Au secours, le gouvernement lance la French Fab !

Après la flamboyante réussite de la French Tech mondialement connue dans toute la France, le frétillant gouvernement d’Edouard Philippe ne pouvait en rester là. C’est sans doute pour cela que Bruno Le Maire, l’actuel ministre de ce qui reste d’économie et de finances en France, s’est auto-désigné pour lancer une nouvelle idée aussi surprenante qu’indispensable : la French Fab.

Quelque part, c’était logique et dans la droite lignée de ce qu’on a connu jusqu’à présent : la french touch est reconnue dans le monde entier, nos élites s’époumonent à faire croire que la french tech se fait connaître pendant que la french tax conquiert les coeurs et les portefeuilles français avec un appétit vorace. Il n’était que temps que la french fab fasse son apparition.

Le « Fab » n’est pas pour « fabuleux » — encore qu’avec Bruno Le Maire comme pilote, aucun superlatif n’est à écarter — mais le résultat mûrement réfléchi en quatrième vitesse par un gouvernement tout frétillant à l’idée de réaliser la vision du Grand Homme à la barre ; Emmanuel Macron, pendant sa campagne, avait en effet déclaré :

« Je veux faire de la France une Startup Nation. Une nation qui pense et bouge comme une startup. »

Sans doute les centaines de nouvelles pages de lois qui s’amoncellent dans les différents codes français participent-elles de cet esprit « startup », version officine notariale en surchauffe ? En tout cas, le petit Bruno a bien compris sa feuille de route : il va falloir startuper un peu tout ça et la French Fab est l’occasion où jamais.

Concrètement, cette French Fab veut fédérer toutes les entreprises industrielles, de la TPE à la multinationale en passant bien sûr par les « acteurs du développement local », c’est-à-dire les officines de l’État et leurs sprinklers à pognon, en ce compris Bpifrance, cette institution dont on se rappellera avec sang-froid que si elle crame notre pognon, c’est pour la bonne cause. Ou presque quasiment pour ainsi dire.

Encore plus concrètement et au-delà du joli coq bleu, logo représentant cette French Fab dans une déclinaison rudement originale du coq rose de la French Tech, il semblerait que cette initiative soit une campagne de promotion et, de façon plus ou moins liée, qu’un fonds d’innovation doté de 10 milliards d’euros sera lancé dans la foulée.

Histoire de donner un peu de corps à tout ça, le soldat Bruno s’est tout de même donné un peu de mal en trouvant quelques défis à relever : l’innovation (sourire), la baisse du coût du travail (gloussements), la cohérence des filières (rires), la formation (rires francs) ou la compétitivité fiscale (rires massifs, crampe de mâchoire, crise cardiaque, AVC). Il est en effet difficile de rester de marbre à l’évocation de ces différents domaines dans lesquels l’Etat et ses petites interventions ont largement montré leur capacité à créer du chaos et de l’abomination.

L’innovation a rarement bénéficié des coups de pouce de l’État qui agit plutôt comme un perturbateur en réorientant, généralement sans finesse, le capitalisme vers ce que ses hommes ont cru déceler comme tendance ou bon plan. Le fait est que l’innovation, la vraie, surprend toujours et surtout les institutions gouvernementales, qui ont bien du mal à s’y adapter.

La baisse du coût du travail est une arlésienne qu’aucun gouvernement n’a jamais attaqué de front. Les remèdes sont connus (libérer les différents monopoles assurantiels, redonner des latitudes aux entreprises en matière d’emploi et de licenciement, …), les idéologues aux aguets et les syndicats toujours le doigt sur le briquet de l’allume-barbecue pour les merguez-parties qu’ils déclencheront avec ou sans préavis. Bref, peine perdue.

La cohérence des filières n’a jamais été ni le fort des institutions étatiques, ni même dans ses attributions. Seul le marché est apte à déterminer, par voie de la réussite ou de la faillite des projets, quelles filières doivent être favorisées et comment. Le seul fait que l’Etat veuille avoir son mot à dire est parfaitement grotesque et se traduit en France par pléthore des lignes de TGV non rentables, un Concorde à la casse, un minitel rigolo ou d’autres tentatives qui n’ont fait rire qu’un temps.

Quant à la formation ou la compétitivité fiscale, il n’y a que de rares domaines où l’action des hommes de Bercy a été aussi néfaste. La formation en France est devenu la véritable source de financements occultes des syndicats et la compétitivité fiscale se traduit, jours après jours, par une véritable compétition des services de Bercy à celui qui trouvera qui la nouvelle taxe, qui la nouvelle accise, qui la nouvelle ponction libératoire assassine dont il faudra agonir le contribuable, le salaud d’entrepreneur ou le riche possédant. Bref, on peut le dire : cette histoire de formation ou de compétitivité fiscale, c’est de la grosse blague.

En fait, de façon super-plus-concrète, cette French Fab, au-delà du pins rigolo, c’est un peu la même chose que la French Tech : un truc-machin qui sent bon la marinière blanche à rayures bleu marine et un magnifique effet d’annonce qui enrobe plus ou moins habilement… un grand courant d’air chaud comme nos énarques savent si bien en produire à la fin de repas plantureux. Mais cela fait parler les rédactions qui, il faut bien le dire en épluchant les quelques articles qui y sont consacrés, sont bien en peine de définir précisément ce que cette appellation recouvre exactement.

Une fois le voile levé, et compte tenu du retentissant succès de la French Tech dont tout le monde se contrefiche éperdument outre-France, on sait déjà que cette French Fab aura bien du mal à imposer quoi que ce soit dans quelqu’esprit que ce soit.

Mais pour le soldat Bruno, peu importe : la French Fab, c’est d’abord et avant tout la perspective de briller devant les caméras, ne fut-ce qu’un instant, l’idée de monter un truc tout neuf et de laisser sa petite crotte sa grandiose empreinte dans le paysage fiscal français et, qui sait, de faire « mieux » ou « aussi bien » que Montebourg avant lui.

C’est ça, l’essentiel. Non ?

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires293

                  1. Pheldge

                    Damned, j’arrive trop tard ! à peine terminé-je les matines et les laudes, que je me vois devancé ! hier je fus retenu par les vêpres … puis les nonnes nones et les complies … 😉

                    1. Pheldge

                      alors, à part « la maude ossi » ? je ne vois pas … pas « la mide ausso » quand même ? « la modau essi » ?

                    2. Aristarkke

                      Imaginant la taille qu’il revendique pour son équipement, Philou ne peut guère être en mesure d’ imaginer si réduit matériel…

                    3. Pheldge

                      @ BDC avouez, ô Très Coquine, que c’était pour le moins inattendu, et qu’il faut être un peu pervers(e ?) pour aller imaginer ça ! 😉
                      @ ze Papet : je n’ai jamais prétendu être Blackzilla ! on me reconnait un certain charme, c’est tout … 😉

                    4. BDC

                      Ô Maître Pheldge guitar Éros, il est vrai que votre spécialité est le chatouillage de la gratte … 😉 (bon celle-ci quand même elle est facile…)

          1. MichelC

            Oui ces tarés de la bite ne boivent pas d’alcool. Du moins, c’est ce que prétendent leurs TDC de chefs qui ne se gênent pas pour fumer… Ils se servent d’enfants allègrement, sans la moindre gêne.

        1. kekoresin

          Pas que malheureusement!

          Plus métaphoriquement, l’état baise tout le monde ce qui inclus les bébés non? Enfin, quand ils seront en âge, ils pourront payer la dette laissée par tous les incapables chasseurs de dinosaures partouzeurs de droite, mais ils auront grandi et leur petits culs juvéniles seront calibrés pour accueillir les coups de boutoir très douloureux sans une préparation dès le plus jeune âge!!!

          1. MichelC

            Exact, pour 20000000 de jeunes, cela fait 110000 Euros par tête.
            Par future tête de bite cela fait encore plus… pour le jugement dernier…
            Bref de quoi foutre le camp de ce pays, les jambes accrochées à son coup pour tout individu censé…

    1. Pythagore

      Je recommande le FAB spring magic, ca déterge dur et une senteur de printemps inégalée.

      amazon.com/Liquid-Laundry-Detergent-Spring-Bottle/dp/B0057QT8ZA

    2. albundy17

      C’est juste une Fabrique A
      Baisé-er (pour être nathan compatible), soit de la tête soit du portefeuille.

      et on trouve toujours du fin d’esprit pour trouver ça essentiel, dans un domaine ou un autre, maman état s’occupe de tout, ratisse large, et tu vois des zans en colère parcourant des blogs pas recommandables anarchotoussa et qui dans d’autres veulent plus de maman etat pour dicter ce que je dois bouffer et bien faire pour le bien collectif de la SS, un troll quoi

          1. Black Mamba Warrior

            Encore un mot qui m’était méconnu . D’où vient son origine ou quel est l’anecdote qui permet depuis de l’utiliser comme synonyme pour argent???

            1. MichelC

              « Rem. On rencontre dans la docum. les dér. suiv. : a) Braiser, verbe intrans. (M. Stéphane, Ceux du trimard, 1928, p. 55). Dépenser de l’argent, payer. »…
              « 4. 1783 arg. « monnaie, argent » (Chanson dans Esn.); [1793] (Camille Desmoulins dans Vieux Cordelier, no5, éd. Calvet, pp. 158-159 dans Brunot t. 10, 1, p. 235 : en faisant chauffer ta cuisine et tes fourneaux de calomnies [Hébert dans le Père Duchesne appelait l’argent de sa subvention « la braise accessoire pour chauffer son fourneau », Sain. Sources Arg. t. 2, p. 296] avec les cent vingt mille francs et la braise de Bouchotte). Terme d’orig. obsc., peut-être germ., tôt attesté dans l’ensemble de la Romania (dès le xes. en lat. médiév., CGL t. 3, p. 598, 7 : brasas carbones), dont il est difficile de préciser la voie de pénétration à partir de la Germanie; le mot qui n’a pas existé en germ. occ. est attesté dans le domaine nord. (norv., suéd. bras (-eld) « feu pétillant »; norv. suéd. dial. brasa « rôtir »; dan. dial. brase « flamber », De Vries Anord.); comme pour des motifs géogr. et chronol., l’hyp. d’un empr. direct au nord. paraît invraisemblable, on peut supposer (FEW t. 15, 1, p. 259b) que le rad. *bras- a aussi vécu en got. et qu’il a été importé par les Goths dans la Romania. Étant donnée son implantation précoce dans la Romania et le fait que le mot n’a pas existé en germ. occid., l’hyp. d’un empr. à l’a. b. frq. (EWFS2; v. aussi Gam. Rom.1t. 1, pp. 31-32) fait difficulté; le terme isolé flam. braze « braise » (De Bo, Westvlaamsch Idioticon, 1890 cité par FEW, loc. cit., p. 260, note 24), peut-être empr. au fr., n’offre pas de point d’appui suffisant. Braise « argent, monnaie » est soit issu du sens dial. de braise « miette » (lyonnais, Du Puitsp.) soit issu de braise « charbon » considéré comme faisant bouillir la marmite (Sain., loc. cit.); ce dernier emploi n’est peut-être cependant qu’une métaphore de Hébert. »

              🙂

                  1. Pheldge

                    Pas vraiment, je ne chante pas, faut chercher ailleurs ! une piste : BMW pratique la flûte (traversière ) et le violon …
                    Comme on le sait, « les sanglots longs des violons de l’automne, percent au cœur les meilleurs sonotones », et sont donc à même de provoquer les copieuses rincées que tu évoques … 😉

  1. Bonsaï

    Rien de nouveau sous le soleil, même le minois d’idiot du village de Bruno Lemaire nous semble hyper-familier puisqu’il traverse les gouvernements successifs sans jamais quitter son sourire béat…

    1. Le Gnôme

      Il a pourtant gagné le prix de l’humour politique 2016 avec la phrase immortelle « Mon intelligence est un obstacle », ce qui indique indubitablement une hypertrophie du melon.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          un obstacle ? Pas en politique.

          Pour réussir, ce n’est pas de l’esprit qu’il faut, c’est de la délicatesse qu’il ne faut pas (dixit Charles-Maurice)

  2. Pheldge

    Euh , le Papet étant, je le suppose, en train de prendre ses gouttes et pilules, je me permets de signaler une coquille patronale, pour que la dénommée Mélusine se mette au boulot : « Il n’était que temps que la french fab face fasse … » le subjonctif se fait assez rare de nos jour, essayons de le ménager quand il vient se promener par ici … 😉

    1. Aristarkke

      Le Papet, il était au taf dès potron minet pour aller gagner la braise qui fera chaud au coeur des nécessiteux des isles dont il a sa part d’ entretien… 😉

      1. Aristarkke

        Et quoi, Mélusine ???
        Ferais-tu grève, deviendrais-tu fonx dans l’esprit pour ne pas encore avoir corrigé cette horreur : Il n’était que temps que la french fab face son apparition.

  3. MichelC

    pendant que la french tax conquiert les cœurs et les portefeuilles français

    Surtout les portefeuilles. Les cœurs, pour ceux qui portent haut, ce sera un haut le cœur, et peut-être un oh le cœur, un infarctus en somme…

      1. Black Mamba Warrior

        Petite question :
        Lorsqu’on passe par le site de Contrepoints pour vous faire un don, est ce qu’ils vous reversent l’intégralité de la somme ?

        1. Pheldge

          @ BMW : « passer par le site de Contrepoints pour lui faire un don … » tssss, tssss, très, très mauvaise idée, imprudence, manque de sécurité, piratage, hameçonnage etc… NON ! pour faire un don à H16, tu passes par moi, juste un mandat cash urgent, et je te me le lui reverse en BTC fissa ! 😉

                1. Bonsaï

                  Oui, tout ça est fort louche. Ce n’est pas la première fois que je m’en fais la réflexion. Ce show-off a quelque d’artificiel pour finir, une sorte de mise en scène pour égarer le lecteur naïf…

  4. Vodkaman

    complètement HS mais je me demande comment on peut être autant à coté de la plaque de BA13
    http://www.leparisien.fr/environnement/logement-nicolas-hulot-veut-taxer-les-passoires-thermiques-04-10-2017-7306713.php

    C’est évidement, les gens qui ne sont rien ont tellement de pognon à gaspiller qu’il se foutent de faire des travaux d’isolation et préfèrent vivre dans des passoires thermiques. Donc il faut les inciter à faire des travaux qu’ils ne peuvent pas payer en les assommant d’un bon gros malus.(et là où c’est encore plus malin, ce qui n’est pas dit dans l’article, c’est qu’après travaux on pourra continuer de leur cogner fiscalement sur le groin en prétextant une augmentation de la valeur dudit bien).

    dites-moi, c’est le premier avril en octobre ?

    1. sam player

      Moi aussi j’ai une idée : taxer à la revente les véhicules d’occasion produisant plus de 90g de CO2 par km : fastoche, la nouvelle carte grise à 2000€ pour une 4CV ! J’ai bon ?
      Pi aussi faire partager la note de carburant entre l’ancien et le nouveau proprio…
      J’ai des trop bonnes idées !
      Forcément ça va marcher !

    2. MichelC

      L’hurluberlu hululant oublie déjà que les prix des huiles de chauffage vont augmenter avec de nouvelles taxes, de même que l’électricité avec la CSPE qui va faire la culbute plusieurs fois. Le propriétaire est déjà sanctionné à la revente de son logement : qui veut un logement classé G sans compensation ❓

      Ce qui va se passer : les logements anciens vont être calfeutrés à fond. faute d’aération convenable, les murs vont pourrir. A la première secousse tellurique, il y aura des effondrements de bâtiments digne des PVD 🙁

      La Grance tu évitera à tout prix 🙁

        1. albundy17

          « Comment sanctionner de la même manière le nord et le sud  »

          Taxe d’ensoleillement, pour redistribuer chez les plus vieux

    3. Pythagore

      « nicolas-hulot-veut-taxer-les-passoires-thermiques »
      Je suppute que les nombreux HLM construits ici et là en France accéderont dans leur grande majorité au titre suprême de passoire thermique et donc que l’état va finir par se taxer lui même. C’est un peu comme se manger les orteils faute de chair fraîche.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        On créera une indemnité compensatoire pour les plus démunis (selon la formule consacrée). Comme les plus aisés ont déjà fait les travaux, on taxera ceux qui se feront rembourser un peu plus tard. Ca occupera toujours 10000 fonctionnaires dans l’intervalle.

    4. kekoresin

      A tous les abrutis post hippies branchouilles se demandant pourquoi nos gouvernements intègres mentiraient sur le réchauffement, la réponse arrive. Encore que, un début de réponse se fait déjà sentir avec un foisonnement de taxounettes et de normes créatrices d’une belle économie de carreaux cassés. En d’autres temps, des solutions radicales de réduction des masses grouillantes et polluantes avaient été mises en application, mais même là, il y avait quelques émissions de CO2 en bout de process. Les solutions actuelles sont plus humaines mais un brin douloureuses lorsqu’il s’agit de ramoner quotidiennement le pot à émission de gaz des trous du culs de pauvres crétins de votants !

    5. kekoresin

      Pas de moi mais je la trouve très bonne. Les écolos sont comme des pastèques, une mince couche de vert sur une grosse masse rouge. On y est! Nos des-putes ont voté la bouche en cœur et le majeur dans le cul des citoyens non sensibles à propagande de foire, l’interdiction de toute exploitation d’hydrocarbures dans le pays de la fée électrique. Bon c’est d’ici 2040 hein, comme si les décisions de nos petits idéologues n’étaient pas renouvelables sous l’éclairage cru de la réalité. Bien, avec nos milliards de barils de brut et nos kilomètres cubes de gaz de prout en moins, sûr que Gaïa est sauvée et que les glaciers salvateurs vont pousser jusque sous la tour Eiffel. Anita Go a déjà commandé 10 millions de paires de patins à glace pour faciliter les déplacements doux et frais dans SA capitale.

    6. Aristarkke

      Mais où vont-ils chercher de pareils exemples de coûts de chauffage sans examiner le moyen de produire les watt/heure nécessaires ???

      D’abord, à isolation égale, le besoin de chauffage sera (en moyenne) nettement plus fort du côté de la frontière franco/allemande ou franco/belge que du côté des Landes ou du Roussillon.
      Ensuite, le nombre de jours de chauffe ne sera également pas le même…
      Et quant à ceux qui habitent en basse ou moyenne montagne, quelle sera la norme applicable ??? La même ???
      Seront donc discriminés plus facilement ceux qui habitent au Nord plutôt qu’au Sud et ceux qui habitent à l’Est plutôt qu’à l’Ouest…

      On comprend de plus en plus pourquoi, avec un pareil délire normatif qui vous tombe dessus maintenant tous les deux ou trois ans, un coup sur la technicité des bâtiments, un coup sur « l’administratif » des mêmes et qui augmente surtout les débours sans engendrer de véritables recettes pour le bailleur, tous les bailleurs institutionnels (autres que les HLM) évitent soigneusement (depuis au moins vingt ans) d’investir dans l’immobilier d’habitation et n’ont qu’une hâte : se débarrasser de ce qui peut encore bien traîner dans leurs dossiers, comme propriétés…

      Et qu’il faille subventionner à donf avec du Pinel ou similaire pour « entretenir » la filière « bailleur individuel privé »…

      Et tout ce bazar pour qu’il vous reste -péniblement- après avoir vaincu tous les risques locatifs, les travaux d’entretien, la paperasserie intrinsèque de la copropriété outre ses contraintes physiques, à peu près 50% du loyer brut du bien, montant pouvant être réduit à quia en cas de « gros travaux » ???

      Et sur ce reste, il faut acquitter en sus les 16% (et bientôt 18) de CSG et les X% de l’IR comme si vous n’aviez pas eu le débours de la CSG…

      On doit pouvoir postuler que le contribuable moyen y laisse au total la moitié de sa recette « nette », comme pour rire

      Et au fait, que devient le RCA dans tout cela ??? Ce fait « scientifiquement établi » (prière de ne pas rire) qui faisait envisager naguère que des vendanges allaient pouvoir être faites, peut-être pas tout de suite à Stockholm ou à St Petersburg mais au moins à Hambourg dans les vingt ans qui venaient???

      Le problème serait alors d’avoir des climatiseurs à la hauteur plutôt que de s’inquiéter des moyens de chauffage… (si on est logique, évidemment…)

      1. Vassinhac

        C’est l’avantage de l’isolation, on peut te dire que ça servira également à conserver le frais quand la pointe de Givet aura le climat de Montauban aujourd’hui.

        1. MichelC

          Sauf que t’aura au bas mot mot la moyenne entre le jour et la nuit…
          24 la nuit 46 le jour, soit 35 degrés dans l’appartement. Cool 🙂

  5. Passant

    Votre seigneurie feint d’ignorer le vivier d’emploi créé par la French Tech.
    Depuis la pépinière jusqu’à l’accélérateur en passant par l’incubateur, c’est tout une caste de soldats nouvellement dédiée à la réussite des start-up qui s’est développée hors BPI.
    Ni fonctionnarisée ni vraiment privée, cette caste a de beaux jours devant-elle avec la future réussite interstellaire de la French Fab. Un poil condescendante auprès des humains lambda, elle a son propre langage (novlangue) et ses propres codes tous dédiés à la réussite des start-up.

    Le monde, à commencer par la silicon valley, tremble effectivement devant tant d’audace et, qui sait, la BPI accompagnera peut-être un jour une licorne française qui le restera une fois les premiers caps et tours de table franchis.
    Sur ce sujet, l’exemple de Withings (success story française fondue rapidement dans Nokia) est assez démonstratif de la réussite de la French Tech française… mais c’est sûr qu’avec la French Fab ça va dépoter.
    Hâte de voir ça, longue vie à Hermès le Dieu des menteurs ou des voleurs, c’est au choix.

  6. Flo

    H16 est un devin.
    A la lecture de son billet, tout s’est passé comme il l’avait prévu mais ça s’est (heureusement) arrêté au blocage de mâchoire!

  7. Gerldam

    C’est d’autant plus drôle que tous ceux qui ont un tout petit peu plus d’intelligence que le Bruno savent que la meilleure façon d’aider l’industrie en France est que l’état ne s’en mèle plus, mais alors, plus du tout.
    Ni taxes, ni impôts, ni subventions.
    Nada, rien vous dis-je, rien du tout. Foutez-leurs la paix (comme aurait dit le regretté Pompidou)

          1. Pheldge

            Ah, moi qui croyais naïvement qu’un porte papier toilette, ça s’appelait un « porte papier toilette »; ou à la rigueur, un « porte PQ » …
            Y’a pas à dire, chez H16, je me cultive grave ! 😉

  8. lxy

    Dans tous les pays, départements et territoires d’outre-mer que j’ai fréquentés pour des motifs professionnels j’ai toujours entendu le même discours « nous sommes encore en retard, mais avec nos belles idées nous sommes capables non seulement de rattraper les autres mais même de les dépasser à l’aise ». Cette cécité collective est la caractéristique commune des pays dont l’éducation technico- économique est sous-développée.

    Démonstration est faite dans l’article de JP Robin dans un récent Figaro Saumon. Dans le classement Pisa qui compare les performances des élèves de 15 ans la France est classée 26è. Mais pour le Piaac, le Pisa des adultes c’est encore pire .les Français se trouvant dans les tout derniers.Les filières scientifiques et techniques attirent péniblement 20% des étudiants en France contre 40% en Allemagne (mais nous formons en France autant de diplômés de psychologie que tout le reste de l’Europe).
    « Pour le niveau de formation initialedes actifs, comme pour les compétences des adultes au travail, la France se situe loin derrière la Pologne. » dixit Jean-Pisani-Ferry ancien commissaire au Plan et conseiller économique de la campagne de E. Macron.

      1. Aristarkke

        Les plombiers seront vraiment mal, le jour où l’eau arrêtera de ronger certains matériaux, d’en entartrer d’autres et où les gens accepteront de se priver de l’eau courante, de l’eau chaude au robinet et du chauffage…
        Et il reste encore des produits à inventer pour améliorer l’entretien de l’existant (j’ai plusieurs pistes actuellement vacantes dans le réel)…
        D’ ici là, ça baigne…

        1. albundy17

          « Et il reste encore des produits à inventer pour améliorer l’entretien de l’existant »

          Et puit on peut ressortir les pompes à bras (nan pheldge), ça va finir par être utile

    1. albundy17

      « mais nous formons en France autant de diplômés de psychologie que tout le reste de l’Europe »

      Ca et sciences sociales, les étudiants ne font qu’extrapoler les seuls futurs postes

  9. lxy

    Une seule société française a un leadership mondial dans le domaine du logiciel, c’est Dassault Systèmes.(Dassault salaud de riche.) Dans le domaine des biens de consommation c’est Lvmh,( Arnault, salaud de riche) et L’Oreal (Bettencourt, salaud de riche).
    Les grandes sociétés françaises d’informatique (SSII) ne sont que des prestataires de services, pour ne pas dire des « marchands d’hommes ».

    1. Pythagore

      « une seule société française a un leadership mondial dans le domaine du logiciel »
      Ubisoft, Deezer, Dailymotion, tout n’est pas tout noir qd même mais bon un SAP ou oracle, on n’en trouve pas.
      Mais bon c’est sur qu’au-delà de ca…

        1. Pythagore

          « Ubisoft (anciennement Ubi Soft Entertainment) est une entreprise française de développement, d’édition et de distribution de jeux vidéo, créée en mars 1986 par les cinq frères Guillemot, originaires de Carentoir en Bretagne. »
          fr.wikipedia.org/wiki/Ubisoft

          1. Sine

            Le siège est en France. Cependant le plus gros studio se trouve au Canada, d’où parfois la confusion chez certains.
            Mais bon, ce ne sont pas des startups (wink).

            1. bob razovski

              Au Québec, pour bénéficier de subventions.
              J’avais eu la même proposition lorsque je souhaitais développer la branche « animation 3D » de ma société audiovisuelle.
              Il existe des passerelles pleines d’oseille entre la france et le québec (uniquement dans ce sens). Il n’y a aucun marché libre, c’est vérolé de toutes parts.

        1. Aristarkke

          Tiens je fais un essai (d’habitude je fais le même constat que toi) et comme la vidéo du jour relève du Trumpbashing, elle se charge et se lance toute seule comme une grande…

          Cela dit, les deux actionnaires sont Vivendi et Orange…

    2. Calvin

      On vous parle de start up, des petites sociétés qui démarrent fort et coulent à la première bastonnade fiscale.
      Là, on est fort, très fort !

      1. Pat

        Moi j’ai essayé (dans les années 80). J’avais bénéficié d’un crédit d’impôt-recherche, et ce que j’y ai gagné : un contrôle fiscal. Parce que, à l’époque, le fisc considérait qu’un développement logiciel n’était pas un développement industriel sérieux ! La suite a montré combien ces représentants de l’Etat omniscient avaient raison. Mark Z., Bill G. et autres les en remercient.

        1. albundy17

          pour demander une avance ou un crédit quoique ce soit, c’est moins risqué de demander à Luciano, au moins les termes du contrat sont clairs…

  10. Stéphane B

    Une question double qui va en fâcher plusieurs ici: que pensez vous des PTCE et SCIC ? Bien pour l’économie ou encore de belles usines à gaz ?

    1. Pat

      Je pense qu’on devrait demander à tout candidat à un emploi en CDI dans une entreprise d’y investir une somme conséquente (> 100.000 €) éventuellement empruntée, libérable seulement à son départ, afin de garantir sa motivation présente et future. En cas de démission, il devrait revendre ses parts, soit à un collègue, soit à son successeur…

  11. Dr Slump

    Au secours le gouvernement lèche la fra… non, lâche la fre… argh! C’est Brumaire Leno qui l’annonce: après la French teuch’, voici la Franche baf’ qui va conquérir le mâonde! Hardi les gars, et par ici les minions miyons!

  12. Pere Collateur

    Je sais pas si j’ai les idées mal tournées, mais au début je lisais French FAP… D’un autre coté, vu le résultat prévisible, ca pourrait être assez proche de la vérité.

        1. sam player

          « Fap is an internet neologism, an onomatopoeic intransitive verb referring to the act of male masturbation, whose sound is imitative of the associated slapping of testicles against the body. »

        2. Pheldge

          je suis ébahi, et merveillé aussi devant tant d’inventivité lexicale … j’espère qu’un émoji a été créé en rapport !

  13. Onaneur de Moosh

    Bonjour jeunes gens, ça va wesh cousin?
    Moi mon blaze c’est Bruno, et je kiffe trop la tektonik et l’industriel. Et l’industriel c’est trop fab! Ha ha! Mais kikoolol c’est une blague, voyez-vous? Car genre en fait c’est « industri-Elle » à cause des femmes et tout, et « fab » c’est style genre on fabrique mais des trucs cool comme des iPhones Alcatel, du beurre, et du pâté. Voulez-vous mon 06? Sinon mon courriel c’est taxtarass@caramail.com

    1. kekoresin

      Wesh Bruno, ben moi je te like pas avec ta tête de 1er rang qui suce le délégué de classe. J’ai bien envie de te rentrer dans la bouche pour te piétiner la langue qui sent le pare-choc arrière de Macron! Et puis rêve pas le chétif, la Grance dilapide le fric dans des assos débiles, de la formation bidon syndicaliste, ou dans des FABulous ringardises mais certainement pas pour construire quoique ce soit et encore moins un avenir qui sifflote dans les sous bois. Alors mon petit Bruno, t’es gentil tu prends un ticket, tu fais la queue et promis je viens te débarrasser de ta tête pour te pisser dans le cou dès que j’ai une minute…

  14. kekoresin

    Encore et toujours des beaux appareils d’état aux plans quinquennaux bouleversifiants de modernité, dans lesquels on va pouvoir fourguer une tonne de bons potes de promo qui pondront des rapport de 6 pages truffés de fautes, histoire qu’ils puissent s’acheter des oeuvres d’art. Encore un abruti qui a inventé la roue colorée pour éblouir la femelle électrice et le gogo acheteur d’appli ridicule qui changera sa vie merdique en nuage à licornes. Entendu sur RMC, « le pont du Gard a tenu près de 2000 ans sans intervention de l’état. » L’inverse n’est sûrement pas vrai. Les bidules qui sente l’anus négligé que pondent nos têtes de bite, ne dureront pas plus qu’une merde de mouche sur une cloche en argent de l’Élysée.

    Mon con-sentement à l’impôt, local ou national, est proche du zéro absolu quand je vois tous ces pères Nowel distribuer le pognon dans des bouses tricolores, dans des associations débiles, et dans des petites copinades qui sentent bon la corruption. Après toutes ces malversations, l’état déploie les grands moyens pour fliquer tous les gueux, histoire qu’ils se tiennent calmes et qu’ils continuent à engraisser le Léviathan qui donne la tétée aux élus de tous crins, leurs familles, leurs copains, leurs syndicats… Je pense que je vais me fendre d’une série de dénonciations pour blanchiment d’argent auprès de TRACFIN qui m’y encourage. Ha mais non, je suis un crétin, TRAFIN est calibré pour le lambda, pour faire respecter les lois pondues par des parasites qui supposent que tout le monde est aussi fraudeur qu’eux. Ha oui j’oubliais, si tu veux fuir ce marigot vers des eaux plus limpides comme c’est mon cas, tu passeras à la casserole pour le capital qui te reste après impôt spoliateur, même si c’est à l’intérieur d’une UE qui a gravé dans le marbre la libre circulation des capitaux! Tu seras de facto solidaire des actions cruciales du petit Bruno pour promouvoir le soviétisme 2.0…

      1. Pheldge

        Et puis pour qu’il y ait transfert, il faut qu’il y ait des capitaux ! rincé comme il (j’ajoute nous … ) l’a été par, dans le désordre, le Fisc, le RSI, l’URSAFF, les caisses de retraites, et vu le cours du BTC, j’imagine que ce qui reste doit tenir (en BTC ) dans le creux d’une main …

    1. albundy17

       » « le pont du Gard a tenu près de 2000 ans sans intervention de l’état. » L’inverse n’est sûrement pas vrai. »

      Ben maintenant ils le préservent bien le pont du gard, à coup de parking obligatoire a 15 euros (2010), mais avec la dalle de béton pour t’éviter de te froisser une cheville a défaut des yeux, c’est joli ce mélange contemporain/ romain, juste encore plus gâché par les snacks à frites qui te font penser que le prix du parking et finalement presque gratuit en comparaison

  15. Falchi

    Une petite idée des profiteurs de ces 10 G€ ?
    En dehors des potes de promo et des fonctionnaires recrutés pour faire « fonctionner » le bidule ? (ou mieux détachés, car alors ils gagnent plus).
    Les poseurs de double vitrage, constructeurs de moulins à vent, chers à la Hulotte ?
    La culture : le CNC, Luc Besson, le graph et autres arts vivants intermittents ?
    Les élevages de dindes, pour perpétuer l’excellence française ?
    Les radars drones ?
    Des cohortes de contrôleurs des locations Airbnb ?
    Les fabricants d’interrupteurs interconnectés pour la Tour Eiffel (pour que Mme Hidalgo puisse plus facilement l’éteindre à chaque attentat) ?
    Les fabricants de jeux de couleur pour la Tour Eiffel, connectés à l’interrupteur ci-dessus ?
    Les gentils organisateurs des JO 2024 ?
    Pas les trains, ni les centrales électriques, c’est parti.
    Pas les voitures, Nissan fait déjà bcp plus que Renault.
    Pas l’électroménager, ni les robots, ni les meubles, ni tous les biens de consommation …

    1. Le Gnôme

      Vu le nombre d’attentats, je crois qu’on peut oublier l’interrupteur et retirer les ampoules pour en faire don aux nécessiteux, euh, pardon, aux démunis.

  16. Albundy17

    En fait, on exporte, mais gratos, faut pas oublier que la tva est une invention francaise, l’obamacare aussi en fait

    C’est un travail de longue haleine de saper les autres économies

  17. Aristarkke

    HS partiel vu le sujet du jour : il y a deux ans, l’état montait au capital de Renault pour 1,2 Mds€ à 86€ l’unité de papier, soit près de cinq pour cent du capital selon la cote…
    Là, il voudrait sortir et récupérer son argent (enfin le nôtre) mais le cours se traîne aux alentours de 85€…

    C’est ballot, n’est-ce-pas, de subir le contrecoup de ses décisions de toujours se mêler de tout et de rien…

    http://www.zonebourse.com/RENAULT-4688/actualite/Le-Maire-l-Etat-scotche-avec-des-actions-Renault-qu-il-n-arrive-pas-a-vendre-25226843/

    Si déjà avec une entreprise centenaire en fabrication, l’état ne s’en sort pas, comment peut-il escompter y arriver avec des FABriques toutes neuves ???

    1. lxy

      Sauf erreur de ma part c’est le Ministre de l’Economie de l’époque, un certain Emmanuel Macron – qui avait fait acheter en catastrophe ces actions – donc au prix fort – pour faire baisser la rémunération de Carlos Ghosn, mais sans succès !

      1. sam player

        C’était surtout pour imposer l’application de la loi Florange (droit de vote double) et donc peser sur les décisions dont la rémunération de Carlos Ghosn, mais pas que.

    2. Aristarkke

      Voici un article qui relate cette opération d’alors.
      Deux ans et demi après, on est plié de rire devant les (piètres) résultats intervenus dans l’intervalle…

      lemonde- automobile- article- 2015/04/22/renault-l-etat-renforce-sa-participation.

    3. Aristarkke

      Le seul créneau pour l’état de revendre sa participation temporaire avec un -petit- profit convenable aurait été de le faire en fin d’année 2015 au moment où la cotation a évolué pendant plusieurs semaines entre 90 et 95,25€, maximum atteint durant ces dernières années.
      A condition d’estimer que la mise brutale sur le marché de 4,75% du capital n’ait aucune influence sur les cours puisque le volume habituel d’échanges porte quotidiennement sur 0,5% du capital social.
      Et, grosso modo (louche aristarkkienne ???) durant ces deux ans, la cotation a été inférieure à 80€ pendant à peu près la moitié du temps avec même des moments appréciables en dessous de 75€…

  18. nenu

    « Je veux faire de la France une Startup Nation. Une nation qui pense et bouge comme une startup. »
    Avec le principe de précaution inscrit dans la constitution ? Mazette !!

    1. bibi

      Sans oublier une start-up qui respecte le code du travail, l’ensemble des réglementations, et qui paye son URSSaf avant d’avoir gagné 1 euro.
      Donc en fait si on arrive au point ou la nation pense, elle risque fort de bouger comme une start-up et se délocaliser, et il restera au gouvernement sans le sous à s’occuper de ceux qui vomissent la France.

        1. René-Pierre Samary

          Macron vient encore d’en faire la démonstration, en encourageant EN MÊME TEMPS la mobilité des ouvriers qui pourraient trouver du boulot à 30 km de là, et en la contrariant avec une politique anti-automobile. Ce petit c.n n’a aucune idée de ce qu’est le vie réelle.

            1. albundy17

              Oui, avec toutes ces belles infrastructures et lignes pas chères que l’état franssoze nous met à dispo !

              Je dois aller din chnooor, j’ai passé la matinée à regarder les possibilités, bus pas cher, en 15 heures (lol), train 6 fois plus cher avec le bonheur de la traversée de parimigrants 5 heures ou saloperie d’avion pollueur de société capitalistique apatride, 50 euros de moins que le train.

          1. nemrod

            Le smicard Creusois aurais pu faire ses 100 bornes quotidiennes dans une vieille 205 gld achetée 500 roros mais elle passera pas au contrôle technique l’an prochain renforcé par cette bande de pignoufs.

            Il va donc resté au chomdu et fera du black s’il le peut.
            D’ailleurs ça vaudra mieux pour lui finalement.

            1. Aristarkke

              Je doute qu’ un smicard, même creusois, ait les moyens réels de s’envoyer le financement mensuel de 2.200 kms rien que pour aller bosser. A,7,20€ le coût de gazole pour cent kilomètres, il en aurait pour 160 € de carburant. Plus des frais d’ usure de véhicule et d’ amortissement d’ icelui…

              1. René-Pierre Samary

                Conclusion, Macron est un con. Babine le sot appliquait à chaque problème la solution qui convenait au problème précédent. Macron applique la solution qui convient à un autre lieu. La mobilité, c’est bien, mais aux US…

                1. nemrod

                  Une 205 gld bricolée au black ça coutait que dalle hormis le carburant et çe type de véhicule permettait aux « sans dents »d’aller gagner leur croûte.
                  Du temps ou j’avais pas un flèche, j’avais une vieille ax sur laquelle je faisais l’entretien vital…c’est a dire rien de ce qui n’était pas indispensable pour taper le 90 vent dans le dos.

                  Suis toujours vivant.
                  Mais ça maintenant…bernique.
                  Ces gens ( nos dirigeants) sont excrémentiels et poussent tous les jours de braves mecs vers la délinquance.

                1. Pheldge

                  sam, excuse le ancêtre, que il ne trouve plus ses mots … il voulait dire les amortisseurs, qui sur le sus-mentionné véhicule à 500 € ne doivent plus être très efficaces !

      1. Aristarkke

        Qui paye son URSSaf ET le Trésor Public avant d’avoir gagné un euro.
        Il y a des impositions et des taxes de toutes sortes qui dégringolent, même si vous n’êtes pas en situation de profit (exemple : la CFE qui tombe dès la seconde année et la CVAE qui apparaît au 500.001me euro de CA…)

    2. Pythagore

      Taux de survie à 4 ans des start-up du secteur des technologies de l’info: 37%
      En voilà une bonne idée de faire de la Grance une startup, enfin en tout cas, on est sur la bonne voie.
      fr.linkedin.com/pulse/startups-faillite-un-fiasco-en-chiffres-jill-galland

      1. Pythagore

        Oups un peu optimiste la statistique.

        « Selon une étude de l’INSEE publiée en 2016, en France, sur les 10.000 start-up recensées ces cinq dernières années, 90% n’ont pas franchi le cap des cinq ans. Parmi les jeunes pousses de la French Tech, 25% ont levé des fonds. Près de 2 milliards de fonds. Et pourtant, 74% affichent toujours à date un résultat brut en perte. »

        challenges.fr/start-up/start-up-cette-folie-douce-qui-pousse-a-lever-plutot-qu-a-gagner-de-l-argent_482943

          1. bibi

            Pour qu’une sur 20 réussisse il faudrait que le but au départ soit de gagner de l’argent en vendant quelque chose, alors que souvent le but premier est de chasser les subventions.

            1. sam player

              On parle de startups bibi, pas d’officines soutenues par des associations lucratives sans but ayant pour objectif la durabilité, l’éco-responsabilité ou autres foutaises.

              Exemples : Michel & Augustin, Blablacar

              Mauvais exemple : C’est qui le patron (qui vend du lait responsable (hi hi) à 1€ le litre)

              1. bibi

                C’est qui on?
                Vous devriez jeter un oeil à ce que l’on trouve dans les pépinières d’entreprises, vous verrez que la plus part de ce qui est qualifié de « start-up » par l’état ne sont que des aspirateurs à subventions n’ayant aucun autre but.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Est-ce que le taux de survie est meilleur dans d’autre pays ? Par nature ce sont des investissements en capital-risque, avec beaucoup d’échecs. Même aux US, pour 1 google, combien d’échecs ?
          Le problème n’est pas qu’il y ait beaucoup de disparitions, c’est la loi du genre. Qui ne tente rien n’a rien.
          Le problème, en France, c’est que ceux qui survivent restent petits et ne peuvent vraiment se développer qu’en s’exilant.

  19. bulltrap

    J’ai lu un article vaguement en lien avec le sujet que je ne peux m’empêcher de partager :

    http://www.rue89strasbourg.com/commerces-kehl-tramway-124767

    Il y aurait donc également une french fab dans le domaine du transport, pensez donc, ces collectivités locales qui financent la construction de ligne de tram qui permettent aux usagers d’aller faire leurs courses moins cher dans un autre pays.

    On imagine aisément tous ces petits usagers qui financent via leurs impôts le moyen de pouvoir aller acheter de l’autre coté de la frontière ce qu’ils ne peuvent plus acheter à coté de chez eux.

    Et toutes ces petites taxes qui tombaient naguère dans l’escarcelle des organismes taxatoires lorsque le produit acheté l’était en Fance, mais qui ne tomberont plus.

    Passons au passage sur l’aspect superflu de ces transports comparé à une situation où une uniformisation de la fiscalité entre ces 2 pays rendraient inutile ces déplacements.

    Où est le gain ? Mais sur la vente de tickets de transport, elle explose, on vous le dit à la fin de l’article.
    Et gageons qu’au passage, les donneurs d’ordres ont du se faire plaisir lors des appels d’offres pour la construction de cette ligne.

    1. BDC

      Ici tous les bobos sont choqués par cash investigation sur Lidl, (perso pas vu le reportage). Ils en ont conclu qu’il était urgent de créer des robots pour faire le sale boulot de manutentionnaire, et de mettre les salariés au chômage.

      1. nemrod

        Les même bobos qui versent des larmes de crocodile sur la paie de misère des employé et leurs cadences infernales mais tueraient leur mère pour gagner 10 centimes sur une boite de sardine.
        Font pas le lien entre produits bon marchés et traitement du personnel cette bande de cons.

          1. BDC

            Bah oui, les bobos (et moi), on ne pousse pas le caddy le samedi matin, on se fait livrer, et on va au marché pour les produits frais (les bobos au Naturalia), parfois c’est la nounou qui se propose d’acheter quelques courses pour nous. Je n’ai même pas de Lidl à côté de chez moi, j’ai un carrouf’ market pour les riches, parking toujours bondé le week-end, allées impraticables, et un Simply market pour les pauvres, moins fréquenté, moins agréable et moins cher, moins d’attente aux caisses, donc idéal quand tu promènes Jr en poussette.

              1. BDC

                Sam ! Je bosse, mouah ! Mes doigts sont sur le clavier à rigoler travailler avec mes petits kamarades sur le fait qu’en Grance, quand le taux d’IS baisse, on peut perdre du résultat, Môssieur le comptable.

                  1. BDC

                    Bah voilà, essayez de poser un sujet sérieux de fiscalité, et on me parle de mon mari. Franchement Bonsaï, vous croyez vraiment qu’un homme fait les courses de gaité de cœur ? Quand les courses et le ménage régulier sont sous-traitées c’est que du bonheur ! J’ai du temps pour la lessive, la paperasse le jardinage et la cuisine !

                    1. Bonsaï

                      Quelle santé !
                      Bon. la cuisine c’est le soir et le week-end, j’imagine.
                      Je vous vois assez bien mijotant des bons plats du terroir, pleins de légumes et de saveur. Junior pourra bientôt vous aider, notamment pour faire des crêpes…

                    2. Albundy17

                      Des mecs qui aiment faire les courses, j’en connais, une sorte d’évasion du domicile d!apres ce que j’ai compris…

                    3. bibi

                      Faire ses courses est le moyen le plus sur de ne pas être à cours de bières, et de s’assurer que le bac à bière est toujours plein, limitant ainsi fortement le risque de voir le genre 1 s’en servir comme d’un bac à salade.

                    4. Aristarkke

                      Je vois les choses comme Bibi :
                      (j’ai un frigo secondaire pour les boissons, bières et autres…)

                      Et comme cela, j’ai la maîtrise de ce que nous avons à manger à la maison (jamais trop prudent…)

                    5. albundy17

                      le deuxième frigo est obligatoire, pour les denrées liquides indispensables pour visiteurs imprévus, comme la cave

                    6. Pheldge

                      Al, tes invités, une fois à la cave, tu les découpes et tu les colles en morceaux au congèl ? ou bien tu les enterres et laisse les vers s’en occuper ? genre « viens, descendons à la cave, tu vas prendre un ver ! » 😉

                    7. Pheldge

                      « un homme qui fait les courses » ou les tâches ménagères, c’est un homme bon et généreux, qui dans sa grande mansuétude, consent à s’abaisser à faire du travail de femme ! n’est-ce pas le fond de votre pensée quand vous admirez le sacrice de votre seigneur et maître époux, ô Très Conjugale ?

                    8. BDC

                      Maître Pheldge, il n’y a que 24h dans une journée et dans ma situation, il faut faire des choix. En fait on va uniquement au Leclerc quand on est en vacances, c’est un symbole de vie tranquille, pépère, sans contraintes, et que j’ai hâte de retrouver 😀 !

        1. bibi

          Ce sont les mêmes usines qui fabriquent les produits des marques phares, les produits des marques distributeurs, et les produits hard discount, la différence principale se situant très souvent juste au niveau de la boite.

          Pour le saumon fumé, on a même eu une enquête sur le saumon fabriqué par les usines Labeyrie, ou celui commercialisé sous la marque Carrefour était mieux noté par les consommateurs que celui vendu sous la marque Labeyrie.

          Les employés dans les hard discount ne m’ont pas l’air plus mal traités que dans la grande distribution.

          1. sam player

            Y a des marques, je me demande quelle est leur stratégie.
            Il y a 20-30 ans, les confitures Bonne Maman étaient super bonnes. je ne sais pas ce qui leur a pris de faire d’un seul coup de la merdasse : ils ont recréé il y a environ 10 ans une marque premium, celle qui s’est retrouvé avec les fruits, et la gamme initiale est restée avec le jus et la mélasse et est devenue de la merdasse… et il n’y a pas longtemps les 2 sont devenues de la merdasse.

            Et là j’ai vu dernièrement qu’ils recréaient une gamme super premium…

          2. channy

            @la différence principale se situant très souvent juste au niveau de la boite.
            Pourtant le cahier des charges est très différent…
            idem pour les produits vendus en réseau RHF..les lasagnes Métro servies au restaurant n’ont pas le même gout que celles vendues chez LIDL(sauf si les restaurateur se sert chez LIDL) dans ce cas les heures de son restaurant sont comptées…
            Toutes les marques ont une gamme de produits spécifiques à la GMS et une autre pour la RHF ou les marges sont bien plus importantes( moins d emballage, cout de distribution très réduit,etc )

  20. lxy

    A propos de Lidl, plutôt que de regarder Elise Lucet ou similaire, interroger les vendeuses caissières de Lidl pour connaître leur point de vue. L’une m’a dit que pour rien au monde elle retournerait chez Leclerc qui paye moins bien, et d’autre part elle apprécie chez Lidl la flexibilité du travail qui leur laisse de l’autonomie.

    Celui qui n’a jamais travaillé dans un petit commerce indépendant ne pourra jamais comprendre pas ce genre de propos.

    1. sam player

      +1 pour avoir discuté avec le personnel de Lidl : grande autonomie dans l’organisation au niveau de chaque bouclard, flexibilité et polyvalence du personnel qui permet de mieux rémunérer (20% de personnel en moins).

    2. channy

      15 ans de GD derrière moi,d’abord en cash and carry puis j’ai connu le hard discount chez ED puis DIA, chez un franchisé independant puis en « intégré »avant de finir Carrouf, j’ai aussi bossé sur les plate forme log pour Rallye et Casino
      Lidl, je vais etre clair c’est une boite ou vous laissez aussi votre cerveau au vestiaire avant de bosser,
      @elle apprécie chez Lidl la flexibilité du travail qui leur laisse de l’autonomie. »
      flexibilité de se taper le nettoyage de la surface de vente au pompon car le clown qui sert de chef de secteur refuse question de budget de faire réparer l’auto-laveuse, changer les néons du magasin, nettoyer le parking(une merde de chiens oubliée et le CS ne vous ratera pas), décharger le camion de livraison(ah oui pour que le chauffeur décharge les palettes c est plus cher)
      J’ai fait une semaine chez eux en 2009 avant que cela parte en vrille avec le chef de secteur..
      Le plus drôle dans votre propos c est que les Leclerc sont des commerçants indépendants(franchisés) et les Lidl des intégrés.. chez Leclerc vous pouvez tomber sur un patron super ou un con

  21. lxy

    J’ai vécu l’expérience de la création d’une startup, et je ne partage pas le point de vue de ceux qui disent « gagne du fric d’abord » et cherche du fric (=levée de fonds) après. C’est exactement le contraire qui est pratiqué par les business angels aux Usa. On met le paquet (en bureaux, plaquettes commerciales, ingénieurs, commerciaux, etc) comme si on gagnait déjà de l’argent. Ca passe ou ça casse. Si ça casse on ferme et on passe à autre chose. Amazon par exemple a perdu pendant 10 ans une montagne d’argent, avant d’en gagner beaucoup maintenant.
    Autre remarque : les Usa sont déjà dés le départ un marché énorme et homogène. Vous pouvez amorcer la pompe sur ce vaste marché…et ensuite, progressivement, partir conquérir le hors-states. Le marché français est bien trop petit et surtout étriqué pour amortir les investissement nécessaires au lancement d’un nouveau produit.
    De plus quand vous avez dans votre tour de table quelques pointures qui ont déjà très bien réussi dans le business, c’est autre chose que d’avoir une douzaine de fonctionnaires énarques et/ou polytechniciens qui pensent tout connaître, tout savoir et tout comprendre mieux que vous.!

    1. Pheldge

      +1 également et + 1000 sur les énarques, X et autres dont une bonne majorité n’est bonne qu’à être médiocre et fonctionnaire …

  22. albundy17

    « celui commercialisé sous la marque Carrefour était mieux noté »

    Normal, c’est meilleur quand tu paies moins cher le même produit…

    J’achète de temps à autre les restes de découpe de saumon fumé (tranches pas « présentables ») 14-15 euros/kg au lieu des 50-55 des belles tranches du même animal, parfait pour confectionner les canapés ou les pâtes, ben c’est meilleur :mrgreen:

      1. albundy17

        tu veux dire, dans les enquêtes pour estampiller « meilleur produit de l’année » ?

        🙄

        à l’aveugle, même produit, mais il en choisissent majoritairement un ???

        Rhooo…

        Dommage qu’ils ne le fassent pas en vrai double aveugle…

        1. sam player

          Produit de l’année : (lexpress.fr)

          « Sur quels critères sont choisis les produits? Là encore, les réponses laissent rêveur: l' »attractivité », l' »innovation »… Et surtout les interviewés se prononcent à partir d’un catalogue. Pas besoin d’avoir utilisé le produit pour le juger (on demande à l’interviewé s’il l’a déjà utilisé, mais ses réponses sont prises en compte même si ce n’est pas le cas). « Le prix que nous avons reçu salue l’innovation sur l’emballage », répond Aurélie Mori, responsable du marketing des huiles Soléou, l’une des rares PME récompensées. »

      2. Pheldge

        Mon oncle m’avait rapporté cette histoire, selon laquelle dans les années 1930, un économiste avait partagé un sac de grains secs en 2 , mis sur l’une moitié $ 2 et $ 2,75 sur l’autre : les consommateurs préférèrent la marchandise la plus chère …

        1. sam player

          Une connaissance avait une voiture en très bon état qu’il n’arrivait pas à vendre et de semaine en semaine il baissait le prix pour arriver en final à 1,500€, voiture toujours pas vendue.
          Autant j’étais d’accord sur le prix du début, autant là à 1,500€ ça faisait louche… Alors je l’ai mis à 3,800€ après un petit lifting et elle est partie en 10 jours, sans négo.

        2. BDC

          « Si l’économie comportementale vous intéresse ou si tout simplement nos bizarreries de consommateur vous amusent, je vous recommande le bouquin de Dan Ariel C’est (vraiment) moi qui décide. Un pur bijou d’humour, des expérimentations rigolotes et surtout une bonne leçon d’humilité dès qu’il s’agit de comprendre notre comportement de consommateur. Juste prix, choix rationnels, décisions dans l’incertitude, éthique: toute notre prétendue rationalité économique y passe et on ressort de son bouquin avec la délicieuse sensation d’être quand même un peu plus intéressants que les modèles simplistes auxquels la théorie économique tente de nous réduire.

          Etes-vous Lindt ou Hershey?
          Le thème de la gratuité m’a semblé particulièrement intriguant. Ariely observe avec malice que le gratuit nous rend un peu fous: il n’y a qu’à voir la foule compacte devant les musées, chaque premier dimanche du mois où l’entrée est gratuite à Paris. Pour économiser quelques euros, les gens sont prêts à perdre beaucoup de temps (comme si celui-ci n’avait aucune valeur) pour visiter des expositions saturées de visiteurs, alors qu’il n’y avait sans doute pas grand monde la veille ou la semaine suivante. Et pas besoin d’être un as du marketing pour connaître la puissance de séduction des formules illimitées. Les cartes de cinéma ou les forfaits de l’internet (fixe ou mobile) n’ont véritablement décollé que lorsque furent proposés des forfaits illimités.
          Ariely a imaginé l’expérience suivante pour vérifier la différence entre un prix ridiculement bas et la gratuité totale: sur un stand, il proposa au choix un chocolat haut de gamme (des Lindt) à 15 centimes ou un bas de gamme (un Hershey) pour 1 centime. 73% des consommateurs ont préféré payer le Lindt à 15 centimes. Le jour suivant, il proposa le Lindt à 14 centimes et le Hershey gratuit. Au grand étonnement des chercheurs, cette fois les gens choisirent à 69% un Hershey! Or une ristourne de 1 centime sur les deux produits ne devrait normalement pas changer l’analyse bénéfice – coût entre les deux options et devrait donc n’avoir aucune influence sur les choix des consommateurs:

          Supposons qu’un Lindt apporte 50 unités de plaisir contre seulement 5 pour un Hershey.
          Payer 15 centimes pour un Lindt procure un bénéfice net de 50-15=35 contre 5-1=4 pour un Hershey. Avantage Lindt.
          Le lendemain, le Lindt procure un bénéfice net de 50-14=36, contre 5-0=5 pour un Lindt. Avantage inchangé pour Lindt!
          La même expérience lorsqu’on passe les Hershey de 2 à 1 centimes n’a pas du tout le même effet. L’irrésistible attractivité de la gratuité met donc en échec le modèle classique de l’analyse bénéfice-coût. Ariely explique cet effet psychologique par l’absence de prise de risque que signifie la gratuité. « A mon sens, écrit-il, c’est parce que l’être humain a une peur intrinsèque de la perte. En choisissant un produit gratuit, on n’a visiblement rien à perdre. En revanche si l’on s’intéresse à un article payant, alors là, oui, on risque de prendre une mauvaise décision – et de se retrouver perdant. Par conséquent, face à un choix, on préférera le produit gratuit. » »
          webinet.cafe-sciences.org/articles/pourquoi-free-beats-fee/

          1. Aristarkke

            « Pour économiser quelques euros »
            15 à 17€ le billet par personne, tout de même… (15 acheté sur place après queue +/- rapide ou 17 avec accès direct à la Pyramide)

          2. Aristarkke

            « l’absence de prise de risque que signifie la gratuité.  »
            Ce doit être pour cela que notre cher état essaie de faire croire que tout est gratuit tandis que cet horrible Milton F. parle qu’il n’existe pas (et ne peut exister, même pas en rêve) de « repas gratuit »

    1. sam player

      « L’agriculture et l’industrie alimentaire, ce sont 250 000 emplois en France et 15 % de nos exportations totales, à égalité avec l’aéronautique. « 

      250,000 emplois ça n’a choqué personne a priori ?

      Rien que les IAA c’est 415,000 emplois ! Alors si on ajoute les agriculteurs…

      1. albundy17

        nan, j’ai pas lu j’ai plus de doigts.

        Pour l’aéronautique, maman état en a fait une belle en voulant contourner un appel d’offre Belge, du coup on est certain de l’avoir dans le fion pour une commande de 34 rafales (d’après la journaliste c’est dommage car ça représentait un contrat de 3,5 millions euros et personne n’a relevé quoi que ce soit)

          1. kekoresin

            C’était des rafales en papier. De toute façon les vents dominants mènent vers l’est, pas besoin de réacteur donc. Sinon, 3,5 milliards pour des vrais, c’est une affaire, je vais en prendre 2 siouplait!

            1. Albundy17

              Ça devait être une promo, je ne me rappelle trop plus mais le dernier contrat raté devait tourner dans les 7 milliards pour 24 rafales.

              Étrangement le prix affiché wiki doit être de 100 million, le reste doit être pour les pièces détachées maintenance

        1. sam player

          Oui je viens sur de voir ça sur l’Opinion. A priori ils ont répondu à côté de l’appel d’offres et n’ont pas répondu aux 169 questions y attachées.
          Quand un client cherche des raisons de vous écarter d’un appel d’offres, vaut mieux pas lui donner les raisons. Des vraies billes.

        2. Pythagore

          Totalement hors-sol ces politiques:

          « …Lockheed Martin, soutenu par les Etats-Unis, et Eurofighter, défendu par la Grande-Bretagne, ont remis des offres, tandis que la ministre française de la Défense, Florence Parly, a envoyé une lettre de trois pages pour plaider en faveur d’un partenariat… »
          « …Pour Steven Vandeput, le partenariat approfondi promis par Florence Parly aurait très bien pu se jouer dans le cadre de l’appel d’offres. « Je tiens à préciser qu’aucune offre de prix, ni aucune réponse n’ont été transmises par la France aux 164 questions posées aux candidats dans le RfGP et qui auraient dû constituer, en substance, la proposition gouvernementale attendue », a-t-il expliqué à la Chambre. … »

          lesechos.fr/industrie-services/air-defense/030659752906-rafale-la-belgique-prete-a-tourner-le-dos-a-la-proposition-francaise-2119489.php#FDaulgOl1TcWq9wE.99

            1. Pythagore

              euh oui, je voulais parler de Parly, le commentaire ne concernait pas Vandeput. Je trouve même surprenant, qu’il ait besoin de se justifier, et que la Grance soit tjs prise en considération. Réponse à l’appel d’offre non conforme => out, basta.

Laisser un commentaire