Taubira, sexisme et écrans de fumée

Avec l’arrivée inopinée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, on avait pu croire, quelques mois, à un véritable renouvellement de la vie politique et on avait même pu penser, se laissant aller à une naïveté facile, s’être enfin débarrassé de toute une clique de petits politiciens dogmatiques et obstinément coincés dans des schémas de pensée du XXème siècle. Las, il n’en est rien.

Rapidement, une fois le nouveau roi bien en place sur son trône, il fallut se rendre à l’évidence ce qui fut d’autant plus facile que Ségolène Royal nous a rapidement rappelé à la raison et ramené à la froide réalité politique du pays. Prestement nommée Reine des Neiges, et ce malgré des contre-performances assez phénoménales à la présidence de sa région, elle a rapidement prouvé qu’on pouvait très bien continuer à émettre des avis péremptoires même en l’absence de tout mandat électif, de tout avenir et de toute signifiance politique si ce n’est celle de point de repère pour ceux que l’échec et la médiocrité guettent impitoyablement.

Le cas Royal aurait pu être isolé. Nous sommes en France et il n’en est donc rien : après la nouvelle égérie des pingouins, c’est au tour d’autres épaves politiques de reprendre du service, largement aidées en cela par une presse complaisante et toujours en mal de marronniers pour alimenter ses étiques colonnes.

C’est ainsi qu’on découvre, au détour d’articulets forcés sur nos écrans par cette presse envahissante, les dernières pensées profondes de Christiane Taubira, l’ex-Garde des Sceaux quand Hollande sévissait encore. Profitant de ce qui lui reste encore d’aura, elle se retrouve invitée dans des happenings branchouilles et doit prendre la parole sur des sujets à la mode. Et dernièrement, la voilà enrôlée dans une Nuit des idées organisée à Montréal par l’Institut français.

À en juger par les saillies de l’ex-ministre, le titre de l’événementiel est assez apte : pour les idées, c’est vraiment la nuit noire qui s’installe dans les milieux intellectuels à mesure qu’une espèce de tempête de poncifs, de lieux communs et de chasse aux sorcière se répand partout.

Rebondissant sur l’actualité qui a fourni, avec l’affaire Weinstein et ses douzaines de scories, une toile de fond particulièrement pratique pour y peindre une société machiste, patriarcale, oppressante et nauséabonde, Christiane Taubira s’est donc ouvertement réjouie par avance que les hommes soient un jour confrontés à (je cite) « l’expérience de la minorité », jugeant d’ailleurs que « l’expérience de la minorité est enrichissante, elle élève ».

On pourrait bien sûr souhaiter que la réflexion de l’immense penseuse politique ne s’arrête pas là et qu’elle en vienne à réaliser, enfin, que la plus petite des minorités est l’individu lui-même et qu’à ce titre, il faut absolument tout faire pour tempérer les mouvements actuels dont tout indique qu’ils passent leur temps à amalgamer avec une belle vigueur tous les hommes, ou tous les blancs ou, pire encore, tous les hommes blancs dans le même panier d’infamie.

En attendant qu’elle mène ce cheminement logique, on pourra regretter qu’elle prenne avec autant de légèreté certaines des actions menées par divers activistes dont les comportements se rapprochent parfois de la calomnie ou de la diffamation. La délation rapide, de préférence sur les réseaux sociaux, ne semble pas problématique. Mieux, elle ne suffit pas :

« La stigmatisation sociale via les réseaux sociaux ne suffit pas, la justice doit prendre le relais et les agresseurs doivent répondre de leurs actes devant des tribunaux. »

Pour une ex-ministre de la Justice, on aura le droit de lever un sourcil : on pourra toujours jeter un type en pâture à la vindicte populaire, ce n’est pas grave puisque la Justice prendra le relais. Et s’il n’y avait qu’une délation sans fondement, eh bien tant pis : la Justice étant passée, ce qui a été vomi sur les réseaux sociaux s’évaporera sans mal, je présume. Au pire, on saupoudrera un peu de poussière de licorne sur Facebook et Twitter, et hop, les allégations mensongères s’effaceront et les préjudices disparaîtront.

On aura le droit de lever un deuxième sourcil lorsqu’on lira, toujours dans le même entretien, qu’en définitive, peu importe le nombre de lois qu’on passera puisque

Même avec toutes les lois possibles, certains hommes seront toujours des goujats

… Ce qui devrait inciter à la prudence en matière de production législative, qu’on ne retrouve absolument pas dans le cortège de belles-âmes qui ont – aussitôt que l’affaire Weinstein prenait de l’ampleur – décidé de lancer de grandes opérations de codification légale sur l’outrage sexiste dont on attend le résultat avec gourmandise, notamment la partie verbalisation qui promet de grands moments de rigolade.

En pratique, Taubira, comme la politicienne madrée qu’elle est restée, s’inscrit ici dans l’air du temps qu’elle a aidé à produire avec d’autres péronnelles (depuis Najat Vallaud-Belkacem jusqu’à la dernière friandise gouvernemamantale, Marlène Schiappa) et s’exprime comme à son habitude, avec tout la grâce d’un éléphant sur une paire de skis, pour osciller entre les banalités et les âneries de circonstance que personne n’osera relever de peur de déclencher un tsunami de réactions outrées.

Car au-delà des petites phrases de Taubira (essentiellement plongées dans les constats d’évidences enrobés dans des formulations ampoulées), il reste l’actuelle tempête médiatique qui frise parfois l’hystérie où tout devient sexiste, tout n’est plus que discrimination, lutte, et vociférations bruyantes contre (au choix, panachage possible) le patriarcat et la domination masculine ou le machisme, les inégalités homme/femme, le harcèlement, j’en passe et des meilleures (comme ceci par exemple où, je cite, des femmes et des hommes féministes « déconstruisent les mythes de la masculinité », quels qu’ils puissent être).

En fait, on pourrait croire le discours de Taubira anecdotique. On pourrait imaginer que l’avalanche d’articles, d’émissions, de déclarations et maintenant de lois qu’on subit actuellement n’est qu’un effet de mode. C’est en partie le cas, bien sûr, mais ce serait oublier un peu vite que pendant que ces questions sociétales palpitantes occupent une place prépondérante dans l’actualité, les autres problèmes ne sont pas abordés (et ne sont donc ni réfléchis, ni traités).

De la même façon que Hollande avait occupé une bonne partie de son quinquennat sur le mariage homosexuel pour la simple et bonne raison que cette question, parfaitement accessoire à la bonne vie du pays, ne coûtait absolument rien à un État exsangue, Macron, son équipe et l’immense foule des idiots utiles qui piaillent derrière lui pratiquent la même technique avec la lutte acharnée contre le sexisme, les inégalités et les impolitesses de rue (là où l’arsenal de lois existantes couvre déjà l’ensemble de la problématique, si tant est que la volonté politique existe de le faire appliquer) : on s’occupe de l’accessoire, on oublie l’essentiel (le chômage, la dette, les problèmes de logement, d’éducation, de retraites, etc.).

Pendant ce temps, incapables de fournir les outils et les méthodes intellectuelles pour réellement combattre les messages subversifs, collectivistes et néfastes, et, pire encore, distribuant elles-mêmes de bonnes doses de ces messages collectivistes, les hystériques de l’égalitarisme à sens unique nous construisent résolument un monde où on aura simplement réorienté les haines et les ségrégations au lieu de les faire disparaître.

Forcément, ça va bien se passer.

J'accepte les BCH !

15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires235

          1. kekoresin

            T’as oublié un « a » à « cerf »!

            Je me suis taper un rdv de 2 heures à la mairie pour un terrain qui donne sur une rue. Sauf que, entre le terrain et la dite rue (en fait sur la rue) une parcelle privative de 50m² qui traîne là depuis Napoléon 1er, sans héritier connu. Le terrain ne peut pas être borné par le géomètre et donc pas de permis de construire possible car il faudrait créer une servitude de passage sur la rue où tout le monde passe depuis toujours. Branle bas de combat, service juridique, réunions avec la mairie, la comcom, le géomètre, le conseiller départemental, deux techniciens urbanistes et j’en passe. Tout ce petit monde sortait son article de loi qui contredisait les autres. Au bout de deux heures avec ces sodomisateurs de drosophiles, j’avais effectivement des envies de berseker et fracasser ces petites têtes de cul suffisantes. J’ai fini par lâcher « les avis c’est comme les trous du cul, tout le monde en a un! A qui je dois faire un procès pour débloquer ce merdier? – silence – puis une petite voix de technicienne me répond « le maire ». Ce dernier, un copain d’enfance, m’a dit qu’il prendrait sur lui de réintégrer la putain de parcelle de merde dans le domaine publique. Je lui est dit bravo pour tout ce bordel pour que dalle et qu’avec quelques dossiers du genre les impôts et la connerie n’ont pas fini de grimper! J’ai terminé par dire que j’étais le seul dans cette salle à ne pas être rémunéré pour dire et entendre ces conneries…Ça soulage mais c’est très chiant.

            1. Aristarkke

              Et c’est comme cela que tu respectes la propriété privée d’ autrui, fut-il héritier inconnu ??? Toi, un libéral??? 😛
              Suis étonné que le fisc ait subi tout ce mankagner sans rien faire pendant des décennies.

  1. sam player

    J’essaie de décrypter la dernière image… le laxatif, le chien, la fourrure et la légende dans le lien de la photo (brace yourself this wil not end well)… help !

            1. Lorelei

              Je me lance: « C’est normal que vous n’ayez rien compris! Vous, vous êtes des hommes!  »
              Guillemets fermés, je m’en vais, très loin

              1. MCA

                @Lorelei 31 janvier 2018, 11 h 17 min

                Hahaha,

                Ca fait des millénaires que nous nous évertuons pour notre plus grand plaisir à feindre de ne rien comprendre.

                Je constate avec gourmandise que le genre 1 ne semble toujours pas en avoir pris conscience.

                (Pas de blague, ça reste entre nous, hein?)

            2. chochocho-choclima

              Hmm… Il faut selon moi remettre les morceaux d’ image dans le bon ordre : 1 Le chien ; 2. Le paquet de laxatif vide ; 3. rectangle noir ; 4. l’ epée ; 5. rectangle noir ; 6. la fourrure autour du cou ! Et en effet, la couleur n’ est pas celle du chien.

          1. Aristarkke

            Diction a disparu de ton glossaire interne ??? Effet des alizés, du trop-plein de soleil (tu pourrais nous en laisser un peu de çui là), du récent hyménée, du rangement obligatoire de tes affaires, de la fin de la douillette vie de célibataire, du renoncement à tout ce que le nouveau dragon abhorre???

            1. Pheldge

              pffff quand on ne veut pas reconnaître le talent créatif du rédacteur, pourtant souligné par les guillemets, on médit, on ricane …

                    1. Pheldge

                      t’as trop raison : ma main, elle a son petit cerveau à elle qui se trouve localisé, euh, wait … ah, bin dans le cerveau aussi ! 😉

                      Ah et si tu laisses à ton âge des « traces de freinage » dans ta culotte, c’est pas la peine d’en faire un #tachedefond 😀

      1. Aristarkke

        Monseigneur est rien qu’ un petit filou. Une pirouette pour éviter de nous répondre qu’en fait, il y a eu une erreur de chargement de document et qu’il a la flemme d’y remédier…

    1. Val

      @sam comme toi ! Bon plusieurs interprétations :
      – face à c taubira H16 se sent à la fois ds la peau de medor ayant abusé de laxatif soit dans la peau de Ed Stark. Espérons lui une fin plus clémente.
      – notre hôte vient de vivre ce problème avec son chien et l image de Ed Stark est une allégorie visant à nous montrer quel usage il va faire de la fourrure de son chien.
      – la photo de Ed Stark ds le froid symbolise H16 au Canada venant d écouter Taubira, son côté crispé montre l effet que ces paroles ont eu sur ses boyaux, il se cramponne à son epee pour se contenir. Le chien dans un élan de compassion naturel essaye de se mettre à l unisson. Il symbolise notre troupe d aficionados dévoués et fidèles.

    2. Aristarkke

      J’imagine qu’avec l’esprit légèrement mal tourné de Mgr de Cèze, le laxatif est l’ultime méthode envisageable pour se débarrasser de Taubira et autres pestes du même acabit de ce qu’il en pense…

    3. Vodkaman

      Disons que si le chien a mangé la tablette de laxatif et que l’image vient bien de game of thrones, cela préfigure juste ce qui va se passer pour le chien (throne est ici à prendre au sens phonétique)

  2. malicorne

    Je serai musulman en France (et d’ailleurs) qu’est-ce que je me poilerai !
    En attendant de remettre un jour les pendules à l’heure ..

    1. Aristarkke

      Êtes vous sûr de la conjugaison???
      Je vois du futur alors que j’ose espérer que vous pensiez printemps conditionnel??? 😈
      Sinon, cela va bientôt décapiter du chaton par chez vous…

  3. Bonsaï

    Mme Taubira est certainement mieux comprise au Québec, où règne une atmosphère naïve et bon enfant, qu’en métropole. Les Français quant à eux sont un peu lassés par les extravagances de cette ex-Ministre de la Justice particulièrement extravertie…

    1. Taisson

      Je pense qu’elle serait encore mieux « comprise » dans le grand nord, ou ses conseils de « déconstruction de la masculinité » seraient vraiment utile aux bûcherons et aux trappeurs !!
      Il faut dire que chez les crétins gauchistes québecois, il y à déjà pas mal de « démasculinisés », c’est plus facile…La bas, se sont les filles qui ont l’air viril!

    2. Gosseyn

      Christiane Taubira se devait de connaître les obligations de sa charge de Ministre, qu’elle a accepté. Une fois en poste sa responsabilité l’obligeait à faire exprimer aux différentes Directions de la Chancellerie les problèmes structurels dépendant de sa fonction.

      Mais voila, elle a préférer ignorer le fait que les responsables du Conseil supérieur de la magistrature refusaient d’appliquer l’Ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958, relative au statut de la magistrature.
      Christiane Taubira portant de ce fait et pour sa part la responsabilité directe de la violation des articles 50-1 et 63 de cette Ordonnance. Ce qui n’est pas rien.

      Alors que cela induit pour le Président de la République un manquement statutaire à l’article 88-1 de la Constitution, consistant en sa soustraction de fait au respect dû au Traité Européen, ainsi qu’un manquement de sa part à son article 64 constitutionnel, vu sa position de magistrat suprême.
      Lui qui ne peut ignorer ceci, vu sa fonction et ses conseillers ; ce qui donne alors une bonne appréciation de sa conception de l’État de droit.

      Bref, elle est une délinquante, peut être une corrompue de la pire espèce qui soit, s’il est possible d’établir qu’elle avait été informée de cette situation !
      Notez à ce sujet les effets de l’article 432-1 du code pénal, entre autres …
      Et elle a ainsi entraîné inconsidérément l’institution républicaine dans une impasse constitutionnelle.

      Et l’on viendrait dire que son fonds idéologique n’est pas la subversion pure et dure du pays ! ?
      Autrefois, des têtes sont tombées pour bien moins que cela !

      1. kekoresin

        Pfff, si en plus il faut se plier à la loi! Les lois sont bien écrites pour encadrer les gueux, non? Si d’aventure un politicien fusible est pris au collet, ça ne va pas très loin, en tout cas pas jusqu’à la geôle surpeuplée de gens sans relations dûment élues.

    3. albundy17

      Bonzaie tu t’arranges pas, les quebécois sont maintenant des crétins congénitaux ?

      Et ta phrase sur la taube, tu l’as piquée à la conne de dombasle ou c’est directement de toi ?

  4. zen aztec

    « « Dans ma vie, j’ai plus souvent été victime de racisme que de sexisme, même si la masculinité sournoise des institutions et des comportements m’a été perceptible en de nombreuses circonstances. »disait elle aussi à cette fameuse « foire aux idées »
    Bref,pas de mains aux fesses,juste du fantasme masculin à son endroit,genre pied au cul

  5. Pere Collateur

    Ce que toutes ces bonnes âmes se gardent bien de dire, c’est que c’est un jeu qui finira mal. Monter les uns contre les autres, c’est ce qu’ont pratiqué SOS racisme et autres trucs du même genre, avec le résultats fabuleux qu’on connait tous.

    Evidement après avoir cogné sur la seule catégorie encore permise, faudra s’attendre à un sacré retour de balancier. C’est toujours comme ca.
    Tous ceux qui réclame de la défense des droits des femmes actuellement sont ceux qui contriburont à leur futur asservissement. Car vouloir faire disparaitre le fameux mâle dominant, qui en vrai, est justement le dernier rempart des femmes contre d’autres type de machismes importés, c’est signé des deux mains la fin totale de tous droits pour les femmes. Toutes. Et pour des siècles!

      1. kekoresin

        D’autant que la catégorie « veuve éplorée » a tendance à se faire rare. La petite minette susceptible d’attirer la caresse fessière, c’est plutôt « tu m’casse les couilles ». Perso, je ne vais pas risquer la tôle pour avoir défendu une paire de couilles, même avec des nichons!

    1. Jacques Huse de Royaumont

      N’oublions pas que les Weinstein, Strauss-Kahn et autre Bergé sont des enfants de mai 68 qui se sont appliqués à eux-même ses mots d’ordre. Cette idéologie a cherché à détruire les valeurs de la morale traditionnelle, y est en grande partie parvenue et en récolte les fruits vénéneux.
      Ça ne les empêche pas de venir nous faire la morale. Le kandubien, ça ose tout.

    2. Taisson

      Nous sommes quelques unes (uns) à s’être aperçu de tout ça… Et depuis longtemps pour ce qui me concerne.
      J’ai eu l’occasion de subir, il y à longtemps, un encadrement professionnel féminin, et j’imagine assez bien ce que cela doit être devenu dans le contexte actuel !
      Il n’y aura pas de meilleur recrutement possible pour les conversions à l’islam que le monde vu selon les féministes actuelles. (qui d’ailleurs sont toutes pro islamistes..)
      Les jeunes mâles déchristianises culturellement, auxquels la propagande aura fait disparaître toute l’histoire de leur pays (mythes ou pas) verront l’islam comme une libération !
      Comme le dit plus haut Malicorne, les pendules seront remises à l’heure, mais ce sera l’heure d’hiver pour toutes, et accessoirement la fin de notre mode de vie.

      Ce n’est pas un complot, mais de nombreux apprentis sorciers se réjouissent de voir tout ça fonctionner comme prévu…
      Est utile de rappeler que ce pays est foutu, et que le reste de l’occident semble suivre?

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Pour elle, comme pour Caroline de Haas, le frotteur dans le métro est un concept théorique. On se doute bien en les voyant qu’elles sont naturellement à l’abri de ce genre d’inconvénient.
      C’est peut-être la clé pour les comprendre.

      1. Taisson

        Le frotteur dans le métro…pour moi, c’est le patin qui appuie sur le troisième rail pour y prendre l’électricité indispensable au fonctionnement !

        Patin, appui, contact, électricité…Pas de doute, en fait c’est bien ce mode de transport qui est diabolique et incite à la perversion sexuelle de part sa construction!
        Donc pas besoin d’utiliser ce truc conçu pour les gueux pour en deviner l’horreur! ces grandes dames on bien raison de ne pas s’y commettre.
        Malgré tout, certaines n’y risqueraient vraiment rien….(pardon on avait dit pas le physique.)

      2. MCA

        J’en apprends là une bien bonne : elle prendrait le métro?

        Moi qui croyais que ̶l̶a̶ ̶l̶i̶m̶o̶u̶s̶i̶n̶e̶ ̶d̶e̶ ̶f̶o̶n̶c̶t̶i̶o̶n̶ ̶ le Vélib était son horizon indépassable.

        1. Pheldge

          pour garantir la valeur scientifique de l’expérience, il faut pouvoir la renouveler !
          On me dit que, M. Mbala-Mbala, humoriste et noir, aurait envoyé une invitation à participer à la-dite expérience au présentateur de la matinale de Europe 1. Il accueillit son refus poli d’un « Les voitures à gaz, P. Cohen ? dommage … » réplique en passe de devenir culte …

  6. René-Pierre Samary

    « Je sens qu’il faut parler des hommes d’un point de vue féministe, en étant ni hostiles ni dogmatique, mais en considérant qu’il n’y a quasiment rien de naturel dans la masculinité, que tout ça est construit socialement »
    Retour à la case Beauvoir. « On ne naît pas femme, on le devient ».
    « Les couilles sur la table », par Victoire Tuaillon, c’est bien trouvé. Pour lancer des slogans, elles sont très fortes. Mais n’est-ce pas la démonstration de leurs capacités verbales, que j’évoquais plus haut, patron. Maintenant, qu’il y ait derrière ces feux d’artifices taubiresques une quelconque argumentation solide, un raisonnement qui tienne debout un tant soit peu, je me le demande. J’en doute. Paroles verbales, et derrière, le vide. Oui, un peu comme Macron, un prince de la féminitude.

    1. Val

      @rene j ai toujours trouvé Beauvoir pathétique, ridicule. Elle s est reniée toute sa vie en voulant vivre comme ce qu elle pensait être un homme, elle n a fait que passer d une caricature à l autre. Elle me fait penser à M Jackson qui a passé sa vie à se blanchir . Quel camouflet aux femmes pour la première et aux noirs pour le second.

      1. René-Pierre Samary

        « Je pense qu’il faut supprimer la famille ». « Il ne faut rien laisser passer (…) Ça commence par la grammaire où le masculin l’emporte sur le féminin ». « (…) trouver un tel bonheur dans la sexualité (fait que les femmes) deviennent plus ou moins les esclaves des hommes, ce qui renforce la chaîne qui les attache à leurs oppresseurs. » « Le biologisme le plus rétrograde ».
        Extraits de « Simone de Beauvoir aujourd’hui », entretiens avec Alice Schwarzer.
        Et tout ça pour – en même temps – fondre dans les bras d’un bellâtre sud-américain…
        A propos, la dernière de Schiappa, à propos du meurtre d’Alexia Daval. Elle s’emporte contre le fait qu’on puisse essayer de comprendre le geste de son mari. En somme, selon Schiappa, quand une femme est la victime, il ne faut jamais tenter de comprendre, il faut condamner. Pas de circonstances atténuantes. Pense-t-elle la même chose quand une femme est une meurtrière ? Je pense que pour Schiappa au contraire, dans ce cas toutes les excuses sont bonnes.

        1. Pheldge

          RPS, désolé, mais l’avocat de la défense a eu des mots très choisis pour atténuer l’horreur de l’acte que venait d’avouer son client. Comprendre c’est traduit immédiatement par excuser. Et là, non, un homme doit être capable de se maîtriser sa colère, quelle qu’en soit la cause ! Et frapper une femme, fût-elle la dernière des chieuses , non !

          1. Val

            @pheldge +1 les coups entre époux sont inexcusables . Dans un sens comme dans l autre . Trop nombreux sont celles et plus rarement ceux qui tolèrent ça en inventant des excuses à l oppresseur.

            1. René-Pierre Samary

              Ce n’est pas inventer des excuses que de constater que la violence au féminin peut aussi s’exercer par le verbe, par le mensonge, par les pièges qu’ouvrent le séduction et la procréation. Ces violences seraient excusables, alors que la violence au masculin, généralement physique, ne le serait pas ?

              1. Val

                @rene ne me fais pas dire ce que je ne dis pas . La seule chose que je dis est que de mon point de vue : un époux ou une épouse qui lève la main sur l autre est un/une misérable à mes yeux. C est un point de vue personnel ça fait partie de mes lignes jaunes entre les fréquentables et les pestiférés. Maintenant pour ce qui est du verbal certains et certaines sont des pousse au crime mais comme dit Camus : un homme ça s empêche. N es tu pas d accord ?

                1. BDC

                  Val, on est tous d’accord pour dire que les violences conjugales (genres 1 et 2, physiques et psychologiques) sont intolérables. Mais ce discours moralisateur est inadapté face à des malades irresponsables (c’est pas ma faute c’est elle qui m’a poussé à bout), preuve de son inefficacité : tous les milieux sociaux sont touchés, alors que les 5 fruits et légumes par jour et votez Kamdubien fonctionnent à merveille chez les gens « éduqués », là ça ne marche pas. Je n’ai pas de solution, à part fuir une fois que c’est trop tard, mais je pense qu’il faut trouver autre chose que le dyptique récursif culpabilisation/soumission.

                  1. Pheldge

                    le slogan de 68 « il est interdit d’interdire » est devenu « no tabou », si on ajoute le dénigrement des valeurs et des enseignements traditionnels , ça donne : « tu ne tueras point ? connais pas ! jamais entendu ! « 

                    1. BDC

                      Ce serait intéressant de voir s’il y avait autant de violences conjugales du temps de l' »abominable » catholicisme. René, une idée ? 😀

                    2. sam player

                      Bah BDC, à cette époque la femme était soumise et civilement irresponsable et faisait tout bien comme on lui disait. L’avait pas des idées d’indépendance, namého !

                    3. BDC

                      @Sam 10h15 . Ah ouééé … ça me rappelle une réflexion lue chez FB, sur les femmes qui se convertissent à l’Islam et récupèrent au passage de la valeur aux yeux du genre 2, c’est peut-être ça la solution, au secours 😀 !

                  2. Val

                    @BDC c était juste une réponse à rené pas un commentaire de l article.Je ne fais pas de discours moralisateur, c est juste ce que je pense , c est mon point de vue. Je suis frappée de voir que l on ne puisse exposer son point de vue sans être taxée de faire de la moralisation. Il me semble que chacun a droit d avoir des valeurs auquel il tient sans être taxe de quoi que ce soit. C est mon cas et je respecte les gens de valeurs qui se les appliquent.

                    1. Pheldge

                       » Je suis frappée … »c’est mon cas et je respecte les gens de valeurs qui se les appliquent. » : je déduis : Val est battue, mais son mari est un « gens de valeur » , alors ça va ! 😉

                    2. BDC

                      Val, ne prends pas la mouche, je visais le discours des féministes type, ça fait des années qu’elles se battent contre les violences conjugales et l’impact ne va pas dans le bon sens.

                    3. Val

                      @BDC je ne comprends pas le combat de ces femmes . Si elles ne veulent pas être battues pourquoi les épousent t elles ? On ne vit plus au 19e elles ont le temps de juger non ? J ai personnellement vu une connaissance ds ma jeunesse s en prendre une sous mes yeux pour une broutille (très bon milieu grd bourgeois ) le frappeur était le meilleur ami de mon copain d époque . Il est reste sans reaction . Ça a signé l arrêt de ma relation avec lui. Une autre de mes amies , fille de militaire à épousé son ami car il lui avait colle un claque ,car dit elle , elle avait fait une « crise » . Elle était aux anges elle avait trouvé l homme de sa vie …. Moi évidemment j hallucinais. Il y a des femmes qui cherchent à se faire battre. D autre non bien sur et les lois sont deja la pour les protéger.

                    4. sam player

                      @Val 11 h 55
                      « Ça a signé l arrêt de ma relation avec lui. »
                      L’expérience t’apprend qu’il ne faut pas se mêler des disputes de couple… sinon c’est toi qui t’en prends une !

                    5. Val

                      @sam 12h45. Pas mon genre de m en prendre une et je ne me suis mêlée de rien , juste assisté médusée à la scène que je pensais a tort d un autre âge et d autres milieux. J ai cesse toute relation avec mon ami d époque il était tout simplement impensable de fréquenter un homme qui tolérait ce type de moeurs chez ses propres amis.

                    6. sam player

                      « …et je ne me suis mêlée de rien… »
                      Je revis Val avec ce que tu nous narres Val : tu ne te mêles de rien mais tu aurais voulu qu’il s’en mêle mais tu t’en mêles quand même en mettant fin à ta relation avec lui… oops je m’emmêle !

                    7. albundy17

                      @Val:  » elles ont le temps de juger »

                      J’en ai connu doté d’un cerveau et régulièrement frappée, faisant un troisième enfant, ou un quatrième, histoire d’amoindrir les coups, c’est bien là le soucis, il n’y a plus de jugement

                    8. Val

                      @sam 13h42 tu t amuses à essayer de placer des points ds un hypothetique débat qui n en est pas un. Je ne demandais rien j ai juste réalisé à son attitude que nous n avions pas les mêmes valeurs c est tout. Et donc exit.

                2. René-Pierre Samary

                  J’aime cette formule. Camus pensait-il « homme » en tant qu’être humain, femmes comprises, ou seulement « vir » ? Je flaire la seconde version. Ou suis-je de mauvaise foi ?
                  « S’empêcher », cela sent la virilité contrôlée, n’est-ce pas ?
                  Alors vois-tu, Val, je trouve que « s’empêcher », non seulement c’est « bien », mais en sus cela procure la discrète satisfaction de se sentir supérieur à celui/surtout celle qui ne sait se contrôler.
                  On aimerait se voir crédité de cette belle tempérance, mais quand elle est régulièrement mise à profit pour être attaqué encore plus durement, car prise pour de la faiblesse, on peut finir par moins « s’empêcher ».
                  Chez les mammifères, les mâles ont inscrit dans leur génome une sorte d’interdit, qui est de s’attaquer aux femelles. Même chose en sens inverse chez les femelles. En voyant que ces barrière naturelles parfois ne fonctionnent pas, on ne peut s’empêcher à des cas de dégénérescence de l’espèce, sous l’effet d’une absence de sélection naturelle, qui produit les « malades irresponsables » dont parle BDC ci-dessous, mais aussi, à un degré moindre, ces êtres qui dans leur enfance n’ont jamais été corrigé, tous les abus leur étant permis.
                  Leur beauté, leur attrait, permettent à beaucoup de femmes d’agir sans « empêchement ». Il est aujourd’hui admis qu’elles « en ont bien le droit ». Alors qu’il n’est pas admis (heureusement) que les hommes auraient bien le droit de se servir de leurs atouts. Quelques gifles expriment éventuellement un retour à l’équilibre.

                  1. Val

                    @rene je ne sais pas si camus pensait homme ou femme ou les deux, mais j aime aussi sa formule. Et je plussoie sur le début de ta réplique :oui s empêcher peut faire passer pour de la faiblesse et les brutes jouent sur du velours et ricanent de notre auto empêchement. Je suis d accord sur le fait que les gens incapable de s empêcher ont souvent une grave carence éducative . Aujourd hui avoir des interdits, des valeurs,n a pas la cote ca fait debile . Je ne te suis pas sur ton retour d équilibre , c est le genre de truc qui soulage peut être sur le coup mais qui te hante après comme un fantôme. Je parle ici de violence entre conjoints. Dans la vie il m est arrivé de coller des tartes retentissantes bien pesées et je ne les regrette absolument pas . Je ne fais pas partie des gens qui banissent la violence bien au contraire mais pas entre proches (sauf enfants jeunes ayant pousse le bouchon) et en ultime recours.

                    1. René-Pierre Samary

                      « Il y a des femmes qui cherchent à se faire battre.  »
                      Puis : « Je ne te suis pas sur ton retour d équilibre »
                      C’est aussi le leur qui serait rectifié.
                      Il n’y a pas de plaisir à donner quelques gifles à une personne qui abuse volontairement de votre patience (comme un fessée cherchée par le gamin qui teste jusqu’où il peut aller).
                      Je n’ai réussi à le faire qu’une fois dans ma vie. « Réussi », car c’était bien à contrecoeur, à froid et après longues hésitations. Dans d’autres cas, ce furent de simples bourrades, pour justement éviter une possible montée aux extrêmes. Dans aucun de ces cas, rien qui me hante, bien au contraire, la sensation d’avoir tardivement et timidement agi justement.
                      Mais tu parles de « proches », de conjoints, et je n’ai pas l’expérience d’une longue vie de couple…

                    2. sam player

                      « …sauf… »
                      Donc tu es pour !
                      Je me marre quand j’entends des qui disent qu’ils sont contre la peine de mort … sauf… (attention, là arrivent les zenfants en général).
                      Et donc, là je me marre aussi !

                    3. Val

                      @sam je maintiens le « sauf  » : les enfants ne sont pas adultes et il en va de notre responsabilité d adulte de poser fermement les bornes indépassables au besoin fessée à l appui. Et pour la peine de mort qui t à dit que j étais contre ?

                    4. sam player

                      @ Val c’est une transposition : je n’ai pas dit que tu avais dit
                      P’tain ça doit être compliqué la vie avec toi !

          2. BDC

            Maître Pheldge, je ne suis pas spécialiste mais il me semble que le crime passionnel est jugé moins sévèrement que l’assassinat prémédité, donc la défense s’explique. Schiappa commente une affaire judiciaire en cours, se rabaisser à faire le pilier de bar c’est déplacé de sa part, mais c’est sa fonction qui veut ça …

            1. Pheldge

              pas sa fonction, sa personnalité d’emm3rdeuse patentée … La fonction au contraire lui impose une réserve, et de n’ouvrir sa boîte à bêtise qu’après vérification auprès de son dir cab et dir comm !

            2. Moudtoncafénoir

              Toc toc.

              Pour ma part je pense que sa fonction c’est d’utiliser le pognon de son « mini-se-taire-sur-la-vrai-vérité » à permettre aux jeunes gens ( l’avenir) d’être suffisamment moins cons que les anciens et savoir se contrôler pour ne pas « étouffer » son partenaire.

              Bien sur, on comprend par « étouffer », le sens propre et le sens figuré. C’est à dire castration ou strangulation. Castrer c’est pas bien et stranguler c’est pire. Et les deux sont pas mieux.

              Certes elles se devait de fermer sa ******. Mais bonne question ou mauvaise ?

              Elle fait bien le job finalement, puisque le dessein est autre. Massacrer la France et sa culture pour poursuivre dans la voie si bien tracée bien avant elle, déjà vers Pompidou pidou pidou…

              MeilleurDesMondes, trois minutes d’arrêt, je répète, trois minutes d’arrêt. Les récalcitrants seront ….. arghhhhh je suis mouru(e).

              1. BDC

                @tous. Sa fonction c’est ministre de l’Egalitaÿ ou un truc du genre, non ? Que peut-on en attendre, sinon des gesticulations en tous sens, des idées tordues et des raisonnements de travers pour calmer les féministes ? Elle est excellente dans son job.

  7. Nofreedom

    Avez vous cette magnifique interview où une « journaliste du camp du bien  » se fait lapidé par son invité, qu’elle tentait par tous les moyens de piéger et de faire passer pour le pire des fascistes?

    https://www.youtube.com/watch?v=aMcjxSThD54

    Il faut dire que cet invité, Jordan Perterson, est doué pour l’argumentation et a l’habitude de débattre avec des hystériques prétendument progressistes…

    1. Vassinhac

      Déjà publié dans ces colonnes. La vidéo est excellente, dommage que trop peu de nos compatriotes comprennent l’anglais et la logique.

        1. René-Pierre Samary

          C’est ce que j’appelle la réaction de la cichlidée, en m’inspirant de Lorenz. La femelle cichlidée, quand le mâle se fait moins dominant, « en perdant la crainte du mâle, perd en même temps toute inhibition l’empêchant de se conduire agressivement envers lui. D’un coup, c’en est fait de sa timidité : grosse et insolente, elle se dresse devant son mari au milieu du territoire. »
          Mais que celui-ci exprime sa force, et la voilà toute repentante, son attitude exprimant une invite sexuelle. Le « je vous ai eue » fait passer l »intervieweuse d’une attitude agressive à une claire attitude de séduction.

        2. Pythagore

          Peuh, un collègue qui me dit aujourd’hui, ah! y faut absolument qu’on fasse un meeting « fesse to fesse », je lui ai dit que je ne mangeais pas de ce pain là.

    2. Pythagore

      Brillante cette vidéo, si nous avions qq politique capable de déconstruire les ideologies gauchistes comme le fait ce type, ce serait formidable.
      NB: pour les sous-titres, il y a en bas de video, à gauche du bouton « paramètres », un bouton qui permet de les afficher. C’est en anglais et parfois un peu approximatif, mais peut-être que ca peut aider.

  8. cyprus ill

    L’éléphant sur des skis : fallait y penser ! Mais même Taubira sur des skis aurait suffi à bien réaliser le grotesque de la situation !
    Bon, que dire, si ce n’est que tous ces instituts à travers le monde, payés par notre pognon, et permettant de recycler des has-been politiques (au passage, encore un exemple qu’il vaut souvent mieux jeter que recycler), ne servent strictement à rien. « Nuit des idées » : putain, mais y a vraiment aucune limite à la branlette intellectuelle !!!

    1. kekoresin

      Les intellos collectivistes dépensent 100 à réfléchir comment dépenser 1 pour les gens de terrain, vous savez les grouillots qui torchent les vieux ou servent les marmots à la cantine bio.

      Pour ces recyclés de la poubelle politique, rien n’est trop cher, rien n’est trop beau, rien n’est à la hauteur de leur sacrifice à la nation, à la région, au département, au canton, à la comcom, à la commune, au quartier… Comme les rats ils occupent tous les écosystèmes souterrains qu’ils ont su se construire, comme autant de planques douillettes à l’abri des crue électorales.

  9. Moudtoncafénoir

    Bah, l’éternel combat intime entre un individualisme primaire issue d’un viscéral instinct de survie et une grégarité sous-jacente issue d’une « compréhension », non moins instinctive, que l’union fait la force face à l’adversité. Mieux vivre après avoir bien survécu.

    Reste à se poser les bonnes questions sur qui est l’adversaire et quels sont les buts à atteindre.

    Adversaire peut être mis au pluriel et les buts au singulirer. Divisons, règnions, il en restera toujours quelque(s) chose(s)…

    Orwell: pour suivrire il faut hurler avec les loups.
    Sinon, le premier qui dira la vérité (la quelle?) sera exécuté!

    À noter que 1984 ne doit pas se lire comme un roman d’anticipation dystopique, mais bel et bien comme un manuel mis à disposition de ceux qui veulent réaliser la machine (machination) ou ceux qui veulent la deconstruire. Ingénierie sociale.

    Déjà machiavel expliquait au(x) prince(s) quelques fonctionnements mécaniques et autres emboîtement des rouages de la machine populaire. Mais à quel(s) prince(s) s’adressait il finalement ? J.J Rousseau y répond de façon éloquente même si quelques uns de ses errements ont pu permettre de lui jetter bien des pierres et le ranger dans des rayons poussiéreux.

    Puis nous avons eux ce gamin, rebelle comme peuvent être les gamins. Servitude volontaire qu’il affirme déjà il y a quelques siècles. Tout est dit il y à déjà des lustres et des lustres. Temps où peu issus du peuple savaient lire/écrire mais où tous, ou quasi presque tous, savaient suivre et bien suivre un panurge bien blanc, ou un lapin, pays merveilleux hein Alice…

    Reste alors le mouton noir, déjà mal habillé et de fort mauvais goût, qui se propose en méchoui et se hisse sur sa croix, car il doute de pouvoir hurler avec les loups, mouton noir, hein, comme déguisement on a fait mieux…

    De toutes façons, les gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux. Et puis, où va la route ? Au train ou vont les choses on finira bien par arriver en gare et poser les pieds sur le quai. En attendant continuons de ramer, on a atteint l’Amérique ou l’herbe n’est pas si verte, en ramant plus fort nous reviendrons chez nous, paraît que la terre est ronde.

    https://www.google.com/search?q=loup+mouton+image&prmd=inv&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjf562F94HZAhXExxQKHTnFCoQQ_AUIESgB&biw=1280&bih=800#imgrc=YCvp9fbuRnA4QM:

            1. Moudtoncafénoir

              http://2.bp.blogspot.com/-jw5Hqf8LYxY/Tx13mHU4bPI/AAAAAAAAEOQ/yX0XzIyCpvE/s1600/mouton-noir-intello-abattoir.jpg

              Avec plaisir mais ne restons pas trop st-exasperant, ni Ra, ni Ré, même si d’un bled à l’autre se trouve toujours les mêmes mèmes, les uns si trop rouge, les autres si trop bleu, avec ces pires si trop blanc et ces autres si trop arc-en-ciel, tous pareil à leur paroisse, il y a de l’espoir, pourvu qu’on rame et qu’on rame encore comme l’atteste les shadocks.

              Essentiel, comme moudre son café noir ou tirer son huile du jeu. Met de l’huile, met de l’huile, dans la vie faut que ça glisse….

  10. WorldTour73

    En fait, comme elle n’a pas réussie à rendre son bled pourri indépendant, elle s’est décidée à faire chier son monde. Mission reussie.

    1. kekoresin

      Quel manque de pragmatisme de la part de l’état. Rendre leur indépendance à ceux qui le souhaitent serait une bénédiction pour la France. Fini la prise en charge des Surinamais qui viennent pondre en Guyane, les alloc, les fonx payés triple, l’entretien des infrastructures, la couteuse lutte contre les galimperos… Qu’on les laisse pourrir dans leur jus tropical et qu’on leur expédie définitivement Black Jane et ses idées grandiloquentes sur la pénitence éternelle de l’homme blanc esclavagiste par essence.

      1. Aristarkke

        Création d’une enclave puissamment fortifiée, façon Hong Kong, pour le centre spatial et on donne l’indépendance à tout ce qui est autour…
        Les économies à prévoir: sidérantes….

        1. Vassinhac

          Il faut ajouter un accès à un port ! Et c’est là que le bât blesse : le port de Cayenne est gangrené. Je ne suis pas sûr que celui de Kourou permette l’acheminement des pièces même détachées des engins spatiaux.

            1. Pheldge

              TU t’en bats les burnes sam, nuance ! bicauze pour une grosse majorité de nos concitoyens, privatiser, ou rendre indépendant, c’est vécu comme l’amputation d’un membre !

            2. Aristarkke

              Ce n’est pas pour cela que je plaide uniquement pour le centre spatial. Quasi sur l’ équateur, son emplacement est idéal pour le tir de fusées.

              1. albundy17

                .sea-launch.com

                Même plus besoin de sécuriser les lieux, vraiment sur l’équateur et les débris tombent en pleine mer, pis il y a la suite :

                .presse-citron.net/encore-un-atterrissage-reussi-en-pleine-mer-pour-la-fusee-de-spacex/

      2. cyprus ill

        J’ai attendu ça tellement longtemps (Je n’attends plus car je sais que ça n’arrivera jamais) : ils veulent l’indépendance, qu’on la leur donne ! Guyane, Guadeloupe, Martinique, Mayotte, etc. Tout ça ne fait que nous coûter du pognon.
        Je constate, encore et toujours, que notre ennemi historique, le britton, a toujours su mener sa barque plus intelligemment que nous. Il y a énormément d’exemples pour l’illustrer (le Brexit finira par en être un aussi), mais le domaine où clairement ils ont fait différemment de la France est la gestion des colonies. Voilà une France obsédée par l’inclusion, incapable d’imaginer autre chose que « tout ou rien » : soit ils deviennent tous français, soit on dégage et ils se demerdent. Les brittons eux, tout en finesse et pragmatisme, ont construit un empire qui, même si la plupart des pays sont désormais independants, reste quasiment aujourd’hui identique à ce qu’il était : le Commonwealth. Voilà une organisation de 52 pays, qui ont tous pour reine Elisabeth 2, et qui à eux tous doivent coûter à l’Angleterre 5 fois moins que les 5 ou 6 îles pourries que la France a réussi à se garder et pour lesquelles votre CSG ne cesse de croître ! Quand on y réfléchit, on en reste bouche bée…

        1. Aristarkke

          Les Anglois veillaient à ne rien changer (en apparence) dans les pays colonisés mais également à envoyer les enfants des élites locales étudier en GB pour qu’ils adoptent l’ English way of life, tout naturellement..

        2. kekoresin

          @Cyprus – Dans le Commonwealth ils adorent la Reine. Dans nos colonies, ils nous chient dessus. Ils ont tout juste le sourire de circonstance pour le touriste dans le meilleur des cas. Dans le pire, c’est le chaos avec une immigration affolante, un tissu économique désastreux et une délinquance qui fait passer le 93 pour un parc d’enfants turbulents!

          1. Pheldge

            « nos colonies » ? ah bon ? 😉 Bon, y’a qu’aux Antilles où il y a un racisme anti blanc persistant. La preuve, RPS la dernière fois qu’il y est passé, on lui a joué « la mort ou tchi-tchi » 😉

            1. kekoresin

              Vu qu’il a survécu…

              Pour la perception du métropolitain blanc, c’est vrai que les Antilles ont la palme du racisme. Le jour où les aides ne tombent plus aussi dru on en reparle!

              1. René-Pierre Samary

                Bien d’accord avec les interventions qui précèdent. J’ajoute que les anglais, à la différence des français, ne se mélangeaient pas au locaux. Pas de métissage. En revanche, dans les antilles françaises… Cela peut participer à l’explication sur les différente attitudes : indifférence intéressée chez les brittons, quelque chose de plus affectif chez les froggies…

              2. MCA

                L’indépendance?

                J’en avais parlé à l’ancien maire du Marin, une ville au sud de la Martinique .

                Il me disait qu’il était prêt à assumer l’indépendance car lui, artisan s’était toujours assumé et qu’il se voyait bien assumer l’indépendance de son île.

                je lui avais fait remarquer que qui dit indépendance dit autonomie dans tous les sens du terme et qu’il fallait envisager le tarissement du robinet à pognon de la métropole.

                Et donc que ses petits copains une fois le frigo vide risquaient fort de venir se servir chez lui et que ça nouvelle république bannière finirait comme Haïti.

                Volte face de mon interlocuteur :
                « si c’est comme ça, l’indépendance je n’en veux pas! »

                Et réponse de ma part à cette remarque : « trop tard, à présent vous l’avez! »

                Lors des émeutes et grèves en Guadeloupe, à l’époque Sarko leur avait posé la question suivante : « vous voulez quoi au juste? l’indépendance? »

                Le piège était tendu mais ils ont très bien compris et n’y ont pas mis les doigts.

                Réponse unanime et immédiate :

                « Non, pas l’indépendance, juste l’autonomie ».

                Autrement dit : « envoyez le fric et nous on se charge de le dépenser.

                Mais comme tu dis, le jour ou on coupera le robinet du fric tout simplement car nous n’en auront plus suffisamment, ça va être intéressant à observer vu d’ici.

                Et rajoute à ça un petit cyclone style Hugo histoire de mettre un peu d’ambiance.

                Par contre les blancs auront intérêt à se barrer vite fait car je ne donne pas cher de leur peau en pareilles circonstances.

                1. Aristarkke

                  A la fin de la seconde guerre mondiale, Aimé Césaire était venu trouver le Général pour obtenir l’indépendance des Antilles Françaises, au titre de leur ralliement précoce à la France Libre, leurs belles participations aux combats, etc…
                  Le Général, qui connaissait (bien) son lascar, avait répondu (dans le style) qu’ effectivement, les Antilles avaient bien mérité leur indépendance, la vraie indépendance (i.e. sans chèques de fin de mois)…
                  Nous connaissons la suite…

                  1. MCA

                    Je pense que si on les laisse tomber, ils finiront en colonie US car les ‘d’jeuns » des cocotiers ont la tête tournée vers le grand voisin du nord tout en méprisant la main qui les nourrit (pour le moment) et qui n’en donne jamais assez.

                    Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’une fois sous la botte US, ils marcheront à coup de pieds dans le C, mais avec une casquette NYC sur la tête, ça aura quand même une autre allure.

                    Il faut rajouter à cela une croissance démographie qui n’a rien à envier au tiers monde, un manque cruel de ressources donc un chômage endémique porte ouverte à tous les trafics, drogue notamment, et la cocotte minute monte lentement en pression.

                    Et pour conclure une fierté mêlée de m’as tu vu , notamment leurs femmes qui les pousse à afficher ce qu’ils ne sont pas.

                    C’en est même cocasse de les voir défiler devant l’église de Saint Anne le dimanche à l’heure de la messe avec leurs 4×4 rutilants (acheté avec un crédit sur…années), Monsieur habillé en blanc (décidément), Madame parée de ses bijoux comme un sapin de Noêl, le tout faisant la noria pour bien afficher au public que EUX ne sont pas n’importe qui.

                    Cela dit j’aime bien leur côté bon enfant, certainement lié à la générosité du climat et la beauté de ces îles et à une métropole qui arrive encore à leur assurer ce train de vie, mais pour combien de temps encore?

            2. MCA

              @Pheldge 1 février 2018, 3 h 23 min

              Certes Il y a un racisme anti blancs aux antilles, notamment contre les békés.

              Cela dit, je m’y rends tous les ans et vais vivre chez l’habitant.

              L’année dernière notre hébergeur, un antillais du cru m’a dit la chose suivante :

              « Bazarde tout ce que tu as en métropole et viens vivre avec nous »

              Alors? C’est pas beau ça?

        3. MCA

          @cyprus ill 31 janvier 2018, 21 h 36 min

          « ils veulent l’indépendance, qu’on la leur donne !  »

          Ca n’arrivera jamais car bon nombre de politiques ont des propriétés et des intérêts dans ces îles.

  11. MCA

    Que nenni H16,

    Ce gouvernement ne fait pas que s’occuper de problèmes mineurs comme vous le dites :

    PARIS (Reuters) – Les revenus du trafic de drogue vont entrer dans le calcul du produit intérieur brut (PIB) de la France à partir de la prochaine publication des comptes nationaux annuels fin mai, annonce l’Insee mardi dans un communiqué.

    Ce changement, inclus dans le cadre d’une plus vaste refonte des normes comptables, pourra se traduire par un relèvement de plus de deux milliards d’euros du niveau du PIB.

    Notre redressement est sur la bonne voie…

      1. Calvin

        De mémoire, les revenus de la profession médiatique (lâche et aux ordres de l’élite) sont blés et bien comptabilisés dans le PIB français.

        1. Vassinhac

          au moins les revenus de la drogue correspondent bien à des produits faisant l’objet d’une demande prouvée par le marché (il n’y a pas moins régulé, comme marché !), au contraire des revenus de la profession médiatique.

      1. Pheldge

        pourquoi s’enquiquiner alors qu’il tellement plus facile et plus sûr, à tout point de vue, de taxer le consommateur ? les amendes … de toutes façons, s’il y a plus de trafic, c’est de leur faute ! et comme ça on fout la paix à Momo & Kader, commerçants honorables 😉

        1. Aristarkke

          Il y avait un pénible ce matin chez Les Experts… État par ci, taxation par là, imposition par derrière, règlementation par devant…
          Ai craqué en moins de deux minutes…

            1. Aristarkke

              Nenni. D’ une génération éduquée à ne pas lever la main sur le genre un, même pénible, suis. Ni le pied, aussi. Mais la liste est évidemment limitative avec des exceptions… 😛

    1. Aristarkke

      Cela va permettre d’ alléger (un peu) le ration dette par rapport au PIB. Dans quelques mois, quand cela redeviendra un peu trop criant, on intégrera la prostitution puis ensuite, l’économie souterraine…
      On étale ses « atouts » un par un pour que la partie dure plus longtemps…

          1. sam player

            Bah en théorie, le calcul se fait à périmètre constant… Même principe que quand une entreprise en rachète une autre : on ne dit pas que le CA a augmenté de 50%…

              1. sam player

                Oui effectivement…ça serait l’idée… mais surtout d’emprunter plus de sous à ratio constant… mais vu que le ratio va continuer à grimper…

      1. cyprus ill

        C’est exactement ça. La seule et unique raison de ce délire ubuesque consistant à comptabiliser les trafics illégaux : trafiquer les chiffres. Entre trafiquants…

  12. kekoresin

    Après la reine des neiges, la reine de la forêt vierge! Par souci d’égalitarisme forcené à devenir aussi con et poilu que le macho moyen, elle a en effet décidé de ne plus entretenir sa toison pour en faire un écosystème propice à l’épanouissement du morpion rigolo. Voilà un animal singulier qui pratique l’égalité entre mâles et femelles, encore que les femelles n’ont pas le droit de vote…un combat de plus à mener. Vite une commission d’experts!

    Il en résultera certainement un parallèle sociologiquement pertinent selon l’ex garde des sots. (Mais) la société n’est-elle pas l’infini tissu de toutes ces petitesses, de ces finasseries, de ces hypocrisies, de ces misères ? L’humanité pullule ainsi sur le globe comme une sale poignée de morpions sur une vaste motte. Oui, l’homme est un morpion pour l’homme!

    1. Calvin

      À force de penser que l’homme est un morpion pour l’homme, des gens ont inventé la théorie des genres.
      J’ai appris en classe que le morpion est l’animal qui change le plus souvent de sexe.

  13. toto17

    L’avalanche d’articles de presse, de livres, de prises de position, de manifestes et manifestations fémi…..anti-mâles blancs occidentaux, ne prouvent pas que les femmes veulent l’égalité et luttent pour l’avoir mais prouvent qu’elles ont déjà l’égalité et ont gagné la lutte.
    C’est en réalité déjà de l’histoire ancienne.
    En effet, les femmes sont déjà majoritaires dans les études supérieures depuis un bon moment, ce qui est un indicateur avancé de l’évolution de la société.
    J’ai envie de dire : « tant mieux pour elle » mais ce serait sexiste que de lier performance intellectuelle et sexe.

    1. BDC

      « Indicateur avancé » … intermédiaire plutôt. Parce que dès que les féministes sont calmées et qu’on arrête la propagande « faut plus de filles dans les filières scientifiques », la proportion de filles rediminue pour arriver à un équilibre conforme aux souhaits naturels d’orientation des individus, et non le 50/50 obtenu par embrigadement, cf. le paradoxe en Norvège, ou pourquoi y a-t-il moins de femmes ingénieurs dans le pays le plus avancé dans l’égalité homme-femme.

      1. René-Pierre Samary

        Pourquoi ? Moindres performances intellectuelles, en moyenne, dans la représentation spatiale, dont moins de goût pour des métiers qui demandent cette qualité. En revanche, beaucoup de goût pour les métiers de contact, conformément aux aptitudes féminines moyennes. L’étude norvégienne confirme ce que fait comprendre la simple observation des enfants des deux sexes.

        1. Aristarkke

          Comment cela : Moindres performances spatiales???
          Je reste émerveillé des capacités de Dame Starkke quant à passer l’ aspirateur avec un très haut taux de déconfiture et de mise en sépulture des poussières par rapport à son effort ou à repasser, façon miroir, chemises et draps. Assurément, je plaide être incapable d’ égaler pareille prestation et me garde donc d’ entrer en lice sur ce motif…

          1. kekoresin

            On m’a piraté mon compte, j’vous jure Madame la juge, c’est pas moi qui écrit toutes ces horreurs. D’ailleurs j’adore les gonzesses! J’ai dit gonzesses? Merde on m’a aussi piraté ma cervelle de porc…

        2. Theo31

          C’est surtout que les filles a l’école appliquent le principe de précaution : elles ont de très bons résultats dans un système bien encadré. A la fac où il faut être autonome, ca se dégrade sérieusement.

  14. Pheldge

    HS : quelqu’un est-il abonné à,le Point ? il y a un article qui paraît croustillant :
    lepoint.fr/societe/alain-madelin-depouille-de-600-000-euros-par-sa-secretaire-01-02-2018-2191298_23.php

  15. Gosseyn

    H.S., mais tout de même intéressant : Quelqu’un pour faire une bonne affaire immobilière en achetant les biens savoyards de Nicolas Hulot, deux maisons, de 116 mètres carrés et 180 mètres carrés, et un appartement de 48 mètres carrés, d’une valeur cumulée de 157.000 euros (Capital) !
    Voyons, de l’immobilier à moins de 500 euros du mètre carré !

    1. Aristarkke

      Ça, ce n’est pas un prix de vente mais la valeur déclarée à la commission chargée de recueillir les déclarations de patrimoines des minustres et autres…

          1. Gosseyn

            Tant de constance dans la reprise de certains mails …
            Vous devez avoir un notaire dans vos relations, vous ?
            Ou bien est-ce que vous vénérez leur réussite financière ?

              1. Gosseyn

                Hélas non, je suis convaincu que les notaires  »sains » seraient en mesure de pouvoir purger leur profession des trop nombreux délinquants chevronnés qui s’y trouvent.
                Là, ils serviraient à quelque chose, des fois qu’une crise de probité les atteigne !
                Inutile donc de convertir l’interrogatif en affirmatif pour éluder …

                1. sam player

                  En fait Gosseyn, les escrocs se répartissent également dans toutes les professions, surtout les plombards
                  Il n’y a pas de professions épargnées et il n’y a aucune raison qu’il en soit autrement

                  1. Gosseyn

                    Bien entendu, mais la répartition n’est pas égale entre les professions. Il est probable qu’il y en ait plus chez les garagistes que chez les enseignants, par exemple.
                    Le notariat en diffère du fait du statut d’officier ministériel. Ce qui met cette catégorie en devoir de signaler les délits dont ils ont connaissance, vu l’article 40 du code de procédure pénale.
                    Les notaires peuvent bien s’en dispenser, mais alors cela se complique de recel, où l’on passe à la catégorie pénale, article 321-1.
                    Enfin, si leur Conseil sup. diffuse à tous les notaires une convention dont l’application implique de devoir enfreindre leur secret professionnel (je vous assure que c’est le cas), leur règlement national les oblige à dénoncer ceci (en sus de cet art. 40).
                    Donc tous les notaires sont impliqués :
                    – Soit  »simplement » pour recel.
                    – Soit pour avoir enfreint leur secret pro.
                    Je ne connais aucune profession où l’intégralité de ses membres soit passible d’un délit pénal.
                    À part la mafia, si vous considérez ceci comme une  »honorable profession » ?

    2. Pheldge

      Y’a aussi sa maison en Corse qui pose quelques problèmes …
      lepoint.fr/politique/exclusif-comment-la-maison-corse-de-hulot-a-retreci-01-02-2018-2191286_20.php

        1. Moudtoncafénoir

          Les corses sont malins mais bof. De nos jours, les maîtres récoltent avant de semer. C’est l’art du rétropédalage. Tu encaisses pour une idée à venir, tu jette l’idée en vrac comme un chien pose sa chose et tu part en marche arrière avec ton parachute tout beau tout neuf. C’est mieux que le relativité. C’est déconnecté, inconsistant, impalpable, un peu comme délié. Oui c’est ça ! Aucune relation entre la cause et l’effet. L’irelativité, première loi. Des trucs comme responsable mais pas coupable. En gros c’est garantie « bon fonctionnement », mais pas contre les pannes. Mais nous étions prévenu par l’autre escroc: si si, ça ne s’use que si l’on s’en sert… mieux que la relativité, le rétropédalage qui te permet de jouir, avant, pendant et après et autant en emporte le vent. En gros, plus tu penses et plus t’es riches et tu rétropédale pour valider les gains de tes idées avant de les avoir appliquées… et excellence… les valider avant même de les avoir imaginées. Retour vers le futur.

          We are the champions !

  16. Opale

    Marie Claire et Madame Figaro comme sources ; je dis chapeau Patron, moi j’aurais déjà vomi avant la fin du premier. Faut quand même rendre à César sa toge et ses lauriers, le boss se mouille pour nous quand même.

  17. zelectron

    l’enveloppe, la surface du discours doucereux de la madone des orpailleurs: lénifiant, égalitariste, bisounours, républicain, maçonnique, sectaire, exclusif, dictatorial (imposif), dogmatique, exclusif, fanatique, intolérant, rigide, fermé, assommant, en un mot socialiste.

    le fond du même discours, éructé : atroce, abominable, accablant, affreux, barbare, criminel, meurtrier, cruel, douloureux, dur, effrayant, effroyable, épouvantable, féroce, grand, hideux, horrible, ignoble, implacable, infâme, infernal, inhumain, innommable, insondable, insupportable, intolérable, laid, mauvais, méchant, monstrueux, néfaste, noir, odieux, pénible, poignant, repoussant, sauvage, tendu, terrible, répulsif, répugnant, terrifiant, violant, vomissant, puant, schlinguant, dégobillant, anéantissant, délétère, asphyxiant, corrupteur, diabolique, fétide, intoxicant, irrespirable, maléfique, malfaisant, malsain, mauvais, néfaste, nocif, nuisible, pernicieux, pestilentiel, toxique, vénéneux, menaçant, circonvenant, destructeur, écrasant, intolérant, tuant, anéantissant, abaissant, abîmant, accablant, annihilant, aplatissant, assommant, atterrant, brisant, broyant, causant la ruine, confondant, consternant, démantelant, démolissant, démoralisant, désintégrant, détruisant, dévorant, dissolvant, écœurant, écrabouillant, écrasant, engloutissant, terrorisant, épuisant, éreintant, étouffant, excédant, exténuant, exterminant, faisant disparaître, fatiguant, finissant, achevant, outrageant, profanant, foudroyant, harassant, jetant à bas, laminant, liquidant, neutralisant, paralysant, pulvérisant, ravageant, réduisant en cendres, faisant chanter, intimidant, renversant, ruinant, sapant, submergeant, terrassant, appelant au viol, destructeur, agressif, annihilant, briseur, corrupteur, démolisseur, déprédateur, destructif, dévastateur, dissolvant, exterminateur, mortel, néfaste, nuisible, prédateur, ravageur, stérilisant, subversif, vandalisant, tourmentant, affligeant, agaçant, alarmant, angoissant, assaillant, brimant, brutalisant, cahotant, chagrinant, corrosif, crucifiant, damnant, déchirant, dénaturant, désespérant, désolant, dévorant, effrayant, embarrassant, embêtant, endolorissant, énervant, donnant la rage, excédant, à faire chanter, à faire souffrir, gênant, harcelant, importunant, infestant, inquiétant, irritant, maltraitant, martelant, martyrisant, meurtrissant, minant, molestant, mordant, navrant, obsédant, oppressant, persécutant,préoccupant, pressant, rongeant, stressant, taraudant, tenaillant, torturant, tyrannisant, vexatoire, violentant, un discours d’orgueil et de suffisance ne souffrant aucunes contradictions.

Laisser un commentaire