Une technologie qui marche ira toujours plus loin qu’un politicien assis

Dans un tweet du premier août dernier, Laurent Alexandre publiait une chronique parue dans l’Express de la même date dans laquelle il revient sur l’évolution du numérique dans le monde. Pour le chirurgien devenu entrepreneur, pas de doute : à l’utopie technologique de l’internet mondial qui amènerait la paix et la fin des dictatures a succédé la propagande et le contrôle policier par les gouvernements du monde entier.

Les constats de sa tribune, qu’on pourra lire dans le tweet ci-dessous, s’enchaînent comme autant de coups de poignards dans l’idée souvent véhiculée dans les années 90 d’un internet libérateur et outil de démocratie pour les populations de l’ensemble de la planète :

https://twitter.com/dr_l_alexandre/status/1024592817232994304

Bref, point de salut : pour Laurent Alexandre, « le Web est désormais un outil majeur de désinformation et de contrôle policier ». Pire encore puisque « l’internet décentralisateur et libertarien de 1995 » a permis la création et l’émergence d’intelligences artificielles qui seraient pour lui l’outil le plus puissant de centralisation. En somme, à la révolution numérique aurait succédé une contre-révolution, elle aussi numérique, qui aurait bien enterré vite fait toutes les velléités d’un monde meilleur.

En toute logique, à la suite de cette chronique, la seule illustration qui vienne à l’esprit n’est pas très réjouissante.

Difficile en effet de voir le moindre espoir pointer à la suite du constat accablant : même en tenant compte des énormes bienfaits que l’internet et la révolution numériques auront apportés, depuis le commerce électronique et sa gestion de la chaîne d’approvisionnement entièrement numérique jusqu’aux diagnostics assistés par ordinateur, les avancées technologiques en matière de propagande et de surveillance généralisée semblent largement les contrebalancer. Tout indique pour notre business-angel transhumaniste que nous sommes arrivés au point où notre monde est en train d’être mis en coupe réglée par les forces étatiques.

Mes lecteurs réguliers en sont témoins : il n’est pas dans mes habitudes de me badigeonner d’optimisme et le discours de Laurent Alexandre constituerait en l’espèce une belle application d’un « Ce Monde Est Foutu » qui ne détonnerait pas avec mes billets habituels. Cependant, au contraire du chirurgien, je ne peux m’empêcher de constater qu’il y a une part d’exagération qui noircit inutilement le tableau.

Oui, certes, on est loin de l’internet de 1995 où n’importe qui pouvait écrire n’importe quoi à n’importe quel sujet. La liberté d’expression totale des premiers temps a largement fait place à un espace policé bien moins par les lois que par la pression sociale des réseaux sociaux.

Il n’en reste pas moins que la capacité de chacun à exprimer son opinion a bel et bien augmenté : la presse en particulier et le monde s’est réveillé au fait maintenant évident que tout le monde peut émettre de l’information pertinente. L’actualité ne compte plus les individus lambdas devenus reporter ou star d’un jour à la suite d’une vidéo ou d’un tweet bien placé, chose qui était rigoureusement impossible il y a encore 30 ans.

Or, l’existence même de cette possibilité tend à nettement dégrader la capacité des États et des gouvernements à maîtriser efficacement le discours des élites politique. Et si Laurent Alexandre a bien raison lorsqu’il rappelle à quel point la propagande d’État est devenue plus facile avec les outils modernes de la révolution numérique, il semble un peu oublier que cette propagande est rapidement repérée voire moquée et détournée. La culture du mème internet n’y est pas étrangère.

Autrement dit, oui la propagande de la contre-révolution se déchaîne, mais de la même façon que les habitants à l’Est du rideau de fer savaient à quoi s’en tenir, les internautes ne sont pas dupes, où qu’ils soient.

Oui, certes, la surveillance de masse est effectivement mise en place par tous les gouvernements, démocratiques ou non, et oui, sous prétexte d’une lutte anti-terroriste musclée, on se retrouve avec des lois toujours plus contraignantes. Cependant, ce serait donner beaucoup de crédit aux institutions étatiques que croire en leur efficacité. La surveillance de tout le monde pose d’innombrables problèmes, à commencer par la démesure du nombre d’informations récoltées face aux moyens – jamais suffisants par définition – que les États peuvent mettre en face, que ces moyens soient humains ou mécaniques : l’intelligence artificielle, si elle peut effectivement traiter un nombre considérable de dossiers, finit toujours par fournir des résultats à des humains qui, eux, sont toujours limités dans leurs connaissance et leur temps disponible.

Autrement dit, l’avidité du pouvoir par les politiciens garantit que la plupart des décisions seront prises par eux, annulant largement tout bénéfice d’une automatisation majeure par l’intelligence artificielle. Du reste, parier sur la capacité des États à produire un ensemble de systèmes et d’institutions capables de réaliser une surveillance efficace de la population au citoyen près, même avec l’aide de l’I.A., c’est faire abstraction des millénaires de merdoiement de l’État dans tout ce qu’il touche.

De la même façon qu’il était naïf de croire en un internet libertaire où une gentille anarchie règnerait enfin, il est invraisemblable d’imaginer que l’État parviendrait à réaliser une surveillance de masse efficace là où il a systématiquement foiré tous ses précédents projets. Plus probablement, l’espionnite aigüe dont l’État souffre continuera de produire les résultats mi-figue mi-raisin qu’elle a déjà produits.

Il suffit d’ailleurs de voir le récent développement des cryptomonnaies pour comprendre que le tableau est plus contrasté que Laurent Alexandre l’écrit : non seulement ces dernières constituent une alternative efficace et réaliste aux monnaies étatiques, mais en plus cette technologie représente plus qu’une épine dans le pied des États en déforçant tous leurs moyens de truander les contribuables.

En effet, si la situation actuelle laisse croire que les communautés d’individus utilisant ces cryptomonnaies font des pieds et des mains pour gagner des marchés, quitte à pactiser avec les banques ou les institutions officielles, il faut comprendre qu’une fois touchée une quantité suffisante de la population mondiale, l’avènement de cryptomonnaies intraçables et très résistantes à toute censure ne tardera pas : il y a un besoin évident, il y a d’énormes sommes en jeu, et il existe une solution factuelle. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’un puissant marché apparaisse. Les États pourront peut-être ralentir un peu son apparition, mais ils n’auront jamais les moyens de l’en empêcher.

En fait, Laurent Alexandre se focalise un peu trop sur certains aspects, effectivement néfastes, de la contre-révolution numérique en oubliant que la révolution numérique n’en est qu’à ses débuts.

En abaissant drastiquement le coût des transactions (d’acquisition de l’information, typiquement), l’ensemble des acteurs mondiaux peut réagir plus vite. Et si les États ont effectivement utilisé certains leviers offerts par la technologie, ils restent des constructions humaines sujettes aux temps législatifs (très longs donc), qui se comptent en mois voire en années là où le monde numérique évolue à des vitesses bien plus grande, dans la journée, et où les adaptations techniques se produisent dans la semaine, le mois.

Oui, la contre-révolution numérique est en marche. Mais l’espoir subsiste heureusement : elle trottine à peine dans un monde qui court.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires109

  1. Aristarkke

    Serait-ce de l’ argile qui entourait les pattes du monstre-Etat et qui n’ aurait pas résisté aux pleurs d’affliction devant tous les dégâts causés???

    1. Le Gnôme

      Est-ce l’écureuil qui grignote les assises des institutions ?

      Ci m’effraie, ce sont la surveillance que pratique le gouvernement chinois avec reconnaissance faciale, distribution de bons ou de mauvais points qui vous font sentir fliqué partout.

      D’accord, le régime chinois n’est pas précisément démocratique, mais je trouve que le nôtre s’en approche un peu plus chaque année, sous prétexte de sécurité, bien sur, argument facile pour asservir un peu plus facilement les moutons qui sont effrayés par des loups rarissimes.

      1. Francis Kuntz

        L’établissement de barrières pour empêcher le libre surf sur le net est aussi vieux que celui, comme aussi la manière de les contourner. Ce conflit réinvente l’éternel combat de la lance contre la cuirasse – et au final la cuirasse perd toujours. J’ai entièrement confiance dans les internautes chinois pour détourner à leur profit les barrières gouvernementales. A mon petit niveau de piètre informaticien – j’ai longtemps cru qu’un cookie était une pâtisserie d’importation de yankee impérialistes – j’arrive aisément à détourner le proxy du réseau de mon administration pour aller sur des sites p.o.r.n.o

      2. kekoresin

        Bien d’accord. L’année dernière j’ai été entendu par la gendarmerie dans une affaire d’agression. Les flics m’ont demandé mon portable pour savoir où j’étais au moment des faits. Je leur ai donné mon petit machin non tactile sans accès internet, bref mon téléphone. Les mecs ont de suite été suspicieux « y’a plus que les truands qu’utilisent ce genre d’engin! » – Voilà comment ont en devient suspect de ne plus vouloir être tracé…

          1. albundy17

            « Je leur ai donné mon petit machin non tactile »

            MCA, t’as pas senti l’appeau ^^

            Cake, ne pas vouloir être tracé, tu l’es aussi avec ton portable a 2 balles, t’as que les cabines téléphonique pour ce faire

              1. Pheldge

                Conseil de pro :recopie « mon petit machin non tactile », et essaie d’imaginer comment je pourrais détourner cette phrase anodine …

              1. Loki dort

                Oui, parce qu’un « petit machin tactile », je ne suis pas sûr que keko apprécie la description. Bon, je n’ai rien dit… *sifflote*

                1. albundy17

                  test

                  :sifflote:

                  Même petit ce doit rester tactile, tout comme rétractile, il doit falloir cependant fouiller ds ces cas là. L’ajout d’un léger surpoids me laisse un petit sourire amusé de la situation.

                  Heureusement que le genre 1 n’accorde aucune considération sur les matériels proposés.

                  Suis satisfait que le sujet glisse, le Pheldge se faisait rare ces temps ci.

                  1. Loki dort

                    Oui c’est vrai on ne dit jamais à quel point il est essentiel que le machin, même petit, soit rétractile aussi>/b> . Se balader en permanence avec un lingam, ça peut être acceptable en Inde et à certaines occasions célébrant un de mes nombreux avatars, sinon, ça peut causer quelques soucis avec la maréchaussée.

                  2. theo31

                    Heureusement que le genre 1 n’accorde aucune considération sur les matériels proposés.

                    Comme bonsaï, n’importe quoi avec une photo de Manu dessus peut faire office de vibromasseur.

                  3. Pheldge

                    oui, j’ai loupé le croustillant, au meilleur moment ! j’avais 140 commentaires à lire pour rattraper le train 😉

            1. kekoresin

              Pas de géolocalisation donc demande de triangulation auprès des opérateurs. Avec un smartphone, la mémoire interne indique où tu es précisément, à quel moment et pendant combien de temps. Avec la triangulation, on peut savoir où tu es de façon approximative ce qui fait une très grosse différence.

              Pour mon petit truc non tactile, je savais bien qui allait mordre au petit hameçon. Juste l’absence de Pheldge qui doit pêcher que le gros!

              1. albundy17

                « Avec la triangulation, on peut savoir où tu es de façon approximative ce qui fait une très grosse différence. »

                Oui, ce que devait penser nordhall.

                Cela dit, les parcours relevés dès que tu fais une balade en mer même en ne t’éloignant pas de 100 mètres de la cote relève de la magie, parcours passant allègrement au travers des presqu’île(s) contournées (forcément), là ou un simple frontrunner10 te donnerait pratiquement la hauteur de houle.

  2. albundy17

    Un billet doué d’optimisme, c’est rafraîchissant et tombe à pic !

    Le contrôle étatique d’internet ressemble à s’y méprendre au contrôle anti dopage, toujours une longueur de retard

  3. Bonsaï

    A lire le Gnôme, on se croirait dans Matrix ! Il faut arrêter la paranoïa, le numérique au contraire nous ouvre des univers fantastiques. qui vont de la poésie à l’astronautique…

  4. Tom

    Il me semble lire ici nettement plus souvent « ce pays est foutu » que « ce monde est foutu ».
    D’ailleurs, je me demande si ce n’est pas la première fois que je vois cette expression sortir des frontières de notre pauvre France ?

    Au risque de vous contredire, chef, lorsque vous parlez du monde et de l’humanité en général, vous êtes souvent optimiste.

  5. MadeInCH

    Contrairement à notre hôte, je pense que si un gouvernement s’en donne les moyens et est efficace dans les buts qu’il se donne, il PEUT fliquer tout le monde.
    Tout le monde « influenceur », en tout cas. Les fourmis, tant qu’elles restent dans les clous, elles s’en foutent.
    Exemple:
    Corée du Nord et Chine.
    Mais à mon avis, il y a un état quantique dans le contrôle qui est difficile à franchir. Mais dès que ce saut quantique est effectué, c’est bon. Plus de limites.
    En France, l’incompétence de l’Etat ne plaide pas pour une plausibilité élevée du passage de ce saut quantique.
    Ailleurs… Je ne sais pas…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Il va se passer avec internet ce qui s’est passé avec les autres médias :
      d’abord il est sous contrôle publique
      puis il se développe et devient une tribune libre
      enfin le pouvoir parvient à le remettre sous contrôle, mais trop tard, un autre média a pris le relais.

  6. Hussard Bleu

    Un peu de philologie, sans rapport direct avec le sujet de la chronique de ce jour : je lis sous la plume de Monseigneur

    « en déforçant tous leurs moyens »

    « Déforcer » se rencontre fréquemment aux XVII° et XVIII° (Saint-Simon entre autres, who else?) mais le mot a disparu du français moderne, remplacé par « affaiblir » qui marque une nuance un brin différente… Quel dommage ! il est heureux que les Belges l’aient conservé, d’où l’usage qu’en fait notre bon ami…

    1. Pheldge

      Mais, cher HB, ce verbe est également très employé, par exemple au cinéma : on le remarque souvent dans les productions Marc Dorcel, ou encore chez Jacquie & Michel, surtout à l’impératif « ohhhhhhhh, ouiiiiii, vas-y, déforce-moi … »

      Ah, on me souffle dans l’oreillette qu’il y aurait une petite coquille : c’est un « n », pas un « r » , qu’importe mon bon hussard, qu’importe ce petit détail !

  7. Dede

    Je pense egalement que internet ouvre des horizons merveilleux a la connaissance.

    Ajourd’hui, je me delecte des oeuvres completes de Bastiat dans l’edition de 1862-1864 degotees sur ebay. Mais elles sont egalement disponibles a quiconque clique sur le lien bastiat.org! Et sans internet, mes chances d’avoir entendu parler de lui etaient proches de zero. Encore plus proches de zero, celles d’avoir acces aux oeuvres de Leonard Read sur fee.org

    L’acces a la connaissance est incroyable lorsque je me souviens que dans ma jeunesse, les noms de Milton Friedman ou du Cato Institute etaient des gros mots : aller verifier que c’etait une erreur aurait necessite une sacree dose de doute vis-a-vis de mon environnement. Maintenant, tout le monde peut passer dix heures a visionner Free to Choose, a n’importe quelle heure du jour ou de la nuit en deux clics!

  8. Marco40

    Sans internet, je n’aurais pas connu Bastiat (ou encore très tardivement et partiellement) vu le blackout total dans l’enseignement français.

    1. albundy17

      C’est cependant à double tranchant, sans internet, il est fort probable que les générations montantes, pour une grande partie de celles-ci, eurent été moins lobotomisés.

      Votre recherche au sujet de Bastiat avait de forte chance de se produire sans web, question de curiosité j’imagine.

      1. Dede

        « Votre recherche au sujet de Bastiat avait de forte chance… »
        Cela me parait eminemment optimiste! JB Say a certainement ete une fois ou l’autre en liste de lecture durant mes etudes et se trouve en librairie. Pourtant il m’a fallu 20 ans pour me decider a lire sont Traite d’Economie Politique et le recommander a mes amis en ne comprenant pas pourquoi personne n’a jamais insiste pour que je m’y plonge (en fait je crois comprendre que personne ne l’avait lu)…

      2. « eurent été moins lobotomisés. »
        On n’en sait rien. Le système éducatif joue bien plus que l’accès ou non à internet (cf pays asiatiques, plutôt bien connectés).

        1. albundy17

          « On n’en sait rien. »

          Oui, d’où le « probable ».

          Je ne connais pas la génération montante asiatique, les mangas et robots sexuels laissent néanmoins quelques pistes de réflexions pas franchement encourageantes.

          Concernant l’état de celles que je croise, un peu de tout mais occidentale ou africaine, bien que l’échantillonnage soit réduit a ma maigre sphère, ça n’ouvre aucun bouquin, même ceux imposés, usent du google traduc, pourquoi se faire chier à apprendre une langue (ce en quoi ils ont certainement raison) et ne cherchent jamais autre chose que la masse ou rarement.

          Il est vraisemblable que certains d’entre eux auraient, par désoeuvrement, cherché à s’occuper les mains comme l’esprit par autre chose que les sites de Q ou candy crush pour les innocents.

      3. Calvin

        Visite les rayons « économie » des librairies.
        Tout n’est que alter-économie, anti-capitalisme, décroissance, crises et fins du monde…

          1. Calvin

            C’est acheté par toutes les bibliothèques et médiathèques pour « éduquer » le peuple.
            L’alter économie est financée avec notre argent, évidemment, il n’y a pas de petites économies…

          2. Calvin

            Et puis « bouses » est désobligeant pour les vaches et leur apport à l’agruculture.
            Ces ouvrages sont des logorrhées à base de jalousie vomitive, de vulgate marxiste et de théories irréalistes.

              1. Calvin

                Sérieusement, je parle bien des deux.
                Mais dans le second cas, les invendus des librairies (Fnac, Cultura, indé.) se retrouvent en bibliothèque.

  9. realist

    Les cryptomonnaies ne sont pas intraçables, AU CONTRAIRE, une fois que l’identifiant de compte (par exemple qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6 🙂 ) a été associé a un individu ou une organisation elles sont une preuve inaltérable de « malfaisance ».
    Une pièce au dossier de certains effets pervers de la technologie.

    1. « Les cryptomonnaies ne sont pas intraçables »
      Et l’article ne dit pas qu’elles le sont.

      Du reste, zcash et xmr sont effectivement anonymes.

  10. kekoresin

    Le système ECHELON est un bon exemple des limites de n’importe quel système de surveillance. Les USA ont pourtant mis le paquet mais il s’avère que le nombre d’infos à traiter est juste ingérable. Du coup, il est facile à détourner et son efficacité nettement surestimée par Hollywood.

    Quant à la France, comment dire, on arrive même pas à suivre les bracelets électroniques efficacement. La gendarmerie recrute à mort des informaticiens car ils sont à la ramasse, courant avec des sabots derrière des lévriers! Alors oui statistiquement ils vont en attraper quelques uns qui trébuchent mais c’est juste une goutte d’eau. Pour ce qui est de restreindre la liberté d’expression, c’est encore plus drôle car il faut un paquet de monde et de moyens pour appréhender, juger, condamner et enfermer. Déjà sur des délits assez graves de droit commun, la justice laisse pisser allègrement faute de temps et de place.

    1. Chieur chiant

      Je pense que l’état a encore quelques réserves pour pister et même faire chier quelques rebelles survivaliste ou nationalistes, écologistes, tireurs, liste non exhaustive, hélas… j’oubliais le maître de céans, éditorialistes, laïcards…

        1. Chieur chiant

          Je ne mets pas en doute vos paroles, disons que l’état sait ou placer ses priorités pour sa satisfaction personnelle, pour le reste je suis entièrement de votre avis, c’est la cata… oups, CPEF!!!

          P.S. je vous l’avais déjà dit, gardez vous bien…

        2. Jacques Huse de Royaumont

          Dans la mesure où l’état considère que ce qui est à nous est à lui, il a des réserves…
          Le patrimoine foncier privé français est évalué à quelques 5000 mds d’€, il y a encore un peu de marge.
          Evidemment, le jour où il faudra solder le bilan, ça va faire mal là où ça passe.

          1. kekoresin

            Le patrimoine foncier n’est par définition pas disponible. Ce qui l’est ou peut l’être (Sapin 2), c’est l’épargne que l’état grignote petit à petit à coups de prélavements sociaux. La valeur du patrimoine foncier est également toute théorique comme l’a prouvé la crise des subprimes…

            1. Jacques Huse de Royaumont

              Pas faux, ceci dit, quand j’entends les brigands de Bercy inventer un montage où l’état se décrète copropriétaire de tout le foncier puis exige un loyer sur sa part, j’ai quelques inquiétudes.
              Ils ne l’ont pas fait, pas encore, mais…

            2. MCA

              Ne pas oublier non plus la loi Ekert qui a commencé la spoliation des français sous couvert de défendre la voeuve et l’orphelin.

              Et ce rouleau compresseur sévit chaque jour dans l’indifférence généralisée (vous l’aurez compris… des médias a la botte comme d’habitude).

      1. theo31

        Affaire Lactalys, plainte en février, le tribunal n’a toujours pas trouvé un juge pour instruire le dossier. En revanche, la justice sera plus rapide deux échappés du zoo.

        @H16, si, si l’Etat a des réserves : ce sont nos poches. 😀

      2. kekoresin

        L’état peut bien pondre des lois à la mitrailleuse, il n’a tout simplement pas les moyens de les faire appliquer. Prenez l’exemple ADOPI qui bouffe des ressources humaines et financière et pour quel résultat? La France, avec son administration pour le moins pléthorique, ne manque pas de soldats mais pour un qui part au front avec des godasses trouées et un demi chargeur, il y en a dix qui gesticulent en brassant les cartes d’état major en renversant du café dessus.

        Quant à la réserve patrimoniale, le vivier dans lequel l’état peut puiser est limité sauf à se positionner comme ouvertement spoliateur. De plus, cet épargne disponible a sérieusement fondue et le restant sert de garantie ultime pour que la méchante finance continue à mettre au pot. Bref, la marge de manœuvre se rétrécit sérieusement et le paquebot rouillé en surcharge commence à racler le fond.

        1. albundy17

          Mouais, boarf, c’est ce qui se disait de la grèce, l’essentiel du patrimoine français réside ds ses électeurs validant de se faire mettre de plus en plus profond.

          « il n’a tout simplement pas les moyens de les faire appliquer.  »

          Autre exemple amusant, c’est le machin chiappa, alors que les viols ne sont pas condamnés ou si peu, j’attends avec gourmandise le premier PV tournante

          1. MCA

            Schiappa,

            Par curiosité j’ai écouté hier son discours.

            Encore une surfeuse sur l’insignifiance qui tente d’utiliser l’amplificateur médiatique pour exister.

            Une fois de plus, refus de citer les populations bien identifiées se livrant à de tels méfaits, laissant lâchement et sournoisement supposer que c’est le lot de toutes.

            Son degré de réalisme me fait penser à une commerciale tentant d’appliquer ses réflexes vaseux à la sociologie.

    2. sinouhesinouhe

      La justice ne manque pas de temps, elle le rallonge….
      Envoyé ce matin:

      « Madame, Monsieur,

      J’ai été convoqué à Paris le 17 Juillet 2018 par un agent de police judiciaire pour me notifier une décision de justice prise par ordonnance pénale no 00000613 du bordereau No 17/00021 rendue le 03/03/2017 par le tribunal de grande instance de Strasbourg pour une infraction de stationnement gênant sur voie publique en date du 22/11/2015 à 3h58 du matin.

      2015 n’est pas une erreur de frappe. Il y a donc trois ans.

      Cette notification mentionne une amende contraventionnelle de 35 euros.
      Cependant le détail de la condamnation mentionne une somme de 66 euros.
      Quand j’ai demandé à l’officier quel montant je devais régler sa réponse, conformément à l’ordonnance pénale, a été de 35 euros et que qui de droit devait se mettre en rapport avec lui en cas de contestation.
      Si tel est le cas, je vous invite donc, conformément à ses déclarations, à vous mettre en rapport avec le brigadier de police XXXXX du commissariat de police du 10 eme arrondissement de paris.

      En tout état de cause, afin que je m’acquitte de cette amende de 35 EUR, je vous prie de bien vouloir me faire parvenir un IBAN du compte du trésor public puisque ne figurent nulle part les coordonnées bancaires.

      Par votre intermédiaire, je veux remercier l’état pour l’aspect délicieusement drolatique de la situation. Tout du moins dans une certaine mesure puisque j’ai dû poser un jour de RTT pour importuner un officier de police judiciaire qui avait des dossiers que j’ai envie de penser plus graves qu’une voiture mal garée à 3h58 du matin il y a trois ans.

      Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées. »

      Réponse:
      « Bonjour, En effet cette situation est d’autant plus drolatique que cette somme (66 euros soit une amende de 35 euros + 31 euros de droits de procédure) a déjà été saisie sur votre compte bancaire en novembre 2017. »

      CPEF.

      1. albundy17

        « CPEF. »

        Infraction relevée à 4 heures du mat, y’aurait pas de l’anguille ? :mrgreen:

        La réponse me laisse sans voix, drolatique n’est pas ds le dico officiel gendarmerie, encore moins les autres corps

        1. sinouhesinouhe

          Le mail a été envoyé aux services des amendes de Strasbourg.
          Comme quoi, ces gros bat****, ils se foutent de ce que peux dire la justice (j’avais contesté).
          Ca prend l’oseille et TGCM.

      2. kekoresin

        En fait il suffit de renvoyer un chèque de 36€ et là c’est la panique. Il ne peuvent pas l’encaisser ni prétendre ne pas l’avoir. C’est comme attacher les lacets du Léviathan, ça l’oblige à faire des tous petits pas désordonnés en gigotant des nageoires. Sinon, pas la peine de contester, ça ne fait que rallonger la blague à ses frais.

      3. Gosseyn

        J’ai aussi une histoire très drolatique à raconter, du fait que victime d’escrocs, j’ai eu à déposer une plainte comportant une belle série de délits pénaux et les preuves factuelles jointes.
        Vous vous doutez de quelle corporation au dessus des lois était l’officier ministériel visé.

        Le procureur de la République (ripoublique?) me répondra qu’il n’y voyait rien (d’illégal je suppose…).

        De façon similaire pour le procureur général joint, rejet, mais toujours sans critère légal.

        La saisie du juge d’Instruction (vous savez, ces gens réputés si intègres…), instruira au delà du délai légal … mais il faudra la lourde insistance de mon avocat, pour qu’il finisse par consentir, après des mois, à me transférer le dossier de l’instruction …. VIDE !

        Un recours auprès de la chambre de l’Instruction, formé à l’encontre de ce juge si besogneux, finira de même par me débouter, phagocytant au passage la quasi-totalité du droit alors présenté …

        L’affaire étant d’importance, la chambre criminelle de la Cour de cassation a donc été saisie afin de  »dire le droit » de l’espèce, vu la série de lois procédurales enfreintes par les précédents magistrats, en sus de mes apports pour escroquerie en bande organisée.

        J’en ai reçu un arrêt d’où j’ai pu extraire la longue séquence de lois censurées, en plus de celles dévoyées par cette Haute Cour, assurément  »pour les besoins de la cause ».
        Cause ou cosa nostra ?

        Bref, je ne vous (re)propose que la loi suivante, article 432-1 du Code pénal :
        –  »Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique, agissant dans l’exercice de ses fonctions, de prendre des mesures destinées à faire échec à l’exécution de la loi est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75000 euros d’amende. »
        Ce qui en fait des délinquants, pour ce seul dossier …

        Sauf que l’explication de tout ceci se résume aisément : ces dispositions judiciaires n’ont pas été rendues dans un État de droit ! Voilà tout.
        Vous voyez, c’est très drôle ! Enfin, je n’en suis pas si sur …

  11. MCA

    Bon, après une journée occupée à voyager je reprends le fil des discussions.

    Internet est la révolution avec un grand R et je ne suis pas du tout persuadé que les politiques sont à la hauteur pour la simple raison que la grande majorité n’y comprend rien.

    Certes ils ont les (nos) moyens pour se payer des experts, mais rien n’arrêtera le génie des hackers car ces gens là font ça par passion et défi, et on n’arrête par un passionné en général et un informaticien en particulier.

    Maintenant cet outil miraculeux est utilisé à quoi au juste par la majorité de nos concitoyens?

    Si on retire les niaiseries « facebookiennes » style la photo de mon chien ou la dernière grimace ou les récits extraordinaires du séjour au camping des flots bleus et les sites de C, il reste quoi au juste que les services d’espionnage rechercheraient avec tant d’avidité?

    Internet est une auberge espagnole, on y trouve que ce qu’on y apporte et sans culture préalable et sans sujets d’intérêt , cet outil extraordinaire ne sert qu’à étaler sa médiocrité.

    Pour en venir à Laurent Alexandre, cet homme a tout d’un visionnaire associé à un professeur Tournesol. J’ai visionné beaucoup de ses conférences notamment au Tedex et lu un de ses bouquins.

    je vous engage pour celles et ceux qui ne le connaissent pas à vous y intéresser.

    Vous avez un interview de lui dans Thinkerview mais ses conférences Tedex sont beaucoup plus spectaculaires.

    Je dirais que cet homme est un éveilleur de consciences passionnant dans ses approches. Il faut en prendre et en laisser mais on ne ressort pas de ses exposés comme on y était entré.

    Je ne partage pas son pessimisme concernant l’avenir d’internet, d’autant que personne n’a évoqué dans l’histoire le rôle du darknet et je serais curieux d’écouter les avis des politiques sur ce sujet qui doivent être d’une pertinence et d’une « croustillance » à se régaler d’avance.

    1. MarieA

      Un éveilleur de conscience? Il veut modifier génétiquement les enfants arabes ou africains pour qu’ils aient un plus haut QI. Il plaide pour qu’on favorise la reproduction des femmes avocates, intellectuelles. Bref, je trouve qu’il n’aide pas forcément sa cause.

      1. MCA

        @MarieA 6 août 2018, 23 h 49 min

        « Il veut modifier génétiquement les enfants arabes ou africains pour qu’ils aient un plus haut QI. »

        Non !

        il explique la réalité augmentée, fantasme ou réalité je ne sais pas encore, le processus consisterait à greffer une puce connectée sur certains cerveaux qui les rendrait hors norme.

        On aboutirait donc à 2 catégories d’individus; les greffés avec une « intelligence » et un savoir décuplés et les autres.

        il souligne que même si ce principe nous horrifie et qu’on le refuse, il n’en sera pas de même avec d’autres cultures, notamment chinoise, qui y verront un outil de domination absolu.

        Il développe également tout un chapitre sur « l’employabilité » d’individus « normaux » face aux progrès de l’IA, la seule solution possible pour rivaliser face à ces IA(s) étant cette greffe.

        Pour les jeunes, trois conseils :

        – prenez conscience du problème,

        – suivez son évolution,

        – définissez une stratégie avant qu’il ne soit trop tard pour vous.

          1. MCA

            Dans le sens remise en cause d’un mode de vie.

            Si ce qu’il dit se révèle exact, il y en a qui risquent d’avoir un sacré problème d’adaptation à cette société. (cf la vidéo ci-dessous).

            1. albundy17

              « remise en cause d’un mode de vie. »

              Heeeuuu oui, souscrire aux handicaps et maladies des autres doit être rassurant ^^^

              J’ose imaginer que tu ne butes uniquement que sur l’aspect financier, c’est oublier cependant que les débuts sont forcément cher avant une certaine démocratisation des prix qui bénéficie au final a l’ensemble des populations.

              Au début, le péquin moyen ne pouvait se payer une bagnole, z’en ont maintenant 2 avec airbag et gps intégré.

              Tu es contre le programme Carmat ???

          1. René-Pierre Samary

            Alexandre se sert d’un outil indéfini – l’intelligence artificielle – et tout son discours se situe dans le vague, le spectaculaire et l’indéfini.
            Il n’est pas le premier à décrire un futur dans lequel dominerait une élite composée d’hommes greffés, ou « augmentés » avec des substances quelconques. Cette élite abandonnerait tout projet éducatif des masses, trop onéreux, et maintiendrait celle-ci dans l’ignorance et les loisirs.
            Cette vision a déjà rempli des ouvrages plus ou moins bons de science-fiction. Elle est aussi évoquée chez des auteurs sérieux, des philosophes et des scientifiques. Elle n’est pas fausse. Elle signifie simplement la prise en compte d’un retour à une « loi naturelle », celle de la domination des « meilleurs » sur les moins bons. L’Humanité a fonctionné comme ça pendant un million d’années, elle y retourne, après la parenthèse du triomphe de l’idée égalitaire.
            Pour autant, la prédiction est courte, parce que, comme tous les utopistes, Alexandre prolonge sa pensée dans une direction sans prendre en compte les paramètres qui l’en feraient dévier. Ces obstacles à sa démonstration proviennent de la nature humaine, dominée éventuellement par une « élite » d’intelligences supérieures, « augmentées » ou pas,
            Je crois -peut-être suis-je exagérément optimiste – qu’il y a chez les hommes (pas chez tout les hommes, mais chez quelques-uns, peut-être beaucoup) un instinct d’indépendance et de liberté qui fait que, même si ces hommes ne sont pas capables d’analyser précisément la situation où ils sont des « sous-hommes », ils sont capables de révolte. Or, nos élites « augmentées » ne sont pas immortels, et chacun sait la dialectique du faible et du fort.
            Cela dit, Alexandre à mon avis profère avec assurance beaucoup de sottises. J’en vois dans l’emploi du mot « conservateur » à propos du Revenu Universel. Il opposerait « conservateur » à « progressiste » ? Pour lui, l’idée du RU serait située à l’extrême-droite. Cette façon de procéder, classifiant une possibilité non par rapport à la probabilité de sa réalisation mais en fonction de critères droite/gauche obsolètes, ainsi que par exemple son affirmation que « pouvoir est toujours tenu par les gens les plus intelligents », font d’Alexandre plutôt un gourou médiatique plutôt q’un penseur de haut niveau. Mais ceux-là sont rarement devant les caméras.

    2. sam player

      Quelqu’un ou une (BDC?) avait parlé de LA au moment où le sujet du jour des commentateurs était l’IA (il me semble) et j’avais écouté une de ses conférences… en vitesse x2 hi hi sur YT.
      Ce type sort une idée intéressante et juste après une grosse connerie, un peu comme dans le billet du jour où il tire une mauvaise conclusion d’une observation.

  12. Mildred

    Je me demandais : et Macron, qui tout à coup n’aime plus les piscines, c’est une technologie qui marche ou un politicien assis ?

  13. MarieA

    @ MCA et H16 :

    J’avais répondu hier mais mon message s’est effacé.
    Sa tribune : https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/determinisme-pourquoi-bourdieu-avait-tort_2002043.html#tBPpHWF6huY6r6QH.01

    Définir une stratégie avec quels moyens? Puisque nous n’avons rien.
    En plus, je trouve que toutes ces technologies ne sont pas excitantes. C’est peut-être incroyable et magnifique sur le plan technologique mais ça ne nous rendra pas plus heureux et surtout ces technologies ne donnent pas envie qu’elles existent.
    Je sais ce que vous allez me répondre soigner le cancer, éliminer la faim dans le monde, baisser les émissions de CO², etc… Mais, bon…

    1. « mon message s’est effacé »
      Non il était en attente ; comme il y a un lien, c’est mis en attente pour éviter des surprises désagréables.

  14. sam player

     » Elle signifie simplement la prise en compte d’un retour à une « loi naturelle », celle de la domination des « meilleurs » sur les moins bons. L’Humanité a fonctionné comme ça pendant un million d’années,…. »

    Je pense que tu fais une erreur : ce n’est pas une domination, les uns ont besoin des autres et inversement et ils en sont conscients. Un genre de symbiose.
    Quand tu fais appel à des compétences que tu n’as pas, le prestataire ne vient pas pour te dominer.
    Idem dans le couple pour parler d’un sujet qui t’est cher 😀

  15. sam player

     » Elle signifie simplement la prise en compte d’un retour à une « loi naturelle », celle de la domination des « meilleurs » sur les moins bons. L’Humanité a fonctionné comme ça pendant un million d’années,…. »

    Je pense que tu fais une erreur : ce n’est pas une domination, les uns ont besoin des autres et inversement et ils en sont conscients. Un genre de symbiose.
    Quand tu fais appel à des compétences que tu n’as pas, le prestataire ne vient pas pour te dominer.
    Idem dans le couple pour parler d’un sujet qui t’est cher 😀

    La vie ce n’est pas forcément qui domine ?, qui a raison ? Think about that…

  16. sam player

    Réponse à RPS 8 août 2018, 8 h 30 min
    (Problème de certificat de sécurité invérifiable à cause du sous-domaine, d’où le renvoi en bas de page il semble)

  17. Pheldge

    euh, sam, « Idem dans le couple … quand tu fais appel à des compétences que tu n’as pas … » ça t’arrive souvent ? et donc, toi tu tiens la chandelle, alors ?
    C’est pour ça qu’elles te quittent ? « manque de compétences » -niveau sous la ceinture- ? 😉

  18. sam player

    Pheldge, je me demande bien pourquoi dans ton commentaire tu t’es senti obligé de rajouter « niveau sous la ceinture » vu que le reste était déjà suffisamment suggestif… Bon, t’as pas mis du gras et du souligné et un bandeau d’avertissement … c’est peut-être déjà pas mal.
    Dans ton île, ton environnement c’est QI de 60 ? Ce qui expliquerait ta nécessité de détailler à outrance… mais du coup c’est toi le chef de ta tribu ?
    —–
    Vu que c’est pas sûr que tu aies compris : le parallèle avec le couple c’était sur la relation dominant-dominé mais aussi sur les compétences croisées… je préfère sous-traiter à madame… Elle y prend du plaisir et moi aussi…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.