[Redite] Pourquoi la révolution n’est pas pour demain

Billet initialement paru le 21.10.2010

Il y a exactement huit ans paraissait le billet ci-dessous. Suite à des exactions de bandes de racailles dans les grandes villes, dans le cadre de mobilisations pour la retraite (ou contre les propositions pourtant insipides du gouvernement de l’époque), la presse faisait semblant de « ne pas comprendre » ce qui pouvait bien motiver ces déchaînements de violence. À l’époque, il paraissait assez évident que la situation n’échapperait pas à l’État, comme elle l’avait pu en 2005.

Depuis, les années se sont accumulées, les tensions aussi. Les motivations qui animaient les racailles de l’époque n’ont pas disparu, loin s’en faut, et ont même grandi de nouvelles revendications de plus en plus festives mais de moins en moins républicaines, laïques ou citoyennes.

En 2010, la révolution n’était pas pour le lendemain. En 2018, on est le surlendemain et on peut raisonnablement se poser à nouveau la question, avec une réponse nettement moins tranchée.

Björn, inlassablement, repart au combat. Il va retrouver ses frères de lutte pour combattre l’hydre fasciste qui veut la mort des pauvres ! Ce matin encore, il va lutter pour sa retraite de dans 50 ans, et ne laissera pas le sarkozysme étouffer la voix du peuple. C’est pourquoi il va, déterminé, chouraver des jeux vidéos à Micromania avec sa bande de potes.

On pourrait croire que Björn (* le prénom a été changé) est un de ces abrutis qu’une bonne paire de baffes remettrait dans le droit chemin, quitte à réitérer l’opération assez souvent pour qu’il associe enfin « chouraver » avec « douleur ».

Ce serait, en réalité, se méprendre. Björn est, selon bien des critères, une petite racaille, mais certainement pas un abruti. Il a ainsi parfaitement compris comment fonctionnait la société française : un mouvement social, c’est l’occasion de montrer son mécontentement, de brûler des choses, de péter des trucs, de bloquer des machins, et de s’agiter la couenne. Un peu d’exercice physique est excellent pour la santé.

Jeunes déçus

D’autre part, Björn a pas mal d’amis. Oh, pas des amis directs. Il ne les connaît pas vraiment, mais ses amis, eux, prétendent le connaître, et ils travaillent pour lui, tous les jours. Si on lui demandait, Björn expliquerait qu’il méprise ces personnes. La réciproque n’est pas vraie, bien sûr : les amis de Björn font en effet tout pour que Björn se sente bien dans cette société qu’il a pourtant parfaitement comprise.

Les amis de Björn, il y en a plein les journaux : des sociologues, des maires de villes petites et grandes, des journalistes. Et ces amis sont pratiques : ils jouent les idiots. Et ça marche assez bien.

Ainsi, pour eux, les déchaînements de violence de Björn s’expliquent difficilement.

Pour ces sociologues, ces maires, ces journalistes, c’est « tout à fait inédit » d’avoir des violences aussi rapidement avec la montée d’une mobilisation citoyenne, démocratique, responsable et – évidemment – bonne enfant.

Ils déclarent par exemple, parlant de Björn et ses camarades, que « leurs motivations sont difficiles à identifier« . Il est vrai que des jeux vidéos, des jeans, des sacs en cuir, des bijoux ne sont pas, en soi, des motifs suffisants : où est le versant politique de l’action revendicative portée par de tels gestes ?

Selon l’ami qui parle dans le micro du journal le Monde, si Björn et ses camarades pillent des magasins, c’est probablement parce qu' »il peut y avoir un cumul de facteur : (…) les retraites, mais j’y crois pas beaucoup, (…) un mélange d’anti-sarkozysme, de rejet des institutions, de sentiment très fort de subir des discriminations dans leur vie scolaire, (…) révélateur d’une ghettoisation sociale, ethnique, … »

(Heureusement, pour les retraites, il n’y croit pas beaucoup, hein.)

Moyennant quoi, on le comprend, Björn est un véritable mystère sociologique, une énigme comportementale : « le profil des casseurs est dur à établir« . Des pistes sérieuses sont étudiées. Par exemple, « le fait d’avoir des incidents plutôt le matin, c’est un indice qu’on est bien sur des lycéens, peut-être des lycéens professionnels…« .

(Oui, vous avez bien lu.)

Peut-être Björn fait-il partie de ces lycéens professionnels ?

Björn, lycéen professionnel, se bat pour sa retraite.

Présenté ainsi, entre la bêtise assez prodigieuse des amis de Björn et la montée en puissance des poussées d’urticaire du jeune déçu, on pourrait avoir peur.

Mais à toute chose, malheur est bon : Björn est utile, aussi pénibles soient ses « revendications » sur les vitres de certains magasins et ses « slogans » sur les voitures du voisinage.

Utile au pouvoir, on s’en doute, et je l’ai évoqué hier. Mais il est surtout très utile pour l’observateur informé et permet au moins de se rassurer d’une chose : le grand swâr, celui où de rouges bannières flotteront au dessus de noires fumées et d’âcres parfums de révolutions populistes, ce grand swâr dont on a déjà régulièrement entendu parler, ce n’est pas pour tout de suite.

Et loin s’en faut.

Ces racailles montrent exactement où la France se situe sur le plan social, et le contraste est évident avec, par exemple, mai 1968, que tant de syndicalistes en mode humide voudraient rejouer.

A l’époque, la France engrangeait des richesses, la croissance était réellement bonne (+4.3%), les perspectives réjouissantes. Les heurts les plus violents eurent lieu, finalement, entre des forces de l’ordre disciplinées et des lettrés, cultivés, qui pouvaient citer du Nietzsche. La société, sans doute, aspirait à un changement, à profiter des largesses que la croissance offrait.

En 2010, le tableau est un chouia différent : le pays s’enfonce dans les dettes et l’abus continuel de sociale-démocratie mollassonne, pervasive et brutalement gentille a réussi à transformer les lettrés d’hier en ânes de Panurge qui braient les fadaises pitoyables soufflées par un parti socialiste et des syndicats résolument ancrés dans le formica des années 70.

En 1968, c’était les futurs patrons qui défilaient. En 2010, ce sont les futurs chômeurs.

En 1968, les émeutiers avaient un mot d’ordre. En 2010, les casseurs n’ont plus qu’un mode opératoire, tant il est vrai qu’un Phonehouse comme cible institutionnelle d’une révolte populaire, ça le fait moyen.

En réalité, le fait même que le pouvoir étatique ne réponde pas par la violence brute et définitive aux émeutes perpétrées montre le peu de cas que ce pouvoir fait de ces avortons, et, de façon plus générale, de l’ensemble du mouvement : il n’y a pour lui, en réalité, qu’une menace très locale. Oh, il agira avec un peu de fermeté lorsqu’il sera vraiment utile de calmer le jeu. Mais c’est tout.

Eh non : ce n’est pas le grand soir. Ce n’est même pas le petit matin.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires78

  1. Le Gnôme

    Aux lettrés cultivés qui pouvaient citer Nietzsche ont succédé des illettrés qui peuvent citer Booba. C’est là que l’on mesure le formidable bond en avant de notre civilisation.

    1. Stéphane B

      Sniifff mais bon, à force de tirer sur la corde, celle-ci finira bien par rompre. Et je suis près à parier que beaucoup ne comprendront pas pourquoi.

      1. albundy17

        Encore beaucoup de chemin à parcourir, il y a plein d’argent gratuit à prendre ds les poches des fortunés à plus de 1200 euros par mois (avant bien sur de passer à 1.000 puis 800), pis y’ a aussi la suppression du cash permettant de taxer la pièce que pépé donne au ptit fils, afin de remplir le frigo de Bjorm pour qu’il se contente de fracasser des vitrines, le pauv petit a une vie parsemées d’embûches ds nos gueules de nantis.

        J’ai vu qu’il y a désormais un crédit d’impôts à l’accueil des réchauffés climatiques, les marchands de sommeils se frottent les doigts de pieds ^^

          1. P&C

            Jawad rentre plus de 3000 euros par mois rien qu’avec son compte tipee…
            Tandis que bien des individus bien plus recommandables que l’engeance précitée engrangent péniblement leurs 1400 euros bruts…

              1. Dr Slump

                Le soutien aux « frères » est bien plus performant au sein de certaines communautés, qui se conçoivent comme des étrangers de l’intérieur… ce qui est un peu la définition d’une communauté, par nature, non?

              2. P&C

                Pas possible.
                Trop vieux (une carrière de criminel commence à 15 ans, j’en ai plus de 30), trop honnête, trop bon… et trop blanc.
                J’ai eu bien plus de mal à passer mon BEPC Cuivre que mon BTS Bioch.

                J’ai préféré être honnête, et miser sur les études… sauf que j’ai pas suivi les bonnes…

                Mais j’aurai pu ! Mon cousin (celui qui est rendu au MBA Blanchisserie) voulait m’engager après que j’eusse effectué quelques menues taches pour lui.

                Note : le fait d’être fils de gendarme n’est pas forcément handicapant : je connais une fratrie qui a changé de cap ; l’ainé est toxico, la sœur putain, le frère maquereau (son premier actif était sa propre sœur ; il a depuis étoffé son cheptel, mais il dort à la Santé depuis qu’il s’est fait choper à mettre au tapin des collégiennes).

                1. albundy17

                  ha ben oui, 30 ans, t’es foutu ^^

                  j’ai passé mon cap plomberie chauffage à 40 ans, il me nourrit depuis, et les plombiers sont reconnus comme escrocs notoires (surtout les grec)

                  T’attends quoi en fait ?

                  1. p&c

                    Pour l’instant, je me refait une petite tirelire. J’ai effectué un bilan de compétences afin de voir vers quels métiers je pourrai me reconvernir…

                    1. albundy17

                      T’attends donc de gens inconnus (et qui s’en tapent) qu’ils te disent ce qui te plait à faire comme taf, mouais, y’ a pas plus simple ?

  2. Bonsaï

    Depuis lors, il y a eu pas mal de nouveaux arrivants un peu inadaptés aux mœurs locales et ne maîtrisant pas forcément la langue française. Ce phénomène produit évidemment une population de jeunes zonards désoeuvrés et turbulents.
    « En 1968, c’était les futurs patrons qui défilaient. En 2010, ce sont les futurs chômeurs ».

    1. Gosseyn

      Trois générations après, ils ne maîtrisent pas tous la langue française, mais ont tous très bien compris les mœurs locales et comment siphonner l’argent gratuit des autres …

      1. albundy17

        Et l’imagination est sans Borne: En californie, ça propose de taxer les entreprises pour loger les sdf (le plein emploi a ses limites, hein)

        Ces connards vont donc créer des sdf en taxant les employeurs, pour les loger ^^^^

        le monde entier est devenu communiste, y’a plus qu’à attendre. ça me fait chier pour mes gosses, pour ma part je n’attends plus que les planches

        1. Pheldge

          puisque tu évoques la question des « planches », 1/ je prends une option ferme sur ton SG, je m’arrangerai avec tes héritiers pour les formalitudes, 2/ ou en est ta cirrhose, toujours fulminante ? 😉

    2. Pheldge

      Ô Suissesse et blogueuse, il serait bon que, pour nous faciliter l’accès à tes écrits, tu songes à adjoindre l’adresse du-dit blog dans la cas idoine, du formulaire de réponse, comme c’était le cas, autrefois. Ainsi, d’un clic, hop !

      1. Bonsaï

        Très pertinente injonction, mais il se trouve qu’actuellement je suis en plein conflit avec mon compte google et je bataille pour retrouver mon logo original !

    3. WorldTour73

      Oui il faut bien trouver une excuse. Bjorn souffre car on ne lui file pas assez de fric pour qu’il se paye sa Playstation, son petit cannabis et ses voyages en Syrie.

  3. Gerldam

    Je pense que, comme par le passé, la rupture arrivera (sous une forme ou sous une autre) quand on manquera d’argent (surtout celui des autres).
    Tant que les autoroutes des Alpes ou du Sud seront encombrées d’adultes lors de chaque congé scolaire, comme s’ils allaient encore à l’école, rien ne bougera sérieusement.

  4. Bonsaï

    12:01 tapantes à Genève, apparition du soleil surgissant de la brume : la même précision que H16 dans la publication de ses billets…

  5. Higgins

    Bjorn qui passe à Connors qui passe à Bjorn qui passe à Connors qui…..
    Je n’aperçois pas Connors sur les photos. S’est-il dissimulé le visage pour ne pas être reconnu? Il a toujours été un tantinet cachottier.
    Vu l’âge du billet (8 ans!), il est probable que Bjorn et Connors, sauf à être en prison, se sont rangés des voitures et qu’ils ont laissé la place à leurs fils et filles spirituels comme en témoigne ce sympathique fait-divers: « Créteil : il menace sa professeure avec un pistolet factice » (https:/ /amp.lepoint.fr/2264476).
    La situation ne doit pas etre aussi grave puisque un, le professeur visé semble plus las que paniqué, deux, le lycée n’est pas habitué à ce genre de chose (au passage, notons le e a la fin du mot lycée qui montre que la phallocratie qui gangrène notre bonne société ne régimente pas tout), trois, la sanction exemplaire (le conseil de discipline) attendra la fin des vacances scolaires (faut pas trop déconner quand même).

      1. Higgins

        Al, pas de complaisance envers le politiquement (imbécilement) correct surtout lorsqu’il est imposé par l’Etat. Professeur pas professeure, officier pas officière, maire pas mairesse (maitresse à la rigueur), pompier pas pompière, ou alors on accepte tailleuse de pipe à Saint Claude pour les femmes qui exercent le beau métier de tailleur de pipe. Il y a des mots où le féminin est naturel, d’autres où c’est horrible. Le respect de la personne est ailleurs
        Je suis effaré, le mot est faible, devant la complaisance des merdias face à ce genre de diktat. Et je ne parle pas de l’Administration où ça atteint des sommets (même l’armée des Indes est touchée). Un con reste un con, une conne une conne, c’est déjà bien suffisant. Platon aurait dit « la perversion de la cité commence par celle des mots ». C’est d’une justesse confondante dans notre société.

        1. MarieA

          Dans le même genre, à Paris, maintenant les mots mère et père sont remplacés par parent 1 et parent 2 sur la déclaration de naissance de l’enfant. 🙁
          Je sais que ça paraît bête mais ça me déprime incroyablement de penser que je ne serai jamais reconnue comme la vraie mère de mon enfant! Surtout que je n’en aurai sûrement qu’un.
          Je HAIS les socialistes, j’espère qu’ils seront chassés de la mairie de Paris, cette sale ville dégénérée.
          J’en ai marre de subir leurs caprices de langage, de vocabulaire, etc… Ce sont des fous aveuglés par leur idéologie.

          1. Pheldge

            ça ne fait que commencer … au passage Consigny, qui est allé faire l’idiot utile chez Ruquier, s’est fait allumer par la Robin, pour sa lecture critique du bouquin à Fogiel qui raconte comme lui et son mari (no comment …) on fait pour acheter des gosses via GPA.
            ouest-france.fr/medias/votre-ton-me-deplait-fortement-muriel-robin-s-en-prend-au-chroniqueur-d-onpc-6029742

          2. albundy17

            « cette sale ville dégénérée. »

            Meuh non, ça va vite s’améliorer ^^ :

            bfmtv.com/societe/bientot-une-rue-zero-dechet-a-paris-1544856.html

            anecdote, en recherchant cet article que j’avais lu il y a quelques jours, vous avez le choix entre l’article payant de libé, ou le mots à mots gratuit sur bfm ^^

            1. Aristarkke

              Courage après cette première, il n’y aura plus que 6 189 rues à traiter de la sorte.
              Une longue quête commence toujours par un premier pas…

  6. Pheldge

    ah, bin nous n’avons pas lu le même billet alors ! 😉 que le billet de chez Tandonnet enfonce des portes béantes, est une chose, mais le rapport avec Björn ne me semble pas évident …

  7. Pheldge

    Bon, vu que WE tire à sa fin, j’emprofite pour placer mon petit point sur mon expérience de minage de Monero. ça va faire un an, et j’arrive aujourd’hui à 0.8 XMR avec un cours qui est de 91 € ou 0.016 BTC
    Je rappelle pour ceux du fond qui ne suivraient pas, que j’ai une carte NVIDIA GTX 1060 3Mb, que les performances constatées sont égales à la prévision (470 H/s), la conso du bouzin est de 60 W max, donc actuellement j’ai du chemin à faire avant de faire mon ROI. La machine à tourné 80 % du temps au moins.

    Alors au début, j’étais parti sur Minergate, bidule tout fait , mais dont la rentabilité … puis j’ai cherché un peu et suis tombé sur un merveilleux tuto, recommandant un mineur, que j’ai utilisé pendant 3 mois, et qui faisait « plein d’erreurs » invalid shares etc, donc kif-kif pour la rentabilité. Enfin je suis tombé sur un pack basé sur xmr-stack et d’un coup , miracle plus de problèmes d’invalid shares.
    Et puis il y a eu 2 forks … et à chaque fois c’est un peu la panique. Sauf que là, je vois les stats du pool le Hashrate du réseau a été divisé par 3 en 1 an, et le nombre de mineur du pool qui se maintenait à 20000 est de 10700 du fait de ce fork.
    Voilà c’est un peu décousu, c’est une expérience, découverte. J’ai compris une chose : il y a BTC qui est hors de portée pour moi et bien des particuliers, et le reste… Monero a perdu la moitié de sa valeur / BTC.

    1. Val

      @Pheldge cool cette expérience . Perso je n’ai entendu parler que d’une personne de mon entourage qui minait du BTC, il travaille chez EDF et ne paye donc pas son élec, ceci explique cela …

      1. Aristarkke

        « il travaille chez EDF et ne paye donc pas son élec, »
        Ta ta ta, ta ta !
        Il paie 10% du tarif, tout de même. C’est pas rien. Vu les salaires mités de cette boîte…

      2. Pheldge

        Finalement, les cryptos, ça colle bien au libéralisme : l’idée est bonne, mais n’intéresse que très peu de gens et ne sera jamais mise en pratique … 😉

        1. Val

          @Pheldge nan c’est pire, les cryptos c’est au depart une bonne idée, les libéraux ont cru dur comme fer que cette invention disruptive allait les libérer, après bêta test satisfaisant, les étatistes vont la déployer avec qq add-ons et ça va devenir le pire outils pour traquer les flux de monnaie et l’état saura tout des dépenses de chacun. Après il viendra chez nous scanner tout ce que l’on a et viendra nous redresser pour le lit/commode/tapis/tromblon/presse purée légué par le grand père/la grand mère

            1. Val

              @H16 je vois ce que tu veux dire (décentralisation etc.) Ce que j’anticipe (peut être à tort) c’est que l’état prendra ce qui l’arrange de la techno et mettra hors la loi tout le reste.

            2. Husskarl

              @h16 maître de céans

              Pourriez-vous un de ces quatre nous faire un article sur les différentes nouvelles monnaies numériques ? En effet, nous connaissons tous BTC mais les autres sont inconnues et beaucoup sont nées récemment. Un avis d’expert intéresserait plus d’une personne ici je pense.

                1. Ca, c’est pour les mineurs.
                  S’il s’agit juste d’investir (acheter quelques monnaies), un petit panier comme indiqué dans l’article précédemment cité suffit.

                  1. Husskarl

                    Merci beaucoup mgr pour ces précieux conseils. Je vais regarder ça de plus près.

                    Merci également à Pheldge, j’ignorais qu’il exista tant de monnaies différentes. Ca en fait cependant beaucoup pour les analyser sérieusement une à une…

                    1. Pheldge

                      la capitalisation, les stats de minages, la rentabilité, bref le classement Coinwarz traduit comment ces monnaies sont perçues, par ceux qui suivent le sujet., c’est déjà une précieuse indication.

    2. Flaghenheimer

      Merci pour le retour.
      Peut-être que je ne vous comprends pas car vous devez le savoir mais vous pouvez acheter des fractions de BTC pour 50 balles ou moins qui sont du coup accessibles au plus grand nombre.
      Pour le Monero, les développeurs jouent au chat et à la souris avec les concepteurs d’ASICS : ils ne veulent pas que les possesseurs de ce genre d’engins minent une partie trop importante des Moneros restant à créer, afin que le tout ne soit pas trop centralisé. C’est une position que ne partage pas la plupart des autres cryptos. Peut-être cela rend t-il le minage plus compliqué.

      Ps : le Monero c’est de la boulette, de la balle comme dise les jeunes.

    3. Citoyen

      Euh, Pheldge, même ceux du fond qui ne suivaient pas, ont compris que c’était pas une affaire …
      Une carte qui consomme 60w, dans un PC qui doit en pomper en tout 4 fois plus, disons 250w, pour faire simple, et qui tourne 20h/J (80%), ça donne 5kWh. Au tarif de 0,15€/kWh, sans compter l’abonnement, ça donne 0,75€/J, soit plus de 270€/an !…
      Il faut donc dépenser dans les 270€/an, sans compter tous les coûts induits (celui du matériel), pour générer un chiffre d’affaire de l’ordre de 75€/an !…
      ça c’est du minage !…
      Même dans Germinal, la situation était moins pire … La mine n’est plus ce qu’elle était …

      1. Pheldge

        quand j’ai commencé, c’était au début de l’embellie des cryptos, et le cours est resté vers les 300-350 $, ce qui changeait la donne ! 😉
        Après, tout ce business, ça me fait un peu penser au Forex, avec tous les sites qui proposent à des particuliers, de profiter de « l’effet de levier ». Je me suis toujours dit que à ce jeu là, pour que certains gagnent, il faut un max de gogos, qui perdent … 😉

        1. Citoyen

          Qui peut être rapproché d’une autre réflexion : Au Casino, le seul qui est sûr de gagner, c’est celui qui possède le Casino …

      2. « pour générer un chiffre d’affaire de l’ordre de 75€/an !… »
        Le calcul est largement faussé parce que vous tentez de repasser vos cryptos vers les euros. Si vous misez sur les cryptos pour le long terme, ce n’est plus la même chose puisqu’à la fin, vous avez 0.8 monero (dans notre exemple) et que celui-ci peut représenter un pouvoir d’achat très supérieur à l’électricité investie dedans. C’est évidemment un pari (et donc la comparaison avec Germinal tombe un peu à plat).

        1. Pheldge

          ah, merci, ça remet du beau mot cœur … c’est avec ce secret espoir que je continue à engranger 😉
          Mon idée initiale était de convertir en BTC, puis j’ai hésité, attendant d’en avoir un peu à cause des frais de transaction,et avec le recul je regrette, parce que le BTC tient incontestablement le haut du pavé et que Monero a depuis, perdu 50 % de sa valeur /BTC …

          Après, à mon modeste niveau, 1XMR, c’est pas comme si j’étais devenu Rotschild !

          1. Val

            @Pheldge je viens de lire un bouquin tres sympa qui s’appelle Séquoia, une histoire de marin au 19e sur fond de ruée vers l’or. Ce livre rappelle entre autre qu en Californie ceux qui ont fait fortune sont surtout les bâtisseurs, la grande majorité des mineurs ont joué le rôle d’idiots utiles…. En finance l investissement sur les monnaies est une affaire de spécialistes et même comme ça ils se prennent des vols, alors … perso je déteste jouer les idiotes utiles et je ne suis pas spécialiste en crypto donc je n’y vais pas, pas mon type de risque. Mais bon chacun son style.

            1. Aristarkke

              Les tenanciers de bars et autres tripots de jeux d’argent aussi ont davantage fait fortune que les mineurs. Sans parler de Lévi Strauss et sa toile denim… 😛

        2. Citoyen

          Bien sûr, H16, mais je sépare volontairement la prise de valeur (éventuelle) de la crypto, par l’effet du marché, du gain résultant du minage. Pour la bonne raison, qu’un quidam peut très bien acheter de la crypto « comme un placement » avec l’espoir d’une envolée éventuelle, sans être obligé de miner. Et l’action de miner, prise isolement, avec les chiffres fournis par Pheldge, sans autre considération, n’apparait pas comme des plus rentables … Pour résumer (et je précise bien, avec ces données fournies), si gain il y a, il ne sera pas le fait du minage, mais de la valeur prise par la crypto.

  8. Val

    « un peu de fermeté » je pense que cela ne suffira pas . Le dernier fait divers montre l’état de déliquescence de l’autorité des institutions (braquage d’une prof avec un flingue pour être marqué présent) . On a passé le stade de la fermeté. La répression si elle vient devra être brutale.
    Autre exemple que je connais bien : une gamine de lycée (petite fille de soixante-huitards exemplaires, pour les connaître, ils cochent toutes les cases …. ) a été placée en foyer. La gamine passe son temps à fuguer en passant au dessus des grilles. L’établissement la regarde faire les bras croisés car ils n’ont pas l’autorisation de la toucher. Mais comme elle se met en danger car elle passe au dessus des grilles ils se demandent si le mieux ne serait pas de lui ouvrir la porte ……………….. et après ça comment voulez vous que les mômes aient un quelconque respect des institutions de ce pays.

    1. Aristarkke

      Si la gamine se blesse en sautant la clôture, sois assurée, Val Honey, qu’il y aura des suites avec la création d’une commission pour réfléchir à comment maintenir en place une gamine qui fait maman quand on la touche et qu’il n’est pas permis de toucher…

      Il se trouvera bien, un de ces quatre, un Gunnar ou un Topbjörn pour la coucher toucher malgré le veto administratif qu’elle ne porte probablement pas en bandoulière.

      Je me suis fait tout petit devant un’ poupée
      Qui ferm’ les yeux quand on la couche,
      Je m’ suis fait tout p’tit devant un’ poupée
      Qui fait « maman » quand on la touche.

  9. Aristarkke

    « le formica des années 70. »
    La belle époque du Formica (c’est une marque, au départ), c’est plutôt la fin des années 50 et les années 60, Monseigneur.

    Jean Ferrat le vilipendait déjà en 1964… ( in La montagne )

    1. Pheldge

      t’es sûr ? rentrer dans son HLM, manger du poulet aux hormones … » ça je m’en souviens, parce que question poésie, ça se pose là …
      Ah, mais si, le Papet il a encore raison !
      « Ils quittent un à un le pays
      Pour s’en aller gagner leur vie
      Loin de la terre où ils sont nés
      Depuis longtemps ils en rêvaient
      De la ville et de ses secrets
      Du formica et du ciné »

  10. Mildred

    Les seules fois que je me souvienne avoir entendu des hommes politiques dire des vérités, c’était Fillon en 2007 : « Je suis à la tête d’un État en situation de faillite »
    et Valls en 2015 : « Nous sommes en guerre » !
    Et dans les deux cas, que fait-on depuis, à part du bavardage ? Rien !

      1. Mildred

        Je voulais dire : que fait-on pour sortir l’État de cette situation de faillite ? Et que fait-on pour mettre fin à cette guerre qu’on nous fait ? La réponse est : RIEN !
        Sinon on continue d’écrire des volumes sur les faits et gestes de tous ces « politocards » et même polytocards que notre démocratie avancée a permis d’élire à la tête de la France !

        1. Mildred

          Et comment décrire avec plus de verve et de justesse que Michel Onfray, notre système électoral que lorsqu’il écrit dans « Décolonisons les Provinces » :

          « Le système électoral actuel relève toujours de cette subtile mathématique qui nourrit le même projet : les deux plus gros se partagent le gâteau et laissent les miettes à tous les autres, les petits. Voilà pourquoi cette mécanique produit moins un aigle bicéphale qu’un veau à deux têtes. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.