[Redite] Une France de radars

Article précédemment paru le 28.02.2016

Il y a deux ans, à la suite de la publication de ses « excellents résultats » par l’instance officielle chargée de distribuer les courriers de PV routiers, je notais que les radars routiers français n’étaient qu’une extension palpable de ces douzaines d’autres radars dont les Français se sont eux-mêmes dotés pour repérer ceux qui sortaient de la norme sociale acceptée. J’en tirais alors des conclusions sur le développement logique que suivrait le gouvernement, quel qu’il fut après les élections. Et malheureusement, « comme prévu », l’écart avec ce qui se passe actuellement n’est pas si fort.

Tiens, voilà qui est surprenant : une de nos administrations réalise une jolie performance et vient de battre un nouveau record d’efficacité ; ceci est suffisamment rare pour être souligné. Ne vous emballez pas trop tout de même, il ne s’agit pas de la SNCF ou de l’URSSAF, soyons sérieux deux secondes. Mais avouons que la belle prouesse de l’Agence nationale du traitement automatisé des infractions mérite quelques applaudissements.

Comment ? Vous ne connaissez pas l’ANTAI ? Pourtant, c’est grâce à leur travail décisif que vous pourrez recevoir, joie, bonheur et ponction monétaire, vos amendes et autres contredanses automatiques à la suite d’infractions routières vous plaçant immédiatement dans la catégorie des dangers publics ! Et pendant l’année 2015, l’ANTAI a battu son précédent record en émettant 13,31 millions de contraventions (au lieu de plus de 12 millions en 2014). Youpi, non ?

Au passage, on ne pourra s’empêcher de noter que cette multiplication des PV n’est pas liée à la multiplication des flashs mais à la meilleure qualité des radars et des photos qu’ils prennent et au meilleur recouvrement de la part de l’administration.

radars routiers moins laxistes

Vraiment, il aurait été dommage de passer sous silence les améliorations techniques, le bon recouvrement financier et le déploiement toujours plus grand de ces radars sur les routes de France. Il est vrai qu’on se demande souvent quand les nouvelles technologies s’insinueront dans certaines administrations et certains services publics. Ainsi, quand Paul Employ va vraiment découvrir internet, ça va poutrer violemment, vous verrez. Et lorsque le gouvernement ou l’Élysée recruteront des gens compétents pour leurs réseaux sociaux, peut-être ira-t-on jusqu’à découvrir qui est vraiment Président actuellement (c’est vrai, quoi, la blague a assez duré) ?

En attendant, réjouissons-nous de voir la France des radars progresser à grands pas.

Après tout, qui ne voudrait pas de ces magnifiques engins qui permettent à nos forces de l’ordre de brigander contrôler l’automobiliste sans que cela puisse vraiment se traduire par une meilleure sécurité sur les routes ? Qui pourrait réellement s’opposer à ce qu’on occupe nos bataillons de gendarmes et de policiers à choper du père de famille en Touran sur l’autoroute plutôt qu’aller risquer leur couenne et leur badge dans des cités ou s’organisent trafics, go-fast et traites des blanches, qui, de surcroît, ne rapportent rien à l’État et qui, quand ils sont gênés, peuvent même provoquer des aigreurs d’estomac à nos gouvernants ?

Bref, des PV qui arrivent à bon port, des amendes qui sont payées et des radars qui se multiplient, c’est vraiment une excellente nouvelle pour ce pays de liberté.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Et puis ne l’oublions pas, le principe du radar est tout de même bien ancré dans les mœurs françaises. On aime beaucoup contrôler son monde. On adore s’assurer que tout le monde (les autres surtout) est bien dans les clous. On supporte assez mal celui dont la tête dépasse et qui fait le malin.

D’ailleurs, si l’on trouve du radar par douzaines sur nos routes, on trouve du radar ou son équivalent symbolique à peu près partout ailleurs.

oooh filocheEn entreprise, tout excès sera copieusement sanctionné. Le contrôle intervient à tous les niveaux et aucun n’épargnera le petit malin qui, s’il sommeille en chaque entrepreneur, ne manque pas de se réveiller si on lui en laisse la possibilité : les syndicats savent pertinemment que le patron cherche essentiellement à nuire aux salariés ; et ça tombe bien, les salariés se doutent, confusément parfois, que tout est fait pour les entuber. Le fisc sait que l’entreprise est le nid de tous les abus. L’URSSAF ne se fait aucune illusion et diligente heureusement assez régulièrement de perspicaces inspecteurs qui remettront l’exploiteur dans le droit chemin.

À l’école, au collège, au lycée, à la fac, là encore de solides petits radars existent et font tout ce qu’il faut pour garantir qu’aucun excès de vitesse intellectuelle ne sera enregistré. L’esprit critique est évidemment encouragé lorsqu’il s’agira de critiquer ceux qui en ont. Les récents événements ont d’ailleurs poussé notre brillantissime ministre de l’Éducation actuelle à mettre en place quelques jalons importants pour lutter contre rumeurs et autres théories du complot, ce qui assure que chaque individu, correctement cornaqué encadré, ne se fourvoiera pas dans l’une ou l’autre impasse intellectuelle, à commencer par celle du libéralisme.

Quant au reste de la société française, à commencer par sa culture, elle n’est pas moins exempte de ces radars qui flashent à qui mieux-mieux lorsqu’un excès de pensée déviante est détecté. Qu’est-ce que le politiquement correct, soi-disant pourchassé dans les émissions, les films, les pièces de théâtre, les spectacles qu’il faut avoir vus et qui sont pourtant les exemples parfaits de ce politiquement correct et de cette norme imposée discrètement mais implacablement à tous ? Comment ne pas voir ce politiquement correct depuis le moindre journal télévisé jusqu’à la récente (et soporifique) cérémonie des Césars, et comment ne pas noter tous les petits radars, à droite, à gauche, qui s’assurent que tout le monde est bien à sa place, dit bien ce qu’il faut, pense bien là où il faut penser et quand il faut penser ? Au passage et puisqu’on parle de cinéma, comment ne pas se rappeler du sort délicat que fut celui d’un film très politiquement incorrect, Made In France ?

Non, décidément, la performance de l’ATAI est la simple extension dans le domaine de la sécurité routière de cette habitude de la société française d’installer des radars absolument partout : on a instillé chez tous les bons petits citoyens la nécessité de détecter le déviant, le différent, celui qui va trop vite, trop lentement, qui est trop grand, trop petit, trop bête et surtout trop intelligent…

C’est inquiétant, à bien y réfléchir.

En effet, la meilleure des dictatures n’est pas celle qui donne à quelques uns, par l’armée et la police, le pouvoir de vie et de mort sur tous les autres, mais celle qui permet à chacun d’entre nous, par le vote, par le lobbying, par l’auto-censure ou la censure active, d’exercer une petite tyrannie sur tous les autres. Elle est bien plus stable, bien plus durable et bien plus solide que la dictature autoritaire traditionnelle puisqu’elle utilise les ressorts les plus profonds de chacun d’entre nous, cette part de jalousie et d’envie de contrôler les autres qui nous amènent, tous à des degrés divers, à accepter la société dans laquelle nous vivons, à la cautionner, et, pire que tout, à en redemander bruyamment lorsque l’occasion se présente.

Grâce à ce mécanisme qui a infusé cette dictature du radar social partout, la France est parvenue à se passer de l’étape suivante, la dictature autoritaire complète. Malheureusement, à mesure que, de politiquement correct en censures frénétiques, de contrôle permanent en sanctions automatiques, l’atmosphère se fait plus lourde et plus irrespirable, les nécessaires bouffées d’air frais que pourraient amener un peu de liberté n’arrivent pas ; les individus, se sentant chaque jour plus incarcérés dans un système étouffant, se font plus violents.

Par réaction, l’État et son gouvernement montrent leurs muscles, instaurent un état d’urgence, multiplient contrôles et sanctions. L’issue semble évidente : peu importe les prochains raouts électoraux, la petite tyrannie de chacun, montrant des difficultés croissantes à se maintenir sans heurts, sera bien vite remplacée par un pouvoir fort, autoritaire, sans contestation possible, et, pire que tout, appelé par les vœux de tous.

Ce pays est foutu.

winston churchill sur les fascites de demain

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires36

  1. Stéphane B

    Cher taulier, il est quand même utile de remarquer que le seul logiciel de l’Etat qui fonctionne bien est celui des radars. Pour faire rentrer du fric, ils sont forts nos informaticiens étatiques. Par contre, pour le reste, galère galère comme pour Louvois ou ANTS pour obtenir une carte grise
    https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/18/2744677-des-automobilistes-s-agacent-aux-guichets-de-la-prefecture.html²

    Et dire qu’on va avoir l’impôt pris à la source, bonjour les emmer.es !

    1. kekoresin

      Les agents administratifs en relation directe avec le connard d’usager se mettent en arrêt maladie et la justice française qui n’a que ça à branler inflige des amendes à l’état (!?!?!). Le connard d’usager payent le tout car dans ce cas précis, l’état c’est lui!

      Les français sont super cool, ils s’agacent là où des extractions de molaires à coups de phalanges seraient une réponse mesurée!!!

    2. theo31

      Pour la carte grise, je suis allé chez un sous-traitant de la préfecture qui officie dans un bungalow au bord d’une nationale. Je suis resté environ un quart d’heure. Pour le prix, j’ai eu un accueil impeccable et le boulot correctement fait. J’ai reçu la carte cinq jours après par la poste.

      1. Malicorne

        C’est exactement ce que je faisais en Afrique lorsque j’avais des démarches à effectuer en vue de l’obtention d’un document officiel. On est sur la bonne voie.

  2. Le Gnôme

    C’est foutu, effectivement, et pas que chez nous même si les symptômes sont plus avancés dans nos contrées. Le citoyen, mais faut il l’appeler de ce nom, veut que l’Etat règle tous ses problèmes, il s’en remet à lui parce qu’il a perdu le goût ou l’envie de se battre pour s’en sortir. Il est plus facile de déléguer à un fonctionnaire le soin de déterminer ce qui est bon pour lui que de réfléchir de son propres chef au moyen de faire avancer les choses.

    La voie de l’asservissement, de la dictature molle est arrivé, et je suis extrêmement pessimiste sur les chances d’en sortir un jour.

  3. Higgins

    Que fera le truc qui nous sert de PM quand la courbe de mortalité remontera inexorablement sur les routes? Les chiens sont lâchés et on assiste depuis quelques jours à une campagne publicitaire pour nous vanter l’intelligence de cette mesure de crétin. Je ne mets de lien mais rares sont les articles qui défendent cette mesure d’une rare imbécilité. Il y a bien le Sénat qui tente de jouer une partition intelligente (rien ou si peu, des taxes, à attendre des 577 autres inutiles) mais ce denier osera-t-il aller jusqu’au bout de sa démarche face au Léviathan? La cour des comptes elle-même reconnait à demi-mot que ces instruments ne sont que des vulgaires machines à fric. En témoigne le début de cet article emprunt d’un lapsus révélateur: https:/ /www.24matins.fr/radars-700-millions-deuros-de-contraventions-impayees-2016-708734
    L’extrapolation faite par notre hôte est des plus justes pourtant, dans les conversations quotidiennes, je sens monter une exaspération grandissante vis-à-vis de ces claques assénées avec une constance et une opiniâtreté qui forcent l’admiration. L’épisode neigeux de la semaine dernière a montré une fois de plus que la machine étatique se contrefoutait de ce genre de problème et qu’elle ne changera pas son logiciel. Il y a deus solutions immédiatement applicables: la fuite extérieure ou la fuite intérieure avec un repli sur sa seule sphère. La technocratie qui veut régenter jusqu’au plus humble de nos gestes quotidiens devrait faire attention. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin, elle se casse ou elle est cassée.

    1. kekoresin

      Bien dit Major, comme dab. L’exaspération monte dans la part de plus en plus réduite des financeurs du bourbier qui n’a de cesse de se retourner contre eux. Les impayés des petites frappes insolvables doivent être compensés par les autres. La magie de la redistribution spoliatrice dans une société qui contraint au financement du bourreau, bourreau étrangement indulgent envers certains multirécidivistes!

  4. kekoresin

    Comme le fait de confisquer pour redistribuer est une doctrine communiste, il est normal que notre beau pays applique la chose avec une ferveur inégalée. L’état broyeur n’en finit pas d’élargir ses chenilles pour écraser les fourmis ayant des velléités d’indépendances. Mais voilà, on est loin des discours enflammés de dictateurs moustachus. C’est du totalitarisme rampant habillé des oripeaux de la démocratie où toute décision visant à engluer le citoyen dans la mélasse étatique doit être travestie en « solidarité » ou en « sécurité ». 2 mots magiques permettant d’élargir les sphincters de moutons votants qui financent leurs bergers oppresseurs.

    Un exemple récent de saillie enchanteresse: règlement général sur la protection des données (RGPD). Bon, le gouvernement ne fait qu’appliquer une loi européenne qui l’intéresse, à l’inverse de la mise en concurrence de la sécu par exemple. Cette obligation s’applique assez mal aux GAFA mais assez bien aux petites entreprises que l’état pourra décider de couler à la moindre suspicion d’indélicatesse envers les URSSAF, la CCI (…). La CNIL prévient et promet de très lourdes amendes. Elle conseille aux entreprises de mettre en place des mesures préventives auprès de leurs cabinets d’avocats. Ben oui, la tailleuse de pipes artisanales qui vend ses œuvres sur le net devra avoir un référent sécurité pour gérer son fichier client, remplir du cerfa pour détailler les mesures de sécurité prises pour préserver les données cruciales telles que les noms et adresses, et avoir un carnet de bord officiel pour consigner tout ça! Comme elle n’entravera que dalle à ce gloubiboulga administratif écrit en novlangue par une nichée d’autocrates payés 150K€/an + avantagesssss, elle fera naturellement (comme préconisé) appel à son cabinet d’avocats qui coulera sa boite dès la première poignée de mains. Bon d’aucun diront qu’il vaut mieux mourir foudroyé, que suite à une longue agonie provoquée par les coups de cutters répétés de l’administration aimante!

    Voilà une belle loi habillée des meilleures intentions de protections de australopithèque qui laisse le soin à Facebook de gérer sa vie privée – « mais ça risque rien, j’ai coché la cas confidentiel! ». Et sous les applaudissements du troupeau pour une loi qui n’affectera ni les GAFA, ni les pays encore libres comme la Russie, mais en revanche sera une arme de destruction massive envers les petits, ceux qui grognent mais qui ont encore assez à perdre pour avoir peur du képi. Car mes amis, les gouvernements n’ont aucune peur des terroristes ou des escrocs, les premiers leur confèrent un statut de héro de la nation, les deuxièmes sont souvent de la famille. Non, ce qu’ils craignent ce sont les masses grouillantes qui rampent dans une strate boueuse loin en-dessous des semelles de l’establishment, et ces masses là sont pleines d’unités sacrifiables!

  5. René-Pierre Samary

    N’avouez jamais ! disait-il en montant sur l’échafaud.
    Ne payer jamais ! était mon principe. La première amende payés donne vos coordonnées bancaires au système, qui n’aura plus aucun mal à vous saisir les fois suivantes. Or, le système préfère prendre les sous là où c’est le plus facile, plutôt que de faire des recherches.
    C’était mon système… Maintenant, est-ce encore valable ? J’en doute.

    1. kekoresin

      Malheureusement non, car là où l’État contraint le privé à garantir la confidentialité des données, il met en place un gigantesque croisement de celles-ci. Comme d’habitude on évoque le prétexte de la lutte contre le blanchiment et le terrorisme!

  6. Calvin

    Joli mot que RadaR pour caractériser la France.
    La seule chose qui fonctionne, dans ce pays, à l’endroit comme à l’envers. Surtout à l’envers, d’ailleurs…
    Ne manque qu’un pal en drone.

        1. UnLorrain

          Je peux en donner deux dont un fort long,peut-être ne peut-on plus long… « un roc cornu » et celui-ci trouvé dans dico H16 euuh Hachette « Esope reste ici et se repose »

          Juillet va être le mois du 80 km/h sur routes…ça va être rigolo..je m’y voyais l’autre jour sur une grande ligne droite,un petit camion citerne mène le train de quelques voitures a 70 km/h,parmi ces voitures une est peut-être porteuse de « radar en mouvement » donc il est hautement déconseillé de doubler,sauf a se maintenir a 85 km/h…pourtant,ce sage conseil de mon moniteur « un dépassement plus c’est vite fait mieux c’est »Les règles oppressives sur routes pourraient devenir accidentogenes je crois.

          1. UnLorrain

            J’oubliais…exemples de « radar en mouvement » ? En voici deux. Moi,qui ai dû croiser ce type de véhicule équipé,ou le dépassé je ne sais..vitesse retenue 107 km/h pifpaf coup de pelle caressant sur la nuque. Beaune il y a boulevard circulaire,une de ces voitures banalisées équipé a tourné une ou deux heures et a aligné plusieurs centaines d’usagers,un collègue de boulot avait les chiffres précis mais je m’en souviens plus,juste hallucinant..ou plutôt,petrifiant.

          2. Aristarkke

            Juillet va être le mois du 80 km/h sur routes…ça va être rigolo..je m’y voyais l’autre jour sur une grande ligne droite,un petit camion citerne mène le train de quelques voitures a 70 km/h,

            70 km/H, c’est actuellement ce qui est trouvable aisément avec des limites à 90, même sur terrain plat…
            A 80, ce sera du 60/H réel…

            Finalement, les embouteillages franciliens sont une bénédiction, de ce point de vue…

  7. Calvin

    Ne jamais oublier que ces contraventions condamnent des délits sans victimes et encombrent urne justice qui ne peut plus s’occuper de vraies victimes.

    1. kekoresin

      T’inquiètes pas, la justice sait trouver du temps quand il le faut, quand c’est crucial pour la bonne marche de la société, pour les star mécontentes de l’attitude intrusive d’un paparazzo par exemple. Il est vrai que pour un propriétaire loueur sans nouvelle de reversement de loyer pendant 18 mois qui retrouve sa maison à l’état de ruine, c’est un peu plus long. Question de priorité!

  8. Citoyen

    Eh oui h16, un radar peut en cacher un autre … qui n’est pas nécessairement sur la route … Et deux ans après ce billet, la maladie n’est pas en voie de rémission … bien au contraire !
    Concernant ceux de la route, avec l’augmentation de leur nombre, la limitation qui va passer à 80, les radars embarqués qui arrivent, et le nouveau contrôle technique à venir, pour assassiner les con-tribuables au portefeuille, la coupe est plus que pleine, elle déborde …
    L’Europe étant un vaste territoire, avec des législations locales qui ne sont pas uniformes en la matière, je sens que des petits malins vont discrètement aller immatriculer leurs véhicules, par entité interposée, là où l’herbe est plus verte … pour circuler « plus tranquillement » dans ce vaste territoire ouvert « à tous les vents »… se libérant, par le fait, de quelques contrariétés récurrentes, très désagréables …

  9. baretous

    il m’étonne qu’ils n’aient pas eu l’idée d’équiper un semi remorque d’un radar. Ainsi roulant à 70-80 il pourrait tout en transportant sa marchandise flasher les voitures qui doublent.. belle économie
    Elle n’est pas bonne mon idée ?

    1. albundy17

      Sans l’avantage du transport, il y a aussi les campings-car pouvant être équipés, ils présentent l’avantage de rouler à la vitesse des retraités en vacances (toujours 25 km/h de moins que le maxi autorisé), sur les longues lignes de bitume nationales, t’es obligé de passer le 110 pour t’intercaler entre le train suivant de chenillards processionnaire

  10. bulltrap

    A noter, l’obligation de désignation le conducteur lorsque le titulaire du véhicule est une personne morale. exemple autoentreneur, schéma => il reçoit le pv qui l’invite à payer, il va le payer en ligne, ne voit pas le petit encart disant qu’il doit d’abord désigner avant de payer.
    2 mois plus tard, nouvelle amende, pour non désignation, 450 EUR/

    https://www.lci.fr/conso-argent/pv-voiture-d-entreprise-denonciation-des-salaries-des-couacs-et-des-amendes-salees-2067962.html

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.