Bitcoin : une monnaie intéressante en cas de coup dur ?

S’il y a bien deux choses certaines dans la vie, ce sont la mort et les impôts. Les progrès technologiques sont tels qu’on peut envisager sérieusement combattre la mort. Pour les impôts, en revanche, je crains que ce soit peine perdue comme l’illustre une nouvelle fois une récente affaire américaine impliquant, pour changer, le Bitcoin.

Que voulez-vous, le Bitcoin est bien trop tentant pour être laissé tranquille. Et puis, dès lors que la monnaie cryptographique a commencé à intéresser du monde, l’État s’est immédiatement inquiété de son existence en comprenant, confusément d’abord, puis assez ouvertement ensuite, que cette monnaie lui échappait totalement et permettait, horresco referens, d’engranger le profit d’une vente en échappant à l’impôt.

bitcoin banner image

Depuis, chaque État de la planète s’est lancé dans les démarches pour comprendre et apprivoiser la bête numérique. Pour le moment, force est de reconnaître que les législateurs sont restés passifs et n’ont guère su comment prendre la chose : assommer Bitcoin ou la blockchain, la technologie sous-jacente, d’une myriade de taxes, de lois et de contraintes, c’est prendre le risque de tuer dans l’œuf une technologie prometteuse pour certains aspects, ou, plus prosaïquement, prendre le risque encore plus grand de pousser ses concepteurs et ses utilisateurs à utiliser un système réellement anonyme et complètement imperméable à ses velléités de taxations.

Mais d’un autre côté, laisser totalement le champ libre à Bitcoin et ses utilisateurs, c’est admettre l’impuissance de l’État et, pire que tout, laisser un vaste champ de possibles s’ouvrir sans que celui-ci n’ait été minutieusement arpenté par des inspecteurs d’impôts avant. Et ça, c’est tout bonnement impensable.

C’est probablement pour cette dernière raison que, depuis quasiment le début de Bitcoin ou au moins depuis sa montée en prix significative, les États se sont échinés à trouver l’une ou l’autre raison soit de l’interdire, soit de le faire rentrer dans les cases fiscales prévues à effet d’imposition.

Avec plus ou moins de bonheur… Jusqu’à récemment : aux États-Unis, s’il y a bien un organisme avec lequel on ne rigole pas du tout, c’est bien l’Internal Revenue Services (IRS, le fisc américain), et ce dernier a demandé à Coinbase, une plateforme d’échange de bitcoins, de fournir les données de plusieurs millions de ses utilisateurs. Le 17 novembre dernier, l’IRS a déposé un dossier judiciaire « John Doe » (un patronyme générique) qui demande les données de tous utilisateurs inscrits en 2013, 2014 et 2015, au motif que « les utilisateurs Coinbase ne respecteraient pas la loi fiscale américaine ».

En droit fiscal américain, une demande « John Doe » est une demande qui ne porte pas spécifiquement sur une personne en particulier mais sur tout un rang d’individus qui répondent à des spécifications plus ou moins précises. Ici, elles sont si vastes que toute la base des utilisateurs de Coinbase est concernée. La société californienne, devant la taille de la demande, l’a directement qualifiée de « disproportionnée » et compte bien se battre juridiquement pour ne pas aider l’IRS dans sa démarche intrusive.

Cette démarche, cependant, permet d’illustrer à quel point l’État (américain ici) commence à prendre la mesure de Bitcoin et montre les moyens qu’il est prêt à déployer pour continuer à percevoir sa ponction. Et ce qui est vrai aux États-Unis l’est encore plus dans des États totalitaires, notamment ceux dont le poids de leur bureaucratie et l’incompétence de ses dirigeants les pousse tous les jours dans le chaos.

C’est en effet lorsque l’État n’est plus en mesure d’assurer la continuité des opérations standards que les cryptomonnaies prennent tout leur sens. Le cas du Venezuela de Chavez puis Maduro est particulièrement illustratif : dirigé d’une main de fer par des gauchistes économiquement incultes, le pays qui reste pourtant l’une des principales réserves pétrolières du monde sombre tous les jours un peu plus dans la misère et la déchéance à mesure que son économie, complètement gangrenée par le communisme le plus banal, s’enfonce dans les pénuries diverses et variées.

Cependant et comme le détaille cet article de Reason, quelques ingénieux individus, en utilisant Bitcoin, sont parvenus à se sortir de situations particulièrement délicates grâce à la cryptomonnaie .

C’est le cas d’Alejandro, qui utilise Bitcoin pour acheter des biens sur Walmart.com et peut ainsi nourrir sa famille. C’est le cas de Jesùs, qui a sauvé son commerce en utilisant Bitcoin pour se fournir en biens et matériels autrement introuvables ou inabordables dans son pays. C’est aussi le cas de Ricardo dont l’installation, qui mine des bitcoins, lui permet d’acheter à l’étranger des médicaments autrement introuvables au Venezuela sans lesquels sa mère, déficiente hépatique, serait déjà morte.

Il faut dire que le Bitcoin permet d’échapper au contrôle des prix encore très majoritairement en vigueur dans le pays, et qui a copieusement flanqué tout le Venezuela dans le fossé. Paradoxalement, le Bitcoin est devenu la seule monnaie stable dans le pays de la joyeuse révolution bolivarienne louangé par notre Mélenchon national.

venezuela socialism

Autrement dit, Bitcoin est actuellement le seul rempart crédible, testé en grandeur réelle et suffisamment robuste pour soutenir une crise monétaire majeure et se passant complètement d’une régulation étatique. C’est plutôt bon de le savoir, parce que, voyez-vous, on rigole on s’amuse mais de ce côté-ci de l’Atlantique, on croirait vraiment que certains dirigeants s’emploient presqu’ouvertement à déclencher une telle crise, justement.

Je pourrais évoquer ici les déboires des banques italiennes et les sueurs froides qu’ont certainement certains Allemands lorsque la Deutsche Bank s’est trouvée dans les mailles du filet de la justice américaine, mais je me contenterais de regarder en France où, alors que la situation économique est objectivement abominable, notre président semble bien parti pour ajouter une bonne giclée d’huile sur un feu qu’il ne pourra jamais maîtriser.

Avec un détachement que seuls les cuistres sont capables de rassembler, voilà notre président d’une République de plus en plus bancale qui propose un prêt universel, garanti par l’État et destiné selon lui à diminuer les inégalités. C’est, bien sûr, parfaitement consternant et économiquement suicidaire, mais voilà le principe de l’Helicopter Money mis en pratique : puisqu’il faut relancer l’inflation (mais si, il faut, puisqu’on vous le dit), relançons-là par ce moyen loufoque. Et lorsque la monnaie aura volé en éclats, qu’elle se comportera comme au Venezuela, nous pourrons toujours louanger notre Lider Flambissimo de nous avoir laissé le Bitcoin pour nous en sortir…

Comme n’importe qui d’autre, je ne sais pas si Bitcoin sera effectivement, un jour, la monnaie de demain. Cependant, de nombreux signes, à commencer par l’incurie de nos dirigeants, tendent à prouver que les cryptomonnaies ont de beaux jours devant elles.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires240

  1. Le Gnôme

    Mon pessimisme naturel m’incline à penser que la chasse aux détenteurs de cette monnaie va être féroce, et qu’elle disparaîtra, malheureusement.

    1. Royaumont

      C’est bien possible. Le bitcoin ressemble peu ou prou à une expérience de free banking, assez semblable à celles du 19ème siècle. Ces expériences se sont toutes fracassées sur le mur de l’autorité de l’Etat : avec la montée des nationalisme au milieu du 19ème, les Etats n’ont plus supporté de voir le contrôle de la monnaie leur échapper et ont détruit ce fonctionnement.
      Bitcoin pourrait avoir le même destin et disparaître non parce que le système n’est pas intrinsèquement viable, mais parce qu’il a des ennemis trop puissants.

      1. Heu. Votre historique est faux. Ainsi, l’union latine, qui n’était pas étatique, a perduré jusqu’en 1927 (début 20ème, pas milieu 19ème). Et je maintiens ce que j’ai dit dans le billet : la différence essentielle est qu’il est parfaitement (i.e. mathématiquement) possible de faire un système qui échappe à l’Etat, par construction. Ceux qui se sont penchés sur la question le savent et tentent surtout de ne pas en arriver là. Si ZCash ou Monero décollent vraiment, il n’y aura aucun moyen pour un Etat de tomber sur celui qui l’utilise.

        Le souci des BTC provient de leur interface avec des monnaies étatiques. Le Venezuela prouve que lorsqu’il n’y a plus besoin de cette interface, l’Etat (même totalitaire) ne parvient pas à s’en saisir.

        1. Aristarkke

          Je suis beaucoup plus pessimiste que vous, Mgr.
          Admettons que les Etats ne puissent jamais prendre le contrôle direct des cryptomonnaies.
          Mais ils traqueront sans merci les utilisateurs par des techniques intrusives en passant au peigne fin informatique les achats annuels que vous effectuez et ne manqueront pas de « s’étonner » que vous avez pu être le nouveau propriétaire d’une voiture (par exemple) qui n’ apparaît nulle part dans vos achats officiels.
          Parce que cela, ils l’ont déjà entrepris…
          N’ oublions pas que la semi-cryptomonnaie actuelle, i.e. les espèces voient les restrictions d’ utilisation s’ amonceler au fil des ans pour atteindre le même but.
          Un sous but étant que vous utilisiez CB ou virements plutôt que chèques ou espèces…
          Donc il arrivera un moment où vous serez pété de bitcoins mais où concrètement vous ne pourrez jamais vous en servir pour le moindre achat traçable par le fisc. Ou alors il faudra émigrer vers un pays plus accueillant fiscalement, lequel pourra un beau jour évoluer à son tour…
          Cf le Portugal qui drague effrontément les retraités européens des pays mieux nantis et qui s’apprête à augmenter la taxation foncière des biens achetés par lesdits retraités pour récupérer sa dépense fiscale pour adopter le langage bercyen…

          1. GrosBen

            Pour des biens tangibles et voyants comme une voiture ou une maison, oui cela peut poser problème. Mais comment le fisc pourrait tracer tout ce qui ne laisse pas de traces après consommation ?

            1. Aristarkke

              En introduisant un paramètre d’ ignorance dans le traitement, des transactions inférieures à un seuil donné.
              Ou des transactions vers des créanciers identifiés comme etato-compatibles type EDF, Envie, Cie des eaux, etc…
              En introduisant des paramètres d’alerte suivant la fréquence des occurrences de tel ou tel créancier non etato-compatibles, etc…
              Avec des moyens beaucoup plus frustres mais en y mettant le personnel nécessaire en contrepartie, les pays communistes arrivaient (et arrivent encore) â contrôler l’ essentiel…
              Et nous sommes déjà dans un pays communiste à en juger par son comportement dominant…

                  1. theo31

                    L’URSS.

                    Rien que pour le Goulag, l’Etat ne contrôlait absolument rien. Il planifiait les quotas, mais pas le zèle des nervis. Résultats : des milliers de prisonniers arrivaient à s’échapper sans la moindre peine surtout lors des épidémies et beaucoup arrivaient même à se faire embaucher pour construire les camps dans lesquels le pouvoir finissait, comble de l’ironie, par déporter leurs bourreaux.

                    En fait, le totalitarisme est le meilleur allié du marché libre.

                    1. theo31

                      C’est grâce à la prohibition d’Etat que Capone est devenu milliardaire. idem pour les dealers de banlieue. En revanche, quand l’Etat sera en faillite, ils seront en première ligne pour se faire détrousser.

          2. GrosBen

            En fait je sais même pas pourquoi j’ai répondu à ça, dans un monde sans électricité plus personne n’en a rien à carrer des billets ou même des pièces d’or.

            1. Aristarkke

              Ah bon ??? Les billets et les pièces d’or ou d’argent sont apparus avec la fée électricité???
              On en apprend, des choses cachées depuis le commencement du Monde, dans ce blog !!! 🙄

              1. GrosBen

                Cela n’a aucun rapport, à l’époque il n’y avait pas d’électricité et on savait faire sans. Aujourd’hui, on ne sait plus rien faire sans électricité.

                  1. « on saurait refaire sans »
                    Probablement pas.

                    Enfin bon, quand on en arrive à se placer dans ce genre d’hypothèse, c’est qu’on est parti trèèèèès loin, bien au-delà de ce qu’il est raisonnable de planifier.

                    1. Aristarkke

                      Quand on échafaude un chapelet d’ hypothèses, il est efficient de les imaginer toutes ou à peu près toutes, mêmes les plus improbables ou envisageables à un terme raisonnable.
                      La construction du château de Guedelon, dans l’Yonne, avec les techniques exclusives du Moyen Âge, montre qu’il est possible de refaire à la façon de.
                      Mais ce n’est pas simple…
                      Il y a aussi Hermione mais je ne suis pas certain de l’ absence d’utilisation d’ outils modernes, au moins partiellement.

                    2. Aristarkke

                      Bien sûr que si, on saurait refaire. Simplement, ce n’est pas ce qui est envisagé en premier lieu.
                      On pourrait par exemple redescendre au niveau machine à vapeur qui a nettement précédé l’ électricité et qui a l’ avantage d’être polycarburant pour la chauffe (avec des rendements variables, certes)…

                1. Aristarkke

                  Et on mourra tous de faim, probablement…
                  Pour le coup, Mgr, vous êtes extraordinairement pessimiste. Comme si tous les habitants de la Terre quelles que soient leurs localisations avaient accès à l’ électricité et dépendaient d’ elle pour échanger…

                  1. GrosBen

                    Si un blackout total et durable arrivait, la priorité de tout le monde serait de rétablir l’électricité à minima pour continuer à fonctionner avec les équipements modernes efficaces et abondamment disponibles. On va pas se dire ouais bon OK on abandonne l’électricité et on réinvente le 19 ème siècle.

                    1. Aristarkke

                      Enfin voyez vous Le Papet envisager une hypothèse extrême en imaginant son application immédiate en mode binaire ? Contrairement à ce que vous imaginez et le Patron y compris, je suis, comme le paradoxe de Woody Allen l’ a mis en évidence, un pessimiste qui imagine le peu probable pour choisir la voie la plus appropriée…

                2. Kazar

                  Pas au début : il y aura toujours des idiots prêts à vous vendre des objets contre de l’or par exemple, l’avidité étant sans limites. De plus, cela dépend de la perspective de l’ampleur de la crise : nationale ou internationale ? Vous passerez plus facilement à l’étranger en ayant de l’or à monnayer en cas de fuite. Évidemment si cela dure plusieurs semaines, mois, l’or ne vaudra plus grand chose…et nous aurons d’autres soucis.

            2. Aristarkke

              Pour info, la première transaction citée dans la Bible avec son moyen de paiement est le versement de 1000 pièces d’argent par Abimelek pour certifier l’ honneur de Sarah, l’ épouse d’Abraham… C’est pas vraiment d’ hier…

          3. kekoresin

            Plutôt d’accord. Les états vont défendre leur privilège de battage de monnaie, quitte à faire des arrangements avec la démocratie. Il est vrai que la tâche s’avère compliquée mais le fisc va traquer les utilisateurs et les saigner à blanc. Pour le moment, le fisc français par exemple n’a pas le droit de faire un contrôle non nominatif mais, dans le cadre très pratique de TRACFIN avec l’excuse en or de la menace terroriste, les entorses à la règles commencent à fleurir. En tout cas, un état à lui seul ne peut pas grand chose (surtout le Venezuela), mais avec un coordination des administrations fiscales, il est clair que la chasse sera ouverte…

            1. MCA

              Je ne parle pas d’alimentation d’un compte BTC par vente d’un bien, mais d’achat de BTC avec des Euros par ex, et ensuite avec ces BTC effectuer des opérations commerciales de paiement.

              Pour acheter des BTC à partir d’un compte en banque traditionnel, il faut bien une transaction émetteur(banque) destinataire (compte BTC) au moyen d’une carte bancaire.

              La banque sait donc que j’ai muté un certain montant vers le système BTC, et peut donc communiquer l’info au fisc, non?

              D’autre part si je veux convertir une partie de mes BTC en Euros, $, etc… il y aura forcément une arrivée de fonds sur mon compte bancaire dont la provenance attirera l’attention, non?

              1. Pheldge

                Il est clair que ta compta BTC est à tenir « off the books » sinon, ça ne sert à rien sinon à effectuer des paiements « honteux », pour les raisons que tu exposes.
                En clair moi je vois le truc ça comme : tu ouvres ton morlingue BTC avec des euros de ta CB par exemple, puis tu te fais payer direct dessus, et tu payes direct avec. Tu ne passes plus par ta banque. Et j’ai compris qu’il y a des moyens de convertir tes BTC en cash … Exit la banque , sur ces transactions là !

                1. Aristarkke

                  Voilà! Mais de fait, cela revient ou reviendra à avoir une seconde vie clandestine… a dark side…
                  avec les risques que cela comporte ou comportera après l’avalanche de textes idoines que jusqu’ ici la vraie et la fausse Gôche ont voté sans beaucoup de scrupules…

              2. sam player

                MCA
                Tu vas souvent à la Banque de france pour acheter des euros ?
                Tout comme ton compte en banque est actuellement alimenté et débité par des échanges (ton travail, tes ventes, tes achats), ton compte BTC est alimenté de la même façon.

                1. MCA

                  Mon compte est actuellement alimenté par mes revenus qui me sont versés en Euros sur un compte traditionnel.

                  Si les politiques interdisent aux entreprises de payer en BTC leurs employés, ils continueront à les payer en Euros sur un compte traditionnel.

                  Ce qui me semble probable car je vois mal le système autoriser l’anonymat alors qu’il fait tout pour lutter contre.

                  A partir du moment où je veux passer sous les radars en payant en BTC, je vais devoir EN PLUS ouvrir un compte en BTC et l’alimenter; et cela à partir des Euros de mon compte traditionnel qui me serviront à acheter des BTC stockés sur le compte BTC.

                  Et c’est au moment de l’achat de ces BTC que je serai repérable car ma banque traditionnelle se fera un devoir de signaler au fisc que je joue à ce jeu là.

                  Autrement posé :

                  – comment acheter ANONYMEMENT des BTC et alimenter mon compte BTC avec, sachant que je n’ai qu’une carte bleue rattachée à un compte Euros de banque traditionnelle?

                  -En sens inverse, si j’ai un bon paquet de BTC et désire acheter un objet chez un commerçant qui n’accepte que des Euros, comment anonymement récupérer des Euros alors que je n’ai que des BTC en ma possession?

                  Il faut dire que pour un profane, le cheminement n’est pas simple, ce qui doit être le principal écueil au développement de ce moyen de paiement.

                  il va falloir que je me décide à ouvrir un compte BTC pour me familiariser avec cette gymnastique.

                  1. sam player

                    MCA quel intérêt que ton entreprise te paie en BTC si d’autre part elle déclare (DAAS) tes revenus à l’état. Ca ne t’empêchera pas de payer des IR.

                    On se dirige de plus en plus vers le travail en indépendant et c’est là que le système BTC est intéressant pour s’affranchir des impôts et taxes.

                    Le BTC est tout d’abord un système intéressant les vendeurs, puis les acheteurs qui profitent de prix moins élevés. Quand tu auras un fournisseur qui t’annoncera un prix réduit de 50% en payant en BTC tu seras convaincu.

                    Mais ta baguette chez leboulanger tu vas encore pour un moment la payer en € sauf à t’arranger avec ton boulanger pour une facture fin de mois payée de la main à la main : ça se fait dans la restauration pour éviter que le service desimpôts te taxe forfaitairement par rapport à ta consommation de pain.
                    Voir aussi des boulangers qui ont été redressés par rapport à leur consommation de sel et qui achètent maintenant une partie de leur sel à Carrouf !

                    Pour ce qui est de l’échange complètement anonyme BTC Cash, des commentaires ont déjà parlé du système LocalBitCoin

                    1. MCA

                      L’IR entièrement d’accord, d’autant qu’il va être pompé à la source,

                      mais quid de la TVA qui est ce qui rapporte le plus à l’état alors que la transaction n’apparaît nulle part et de surcroit est anonyme?

                    2. sam player

                      « mais quid de la TVA… » 😥

                      C’est bien le fournisseur qui t’évitera de payer la TVA : je paie pas mal de fournisseurs en cash et crois moi que la réduction est largement supérieure à la TVA (50% couramment) parce que…

                      …. bien avant la TVA il y a la taxation par les cotisations sociales qui représentent environ 3 fois la TVA… et c’est à cela que le BTC permet entre autres d’échapper…

                    3. Val

                      @sam « vers le travail en indépendant et c’est là que le système BTC est intéressant  » oui tout a fait , l’effet de bord classique du communisme : la nouvelle forme de black mode coco 2.0
                      Une fois dit ça, il suffit que notre état qui nous aime déclare ça illégal (comme le travail au black) avec petite prime à la dénonce (déjà en place) et ça va calmer pas mal de monde.
                      Il existe pour moi en ce moment une petite fenêtre de tir car ce n’est pas encore illégal , mais ça va le devenir , à n’en pas douter.

                    4. MCA

                      @sam player – 7 décembre 2016, 19 h 27 min

                      D’où ma remarque :

                      L’état n’aura pas d’autre choix que de criminaliser la détention et l’utilisation du BTC et va devenir de plus en plus intrusif et féroce, car s’il laisse faire, il est foutu ses recettes s’effondrant.

                      Et ça serait le comble qu’ils fassent disparaître le cash because travail au noir etc…, pour autoriser la BTC qui le permet encore mieux.

                      Par contre ceux qui vivent en tendant la main vont attraper une crampe dans le bras et les classes moyennes encore solvables vont cumuler les rôles de vaches à lait comme actuellement et dindons de la farce comme ça se profile; l’avenir s’annonce donc campagnard!…. :o))))

                      Dernière question, peut être as-tu la réponse ou H16 :

                      Quelle était la motivation d’origine de ceux qui ont inventé le blockchain et le BTC? et quel genre de profil avaient-ils?

                    5. Il s’agissait d’un petit groupe de cryptographes et ils sont manifestement liberaux voire libertariens (en tout cas, autrichiens sur le plan économique).

                    6. Val

                      @MCA j’ai entendu que le BTC était un moyen sûr et rapide et anonyme pour passer de l’argent ni vu ni connu d’un côté à l’autre du globe. qui en a eu le prime usage : les services , les mafieux (toujours au top de l’innovation ces gens là 😉 )

          4. « en passant au peigne fin informatique les achats annuels que vous effectuez »
            Justement non.
            Si je vends ma voiture pour 30 BTC, il y a un échange de voiture d’un côté, un échange de BTC de l’autre, et 0 trace informatique de cet échange hormis dans la blockchain. Si la voiture est échangée hors du pays, le recoupement des cartes grises est à peu près impossible. Rien ne vous oblige d’ailleurs à rouler avec une voiture immatriculée dans le pays.

            Encore une fois : si, au Venezuela, ils n’arrivent pas à endiguer l’usage du BTC, croyez-moi qu’en France ce ne sera pas mieux.

            1. Aristarkke

              Un) j’ai la faiblesse de croire qu’ au Venezuela, ils n’en soient pas au niveau de la Grance question développement technologique général (dit par simple constat des lieux et sans aucun mépris de caste – précisé pour les chatouilleux et atrabilaires du blog et d’ ailleurs) puisque ce pays est victime d’un mode socialiste virulent depuis une vingtaine d’années, tellement nullissime s’ il est possible que ce producteur de pétrole doit importer essence et gazole. Il n’y a donc aucune possibilité qu’il soit à niveau ou seulement aux environs. Mais plutôt que de bosser à améliorer l’ économie, ils en viendront plutôt à poser des questions indiscrètes (nous ne sommes pas à la cantina de Mos Esley) à propos de la provenance des médicaments qui soutiennent la mamie en vie…
              Le fait de ne pas y parvenir maintenant n’ implique pas qu’ils en restent incapables…

            2. Aristarkke

              Deux) rien n’ oblige à circuler avec une voiture immatriculée dans le pays…
              Tant que vous n’êtes pas contrôlé par la Securitate…
              Cela, c’est la version bisounours des constitutions démocratiques à la sauce plus libéral que moi, tu meurs…
              Il y a quinze ans quand sont apparus les contrôles routiers de vitesse à haute dose, la répression idem du stationnement non payé, des petits malins faisaient immatriculer leurs voitures en Allemagne parce qu’à l’ époque, les Teutons ne demandaient pas de justifications de domicile pour les CG.
              En IDF, par moments, on se croyait revenu soixante ans en arrière au vu des plaques… Puis, après deux trois quatre ans, le temps que le Léviathan enregistre le problème des PV impayés revenant « inconnu à l’ adresse… » et se mette en branle pour le résoudre, les contrôles d’identités en circulation se sont multipliés jusqu’à la nausée pour tous les véhicules « allemands » et les conducteurs Grançais ont eu besoin d’avoir un dossier béton pour justifier piloter une « allemande » sans les justifications d’une résidence ou domiciliation réelle tudesque.
              Aujourd’hui, cette abondance de plaques allemandes a disparu d’IDF…
              Elle est remplacée maintenant par une abondance variée de plaques roumaines, hongroises, polonaises, slovaques quand elles ne sont pas des micro-états baltes.
              Et si certains des véhicules associés paraissent crédibles de provenance, je nourris des doutes quand ce sont des prémiums teutons neufs ou très récents qui sont derrière.
              Cela m’étonnerait que l’ Administration soit aveugle ou le reste longtemps…

              1. theo31

                J’imagine mal les prostituées allemandes en 1923 demander à leurs clients de monter avec leurs brouettes de brouzoufs sans valeur, surtout quand les prix changeaient toutes les heures.

                L’instinct de survie, c’est plus fort que le socialisme (que tout d’ailleurs).

            3. Val

              euuuuuh H16 l’exemple de la voiture est assez mal choisi . Pour avoir déménagé une nombre de fois assez important en Europe et eu à gérer les assurances je peux vous dire que changer de plaque est quasi obligé car aucune assurance française ne vous assure pour une voiture vivant avec vous à l’étranger (tout au moins pour le gus lambda + qui bosse dans le privé hum hum hum ici silence lourd de suspicion….) la bagnole doit passer parfois à l’équivalent des mines locales , bref un joyeux parcours du combattant qui , même en règle est assez physique croyez moi , certains s’amusaient à mentir , mais mentir à une assu auto ce n’est pas tres prudent en cas de carton un peu fort… alors un véhicule payé en loucedé en BTC …. les seuls qui pouvaient garder leur assu française étaient les fonctionnaires … hum hum

              1. sam player

                Pas d’accord. J’ai eu une voiture immatriculée en Suisse (achetée aux enchères en Suisse) pendant trois ans et je l’avais fait assurer en france (MAIF).

                Au bout de 3 ans j’ai rencontré la douane… et ils ont malheureusement vu ma carte d’identité française : transaction sur le bord de la route… j’avais 1000FF en cash sur moi et ça m’a donc coûté 1000FF. (les enchères avaient commencé à 3000FF.)

                J’aurais effectivement dû passer aux mines pour l’homologation et une CG française mais ce n’est pas le cas pour une voiture de l’UE.

                1. Aristarkke

                  Comment as tu pu tenir aussi longtemps avec une plaque suisse, normalement calibrée provisoire. Les plaques suisses correspondent à un propriétaire de tel canton et elles sont vendues en occasion, dépourvues de plaques pour cette raison.
                  Tu as des plaques provisoires pour l’ exportation individuelle par la route mais elles sont provisoires donc deviennent caduques rapidement dans le principe officiel. Évidemment tant que personne de la maréchaussée ne le constate…

                  1. sam player

                    C’était un véhicule de société (en liquidation) et la voiture a été vendue aux enchères avec ses plaques qui étaient au nom de la société de leasing. Le commissaire priseur s’en foutait.

                    Ce coup là on avait fait une super négo en se mettant à plusieurs pour acheter un lot pour empêcher les acheteurs particuliers d’enchérir : comme c’était un leasing on a offert juste ce qu’il restait à payer.

                    Du coup j’avais eu une 525 d’un peu plus d’un an pour 4,000CHF soit environ 20,000FF en 1992.

                2. Val

                  Sam tu es en train de dire que tu as fait un deal avec les douanes française ? Je rêve ! Les bras m en tombent. Tu me scies sur ce coup et ce n est pas facile.

                  1. sam player

                    @ Val
                    Ca s’appelle une transaction et c’est la façon dont tu négocies avec les douanes, même à l’aéroport. Avec eux il ne faut jamais payer l’amende sans négocier et comme il préfère le liquide ça s’arrange rapidement.
                    Je dois avoir le papier qui traîne quelque part.
                    C’est issu d’un carnet à souches.

                    1. Jiff

                      @sam player

                      Le souci, c’est que paiement vaut reconnaissance (bon, là, évidemment, difficile de nier l’évidence;), et reconnaissance vaut 18 ans fiché aux douanes :/

                      Maintenant, on fait avec, la première fois, ça surprend, la seconde on a un gros doute, la 3ème, on passe quelques coups de fils aux bonnes personnes et on apprend la bonne nouvelle, alors on évite de voyager seul parce qu’ils sont tellement abrutis que la seule chose qu’il soient capable de faire c’est de t’alpaguer au milieu dun groupe sans vérifier ledit groupe – Je crois que j’en ai rendu quelques uns dingues avec mon petit sourire pervers (du style: je sais pourquoi tu es là, abruti, et toi, tu sais que je te nique dans les grandes largeurs, mais pas comment.)

                      Enfin, c’est quand même à éviter, car 18 ans, c’est long.

              2. « aucune assurance française »
                Justement. C’est assez typiquement franco-franchouille. Le reste du monde est vaste et les habitudes différentes 🙂

      2. Waren

        Personnellement, je n’y crois pas du tout et ce pour deux raisons principales:
        – D’abord il y a une ingéniosité incalculable dans la communauté crypto/blockchain, et qui ont tous les moyens technologiques et surtout l’envie d’échapper au contrôle de l’état
        – Ensuite, il y a déjà un marché existant où les fiats n’ont même plus cours, tout se fait en BTC ou autre. Voir ce qui se fait par exemple sur duosear.ch par exemple. Et ce n’est que la partie visible de l’iceberg; alors, je me demande franchement comment l’état va pouvoir contrôler ceci: en ouvrant tous les colis ?

        Plus les enseignes vont accepter les crypto et plus ce sera difficile de revenir en arrière. Et je constate que c’est bien là une véritable tendance, l’utilisation du BTC est exponentielle et en plus, elle est portée par les Chinois, des gens qui généralement n’ont pas les mêmes « scrupules » que nous.

        1. Aristarkke

          Tous ces commerçants n’ ont plus de comptabilité à tenir ???
          Les transactions en bitcoins vont pouvoir y paraitre sans le moindre risque. Certes, il sera limité si l’ entreprise paie ses redevances sur le CA en bitcoins mais il suffira au fisc de considérer que c’est du recel de fraude fiscale et vogue la galère…
          Et si l’activité bitcoin demeure dark sidée, attention aux rapprochements d’ avec les mouvements de marchandises, flux et stocks.
          La démarque inconnue n’ est admise que pour une faible part, habituellement…

          1. Faut vraiment pas être malin pour acheter en euro ou autre une marchandise et la vendre en BTC. A partir du moment où toute la chaîne du producteur au consommateur est en BTC, l’Etat est niqué.

            1. Aristarkke

              Oui mais pour l’ instant tout le monde, du producteur au consommateur n’ utilise pas le bitcoin comme seule monnaie d’échange.
              Et comment rester producteur d’ un bien de grande consommation en ne commerçant qu’ en bitcoin avec la ribambelle de réglementations à appliquer et le nombre de garde-chiourmes en exercice dans ce pays ??? Sans compter les délateurs du voisinage???
              C’est pas d’ un atelier discret de faux monnayeurs dont il est question!!! 😉

              Mgr, vous débattez sur le théorique et vous ne descendez guère sur le niveau pratique quotidienne, justement celui duquel je vous interpelle.
              Vous ne pouvez quand même pas balayer les arguments en parlant de s’exiler, d’ immatriculer ses bagnoles à l’ étranger et des solutions pas vraiment crédibles dans la vie courante d’ une grande masse de gens…

              Avec les voisins que j’ai, deux ou trois de mes véhicules immatriculés à l’ étranger et je suis bon pour la visite domiciliée des argousins de tous poils dans le mois qui suit!
              J’ai déjà donné quand nous sommes arrivés ici, il y a 25 ans avec nos quatre voitures à l’ époque (c’est pire maintenant)…

                1. Aristarkke

                  Moi je comprends surtout que l’ Etat vénézuélien est en pleine déliquescence.
                  Comme il n’a plus les moyens d’assurer un traitement de faveur à ses fonctionnaires hors la garde prétorienne et les bons éléments de l’ Armée, donc confrontés eux aussi aux pénuries, la productivité et le civisme desdits plus égaux que le reste ont été réduits parallèlement à quia.
                  Le tyran laisse donc les Vénézuéliens se dem….r sans trop aller les chercher sur la légalité tant qu’ils ne cherchent pas à abattre directement le régime.
                  Mais il est évident qu’il ne le criera pas sur les toits…
                  On est dans la même situation à Cuba où Raul Castro a desserré un peu le corset de fer économique pour que la population s’ occupe à mieux survivre plutôt qu’à échafauder des plans d’ abattage du tyran… C’est pas complètement sûr que cela évite l’ explosion mais cela en abaisse la probabilité…
                  Tout le monde sensé n’ ignore pas qu’une bête dangereuse mais sur la défensive doit toujours être laissée avec une option de fuite, jamais acculée /coincée…

            2. MCA

              Niqué?

              En partant du postulat que les comptes BTC seront interdits en France s’ils se multiplient de trop et trop vite :

              Si les agents du fisc débarquent (et je leur fait confiance pour ne pas se gêner) et contrôlent le stock chez le vendeur en demandant les factures d’achat, ça va être rock n’roll de justifier les paiement en BTC, non?

              Et je fais également confiance au fisc pour ouvrir des comptes BTC et faire des achats chez des commerçants pour pouvoir y débarquer ensuite avec un bon dossier pré-rempli.

              A mon humble avis, jamais l’état n’acceptera de se laisser déposséder de ses revenus et quoi de mieux pour ça de criminaliser l’utilisation du BTC par une loi taillée sur mesure.

              Ensuite on reboucle au point Niqué ci-dessus en rayant le mention « postulat ».

              1. Waren

                Un compte BTC, ca n’existe pas réellement et c’est beaucoup plus difficile à tracer qu’un simple Paypal par exemple. Il me parait d’ailleurs très difficile de déterminer précisément le nombre de personnes qui l’utilise en France. Et je pense que l’on sur-estime toujours les possibilités de l’état, surtout en matière de techno. S’il était aussi efficace, on n’aurait certainement pas pour 80 milliards de fraudes fiscales par an, ce qui ne représente même pas l’IR. Je pense aussi qu’en France, l’éco-système du BTC est une fois de plus à des années lumières de ce qui se fait déjà ailleurs.

                1. MCA

                  @Waren – 7 décembre 2016, 17 h 00 min

                  « Et je pense que l’on sur-estime toujours les possibilités de l’état, surtout en matière de techno. »

                  L’état a les moyens de se payer les meilleurs experts s’il le veut, c’est nous qui payons et les moyens d’investir massivement pour l’anti-fraude s’il le désire car il y a retour sur investissement et en cas contraire, c’est encore nous qui payons.

                  Ne surtout pas enterrer trop vite son pouvoir d’action, s’il veut, il peut.

                  Certes il a un train de retard par rapport aux technos et courre derrière, mais il dispose de moyens et d’un pouvoir de nous pourrir la vie sans limite et nous faire payer très cher la résistance ou la provocation et le BTC rentre dans cette catégorie.

                  Pour répondre aux 80 milliards de fraude fiscale, pensez-vous qu’un Cahuzac, Thévenoux et consorts soient débordants de motivation pour lutter contre? et je ne parle pas du financement des partis politiques… un Balladur qui finançait officiellement sa campagne en vendant des t-shirts… LOL

                  Je dirais à l’inverse que quand il veut montrer une inertie sans limite, il excelle et avec le privilège de n’avoir aucun compte à rendre.

                  PS : je n’aime pas beaucoup le terme « état », je lui préfère celui de « les politiques » car ce sont eux qui sont à la manœuvre et nous pourrissent la vie, le reste de la pyramide suit.

                2. Jiff

                  @Waren « 80 milliards de fraudes fiscales par an »

                  Avez-vous remarqué que 80 est une constante dans le discours étatiste ?
                  Quelques années avant l’arrivée de l’Euro, on nous serinait à longueur de médias que la fraude fiscale était de FRF80Mds; nous passons à l’Euro, et la fraude devient… EUR80Mds, sacré inflation, non ?
                  Et ces EUR80Mds, nous les entendons depuis 2002-2003; donc, soit il-y-a eu une légère surenchère à la base (la fraude ayant tendance à se développer), soit le chiffre n’a pas été actualisé (normal, puisqu’il sort tout droit de sa place douillette, à côté du lapin, qui se trouve aussi dans le chapeau.)

              2. sam player

                MCA encore une erreur déjà répondu par h16 : pourquoi irais-tu mélanger un stock légal et un stock en BTC ?
                Loue un entrepôt et paie la loc en BTC !

                1. MCA

                  Et bien si tout le monde joue à ce jeu là, il va y avoir du sport!

                  On va revenir à la période de la prohibition US, où la police débarquait sulfateuse à la main dans tous les hangars.

                  Et un bonheur n’arrivant jamais seul, ça fera raccord avec le billet délation, la boucle est bouclée.

                2. Aristarkke

                  Pour accentuer la discrétion, il vaudra mieux se passer d’électricité, de ligne téléphonique et de contrat de télésurveillance…
                  Et que ton hangar soit bardé en permanence de panneaux « à louer »…, que les herbes y soient folles et qu’il ait un air de je-ne-sais-quoi de négligé, de pas fréquenté et dépourvu de voisins curieux et délateurs…

                  Faudra aussi que le taulier évite de se fâcher avec ses employés….

                  Je pense que tu sous estimes les capacités d’enquête du fisc…

              3. Val

                @MCA « criminaliser l’utilisation du BTC » : +1 et le bitcoin sera comme le cash , une monnaie illégale de plus.
                Reste l’utilisation hors frontière . Mais bon , nos apprentis coco ont déjà en chantier la fermeture des frontières …

        2. MCA

          @Waren – 7 décembre 2016, 13 h 21 min

          Je suis allé me promener sur le site « duosear.ch  » histoire de voir, ça ressemble furieusement aux sites chinois sur lesquels j’ai l’habitude de commander en direct avec ma CB.

          Je ne vois pas ce que ça apporte de plus dans ce cas précis.

    2. Val

      @gnôme +100 les cryptos seront utiles à court terme , en mode early adapters. L’état pataud et gourd mettra un peu de temps à mettre sa grosse patte dessus . Mais une fois fait sa riposte sera terrible : blockchain sera upgradé en un moyen jamais connu pour traquer tous les achats des individus depuis le berceau jusqu’à la tombe. 1984 puissance 10 . On regrettera amèrement les monnaies d’antan

      1. Aloux

        Ça fait plus de 15 ans que plusieurs Etats occidentaux dont les US essaient d’enrayer les échanges de mp3 ou de DivX en P2P, avec des résultats ridicules.

        La boîte de Pandore est ouverte depuis longtemps, et pour les États le remède serait probablement pire que le mal.

        Le seul moyen efficace de lutter contre Bitcoin, c’est de couper internet. Autant dire que même la Chine y réfléchit à deux fois et évite les mouvements trop brutaux dans sa reprise de contrôle du net depuis 2 ou 3 ans.

        Quelques États ont des projets de « monnaies numériques », plutôt sans Blockchain qu’avec d’ailleurs. En effet dans le cas où il n’y a qu’un seul acteur centralisé sur le réseau, une blockchain est extrêmement coûteuse et sans vraiment d’intérêt.

        Par contre la société « sans cash » telle qu’on essaie de nous la vendre en ce moment, c’est en effet 1984 en pire. Mais pas besoin de blockchain.

      2. Jiff

        « blockchain sera upgradé en un moyen jamais connu pour traquer tous les achats des individus depuis le berceau jusqu’à la tombe. »

        Relisez le premier commentaire du taulier dans la liste; les contre-mesures existent déjà: des crypto-monnaies intégrant un blockchain totalement opaque, mais néanmoins fiable.

    1. Aristarkke

      Je te comprends. Devoir utiliser du bitcoin pour t’acheter ta pile quotidienne de panaché ou de rädler, cela va devenir un peu lourd…

      1. Pheldge

        ouvre un compte sur hostingpics , tu y uploades tes images et ça te sort un lien que tu colles dans un commentaire. Sinon, tu les envoie à H16 en message privé 🙂

        1. René-Pierre Samary

          « Nostromo » est un des meilleurs de Conrad, à mon avis, et l’un des moins appréciés, à cause de son architecture complexe qui déroute les lecteurs paresseux habitués à des narrateurs qui leur mâchent le travail. Joseph Conrad disait que c’était celui qu’il avait le plus anxieusement médité.

  2. Dr Slump

    A quand le « guide h16 du Bitcoiner averti » ?

    Sinon, je suis enthousiaste à l’idée du prêt universel. En cas de réalisation de cette idée catastrophique, je la jouerais volontiers façon « Prends l’oseille et tire-toi ».

    1. MadeInCH

      J’ai pensé pareil.
      Je prends le prêt. Et j’achète de l’or, une arme, de la munition, des boîtes de conserves, des amis sincères. Et des bitcoins lorsque j’aurais pris le temps de comprendre.

        1. Aristarkke

          Les Suisses sont pragmatiques. Tout s’achète. Ce n’est qu’une question de prix…
          Faites par exemple connaître que vous avez remporté un Euromillions ou que vous avez recueilli l’ héritage des 500 millions de la Begum. Vous serez surpris en retour du nombre d’amis de trente ans, d’ enfance, etc… qui se manifesteront soudain…

        2. Aristarkke

          « On n’est jamais trahi que par ses amis » est un dicton véridique. Ceux que vous avez achetés seront les plus difficiles à corrompre puisque ce seront ceux pour lesquels il faudra vaincre la barrière du seuil de déclenchement de la félonie…
          😕

          1. Dr Slump

            Cet aphorisme m’a toujours paru être une lapalissade. Parce qu’il faudrait être rien con pour se laisser trahir par ses ennemis hein… donc forcément, on ne peut être trahi que par ceux en qui on a confiance, et de préférence ses amis.

            Dr Slump, logicien de la catastrophe.

              1. René-Pierre Samary

                L’avis d’un ethnologue (Maurice Godelier) à l’usage des matérialistes : A une époque où s’affirme dans le monde entier l’idée que Everything is for sale (…) ; il devient urgent (…) de réexaminer la place qu’occupent les relations non marchandes dans les sociétés de marché et de rechercher si certaines réalités essentielles à la bonne marche des sociétés ne se tiennent pas en dehors du marché et ne sont pas appelées à y demeurer. (Au fondement des sociétés humaines).
                Pheldge trouvera aussi dans ce livre une intéressante coutume sur la pratique de la fellation rituelle…

    2. MCA

      @Dr Slump – 7 décembre 2016, 9 h 52 min

      « Vous qui partez, ….pensez à ceux qui restent:  » ;o( snif!

      Aucun risque, c’est du délire pré-électoral… et il n’a jamais précisé la somme max, hein?

      Ca m’étonnerait que ça paye mes prochaines vacances sur la planète Mars!

  3. Kazar

    Il me semblait bien impensable que l’État ne tente rien contre le Bitcoin. M’est avis que c’est juste le début.
    Plus gênant, l’illustration de la banderole du Vénézuela : nous n’avons pas …
    d’électricité !!!
    Même s’il ne s’agit que de coupures partielles, pas d’élec, pas d’utilisation du Bitcoin. Décidément, ce genre de chose est trop dépendant d’un système hyper fragile.

    1. Bonsaï

      Et bien voilà, vous avez mis le doigt dans le mille !
      En plus de sa complexité, l’actuel système bitcoin est totalement tributaire non seulement de l’électricité, mais qui est plus du matériel informatique ad hoc avec ordinateur et internet box. Sans parler du know how et du temps incertain de l’opération.
      Alors qu’avec un bon billet dans la poche…

      1. GrosBen

        Avec une connexion satellite et une batterie de voiture, n’importe quel geek débrouillard peut avoir un accès à la blockchain et faire office d’intermédiaire pour les autres utilisateurs. Et on parle là du pire des scénarios qui serait extrêmement improbable, même au Venezuela ils n’en sont pas là.

        1. Aristarkke

          Cela ne peut pas se brouiller, une connexion satellite???
          L’ utilisation d’un satellite n’ est pas contrôlable???
          Ce sont des points de passage aisés à prendre en otage.
          Certes actuellement, il y a des opérateurs privés comme Eutelsat ou SES mais je serai fort étonné qu’ils ne sont pas soumis à licences et cahiers des charges contraignants sur certains points… Et une nationalisation n’ est pas un problème pour notre Etat qui la pratique à volonté, en dernier ressort ou pas.

          1. GrosBen

            Vous n’avez visiblement pas idée de tous les moyens de contournements possibles et l’impossibilité pour l’Etat de tout contrôler. On peut camoufler une transaction Bitcoin dans tout et n’importe quoi comme une carte postale avec des chatons ou une conversation banale entre deux radio-amateurs.

            1. Aristarkke

              Je dis simplement même si je le développe longuement, que l’ Etat Grançais tentera tout, même s’il n’a pas 100% de réussite en cela pour :
              A) barrer le chemin et coincer les « fraudeurs »
              B) effrayer leur environnement avec des punitions potentiellement disproportionnées, pour les rendre hostiles aux « fraudeurs »
              C) limiter la casse aux pouillemes où la traque et le redressement reviennent vraiment trop cher pour le rendement…

                1. Aristarkke

                  Sûrement pas à 100% ou approchant, le foirage.
                  Vous êtes bien trop optimiste parce que vivre avec un dark side requiert de la vigilance à tous égards, y compris ceux de vos proches. Cela nécessitera de ne vous brouiller avec personne et que n’apparaissent jamais des incitations alléchantes à la dénonciation…
                  N’était ce pas un récent sujet, ici même???

          2. Encore une fois, vous prenez un exemple extrême pour tenter de prouver votre position mais la réalité, c’est que si on en arrive à brouiller les connexions satellites, c’est que l’Etat est aux abois et la monnaie sera le cadet de vos soucis. On aura depuis longtemps passé le stade du simple contrôle.

            1. Aristarkke

              Pour le coup, c’est vous qui êtes extrême ou paradoxalement bien en deçà de là où vous devriez vous trouver à la suite des déductions engendrées par vos articles.
              L’ Etat Grançais est déjà aux abois!!! et pas qu’un peu vu que cela dure depuis 35 ans au minimum.

              Vous nous le racontiez jusqu’à six fois la semaine/280 fois l’ an ou à peu près et continuez de le faire à 220 fois l’ an…
              Il y a quelques semaines, nous étions régalés par BFM des échos des « travaux » parlementaires sur la création ou la révision de taxounettes censées rapporter jusqu’à du 100M€ au total de toutes quand le simple déficit annuel est dans la septantaine de Mds€.
              La restriction du cash, l’état d’urgence permanent (avec de proches gradations à la hausse) et le prélèvement à la source participent pleinement à ces lacs qui sont resserrés doucement mais sans pause autour de nous.
              Il n’y a pas non plus de pauses autres que techniques dans la création de lois directement liberticides où comme le souligne plus bas Kekoraisin, on part de la déviance de quelques éléments pour justifier la mise sous cloche de tous (sauf les politiciens, of course! Faut pas dec…r de trop non plus).
              Et j’ exagèrerais en postulant un blocage des satellites pour l’ internet alors que ce sont des noeuds de passage très contrôlables, comme manifestation post effondrement du pseudo état de droit. Mais je soutiens que cela arrivera à un stade officiellement bien antérieur en arguant du fait que les terroristes certainement méfiants quant à l’ internet terrestre, seront qualifiés (mensonge ou vérité, peu importe) d’ utilisateurs obsessionnels du satellitaire permettant leurs vilenies… Et quand cela sera admis officiellement, cela aura commencé bien avant dans la réalité mais vraisemblablement dissimulé sous des prétextes techniques banalisés.

              1. GrosBen

                Contrôler tous les noeuds de l’internet ne serait pas suffisant pour bloquer le Bitcoin. Pour y arriver il faudrait complètement couper Internet mais aussi tous les autres moyens de communication.

              2. Vous comparez des choux et des carottes 🙂

                Si Bitcoin tombe, il ne tombera pas à cause des Etats. C’est un produit qui répond à un besoin, au point que le réseau soit maintenant valorisé 10 Md USD. Tout produit qui répond à un besoin, s’il est sévèrement puni / encadré / brimé / régulé par l’Etat aboutit à son renforcement (renchérissement, thésaurisation, spéculation, marché noir). C’est vrai pour l’alcool, la drogue, le sexe, ce sera vrai aussi pour le BTC, pour les mêmes raisons. Même Uber, pourtant bien plus facilement emmerdable n’a pas pu être éradiqué de France (et d’ailleurs) (et ce alors qu’il y a des solutions de remplacement).

                Et si en plus de ces raisons économiques on ajoute l’aspect technique, on comprend que l’Etat est déjà en retard de plusieurs trains et ne pourra pas réguler. L’Etat tente de réguler internet depuis 30 ans. Il s’y est cassé les dents. Maintenant, il est obligé de faire avec, en s’adaptant péniblement (plus mal que bien d’ailleurs).

                1. Kekoresin

                  10 myards de $. Ben c’est peanuts! C’est peut être pourquoi les états ne sont pas trop virulents à sortir les pelleteuses pour écraser les mouches. Cela dit, que le phénomène prennent trop d’ampleur ou fasse des petits et on verra tous les crapauds défendre le système avec acharnement et avec des moyens démesurés.

                  1. sam player

                    Keko, ne pas confondre le stock et le flux.
                    L’ensemble des billets en dollars représente environ $850 Mds et là le BTC fait plus que 1%.

                  2. jeans82

                    Pour les Etats qui ne pourront pas contrôler le BC, l’idée sera de le minimiser et espérer qu’il ne soit utilisé que par une minorité.
                    Comme ils sont incapables de luter comme le téléchargement, il serait étonnant qu’ils arrêtent le BC.
                    Ils vont donc le diaboliser et faire des menaces sur d’éventuels contrôle pour effrayer les utilisateurs potentiels qui n’ont pas franchi le pas.
                    En fait, je pense que tant que les autres monnaies auront un intérêt pour les citoyens lambda qui voudront en priorité maintenir leurs actifs, elles seront utilisées au profit du BC.
                    Ce sont donc les situations économique et fiscale des états qui vont décider de l’accélération du BC comme moyen de paiement alternatif non étatique.
                    Par contre on ne mesure peut être pas l’effet accélérateur des technologies qui amplifie très rapidement les comportements des utilisateurs.
                    Les téléchargements qui étaient pratiquement confidentiel en mode Emule a été propulsé en méthode de consommation intensive des fichiers multimédias en mode téléchargement direct. Et l’offre légale n’a pas été en mesure de stopper le phénomène.

          1. Jiff

            Ça se hacke comme n’importe quelle machine; rien, à part la latence, ne distingue un satellite d’un serveur terrestre, même pas l’adresse IP.

      2. bibi

        Pouvez-vous me dire ce qu’est un bon billet, j’ai beau chercher je n’en connais d’aucun que son émetteur m’échangerai contre une quantité de bien défini.
        Un bon billet aujourd’hui c’est un billet qui est accepté en échange d’un bien ou d’un service.
        Le fournisseur d’un bien ou d’un service peut parfaitement vous le refuser si il estime que votre bout de papier n’a pas plus de valeur qu’un Kleenex usagé.
        Ce qu’il vous faut dans la poche ce n’est pas un bon billet (qui peu perdre toute valeur du jour au lendemain) mais des bonnes pièces en or ou en argent qui elles ont de tous temps trouvé preneurs.

        1. Aristarkke

          En fonction de leur titre réel en bon métal selon le principe que tout ce qui brille n’ est pas or.
          Puisque vous parliez naguère de sous titres…

  4. MadeInCH

    Au distributeur de billets des CFF (Chemins de Fer Fédéraux) à Spiez, l’écran affiche fièrement que l’appareil accepte les bitcoins!!!
    Ah, béh… Si on peut acheter des trucs en directe sans passer par de l’internet anonyme et des machins incompréhensible pour un ex geek repenti donc obsolète qui a changé de métier il s a 15 ans… ça peut devenir vraiment intéressant!

    1. Aristarkke

      Selon la logique de la courbe de Laffer, la fraude fiscale n’ est pas un problème préoccupant dans un pays pratiquant impôts et taxes modérés. Puisque les peines y sont généralement du même ordre qu’ailleurs et qu’il est raisonnablement coûteux d’ y acheter la paix fiscale…
      Et puis les mauvaises langues ne manqueront pas de dire que la Suisse vit de la fraude fiscale des autres, étant un paradis fiscal elle-même! Bouh, les vilains, vilains Suisses!!!
      😈

      1. Bonsaï

        Calomnie !
        Nous cachons apparemment bien d’autres trésors : j’apprends à l’instant sur BFM TV que l’auguste Vincent Peillon, qui occupait paraît-il une chaire de philosophie à l’Université de Neuchâtel, serait pressenti pour se présenter aux primaires socialistes. Et un indispensable de plus…

        1. Aristarkke

          Vos instances universitaires n’ ont par l’ air d’ être très regardantes sur la qualité de recrutement…
          Enfin si cela vous plaît de jeter l’ argent par les fenêtres, il va devenir intéressant de venir faire un tour…

          1. MadeInCH

            L’université de Neuch… Ou un prof a été trouvé coupable de plagiat grave…
            SVP (Pas la traduction de UDC en Allemand, mais S’il-vous-plaît), ne mettez PAS tout les cantons et trucs universitaires dans le même panier.
            Seriez-vous ettonnés d’apprendre que Neuchâtel est fortement à gauche?

  5. zelectron

    Bitcoin : une monnaie garantie non spéculative ?
    cf la triste histoire des monnaies depuis l’aube des temps
    Les monnaies quelles qu’elles soient sont comme les hommes : faillibles tôt ou tard (d’ailleurs, ce sont eux qui les élaborent)

    1. Bruno

      Je me suis aussi laissé dire qu’effectivement des maître-chanteurs et des hackers armés de virus se font payer les rançons avec cette monnaie, qui a donc l’avantage de les mettre à l’abri de la police, laquelle est une fonction régalienne de l’État rendue inopérante. . . au grand dam des victimes.
      Il serait donc très étonnant qu’il n’y ait point d’escroc, spéculateur et autre qui ne profite de cet anonymat.

      1. kekoresin

        Hum, pas faux mais on peut également dire la même chose du cash. On peut également dire que des couteaux sont utilisés pour éventrer des bipèdes, de même que les tronçonneuses, les cisailles…Le problème est toujours de prendre prétexte d’un usage marginal et de réglementer à outrance pour bien garder le troupeau dans l’enclos. Et on se retrouve aujourd’hui à devoir justifier l’utilisation de toutes les petites sommes en cash, parce que sous prétexte que les enculés qui nous dominent sont des escrocs, des menteurs et des tricheurs, ils présentent que leurs sujets sont pareils. En fait pas loin, surtout quand la pression fiscale vide la gamelle au 15 du mois, mais la triche du citoyen de base est sans commune mesure avec celle des élites. Là où les dirigeants du monde libre se ménagent des portes de sorties pour leur magot, les sans grade bricolent avec la CAF, font du deal, bidouillent du minima social, activités qui les mènent le plus souvent devant un juge qui ne se contentera pas de leur infliger une peine de non éligibilité de 1 an!

        1. Jiff

          « mais on peut également dire la même chose du cash. »

          Si, et seulement si, on a définitivement désactivé les puces RFID posées sur le ruban de sécurité.

          « escrocs, des menteurs et des tricheurs, »

          Certes, et c’est fort dommage(able), mais c’est plus une question de contrôle du bon peuple qu’autre chose – essayez de vous barrez avec armes, bagages, femme(s), enfants, veaux, vaches, cochons, couvées si demain matin, quand vous vous réveillez, le cash n’a plus cours.

          1. Kekoresin

            C’est pour ça qu’il faut de l’or physique. Tous les syriens qui ont réussi à foutre le camp du pays sans risquer leur peau sur des bouées Snoopy l’on fait grâce à de l’or comme moyen de paiement.

      2. Nocte

        Les ransomware n’ont pas attendu bitcoin pour exister, avant, il fallait payer en $ ou €… bitcoin n’est qu’une amélioration.
        A cela, j’ajouterai que lorsqu’on ouvre une pièce jointe avant de lire un mail et de regarder l’expéditeur, il faut s’attendre à le payer un jour ou l’autre.

  6. hub

    « S’il y a bien deux choses certaines dans la vie, ce sont la mort et les impôts. Les progrès technologiques sont tels qu’on peut envisager sérieusement combattre la mort. Pour les impôts, en revanche, je crains que ce soit peine perdue »

    Il y a aussi l’impôt sur la mort. Comme dans le titre des vieux polars…

  7. kekoresin

    Mon tout petit côté réac me dirige plutôt vers la matière première (or, argent…) que je peux posséder chez moi. Dans toutes les sociétés qui ont connu des désastres financiers ou autres, les possesseurs de monnaie papier ont pu se torcher avec, ceux qui avait de l’or, on pu continuer à se procurer des marchandises ou des services (comme fuir un pays en guerre par exemple). Pour le Bitcoin, il s’agit comme votre compte en banque, assurance vie, assurance mort… que de « 0 » et de « 1 ». Qu’un couac se foute dans le système (hacking par exemple), et vos bitcoins disparaîtront. Qu’un crac obligataire survienne, et votre épargne sera séquestrée.

    1. GrosBen

      Je détiens de l’or pourtant sa valeur pourrait s’effondrer si un énorme gisement était découvert sous l’Antarctique, si une pluie de météorites en or s’abattait sur la Terre ou si un labo de génétique mettait au point la poule aux oeufs d’or. Alors pour assurer le coup j’ai aussi des Bitcoins car il encore moins probable que la cryptographie sur laquelle ils reposent soit hackée.

      1. Kazar

        J’avoue ne pas être expert en cryptographie, mais il me semblait que la lutte était permanente entre chiffrage et déchiffrage. Comment peut-on être sûr qu’un code ne sera jamais craqué ? De la même façon qu’on n’imaginait pas pouvoir voler un jour il y a quelques centaines d’années, comment être sûr qu’on n’inventera pas un jour un ordinateur quantique capable de tout décrypter, par exemple ? Partant de l’hypothèse que vu les moyens que cela suppose, c’est un état qui développera ou mettra la main sur la technologie…

        1. GrosBen

          C’est la thermodynamique qui le garanti, même en mettant au point un ordinateur quantique, il n’y aurait pas assez d’énergie dans l’univers pour parvenir à craquer une paire de clefs cryptographiques moderne.

          1. Kazar

            Merci. Alors la répons de l’Etat sera plus simple : la peur !! On punira de x dizaines d’années de prison les utilisateurs de logiciels de cypto. Ce n’est pas constitutionnel ? On changera la constitution. L’état ira jusqu’au bout.

            1. Impossible. Vous êtes utilisateur de crypto à peu près tous les jours. Tout le monde en France l’est aussi. Autrement dit, votre proposition de loi aboutit à enfermer tout le monde.

              1. Kazar

                J’adore votre optimisme. Il suffira de trancher entre le bonne crypto « légale » (c’est à dire autorisée et pouvant être contrôlée par l’administration) et la mauvaise crypto. Ou de sélectionner qui on poursuit ou pas. L’État peut tout, malheureusement.

                1. Vous avez la mémoire courte. L’Etat français (et américain, et allemand, d’ailleurs) a déjà tenté de criminaliser la crypto. Et ça n’a pas marché du tout.

                  Si l’état américain (le plus puissant) n’y est pas parvenu, si les allemands n’y sont pas arrivés, alors personne ne pourra.

              2. MadeInCH

                « Autrement dit, votre proposition de loi aboutit à enfermer tout le monde. »
                C’est parfait!
                MLP (par exemple) sera condamnée.
                Mais les politichiens du kandubien seront excusé pour leur phobie administratifes.
                Dans un monde de 2P2M, le fait que tout le monde soit hors-là-loi permet d’enfermer qui on veut!

                1. Val

                  +1000 à madeinch, mettre tt le monde hors la loi est un prerequis à toute bonne dictature coco . Tout le monde a peur ça maintient une bonne ambiance &contrôle sur le troupeau. De tps à autre on en mange un , arbitrairement, le moins coupable si possible et hop la peur repart . Cool.

              3. Aristarkke

                Ce genre de textes existe déjà, par exemple pour la « délinquance »routière où pour l’ instant, tout a été calibré pour que toutes les amendes émises soient payées par quelqu’un, même en ayant tordu l’ essence du droit pénal pour cela (celle qui veut que ce soit le vrai coupable qui subisse la peine)…
                Donc imaginer que le Législateur va trembler avec l’ émission d’ une loi scélérate est du dernier candide (faussement de votre part, j’ espère…)

          2. Jiff

            « il n’y aurait pas assez d’énergie dans l’univers »

            C’est beaucoup plus prosaïque que ça, ceux qui font des recherches là-dessus ont juste oublié certains travaux des années 70 qui dynamitent leurs efforts à la base.

      2. Kekoresin

        @ GosBen – Dans le champ des possible, une éjection massive de matière coronale. Pfitt les satellites, pfuit les codes binaires cryptozozo, alors pourquoi pas le BTC mais de l’or mon señor! D’autant que ça commence à être intéressant avec les cours qui descendent à cause des indiens. Je pense que 2017 va être une bonne année pour les pépites!

        Bon, le fisc scrute aussi beaucoup de ce côté là, avec interdiction d’achat d’or avec du cash. Les ferrailleurs s’en foutent mais pour la revente c’est coton. Là encore on peut ruser mais gare à ton cul si tu te fais coincer la bite dans le pot de nutella. Tu peux en effet prendre du cash, traverser la frontière, disons plein est, acheter de l’or et le laisser dans un coffre. Cela dit, si tu as besoin de liquidité c’est pas la panacée.

    2. Jordi

      Le papier monnaie survit très bien aux désastres financiers

      Pendant la folle inflation allemande des années 20, il était toujours possible de payer en francs ou en livres sterling

  8. Lorelei

    Le biais de l’Etat américain ne peut-il être le suivant: les Bitcoins s’achètent (mais je n’ai peut-être pas tout compris) avec des dollars américains.
    Tout ce qui s’achète en dollars américains tombe sous les lois américaines, donc le Bitcoin doit être en règle avec les lois des usa. Si non, sanctions comme celles de la Deutsche Bank.

    1. Waren

      Vous pouvez très bien acheter du Bitcoin avec d’autres fiats, comme l’EURO, le Yen, le CHF, GBP, etc Vous pouvez aussi en acheter avec d’autres crypto, comme le dashcoin, l’ethereum, litecoin, etc.

  9. MadeInCH

    Si 5~10% des offres en BTC-like seront des agents gouvernementaux ayant mission de choper les « tricheurs » qui seront punis par ablation de la carotide sans anesthésie,
    Si la traque au tricheur antifiscaux est, elle, libéralisée style « chasseur de prime » ou prime à la dénonciation,
    alors je subodore que la dissuasion à l’utilisation de cryptomonnaies va devenir efficace.

    1. Oh mais dites moi, si on se débrouillait pour avoir 5~10% des offres de drogue par des agents gouvernementaux pour choper les dealers, alors …

      Oh mais dites moi, si on se débrouillait pour avoir 5~10% des clients de prostituées par des agents gouvernementaux pour choper les péripatéticiennes (dans les pays où c’est interdit), alors …

      Oh. Wait.

      1. MadeInCH

        Il y a quelques failles, il me semble, dans votre démonstrations.
        .
        – Dans le cas de la drogue, faire des offres de drogues par des agents, c’est attraper des clients, alors que généralement ce sont les fournisseurs qui sont visés.
        – Il n’y a pas de réelle volonté politique de lutter contre le trafic de drogue, ni contre les péripatéticiennes.
        .
        Et comme démonstration de dissuasion qui marche:
        – A Singapour, pour le grand public tout au moins, la dissuasion contre la drogue, ça marche pas mal.
        – Durant la WW2, le marché noir en France marchait pas mal; parce que la majorité s’en foutaient ou en profitaient. En Allemagne de la même époque, c’était peine de mort avec volonté politique de l’appliquer. Et ça marchait pour dissuader la majorité de la population.

        1. Vous avez une capacité assez stupéfiante à ne pas voir le coeur de l’argument.

          La prohibition de l’alcool aux US a été une réussite. La prohibition de la drogue partout dans le monde en est une autre. Et s’il suffisait d’avoir x% d’un marché (côté vendeur ou côté acheteur, peu importe) pour choper les clients, aucune prohibition n’aurait foiré. Ce n’est pas ce qui est observé, ni ici, ni ailleurs, ni aujourd’hui, ni jadis.

          Et vos exemples sont faux (il y avait du marché noir en Allemagne, et il y a de la drogue à Singapour) : l’idée reste qu’il sera impossible à l’Etat d’arrêter Bitcoin. Il pourra gêner les transactions, les rendre plus « noires », mais il ne pourra pas les empêcher totalement. Venir avec des exemples à moitié cuits, c’est justement abonder dans mon sens.

          1. MadeInCH

            Le but ne sera probablement PAS d’arrêter totalement bitcoin, mais d’en rendre l’usage trop effrayant pour la majorité.
            Si une minorité assez faible l’utilise, alors cette minorité ne représentera PAS une menace contre l’Etat.

            1. Vous oubliez un paramètre : si la demande est forte et limité à une minorité, alors les prix montent (en flèche – comme la drogue, l’alcool, etc…) ; ce qui veut dire que le volant financier disponible croît aussi pour cette minorité. Je vous laisse faire la suite du raisonnement logique (hint : regardez ce qui s’est passé pendant la prohibition alcoolique américaine, ce qui se passe avec la prohibition de la drogue).

              1. MadeInCH

                Le trafic de drogue à Singapour est faible. Même si l’argent en jeu est probablement important, le but idéologique est atteint:
                -> Seule une très faible proportion de la population est consommatrice.
                Dans beaucoup de pays de l’Est et en Asie, la possession d’armes privées est interdite et sévèrement réprimée. Si du trafic illégal « institutionnalisé » existe, et que du trafic individuel se fait certainement à prix élevé, le but idéologie est atteint:
                -> La grande majorité de la population est désarmée.
                Lorsque les forces politiques se donnent vraiment les moyens (sans frein moral!) d’une lutte contre un truc, alors il réussi souvent à réduire ce truc à une portion congrue tel que le demande l’idéologie. Okay, pas toujours, mais souvent.
                Le cas de la prohibition aux USA est un exemple bizarre. La population s’en foutait, voir prenait ça comme un sport de contourner la loi. Si la population avait accepté que ce soit une balle dans la nuque pour chaque consommateur et chaque distributeur, alors ça aurait été différent. Donc les politiciens US n’ont pas mis les moyens nécessaires, car il ne pouvait PAS mettre les moyens nécessaires.
                En France, beaucoup de mougeons vont trouver très bien de pouvoir dénoncer son voisin utilisateur de bitcoins. Et si en plus il sont récompenser pour ça…

                1. sam player

                  MadeInCH

                  3.8% des contribuables paient 37% de l’IR (revenus 2013).

                  Une très faible proportion.
                  Ce n’est pas le clampin moyen qui fait de l’optimisation fiscale.
                  Ce n’est pas le clampin moyen qui va tout de suite sauter sur le BTC, juste celui qui y a intérêt et par capillarité le clampin moyen y arrivera quand il aura le choix entre son salaire amputé des charges sôciales ou son salaire total pour la prestation effectuée.

                  1. MCA

                    @sam player 7 décembre 2016, 17 h 42 min

                    Il existe aussi des intérêts certains au BTC pour le clampin moyen:

                    Le clampin moyen peut y avoir intérêt pour éviter le « Chyprage » de ses avoirs bancaires ainsi que le blocage de ses fonds en cas de retraits massifs car il se trouvera hors du circuit bancaire.

                    Il peut également avoir intérêt au BTC pour échapper à la situation qui se déroule actuellement en Inde où le gouvernement a décidé de démonétiser les deux billets principaux en circulation avec obligation de les rapporter en banque sous peine de tout perdre et obligation de justifier leur provenance.

                    Il peut aussi avoir intérêt au BTC pour éviter le fameux reset sur les patrimoines financiers évoqué par la mère Lagarde.

                    Des mesures ont été prises pour que cette spoliation puisse s’effectuer durant un week-end (avis aux amateurs).

                    Alors que sa dette est de 2000 milliards, l’état français lorgne sur les 3200 milliards d’épargne des français . C’est du non dit mais l’épargne des français garantit vis à vis de l’étranger la solvabilité de l’état français….

                    Évidemment, toute somme stockée sous forme de BTC échappe à la visée de confiscation et ne manquera pas d’attirer les foudres d’un état à qui on aurait volé l’os tant convoité juste devant le nez.

              2. Aristarkke

                « Si la demande est forte et limitée à une minorité »???

                J’ai du mal à imaginer cela : une minorité qui engendre une demande forte…

                Les bootleggers répondaient à une forte demande de la majorité des Américains puisqu’il n’avait jamais été consommé autant d’alcool que durant cette période « sèche » et qu’il n’y avait jamais eu autant de personnes condamnées pour ivresse publique (déjà réprimée bien avant 1920).
                La Prohibition n’ a jamais marché parce que cela a été instauré à la suite de manoeuvres politiciennes de ligues bien-pensantes et puritaines qui ont abouti un peu par hasard mais abouti quand même.
                Je ne suis pas certain que la lutte contre la drogue soit vue au même niveau que la Prohibition l’ ait été par la majorité des Américains de l’ époque.
                Et s’il suffisait que cela ait foiré antérieurement pour que l’ Etat cesse d’entreprendre…
                Le socialisme est éclairant à cet égard…

      2. Kazar

        Cher H16, pour votre info, et à titre d’exemple, il y a des idiots qui commandent des objets illicites sur internet sur des sites américains (darknet) administrés par des agents des divers organismes gouvernementaux et ceux-ci se font un plaisir de communiquer les infos aux douanes françaises…
        Donc en matière de bitcoin, tout est également possible.

        1. sam player

          Kazar, vous oubliez que les vendeurs sur les sites de vente ont des évaluations de la part de leurs clients. On a entendu le même style de bêtises quand le système ebay est né : « mais vous vous rendez compte que vous allez donné votre agent à des gens que vous ne connaissez pas et qu’ils ne vont peut-être pas vous envoyer votre commande…  » arghhh #MesYeuxPourPleurer

          Gros fail

          1. MCA

            @sam player – 7 décembre 2016, 16 h 52 min

            « et qu’ils ne vont peut-être pas vous envoyer votre commande… »

            LOL,

            Ca existe, je suis dans ce cas en ce moment, pour une somme faible car je saucissonne pour diviser le risque. (6 commandes en Chine directement, une commande non livrée)

            D’ailleurs ça va me donner l’occasion de tester la garantie de remboursement Paypal.

            Tous ça pour dire que ça existe, même si les vendeurs sont très attentifs aux évaluations.

            Pour la petite histoire, à ma grande surprise, j’en ai même un qui m’a envoyé le lendemain de la commande un mail pour me demander de surtout ne pas mettre un avis négatif en cas de non réception mais de le contacter directement pour arrangement.!

      3. Aristarkke

        Pour les prostituées, il y a un net assèchement de l’ offre dans les bois parisiens depuis les mesures de pénalisation de leurs clients. Je ne suis pas idiot, la prostitution s’ est simplement rendue moins visible aux sicaires.

        1. Pheldge

          Papet, la prostitution explose sur le Net ! tape « rencontre + escort » ou « rencontre+ massage » et tu verras ! le tapin classique a vécu.
          Pour peu que tu payes en BTC , l’activité devient intraçable …

          1. MCA

            MDR,

            On sent des sanglots dans la voix quand le Papet nous affirme : « il y a un net assèchement de l’ offre dans les bois parisiens »

            :o)))))

            1. M.Roanna

              Pourtant un bois qui s’assèche est également un bois qui a tendance à se rigidifier et à se durcir. Serait-ce un handicap pour le corps de métier?

  10. gal

    Et oui H16 qui utilise Bitcoin sans déclarer ses gains au fisc.
    Il y a peut être une bonne dénonciation qui se prépare héhé.

    Au lieu de couiner sur les taxes sur les crypto (bou hhou hou méchant l’Etat) je pense qu’il vaille mieux regarder le coté positif : qui dit taxation, dit reconnaissance officielle, au moins la réalité de biens marchands si ce n’est celle de monnaie.
    Belle victoire donc qui laisse augurer un bel avenir.

    De l’autre coté, le fisc ponctionne bien les putes pendant que les pandores leurs cherchent de poux sur la tête.

    Va t on voir un Etat schyzo taxant les crypto et leur livrant la guerre par ailleurs?
    Ce qui est sur c’est que l’absence de cadre législatif clair et stable est un handicap a l’adoption mainstream des crypto

    Sur cette affaire coinbase l’avis d’un fiscaliste et d’un juriste serait vraiment une bonne idée.
    parce que H16, à force d’avoir des avis sur tout, n’arrive plus a très bien réfléchir.

    Dernier point important (et je suis sérieux là) : l’Etat en France (comme H16 va bientôt s’en rendre compte) taxe le delta prix d’achat-prix de vente et vous impose comme une BIC au dela de 5000 euros de vente.
    Par contre, pour le minage, il n’y a pas de pris de reviens, donc normalement pas de taxation.

    Le probleme se pose actuellement cruellement pour l’utilisateur des crypto : l’absence de régulation fait que personne ne tiens un registre détaillée de ses transactions.
    Quand l’Etat va se réveiller, beaucoup vont se retrouver harcelé par le fisc sans moyen de se défendre efficacement.
    L’absence de textes législatifs est un sacré boulet

    La suite logique de cet article serait d’écrire sur l’art de gérer ses bitcoin discretement.

    Mais là, on aurait une approche constructive sur le sujet, attitude difficile a adopter par l’auteur, tant ses écrits, à forte dose, vous ferez se pendre un bataillon de clowns.

    1. MadeInCH

      Une réponse législative est très simple:
      On ne légalise pas! Partant sur le principe que tout ce qui n’est pas interdit est autorisé.
      A chacun ensuite de déclarer son revenu.
      A la police de prouver qu’il y a eu fraude.
      Celui qui travaille pour lui-même, l’auto entrepreneur, doit aussi tenir un registre de ce qu’il gagne. Même si il se fait payer comptant.
      Le problème est que les taxes, les diarrhées législatives, les impôts, les « participations sociales obligatoires », et autres, ça pousse les gens à tricher.. Que ce soit avec du bitcoin ou avec du cash.

      1. Kekoresin

        En France, c’est à toi de prouver que tu es innocent. De même, tout ce qui n’est pas explicitement légal est supposé illégal. Oui, la France n’est plus tellement un état de droit. Si la « justice » décide que c’est illégal, même si aucun texte ne le stipule à priori, alors ça sera illégal point fin. Et là, le fisc en embuscade fera pleurer les contrevenants qui sont censés connaître la loi même absente. En bref, les BTC c’est valable en dessous des radars. Donc achats anonymes et utilisation discrète.

        De là à se faire rémunérer direct en BTC, là on navigue en pleine connerie car visible comme une bite de Massaï dans de la crème fouettée. TocToc c’est le fisc, on est venu avec quelques potes de l’URSS-AF, deux-trois morpions du RSI et la Tracfin-Force. Prêts pour un élargissement de votre assiette fist-cale?

        1. Jiff

          « tout ce qui n’est pas explicitement légal est supposé illégal. »

          Faux, ça, c’est le fonctionnement allemand, pas le français.

          « alors ça sera illégal point fin. »

          Ça n’est pas si gagné que ça d’avance; d’abord, il faut passer les 3 niveaux de juridiction, ensuite, au cas où tout ça ait foiré, il reste la CJUE. Ça laisse un certain temps pour se retourner.

          Quant’à se faire rémunérer en BTC, s’il n’y a pas d’achats ni de facture, où est le risque ?!

          1. Kekoresin

            Non non, c’est le cas de la France. Quant à notre institution judiciaire et les multiples recours, tu peux toujours te les rouler dans le rectum quand il s’agit des intérêts de l’état. Demandes à tous les braves qui se sont lancés dans une croisade pour échapper au RSI en s’appuyant sur les textes européens pourtant clair et applicable à tous les états membres. La CJUE refuse de les entendre parce qu’il ne veulent pas que la paix sociale vole en éclat en France, même si l’Europe condamne la France pour son système de protection sociale fermé à la libre concurrence!

            Pour la rémunération, qu’elle soit sous forme de dividendes ou de salaire, il faut bien qu’elle apparaisse au bilan. Soit ça transite par un compte classique, soit l’investissement se fait directement en achat direct par sortie de dividende. Dans tous les cas, tu laisse des traces, et pas qu’un peu. Si tu achètes quelque chose de conséquent au marché noir, tu n’auras pas de facture mais en cas de contrôle, tu devras répondre aux questions de la Gestapo.

            Dans l’idéal, je vois une transformation de cash en cartes prépayées par fraction en deçà des radars. Puis achat via ces cartes sur le net. Le tout est de sortir du cash mais pas de manière régulière, par montants différents et par des sommes modestes. Sinon, ça commence à clignoter en rouge et la banque appelle TRACFIN qui creusera la question…

            1. Jiff

              D’abord, les textes européens sont sujets à interprétation, car trop flous (c’est d’ailleurs la racine du problème), ensuite, le blocage au niveau de la CJUE se trouvait un peu en amont, là où un français faisait tout son possible pour éviter que ça boucle (sèpu son nom, mais je crois bien qu’il a sauté, ramenant l’équation à une seule inconnue)

              « même si l’Europe condamne la France pour son système de protection sociale fermé à la libre concurrence! »

              Hem, je suis ça depuis très longtemps et plutôt assez assiduement, mais personne n’étant farpait, j’aimerai bien une référence (autre que sur le site de Reichman et autres « combattants de la sécu », disons le site d’un avocat européen qui présente une analyse légale et carrée de la chose) pour mon édification personnelle.

              « Dans tous les cas, tu laisse des traces, et pas qu’un peu. »

              Sauf si c’est une prestation qui est payée en BTC…

              « quelque chose de conséquent au marché noir … »

              Rassure-moi, tu n’es pas commerçant j’espère ?!

              « cartes prépayées »

              Tout comme les cabines téléphoniques (enregistrées en permanence), c’est à fuir pour toute somme conséquente, en tout cas dans ce pays.

              Je crois que tu manques un poil d’imagination et de pratique.

              1. Kekoresin

                Reichman est un idiot qui précipite ses sujets dans le précipice. Pour des références il y en a plein mais si tu suis ça de près, tu dois en avoir autant que moi. Perso j’ai résolu l’équation en montant ma boite au RU. Pour le marché noir, je ne pratique pas. Ce que je sais par contre c’est que le BTC se pratique un peu comme l’or. Tu es censé déclarer tes avoirs qui sont soumis à plus-value en cas de revente (si plus-value) et rentre dans l’ISF. Pour les cartes prépayées je manque effectivement de pratique car je n’en utilise simplement pas. Si tu te fais rémunérer en BTC, il faut quand même que ça apparaisse sur un bilan sinon cela s’apparente à de la dissimulation d’un point de vue fiscal. Sinon merci pour la condescendance…

            1. sam player

              Ouais mais c’est quand t’arrives chez lui que tu te rends compte que tu ne l’aimes pas et il te prend une envie de pisser… 😀

    2. Aloux

      Le probleme se pose actuellement cruellement pour l’utilisateur des crypto : l’absence de régulation fait que personne ne tiens un registre détaillée de ses transactions

      Heu toutes les transactions depuis la création de Bitcoin sont accessibles et consultables par n’importe qui, c’est justement le principe (voire le défaut d’après certains) de la blockchain…

      Donc non, ce n’est pas franchement un problème qui se pose cruellement aux utilisateurs actuels de Bitcoin…

      Quant au manque d’un cadre légal et fiscal stable, on a bien vu que depuis que les échanges de mp3 en P2P sont taxés et régulés, ils sont enfin entrés dans le mainstream, alors qu’avant ça n’intéressait personne… oh wait !

    3. Dr Slump

      Des perles, tout un collier! La plus belle, c’est celle-là: « qui dit taxation, dit reconnaissance officielle, au moins la réalité de biens marchands si ce n’est celle de monnaie ».

      Qui dit taxation dit réglementations, normes, contrôles et alourdissement de ta charge de travail. C’est donc bien une reconnaissance… de dette, payable à l’état qui ne t’as pas demandé ton avis.
      Bref, la reconnaissance « officielle », OSEF. La vraie reconnaissance, mon cher, c’est celle du public. Uber et Bitcoin n’ont rien à faire de la reconnaissance de l’état, ils s’en passent, seule compte celle des individus comme toi et moi, ceux qui achètent.

      « réalité de biens marchands » hahahahaaaahihouha! C’est l’état qui définit la réalité de ce qui s’achète et se vend maintenant? C’est la plus belle de l’année, faut l’encadrer, faut en faire un wiki, un gif, un youtube (avant taxation).

      Le bataillon de clowns, z’en êtes un à vous tout seul. Mais je vous rassure, il n’y a aucun risque que votre prédiction se réalise. Voire aucune chance…

    4. modrmsib

      « H16 qui utilise Bitcoin sans déclarer ses gains au fisc »
      Supposition basée intégralement sur son biais personnel pro-taxation.
      « bou hhou hou méchant l’Etat »
      Projection de son biais pro-Etat.
      « les putes »
      On dit les prostitués quand on les respecte.
      « l’absence de cadre législatif clair et stable est un handicap a l’adoption mainstream des crypto »
      Complètement faux, les différentes percées arrivent PARCE QUE bitcoin est en dehors du système. (cf Chypre, Vénézuela, etc)
      « l’avis d’un fiscaliste et d’un juriste serait vraiment une bonne idée »
      Rejet de la raison, assujettissement aux autorités du système.
      « Quand l’Etat va se réveiller, beaucoup vont se retrouver harcelé par le fisc sans moyen de se défendre efficacement. »
      Biais que l’activité Bitcoin serait soit réalisée de manière non sécurisé ou non déclarée. Aucun moyen d’affirmer cela de manière générale, bien au contraire.
      « L’absence de textes législatifs est un sacré boulet »
      Biais pro-Etat, pro-autorité. L’absence de loi n’empêche pas les individus d’interagir et de négocier.
      « La suite logique de cet article serait d’écrire sur l’art de gérer ses bitcoin discretement. »
      Et ça serait un problème ? Biais anti-capitaliste, anti-propriété.
      « une approche constructive sur le sujet »
      LOL

  11. Waren

    Comment l’état va-t-il deviner que la somme là qui rentre sur mon compte en banque et qui provient d’un tiers quelconque, par exemple un correspondant sur LocalBitCoin, est en fait du Bitcoin tradé et non pas mon vieux frigo vendu sur LeBoncoin ? A mon avis, les petits utilisateurs de Bitcoin n’ont pas beaucoup de soucis à se faire. Les gros, ils ouvrent un compte à Hong Kong …

    1. Kekoresin

      L’état n’a rien à prouver, c’est à toi de justifier d’où proviennent les fonds point barre. Pas vu pas pris, mais si contrôlé alors il faudra refaire le pédigré de ton vieux frigo et veiller à ce que les ventes cumulées de nanars ne dépassent pas le seuil au-delà duquel il faut que tu te dénonces toi-même! Dans un vrai état de droit, tu as parfaitement raison, mais en France…

    1. Kekoresin

      Ça me plaît bien. Je pense sauter le pas mais vraiment histoire de mettre au chaud un peu de pognon pas pour commercer. Le jour où je veux sortir et transformer ça en cash par exemple, je ne sais pas comment faire par contre.

      1. Waren

        Pour acheter facilement et pour commencer, je vous recommande Kraken. De là, vous faites un virement SEPA directement depuis votre banque. Pour la partie Bitcoin, je vous recommande l’excellent Electrum, un client léger Windows ou Linux qui marche très bien et qui permet même de faire du cold storage. Il faut faire très attention au vol de Bitcoin, c’est là votre principal problème, il y a certaines précautions à prendre. Mais quand on a compris le truc, c’est magique: vous n’êtes même plus obligé d’avoir un programme installé sur votre PC pour y stocker vos Bitcoins; c’est magique et surtout insaisissable. Après, je vous recommande d’acheter une fraction de Bitcoin, régulièrement, une ou deux fois par mois, à l’instar d’un virement vers le livret A. On est obligé de faire comme cela, parce que le Bitcoin est encore trop volatile: si vous achetez d’un coup, vous risquez de beaucoup perdre. Mieux vaut lisser sur l’année. Mais avec un money management assez simple, on peut faire de très jolis coups, à plus de 30% de rendement à l’année ! Ci-dessous un historique du Bitcoin sur plusieurs années. https://bitcoinwisdom.com/markets/kraken/btceur
        Pour ma part, cela se gère un peu comme de l’or, et cela alimente une petite caisse de retraite complémentaire.

        1. Kekoresin

          Merci Warren pour ton explication d’un cas pratique. J’avoue être néophyte dans le domaine mais je pense qu’il est temps pour moi de m’y mettre surtout que les banques chargent de plus en plus la détention de fonds qu’elles peuvent en + geler en cas de soucis grâce à notre gouvernement d’escrocs. Et puis ça permet de diversifier entre SCPI, or et complémentaire à l’étranger.

          1. Waren

            Oui, ca se trade très facilement et pour que dalle en terme de frais. Par contre, pour du daytrading, c’est encore pire que le forex, au niveau testosterone. Personnellement, je préfère faire du long terme dessus.

  12. modrmsib

    Coinbase c’est bien connu qu’ils sont complètement vendus.
    Leur boss, Brian Armstrong, c’est le pire crony capitaliste qui soit, il essaie de corrompre bitcoin par tous les moyens en le centralisant.
    C’est l’histoire habituelle du compétiteur qui a réussi, en tant que leader il a tout intérêt à ce que son business soit contrôlé par l’Etat, pour parader avec les puissants, et pour que son marché ne puisse évoluer en dehors de son contrôle …

  13. Yop

    Bonjour,

    Je vous recommande de jeter un oeil à zcash = bitcoin mais ce qui est partagé, les blocks, ne mentionne ni le nom, ni le montant de l’échange, ce afin justement d’éviter le problème de coinbase.

    Cordialement,
    Y.

    1. BDC

      MDR Sam ! J’ai fini mon bingo sur FF, manquait plus que la case « populiste », c’est fait !!! Par Romaric Godin sur La Tribune. « Mais il ne faut pas s’y tromper : la victoire de François Fillon sur un tel programme est avant tout le signe d’une classe moyenne qui a perdu ses repères et ses espérances. En cela, sa démarche n’est pas entièrement étrangère à celle des mouvements dits « populistes » de droite ailleurs en Europe. Comme eux, il devra se confronter à la mise en œuvre de son programme. » La journée démarre bien !

  14. Benoit Bitcoin

    Merci pour cet article pertinent comme toujours.

    Je me permets de rebondir sur certaines remarques :

    à certains égards Bitcoin est très fragile, sous l’effet des rendements d’échelle et des coûts d’opportunité, avec le temps l’écosystème du minage s’est drastiquement concentré en Chine :

    – Les deux principaux producteurs d’ASIC, les processeurs spécialisés qui servent à miner du Bitcoin sont localisés en chine : canaan creative (chip des mineurs Avalon) et Bitmain (chips des mineurs AntMiner). Ces deux acteurs représentent plus de 90% du marché des processeurs ASIC qui servent à miner du Bitcoin. Tous les mineurs de Bitcoin passent par eux ! Ces acteurs sont parfaitement identifiés et localisés. Si jamais le gouvernement chinois décide de réquisitionner leur production, ça ne va pas être joli joli. Avec un gouvernement autoritaire et communiste comme celui qui sévit en chine cette hypothèse n’est pas négligeable.
    Evidemment si jamais cet événement malheureux se produit, d’autres acteurs en dehors de chine pourront tenter de se saisir de l’opportunité, mais ça n’est pas évident ni instantané. Contrairement à l’acte de saisie ou d’interdiction qui est à la fois fulgurant et brutal (un décret et une brigade armée et c’est réglée), la production d’un processeur ASIC dédié au minage de Bitcoin demande à la fois du temps, de intelligence et des capitaux. ça se chiffre en mois et en millions (pas en arrestations).

    – Idem, au niveau des mineurs : 7 acteurs chinois, parfaitement identifiés et localisés représentent environ 70% du marché (https://blockchain.info/pools). Si le gouvernement chinois leur envoie la police pour configurer leurs machines avec des matraques. ça va pas être joli non plus.

    Evidemment on peut envisager des réponses de fortune comme changer le protocole de hash en urgence pour rendre le matériel saisi par le gouvernement chinois inopérant. Ou dieu sait quoi encore.
    On peut donc supposer que Bitcoin pourrait survivre à un tel scénario et encore… Toujours est-il que le cours du Bitcoin souffrirait terriblement en cas de décision hostile du gouvernement chinois à l’encontre des mineurs ou des producteurs d’ASIC.

    La triste réalité c’est donc, qu’à l’heure actuelle le cours du Bitcoin est à la merci du gouvernement chinois… Et sachez vraiment que ça me fend le coeur de dire ça… Mais c’est la réalité.

    Heureusement, l’idée d’une monnaie cryptographique échangée autour d’un réseau pair à pair mondial grâce à un protocole open source, cette idée là ne mourra jamais. Bitcoin a prouvé qu’un tel système est possible et même si ce premier protocole venait à échouer, d’autre plus résistant le remplaceront. à l’image de napster qui fut remplacé par bittorrent.
    C’est d’ailleurs votre message H16 et je le partage. Merci pour vos articles !

    PS : Pour minimiser son exposition à un Blackswan chinois, il est facile de diversifier son portefeuille monnaie décentralisées (monero, z-cash etc.)

    1. nb : si vous réquisitionnez la production, ceux qui avaient déjà acheté ne sont pas dépossédés. En outre, cela incitera clairement de nouveaux entrants, hors de Chine, a tenter leur chance. Même chose pour les mineurs : il y aurait 14 jours pénibles (2016 blocs) et c’est tout.

Laisser un commentaire