Méchant capitalisme qui sauve la Nature !

Vous le savez : le capitalisme détruit le monde. C’est la télé qui le dit, donc c’est vrai. Grâce à de palpitantes révélations de documentaires puissamment fouillés comme ceux d’Élise Glucet ou de Nicolas Huflot, on découvre tous les jours que les méchantes firmes internationale pourrissent le monde et la planète.

Et c’est bien normal : l’actionnaire, mammifère cupide et veule, a toujours intérêt à chercher le profit de court terme, celui qui lui permettra de s’en mettre plein les poches, qu’il soit futur retraité californien (forcément californien, n’est-ce pas) ou richissime rentier descendant d’une grande famille acoquinée au Boulderberg, ce groupuscule qui manipule de la crypto-truelle à pleine main. Après tout, pour ces rentiers et ces retraités, il importe peu que l’entreprise clabote vite en exténuant ses salariés sous une pression salariale insupportable et en dilapidant les ressources terrestres dans des futilités navrantes de consumérisme galopant : tout le monde sait, toute la télé et France Meuh en particulier savent que faire vivre les firmes sur la durée, développer le capital humain et financier, favoriser la bonne utilisation des ressources, tout cela n’est évidemment pas à l’agenda de ces gens-là. Ce sont des méchants, qui, essentiellement, en veulent à tout le monde, à commencer par la Nature.

C’est tellement vrai que personne ne veut entendre parler de ces cas, pourtant nombreux, pourtant bien documentés, pourtant logiques et rafraîchissants où, encore et encore, le capitalisme montre qu’il permet, par l’optimisation des ressources, des traitements et des processus de fabrication ou de diffusion, de limiter toujours plus l’empreinte écologique de l’Homme.

Ici, je pourrais noter les améliorations tous les jours palpables dans les domaines de l’énergie, des transports ou de la santé, qu’elle fut humaine ou animale, mais je vais me contenter de donner deux exemples, tirés d’une actualité récente et je vais commencer en remarquant, comme l’a fait The Economist avant moi, que les emballages des produits qu’on retrouve dans nos supermarchés ne sont pas du tout les nuisances insupportables que tant d’amis écologistes veulent nous faire croire.

Oh, bien sûr, on pourra toujours à bon compte se demander pourquoi diable ces yaourts-ci disposent d’autant de carton pour les protéger, pourquoi ce produit est à ce point engoncé dans une gaine plastique inextricable (saloperie de shrink-wrapped de m%*£^ù*), et sapristi, qu’est-ce que je vais faire de ces mètres cubes de polystyrène expansé aux caractéristiques électro-statiques particulièrement agaçantes. Certes.

Mais on devra aussi se poser la question de savoir ce qui se serait passé pour l’objet, le produit, le fruit, le légume ou le morceau de viande convoité s’il n’y avait pas eu, justement, tout ce carton, ce plastique ou ces insupportables petites billes blanches qui font rien qu’à adhérer aux doigts, aux cheveux et aux abominables sous-pulls en acrylique ; sauf à considérer des déplacements particulièrement précautionneux et, par là même, fort coûteux, il y a peu de chance que l’ensemble des produits qui comblent nos besoins au jour le jour serait arrivé dans nos mains en bon état s’il n’y avait pas eu, justement, cet emballage.

De la même façon, croire qu’il y en a eu beaucoup trop est un raisonnement simpliste : ce cartonnage, cet emballage, ce plastique, il a été payé. Par vous, certes, au moment de l’achat, mais aussi par tous les intermédiaires de la chaîne de production et de distribution qui ont eu à manipuler le produit. Ainsi, le producteur n’a aucun intérêt à suremballer son produit : cela augmente ses coûts ou diminue sa marge. Toute la logistique, ensuite, se passerait fort bien de ces volumes et de ces poids supplémentaires. Les agents chargés de la mise en rayon gagneraient certainement du temps à tout récupérer sans emballage, « prêt à vendre ». Sauf que, bien sûr, tous doivent tenir compte des erreurs (bien humaines) de manipulation, des conditions météo ou logistiques adverses. Le prix reflète aussi la perte inhérente à ce transport et à ces manipulations hasardeuses qui conduisent un produit à la poubelle avant sa vente.

En définitive, et c’est ce que note The Economist, l’énergie et l’argent dépensés dans ces emballages sont largement compensés par les économies d’énergie et la réduction des pertes qu’ils entraînent.

Cela ne veut pas dire qu’aucune amélioration n’est possible. D’ailleurs, tous les jours apparaissent de nouvelles méthodes d’emballage plus économes et plus pratiques. Mais cela signifie clairement que la croyance répandue qui lie le capitalisme avec le gâchis et le suremballage est une idiotie économique.

Cependant, n’oublions pas que le capitalisme est fourbe. Non seulement il se paie le luxe de diminuer, toujours autant que possible, le gâchis et les pertes, mais en plus se paie-t-il le luxe d’être le système le plus efficace… pour la biodiversité.

Horreur et désespoir (des écoloboboïdes aux yeux pleins de larmes) : tout indique que ce sont bien dans les pays où le capitalisme est le plus développé que la faune et la flore sont le moins mis à mal, et – mieux encore – que ce sont dans ces pays que la biodiversité augmente, là où dans les autres pays, le WWF, dans ses savants petits calculs, explique qu’elle décroît.

Et je ne vous ferai pas l’affront de reprendre en détail l’article consacré, justement, à ces éléments factuels (ici) qui montrent tous de façon assez limpide que les pays les moins opposés au capitalisme s’en sortent tous nettement mieux que les magnifiques expériences économiques collectives alternatives. Rien que la photo montrant la frontière entre Haïti (paradis collectiviste) et la République Dominicaine (enfer de capitalime débridé) permet de bien comprendre le propos, mais je vous encourage à lire l’intégralité de l’article.

Non, décidément, comme nous l’avions noté, Nathalie MP et moi-même dans un précédent article, l’écologie et l’économie capitaliste ne sont pas, loin s’en faut, des ennemis irréconciliables. C’est même plutôt le contraire : l’économie bien comprise, le capitalisme efficace est, par nature, écologique, lui qui ne peut se satisfaire d’un gâchis qui pourrait être valorisé, d’une mauvaise utilisation des ressources qui signifie qu’a contrario, une bonne utilisation rapporterait bien plus à tout le monde. C’est lorsqu’il est appliqué de façon optimale ou que les efforts sont faits pour qu’il le soit que le capitalisme et l’entreprise capitaliste traditionnelle permettent de servir l’Homme et la Nature mieux que toute autre forme d’organisation économique.

Mais pour fonctionner correctement et comme l’ont prouvé de nombreux philosophes et de nombreux économistes, le capitalisme nécessite un terreau favorable, celui de l’état de droit où collectivisme forcé et capitalisme de connivence seront âprement et systématiquement combattus.

Nos sociétés sont bien loin de ces optimums, percluses qu’elles sont de sociale-démocratie baveuse qui tartine les entrepreneurs d’objectifs collectivistes, de prêts-à-penser mielleux ou faux et de principes économiques boiteux et trop souvent contre-productifs. Et lorsqu’à force d’ingérence étatique, quelque chose finit par trop mal se passer, regardez ces hordes de pleureuses qui désignent immédiatement les méchants actionnaires, la vilaine finance apatride, l’abominable capitalisme mangeur de chatons et broyeur de forêt vierge.

Que de temps perdu à écouter leurs gémissements idiots et leurs conseils imbéciles ! Que d’argent engouffré dans des luttes vaines, des études absurdes et des procédés voués à l’échec, dès le départ, pour éviter justement d’entendre couiner trop fort ces enfants gâtés par, justement, une société d’opulence qu’ils croient humaniste et moral de rejeter…

Réjouissons-nous donc que, parfois, ici ou là, de petits articles fassent surface pour nous rappeler que non, décidément, les catastrophes ne s’empilent pas, et que non, décidément, le capitalisme, l’industrialisation et la sociéte de consommation ne vouent pas l’Humanité à la mort dans une pile de déchets.

Au contraire, même !

pollution

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires507

  1. albundy17

    Pour le suremballage, il y a tout de même une exception, les crèmes à tartiner sur le visage du genre 1. Mais vu les prix et la quantité de produit, c’est sur qu’un dé à coudre ne serait pas assez vendeur 😀

    1. Aristarkke

      C’est fait pour que le décorticage des emballages façon poupées russes fasse oublier la différence de volume du pot entre sa photo sur le paquet extérieur et sa réalité… Facile de fourguer du vent et de la camelote, au genre 1… Mais il est assez malin pour se faire payer ces i n d i s p e n s a b l e s babioles sans lesquelles il ne peut survivre… Enfin, c’est ce qu’il nous dit et répète, nonobstant que c’est lui qui nous ensevelit… tellement qu’il nous use à vouloir survivre…
      Avant les lazzi, je sors…

      1. albundy17

        Oui, indispensable et coûteux, alors que ma femme trouve mon budget bière trop important. Elle m’a dit que ces crèmes sont faites pour paraître plus belle et fait la gueule depuis l’explication de ma consommation qui rend le même service

        1. BDC

          T’as dit à Peggy que l’alcool que tu ingérais la rendait plus belle ??? La pauvre, normal qu’elle se maquille à la truelle et que tu t’appelles Albundy. Tu vas prendre des leçons de manipulation avec HS ou Sam, ça te coûtera moins cher !

          1. Sarcastik

            2 manières de rendre sa femme plus belle :

            – Gommer les défauts. Ca coûte un bras en pots de crèmes.
            – Gommer la vue du conjoint pour qu’il ne distingue plus lesdits défauts. Une bouteille de vodka par jour suffit.

            Dans un système capitaliste, on a le choix. Dans un système socialiste, on est obligé de subir la laideur de sa femme. Pour le supporter, une bouteille de Vodka par jour suffit.

            1. Lark on the Wing

              Comme je le disais trop tôt ce matin, adressant mes confidences encore nocturnes à ce magnifique lectorat composé de vous tous, j’étais fasciné par la différence entre Grace Kelly et Amy Winehouse…

              Il semble que Grace buvait un peu, certes, mais moins qu’Amy : par quoi l’on voit que la vodka à petite dose (ou la poteen, le patronyme Kelly étant irlandais) vaut mieux que tous les pots de crème ou les tatouages qui coûtent un bras…

            2. Pheldge

              il existe une troisième possibilité, et ça marche, je l’ai expérimentée récemment : tu vas au magasin de femmes, (en fin d’année y’a des affaires, ils font des super reprises ), tu choisis le nouveau modèle, tu déposes l’ancienne, et tu repars avec une neuve ! 😀

  2. Aristarkke

    On se demande par quelle forme d’entreprise non capitaliste, notre Nicolas H. fait fabriquer ses produits à beautés naturelles…

  3. Bonsaï

    Oui, c’est un bel et bon article pour clore une semaine en crescendo !
    Il est vrai que le nouveau capitalisme du 21ème siècle a beaucoup appris de ses erreurs passées. Il est devenu plus subtil et plus savant, ayant pris conscience qu’il est futile de vouloir scier l’unique branche sur laquelle on est assis.
    Je n’en voudrais pour exemple que le cas de ces « légumes oubliés » (courges, raves, feuilles à salade et autres anciennetés) qui resurgissent sur les étals des supermarchés et dont on n’entendait plus parler depuis près d’un siècle, même dans les campagnes !

        1. Chat de Nuit

          Je ne suis pas d’accord avec vous albundy17. Le panais rôti au four accompagne à merveille une viande rôtie, que dire d’une petite purée de panais à l’oseille et à la crème pour accompagner un dos de cabillaud au chorizo, ou alors vu le temps froid qui va arriver, une soupe de panais au curry?

          1. albundy17

            Chat, évidement, les goûts et les couleurs, comme on dit…

            je relève par contre: oseille, crème, chorizo, ou encore curry. De quoi le faire passer ^^

            1. sam player

              Effectivement Al, tous ces subterfuges me rappellent comment on nous a floué dans notre jeunesse pour nous faire avaler des trucs qu’à l’époque nous aurions trouvé fadasse nature mais qu’avec l’âge nous apprécions sans ces subterfuges.

              Et comme tous les serial killers nous nous sommes appliqués à reproduire ce comportement envers nos enfants… arghhhh !

    1. douar

      Toute une génération a voulu oublier ces légumes car ça leur rappelait trop la période de guerre: topinambour, panais, rutabaga… A manger ça tous les jours, ça marque.

      1. mlallier

        A consommer avec modération, cependant. Participent directement à l’augmentation des gaz à effet de serre, mauvais, comme chacun devrait le savoir maintenant, pour le climat.

        1. bibi

          Dans les supermarchés on a toujours trouvé des petites courges comme les potirons ou les courgettes, au ministère de l’écologie c’est l’étalage de grosses courges.

                1. Bonsaï

                  Certes, mais parfois chacun roule sur son orbite en évitant de justesse la collision, si vous voyez ce que je veux dire…
                  J’avais à dessein contourné cette option qui concerne surtout les poires !

              1. albundy17

                Je ne pensais pas au légume quand j’évoquais blette, mais plutôt à l’état des courges qui nous gouvernent.

                Ou que l’on trouve aussi dans l’environnement, fut il électronique.

                1. Aristarkke

                  Pstt Al : quand l’adjectif feu signifie défunt, il s’accorde au masculin pluriel avec un S et au féminin pluriel avec ES.
                  Mais quand il précéde la personne ou les personnes, il reste invariable en feu…
                  C’est très simple pourtant… 😉

    2. Royaumont

      Ces « légumes oubliés » étaient autrefois les ultimes recours avant la famine. On se rabattait là-dessus si c’était ça ou mourir de faim. Ces légumes ont été oubliés, souvent parce qu’un substitut venant d’ailleurs les remplaçaient avantageusement.
      Réussir à vendre ces rogatons à prix d’or comme produit de luxe est un tour de force marketing. C’est aussi un excellent indice de la naïveté ou de la vanité de la clientèle bobo qui s’est rué sur ces produits.

      1. Bonsaï

        C’est vraiment navrant.
        Tous ces excellents légumes utilisés par nos grand-mères et pas seulement à la campagne, sont actuellement reconnus par les grands chefs pour leur saveurs et leurs vitamines.
        En Amérique du Nord où l’on n’a pas honte de ses origines campagnardes, on raffole de ces légumes. Les publicitaires ne sont pas trompés en copiant sur eux la mode de Halloween qui a largement contribué à faire sortir les cucurbitacées de leur oubli…

        1. Fll

          Bah c’est con, j’y habite et je peux t’assurer que c’est une toute petite place dans rayons de fruits et légumes (énorme contrairement à ce qui est dit en France). C’est dans le coin bobobio du rayons.
          Quand c’est pas bon, faut être bobobio pour aimer ca et en plus le manger.

          1. BDC

            Je vais aider Bonsaï… Perso j’ai découvert les topinambours dans un restau étoilé, j’ai imité modestement le plat, et tout le monde a adoré, le goût ressemble à un mélange d’artichaut/noisette c’est très fin. Mais je n’en mangerais pas tous les jours c’est certain !
            Magie du capitalisme, on retrouve des légumes oubliés, on ne force personne à en manger, le marketing vise logiquement les bobos vu que ça fait « nature » et qu’ils ont le pognon. Ensuite la mode passera ou pas, selon que ces légumes répondent à un besoin, ou pas.

            1. Bonsaï

              Et voilà. C’est juste bon !
              Des soupes à la courge, vous en trouvez partout à cette saison, c’est exquis. Avec une tombée de jus d’orange et de la crème. Ou du gruyère râpé, comme bon vous semble…

              1. Dr Slump

                « c’est exquis », ouarf!
                Ca me rappelle une scène de « le Bonheur est dans le Pré », avec le personnage de la rombière, à table devant Eddy Mitchell et le plat de rognons. Je vais faire l’impasse sur la suite, l’exquise esquisse ne me le pardonnerait pas. Désolé mais *ROFLMAO*

                1. albundy17

                  Oui, comme toutes les modes.

                  Je remarque que depuis quelques temps les lunettes de vue style secrétaire des années 70 revient en force. J’attends avec impatience le retour des pattes d’eph

      1. Bonsaï

        Muchas gracias, cher René-Pierre !
        Encore une chose que j’ignorais, bien qu’un peu surprise par l’insistance de certains velléitaires à vouloir encadrer ce mot…

  4. hugeus

    Au Vietnam en 2006, je peux jurer n’avoir pas vu un seul oiseau en quinze jours à sillonner le pays. Ah si, un seul, il était dans une cage sur un balcon d’Hanoï. Et puis des canards, dans les rizières, oui. Mais pas un seul oiseau sauvage.

      1. Lark on the Wing

        la LPO…. qui vit de grasses subventions… d’où la nécessité d’être alarmiste :

        1/ j’habite certes la campagne, mais comme je mets des graines de tournesol sur mes appuis de fenêtre, des boules de graisse et des nichoirs, j’ai toute l’année une abondante avifaune sous les yeux. Cet automne, et sans lien de causalité avec les graines – et pour cause – j’ai eu la visite pendant 15 jours d’une quarantaine de guêpiers dans le verger (pas de Jdm ADP svp)

        2/ la LPO présente le vanneau huppé comme étant en danger : leur décompte en donne « quelques dizaines de milliers » en France. Le décompte fait par les Fédérations de Chasseurs quant à lui, dépasse 800 000 individus…

        1. M.Roanna

          Votre avis est un avis de chasseur orienté, très orienté qui cause pour sa bonne cause et qui ne veut surtout pas remettre en cause ses « droits de chasseur ».
          Si vous aviez lu les commentaires des gens sous la description générale vous ne vous seriez pas mis le doigt dans l’oeil jusqu’au coude.

          Pour situer la chose, je ne suis pas à une contradiction prête, j’ai été moi même chasseur il y a de cela bien longtemps -disons 40 ans – mais je suis passé dans l’autre camp – pas celui qu’on nomme du bien ici – mais de celui de me réjouir de la baisse constante du nombre de chasseurs.

          Et pour cause, je parle d’une époque ou une battue se terminait par 20 lièvres et une trentaine de perdrix grises dans la journée avec environ 20 chasseurs.
          Des compagnies de perdreaux de 25 éléments on en levait de 10 à 15.

          Je vous paye une voiture toute neuve si sur le même terrain en une journée vous levez plus de 20 perdreaux et que vous rencontrez plus de 10 liévres.

          Voilà ou nous en sommes et il y a des gens pour soutenir l’inverse.

          Quant aux vanneaux huppés, je suis désolé de ne pas adouber vos propos et vos statistiques.
          Dans les coins humides il y en avait par dizaines qui nichaient à même le sol, que reste t-il, RIEN.
          Ce n’est pas la peine de répondre, je sais de quoi je parle et encore mieux ce que vous voulez faire passer comme message.

            1. BDC

              Dans ma campagne le gibier est toujours là : les lapins font des dégâts dans les blés. Ma mère passe toujours des après-midi à plumer et vider des faisans, cadeau plombé de ses amis chasseurs. Cet été mon frère a même tondu une poule faisane qui nichait dans la pelouse, sacrilège ! (La pelouse était mieux entretenue de mon temps, certes …)

              1. M.Roanna

                Je n’ai jamais vu un animal sauvage ne se subvenir qu’avec de l’air et de l’eau.
                Donc oui la faune sauvage fait des dégâts dans les plantations et plus il y aura de plantations moins ils feront de dégâts parce qu’il n’y aura plus de place pour eux et pour que le bénéfice soit max il faudra tous les éradiquer.

                La logique est imparable.

                1. albundy17

                  « il faudra tous les éradiquer »

                  Ben inutile du coup, vu qu’il n’y a plus que des plantations du béton et du goudron, ça va se faire tout seul 😥

                  Bon, y a juste que je comprends pas pourquoi il y a d’années en années de plus en plus de ravages ds les cultures, pas assez de loups peut être

                  1. M.Roanna

                    Bon, il faut que je me fende encore d’un commentaire.

                    Les gros dégâts dans les cultures sont essentiellement liés aux gros gibiers, sangliers, chevreuils et cerfs dans une moindre mesure car moins nombreux mais qui aurait pu croire autre chose.

                    Il se trouve que les règles de la chasse ont évoluées depuis de nombreuses années déjà et que ces règles ont été favorables au gros gibier.

                    Il y a 40 ans le gros gibier pouvait être chassé à la grosse chevrotine, de ce fait le gibier s’il était à portée de tir n’avait aucune chance, soit il tombait sur place soit il était blessé et il était retrouvé plus tard en état de décomposition.
                    Heureusement ce n’est plus le cas actuellement et croire qu’un animal peut être abattu en pleine course en forêt avec une balle tient probablement du fantasme que même notre spécialiste un peu plus haut ne désavouera pas.
                    Les plus gros ravageurs étant les sangliers qui eux ne sortent que lorsque la nuit est profondément entamée, deviennent donc difficiles à abattre et à réduire.

                    Mais dire que la faune sauvage augmente parce qu’il y a plus de dégâts tient de la méconnaissance totale du sujet et du 0 pointé pour ce qui est de la connaissance de notre environnement.

                    1. M.Roanna

                      @albundy 5h27
                      C’est bien connu, plus il y a de trous dans le fromage moins il y a de fromage pour un même volume.

                2. bibi

                  Pour que le bénéfice soit maximum il faudra s’arrêter quand le cout de chasser un animal sera plus grand que le cout des dégâts occasionnés.

                3. Lark on the Wing

                  Nous voilà avec un Troll anti-chasse, venu nous assener « sa » bonne parole écolâtre.

                  Une première, non, je crois ?

                  Il est inutile – comme il le souligne lui-même avec assez d’humilité – d’argumenter, dès lors qu’il détient la Vérité Révélée (depuis 40 ans!), et saura réfuter ex cathedra toute contradiction que l’on tenterait – pure folie ! – de lui opposer.

                  Je m’en abstiendrai donc, quitte à renoncer à cette voiture neuve…. mais je souhaite, pour le simple plaisir que j’éprouve devant le burlesque de ses écritures, qu’il continue à nous édifier quant à la beauté d’une Nature purgée – par la grâce efficace de la LPO, Greenpeace et autres Ferus – du capitalisme forestier, des hommes pollueurs, et last but not least, des chasseurs : Attaboy, Roanna !!!

                    1. Lark on the Wing

                      Cher Roanna, vous êtes le zélote des zélites ! une sorte de ZZ Top, quoi…

                      Une remarque, si vous me permettez : ce « rien dans la gabardine » trahit une manière de machisme résiduel, sans doute un peu sénile (la référence à la gabardine est inquiétante, à divers égards). Vous avez consulté récemment ?

                    2. Aristarkke

                      Werther, tu nous vieillis inconsidérément.
                      La gabardine, c’était à pas plus de quarante ans (dixit Peillon).
                      Bref, quasiment hier, au moins pour moi, dirait le Philou…

                  1. Stéphane B

                    On parle de chasse, j’arrive.
                    Déjà, il faut parler de territoire. Quand j’étais sur Suippes, la chasse dans le camp militaire donnait 600 sangliers tués les mauvaises années. Les bonnes, cela montait à plus de mille.Il faut dire qu’il y avait tout pour que la faune sauvage reste dans le camp: point de nourrissage, champs et une surveillance accrue.
                    Gamin, je me souviens que lorsque j’accompagnais mon père à la chasse, nous arrivions à ramener une dizaine de grives, un ou deux faisans (et pas de cirque, i.e. lâcher), ainsi que des palombes. Quand nous allions dans de la famille dans le Gers, il n’y avait pas un weekend sans lapin tué, grives, merles et palombes. De temps en temps, un col vert. Nous apercevions aussi beaucoup de chevreuils mais trop loin pour prendre un coup de fusil et cela était très dangereux vu le nombres de gardes qui patrouillaient. Je me souviens par contre très bien des abrutis qui tiraient les volées de pinson.

                    Aujourd’hui, mon père a délaissé la chasse du gibier à plume, trop de lâcher. Quand je vais le voir, si j’arrive à apercevoir un seul vol de palombes, je suis aux anges. Idem si je vois un chevreuil le long de la route. Par contre, il ne se passe une journée de chasse ou la battue à laquelle il participe ne ramène pas chevreuil ou sanglier. Quand aux vanneaux huppés, je n’en vois presque plus le long des routes.

                    Dans mon coin d’Ariège, je vois régulièrement des chevreuils et des cerfs. Mais, quasiment plus de moineaux, ni rouge gorge sur ma terrasse. Pourtant j’habite en ville et jusqu’à présent, j’en voyais tous les jours.

                    Et il ne faut surtout pas parler de certains qui ont volontairement lâché des cochons pour qu’ils s’accouplent avec des sangliers afin d’avoir plus de bêtes à tuer et aussi bien plus grosses. Les dégâts sur les cultures coûtent cher aux fédérations de chasse mais la faute leur revient en partie à cause d’abrutis qui ne regardent que leur gueule.

                    Tout ça pour dire quoi. Je suis chasseur dans l’âme, mais pas viandard. Si on tue un animal, c’est pour le bouffer, pas pour le donner sauf pour agrémenter le repas des personnes âgées, ni pour faire un trophée. Les chasseurs ont leur responsabilité, les agriculteurs (bien souvent chasseurs aussi) également avec la destruction de haie et l’appauvrissement des biotopes pour avoir un meilleur rendement à court terme; l’Etat, no comment. Quand aux écolos à deux balles de boboland, qui gueulent après les chasseurs mais se déplacent en 4×4, ils feraient bien de se remettre déjà en question avant de vouloir donner des leçons.

                    1. Aristarkke

                      « Quand aux écolos à deux balles de boboland, qui gueulent… »
                      Dans le genre, il ya ceux qui s’amourachent de la campagne mais qui ne supportent pas le bruit de la campagne (pour eux, elle ne peut être que silencieuse…)

                      http://www.courrierdelouest.fr/actualite/prahecq-leurs-coqs-chanteraient-trop-forts-les-proprietaires-devant-un-juge-30-08-2016-281275

                      http://www.pyrenees-pireneus.com/Pastoralisme/Ruralite/Coqs-chantent-derangent-Campagnes.html

      2. Dr Slump

        Bof, l’article lui-même reconnaît ne pouvoir rien affirmer à ce sujet. Par contre, ceux qui se plaignent de cette supposée raréfaction de passereaux sont probablement les mêmes qui affectionnent les chats, dont on a France, pour le coup, une surpopulation insensée, et qui représentent sûrement plus une menace pour leur population que le diesel ou Monsanto.

        J’observe dans ma campagne la même chose: des années où les oiseaux semblent avoir disparus, et l’année suivante des compagnies entières de chardonnerets, pinsons du nord, verdiers, etc, qui s’ébouriffent les plumes autour des mangeoires.

        1. albundy17

          J’ai chez moi de plus en plus d’oiseaux, les rouges gorges avaient disparus 2 – 3 ans, j’ai un solitaire qui ne nous lache plus. J’ai eu un record de 7 cigognes ds le prè cette année, davantage de chevreuils, beaucoup de sangliers et une biche pour la première fois.

          Apparemment, le complot capitaliste pour tuer la faune n’est pas au point

          1. Pheldge

            à l’attention des de les fins linguistes : un cheval, des chevaux ==> un chacal, des shakos chacaux ( et c’est pas le Hussard qui osera me dire le contraire !)

          1. albundy17

            Je me demande si c’est bon. Sinon en terme de caractère les chats domestiques c’est vraiment du socialiste con centré. Et j’en ai eu un paquet

            1. Aristarkke

              Je ne suis pas d’accord !
              Un poil de soce, pas plus !
              Quand mes chats partent, ils savent où ils vont (canapés, fauteuils ou lits).
              Quand ils arrivent, ils savent où ils sont (chacun sur le sien préféré).
              Mais il est exact qu’ils font cela avec la pâtée des autres…

              1. albundy17

                Patée des autres, sous le toit des autres, voleur, sournois, absent en cas de besoin calinours, et squattant la place de canap la meilleur, après avoir chié dans les plantes des autres, on se rapproche assez bien d’une certaine engeance…

                    1. Bonsaï

                      Pendant que tu es là, Black Mamba, je tiens encore à te remercier chaleureusement pour ton aide : tu as été d’une efficacité redoutable, sans toi je n’aurais jamais su me sortir de ce guêpier !
                      Le soutien de Sam a été précieux également.
                      Bref, vous avez droit à la Médaille du Mérite…

                  1. sam player

                    Ca me rappelle une « amie » qui donnait dans le porn food pour ma tirer m’attirer chez elle avec des photos de plats qui paraissaient succulents…miam miam…

                    Comme IRL ça sentait la publicité mensongère, alors un jour j’ai par hasard cliqué trop longtemps sur la photo et m’est apparu la recherche de la photo sur google… toutes des s… sauf maman bien sûr…

        2. M.Roanna

          Ce n’est pas faux de dire que les chats représentent une menace importante pour les oiseaux mais le supposé lien qui lie ceux qui aiment les chats et de ceux qui se plaignent est un raccourci qui n’engage que vos propos de fin limier.

          Des chats il y en toujours eu, sont-ils plus nombreux -probablement- mais à vrai dire je n’en sais rien mais ce qui est certain c’est que la faune sauvage a diminué dans des proportions drastiques hormis précisément quelques cas comme les cigognes qu’on met en avant pour cacher tout le reste.

          1. albundy17

            « la faune sauvage a diminué dans des proportions drastiques »

            c’est pas l’avis des rats de la capitale ^^

            Vous habitez en haut d’une tour ? Le gibier fait des ravages comme jamais ds les champs, un de ces 4 il va falloir embaucher des fonctionnaires pour palier au manque de chasseurs, les ragondins pullulent, comme les lièvres/lapins, j’ai pour la première fois une chouette qui vient chasser le mulot en face de chez moi en concurrence des éperviers, en fait chaque année j’en vois de plus en plus de toutes ces bestioles à paté de chevreuil et sanglier !

          2. Dr Slump

            « le supposé lien qui lie ceux qui aiment les chats et de ceux qui se plaignent est un raccourci […] cépafô et je l’admets volontiers 🙂
            Nuance cependant: ce ne sont pas les chats en tant que tels qui sont une véritable menace pour la population des oiseaux (ils ne sont si efficaces que ça à les chasser), mais leur surpopulation.

            Mais vous n’apportez aucun élément probant tendant à démontrer que « la faune sauvage a diminué dans des proportions drastiques », ce que l’article du jour remet en question, avec des chiffres solides tirés de l’indice LPI du WWF.

            Tout n’est pas rose, loin s’en faut, mais je demande juste qu’on arrête ces sempiternelles clameurs alarmistes contre l’occident capitaliste qui éradique les animaux, et dont font partie les chasseurs, bien sûr, puisqu’ils ne savent que tirer sur tout ce qui bouge sans discernement. Vous ne l’avez pas dit comme ça, mais votre témoignage conduit à dire que les chasseurs déciment des compagnies entières et que le résultat c’est leur évidente raréfaction… retour à l’envoyeur: sans éléments probants, « c’est un raccourci qui n’engage que vos propos de fin limier »

            1. M.Roanna

              On ne va pas jouer à je te tiens tu me tiens par…
              Je ne donne pas de chiffre, c’est Lark on the Wing qui les donne -voir un peu plus haut- mais là ou le bât blesse c’est qu’il ne croit pas aux chiffres de la LPO parce que ça ne l’arrange pas, lui préfère ceux bricolés par la fédération de chasseurs.
              Vous de votre côté vous préférez l’indice LPI.un truc tordu lié au bénéfice ( income )
              C’est quoi cette histoire de LPI, un graphique bidon qui donne quoi?
              Et en plus ce sont des « chiffres solides tirés de l’indice LPI du WWF »
              Quelle grosse bouffonnade!
              Bravo vous êtes murs, continuez votre chemin, y a rien à voir.

              1. Dr Slump

                Je n’ai pas parlé de Lark ni de la LPO, si? J’ai parlé de la prétendue raréfaction de la faune. Et au moins je m’appuie sur une analyse et des sources dignes de foi, mais vous? Alors sortez-les moi, vos chiffres et vos irréfutables preuves. Mettez donc fin à cette bouffonade, puisque vous êtes si sûr de la supériorité de votre point de vue.

                Pour le moment, vous n’avez fait qu’aligner les jugements personnels et les opinions « imparables ». Et pourquoi ce ton énervé plein de qualificatifs désobligeants, je ne vous ai pas attaqué personnellement que je sache? Et je continue ce que jeux comme je veux, capisce?

            2. M.Roanna

              Vous voulez des éléments probants, ben voilà mais tout ça vous pouvez le trouver par vous-même si vous voulez vous en donner la peine.
              Un exemple, je peux vous en donner beaucoup d’autres.

              « L’hirondelle ne fait plus le printemps… Ou de moins en moins. Ces oiseaux migrateurs, qui rythmaient les saisons, voient leurs effectifs diminuer de façon inquiétante en France : on estime à près de 40 % la chute des populations d’hirondelles rustiques ou de fenêtre ces dernières décennies en France.

              « En milieu rural, l’hirondelle rustique disparaît car elle ne dispose plus de granges ouvertes ou de passages abrités pour nicher », souligne Antoine Gaillard, de l’association Nature Midi-Pyrénées. Les vieilles bâtisses se rénovent. L’habitat se modifie. La nourriture des oiseaux se raréfie du fait des insecticides ou des pesticides employés dans l’agriculture.

              L’hirondelle de fenêtre n’est pas mieux lotie en ville du fait de la réfection des façades, ou de la destruction des nids.

              « Au niveau national, les chiffres de la diminution du nombre d’hirondelles sont inquiétants. Nous voulons savoir si le phénomène est le même en région » »

              http://www.ladepeche.fr/article/2010/05/28/843758-ou-sont-passees-les-hirondelles.html

              1. Dr Slump

                Ah, c’est un commencement, mais ce n’est qu’un exemple qui ne définit pas une tendance globale à toutes les populations d’oiseaux. D’ailleurs, votre source conclut par, je cite:

                « D’autres espèces d’oiseaux, comme la tourterelle turque, au contraire, sont en progression dans tout le ciel européen. ».
                Et il est bien dit « d’autres », au pluriel.

                Notez enfin que je ne cherche pas à nier en bloc votre affirmation, je nuance, je questionne, pour ne pas tomber dans les prises de position manichéennes, les « capitalistes négationnistes » contre les « gentils écolos protecteur de mère-Gaïa ». Je ne mange pas de ce pain-là, vous comprenez?

                1. M.Roanna

                  Je ne voulais pas vous froisser, le terme était maladroit, je m’en excuse.
                  Pour en revenir à votre dernier commentaire.
                  Il est certain qu’il y a des espèces qui progressent, on peut citer les corneilles noires, les cigognes, les touterelles et d’autres mais cela est très loin de compenser le déficit des autres espèces sans compter que ces espèces là ne rentrent absolument pas dans la même chaine alimentaire.
                  Pour preuve, les corneilles qui à une époque étaient considérées comme nuisibles ne le sont plus et prolifèrent par la même occasion. Mais la corneille est un prédateur extrêmement néfaste pour les passereaux et même pour les pies qui elles mêmes sont dans la catégorie prédateur.
                  Qu’y a t’il de plus commun qu’un moineau, eh bien j’ai beau mettre du blé, s’il y en vient 5 ou 6 c’est beaucoup.
                  Je me souviens d’une époque ou les moineaux étaient une plaie dans les villages, il y avait des groupes de centaines de moineaux.
                  Les hannetons: il suffisait de donner un coup de pied dans un arbre fruitier, pas trop gros tout de même, et il y avait une centaine de hannetons qui tombaient illico de l’arbre.
                  Faites la même chose aujourd’hui et vous m’en direz des nouvelles et la liste est longue….

                  1. Au fait, toutes ces corneilles, terribles prédateurs, elles bouffent quoi ? Et les animaux qu’elles bouffent (sachant qu’elles sont en fin de chaîne), ils ont bouffé quoi, eux-mêmes ?

                    Vos observations se contredisent elles-mêmes. Plus vous voyez de gros animaux, et des prédateurs notamment, plus cela veut dire que la chaîne alimentaire qui les a produits est vive.

                    http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/file/mammiferes/carnivores/petits/FS306_evolution_populations_renards.pdf
                    http://www.europeanlandowners.org/files/pdf/2012/Etude%20explosion%20demogaphique%20sanglier%20ELO%2002%2007%202012%20FINAL-2.pdf
                    http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/indicateurs-indices/f/1964/1115/evolution-population-grands-herbivores-cerf-elaphe.html
                    etc…

                    1. Hussard Bleu

                      Il est parfaitement vain, Monseigneur, de nourrir les Trolls, en soulignant leurs « erreurs » tirées de la Vulgate Ecolo des Villes, notamment – si l’on veut absolument – sur le cycle triennal des hannetons, sur les moineaux que je vois en colonies identiques depuis que j’habite (35 années de suite) le même hameau bourguignon, sur les lièvres qui prolifèrent depuis que les herbicides/pesticides au long des haies sont moins épandus pour des raisons de coût (pour autant qu’une épizootie virale ne les décime), sur les perdrix et faisans jamais vus en pareil nombre (comme chez un de mes amis à côté du Mont Beuvray, de Montebourgeoise célébrité : en octobre, arrivant chez lui, j’ai vu sur le chemin une compagnie rassemblée de 30 ou 40 individus).

                      Pour les vanneaux, j’en aperçois régulièrement des voliers de plusieurs centaines dans la vallée de l’Arroux… et que dire des anatidés ? je vois, sur les marais, les rivières et les étangs, des souchets, des sarcelles, des siffleurs, des nettes rousses même, et les colverts sont innombrables. J’ai observé des eiders, des barges, des courlis, plusieurs sortes de chevaliers, des pluviers, des œdicnèmes etc….

                      Les becs droits sont une « calamité » ? sans doute, mais qui a obtenu l’interdiction du tir dans les nids ?

                      Le « gros » gibier est en expansion continue, lui aussi, mais qui faut-il en remercier sinon les chasseurs qui ont su gérer un cheptel minuscule au départ, et à leur frais puisqu’ils paient les dégâts dans les cultures ou sur le domaine forestier… ces chasseurs – vilipendés par ces associations lucratives sans but, mais pas sans influence – mais sans qui vous ne verriez jamais ces petites hardes de chevreuils ou de grands cervidés…

                      Comme je le disais supra, il est inutile de chercher à argumenter rationnellement avec un adorateur de la Déesse Sentiment… un de ces convertis, au prosélytisme infantile et navrant : parce qu’il fut chasseur (selon lui) il se croit en droit, devenu repenti, de condamner la chasse en se fondant sur des « statistiques » controuvées et des impressions personnelles…

                      Saint Augustin était plus drôle, avant et même après sa conversion….

                    2. sam player

                      Controuvé…synonyme élégant de bullshit…

                      HB on ne dit plus marais mais zone humide c’est plus vendeur…

                    3. Hussard Bleu

                      @Sam : l’élégance, en l’espèce, n’était pas tout à fait gratuite… j’ai un faible pour les apocopes…

                    4. M.Roanna

                      Je passe sur le fait que les 2 premières pages ne s’ouvrent pas.

                      Les corneilles s’adaptent très facilement à une nourriture variée et avariée c’est ainsi qu’on peut les voir sur des noyers en automne au moment des noix alors qu’elles ne sont pas du tout adaptées à ouvrir des noix. On va les trouver derrière les tracteurs lors des labourages, on les trouve sur des animaux mortsau bord des routes etc…
                      Ca vous va comme réponse?
                      Qu’est ce qui se contredit? vous habitez où, au centre ville?

                      Si les gros gibiers ont régressé régulièrement jusque dans les années 70 c’est probablement parce que les chasseurs géraient très bien leurs chasses et ce n’est que parce que les règles sont devenues beaucoup plus strictes que les cheptels réaugmentent.

                      Il n’y a qu’en Alsace Lorraine qui a une réglementation plus stricte que dans le reste du pays que les cerfs se sont maintenus en grand nombre, il suffit pour cela de regarder votre carte.
                      Les grandes forêts autour de Paris étaient pourtant réputées à l’époque royaliste pour héberger de très nombreux cervidés.

                      Il n’y a que la réglementation qui marche, malheureusement.
                      Les fédérations de chasseurs, de la croquignolerie!

                    5. Les deux liens sont faciles à retrouver avec google. Je les ai corrigés de toute façon. En résumé : la population de cerfs, de renards, de sangliers, etc… est en croissance partout en France ou à peu près. Et l’explication « c’est parce qu’ils mangent des déchets » est comique, au mieux. La réalité est que les gros gibiers et les prédateurs grands et moyens sont en croissance en France parce que plus personne ne les chasse, que les surfaces de terres disponibles augmentent, et que les populations de petites proies qu’ils ingèrent augmente aussi.

                      « Il n’y a qu’en Alsace Lorraine qui a une réglementation plus stricte que dans le reste du pays que les cerfs se sont maintenus en grand nombre » : ben non. La population augmente, et de façon très visible dans la plupart des départements où on en trouvait dans les années 80. Elle est passée de 40K en 1980 à 160K en 2010, bien, bien au-delà de l’Alsace.

                      Le crin-crin « il n’y a plus rien dans nos campagnes » est donc bel et bien faux.

                  2. Val

                    @M Roanna , je ne sais pas où vous habitez et quelle vie vous menez , mais bon , moi je suis à 25km de Paris , des rouges gorge ds le jardin , des chevreuils à 500 m de chez moi , des sangliers plein la forêt , on en débusque même de jour et on en voit des troupeaux paître sur le bord des routes la nuit o_O (!) , hérissons qui pullulent, hérons en pagaille, renards ….
                    En beauce à 80 km de Paris , au petit matin , vous voyez bondir les chevreuils ds les champs .
                    Je ne vois qu’une chose : changez vos lunettes 😉 .
                    Plus sérieusement , la composition de la faune change peut être ds le temps , soit , peut être et même sans doute, mais elle ne disparaît pas , ça non , je ne crois pas .
                    Perso je pense que c’est utile de suivre l’évolution de tout cela , et de faire des battues si une espece sans prédateur prend trop de place (sangliers pas ex) , mais bon sonner le tocsin comme le font certains … euhh bon je veux bien mais ça manque d’arguments

                    1. Hussard Bleu

                      @Sam : pour ce qui est de cette « zone humide » en place de « marais », beaucoup dépend de ce que l’on propose à la vente….

                    2. theo31

                      Un moment, il y avait plein de sangliers sur l’île du Ramier à Toulouse et certains venaient jusqu’au Capitole.

                      Ma maman vit dans le Gers, je n’ai jamais vu autant de biches et de sangliers que ces derniers mois.

                    1. sam player

                      Y a ce passage là mais aussi celui avec les noix de cocos… je ne sais plus lequel est le premier

                    2. albundy17

                      mon préféré : .youtube.com/watch?v=74Im6zOHeow

                      Peux tu en profiter pour me donner les balises d’insertion et que le patron doive pas modérer ? (niveau bonsaï, hein…)

                    3. sam player

                      Al il n’y a pas besoin de balises et comme déjà dit plusieurs fois il faut utiliser le lien youtube.com et non le lien youtube.be ET NE RIEN ÉCRIRE APRÈS LE LIEN.
                      Écris ton commentaire avant le lien.

                      Quand tu n’as pas le lien qui commence par youtube.com clique sur la flèche en haut à droite sur l’écran de youtube pour le copier .

          3. Aristarkke

            « les chats représentent une menace importante pour les oiseaux »
            Nous mettons en permanence des gamelles dehors (une fois par jour) pour nourrir une paire de greffiers qui hantent les extérieurs du groupe de quatre/six pavillons que nous formons et qui nous taxent avec leurs minesarborées comme déconfites de malnutrition (qui tranchent avec des rondeurs qui auraient bien plu à M. De La Fontaine).

            Les matous ont intérêt à surveiller l’heure de la distribution parce que le couple de pies qui niche à proximité, vient becqueter dans la gamelle, même avec le chat (repu) à quelques mètres…
            Les moineaux itou ainsi que les merles mais il y a visiblement une hierarchie de la taille des oiseaux : les gros d’abord

            1. Lark on the Wing

              « Pecking order », on appelle cela, même au sens figuré….

              On trouve aussi les « hen-pecked husbands », comme certains que je ne nommerai pas, mais qui hantent les bas-fonds, à vélo, avec le katana au dessus de la tête…

              Mais bon, on a tous quelque chose de Walter Mitty…

          4. Aristarkke

            Un Chat, nommé Rodilardus,
            Faisait de Rats telle déconfiture
            Que l’on n’en voyait presque plus,
            Tant il en avait mis dedans la sépulture.
            Le peu qu’il en restait, n’osant quitter son trou,
            Ne trouvait à manger que le quart de son soûl ;
            Et Rodilard passait, chez la gent misérable,
            Non pour un Chat, mais pour un Diable.

            (admirable de camper une telle situation en aussi peu de mots)

  5. stéphane B

    Un peu HS: reportage de fRance2 d’hier soir sur envoyé spécial. ces salauds de capitaliste profitent des migrants pour faire leur beurre en créant des centres d’accueil comme l’Etat suédois, suisse, allemand ou italien le leur permet. C’es troporrible de gagner de l’argent comme ça, surtout que des fonds de pensions ricain en profitent

    1. Aristarkke

      On gagne de l’ argent sur des pauvres qu’ ont tout perdu à cause de la guerre, même leurs femmes et leurs enfants, tous sans exception??? Comment se fait-ce ???

  6. Le Gnôme

    Curieusement, on ne parle plus des pluies acides depuis que les capitalistes se sont occupés des usines du socialisme réel est européen. Dieu sait ce qu’on a entendu à l’ouest sur les les méchantes usines capitalistes, mais bizarrement, rien sur celles de l’autre bloc.

    1. Aristarkke

      On vous répondra que c’est parce que les capitalistes ont habilement soudoyé la Presse en lui offrant leurs soutiens financiers… Cette preue* chevalière défenseur du veuf et du spectateur orphelin de la Vérité…
      *liberté lexicographique et poétique. Adjectif (ou nom) exclusivement masculin.
      Juste un peu de baume dans les plaies…

  7. Tracy LA ROSIÈRE

    APARTÉ
    La France s’apprête à brader, sans contrepartie, une partie de notre domaine maritime. Il s’agit de l’île de Tromelin, un îlot perdu dans l’Ocean Indien, rattaché aux TAAF et situé à 450 km à l’Est de Madagascar et à 535 km au Nord de l’île de la Réunion . « L’île aux Sables » n’est visitée que par les tortues mais elle possède une histoire.
    En juillet 1761, un navire de la Compagnie des Indes, avec 300 personnes à bord, dont 160 esclaves, fait naufrage sur l’Ile aux Sables. Il y a des survivants. L’équipage regagnera Madagascar sur une embarcation de fortune après avoir promis aux 80 esclaves demeurés sur l’île de venir les rechercher. Rien ne sera fait. Ce n’est que le 29 novembre 1776 qu’un marin, l’enseigne de vaisseau de TROMELIN sauvera 7 femmes et un enfant, les derniers survivants de l’Ile aux Sables.
    Irène FRAIN a donné de cette histoire un récit passionnant intitulé « Les Naufragés de l’Ile de Tomelin ». L’écrivain vient de prendre parti contre ce bradage rappellant que l’île de Tromelin génère un potentiel économique exceptionnel, 280 000 km² de zone économique exclusive.
    Va-t-on laisser brader notre patrimoine maritime par des irresponsables dépourvus de culture, du sens de l’intérêt général autant que du sens de l’Histoire ?
    Nous avons jusqu’au 18 janvier pour essayer de convaincre nos « représentants » !
    Cordialement.
    http://www.assemblee-nationale.fr/qui/

    Pour en savoir davantage :
    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2017/01/09/31002-20170109ARTFIG00263-le-de-tromelin-la-republique-ne-peut-pas-brader-ainsi-sa-souverainete.php

    http://lecolonel.net/ile-de-tromelin-la-republique-ne-peut-pas-brader-ainsi-sa-souverainete/

    1. Taisson

      @Tracy LA ROSIÈRE

      On à bien donné la seine st Denis a l’Afrique du nord, sans aucune contrepartie..
      .
      Quand tout est foutu, et « quand on à dépassé les bornes, il n’y à plus de limites »…

      1. Tracy LA ROSIÈRE

        D’accord, mais sur TROMELIN il n’y a que des tortues et aucune immigration indésirable n’est à craindre. C’est l’une des raisns qui milite pour qu’on la garde. L’autre raison c’est l’immense territoire maritime qu’elle nous donne. Quant à se débarrasser, bradons Mayotte. Mais qui en voudrait?

    1. Aristarkke

      D’ après son âge revendiqué qui lui fait du 47 ans environ en ce moment, il est trop jeune pour avoir été un jeune homme à cette époque qui a maintenant un recul de quarante ans. Qu’il ne se plaigne pas, il ne porte pas d’étoile jaune… Un oubli probablement ou une photo strictement en intérieur, sûrement!

        1. C’est une image issue d’un catalogue américain (Sears) des années 70s. Aucun rapport avec moi. Mais nom d’une pipe, quelle coiffure !

          1. Lark on the Wing

            Sears ? pas vraiment miraculeux, alors, que Monseigneur soit première gâchette auprès de l’Eglise Evangelisto-Libérale….

              1. Lark on the Wing

                bon allez, pour toi, une petite esplique : Sears Roebuck était une société de VPC traditionnelle et fort ancienne aux USA. Mais « sears » est aussi un terme d’armurerie, correspondant aux « gâchettes » en français (à ne pas confondre avec « queue de détente » qui est « trigger »).

  8. Bonsaï

    Il est surtout urgent que le capitalisme intègre rapidement un nouveau paradigme : le réchauffement climatique c’est fini, on en est de nouveau à une séquence glaciaire, telle que le Moyen-Age en a connu plusieurs :

    – petit âge glaciaire 1645 – 1715, dit minimum de Maunder
    – petit âge glaciaire 1460 – 1550, dit Minimum de Spörer.

    Heureusement que les nouveaux vêtements synthétiques sont bien chauds !

    1. BDC

      Merci Bonsaï je ne connaissais pas, je dormirai moins bête ce soir et ça fait un argument à livrer aux écolos. Je passe même sur le fait que le Moyen-Âge a duré vachement plus longtemps en Suisse …

      1. Bonsaï

        Mais encore vachement moins longtemps que dans la cambrousse française dont certains illustres se targuent de provenir…
        Non sérieusement, le fond de l’affaire c’est que le terme m’a échappé puisque je n’ai cité que les deux dernières dates les plus proches de nous !

          1. Black Mamba Warrior

            @Bonzaï
            Petite remarque : Si vous avez peur que votre interlocuteur ne comprenne que votre billet doux lui est destiné, mettez d’office son pseudo. La file des commentaires sera moins chargé par vos petits patchwork.

        1. Lark on the Wing

          Un superbe bouquin qui va – prudemment, quand même, l’auteur a une carrière universitaire à défendre – à contre-courant de la doxa anthropo-réchauffiste : « The Long Summer » de Brian Fagan. Le survol historique est fascinant….

      2. Flaghenheimer

        Faites quand même attention à ce que les écolos ne vous répondent pas que l’opinion de la NASA diverge d’avec la vôtre.

        « Despite large year-to-year fluctuations associated with the El Niño-La Niña cycle of tropical ocean temperature, the conclusion could be made that global temperature continued to rise rapidly in the 21st century, new record heights being reached in every decade. »

        http://data.giss.nasa.gov/gistemp/

        1. Bonsaï

          C’est de l’enfumage.
          Nous sommes bien au 21ème siècle ? et que lit-on sous leur plume ? continued to rise rapidly in the 21st century, new record heights being reached in every decade. »
          Combien de décennies avons-nous déjà vécu au 21ème siècle : réponse 1 + 7 ans…
          Peut-être qu’ils ne sont pas sûrs ou qu’ils n’osent pas l’annoncer sous une forme réaliste (crashes boursiers, affolement des populations, migrations massives (tiens, tiens…).
          Ou alors ils en sont restés au stade pré-périodique qui consiste en effet en un bref réchauffement.
          Ceux d’entre nous qui seront encore là en 2050 connaîtront le fin mot de l’histoire…

          1. Flaghenheimer

            « Ceux d’entre nous qui seront encore là en 2050 connaîtront le fin mot de l’histoire… ».
            Ou ceux qui se donnent la peine de se renseigner. Au choix.

            1. Bonsaï

              Tiens, c’est nouveau, ça vient de sortir ?
              Il est vrai qu’ayant été exfiltré de sa chaire de philosophie à l’Université de Neuchâtel pour se présenter comme futur Président de la France, il a repris du gallon…

              1. albundy17

                cet homme qui fut payé pour des cours de philo, lol, combien de suicides parmi ses « étudiants »

                Il est consternant et très arrogant.

        2. BDC

          J’avais simplement retenu la théorie des tâches solaires, pas le refroidissement, donc je ne vois pas en quoi ces deux sources seraient incompatibles. Par ailleurs j’ai du mal à comprendre comment ils ont neutralisé l’impact de l’urbanisation autour des points de mesure.

    2. Flaghenheimer

      Faites quand même attention à ce que les écolos ne vous répondent pas que l’opinion de la NASA diverge d’avec la vôtre.

      « Despite large year-to-year fluctuations associated with the El Niño-La Niña cycle of tropical ocean temperature, the conclusion could be made that global temperature continued to rise rapidly in the 21st century, new record heights being reached in every decade. »

      http://data.giss.nasa.gov/gistemp/

      1. Taisson

        Même en le répétant deux fois, il n’y à toujours qu’une décade achevée sur le 21éme siècle…C’est un peu court pour une statistique.
        De plus, pendant toute mon enfance, les savants de l’époque, et les journaleux en mal de sensationnel nous annonçaient la fin du monde dans une glaciation !!
        Depuis, une idéologie anti; vague et confuse, s’est emparée du sujet écologiste, et la partie « scientifique » du sujet à cédé la place à une opinion qui ne fonctionne que par la saturation et la répétition sans fin des mêmes incertitudes.
        Mais les « prévisions » ne semblent pas plus fiables.
        « Se renseigner » est aujourd’hui parfaitement illusoire…C’est un peu comme si l’on essayait de se « renseigner » sur les bienfaits de l’économie de marché !

        Et effectivement, seuls ceux qui seront la en 2050 et plus, pourront confirmer s’il y à réchauffement dramatique, ou pas…
        Et encore, peut être que, comme pour l’histoire, on supprimera les références….

                  1. Lark on the Wing

                    Décade au sens de décennie devient d’un usage courant, et cela me navre un brin, mais après tout, Balzac et même Brasillach (Normalien, hein ?) l’employaient dans cette acception… alors…

                    Début de l’objet 1 de la requête (Mot vedette)DÉCADE,Fin de l’objet 1 de la requête (Mot vedette) subst. fém.
                    A. Période de temps.

                    1. Période de dix jours. Nous voyons des sections de mois en kalendes, ides, décades, semaines (CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 126). Une affiche de la Commune assignait à chaque bouche une livre de viande par décade (HUGO, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 119).
                    P. méton. Assemblée, activité collective qui durent dix jours (cf. quinzaine). La décade chrétienne d’août 1926 à Pontigny (DU BOS, Journal, 1927, p. 380).
                    HIST. Décade (républicaine). Période de dix jours remplaçant la semaine*, dans le calendrier républicain adopté en 1793. [Le] 6e jour de la 3e décade du 4e mois, An II de la République Française Une et Indivisible (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 272). Les jours de décade, car les dimanches n’existaient plus (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 456).
                    La Décade philosophique. Journal politique et littéraire créé en l’an II et paraissant tous les dix jours (cf. FOURIER, Nouv. monde industr., 1830, p. 6).

                    2. Période de dix ans. Synon. décennie. La dernière, la première décade du siècle. En ces années où Pierre commence la quatrième décade de sa vie (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 178). Un moment passa, peut-être un an, un lustre, une décade; vraiment, je ne saurais dire (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 181) :
                    À mesure que nous avançons, chaque année que nous avons à vivre, durant la décade qui vient, et bien au delà encore, se présente à nous avec une ampleur, une netteté, et une magnificence d’intentions qui n’étaient pas le visage du futur, quand nous étions plus jeunes : …
                    MONTHERLANT, Les Olympiques, 1924, p. 229.

                    Rem. Décade a pris le sens de décennie, « période de dix ans », sous l’infl. de l’angl. decade. Certains grammairiens condamnent l’emploi de décade dans ce sens (cf. COLIN 1971, DUPRÉ 1972).

                    B. HIST. LITTÉR. Chacune des parties d’un ouvrage composé de dix chapitres ou dix livres. Entre les auteurs latins, Tite-Live fut celui qui lui plut davantage. (…). Les décades furent son Euclide; ce que Théagène et Chariclée était pour Racine (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 519).
                    Prononc. et Orth. : [dekad]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. XIVe s. decade « partie d’un ouvrage en 10 parties » (BERS., Tite-Live, B.N. 20312ter, fo 1 ds GDF. Compl.); 2. 1611 « période de dix ans (ou mois) » (COTGR.), attest. isolée; à nouveau av. 1850 (BALZAC, Œuvres div., t. 3, p. 155 : Jusqu’à l’époque de la majorité du jeune roi [Louis XV], l’histoire de ce règne appartient au nom de Philippe d’Orléans, dont la régence forme une décade aussi importante peut-être et à coup sûr aussi tranchée que le grand siècle);

                    1. Lark on the Wing

                      Cela devient, hélas, mon dernier moyen de séduction des personnes du sexe…. celles qui ont des Roberts… (je dénonce par avance toute récupération par l’ADP, qui exerce une influence néfaste sur ce Blogue).

        1. Flaghenheimer

          C’est dommage de ne pas prendre la peine de lire en entier le lien qu’on vous fournit gracieusement.
          Si vous l’aviez fait vous auriez vu que certaines études sur lesquelles se base l’article utilisent des relevés de températures de 1880.
          L’immense majorité des spécialistes s’accordent à penser non seulement qu’il y a un réchauffement climatique mais surtout, et c’est là que le bât blesse, qu’il est d’origine humaine.
          Face à cela vos dénégations sont un peu vaines, j’en ai peur.

            1. Bonsaï

              Et surtout comment « l’immense majorité des spécialistes » explique les températures anormalement froides sévissant en Europe depuis le début décembre, ainsi que les abondantes chutes de neige qui se succèdent…

              1. albundy17

                « températures anormalement froides sévissant en Europe »

                Ainsi qu’en Asie, en amérique du mord, plus la neige à Tokyo en novembre, la neige au sahara, en egyte, etc etc

                1. BDC

                  Oui, mais admettons que le climat se détraque (on passe sur la démonstration) qu’est-ce qui dit que c’est dû à l’homme ? À part faire parler des corrélations ?

                  1. Flaghenheimer

                    Si le sujet vous intéresse vous pouvez trouver en quelques clics pléthore de documentation scientifique. Si, comme moi, vous préférez lire sur papier j’imagine qu’il y a dans votre bibliothèque municipale de quoi faire votre bonheur.

                2. Val

                  @Flag ok , et même sur un temps long ou court , un réchauffement climatique , un regard sur la mappemonde , (en retirant au préalables ses lunettes roses/vertes/opaques ) et …. on en déduit ??

            2. Flaghenheimer

              Que la France est un petit pays alors que le Canada est immense?
              A moins que vous ne vouliez faire référence au fait que la majorité de la planète est inhabité?

              1. Val

                @Flag Ah qd même ! Que les plus grds territoires de la planète : Canada , Alaska , Sibérie , nord et est de la Chine seraient cultivables et habitables , bref , quelle horrrible nouvelle ! Je ne sais pas mais moi si j’avais l’assurance d’un réchauffement , je sablerai le champagne pas vous ?

                1. Flaghenheimer

                  Vous qui aimez poser des questions en voici deux pour vous. Que faites vous de l’Angola, de la Mauritanie ou de l’Afrique du Sud? Et que direz vous aux territoires, parfois merveilleux, menacés par la montée des eaux?

                  1. albundy17

                    « Et que direz vous aux territoires, parfois merveilleux, menacés par la montée des eaux? »

                    Rassurez vous, c’est constaté, malgré les banquises déjà toutes fondues et la dilatation des océans due au premier degré de hausse acté par vos scientifiques, les eaux ont la bienveillance de ne monter qu’en pleine mer, laissant les iles à l’abri

                    1. Flaghenheimer

                      @ Sam
                      Absolument rien de ce que j’ai écrit ne laisse entendre que je m’inclus dans la communauté scientifique.
                      Je vais finir pas croire que c’est vous qui faites baissez le score de la France lors des tests PISA, galopin.

                    2. sam player

                      Vous saurez que je reflechis avant d’écrire.
                      Vous avez écrit  » Peut-être doc, souhaitons que les scientifiques se trompent et moi avec« .

                      « ET MOI AVEC » : Capiche ? Vous vous incluez AVEC les scientifiques. Sinon vous auriez dû dire « ET MOI AUSSI ».

                      Mais bon comme ça vous avez éludé le sujet principal de mon commentaire qui est que même si la démarche du GIEC est scientifique le résultat ne l’est pas pour le moment.

                  2. Dr Slump

                    Qu’est-ce que vous voulez que nous en fassions? On a déjà assez de boulot avec nos propres problèmes.

                    Et si les eaux ne font que « menacer » les territoires merveilleux, ben tout va bien quoi! C’est comme ma daronne qui me disait tout le temps, quand, ado, je lui chauffais trop le sang:  » Tu vas voir plus tard! Tu verras! » Et puis j’ai rien vu. E la nave va.
                    Vous vous faites trop de soucis.

                    1. sam player

                      Peut-être doc, souhaitons que les scientifiques se trompent et moi avec.

                      Avec une telle définition de la science vous devriez éviter de vous inclure dans les scientifiques.
                      La science ce sont des théories qui tiennent la route jusqu’à ce qu’elles soient réfutées. Et tant que l’on n’aura pas la connaissance ultime toutes les théories seront réfutées un jour ou l’autre en étant parfois englobées dans des théories plus complètes (donc théories originelles fausses).

                      Dans le cas présent, c’est même pire : les modèles ne sont tout simplement pas au point puisque la théorie ne se vérifie pas dans la pratique sur les 2 ou 3 ans qui suivent.

                  3. Val

                    @Flag A supposer que le réchauffement existe et soit bien causé par l’activité humaine. La France ne participe qu’à la marge à ce réchauffement bien après USA , Chine , Russie , Brésil Inde l’Allemagne Royaume Uni … . Nous sommes plutôt, grâce au nucléaire , le bon élève des nations développées. Bon . Encore une fois vous êtes dramatiquement ego centré, vous ne voyez les pbs que par le petit bout déformé de la mini lorgnette française.
                    Ce que fais je de l’Angola , de la Mauritanie et de l’Afrique du Sud ? Eh bien rien, parce que voyez vous ce sont des états souverains et que je ne vois pas de quel droit j’irais prendre des décisions à leur place.
                    Que dirai-je aux territoires etc : idem rien . Ils sont souverains chez eux , je ne suis pas colonialiste . Et vous ?
                    Mais comment voyez vous les choses : la France , pays microscopique , -soit disant- responsable de qq malheureux pourcents du réchauffement irait sauver malgré eux d’un danger hypothétique des pays qui n’ont absolument rien demandé ? Saisissez vous le ridicule de la chose ? Son outrecuidance crasse ? son dégoulinant paternalisme éculé ?

                    1. Val

                      @bm mdr écran bleu . Attends il faut qu il reboote et comme il a un petit processeur , ça rame … 😉

          1. albundy17

            « L’immense majorité des spécialistes s’accordent à penser non seulement qu’il y a un réchauffement climatique mais surtout, et c’est là que le bât blesse, qu’il est d’origine humaine. »

            lol.

            Quelle prétention

            1. Dr Slump

              Il s’agit en fait de l’immense majorité de ceux choisis par le GIEC, non? Si certains d’entre eux s’avisaient de s’en désolidariser, il semble qu’ils peuvent avoir quelques difficultés à obtenir que leur nom soient retiré de cette « immense majorité ».

              1. sam player

                Un consensus ça se fait sans voter.
                Les 97% concernait uniquement un sondage parmi des publications scientifiques (donc forcément choisies) mais à aucun moment les scientifiques n’ont été interrogés pour savoir si l’homme était la cause principale ni si cela constituait un danger.

                En tout état de cause il est évident que l’activité de l’homme est responsable d’un réchauffement ne serait-ce qu’en craquant une allumette et qu’il est aussi responsable d’un refroidissement à cause des aerosols.

                Ça me rappelle Paris et les micro-particules : 80% sont issues du chauffage mais on restreint la circulation.
                Idem dans la vallée de l’Arve… méchants les camions, cro méchants…

    1. Ils n’ont jamais été gratuits nulle part. Et ils sont remplacés par des sacs ou bien plus gros (toujours en plastiques) mais qui sont beaucoup plus longs à disparaître de l’environnement, ou bien en papier (qui se déchirent et créent du gâchis). Le gain est très discutable.

      1. René-Pierre Samary

        L’avantage des sacs payants, c’est qu’ils sont payants. Les gens les gardent et les réutilisent. Ce qui est gratuit ne vaut rien, psychologiquement, et les sacs « gratuits » gâchent les paysages. L’enlaidissement est pour moi un argument écologique qui ne se discute pas.

          1. Taisson

            @ charl
            « Ca dépend de l’éducation des gens ». C’est en grande partie vrai !
            Mais ceux qui pourrissent ce qui fut notre pays ne viennent pas de Singapour…Et qu’en plus, nous avons tout fait pour ne pas les éduquer…
            On peut interdire les sacs en plastique, et aussi mettre des bottes de paille façon toilettes sèches dans les escaliers du sacré cœur (par exemple…) pour dissimuler l’odeur d’urine…Et la honte de ceux qui se sentent encore Français, devant les mines des touristes (asiatiques pour la plupart !)
            Education, explications et sanctions…Voila les seules réponses.
            Mais tout ça est réservé aux seuls pollueurs « officiels » : c’est à dire les automobilistes…

            1. Dr Slump

              Les sacs plastique, c’est surtout dans les pays en voie de je ne sais quoi qu’on les jette n’importe où dans la nature. En Afrique, il y a des zones où la végétation est complètement recouverte de sachets plastique du fait de la convergence des vents.

              Ce n’est pas pour dire que les africains sont des enfoirés de pollueurs, mais que le problème n’est pas aussi simple que « le capitalisme pollue ». C’est plutôt le fait que les pays défavorisés n’ont pas la possibilité de s’inquiéter de ce genre de choses.

              1. René-Pierre Samary

                Même chose en Amérique centrale, même chose à Aubervilliers (France), cher docteur. Le niveau de civilisation pourrait se mesurer à la quantité d’ordures laissée dans la nature. Je me souviens d’avoir été surpris, en roulant au Mexique, que les bas-côtés de la route fussent recouverts d’une matière brillante ; puis j’ai compris. C’était des millions d’éclats de verre provenant de bouteilles jetées par la fenêtre…

      2. Aristarkke

        Effectivement, maintenant il faut payer deux fois : une pour les nouveaux sacs réutilisables, soit disant échangeables gratos contre un neuf, une fois délabrés (essayer permet de tester le sens commerçant du distributeur testé) et une fois pour les sacs poubelles. Parce que comme beaucoup, ces sacs étaient recyclés immédiatement en sacs-poubelles à déchets.
        Quant à ceux qui traînent dans la nature, cela fournit matière à engendrer des sorties pédagogiques des gamins /gamines. Un après-midi en plein air et le soir, c’est roucoulade tranquille avec la moitié tellement cela pionce dans les chambrées…

    2. Bonsaï

      En Suisse, nous avons à la caisse le cabas en papier à 20 ct., solide, réutilisable à volonté et recyclable.
      La sac plastique gratuit est par contre toujours à disposition au rayon fruits et légumes pour peser ses tomates, poivrons et autres cerises. En outre, tous les fruits et légumes vendus en barquettes sont bien entendu recouverts de l’indispensable pellicule de plastique… et ce n’est pas demain le veille que les choses vont changer !

  9. mlallier

    Ces emballages peuvent souvent être réutilisés par le consommateur. Ainsi, le polystyrène est un excellent allume-feu qui enflamme rapidement les grosses bûches.
    Evidemment, la cheminée fume un peu noir au début, mais, au moins, les tortues du Pacifique ne vont pas bouffer ça en croyant déguster un sorbet-citron.

  10. René-Pierre Samary

    Capitaliser est une loi naturelle, qu’appliquent tous les organismes vivants, du bas en haut de l’échelle. Critiquer le capitalisme ne peut se faire qu’en acceptant cette donnée préalable. Critiquer le capitalisme en tant que tel, c’est refuser une loi naturelle.
    La mise en question du capitalisme en tant que « théorie économique » achoppe sur le fait que ce n’est pas une « théorie économique », mais la simple résultante moderne d’un instinct fondateur. Je, tu, il, nous capitalisons sans relâche qu’il s’agisse de connaissances ou de moyens productifs. Les rêveurs d’un passé mythique profèrent des incohérences anthropologiques.
    Critiquer le capitalisme en tant que théorie économique n’est pas interdit, au contraire. Mais c’est se tromper de cible. On ne peut mettre en question que ses déviances. Ce n’est plus le capitalisme, donnée naturelle, qu’on critiquera, mais les limites de son territoire (tout n’est pas à vendre ou à acheter), ou la pauvreté des aspirations humaines. La critique du capitalisme est souvent l’instrumentalisation des passions pour dominer. Des escrocs comme Hulot ou Mélanchon sont des exemples de ce goût de commander pour le plaisir de commander.
    Le capitalisme en action n’est ni bon ni mauvais. Il ne s’assigne pas de fins, de même que le libéralisme, autres que celles de sa propre action. Que ces fins puissent être néfastes, c’est entendu, mais la question reste : néfaste pour qui ? Le bien d’un seul peut être considéré comme néfaste pour un groupe, le bien d’un groupe, néfaste pour l’humanité. Toujours, une collectivité peut réclamer contre un groupe moins nombreux. On oublie trop facilement que le progrès est toujours dû à un nombre restreint d’individus.
    Les exemples donnés dans ce billet tendent à prouver que la théorie de l’intérêt bien compris donne des résultats bénéfiques pour la collectivité, à long terme, contrairement à la doxa anti-capitaliste qui accuse le capitalisme de court-termisme et de pillage de la nature. Les deux opinions peuvent se défendre, si l’on oublie que le mal (collectif) n’est pas dans le capitalisme lui-même, mais dans l’alliance contre-nature de l’économique et du politique, qui produit le capitalisme sans frein (capitalisme de connivence). Que le politique s’occupe de ses domaines d’action (en particulier de faire respecter les règles du jeu), et le capitalisme, à travers réussites et erreurs, saura bien s’occuper de l’économique. C’est cela, je crois, l’essence du libéralisme.

    1. Val

      @rene le principal.moteur des anti capitalistes est l envie : il leur est insupportable de voir un bien qui ne soit pas à eux . Ils veulent le capital mais sans avoir à fournir l effort nécessaire à son obtention . Ils sont coincés la dessus et leur seul objectif est l accaparement .

      1. René-Pierre Samary

        Envie, ressentiment… l’essence du socialisme. Le levier qui permet de mobiliser de pauvres gens pour qu’ils adoptent un système qui les rend encore plus pauvres, mais pleins d’espérance. Spes quidem fallax, etc.

          1. bibi

            Décalogue :
            Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.

            Du coup comme ça on le sent bien le rapport entre le christianisme et le socialisme.

                  1. René-Pierre Samary

                    Je ne prétends maîtriser aucun sujet, serait-il du sexe dit faible, mais l’histoire des religions est passionnante ; avec pour guide Mircea Eliade (Histoire des croyances et idées religieuses, en trois volumes). Principal contre-poison aux croyances, Vilfredo Pareto.

              1. bibi

                D’ailleurs tous les grands théoriciens et applicateurs du socialisme avaient tous la caractéristique commune en plus d’avoir la vue plus longue que le vulgaire, d’être tous de bons chrétiens.
                On citera pêlemêle les grands chrétiens : Marx, Hengel, Hitler, Lénine, Staline, Ulbricht, …

                1. Aristarkke

                  Joseph S. avait été séminariste pour faire plaisir à sa mère très pieuse… Mais il ne les a jamais achevées, finissant par se déclarer athée. La suite est connue et si jamais il a été étouffé par qq chose, on sait que ce n’était pas les scrupules et la compassion…

                2. Dr Slump

                  Je crois plutôt que ce sont des individus qui ont renié la chrétienté. Je ne vais pas aller jusqu’à dire qu’on en voit le résultat (j’ai renié aussi, parents catho, catéchisme, toussa, ugh!), mais ça pose question il me semble.

                  Et en tout cas ces sinistres individus n’ont sûrement pas bâti leurs grandes oeuvres sur la base de leur foi.

            1. Theo31

              Je sens bien le rapport entre le décalogue et le judaïsme.

              Le rapport entre le socialisme et le christianisme porte un nom: celui de l actuel locataire du Vatican.

              1. bibi

                Le décalogue est cité abondamment dans le nouveau testament (ex : évangile selon Matthieu chapitre 5), ils sont donc bien d’actualité pour les chrétiens.
                Jésus n’est pas venu pour abolir la loi de Dieu il est venu pour l’accomplir.

                Concernant le locataire actuel du Vatican, mon hypothèse est que le saint esprit devait être légèrement bourré (c’est bien de connaître quelqu’un qui change l’eau en vin mais il faut faire gaffe) quand il a soufflé le nom de Jorge Mario Bergoglio aux membres du conclave.

                1. Lark on the Wing

                  Légèrement blasphématoire, mais la Vérité Religieuse – ce n’est pas Roanna qui me portera la contradiction en ce domaine là, quoique…. – est sans doute de ton côté, Bibi.

                  D’autant que, n’est-ce pas, ton pseudo emporte ma conviction : « j’ai bu » (bibo au prétérit, 1ère personne du singulier), te donnant une singulière autorité en cette matière de l’imprégnation alcoolique…

                  Ceci dit, et au regard de l’importance du Décalogue tant dans la loi mosaïque que le christianisme, celui-ci accomplissant celle-là, Marcion aurait plutôt ma sympathie, si j’avais la Foi.

                2. Theo31

                  Il n empêche que pas mal de catholiques en France communient dans l antiliberalisme le plus visceral. L un d entre m’a dit un jour qu’une bonne grosse guerre était souhaitable pour réduire le chômage.

              1. bibi

                Les déviances marxistes de certaines formes de théologie de la libération ont été complètement misent en pièce par le Cardinal Joseph Ratzinger (futur benoit XVI) Préfet de la Congrégation de la Doctrine et de la Foi.

                Instruction sur quelques aspects de la « Théologie de la libération »

                VII – L’analyse marxiste

                9. Rappelons que l’athéisme et la négation de la personne humaine, de sa liberté et de ses droits, sont au centre de la conception marxiste. Celle-ci contient donc des erreurs qui menacent directement les vérités de foi sur la destinée éternelle des personnes. De plus, vouloir intégrer à la théologie une « analyse » dont les critères d’interprétation dépendent de cette conception athée, c’est s’enfermer dans de ruineuses contradictions. En outre, la méconnaissance de la nature spirituelle de la personne conduit à subordonner totalement cette dernière à la collectivité et ainsi à nier les principes d’une vie sociale et politique conforme à la dignité humaine.

                vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19840806_theology-liberation_fr.html

  11. Patatrac

    Il y a aussi, un peu sur le même sujet mais sans écologie, l’article de Ludwig von Mises « Die Legende vom Versagen des Kapitalismus » (Le mythe de l’échec du Capitalisme) publié en 1932. Court, percutant et efficace.

  12. Rastapopoulos

    Un coup commercial magistrale des grandes surfaces. Y a 15 ans, on vous donnait un sac plastique à la caisse. Maintenant on vous fait payer un sac plus solide certes mais surtout que l’on oublie toujours à la maison ou dans le coffre.

          1. albundy17

            Un vœux de nouvel an ? :mrgreen:

            Je trouve aussi que la marche fait beaucoup de bien, et plaisir aux compagnons canins, mais je préfère hors période estivale la plage est plus libre

              1. sam player

                J’ai été surpris par l’utilisation de ce verbe « tracter »… mais je comprends que celui plus courant aurait pu être mal interprété… 😀

                    1. Bonsaï

                      Je retiendrai de la passe que je suis désormais une unité de mesure pour cette honorable assemblée. De quoi on se le demande, les impétrants étant bien en peine de décrire la complexité…

          1. Black Mamba Warrior

            En cas où par le pure hasard, j’ai omis de noter où j’ai garé ma Ford toute blanche, je prends le trousseau de clé et j’actionne à distance l’ouverture des portes et là, j’écoute le bipbip et je repère les phares qui s’allument.
            J’ai dû utilisé cette astuce l’aéroport de Roissy… problème d’orientation :mrgreen:

  13. René-Pierre Samary

    Très intéressant, l’article sur la biodiversité donné en lien. Finalement, comme on s’en doute, le seul problème des pays sous-développés est leur démographie. Le premier ressort du développement est la maîtrise de la démographie. Ce n’est pas notre problème, ils sont chez eux. En revanche, l’exportation chez nous de cette question démographique, ça, c’est notre problème… à moins d’accepter un étiage (au sens figuré) entre leur niveau de vie et le nôtre – ce que beaucoup préconisent ou acceptent implicitement… mais pour les autres !

  14. Roby

    Bonsoir,
    Je vous lis régulièrement et je vous signale une erreur factuelle : en Haïti, il n’y a pas un État collectiviste : il n’y a pas d’Etat !

  15. lxy

    h16, mettez à jour votre logiciel. On ne dit plus « s’en mettre plein les poches ».Il faut dire maintenant (ref Melenchon) « se goinfrer ».

    1. bibi

      RPM est à compte-tours ce que mph est à compteur de vitesse.
      RPM c’est unité Revolutions Per Minute dont l’équivalent français est : tr/min.
      Le compte tour en anglais c’est un RPM gauge.

            1. sam player

              Ah ah ah je m’y attendais, mais pas venant de toi….quoique ! 😀
              Habituellement je ne reprends que des grosses erreurs comme dernièrement la louche de Harry avec une erreur d’un facteur d’au moins 2 😀 ou les comparaisons maltapropo…

              Là bibi tombe dans la diptérophilie après avoir largement dépassé le stade de la tétracapilosectomie

              1. Dr Slump

                La diptérophilie, MDR! J’ai pêché la définition de tétracapilosectomie sur le « Définistaire », où j’ai déniché également  » l’ibuprophète « , et le « branlonaute ». Je ne suis pas sûr que l’un des membres de notre microcosme hashlandien puisse être qualifié d’ibuprophète, mais pour branlonaute, je suis affirmatif!

                1. BDC

                  Nan ! Tétracapilosectomie j’avais compris toute seule ! Tetra=4, capilo il manque un l mais ça veut dire cheveu, et sectomie l’idée de couper.

                  1. On lit plus souvent tetracapilectomie. Et « couper », c’est tome (τομή, tomê (« coupe, incision ») – gonadectomie / orchidectomie est plus exact, hontectomie sur le même schéma.

                    1. BDC

                      Il semble que -ectomie signifie ablation et non section. Sur wiki il y a aussi capillotétratomie, variante de tétrapilectomie, néologisme inventé par Umberto Eco.

                  2. Dr Slump

                    J’avoue. Mais ce dimanche matin dédié à la flemmardise, je n’ai pas eu le coeur de faire cet effort.
                    Ceci dit, dans le monde réel semé d’embuches de l’étymologie, ce n’est pas toujours aussi évident. Essaye donc avec celui-ci: trichotillomanie

                    1. BDC

                      Merci Doc, je connaissais le mot mais je pensais qu’il s’agissait simplement de se toucher les cheveux, mais c’est une vraie maladie ! Et pour les cas de passionnés de poils ? Tricophiles ?

      1. Aristarkke

        Bibi, comprenez que c’est une femme et que ces mystères de la mécanique ne sont pas sa tasse de saké…
        A mon avis, c’est en vain que vous essayez de l’éduquer en cette matière…
        😛

        1. bibi

          Je m’insurge en faux contre cette remarque sexiste, les femmes savent très bien que la vitesse d’essorage de la machine à laver est exprimée en tr/min.

          1. Pheldge

            pas si sûr, bibi, les femmes, elles voient juste « 500 » ou « 800 », et leur instinct leur chuchote que comme 800 > 500 donc sur 800 ça essore plus, mais ça froisse bien plus le linge …

  16. Bonsaï

    Et bien, ça promet des records pour le week-end, si on est déjà obligé de descendre en fin de page pour commenter !
    Bloqués dès potron-minet dans leurs bungalows par la neige, ils allèrent vérifier le contenu de leur frigo pour voir combien de temps ils pourraient maintenir le siège.
    Il fallait aussi assurer pour le 2ème débat de la primaire de gôche du dimanche soir, un solide plateau-repas et quelques bonnes bouteilles pour tenir sur la longueur…
    Après tout, pourquoi se gêner puisque d’ici lundi le niveau de la neige aura spectaculairement augmenté et ce ne sera même pas la peine de se lever pour aller bosser !

    1. Hussard Bleu

      @Bonsaï : commenter la neige, cette matière impalpable ? du presque rien, en avalanche…. aah! si j’étais l’ADP je dirais bien que la neige, ça me fout les boules…. mais dans son île sauvage, que sait-il des froidures de la métropole ?

      En fait, je plaisante, j’adore la neige, et surtout y chasser… notez bien que le loup vient d’arriver en Morvan : autour du 31 décembre, 6 ou 7 brebis ont été égorgées à côté de Chateau-Chinon… par un seul jeune animal, selon les autorités… il faut bien que jeunesse se passe, comme disait la Guyannaise…

      Circa 1770, une petite fille de 6 ans avait été tuée par un de ces loups qui hantaient la région, pas très loin de chez moi… Il existe toujours également un calvaire (la « Croix Moreau ») érigé en action de grâce par un certain Moreau, qui avait été pourchassé par une meute, vers cette époque, et n’avait dû la vie qu’à la rapidité de son cheval….

      1. Bonsaï

        Oui, cher Lord Quiet, vous êtes un admirable conteur…
        Mais dans mon panthéon à moi, le Renard figure en bonne place – au Japon, il est d’ailleurs vénéré sous la forme d’une divinité.
        Je serai donc toujours du côté du renard contre la meute.
        Quant au loup, quelle majesté !
        S’il devait encore vous arriver quelque mésaventure semblable à celle que vous narrâtes l’autre jour et que vous vous trouviez soudain face à lui, je sûre que vous sauriez dialoguer d’esprit à esprit en le regardant droit dans les yeux.
        Il vous reconnaîtra sans aucun doute.

        P.S. : le fabliau de la petite fille ne m’a guère convaincue. Faites-moi donc la grâce de me servir quelque argumentaire un plus élaboré !

        1. Hussard Bleu

          « fabliau » Lady B? le procès-verbal, dressé par le magistrat du baillage, de la découverte du corps de la fillette, et la description des blessures existe encore ! Je l’ai trouvé dans la monographie rédigée par un érudit local de notre petite société savante, tout comme l’histoire de la Croix Moreau. Cette monographie est quelque part dans ma bibliothèque, mal classée, et je ne l’ai donc pas consultée, c’est pourquoi je donnais une date approximative, exacte cependant à une dizaine d’années près.

          Quand on lit les faits divers quant aux loups dans les villages du Mercantour, qui s’y introduisent de nuit et même au crépuscule (« entre chien et loup »), je suis convaincu que, tôt ou tard, un enfant va être emporté. Pour l’heure, les moutons, chevreuils, mouflons et marcassins paient la note, et sont en diminution drastique pour ce qui est du gibier… mais ce n’est qu’une question de temps…

            1. Hussard Bleu

              Cela dépend des arrêtés préfectoraux, et, au sein d’un même département, certaines dates sont échelonnées et variables selon les espèces en cause.

              Je ne peux donc vous répondre que pour mon propre département, la Saône et Loire : quel est exactement le but de votre question ?

                    1. Lark on the Wing

                      L’année cynégétique commence au 1er juin pour ce qui est des tirs d’été à l’approche, cad une chasse individuelle (chevreuil essentiellement, mais aussi sanglier ou renard).

                      L’ouverture générale va du 20 septembre à fin février, avec des dates plus resserrées selon les espèces.
                      L’arrêté pour chaque département est consultable sur le site des différentes fédérations des chasseurs.

          1. Dr Slump

            A propos du loup, et du nouveau mythe américain du loup qui change les rivières (en référence à sa réintroduction au parc de Yellowstone, à lire (pour les anglophones):

            nytimes.com/2014/03/10/opinion/is-the-wolf-a-real-american-hero.html?_r=1

            L’article remet les pendules à l’heure, tout en restant modeste et mesuré.

            1. Lark on the Wing

              J’avais lu, illo tempore, mais on s’en fiche : Yellowstone est un volcan, et quand ça va p’ter, ça va roxer pour les loups et les rivières….

              1. Dr Slump

                Sans doute. Mais l’explosion du super-volcan de la mort qui va faire un cratère gros comme la moitié des Etats-Unis, c’est pas pour tout de suite. Alors on a encore tout loisir de deviser sur les loups, le renard et la fichue belette hein!

                  1. Dr Slump

                    Meuh non! T’inquiètes, aux US ils ont les firemen! Ils éteindront Trump avant que ça ne s’enflamme trop, et le volcan restera endormi. Ils ont plus à s’inquiéter de la population des élans et des castors. Et en plus, un grizzli a encore bouffé un promeneur. Ils sont dangereux ces touristes, ils vont nous coller une indigestion aux ours!

                    1. albundy17

                      Yellow stone parait il respire de plus en plus, les relevés de terrain montrent des différences notables de niveaux. C’est peu être des instruments plus précis. Oupa.

                      de tt façon on s’en fout, s’il pète on va tous mourir :mrgreen:

          2. Val

            @hussard +1 les loups progressent, plus de moutons ds ma haute Savoie , les patous nombreux n ont pas suffit et les éleveurs écoeurés ont arrêté . Je suis tout à fait d accord avec toi : à quand l enfant , l adulte isolé ? Curieuse époque qui prend la défense de nos prédateurs , des lors qu ils savent se grimer en victimes .

            1. Bonsaï

              Tiens, serions-nous voisines ?
              Vous savez on voit parfois, rarement j’en conviens, des écureuils dans les quartiers périphériques de la ville…
              Alors, à quand les sangliers dévalant les Rues Basses ? (La Placette, pour mieux vous localiser le spectacle…)

            2. Hussard Bleu

              Un loup isolé est sans doute peu dangereux, mais une meute ? comme je le disais, c’est juste une question de temps en effet…

              On peut en tirer au demeurant d’amusantes analogies avec l’actualité de faits divers plus urbains, mais d’autant moins civiques….

            3. Flaghenheimer

              En règle général, le loup n’attaque pas l’homme. Par ailleurs, son potentiel touristique est impressionnant et en tant que néo morvandiau je me réjouirai de son arrivée.
              Évidemment, je comprendrais que les éleveurs tirent un peu la tronche.

              1. Lark on the Wing

                Je compte assez peu sur les « règles générales » pour me défendre : j’aurais tendance, n’est-ce pas, à leur préférer un dispensateur de saturnisme terminal….

                Pour ce qui est du « potentiel touristique » du loup, me revient cet apophtegme du bon HL Mencken, légèrement modifié pour s’adapter à la modernité de notre situation : « Personne n’a jamais perdu d’argent en pariant sur la sottise de ses contemporains de la Grande Ville ».

                Au surplus, nos braves Townies vont au devant de certaines déceptions : sauf lorsqu’il attaque, le loup est d’une grande discrétion, et il est très rare de l’apercevoir en plein jour.

                Enfin, pour un « néo-morvandiau », se féliciter publiquement de l’arrivée du loup, dans une région agricole, c’est positivement chercher les ennuis : mais, soit, qui suis-je après tout pour contrarier Darwin ?

                image-republic.com/en/voutch/206-voutch-loups.html?eopopupnewsletter_no=1

                1. Lark on the Wing

                  quand je disais « sottise », bien naturellement ma plume a fourché, cela commençait par un « c » et se terminait en « ie »…. mais ce que c’est que de vieillir, je ne retrouve plus le mot….

                2. Bonsaï

                  Misères de la modernité !
                  Au plus près du loup et quelque attractions touristiques avec cabanes dans les arbres et autres activités ludiques comme l’accrobranches…

                  1. Lark on the Wing

                    J’éprouve ce sentiment navrant que, si l’on devait symboliser héraldiquement notre époque, ses armes parlantes seraient les deux T : Tartuffe et Turlupin….

                  1. Flaghenheimer

                    Il faut être un drôle de hussard pour avoir peur des loups en 2017. Courage quand tu nous tiens.
                    N’oubliez pas vos vaccins contre la peste et le choléra surtout.

                    1. Lark on the Wing

                      « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal » car mon sabre et ma carabine sont avec moi.
                      Il n’y a en fait de dangereux que la mauvaise charge d’un Oerlikon… toujours cette aphérèse, hein ? bien pratique…

                    2. Val

                      @Flag ce que vous pouvez être auto centré ! Vous ne pouvez imaginer que d’autres ne le soient pas . Ce n’est pas pour lui que Hussard craint les loups , pas plus que le soi disant réchauffement climatique ou la multiplication des fonctionnaires . La peur , vous l’agitez au nez des autres car vous mêmes en êtes pétri jusqu’à la moelle (peur du réchauffement , peur de la liberté ).
                      Et nous vous avons dit : ce qui nous craignons c’est l’enfant , l’adulte faible et isolé qui ne manquera pas comme dans la passé de finir dépecé . Vous croyez vraiment que ce sont des légendes ? Mais j’imagine que l’enfant ou le vieillard n’a pas de prix pour vous ,vous vous fichez de l’éleveur , qui voit son cheptel décimé, vous préférez le loup, bien calé dans votre fauteuil de citadin.

                  2. Flaghenheimer

                    @ Val : je ne me fiche pas des éleveurs, voyez mon msg plus haut. Pour ce qui est d’être un citadin, j’ai grandi dans un bled de 250 habitants et je viens très régulièrement dans le Morvan depuis les 80’s. Pour une raison assez simple : ma grand-mère y habite. Cette femme que je chéris ne pousse pas le ridicule jusqu’à avoir peur des loups puisque elle n’a pas dû en voir un seul de sa vie. Pourtant elle vit dans une maison isolée. Ce sont les voleurs qu’elle craint.
                    Pour ce qui est du réchauffement climatique, mes lieux de villégiature ne sont pas menacés. Mes raisons d’avoir peur sont donc assez minces, croyez le bien.

                    1. sam player

                      Elle ne risque pas d’avoir peur des loups dans le Morvan car il n’y en a pas hi hi
                      Voir la carte :
                      ferus.fr/wp-content/uploads/2010/06/carte-loup-FERUS-2015.jpg

                      Moi j’ai pas peur des sauriens….

                    2. Lark on the Wing

                      Il y a des mises à jour à faire, GO ! les animaux se déplacent et surprennent parfois de douces quiétudes. Sur ma chasse en Côte d’or, on a vu, dans les deux années écoulées : un chien viverirn, un lynx, un chamois et ….un raton-laveur.

                    3. sam player

                      HB hein quoi ils ne respectent pas les limites des departements ? mets quand même tes lunettes quand tu regardes la carte…. En Côte d’Or il y en avait 21 en 2015…

                    4. Lark on the Wing

                      Je parlais de la Nièvre et de la Saône et Loire… ceci dit, pour la Côte d’Or je n’ai pas souvenir d’avoir entendu parler de moutons égorgés, sauf pour l’Aït…. mais bon, ils doivent bien passer à un moment ou un autre.

            4. Theo31

              À la Réunion, un gosse s’est fait croquer par un requin dans un coin ou la baignade était interdite. Son père à porte plainte contre l’Etat pour n’avoir pas exterminé le prédateur.

              Bove milite depuis des années pour le massacre des loups.

      2. Pheldge

        Werther, t’es re-lou : 2003, 2013 et un peu 2015, il a neigé sur le Piton (3071,50 m ). Et je te rappelle que j’ai passé la première moitié de ma vie en métropole, entre Neuilly et Levallois … 😉

        1. Bonsaï

          Je me permets donc de vous l’expliquer à mon tour. comme une bonne âme l’avait fait pour moi :
          – d’abord :
          – puis grin
          – puis :
          Je résume donc 😀
          A vous le test, pour vérifier si ma pédagogie a fonctionné, pendant que je ma docu à ce sujet.

        2. BDC

          Bises à vous René-Pierre, vous allez aimer aussi celle de 12h53 … Je n’ai plus mon smiley spécial BDC aux joues rouges, mais l’intention y est !

                1. Lark on the Wing

                  Le spécialiste de Saint-Simon ici, ce serait plutôt moi !

                  « La figure et le rustre d’un Suisse, capable avec cela d’une amitié tendre et inviolable »

                  « Un roi solitaire, enfermé, livré par son tempérament au besoin d’une épouse qu’il épuisa de maternités, peu mémoratif des grands principes de la religion et abandonné à son écorce, timide, opiniâtre, quoique doux et facile à conduire etc. »

                  Je ne désigne personne, n’est-ce pas, mais les rencontres sont troublantes…

                    1. Aristarkke

                      Par moments, j’ai l’impression que de te lire parler du Piton des neiges, nous devons plutôt comprendre Viton des neiges…

                  1. Aristarkke

                    Il était trop elliptique hier soir. Demandons explication de texte. Si haut sur son cheval, de l’ humanité se pense t il le guide ??? 😉

        1. Lark on the Wing

          Smaillelizes (comment les insérer) : On peut aussi faire comme moi, et dissimuler une incompétence numérique assez générale derrière le voile d’un noble respect pour les autres commentateurs, supposés suffisamment spirituels pour qu’on ne les offense pas en leur signalant que dans tel cas, on est ironique, dans tel autre, fâché ou encore honteux (quoique, là, non… nous sommes tous vergognotomisés).

    1. albundy17

      Cette semaine au jt, pour illustrer la fermeture d’école pour cause d’intempérie, vidéo d’un panonceau sur une école: « Pas d’école aujourd’huit »

  17. sam player

    Électricité: des mesures d’exception pourraient être prises dès mardi

    Quels que soient, ou pas, les températures de la semaine prochaine, la vague de froid contribuera à faire resurgir les débats autour de l’efficacité d’un «mix» énergétique diversifié. «Au risque d’être provocant, on se doit de dire qu’en cette période hivernale la production des éoliennes est quasi nulle et celle des installations solaires pas beaucoup plus élevée, souligne un spécialiste du secteur. La volonté de verdir le parc de production électrique français est sûrement respectable mais notons immédiatement ses limites: au moment où la France a le plus besoin d’électricité, elle reste tributaire de ses équipements énergétiques traditionnels.»

    (lefigaro.fr)
    _________
    La semaine prochaine il faudrait fournir à ceux qui sont abonnés à l’électricité verte la puissance verte disponible à 19h soit zéro. Ca les ferait un peu réfléchir.

    1. Hussard Bleu

      youtube.com/watch?v=mU53VsaElY0

      J’aime bien les apocopes, mais l’aphérèse a ses charmes également, touchant cette « énergie verte »…

        1. Hussard Bleu

          J’attire toutefois ton attention sur le fait que, dans les deux cas cités (pour l’apocope et l’aphérèse respectivement), le phonème restant est identique : c’est même à ça qu’on le reconnaît, n’est-il pas vrai ?

          Pour ce qui est de l’orthographe, version Figaro, il y a beau temps qu’elle est devenue misérable. Jusque là, celle du Canard était irréprochable : dans le numéro de cette semaine, hélas, le désastre commence… les vieux protes ont dû partir en retraite, ou sont morts….

          1. Bonsaï

            Je n’ai pas encore pu me procurer le dernier avatar du palmipède, mais cela faisait un certain temps déjà que le mal couvait.
            Et s’il n’y avait que l’orthographe… même l’humour, le style, bref l’esprit du Canard semblent aussi s’être peu à peu volatilisés !

          1. BDC

            Oui c’est trop rigolo ces métaplasmes, il y en a plein : amuïssement, épenthèse (et non … bon bref), paragoge, phonème éphelcystique … svarabhakti. Un exemple de svarabhakti se trouve dans le français de Suisse Romande, où l’on prononce volontiers /pənø/ (au lieu de /pnø/ pour pneu). Ce phénomène est d’ailleurs assez conscientisé, puisqu’il est à l’origine d’une boutade : « Pourquoi les Vaudois disent « V’vey » (et non pas /vəvɛ/, nom d’une ville) ? parce qu’ils ont gardé le « e » pour « peneu » ! » Bon du coup G’naiiive prononcé sans le « e » c’est Bonsaï qui fait une syncope ?
            Le top du métaplasme c’est que la liste wiki finit par les contrepèteries ! Encore un effort cher Hussard !

                1. Bonsaï

                  Faudra trouver autre chose…
                  Ma bienveillance proverbiale ne saurait s’émouvoir de quelques touchantes fléchettes puériles.
                  Au contraire, je ne puis qu’encourager ces louables efforts de recherche linguistique, qui sont une saine occupation pour un samedi après-midi au lieu d’aller fumer d’insanes narguilés… ah! non, j’oubliais, votre état intéressant vous en empêche en principe…

                  1. Lark on the Wing

                    « votre état intéressant »

                    Encore ?… mais HS est donc un implacable géniteur !…

                    Il est vrai que… dans les campagnes reculées (« le désir s’accroît quand l’effet se recule »)… et quand Hanouna ferme son poste…. que faire en un gîte, à moins que l’on ne…

                    Mais ceci ne nous regarde pas !

                    1. Pheldge

                      Ah, si le désir s’avance quand l’effet se recule, comment veux -tu, comment veux-tu que le temps t’accule ?

            1. Pheldge

              Et ô, très maternante , dans le « paragogue », est-ce qu’il y a du « para PQ », et qu’on tire la « para chasse » ? 😉

        2. Aristarkke

          T’aurais dû l’ouvrir une troisième fois…
          T’as loupé « Quel LES » que soient (…) les températures (genre 1, nom d’une pipe!).
          Signé Le Papet ou l’Ancêtre… 😉

            1. Aristarkke

              Vi! Je n’ai pas fait l’ association avant d’avoir posté. Un peu de baume : Donne à un sage et il deviendra encore plus sage. Communique la connaissance à un juste et il gagnera en savoir. Prov 9:9… 😉

              1. Bonsaï

                Help !
                Ayant un peu manipulé des touches au hasard (pour ajouter quelques notes de musique pour agrémenter un commentaire), je me retrouve avec l’écran inversé !
                Je vous laisse imaginer, impossible de travailler, encore heureux que j’ai 2 claviers, je fais une de ces gymnastiques…
                Bref, est-ce qu’une bonne âme pourrait m’extirper de cette situation ?

                  1. Bonsaï

                    C’est un portable, qui se ferme comme une enveloppe. Heureusement j’ai un 2ème clavier à côté pour taper cette missive !
                    Pourvu qu’un d’entre vous trouve le truc, c’est le supplice…

                1. Black Mamba Warrior

                  Si ton écran est inversé, c’est que tu as enfoncé les touches suivantes : « ctrl » + « Alt » + « flèche bas ».
                  Pour résoudre ce problème, enfonce » Alt Gr » + »flèche haut »..

                  J’espère que c’est assez clair.

                    1. Bonsaï

                      @ Black Mamba
                      Un énorme merci pour ton aide ! J’ai eu chaud…
                      C’est grâce à ta documentation que j’ai pu me sortir du piège. On ne se rend pas compte comme c’est difficile de manipuler une souris dans un contexte à l’envers, les réflexes ne sont pas facile à maîtriser… ça m’apprendra à tripoter bêtement les touches pour m’amuser !
                      Tu as été magnifique sur ce coup-là, une reine…
                      Je t’embrasse.

                    1. Black Mamba Warrior

                      J’ai copié ceci, testez :
                      Effectuer la manipulation au clavier

                      Pour faire pivoter l’écran, suivant les différentes cartes graphiques, effectuez les combinaisons suivantes :
                      maintenir enfoncée la touche ‘CTRL’ + une des 4 flèches gauche, droite, haut ou bas
                      maintenir enfoncée la touche ‘CTRL’ + la touche ‘ALT’ + une des 4 flèches gauche, droite, haut ou bas
                      maintenir enfoncée la touche ‘CTRL’ + la touche ‘ALT GR’ + une des 4 flèches gauche, droite, haut ou bas

                    2. Bonsaï

                      @ Black Mamba 22:19
                      Mille merci pour votre aide !
                      Mais désespérée je suis. J’ai tout essayé, rien ne marche. J’ai dû bêtement appuyer sur toutes sortes de touches…

                    3. Black Mamba Warrior

                      L’autre solution est de regarder dans le système, vérifier la carte graphique

                      //articles.fr.softonic.com/2013-09-27-astuce-windows-mon-ecran-est-inverse-comment-le-remettre-a-lendroit

                    1. sam player

                      L’arbre sous W10 va dans paramètre (une roue dentee) puis affichage et là tu as portrait et paysage normal ou inversé et ce sera plus rapide que de rechercher des combinaisons de touches.
                      Ton dévoué,

                    2. sam player

                      `ǝnoʌǝp uo⊥
                      ˙sǝɥɔnoʇ ǝp suosıɐuıqɯoɔ sǝp ɹǝɥɔɹǝɥɔǝɹ ǝp ǝnb ǝpıdɐɹ snןd ɐɹǝs ǝɔ ʇǝ ǝsɹǝʌuı no ןɐɯɹou ǝƃɐsʎɐd ʇǝ ʇıɐɹʇɹod sɐ nʇ ɐן ʇǝ ǝƃɐɥɔıɟɟɐ sınd (ǝǝʇuǝp ǝnoɹ ǝun) ǝɹʇǝɯɐɹɐd suɐp ɐʌ 0ƖM snos ǝɹqɹɐ’⅂ `uopɹɐd sdoO

                    3. BDC

                      Ça et les appels téléphoniques avec transfert d’appel avant que le premier décroche, de grands moments de rigolade « pourquoi tu m’appelles ? -Mais c’est toi qui m’appelles. Ducon ! » … et les mails d’amour aux collègues… des fois on a eu un retour surprise, ç’en était gênant ! => toujours verrouiller son clavier ! Et bravo chef pour le poirier !

      1. Aristarkke

        Tiens, je te signale que Blablacar vient de remonter les tarifs « normaux » pour Paris-Lille à 14 € la place (au lieu de 10 qui devenait franchement ridicule pour le conducteur même avec trois passagers, le péage mangeant à lui seul plus de la moitié du bonus).
        Apparemment, les tarifs canons des cars Macron sont stoppés et il y avait peut-être un peu moins d’offres chez Blablacar, par découragement des conducteurs…
        A noter que 19 € (tarif, comm’ comprise) c’est à peine la moitié des meilleurs tarifs que l’on peut avoir en TGV, hors les prix super-bonussés qu’il faut dégoter par ailleurs.

          1. Lark on the Wing

            « Breum » n’est-ce pas ? mais sans médire de la plus ancienne fabrique française d’armes de chasse, pour ce qui est des carabines, j’utilise surtout du tudesque.

    2. René-Pierre Samary

      Il faut lire certains commentaires, c’est savoureux. L’un d’eux :
      « Quand vous installez à peine pour 5% de production renouvelable solaire/éolien c’est sur qu’il ne faut pas s’attendre à des miracles en période de pointe ! »
      Ma réponse :
      « Ca ne marche pas, alors il faut en mettre davantage. Cent fois zéro, ça donne quoi, à votre avis ? »

      1. sam player

        MDR
        Je lis souvent les commentaires du fig ou de 20 minutes pour voir le niveau de bêtise de mes contemporains. Et dire que ça a le droit de vote !

  18. Aristarkke

    Consternation dans ma maisonnée: Le Nut…la serait cancérigène! Commentaire de Ma Dame : Je me mets au régime pate à tartiner suisse de Li..dt, garantie sans huile de palme et avec 40% de noisettes du Piémont!
    Celui là est en plus du niveau produit de beauté quant à son prix au kilo. Noisettes x 3 = prix x 5…
    Mettons notre limier Bonsaï à la recherche du complot contre nos porte-monnaie…

          1. Aristarkke

            Il y a belle lurette que le Nut est de l’ ordre de 6€ / kilo. Mais j’ai la parade puisque ma Tendre le trouve dans une échoppe paumée dont elle seule a l’ adresse…que je ne connais pas…
            En regardant bien l’ étiquette, le Li..dt est fabriqué en Italie… D’ ici à ce que ce soit Fe…ro qui assure…

            1. albundy17

              « Il y a belle lurette que le Nut est de l’ ordre de 6€ / kilo.  »

              Bon, je restais dubitatif, je le pensais entre 4.5 et 4.95 le kilo, me suis donc plongé dans les pubs boite aux lettres:

              3.65 le kilo pour 2 pots, 4.86 si tu profites pas de la promo en n’en prenant qu’un. 😀

              1. sam player

                Habituellement les pots font 750g, voir plus rarement 825g avec 10% « gratuit » mais le prix au kg des pots de 1kg est toujours largement supérieur…

    1. Bonsaï

      @ Aristarque, 9:55
      Mes respects dominicaux vont à Madame votre épouse, dont le bon goût semble aller de pair avec une belle érudition en matière de saine gastronomie…
      Quand au sujet évoqué, il me semble avoir commis une intervention à ce sujet, assez longuement documenté par ailleurs.

    2. sam player

      Ca doit être l’agence du médicament qui gère le dossier du Nutella : c’est cancérigène mais ils laissent le produit sur le marché…. @¿!<^$/Ø\?Ö†¿§?

      1. Aristarkke

        Je t’ai déjà dit ici que je suis loin de raffoler du Nutella…

        Je trouve le Nutella trop gras en bouche et manquant de saveur relevée…

    3. sam player

      La Malaisie est non seulement le 2ème producteur mondial mais aussi le premier consommateur domestique par tête de pipe de cette huile et de très très loin :la moitié de la consommation totale européenne alors que ce pays doitavoir 30 millions d’habitants.

      Étonnamment la consommation totale des USA n’est que d’un tiers celle de la Malaisie soit à la louche non aristarkienne 30 fois moins par tête de pipe.

      Il devrait donc être assez facile de réaliser une étude épidémiologique pour savoir si ce produit est cancérigène ou pas…

      (source production et consommation domestique : USDA)

      1. Dr Slump

        Je crois que c’est surtout la connerie qui est cancérigène. L’ignorance, en langage châtié. Pour ma part, je pense que la plupart du temps, la maladie est une complication due à ce qu’on a ignoré des choses simples.

        Il y a plus de 2 ans, j’ai commencé à avoir des troubles de la digestion. Les médecins m’ont fait passer tous les tests, agréables « scopies » incluses. Rien trouvé. La chute de l’histoire, c’est que pas un seul de ces idiots n’a eu l’idée de me questionner à propos de mon alimentation. Pas un. Et la réponse était simplement là, juste en modifiant l’équilibre de mon régime alimentaire.

        Alors le cancer du nutella, ça fait franchement rigoler, non?

        1. Black Mamba Warrior

          AMHA, je suppose que c’est encore une attaque gouvernemental, un énième avatar trouvé pour lutter contre la production d’huile de palme.
          L’épouse d’Aristarkke étant dans le milieu médicale, je ne serais pas étonné qu’ils aient reçu en interne une speudo étude gouvernementale démontrant que c’est cancérigène.

  19. Jérôme

    Bonsoir H16, avez-vous déjà traiter le sujet des gros salaires que certains veulent plafonner dans un de vos billets? J’ai parcouru les archives mais je n’en trouve pas.

  20. Cata

    Bonjour ! J’ai tenté de faire lire ce billet à un ami « bien pensant ». Il n’est pas arrivé au bout du 2º paragraphe. 2 explications, l’une tristement attendue, l’autre plus inquiétante.
    1º) Mon « bien pensant » réagit à certains mots : capitalisme, écologie, etc. Un réflexe pavlovien entrainant colère, déni et logorrhée prémachée endémique entrainant disgressions multiples et, forcément, inappropriées.
    2º) Les phrases sont trop longues. Le vocabulaire est trop riche. Mon « bien pensant » n’a pas le niveau technique pour lire ce billet. Et encore moins la capacité d’en apprécier l’humour à défaut d’en approuver le fond. Bah, c’est pô grave, il ne fait jamais que de la politique à titre professionnel.

Laisser un commentaire