Macron : des réformes à pas de fourmis et des économies inexistantes

Ah, décidément, ce n’est vraiment pas simple d’être Monsieur Manu, le Président De La République ! Vu depuis son poste de ministre, puis du poste de candidat, l’affaire semblait pourtant bien engagée : moyennant de solides réformes en poussant les boutons ici, là et là, et en abaissant ce levier-ci tout en remontant ce levier-là, pouf, on remettait le pays au travail et tout le monde était content. Las, il y a beaucoup plus de boutons et de leviers que prévu, et beaucoup, beaucoup plus de monde pour en interdire l’accès.

En principe, il suffisait pourtant d’engager de vigoureuses réformes de fond et de forme et l’affaire était pliée assez rapidement. On lui avait dit, et il le savait, que tout devrait se jouer sinon dans le six premiers mois, au maximum dans la première année. Après, lassitude de l’exercice du pouvoir, fatigue du peuple attendant des résultats, tout risquait de devenir plus complexe, plus gluant, plus long à dépanner.

Il avait donc lancé, en fanfare, moult révisions, force réformes et grands textes de lois auprès d’un parlement dont la composition, ultra-favorable à son brochet projet, permettait d’attendre une mise en musique rapide et sans faille.

Cependant, des petits grains de sables se glissèrent dans la machine bien huilée du nouveau président, de son nouveau gouvernement, de son nouveau parlement, de son nouveau parti et de ce nouveau peuple qui, mine de rien, ne semblaient pas tout à fait aussi volontaires que prévu dans leurs démarches pro-actives de changement calculé.

En fait de réformes, qu’on espérait fondamentales, profondes et revigorantes, ce fut essentiellement des petits changements, souvent minimaliste, parfois purement cosmétiques, annoncés et médiatiquement poussés en fanfare : celle du code du travail ne jouera qu’à la marge et sur le long terme, et sa traduction en terme d’effets restera de toute façon mineure ; les bricolages sur l’ISF touchent peu de gens, la baisse des impôts sur les entreprises s’étalent mollement jusqu’en 2022 (ce qui veut dire qu’elles ont encore le temps de se faire tabasser fiscalement ailleurs) et toutes ces petites bidouilles seront amplement compensées dans le mauvais sens par la complexité effarante introduite avec la retenue à la source ; les autres bricolages (dans la formation ou la gestion du chômage par exemple) semblent, là encore, une longue enfilade de patchs et autres rustines sur des systèmes fondamentalement vérolés. Je n’évoquerai pas la « réforme » de la SNCF qui, hormis un nombre invraisemblable de jours de grève, d’incidents de réseau et de passagers mécontents, n’a entraîné aucune perspective d’en finir une fois pour toute avec la dette abyssale et les caprices insupportables de la vieille dame incontinente.

Beaucoup d’observateurs, fins analystes de la vie politique française, feront mine de récriminer devant cette courte liste et cette appréciation négative des efforts fournis : « oh, mais, que dites vous là ! Toutes ces réformes, tous ces textes kilométriques de loi qui épuisent du député par douzaines, tous ces aménagements et ces modifications partout dans des codes de lois, bien sûr que si, c’est important, c’est courageux, c’est fortiche même ! » Et tous ces observateurs en concluront à la mauvaise foi, au procès à charge et à l’absence de lucidité.

Malheureusement, ils auront beau fermer leurs yeux et leurs petits poings en espérant, fort fort fort, que ces « réformes » vont avoir un impact majeur, la réalité refuse de se plier à leurs prières, aussi ardentes soient-elles. Et pour cause : la belle vigueur des révolutions envisagées s’est complètement évaporée dans la bureaucratie, les petits détails administratifs et les compromis politiques médiocres.

D’une part, l’État profond, c’est-à-dire les administrations, les agences, les entreprises plus ou moins publiques et tous les rentiers de la République n’entendent absolument pas laisser passer la moindre réforme d’envergure qui aboutirait d’une façon ou d’une autre, supposée ou réelle, à amoindrir leurs privilèges.

D’autre part, les syndicats, les médias et tout ce que le pays compte d’influents engagés n’ont absolument pas envie de voir leur part du gâteau diminuer sans broncher. Laisser le champ libre à Macron, c’est prendre un risque important de remise en question de ces petits viagers juteux qu’ils ont installés ces 40 dernières années (ou plus).

En outre, il faut bien comprendre que, malgré l’affichage médiatique d’une volonté de fer, malgré la communication musclée destinée à rassurer tout le monde sur des intentions fermement fixées et des convictions boulonnées au corps, Macron lui-même n’a rien d’un révolutionnaire : on parle d’un énarque, d’un inspecteur des finances dont le seul fait d’armes marquant pendant son temps à Bercy fut la mise en place de lignes de car dont l’impact fut, finalement, très modeste. Si l’on ne peut pas vraiment nier la mise en avant exubérante d’une certaine détermination pour remettre le pays sur les rails, on peut largement douter de la volonté réelle, consciente, de passage à l’action et le courage de vraiment ruer dans les brancards.

En pratique, Macron a, comme ses prédécesseurs, tenté de corriger quelques problèmes mineurs qui préoccupent un peu les Français, et c’est tout ce qu’il a fait parce que c’est à peu près toute la marge de manœuvre qu’on lui accorde, peuple compris : il suffit de voir que d’un côté, ce peuple admet sans problème que trop d’argent est claqué dans les aides sociales, et que de l’autre, il réclame que le président renforce sa politique sociale pour bien saisir l’ampleur du problème de cet électorat bicéphale et schizophrène.

Dans le temps d’un an de quinquennat, on est (encore une fois, comme sous Sarkozy, comme sous Hollande) passé d’une volonté de tout remettre à plat, éventuellement avec fracas, à des réformettes de petit législateur besogneux, des discussions oiseuses sur de la vaisselle ou une piscine, des bricolages mineurs, des vexations multiples à 80 km/h et des économies de bouts de chandelle.

Alors que le pays aligne des statistiques catastrophiques (chômage, dette, déficits, dépense publique stratosphériques et dépenses sociales open bar de numéro un mondial), que le nombre de pauvres continue d’augmenter, que la bureaucratie se fait tous les jours plus délirante, personne au gouvernement ne semble prendre la mesure des vraies mesures courageuses qu’il faudrait prendre, à commencer par des économies drastiques.

Le régalien continue de faire les frais de quelques coupes souvent hasardeuses : alors que le ministère de la Culture baigne dans un pognon de dingue (10 milliards d’euros), la Justice doit « composer » (et faire avec seulement 7 milliards) au risque de libérer des dealers faute de juges.

Pompon des réformettes : la cataracte d’impôts et de taxes directes et indirectes continue de tomber, mais les recettes baissent, démontrant l’ampleur des gabegies, des fuites, de l’abandon croissant des Français industrieux qui préfèrent la mettre en veilleuse ou s’en aller plutôt que se faire refaire le fondement avec un trépan fiscal de la taille d’une installation pétrolière offshore.

Et toujours pas d’économies solides en vue, seule transformation qui, en rétrécissant enfin le périmètre de l’État-maman, aurait libéré des énergies et des possibilités de croissance. On pratique la microchirurgie dans les recettes, sans comprendre que c’est le volet dépense qui mérite d’être motoculté aux engins lourds de chantiers.

En fait de transformation, Macron fait paysagiste armé d’un coupe-ongle dans un jardin à la française abandonné depuis un demi-siècle, qu’on camoufle tant bien que mal à coup de communication, de slogans creux et d’un xyloglotte très raffiné mais qui ne change pas de l’habituel.

Combien de temps ceci peut-il encore perdurer ?

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires234

  1. Le Gnôme

    La France ne fait des réformes que lorsque le régime change, de façon brutale en général. La réforme à froid n’est pas son truc.

    1. Pythagore

      Je note qu’autant l’équipe de France fait oeuvre de multicolorisme autant les équipes africaines sont pas très vivrensemblesques à l’exception du Maroc avec un noir et quelques bi-nationaux.

  2. Boutros

    Bien sûr que le Système est vérolé, inefficace voire destructeur mais c’est le Système, hors duquel point de salut. Vouloir le transformer de l’ intérieur serait suicidaire, et de l’extèrieur meurtrier. On vit une époque formidable.

  3. Pere Collateur

    « Combien de temps ceci peut-il encore perdurer ? »

    Vous posez cette question depuis le début de la tenue de ce blog qui a démarré en 2005 si je me trompe pas. 13 ans donc…

    Ca devient tellement désespérant que les illusions ne se font plus depuis longtemps.

    M’est avis qu’on va encore en prendre pour 13 ans de plus. Je pense que vous allez vous lasser bien avant. Hélas.

    1. Opale

      Votre commentaire me fait le même effet que lorsque parfois je me perds sur le blog de Jovanovic, lui qui annonce l’apocalypse financière depuis plus de 10 ans. Cette lassitude que je partage est bien normale, quand on attend le Big One avec l’impatience d’un gosse à qui l’on a promis des cookies. Et je cherche aussi le remède…

      1. Gosseyn

        Arrive un moment où il convient de considérer que le remède, c’est vous-même, et que les auteurs de blogs ne sont que des fournisseurs de solutions, bonnes à sélectionner pour les mettre en œuvre si elles s’y prêtent. La première phase en étant l’appropriation, la suivante souvent la diffusion, ce qui amène normalement vers leur maîtrise.
        Après, chacun fait ce qu’il peut, s’il s’en sent capable. C’est la relativité des généralités, ou du réalisme.

        1. Pheldge

          Oui, bon, pour la diffusion, c’est pas gagné ! je ne sais pas pour vous, mais moi, quand j’essaie de diffuser autour de moi, j’ai soudain une pensée émue pour tous les colporteurs de bonne parole, Témoins de jet au Val et autres … prêcher dans le désert, ou presque !

          1. Pheldge

            Bon , je renouvelle ici mes remerciements : « merci à tous ! » … en rappelant que comme le dit RPS le masculin l’emporte TOUJOURS sur le féminin, pas besoin de rajouter « et à toutes » ! 😉

            1. MCA

              Psssst!

              Madame est née le même jour que toi… je trouve que tu aurais pu avoir un mot gentil à son égard…

              Je dis ça, je dis rien… :o)))

              1. sam player

                Avec 23 personnes tirées au hasard il y a une chance sur 2 que 2 personnes aient leur anniversaire le même jour… Alors avec 18 commentateurs et tateuses, et si on ajoute les conjoints… bah ça devait arriver…

                1. Pheldge

                  … et en bons ingrats, que fîtes vous pour me remercier de ces grâces, qui vous étaient accordées, le jour de MON anniversaire, hein ? allez, comme je suis magnanime, je vous donne une deuxième chance : mon adresse XMR : 😉
                  4BrL51JCc9NGQ71kWhnYoDRffsDZy7m1HUU7MRU4nUMXAHNFBEJhkTZV9HdaL4gfuNBxLPc3BeMkLGaPbF5vWtANQpSUPh59ADNJJpDVpx

            2. Pheldge

              … et elle n’est sûrement pas la seule ! bon, on verra ça l’an prochain, « si Bon Dié na pitié » comme on dit ici 😉

    2. Bob L’Enclume

      « Combien de temps ceci peut-il encore perdurer ? »

      Indéfiniment.

      Les générations ayant connu un certain libéralisme pré 68 sont en train de mourrir.
      Le niveau scolaire s’est « effondré », sauf pour les choses sérieuse : bâtir le Socialisme.

      La gauche fait venir par millions des allocataires. Ayant une démographie « africaine. »
      Mais si on leur donne moitié moins qu’aux français, pour eux c’est toujours bénéf.
      Donc on supprime le pognon d’un français, et on le donne a deux nouveau électeurs de gauche.

      Bien sur, le niveau de vie baisse. Mais « On a de la chance de ne pas être aux USA »..

      Pendant ce temps là les bureaucrate (de moins en moins nombreux, certes) gardent leur privilège de pays développé, invisible dans les statistique. Et vous font la morale. Donc les inégalité reculent, la population augmente, le fric coule encore : tout va bien.

      De tout façon tout est la faute du libéralisme, alors…

      1. « Indéfiniment »

        Ah ça, non, et c’est certain : à un moment donné, l’argent des autres vient à manquer. Inévitablement. Mathématiquement. Et là, rideau.

              1. sam player

                … logique du temps où le $ valait 5 francs et où 90% des gens en France continuait à parler en centimes…
                $6 millions=30 millions FF=3 milliards de centimes

                1. albundy17

                  « 3 milliards de centimes »

                  mdr, ça me fait penser à un article de la semaine dernière, intitulé « on peut être milliardaire et pauvre »

                  Le titre accrocheur relatait les déboires des vénézuéliens milliardaires en bolivar, z’ont même plus assez de brouettes pour aller s’acheter des oeufs….

                    1. Val

                      @sam la seule question -en or- : mèche longue ou mèche courte ?
                      youtube.com/watch?v=TBcnjx05a1s

                    2. sam player

                      Je connais pas la blague, là… vous m’expliquer svp…?
                      Je l’ai déjà entendue… mais… pffft

                    3. Pheldge

                      Oh la la, bonjour les baba-cools … allez Val z-y vas, passe le oinje, fais nétour le tarpé ! 😉

  4. Aristarkke

    La description faite par Monseigneur de la conduite de l’ Etat fait penser à celle d’une locomotive à vapeur… Émile Zola reloaded 2.0???

  5. Aristarkke

    Mélusine, ma doulce, retire donc le S à force réformes… Force employé en adverbe reste alors invariable… 😛

    1. Pheldge

      papet, tes l’usine elles te disent rien sur « ce fut essentiellement des petits changements … » perso je dirais »ce furent…des changements … »

        1. Aristarkke

          Ce SONT les vacances pour rester dans le fil de l’ échange de pensées pour se panser de tout ce que l’on doit endurer et que nous censés trouver sensé…

  6. Theo31

    Avant on avait Manu Katche, maintenant on a Manu Castré qui se prend pour Gorbatchev : ce dernier n’organisait pas des pederaste parties dans les salons du Kremlin.

  7. WorldTour73

    « Combien de temps ceci peut-il encore perdurer ? »

    Peut-être tout s’arrêtera quand on aura 20000 milliards de dette et le monde entier venu chez nous…

      1. Dede

        Superficie de la France : 643801km2 soit 1000000 fois plus de m2. Population mondiale d’environ 7.55 milliards d’habitants.
        La France est un vaste pays: si ils viennent tous, ca laisse tout de meme 85m2 par personne!

        1. MCA

          Oui, et bien il y en de plus gros que d’autres, va falloir gérer, d’autant qu’il va falloir faire également tenir les animaux qui vont avec et un éléphant dans 85 m2 ça ne laisse pas beaucoup de place pour la porcelaine..

          Cela dit, tous en France et nous on se tire ailleurs… l’idée ma paraît séduisante! un pari qu’ils ne tarderont pas à émigrer pour nous rejoindre et là… hop! on retourne discrètement en France et on est peinard!

          Je le sens bien!

                    1. MCA

                      Bonne remarque, j’en profite pour dire que dans ce sens là, assez curieusement ça ne dérange personne.

                      Prudent, j’avais bien dit : « j’attends que le dernier quitte le pays »

                    2. MCA

                      @L’AL

                      Je connaîtrai le sapin?

                      je suis en sursis depuis ma naissance et pour le moment… « tout va bien » comme dit l’histoire du gars qui tombe du vingtième étage.

                      M’est avis que l’atterrissage va être délicat à négocier mais comme le dernier des C y arrive, j’ai toutes les raisons d’être confiant! :o)))

                    3. albundy17

                      Rho, MCA, il y a des choses plus longues qu’une vie, je suis par exemple né avec le conflit Israël / Palestine, et je n’en verrais pas le dénouement, à l’instar de l’afrique du sud et ces salauds de colonialistes qui ont foutu une belle merde, heureusement qu’il y avait l’autre terroriste pour remettre bon ordre.

                      Nan, j’ai pas besoin de SG, mais je fais une promo sur du bois lapeyre.

  8. sam player

    « …plutôt que se faire refaire le fondement avec un trépan fiscal de la taille d’une installation pétrolière offshore. »

    :mrgreen: version adoucie…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Ca pourrait être pire : les tunneliers présentent un diamètre encore supérieur.

      Comme quoi, il n’est aucune situation même dramatique qui ne puisse encore s’aggraver.

  9. Hussard Bleu

    « des petits grains de sable »…

    Il se voyait – avec ses Fêtes Rondes et ses Fiôtes de Fer – en Cromwell, et un grain de sable…

  10. Guillaume_rc

    Déespérant !
    Surtout que Micron reprend toutes les conneries « sociétales » bobo. Les entreprises, par exemple, vont devoir intégrer encore plus de contraintes (diversité, écologie; etc.).
    Surtout que le régalien part en couilles de plus en plus.
    Surtout que Micron, se prenant pour Mitterrand fait tout pour flinguer les partis traditionnels et faire monter Insoumis et FN.
    2022 : second tour JLM-MLP ?

    1. Vodkaman

      Nous sommes en plein dedans avec la RGPD !!!
      Comment gérez vous les données de vos fichiers clients et fournisseurs, vos collaborateurs ???

      Sans déconner, ça devient de plus en plus compliqué de bosser.

  11. Aristarkke

    Il y en a une grave sur BFM les Experts, là tout de suite…
    A coup de budget européen sans impôt supplémentaires mais avec une avalanche de taxes comportementales, d’ orientation de consommation à charge des seules entreprises, bien sûr…
    Les contribuables n’ ont donc pas à s’ inquiéter…

    1. Aristarkke

      L’ argument de Doze qu’ une avalanche de taxes, même au noble but de protéger Gaïa, finit toujours par atterrir dans l’assiette du con de tribuable : balayé d’ un revers de langue de la jouvencelle. Les consommateurs, très différents des contribuables, sont d’ accord…

  12. Stéphane B

    Purée, pour une fois que le fig fait un article correct, mettant en avant la perfusion perpétuelle de l’état maman qui fout le système en l’air, cela est à noter ! lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2018/06/27/29002-20180627ARTFIG00001-aides-sociales-et-pauvrete-la-generosite-francaise-en-question.php

    1. MarieA

      Article intéressant et drôle en même temps…
      « Mais alors que les pays de la vieille Europe des quinze ont vu leur nombre de pauvres et exclus augmenter de 6,8 millions, les nouveaux pays européens ont vu le leur diminuer de 6 millions! »
      Quelle surprise, les entreprises vont dans les pays où les gens sont payés 300 euros! Merci l’Union Européenne!

      1. Ce n’est pas une question de salaire mais de coût. Les niveaux de vie étant très disparates, les entreprises vont là où les coûts sociaux sont les plus bas (nb : je n’ai pas écrit « les salaires » mais « les coûts sociaux » les plus bas).

        Si en France, les coûts sociaux étaient divisés par deux, le nombre de chômeurs s’effondrerait et les salaires, mécaniquement, augmenteraient.

        1. WorldTour73

          J’ai jamais compris pourquoi en france, on n’arrivait pas à baisser les cotisations sociales. Ceci m’échappe vraiment

          1. Calvin

            Les cotisations sociales donnent l’illusion que notre modèle est envié dans le monde.
            C’est aussi une prime aux insiders contre les outsiders (jeunes, pas encore syndiqués, …)

          2. Vodkaman

            Vous galéjez, j’en suis sûr mais bon : en gros, hors CSG, les actifs cotisent pour les inactifs.
            Donc plus les cotisations augmentent en nombre parce que vous avez besoin de pognon (retraites par répartition où les cotisants payent pour les bénéficiaires), « assurance » chômage, santé… moins vous êtes compétitifs. Donc moins d’embauche, donc moins de cotises…

            Cercle vicieux.

            Baisser les cotisations produira l’effet inverse mais avec un décalage non négligeable compte tenu des efforts à produire d’une part mais également de la méfiance des acteurs économiques d’autre part, bien au fait du « crédit » à accorder aux paroles des candidats ayant réussi à se faire élire. (Cf. Dalida)

            Cela veut dire que pendant un long moment, les chiffres ne seront pas bons, mais vraiment pas….

            – les entreprises sont tellement exsangues qu’elles n’ont plus la capacité d’investir.
            – la marge de manœuvre a été de tailler dans les coûts de prod ou de rester en dessous des seuil sociaux. Tant qu’ils ne sauteront pas, point de salut.
            – baissez les cotisations et vous allez faire exploser la dette si dans le même temps, vous n’arrivez pas avec les mesures propre à remettre les « tiques » au travail.
            – compte tenu du niveau du SMIG, les ouvriers non qualifiés, déjà au chômage seront les derniers à retrouver un emploi (cf les exonérations de charges sur les bas salaires). Si le coût non chargé est déjà trop élevé, cela ne changera rien.

            Cela veut donc dire que le prochain clown devra arriver un beau matin de mai rue du Fb Saint-Honoré avec le package complet des réformes sous le bras, (fiscalité et code du travail intégralement réécrits entre autres et à minima), déjà prêtes à être validées par les nouveaux de putes godillots, dans les 3 mois, avec le charte tacite de voter sans amender les textes pour éviter les pressions.

            Donc le gonz devra être :

            – un menteur patenté
            – avoir une vague idée de ce qu’est l’économie,
            – arriver au pouvoir suffisamment rapidement sans s’être compromis en suçages de bites et léchages de culs
            – avoir une paire de brunes de la taille de l’Everest….

            Imaginez le de pute qui va se faire élire dans la foulée du président, voter ce genre de mesure plutôt pas vraiment bisous compatible.

            Donc soit alignement des planètes sans réélections pour PdR et de putes, soit vrai décorrélation de la durée des deux mandats., par exemple 6 ans pour la Pomme de Terre et renouvellement par 1/3 tout les deux ans pour les de putes…

            Dans ce genre de situation, mon père dirait : « petit, t’as pas le cul sorti des ronces » .

      2. Theo31

        Rien que la fiche de paie coûte entre 15 et 30 euros. On s’étonne ensuite que 75% des entreprises n’emploie aucun salarié.

  13. hub

    « Tout va être englouti, le temps presse,il faut se hâter, il faut s’enrichir, s’agrandir et profiter des circonstances. On ne songe plus qu’à soi. Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique. On est courtisan, on est ministre, on se dépêche d’être heureux et puissant. On a de l’esprit, on se déprave et on réussit. Les ordres de l’Etat, les dignités, les places, l’argent, on prend tout, on veut tout, on pille tout. On ne vit plus que par l’ambition et la cupidité (…) »
    Hugo, 1838

    1. Gerldam

      Rien de nouveau….
      Et je parie qu’on doit trouver à peu près la même chose au XVIIIme siècle sous la plume d’uun Voltaire ou Montesquieu et au XVIIème sou celle de Vauban, Bussy ou La Rochefoucault. Au XVIème sous celle de Bodin ou Montaigne (de toutes façons , on trouve tout dans Montaigne).

  14. Bonsaï

    Au moins avec ce président, il y a de nouveau un peu d' »esprit français », pétillant et intellectuel, ce qui n’est pas fait pour me déplaire.
    Par ailleurs il innove, il a des idées originales. Lui et son épouse sont en effet un couple branché, dans l’air du temps, tout en mettant en place des solutions modernes et efficaces pour la société française qui partait un peu à vau l’eau sous l’ère Hollande,

        1. sam player

          Bah le com’ se finit par une virgule… Elle a dû sauter par la fenêtre pour voler comme un oiseau… je vois que ça…

          1. Bonsaï

            Il semble que ton cerveau devient de plus en plus flasque. Il faudrait sans doute le vertébrer un peu avant qu’il ne s’affaisse comme un plat de nouilles trop cuites…

              1. bibi

                Faut pas être triste, tant que c’est ce que le cerveau qui devient flasque c’est pas très grave, en plus ça vous permettra mieux savoir ce qu’est la condition féminine.

                1. albundy17

                  « tant que c’est ce que le cerveau qui devient flasque c’est pas très grave, »

                  Tout dépend duquel, le petit, ou le gland ?

                  Sinon il parait qu’ils collent de plus en plus d’opiacés à l’hosto

              1. albundy17

                Mouais, j’irais pas en faire l’apologie, surtout que c’est interdit pénalement et que les piscines en taule sont interdites, d’autres massacres passent beaucoup mieux, mais c’est du plus récent, pas encore eu le temps de tout réécrire

    1. René-Pierre Samary

      Branché, ce couple, c’est là où je voudrais le voir… À une haute branche, où…
      Puis ça, puis la, comme le vent varie,
      À son plaisir sans cesser nous charie,
      Plus becquetez d’oiseaulx que dez à couldre.

    2. Nemrod

      Ah ça pour être branché.
      Le jeunot de 15 ans qui se tape la prof de français qui a 3 moutards…
      Formidable…si, si !
      Faut arrêter l’ectasy, c’est mauvais pour le foie.

      1. WorldTour73

        14 ans. Moi quand jetais au college, je voulais me taper ma prof de math. Je sentais quil yavait un truc mais j’ai jamais conclu.^^

  15. Le Gnôme

    Deux signes ne trompent pas, les rentrées fiscales se tassent malgré la dégelée de taxes diverses et variées qui sont tombées comme les obus à Gravelotte, dues à une baisse des rentrées de TVA qui montre une consommation en berne (voir le lien de notre hôte), et je lis ce matin que l’épargne est à son plus haut niveau, ce qui montre que les écureuils mettent des noisettes à l’abri pour l’hiver.

    Un jour, au nom de la solidarité, l’Etat piquera toute l’épargne disponible pour rembourser ses dettes en remettant à l’épargnant un joli papier attestant qu’il lui doit de l’argent et qui finira comme les emprunts russes.

    1. Gerldam

      Manque de bol, cette soit-disant épargne, surtout en assurance-vie est quasi intégralement en obligations d’état. En somme, votre pognon, il est déjà cramé et ceux qui rêvent d’être un jour remboursés sont juste cela: de doux rêveurs.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Le truc, c’est d’enregistrer des intérêts mirifiques, de les taxer, et de faire défaut ensuite lors du rachat. Comme ça le contribuable paie des impôts sur de l’argent qu’il perd.

        1. Pheldge

          le truc c’est surtout de retirer ton pognon fissa ! sauf si tu penses claboter bientôt et que tu veux faire profiter tes héritiers désignés, de la fiscalité avantageuse ;

          1. Pheldge

            Papet, la transmission directe, sans droits de succession, ça attire le gogo : jadis, autrefois, il y a longtemps, bref, dans une autre vie, j’y avais souscrit pour pouvoir laisser un petit chose-kèke , à mes filleuls, comme que je n’avais pas d’héritiers directs, ni descendants, et plus d’ascendants … sinon c’était 60 % qui partaient ! Depuis, comme je suis marié, y’a plus besoin ! 😉

  16. WorldTour73

    « Le régalien continue de faire les frais de quelques coupes souvent hasardeuses : alors que le ministère de la Culture baigne dans un pognon de dingue (10 milliards d’euros), la Justice doit « composer » (et faire avec seulement 7 milliards) »

    Incroyable de voir ça. Facepalm forever.

    Merci pour l’information.

  17. Bisphenol

    L’image du jardin avec notre jardinier en chef armé d’un coupe-ongle est assez bonne !
    il lui manque les « cojones » pour empoigner la débroussailleuse et la tonçonneuse.

  18. toto17

    Je vous trouve injuste avec Macron, il fait parfaitement son boulot d’ami des banquiers :
    Recettes en berne mais dépenses en hausse = endettement en hausse !!
    Elle est pas belle la vie ?

    Avec un soupçon de morale comme quoi on se doit accepter n’importe qui sur notre territoire histoire de creuser un peu plus les déficits…

    Franchement, je ne vois pas où est le soucis chez Rothschild !!

  19. Jean Tabel

    Au lieu de la thérapie de choc à la Thatcher, nous avons eu de la Gladnost et de la Perestroika appliquée à un système collectiviste à bout de soufle, hérité en partie de Vichy et des communistes du conseil de la résistance. Macron se condamne ainsi à n’être au plus que le Mikhail Gorbachev Français. C’était probablement la derniére occasion de faire quelque chose.

    J’avoue que ces derniers mois, notre hôte me semblait un tantinet trop pessimiste, mais il était simplement lucide – respect!

  20. Taisson

    Macron, c’est un hollande, mais avec un cerveau vif et parfaitement en phase avec l’espèce d’esprit « club privé » des V.I.P. Parisiens…
    Il n’y avait rien à en espérer.
    Parfait caricature du cadre très supérieur, qui brille en réunion, à toujours le mot qu’il faut..Avec suffisamment de démagogie pour plaire !
    Et , quand il est sorti de la salle,les « exécutants » de tous niveaux doivent se démerder pour avoir l’air de faire quelque chose qui ressemble aux désidératas du boss, mais avec le minimum de vagues, et surtout qu’il n’en entende parler qu’en bien !!
    C’est que si l’on contrarie, ou que l’on évoque de vraies difficultés, les autres vous regardent comme si vous aviez pété à table !! Et on risque fort de perdre sa place!
    De toutes façons, plus rien dans ce pays ne se fera sans la force…Et elle n’est pas du côté des Français du peuple, qui perdent peu à peu leur bon sens…
    Je l’ai déjà dit maintes fois (mais c’est bien connu les vieux radotent..) que ceux, jeunes aujourd’hui, maudissant ceux d’avant, et qui croient à un écroulement du système seront rapidement dans ce qui restera des EHPADS depuis longtemps et ce ne sera pas encore arrivé!!
    Tout est foutu, mais par liquéfaction lente !

  21. Plutarque

    On tourne un peu en rond…

    Oui, Macron est (très) critiquable. Mais notre Libertarien en chef reconnait que, malgré l’onction démocratique, il n’a presque pas de marge de manoeuvre…

    Le pouvoir semble détenu par la haute fonction publique, les syndicats, Clochemerles et corporatismes divers. Sans parler des « faiseurs d’opinion », causeurs dans le poste et intellectuels supposés (mais pas désintéressés)…

    Alors ?

    1. Taisson

      Alors…Rien, il est trop tard !
      La dernière chance de bousculer vraiment le panier de crabes (ou , au moins de changer de crabes…), c’était en 2002, et les belles âmes, toutes réunies nous ont fait un score de république bananière pour le nuisible Chirac…
      A cette époque, pas mal de futurs dirigeants actuels bobs-socios-écolos compatibles étaient encore au lycée, certains même concluaient la drague avec leurs profs, et beaucoup de gens d’expérience, ayant connu un passé différent n’étaient pas encore à l’hospice !

      Des choses étaient encore possibles…

      Mais l’histoire ne repasse pas les plats .

      Merci donc à toute cette élite qui à abusé le populo, et même si dans ses rangs ça gémit maintenant un peu, ils en profitent toujours, et c’est aujourd’hui encore plus proche de l’incurable !!

      Bienvenue dans le monde islamo colectiviste, végan et dégenré…
      Cohn bendit comme « pape », melanchon président, les livreurs en vélo, les patriotes au goulag, (et je ne rêve pas : le pouvoir collabo commence déjà à arrêter les résistants).
      Syndrome de la fourmilière!!, je vous dis !!

      1. Plutarque

        Je ne suis pas loin de partager votre analyse. Le seul dont la politique serait providentielle est H. De Lesquen. N’ayant aucune chance de réunir même 500 signatures, il faut :
        1. se résigner à vivre dans le souk (dans tous les sens du terme)
        2. se préparer à une vraie révolution, bien sanglante, genre Reconquista (peu probable, vu le manque de testostérone ambiant)
        3. foutre le camp.

          1. Plutarque

            Chacun réagit selon ses possibilités et sa pente naturelle…

            Je ne peux me résoudre à la fuite (de plus, je ne parle ni le Tchèque, ni le Polonais).

        1. Husskarl

          Effectivement, il décaperait ce beau monde…mais les 500 signatures le bloqueront toujours, mafia oblige.

          NB: Pas de majuscule à la particule.

        2. Nestorius

          Le seul dont la politique serait providentielle serait Renaud Camus. Mais soit, H2L ne serait pas si mal, j’en conviens.

      2. René-Pierre Samary

        « La dernière chance (…), c’était en 2002 »
        Je serais assez curieux de savoir combien, parmi nous, ont glissé dans l’urne le bulletin sacrilège…
        Pour moi, c’était déjà fait. En ’88 et en ’95. En 2002, j’ai foutu le camp.
        J’ai toujours été été un peu en avance. D’où certaines incompréhensions.
        Mais je ne suis pas encore à l’hospice.

        1. Taisson

          @René-Pierre Samary 27 juin 2018, 16 h 39 min
          Pareil pour moi…pour l’urne.
          Mais les fidèles de ce blog (à part moi, mais la on touche quasiment à la tradition familiale!!) ont tous fait des études supérieures. Et le formatage subi ne se dissipe pas facilement. Comme une tache d’encre, il reste toujours quelque chose.
          Nos amis affirment qu’ils ne votent pas, mais …face au diable,???

          Pour la fuite, je suis un animal trop « territorial », j’ai donc choisi la fuite intérieure dès que possible !
          Vu le décalage des mentalités entre la province profonde et les grandes agglomérations, c’est juste pour une illusion de confort personnel,en dépit de tout ce qui manquerai aux citadins et je l’avoue, c’est bien un aveu d’impuissance.
          Bref, personne ne m’à encore proposé d’être maréchal-président voire guide suprême..C’était pourtant ma seule condition…Donc rien à faire pour améliorer les choses!!
          Pas encore à l’hospice non plus…

          1. Chieur chiant

            Mais non, tu n’es pas tout seul, moi aussi, je n’était pas bon à l’école, direct le lycée professionnel, j’ai juste usé mes fonds de culottes dans les bacs à sable… et je pense que tout ce bordel ambiant finira très très mal…

      3. Catimini

        @Taisson Grrr….mon lien est passé à la trappe… https://m.youtube.com/watch?v=jnmweUWrSKI
        Film animé « Fourmiz » expliquant bien « le syndrome de la fourmilière » dont vous parliez plus haut. Très instructif pour les petits je pense mais aussi subversif pour certains parents à qui je l’avais conseillé…:)))

    2. Pythagore

      « Macron est (très) critiquable. Mais notre Libertarien en chef reconnait que, malgré l’onction démocratique, il n’a presque pas de marge de manoeuvre… »
      Et alors pourquoi il s’est présenté, il ne le savait pas avant, il ignorait le système ???
      Bullshit, c’est juste, qu’il n’a pas été placé là pour ca.

  22. lxy

    Aprés 70 ans de matraquage massif de la propagande socialo-marxo-socialiste les Français ne peuvent même pas imaginer qu’il existe des solutions autres que les leurs que le monde entier leur envie. C’est l’image du coq qui fait cocorico avec les pieds dans la merde.

            1. René-Pierre Samary

              C’est à peu près à cette distance qu’il faut observer les choses, si l’on veut comprendre. Un historien d’un lointain futur déterrera peut-être, comme objet de réflexion, les décisions d’Hidalgo sur les passages piétonniers parisiens, ou encore, déchiffrant les causes d’une Europe devenue africano-musulmane, il trouvera ce commentaire d’une lectrice du Figaro, depuis longtemps morte et enterrée :
              « 2 milliards et demi d’Africains pauvres sont forcément attirés par une Europe riche et dépeuplée. Ces mouvements de population ont toujours existé. Relisez l’Histoire ! C’est absurde de vouloir l’empêcher, cela se fera, c’est en cours. Merkel, Macron , le Pape sont lucides. »
              La féminisation des esprits, c’est aussi l’ouverture (des cuisses), accompagnée d’un peu de moraline, pour que passe plus aisément le vit du vainqueur.

      1. Plutarque

        Remplacez « esclave » par « client » (au sens romain du terme) vous serez plus proche de la vérité.

        Quand à la léthargie que vous prêtez à certaines parties de l’individu que « rigoureusement, ma mère m’interdit de nommer », il me semble que vous épargnez de votre courroux 50% de la population (à une vache près), qui en est, par nature dépourvue…

                    1. albundy17

                      « Prince surtout marié oui! »

                      Tu ne te sens pas à la hauteur ? 🙄

                      Bibi, merci pour ce rappel du Dieu.

                      RPS va bientôt intervenir pour encore dire: « c’est quoi cette merde ! »

                    2. MarieA

                      A la hauteur de quoi?
                      D’un vieillard impotent et toujours au bord de la crise cardiaque.. Euh oui, je crois que je m’en sortirai!

                    3. albundy17

                      Umphfff, non je pensais plutôt « à la hauteur de la grosse vieille qui me supporte » et que tu veux euthanasier

                      Coup de bol, H le tendre n’ira pas lancer un « molo » sur tes propos, une bouffe ça aide. Ou dévie.(je m’égare H, mais il y a du vrai)

                      Finalement il me faudrait trop de films avant, marie, reste à paris, RPS a tout de même parfois tout a fait raison

                    4. MarieA

                      De la déesse qui arrive à vous supporter plutôt… Pourquoi vous comptiez lui demander de se joindre à nous peut-être?
                      Et moi qui rêvais d’un tête-à-tête en amoureux, quelle déception… Tant pis alors!

                    5. albundy17

                      mdr, l’amour ^^

                      non pas tant pis, mais mieux, j’ai des limites à la compréhension de la bêtise, ma fille de 13 ans est plus au courant des choses de la vie.

                      Bon courage, hein, il va arriver. nan pas de risque inconsidéré ^^

                      lol, B, mais en jeune

                    6. Pheldge

                      « ma fille de 13 ans est plus au courant des choses de la vie … » tu me fais peur … ne nous dis pas que c’est toi qui t’es chargé de « lui ouvrir les yeux » 😉

                      pour les esprits mal tournés, je précise ; ce que je sous entends, pour ne pas entendre de cris d’orfraies : « c’est toi qui lui as donné le code pour regarder seule XXL et Dorcel TV, sur la télé familiale »

    1. MCA

      @Husskarl 27 juin 2018, 15 h 30 min

      Les tenants du pouvoir n’attendent que ce prétexte pour appliquer enfin la manière forte à tout le monde et à mon avis sont très bien préparés pour recevoir les contestataires.

      La tentative maladroite de Sarko désireux donner un sentiment de sécurité aux français en sortant toutes les polices de ce pays sur les routes a eu pour effet de bord, pour ceux qui ont su ouvrir les yeux, de montrer que le quadrillage policier de ce pays n’était pas qu’une vue de l’esprit.

      1. Husskarl

        Je ne suis plus si certain de la force de l’état, de sa capacité à résorber le merdier sécuritaire que ce dernier à créer. Au vu du % d’exotisme, et de la vitesse de reproduction, ça va vite devenir ingérable.

          1. Husskarl

            Je ne suis pas certain qu’ils aient vu très loin au niveau des conséquences de leurs âneries. Ce sont des opportunistes court-thermistes, c’est d’ailleurs la quasi définition du régime.

            1. René-Pierre Samary

              « Je ne suis pas certain qu’ils aient vu très loin au niveau des conséquences de leurs âneries. »
              S’ils les ont vues, ces conséquences, ils ont fermé les yeux. Pour comprendre l’apparent paradoxe dont parle MarieA, il faut remonter aux origines, au moins les plus proches, cad ’81 et l’arrivée de Mitterrand au pouvoir, en partie grâce à l’instrumentalisation de l’attentat antisémite de la rue Copernic. La « lutte antiraciste » est devenue le moyen de gauchiser la droite parlementaire, en la menaçant d’être proche d’une extrême-droite prétendument fasciste.
              Il est probable que dans la droite parlementaire (Chirac, Pasqua, etc), les conséquences de l’immigration de masse aient été comprises. Mais la machine à intimider a bien fonctionné. Sans compter que le B’nai B’rith veillait…

              1. sam player

                Perso je crois plus que l’arrivée de mitterrand au pouvoir est due à la promesse des lendemains qui chantent… Quelques dizaines d’années avec la droite au pouvoir ont eu raison des salauds de patron que mitterrand allait mettre au pas, c’est sûr… caviar pour tous…

          2. MCA

            @MarieA 28 juin 2018, 9 h 44 min

            Si la créature a des velléités de dépasser le maître il le fera en employant la violence légitime dont il s’auto-attribue l’emploi exclusif.

            1. Val

              @mca cela fait longtemps que le maître ne maîtrise plus rien de ce qui est vital. Nous sommes plutôt ici dans une parodie tragique de l apprenti sorcier.

  23. Val

    A la fois le mal doit être puissant car on cherche en vain un pays non atteint. Hier ds la partie de Hash : thalys retardé d une heure : des jeunes polissons était occupés à bombarder les trains a coups de pierres, la ̶p̶o̶l̶i̶s̶s̶e̶ police a mis tout ce temps à agir. Je profite du calme qui nous reste … demain le chaos .

    1. albundy17

      « les gens se soient mis à soutenir la grève de la SNCF… »

      On sent que dans les rédactions, ça sert un peu les boulons, moins de jets et de taxis, les journalopes confrontés a la réalité des bouseux change la ligne éditoriale

  24. albundy17

    En tout cas, macron a vite compris qu’il avait déjà terminé son mandat, nos ex présiglands attendaient bien trois ans avant de passer leur temps en visite de courtoisie à l’étranger.

    Canoniser c’est une première, à la mesure des chevilles

  25. Plutarque

    A propos de réformes ambitieuses et viriles, avez vous vu que nos chers députés viennent de veauter la suppression du mot « race » dans l’article 1er de notre constitution ?

    Hosannah et Hallelujah ! La république (que dis-je… le Monde!) est sauvé ! La lèpre éradiquée ! Que ne l’avons nous fait plus tôt !

    Nous avons décidément élu des imbéciles.

    1. Husskarl

      « Nous avons décidément élu des imbéciles. »

      Nous sommes en démocratie représentative, ceci explique peut être cela.

      1. Pheldge

        Ah, ça non ! c’est le gagne pain de tout un tas d’assoces … tu n’as pas le cœur à les mettre au chômage, non ?

    2. MCA

      @Plutarque 27 juin 2018, 16 h 16 min

      « la suppression du mot « race » dans l’article 1er de notre constitution  »

      Le corollaire devrait donc être la suppression du mot « racisme » dans la langue française et dans le code pénal.

      Je connais des associations qui ne vont pas être contentes de perdre leur fond de commerce…

  26. BDC

    « la baisse des impôts sur les entreprises s’étale mollement jusqu’en 2022 » je rappelle qu’elles ont déjà enregistré les pertes sur les crédits d’impôts, car le recouvrement est projeté à un taux inférieur aux 33% siphonnés par le fisc. C’est pareil aux USA mais comme c’est Trump c’est pas bien, quand c’est Macron on n’en parle pas. Suffit ensuite de revenir au taux d’IS à 33% et le tour est joué !

  27. Pheldge

    Bon, aujourd’hui faudra pas trop compter sur bibi, qui a dansé toute la nuit, et s’est pris une biture monstre pour fêter « Der deutsche Untergang » comme l’écrit la presse, à cause que « Die Nationalmannschaft hat verloren » et en plus « bei 0:2 gegen Südkorea » … l’humiliation « gegen die Südkorea », des niakoués … bonjour la teuhon ! 😀

    1. bibi

      Bibi il aurait grandement préféré voir l’Allemagne se qualifier et humilier encore une fois les danseuses brésiliennes, et avoir une demi-finale France Allemagne.

        1. bibi

          Le Portugal c’est une équipe bastringues qui se fera sortir par la céleste.
          De toute façon je n’ai qu’une envie c’est qu’encore une fois la France ce tape cet anti pays du football qu’est le Brésil.
          Le Brésil n’a plus battu la France en coupe du monde depuis 1958 et l’attentat de Vava sur Jonquet qui nous a obligé à finir le match à 10 (en ce temps là il n’y avait pas de remplacement), attentat pire que celui de Schumacher sur Battiston mais comme d’un côté ce sont des salauds de boches et de l’autre le soit disant pays du football ou joué Pelé personne en France ne sait comment la France c’est vu privé de son premier titre de champion du monde.
          Qu’est ce que j’aimerai qu’on leur colle un 7-0 à ces gros connards de brésiliens.

          1. albundy17

            Mdr bibi, les brésiliens aussi ^^

            Enfin, concernant le pronostic, il a été annoncé ds un épisode des Simpsons en 97, comme la victoire de Trump, alors vaut mieux s’y fier plutôt qu’aux spécialistes sportifs.

    2. René-Pierre Samary

      Entre les représentants d’une Europe féminisée et ceux d’une Asie qui a gardé le sens des valeurs masculines – respect dû aux anciens, sens de la hiérarchie et des valeurs – le résultat ne faisait pas de doute, n’est-ce pas ?
      Bon anniversaire, Philou. Que le bon dieu te fasse le nez comme une saucisse, et le menton comme un pied de cochon.
      Je précise que les lignes ci-dessus se veulent humoristiques, autodérision, toussa…

      1. Le Gnôme

        Aïe, les valeurs masculines se sont effondrées drôlement vite, l’Allemagne avait gagné la précédente édition, parait-il.

          1. MCA

            Mmmm, tu m’en apprends un bien bonne :

            je croyais que c’était inné chez les croyants? il faudrait donc leur commander?

            Mais bon, tu a éludé la question sans y porter réponse!

  28. Zadig

    Merci pour xyloglotte !
    Excellente analyse de fond de la situation de la France et des forces en présence.
    La cour des comptes épingle justement les prévisions des budgets sur une base de croissance éhontée, mais en plein tournoi de foot, qu’importe.

    1. Aristarkke

      L’ augmentation du PIB pour le premier semestre 2018, va atteindre le quart de l’ évolution escomptée pour l’ année complète… Soit la moitié qui va manquer à l’ appel…
      Va falloir que cela crache côté radars et prunes, vu que tout le budget a allègrement été établi sur ces bases délirantes…
      Parce qu’il n’est évidemment pas question de sucrer la moindre dépense. Cela ne se fait pas, voyons!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.