Finalement si, la pause dans le réchauffement a bien eu lieu

Alors que l’accord de Paris, signé suite à une COP21 tonitruante et forcément, évidemment réussie, semble se faire sauvagement détricoter par un Trump fraîchement arrivé à la Maison Blanche, déclenchant les petits cris stridents de la presse, c’est un autre pan des théories réchauffistes qui se retrouve dans une bien fâcheuse position.

Certes, vous ne l’avez pas lu dans la presse francophone.

Entièrement et absolument accaparée par les frasques, réelles ou supposées, du candidat républicain à l’élection présidentielle française ou par les frasques, réelles ou supposées, du président américain, cette presse n’a absolument pas eu le temps ni la place de traiter cette nouvelle.

C’est commode, reconnaissons-le, puisque l’enquiquinant développement dans ce qui ressemble de plus en plus à un scandale vient frontalement badigeonner du doute le plus gras tout ce qui a pu être écrit récemment concernant le réchauffement climatique, son côté anthropique, et surtout, sur l’absence de pause dans le réchauffement constatée depuis près de 20 ans.

Avant d’aller plus loin, rappelons qu’en 2012, plusieurs articles paraissaient, y compris dans la presse nationale très embêtée d’avoir à admettre que plusieurs sources concordaient pour aboutir à la conclusion que le réchauffement climatique semblait malencontreusement en pause depuis 16 ans. À l’époque, c’était le Meteorological Office du Royaume-Uni qui parvenait le premier à ce résultat qu’on pouvait résumer par ce graphique :

Finalement, pas de réchauffement

Autrement dit, depuis 1997, les variations de températures observées ne permettaient pas de constater de réchauffement climatique, et encore moins dans les proportions pourtant prévues par les douzaines de modèles climatiques utilisés pour établir les prédictions toutes plus alarmistes les unes que les autres à base d’océans montants, de tempêtes rugissantes, de maladies tropicales un peu partout et de mort du petit cheval en prime.

La presse avait fort mollement relayé l’information, en l’entourant de mille et une précautions rhétoriques.

L’active communauté des réchauffistes mit un peu de temps à se ressaisir pour tenter non de comprendre ce qu’on observait, mais d’enrober les faits dans des explications permettant de préserver le consensus (pas le scientifique, qui n’a jamais existé, mais médiatique et politique, bien plus simple à bidonner). Néanmoins, à l’approche du sommet de Paris sur le climat, la fameuse COP21 qui englua Paris dans les bons sentiments et les bouchons automobiles, un article scientifique de Karl et al. parvint juste à temps à démontrer que le fameux plateau de températures (ces fameux seize années sans réchauffement global)… n’existait pas.

Soupir de soulagement de toute la communauté des effervescents écologistes politiques qui entendaient profiter de la COP21 pour redonner un coup de fouet aux dépenses « écologiques » diverses et variées, relâchement de sphincters de la part de toute la clique politique absolument ravie de retrouver avec cet article une raison scientifique de claquer les thunes du contribuable par paquet de milliards, sourires détendus des industriels du capitalisme de connivence trop heureux de retrouver des débouchées pour leurs moulins à vent et autres routes photovoltaïques : l’article « PauseBuster » représentait le retour à la normale et un nouveau coup porté aux méchants sceptiques et autres réalistes qui n’entendaient malgré tout pas se taire devant gabegies, exagérations et stupidités anti-scientifiques.

Malheureusement, tout indique à présent que cet article de Karl et al. ne remplit pas le contrat. Et c’est un euphémisme.

Non seulement les conclusions qu’il atteint semblent pour le moins hardies, mais il semble en plus que les données et calculs soient plus que sujettes à caution, tout comme la façon dont on aura poussé la publication de l’article en amont de la COP21.

Comme l’explique un récent article (en anglais) du DailyMail, un lanceur d’alerte haut placé au sein de la NOAA, la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine, le docteur John Bates, à la réputation impeccable, a déclaré que cet article n’était basé sur aucune donnée solide et n’a jamais été soumis aux règles d’évaluation rigoureuses normalement imposées pour les papiers du NOAA. Pire, Bates explique en outre que ses objections véhémentes à sa publication ont été ignorées par ses supérieurs dans ce qu’il décrira ensuite comme une « tentative flagrante d’intensifier l’impact » du papier.

Le Docteur Bates a même accusé l’auteur de la recherche, Thomas Karl, jusqu’à l’année dernière directeur de la section en charge des données climatiques à la NOAA, d’avoir « insisté sur les décisions et les choix scientifiques qui maximisent le réchauffement et minimisent la documentation » ainsi que d’avoir déployé « des efforts pour discréditer la notion de pause dans le réchauffement et pousser la publication de son papier à temps pour influencer les délibérations internationales sur les politiques climatiques ».

Menant sa propre enquête dans les semaines qui suivirent la publication du fameux papier « PauseBuster », Bates parvient à la conclusion que Karl et ses collègues n’ont suivi aucune des procédures formelles requises pour approuver et archiver leurs données, ont utilisé la première version, particulièrement jeune et peu fiable, du programme GHCN pour essayer de combiner deux ensembles de données auparavant séparées, alors que ce processus impose des vérifications extensives et soigneuses de ces données qui n’en étaient à ce moment qu’à leur début : les données de base n’étaient donc absolument pas prêtes pour l’utilisation qui en a été faite.

Pour résumer, les résultats obtenus dans le papier « PauseBuster » de Karl et al. ne peuvent ni être reproduits ni être vérifiées, ce qui lui assure normalement une place définitive à la poubelle. Non seulement, la NOAA a échoué à conserver son intégrité et sa qualité scientifique, mais en plus elle a été l’instrument d’une manipulation amenant les leaders de plusieurs grands pays de la planète à prendre des décisions sur des faits biaisés. Enfin, cette administration a même été jusqu’à faire de l’obstruction lorsqu’elle a été assignée par la Chambre des Représentants à produire ses données publiques, et a menti en affirmant que personne n’avait soulevé d’observations internes concernant ce papier (alors que Bates l’avait fait).

Bref, la pause a bel et bien eu lieu.

Et cette pause, absolument imprévue dans les modèles, nous force à admettre que nous ne savons pas ce qui a déclenché le réchauffement climatique observé depuis le courant des années 80. Elle force aussi à ne surtout pas se précipiter sur les explications faciles qui nous ont été servies jusqu’à présent et qui, toutes, aboutissent à accroître unilatéralement le pouvoir des États, notamment pour décider des dépenses pharaoniques et des orientations énergétiques dont tout indique maintenant qu’elles ne sont pas optimales.

Cela fait donc 20 ans qu’on nous bassine avec un réchauffement climatique qui n’est plus constaté. Après la pause du réchauffement, il est plus que temps de faire une pause dans les politiques écologiques sans queue ni tête.

Froid en été, chaud en hiver, c'est que ça se dérègle encore plus !

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires250

    1. Calvin

      Mais non, il a été signé sans la Chine ni les USA, puis accepté par ses dirigeants pour des raisons politiques.
      Si les USA se rétractent (c’était juste un décret présidentiel), on en revient à la situation de départ.
      Ah si, on verra si la Chine continue dans son soutien hypocrite au texte.

      1. Jojobargeot

        L’attitude de la Chine n’est pas hypocrite, elle est en première ligne pour produire et vendre les panneaux PV, elle produit la majorité des terres rares nécessaires aux aimants des éoliennes. Donc elle à tout intérêt à ce que les crétins bisounours qui nous gouvernent ouvrent le marché à leur copains maoïstes chinois, tout en détruisant le tissus industriel local en renchérissant artificiellement le prix de l’énergie par des taxes scélérates dans le but de tuer toute forme de croissances et ainsi justifier une délocalisation vers la Chine des méchantes industries de l’UE.
        De là à penser que l’intelligentia, pardon « nomenklatura sozial démocrate » occidentale fait le jeu des communistes chinois, je franchis le pas en l’affirmant haut et fort.
        Nos dirigeants sont des traîtres envers la patrie et leurs citoyens et devraient être jugés en conséquences.

        1. Calvin

          Oui, mais cela reste hypocrite sur le fait de diminuer l’empreinte carbone.
          Encore que…. les chinois investissent massivement dans les centrales nucléaires.

  1. Le Gnôme

    Mettre en cause la réalité du réchauffement est opinion hérétique qui mérite le bûcher. Euh, non, pas le bûcher, particules fines et CO2 ne sont pas bons pour les petits poumons et Gaïa.

      1. MadeInCH

        Soyons CO2-réduisant.
        Il suffit d’empêcher l’hérétique de produire du CO2. Pour cela, empêcher l’arrivée de O2 suffit.
        Une simple obstruction a voie unique des voies respiratoire suffit.
        Exemple:
        Vous enfiler un masque à gaz sur la tête, puis vous bouchez l’arrivée de l’air, un simple bout de Scotch(tm)(r)(c). Mais vous laisser intacte la valve permettant l’expiration.
        Très vite, le sujet ne pourra plus émettre quoi que ce soit, puis que le volume pulmonaire sera compressé par la pression atmosphérique sans possibilité de se regonfler.
        Bon. évidement, le sujet va rapidement commencer à gigoter, et d’instincts anti-écologique, il sera fortement tenté d’enlever le masque. Raison pour laquelle, des méthodes de limitation de mouvements sont nécessaires.
        Il faudra attendre de nombreuses let longues minutes que le taux de O2 dans le sang baisse à un niveau suffisant pour provoquer la « mise en veille » (perte de conscience) de l’ensemble neurocérébral (cerveau) pour que les mouvements du sujet se réduisent brutalement à de très faible intensité malgré une fréquence élevée (spasmes). A ce moment là, le sujet peut être libéré. Il faut néanmoins attendre une pacification de l’ensemble des muscles (cardiaque inclus) avant le retrait du masque.
        Monseigneur HXVI dispose du matériel adéquat. Reste à savoir si il me mettra à disposition.
        .
        Petite info technique:
        Les poumons ne réagissent pas au manque d’air ou d’oxygène (anoxie), mais à un surplus ce CO2. Lorsque vous retenez votre respiration, ce n’est pas le mangue d’air qui vous donne une sensation de brûlure dans les poumons, mais le CO2 qui s’accumule et dont la pression partielle augmente.
        Respirer de l’hélium d’un ballon, par exemple peut vous amener à une perte de conscience par anoxie, sans provoquer de douleur.
        Le monoxyde ce carbone ne provoque PAS de réaction d’alerte des poumons.
        Le manque d’air dû à une haute altitude (ou à une fuite d’une capsule Soyouz) provoque une anoxie, cerveau qui marche plus bien, mais pas de douleur.

        1. Auberger Catherine

          Moi je me régale de tous vos commentaires, si certains flattent mes propres réflexions, l humour, parfois féroce mais légitime .de certains autres est un mets savoureux et rare de nos jours.

          1. Pheldge

            Quand on parle d’humour, il faut s’adresser à « ZE specialist of the speciality » aka, votre serviteur : plaisanteries spirituelles et raffinées dont le bon goût n’égale que la poésie, et qui font les délices de tous , par ici …
            N’hésitez plus, rejoignez la cohorte des fans ! 😉

      2. Aristarkke

        Les éclipses solaires qui altèrent le rendement, est ce que quelqu’un y pense ??? Décidément, il faut que je m’occupe de tout dans ce pays !!!

  2. Higgins

    Benoit Rittaud, un des animateurs du site Skyfall.fr, consacre pas moins de trois billets (en français of course) sur ce sujet sur son site Mythes, mancies et mathématiques: « ALERTE – Climat : un important article carbocentriste sur la sellette », « La passe d’armes continue sur le « pausebuster » » et « Plateau de températures : le point sur la nouvelle controverse K15 ».

  3. Calvin

    La manipulation macroscopique a néanmoins réussie : le futur Président des Médias Macron a fourni des promesses écologiques et électorales (soit : écolorectales).

                  1. Dr Slump

                    En parlant de fond, ça me fait penser à cette blague sur un français et un congolais qui en sortant du bar vont se vider la vessie dans le canal. Le français fait « le fond de l’air est frais », le congolais lui répond  » le fond de l’eau aussi ! « .

                    Voilà voilà. Maintenant qu’on a vraiment touché le fond, il serait temps que Maître H (sur le billot) poste la redite du dimanche.

                    1. albundy17

                      @slump: d’ailleurs le français lui a demandé pourquoi les congolais avaient cette particularité, ce à quoi il lui donna la réponse: une coutume de s’attacher un poids.

                      Quelques temps plus tard ils se rencontre dans le même bar et le congolais lui demande si ça marche.

                      « Je crois, en tout cas elle est déjà toute noire »

    1. douar

      D’ailleurs, parmi tous les candidats déclarés, seul Fillon montre quelques réserves (suppression du Principe de précaution, entre autres) à l’endroit de la doxa écologiste.
      Tous les autres (Marxine compris) ont un programme verdâtre compatible.

      1. Calvin

        Au final, de tous ces candidats ridicules, Fillon est celui qui nous le met moins… euh… dedans…
        Heureusement, sa campagne a été torpillée à temps.

      2. bob razovski

        wopopoppp… J’ai entendu FF cautionner les délires réchauffistes lors d’une conférence de presse.

        Quant à Marxine, le débat d’hier sur Pravda tv aura été imbuvable, et David Pugilat tellement heureux de laisser le boxon s’installer sur son plateau pour qu’on se retrouve avec une telle cacophonie que bien des spectateurs ont dû éteindre la téloche.

        1. douar

          « cautionner les délires »
          certes, mais ça dépend à quel niveau de priorité on met la « lutte contre le RCA ».
          Et il ne me semble pas que ce soit un thème majeur, c’est déjà ça de pris.
          NS avait affiché un certain climatoscepticisme et ça ne lui a pas franchement réussi, donc, il vaut mieux être prudent sur ce sujet pour l’instant. ça heurte des âmes sensibles.

            1. bob razovski

              « Tellement climatosceptique qu il a instauré l ecotaxe »

              Et qu’il est à l’origine du « grenelle de l’environnement ». Vaste fumisterie.

  4. Aristarkke

    Mélusine ma doulce, cache ton sourire de voir les affaires reprendre :

    pas le scientifique qui n’a jamais existé (pas de virgule entre scientifique et qui)

    mais LE médiatique et politique

    les données et calculs soient plus que sujetS à caution, (le genre 1 n’a pas encore gagné dans cette bataille)

    de retrouver des débouchéS pour leurs moulins à vent (ce n’est pas un état normal des bouteilles qui est ici évoqué)

    ni être vérifiéS (on parle des résultats)

  5. La science contre la stupidité

    Le glacier du Mont Blanc ne recule pas, la banquise du pole nord ne diminue pas en surface non plus ? Il y a beaucoup de scientifiques dans d’autres domaines que les climatologues qui constatent les effets du réchauffement climatique ( botanistes, biologistes …)

    1. Pat

      Le glaçon dans mon verre a fondu. C’est le constat évident d’un réchauffement global, durable et causé par les activités humaines.
      De même que l’avancée rapide des glaciers pendant le petit âge glaciaire (renseignez-vous) était la preuve d’un refroidissement climatique global, durable et forcément causé par les activités humaines. Heureusement les feux dans les cheminées nous ont sauvés de la congélation !

    2. sam player

      Les glaciers alpins sont au même niveau qu’au Moyen-Age.
      C’est curieux cette envie de vouloir que les glaciers avancent dans les vallées pour engloutir tout ce qui se trouve sur leur passage.

      Faites vous congeler et réveillez vous dans 20,000 ans car les glaciers devraient arriver jusqu’à Lyon. Heureux ?

      1. albundy17

        « brusquement, à partir des années 1550, les glaciers font irruption dans les vallées en ruinant les pâturages et les champs les plus proches, détruisant même des habitations : La Mer de Glace et les glaciers d’Argentière et des Bossons descendaient jusque dans la vallée de Chamonix, au grand dam des montagnards qui s’en plaignaient notamment auprès des percepteurs de l’époque, surtout à partir des années 1600. »

        Faudra prévoir des subventions pour le petit age glaciaire qui se profile

        1. Dr Slump

          Dates qui correspondent au petit âge glaciaire qu’ils ont connu à l’époque, une célébre peinture illustre cela, avec tous les commerçants installés sur une Thamise gelée.
          Mais au Moyen-Age ils ont connu une remarquable ère de réchauffement, avec des fraises qui poussaient en hiver, des récoltes abondantes, et suffisamment durable pour qu’on plante des vignes au nord de Paris. Comment diable cela fût-il possible?? Palsembleu, nos gaz d’échappement mortifères on fait des ravages jusqu’au Moyen-Age!

      2. bob razovski

        « Les glaciers alpins sont au même niveau qu’au Moyen-Age. »
        C’est tout le problème des écolos ! Comment les faire évoluer et les mettre au niveau du XXIem siècle ? :mrgreen:

        1. Ammo

          Heu si ca fond par en dessous c’est que ça se réchauffe plus en dessous qu’au dessus non? Donc réchauffement interne du globe, pas de l’atmosphere. Encore l’Homme? Nous avons trop creusé dans les sols (mines, petrole, gaz…) et ca réduit l’isolation des couches terrestres vis à vis du noyau?!

  6. Gerldam

    Et qu’en est-il des bientôt 5 années qui nous séparent de 2012?
    Le trompettage que 2015 fut l’année la plus chaude jamais enregisrée est-elle aussi du pipeau?

    1. Calvin

      La hausse avancée est inférieure à la marge d’erreur.
      Quand une valeur proposée est inférieure à l’intervalle de confiance, pas étonnant de ne pas avoir confiance…

    2. Alecton

      En général quand la valeur de la mesure ou du calcul est inférieure à celle de intervalle de précision qui la caractérise, il y a un fort air de pipeau qui flotte dans l’atmosphère. Ça n’est pas le tout, en physique de faire une mesure, il faut par la suite en évaluer la pertinence.

    3. Lorelei

      Je me pose aussi la question. On nous annonce des années toutes plus chaudes les unes que les autres. En Europe en tout cas.
      Et on ne nous parle plus de réchauffement mais de modification du climat.

      1. Pat

        Maintenant on parle de « dérèglement » du climat, lui aussi forcément dû aux activités humaines (C’est le principe de base : tout ce que fait l’homme non-écolo est mauvais pour la planète). N’importe quelle catastrophe plus ou moins climatique (inondations, tempêtes de neige, vague de chaleur ou de froid, sécheresses, etc.) est notre faute.
        Le climat si finement réglé et qui n’a pas varié d’un poil depuis des centaines de millions d’années (si, je vous assure) a été cassé par la méchante civilisation humaine occidentale (principalement, ça ne fait aucun doute).

        1. flomyen

          On parle plutôt de dérèglement climatique parce que lorsque l’on dit réchauffement, certains simplets viennent dire : ah mais c’est n’importe quoi, ici ou là la température décroît durablement.
          Il s’agit bien d’un réchauffement global, avec des variations locales qui peuvent être négatives, ce qui n’a rien de contradictoire.
          Un petit coup d’œil sur les températures https://imgs.xkcd.com/comics/earth_temperature_timeline.png

          1. Réchauffement qui a donc marqué une pause. Pendant 20 ans. Et pour info, la crosse de hockey (aussi présente dans ce xkcd) a été largement démontée au point que même l’IPCC n’ose plus la ressortir.

            1. Lark on the Wing

              J’adorais cette « crosse de hockey », dont le seul nom semblait prouver que son inventeur avait abusé des divers alcools de ses thermomètres, confondant ainsi « hoquet » avec ce jeu sur glace. On the rocks, en quelque sorte….

              Inutile de dire que je rends grâce à Monseigneur de nous la ressusciter… Curieux de voir que la seule mention du RCA fait sortir out of the woodwork tous les trolls et ayatollahs climatocrédules…

              1. Oui. Je suis toujours surpris de voir à quel point tant tombent dans le panneau. Qu’il y ait ou pas réchauffement, on est infoutu de prouver que c’est le fait de l’homme, et surtout, on voit mal en quoi les politiques économiques et écologiques préconisées y changeraient quoi que ce soit. Mais pourtant, ils souscrivent, à fond.

                1. Val

                  @H16 ce qui est surtout débile, c’est que ceux qui croient l’homme capable de dévier le climat sont les mêmes qui sont incapables de considérer l’homme capable de s’y adapter….

                  1. MadeInCH

                    Val 10 février 2017, 13 h 23 min
                    C’est pas pour l’Homme que Ils s’inquiètent.
                    C’est pour les manchots, les ourses blancs, et les phoqies, qui sont tout victimes du bourreau qu’est l’homme (mâle blanc)
                    La pollution au large de la Somalie par des vilains industriels occidentaux est aussi la fôte de l’homme mâle blanc. Ce qui justifie la piraterie des pôv affamés qui n’ont plus que ça pour survivre.
                    Ceux qui soutiennent ça n’ont jamais regardé où était la Somalie sur une carte!

                    1. Lark on the Wing

                      les phoques….

                      Dans le superbe et amusant « Voyager avec Céline », Philippe Alméras, alors « assistant de français » en Californie – années 1960/65 environ – raconte comment il avait vu un phoque sur la plage en arrivant à l’Université…

                      Et ses étudiants, à qui il contait la scène en français, naturellement, mimant les mouvements des nageoires, de le regarder avec un ébahissement total, lançant ainsi le mythe du Français qui b… sur la plage avant ses cours….

                    2. Val

                      @Madinch bien sûr tu as raison ! c’est effectivement ça, pas toujours facile de rentrer ds leurs pensées débiles, ça demande un entraînement poussé et surtout de ne pas se laisser aller à lire des blogs réactionnaires

                    3. albundy17

                      « C’est pour les manchots, les ourses blancs, et les phoqies,  »

                      Foutaises, ils n’en ont rien à b fiche, c’est juste un moyen commode de consentement aux nouvelle taxes et les gens en redemandent.

                      @Val: « c’est que ceux qui croient l’homme capable de dévier le climat »

                      Ouiiii ! Quelle prétention ! l’espèce humaine c’est pas même 400 milliards de tonnes sur la planète, 1/13 millionième du poids de la seule atmosphère !

                    1. Jiff

                      C’est surtout débile d’aller pêcho des « conclusions » sur des dizaines d’années grâce à une « science » plus que balbutiante et extrêmement neuve, quand on est déjà incapable de prévoir le temps exact qu’il fera dans 7 jours, c’est un peu cavalier.

                      Et c’est carrément dément d’accuser le CO2, gaz ayant une densité de 1.5, d’être un gaz à effet de serre, parce que pour que serre il-y-ait, il faudrait peut-être que le CO2 en question s’élève dans l’atmosphère, ce qu’il est connu justement pour ne pas faire.

                      Et la débilité sans nom qui consiste à faire croire aux gens que le CO2 est nocif pour la nature, alors qu’il est le moteur de la photosynthèse… là, jèpudmô – ou plutôt si: à force de ne plus rien apprendre aux gamins à l’école, ça donne le résultat actuel – CPECF.

                    2. sam player

                      @ Jiff animé… par une erreur…

                      « il faudrait peut-être que le CO2 en question s’élève dans l’atmosphère, ce qu’il est connu justement pour ne pas faire. »

                      L’oxygène est 15% plus lourd que l’azote et pourtant il n’est pas nécessaire de se baisser pour respirer et l’atmosphère ne se sépare pas par couches de densité des gaz la composant.

                      S’il y a moins d’oxygène en altitude c’est parce qu’il y a aussi moins d’air et aussi moins d’azote : la pression de l’air est plus basse et il se raréfie et il faut respirer environ 3 fois plus au sommet de l’Himalaya pour absorber la même quantité d’air et donc d’oxygène.

                      La composition de l’air en proportion est la même à altitude zéro qu’à 80km d’altitude (homosphère) même pour des gaz très légers tels l’hélium 10 fois moins dense que l’air.

                      Idem pour les particules en suspension dans l’air qui sont largement plus lourdes (denses) que celui-ci.

                      En fait l’air est tellement brassé qu’il reste homogène.

                    3. Val

                      @sam c est pour ça que dieu dans sa grande prévoyance à créé les politiciens : pour brasser l air ,grâce leur soit rendue.

                    4. Jiff

                      @sam

                      Si tu le dis, c’est que tu dois en être persuadé… Les cours de chimie et de physique du web laissent très souvent à désirer.

                    5. Jiff

                      @bibi

                      Hè, les 2 génies de la molécule, ça ne vous a pas effleuré l’esprit une seconde qu’il-y-a une « très lègère disparité » entre:

                      * ~ 21 POURCENTS d’O2 dans l’air, et
                      * ~ 400 PPM de CO2 dans le même air ?

                      Le taux de dilution du CO2 est et reste infinitésimal, il fait partie des gaz lourds qui n’ont que très peu d’affinités au mélange avec l’air.

                    6. sam player

                      @ Jiff

                      Vous changez de sujet : votre affirmation d’origine était que le CO2 restait au ras du sol** et ne se dispersait pas dans l’atmosphère et ce à cause du fait qu’il soit plus lourd que l’air.

                      Nous vous avons montré ci-dessus (bibi) que c’est faux et que sa concentration dans l’air est la même sur 80km d’altitude.
                      Il ne vous reste juste à nous proposer des éléments contraires : bonne chance.

                      Pour le reste de votre nouvelle contribution hors sujet, ce n’est pas parce que la concentration d’un produit se mesure en ppm que ça diminue l’effet qu’il peut avoir… comme dirait Litvinenko.

                      « il fait partie des gaz lourds qui n’ont que très peu d’affinités au mélange avec l’air. »

                      Gros LOL
                      __________
                      ** : je pense que vous avez confondu avec le CO produit dans des milieux confinés par, par exemple, les appareils de chauffage s’il n’y a pas de ventilation suffisante.
                      Mais en temps normal, dans l’air ambiant, le taux de CO est de 0.2ppm et il est inoffensif.
                      A partir de 200ppm de CO ça commence à poser des problèmes…

      1. Peu importe la qualité du Daily Mail : les infos sont elles correctes ou non ? Les éléments sont-ils fournis pour se faire une idée ou pas ? Etc.

  7. Alecton

    Ce qui me gène un peu en revanche, c’est que cette sirène d’alarme qui n’est ni la première ni la dernière, va être assimilée par nos médias, à la politique de Trump et se verra, par conséquent, discréditée de fait.

  8. Dr Slump

    Je me demande si ce n’est pas vain d’affronter les réchauffistes sur la question des chiffres, statistiques, et autres modèles mathématiques qui font fumer les « dirnateurs », ainsi que les calottes crâniennes de nombre de blogueurs et commentateurs.
    Je pense qu’il vaudrait peut-être mieux opposer des arguments basés sur les faits observés: pas de désertification massive, pas de fonte de la banquise du Groenland, pas de montées des eaux cataclysmique, pas de conséquences directes démontrables, etc…
    Les débats de chiffres, on ne s’en sort jamais, et ils sont impuissants à remporter l’adhésion du téléspectateur lambda.

    1. bob razovski

      Franchement, il est vain d’affronter des butés du dogme, quels qu’ils soient, avec chiffres ou faits.

      Mon côté économiste (dans le sens « qui fait des économies ») tend à maximiser le ratio temps utile vs temps perdu.

      Discuter avec des butés du dogme étant dès le départ du temps perdu (*), une tarte dans la gueule de ces cons sera bien plus efficace et bien moins chronophage.

      Bon, il parait que c’est interdit…

      (*) j’ai donné plus que de raison en fréquentant les commissaires européens, je sais ce que perdre du temps et beaucoup d’argent signifie 😉

    2. Pat

      Ce qui remporte l’adhésion du téléspectateur, c’est l’image d’une pôv’ maman ours blanc toute maig’ qui n’arrive pas à nourrir son petit, à cause des méchantes multinationales apatrides. Un bout de banquise qui s’écroule dans la mer est aussi très efficace.

      1. Aristarkke

        En effet!
        On n’insiste pas assez sur le fait que le Titanic a été victime du réchauffement climatique, il y a déjà un siècle bien tassé et secoué!!!
        Tout ne nous est pas dit…

    3. Val

      @Dr S d’accord avec toi , c’est pour cela que je leur dis : réchauffement , ce serait une bonne nouvelle : 2 récoltes / an , la Sibérie cultivable , le Canada habitable/cultivable . Plus besoin de se chauffer l’hiver ! Chouette baisse de notre dépendance énergétique ! Chouette , baisse de la pollution !
      Perso si on savait réchauffer , je signe tout de suite .

        1. Aristarkke

          Pheldge, il est temps que tu montres que tu es toujours en rayon.
          Y’en a des qui sont prêts à pousser papy en devenir dans les tréfonds des caveaux profonds…

      1. nemrod

        Ah ouais, j’adore dire ça au milieu des verdâtres.
         » si seulement c’était vrai et qu’on arrête de se les geler 8 mois par an. »

        Ca rafraîchit tout de suite l’atmosphère mais ils ont pas l’air content pour autant…savent pas ce qu’ils veulent cette bande de c…!

        Pis après je leur raconte la blague bien connue :
        « Combien y a de saisons dans le secteur ?
        2 : l’Hiver et 14 juillet-15 Août…alors on a de la marge, ça fera l’Hiver et 12 juillet-16 Août

        Là ils s’en vont.

    4. Jiff

      « Je pense qu’il vaudrait peut-être mieux… »

      Non, parce qu’on a ni les tenants, ni les aboutissants: qui prenait des mesures il-y-a 40,000 ans (au minimum) et quelles seront-elles dans ne serait-ce que 1,000 ans ?

      Ce sont des phénomènes qui se mesurent à l’aune d’une ère géologique et qu’on prétend ramener à l’échelle humaine (enfin, humaine, quand on voit la gueule du principal promoteur du giec en france, on se dit que non finalement.)

      Sans compter que les choses sont susceptibles de changer drastiquement à cause d’un évènement géologique imprévu (imaginez que demain, Yellowstone entre en éruption totale, ça m’étonnerait qu’une querelle d' »experts » soit relancée quand on voit déjà les dégâts qu’a fait l’Eyjafjöll.)

      1. Pheldge

        « qui prenait des mesures il-y-a 40,000 ans ? » bin faudrait commencer par interroger un témoin : Aristarque, alors, qu’as-tu a dire pour ta défense ? 😉

        1. Jiff

          Faut le comprendre, il était en train d’inventer la religion du chauffe-eau volant en fumant un petit gébajoint, mais comme l’électricité n’était pas encore inventée, ça n’a pas pris; du coup il était déprimé et en a oublié sa prise de température.

      2. René-Pierre Samary

        « qu’on prétend ramener à l’échelle humaine »
        L’humaine impatience, qui voudrait concilier sa vie éphémère avec la lenteur de la Nature. Quelle prétention !
        L’apocalypse, pour les chrétiens du temps de Paul, c’était demain, de leur vivant. Le millénarisme est resté bien implanté dans l’esprit humain, les écolos et autres fanatiques en témoignent. Les prophètes, fussent-ils de malheur, ont toujours l’oreille des masses, qu’il s’agit d’effrayer pour mieux les dominer.

  9. Gérard

    En même temps, le succès de la COP21, magistralement obtenu par Culbuto est la preuve du réchauffement climatique. Sinon, à quoi aurait servi ce quinquennat ? Oui, je sais, y a aussi le mariage des homos, la main tendue à Léonarda et la visite à Théo, mais tout de même !

  10. hub

    le réchauffement climatique, c’est comme Macron, comme Trump, c’est irrationnel ! on peut fournir tous les arguments, toutes les données scientifiques, personne n’y croira jamais. Malraux je crois avait dit que le XXIème siècle serait religieux ou ne serait pas. On y est en plein : on pouvait croire que l’accroissement des moyens d’information, le développement technique et toussa allaient favoriser l’émergence d’un esprit critique. Non, l’irrationnel fonctionne à plein tube.

  11. Onaneur de Moosh

    Je vous conseille de visionner le dernier Thinkerview avec l’équipe de Data Gueule.

    En parlant de leurs méthodes, les Data Gueule exposent candidement les ressorts intellectuels du chien de garde subventionné du type « décodeur ».

    Au sujet du climat, Data Gueule avait commis « 2 degrés avant la fin du monde » dans le lequel on apprenait, par exemple, que le terrorisme a une origine climatique…

    J’aimerais beaucoup lire le Patron à leur sujet.

    1. Val

      @O de M  » le terrorisme a une origine climatique » oui c’est le nouveau message des OIS pour nous culpabiliser vis à vis du climat/terrorisme/refugiés/tout et n’importe quoi .
      Leur message : les réfugiés de fuient pas la guerre/la misère , ils fuient comme chacun sait la vague de chaud.
      OR : la vague de chaud est causée comme chacun sait aussi par nous, horrrribles occidentaux (et surtout nous affrrrrreux français)
      DONC : nous sommes responsables de leur malheurs
      DONC bis : c’est normal qu’ils nous fassent sauter la gu**le

          1. Bonsaï

            Ah! tiens cher Sam, puisque je vous ai en ligne je vous fais un petit bisou (bien que ce ne soit pas trop mon style, mais bon, personne ne nous entend, lâchons-nous…).
            Et vous souhaite un bon week-end !

          2. Aristarkke

            Ce pouvait être les oblats de l’impéritie soce… ou les obsédés et illuminés soces ou …

            [Comme si tu ne faisais pas préciser au micron près quand tu es bien (ou mal) luné…]

            1. sam player

              Au premier rabord j’avais même pas fait gaffe que c’était pas les bonnes initiales, ça doit être dû à mon logiciel intégré de correction d’erreurs.
              Au 2ème rabord si.

                1. sam player

                  L’arbre et Harry, c’est une plaisanterie… qui est même dans le dictionnaire !

                  cnrtl.fr/definition/abord

                  Ca s’appelle un changement de délimitation par la tendance à l’initiale consonantique : un noeil, un noiseau, un nenfant qui donnent : ouvre tes noeils, les gentils noiseaux et laissez venir à moi les petits nenfants… 😀

                  Des mots sont nés de ce principe : lendemain (l’endemain), lierre (l’iere), lingot (l’ingot) et même tante (ta ante, racine que l’on retrouve dans l’anglais aunt).

                  Voilou c’était la minute culturelle dans ce monde de brutes

                    1. Bonsaï

                      Bon, écoute sur ce chapitre je crois que j’en connais un rayon. Cela s’appelle un néologisme.
                      Etant poétesse depuis ma jeunesse, j’ai publié plusieurs recueils de poèmes et sans me vanter, j’ai commis quelques néologismes du plus bel effet.
                      Donc, quand c’est un euphémisme (un terme beau ou adéquat) ça passe, mais quand c’est des enfantillages qui bousillent la langue inutilement comme rabord, c’est niet !

                      Et je suis sûre que les estimés Aristarque et Hussard Bleu, grands connoysseurs de la langue française seront de mon avis.

                    2. sam player

                      « Bon, écoute sur ce chapitre je crois que j’en connais un rayon. Cela s’appelle un néologisme. »

                      Ca me rappelle une amie au restaurant qui goûtait la viande de mon plat et qui me dit de renvoyer le plat en cuisine car pour du boeuf ça avait mauvais goût.

                      Elle avait raison car pour du boeuf ça avait mauvais goût, mais c’était normal… vu que c’était du bison 😀

                      L’arbre, aucun néologisme, ces mots sont des constructions faites par des enfants et c’est là qu’on peut voir que tu n’en as jamais eu, très peu fréquenté ou alors tu ne leur as accordé aucune attention, mais je penche pour le 1 et 2.

                      En fait les enfants quand ils commencent à parler n’ont pas conscience des liaisons que nous faisons dans le langage parlé et ils rajoutent un phonème comme dans « un [n] enfant » et lorsqu’il faut délimiter le mot ils rattachent le phonème au mot au lieu de l’article et ça nous donne « les nenfants ».

                      C’est encore plus flagrant avec « oiseau » car dans la prononciation on n’aime pas trop les mots qui commencent par des voyelles surtout quand ça crée un hiatus : les [z] oiseaux deviennent les petits noiseaux ou zoiseaux (dans le langage parlé les enfants ne savent pas qu’il y a un « t » à petit

                      On retrouve le même phénomène dans « ceux qui [z] ont » ou « cent [z] oies] »

                      Si les enfants disent « pestacle » c’est aussi à cause d’une difficulté de prononciation : d’ailleurs un paquet de mots de ce style se sont vu adjoindre en français ce que l’on appelle une prothèse, c-a-d un ou plusieurs phonèmes facilitant la prononciation : étable (stabula), échelle (scalae), épaule (scapulae). espagnol etc…

                      Les mots des enfants c’est à mourir de rire quand on se rend compte qu’ils ne savent pas où se fait la délimitation des mots : ma fille disait « une étoilette »… c’est joli … bah oui, because on utilise souvent ce mot au pluriel (les toilettes) et c’est assez logique. Pour elle, faire sa toilette et l’étoilette étaient 2 mots complètement différents.

                    3. BDC

                      Je l’ai déjà dit pour moi aussi : Sam ne fait pas d’erreur, c’est le dictionnaire qui n’est pas à jour ! 😉 [mode Chuck Norris off]

                    4. Bonsaï

                      @ Sam Player, 8:40
                      J’avais passé trop rapidement ce matin sur ce commentaire. C’est passionnant et charmant à la fois.
                      Pour 1 et 2, tu as raison…

                  1. albundy17

                    « j’ai publié plusieurs recueils de poèmes »

                    Quel éditeur stp ?

                    Sinon pour le rabord je ne m’étais étrangement pas plus offusqué que ça, l’ayant mis sur le compte du noeil ou des ptis zoziaux.

                    Quand je dis étrangement, c’est qu’en comparaison de l’assistance raleuse et râlante, je suis censé être l’esprit lent.

                    sam, « laissez venir à moi les petits nenfants… » …

                    évite, c’est a-bord line ces derniers temps

                    1. albundy17

                      Oui,enfin cornaz est donc imprimeur, pas éditeur…

                      Le chiffre confidentiel, c’est très lol, tu aurais dû mentir tout de suite, on aurait mentalement soustrait 80 %, ça fait toujours plus que les 10 qui viennent à l’esprit…

                    2. Bonsaï

                      Albundy, je ne savais pas que tu t’intéressais à ce point à la poésie…
                      Raconte-nous donc quels sont tes poètes préférés au lieu de jouer à Hercule Poirot !

                1. René-Pierre Samary

                  « sans me vanter, j’ai commis quelques néologismes du plus bel effet »
                  Belise, Armande, Trissotin à la fois,
                  Arbolito n’aime rien tant que son joli minois.
                  Son ardeur, impatiente à se congratuler
                  Lui fait une syllabe de ce mot, oublier.

  12. Lark on the Wing

    Bon, après, je fais une pause, moi aussi… la hausse des températures, on peut lui trouver des causes diverses, n’est-ce pas ?

    vodkaster.com/extraits/apocalypse-now-odeur-napalm-au-matin/9440

    Après les évènements divers que je venais de lui rappeler, Monsieur le Duc d’Orléans me fit l’honneur de requérir mon conseil particulier touchant une définition qu’il avait lue au Dictionnaire de Trévoux, pertinente à la politique, domaine où il attelait enfin son carrosse, depuis que la Régence lui était échue, après la mort du Roy Louis le Quatorzième. Cette caractérisation se présentait ainsi :

    « Politique : la première partie de la Morale, qui consiste en l’art de gouverner et de policer les Etats, pour y entretenir la sûreté, l’ordre, la tranquillité et l’honnêteté des mœurs ».

    Me sachant fort féru de cette science dont je me piquais et que j’avais étudiée sous la rude férule du duc Claude, qui fut l’ami du grand Cardinal, et celle plus douce de ma chère mère, qui m’avait également confié à un excellent précepteur, il me demanda mon sentiment, que je ne balançai pas à lui donner.

    Sans m’arrêter à la scandaleuse bassesse d’une dédicace de l’ouvrage à Monsieur le Duc du Maine, ce détestable fruit de l’horrible double adultère, mais détenteur de la principauté de Dombes par l’indigne pression que s’abaissa à exercer le feu roy sur la Grande Mademoiselle, non plus qu’à une rédaction sentant fort sa Jésuitière, ce fumet déplaisant tant à ses narines qu’aux miennes, je conclus toutefois ainsi qu’il suit :

    Pour un libertin tel qu’il se trouvait être, tant sur le sujet de la religion que sur le rapport aux personnes du sexe, il ne s’agissait pas ici de « Morale » commune, assurés que nous sommes, hélas, que cette morale ne se trouve pas toujours exactement accordée aux facilités du pouvoir, mais qu’elle était néanmoins un ressort, utile et non pas superflu, une subtile machine, et de celles qui permettaient de tenir en brassière un peuple, aussi léger et inflammable que le français.

    Je n’ignorais point le pernicieux des enseignements de l’abbé Dubois à un élève tel que Monsieur le Duc d’Orléans, déjà que trop enclin à céder à l’entraînement de sens impérieux, et pour lequel l’esprit, qu’il avait pourtant naturellement éclairé et de haute tenue, n’était pas un suffisant frein.

    Ce n’est en effet point sans dommages, pour l’âme d’un honnête homme, que l’on entend un clerc vous infatuer de son précepte favori, savoir que la probité chez les hommes et la vertu dans les femmes ne sont que des chimères sans réalité dans personne, sinon dans quelques sots en plus grand nombre qui se sont laissé imposer des entraves comme celles de la religion et qui, pour la politique, sont du même usage, et fort peu d’autres qui, ayant de l’esprit et de la capacité, se sont laissé raccourcir l’un et l’autre par les préjugés de l’éducation.

    J’insistai donc sur l’essentiel absolu pour un Prince, d’y entretenir, pour gouverner un état, et l’honnêté des mœurs – au moins pour la montre – et pardessus tout, l’ordre, ensemble la sûreté et la tranquillité en découlant par suite.

    Je ne craignis pas de revenir sur la catastrophe de Monsieur le Duc de Baucé qui mettait à néant, ou presque, ses ambitions, non plus que sur les allégations touchant les débauches grecques du Vicomte de Maquerond, tout ceci concernant l’honnêté des mœurs.

    Et surtout, je ne laissais pas que de souligner derechef la nécessité d’ordre, préconisant conséquemment l’abolition de tous les désordres, lesquels, lors de la précédente Régence, avaient manqué causer la perte de l’Etat et jusqu’à celle même du Royaume.

    Je lui fis valoir que les Barbaresques et les Cafres – imprudemment implantés emmi notre nation, aux temps de ce Chirac, mauvais médecin du Roy – devaient enfin sentir le poids de la Loi, et subir, comme disait Lord Stairs « The Rule of Law », que les convulsionnaires de la Théo-Cratie et les gazetiers criards, si promptement à la disparate entre les victimes, devaient se soumettre à la Constitution du Royaume, à peine de force prisons, et forlongées, même l’abatis de quelques têtes, afin que nos Exempts, Sergents et Chevaliers du Guet ne fussent plus rôtis comme chapons en quelque nouveau feu grégeois, non plus que le principal laquais du Palais Bourbon assommé et laissé pour mort, pour être venu à la rescousse de vieillards, attaqués par de la canaille fort assombrie.

    Je ne sais trop ce qu’il fera de mes avis, Monsieur le Duc d’Orléans étant fort versatile, et ne prenant pas toujours en compte, hélas, ceux de mes conseils les plus avisés, lors même qu’il les sollicite… Ce prince est peut-être, comme disait en d’autres temps, M. de l’Estoile, « une belle épée qui demeurera au fourreau »… Je le crains, mais comme j’aimerais d’en être désabusé !

    1. Ce qui ne change rien : si aucun modèle ne l’a prévue ni ne l’explique, c’est qu’ils sont bons à mettre à la poubelle. Si on n’a pas d’explication d’un phénomène, on se garde bien de se lancer dans des politiques économiques.

      1. Hussard Bleu

        Sur la branloire pérenne qu’est notre monde, il est vraiment réconfortant de pouvoir compter sur une stabilité équanime comme celle de yoananda : et quand je dis équanime, je pourrais ajouter longanime !

        Ce garçon réapparait avec une périodicité de comète, se fait bâcher par Monseigneur de Seize, disparaît sur sa périhélie, puis revient pour un nouveau passage… L’importance d’être Constant : voilà… c’est une Wilde Thing !

        youtube.com/watch?v=Hce74cEAAaE

            1. Aristarkke

              Au contraire !
              C’est plutôt (trop) sucré.
              Une sorte de reconstituant dont il lui faut abuser parce qu’à son âge, conter fleurette à des bataillons de jeunettes comme il s’en vante, il faut tenir la forme pour y arriver

            2. Pheldge

              @ HB et tous les Zôtres, le Longani est un fruit qui ressemble au letchi, contemple cette image, ô ignare et irrécupérable pochetron ! 😉
              blogdelaurianne.files.wordpress.com/2015/03/blog-longanis.jpg

              @ BDC, non, il est allé à la messe à St Gilles, qui est la station balnéaire de la côte ouest, moi j’habite dans les hauts de St Gilles, et en plus, ce samedi, c’était la pendaison de crémaillère d’un de mes 46 cousins germains 😉

  13. Bonsaï

    Serait-ce la flamme de l’historien qui s’est tarie ou ma propre aptitude à interpréter toutes les subtiles allusions à des figures du microcosme contemporain, toujours est-il que ce matin j’éprouve bien du mal à saisir la portée de certaines envolées.
    Ne serait-ce donc que pour me rendre un peu moins ignorante vous voudrez bien, cher Lord Quiet, nous en remettre un nouvel épisode demain, n’est-ce pas ?

    1. Lark on the Wing

      Non point Lady L… ne puis accéder à vos instances : ce ouiquende, le Vidame de Chartres part pour la chasse….

      Le propos de ce jour était, par parties, plus général, sur le fondement – comme disait Théo – de ce qui reste la seule justification de la Politique, illustrée de quelques exemples tirés d’une actualité, fort chaude, mais sans rapport avec un changement climatique supposément anthropique…

      Nous reverrons la semaine à venir, si Monseigneur a la bienveillance d’accepter encore ces modestes pastiches…

      Heu! Keko… non, ces pastiches sont sans intérêt pour l’apéro, hein ? même avec des peanuts….

      1. albundy17

        Pastiches et chasse ne font pas bon ménage, y’en a des qui confondent gibier et tout ce qui bouge.

        J’ai 2 sangliers perdus dans mon fossé de drainage, ça fait 2-3 heures qu’ils passent et repassent affolés, mon 14 (dont les munitions commencent à manquer, t’as pas un plan pour me fournir ?) ne risquent pas d’abréger le manège, je vais tenter de leur mettre une passerelle pour en sortir. (bon sang il gèle !)

  14. Estrellia

    Donc en gros le réchauffement climatique serait du vent (ahah…)… pourtant effectivement on voit de plus en plus de zones se banquise se « détacher » et ce à cause du réchauffement (soit disant). Donc en fait, réchauffement il y a depuis longtemps et de façon graduelle et naturelle et a un peu stoppé ces 20 dernières années (un coup de chance sans doute). Mais en fait on ne peut pas dire directement que c’est de notre faute. C’est même improbable…

    Mais alors mon bon monsieur… on veut nous faire avaler des couleuvres? Sans même les peler??

    J’ai bon?? J’ai bien suivi le cours ou j’ai tout faux? 😀

    1. « on voit de plus en plus de zones se banquise se « détacher » »
      On la regarde de plus en plus, dont on voit ça de plus en plus. Ca ne veut pas dire qu’il y en a de plus en plus.

        1. bibi

          Les modèles climatiques prévoyaient la disparition de la banquise arctique pour 2015 au plus tard (rappelez-vous on pensait pouvoir ouvrir de nouvelle voie navigable en été) or depuis le minimum de 2007 la superficie de la banquise arctique recommence à augmenter.
          La disparition de la banquise devait avoir un effet rétroactif positif sur le réchauffement climatique du au fait que l’océan serait réchauffé par les rayons du soleil qui n’était plus réfléchis par la glace.

          1. albundy17

            Il y a aussi le permafrost qui aurait dû (depuis le temps..) relâcher des centaines de milliards de tonnes de méthane, et là, c’est la fin. :mrgreen:

            1. Lark on the Wing

              D’un autre côté, n’est-ce pas, la fonte du Permafrost va libérer des milliers de mammouths du côté de la Sibérie : pour un chasseur, quel rêve, quand même !

              J’attends cela avec impatience… évidemment, il faut se méfier des Tontons Yakoutes….

                1. Dr Slump

                  Elles ne sont pas laides les femmes de Yakoutie. Perso, ça me va, si on a aussi migration des populations féminines de Scandinavie jusqu’en dessous de la ligne de démarcation!

    2. sam player

      « …pourtant effectivement on voit de plus en plus de zones de banquise se « détacher » et ce à cause du réchauffement (soit disant). »

      Faudrait déjà pas confondre la banquise, qui ne fait que 3 à 4 mètres d’épaisseur, avec la calotte glaciaire ou inlandsis qui peut faire 2 à 4 km d’épaisseur. Les icebergs issus de banquise ça n’existe pas… c’est juste des glaçons.

      La banquise c’est la solidification de couches d’eau. En arctique (pôle nord) il n’y a que de la banquise. Ca fond en été, ça se reconstitue en hiver. Qu’on rencontre des blocs de glace c’est tout à fait normal. Que la banquise arctique fonde ou pas ça ne fait pas monter le niveau des océans : faites l’essai avec un glaçon dans votre verre d’eau, le niveau sera le même avant et après la fonte.

      Les calottes glaciaires c’est de la glace continentale due à l’accumulation de précipitations neigeuses. Ca fonctionne comme des glaciers et il est normal qu’à cause des fortes pressions (200 à 400 kg/cm²) ces glaciers fluent et se retrouvent en final dans la mer sous forme d’iceberg, et qu’il y ait de grandes étendues qui craquent : sur 1km² il y a 3 giga tonnes… forcément faut que ça pète…

      Les calottes glaciaires c’est juste en Antarctique (pôle sud) et au Groenland.
      Et bien qu’il y ait des icebergs qui se détachent en Antarctique la surface de la banquise antarctique ne fait qu’augmenter.

      Exercice pratique : appuyer sur votre tube de mayonnaise avec une charge de 12 tonnes (c’est les proportions). Discutez-en avec votre voisin.

      1. Jiff

        « Les calottes glaciaires c’est juste en Antarctique (pôle sud) et au Groenland. »

        Je m’inscris en faux contre cette affirmation, car il en existe aussi au Vatican.

    3. Calvin

      Ça dépend où est Caen… Euh, où et quand on regarde : l’été en Arctique et l’hiver en Antarctique, forcément…
      Et pourtant.

      Tiens, on apprend (en 2015) que le dérèglement climatique est tel qu’il fait froid en Antarctique et que c’est dangereux pour les manchots…

      lejournal.cnrs.fr/diaporamas/coup-de-froid-sur-les-manchots

      1. sam player

        « L’extension de la banquise est en partie à l’origine de ce phénomène. Elle contraint les adultes à parcourir des centaines de kilomètres pour aller chercher de la nourriture en mer. »
        ______
        Ca m’a touché 😥 je vais envoyer 50€ pour qu’ils achètent du fuel pour chauffer les manchots. Toi aussi envoie 50€ et sauve 100 poussins manchots 😀

        1. nemrod

          Des centaines de km ?
          Pour bouffer ?

          Bon soit ils crèchent moins loin des poiscailles soit ils sont foutus.
          Pourtant les manchots, c’est pas ce qui manque.
          Pas besoin de banquise.

              1. Artiste

                Sur la tombe de Shackleton il est d’usage de boire la moitié d’un verre de whisky et de répandre le reste sur la tombe elle même .j’ai participé à cette tradition en Géorgie du sud.Ces gars c’étaient pas des mauviettes.

          1. Lark on the Wing

            Un homme croise son copain dans la rue. Il est intrigué par le pingouin qu’il tient au bout d’une laisse.
            – Mais que fais-tu avec cet animal ?
            – Ne m’en parle pas ! Je l’ai trouvé abandonné au bord de la route. Je ne sais plus quoi en faire.
            – Amène-le au zoo ! lui dit son ami.
            – Bonne idée ! répond l’homme en repartant avec son pingouin.
            Le lendemain, l’homme recroise le même ami, toujours avec le pingouin attaché au bout de la laisse.
            – Mais… Tu ne l’as pas amené au zoo ? lui demande-t-il surpris.
            – Si, si ! Ça lui a plu et maintenant, je l’emmène au ciné !

              1. Hussard Bleu

                Archaïsant et réac, j’en suis resté à « l’Ile des Pingouins » d’Anatole France, qui est un petit régal d’ironie. C’est très amusant, dans le contexte de l’affaire Dreyfus.

                Ce fut, en fait, écrit par JJ Brousson, chartiste et secrétaire d’Anatole, sous la supervision de Mme de Caillavet, la maîtresse du Maître… Anatole se contenta de relire et de signer, puis d’empocher les droits.

                Brousson se vengea en écrivant deux livres de souvenirs sur son ancien patron, qui furent de gros succès de librairie, bien oubliés de nos jours, comme France lui-même au demeurant.

                Mais du vieil Anatole, « Les Dieux ont soif » vaut encore tout à fait la peine d’être lu, la Terreur et ses absurdités sanguinaires ayant rarement été aussi bien contés : la peinture du personnage du jeune jacobin terroriste trouve de nombreuses harmoniques dans nos actuels politiqueurs de gauche et d’extrême gauche, voire Verts intégristes…

                Et puis, M. des Islettes, avec son cynisme débonnaire, me ravit…

                1. Aristarkke

                  « Les Dieux ont soif »
                  Non seulement le titre est excellent et connaît une gloire nettement posthume à l’oeuvre elle-même mais le texte est encore très convenable dans le genre prémonitoire.
                  Nota : il se trouve très facilement en téléchargement gratuit (plus de droits d’auteur)

                  1. Hussard Bleu

                    Les deux livres de souvenirs sur Anatole (« Anatole F en pantoufles » et « l’Itinéraire de Paris à Bueno-Aires ») sont fort amusants également, dans le genre « Pas de grand homme pour son secrétaire ».

                    Brousson en tira gloire et argent, et se retira à Uzès, où il put s’acheter une fort jolie propriété : Maurice Martin du Gard, dans ses « Mémorables », en parle de façon pittoresque.

                    Passant un jour à Uzès, je m’arrêtai au Syndicat d’Initiative pour essayer de retrouver cette maison : en vain, plus personne ne connaissait plus le pauvre Brousson… sic transit…

                    En revanche, visitant un antiquaire/brocanteur où je trouvai quelques livres intéressants, je fus frappé d’y voir une Honda P50, qui fit mes beaux jours au Lycée : diable, j’avais vieilli…

                    1. Aristarkke

                      Celle avec son moteur « dans la roue » en fait, à côté mais au niveau ??? Il y a eu un article dossier dans La Vie de la Moto qui évidemment détaillait cette curiosité sans lendemain, précisant que cette originalité était un vrai cauchemar pour les mécanos du réseau, smmeb….

                    2. sam player

                      Harry, je n’ai pas vu cet article mais le moteur dans la roue ça me fait penser aux moteurs d’avion en étoile où ce sont parfois les cylindres qui tournent au lieu que ce soit le vilebrequin…Pour le refroidissement c’est intéressant

                    3. Aristarkke

                      Sam, tu fais une recherche sur Honda P 50 et tu verras à quoi ressemblait cet engin. Le moyeu arrière était d’un diamètre très important supportant des rayons très courts et la transmission se faisait par pignons directs et non par chaine. Le moteur était donc partiellement dans le moyeu avec le cylindre en parallèle et il était non suspendu. Plutôt loufoque de conception et sans autre intérêt que d’être une curiosité mécanique. Mais c’était dans la tendance des ingénieurs chez Honda d’avoir sur un même moteur d’une part des fulgurances mécaniques très réfléchies et d’autre part, des idées balourdes qui sentaient le croquis de coin de table après moult sakes descendus… Moteur bicylindre de la 125 K4/K5 ou impossibilité de deculasser/decylindrer le moteur de la 750 sans devoir sortir le moteur du cadre pour 2cm en manque…

                    4. sam player

                      Merci Harry, effectivement je me rappelle en avoir vus en vrai avec mes yeux vus.
                      Je suis tombé sur le Net sur une notice d’utilisation, de maintenance et de réparation super détaillée, certainement à l’usage exclusif des mécanos… un sacré exercice de style.

                      J’ai cherché « démontage de la roue arrière » et ça commence par : déposer le moteur ! Whaaa !
                      MDR pour la crevaison, vaut mieux déjanter le pneu et réparer la chambre à air sur place.

                      En tant que mécanicien je comprends assez bien ce qui a conduit Honda à imaginer cette conception (bien avant il y a eu BSA) mais comme je dis souvent aux concepteurs avant de mettre leur projet dans la poubelle : un truc qui fait 2 choses à la fois c’est 4 fois plus d’em…bêtements. On fait certes l’économie d’un organe mais ça se paie lors du réglage ou de la maintenance.

                    5. sam player

                      Sur la 750, oui je me rappelle et perso j’avais démonté le moteur dans mon studio pour réparer le vilebrequin qui avait frotté dans un virage 😀 (embout conique coté alternateur tordu)

                      Dans le genre « mécanique bizarre » je me rappelle avoir téléphoné à Alpha Roméo pour leur demander comment extraire les plaquettes de freins qui tapaient dans le berceau moteur (c’est original, les étriers sont en sortie de boites et non sur les roues : tu pètes un cardan tu vas dans le décor !)…
                      Fastoche me répond le gars de chez Alpha, faut desserrer le moteur de ses supports et descendre la boîte de vitesses de 2-3 cm !

                    6. Aristarkke

                      (c’est original, les étriers sont en sortie de boites et non sur les roues : tu pètes un cardan tu vas dans le décor !)…
                      Péter un cardan, j’ai jamais vu mais exploser une durite de frein, j’ai eu perso sur une Dyane qui n’était pas si vieille que cela à l’époque…

                      Ce montage a des avantages en technique course :
                      Pas de flexible de frein qui peut péter (panne devenue rare en raison de la qualité des caoutchouc) parce que tu montes direct en tube métallique rigide
                      Pas de limite du diamètre et de l’épaisseur du disque pour cause de diamétre interne de jante
                      Aisance pour monter de plus grosses pinces de frein
                      Meilleur refroidissement que dans les jantes…

                    7. Lark on the Wing

                      Harry, c’est bien ça, mais la citation « T’attaquais, toi? » c’est le dernier dessin de cette histoire, quand les trois prennent un verre au JBT, tous légèrement verdâtres de la trouille éprouvée…

                      J’ai connu souvent la même chose, notamment en allant en Suisse, circa 1973, pour faire monter des K81 introuvables en France à l’époque, sur ma 750 Kawa H2… j’y étais allé avec un copain sur le tansad pour réduire la note de carburant – un gouffre ce deux-temps – et un autre ami qui lui avait une 500 H1 qui allait lui permettre de terminer 1er du Tour de France…

                      Sur les petites routes de la Bresse puis du Jura, dix fois j’ai cru me tuer, car je tenais à rester dans la roue de la 500….

                    8. sam player

                      Diane. … technique course : cherchez l’erreur 😀

                      Jamais pété de cardans non plus mais il semble que ça arrive…. perso je change au moindre bruit…

                  2. Lark on the Wing

                    la 750 Honda ? ça touchait tout seul, vu la largeur du moteur… « T’attaquais, toi? » citation tirée du Joe Bar Team*….

                    * les non-motards et les dames ne sauront pas de quoi je parle, et c’est aussi bien comme ça…

                    Le P50 (moteur 4temps en sus) était un non-sens mécanique, mais il était classe comme tout en ces années-là, réduisant le Solex à PPDA et Machin Duhamel… c’était un peu, avec le recul, l’Aldo Maccione du vélomoteur…

                    1. René-Pierre Samary

                      La quatre pattes Honda, ma première bécane, que j’avais bien sûr équipée d’un quatre en un. Je l’ai vendue à un gars qui « en était », avec la malencontreuse précision qu’avec cette moto, il avait un pot tout neuf…

                    2. Lark on the Wing

                      On pourrait dire – si l’on était de mauvais goût, ce qui n’est le cas de personne sur ce Blogue, hormis peut-être …. et même …) qu’il matraquait….

                      PS : « matraquer », vocabulaire de motard, circa 1970, signifiant « attaquer comme un malade »

                  3. Lark on the Wing

                    la H2, même avec un guidon plat, c’était wheelie sur les premiers rapports… les bracelets étaient indispensables pour attaquer un peu, et les pneus « monte d’origine », japonais, étaient des savonnettes : d’où ma virée à Lausanne où l’on trouvait encore les fameux K81 à profil presque triangulaire…

                    La consommation était épouvantable : entre 12 et 15 l/100 km, et un jour, j’ai même atteint 18 l… c’était avant le choc pétrolier de 1974, mais quand même…

                    Après, avec une petite amie sérieuse, je suis passé « bourgeois » avec une BMW R75… j’aurais bien aimé une R69/S, mais jamais pu en trouver une… ça doit valoir actuellement encore plus cher que la H2…

  15. Jiff

    C’est même pire, cher taulier, vous-avez oublié les passages les plus croquignolets de l’article (l’âge peut-être, ou le décalage horaire ‽): le soft en question était connu pour être tellement buggué qu’il était incapable de sortir 2 fois de suite les mêmes résultats sur la base des mêmes chiffres, et la version suivante n’a même pas encore été publiée/acceptée par l’agence; pire que tout: Bates a appris que la machine le faisant tourner avait souffert une panne totale – il ajoute également que sa hiérarchie a fortement contribué à biaiser le conte, car elle était pro-réchauffement.

Laisser un commentaire