Nos élus et leurs petits patrimoines

Avec le lancement de la campagne électorale pour le prochain tour de manège élyséen, tous les prétendants à décrocher la queue de Mickey se sont pliés à l’étape indispensable de déclaration patrimoniale. Si certains candidats, qui n’en sont pas à leur premier parcours, ont fait connaître leurs possessions depuis un moment, d’autres, en revanche, se découvrent un peu pour un électorat avide d’informations croustillantes.

Evidemment, la surprise n’est guère énorme lorsqu’on parle de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen ou de François Fillon.

Le premier s’était déjà ouvert sur son patrimoine lors de la précédente campagne présidentielle où il avait même profité de l’occasion pour brocarder cette presse qui se repaît de façon un peu trop gourmande de ces détails affriolants qui, finalement, ne regardent que l’honnête homme : après tout, il pouvait aisément justifier des quelques biens immobiliers acquis au fil du temps et de quelques sommes rondelettes accumulées sur de modestes comptes épargnes.

Et ma foi, même si l’Express s’était, sur le moment, fendu d’un article intitulé « Patrimoine: Mélenchon n’est pas trop plébéien » que l’intéressé n’avait donc pas trop goûté, on ne peut que constater la modestie des sommes et possessions dont il est question et dont l’addition des montants dépasse probablement assez peu le million d’euros. Après 27 années passées dans la vie publique française, dont plusieurs mandats de sénateur, de député européen, de conseiller général et deux années comme ministre délégué, l’accumulation financière reste modeste.

Concernant François Fillon, non seulement son patrimoine est connu, mais en plus a-t-il bénéficié de l’épluchage en règle de toute une partie de la presse et notamment du Canard Enchaîné, épluchage qui aura d’ailleurs conduit à jeter le doute sur la solidité des emplois attribués à sa femme. Nonobstant, là encore on parle de sommes qui, si elles sont plus substantielles que celles de Jean-Luc Mélenchon, n’en restent pas moins relativement modestes. On est loin des patrimoines accumulés aux États-Unis par les Clinton et autres Obama qui se comptent en multiples millions.

Pour Marine Le Pen, le constat reste le même : si, là encore, les montants déclarés semblent un peu plus gros que ceux de Fillon ou de Mélenchon, on a bien du mal à attendre le million d’euros, barre peut-être trop symbolique pour que nos candidats se risquent à la franchir.

À vrai dire, c’est même suffisamment modeste pour qu’on se demande un peu où passe l’argent que ces élus touchent de leurs fonctions : après tout, tous les trois ont été pendant de longues périodes assez bien rémunérés par la République et on pourrait s’attendre à des économies plus substantielles. Manifestement, être élu impose un train de vie qui s’accommode mal d’une solide épargne.

Du côté des petits nouveaux, difficile de ne pas s’attarder aux cas de Benoît Hamon et Emmanuel Macron.

Le second est d’autant plus intéressant qu’il est connu pour avoir participé à une grosse fusion-acquisition pour le compte de la banque Rothschild et que cela lui a permis d’engranger presque trois millions d’euros. Son passage au secrétariat général de l’Élysée aura ajouté presque 400.000 euros de salaires. Si l’on découvre, au fil des informations disponibles dans la presse, qu’il a bien quelques comptes et assurances vies dont les montants totaux ne dépassent finalement pas le demi-million, ses déclarations ne permettent pas forcément d’en savoir plus sur son patrimoine total et ce qui reste effectivement des millions obtenus suite à sa courte expérience de banquier.

Bref, même après être passé par Rothschild, notre frétillant leader christique ne semble pas avoir conservé une grosse fortune personnelle.

Quant à Benoît Hamon, sa déclaration de patrimoine envoie autant de rêve que son programme politique : à part de l’immobilier (pour plus de 800.000 euros et dont plus de 70% n’ont pas encore été remboursés) et un fonds de retraite d’eurodéputé qui grimpe un peu au-dessus de 60.000 euros, ses comptes courants sont à la fois nombreux (une bonne demi-douzaine) et peu charnus (leur total n’excède pas 8500 euros). Même en ajoutant une vrombissante Opel Corsa à 10.000 euros dans l’escarcelle (qui paraît tout de même un peu plus sérieuse que le vélo de Taubira), tout ceci ressemble terriblement à un patrimoine moyen de français aisé, mais ni trop, ni trop peu.

À la lecture de ces éléments, pour chacun de ces candidats, un constat s’impose : être élu ne rapporte vraiment pas des masses. C’est même pire que ça : compte-tenu du risque de voir sa vie ainsi exposée dans les journaux, d’être si régulièrement trainé dans la boue par les journalistes voire de vilains blogueurs moqueurs, de se retrouver empêtré dans une enquête diligentée par l’un ou l’autre parquet financier soudainement soucieux à l’extrême de la bonne utilisation des fonds publics, on se demande exactement si les patrimoines accumulés et les sommes gagnées en valent la chandelle.

Pensez donc : on ne compte pas les heures de ces messieurs-dames ; on leur demande de courir la lande, presque tous les jours ; ils sont élus, je vous le rappelle, pour défendre vaillamment la veuve, l’orphelin, la République et la société française contre un peu tout ce qui va de travers dans ce bas monde ; et en échange, tout montre que les émoluments qu’ils reçoivent ne sont qu’une bien piètre compensation du sacerdoce, que dis-je, du sacrifice que ces individus nous font en se présentant ainsi, inlassablement, aux élections.

On en viendrait presque à se demander pourquoi ils sont si nombreux dans la course.

La seule explication raisonnable qui me vient à l’esprit est que le pays est si gravement malade des décisions politiques hasardeuses du passé que plusieurs belles âmes se sont levées pour tenter de le relever et lui donner un futur scintillant ; seule une situation presque perdue d’avance explique à la fois le nombre conséquent et l’abnégation de ces politiciens qui n’accumulent guère de patrimoine alors que leurs salaires sont très notoirement au-dessus de la moyenne et de la médiane française.

politics, before & after elections...

D’autre part, une autre question vient immédiatement à l’esprit à la lecture de ces patrimoines.

Lorsqu’on voit, justement, la difficulté que tous ces gens ont pour épargner et conserver un patrimoine conséquent, on ne peut que se demander si l’État n’est pas un trop terrible prédateur pour qu’il soit raisonnablement envisagé de le maîtriser dans son appétit fiscal vorace : si des élus, ceux-là même qui font les lois, ne parviennent pas à accumuler un peu de richesse, comment attendre des Français qu’ils sortent de la pauvreté, alors même que tous ces candidats s’y engagent d’une façon ou d’une autre dans leurs programmes ?

Alternativement, si ce n’est pas l’État qui leur ponctionne bien trop, on se demande si ces gens, incapables qu’ils semblent être d’accumuler vraiment du capital, sont bien dans la meilleure position pour gérer tout un État et ses centaines de milliards d’euros de budget, ses milliers de postes de dépense et ses myriades d’occasions de faire une grosse boulette coûteuse…

Plus simplement, faut-il vraiment voter pour des types qui vont gérer la France comme ils gèrent leurs propres affaires ?

Bulletin de vote

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires118

  1. Le Gnôme

    C’est à croire qu’ils payent de leur poche les petits fours et les p’tites femmes.

    A moins que voyant la faillite arriver, ils aient quelques comptes occultes façon Cahuzac.

  2. Aristarkke

    Beaucoup de ces politiciens ont déjà montré aussi, à titre personnel, qu’ils ne prisaient guère l’ISF, impôt qu’ils plébiscitent pourtant quoique surtout pour les Autres…
    Cela explique probablement l’apparente barrière de corail que constitue le seuil de 1 M€ autour duquel ils sont nombreux à calencher (en apparence)…

  3. Sayo

    D’un autre côté, les millions de Trump et son passé de businessman font aussi scandale dans notre presse, qui y voit une prise de contrôle du pays par les Zorribles Patrons UltraNéoLibéraux…
    Y a-t-il un juste milieu acceptable à la fois par la masse populaire et les media ?

    1. Patatrac

      Le pognon a mauvaise presse en France. Réussir en bossant ou/et avec de la chance, ou simplement avancer plus vite que d’autres et en retirer un quelconque supplément de grisbi, c’est louche, pas propre, pas clair. La masse bêlante sur courant alternatif socialiste depuis quelques lustres grognerait au nom de la morale, de la lutte contre l’inégalité et de la médiocrité la mieux partagée, celle que le monde entier, voire plus, nous envie. L’argent, plus que le roman de Zola, c’est la preuve de l’exploitation humaine, pas de l’intelligence ou d’un sens des affaires. Non, pas de milieu.

  4. Cerf D

    Ne vous souvenez-vous pas de ce pauvre Henri Guano (non ce n’est pas une coquille) qui voulais faire pleurer l’électeur en disant qu’avec 5400€ il n’arrivait pas à mettre d’argent de côté ?

    1. Aristarkke

      Sans parler de Gérard Collomb, ci-devant sénateur et maire de Lyon (au minimum pour les mandats principaux) qui ne peut s’en sortir avec 4.000 euros/mois… Un cauchemar, paraît-il…

  5. Superseb34

    Et on ne parle pas des déclarations de Moscovici ou Fabius, qui n’avaient pas un kopeck sur leurs comptes courants les pauvres…..

  6. Higgins

    Vu le train de vie apparent de mon député-maire (socialo), je ne suis pas trop inquiet. La pauvreté, c’est avant tout pour les autres. Avec tous ses cumuls (maire, député, président d’un certain nombre de syndicats style syndicat des eaux, retraites diverses, etc,…. ), je pense qu’il tourne autour de 30 000 euros/mois. Il faut bien ça pour méditer sur la précarité et les malheurs de ce monde.
    A lire le patrimoine des uns et des autres, je ressens presque l’envie de me mettre à pleurer à leur côté (je pense entre autre à celui qui a accumulé plus de 3 millions d’euros – déclaration 2012 – sans jamais avoir travaillé au sens marchand du mot). Y’a pas à dire, le rapport prix/emmerdement est largement positif. Je leur fais confiance sur ce point, c’est bien un des rares, ils ne s’auto-baiseront jamais.

    1. goufio

      A combien pourrait-on évaluer ce rapport prix/emmerdement ? Auquel j’ajouterai la valeur temps à remplir toutes ces déclarations et la quête de renseignements et réponses à la suspicion des contrôleurs
      Mais j’arrive à la même conclusion que H16, je ne suis pas impressionné par les qualités et/ou talent de gestion de leur patrimoine de nos élus alors qu’ils souhaitent tous gérer la France.
      Ils entendent tous par là comment dépenser sans compte, car être en déficit chronique depuis 1974 (coucou Giscard) et cumuler un dette de 2.160 milliards d’euros, l’absence de provision des retraites des fonctionnaires estimée à 1.300 milliards d’euros etc. Même ceux qui prétendent économiser ont déjà prévu les foyers de dépenses correspondantes et non maîtrisables, mais il doit être doux d’exercer le pouvoir

      1. Aristarkke

        Je n’aimais pas Giscard mais il avait des exercices équilibrés au moins sur le papier durant leur élaboration (merci Barre) et les déficits n’apparaissaient qu’au bout des comptes annuels…
        De fait, on regrette maintenant ses taux de déficits réels et les sommes représentées…
        Depuis l’Arsouille, c’est dès le projet que c’est déséquilibré et ses successeurs n’ont jamais cherché à corriger le tir, même quabd ils se disaient « de droite »

  7. Pere Collateur

    Entre les donations de son vivant, la mise au nom du conjoint de ce qui vaut le plus, on a déjà une grosse partie de l’explication de ces patrimoines discutables. Tous ceux qui ont du un jour organiser leur insolvabilité pour une raison ou une autre ne sont pas dupes de ces déclarations de patrimoines faisandées…

    Et pour les quelques happy few qui gagent encore autour de 40000 (~3300 net par mois) euros net par an, quans vous voyez au bout de 20 ans ce que ca donne quand c’est bien géré, malgrès les matraquages de l’état, il n’est pas besoins d’être grand druide pour avoir la certitude, qu’avec des 9000 balles par moins net d’impots, y a un gros probleme quelque part sur ces patrimoines rikiki affichés.

    Bref, c’est eux qui votent les lois, et ils prennent bien garde de toujours laisser une ou plusieurs portes de sorties plus ou moins difficiles à démasquer quand on est pas du sérail.

    Un exemple concret: L’interdiction de fumer dans les bars.

    Et bien vous ne savez peut etre pas, mais nos amis députés et sénateurs peuvent cloper tranquillou à l’assemblée dans des salons discrets et confortables prévu à cet effet et en toute légalité. Et comment se fesse? Simple, ils ont un club privé des fumeurs de cigards auquel ils adhèrent pour un franc symbolique.
    La faille de cette loi était donc de renommer votre bar / resto en club privé à abonnement nul. Et là, vos clients / abonnés peuvent cloper autant qu’ils veulent en toute légalité.

    Et vous avez ca pour toutes les lois. Il suffit juste de prendre un temps considérable pour passer tout ca au peigne fin afin de trouver les « back doors » que nos pignoufs se sont ménagées.

    Pour finir, je trouve insultant d’être autant pris pour un faisant par ces gens. Qui croient ils tromper? Personne n’est dupe du caractère fallacieux de ces déclarations.

    Plus ca avance, et moins je comprend que même un seul pékin puisse accorder son vote à l’un de ces déchets de l’humanité.

    1. Aloux

      Ces déclarations de patrimoine sont un immense doigt d’honneur jeté à la face des contribuables, et c’est quasiment assumé (Taubira et son vélo, Ayrault et son combi VW, Hollande et son patrimoine immobilier grossièrement sous évalué pour rester pile sous le seuil de l’ISF…), mais après tout personne ne moufte pourquoi se gêneraient-ils ?

      1. goufio

        Pour JM Ayrault avec une retraite de 15.000 euros par mois et 36.000 euros par mois pour F Hollande plus le budget de fonctionnement à vie de 2 millions d’euros par an pour FH (comme VGE, Chirac et Sarkozy) garantis par l’Etat, ont-ils besoin d’épargner ?

          1. Tribuliste

            Oui mais il va faire bien pire qu’occuper un poste sans rien faire : donner des cours pour partager son incompétence crasse… Stupidité pousse sans terreau mais de là à lui fournir un tuteur c’en est trop

  8. Aristarkke

    Mélusine, exquise Mélusine, à ton tour d’oeuvrer :

    dont plusieurs mandats de sénatEUR, de député européen,
    participé à une groSSE fusion-acquisition
    compTE TEnu du risque de voir sa vie ainsi exposée (pas de tiret. Ce n’est pas un compte-tours)
    plusieurs belles âmes se sont LEVEES pour tenter de le reLEVER et : dans les rédactions de mon temps, vous auriez perdu un point pour avoir bissé un même verbe (même legèrement transformé) avec aussi peu d’écart dans le texte. Redresser comme ersatz ???
    et ses myriades d’occasionS de faire une (au minimum 2 x 10.000). Cela mérite bien un S

  9. Infraniouzes

    Je pense que pour beaucoup d’hommes politiques mâles, leur budget est lourdement grever par l’emploi d’escort girls toujours plus chères. Quand au femmes, ce sont les soldes avenue Montaigne, qui les ruinent. Ils faut les plaindre et prier pour eux….

  10. Bonsaï

    « On en viendrait presque à se demander pourquoi ils sont si nombreux dans la course.  »
    La France ne sera jamais une de ces républiques de l’Europe du Nord où les élus prenaient le bus ou le tram, comme tout le monde…
    Et si je mets le verbe au passé, c’est qu’apparemment fait d’adhérer à l’UE a fait évoluer le niveau des salaires des fonctionnaires vers le haut et que les mœurs ont changé en conséquence !

    1. Pere Collateur

      « La France ne sera jamais une de ces républiques de l’Europe du Nord où les élus prenaient le bus ou le tram, comme tout le monde… »

      Et à juste titre: La majeure partie de nos politiciens ne tiendrait pas 5 minutes dans la rue sans se faire dégommer.

      Croyez vous que c’est pour le fun qu’ils se dépalcent systématiquement avec 2 cars de CRS et des miriades de gardes du corps?

        1. charl

          M’étonnerait que la grosse Merkel prenne le tram … (à Cologne le nouvel an par exemple ?)

          Pour les pays balte, je ne les connais pas assez, mais je n’ai jamais entendu parler de cette simplicité qu’on associe plus aux NSF+Danmark donc 3/4 de monarchie.

          1. Patatrac

            Un peu de respect pour Angela, ich bitte Sie ganz höflich, et puis « la grosse Merkel » est déjà sous droit d’auteur Berlusconien.

  11. Dr Slump

    C’est du foutage de gueule ou quoi? Qui va faire me croire que le patrimoine de ces gars-là ne dépasse pas celui d’un modeste notaire de campagne? Mélanchon, avec plusieurs mandats de sénateur, pas plus que ça?

    Ou alors il faut prendre le problème dans l’autre sens, et les postes de haut fonctionnaire seraient insuffisamment rémunérés eu égard à l’investissement que représente leur charge, ce qui expliquerait le phénomène de cumul des mandats, qui permettrait aux politiciens d’atteindre un seuil de rentabilité?

    Mais dans tous les cas, si le billet a le mérite de relever des faits intéressants, je trouve qu’il ne pose pas les bonnes questions, et que les conclusions ne sont ni pertinentes, ni impertinentes. Une fois n’est pas coutume, le sujet du jour me paraît survolé et mal traité.

    1. Royaumont

      La lecture du patrimoine de nos aspirants élus m’inspire 2 questions :
      – où est passé l’argent ?
      – pourquoi vouloir passer à tout prix pour un non-riche ?
      Pour la seconde question, j’accuse la jalousie maladive des français, qui refuseraient leur suffrage à quelqu’un de trop riche (i.e, de plus riche qu’eux). Les politiciens ont donc le choix entre mentir ou changer de métier. Pour une fois, ce ne sont pas eux les plus coupables.

        1. Aristarkke

          Ou, variante: où se trouve leur patrimoine réel ?
          Rappelons que l’argent reçu du fait des mandats électifs est imposé poste par poste au lieu de l’être en cumul si bien qu’une bonne partie de ces revenus ne supporte rien comme IR ou pas grand chose.
          Au bout de quelques années, cela laisse de quoi garnir sa tirelire.
          ET si l’on postule que les HP ne sont guère différents des autres, l’immobilier doit avoir leurs faveurs… mais probablement pas en Grance ou alors sous le couvert d’un trust anglo-saxon commodément domicilié dans quelque honni paradis fiscal

        2. Ce n’est guère pertinent : en tant que libéral, je n’en ai rien à faire. Ils l’ont mis en Suisse ? Ils ont fraudé les impôts ? Mais tant mieux ! Ce devrait être le devoir de tout citoyen excédé par l’impôt.

          1. Caton

            Ce qui est gênant, c’est que le mensonge et la fraude sont évidents, sans que la violation des obligations légales de transparence n’ait de conséquences judiciaires. Dans un État de droit, la loi s’applique à tous. Comme ce n’est de toute évidence pas le cas, et selon qu’on prenne en compte les DOM/TOM ou pas, la France est aujourd’hui une dictature molle ou une république bananière.

            1. Si. C’est peut-être immoral, c’est peut-être révoltant, mais c’est parfaitement normal au sens clair et premier de normal. C’est, comme je le dis, parfaitement normal de frauder les impôts, surtout dans un pays où ses représentants sont les premiers pratiquants. Et ça doit être encouragé au plus haut point. L’Etat doit être maigre, efficace, avare des deniers du peuple qu’il aura acquis de haute lutte.

              Là, il est obèse, bouffi, dispendieux de l’argent du peuple qu’il lui retire sans que ce dernier n’ose critiquer.

      1. Dr Slump

        J’en posais déjà une dans mon commentaire précédent: les rémunérations sont-elles vraiment à la hauteur des fonctions? D’aucuns disent que non, comparé à ce qui se pratique seulement en Europe. Peut-être, mais si on considère en plus ces autres questions:

        – les divers « fonds spéciaux » et autres largesses parlementaires sont-ils pris en compte dans ces revenus? Sont-ils réellement une compensation pour des frais? Ou alors constituent-ils finalement une rémunération occulte?

        – sans parler des avantages divers et variés, avec les billets train/avion gratuits, les chauffeurs (et les taxis), les tailleurs (et les coiffeurs), la cantoche (et quelle cantine!), les caisses de sécu et de retraite outrageusement avantageuses, etc!

        – cette opacité sert-elle à éviter de subir la perception faussée qu’en aurait le français qui ne comprendrait pas, ou en effet à masquer des avantages abusifs?

        – Ou passe tout ce pognon gagné sur des dizaine d’années? Dans des paradis fiscaux? Dans des bas-de-laine non déclarés? Cachuzac est-il vraiment le seul dans son genre, ou alors disait-il la vérité à ce propos?

        – au final, pourquoi est-il si fâcheux en France d’afficher son revenu dès qu’il dépasse un certain montant, vous faisant passer alors pour un sale « indécent »? L’argent, en France, est un sujet aussi sulfureux que le sexe l’est aux Etats-Unis. où il est aussi périlleux de montrer un sein nu d’exhiber un paquet de biftons chez nous.

        Pourquoi une telle haine de la richesse dans notre fichu pays? Au point que partout, dans les affaires publiques comme les privées, c’est cachotteries, magouilles et embrouilles? Quelle pitié!

          1. Dr Slump

            On ne peut dénoncer que les choses dont on a déjà connaissance. Je veux dire, il est évidemment plus facile à un voleur d’en reconnaître un autre, enfin je me comprends hein!

        1. theo31

          « les rémunérations sont-elles vraiment à la hauteur des fonctions? »

          La question est mal posée : quelle est valeur ajoutée créée par l’alcoolo de service du Front de gauche ?

  12. Calvin

    Léger bémol (mais très léger voire infime), les élus redonnent une part de leurs traitements à leur parti.
    Pour l’essentiel, où est parti notre argent ??

    1. Tribuliste

      Ils dépensent sans compter et font du social à plein tube : ça nous côute une blinde.
      Ils font pareil au niveau de l’europe : seconde blinde
      FMi corrompu et incompétent : troisième blinde
      Endettement : et de quatre
      Notre argent est là, partout autour de nous 😉

        1. Tribuliste

          Ah non ^^ , juste sous votre nez : grands travaux, musées, mairies rénovées, centres d’accueils dispendieux, chaines de télé, école, et la liste est longue ; il suffit de la transposer dans chaque pays européen et un début d’explication au trou de votre poche commence à poindre 🙂
          Je passe la frontière suisse quotidiennement et je peux vous affirmer qu’au vu des infrastructures et équipements leurs « voleurs » sont bien plus généreux avec leurs citoyens 😉

  13. Cerf D

    HS: Entendu ce matin sur BFM au chapitre des crimes sans victime. Un propriétaire se retourne contre son locataire parce qu’il a mis sa résidence sur AirB’nB. Pour une fois je suis pas du côté du propriétaire.

    1. Aristarkke

      Vous avez tort.
      Le propriétaire reste maître de sa propriété et n’a pas à accepter que son locataire en tire d’autorité un profit anormal.
      Cetroporibl’ mais le locataire se doit de respecter les termes du bail et il n’a certainement pas latitude de faire comme un propriétaire le ferait
      Tout bail qui se respecte, interdit normalement la sous-location ou la subordonne à l’autorisation du bailleur et doit se limiter au respect proportionnel du loyer/biens.
      Sans compter qu’avec les poursuites que font certaines municipalités, le locataire peut disparaître dans la nature et laisser le bailleur en lice tout seul…

    2. Hum il y a un contrat de location qui définit si on a le droit de faire de la sous-location ou non. S’il n’y a pas le droit, le propriétaire a tout intérêt d’attaquer le locataire qui viole le contrat.

      1. Cerf D

        Que le locataire n’ait pas le droit, je n’en disconviens pas, neanmoins ce qui est demandé par le propriétaire à savoir l’expulsion et le paiement des sommes reçues me paraît disproportionné au regard du préjudice subi.

        1. sam player

          C’est son droit de demander la résolution du bail et c’est au juge d’apprécier. Dans tous les cas il y a dommage et donc la rétrocession des sommes perçues est logique, on doit user d’un bien pour ce pourquoi c’est prévu : si je te prête ma voiture pour aller au boulot tu voudrais peut-être aussi faire le taxi avec ?

          1. Cerf D

            Quel est le dommage ?
            Tu m’as demandé si mon boulot ce n’était pas taxi ?

            Blague à part si je fais le taxi l’amortissement de ta voiture ne sera pas le même que sur un simple trajet domicile travail.

            1. sam player

              Il y a dommage dès qu’on ne respecte pas un contrat.
              En plus cette clause de non sous-location n’a même pas besoin d’être écrite, elle est tacite sauf mention contraire.

              Vu ta remarque sur l’amortissement (je parlerai plutôt de frais d’entretien pour un particulier) tu supputes qu’un dommage ne s’évalue qu’en monétaire, directement ou indirectement, c’est une erreur commune.

              Tu oublies juste par exemple que le sous-locataire est sans droit ni titre… sauf passé un délai de48h où il est comme chez lui vu que tu n’aurais pas de bail avec lui hi hi.

              Le contrat qu’a signé le locataire avec le sous-locataire ne te donne aucun droit par transitivité ah ah…

              1. Cerf D

                Tu oublies qu’en général un bail ne t’interdit pas d’héberger quelqu’un gratuitement même en ton absence (et s’il s’agit de quelqu’une de recevoir un paiement en nature).

                Et que sur le plan des deux derniers points que tu cites cela ne change rien par rapport à un sous-locataire.

                1. sam player

                  Je t’ai cité un exemple.

                  Les mots ont un sens : l’hébergement gratuit de connaissances ce n’est pas de la sous-location : le locataire est présent (troubles du voisinage). En cas de sinistre le locataire ne peut pas se retourner contre son sous-locataire qui n’a aucune existence juridique, ni avec lui, ni avec le propriétaire : si le sous-locataire met le feu, c’est comme si un cocktail molotov avait été jeté par la fenêtre**.

                  Il t’échappe qu’une location est en général faite intuitu personae, la preuve en étant, hors les moyens de subsistance, les références demandées, l’apparence du demandeur etc… : ne pas avoir le locataire attendu c’est un dommage.

                  L’interdiction de sous-location fait obligation d’occuper personnellement les lieux : c’est le bail qui le dit, pas l’avis du public.

                  Plus généralement, si une clause a été écrite ou omise dans un contrat c’est qu’elle a une utilité pour une des parties et qu’elle a été acceptée par l’autre… sinon ça sert à quoi de la discuter après coup.

                  Ce serait quand même assez coquet que le propriétaire ait des devoirs vis-a-vis de son locataire mais que ce dernier n’en ait aucun vis-a-vis de son sous-locataire et le sous-locataire aurait moins de droits (zéro) que le locataire : sous-louons tous !

                  ** : c’est pour éviter ça que Uber ou blablacar souscrivent une assurance pour couvrir le passager au cas où l’assurance du conducteur serait invalide.

        2. bibi

          Si l’argent issu de la location d’un bien n’appartient pas au propriétaire du bien, on se demande bien à qui il peut appartenir, après évidemment si il y a accord du propriétaire avec les locataires pour que le bien soit sous-loué il est normal qu’une partie de l’argent revienne au locataire.

          Quand à l’expulsion ce n’est ni plus ni moins que la rupture du contrat de location avec des locataires qui n’en respectent pas les termes ce qui est la moindre des choses.

    3. Aristarkke

      Dans le genre : entendu ce matin sur BFM radio : un gros bailleur US a assigné Airb’nb pour le motif qu’il incite ses locataires à sous-louer leurs appartements au MEPRIS des termes de leurs baux, en sus d’actions contre les indélicats. Dans les pays anglo-saxons, un contrat est un contrat et non une base d’ interprétations unilatérales outrancières.

  14. Tribuliste

    Oh ce serait merveilleux s’il s’agissait de mauvaise gestion personnelle ou autre excès de ponction étatique!
    Ils sont passés maître dans l’art des montages financiers, des sociétés écran et autres placements difficilement traçables (oeuvres d’art, montres…comptes à l’étranger?).
    J’ai vu une vidéo sur Hollande qui expliquait clairement comment son patrimoine était réparti entre son père et son frère entre autre..
    Je cherche le lien et vous le propose en com cher H16 (même si je me doute bien que vous le connaissez) 🙂

  15. Tribuliste

    Oui mais il va faire bien pire qu’occuper un poste sans rien faire : donner des cours pour partager son incompétence crasse… Stupidité pousse sans terreau mais de là à lui fournir un tuteur c’en est trop 🙁

  16. hub

    Je trouve d’autant plus indécente la « légère » déclaration de patrimoine de ces candidats que, à ‘lautre bout de l’échelle, les maires des petites communes, qui se dévouent réellement pour leurs administrés, ne reçoivent guère plus qu’un fifrelin.

    1. bibi

      Pour les communes de moins de 500 habitants ils reçoivent 646,25€ soit 1,2 RSA. et pour une commune de moins de 1000 habitants 1 178,46€ soit le SMIC.

      1. sam player

        Tant mieux… moins ils sont payés moins ils ont à justifier un travail qui n’engendrerait que des dépenses supplémentaires. Qu’ils fassent 10h par semaine c’est bien suffisant dans une commune de 500 habitants surtout avec 1 ou 2 adjoints payés eux aussi.

        1. charl

          Le problème c’est que les feignasses et les fonctionnaires sont les seuls à se présenter puisque justement ils ont le temps.
          Les autres ne vont pas stopper leurs activités pour une rente aussi petite.
          Et voilà les incapables qui dirigent.

          1. charl

            Ma remarque ne vaut que pour les villages <500 habitants. L'idéal évidemment serait que le salaire soit issu de dons volontaires, les nazes finiraient avec 0€/mois et les bons seraient récompensés.

        2. bibi

          Si vous saviez le nombre d’emmerdes qu’il y a gérer dans les petites communes à cause des normes.
          Même dans des bleds de moins de 500 âmes il y a des écoles publiques qui sont sous la responsabilité de la commune et donc du maire et puis partout il y a l’église du village elle aussi propriété de la commune.
          Et les petites communes sont celles qui ont le taux d’endettement le plus bas d’ou l’insistance à la fusion pour qu’une fois atteint une taille critique les communes tombent dans les mains de politiciens encartés qui eux n’auront aucun scrupule a endetté leurs concitoyens.

  17. lxy

    Hamon, le Robin des Bois est pacsé, donc il n’a pas à déclarer le magnifique appartement de son épouse. Idem pour Valls qui ne déclare qu’un petit 2 pièces à Evry alors qu’il vit chez sa compagne dans un appartement de 210 m2 en plein Paris qui appartient à une SCI dont il ne détient qu’une petite part.
    Sur la question de fond soulevée par notre H16 je crois dire qu’aucun enfant se dit « plus tard je serai politicien pour devenir riche ». La carrière politique est souvent la continuation de celle de ses parents (Montebourg collait les affiches du Ps dès l’âge de 12 ans), ou d’une opportunité non programmée. Le milieu des militants n’est pas au top niveau. Et c’est souvent le moins médiocre qui est investi…et qui au fil du temps en fait carrière.
    Ayrault par exemple qui à commencé a militer dans le syndicalisme catholique, Nommé enseignant dans une grosse commune socialiste de la banlieue de Nantes il en est devenu le maire. De là on est venu le chercher pour être le maire socialiste de Nantes (une ville où même un sac avec PS marqué dessus serait élu). Or le militantisme c’est un truc qui bouffe un temps incroyable de votre existence, souvent pour pas grand’chose.
    Pour le moment on fouille dans les poubelles des candidats à la présidentielle, lesquels, par définition sont loin de représenter – patrimonialement – la moyenne de leurs obscurs congénères (140000 élus en France )

      1. lxy

        D’après Le Monde : »N’y figurent pas les revenus ou le patrimoine propre de sa compagne, cadre du groupe de luxe LVMH, avec qui il est pacsé (pacs pour lequel le régime de la séparation des biens s’applique).
        On y apprend que M. Hamon possède en son nom un appartement acheté en 2006 pour 112 000 euros, dont la localisation n’est pas précisée, et pour l’acquisition duquel il a emprunté 100 000 euros.
        Le député des Yvelines a également acheté un appartement de 108 m² en 2016, dont il possède 46,14 %. Son prix est de 700 000 euros et il a souscrit un prêt de 580 348 euros pour le financer « à parité avec [s]a conjointe ».

        Les règles de déclaration de patrimoine ne sont sans doute pas celles du fisc. Pour les politiques bien logés et pacsés la pratique semble être de placer le maximum de patrimoine chez la compagne…ou dans une SCI où ils sont minoritaires.

      1. albundy17

        Pourquoi ? il serait hors concours ? Ce besoin frénétique serait il dû à une trop longue, ou a une trop courte ? (petite pensée pour l’adp qui ne cause que de ça ^^)

        PS: au fait bonne nouvelle, le réunionnais qui s’est fait croquer en zone interdite de baignade ne peut être notre calambouriste à 2 balles, c’est un jeune

  18. Val

    Ils sont comiques avec leurs déclarations. Ça fait blague de potache, gamin qui a sifflé toute les confitures, qui ment la main sur le coeur les tâches de confiote plein la liquette.. .. Personne n y croit , absolument personne.

  19. kekoresin

    J’ai en tête la déclaration fiscale de Monsieur zizirider et Madame Folledingo Du Poitou à l’époque où le joufflu trempait probablement son pinceau dans un seul pot. Cette déclaration donc, d’une maison à Mougins estimée par nos fringants baltringues à 240 000 euros dans un secteur où le ticket d’entrée était à 1 million! Tout ça pour que ces ardents défenseurs de la punition fiscale des riches puissent échapper à l’ISF. C’est cela qui me dérange le plus. Ces petits idéologues qui adhérent aux lois qu’ils rédigent du moment où eux-mêmes n’y seraient pas soumis. Ces cancrelats sans éthique, sans honte et sans empathie sauf envers leurs pairs, mériteraient d’aller faire un tour au cachot (pour de vrai) pour parjure. Si l’on comptait un mois par mensonge, ils ne seraient pas près de nuire à la société. Dans un pays anglo-saxon, le parjure coûte cher. Chez nous c’est le sport national.

    Et puis il y a le bon peuple prolétaire français pour qui l’argent est sale et forcément du à l’enculade à sec d’autrui forcément soumis. Il faut dire que nos zélus n’ont rien à redire à l’enseignement national dont les manuels sont en rouge dans le texte. En France il ne faut pas trop dépasser la tête du panier de peur de la voir tomber dedans. Le résultat: des dirigeants obligés de tricher et de mentir pour accéder au Graal. Alors oui, on s’aperçoit de la médiocrité apparente des prétendants qui serrent les fesses en priant pour que personne ne découvre le magot légalement gagné, mais placé souvent de façon illégale. En politique, tu peux tremper ta bite dans un anus négligé, à condition de faire disparaître les traces indélicates et de mettre du senbon pour plaire aux moutons. En mai, fais ce qu’il te plaît…au lieu de pointer au bureau de viol!

  20. Ronan Simon

    Bonjour à tous,
    effectivement, il est choquant de constater que ces gens grassement rémunérés et tout frais payé ne déclarent qu’un patrimoine risible – je me souviens des déclarations de Valls (168 k€) et Moscovici (268 k€) en me disant qu’il y avait forcément une astuce quelque part : un si faible patrimoine malgré un cumul en rémunération chiffrant en millions d’€, c’est pas normal…

    Et j’ai appris ce week-end que nos hommes politiques sont effectivement adeptes d’un placement discret, légal, et qui cumule les avantages : la tontine.
    https://goo.gl/Jy2063
    L’avantage : pas intégrable au patrimoine, pas assujetti à l’ISF, il n’a donc pas à être déclaré ! Bingo !
    Ce n’est évidemment pas une intox complotiste mais un entrefilet très discret de l’édition papier des Echos de ce week-end (supplément Investir – ça ne s’invente pas).

    Le but étant évidemment de ne pas être assujetti à l’ISF pour ne pas passer pour un « riche » aux yeux de l’électeur-lambda.

    Merci à tous pour vos contributions et particulièrement à h16 pour sa prose quotidienne qui est un régal d’humour et de culture.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.