdite, les chaussettes doivent être assorties, ils font un concours de la chemise la mieux repassée, du costume le mieux coupé, etc. Personne n’est dupe, ce n’est pas une garantie de la compétence de ces minets, mais c’est vécu comme une faute professionnelle que de sortir du code vestimentaire, un peu comme les informaticiens chez qui la tenue geek est de rigueur, le costume de qualité fait perdre en crédibilité, voire est même un signe d’incompétence.

            1. Bonsaï

              Surtout à Londres et dans un cabinet d’audit de réputation internationale.
              Il faut relever qu’on n’est pas aux Folies-Bergères là, mais dans le vrai professionnalisme pur et dur, à l’anglo-saxonne. Donc, derrière l’habit, il y a le moine…

            2. Peste et coryza

              Le costume donne surtout l’air très guindé et soumis.
              Et en quoi est-ce une preuve de compétence ? Entre ces deux personnages, le non costumé me parait plus compétent pour diriger la France (et ça ne souffre pas comparaison).
              http://monsieurbydelmas.com/blog/wp-content/uploads/2013/10/hollande-erreurs-style.jpg
              http://www.france-phaleristique.com/images/louis11.jpg

              Franchement, la culture du vêtement anglo-saxonne, ça me fait penser à ça :
              https://www.youtube.com/watch?v=_sYG8E6lVWc

              Quant on me parle talons et réceptionnistes, j’ai tendance à penser à ça (et j’en ai vu comme ça, siège de la BNP de Prague)
              http://cache3.asset-cache.net/gc/148203842-nabilla-banattia-attends-the-nrj-12-reality-gettyimages.jpg?v=1&c=IWSAsset&k=2&d=GkZZ8bf5zL1ZiijUmxa7QaGhNKdDI/j1lZGgcPkRvHYo9Pjn0rPhXRIolOmYrghrjzJfN6xvpUemoKadkKZ64A==
              Si ce n’est pas pour la montée de sève…

              1. BDC

                Mais P&C, j’ai justement écrit que personne n’était dupe. Sympa ta vidéo sur les cartes de visite, c’est un peu ça, en effet !
                La notion d’élégance est culturelle, c’est différent ici, Nabilla est bien trop vulgaire pour être à l’accueil de PwC.

              2. Aristarkke

                « Le costume donne surtout l’air très guindé et soumis. »

                Il y a des gens pour qui recruter un chat pour liquider les souris ne peut passer que par une bête de concours qui, accessoirement, se fatiguera à courir après la gent trotte-menu et il y a des gens qui se contentent du gouttière de compétition plus expert à faire des rats telle déconfiture qu’on n’en verra presque plus, plutôt que des coups de langue sur sa fourrure de greffier…

                Maintenant une hôtesse d’accueil est surtout attendue pour son côté « belle plante » (verte ?), n’est-il-pas?

                Un PDG américain d’une grosse compagnie, fait avec son staff, le tour des bureaux et y voit dans l’un, un type qui rêvasse devant sa fenêtre…
                Pas de commentaire.
                Une heure après, le PDG est amené à repasser et voit le même type, assis à son bureau, cette fois, mais toujours l’oeil dans le vague…

                Là, il n’y tient plus, il s’éloigne et explose qu’il faut virer d’urgence un type qui grève la rentabilité de la boite à ne rien foutre.

                L’air consterné que prend son staff l’alerte tout de même et un des cadres prenant son courage à deux mains, lui dit que ce serait peut-être inapproprié parce que ledit rêveur, avec ses deux derniers scénarii de films a permis à la compagnie d’empocher plus de 750 billions $ de profits…

                Conclusion du PDG : qu’on lui fasse nettoyer ses carreaux deux fois par jour…

                John Lasseter a été viré de chez Disney il y a 20 ans pour conduite disons insoumise notamment à cause de ses chemises hawaïennes bariolées… qui ne plaisaient pas aux high-collared staff de cette société…

                Recruté chez Pixar, il a signé à peu près tous les films d’animation qui ont cartonné.

                Racheté avec Pixar par Disney, il y est toujours après trois ans et continue ses productions qui cartonnent.

                Tous les high-collared ont la berlue…

                Conclusion, si vous avez la réputation d’être indispensable, la berlue sera de mise.

                Reste à ne pas perdre sa réputation comme dirait Warren B.

        1. sam player

          Koa ? T’es pas abonnée au FiTi ?

          Googlez le titre
          The high heels dress code is stamped on
          … et tu auras un accès à l’article par Google (je t’ai parrainée avec ton IP)

            1. Bonsaï

              En fait il s’agit d’un coup monté par une actrice, Nicole Thorp, pour dénoncer les pratiques jugées machistes de la City :
              « Oh lord, here we go again. Irate woman decides to make a stance against perceived sexism, launches a petition to have the whole thing debated in Parliament and starts talking about “expressing my gender at work” and all over what? A pair of flipping high heels. Nicola Thorp has adopted the self-righteous expression of a woman whom it pains to confront the terrible truth (you know the one – looks like a camel suffering from constipation) but the fact of the matter is that if she was prepared to accept her employer’s shilling, then it has every right to expect that she plays by its rules.
              La Thorp was going for a front-of-house job, that of receptionist at top City accountant PricewaterhouseCoopers, where she was going to be exposed to the clients, and if the company that employs her wants her to look a certain way then that is up to it. It is absolutely absurd to play the sexism card on this one: I’m betting Portico – the agency that hired her – probably expects its male employees to wear ties and no one’s screaming sexism there. »

  13. cretinusalpestris

    Il faudra fatalement que la France devienne une république communiste et que les Français se tapent un siècle de dictature pour enfin comprendre.

    Tant qu’elle n’aura pas mis la main dans le feu pour vérifier que ça brûle, elle n’arrêtera pas de se trémousser comme une pucelle qui hésite à aller au bal.

    C’est comme ça.

    1. MadeInCH

      Même pas.
      Les pays ex-coco ne le sont plus, mais aucun est devenu libéral.
      C’est toujouts du:
      « L’Etat DOIT [sécurité/retraite/assurance/normes/habitation/routes/]!!! »

      1. cretinusalpestris

        Oui. Je crois même qu’il existe des mouvements minoritaire nostalgiques qui prônent le retour au communisme dans ces pays.

        L’exemple ne sert donc à rien.

        C’est désespérant.

        1. Bonsaï

          Bon, si vous entendez par paradis libéral les diktats de l’UE, je crains que vous n’alliez au-devant d’amères déceptions. Car la loi El-Khomry, par exemple, n’est que transcription d’un format européen.
          Vous allez bien rire avec l’adoption du TAFTA.

            1. Royaumont

              Rien ou presque, et c’est bien le problème. Cet accord se négocie sans les peuples souverains ni leur représentations nationales, alors que des prérogatives régaliennes sont en jeu.
              Je n’ai rien a priori contre un traité dont j’ignore presque tout, mais c’est aux nations souveraines d’en décider. Et à personne d’autre.

              1. sam player

                Mouais, vu le clampin que la nation souveraine a mis à sa tête… je suis mort de rire ! Vu le black out français sur les OGM… je suis mort de rire… etc…
                Sinon, documentez vous il y a un press release aux différentes étapes sur le site de l’UE.

              2. bibi

                Le problème c’est juste le concept de traité de libre-échange.

                Ce qui ce négocie actuellement c’est un traité d’entrave au commerce.

              3. Deres

                Il est certain qu’avec un parlement européen élu avec des scrutins de liste pleins d’apparatchiks en recherche de points de chute et une commission entièrement nommé par les gouvernements suite à de longues tractations politiques internes et externes, on ne risque pas d’aboutir à quelque chose de très démocratique …

                1. Hang’em High

                  d’un commentateur hélas disparu :

                  Scarlet Pimpernel 17 mai 2014, 11 h 42 min

                  Il y a « épouvantails » et « épouvantails », de même qu’il y a « traité rejeté par référendum » puis « traité accepté par les parlementaires »… cela vous rappelera sans doute quelque chose ?

                  Il y a aussi les traités que l’on prépare en toute discrétion strictement entre initiés, ce qui est le cas actuellement : auparavant, il y avait souvent des « clauses secrètes » dans les traités, mais maintenant – nous avons changé tout cela – et ce sont les traités eux-mêmes qui sont secrets pendant leur élaboration, à la suite de quoi on nous les présentera avec une faveur rose autour du cou, en nous disant « TINA »…

                  Je ne suis que modérément démocrate, mais j’aime bien pouvoir juger par moi-même de ce qui est bon pour moi, et je déteste que l’on me dise « ce sera ça ou le chaos ».
                  J’ai aussi le droit de préférer un chaos possible à un esclavage économique parfaitement envisageable, organisé par la « super-classe »…

                  Que ce traité soit soutenu par un bon garçon comme Pascal Lamy, éminence socialiste, me paraît justement éminemment suspect ( M. Lamy est diplômé de l’École des Hautes Études Commerciales (HEC) de Paris, de l’Institut d’Études Politiques (IEP) et de l’École Nationale d’Administration : intéressant pedigree, n’est-ce pas?).

                  Aussi, et indépendamment de tout dogmatisme, comme je le disais, j’aimerais bien que les négociations en cours soient publiques, et que les clauses et conditions soient sur la table : j’ai souvenir de précédentes, par exemple entre Mickey Kantor et Leon Brittan (issus familialement du même shtetl) où il ne m’est pas apparu comme évident que les intérêts européens aient été particulièrement favorisés …

                  Ce n’est pas parce qu’une (r)évolution est présentée comme « libérale » que nous devons nous en tenir à l’étiquette du produit, et nous réjouir avant d’avoir analysé la chose.

                  Je n’aime pas acheter lolcat en poche…

                2. Bonsaï

                  Et quand on a un Pierre Moscovici, ancien ministre de l’Economie et des Finances sous Sarkozy, qui est depuis lors Commissaire Européen et fort de son statut et qui vient crânement déclarer le 8 mai sur BFM TV que les « racines chrétiennes de l’Europe n’existent pas », on est en droit de se demander par qui il est missionné.

                  1. bibi

                    Je sais bien que Sarkozy a pratiqué l’ouverture mais pas au point d’avoir besoin d’aller chercher une tanche pareille dans le camp d’en face, vu celles qu’il avait dans son propre camp (Borloo, Baroin). MoscowIci était ministre de l’économie et des finances sous Hollande.

          1. albundy17

            « Vous allez bien rire avec l’adoption du TAFTA. »

            Qu’est ce qui vous effraie avec le TAFTA ?

            Si ça pouvait coller des amendes aux états pour entrave a la concurrence, ça accélérerait leurs chute.

            le boeuf aux hormones, ben on n’a pas encore constaté (et il y a du recul), une mortalité subite des ameloques (ça me fait penser aux telephones portable, vous allez tous mourrir d’un cancer du cerveau, 30 ans après, rien)

              1. albundy17

                « Alors là je suis déçue »

                Flûte, aurais je perdu mes chances de conclure ? :mrgreen:

                Qui a parlé de quantité ? et pourquoi ça ne rimerait pas avec qualité ?

                d’ailleurs, et go le confirmera, l’agneau de NZ avec ses troupeaux de 60.000 betes et bien plus sain que celui de france, troupeau moyen de 200 bêtes nourrit avec de la merde en boite.

                Si le tafta permet de contraindre l’etat a supprimer les différent monopoles (transport, energie, etc), ça ne peut qu’être bénéfique.

                et ils finiront par signer, l’okaze est trop belle pour ensuite dire « c’est pas not faut, c’est brussel »

                1. Bonsaï

                  Avec une telle mauvaise foi les avocats anti-TAFTA ont beau jeu : l’agneau de Nouvelle-Zélande n’a pas grand chose à voir dans un traité concernant l’Atlantique Nord !

                  1. albundy17

                    L’agneau de NZ est en fait un très bon exemple, celui ci bénéficie justement d’un statut particulier concernant l’import sur notre sol, ressemblant trait pour trait a ce qui est proposé avec le tafta…

                    1. Pheldge

                      qui plus est , l’agneau NZ n’étant pas (encore) hallal, cela laisse un marché en pleine expansion pour nos éleveurs d’ovins à nous, bio et bisou compatibles !
                      Tout le monde s’y retrouve, c’est pas beau ça ?

                    1. Bonsaï

                      Allez déjà googler TAFTA et consacrez quelques heures, voire plus si affinité, à la lecture passionnante de cet échafaudage.
                      Comme je crois déjà l’avoir dit, le libéralisme naïf c’est valable dans un Far West utopique, avec 3 Indiens et des troupeaux de bisons à profusion. Et quand on aura exterminé les bisons, on fera de l’agneau transgénique…

                    2. Quand on sait que le Far West que vous fantasmez n’a jamais existé, tout ceci prend une tournure amusante.

                    3. albundy17

                      Quelle horreur, de l’agneau transgénique a trois gigots :mrgreen:

                      Si par croisement ça avait pu être fait, vous n’y seriez pas opposé, mais celui que vous dégustez est issu de sélection, croisements et éradication. C’est juste plus lent

                      Vous mangez des clémentines ? C’est une abomination contre nature. De la vanille bourbon ? Encore une. La liste est infinie

                      J’ai déjà survolé le tafta, je ne comprends toujours pas ce qui vous effraie tant

                    4. sam player

                      @ Bonsaï 15 mai 2016, 10 h 32 min
                      Wah les millions d’Indiens du Far West tués par les cowboys et l’armée impérialiste… Ouais, 15,000 environ…
                      Alors qu’avant ils vivaient bienheureux parcourant les grandes plaines en chevauchant leurs destriers… ah bah nan, y avait pas de chevaux avant l’arrivée des européens…
                      Ah bah zut !

                2. sam player

                  @ albundy17 15 mai 2016, 9 h 22 min
                  Au sujet de l’agneau de NZ, je vois que tu te rappelles ma rencontre avec une ménagère à Carrouf’ qui pestait contre les rayons remplis d’agneau de NZ… Merci !

                  1. Bonsaï

                    Arrête donc de prendre les gens pour des crétins !
                    Je sais bien que ce sont les Espagnols qui ont introduit le cheval aux Amériques. Avant la ruée sur le Far-West, donc.
                    Et je sais aussi de quel bord tu étais : sur les trains à tirer sur les troupeaux. Dommage, la viande restait bêtement sur la prairie, t’avais pas encore inventé le congélo !

              2. sam player

                @ Bonsaï 14 mai 2016, 13 h 09 min
                « Préférer la quantité à la qualité, n’est-ce pas une déviation socialisante ?

                Non, c’est imposer un choix qui est socialiste et anti-libéral.

            1. Dr Slump

              C’est pour ça que la France ne signera pas, et l’UE non plus, au final. Laisser des règles du jeu libérales venues de ces zafreux américains mangeurs de bébés communistes leur piquer le grisbi, jamais!

              1. Bonsaï

                C’est aussi parce qu’en 60 ans, les pays européens ont su développer une certaine forme d’excellence à divers niveaux culturels et commerciaux, que les peuples européens ont quant à eux développé une vigilance éclairée à l’égard de l’information, que ce traité félon ne passera sans doute pas la rampe.
                Vœu pieux ?

                1. Dr Slump

                  Franchement, entre les règles du jeu américaines et les règles du jeu de l’UERSS, je préfère la première option, et de loin.

                  Rien à foutre si cela devait faire capoter des grands groupes français:ils sont mouillés avec l’état jusqu’au cou, bon débarras!

                    1. Dr Slump

                      Du tout. Dans mon commentaire précédent je ne déclare pas ma préférence, mais celle de la France et l’UE.

  14. Bonsaï

    HS mais jolie formule :
    « Le mythique joueur suédois de 34 ans Zlatan Ibrahimovic a terminé son contrat avec le PSG. Il laisse cette déclaration d’une modestie exemplaire :
    « Je suis arrivé comme un roi, je pars comme une légende. »
    in rtl.fr

    1. bibi

      Kopa, Platini, Papin, Zidane tous ballons d’or sont des légendes de la L1.

      Ibrahimovic c’est juste un roitelet, fort devant les faibles et faibles devant les forts, il part la queue entre les jambes comme ce fut le cas à la Juventus, au barca et au Milan ou personne ne peut citer un seul grand match ou il fut bon.

  15. JiJiBé

    Qu’es-ce qu’un libero ?Je viens de m’informer chez Wiki sur le rôle et l’intérêt du libero ne connaissant pas grand chose à ce sport dont je n’ai que foot.

    « De défenseur simple, le libéro est devenu un véritable organisateur du jeu. De nos jours, le poste a gardé de l’importance, mais s’est effacé un peu du fait que chaque surface est devenue le théâtre d’âpres luttes… Et que par conséquent, tout poste est important ! »

    Voilà ! Comme çà on comprend mieux la politique libérale…enfin pas vraiment !

    1. sam00

      Impossible d’obtenir les 500 signatures pour un inconnu avec un discours un peu libéral. il faut à minima être un peu médiatique, et promettre quelques rétributions au signataire … surtout maintenant que leur nom sont publiés

      1. sam player

        Il faudrait déjà trouver un nouveau mot autre que libéral ou libertarien qui sont trop galvaudés. Moi même si mon nom de famille était Libéral j’en changerais !
        Le concours est lancé… faites vos propositions et je dépose le mot à l’INPI comme ça ils seront obligés de mettre ™ ou © à chaque fois qu’ils le citent.

        1. Roi Heenok

          Certains anglophones ont tenté volontarisme, mais sans suite.
          Il ne faut pas faire comme les branleurs surestimant la valeur du language. C’est bien la chose libérale que les gus de presse combattent. Vous pouvez trouver un autre mot, le temps qu’il soit utilise par les libéraux, la presse aura bien eu le temps de changer la rhétorique pour attaquer votre nouvelle denomination. Lorsque les progressistes américains ont fait leur hold up du mot liberalism, l’introduction du terme libertarian n’a rien changé.

        2. sam00

          Libre-échange?

          Bastiat défendait si bien ce mot :

          « Quelques défections passagères ne nous ferons pas déserter le drapeau auquel nous avons mis notre confiance. Libre-échange ! Ce mot fait notre force. Il est notre épée et notre bouclier. Libre-échange ! C’est un de ces mots qui soulèvent des montagnes. Il n’y a pas de sophismes, de préjugé, de ruse, de tyrannie qui lui résiste. Il porte en lui-même et la démonstration d’une Vérité, et la déclaration d’un Droit, et la puissance d’un Principe. Croyez-vous que nous nous sommes associés pour réclamer tel ou tel changement partiel dans la pondération des tarifs ! Non. Nous demandons que tous nos citoyens, libres de travailler, soient libres d’échanger le fruit de leur travail ; et il y a trop de justice dans cette demande pour que nous essayions de l’arracher à la loi par lambeaux et à l’opinion par surprise. »

          Ici : http://bastiat.org/fr/libre_echange.html

        3. bibi

          Comme les libéraux veulent délivrer les individus du joug du collectivisme, je propose donc :
          la Délivrance de la Tyrannie Collectiviste.

                1. Pheldge

                  Un poète maudit … la preuve le HB veut me coller un pruneau de 45 ! Comme le disait Baudelaire avec prémonition : « ses ailes de géant l’empêchent de marcher … »

                  Dis Patron, au concours de modestie, le sam, je l’enfonce profond ! 😀

        4. BDC

          J’entends rarement le mot « libéral » employé seul chez les merdias, ils utilisent plutôt « néolibéralisme », et surtout « ultra-libéraux », pour marquer que c’est un mouvement extrémiste. Rappelez-vous cette magistrate belge qui a écrit que le néolibéralisme est un fascisme.

          1. Hang’em High

            N’y connaissent rien, tous ces inutiles… Tiens, voilà des experts :

            youtube.com/watch?v=bB7K8Irs46U

            très classe, n’est-ce pas ? et pour les Primaires, c’est une sélection aussi !

          1. petit-chat

            Mouvement d’Eradication des Républiques Démocratiques Européennes, un slogan qui porte en lui toutes les nuances nauséabondes qui conviennent aux ennemis du Bien.

            1. Peste et coryza

              Même dans les arts, ça ne marche pas.

              « Arts libéraux », par exemple… il s’agissait de l’étude des textes grecs et latins, notamment des écrits à portée militaires.

        5. Dr Slump

          Voilà mon plan en 3 points:

          1 – ce serait plus malin de se déclarer fervent du socialmisme jusqu’au trognon, d’en rajouter des tonnes dans l’anti-capitalisme exploiteurs d’enfants, le solidarisme et le bisou inter-planétaire.

          2 – une fois arrivé au pouvoir, appliquer une politique de droit, résolument libérale, en se défaussant sur les autres.

          La stratégie de communication serait en l’espèce: « ouin, c’est pas not’ fôte à nous, célafôte à Bruxelles, à TAFTA, c’est les méchants capotalistes amérlicains qui sont derrière tout ça!
          Si ça commence à chauffer un peu trop sévère niveau contestation gauchiste, répéter en boucle, rajouter que « ouin, ouin! mais puisqu’on vous dit que cépanous, on est avec vous, on fait ce qu’on peut pour sauver notre zécurité zociale gue le monte endier dous zenvie! ».

          Au besoin, lâcher un ou deux trucs pas important pour calmer le jeu, prendre 1 ou 2 mesures socialistes insignifiantes, bref, leur laisser un os à rogner.

          3 – Au bout de 4 ans, la situation s’étant forcément (forcément!) améliorée pour le pays, on retourne la veste, et on communique à mort sur la réussite brillante du gouvernement qui savait très ce qu’il faisait après tout (c’est une contradiction totale, mais les gens oublient ce qu’on a dit il y 5 mn, alors 3 ans après…). Capitaliser là-dessus pour les prochaines élections.

          Ca sert à rien de s’énerver et de faire la révolution: faut être malin, et retourner les armes de l’ennemi contre lui. Pour plus d’idées stratégiques lumineuses, lire Sun Tseu. Ne me remerciez pas, je fais mon devoir :mrgreen:

  16. sam player

    « …dans un pays serré comme une cocotte-minute sur un feu d’enfer. »

    On voit plus « … serré comme le petit Grégory dans son sac poubelle. » 😥

    … et +1 pour la sublimation et l’explication… ça c’est un blog qu’a de la tenue !

      1. albundy17

        ça me fait toujours penser a cette pub ou le mari amène un paracétamol a sa femme dans le lit conjugal :mrgreen:

        Comme quoi, ce n’est pas que de l’info, parfois c’est bien fait 😀

  17. JiJiBé

    La Presse hallucinée vient d’annoncer l’annulation du concert de Blak M.

    En cause une chanson de 2010 du groupe Sexion d’Assaut, «Désolé», où Black M désigne la France comme «pays kouffar», un terme péjoratif désignant les mécréants en arabe. DL du13.05.2016

    On ignore si Sexion sera remplacé par Serge ou quelconque autre clochard.

    1. Guillaume_rc

      En cherchant un peu, ce pignouf a aussi « rappé » qu’il fallait couper la bite des pédés.
      No comment (mais l’envie de gifler monte)

      Mais pour le maire PS de Verdun, l’annulation du concert est bien sur due aux odieuses réactions racistes de ceux qui ne voulaient pas de BlackM
      Où la stratégie de Savamieux 1er est claire : faire monter le FN au max et espérer être au 2d tour.

      1. Peste et coryza

        Le gus (ou un autre membre de son groupe) a aussi castagné sa compagne de l’époque, je ne pense pas que des baffes l’impressionneront.

    2. sam player

      «Ce n’est ni l’État, ni le gouvernement, ni le président de la République qui ont choisi tel ou tel chanteur» avait déclaré jeudi à l’AFP le secrétaire d’État aux Anciens combattants Jean-Marc Todeschini.

      «Le nom a été proposé par l’État!» avait rétorqué Samuel Hazard… » (le maire de Verdun)

  18. Kloupa

    Dites-moi, Libération, c’est bien l’organe patenté du turbo-libéralisme étatique et collectiviste? Décidément, à force de crétinisation des masses, nos médias ne savent plus non plus de quoi il retourne, ce qui leur permet d’expliquer à leurs derniers lecteurs crédules: « le libéralisme?,voilà pourquoi votre fille est muette! ».

    1. bob razovski

      Dire que dans « libération », y’a liberté. Ces gauchistes ont oublié jusqu’à la signification de leur bannière.

      affligeant.

    1. bob razovski

      De la part de clones, c’est normal qu’ils se copient : ils ont été tous les deux premiers ministres, ils ont été tous les deux minables au delà des espérances.

      Au moins, avec ces deux minables en adversaire, flanby n’a rien à craindre. Tous les partis bossent à la réélection de l’Handouille (*)? je ne vois pas d’autre explication.

      (*) Fils spiritueux de l’Arsouille

      1. sam00

        Je suis bien d’accord …
        Je reste sur mon idée que notre bon président sera réélu pour notre plus grand bonheur à tous :-/
        Ou alors, sur un malentendu, et par le truchement des dates si judicieusement choisies (le premier tour en plein pendant les vacances des trois zones si je ne m’abuse) on pourrait avoir un second tour mélanchon/lepen … et là on pourrait rire un bon coup

  19. Dr Slump

    Je me demande si toute la clique politique-médiatique, je veux dire au niveau hiérarchique supérieur, sont vraiment ignorants de ce qu’est le libéralisme. Je pense au contraire qu’ils connaissent très bien, qu’ils savent très bien que la France est un bastion anti-libéral bestial, et entendant le rester, ils dénoncent la moindre micro-fissure à caractère pseudo-libéral comme un boulevard ouvert aux tueurs capitalistes assoiffés de sang.

    Leur réaction est la hauteur de l’importance de ce qu’ils protègent, faut bien garder le grisbi sous la patte, et le bureau doré bien fermé. A la moindre attaque de moustique, ils arment le bazooka. Mes aïeux, on n’est pas sorti de l’auberge…

    1. Deres

      Vous n’y êtes pas. les élites n’aiment pas le libéralisme car ils veulent du pouvoir et donc pratiquer le clientélisme avec eux comme patron. Le collectivisme de quelque type que ce soit leur convient donc parfaitement. Leur but est juste d’acheter leurs clients avec l’argent de ceux-ci. La différence gauche/droite en France est juste une légère distinction entre les clients préférentiels, c’est tout. On voit d’ailleurs bien qu’avec les vents qui changent les socialistes ont complètement laissé tomber la clientèle ouvrière.

      1. Royaumont

        Oui, les élites sont anti-libérales presque par nature. Le libéralisme qui prêche le laisser-faire, l’état réduit aux fonctions régaliennes et le profit plutôt que la rente prend leur intérêts à rebrousse-poil. Le pouvoir cherche toujours à accroître sa puissance, au détriment des libertés individuelles, les puissants à transformer leur profits, toujours précaires en rente et asseoir leur position en se mêlant de tout, pour complaire à leur clientèle.
        La liberté, ou les libertés dans la vie réelle, est toujours une conquête, toujours à défendre contre les puissants. La presse subventionnée, larbin du pouvoir, aboie au service de son maître, donc elle dénonce le libéralisme partout.
        Finalement, c’est logique.

        1. René-Pierre Samary

          Comment les « élites » pourraient être libérales, puisque le chemin du libéralimse/libémarisle consiste à réduire le périmêtre de l’Etat, en diminuant le nombre de nuisibles, et les moyens de nuire ?
          On ne demande pas à la maladie de soigner le malade.
          Seule le faiillite du collectivisme le peut. Mais au travers de combien de souffrances…

  20. sam player

    HS
    Prime d’activité : débordées, deux agences de la CAF sont fermées au public deux mois.
    Victimes du succès de la prime d’activité, les agences de Haguenau et Sélestat croulent sous les dossiers. Elles ont décidé de fermer leurs portes pendant deux mois pour rattraper le retard accumulé.
    ____
    P’tain… 2 mois ! C’est pas au centre des impôts que ça arriverait. Ca ne serait pas plutôt un manque de sous ?

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/05/12/20002-20160512ARTFIG00253-prime-d-activite-deux-agences-de-la-caf-surchargees-de-travail-ferment-deux-mois.php

    1. albundy17

      ça gueule, d’ailleurs, les trois agences de strasbourg restant ouverte, les désargentés piéton des deux agences fermées vont demander des bons de taxi

  21. Marc Bloch

    Mais si voyons Juppé a changé :

    http://www.slate.fr/story/115965/alain-juppe-change-pire-avant

    Tremble peuple de gauche !!!

    Bon sinon H16,il ne faut pas trop en demander à nos hommes politiques, hein.

    S’il veulent être élus, il ne faut pas effaroucher le votant en balançant un programme digne d’Hayek…alors si un Juppé-Fillon ou qui sais-je apporte déjà une bouffée d’oxygène à l’économie en la libéralisant et que ça marche, cela permettra d’ouvrir les yeux à pas mal de gens, d’être plus ouvert au concept du libéralisme.

    Vous ne pensez pas que l’on peut se libérer de plus de 40 années de collectivisme en quelques mois, surtout quand les gens sont tellement conditionnés depuis leur enfance !

    Il faut en tout cas garder la foi, car comme disait Winston :  » There are two places only where socialism will works : in heaven where it is not needed, and in hell where they already have it « 

    1. bibi

      Se libérer du collectivisme en quelques mois non, mais libéraliser le pays oui, il n’a pas fallu longtemps à Thatcher pour remettre le Royaume-Uni sur la bonne voie.

      « Un homme a le droit de travailler comme il veut, de dépenser ce qu’il gagne, de posséder sa propriété, d’avoir l’État pour serviteur et non pour maître. Ce sont là les héritages britanniques. Ils sont l’essentiel d’une économie libre et de cette liberté dépendent toutes les autres. »

      1. douar

        En GB, ça n’a pas été si simple et les résultats ne sont pas apparus immédiatement. Thatcher a eu la « chance » d’avoir sa guerre des Malouines qui lui a donné un leadership incontestable.
        J’ai encore en mémoire, notre prof d’économie, qui nous affirmait que désormais, le Brésil allait passer inéluctablement devant la GB en terme de PIB. c’était en 1984. A cette date, la GB n’était pas sortie de l’ornière mais les bases étaient posées.
        Quant au Brésil, « éternel pays en devenir »…

        1. René-Pierre Samary

          Elle a surtout eu les couilles de prévenir … Gorbatchev ? qu’il ne fallait pas lui tirer dans le dos lors des grandes grèves.
          On a rêvé (mais on s’est très vite réveillé) que Marine pouvait être une Thatcher en VF.
          Grande gueule, la marine, convictions zéro.

      1. Marc Bloch

        Mis à part le fait que nous n’avons pas exactement la même histoire/mentalité/culture que la Nouvelle-Zélande, l’ancien ministre qui s’exprime dans votre lien précise bien d’emblée :
        « Cette augmentation continue des dépenses publiques peut-elle être arrêtée ? Est-il même possible de faire machine arrière ? Pour moi, et en me fondant sur mon expérience vécue, la réponse est positive. Mais une telle volte-face requiert de la part de ceux qui conduisent ce changement un grand art de la communication pour faire comprendre les buts poursuivis et les moyens mis en oeuvre. Il faut aussi avoir le courage de prendre le risque de se tromper, et aussi celui de tirer les leçons de ses erreurs »

        Les gens sont tellement lobotomisés en France qu’ils sont persuadés que le libéralisme est la source de tous leurs problèmes (chômage – guerre- pollution – insécurité) ; un peu comme les pannes d’électricité en Corée du Nord et les habitants qui vous sortent tout naturellement « c’est encore les américains qui nous bombardent ! »

        Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est pas gagné :^p

        1. sam00

          Certes, les citoyens sont bien lobotomisés en France, mais je ne doute pas qu’ils devaient l’être à un bon degré aussi en nouvelle-zélande avant ces réformes. Le socialisme conduisant partout au même résultat, il ne fait aucun doute que le niveau de déresponsabilisation devait être très élevé la bas aussi.

          Je vous donnais juste cet exemple pour montrer que cela est possible, et que cela s’est déjà produit. Sous un gouvernement de gauche en prime.
          Par contre je pense que ce n’est pas encore près d’arriver en Fraônce … le peuple n’a pas encore assez faim.

  22. Nathalie MP

    Autant je suis absolument d’accord sur le fait qu’en période de campagne électorale il est impératif de se montrer extrêmement exigeant dans le débat, de pousser les candidats dans leurs retranchements, de mettre en évidence les incohérences, de faire aller les raisonnements le plus loin possible etc…,
    autant je suis parfois saisie de la crainte d’adopter avec trop de facilité la posture (assez confortable, il faut bien le dire) de celui qui ne sera jamais content de rien, pour qui il n’y aura jamais le moindre candidat satisfaisant.
    Si l’on recherche la perfection, il est par construction évident qu’il y aura toujours matière à critiquer. Et si l’on regarde le RU et l’Allemagne, deux pays mieux lotis que nous actuellement, on doit constater que leurs dirigeants sont également critiquables à quelques égards.
    Alors, comme disait le commentaire juste au-dessus du mien quand j’ai commenté, si quelqu’un commence doucettement à faire adopter deux trois mesures qui vont ouvrir le carcan, même s’il n’est pas parfait, pourquoi pas ? Il va bien falloir commencer à un moment ou à un autre à passer de la théorie aux applications pratiques…

    1. Hang’em High

      Commencer par réformer dans un sens libéral, par touches successives ?

      Impossible, Nathalie, et pour deux raisons :

      1/ il faudrait des hommes neufs, émanant du secteur privé, et pas des tocards politiciens fatigués, ayant bénéficié dans le passé de tous les plaisirs du pouvoir et ne pensant qu’à les reconquérir. Sans se donner la peine et la fatigue de contrarier le populo, qui ne souhaite nullement renverser la baraque qui lui procure tous les avantages actuels. En fait d’hommes neufs, je n’en vois aucun.

      2/ quand bien même de tels hommes se trouveraient, et l’emporteraient, il faudrait immédiatement mettre en place des réformes genre blitzkrieg, sans laisser aux syndicats, et à l’immense foule des parasites, le temps de se ressaisir de leur sidération et bloquer le pays. Mais là, je doute que les cojones d’acier indispensables soient présentes…

      CPEF, comme dit Monseigneur de Seize…

      1. Nathalie MP

        Merci beaucoup pour votre réponse (Au fait j’ai bien noté tortilla flat 🙂 On se demande pourquoi John du cabinet Beck & Stein of London fait tant le difficile. Côté belle carrosserie, les Flat Four, ça vaut largement les Big 4).
        Alors je vais me faire l’avocat du diable, en me permettant de vous rappeller qu’avant 2008, Sarkozy a fait voter le service minimum avec l’exacte idée que vous mentionnez : faire des réformes sans laisser trop de temps et de pouvoir aux syndicats pour bloquer le pays.

        1. Hang’em High

          Beck and Stein… je retire ce que je disais quant à un manque d’humour… pour les Flat Four, j’aime bien aussi…

          Sarko : il avait peut-être quelques bonnes intentions, au départ, mais il s’est laissé manipuler, partant peut-être du raisonnement que, tous comptes faits, CPEF… que la vie est courte, et longues les jambes de Carla…

          Il est patent qu’une réforme drastique, la seule susceptible de remettre le pays sur les rails (pas ceux de la SNCF), ne pourrait être menée à bien que par une sorte de nouveau Sylla, sans scrupules « humanistes », d’une indifférence totale aux criailleries, et prêt à employer tous les moyens, même légaux…

          Autant dire que, n’est-ce pas….

          1. Dr Slump

            Point de vue très intéressant. Je crois en effet que seul un « dictateur désintéressé » , indifférent à l’opinion que les autres peuvent avoir sur lui, pourrait débloquer le pays.

            1. Bonsaï

              Bien qu’Attali ne soit pas ma tasse thé, il a tracé hier quelques pistes tout en tançant vigoureusement Macron.
              « Du vide de la politique française. Il n’incarne que le vide, que cette gauche qui veut à la fois être au pouvoir et ne pas y être parce qu’elle déteste la gauche de gouvernement. Il est le nom de ceux qui rêvent que la gauche ne soit pas au pouvoir. Emmanuel Macron a un talent fou. Je l’ai repéré tout de suite, présenté au candidat Hollande, je l’accompagne toujours, je lui ai d’ailleurs dit ce que je pensais. Si seulement, il se saisissait d’un programme… »
              in challenge.fr

              1. albundy17

                Attali est un des pires fumier qui existe faudrait l’euthanasier comme il l’a proposé pour les sans dents maladdes

                1. sam00

                  Tant qu’a faire que d’en euthanasier un, faites un lot! Jacques Généreux (avec l’argent des autres) me semble un bon candidat; lui qui expliquait doctement dans un de ses livres que l’on peut parfaitement échapper à l’impôt en Fraônce, il suffit de se suicider.

                  Et il y en à un bon nombre du même tonneau dans tout le spectre politique Fraônçais

                  1. Peste et coryza

                    Attila est mort dans son lit en voulant honorer trop raidement sa dernière épouse… il a trop manger et picoler lors de la fête, et est mort dans son plumard, juste au moment où il allait lutiner la belle.
                    Celle ci, terrifiée, a du passer la nuit avec le cadavre.

                    1. BDC

                      Bonsaï, vous auriez pu aussi expliquer le lutinage … (pourquoi c’est encore à moi de parler de ça ?), comment dire … bah … ça peut pas faire de bébé, on s’arrête avant.
                      Merci P&C pour ce détail sur Attila.

                    2. Bonsaï

                      J’aurais pu en effet. Mais j’adore vous voir monter sur scène à votre tour pour un petit show toujours raffiné et inventif, même si c’est à l’improviste…

                    3. Peste et coryza

                      @Bonsai
                      Merci

                      @BDC
                      Attila avait déjà plein de gosses, un harem, et puis c’était un mariage politique.
                      Lui lutinait, elles non.

                2. Aristarkke

                  Il le proposait même pour les septuagénaires en retraite pour faire de la place car devenus inutiles dans le système productif.
                  Enfin cela, c’était avant…
                  quand il avait moins de quarante ans…
                  Parce que depuis qu’il en a septante et plus, il est devenu d’une discrétion de violette…

      2. albundy17

        La solution ne viendra jamais de la classe politique, c’est un contresens.

        La seule possibilité que j’entrevois étant l’écrasement du mammouth sous son propre poids, qui peut s’accélérer avec le by-pass de l’état que représente toutes ces petites perles internet de mises en relations, payées en monnaie alternative.

        Putain, c’est long

        1. Val

          +1 @albundy même un type courageux ne pourrait rien faire tant le système est verrouillé . Le changement ne se fera que ds le sang et les larmes , ie. quand l’argent fera défaut . Ouvrir les vannes de l’immigration est à ce titre une bonne idée à assistanat constant . Le mur assuré + guerre civile .

          1. Peste et coryza

            Sauf qu’en cas de guerre civile, les gens comme nous sont assurés de perdre : nous n’avons ni le nombre, ni armes, ni cohésion, ni la volonté de nous battre.
            Alors que les hordes de muzz ont tout cela…. et justement car ils ne sont pas libéraux.

              1. Dr Slump

                Oui en même temps on a vu ce que ça a donné en 39. La collaboration, on en parle n’importe comment, mais on en parle. La résistance, on n’en dit pas le quart de ce que c’était, et ce n’était franchement pas jojo, et pas aussi glorieux qu’on ne le dit à droite et à gauche. Et la libération… misère…

                Pourquoi je dis tout ça? Parce que je n’ai pas l’impression que les mentalités aient changé depuis. Au contraire.

                1. zelectron

                  début 1939 le gouvernement socialiste a désarmé les français, lorsqu’il y a eut le clash entre Stalin et Hitler les communistes qui avaient gardés leurs armes, et pour cause, ont été maitres des maquis, la suite tout le monde la connaît

                2. Peste et coryza

                  La collaboration et la résistance, c’est en fait très simple :
                  3 % de résistants. 3 % de collabos. Le reste était trop occupé à vivre ou survivre, ou à protéger leurs familles et leurs biens.

                  Le gros de la pop s’est ralliée à la résistance une fois que le sens du vent était clair.

            1. barbatruc

              Je ne vois pas bien le rapport entre les musulmans et les libéraux, D’un autre coté , c’est difficile de faire un lien entre Islam et Libéralisme ! 🙂

    2. bibi

      Tout ce que nous avons comme candidat possiblement vainqueur sont tous soit d’anciens présidents soit d’anciens premiers ministres (à l’exception de Bruno Le Maire), et vu leur bilan qui est commun à tous à savoir plus de dépense plus d’impôts plus de dettes il est impossible de croire que cette fois au pouvoir ils feront différemment.

      « On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés »
      Albert Einstein

      Si un candidat pas trop prétentieux se présentait avec un programme clair définissant ce qui est du ressort de l’état et ce qui n’en est pas, la liste de la baisse des dépenses et des impôts, même si il n’est pas libéral je pourrai voter pour lui, mais là je peux vous garantir que si je n’ai pas encore quitter ce pays le 7 Mai 2017 je mettrai à profit ce week-end de trois jours pour aller faire du shopping à Londres.

  23. Marc Bloch

    La situation britannique était plus grave :

    Quand elle a pris ses fonctions de Premier ministre, le Royaume-Uni était frappé depuis une décennie par une grave crise économique, sociale, politique et culturelle avec, entre autres, 30 millions de journées de grève en 1979. Le gouvernement tory d’Edward Heath avait entrepris une politique réformatrice vite abandonnée et caractérisée par ses « U-turns » (volte-face) permanents. Le gouvernement travailliste d’Harold Wilson est élu en 1974 avec une majorité relative et doit s’allier pour former des majorités fragiles ; la situation est marquée par une ambiance d’instabilité et de déclin[39].
    L’interventionnisme est à l’ordre du jour avec de nombreuses nationalisations et 29,3% de la population active employée dans le secteur public[40]. La fiscalité est élevée : la tranche marginale d’imposition sur les revenus du capital est alors de 98% et celle sur les revenus de 83%[40].
    La situation économique est telle que le pays est surnommé « l’homme malade de l’Europe » et certains économistes se demandaient si l’on n’assistait pas à un phénomène de retrodevelopment (« développement inversé »), par lequel l’ancien « atelier du monde » serait en train de prendre la voie du sous-développement[41]. Les nationalisations se multiplient et le chômage passe de 2,6% en 1974 à 8,1% en 1979. L’économie britannique se désindustrialise de plus en plus. L’inflation croit encore, passant de 9% par an sous le gouvernement conservateur à 15% par an sous le gouvernement travailliste[42]. En 1976, le gouvernement doit demander un prêt de 4 milliards $ au FMI. Le rejet de l’austérité salariale par les syndicats de fonctionnaires débouche sur l’« hiver du mécontentement ». Il choque l’opinion publique britannique et prépare le succès du discours radical de Margaret Thatcher[43].

    source : http://www.wikiberal.org/wiki/Margaret_Thatcher

    En outre si vous avez sous la main un équivalent de Maggie en France, faites-le nous savoir…

    Si une grave crise économique/sociale arrive au cours des prochains mois, il est malheureusement probable que cela ne profite qu’au FN.

    1. bob razovski

      Cette chère Maggie…

      A une lettre près on était bon puisque le socialisme, c’est avant tout de la la Magie 😉

    2. barbatruc

      Ce qui est plus triste, c’est la fin de règne de Miss Maggie , remplacée par John Major dont le charisme était l’égal de celui d’un fish and chips. Lamentablement remplacé par le socialo libéral John Major. Ce dernier flinguant systématiquement l’héritage Thatcher.

  24. sam player

    On ne vit pas sur la même planète…

    « Cette semaine, lors d’un échange avec des entrepreneurs lyonnais, Nicolas Sarkozy a posé la question «C’est quoi, Le Bon Coin ?» en répondant à un patron qui lui expliquait justement qu’il recrutait beaucoup via le fameux site de petites annonces. « 

    1. Pheldge

      J’imagine la réponse de à Flamby « le bon coin ? non, on dit le petit coin , où c’est que je fais mon popo … »

  25. lafayette

    ce qu’i manque de plus en plus c’est un baromètre de satisfaction dans les foires, c’est à dire un endroit pour lancer des tomates sur les faciès de nos élus le moins aimés.
    Les vieilles recettes restent les meilleurs

Laisser un commentaire