Youpi, brûlons de l’ivoire ! Chouette, condamnons les éléphants !

Il y a deux jours (le mercredi 30 mai), plus de 600 kilos d’ivoire ont été consciencieusement détruits à Antibes. Il ne s’agissait pas d’une erreur ni d’une malveillance, mais bien d’un acte délibéré mené par le Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW) et par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), tout heureux de d’accomplir ici « un geste fort en faveur de la protection des éléphants », comme le relate un Monde tout frétillant.

Ce n’est pas la première fois que cette Organisation Non Gouvernementale Mais Presque ou que cet Office détruisent allègrement de l’ivoire en grande quantité, au prétexte de sauver des animaux : en Février 2014, trois tonnes en avaient été réduites en poudre ; le 24 avril, c’était une demi-tonne qui était détruite.

Cet ivoire provient, pour une petite partie, de saisies opérées par les douanes, mais, essentiellement, il s’agit d’ivoire librement donné par des particuliers français dont le sens économique n’est, comme il se doit en France pour des raisons de morale bien comme il faut, pas très affûté. D’ailleurs, pour faire bonne mesure, tout cela se drapera aussi d’une épaisse couche de moraline bien collante que Julie Matondo, porte-parole de l’IFAW, illustre par ses propos :

Il s’agit d’empêcher que cet ivoire ne se retrouve sur le marché, car son commerce encourage le braconnage des éléphants. Nous n’avons pas besoin d’ivoire. Les éléphants, si !

Eh oui, en détruisant ainsi de l’ivoire, on va décourager le braconnage des éléphants, c’est évident ! C’est trop mignon !

optimisme

Bon, en réalité, tout ceci montre une très mauvaise compréhension des ressorts humains et de l’économie, apporte une non-solution à un problème pourtant bien identifié et montre par là une ignorance assez stupéfiante (calculée ?) de vraies solutions opérationnelles.

Le problème est relativement simple à comprendre : des chasseurs braconnent des éléphants, c’est-à-dire les chassent sans autorisation pour en prélever les défenses qu’ils revendront à prix d’or sur le marché noir.

D’une part, on ne peut que noter l’augmentation du braconnage à mesure qu’ont été mises en place, à partir de 1989, des restrictions importantes du commerce de l’ivoire dans le monde. En substance, à mesure que les contrôles mondiaux sur l’ivoire se sont fait plus stricts et les sanctions encourues plus élevées, l’ivoire est devenu plus rare et donc plus cher ce qui a encouragé l’établissement d’un marché noir lucratif et, par voie de conséquence, un braconnage plus intense.

D’autre part et pour en revenir au sol français, il suffit de quelques minutes de réflexion pour comprendre que la destruction de tonnes d’ivoire aboutit à obtenir exactement l’effet inverse de celui qu’on recherche (la diminution du braconnage).

En effet, incinérer des tonnes de produit recherché rend ce qui reste sur le marché (noir et officiel) d’autant plus rare. Notons au passage qu’il ne s’agit en rien d’une affirmation morale, mais d’un simple fait économique indubitable qui provoque donc le renchérissement de l’ivoire et la montée mécanique de ses cours. Tout aussi mécaniquement, cela rend de facto plus précieux (et donc désirable) l’ivoire qui n’est pas encore sur le marché (i.e. celui qui trottine donc dans la bouche des éléphants), ce qui, toujours mécaniquement, rend plus rentable la prise de risque des braconniers.

Autrement dit, le fait de brûler, régulièrement, des stocks d’ivoire provoque directement la hausse des cours de l’ivoire restant et incite donc de façon logique les braconniers à passer à l’action, puisque le rapport gain/risque augmente mécaniquement à chaque destruction. L’association obtient donc exactement l’effet inverse de celui officiellement recherché.

Nous sommes en face d’un problème évident de ressources rares (l’ivoire des éléphants) avec une demande qui, sans être très forte, est néanmoins constante. De façon manifeste, les mesures prises jusqu’à présent, depuis l’interdiction jusqu’à la destruction des stocks en passant par la lutte plus ou moins violente contre le braconnage, n’ont pas donné de résultats probants.

En revanche, d’autres méthodes existent et, appliquées, montreraient leur efficacité.

Tout d’abord, on peut dans un premier temps s’attacher à faire s’effondrer les cours. Suite aux accords de 1989, la prohibition n’a fait que les augmenter. Une première idée simple consiste à mettre sur le marché, aussi souvent que possible, des stocks d’ivoire (saisis ou donnés) à des prix aussi bas que possible. En répétant l’opération le plus souvent possible, on rend l’opération des braconniers économiquement idiote (puisque ce sont eux qui font les efforts pour collecter l’ivoire, se font serrer puis jeter en prison et qu’en plus, les cours s’effondrent suite à leurs efforts).

Au passage, l’argent récolté par les ventes massives peut alimenter les campagnes de dons et la solution suivante, qui consiste à privatiser les éléphants. Et alors que montent déjà les hurlements outrés des associatifs à la morale en bandoulière, rappelons que cette solution a déjà été mise en place dans différents pays (Namibie, Afrique du Sud) et que, comme dans le cas d’autres animaux (bisons puis rhinocéros), c’est déjà un succès : l’histoire du bison en Amérique du Nord est tout à fait éclairante à ce sujet.

Et concrètement, la réintroduction d’un marché sain et protégé, ça marche : le braconnage est en baisse en Afrique.

Du reste, on n’est pas à l’abri de voir deux nouvelles solutions se développer : l’une, technologique, qui permettra l’introduction sur le marché de cornes et de défenses entièrement fabriquées industriellement et indistinguable des objets naturels, ce qui fera largement chuter les prix, et l’autre, issue de la sélection naturelle (les animaux ayant des défenses ou de grandes cornes se reproduisant moins ou pas du tout, ils tendent à disparaître au profit des autres).

Mais rassurez-vous : en attendant que ces deux dernières solutions prennent le pas, les solutions de marché proposées seront bien vite écartées car elles ont deux effets néfastes.

Le premier, c’est qu’une fois en place, les Organisations Non Gouvernementales Mais Presque se retrouveraient propulsées dans l’inutilité. C’est parfaitement insupportable (surtout pour ceux qui en tirent salaire et profits personnels), notamment parce qu’elles ne pourraient plus lever des fonds ou faire les intéressants devant les caméras.

Le second, c’est que ce faisant, on laisserait le capitalisme et le marché libre régler un problème que la gestion collectiviste et étatique ont été infoutus de résoudre depuis des décennies (et ont même créé en premier lieu). Outre un nouvel échec de ces idéologies, cela ferait un nouvel exemple de cette vérité qui dérange et que beaucoup refusent de voir ou de supporter. Ils s’y opposent donc de toute leur force, en mettant en avant des raisonnements émotionnels essentiellement basés sur une morale étrange où la commercialisation contrôlée, qui résout le problème, sera toujours considérée comme moins désirable que l’usage de la force et des sanctions, même si l’efficacité de ces dernières mesure leur donne tort.

Ces deux points suffisent donc à écarter toute application de ces solutions qui ont pourtant déjà montré qu’elles marchaient fort bien et résolvaient efficacement le problème. Nous pourrons mieux nous concentrer sur l’usage de la force, sur les interdictions les plus sévères possibles, et voir disparaître rhinos et éléphants.

Formidable, non ?

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires216

  1. Aristarkke

    Pour les LIbéraux, les animaux sauvages devraient être transformés en propriétés privées au lieu de rester des biens communs mal défendus…
    Leurs propriétaires conscients de leur valeur, prendraient soin d’eux et les défendraient nettement plus efficacement, à condition cependant d’avoir un Etat régalien à la hauteur, ce qui en Grance, ne va pas de soi…

    1. Cerf d

      [cynisme on]Ca vaut aussi pour les êtres humains. Les sudistes prenaient plus soins de leur esclaves que les nordistes de leurs ouvriers[cynisme off]

      1. Aristarkke

        Quand on sait ce que l’achat et l’entretien de la bête coûte… 😈

        [la relation est vraie aussi pour le genre 1 quand on pense utile et agréable de s’ y associer]

    2. Résistant Valaisan

      +1 L’ ancien.
      Notons toutefois qu’ en Afrique, ce raisonnement est difficile à appliquer…. à cause de l’ absence de véritable secteur privé.
      J’ ai passé une année de ma vie à faire de la lutte anti-braconnage dans la Garamba en RDC. Je garde un bon souvenir d’ une patrouille effectuée avec Joel « Harry » Meriko Ari (google it). Pour info la Garamba est DEJA en mains privées (African Parks, entreprise Sud-Africaine). Mais quand les problèmes de braconnage sont doublés de problèmes migratoires (Sud Soudan), «  » »terroristes » » » (LRA Ougandaise d’ où présence des Bérets Verts pendant un court laps de temps), ça devient une histoire où l’ état vient mettre ses grosses mains.

      Vous aimez l’ état français, vous adoreriez l’ état congolais (qui en est en fait une grossière caricature).

      Le parc des Virunga, plus au sud, affiche de meilleurs résultats, et à mon avis, c’ est parce que son manager, le prince belge, a un véritable statut d’ autorité (« employé ICCN ») et pas de simple consultant étranger comme c’ est le cas des gens d’ African Parks. Lui peut décider, assumer, virer des gens, bref manager.

      Bref…. je n’ ai pas encore digéré toute la bêtise que j’ ai vue pendant ces 12 mois de contrat et si je croisais un éléphant, je lui dirais à quel point je suis désolé que les humains soient si cons…. cette expérience m’ a appris que le libéralisme, la propriété privée, sont un privilège occidental et je ne sais vraiment pas si le tiers-monde sera mûr un jour pour être libre et libéral. Je partage l’ avis de l’ auteur de ce blog pour les solutions à apporter, parce que sur le terrain, à moins de re-coloniser l’ Afrique à coup de trique dans la gueule…. vous n’ aurez jamais de résultats.

  2. Le Gnôme

    L’élevage d’éléphants est l’avenir de nos éleveurs, plutôt que de faire de la Holstein dont la viande n’est pas terrible. Il paraît que la viande d’éléphant est fort bonne.

    1. Aristarkke

      Age de maturité sexuelle d’une éléphante : 9 ans… Gestation : deux ans voire davantage…

      Age de maturité sexuelle d’une vache : 2 ans… Gestation : 280 jours ou neuf mois

      Je crains que le kilo d’entrecôte ne soit que fort peu bon marché…

                1. Pheldge

                  … et elles dépovent les vévés dans les maivons, dans les couffins et les berfeaux … 😉
                  furtout dans les Vosves !

                    1. Pheldge

                      Non, parce qu’elle n’était pas mariée ! Par contre, j’ai rencontré une de mes ex*, qui m’a félicitait à sa manière … 😀

                      * et c’était même pas mon « ex-préférée » !

                    2. albundy17

                      « qui m’a félicitait à sa manière …  »

                      Whaaa…

                      Je passerais également sur le coup de canif ds le contrat de moins de 6 mois…

        1. Aristarkke

          Cinq tonnes brutes. Tu as déjà 1.2 T de squelette à retirer…
          Et comme le dit Nemrod, la variante africaine n’est pas domestiquable. La variante d’asie est déjà nettement plus petite…

            1. Nemrod

              Non, non l’éléphant d’Afrique est trop puissant et agressif.

              Tu peux en avoir 2-3 dans des enclos hyper sécurisés comme dans les zoos

              1. albundy17

                Il est puissant parce que lourd, c’est tout.

                Hannibal en avait en une écurie la bagatelle de 300 spécimens (africains), 3 siècles avant notre ère, dressé pour servir de char d’assaut. Que les autochtones ne les aient jamais domestiqué relève d’un autre débat…

                A propos de poids/puissance, j’en profite pour placer l’anecdote (sinon quand ? :mrgreen:)

                Je visitais une copine, enfin sa maison, ancienne ferme, à qui nous avions offert lors de sa pendaison de crémaillère un porcelet.

                Bien nourrit et serein, l’animal en liberté ce jour là est venu se délester de quelques démangeaisons sur ma pauvre 205 XAD:

                Carrosserie reformée façon James Bond et un pare-chocs à terre. Nous ne pouvions que le regarder faire.

                Une mauvaise éducation ^^

                1. Val

                  Nemrod a raison Al , en fait peu d’animaux se sont laissés domestiquer. La plupart sont rétifs. Regarde le zèbre pas exemple. Idem pour l’éléphant d Afrique. Maintenant une fois dit ça on peut tout à fait lui sécuriser un espace qui favorisera son expansion (moyennant privatisation et état régalien solide, deux prérequis assez souvent absents en Afrique, d’où le pb )

                  1. albundy17

                    « La plupart sont rétifs. »

                    moins cons que les humains, certes, mais également mis au pas, quand il y a eu un intérêt a domestiquer.

                    Les éléphants d’Afrique ont été utilisé, donc domestiqués, encore plus anciennement par l’ennemi numéro 1 de Ramsès II, dont je ne me rappelle plus le nom de cette peuplade, sur ce qui est actuellement grosso modo la Syrie

                    Plus difficile a éduquer sans doute, mais quand tu vois le comportement de certains gamins au supermarché, il semble que le problème ne vienne que de l’éducateur

                    1. Pythagore

                      Faut confier ca au genre 1. Qd je vois les loustiques ici qu’elles ont réussis à domestiquer, les éléphants à côté se sera « finger in the nose », 😛 (désolé pas pu m’en empêcher).

                    2. albundy17

                      « Faut confier ca au genre 1.  »

                      Je ne voudrais pas envenimer la situation, mais depuis dolto et ses préceptes, quand les mâles humains sont domestiqués, ceux ci ressemblent a des tafioles énuclées (nan, pas de coquilles).

                      Faut regarder , défilé de mode masculin ^^ Bon sang la déchéance…

                    3. Val

                      @al ce n’est pas une question de c*nnerie . C’est un choix parfois très bien inspiré. Demande a mon chien s il veut vivre sauvage. … c est une association mutuelle qui fonctionne. Si les hommes et les éléphants d Afrique ont renoncé c est qu il n y avait pas de deal de part et d’autre autre.

                    4. albundy17

                      « c est qu il n y avait pas de deal de part et d’autre autre. »

                      C’est intéressant, comme concept, poulets, porcs et vaches nous ont dealé quoi ?

                      On dresse même des lamantins ou des épaulards.

                      Fourmis, je dis pas, m’enfin…

                    5. Val

                      @al même les epaulards etc . Oui mais essaye voir avec un requin … et pourtant le requin est bien moins intelligent. Question de coopération, en tous les cas pour le chien le âne et le cheval et même le chat.

                    6. albundy17

                      « Oui mais essaye voir avec un requin  »

                      Rhooo, trop méchant le requin, surtout le blanc du film.

                      Étrangement, y a un gars dont je ne me rappelle malheureusement, pour l’okaz, plus le nom, qui a les mêmes relation avec un des spécimens, qu’avec aussi un mérou, ou encore avec beaucoup plus agressif, une murène…

                      Je suis plus confiant à coté d’un requin sauvage, mais en tant que plongeur, il est vrai, qu’à coté d’un pitbull élevé par de bon maître de quartier émotif.

                2. Nemrod

                  Les éléphants d’Hannibal étaient des éléphants de forêt
                  présents en Afrique du Nord, aujourd’hui disparus et plus proche de l’éléphant indien et domesticable.

                  L’éléphant des savanes dont nous parlons ici n’est pas domesticable.

                  1. albundy17

                    « L’éléphant des savanes dont nous parlons ici n’est pas domesticable. »

                    je ne suis pas spécialiste de la faune africaine, de savane qui plus est, tu parles de domestication, dans le sens ou ça te rapporte le journal ?

                    Vu que dans ce sens le chat n’est pas domestiqué. Le zébu non plus, mais c’est très bon. (bien que je préfère le chien)

                    1. BDC

                      Le zébu il sert à tout c’est même un animal de trait à Mada. Et c’est Pheldge qui s’occupe du ZOB ! (Zebu Overseas Board pour les mal comprenants)

                    2. Aristarkke

                      Belle, zébu, tu crois ???

                      [mettre quelque distance est opportun surtout si elle a le couteau à décojoner…]

                    3. BDC

                      Rrhhooo je n’ai pas de couteau, on n’est pas des sauvages : on fait ça au bistouri !

                3. MCA

                  @albundy17 1 juin 2018, 12 h 34 min

                  « Il est puissant parce que lourd, c’est tout. »

                  Que nenni! il est très agressif en plus d’être puissant; question de caractère.

                  Je me suis retrouvé en Afrique du Sud dans une jeep poursuivie soudainement par un éléphant, je peux t’assurer que nous n’avons dû notre salut qu’à la rapidité du guide à sauver (et se sauver) le véhicule et nous avec.

                  Cet animal est impossible à domestiquer contrairement à son cousin d’Asie.

                  Idem avec le rhinocéros; le rhinocéros blanc est un superbe animal, énorme et placide dont le rôle se résume à tondre le gazon, alors que le rhinocéros noir est extrêmement agressif et dangereux et n’hésite pas à charger tout véhicule à sa portée.

                  1. MarieA

                    « Je me suis retrouvé en Afrique du Sud dans une jeep poursuivie soudainement par un éléphant, »
                    Ça, c’est que j’appelle des vacances!

                    1. albundy17

                      « Ça, c’est que j’appelle des vacances! »

                      T’inquiète Marie, quant tu n’auras pas ta retraite, tu n’ira pas 😀

                      MCA, je peux, à ta demande, te laisser aux abords de quelques chiens « domestiqués »

                      Doué le guide, tu t’en rappelles sans égratignures……

                      Maintenant, combien de temps avons nous mis pour avoir eu l’idée même de domestiquer, le passage cueilleur/chasseur puis éleveur ne s’est pas forcément passé au même moment.selon les continents.

                      Ou alors les les pachyderme africains sont très cons ?

                    2. MarieA

                      @ albundy17 1 juin 2018, 19 h 17 min :

                      « T’inquiète Marie, quant tu n’auras pas ta retraite, tu n’ira pas  »
                      Pas grave, j’irai sur une côte touristique fort demandée, l’occasion de vacances instructives et délassantes…
                      🙂

                    3. MarieA

                      @ albundy17 1 juin 2018, 20 h 05 min :

                      😉

                      Vous n’avez pas peur de faire de mauvaise rencontre sur Internet, en tout cas.

                    4. MCA

                      @MarieA 1 juin 2018, 18 h 54 min

                      L’Afrique du Sud est certainement le plus beau pays que j’ai visité et en conserve un souvenir impérissable.

                      J’irais bien y passer le reste de mon existence si ce n’était l’insécurité inimaginable qui ferait passer les quartiers chauds de Marseille pour une promenade de santé.

                    5. MCA

                      @albundy17 1 juin 2018, 19 h 17 min

                      « MCA, je peux, à ta demande, te laisser aux abords de quelques chiens « domestiqués »

                      Toi, tu sous-estimes le pouvoir calmant du calibre 12 !

                      « Ou alors les pachydermes africains sont très cons ? »

                      Le meilleur moyen de te convaincre est de t’inviter à aller t’en assurer toi-même, car rien ne vaut l’expérience personnelle, et ensuite, si tu reviens entier on en reparle… ;o)))

                    6. MarieA

                      @ MCA 1 juin 2018, 21 h 00 min :

                      Oui, il paraît qu’on y massacre allégrement du blanc. J’avoue que ça me refroidit un peu… Il y a quelques années, j’étais tombée sur les photos de Roger Ballen qui m’avait fait découvrir cet autre côté de l’AdS.
                      Si ce n’est pas indiscret, quand y êtes-vous allé? Quelle était l’ambiance à ce moment?
                      Mais c’est vrai que c’est un pays absolument magnifique…

                    7. MarieA

                      @ Stéphane B 1 juin 2018, 20 h 34 min :

                      Beurk!!! Albundy est un adepte de ce genre d’endroit?!?

                    8. albundy17

                      « Beurk!!! Albundy est un adepte de ce genre d’endroit?!? »

                      Je ne sais pas.

                      B doit, pour avoir provoqué un glissement de terrain de 600 kms et changé l’océan en mer, souffrir de dissonance cognitive ^^

                    9. Pheldge

                      @ MarieA : Oh lui, comment que la p’tite, elle a pas froid aux z-yeux ! elle est vraiment trop ! faire de rentre dedans au sam, puis à l’Al, faut vraiment pas avoir peur ! 😉

                    10. MarieA

                      @ Pheldge 2 juin 2018, 10 h 08 min :

                      Mais M.Pheldge, vous conviendrez que c’est M.Bundy qui me provoque tout le temps? Que puis-je y faire?

                    1. Stéphane B

                      MarieA « Pas grave, j’irai sur une côte touristique fort demandée, l’occasion de vacances instructives et délassantes »

                      Mais n’as tu point honte de fréquenter ce lieu permissif et dévoyé qu’est le Cap d’Agde naturiste ? Es tu si en manque que ça ?

                    2. MCA

                      @MarieA 1 juin 2018, 21 h 37 min

                      Quand y suis-je allé?

                      Il faudrait que je reprenne le dossier du voyage mais en ce moment il est à 600 km de là où je réside…

                      Je pense que ça doit faire une bonne quinzaine d’années à l’estime.

                      Par contre j’ai un ami qui y est allé il y a deux ans et qui en est revenu aussi enchanté que moi.

                      On y chasse effectivement les blancs et parait il que chaque nuit est émaillée de coups de feu lors de massacres de blancs; massacres couverts par les autorités qui jettent de l’huile sur le feu.

                      On pourra en reparler à l’occasion.

                1. Bisphenol

                  Ben je parierais même que c’est moins que ça ! il me semblait (à une époque) que les os partaient chez les producteurs de gelée (Maggi &co). Et le suif partait également en chimie.

                  1. Pheldge

                    … avec la peau on fait des chaussures, et avec les poils ? on en fait des brosses ♫♪ (c’est du bon boulot, pour nourrir les gosses ! ) ♫♪

                2. Pheldge

                  Mieux; sur les 90 kg d’un plombier grec, on récupère 99 % en Soylent Green de bonne qualité, facilement commerciable ! 😉

                    1. MCA

                      @Boutros 1 juin 2018, 18 h 36 min
                      Pourquoi grec ?

                      MDR

                      Aristarkke n’était pas qu’astronome et mathématicien, il tâtait aussi de la lampe ̶à̶ ̶h̶u̶i̶l̶e̶ à souder…

                  1. albundy17

                    T’es bête pheldge ^^

                    90 kgs de plombier grec, t’as un minimum de 70 % d’eau, après y a du déchet, tu vas finir par avoir plus avec l’Ostie du matin 🙄

                    1. Aristarkke

                      Ostie, c’est le port de Rome.
                      Tout le monde sait bien ici que Pheldge plastronne beaucoup (un vrai Marseillais d’adoption) mais tout de même, cela fait beaucoup. Avec un H, cela devient plus raisonnable…

                3. BDC

                  Pssst… un porc charcutier large white fait 120kg vivant et les éleveurs sont payés sur la bête en tenant compte de 20% de déchets, mais évidemment c’est de l’abus vu que tout est revendu. Même les cojones que je coupe sont données aux chats … On pourrait recycler les dents pour en faire de l’ivoire de contrefaçon… 🙄

                  1. MCA

                    @BDC 1 juin 2018, 19 h 17 min

                    « Même les cojones que je coupe sont données aux chats »

                    Hé bé! voilà qui me laisse sans voix… HS est au courant? :o))))

                    1. Pheldge

                      Bin plutôt qu’il est au courant, depuis que sont amante est devenue religieuse, il a changé de registre vocal et donne dans le « haut-contre » ! Farinelli etc … 😉

                    2. Hussard Bleu

                      youtube.com/watch?v=8voa77geVAU

                      Devraient plaire à Kéko et qq autres…Tavern Songs, hein ?… de fait, dans un pub du Kent, à Wye, j’avais discuté avec Mark Deller…

                      Malgré sa voix, et comme son père, il s’intéressait aux dames, et les magnifiques yeux bleus de mon amie de l’époque semblaient l’intéresser davantage que mes considérations sur la musique élisabéthaine… j’aimais la version Deller de

                      youtube.com/watch?v=9kgzj4N1eUE

                  2. Pythagore

                    J’ai bien rigolé avec vos histoires de décojonage. Y’a que des ovairegnat.e.s pour raconter des trucs pareils 😉

        2. Aristarkke

          « un éléphant de 5 ans c’est 5 tonnes, »

          Et comment que tu maintiens ton cheptel si tu en bouffes les membres avant qu’ils aient eu le temps d’avoir de la suite générationnelle ne serait- ce que reconstitutive du couple de base sans augmentation???

          Maturité sexuelle à neuf ans + deux ans minimum de gestation, cela donne combien, à ton avis…

          Pendant ces onze ans, tu peux mettre combien de vaches à l’abattoir??? (une vache peut vêler une fois par an comme nos [mode Bibi On] femelles [mode Bibi Off]

          (je sais : je ne suis qu’un horrible libéral assoiffé de profits honteux et mal gagnés, bien sûr, pour tenir pareil discours technique…]

          1. albundy17

            « comment que tu maintiens ton cheptel si tu en bouffes les membres avant qu’ils aient eu le temps d’avoir de la suite générationnelle »

            Umphfff…

            Ben dis donc, heureusement certains pensent plus à après-demain, sinon fini l’huile d’olive, le pinard (pas le carré de vigne ou homologue beaujolaid) ou encore une simple planche de bois….

            Tu es pressé par le temps ? ça va ravir l’ADP ^^

            1. Aristarkke

              On parle de création d’ une filière de production de viande d’ éléphant et tu la mets sur le même plan que des productions agricoles millénaires où la période d’amorçage est faite depuis longtemps. Parce que si ton argument est de dire kiyaka mettre en route à partir de bestiaux mûrs sexuellement, je doute fort que l’éléphante pubère soit au même tarif que l’éléphantelle tout juste mise bas…
              Vu la lenteur de renouvellement de génération…
              Ou autrement dit, il faut amorcer sur onze ans puis trois de plus pour chaque nouvel étage à partir de la même femelle. Donc quatre spécimens pour une unité produite (je suppose que le mâle est toujours dispo à fournir la semence)
              Ta vigne ou ton olivier, une fois productifs, ils t’en mettent une couche tous les ans…

              1. Plutôt que vouloir mettre sur pied une filière de viande d’éléphant, faites comme pour les vaches : la viande sera un sous-produit, le produit de base étant la défense en ivoire. Et bien évidemment, cela suppose des cheptels de taille assez importante, pour sûr.

                1. Aristarkke

                  Et le temps de pousse n’est pas négligeable. La durée de vie est de soixante ans environ…
                  La valeur des défenses d’éléphant dépend étroitement de la longueur et du diamètre moyen d’icelles, donc plus c’est vieux, plus c’est long… (dommage que cela ne soit pas une loi universelle)
                  En plus, la taille dépend du sexe génétique, ce qui divise par deux le potentiel…
                  Mais ce qui est bon pour la valeur de défense l’est moins pour la qualité de la viande.
                  De la vieille bête, il va falloir la vendre copieusement marinée…

                  1. Pheldge

                    « la vieille bête, il va falloir la vendre copieusement marinée… » moi j’en connais une de très vieille et très bête, qui va pas tarder à donner son Soylent Green ! 😉

                  2. MCA

                    @Aristarkke 1 juin 2018, 21 h 42 min

                    « (dommage que cela ne soit pas une loi universelle) »

                    Tu te bases sur quel exemple pour en tirer une généralité?

                    1. Aristarkke

                      Sur un problème de vieuseté avancée…
                      Enfin, c’est ce que j’ai entendu dire avec mes grandes z-oreilles…
                      Pas vérifié. 😕

                    2. MCA

                      @BDC 2 juin 2018, 15 h 42 min
                      « Et pourquoi « dommage » ? « Enfin ! » oserais-je …  »

                      Une (fausse) naïveté certainement liée à votre très jeune âge, très chère BDC.

                      Je pense que l’ami Ari sous entendait qu’en ce qui concerne les hommes, les défenses ̶s̶’̶é̶b̶r̶è̶c̶h̶e̶n̶t̶ s’émoussent avec l’âge contrairement aux éléphants.

                      Quoi d’équivoque dans ce propos qui génèrerait une telle interrogation?

              2. albundy17

                « Ta vigne ou ton olivier, une fois productifs, ils t’en mettent une couche tous les ans… »

                Marrant que tu évoques les couches ^^

                La vigne te produit combien de tonnes par ceps ?

                Concernant l’yvoire, (j’aime bien cette commune ^^) 90 kgs par bébête, par contre je ne connais pas le prix de la matière.

                et t’inquiète pas pour la repro, ça fait un bail que BDC mets de grand gants.

                Enfin, ds le cadre des idées idiotes, j’avais pensé un moment à la production d’asticots, durant la crise de la vache folle, plutôt que de cramer ces monceaux de vaches, les mouches faisant la majorité du boulot.

                Bien qu’il se peut que ce soit avant-gardiste, on veut nous faire ingérer d’autre protéines qu’animales ou végéales…

    2. douar

      Le but de la Prim’holstein n’est pas de faire de la viande mais du lait. la viande n’étant qu’un co-produit. C’est une logique économique de spécialisation (ouh là, gros mot). les races qui n’ont pas choisi clairement leurs axes de sélection, disparaissent peu à peu. La Normande par exemple, qui est moyenne en lait et moyenne en viande: aucun avantage compétitif.

        1. Bisphenol

          je rejoins Douar sur la Normande. Protégée par l’appellation camembert. En dehors de ça, elle aurait périclité.

  3. Aristarkke

    l’ivoire (…) (i.e. celle qui trottine donc dans la bouche des éléphants)

    Hum, hum, hum!!!

    L’ivoire est certes une substance mais il est accordé au genre 2, c.a.d. céans, le vôtre, Monseigneur.
    Incitez donc Mélusine à secouer sa flemme de suite…
    😉

  4. bob razovski

     » En répétant l’opération le plus souvent possible, on rend l’opération des braconniers économiquement idiote (puisque ce sont eux qui font les efforts pour collecter l’ivoire, se font serrer puis jeter en prison et qu’en plus, les cours s’effondrent suite à leurs efforts).  »

    Cela suppose un état régalien à toute épreuve. Parce que je vois bien un « crony braconnage » pointer le bout de sa trompe. L’état cautionnant ses braconniers tout en utilisant la force pour éliminer les autres.

    Actuellement, l’état est trop facilement corruptible.

    1. Bien sûr. C’est pour cela que la seconde option est la plus solide. Mais dans tous les cas, il faut un état de droit (notez le « e » et pas le « E » à état).

  5. Gerldam

    Ce n’est qu’un n plus unième exemple de l’obtention exact de l’inverse de l’effet affiché. Dernier exemple qui me vient à l’esprit: la loi ALUR, pondue par une écervelée écolo-gauchiste.
    Il semble que, dès lors qu’on a le logiciel socialiste en tête, on ne fait plus que des conneries et qu’on justifie en permanence l’adage selon lequel « l’enfer est pavé de bonnes intentions ». Comme quoi, nos anciens avaient, eux, un peu de jugeotte.

    1. Val

      @Gerldam ce ne sont pas des conneries, c’est leur ADN, leur nerf de la guerre : nationaliser la richesse et organiser la pénurie : c’est leur pompe à fric . Ils n’ont aucune bonne intentions .

        1. Aristarkke

          oups aucuneS (juste pour rire de cette correction à corriger) 😉

          ou alors, il fallait laisser l’ensemble au singulier…

  6. Aristarkke

    « Eh oui, en détruisant ainsi de l’ivoire, on va décourager le braconnage des éléphants, c’est évident ! C’est trop mignon ! »
    Même raisonnement que pour le tabac où les Zautorités se félicitaient récemment et très bruyamment du recul de la consommation officielle de cette substance en Grance, l’année dernière.
    Perso, j’ai des doutes sur son ampleur à moins évidemment que les nombreux paquets vides jonchant les trottoirs et portant les fameuses mentions tue-l’envie mais rédigées en d’autres langues que celle de Molière quand elles s’y trouvent, ne soient pas une indication sur l’acheminement de ces paquets par des voies parallèles pour maintenir une consommation « off »…

    1. Stéphane B

      Les douanes grançaises ont beaucoup de travail du coté pyrénéen, notamment en pleine montagne. Les passeurs, via les sentiers de randonnée, y portent des valises, en plus du sac à dos, pour alimenter les différents marchés noirs.

        1. Pheldge

          Ah, Andorre et ses célèbres champs de tabac qui s’étendent à perte de vue … ses mines d’or, ses fontaines de Pastis … 😉

  7. Aristarkke

    « mais d’un simple fait économique indubitable qui provoque donc le renchérissement de l’ivoire et la montée mécanique de ses cours. »
    Tout ce qui est soce et communiste nie « le marché » en permanence comme n’étant qu’ une construction théorique sans aucune matérialité, probablement parce que cela ne se produit pas uniquement en des lieux balisés…

  8. Nemrod

    La seule solution pour préserver la faune en Afrique et ailleurs est la pratique de la chasse afin que les animaux aient un intérêt économique supérieur aux nuisances provoquées pour l’agriculture.

    C’est du pragmatisme élémentaire qui n’a donc aucune chance de traverser l’esprit des écolos dogmatiques qui ont l’oreille des médias donc du pouvoir.

    C’est pourquoi la grande faune est condamnée.

    1. Boutros

      Nemrod je pense que la seule solution pour faire quoi que ce soit en Afrique c’est de ne pas le faire en Afrique (bon, je sais, quelques pays ont fait quelques efforts)

  9. Boutros

    S tu es sage , tu auras un éléphant, ou plusieurs.
    Et dès qu’on aura tous un éléphant (ou plusieurs), il sera obligatoire de le faire immatriculer (moyennant finance), avec contrôle (tech..) physique annuel (payant), obligation d’une vignette (pas gratuite), mise aux normes d’un poids et surveillance (avec taxe) etc… D’ailleurs je me suis débarrassé du mien, il laissait des traces dans le beurrier.

            1. Hussard Bleu

              L’éléphant est irréfutable… comme disait un Auvergnat célèbre… non, non, pas VGE…

              Petite trad perso :

              Le léger sifflement de Silent passa, dans le silence écrasé de la chaleur de midi, comme une mince lame froide. Le vieux porteur de fusil s’était statufié et me passa la 375 HH pardessus son épaule, tout en s’écartant de la ligne de tir. Devant nous, à travers les inextricables repousses de mopane, on entendait un bruit sourd qui se mêlait à des gargouillis. Les yeux malariaux de Silent fouillèrent le bosquet, puis en se tournant vers moi, il chuchota en Chenyanja « Njovu » « éléphant »….

              Je reculai de quelques pas, en faisant signe à Antonio, mon client, de me suivre. Après une trentaine de mètres, je lui murmurai à l’oreille, dans notre sabir commun mélangeant anglais, italien et espagnol, « éléfante »… C’était suffisant, et ses yeux s’agrandirent, tandis qu’à son tour il fouillait du regard l’épaisse végétation. En me serrant le bras, il murmura « Peter, c’est mon premier »…

              Je me suis toujours demandé, depuis, ce qu’aurait été sa réaction si je lui avais répondu que, pour moi aussi, c’était le premier…

              Il faut bien commencer un jour, n’est-ce pas, et je n’avais jamais encore vu d’éléphant sauvage dans la brousse depuis que j’étais devenu guide de chasse professionnel en Zambie. Si cela vous parait bizarre, dites-vous que j’étais arrivé en Afrique en passant par l’Amérique du Sud, et qu’avant la Zambie, j’avais conduit des safaris dans des régions où il n’y avait aucun éléphant.

              J’avais une réputation naissante comme « chasseur de fauves », lions ou léopards, et personne n’avait songé à me demander mes lettres de créance relativement aux éléphants. De toutes façons, je détenais la Licence de Chasseur Blanc, n’est-ce pas ? Qui avait jamais entendu parler d’un Bwana qui n’ait jamais vu d’éléphant ? et si on m’avait posé la question, j’aurais pu répondre en toute sincérité que j’étais un homme de beaucoup de lecture….

              C’était moi, le vrai Bwana par correspondance… Mais comme on ne m’avait pas posé la question, j’étais resté discret sur le sujet, attendu que ce n’est pas une révélation susceptible de tranquilliser le client… et puis, de toutes façons, rien de tel que d’apprendre sur le terrain…

              Je fis un signe de tête à Silent qui apporta le paquet de cinq blindées Kynoch destinées au magnifique express d’Antonio, un Jeffery calibre 475 n°2. Cet express avait appartenu à un proche de Mussolini qui s’était suicidé avec, lors de l’effondrement de l’Italie fasciste : Antonio l’avait acquis de la succession pour une bouchée de pain, alors que, maintenant, il valait le prix d’une Ferrari haut de gamme.
              Il retira les expansives des chambres pour les remplacer par deux blindées, et referma doucement la bascule qui chuchota son bruit de coffre-fort de bonne maison.

              Quant à moi, comme je ne tire que des blindées, je me contentai de vérifier le chargement de ma Mauser, tout en insérant deux balles supplémentaire entre les derniers doigts de ma main gauche, et en respirant rapidement, pour ramener mon rythme cardiaque en dessous des 300 coups/minute….

              Bon, allons jeter un œil à cet éléphant, pensai-je avec pétulance…le vent semblait bon, et la cigarette que j’allumai montra qu’il tenait fermement en notre faveur. Antonio serrait son Jeffery comme la Vraie Croix, tandis que nous nous dirigions vers le centre du bosquet, et que je pensais à des choses qui m’auraient peut-être séduit davantage.

              Depuis ce jour, j’ai toujours été étonné de la difficulté que l’on éprouve à distinguer dans la végétation un être aussi gigantesque qu’un éléphant. Peut-être est-ce simplement un phénomène d’optique dû à la taille même de l’animal, fragmentée par les ombres et les reflets. A très courte portée, un éléphant ressemble à une sorte de patchwork de la couleur de la poussière locale où il s’est roulé. Même après avoir situé l’animal, le chasseur a du mal à évaluer les défenses, et même à déterminer s’il en voit le devant ou le derrière !

              Dans notre cas de figure, si quelque chose de la taille d’une maison de ville n’avait pas levé le tête et arraché une branche grosse comme ma cuisse pour en manger l’écorce et les feuilles – avec un bruit du genre de celui que fait une voiture passant à travers une palissade de bois – nous aurions pu nous arrêter sous son ventre sans nous en rendre compte. Il n’était plus qu’à 15 mètres, de trois-quart arrière, sa défense gauche montrant un délicat orbe d’ivoire tachée de sève.

              Tandis que nous regardions, sa forme se mit en place devant nos yeux, à la manière des pièces d’un puzzle trouvant leur place d’un coup : l’oreille apparut, puis les lignes de son dos. Derrière lui, un mouvement indistinct manifesta la présence de quelque chose d’aussi gros et gris. Avec mes jumelles, je tentais d’évaluer leur poids d’ivoire : le plus proche de nous portait des 60 livres, très correct, tandis que l’autre avait une défense endommagée. Je fis signe à Antonio que le plus proche serait le nôtre.

              En fait, les livres que j’avais lus ne m’avaient pas fait comprendre à quel point un éléphant est énorme : sans doute, le seul moyen de les apprécier vraiment, c’est de s’en approcher avec un instrument en bois et en acier entre vos mains tremblantes, dans l’intention stupide de lui faire mal avec cette petite chose…
              Vous remarquerez alors des choses que vous n’aviez pas vues au zoo : la zone sombre de la glande temporale, les déchirures et les perforations du pavillon de l’oreille, l’étrange cercle gris clair autour de l’œil bordé de cils incroyablement longs et fournis.

              On entend encore le gargouillis, ce qui, selon les livres, est excellent ; s’il s’arrête : aux postes de combat ! L’odeur ammoniaquée de l’urine vous prend de face, comme dans une pissotière à Atlanta au mois d’août, et vous vous rappelez que le gargouillis n’est pas ce qu’il semble être, mais un moyen de communication utilisé pour rester en contact dans un biotope serré.

              Bon, et maintenant ? vous éprouvez un peu le même sentiment de panique que celui ressenti lorsque vous aviez fait cette conférence devant les amies de votre femme au Club de Jardinage, en réalisant que vous aviez laissé votre braguette ouverte…

              Vous ne pouvez pas dire à Antonio de lui tirer une balle dans le cul, ça ne se fait pas, totalement non-Pukkha ! si on essaie de le contourner pour pouvoir tirer une balle de cerveau, il va vous sentir ou entendre vos dents qui claquent… Mais il va falloir se décider, et vite, parce qu’il est vraiment près, très près… et le vent peut tourner sans prévenir, et les choses devenir alors franchement déplaisantes…

              Vous attrapez alors pour environ 200$ de la veste de brousse sur mesure d’Antonio, en décidant de reculer un peu pour avoir un peu plus d’espace devant vous. Vous n’aimez pas du tout la façon dont Silent vous regarde d’un air inquiet….et l’éléphant se déplace de deux ou trois pas, avec la grâce languide d’un glissement de terrain, ouvrant l’angle entre lui et vous…
              Bon Dieu, cette taille… il a dû prendre quatre tonnes et un mètre au garrot dans les 15 dernières secondes… si seulement vous n’étiez pas aussi près… en continuant d’endommager les plis de la veste d’Antonio, vous reculez avec une prudence extrême, évitant les feuilles et les branchettes de bois mort… cinq mètres parcourus, quand ….

              Il a peut être senti ces trois paires d’yeux sur lui, ou encore un bruissement de feuillage. Qu’importe… avec un barrissement suraigu qui se répercute dans votre estomac, il se retourne, ses yeux myopes distinguant vos silhouettes, aidés par le click des sûretés. Les énormes oreilles se déploient, la trompe s’enroule contre la poitrine, et il est sur vous, incroyablement rapide au milieu des débris de branchage et de mottes de terre soulevés.

              Vous hurlez à Antonio de tirer, les deux départs vous claquent au visage et vous assourdissent l’oreille droite, tandis qu’un geyser de terre apparaît devant l’éléphant puis une blessure en séton sur le haut du crâne…

              C’est à vous maintenant, et il faut faire vite : il est à moins de 10 mètres quand le guidon d’ivoire de votre 375 se cale au milieu de la hausse en V. La tête qui vous paraît aussi grosse qu’une Volkswagen se secoue de part et d’autre, rendant la visée difficile, mais les réflexes prennent le dessus, et le Mauser claque pour ainsi dire de son propre chef, vous ne sentez pas le recul, mais vous voyez le trou rond qui est apparu magiquement au milieu du front, un petit trou ridicule, qui se borde de rouge. Vous avez automatiquement réarmé, mais un second coup est inutile.

              La tête énorme recule, l’animal s’affaisse lentement, et roule sur le côté, six tonnes de muscles, de sang, d’os et de viscères qui font un bruit mou, tandis que la patte arrière droite se détend une dernière fois. En faisant trois pas, vous le toucheriez du bout de votre canon, mais vous n’êtes pas aussi stupide, vous avez lu les bons livres : vous le contournez, et vous lui tirez la balle de sécurité dans le cou, sans même qu’il frémisse…

              Vous réussissez ensuite à allumer votre cigarette du bon côté, et vos haut-le-cœur de trouille s’apaisent un peu. Antonio ressemble à l’un de ces types que l’on voit errer sur le côté de la route, après un accident de voiture de plein fouet, mais la couleur revient peu à peu sous son bronzage. Silent et moi lui serrons la main :
              d’accord, ses tirs ne furent pas impressionnants de précision, mais il n’a pas pris la fuite en jetant son fusil. Ce n’est pas tous les jours qu’un homme d’affaires milanais est chargé par un éléphant à moins de 15 mètres.

              Il a eu son éléphant à la loyale, sur le terrain de l’adversaire, en mettant sa propre vie comme enjeu : et c’est le plus grand souvenir de chasse qu’il emportera avec lui.

              Si vous me demandez pourquoi un homme sain d’esprit risque ainsi sa vie, je suis incapable de vous répondre de façon vraiment satisfaisante : c’était son Everest ou son Cervin par la face Nord, son Grand Prix auto, et sa victoire sur le sentiment de sa propre et inéluctable finitude….

                  1. Hussard Bleu

                    @Boutros : je ne me rappelle plus dans lequel des bouquins de PH Capstick j’avais trouvé cette histoire, soit dans « Death in the Long Grass » ou soit « Last Horizons »…

                    A ma connaissance, cela n’a jamais été traduit en français, à l’exception de mon humble personne, pour le plaisir de quelques amis non anglophones. Au total, j’avais dû en traduire, voici une douzaine d’années, une dizaine.

                    J’en ai une autre où les éléphants jouent le rôle principal, mais elle est plus longue encore, et je m’en voudrais de polluer le blogue de Monseigneur, même s’il existe un rapport entre le sujet de cette chronique et l’ordinaire cynégétique du vieux Peter Capstick.
                    Dans cette histoire, au demeurant (The Kali Herd), une Land se fait courser par un éléphant, comme tu le racontais plus haut.

                    @Sam : pour autant que tu sois titulaire d’un permis de chasse validé, ou d’une licence de tir, je suis tout prêt à te vendre une culasse de 375 HH et tout ce qui va autour. C’est une carabine signée Holland-Holland, des années 50, une « classic » dans le calibre, classique, de cette marque, le grand 375 HH Mag.
                    Je ne la donne pas, mais mon prix est très.. raisonnable… Je ne retournerai jamais en Afrique.

              1. Aristarkke

                « Depuis ce jour, j’ai toujours été étonné de la difficulté que l’on éprouve à distinguer dans la végétation un être aussi gigantesque qu’un éléphant. »
                Même un chat aussi banal que le mien (un tigré à grosses rayures, gris foncé marbré noir et un peu de fauve clair par ci par là, est difficilement repérable quand il se planque sous le noisetier du jardin, certes volumineux (dont les branches basses sont près du sol) qui procure une ombre épaisse et la distance n’est que de 5 à 6 m !!!

    1. Aristarkke

      Ce serait pas mal dans les zones rurales en déficit de mobilités collectives!!!
      Ça marche à l’ herbe, ces animaux là! Dons Gaïa compatibles! Pas besoin se casser le tronc à y amener des produits pétroliers. Et puis, du 20 à l’heure, voilà de quoi humidifier les yeux de notre premier des sinistres…
      Le sieur des Halles de Bondy verrait son problème d’ entretien des fossés élégamment résolu aux étrons près… (doivent être maousse costauds, tout à fait de taille à boucher les fossés….
      Sûr que les bousiers voteraient pour….)

      1. Boutros

        En fait d’étrons, ce sont des boules (type ballon de foot, et s’ils ont bouffé des épineux, cf ma remarque plus haut).

        1. albundy17

          ‘ ce sont des boules »

          ce sont juste les bousiers, un peu plus gros ? ^^

          De là à péter un pneu, ça me laisse dubitatif… fossilisés peu être ? ou un caillou ? 🙄

          1. Boutros

            Ca m’est arrivé deux fois mais c’était connu , pleins d’épines (on partait avec plusieurs roues de rechange et le tout était d’essayer de les éviter sur les pistes).

  10. albundy17

    C’et marrant, je m’étais fendu d’un commentaire suite à un article relatant cette destruction d’ivoire, genre « les contrebandiers se frottent les mains, il vont vendre plus cher », et m’étais fait incendier.

    Je me sens moins seul :mrgreen:

    1. Aristarkke

      M’est avis que tu fréquentes des blogs très mal-pensants (en prenant celui-ci comme « maître-étalon », bien sûr)…

        1. albundy17

          Les dockers ont des fiches de salaires plutôt attirantes, cela est contrebalancé par leurs goûts prononcés concernant le tuning, le picrate, les poches trouées et les torgnoles.

          Elle ne pêcherait pas dans ces eaux.

          1. Aristarkke

            Une pécheresse t’indiquant le lieu où elle amorce ???
            Cela n’existe pas tout comme un pêcheur pour les endroits où il appâte.
            Après l’ami ADP qui a toujours l’air bien branché va sûrement me reprendre que si…

  11. Bonsaï

    Excellent article, très fouillé et documenté. Merci pour ce petit-chef d’œuvre !
    Je suis moi-même assez concernée par ce sujet étant la détentrice de plusieurs de ces objets sculptés. Ceci mérite une courte explication : dans les années 60, mon père qui travaillait alors pour l’ONU avait des missions consistant à conseiller le gouvernement de ces pays Africains nouvellement indépendants. Il pût ainsi acheter plusieurs de ces objets sculptés pour son propre usage, et qui dorment en ce moment au fond de ma cave (mon frère habitant aux States n’avait quant à lui pas souhaité en abriter quelques uns!).

      1. Bonsaï

        Je suppose que tu n’as jamais vu les œuvres d’art admirables que les anciens Chinois faisaient avec l’ivoire ! Mais là c’était plutôt de l’ivoire indien ou birman. A côté l’art africain est plutôt primitif.

        1. albundy17

          Ces œuvres sculptées sur de l’albâtre, par exemple, n’aurait rien perdu avec le temps, contrairement aux trucs jaunis et craquelés comme des dents pourries que présente l’ivoire, soit il indonésien.

          1. Gosseyn

            Les  »trucs craquelés » en ivoire, c’est du morse fossile et autres dents marines coniques, parfois du mammouth, pas de l’ivoire africain, qui ne fait que jaunir après un siècle.

        2. Hussard Bleu

          La comparaison est édifiante, entre maîtrise chinoise et art africain, comme je l’ai vu en Allemagne, mais en Europe, on fit aussi d’admirables choses.

          Si vous en avez l’occasion, visitez l’Elfenbein Museum à Erbach ! cela vaut le voyage…

    1. Boutros

      Bonsaï choisissez le plus bon : il pût, il put, il pue.
      (Mais si vous essayez de vendre vos ivoires, vous risquez des problèmes)

  12. Aristarkke

    Comme souvent avec les éléphants, les bonnes intentions trompent énormément…

    [je sais, c’est fastoche mais irrésistible…]

    1. Le Gnôme

      En France, les troupeaux de trompés s’appellent des électeurs, et bien que cette race soit de moins en moins nombreuse à chaque élection, elle n’est pas en voie d’extinction.

  13. René-Pierre Samary

    Croire, c’est connaître avec ses tripes.
    Pour Julie Matondo comme pour tant d’autres, l’émotion tient lieu de raisonnement.
    « Quelle sera l’infortune d’une cité où les femmes occuperont les charges des hommes ! »

    1. Val

      @René je suis heureuse de te revoir sous ces cieux mais pourquoi diable utilises tu toujours cette unique grille de lecture ?

      1. Val

        @René non je ne crois pas . Ce n est pas parce que les hystériques tiennent le crachoir que cela représente la réalité du terrain. Ce qui est « rigolo » c est que ces hystériques font la promo d une civilisation pas exactement politiquement correcte sur ce plan la. On va rire enfin …. nième degré.

      2. Dr Slump

        Le fait est, cher René, que tu montres par la persistance de tes commentaires négatifs, une forme aversion pour le beau sexe. Notes bien que je ne cherche pas à juger ni à critiquer, j’observe simplement ce fait. Tu sembles nourrir une croyance négative à l’encontre des femmes en général, qui me paraît excessive.

        Tu as certainement de bonnes raisons personnelles d’en vouloir aux femmes dont tu as expérimenté les travers, mais si je puis me permettre un avis, nos croyances définissent notre réalité, et croire que les femmes sont par nature des emmerdeuses te conduira à ne rencontrer que celles qui correspondent à ta définition, voire même à les pousser à se comporter comme tel.

  14. Dr Slump

    Comme quoi les écolos n’y voient rien, à tous points de vue. Les braconneurs ivoiriens doivent s’en taper le cul par terre de rire.

  15. unLorrain

    Vu a la TV docu animalier,ça se passe en Afrique mais je ne sais plus quel pays dans un zone frontalière,on y voit ce que en terme de chasseur on appelle une battue,battue a l’éléphant donc,ils sont jugés trop nombreux sans doute détruisent ils les cultures,des dizaines ainsi vont entendre le gros calibre genre Weatherby,scènes difficiles des éléphants feront face,désespérément.

  16. Rastapopoulos

    3ème solution, créer des éléphants sans corne. On me dit que Marlène est sur le point de créer un homme sans couille.

  17. Seb Lamp

    les solutions liberales ne prevalent pas parce qu’elles reduisent la bureaucracie (Etat, ONGs), elles font appel a la partie du cerveau qui n achete pas les journaux et ne s’indigne pas sur Twitter et Facebook, elles beneficient a ceux qui ne votent pas ou pas bien (seulement a ceux qui payent des impots, pas a ceux qui les depensent). Elles sont trop simples et ne se pretent pas a l’argutie dogmatique (donc elles reduisent aussi la bureaucracie intellectuelle). C est triste mais c est comme ça.

  18. Guillaume_rc

    A propos de l’article du Monde, il est intéressant de constater que la plupart des commentaires démolissent les présupposés de l’action en question.
    Sur le même mode qu’ici : détruire le stock c’est faire augmenter les cours.

    Comme quoi, il y a de l’espoir (un peu) : même les abonnés du Monde peuvent faire preuve de bon sens 😉

    1. Aristarkke

      Soyons fous !!!
      Imaginons qu’il y en a dans les milliers de lecteurs silencieux de Monseigneur de Cèze!!!
      Ils joueraient gros s’ils venaient à être identifiés

        1. albundy17

          « d’une discrétion de violette. »

          C’est qui celle là ?

          Ta moitié n’est donc pas au courant de tes frasques coupables, ce genre d’informations se monnayent, tenté je serais de te livrer ici mes coordonnées Bitcoin.

          Bienheureusement, je ne puis me rabaisser au niveau ADP, le reculeur* devant rien.

          * Si tu avances-euuuu, tadadim tadadam 😀

  19. Murps

    On pourrait peut-être créer une grosse commission pour étudier le problème. On lui donnerait un nom rigolo avec un acronyme spécial et puis on appellerait plein d’experts indépendants d’ohènejé à la rescousse pour la faire tourner avec mon pognon, enfin je veux dire le nôtre.

    Par exemple la Commission d’Analyse et de Contrôles Alternatifs des Saisies…

  20. MCA

    HS mais j’ai comme l’intuition que H16 va nous en faire un prochain billet:

    Autolib’ : la (énième) catastrophe Hidalgo était non seulement prévisible mais annoncée
    Vincent Bolloré réclame 40 millions d’euros par an jusqu’en 2023 à Paris et aux communes utilisant le service d’autopartage Autolib pour compenser ses pertes.

    hihihi…. les parisiens vont une fois de plus mettre la main à la poche pour éponger ces délires.

    M’est avis que les prunes de stationnement ne vont pas tarder à augmenter également.

    1. MarieA

      Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi Bolloré accepte de se lancer dans ce type de projets qui ne sont apparemment jamais rentables ?
      Quel est l’intérêt pour ces industriels? Les indemnités prévues dans les contrats?

      1. MCA

        La réponse se trouve sur Atlantico et elle est sordide :

        « Car pour Bolloré l’essentiel était ailleurs : s’offrir un test grandeur nature pour ses batteries au lithium sachant, au passage, qu’il a été largement financé par l’Union européenne pour les développer. Entre prêts et subventions, il a raflé plus de 200 millions d’euros, chiffre à comparer avec la perte de 60 millions maximum qu’il peut craindre.

        C’est ce qu’on appelle une expertise dans l’exploitation systématique de la nullité politique des élus au pouvoir. »

        1. Pheldge

          Kif-kif Dassault avec le programme Rafale, qui a été un gouffre à pognon pour l’Armée pendant 2 bonnes décennies … J’espère que le Major confirmera 😉

          1. MCA

            En ce moment le Major est aux abonnés absents, occupé à défiler avec Kilt et Cornemuse, ce chaînon manquant entre le bruit et la musique.

              1. Hussard Bleu

                youtube.com/watch?v=8RbVuDuCYMY

                là, c’est plutôt – s’il en était besoin – pour émoustiller le Philou

                et même encore :

                .youtube.com/watch?v=KkBTHPtndDA

                tandis que là, ce serait pour embêter le Bibi :

                youtube.com/watch?v=6Y5mcLxlSgU

                Ici , je pense identifier Mme de Longueville accompagnée de M. de Lagitey et du Baron de la Halle de Bondy

                youtube.com/watch?v=amNF_F6oeRU

                pas que la guitare dans la vie, hein ?

                youtube.com/watch?v=3wAVVEfXO9k

        2. MarieA

          Bonjour MCA, désolée quand j’ai écrit mon message, votre deuxième commentaire avec le lien de l’article ne s’était pas affiché. J’ai lu l’article, c’est encore pire que ce que je pouvais imaginer.
          Quand on voit des contrats aussi délirants, la seule explication possible est la corruption (dans laquelle j’assimile l’opportunisme politique).
          Les halles de Paris sont horribles et jusqu’à récemment tout ceux qui s’y rendaient pouvaient constater les malfaçons (infiltration d’eau). En plus de ça, c’est hideux et, comme d’habitude en France, conçu en dépit du bon sens vu le nombre de personnes qui y passent.

    1. MCA

      Tant que les élus ne seront pas responsables de leurs actes sur leurs propres deniers, la situation perdurera.

      On voit là toute l’imposture démocratique; une fois élus sur des règles qu’ils fixent et modifient eux-même bien souvent, ils se targuent de cette légitimité pour nous imposer des choix fréquemment à contrario de nos souhaits et de notre intérêt.

      Et quand la catastrophe arrive (JO à venir par exemple) ils nous envoient la facture alors que leurs petits copains se sont gavés facturant des travaux au mieux inutiles et coûteux, au pire catastrophiques comme par exemple les modifications de la circulation automobile dans Paris.

      Au lieu d’investir dans des projets industriels d’avenir qui remettraient ce pays sur la route du redressement, on assiste à des dépenses sans fondement réels (rond points inutiles, matraquage routier et automobile à coups de radars de plus en plus sophistiqués et coûteux, dépenses pharaoniques style Grand Paris) qui n’ont pour autre objet que de soutenir artificiellement une activité défaillante tout ça à notre détriment et au bénéfice d’une caste reconnaissante.

      Nous sommes contraints d’assister impuissants au spectacle tragique du Titanic se dirigeant sur l’iceberg qui va l’envoyer par le fond, ne pouvant rien faire pour agir sur la direction du navire.

      Triste pays mais est-ce vraiment mieux ailleurs?

  21. crypto random

    merde impossible de faire un don en crypto (BCH aucune chance) tu n’as pas une autre adresse BTC, LTC, ETH, NEO, LISK ou autre chose ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.