Brexit : les politiciens n’ont toujours pas compris

C’est au travers des crises que les individus se révèlent, et le Brexit, crise européenne et internationale par excellence, n’échappe pas à la règle. Ces quelques jours écoulés depuis le vote crucial des Britanniques ont été l’occasion pour beaucoup de politiciens de montrer ainsi leur vraie force de détermination, leur capacité d’analyse et, plus intéressant, leur vrai visage.

Et c’est un peu l’avalanche.

Elle était prévisible, et pour qui avait déjà passé un peu de temps à réfléchir à la situation, elle n’étonnera pas. Depuis le traité de Maastricht, les institutions avaient pris un tournant bien déplorable qui s’était confirmé avec le fiasco politique du Traité Constitutionnel en 2005 : passée d’un ensemble de traités essentiellement économiques visant à l’abaissement des frontières et des tarifs douaniers pour faciliter la libre circulation des capitaux, des biens et des personnes sur le continent européen, les institutions avaient commencé puis accéléré leurs extensions dans différents domaines politiques pour, selon les dirigeants de l’époque, accroître l’intégration européenne.

À mesure que cette intégration se faisait plus étroite, les institutions européennes se sont piquées d’intervenir tous les jours plus massivement dans les vies des citoyens européens, et au lieu d’aider à « l’amitié entre les peuples », petit couplet régulièrement chanté en louange des efforts pro-européens, les tensions n’ont pas arrêté d’augmenter, culminant au moment de la crise grecque.

Mais voilà : l’Union européenne, présentée systématiquement par les sociaux-démocrates comme la seule voie possible d’une paix durable sur le continent, n’est parvenue qu’à accroître le ressentiment des peuples qui ont, depuis plusieurs années, le sentiment grandissant de ne pas être écoutés. Et ce, d’autant plus que le Camp du Bien s’est, à chaque coup de semonce, à chaque référendum qui n’allait pas dans son sens, contenté de ne trouver dans ces revers qu’un petit contretemps au plan général arrêté par lui depuis longtemps : à la fin, le super-État européen devrait prendre la place des entités locales trop à l’écoute des béotiens de la base.

Ici, peu importe que ces institutions ne sont que le reflet des lâchetés et des petites magouilles de chaque politicien de chaque État membre. Peu importe que ces institutions n’ont de fait pas plus de pouvoir que chaque État le lui accorde. Peu importe puisque les institutions forment à la fois le bouclier pratique permettant pour ces politiciens d’avancer les législations les plus excentriques ou contraignantes sous couvert d’une « imposition par Bruxelles », et le bouc-émissaire encore plus commode quand il s’agit de dénoncer l’ultranéolibéralisme galopant qui gangrène la gentille société dont ils sont les gardiens auto-proclamés.

Au final, l’Union devient la source de tous les maux et le déversoir de toutes les lubies législatives qui passent par la tête de nos dirigeants. Si ça ne marche pas au niveau national, poussons l’idée au niveau européen. De fil en aiguille, tous ont donc construit un énorme Golem, monstre idiot aux pieds d’argile qu’ils poussent dans l’une ou l’autre direction et qui écrase tout sur son passage.

Et lorsqu’enfin, les peuples se rebiffent, disent « assez ! » … C’est l’avalanche que j’évoquais.

Faisant fi de toute prise de recul, les politiciens de l’Union prennent la parole pour, vite, vite, expliquer à qui voudra l’entendre que cette situation, ô combien délicate, mérite d’être traitée avec la plus grande rapidité.

Jean-Marc Ayrault, ectoplasme diaphane qui n’existait quasiment plus depuis son départ de Matignon, se rematérialise soudainement pour éructer quelques âneries sur une nécessaire (?) ouverture rapide des négociations afin que le Royaume-Uni quitte l’Union aussi vite que possible, car la hâte aide toujours en période de crise. Nicolas Sarkozy, jamais en retard d’une effervescence ridicule, propose un nouveau traité suivi d’un nouveau référendum, pensant comme à son habitude que le problème d’institutions en total décalage avec les aspirations populaires est soluble dans une myriade d’agitations politiques périphériques. Juncker, l’actuel président de la Commission, mettant (comme à son habitude) toute diplomatie de côté, prévient qu’il ne fera pas de cadeau au Royaume-Uni, parce qu’après tout, autant ruiner durablement toute entente entre les Britanniques et le reste de l’Europe ce qui sera forcément profitable à tout le monde.

Du côté des députés européens, on n’est pas en reste : il n’aura pas fallu plus d’une poignée d’heures pour aboutir à une proposition de résolution de la part d’une cinquantaine d’entre eux. Il suffit de la parcourir pour comprendre qu’encore une fois, intelligence, pondération et synthèse réfléchie ont été soigneusement passées au broyeur : qu’on active l’article 50 au plus vite, qu’on refuse tout nouveau traité avec les félons britanniques tant qu’ils ne seront pas définitivement exclus, qu’on exclut des votes les parlementaires britanniques au parlement européen, et qu’on renforce bien sûr le projet européen par exemple en prohibant toute solution étudiée en fonction des désidératas des États membres et de leurs peuples, ce qui serait par trop crasseux.

À cette lecture, on ne peut s’empêcher de penser qu’il aurait été dommage de se priver d’une telle proposition, tant elle semble aller dans le bon sens, celui qui revient à pacifier les relations des institutions avec les États membres et avec les peuples aux intérêts desquels elles sont censées travailler. Il n’y manque plus que le projet d’une humiliation publique (mettre les parlementaires britanniques au pilori pourrait constituer une attraction amusante dans les rues de Bruxelles, par exemple), et on aurait toute la panoplie des trucs et astuces finauds pour relancer l’idée d’une Belle et Grande Europe, acceptée de tous, ou sinon

journalimse le monde beurkxitDans la presse, c’est un peu la même averse de propos consternants. Je passerai pudiquement sur les eurolâtres aveuglés qui, fiers porteurs de l’étendard du Camp du Bien, ne renonceront pas de si vite à une intégration encore plus forte, une étreinte encore plus étroite et étouffante et proposent donc à mots à peine cachés quelques rétorsions contre les traîtres à la cause.

Vous l’avez compris : tout se déroule malheureusement comme prévu, et on ne pourra s’empêcher de noter que les partisans de la construction du Golem, qui lui reprochaient régulièrement d’être bien trop pro-capitaliste et de ne pas donner suffisamment de pouvoir aux États, ne peuvent à présent s’empêcher de louanger les avantages de la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux en pleurnichant sur le départ britannique qui viendrait ainsi briser ce magnifique succès.

Réaction parfaitement émotionnelle, incohérente, irrationnelle, toute en duplicité et en hypocrisie de ces soldats du Camp du Bien qui n’ont toujours pas compris que la seule intégration européenne possible est celle vers la liberté, celle qui consiste à diminuer l’importance des systèmes collectivistes, institutions européennes y compris, et pas le contraire.

Cette réaction émotionnelle incontrôlée n’entraîne dans son sillage que ressenti, aigreur voire haine, et montre incontestablement le vrai visage de ceux qui nous dirigent et que – ne l’oublions pas – les peuples européens ont porté là de leurs votes. Ces dirigeants ont, très clairement, perdu pied avec la réalité et ont complètement oublié qu’une construction qui ne tient que par la force et la menace est destinée à l’échec, que des relations basées sur le mensonge et la duplicité se finissent toujours mal.

this will not end well - cat

Commentaires329

    1. René de Sévérac

      Aristarque, je vous rejoins pour passer un court message à h16.
      D’accord avec vous sur la déception et la haine de nos élites et ses motivations
      Mais, il y a un point que vous ne soulignez pas :
      l’Union Européenne n’est que le prototype d’un projet plus global de gestion de la planète.
      Qu’on l’appelle « Village Global  » ou « Gouvernance Mondiale »; pour les détails voyez Attali.

  1. Le Gnôme

    Mimolette a réagi au quart de tour, lui qui se complaît plutôt dans l’attentisme. Une des rares que j’ai trouvée modérée est Angela qui veut prendre le temps de la réflexion, ce qui me paraît la seule chose à faire vu que la balle est dans le camp anglais qui sont les seuls à pouvoir déclencher le fameux article 50.

    Quant aux élucubrations sur les électeurs pro-brexit, c’est vraiment hilarant et inquiétant, si vous ne votez pas bien, il faut vous envoyer en camp de rééducation. Toujours le kamdubien.

    1. Royaumont

      Pédalo 1er s’est fendu d’un discours au ton dramatique pour… ne rien dire. Il n’a servi qu’un assemblage de phrases creuses (« nous avons entendu », « nous préparons une réponse forte, cohérente » etc…).
      Une enflure verbale remplie avec du vide.

      1. Duff

        Pour la énième fois. Tant qu’il n’est pas dans le pathos le compassionnel pour les victimes frappées par les conséquences de ses erreurs (armement des pseudo rebelles syriens) il est nul.

        En fait, il est nul tout le temps.. 😉

      2. Deres

        Sa seule idée est de profiter de l’occasion pour entériner en avance que nous ne tiendrons pas nos objectifs de déficit en 2017. C’est cela uniquement qu’il sous-entend par réinventer l’Europe … Il est orienté exclusivement vers sa réélection de toute façon.

        1. albundy17

          C’est proprement irrévérencieux, gros sac!

          Mais c’est vrai que toutes les bêtises qu’il anone sortiraient mieux de la bouche le la présidente croate, qui ne vous laissera pas de marbre:

          ://i.img.mu/xYXmH42.jpg

  2. Aristarkke

    La peur que leur construction se disloque doit aussi les étreindre. L’ UE étant régulièrement désignée comme le but ultime à atteindre, un élément du groupe qui se sauve en arguant de certains défauts de la cuirasse fait mauvais genre. Et il risque de donner des idées à d’ autres…
    Ce n’est pas pour rien que nous voyons fleurir depuis vendredi moult diatribes contre les référendums et l’ inconstance/inconséquence des électeurs…
    Quoique , quand on contemple nombre d’ élus aux qualités douteuses et aux faibles capacités , le doute n’ est pas permis à cet égard…

  3. Higgins

    Effectivement, les crises sont de puissants révélateurs du moi profond des individus. Nonobstant les déclarations imbéciles (pouvait-il en être autrement?) des nôtres, je me permets de rappeler quelques évidences qui compliquent singulièrement la tâche des uns, les anglois, et le futur des autres, le kandubien, à travers le billet de Gilles Devers, avocat (http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2016/06/26/brexit-attention-le-referendum-n-etait-que-consultatif-929896.html) et ceux (il ya plsuieurs billets à lire) de JP Chevallier autour des conséquences du BREXIT (http://chevallier.biz/2016/06/risques-systemiques-la-cata-est-la/).
    Perso, c’est l’aspect macro-économique qui m’inquiète le plus. J’ai bien peur que le départ, effectif ou supposé, du Royaume-uni ne soit le révélateur d’une crise bien plus profonde, crise cachée plus ou moins bien par de multiples artifices, un peu à l’image des vitriers de Bastiat. Toute proportion gardée, une fois les subventions stoppées, leur richesse apparente disparait.

    1. « J’ai bien peur que le départ, effectif ou supposé, du Royaume-uni ne soit le révélateur d’une crise bien plus profonde, »

      On en prend le chemin. En gros, le brexit pourrait être l’excuse pour lâcher les élastiques, et tout laisser tomber. Les marchés, les dettes, les bons d’états, etc…

      1. carpe diem

        c’est bien le début d’une crise bien plus profonde, elle a révélé encore plus la duplicité des élites, les retournements de vestes, toute honte bue.

      2. Rastapopoulos

        Ça va secouer fort. Les allemands se rendront compte que malgré l’euro leurs clients ne peuvent plus acheter leur Mercedes car leurs clients sont à la plage et ne créent plus aucune richesse depuis des décennies. Se tourneront-ils vers Putin ? Les allemands reviennent au Deutsch Mark et les français au FF. 1 DM pour 4 FF. Les iPad, Mercedes et weekend à Barcelone avec EasyJet vos couter bcp plus chers….
        Les français réaliseront mais un peu tard que leur richesse est artificielle et basé sur la dette.

        1. Aristarkke

          1DM / 4 FF, ce sera pour les premières cotations, histoire d’ être courtois et de ne pas fâcher… Mais cela empirera rapidement… 😥

      3. Kazar

        C’est marrant, mais il y a quelques jours, quand j’évoquais une possible faillite, vous rigoliez. A moins que « tout laisser tomber » ne signifie « tout laisser filer », c’est à dire s’endetter à mort encore plus vite ? En tout cas, une fois de plus, merci pour ce billet qui résume fort bien la situation : les politiciens soit ne comprennent rien, soit s’en foutent totalement et dans les deux cas, ça ne finira pas bien.

  4. Calgon

    lol l’image de fin !

    Concernant le Brexit, notre hôte semble oublier en outre certaines voix qui s’élèvent pour dire qu’en plus, nan mais bon, c’est pas parce que le peuple à voter que voila quoi … on s’en fout en fait, un peu. Non ?

    J’ai hâte que les élections de 2017 soient annulées parce que la bééééateuh immmmondaeuuuh anti-républicaine bisous risque de mettre en péril notre belldémocrassie.

      1. Bonsaï

        Tu l’as bien lu ton article ?
        Il montre bien que les peuples européens sont les grands perdants de cette entité vorace et légiférante…
        Voilà la preuve, s’il en fallait une, que l’UE s’est construite contre la volonté des peuples ! Merci Pierre Beylau de nous l’avoir rappelé !., dit l’un des commentaires.

    1. Royaumont

      Nos chers dirigeants feraient bien de se méfier. S’ils parviennent à s’asseoir sur le référendum britannique, il ne restera que 2 solutions :
      la corde
      la baïonnette.

        1. Peste et coryza

          Sauf que pour qu’ils prennent des coups de baïonnette dans le fondement,il faut d’abord les choper…. et c’est là que le bas blesse : les soudards sont du coté de nos chers dirigeants.
          Du moins tant que la solde tombe à la fin du mois… quoique, les louvoiement du logiciel de traitement de la solde de l’armée n’ont même pas donner lieu à quelques lynchages… les valeurs se perdent.

      1. vengeusemasquée

        Ce ne serait jamais que le dernier avatar d’expression populaire balancée aux chiottes. On fait les comptes de tous les exemples précédents ?
        Parce qu’en vrai, quand on demande aux gens s’ils sont favorables à plus de taxes et plus de contraintes, j’ai quand même remarqué qu’il était assez rare que la réponse soit positive. Or l’UE n’est plus que ça, malheureusement.

        1. theo31

          On va se marrer quand ceux qui ont voté pour NDDL verront leurs impôts exploser. Un peuple qui aime se faire enfiler mérite son sort et ceux qui s’en chargent.

  5. Pere Collateur

    Superbes réactions en effet de nos eurolâtres… Et tout à fait prévisibles… Hélas. D’un autre coté le « peuple » les gerbe autant qu’eux les méprisent. On a donc l’assurance que certaines têtes ne resteront pas sur leur support…

    Et on a aussi la certitude maintenant, que leur décalage avec ceux qui les payent (donc les vrai patrons) est total et irréversible.

    L’europe c’est mort. Avec ou sans brexit, fixit, grexit, frexit, sexit etc… Game Over. Terminus. Asta la vista baby. Casses toi tu pue et marches à l’ombre.

    Et bon débarras.

    1. Peste et coryza

      Vous êtes trop optimiste.
      Ces cuistres ne lâcheront jamais leur pouvoir, leur argent, et leurs courtisanes. Il faudra forcément leur prendre.
      Quand un pouvoir n’a plus de cartes en main, il renverse la table.

      Quant au coup des jeunes qui ont été sacrifiés, ils ont oublié de dire que les jeunes anglais sont surtout… abstentionnistes.
      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/06/24/les-jeunes-britanniques-ont-ils-vraiment-massivement-vote-contre-le-brexit_4957395_4355770.html.

        1. sam player

          Pas mal effectivement : en intégrant l’abstentionnisme par classe d’âge c’est effectivement l’inverse… les jeune de 18-24 ans ont le plus faible taux pour le remain : ça s’appelle pas de la mobilisation d’une classe d’âge.

          Comme quoi, les chiffres hein, on peut leur faire dire ce qu’on veut.

      1. bibi

        Ce qui est puant c’est de mépriser les vieux qui ont voté pour le « Brexit », ils y a parmi ces vieux des individus qui ont fait plus pour la liberté de l’Europe, que tous les connards réunis qui leur chient dessus aujourd’hui.

        Je voudrai bien savoir au non de quoi le vote d’un ancien combattant qui a versé son sang sur les plages de Normandie ou d’une vieille qui a participé à l’effort de guerre serait moins recevable quand au devenir de son pays que celui d’un jeune « con » qui n’a connu que le RU dans l’UE.

        1. Aristarkke

          C’est au nom de la logique des partisans du Bremain que l’ avenir (radieux), c’est l’ UE…
          Les Vieux « volent » l’ avenir des jeunes… alors qu’ils les ont juste enfantés…

  6. tabbehim

    Comme je le disais sur un autre billet, qu’ils fassent les cons, qu’ils ne se gênent pas, deux pays encore membre du common wealth et membre de la zone euro sont deux magnifiques portes d’entrées pour la couronne britannique,
    Par ailleurs, le common wealth donne aux anglais un gigantesque marché favori, et l’europe va pleurer en jouant à ça ^^
    de plus, avec les propos d’une députée qui disait désespérer du droit de vote, et les actions clairement visible de refus d’écouter la vox populi, on va avoir une angleterre qui sera capable d’en sortir plus que renforcé, la suisse aussi devrais y gagner avec le bordel ambiant.

    Pour le moment, je m’attends à plus de propos anti anglais et propos européiste mis ad nauseam à la radio et dans les journaux, des discussions forcément sabordé par l’europe, et une tentative de faire le plus mal possible au royaume uni en faisant, par exemple, des appels du pieds à l’écosse en l’intégrant à l’union européenne de facto si elle signe son indépendance (au grand dam de l’espagne avec ses problèmes catalan)

  7. yoananda

    L’Europe s’est construite sur la négation des européens, c’est à dire un continent de race blanche et de culture chrétienne.
    Ca ne pouvait que bien fonctionner.

    Il me semble que vous n’avez pas mentionné le texte de Hollande, Merkel et Renzi, absolument ridicule sur le « plus d’Europe pour sauver l’Europe ».

    1. « L’Europe s’est construite sur la négation des européens »
      Non. L’Europe, c’est 60 ans d’Histoire avec des paradigmes qui ont beaucoup évolué, donc non, définitivement.

        1. bibi

          L’UE existe depuis le traité établissant l’Union Européenne dit traité de Maastricht.
          Si on en était resté à la CEE il y a de forte chance que personne ne songerai à en partir.
          La CEE a été une réussite l’UE est un fiasco.

  8. Bonsaï

    Merci pour cet article qui revient sur le casse-tête de l’été et qui nous en offre une bonne synthèse. On ne peut que souhaiter à cette occasion qu’un nombreux public européen en profite pour avoir une illumination et commence à exiger des referanda anti-UE dans leurs pays respectifs.
    Car il est grand temps de juguler la catastrophe bureaucratique qui détruit ce continent et ses peuples.

  9. monoi

    Je vis au RU depuis 30 ans, et je dois dire que les reactions des « in » ne sont que dans la droite ligne de la campagne FUD (Fear Uncertainty Doubt) mene par Cameron. Il est un peu remonte dans mon estime avec son discours au parlement hier mais il n’a pas pu s’empecher de mentioner de soi disants « hate crimes » contre des immigrants polonais et autres affabulations montees en mayonnaise pour peindre les supporters de brexit comme etant des racistes. Les reactions des perdants sont par contre epoustouflantes de mesquinerie et d’ignorance, et parmi mes relations, je suis le canard boiteux de la bande. Etant convaincu que ce qui arrive etait totalement previsble, pour les raisons evoquees par H16 dans ce billet, je suis etonne de la myopie de nombres de personnes qui ont les capacites intellectuelles pour s’en rendre compte mais ne le font pas.

    Je pense qu’en partie cela est du a la dissonance cognitive due a la contradiction de faire partie des 1% (voire 0.1%) et soutenir la bureaucratie socialiste gigantesque qu’est devenue l’Europe. Dans le meme ordre d’idee, il est amusant de voir les ecossais protester les resultats du brexit tout en demandant un exit pour eux memes. Je ne serais pas etonne de voir des tetes exploser bientot.

    1. Peste et coryza

      Il n’y a pas de contradiction à faire partie des 1% qui en croquent, et de soutenir les socialistes.
      Les socialistes font partie des 1% en question, ils ont donc créé un système à leur avantage. Ce sont avant tout des mondialistes avec une tendance nette pour les métiers de dirigeant du tertiaire ou le droit.
      Comme vous et vos relations êtes de ceux qui en croquent, on peut vous soupçonner d’être socialiste…

      1. monoi

        On peut m’accuser de beaucoup de choses, mais pas de socialisme! Par contre, j’ai contribue largement via les impots et autres taxes au systeme donc vu sous cet angle, je pourrais a la rigueur etre accuse de collaboration. 🙂

    2. Val

      @monoi j’ai vécu au RU et ai gardé de nombreuses relations qui y vivent encore . Tous comme vous le notez sont « in » et rejettent massivement le « out » . Je mets leur position sur le fait que pour la plupart, ce sont des financiers et des managers de grosses boîtes internationales, je pense qu’ils anticipent la galère pour eux sur le court terme dont ils se seraient bien passés . C’est vrai que ça risque de tanguer pas mal .
      Maintenant on peut leur faire confiance à tous pour rééquilibrer tout ça rapidement à l’avantage de leur pays d’accueil (et au leur) les britanniques sont éminemment adaptables et pragmatiques le tout agrémenté de sauce patriotique : génétique redoutablement efficace .
      Génétique qui n’est malheureusement pas la nôtre : idéologues indécrottables, romantiques déconnectés du réel, important par palettes de 100 des populations qui nous haïssent.
      Relire « Tale of two cities » ça n’a pas pris une ride . gros soupir ….

    3. Royaumont

      Je ne crois pas à l’exit écossais. Ils voient dans l’UE un contre-poids à l’influence anglaise chez eux. Ils préféreront rester dans le royaume uni, qui les respecte, plutôt que dans l’UE, qui ne respecte personne.

      1. Helios

        En ce qui concerne l’Ecosse, ce qui se profile c’est le tarissement des ressources en hydrocarbures (c’est déjà bien commencé), et quand il n’y aura plus rien ce sera plutot un poids qu’un avantage pour le Royaume-Uni

        1. Royaumont

          C’est déjà le cas. La facture, très, très, très salée de RBS mettrait l’Ecosse en faillite dès le jour de son indépendance. La dette de la banque représente 130 000 livres par écossais (soit 157 000 euros). A titre de comparaison la dette publique française ne représente « que » 30000 euros par français.

          1. Patatrac

            @Aristarkke 13h14: Pour faire dans le culinaire, imaginez le goût que doit avoir de la panse de mouton farcie avec une sauce anglaise… C’est à peu près le goût que doit avoir RBS dans les comptes anglais. Et cela aurait pu être encore pire.

      2. monoi

        Il est notable que lors du referendum ecossais, les anglais/gallois n’ont pas ete appele a voter…probablement parce que sinon, les ecossais auraient ete boute dehors par une majorite ecrasante.

        Aussi, a l’epoque, les independantistes avaient pris comme hypothese un petrole a $90 ce qui permettait de produire un budget a peu pres equilibre….

  10. Pat

    « ceux qui nous dirigent et que – ne l’oublions pas – les peuples européens ont porté là de leurs votes ». Ben non, justement.
    Nos zélus ont toujours une majorité réelle qui a voté CONTRE eux. Mais les systèmes électoraux de liste, ou à deux tours, permettent à ces blaireaux d’aller malgré tout pavaner dans des parlements nationaux ou européens, alors que, majoritairement, les peuples ne veulent pas d’eux.

  11. Pwet

    Qui tirera les marrons du feu ? Le premier pays qui signera une convention bilatérale de libre échange – libre circulation avec le RU …


    Pwet

  12. guillaume_rc

    Effectivement les crises révèlent la vraie valeur des dirigeants… autant dire qu’on est mal barré !

    D’autant plus qu’à chaque fois que le peuple a donné son avis et qu’il était contraire à la doxa européiste, l’argument pavlovien, « c’est le retour du nationalisme/fascisme/chauvinisme.
    Exemple type : BHL

    Tous ces gens sont incapables de penser hors de leur cadre, de se remettre (ne serait-ce qu’un tout petit peu) en question.

    1. sam player

      Exemple type BHL effectivement mais plus près de nous Gaspard Koenig (assez loin quand même hein) et même Nathalie MP qui s’y est collée hier (mais bon on va dire qu’elle est en formation).

      Et de l’autre coté quelques surprises comme Natacha Polony…

      1. Bonsaï

        Oui, et moi qui avais parfois comme l’ombre d’un doute planant dans mon cœur, me voici entièrement rassurée.
        Je sais désormais qui est notre Hôte bienveillant : N° 16, un Homme Libre !

        1. Nathalie MP

          Je songe à rebaptiser mon blog « socialisme, collectivisme et lendemains qui chantent. » J’adore le chant, surtout l’hymne de l’UE chanté par le choeur des casques bleus au garde-à-vous sur les bords du Rhin à Strasbourg.

          1. bibi

            L’Hymne de l’UE n’a pas de parole.
            Je crois qu’il n’y a en ce monde que l’Espagne comme état qui a un hymne national sans parole.

              1. bibi

                Non ce n’est pas l’hymne à la joie c’est une version instrumentale de l’hymne à la joie sans aucune référence à l’ode à la joie le poème de Schiller utiliser par Beethoven dans la 9ème.

                Comble du mauvais gout il s’agit dans sa version officielle d’un enregistrement dirigé par Karajan.

                  1. bibi

                    Vous ne pouvez pas exceller avec tous les compositeurs Karajan est très bon pour dirigé Bach, par contre Beethoven dirigé par Karajan c’est extrêmement plat, voire même totalement terne, donc en fait le choix est parfaitement justifié pour l’hymne de l’UE.

                    Si vous écoutez Barenboim interpréter les sonates pour piano de Beethoven c’est juste sublime (en particulier la Waldstein) par contre ses interprétations de Chopin sont proches du massacres.

                    1. Nathalie MP

                      Pour Beethoven, ses sonates ou ses concertos, j’ai eu l’habitude de Wilhelm Kempff, et j’ai du mal à me faire à tout autre interprétation.

          2. Aristarkke

            Ce qui est agréable avec vous, c’est que vous êtes aussi chatouilleuse que Black Mamba ou la Tortue Réunionnaise…
            Une tchotte piquounette de chaton joueur et hop!!!

            C’est le morceau de bravoure de l’acte III, scène 5…
            La montée au parapet!!!
            Un flot d’effervescence garanti en retour…
            😛

            1. Nathalie MP

              J’ai le plaisir de vous dire qu’en l’occurrence vous vous trompez complètement.
              Mais l’erreur est bien compréhensible, la communication est déjà très difficile en général, et ici vous n’aviez ni le ton de ma voix, ni l’image de ma tête réjouie en imaginant la scène.
              Et voilà qu’en plus Bibi m’informe que l’hymne de l’UE n’a pas de paroles, il va falloir que je trouve autre chose !

          3. Pheldge

            Oserai-je ô « Doulce Nathalie », désormais muse a-titrée du désolant vieillard sénile du nom d’Aristarque, oserai-je donc vous suggérer « socialisme, libre-échangisme et marivaudages » , ça sonne bien et puis y’en a des mots clefs que ils vont vous en amener, des lecteurs assidus ( et pas uniquement les lecteurs de K/7 le vrai nom de h16 voir billet d’hier , mon comm 🙂 )

      2. Nathalie MP

        Merci Sam.
        Vous avez raison sur un point : je suis en formation. Et c’est exactement ce que vous devriez vous dire aussi. Qui peut prétendre avoir atteint le point final de son savoir ?
        Aucune surprise à avoir de Natacha Polony : elle est souverainiste et anti libérale : c’est ça, la demande d’exit, pas une demande de liberté, encore moins de libéralisme.

        Moi, j’adhère totalement à la conclusion d’h16 (et c’est d’ailleurs exactement ce que je dis, sauf que ce n’est pas la motivation de la demande d’exit) :
        « la seule intégration européenne possible est celle vers la liberté, celle qui consiste à diminuer l’importance des systèmes collectivistes, institutions européennes y compris, et pas le contraire. »

        Autre point :
        § commençant par : « Ici, peu importe que ces institutions ne sont que le reflet des lâchetés et des petites magouilles de chaque politicien de chaque État membre. » etc…
        ll me semble que cela importe beaucoup au contraire. Derrière l’UE qui n’est qu’un bouc émissaire (qui, à mon avis, a plus oeuvré pour un peu de libéralisme que tous nos gouv depuis longtemps) il y a in fine la volonté des partis au pouvoir dans les pays membres.

        Encore autre point :
        « Elle était prévisible, et pour qui avait déjà passé un peu de temps à réfléchir à la situation, elle n’étonnera pas. » Moi j’admire les gens qui voient toujours tout d’avance. Si tout est toujours si prévisible, comment on fait pour se retrouver toujours dans un tel merdier ?

        1. BDC

          Nathalie, cette question européenne divise tous les camps. C’est logique pour moi d’être libérale anti-UE car contre la centralisation, c’était la vision d’Hayek et de Thatcher, cf. son discours de Bruges en 1988 :
          « Au moment précis où des pays comme l’Union soviétique, qui ont essayé de tout diriger de manière centralisatrice, prennent conscience que le succès provient de la dispersion du pouvoir et de la décentralisation des décisions, il est paradoxal que certains pays de la Communauté semblent vouloir aller dans le sens opposé.
          Si nous avons réussi à faire reculer chez nous les frontières de l’Etat, ce n’est pas pour les voir réimposées au niveau européen, avec un super-Etat européen exerçant à partir de Bruxelles une domination nouvelle. Nous voulons assurément voir une Europe plus unie, avec une plus grande détermination. Mais il faut que ce nouvel état de choses se fasse en préservant les différentes traditions, les pouvoirs parlementaires et les sentiments de fierté nationale, car tel a été au cours des siècles le nerf de l’Europe. »
          Il faut bien distinguer la gouvernance de l’UE (proche de l’URSS) de sa politique économique (qui apporte une brise de libéralisme en France), les libéraux se répartissent entre ces deux pôles, les opposants à l’UERSS avaient vu le coup venir : rejet des peuples (justifié ou non peu importe) => apparatchiks aux abois et qui se protègent => renforcement de leurs pouvoirs => vexations des peuples et la boucle est bouclée.
          Le problème maintenant c’est : le jour d’après, car le front anti-UE en France est mené par des collectivistes uniquement, et aucun parti « libéral » pour nous représenter, vu que sauf erreur de ma part ils sont tous pro-UE, bref comme dit H16, ça va bien se passer.

          1. Deres

            Effectivement, c’est une entourloupe des collectivistes. Ils veulent juste profiter de l’occasion pour détruire la partie libérale de l’Europe, donc ses bons côtés, au profits de sa vision collectiviste qui les dessert mais nous avilit. Et pour ce faire, ils sèment la confusion comme d’habitude en mettant tout dans le même panier.

          2. Nathalie MP

            Vous pensez que vivant dans le cadre de l’UE vous vivez en URSS ? Eh bien c’est curieux, mais j’avais une tout autre idée de l’URSS. Zone de paix, zone de prospérité (et d’abondance, même si on ne trouve pas de la fleur de banane dans toutes les boutiques) où tout le monde veut venir (c’est bien le problème), élections libres, multiplicité des partis … Si c’était ça l’URSS, je me demande pourquoi on en a fait tout un plat. 🙂
            D’autre part, ces deux entités ont été constituées de façons complètement différentes. L’UE a été formée par le rapprochement volontaire de six pays d’abord, tout plein d’autres ont voulu se joindre ensuite, personne n’a été forcé.
            L’URSS est tombée par l’échec du socialisme, pas par une demande d’indépendance des peuples constitutifs (c’était la thèse d’Hélène Carrère d’Encausse dans son livre « L’empire éclatée » et elle s’est bien plantée sur ce coup-là).

            « car le front anti-UE en France est mené par des collectivistes uniquement » : c’est exactement ce que je dit.

            Et ce que j’ai dit en plus (en m’appuyant sur une enquête d’opinion), c’est que la première motivation du Brexit au UK était d’ordre migratoire, pas réglementaire. C’est ça qui froisse M. Sam.
            Ce n’est pas parce que le PS, NVB etc… passent leur temps à vouloir lutter contre le racisme, l’homophobie etc…que ça n’existe pas.

            Donc je le redis, je partage complètement la conclusion de ce billet. La refondation de l’UE, comme de nos pays en réalité (peut-être d’abord de nos pays), passe par moins d’Etat, moins de centralisation etc…
            Là où je me permets d’alerter, c’est que j’observe que même si on compare l’UE à l’URSS, l’essentiel de la demande pour un exit quel qu’il soit n’est pas pour plus de liberté, mais pour des Etats fermés non libéraux.
            Il ne nous reste plus qu’à continuer à montrer les bénéfices du libéralisme.

            1. Bonsaï

              L’exemple de la Suisse et de la Norvège montre suffisamment qu’il est tout à fait possible à un état européen d’avoir un certain poids économique et politique tout en restant hors de l’UE par un choix assumé et bien calculé.

              1. Nathalie MP

                De prime abord, on pourrait en effet dire cela. Mais, il faudrait pouvoir évaluer ce que leur choix doit au fait que précisément il existe une vaste zone unifiée à leur porte, avec laquelle ils ont de plus des accords privilégiés.

                1. sam player

                  Ce n’est pas des accords privilégiés, ce sont principalement les accords de libre échange de l’AELE.
                  Comme la Suisse ne fait pas partie de l’UE elle a pu aussi négocier des accords avec d’autres pays (USA par exemple) alors que cette faculté de négocier des traités bilatéraux est interdite aux pays de l’UE qui doivent s’en remettre à l’UE pour cela, UE qui n’a toujours pas d’accord avec les USA… and still ticking…

                  C’est d’ailleurs l’un des intérêts du brexit pour l’UK c’est de pouvoir négocier des traités de son coté…

                  http://www.contrepoints.org/2012/11/01/102575-lue-union-douaniere-et-non-zone-de-libre-echange

                2. Bonsaï

                  Je vous rappelle simplement que la Suisse, en tant qu’entité étatique européenne précède largement les autres (1291). On pourrait donc en conclure l’inverse, à vous lire.
                  Plus sérieusement, les Suisses, comme les Norvégiens, avaient dès le départ l’opportunité et sans doute le potentiel pour pouvoir adhérer au Club. S’ils ne l’ont pas fait c’est délibérément et en toute connaissance de cause.
                  J’ajoute que pour des raisons bureaucratiques bruxelloises, une demande officieuse dormante de la Suisse est en dépôt.

            2. sam player

              Non, je ne suis pas froissé mais je trouve désastreux de mettre des gens dans des cases : je suis pro-UE pour ce qui est de la zone de libre échange et je l’ai assez dit ici, je suis même pour une monnaie unique si les salaires et les taux d’intérêts s’ajustent en fonction des pays sans interventionnisme, je n’aime pas la réglementation qu’elle soit issue de l’UE ou nationale (l’une remplace l’autre et inversement) car je préfère la responsabilité individuelle.

              Autant je ne soutiendrais pas un frexit dans les conditions actuelles vu que ceux qui le proposent sont pour un retour du protectionnisme, autant je soutiens un brexit qui s’ouvrira vers plus de libéralisme j’en suis convaincu et il faut très mal connaître la mentalité de l’Angleterre et du Commonwealth pour croire à un réflexe xénophobe dans ce referendum : p’tain les anglais ont ouvert toutes les voies du commerce internationale et c’est bien la raison pour laquelle ils sont les premiers dans la finance internationale et les assurances.

              J’ai vécu 3 ans en Angleterre, plus de 2 ans en Australie… 150 nationalités dans Melbourne et vous traitez ces gens de racistes, de protectionnistes !

              Pour ce qui est de Natacha Polony elle se revendique effectivement souverainiste et Girondine. Elle a démissionné de l’éducation nationale et n’a pas souhaité devenir fonctionnaire d’état alors que les portes lui étaient grandes ouvertes après Sciences Po. Au moins elle a des convictions et de bonnes idées sur la subsidiarité même au niveau de l’école. Tant qu’à choisir je la préfère largement à Koenig !

              Mais surtout si vous pouviez éviter de répéter ce que disent les medias et faisiez les études par vous-mêmes ou si vous attendiez que d’autres les fassent pour vous ça nous aurait éviter de lire que « les Brexiters sont plutôt anglais, plutôt âgés et plutôt ruraux. »

              Des villes de plus de 180,000 habitants comme Sunderland ou Swindon sont rurales ?

              En fait tout ce qui n’est pas Londres, c’est la campagne ?

              1. Nathalie MP

                Les britanniques sont globalement plus libéraux que nous (ça ne les a pas empêché d’avoir une belle période socialiste, mais oublions) et s’en tireront sans doute très bien, j’en suis d’accord. (ce qui ne sera pas notre cas, j’en suis encore d’accord. Je ne redis pas ce que j’ai dit dans d’autres commentaires.)
                « les Brexiters sont plutôt anglais, plutôt âgés et plutôt ruraux. » : je trouve que j’avais élégamment résumé le vote, mais j’attends vos études et s’il faut modifier je le ferai, je ne suis pas dogmatique. Mais vous savez très bien que ce n’est pas ça le point d’accrochage, c’est l’histoire de l’argument immigration. Vous déviez sur Londres, et ce n’est pas la question.
                Polony a émis de bonnes critiques sur l’école, j’en suis d’accord. Mais sa lucidité s’arrête là. Elle a un blog, lisez-le et faites-lui des commentaires positifs, je suis sûre qu’elle sera contente.

                1. sam player

                  « « les Brexiters sont plutôt anglais, plutôt âgés et plutôt ruraux. » : je trouve que j’avais élégamment résumé le vote, mais j’attends vos études et s’il faut modifier je le ferai, je ne suis pas dogmatique. »

                  Stoke on Trent : 250K habitants : 69.4% pour le leave

                  et la meilleure pour la fin :
                  Birmingham : 1.1 Million d’habitants 50.4% pour le leave
                  la 2ème plus importante ville du pays !

                  Quand on regarde des cartes sur le site de la bbc on se rend compte que les centres villes ont voté le remain mais que les suburbans ont voté le leave : suburb ce n’est pas la campagne.

                  Je ne dévie pas : le but de ceux qui parlent des gens âgès et de la campagne est de les faire passer pour des réactionnaires.
                  Oui il y a un argument immigration puisque ce sujet du referendum est justement né de la volonté de l’UE de forcer l’UK à permettre la libre circulation des réfugiés sur son sol, ce que l’UK a toujours refusé et c’était d’ailleurs une des exceptions admises lors de l’entrée de l’UK dans l’UE.

                  Le but en citant Natacha Polony était justement de montrer que l’on peut être souverainiste sans pourtant être raciste ou xénophobe, rien de plus.

                  Je vous invite d’ailleurs à lire à l’occasion ce document de Hoppe (lien suit) qui montre que l’immigration sans frein est une utopie. Hoppe est un libéral sans compromis.

                    1. sam player

                      Nathalie
                      Vous dites aussi qu’il y a un argument « immigration ». Mais il me semble que vous ne savez pas pourquoi ce referendum a été initié… c’est justement pour cette raison :

                      « In early 2014, Prime Minister David Cameron outlined the changes he aimed to bring about in the EU and in the UK’s relationship with it.[52] These were: additional immigration controls, especially for new EU members; tougher immigration rules for present EU citizens; new powers for national parliaments collectively to veto proposed EU laws; new free trade agreements and a reduction in bureaucracy for businesses; a lessening of the influence of the European Court of Human Rights on UK police and courts; more power for individual member states and less for the central EU; and abandoning the EU notion of « ever closer union ».[52] He intended to bring these about during a series of negotiations with other EU leaders and then, if re-elected, to announce a referendum.[52] »

                      Il y a un lien du Telegraph dans l’article (le 52)

                      Si le referendum avait eu lieu sur les petits pois à la menthe je comprends bien que l’argument « immigration » aurait été mal venu. Mais 80% des demandes de Cameron à l’UE ayant conduit au referendum étaient justement sur l’immigration.
                      C’est d’ailleurs étonnant qu’il ait d’une part militer pour le IN mais aussi qu’il ait démissionné puisqu’il n’a pas obtenu de l’UE ce que lui même avait demandé.

                      D’ailleurs dans les commentateurs de CP il n’y en a qu’un qui a soulevé ce point, preuve que peu de gens sont au courant de l’historique de ce referendum… et vous non plus, ceci dit sans aucune acrimonie de ma part.

                    2. Nathalie MP

                      Attendez, ne mélangeons pas tout. La réticence britannique et au sein du parti conservateur sur l’appartenance à l’UE ne date pas de « early 2014. » De plus, Cameron a promis ce référendum dès 2013. La crise des migrants a apporté des raisons nouvelles de quitter l’UE. Et ça c’est le point de vue des politiques.
                      J’ai parlé des motivations des électeurs. Or j’ai lu ici même
                      « Difficile aussi de croire, comme certains zintellectuels zeuropéistes un peu trop sûrs d’eux, que ce vote fut le résultat d’une xénophobie ou d’un rejet de l’immigration avant tout. Les Britanniques ont d’abord voté contre une bureaucratie et un déluge de règlements qui n’a pas arrêté de s’abattre sur les citoyens sans que ceux-ci n’aient vraiment droit au chapitre et ce n’est pas pour rien qu’il a été insisté, lors de la campagne, sur l’aspect envahissant de Bruxelles bien avant d’évoquer les questions migratoires. »
                      Voilà qui est en contradiction avec ce que j’ai écrit (ce qui n’est pas très grave) mais surtout avec tout ce que j’ai lu sur le sujet, d’où mon insistance. La motivation anti-réglementaire est certainement présente, chez les plus libéraux notamment (et je les rejoins sur ce point, pas au point de brexiter cependant), mais il semble que ce ne soit pas la motivation majoritaire.

                      C’est pourquoi j’ai écrit :
                      « Il n’est donc pas du tout étonnant d’entendre Marine Le Pen appeler à un référendum sur le Frexit (sortie de la France de l’UE) dans la foulée de la victoire du Brexit. Même si elle appelle cela la victoire de la liberté (mot galvaudé, mis à toutes les sauces, surtout quand il s’agit de la limiter), il faut bien voir que dans le cadre de son programme politique et économique particulièrement dirigiste qui prône la fermeture des frontières et le refus de l’immigration, il ne s’agit nullement de chercher à réveiller le libéral qui est en nous, mais de promouvoir une société fermée, bien repliée au chaud sur sa glorieuse histoire, mais hostile à tout apport extérieur (à part celui de la Russie). Quant à la souveraineté monétaire retrouvée, il s’agit simplement de pouvoir faire marcher la planche à billets en toute tranquillité. Appauvrissement garanti. »

                      Alors me mettre dans le même sac que BHL !

                    3. sam player

                      Vous m’en voyez marri si vous pensez que je vous ai mis dans le même sac que BHL…

                      J’ai quand même toujours l’impression, vu ce que vous venez de citer, que le simple fait de vouloir légiférer sur l’immigration c’est vite assimilé à de la xénophobie.

                      Le jugement sur les child benefits des migrants est arrivé un peu tard mais je suis sûr que la position de la commission européenne, heureusement contrée par les juges de Luxembourg a beaucoup joué sur le résultat du referendum.

                      On peut aussi se poser la question de ce jugement arrivant à propos.

                      lien suit

                    4. Nathalie MP

                      Je vais regarder. Merci.

                      Je reviens sur ce que je vous disais sur la motivation N° 1. Il y en a au moins un qui est convaincu que l’immigration n’a rien a voir avec le vote Brexit, c’est Boris Johnson
                      dont je viens de lire l’article dans The Telegraph. Le moins qu’on puisse dire c’est que ses propos sont assez embrouillés.
                      « It is said that those who voted Leave were mainly driven by anxieties about immigration. I do not believe that is so. After meeting thousands of people in the course of the campaign, I can tell you that the number one issue was control – a sense that British democracy was being undermined by the EU system. »

                      Mais ensuite il dit : « And yet we who agreed with this majority verdict must accept that it was not entirely overwhelming » comme s’il cherchait à minimiser le résultat.

                      Et sur l’Ecosse « We had one Scotland referendum in 2014, and I do not detect any real appetite to have another one soon. » S’il le dit…

                      Je ne sais pas vous, mais in ou out, le Boris, je ne le sens pas trop comme PM. D’autant qu’apparemment il soutenait bruyamment le « remain » il y a seulement 3 ans.

                    1. sam player

                      Oui j’avais vu votre titre à vous (très bon) et je trouve regrettable qu’un abruti sur CP change les titres des articles, et très souvent l’accroche du titre est même le contraire de l’article !

                    2. Nathalie MP

                      Non, c’est une question de SEO, de mots clefs etc…Il est vrai que je me préoccupe assez peu de ce genre de chose, essentiellement parce que je n’y connais rien. Mais c’est un tort.

                    3. sam player

                      Y a déjà une balise meta keywords sur votre article CP :
                      Brexit,Écosse,Irlande,Royaume Uni,Union Européenne

                    4. Aristarkke

                      Soyez fair-play!
                      Pourquoi le camarade Boris n’aurait-il pas droit à son côté féminin, si l’on en croit Same Player???
                      Vous en revendiquez le monopole??? (ici, c’est mal vu, comme mot)
                      😉

                    5. Nathalie MP

                      Sam player, ça vient de « same player shoot again » du baby foot ? Moi qui croyait que c’était « play it again Sam »de Casablanca ! Déçue, je suis !

                      Non, moi je me prends pour un homme comme les autres, même si c’est pas évident d’après mon image gravatar.

                    6. Nathalie MP

                      Il vaut dire, j’imagine, que les femmes sont versatiles, incohérentes etc… et ça, ce serait votre belle opinion des femmes, d’après lui.

                    7. Pheldge

                      Permettez que j’assaisonne de mon grain de sel ultra et marin : « les femmes sont versatiles, incohérentes etc… » se résume en trois mots : les femmes sont …femmes ! je rappelle à toutes fins utiles que ZE oxymore c’est « logique féminine » 😀

                    8. Pheldge

                      Ooooops, « que j’assaisonne votre salade de mon grain de sel ultra marrant ».
                      Et pour votre culture perso, et votre « formation », « same player shoot again », ou « tilt », c’est au flip pas au baby ! 🙂

            3. BDC

              Où ai-je écrit que nous vivions en URSS ? Je parlais de gouvernance (les institutions) versus la politique économique (le concret). Le ver était dans le fruit dès le départ, je préfère m’attaquer à la cause du mal plutôt qu’à ses symptômes.
              Ne connaissant pas le sujet, je ne me suis pas prononcée sur les motivations du Brexit.
              Sur le reste nous sommes d’accord.

            4. Pheldge

              Mais c’est qu’elle se défend vigoureusement avec ses petits poings ! Euh rectification, , on peut mettre ça au pluriel : elles se défendent vigoureusement avec leurs petits poings tous mimis 😀

              Plus sérieusement, je crois que quand on évoque aujourd’hui l’URSS c’est surtout le côté bureaucratie totalitaire auquel on pense. C’est un raccourci, mais au moins, c’est une image qui parle ! Quant à Koenig et Polony, ce sont les nouvelles mascottes des journalistes qui sentent le vent tourner, et c’est eux qu’on présente partout comme porteurs de la pensée libérale … ah j’oubliais, y’a aussi Rama Yade (qui ? ah, elle …). Tout ça ça s’agite, ça s’auto-congratule, ça se gratule le c.n aussi, mais c’est du Canada Dry.

              Mais bon, le Patron (que mille chatons communistes soient sacrifiés en Son honneur ) ayant sa Bimbo, le sam , un peu jaloux a jeté son dévolu sur une « Natte à chats » … 😉

              1. BDC

                Le côté « bureaucratie » est l’aspect le plus visible, à compléter par des commissions de non-élus, aux intérêts troubles, de Parlement sans pouvoir législatif et réduit à une chambre d’enregistrement, etc.
                Le côté « totalitaire » n’est pas vrai car comme le dit H16 : l’UE n’a pas le pouvoir de forcer l’application des directives, mais c’est le ressenti du peuple et ça se voit dans les urnes. Au final, tout était déjà écrit dans les années 40 modulo le pouvoir « totalitaire ».

                1. Bonsaï

                  Ne pas oublier le fond du problème qui est le « programme caché ».
                  On sait que pour la devanture l’UE a été imaginée pour contribuer à la stabilité et au développement européen.
                  Nul doute cependant que le fonctionnement routinier de l’institution permet opportunément de ne jamais mettre en lumière les justifications que les peuples seraient en droit d’exiger concernant tant la doctrine que les procédures sélectionnées. De même que l’identité de ceux qui les sélectionnent…

                2. Pheldge

                  ô très ravissante mais néanmoins très sérieuse, moi avoir dit « C’est un raccourci », c’est une image qui fait mouche … point. pas chercher plus, message être passé 🙂

        2. « Si tout est toujours si prévisible, comment on fait pour se retrouver toujours dans un tel merdier ? »
          Parce que ceux qui analysent froidement ne sont pas ceux qui prennent les décisions à chaud. Prédire que les socdems européens allaient partir en vrille et tancer l’UK, c’était une évidence. Prédire que l’UK va continuer à merdouiller pour savoir comment se sortir de ce guêpier est aussi une évidence, par exemple. Imaginer que ça ne peut pas bien se terminer (vu le calibre des bouffons en place, qui pourrait avoir les couilles de prendre des décisions claires, propres, intelligentes ?), c’est là encore assez simple.

          Maintenant, l’important n’est pas là : c’est la partie psychologique qui importe. Psychologiquement, le message envoyé maintenant est « la démocratie c’est pourri quand ça vote de travers », une fois de plus. Si on y ajoute les manœuvres pour enterrer le résultat, on va droit vers le pire possible : accroissement des tensions entre les pays, montée des nationalismes et l’issue est connue.

          1. monoi

            Ca fait longtemps que je crains a terme un eclatement a la yougoslave. Ca parait extreme, mais quand j’ai voyage la bas en 1980, les jeunes yougoslaves etaient tout plein d’optimisme sur leur avenir compare au notre.

          2. Nathalie MP

            Je ne serais pas aussi formelle sur le message envoyé.
            Il est bien évident que les interventions de BHL ou autres sont désastreuses, mais il y a d’autres exemples plus importants :
            J’ai entendu Merkel dire qu’il n’y avait aucune raison d’être « nasty » avec le UK.
            Et Cameron a répété aux communes que « the cabinet agreed that the decision must be accepted and the process of implementing the decision in the best possible way must now begin. »
            Quant au point sur la rapidité de sortie, je constate qu’il est utilisé contre l’UE dans tous les sens : Si ça traine, ce sera l’indice du caractère anti-démocratique de l’UE, et si ça va vite ce sera l’indice de son amateurisme politique.
            Sur le papier, c’est assez simple d' » avoir les couilles de prendre des décisions claires, propres, intelligentes ». Mais dans une vraie négo, il y a des contradicteurs, qui n’ont même pas les mêmes points de contradictions entre eux, donc c’est forcément plus compliqué.
            Le vrai problème, c’est que nous en France on a un personnel politique pas très reluisant ni aux affaires intérieures ni aux affaires extérieures.

            1. Lark on the Wing

              et si on leur envoyait Balkany comme négociateur ?

              Ce garçon a vraiment tout pour nous plaire : il déteste les impôts, et en paie le moins possible ; il dirige son dominion (pardon, sa commune) en ne cédant rien à la démagogie socialiste ; il est pour la libre circulation des personnes et des capitaux (notamment, mais pas exclusivement vers le Maroc et les Isles, d’ailleurs, il compte un Honorable Correspondant du côté du Piton) ;
              il est pour l’égalité des sexes et dans ce domaine, il a fait ses preuves, tant il est vrai qu’en tant que négociateur (genre go-between) le 357 Mag contre la tempe, c’est « fini les contestations, ya des statistiques là-dessus »…. bon, c’était dans un autre contexte, il est vrai, comme Pheldge peut en attester…

              Mais à mes yeux, il est vraiment l’homme de la situation…

              1. albundy17

                C’est vrai que nous avons un là un homme génial, il s’en met plein les fouilles, en arrosant encore plus que le pire des socialo, ce qui explique l’amour indéfectible de ses administrés.

                L’endettement est tellement rigolo que l’on pourrait penser à une blague gorafi, et quand il sera temps de régler sa facture, celle ci sera répartie sur le territoire, tandis qu’il sirotera ses cocktail dans une de ses propriétés sous les tropiques.

                Heureusement il est de droite

              2. Pheldge

                « en tant que négociateur … Pheldge peut en attester … » pas besoin de 357, d’abord c’est pas bien, les armes ça tue comme on sait ! Non, un marteau de charpentier permet de faire avancer très rapidement toute négociation, et facilite la prise de « sages décisions » : ménisques et rotules ne repoussent pas !

        3. Deres

          Je suis bien d’accord. Sans Europe, je crains que la France n’aurait même pas réalisé ses dérégulations et privatisations timides. Je rappelle qu’en ce moment, notre gouvernement est en train en catimini de recréer le monopole de la SNCF fusionné avec RFF et en appliquant à tous ses concurrents les règles de non travail interne ! Sans Europe, je pense que l’on aurait encore un monopole des télécommunication, un internet 56k à 100 euros par mois et des abonnements téléphoniques hors de prix. La seule chose qui empêche le pays de basculer dans le gouffre est justement la pression européenne vers une meilleure gestion. Rappelons nous au passage que c’est notre parlement qui va toujours plus loin sur les réglementations européennes dont le but n’est pas de contraindre mais d’essayer d’homogénéiser. Sans Europe et pire sans euros, nous aurions des déficit à 2 chiffres, nous en serions probablement à notre 3iième dévaluation depuis 2008 et surtout en train de faire la queue pour acheter des patates avec des tickets de rationnement comme au Vénézuela. Je grossis un peu le trait, mais c’est quasiment certain !

          1. Marabout

            C’est amusant, c’est ce que j’ai sorti à des collègues qui disaient que « l’UE c’est tout caca, il faut la quitter » ce midi. Le blanc a duré 3 secondes, et la conversation a mystérieusement dérivé sur le football. Je me serais cru sur BFM ^^

          2. bibi

            C’est bien mal connaitre la France et les français que de croire que se pays aurait adopté un chemin à la vénézuélienne.
            La France ne se réforme que contrainte et forcée, et sans l’euro et l’UE elle n’aurait pas des taux à 0% et elle aurait déjà mis fin à sa spirale d’endettement.

            Même si ça va tanguer très fort je suis moins inquiets à long termes pour le devenir des français e des britanniques qui sont des peuples qui ont toujours su réagir face à l’adversité que pour l’Allemagne.qui sera à mon avis le pays qui paiera le plus cher l’effondrement de l’UE.

            1. C’est bien mal connaitre la politique française pour croire que les corporations et les privilèges auraient été abolis. La voie vénézuélienne n’a même pas été écartée, elle a pour le moment été retardée, c’est tout.

              La France, la dernière grosse adversité qu’elle a dû affronter, elle a choisi calmement de collaborer avec zèle. Belle réponse, en vérité !

              1. Deres

                Bien avant la collaboration, lors de la deuxième partie de la bataille de France, de nombreux maire déclaraient leur ville ouverte et allait (courageusement) demander aux militaires français d’aller se battre plus loin avec leur écharpe sur l’épaule.

                1. Les Charcuteries Olo

                  Tiens, Bardamu aurait aussi vu ça lors de la première..?

                   » On a vu que l’un de ces pavillons, un peu plus blanc
                  que les autres, brillait de toutes ses lumières à toutes les
                  fenêtres, au premier comme à l’entresol. On a été sonner à la
                  porte. Notre cheval toujours derrière nous. Un homme épais
                  et barbu nous ouvrit. « Je suis le Maire de Noirceur — qu’il a
                  annoncé tout de suite, sans qu’on lui demande — et j’attends
                  les Allemands ! » Et il est sorti au clair de lune pour nous
                  reconnaître le Maire. Quand il s’aperçut que nous n’étions
                  pas des Allemands nous, mais encore bien des Français, il ne
                  fut plus si solennel, cordial seulement. Et puis gêné aussi. »

                  L.F.C. – Voyage au bout de la nuit

                  1. Lark on the Wing

                    Voui, j’aime beaucoup Ferdine, mais faut lire aussi Galtier « La Fleur au Fusil » vous avez l’impression d’y être, la baïonnette contre les feux croisés de mitrailleuses en août/septembre 14, c’était très sympa…

          3. vengeusemasquée

            @Deres : je suis absolument d’accord. L’UE est ce qui fait que le pays tient encore à peu près debout. C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.
            C’est une bonne nouvelle parce que, du coup, la France n’est pas (encore) le Vénézuela. C’est une mauvaise nouvelle parce que moribond, notre Etat ne se réforme pas. Tant qu’il y a moyen de tirer profit de la situation, rien ne changera.

            Le discours public actuel est terriblement hypocrite. Tout se passe comme si c’était le Royaume-Uni qui avait tout à perdre de la sortie de l’UE. Mais ce n’est pas le cas. Je suis convaincue que le RU a joué un rôle modérateur sur l’inflation dirigiste de l’UE et encouragé les aspects positifs de ce qu’était initialement la CEE. Il n’y a aucune inquiétude à avoir pour les Britanniques, ils ne manquent ni de ressources ni d’inventivité. Nous, en revanche, on va prendre cher parce qu’il n’y aura plus personne pour dire « stop, vous allez trop loin, bande de socialistes décérébrés ! ».

            Au point où nous en sommes, il faut souhaiter la remise à plat complète de l’Union ou sa destruction. Mais ce n’est pas ce qui va se passer.
            Soit les Brits ne partiront pas (c’est très loin d’être exclu) et rien ne changera, soit ils partiront et l’intégration technocratique franchira un pas supplémentaire qui ne sera certainement pas à l’avantage des peuples, ça c’est sûr.

            C’était pourtant un beau projet.

            1. Duff

              A lire vos commentaires à tous, je ne crois pas que les français sont moins divisés sur la question que ne le sont les britanniques en ce moment 😉

              Le projet de super état est nuisible et doit disparaître. Ce super état a déjà sa monnaie et qu’on me parle plus de l’orthodoxie budgétaire et monétaire allemande vu ce Draghi est en train et a déjà fait.

              L’autodestruction est trop largement enclenchée. La question c’est plus « jusqu’à quand? »

        4. Kazar

          J’avais rédigé un commentaire suite à votre article se terminant par le risque que d’autres pays ne « fassent des choix hasardeux » mais il n’a pas passé le cap de la modération (pourtant, point d’insulte ou de grossièreté), et c’est dommage. Cela dit, se focaliser sur l’économie et négliger volontairement la question fondamentale de l’identité et de l’histoire d’un peuple, c’est se tromper gravement, et aggraver la fracture entre les deux composantes dudit peuple. Et les tenants de la mondialisation qui, pour l’instant, profitent de ladite mondialisation, vont pleure lorsqu’à leur tour ils subiront l’uberisation, la délocalisation ou la disparition pure et simple de leurs emplois.

          1. Nathalie MP

            Vous parlez de mon article sur mon blog ou sur CP ? Si c’est sur mon blog, votre commentaire est peut-être dans les tris effectués par WordPress quand ils sont longs ou avec bcp de liens. Je vais voir.

              1. sam player

                Kazar, il y a 2 soucis sur CP
                Quand tu réponds à un commentateur, parfois le simple fait de citer son nom fait passer ton commentaire en modération ainsi que divers mots tel que Reich, raciste, holocaust… tu vois où je veux en venir.
                Et il y a carrément d’autre mots qui font disparaître complètement ton commentaire, j’en ai déjà cités ici et h16 en avait rectifié un.
                C’est parfois difficile de trouver le mot qui coince : il y a une semaine c’était Freddie !

          2. Nathalie MP

            Le pb de modération ne vient pas de chez moi.
            Je suis la première à valoriser la culture, l’enseignement, l’histoire, et j’essaie autant que faire se peut de me perfectionner dans tout ça. Peut-être parce que j’ai bcp déménagé dans ma vie depuis petite, je me sens avant tout Française (c’est-à-dire que je n’ai pas d’abord d’attache régionale), et ma représentation de la France, c’est cette petite forme en plastique si familière qu’on avait à l’école pour en tracer les contours sur nos cahiers, et ensuite placer les villes, les fleuves etc…
            Je pense cependant que le sentiment national, tout comme l’héritage chrétien, sont largement instrumentalisés par les « nationalistes » et des Robert Ménard parfaitement incroyants qui veulent mettre des crèches partout. Je suis née Française par hasard. Qu’est-ce qui m’empêche de vivre « à la française » aujourd’hui ? Rien. Qu’est-ce qui m’empêche , moi catholique, d’aller à la messe ? Rien.
            Ce qui nous plombe c’est la politique socialiste, c’est l’électoralisme à la Terra Nova qui a voulu s’alimenter au vote immigré, et ce sera certainement (je diffère avec vous) la cécité par rapport aux opportunités de développement apportées par l’uberisation que vous redoutez.
            La perte d’emploi, mon mari l’a connue après la crise, on a créé une société en 2011, et je suis contente de vous dire que non seulement maintenant je me paie, mais depuis le mois dernier on est aussi capable de payer une rémunération du gérant à mon mari, donc tout va mieux après être allé très mal. Il faut se dire que les emplois qui disparaissent n’ont plus d’utilité mais qu’il y en a d’autres qui s’ouvrent. L’erreur serait de vouloir s’arc-bouter sur les emplois anciens.

            1. Kazar

              Loin de moi l’idée de m’arc-bouter sur les « ’emplois anciens », mais mon message est plutôt que pour l’instant nous n’avons encore rien vu en termes d’ubérisation. Un exemple : le site fiverr qui propose des milliers d’offres de services à partir de 5 dollars dans des domaines très variés. Quand le prestataire de service (à part le tourisme, comme nous avons abandonné l’industrie et que nous laissons crever les agriculteurs, il ne reste que les services) français va être en concurrence avec le pakistanais parlant et écrivant anglais qui propose la création d’un site marchand à 20 dollars, deveniez qui va faire la tête ?
              Ma profession (avocat) est déjà ultra concurrentielle et je me rends bien compte que soin âge d’or est loin derrière, c’est comme ça, et je réfléchis à d’autres solutions. Bravo pour votre entreprise, mais tout le monde n’est pas capable de faire comme vous, et ce n’est pas en accueillant par dizaines de milliers des nouveaux arrivants ne parlant pas français et sans formation (le mythe de l’ingénieur nucléaire afghan a vécu…) qui vont peser sur les finances publiques (avec donc de nouveaux impôts et taxes prélevés sur les entrepreneurs comme vous) que les dirigeants vont améliorer les choses.
              Plus simplement, je regrette cette vision à très court terme selon laquelle l’économie doit tout dominer et qui sous-entend que les hommes sont interchangeables. Ce n’est pas le cas, et A. Finkielkraut l’exprime infiniment mieux que moi, dommage qu’il ne soit pas plus entendu.

              1. Nathalie MP

                Alain Finkielkraut exprime très bien les choses, j’apprécie énormément ses réflexions et son sens littéraire. Eh bien justement, il fait la différence entre l’anti -racisme béat des socialistes et ce qu’il appelle « l’indifférence » et « l’inhumanité revendiquée par le Front national ». j’en ai parlé dans mon article « Pas d’amalgame : critique et contre-critique ».
                http://www.causeur.fr/alain-finkielkraut-onpc-antiracisme-34865.html
                NB : Pour la petite histoire, quand j’étais étudiante je m’occupais d’une asso qui recevait des intellectuels pour parler de leurs livres, et j’avais invité Finkielkraut (en 1982, je crois) sur ses différents ouvrages à date, et notamment « Le Juif imaginaire ». Depuis, je pense avoir lu presque tout de lui.
                Je ne crois pas que les hommes soient interchangeables, certainement pas. Mais il y a des décisions politiques qui ont l’air généreuses car elles semblent préserver des acquis; et qui finalement ne font que repousser l’inéluctable et rendre l’atterrissage encore plus catastrophique.

          3. Nathalie MP

            Et j’ajoute : si je vois un vrai péril bien concret pour l’avenir de la France, c’est ce que nous concocte NVB à l’éducation nationale avec son appauvrissement orienté des programmes.

            1. Kazar

              Je ne peux évidemment que vous rejoindre sur ce point, tant le sacrifice de générations entières sur l’autel de l’égalitarisme forcené nous conduit vers le gouffre.Et tout ça dans un seul but : garder le pouvoir.

      3. Royaumont

        S’il te plait, ne met pas BHL et Nathalie MP dans la même phrase. Tu peux ne pas être d’accord avec elle, mais ça n’a rien de commun avec les éructations haineuses de l’idole vieillissante de la gauche caviar.

              1. albundy17

                Heuuu… je ne voudrais pas envenimer, mais si sa laitue est croustillante, j’éviterai d’y poser un doigt ou autre chose

          1. Nathalie MP

            Gaspard Koenig a poussé un « coup de gueule » sur le résultat du référendum que je trouve parfaitement outrancier. Si vous me comparez à lui, alors que je ne le suis pas plus sur son grand dada (le revenu universel), il va falloir que je me pose de graves questions sur ma façon de dire ce que je pense. Il y a manifestement malentendu.

              1. Nathalie MP

                Les Caractères de La Bruyère, j’adore !
                En ce qui concerne G. K., il est peut-être plus passionné dans ses sujets de prédilection que vraiment comme Arrias :
                « Arrias a tout lu, a tout vu, il veut le persuader ainsi ; c’est un homme universel, et il se donne pour tel : il aime mieux mentir que de se taire ou de paraitre ignorer quelque chose. …. »

  13. Duff

    La conclusion de tout ceci me paraît très limpide, je l’ai écrit dès vendredi : la réaction des pro-européens sera exactement celle des ODS chers à Charles Gave (qu’on entendra jeudi matin sur le sujet ça risque d’être très rigolo tant les réactions sont niaises au micro de Nicolas Doze pour le moment).

    Ce qu’on a fait n’a pas marché alors il faut aller plus loin… L’effondrement de l’UE n’est plus qu’une question de temps et sera précipitée par les initiatives pour « plus d’Europe » dont personne ne veut et portera au pouvoir ce que Farage appelle des partis « déplaisants »…

      1. Duff

        vu. celui de la semaine dernière qui annonçait le brexit était très fort à lire pour bien comprendre l’importance de la réaction lamentable et révélatrice des politocards qui nous gouvernent décrite dans le billet du jour.

  14. Bonsaï

    Le plus amusant c’est de voir l’agitation soudaine du petit bonhomme de Tulle…
    Enfin il se réveille de sa torpeur habituelle pour s’emparer avec fougue d’une cause qui enfin lui paraît à sa mesure. Et qui nous permet désormais de le cataloguer avec plus de précision : un valet qui sert ses maîtres !
    Tout feu tout flammes il veut punir les insolents Brits et prendre la tête de la croisade pour se faire bien voir à Bruxelles. Son entrevue de l’après-midi avec sa muse allemande devrait néanmoins contribuer à le calmer un peu, après qu’elle lui aura sans doute fait voir les chose sous un jour plus nuancé.

    1. Royaumont

      Tout se déroule comme prévu : mines déconfites, propagande débridée, et la promesse de plus d’Europe comme solution à tous les problèmes.
      Bastiat (je crois) disait que pour réformer l’administration, il fallait surtout éviter de confier cette tâche à des fonctionnaires.
      Ici c’est pareil, pour réformer quoi que se soit, il faut commencer par changer le personnel politique en place, au niveau européen comme au niveau national.
      Comme c’est la dernière chose qu’ils envisagent, qu’il feront tout pour que ça n’arrive pas, il n’y a que 2 issues possibles :
      l’asservissement total des populations d’Europe (je n’ose dire des peuples et des nations),
      l’expulsion violente des élites en place.
      Le choix est entre la tyrannie ou la guerre civile, l’esclavage ou la violence.

      Les mois et les années qui viennent promettent beaucoup…

      1. Aristarkke

        Pour les fonctionnaires, je verrais plutôt Clemenceau (la soi-disant idole de Valls qui n’ en connaît visiblement rien en dehors, peut-être, du portrait ou du juste) qui était beaucoup plus féroce dans le vitriol que Bastiat. (les fonctionnaires font les meilleurs maris. Non seulement en rentrant à la maison, ils ne sont pas fatigués, mais en plus, ils ont déjà lu le journal…)
        Un arbitre???

      2. Peste et coryza

        Cela peut être pire que ça.
        Certains « libéraux » allemands (genre celui là : Jurgen Habermas), eurolâtre forcément, proposent déjà d’éliminer des parties entières de la population (les futurs remplacés par la robolution).

        Expulsion violente des élites, je n’y crois pas : voyez la Grèce. La mortalité infantile a explosé, la croix rouge y ramasse des gamins morts de dénutrition sur le chemin de l’école, et pourtant aucun grec n’est allé « ouvrir » un fonctionnaire ou un eurolâtre.

  15. Calvin

    Hier soir, j’ai regardé le journal télévisé de TF1.
    J’ai vu Roger Gicquel qui a lancé un sinistre :
    « L’Europe a peur… ! »

  16. Olivier R

    Parmi le flot des bêtises entendues depuis vendredi une seule proposition intéressante entendue et qui est venue de manière elle aussi inattendue d’un socialiste pur jus: L’indécrottable Dany Cohn Bendit qui militait hier matin pour des élections européennes… européennes! Ce qui peut paraitre logique mais n’a jamais été mis en place. Avec des listes,têtes de listes et programmes européens pour les élections au parlement européen (à la place de listes nationales qui servent juste de défouloir à un instant T) on aurait tout de même un gain non négligeable de démocratie à Strasbourg et Bruxelles et on sortirait peut être du « c’est la faute à Bruxelles » …

      1. Olivier R

        Bah il est déjà là de toute façon… Voir les hommes politiques français devoir s’engager sur des programmes en commun avec des politiques étrangers ça pourrait être rigolo… Ca pourrait tout de même enlever une bonne dose d’hypocrisie à tout ce bordel.

      2. albundy17

        Ze sait pas, couplé a une suppression de la couche état de chaque nation, une harmonisation fiscale et un recentrage vers des fonctions uniquement régaliennes de sécurité intérieur comme extérieure, ça pourrait le faire, non ?

        1. Parier sur des états nationaux qui se laissent mourir, abandonnent leur armée et leur fiscalité et les laissent à l’état européen (fédéral ?), ce n’est même plus de l’utopie, c’est du rêve éveillé, du fantasyland sous ecsta…

          L’erreur d’analyse est toujours la même : les gens surestiment monstrueusement le pouvoir de la « superstructure » bruxelloise (qui n’en a en réalité à peu près aucun) et sous-estiment tragiquement le pouvoir des Etats membres. Nom d’une pipe, ces derniers ont des armées, des flics, des SWAT teams, des tanks et la bombe atomique. L’UE, elle a Schultz et Junker…

          1. Olivier R

            Oh mais je suis d’accord, le problème de l’Europe c’est avant tout les Etats membres mais justement, ajouter un peu de transparence à la partie UE du bazar ça permettrait peut être un peu à la vérité d’apparaitre aux yeux de certains…

          2. Deres

            Oui, la commission est nommée directement par les gouvernements nationaux parmi leurs membres émérites. Les parlementaires européens sont des parlementaires nationaux en quête de points de chute qui ne rêvent souvent que de revenir au parlements nationaux. C’est donc blanc bonnet et bonnet blanc. Les accusations mutuelles sont un grand jeu de rôle de type gentil flic/méchant flic dont nous sommes le pigeon.

          3. Patatrac

            Vous pourriez ajouter S.Royal après la dissuasion nucléaire, ça c’est un argument dans une négociation « On va lâcher S sur vous… » serait un peu requinquant.

          4. albundy17

            Oui, une europe fédérale, un rêve éveillé, comme ceux qui ont construit et mis en place l’euro.

            Si brussel n’a aucun pouvoir que de nous ponctionner, autant supprimer la superstructure. Pourtant j’en entends qui disent, ici même, que sans eux la france seraient déjà en dépot de bilan type vénézuelien

        1. René-Pierre Samary

          Allez, Sam, pas de honte, avoue que nous chantions ensemble ;
          « Ca manque de femmes, mais on s’en fout,
          On est mieux entre nous.
          Les filles, malgré leurs bons coups d’reins
          N’ont pas le pied marin »

            1. Scarlet Pimpernel

              pas de honte à avoir question naupathie ! Horatio Nelson lui-même, n’est-ce pas…. pour ne rien dire de Hornblower….

              1. René-Pierre Samary

                Hornblower, dont le personnage est pour une large part inspité par Nelson, comme tu sais, vomi compris.
                @ Val
                Ainsi, tu fais partie de ce beau sexe
                « qui vire à l’abandon
                mais jamais ne chavire
                que sur fond d’édredon. » ?

      1. Pheldge

        Tout à fait Thierry sammy ! d’ailleurs n’y a-t-il pas ce fameux proverbe « la femme violant, l’amour retournant … » euh enfin … 😉

  17. Patatrac

    Les politiciens ont très bien compris la situation. L’intégration encore plus poussée de certaines nations – les fondateurs historiques – qui était annoncée par la disparition lente du principe de subsidiarité – montre que le fonctionnement de L’Europe tel que nous le connaissons aujourd’hui ne peut être réformé, donc une nouvelle couche pour les 27 restants. Cette volonté constante de « plus de… » est la seule manière de pérenniser un système ou des troisièmes couteaux – les politiciens – peuvent jouer un rôle de premier plan. La réforme de cette Europe (notre Europe !) ne peut faire l’économie de la liberté de choix qu’il faut redonner aux individus et agents économiques dans un ensemble d’Etats-Nations, c’est je crois le sens du Brexit.

  18. Pencil Ivy

    Ca me fait vraiment penser à ce genre de rupture qui se passe mal, avec une absence de remise en question et un ego très touché (comment ? On ose me quitter, moi qui suis si génial(e) ?), avec en filigrane le « si c’est comme ça, casse-toi ! », limite « de toute façon, on est mieux sans toi, na ! »
    J’ai même l’impression de revoir, à une autre échelle, le début du quinquennat avec le départ de beaucoup de grands noms qui quittaient ce pays si merveilleux où il ne fait forcément que bon vivre avec l’arrivée des Gentils au pouvoir.
    Et comme tous nos politiques à l’ego démesuré, on ne se pose pas la question de pourquoi on se détourne d’eux ou de leurs projets. Le parti perd des adhérents ? C’est la faute des gens qui n’ont rien compris Les gens ne votent plus pour nous ? Rendons le vote obligatoire.
    Et pour conclure en rendant crédit à l’auteur, je dirais « forcément, ça va bien se passer »

    1. Val

      @Pencil Ivy +1 ,bien vu : le « casse toi riche con » appliqué aux nations .
      Bien sûr lors du dévissage de l UE qui s’annonce , ce sera de la faute des anglais , le scénar est déjà écrit

  19. Tarmineldur

    Cher hôte, j’ai été très interessé par cet article comme par le précédent mais je suis très étonné que vous ne commentiez pas d’avantage le profil sociologique des votants.
    Les différences considérables d’une région à une autre, entre les jeunes et les vieux, et suivant la classe sociale me paraissent des éléments cruciaux de ce vote.
    En tant que jeune freluquet, une sympathie -passagère et rapide- pour l’UE m’a saisie à la vue de ces résultats qui montrent bien que L’UE est un espoir pour de nombreux jeunes de mettre à bas l’ordre gérontocrate.

    1. albundy17

      Ari, encore un qui veut te passer à la moulinette.

      Les djeun’s n’ont pas voté, je ne comprends pas comment ils définissent l’espoir que vous auriez perçu

      1. Aristarkke

        😆

        Étonnant que Pheldge n’ ait pas réagi à cette menace???
        Réveil difficile après les agapes d’ hier???
        Décalitre de panaché qui lui reste sur l’ estomac en le clouant au lit???

        1. Pheldge

          Et non, j’avais piscine plage cet aprèm , regarde mon gravatar, la lumière de l’hiver austral donne à l’océan des couleurs magnifiques.
          Et oui, je viens de répondre, un message plein de cette nouvelle sagesse qui m’imprègne depuis hier, à M. Freluquet , le jeune 🙂

          1. Bonsaï

            Ha, ha ! mais c’est donc vrai, le voilà devenu mesuré et civil, notre Pheldge national. Avec l’âge il a soudain pris de la componction et du recul, bien qu’on puisse redouter qu’à brève échéance le naturel ne revienne au galop…

    2. sam player

      Sauras-tu trouver dans les commentaires celui de Higgins qui montre qu’en réalité en intégrant la participation par classe d’âge les djeuns sont ceux qui s’en foutent le plus et qu’ils ont le plus faible taux de Remain ?

      Ouais, lire des commentaires pour un djeun c’est trô dur !

    3. Val

      @Tarmineldur la moyenne d’âge et le cursus des membres de la commission devrait assez rapidement doucher vos espoirs les plus fous . L UE comme le communisme est une construction théorique qui peut séduire certains d’entre nous mais quand on vit sur terre on récolte une bande de fonctionnaires dont le passe temps favori consiste à légiférer à tirer bénéfice de leur position toute la sainte journée .

      1. Kazar

        Joliment envoyé chère Val !!! A propos, j’ai reçu de nouveaux jouets, qui me paraissent plus que jamais nécessaires vu la tournure que prend la situation.

      2. Tarmineldur

        Je partage cette analyse mais la conclusion logique en serait que les jeunes comme les vieux votent contre leurs intérêts. Ce paradoxe m’interroge.

    4. Pheldge

      Cher jeune freluquet, l’histoire se répète que c’en est presque navrant : ceux de 68, ceux de 85 (ma génération 😉 ) etc… voulaient « mettre à bas l’ordre gérontocrate »
      Quelle vanité ! méditez cette phrase de Finkelkraut-le-maudit « révolutionnaire à vingt ans, réactionnaire à cinquante » , notez la, oubliez la dans un coin , et vous la relirez avec humour teinté modestie je l’espère, dans quelques décennies 😉

      1. Peste et coryza

        C’est vieux comme le monde :
        « Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture. »
        Inscription retrouvée à… Babylone.

      2. Royaumont

        Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
        Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
        Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
        Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
        Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie

        Platon, La république.

      3. Tarmineldur

        Mais je suis déjà parfaitement réactionnaire, rassurez vous.
        Les révolutionnaires, ce sont eux. C’est eux qui ont des grands projets pour l’humanité, qui prétendent imposer de nouvelles valeurs et qui ont tout déconstruit.
        Les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas semblables à ceux d’hier.
        Une démocratie où les inactifs sont trop nombreux va nécessairement à la catastrophe. Les plus de 65 ans sont une meute de loups, lorsqu’il votent le menu du repas avec les jeunes ovins, pas sur qu’ils choisissent la salade.

        1. Tarmineldur

          Quant à la vanité de ce combat, je la récuse. On voit bien que Cohn-Bendit & cie ont gagné leur combat.
          Une génération à pri le pouvoir et ne l’a jamais lâché, elle a organisé la culture, l’économie et le système social à son avantage. Aujourd’hui, cette caste devient parasitaire. La survie de la France dépend de sa capacité a éliminer ce parasite que j’appelle »ordre gérontocrate ».
          Le système de retraite organisé pour eux , le prix de l’immobilier maintenue artificiellement haut, l’imposition massive du travail, l’endettement de la France, voilà ce que c’est que l’ordre gérontocrate.
          Et H16 en est son pourfendeur

          1. Bonsaï

            Je crois que vous vous trompez de combat. Les Manuel, Myriam et Najat ne sont pas des vieillards et le chef des brigands est encore plein de sève !
            Mais dresser une classe contre une autre fait bien partie de leur plan : pendant que le peuple se perd en vaines querelles ils mettent en place leur dispositifs malveillants.

    5. BDC

      Vu la pyramide des âges des électeurs, faudra attendre quelques années avant de « mettre à bas l’ordre gérontocrate ». Dans le même ordre d’idée, voir comment se répartissent les électeurs entre les actifs salariés et indépendants versus les inactifs et chômeurs, on comprend tout de suite que le collectivisme a encore de beaux jours devant lui en France.

      1. Lark on the Wing

        Ont voté Brexit 53% des Blancs et 58% des Chrétiens
        Ont voté Remain 67% des « Asiatiques » et 78% des Musulmans…

      1. BDC

        On dirait bien si l’on en juge par le palmarès du tweet consternant en effet : 3 tweets féminins sur 4 sélectionnés par le Patron !
        « Réaction parfaitement émotionnelle, incohérente, irrationnelle, toute en duplicité et en hypocrisie », ça ressemble à la féminitude de René-Pierre.

        1. Bonsaï

          Déjà le langage du tweet, le pépiement des moineaux, le « must be there »…
          Trierweiler savait aussi fort bien manier cet outil, si mes souvenirs sont bons…

  20. sam00

    Juppé sur sa page facebook appelle lui aussi à se montrer très ferme avec les grands bretons et à aller très vite dans le processus de sortie … je cite :
    « Invité de Ruth Elkrief sur BFM TV, j’ai appelé à envoyer un message clair aux Britanniques. Il leur revient désormais d’assumer leur choix, le Royaume-Uni ne peut pas avoir un pied dehors et un pied dedans. Il nous faut fixer un nouveau cadre avec ce partenaire stratégique. »

    Le même qui depuis près de 10 jours n’est pas capable de régler le problèmes des éboueurs dans la métropole bordelaise …

      1. sam00

        Normal Val …
        Souvenez vous qu’il est capable de rester droit dans ses bottes pendant qu’il retourne sa veste et baisse son pantalon 😉

        D’ailleurs, nous allons en avoir un bon exemple sous peu à Bordeaux face aux éboueurs qui réclament « seulement 50 euros d’augmentation de manière à compenser la hausse de [leur] mutuelle »

        1. sam player

          Oui, quelqu’un avait fait un trait d’esprit sur le sujet du « just in the middle » et c’est là que je voulais en venir 😀 … avec tact, comme à mon habitude…

  21. honorbrachios

    «Brexit : les politiciens n’ont toujours pas compris»….
    moi j’ai une vision beaucoup plus noire et cynique de celà..
    .A rapprocher avec la chasse à l’argent liquide….
    Pour la tonte du cheptel, le gros problème des élites est l’ouverture des frontières.
    En faisant mine de rien, et en utilisant les cons utiles et les vrais problèmes, ils emmènent exactement le troupeau la ou ils veulent, tout en faisant croire que c’est effectivement les gens qui choisissent , à savoir la fermeture des frontières ou ils pourront tondre tranquillement les gens, voir allez jusqu’à des guerres qui pourraient résoudre de façon habituelle l’endettement et le vieillissement de la population…

    1. Higgins

      Comme le précise Gilles Devers dans son billet (le lien est plus haut), le référendum n’est que consultatif. Il faut un parlement acquis au BREXIT pour pouvoir demander la mise en œuvre de l’article 50. Autant dire que ce n’est pas gagné. Par ailleurs, le hasard (fait-il toujours bien les choses?) fait que c’est la GB qui doit présider l’UE au premier semestre 2017.

  22. Tarmineldur

    Les commentaires & les articles en lien, je les ai lu, merci. Quant à « l’arnaque du vote des jeunes » vous êtes gentils mais vous me rappelez un peu trop le petit journal expliquant l’abstention est le premier parti de France ou n’importe quel politicien expliquant que l’abstention joue contre lui.

    Les jeunes votent moins que les autres, en France comme au UK et quelque soit l’election. Rien à voir avec l’Europe.

    1. Helios

      Il faut simplement relativiser l’affirmation que les jeunes seraient contre le Brexit : en réalité seuls 27% ont voté contre, soit moins que les vieux (33%)

    2. sam player

      Vous aviez écrit : « « …la vue de ces résultats qui montrent bien que L’UE est un espoir pour de nombreux jeunes… »

      … alors que l’abstention montre que les jeunes s’en foutent plus que les autres.
      C’est vous qui mettez en avant la classe d’âge.
      S’il n’y avait eu qu’un seul votant pour le Remain dans cette classe d’âge vous diriez que 100% des jeunes étaient pour le Remain ?

      1. sam player

        S’il n’y avait eu qu’un seul votant dans cette classe d’âge et que ce votant soit pour le Remain vous diriez que 100% des jeunes étaient pour le Remain ?

  23. Alx

    On peut tenter une liste des lois debiles qui « viennent de l’europe », avec a l’appui les lobbyistes probables qui les ont poussés, comme la fin des ampoules a incandescence avec, au hasard, Philips, alors un des leaders des fluocompactes?

        1. albundy17

          lol, il fait de la résistance.

          Pour les ampoules: .aliexpress.com/category/150402/light-bulbs.html?spm=2114.11010108.113.30.P0eP2C

        1. Duff

          Les gens qui votent UKIP ou écoutent ses discours s’en foutent totalement. Les tenants du Remain ont fait très fort niveau bullshit et manipulations par la peur, nous l’oublions pas.

    1. sam player

      MDR
      Dire aux parlementaires qu’ils n’ont jamais eu un vrai travail de leur vie… puis leur dire pour finir qu’on peut être les meilleurs amis du monde…

      1. Duff

        Oui ça m’a fait rire, Farage ne peut pas s’empêcher de provoquer car honnêtement la fin de son discours est remarquable. D’autant que le coup du job il l’a déjà fait lui et ses compères, je me rappelle d’un magnifique « Get a job » lancé furieusement à une bobo progressiste de je ne sais plus où!

    1. Kazar

      C’est mesquin, comme si nous étions à 600 millions près… Le plus drôle, c’est la notion d’aide « pour le développement des régions » alors qu’on vient de les fusionner pour faire des économies (fusions qui vont en réalité nous couter un max).

      1. Deres

        Le plus drôle, c’est que c’est une taxe pour 2017, donc pour après les élections. La douloureuse va avoir du mal a sortir fin 2017. Quelque soit le vainqueur de l’élection présidentielle, on va se choper une jolie augmentation des impôts pour boucher les trous, probablement la TVA qui sera très probablement présentée comme une TVA sociale surtout si Sarko l’emporte. En effet, c’est le seul impôts où certain de nos voisins européens font pire que nous (25% dans certains pays). Et au passage, il paieront l’intégration du CICE en baisse de charge par ce biais.

      2. Pheldge

        Ô Camarade Kazar, c’est mesquin, mais surtout petit joueur ! ce manque d’ambition sent la fin de règne à plein nez ! 😉

  24. Taisson

    @Termineldur
    Pour ou contre, certes, mais encore une fois on à dans chaque camp, l’association de la carpe et du lapin…
    Quand à la gérontocratie….Voir Georges!

  25. JiJiBé

    Dès lors où un british pur jus déclarait il y a quelques dizaines d’années avant notre ère :

    « L’Angleterre n’est plus un pays industriel, c’est quelque chose entre un salon de thé qui a fait faillite et un terrain de golf »

    A quoi d’autre pouvions-nous nous attendre ?

    Et de toute manière citant O.Wilde ou les carnets du Major je ne sais plus – entre la France et l’Angleterre la meilleure chose est la Manche – quelle idée que d’avoir construit ce tunnel qui ne sert à pas grand chose sinon en définitive ajouter aux misères de peuples égarés.

    Les uns en recherche de nouveaux repaires, les autres en quête de leurs antiques repères.

    C’est pas comme nous is not it ?

    1. petit-chat

      Les uns en recherche de nouveaux repaires :
      pour les envahisseurs, boboïquement appelés « migrants » comme s’ils allaient repartir ?

  26. jeans82

    Comme il a souvent été dit ici, des jeux et du pain.
    C’est un bon résumé de la méthode de gouvernance française.
    Il ne faut donc pas s’étonner que les électeurs partent dans tous les sens ! le niveau étant déjà plus que moyen, le ouï dire compte plus que la réalité.
    Un coup à droite, un coup à gauche et sans doute, extrême droite toute en 2017.
    Les médiats si complaisant sont à mon avis en grande partie responsables. C’est plus intéressant de passer les chtis à Pétaouchnock que de parler des dérives de notre démocratie de courtisans bien nourris.
    Alors, parler des dérives des nantis inutiles de l’Europe, c’est trop leur demander.

  27. jeans82

    En politique, l’immobilisme étant plus payant que l’action à risque, je ne doute pas que le Brexit nous emmènera vers le « Grand Rien » !
    L’EU ne tirera aucune conclusion à la défiance des peuples face à la bureaucratie du mammouth Européen.

  28. jeans82

    Le retrait façon Brexit et Grexit et peut être Frexit c’est la méthode Maginot contre la reproduction des technocrates ?

  29. sam00

    HS, mais je pense que cela va intéresser notre hôte:

    Vous souvenez-vous de l’annonce de Ségolène d’offrir des ampoules LED gratuites? Et bien cela semble en cour … :

    https://www.mesampoulesgratuites.fr/ et http://www.reduc-light.fr/

    Bon, par contre, il ne faudra pas gagner beaucoup pour avoir droit aux ampoules led gratuites :
    https://www.mesampoulesgratuites.fr/comment-ca-marche/

    A noter aussi que si on ne veut pas donner son No fiscal et son No d’avis d’imposition, ce n’est plus 29,99€ le pack de 10 ampoules, mais 39,99€ … sans parler du prix initial barré (102€), et de la fantaisie des 1400€ d’économie (on se demande bien comment)

    Bref, ça sent encore la bonne opération qui va coûter un max aux contribuables … et n’économiser aucune énergie.

      1. sam00

        Je savais bien que ça vous aller vous plaire 🙂

        Si l’un des lecteurs est assez nécessiteux pour mériter la subvention … et qu’il/elle est prêt à donner ses informations fiscales à des tiers mal identifiés, je serais curieux de connaitre l’origine de fabrication des dites « ampoules » … chine très probablement!

        En fouillant un peu (banggood), j’ai trouvé des packs de 10 ampoules GU10 7w 620/650 Lumen (donc plus que les 550 affichés sur mesampoulesgratuites) pour 16,07€ en warm white, et 12,91€ en pure white (livraison incluse, cela va sans dire).

        Le coût de la logistique étatique du prélèvement de la taxe et des Certificats d’Economie d’Energie, ainsi que le coût de vérification des dossiers et de distributions des ampoules ne dépasse-t-il pas de très loin la maigre subvention … même pour les plus pauvres?

        Franchement! Tout ça pour économiser l’équivalent de trois pintes de bières en happy-hour et d’un demi paquet de clopes bon marché … j’avoue que j’ai l’impression d’être dans la quatrième dimension 🙂

  30. René-Pierre Samary

    Ils ont osé dire « non », il faut les punir.
    Réaction épidermique, comme celle d’une femme en colère, parce qu’on dédaigne ses appâts flétris.
    Réaction absurde, car…
    Soit l’Europe est une bonne chose, et les british se punissent eux-mêmes en la quittant… Pourquoi en rajouter, alors ?
    Soit c’est une mauvaise chose, et le « non » devrait inciter à se regarder dans un miroir: pourquoi me quitter ? Suis-je donc devenue si laide ?
    Comme dit Arnolphe : « Pourquoi ne pas m’aimer, Madame l’impudente ? »
    L’Europe telle qu’elle est devenue, vieillissante et mal aimée, c’est un peu Miss Ratchett.

    1. sam player

      Réaction épidermique qui me rappelle les quelques fois où j’ai démissionné.
      L’impression d’être accusé d’adultère… Y a même un de mes employeurs dont je n’avais pas accepté les conditions d’embauche après un contrat de 2 ans qui m’a carrément fait casser mon visa avec 48h pour quitter le pays…
      Comme je disais sur CP ça doit être le genre de personne qui quand leur conjoint commence à envisager le divorce, ils balancent ses affaires par la fenêtre !

      1. Lark on the Wing

        N’y-a-t-il pas eu une sombre histoire de steak, chez toi, Don Segundo ?

        Curieusement au reste, cela évoque pour moi la scène d’un roman que je n’arrive pas à retrouver…

        Dans cette même rubrique, d’ailleurs, je cherche à identifier un autre roman, lu il y a des décennies, dont l’intrigue se passe pendant la guerre d’Espagne (napoléonienne) avec un escadron de hussards qui envahissent un couvent, violent naturellement les nonnains, s’en font servir, puis, découvrant qu’elles s’apprêtent à les assassiner pendant la nuit après qu’ils se fussent assouvis, les massacrent préventivement et repartent… Aaah! la guerre sans dentelles…
        Si quelqu’un connait ?

        1. sam player

          Ca me rappelle un fil « les Innocentes » dans lequel les nonnes d’un couvent en Pologne ont été violées dans un sens par l’armée allemande en 43 et dans l’autre sens par les russes en 45..

          A suivre un lien sur les romans de cette époque, sinon tu peux googler le texte ci-dessous tu devrais y trouver ta vie

          L’impact littéraire de la guerre d’indépendance espagnole en France
          aux XIXe et XXe siècles
          Jean-Marc Lafon

          PS : j’ai rien compris sur le steak… (la drogue c’est mal)

            1. Hussard Bleu

              merci pour ce lien, je me demande si ce n’est pas précisément ce garçon que j’avais contacté l’année dernière…

          1. Hussard Bleu

            Histoire familiale que, dans un moment d’abandon, tu avais confiée sur ce blog, la séparation des parents dans la cuisine….

            et Don Segundo Sombra, c’est bien….

            Pour ce qui est du roman (une nouvelle plutôt) avec les Hussards au couvent, j’ai googlé partout, et suis même rentré en correspondance avec un type de la fac de Montpellier, spécialiste de la période… nada…

          2. petit-chat

            les nonnes d’un couvent en Pologne ont été violées dans un sens par l’armée allemande en 43 et dans l’autre sens par les russes en 45
            Mais que veux-t-il dire ?!

            1. sam player

              J’avais écrit cela complètement innocemment, tu penses bien…
              Vous avez vraiment l’esprit mal tourné… le petit Jésus vous regarde… et Nathalie MP aussi…

  31. FacePalm

    En fait le Brexit inquiète les extraterrestres, dixit Junker himself… si, si ! :
    //www.youtube.com/watch?v=4e8grEVGMLA

    (lien suis)

      1. albundy17

        J’ai trouvé !

        L’anomalie tiens au fait que vous ne lisez pas les commentaires, cette information a été déjà été relayée

      2. Bonsaï

        Trop tard ! déjà publié et abondamment commenté hier (avec même une dispute de gamins « j’étais le premier, etc…. »).
        Moralité : il faut lire H16 tous les jours ! »

        1. FacePalm

          Je lis tous les articles tous les jours , et de Je lis generalement la plupart des commentaires, mais hier j’avais piscine pour les commentaires…

          1. sam player

            Mais vous êtes le premier à nous mettre la vidéo en ligne directement sur le site… one point !

            Ce point ne peut être dépensé que sur les autres planètes – excepté chez les klingons – au delà d’1 parsec et sa durée de validité est d’1 an.

            1. FacePalm

              Je donne mon premier point (donc exempté de la taxe galactique sur les dons) au premier qui voie l’anomalie dans la video…. C’est assez facile !

                1. sam player

                  Si c’est à quoi je pense que tu penses, je ne vois pas d’anomalie. On peut avoir l’impression au premier rabord, mais au 2ème rabord ça ne me semble pas !

                2. Bonsaï

                  On a juste l’impression que ce ne sont pas les mêmes auditeurs qui sont derrière Juncker, mais ce n’est qu’une illusion due au changement de caméra…
                  Vous êtes nouveau sur Terra Solis ?

                  1. FacePalm

                    Pour l’anomalie, a mieux regarder , c’est vrais que ca se discute (ou pas) : Merci Bonsai et Sam (Perdu mon point donc)… Alors Junker parle sérieusement des ET??? Trop Enorme !!!!

                    1. Bonsaï

                      Certains, gênés aux entournures, ont prétendu que comme sa langue maternelle est le flamand il aurait voulu dire « pays » et non « planète », mais là c’est tirer le bouchon un peu loin.
                      D’autant plus que Junker est loin d’être un novice et qu’au final son job c’est justement la communication !
                      Donc il l’a dit, il n’était pas ivre, pas drogué, pas manipulé par des puissances extraterres…
                      D’autres solutions à proposer ?

  32. FacePalm

    Donc ce monsieur serait en contact avec les ETs? Et ILS se soucieraient des problèmes économico-politiques de l’UE ? WTF ? Champagne ?

    1. Bonsaï

      Il n’est pas en contact, il en est un. Et là il vient juste de se marcher sur la barbe…
      Mais après c’est business as usual, on allume les contrefeux, on en rigole, on dit que c’est un fake.
      Mais comme ce n’est pas la première fois qu’une telle boulette se produit (et ça ne date pas d’aujourd’hui) on a déjà quelques théories fort bien documentées qui traînent par ci par là, si ça vous intéresse.

Laisser un commentaire