Bitcoin : youpi, Bruno Le Maire intervient !

Les cryptomonnaies sont encore un monde très opaque pour beaucoup de gens. Hormis quelques informaticiens passionnés, la plupart de ceux qui tentent l’analyse du domaine ou, pire encore, de se frotter aux bourses bondissantes qui fleurissent partout dans le monde finissent tôt ou tard par tirer des conclusions trop rapides, erronées ou, plus simplement, y laisser un slip ou deux. En ce début d’année 2018 et alors que les marchés viennent justement de connaître des mouvements particulièrement violents, il était plus que temps que tout le monde y mette son grain de sel.

Et qui mieux que les anticapitalistes rabiques et habituels pour venir prêcher l’apocalypse et des crises d’ampleur biblique (mort du petit cheval incluse) que ces cryptomonnaies ne manqueront pas de déclencher ? Dans ce rôle, difficile de trouver mieux que les Inspecteurs Généraux de la Bonne Pensée, administration officieuse de la Socialie triomphante incarnée par ces journaux sursubventionnés comme Les Inrocks qui nous apprennent, larme à l’œil, que Bitcoin est un vilain danger pour l’environnement, ou Libération dont le combat consistera à emberlificoter sa compréhension nébuleuse des concepts monétaires avec sa doxa confusément marxisto-boule-de-gomme pour vanter les mérites du troc terriblement en vogue dans les années 70 au milieu du Larzac.

Décidément, pas moyen d’y échapper : la presse s’est avidement emparée du sujet Bitcoin et comme il repose sur une solide connaissance des mathématiques et de l’économie, il est totalement impénétrable à toute cette Génération Orwell biberonnée à l’Education Nationale, qui s’empresse donc d’enfiler âneries sur âneries.

Le fond des messages reste cependant toujours un peu le même : une technologie qui vise ouvertement à remplacer les banques et priver les États de leur capacité de rançonner la population au travers de monnaies qu’ils s’arrogent le monopole de produire, et qui de surcroît permet à certains de s’enrichir aussi vite, cela ne peut pas être quelque chose de sain, de désirable ou de pérenne.

On lui fera donc un combat acharné, sur tous les plans.

Celui des idées a déjà largement été investi. On a vu précédemment que mêmes des Nobels se sont lancés dans l’analyse du phénomène, avec le résultat assez navrant que l’on sait.

Celui de la propagande n’a pas traîné. Les Inrocks et Libération, avec leurs histoires environnementales, sont même en retard puisqu’on a déjà lu leurs « arguments » chez d’autres, et même pire (de la collusion entre Bitcoin et les mafias, les nazis et les pédophiles jusqu’au fameux impact sur l’environnement et la disparition des ours polaires).

Parallèlement, il était étonnant que l’État français reste à ce point silencieux sur le sujet alors que ça le démangeait manifestement beaucoup. Ne vous inquiétez plus, ce qui devait arriver arriva et boum, voilà BLM !

BLM, Bruno Le Maire pour les intimes, c’est ce frétillant ministre de ce qui reste d’Économie en France, c’est-à-dire une dette abyssale de plus de 2200 milliards d’euros, qui a bien l’intention de laisser dans l’Histoire des traces dont peu importe la couleur.

Dès lors, il a un plan pour tout. Bien sûr, il a un plan pour les entreprises qui, parions-le, se sentiraient perdues sans lui (et qui, avec, le seront assez définitivement).

Et depuis quelques jours, il a maintenant aussi un plan pour Bitcoin.

Dans les années 80, les citoyens Français bénéficièrent du formidable Plan Informatique Pour Tous. Le résultat, fulgurant d’efficacité, permit au pays de fournir une définition supplémentaire au substantif « gaspillage ».

Lorsque l’actualité s’y prêta dans les années 90, il fut rapidement temps de mettre en place de nouvelles démarches pour favoriser les Zautoroutes de l’Information. En pointe, les pouvoirs publics poussèrent France Télécom et son flamboyant minitel qui donnèrent à l’Hexagone plusieurs années d’avance avant deux décennies de retard : tout avait en effet été minutieusement préparé grâce à l’analyse particulièrement pertinente développée dans le rapport Théry remis en 1994 au Premier ministre de l’époque, un certain Balladur. Pour rappel et parce que c’est tout de même drôlement bien vu, on y lisait notamment que, je cite :

« Internet est mal adapté à la fourniture de services commerciaux. »

Le rapport préconisait de continuer à favoriser les inventions françaises. Le succès fut, on s’en souvient, foudroyant : pendant que le minitel rose permettait de créer des fortunes (celle du patron de Free, au passage) mais donnait aux Français l’illusion d’être en avance sur leur temps, le reste du monde découvrait petit-à-petit le Web.

C’est donc sous ces auspices particulièrement chatoyants que, représenté par notre inénarrable Bruno Le Maire et son sens inné de l’a-propos savamment dosé, le gouvernement nomme un Monsieur Bitcoin.

Ah, enfin ! Tout le monde attendait ça depuis siiiii longtemps ! Il était en effet évident qu’une entité étatique serait indispensable pour enfin contrôler une monnaie décentralisée, dont le code est disponible partout, librement copiable et déployable, dont les tokens d’échange sont librement échangeables et complètement insensibles à l’idée de frontières ou de contrôle étatique.

Et bien que l’idée de base soit furieusement sujette à débat, voilà notre brave Bruno qui explique les raisons qui poussent le gouvernement à agir enfin :

« La stabilité est un bien précieux. Nous refusons les risques de spéculation, en particulier liés au bitcoin. Je viens de confier à Jean-Pierre Landau une mission sur la réglementation des crypto-monnaies »

Dans les quelques mois qui ont vu le formidablement frétillant Bruno s’exciter à Bercy, nous avons déjà eu le droit à plusieurs nouvelles taxes, impôts et ponctions ainsi que des allers-retours pour le moins comiques sur le sujet grotesque de la taxe sur les dividendes. Manifestement, la stabilité est un bien précieux, sauf quand elle est fiscale, hein mon bon Bruno !

En tout cas, on sait qu’avec le Monsieur Bitcoin, on a déjà décroché la timbale : HEC, Sciences po, ENA, Bercy, FMI et Banque Mondiale, pas de doute, c’est du solide de chez Monnaie Fiat Incorporated, tous les mots du Bingo Des Finances Étatiques y sont.

On imagine tout de suite le truculent rapport que notre aimable énarque va nous produire, petite gourmandise où un torrent de régulation impossible à mettre en place s’accompagnera de douzaines de recommandations plus ou moins farfelues qui calcifieront un peu plus l’innovation et le capitalisme français dans le domaine, en tabassant consciencieusement les petits investisseurs et en supprimant tout espoir que le pays devienne un jour un phare dans le domaine.

Vous me direz que je vais trop vite en besogne et que je suis mauvaise langue ou trop pessimiste.

Espérons-le.

Souhaitons qu’en réalité, notre Monsieur Bitcoin s’approprie réellement les concepts des cryptomonnaies et en tire la conclusion que la France, pour devenir ultra-attractive en capitaux et en cerveaux, lui applique la fiscalité la plus douce, la plus simple et la plus extraordinairement incitative.

Souhaitons qu’il préconise qu’on laisse surtout et avant tout les individus libres de faire ce qu’ils veulent avec ces nouvelles idées, ces nouvelles monnaies, et qu’ils développent tout ce qu’ils veulent dessus, dans les strictes limites du droit déjà existant, en souhaitant à l’État d’attirer entrepreneurs et capitaux qui, par contagion joyeuse, viendront irriguer le tissu économique français.

Malheureusement, je n’y crois pas une seconde.

Car après tout, il faut bien contrôler, ma brave dame. Tout le monde sait que le Bitcoin est utilisé par des terroristes, des nazis, des pédophiles et des gens qui sont tout ça à la fois.

Il faut bien réguler, mon petit monsieur. Tout le monde sait que Bitcoin est terriblement mauvais pour l’environnement.

Et puis surtout, il faut bien continuer à taxer, imposer et ponctionner ! Comme, je vous le rappelle, il n’y aura aucun nouvel impôt, il faut donc absolument s’attaquer à toute la surface taxable !

Alors vous savez, monsieur Bitcoin, on a déjà une assez bonne idée de ce que vous allez nous raconter pour nourrir Léviathan…

J'accepte les BCH !

15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires118

  1. Aristarkke

    Monseigneur, quel texte suggestif !
    De vous ?
    Il y a pourtant de la belle jeunesse qui fréquente votre blog !

    pire encore, de se frotter aux bourses bondissantes qui fleurissent partout dans le monde finissent tôt ou tard par tirer des conclusions trop rapides, erronées ou, plus simplement, y laisser un slip ou deux.

  2. Le Nain

    Entre les rapports, la nomination d’une commission ad hoc, et tout le bouzin habituel, il y aura belle lurette que BLM ne sera plus ministre.

  3. Aristarkke

    « et qui de suRcroît permet à certainS de s’enrichir aussi vite »
    (coQuilles signalées au passage)

    Le gros ennui ( né de l’uniformité)n’est pas vraiment l’enrichissement mais surtout l’énorme difficulté d’en être informé et donc de pouvoir le taxer

  4. Aristarkke

    « Dans les années 80, les citoyens Français bénéficièrent du formidable Plan Calcul. »
    Non. L’opération décriée comme Le Plan Calcul a été lancée dans le milieu des années 60 par le Général qui voulait que la France ne dépende pas de l’informatique US (déjà omniprésente).

    Celui (nommé autrement : plan Informatique Pour Tous ou IPT – prémonitoire, n’est-ce-pas???) des années 80, c’était celui de la micro-informatique pour tous à base de Thomson TO7 et similaires dans les collèges et lycées.

    1. kekoresin

      Ho oui le TO7-70 avec son stylet magic, ses 6 couleurs au compteur et son clavier vomi-proof! Et tous ces profs qui voulaient faire trembler le monde capitaliste avec cette technologie tricolore, investis d’une mission sacrée, préparant cours et interros stockés sur disquettes. Et nous les sacrifiés de la génération tonton la biroute de pirater le tout ou de passer un gros aimant sur les boites de disquettes en observant les regards désespérés des profs à la pointe du progrès socialiste.

  5. Alecton

    Le gouvernement nomme un apparatchik de 72 ans à la tête d’une mission visant à réglementer le futur de la monnaie. La vache… 72 ans. Oui ça va surement très bien se dérouler, papy Landau va probablement nous sortir quelques mémorables saillies que les journaleux s’empresseront d’applaudir. Un pays de vioque gouverné par des vioques…. nous n’avons que ce que nous méritons.

    1. WorldTour 73

      Attali voulait piquer les vieux.

      Rappelez-vous: « Dès qu’il dépasse 60-65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures…  »

      Si seulement il pouvait se l’appliquer à lui même et a ses copains.^^

      1. Val

        @WorldTour Quel comique cet Attali, surtout de la part d’un type qui a passé toute sa vie à coûter sans produire … Enfin comique je me comprends , heureusement que ce type n’a pas trop de pouvoir.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Ce type a beaucoup de pouvoir, il pense à la place de la moitié des commissaires européens et d’un certain nombre de ministres français.
          C’est occulte, mais très réel.

          1. Val

            @Royaumont oui peut être, en tous les cas sans doute en est-il persuadé. Le genre de type que je rêverais voir se colleter avec la vraie vie pendant un mois juste histoire de confronter ses élucubrations à la réalité.

            1. MCA

              Je pense aller assister à sa prochaine conférence, histoire de voir le bonhomme de près.
              Juger de loin c’est approximatif, mais juger de près c’est beaucoup plus subtil et formatif.

              Dans le même ordre d’idée, je suis allé voir Tapie car je voulais apprécier de près qui était l’individu. Remarquable!

                  1. MCA

                    @Val 20 janvier 2018, 9 h 15 min

                    « racontes nous »

                    Tout de suite l’empressement de la gourmandise!
                    cette scène se situe dans le futur, je ne peux donc pas encore la raconter (quoi que…)

                    @Pheldge 20 janvier 2018, 10 h 43 min

                    Hahaha! j’imagine la scène, une pluie d’oeufs s’abattant sur son crâne chauve.
                    Non, en réalité je suis pacifique et ne souhaite aucun destin funeste à tous ces projectiles.

      2. Nini

        « l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société »
        Bien sûr, ceci n’a rien à voir avec la sécu obligatoire ni avec la retraite par répartition ..

        1. MCA

          « « l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société »

          Oui, sans aucun doute, disons de 0 à 20 ans il coûte, de 21 à 60 il est censé produire, et de 61 à 80 il coûte.

          Ce constat fait, où voulez-vous en venir?

          1. Nini

            C’est le système social cher à Attali qui fait que l’homme coûte « à la société » passé un certain âge. Mais ça, le monsieur l’ignore et préfère partir dans ses délires flippants ..
            Supposons qu’on laisse chacun préparer sa retraite comme il l’entend, alors de 20 à 60 ans (ou 45, ou 90 si ça lui chante), la personne va se constituer un patrimoine (placements, immobilier, .. ), ce capital sera en mesure de lui fournir une rente (dividendes, loyers, ventes, intérêts) pour ses vieux jours. Et ceci ne coûtera rien à la société car ce ne sera financé par les impôts de personne.
            Le même raisonnement vaut pour les assurances santé (quand elles sont privées, elles ne coûtent rien à la société), l’éducation (les écoles privées ne coûtent rien à la société), les indemnités chômage, etc.

            1. MCA

              @Nini 20 janvier 2018, 1 h 46 min

              Oui, tout à fait d’accord pour l’épargne individuelle à ceci près que pour épargner il faut déjà un certain niveau de revenus, chose que les gens n’ont pas forcément.

              Rajoutez à cela que ceux qui ont épargné sur un mauvais support (qui paraissait excellent à une certaine époque) style assurance vie, risquent fort de se retrouver à poil le moment venu, on en fait quoi de ces gens?.

              Pour le savoir, il suffit de regarder ce qui se passe aux US, il y a des vieux de 70 ans qui en sont réduits suite à faillite de leurs fonds de pension à recycler les caddies sur les parkings de super marchés, d’autre à monter la garde dans des centres commerciaux jusqu’à la fin de leurs jours.

              Ceci après avoir travaillé toute une vie et si leur santé ne leur permet plus de travailler, vous les retrouvez dans la rue à fouiller les poubelles en attendant la mort.

              D’autre part, ceux qui n’ont pas ce niveau de revenus ni la chance d’hériter suffisamment en temps et en heure, vous en faites quoi au juste hormis la charité et les restaus du coeur pour leur venir en aide?

              Idem pour les assurances santé, idem pour la scolarité (payante) des enfants.

              Quand on a les moyens, il est facile de raisonner ainsi, sinon on fait quoi?

              Moi je verrai bien une solution intermédiaire, à savoir une retraite minimum par répartition avec un équilibre obligatoire des comptes, et un complément pour ceux qui gagnent assez pour épargner, et ce complément serait intouchable par les politiques.

              Et là on peut toujours rêver, car quand les politiques (remarquez que je ne parle pas d’état) qui ont en charge ̶l̶e̶u̶r̶ ̶r̶é̶é̶l̶e̶c̶t̶i̶o̶n̶ ̶ la tenue du pays voient les besoins financiers et d’autre part ils constatent où est le magot, il leur est très difficile de résister à la tentation; une petite loi suffit pour ponctionner les fourmis et ainsi acheter la paix sociale des cigales et assurer leur maintien au pouvoir….

              Nous naissons dans un système que nous n’avons pas choisi et que nous avons les pires difficultés à réformer pour de bon car c’est très douloureux, alors nous vivons au jour le jour, de replâtrages en cautères sur jambe de bois, jusqu’à ce que la réalité comptable nous accule au choix suivant : la réforme drastique ou l’effondrement et la misère pour tous.

              Nous n’en sommes pas loin et chaque jour un peu plus près.

              1. albundy17

                 » la réforme drastique ou l’effondrement et la misère pour tous. »

                Pour les réformes, demandons à Maduro, par exemple comme il n’y a plus de médicaments, il vient de faire appel au peuple pour que celui ci ait recours à la médecine des plantes et les recettes de mère grand…

                Valaaa, à chaque petit problème, une grande solution

              2. theo31

                « pour épargner il faut déjà un certain niveau de revenus »

                Cliché colporté par les soces keynésiens. Pour ouvrir un LEP il faut gagner au maximum 1600 euros/mois. C’est le même genre de rengaine que ceux qui se plaignent du prix des consultations médicales mais qui trouvent toujours du pognon pour les clopes, de l’alcool ou une barrette de shit. La majorité des banquiers te répondront que leurs pires clients sont ceux qui ont des gros salaires

                  1. Theo31

                    Les  » pauvres » clopent plus que les gens aisés. Un paquet par jour, c’est deux cents euros par mois, soit 20 % du salaire qui partent en fumée. Chacun ses priorités.

                    De nombreux banquiers le disent, les plus mauvais clients, ceux qui paient le plus d’agios, sont les hauts salaires.

                    1. albundy17

                      « De nombreux banquiers le disent, les plus mauvais clients, ceux qui paient le plus d’agios, sont les hauts salaires. »

                      lol, tu as vu ça ou, les agios sont payés par la plèbe, pas par les comptes garnis.

                      Les mauvais clients sont en effet les hauts salaires, enfin plutôt ceux qui gèrent leur pognon correctement pour éviter les agios.

                      ça me rappelle ma banque chez qui j’avais juste un crédit immo qui a commencé à me coller des frais de comptes invraisemblables, suis retourné ds le nord pour voir la directrice d’agence et de lui expliquer que je suis pas un client chiant avec zero défaut de paiement, elle m’a rétorqué que je ne suis justement pas un bon client à cause de ça.

                      Paix à son âme je n’ai jamais eu de frais de tenue de compte

                1. MCA

                  @theo31 20 janvier 2018, 12 h 51 min

                  LOL, j’aime l’humour!

                  Plafond du lep : 7 700 € (hors intérêts capitalisés)

                  Sûr qu’avec de telles économies le détenteur va passer sa retraite bien méritée au Bahamas!

                  1. Nini

                    Dans les pays qui ont fait la transition vers un système par capitalisation (comme au Chili), les gens n’ouvrent pas des LEP mais confient leur argent à des fonds de pension qui ont été créés pour gérer de plus grosses sommes sans coûter d’impôts à personne. On pourrait s’en inspirer en France , pour faire baisser les charges sociales.
                    @Al, je ne sais pas à combien se montent les cotisations (avec la fausse distinction « salariales + patronales ») pour un salarié au SMIC, mais même si elles ne font que 500€ par mois, sur 40 ans de SMIC cela fait déjà un patrimoine de 240000€, sans compter les intérêts si le salarié reçoit et place cette somme tous les mois pendant 40 ans . Soit suffisamment pour voir venir ..

                    1. albundy17

                      on ne parle pas du pays des licornes ou le smicard toucherait le pactole mensuel de 1700 mais des 1150 sur lequel vous indiquez de mettre 500 de coté.

                      avec 650 par mois, je sais pas, peut être le larzac et des peaux de bêtes ?

                      d’autre part, 240.000, le temps de voir venir, c’est une blague ?

              3. Nini

                C’est vrai que l’obligation d’équilibre serait un moindre mal par rapport à la situation actuelle. Mais ça me gêne un peu de forcer les gens à cotiser à un système X ou Y, il faudrait laisser les gens choisir s’ils veulent « participer » ou bien s’ils préfèrent se débrouiller par eux-mêmes

                1. MCA

                  @Nini 20 janvier 2018, 16 h 26 min

                  Oui dans l’absolu, mais les épargnants US ont confié leurs économies à des fonds de pension qui ont fait joujou avec, résultat : faillite.
                  Et résultat du résultat : plus de retraite (c’est ce que j’ai développé plus haut).

                  Donc fonds de pension pourquoi pas, mais il faut quand même un filet de sécurité minimum, d’autant que quand on est en retraite il est trop tard pour recommencer une vie de labeur et d’économies.

                  Quant à les laisser se débrouiller, tout le monde ne sort pas de polytechnique, (il y en a qui sortent de l’ENA! :o)))) et n’a pas forcement la lucidité et les compétences pour gérer ses intérêts.

                  S’ils échouent ils se retrouveront d’une façon ou d’une autre à la charge des autres dans notre société.

                  On pourrait envisager un filet style minimum vieillesse ou moins moyennant cotisation obligatoire et si vous voulez plus, débrouillez vous par vous même.

                  En réalité la débrouille je ne la vois que dans l’immobilier car les placements divers reviennent à acheter bien souvent de la dette d’état avec les risque évoqués dans un de mes commentaires.

                  La finance est un métier, et on ne peut être compétent dans tous les domaines, tout au plus avoir des éclairages.

                  1. Pheldge

                    « les placements divers reviennent à acheter bien souvent de la dette d’état », oui, les placements divers sont en fait, des placements dettés … 😉

                  2. albundy17

                    Ds l’immobilier, pour en faire quoi ? t’as vu les rentas dans le bon cas ou le locataire a la gentillesse de régler le loyer ?

                    Sans compter les dégradations, pas plus tard qu’hier je vais chez un locataire, depuis aout, d’une maison remise à neuf juste avant: (il n’avait pas d’eau chaude, ballon neuf 200 L, c’est un couple avec 1 enfant)

                    un bon 25 degrés ds la maison grace aux grilles pain, les tuyauteries apparente dégoulinent de condo, les peintures des murs en dessous sont bonne a être refaites.

                    Une poubelle 100 litres pleine d’eau ds le couloir, c’est pour abreuver le chien.

                    Un vrai sauna de 100 m²

                    Chauffe eau, évidement pas de problème, la mademoiselle prends juste 4-5 douches par jour de maxi 5 minutes (compte 20 minutes) et sa gamine ne peut avoir un bain le soir, du coup…

                    En fait, je crois que pour les placements, faut plutôt faire comme Gaves, les monnaies en suivant les mouvements de fonds (ds le sens lame, profond) ça a de plus l’avantage d’être très liquide, par définition.

                    l’immo c’est cuit, alors que l’on a pas encore atteins le pic papyboom, quand ça va s mettre à claquer le marché va se casser la gueule, t’auras même plus l’invest de départ

                    1. theo31

                      L’Immobilier porte bien son nom. Ca doit être chaud pour passer la frontière avec une maison accrochée à la voiture hein. Pis c’est axé à mort, comme tout le reste d’ailleurs.

  6. Bonsaï

    Il n’est pas sûr que ce frétillant ministre né en 1969 et agrégé de lettre modernes et ancien ministre de l’agriculture possède une grande connaissance du bitcoin…

    1. Jb²o

      Et depuis quand faut-il connaitre un sujet pour en parler? C’est justement ce qu’on leur apprend à l’école, déblatérer à blanc.

    2. Le Nain

      Il ne s’y connaissait pas plus en vaches, cochons couvées. Depuis quand un ministre doit connaitre quelque chose à son ministère.

  7. albundy17

    BLM

    C’est marrant quand je lis ça donne blême 😀

    Une petite pensée pour Nabilla qui a dit a ses fans d’acheter du BTC quand il était à 20.0000 :mrgreen:

    J’ai lu je ne sais ou que l’Australie avait d’autorité bloqué les comptes bancaires faisant apparaître des transactions avec les cryptho, pipeau ?

    1. MCA

      @albundy17 19 janvier 2018, 9 h 49 min

      Petit taquin!

      Moi j’en connais un qui a dit de charger à 19 000 mais par pudeur je tairais son nom…

      MDR…. :o))))

    2. kekoresin

      J’ai récemment voulu extraire 10000 boules d’une de mes assurances vie. J’ai du me farcir toute une liasse à signer en précisant ce que je comptais faire avec mon pognon. Je brûlais d’écrire « me payer des putes, de la coke et des flingues », mais Kekorésine m’a juste dit « mets donc travaux! »

      1. MCA

        Et bien moi quand j’ai voulu acheter un pavillon et leur retirer un bon paquet de fric ils ont simplement exigé que je leur fournisse la promesse d’achat de ce pavillon.

        Donc la prochaine fois ils exigeront que tu leur fournisses le devis des travaux pour te rendre le fric que tu leur a ̶i̶n̶c̶o̶n̶s̶c̶i̶e̶m̶m̶e̶n̶t̶ généreusement prêté en le déposant chez eux; s’ils n’ont pas gelé les comptes d’ici là.

        1. albundy17

          « tu leur a ̶i̶n̶c̶o̶n̶s̶c̶i̶e̶m̶m̶e̶n̶t̶ généreusement prêté »

          En fait c’est pas si simple, tu ne leurs prêtes pas, c’est pratiquement de l’achat de part sociales, d’ou les possibilité de bail in, par ex.

          J’ai une cliente qui a raté un achat immo grâce à sa banque qui doutait des papiers du notaire 😥

          Pour ma part, j’ai vidé mon livret A, transféré le pognon sur un compte courant (par paquet de 5.000, interdit de faire plus et 3 jours mini entre les transferts), et quand j’avais enfin le montant pour acheter ce que je voulais (par virement), refus. Rué ds les brancards, le dir régional vient de Niort ds la journée, lui explique que donc je clôture les 5 comptes alors il a été compréhensif et a autorisé le virement de mon pognon….

          Quelques jours + tard je reçois un appel de la banque en question qui me demande si c’est bien moi qu’est fait ça, et destination et usage de la somme (les cons, un virement !)

          1. MCA

            Ce que j’ai retenu de tout ce que j’ai pu lire, c’est que quand tu mets de l’argent sur un compte, cet argent ne t’appartient plus, par contre en contrepartie tu détiens une créance sur la banque.

            L’argent appartenant à la banque, elle se permet de te demander ce que tu comptes faire de SON argent, quoi de plus normal?

            SI la banque fait faillite, les créanciers sont rincés et comme tu es créancier, je te laisse deviner la suite.

            Pour rassurer les pigeons que nous sommes, la jolie fable de garantie à 100 000 E a été inventée.

            Mais il suffit de diviser la somme détenue par les « Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution » par le nombre de bénéficiaires potentiels pour se rendre compte que cette garantie n’est qu’une vaste fumisterie.

            https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/faillite-bancaire-une-garantie-des-depots-europeenne-a-minima-753770.html

            Je ne suis pas persuadé que tous les clients soit conscients de l’épée de Damoclès qui plane au dessus de leur tête.

            Dans la réalité, il ne faudrait pas posséder plus de 30 000 E par client et par banque tous comptes confondus.

            Mais ce n’est pas tout, nous nous heurtons à deux problèmes simultanés :

            Le risque de banque en faillite et le risque d’état en faillite.

            Si on peut se prémunir contre le risque bancaire en choisissant une banque qui tient la route, (voir le très intéressant blog de Jean-pierre Chevallier) il devient très délicat de se prémunir contre la faillite d’un état qui possède tous les pouvoirs et qui est prêt à tout pour s’en sortir.

            A présent le prélèvement à la source présenté comme un bienfait de simplification devrait vous paraître plus clair…

            Pour le moment, tout va bien….

            1. albundy17

              Banque en faillite, on va se faire sucer pour renflouer en attendant la prochaine. Etat en faillite, tout se casse la gueule, on peut sortir le 12 et nettoyer les écuries.

              Je lisais un papier ce matin, les « acteurs boursiers » trouvent les performances du cac un peu mollassonne depuis le début de l’année, et veulent que la BCE fasse « tout ce qu’il faut »…

              Ptin, quand ça va se mettre à dévisser, ça va être biblique et le bilan de la bce va passer de l’exponentiel à la verticale ^^

      2. kekoresin

        C’était pour illustrer le fait que les banques et assurances préparent petit à petit les esprits à la possibilité de gel des avoirs, restriction après restriction. Juste curieux de savoir si j’avais précisé « pour jouer au casino ou acheter des cryptos » mon pognon m’aurait été restitué? L’assureur ne m’a pas répondu. Je pense que je vais réaliser un paquet de travaux dans un avenir proche!

  8. Kazar

    La dette de la France, si on tient compte des engagements « hors bilan » (retraites non provisionnées, UNEDIC, SNCF, dettes qui sont garanties par l’Etat, etc) est en réalité de plus de 6000 milliards d’euros…

    1. Gerldam

      C’est à dire deux fois plus que l’épargne des français. C’est pourquoi ce chiffre est pudiquement mis systématiquement sous le boisseau. Dame, ceux qui achètent la dette de la France pourraient y réfléchir à deux fois.

      1. Pythagore

        Etre détenteur de la dette, c’est être détenteur du pouvoir.
        « L’État français emprunte donc environ un tiers de sa dette aux banques et sociétés financières nationales. Près de 20 % sont détenus par des compagnies d’assurance, qui « achètent » des titres de dette française pour les placements d’assurance vie. Les particuliers sont donc indirectement détenteurs d’une partie significative de la dette publique française. Les banques françaises en détiennent environ 10 %. C’est moins que dans les autres pays européens. Une étude publiée en avril 2011 par la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) fournit des éléments de comparaisons internationales intéressants. Les pays de la zone euro font davantage appel aux investisseurs étrangers que le Japon, les États Unis ou le Royaume Uni. Au sein de la zone Euro, la France (70 %) vient en 4ème position derrière l’Irlande (85 %), le Portugal (75 %) et la Grèce (71 %). L’Allemagne est à 53 %, l’Italie et l’Espagne à 44 %. »
        Source: http://www.economie.gouv.fr/facileco/comptes-publics/dette-publique

      2. MCA

        @Gerldam 19 janvier 2018, 10 h 45 min

        « Dame, ceux qui achètent la dette de la France pourraient y réfléchir à deux fois. »

        Pas besoin de réfléchir, ceux qui achètent des produits produisant un intérêt achètent bien souvent de la dette française sans le savoir (Assurance vie, livrets A, produits bancaires divers et avariés…)

        Il va y avoir des gueules de bois au réveil, sapin 2 est prévu pour ça!

        1. frankiz

          Bien sûr que tout ce qui concerne de près ou de loin l’achat de dette de la France est à éviter.
          Perso, j’y inclurai également (dans ce qu’il y a à éviter en ce moment) les actions boursières.

          L’épargne aujourd’hui, c’est de la terre agricole, des forêts, de l’immobilier, des métaux précieux, investir dans sa boite, etc… les idées ne manquent pas selon les moyens de chacun.
          Le principe : garder le moins possible en banque et claquer tout intelligemment ( ex: restaurer une bagnole de collection qui attend d’être restaurer, faire et se faire plaisir, …) il n’ y a de l’intérêt à prendre, que dans ce qu’ils nous laissent comme liberté.

          Je n’avais pas encore de cryptos, je pense que c’est seulement après les p’tit ( ou gros ) creux qu’on se met à table 😉
          Beaucoup comme moi, attendaient et attendent toujours cette consolidation et stabilité relative, ce moment M avant de déguster tranquillement en gourmet.
          C’est cette patience qui fait toute la différence face à la goulue et gourmande Nabilla et son oubli des préliminaires juste après ses yeux doux…

    2. Jacques Huse de Royaumont

      C’est à dire que sans la planche à billet de notre parrain don Mario, l’état français est techniquement en faillite, et ne tient que grâce à un tour de passe-passe de la BCE. Les billets de JP Chevallier sur les comptes de la BCE font d’ailleurs froid dans le dos.

      1. kekoresin

        Oui, la BCE joue au bonneteau consciente que si la France se pète la gueule, c’est toute l’UE qui partira en vrille. L’Europe fait comme la Grèce en son temps avec les résultats glorieux que l’on connait! Comme dirait le boss, ça va bien se passer…

        1. theo31

          La Grèce va ces jours-ci toucher du pognon des autres pour le roulement de sa dette. Les guignols qui dirigent ce pays ont le toupet des conditions à leurs créanciers.

          Tsipras vient de restreindre le droit de grève des Grecs : branler avec le pognon des autres, c’était trop cool avant. Bien fait pour leur gueule.

        2. Dr Slump

          Dans le mitan, à l’époque où les bandits avaient encore un code d’honneur, on appelait cela faire de la cavalerie: parce que cela force l’escroc dans une course sans fin, qui consiste en gros à boucher le trou bancaire qu’il vient de faire en creusant un autre trou. Et cela se termine en cavalant avec la police ou les escroqués aux trousses.
          En somme, c’est du travail de pied nickelé, voilà le niveau d’expertise de ceux qui nous gouvernent!

    3. Higgins

      JP Chevallier analyse, de mon point de vue, parfaitement le phénomène: http:/ /chevallier.biz/2018/01/bce-fluctuat-nec-mergitur-pour-le-moment%e2%80%a6/
      Ses conclusions sont très loin d’être politiquement correctes mais je les crois des plus justes. Qui plus est, elles expliquent bien des choses. Comme l’a rappelé Jean-Marc Daniel cette semaine ches Stéphane Soumier à propos de la lamentable décision de nos peintres sur NDDL en citant ce bon Winston: « Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur. Vous avez choisi le déshonneur (nb: pas certain qu’ils connaissent le sens du mot honneur) et vous aurez la guerre ». Un chien, fut-il galeux, ne mord pas la main qui le nourrit.

    4. Flaghenheimer

      Ça n’a pas beaucoup de sens de raisonner à partir de la dette hors bilan.
      A moins de mettre en face les futurs revenus de l’Etat ou de pouvoir dire quelles dettes garanties par l’Etat ne seront pas honorées.
      Mieux vaut partir de la dette de l’Etat et ajouter celle de la sécu et des organismes publics.

      1. albundy17

        « Mieux vaut partir de la dette de l’Etat et ajouter celle de la sécu et des organismes publics. »

        Ben non vu que tu ne mets pas en face les futurs revenus de la sécu, des organismes publics et de l’état, inutile donc de considérer la dette officielle

  9. Taisson

    @Alecton 19 janvier 2018, 9 h 16 min
    « Un pays de vioque gouverné par des vioques »

    Rafraichissant de naïveté cette idée éternelle que tout serait mieux si l’on confiait le pouvoir à ceux qui n’ont encore rien fait !!
    Comme si les joueurs de pokemon et les bruleurs de bagnoles, en plein formatage socio bobo par l’Ednat et/ ou leurs « réseaux sociaux » islamo-gauchistes allaient faire des merveilles…

    Il vaut mieux toujours s’en référer à l’ami Georges pour l’âge !

    Avant de dire des bêtises repétées depuis toujours, interrogez les jeunes sur divers sujets, entre autres sur les monnaies, crypto ou pas, et la, vous serez content d’avoir peu de temps restant à passer parmi eux !!
    S’il vous reste 5mns, posez aussi des questions techniques. Vos derniers espoirs s’envoleront rapidement !!

    Au contraire le fait de confier la mission à un type qui ne comprendra surement pas grand chose au système rendra peut être la taxation moins facile…

    Sans illusions,car, dans le fatras de lois existantes, tous les moyens de taxer les transactions existent, et la taxe tombera au moment ou la monnaie, virtuelle ou pas se transformera en bien ou service concret.
    Et tous les états serons d’accord !!
    Seule une circulation confidentielle permet d’échapper au racket, mais aussitôt qu’un certain volume, financièrement interessant sera atteint, il ne faut pas rêver….Ils tomberont dessus et…Jackpot !!!

    1. MCA

      @Taisson 19 janvier 2018, 10 h 02 min

      « Au contraire le fait de confier la mission à un type qui ne comprendra surement pas grand chose au système rendra peut être la taxation moins facile… »

      Ces élus qui ne comprennent rien ont des experts qui comprennent tout et qui sont là pour leur rédiger des lois qu’ils n’auront qu’à signer.

  10. Pythagore

    « Manifestement, la stabilité est un bien précieux, sauf quand elle est fiscale, hein mon bon Bruno ! »
    Exactement ce que je me suis dit en lisant ses propos.

    1. Aristarkke

      Ne pas oublier que le personnel politique se concocte des règles ad hoc qui lui permettent d’ avoir des ponctions plus douces… quand elles existent…

      1. kekoresin

        Les ponctions plus douce ça se traduit par caresser la nuque délicatement avant d’enculer la victime avec la plus grande sauvagerie. Après, maman état donne une sucrerie ou un hébergement d’urgence pour consoler son enfant meurtri, le regard perdu dans le néant de la trahison, l’anus fissuré par tant d’amour!

  11. Kuge Moll

    Si je comprends bien les propos de cet éminent spécialiste gouvernemental, c’est le bitcoin qui a créé les mafias, les pédophiles, les terroristes et les truands de tous poils qui se vautrent dans les cryptomonnaies comme les mouches sur un étron bien frais.
    Parce que, bien sûr, avant le bitcoin, le péché n’existait pas, le monde était empli de licornes blanches à six pattes, de bisounours roses et bleus et de banques qui ne fabriquaient jamais de fausse monnaie.

    1. Val

      @Kuge avant les mêmes débiles disaient que tout le mal du monde venait de l’argent et des riches. Il y a aussi tous ceux qui disent que ça vient des religions (pas forcément les mêmes débiles mais il y a intersection) il y a même un type qui a réussi à faire croire à tout le monde que c’était les juifs, même qu’aujourd’hui l’idée a été reprise par d’autres avec un certain entrain. C’est pratique de trouver un coupable, surtout quand on est soi même coupable.

    2. Calvin

      Le réel étant fixé par l’idéologie, le passé l’est aussi.
      « Le bitcoin c’est le mal ? Alors le mal est né avec le bitcoin. »

    1. MCA

      décidément,

      il y avait déjà le Japon, à présent la biélorussie, je sens que si ça continue, BLM va traverser un grand moment de solitude sur son canot de sauvetage avec sa pagaie.

      Le must serait que Engela s’y mette aussi et on verrait BLM comme un seul homme vanter les mérites d’un outil monétaire dont il avait perçu toutes les potentialités et qu’il défendait contre vents et marées depuis son apparition.

  12. MadeInCH

    « tout le monde sait… »
    Article 21 du procès de Nuremberg :
    Le Tribunal n’exigera pas que soit rapportée la preuve de faits de notoriété publique, mais les tiendra pour acquis.
    Il considérera également comme preuves authentiques les documents et rapports officiels des Gouvernements des Nations Unies, y compris ceux dressés par les Commissions établies dans les divers pays alliés pour les enquêtes sur les crimes de guerre ainsi que les procès-verbaux des audiences et les décisions des tribunaux militaires ou autres tribunaux de l’une quelconque des Nations Unies. »

  13. Theo31

    Je m’insurge contre le concept d’ânerie : c’est faire injure à une des plus belle et intelligente créations de la nature.

    BLM, c’est pas le type qui crachait dans soupe du fake président avant de lui faire une pipe pour un maroquin ?

  14. Nini

    « La stabilité est un bien précieux. Nous refusons les risques de spéculation »
    Pourquoi ne se trouve-t-il pas, parmi la foule des anti-Bitcoin, quelqu’un pour pousser le raisonnement jusqu’au bout et laisser le vil spéculateur mettre en danger son bien précieux ainsi que ses économies et, comme il est si certain que ce n’est qu’une mode/ que ça va baisser/ que ça ne durera pas, perdre son investissement et être puni de sa cupidité sans que personne ne lui vienne en aide ? Le mauvais citoyen apprendrait ainsi que le crime ne paie pas et servirait d’exemple aux autres qui seraient tentés par l’appât du gain.
    Après tout, si le cours du Bitcoin baisse et que des gens y laissent leur slip, BLM ne sera pas le dernier à dire « je vous l’avais bien dit » ..

    1. cyprus ill

      Parce que le sort des perdants au jeu bitcoin, il n’en a rien à carrer le Bruno ! Il a juste les grosses chocotes que ça commence à sentir le roussi de pouvoir taxer tout ce qui bouge ! L’angoisse !

      1. Nini

        Justement, qu’il laisse les gens investir librement et qu’il annonce haut et fort qu’il n’en a rien à carrer des perdants et que ce sera bien fait pour leur gueule.
        Cela devrait même mettre la gauche radicale d’accord : vous pouvez être sûr que si un jour des gens finissent à poil, tous les journaux de gauche vont écrire des articles en mode « Bitcoin : quand la cupidité ne paie pas »
        De toute façon, Bruno est sûr que le jeu sera bientôt terminé, donc il ne devrait pas avoir grand chose à taxer (en supposant que ce soit possible) .. wait, penserait-il que Bitcoin a un avenir tout compte fait ?

        1. MCA

          Rien de nouveau sous les soleil :

          C’est comme à la bourse, les perdants assument leur pertes et se débrouille avec (ce qui est normal), par contre Bruno assume les gains en les ponctionnant généreusement.

          Chacun son métier!

          1. MCA

            Demande à Kéko, la médecine par les plantes n’est pas forcément à négliger :

            Canne à sucre pour le rhum, Anis étoilé pour le pastis, malt pour le Wisky, Houblon pour la bière, Gentiane pour la Suze , Raisin pour le pinard etc…etc…

            1. albundy17

              pis y’a la coca, le cana, l’opium, les champis des bouses et certaines grenouilles.

              Pour l’opium c’est dur, j’ai fendu quelques pavots cet été, ben ça coule pas beaucoup !

              1. Pheldge

                1/ t’es sûr que t’as pris le bon, le Papaver somniferum , doué comme tu es .. 😉
                2/ si c’était si facile, tu penses bien que tout le monde en aurait sur son balcon ! 😉

  15. NickSeller

    A tout hasard, quelqu’un aurait-il vent d’une plateforme d’échange de bitcoin (idéalement en ligne et non pas par caravanes de dromadaires) non débordée par l’afflux d’inscription de sorte qu’il me serait encore possible de participer à la frénésie collective ?

    1. kekoresin

      Fiable et pas saturée, c’est un brin compliqué. En plus, même si tu entre c’est plutôt coton pour passer des ordres rapides essentiels si tu ne veux pas te faire plumer.

  16. cyprus ill

    Vous nous pondez coup sur coup 2 articles particulièrement cinglants, dans votre style inimitable.
    Pourquoi voudriez vous que j’aille lire quoi que ce soit ailleurs ? On rit et on pleure. Inutile de chercher ailleurs.

  17. cyprus ill

    « What we’re doing here , is decentralizing truth ».
    Andreas Antonopoulos

    Pour ceux qui suivent l’actu crypto (anglophones uniquement), ils connaissent certainement ce monsieur qui fait énormément de conférences sur le sujet. Il conclue l’une d’elles par cette phrase qui fait beaucoup de sens. Avec la blockchain, c’est la vérité qui sera décentralisée. C’est la fin de l’autorité pyramidale, telle que nous la connaissons aujourd’hui. Et ça mes chers amis, le Bruno, mais aussi tous ses petits copains, ils n’aiment pas du tout, mais alors pas du tout !

    1. Murps

      AMHA ils ne peuvent pas ne pas aimer. Il faudrait qu’ils comprennent les enjeux. On ne peut pas détester quelque chose qu’on ne comprend pas ou dont on ignore l’existence…
      Ils ne voient que la spéculation liée au blockchain, pas le côté « décentralisé ». « Décentraliser » c’est un mot qui n’existe pas dans le vocabulaire d’un énarque.
      Les énarques sont d’ailleurs parfaitement capables de centraliser et réguler la décentralisation, de manière à organiser tout ça à partir d’un centre de décision bien identifié et qualifié ma bonne dame, sinon c’est l’anarchie…

    2. kekoresin

      Ho que oui. Ils ne captent pas grand chose mais ils sentent bien que ça pue pour leurs faces de groin avides de pouvoir totalitaire sur les masses qu’ils s’acharnent à abêtir.

    1. Pheldge

      Par précaution, utiliser une adresse mail genre trashmail, via un VPN … pour éviter les mauvaises surprises (depuis la visite de l’ami Ricoré à 6 h du mat, à la convocation à la gendarmerie locale, en passant par le contrôle fiscal …)

    1. kekoresin

      Le fun absolu! 850000 ponctionnaires sans salaire est une promesse de délices dans un océan de félicité. J’attends avec gourmandise le jour béni qui verra une brochette gouvernementale pleurnicher à tv pravda que c’est pas leur faute, que la méchante finance veut mettre à bas notre merveilleux système social qui combat si efficacement les inégalités et la création de richesses qui en est la cause.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.