Trop d’impôts ? Vite, augmentons-les !

Novembre 2018 : la France découvre qu’une partie de son peuple n’arrive plus à boucler ses fins de mois. La pression fiscale, notamment sur les carburants, est trop forte. Les ponctions de tous côtés poussent un nombre croissant d’individus dans la précarité. Le mouvement des Gilets Jaunes vient de débuter.

Février 2019 : alors que la France s’enfonce doucement dans un troisième mois de crise sociale, le Président de la République et son gouvernement se sont lancés dans la mise en place d’un Grand Débat National qui, selon eux, devrait permettre à tous d’exprimer les problèmes ressentis et de corriger la trajectoire politique, économique et sociale du pays.

Et en trois mois, que de chemin parcouru ! Les revendications sur une baisse de la pression fiscale sont maintenant proprement oubliées. Petit-à-petit, de noyautages en dérives idéologiques, de compromis en politicailleries faciles à identifier et comme il était parfaitement prévisible, on est passé d’un message simple « Moins de taxes » à un message nettement plus insidieux, « Moins de taxes pour les pauvres« .

On pouvait s’y attendre : comme je le mentionnais dès décembre, on a pendant des années absolument tout fait pour proprement séparer le constat des taxes et impôts stratosphériques du bilan catastrophique des services publics offerts en regard, pour dissocier complètement l’obésité morbide de l’État et la ponction asphyxiante qui le fait vivre, et ce afin de faire perdurer le rêve humide d’une redistribution française généreuse et efficace.

Dès lors, il aurait été naïf d’attendre une prise de conscience du peuple, baigné dans les fadaises socialistes du tout-redistributif, de l’argent gratuit des autres, de l’État omnipotent et omniprésent. Pour la plupart des Français, le problème ne se résoudrait pas en demandant « moins d’État » mais plutôt en demandant « mieux d’État », parce que la rhétorique et les petits jeux de mots faciles constituent une vraie politique économique dans ce pays, ma brave dame.

Ceci explique qu’à peine supprimé, l’impôt sur la fortune, pourtant catastrophique en ce qu’il fait fuir les forces vives du pays, voit déjà son retour réclamé à grands cris par toute une frange de Français bien plus excités à l’idée de ponctionner les autres que voir leur propre pouvoir d’achat augmenter. On comprend qu’il ne faudra donc plus beaucoup d’effort au gouvernement pour transformer ce « Moins de taxes pour les pauvres » en « Plus de taxes pour les riches ».

Et il s’y emploie donc avec ferveur.

Puisque, c’est décidé, l’idée n’est absolument plus de diminuer la pression fiscale mais, plus facilement, de l’augmenter sur une catégorie d’individus qu’il est de bon ton de mépriser, les annonces se suivent et se ressemblent. Les dernières en date sont de l’inénarrable Darmanin qui tient absolument à ce qu’on se rappelle son passage à Bercy : revoir les niches fiscales pour qu’enfin, les gros bourgeois crachent au bassinet tant il est connu que ce ne sont pas eux qui payent déjà l’essentiel des impôts.

Bien évidemment, puisque tout ceci est, comme d’habitude, parfaitement improvisé, cela ne manque pas de provoquer des cris et des grincements de dents avec des correctifs et des ajustements au gré des publications médiatiques, parachevant l’image d’une politique de Gribouille menée par des gamins paniqués.

Parallèlement à ces gesticulations et puisqu’il ne faut surtout pas perdre le bénéfice d’une bonne crise, d’autres propositions sont déjà à l’étude pour … augmenter des taxes. Bruno Le Maire l’a expliqué : ce sera peut-être sur les grosses plus-values immobilières. Parce que bon, taxer plus, c’est cool.

Bref : de la même façon qu’était prévisible la récupération gauchiste du mouvement des Gilets Jaunes, tout se déroule comme prévu concernant la réaction du gouvernement. Moyennant un magnifique nuage de paillettes (fournies par Macron) et d’encre (produite par nos indomptables législateurs), le Grand Débat truc-machin aboutira à une hausse des impôts, soit la demande diamétralement opposée des manifestants du début.

Eh oui. Malgré un message parfaitement clair et audible au début, malgré les évidences qui s’accumulent partout pointant sans l’ombre d’un doute vers une pression fiscale démentielle, malgré le classement en pôle position de la France dans les enfers fiscaux, malgré l’explosion des dépenses et des prélèvements publiques qui atteignent des records, tous nos élus, tous les ministres et le Président n’ont qu’une idée en tête : augmenter encore taxes et impôts.

Je ne vois guère que deux raisons essentielles à cette obstination délétère.

La première de ces raisons est l’incapacité fondamentale à sortir du cadre des idées habituelles en sociale-démocratie : baisser la dépense publique, ce serait abdiquer, renoncer et ce serait plus qu’une erreur, ce serait une véritable faute. Il n’est qu’à voir un récent tweet d’Édouard Philippe pour saisir l’ampleur de l’opacité mentale de nos gouvernants à certains concepts comme celui d’une baisse des taxes :

Qu’on mette cette incapacité sur le compte d’un désir de conserver une base électorale (qu’il convient donc d’arroser abondamment avec les ponctions opérées), ou que ce soit parce que les habitudes sont telles que tout changement paralyse la réflexion, peu importe puisque le résultat est le même. Il ne peut y avoir de baisse des dépenses publiques, enfin ! Personne ne peut envisager ni une diminution du périmètre de l’État, ni l’aveu qu’il n’est pas indispensable partout et tout le temps, ni les inévitables cohortes de chômeurs, de veuves et d’orphelins que ce retrait provoquerait.

Cette première raison explique assez bien la tendance générale qui a accompagné l’État français depuis 50 ans : on n’aboutit pas à 2000 milliards de dettes et un État obèse complètement par hasard.

La seconde est plus profonde et à mon avis explique mieux cette compulsion pathologique à vouloir taxer de tous les côtés : dans un pays qui frémit à la moindre possibilité d’un changement qui ne soit pas amorti par l’une ou l’autre solidarité, toute diminution des dépenses publiques nécessite du temps pour leurs explications, leurs négociations, leur mise en place et l’obtention de quelque résultat que ce soit.

Or, le gouvernement ne dispose manifestement pas de ce temps : comme le mentionne la Cour des Comptes, les finances publiques sont particulièrement tendues et si, à l’évidence, la réduction des dépenses publiques s’impose, il est beaucoup plus facile d’augmenter les recettes pour parer au plus pressé, alors que la France s’enfonce dans le classement des mauvais élèves en matière budgétaire.

Cette peur d’un incident budgétaire malencontreux explique une partie de la politique épileptique du gouvernement, l’autre partie étant couverte par la véritable panique qui s’est maintenant emparée de l’exécutif lorsqu’il s’agit de gérer le peuple qui grogne. Les réactions de plus en plus violentes des deux côtés des barricades montrent que l’absence totale de tout courage pour réformer, pendant les 40 dernières années, a laissé un terrible piège se refermer sur Macron et son équipe : tétanisés à l’idée de faire des coupes pourtant nécessaires mais dont ils sont persuadés qu’elles entraîneraient une foule hystérique dans la rue, ils en sont réduits à bricoler des petits arrangements et augmenter les taxes partout où ils le peuvent, à l’exact opposé de ce qu’il faut pourtant faire.

Dans ce contexte, une conclusion s’impose : les prochains mois seront déterminants pour Macron et sa clique, mais la chance ne suffira pas.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires290

            1. petit-chat

              Il est vrai qu’avant les GJ, tout baignait dans la plus douce félicitée.
              A moins que les idiots utiles ne soient les antifas, les black-merdes ou autre casseurs sponsorisés/protégés par les zautorités ?

              1. goufio

                C’est vrai que tous ces casseurs patentés sont arrêtés par centaines et qu’on entend jamais leurs sanctions par contre Gosne dont on ne sait rien car il lui est interdit de se défendre fait la une tous les jours.

              1. Theo31

                Je viens de passer une matinée au bloc pour un anevrisme et une valve cardiaque. Tes compliments, tu sais quoi en faire.

                Quand je vois les nouveaux amis des GJ, pas envie d’être le martyr de sacs à merde.

                1. MarieA

                  Pardon, oui, c’est vrai, j’ai été méchante avec toi sans raison, désolée. Je me suis faite insulter sans raison sur 4chan et j’ai reporté ça sur toi alors que t’y es pour rien. 😛

                  « Quand je vois les nouveaux amis des GJ, pas envie d’être le martyr de sacs à merde. »
                  Désolée, de qui parles-tu?
                  De la CGT? Si oui, je te comprends.

                    1. Aristarkke

                      Ce n’est pas un robot, notre Théo. Tu sais maintenant ce qu’il te reste à faire pour accomplir ta mue…

                    2. MarieA

                      J’ai rien compris : sur l’empathie, « accomplir ta mue » , « met un bémol sur l’âge », « un signal de faible bruit »
                      ??????????

                    3. Aristarkke

                      Un indice : la mue, c’est à l’adresse du T-1000 de ce blog (en référence à une série de films débutée avant votre apparition avec des doigts de rosse)

                    4. MarieA

                      @ Aristarkke 8 février 2019, 14 h 30 min :

                      Terminator? Que Sam est un robot?
                      Je ne comprends toujours rien. C’est quoi l’histoire du bruit???

                    5. Aristarkke

                      MCA lui, a compris.
                      Un genre un qui ne décrypte pas un genre deux ???
                      Aurions-nous l’exception à domicile ???
                      J’y crois pas !

                    6. Aristarkke

                      Jouons donc le bon sa-marie-tain puisque vous insistez !

                      Sam se plaît à jouer la partition d’un cyborg qui n’est pas, pour une fois, Dark Vador mais le T-1000 (au caractère particulièrement teigneux) du film Terminator II « Jugement dernier » et adversaire résolu de John Connor et du T-800 incarné par Schwarzy.

                      [Je me permets, au passage, de vous recommander la première heure du film, particulièrement haletante, surtout en prime vision]

                      Sam-T-1000 vient d’être ébahi de votre soudaine empathie pour notre Théo (pas celui de Peak de la Faribole) visiblement fait de chair et de sang.

                      Je lui recommande donc, à notre Sam de prévoir une mue si le but de recevoir de votre rare empathie l’intéresse.

                      D’autant que ledit Sam, tout cyborg soit-il, est déjà une machine ayant dépassé le cap fatidique de l’âge (40 balais) où vous promettiez naguère d’envoyer à la casse cyborgs et autres créatures devenues inadéquates (crise de l’obsolescence programmée).

                      Ce soudain oubli (ou probablement inattention) me révèle ce que l’on appelle un signal faible, i.e. une tendance contraire aux apparences données haut et fort, genre le perce-neige qui pointe alors que le manteau neigeux n’a pas encore faibli (je sais, c’est le genre de détail qui me classe irrémédiablement dans les éliminables, vu que le manteau neigeux persistant est de plus en plus rare sous notre latitude et ce, depuis un sacré bail)
                      Voilà, voilou…

          1. Aristarkke

            Et personnellement, j’en suis ravi comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois.
            En Socialie, cette ressource serait immédiatement gaspillée en clientélisme stérilisant et en oligarchie de profiteurs.
            Voir l’Algérie qui commence à entrevoir la fin de son pétrole et de son gaz en n’ayant rien foutu pour développer son système économique…
            Pour ne pas en remettre une couche sur le Venezuela qui se sera ruiné (à tous les sens du terme) en moins d’un quart de siècle, assis pourtant sur un gigantesque réservoir de pétrole…

              1. MadeInCH

                C’est pas ce fond souverain qui avait investi dans de l’or, et qu’une commission parlementaire l’a forcé à tout vendre parce que l’or « ça risque de rien valoir car c’est une relique du passé »?

              2. Husskarl

                Hélas, la Norvège prend la trajectoire remplaciste également. Ce fond sera donc gaspillé par les honorables bédouins qui hériteront de ce pays par la force de la démographie et la lâcheté des dirigeants.

          2. sam player

            Bah du coup on sait pas si on en a !

            Quand des contradicteurs pastèques me disent que les GDS ça ne peut durer qu’un temps et que ce n’est donc pas la solution, je leur dis d’imaginer :
            qu’ils viennent de faire leurs courses, les placards sont pleins… ils vont à la boîte aux lettres et il y a leur lettre de licenciement sans indemnités, sans droit au chômage… : ils arrêtent de bouffer ? Ils laissent la bouffe dans le frigo… puisque ça ne durera qu’un temps ?

      1. Aristarkke

        Ils sont déjà en place par le prix démentiel des carburants, nettement plus chers avec un bail circa 60 $ que lorsqu’il était dans les 110/120 $…

        1. Citoyen

          Pour se faire une idée de l’évolution du racket des taxes, sur les carburants, il y a un site pas mal ici :
          https:/ /france-inflation.com/prix-carburants.php
          C’est édifiant…

      2. Murps

        Y a déjà les chèques énergie donnés par les centrales électriques et les ampoules leds offertes grâce à la générosité des fabricants d’ampoules.
        Je pense que les « bons pour légumes bio » distribués chaque semaine nous pendent au nez.
        Et puis on fera la queue ou on achètera du non bio moins cher au marché noir.
        Il y a aura des speak-easy ou on écoutera du jazz en consommant du Nutella et du Ricard de contrebande.
        Troooop coool l’ambiance.

          1. albundy17

            « pour la référence à la prohibition, on en est pas loin… »

            Maintenant on a du Benala, un produit Macron, t’avais pas vu le lien que j’avais posé ? De l’ex des nuls :mrgreen:

        1. Dr Slump

          Tu ne crois pas si bien dire, je viens de lire les 4 premières pages d’un sondage lancé par 2-3 clampins d’un groupe GJ sur Facebook. En gros, ce questionnaire c’est le programme électoral du PS depuis Mitterrand. Avec des propositions tout à fait raccord: distribuer des bons carburants, faciliter l’accès aux produits bio, augmenter les services publics, des gares aux hôpitaux en passant par les bureaux de poste, etc.
          Rares sont ceux qui dénoncent la fiscalité et le poids de l’état, ils sont tous contre l’état… mais en appellent tous à l’état. Ce pays est fou, foutu, foutûment!

          1. deres

            Ils veulent des trucs gratuits, c’est pas compliqué. Le raisonnement de qui paye derrière et des effets à long terme leur échappe complétement. L’intendance suivra en faisant payer les autres. « C’est pas cher, c’est l’état qui paye » dixit Flamby. Cela fait cinquante ans qu’on explique aux français que ce sont les vaches qui payent les taxes sur le lait, donc ils y croient, c’est tout.

      3. Manu Hargoult

        Mais on en est la – permis a un euro, abonnements electricite gaz internet sociaux, entrees gratuites pour les minima sociaux, cheque vacances, tickets restaurants, pass transport paye par l entreprise ou la region. Banques alimentaires (Restos du Coeur et autres sont en fait des extensions du secteur public puisque finances par subventions OU dons deductibles a 66% voire plus).

        On a deja des subventions pour acheter les voitures, les maisons, les fenetres. Les services a domicile.

        Il ne manquait que l’essence subventionnee. Ca arrive. Et la maison de retraite gratuite. On l’avait, on l’a perdue, on va l’avoir de nouveau .

        Tout est en place pour la collectivisation. Egypte, Cuba, Venezuela en passant par la Rome antique. Les idées dans l’air comme la taxation des plus-values des la residences principales bien placees y contribuent. Tout part et revient a l’interet general. Le probleme, c est la definition d’icelui.

  1. sam player

    Le sondage du Figaro sur l’anticipation des hausses d’impots : je m’étais dit à l’epoque qu’au moins une majorité des votants sont lucides… c’est rassérénant

  2. Calvin

    En trois mois, on aura entendu de multiples fois le couple Le Maire-Darmanin dire tout et son contraire sur les taxes et la dépense publique.
    A priori, ce ne sont que des ballons d’essais auprès de la population.
    Tout est décidé à Bercy, par nos plus coûteux hauts fonctionnaires. Les ministres meublent, amusent, se ridiculisent, se couchent.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Comme ce sont des fonctionnaires qui prennent les décisions, ce n’est pas surprenant, ils agissent pour maximiser leur utilité (terme mal choisi pour dire qu’ils cherchent à se rendre incontournable). Normalement, les élus politique ont pour mission de refréner les ardeurs de l’administration qu’ils dirigent. Notre problème, c’est que les élus et les ministres en sont issus, pensent donc de la même façon et accentuent cette dérive au lieu de la pondérer.

        1. pl00tarke

          Et les élus et ministres en sont issus car qui d’autre qu’un fonctionnaire a le loisir de s’investir en politique, sans risques pour sa carrière ?

          C’est pourquoi il faut réfléchir à un statut des élus, qui pourrait :

          1. garantir à un salarié du privé les mêmes avantages qu’un fonks (uniquement dans le cadre d’un mandat électoral)

          2. ou bien supprimer tout avantage comparatif aux fonks dans ce domaine (démission obligatoire de la F.P., aucune garantie de retrouver son poste ni ses zakisocios)

            1. pl00tarke

              Qui aboutirait à la soluce 3 dite « à l’américaine » : seuls peuvent se qualifier pour détenir un mandat (voir la mandature suprême) les milliardaires pétés de thune qui sont au dessus des considérations bassement matérielles, comme gagner leur vie…

    1. Pheldge

      Et voilà Macron qui désavoue :
      lepoint.fr/politique/emmanuel-macron-desavoue-gerald-darmanin-sur-les-niches-fiscales-08-02-2019-2292276_20.php

  3. Aristarkke

    BLM, c’est tout simple : la douche écossaise.
    Un coup, il faut baisser les impôts, un coup, il réfléchit à un nouveau (ou une majoration d’un existant ).
    Et il reboucle ainsi depuis des semaines…
    Les doutes sur ses incapacités réelles sont amplement vérifiés…

  4. nevao

    Bonjour, ajoutons qu’une taxe sera appliquée sur « les grosses plus-values » immobilières de la résidence principale dès 200 000 €.
    selon les propos de M LEMAIRE.

        1. Husskarl

          Ce n’est pas une plus value, il faudrait que ce bien passe à 400 000€

          Mais enfin, quand on voit les taxes à l’achat et à la conservation des biens, c’est vraiment du communisme en phase terminale.

        2. Vassinhac

          Si c’est 200k€ de plus value il faut un peu plus grand, mais c’est sûr que ça va favoriser la mobilité des travailleurs… le meilleur est le couple qui réduirait bien sa surface car les enfants sont partis, mais qui ne déménagera pas pour éviter la taxe… Hidalgo qui cherche de la place à Paris va être contente…

  5. Nemrod

    Bon pour la prime d’activité…faut pas croire les Pravda qui vous disent que tous ceux qui y ont droit la touche…mais vous vous en doutiez…
    Suivant les préceptes de H16 nous enjoignant d’assécher le Moloch, je l’ai demandé pour mon fils.
    Suivant la simulation il touchera 120 euros mais à la st Glinglin car à ce jour  » dossier en cours de traitement ».

    120 euros qui, au passage, s’ils les touchent, annihilent tout intérêt d’augmentation de salaires donc d’évolution dans sa branche…une trappe à pauvreté en plus quoi.
    Bon lui veut monter quand même mais combien se satisfont de leur sort ?

  6. Stéphane B

    Bof,je sens bien le truc que dans les deux prochaines années, le PALS est fusionné avec la CSG et individualisé. Et lors de la prochaine dictature, soit dans trois ans, le couillon en place dira qu’il n’y a plus d’impôt sur le revenu, que c’est inadmissible et qu’il nous en créera un nouveau.
    Les baisés, comptez vous !

  7. Aristarkke

    Tiens, Sam, il y a ton maire (ou ton ex ?) à Chalon qui a commis une lettre ouverte à Flop Joene pour lui donner les raisons de son absence à sa réunion – mascarade de grand débat organisée à Autun.
    Il ne lui envoie pas dire ce que nombre en pensent réellement de cette campagne électorale camouflée…

    1. Le Gnôme

      Bof, en l’état actuel des choses, je ne vois pas ce qui peut empêcher Micron de faire un deuxième quinquennat. Qui pour s’opposer, une Marine usée jusqu’à la corde qui lui permettra d’agiter le spectre de la peste brune pour assurer sans problème sa réélection ? Qui d’autre ? Il n’y a plus personne. Les GJ et le grand débat sont la manifestation que nous sommes passés en ochlocratie, le despotisme de la cohue.

      1. MadeInCH

        Prochaine étape: L’Homme Providentiel.
        .
        Vous inquiétez pas! Je suis là!
        .
        Ben quoi? Pourquoi vous me regardez comme ça?
        NapoléonIII était citoyen Suisse et avait fait son service militaire dans l’Armée Fédérale, non?

            1. pl00tarke

              Ouais, ben en attendant je préfère la droite Valeurs Actuelles à la gauche Violeurs Factuels (et autres quotidiens torche-cul se disant « de référence »)

              1. Citoyen

                Ouais, ben, s’agissant de « Valeurs Actuelles », le « journal qui veut tirer la droite vers la droite », il y a un aspect plutôt comique, qui mérite d’être souligné …
                Son directeur général Yves de Kerdrel, classé droite dure … prête le flanc à sourire, sans retenue ….
                Sur sa fiche Wiki, ici :
                https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Yves_de_Kerdrel
                On y trouve ce passage drôle, pour le moins :
                 » Il est également membre de la commission Attali pour la « libération de la croissance française ». Jacques Attali le décrit comme un « garçon ultralibéral tant du point de vue économique que social ». En 2013, Yves de Kerdrel se dit proche d’Emmanuel Macron. Le quotidien Libération le présente comme un « ami intime » de ce dernier  »
                Affirmation, confirmée ici :
                https:/ /www.lexpress.fr/actualite/politique/les-encombrants-et-inattendus-soutiens-d-emmanuel-macron_1791515.html
                Faut avouer, qu’avec le recul depuis l’élection, c’est assez savoureux …. un copain du micron !…

        1. Theo31

          Ça me fait bien marrer ce mythe de l’impopularite de tous ces tocards. Tu agites la menace le Pen et ils chient tous dans leur froc.

          Désespérant.

      2. deres

        Dès que Wauquiez ouvre la bouche, tous les journaux (qui ont élus Macron) partent en polémique de base.
        Mélenchon et ses sbires sont la proie permanente de la justice pour des magouilles ordinaires (et plus petites que celles de Ferrand …).
        Marine est bien tranquille a préservé ses acquis sans véléiter de progès. Elle est bien contente de continuer à mener la petite entreprise de son papa avec une élection perdue tous les cinq ans.
        Quand aux socialistes, ils sont devenus inexistants, vu leur redondance avec le gouvernement actuel …

        On aura donc le même match Macron-Lepen en 2022.
        Et tout outsider de type Fillon se fera descendre en flamme immédiatement.

  8. Alix

    « on est passé d’un message simple « Moins de taxes » à un message nettement plus insidieux, « Moins de taxes pour les pauvres« » … Pourquoi pas… On peut en discuter … Mais au niveau de « l’insidieux », celle-là n’est pas mal non plus: « l’impôt sur la fortune, pourtant catastrophique en ce qu’il fait fuir les forces vives du pays »

    1. Val

      @alix insidieux : « hypocrite fallacieux » . Trouvez-vous que dire que l ISF fait fuir les forces vives est fallacieux ? Bon je dis ça , ce n’est pas comme si je n’avais pas vécu à Londres et Bruxelles pour constater la fuite des cerveaux et capitaux (nous c’était les cerveaux 😉 ) et vous j’imagine que n’ayant ni l’un ni l’autre vous restez sur place :mrgreen: et essayez pataudement de piquer chez les autres l’un et l’autre avec manifestement plus de succès sur les capitaux 😉

                  1. Pheldge

                    ouais bin c’est pas gagné ! et pour des certains (je ne donnerai pas de noms …) c’est pas « l’apprentissage… hi hi », mais l’apprentissage… hi han !
                    à la place de Terminator, on a l’âne Trop-trop ! 😉

                    tiens Patron pour le prochain billet sur Hidalgo : après Notre Drame de Paris, l’Anne Trop-trop , ça le fait , non ?

                    et pour ceusses qui z-y connaissent pas :

      1. MarieA

        « nous c’était les cerveaux »

        Ah oui, les cerveaux qui reviennent en France et qui ne sont pas riches…
        Des cerveaux très utiles du coup 🙂

    2. Il y a pas mal d’études qui prouvent que l’ISF a coûté beaucoup au pays plus qu’il n’a rapporté. Et ce n’est pas insidieux, c’est écrit en toutes lettres.

          1. albundy17

            Heuu, nan tout de même pas, ce sont les induits qui nous coûtent un bras, enfin plus exactement ça nous laisse sur le carreau.

            Mais bon, j’avais entendu des patrons de PME craindre la suppression de l’isf vu que ce qui est investi dans l’outil industriel n’était plus concerné, devaient craindre que les riches n’investissent plus ds leur boite ^^ (Ce devait être un article ds Challenges 🙄 )

          2. Vassinhac

            L’argument est plaisant mais je crains que ce ne soit une légende urbaine. L’ISF est effectivement contre-productif, mais en tenant compte des effets pervers.

      1. Theo31

        La micro taxe sur les transactions financières instaurée naguère en Suède se solda par un effondrement très rapide de la recette d’icelle.

        Ou la taxe sur le beurre instaurée en France en 1917 qui se solda par une explosion du marché noir des matières grasses et l’abandon rapide de ladite taxe.

  9. MarieA

    H16 a l’air de sous-entendre que Macron veut baisser les impôts. Je ne suis pas d’accord, ou alors, disons qu’il ne veut les baisser que pour une extrême minorité de gens.

    Ce qui est très triste en France, c’est qu’il est très bien vu d’être d’extrême-gauche et tous les autres n’ont pas le droit de s’exprimer, résultat, on est parasité par les ordures de toujours et tous ceux qui nous regardent pensent que les GJ sont de gauche et pour plus de socialisme.

    Que l’état, qui souhaite continuer son racket, prenne l’argent dans la poche de ceux qui en ont me semble plus logique que de taper chez ceux qui n’ont rien. Et puis, les bourgeois ont voté pour lui, qu’ils assument.

    1. sam player

      D’accord avec toi MarieA : même ici (chez h) ils ont subi un véritable lavage de cerveaux sur les GJ…
      Les revendications remontent toujours grâce aux grandes gueules, qui sont de gauche, c’est pas nouveau.
      Faudrait qu’ils sortent un peu de leur milieu pour appréhender la réalité.

      [precepte 1 : toujours être de l’avis de la préférée du boss : Check ]

      1. MarieA

        Oui. C’est intéressant de voir que depuis plusieurs samedis, à Paris, en tout cas, on se retrouve à manifester dans des endroits sans importance bien loin des centres de pouvoir et des lieux touristiques. Ca pue le contrôle du mouvement par les gauchistes de merde au service du régime qui ruinent tout dans notre pays.

      2. MarieA

        « toujours être de l’avis de la préférée du boss »
        Ouai et alors? Tu veux prendre ma place peut-être?
        Il reste 3 français non-homosexuels, pitié, laissez-les nous.

        Jaloux va! 😛

    2. « H16 a l’air de sous-entendre que Macron veut baisser les impôts »
      WTF ?
      Macron viser à se faire réélire si possible, c’est tout.

      1. MarieA

        C’est ce que j’avais cru comprendre de ce passage : « a laissé un terrible piège se refermer sur Macron et son équipe : tétanisés à l’idée de faire des coupes pourtant nécessaires mais dont ils sont persuadés qu’elles entraîneraient une foule hystérique dans la rue »

        Non, ils ne veulent pas faire de coupes. Macron ne veut pas et ne baissera pas les dépenses de l’Etat et il ne détruira pas l’Etat providence ni le capitalisme de connivence.

        1. a/ Faire des coupes et baisser les impôts sont des choses très différentes.
          b/ Lorsque Macron est arrivé au pouvoir, il avait des idées (vagues) de réformes. Comme il n’a jamais eu aucun courage, ça s’est vite étiolé. Maintenant, avec la haine de la rue, cette pusillanimité s’est transformée en panique à l’idée de toucher quoi que ce soit, et en véritable terreur à l’évocation d’une réforme impopulaire.

          Le sens de la phrase est pourtant clair : qu’ils aient ou non la volonté de faire des réformes, peu importe, ils sont tétanisés par l’ochlocratie dans laquelle nous sommes tombés.

          1. MarieA

            a/ Etant donné qu’on s’endette déjà pour financer tout ce merdier, il faut faire les 2 au minimum.
            b/ Ben, comme d’habitude, on veut pas faire campagne en disant « je vais couler notre économie et notre industrie et j’aime me taper des enfants ». il n’a jamais eu l’intention de faire quoi que ce soit. D’ailleurs, il n’a jamais rien fait de sa vie si on regarde bien.
            « cette pusillanimité s’est transformée en panique » Pas d’accord, ça éborgne et arrache des mains sans complexe, je n’appelle pas ça de la panique.

            « qu’ils aient ou non la volonté de faire des réformes, peu importe »‘ Pourquoi peu importe?

            « ils sont tétanisés » Ils s’en branlent surtout.

            Je ne crois même pas que Macron cherche à se représenter. Pourquoi penses-tu ça?

            1. « Ils s’en branlent surtout. « 
              Non. Macron a eu la peur de sa vie en allant au Puy en Velay, c’est absolument limpide. Et l’usage de la violence illustre *exactement* ça.

              « Pourquoi penses-tu ça? »
              Parce que c’est évident qu’il y pense 24/7/365.

              1. Pythagore

                Oui je suis assez d’accord. A mon avis, Macron pense bcp plus long terme qu’on ne le croit, son objectif n’est pas la France, c’est l’intégration de l’Europe, il ne cesse de le répéter. C’est à mon avis la seule chose à laquelle il travaille, et il se dit que ces petits débordements sont juste un mauvais moment à passer, mais pas une raison de changer de politique. Il a clairement signifié qu’il n’avait pas l’intention de changer quoi que ce soit, il fait juste de la vente dans les débats qui n’en sont pas, il n’est pas là pour écouter, adapter et appliquer, il est là pour convaincre que sa méthode est la bonne, et un jour, ca ira mieux.

              2. MarieA

                « Macron a eu la peur de sa vie en allant au Puy en Velay »
                J’aimerais y croire mais il ne donne aucun signe de peur ou d’angoisse. Il s’en fout, comme l’a dit Benalla, ça le fait rire.

                « Et l’usage de la violence illustre *exactement* ça. »
                Ça illustre l’impunité dont bénéficie l’Etat en France.

                « Parce que c’est évident qu’il y pense 24/7/365. »
                Quelle preuves? Macron est un one-shot, ils préparent déjà des remplaçants. Ce type n’a pas de pouvoir et s’en fiche de toute façon.

                1. « J’aimerais y croire »
                  Et moi j’en suis sûr parce que dans le mois qui a suivi, deux événements rapportés fort discrètement par la presse ont eu lieu coup sur coup qui ne s’expliquent que par la panique totale ressentie à ce moment : Macron n’a souhaité ses voeux qu’à l’armée, et a immédiatement augmenté la police. Par d’autres sources, je sais que lui et tout son staff ont été terrorisés à l’idée que les forces de l’ordre pouvaient les lâcher.

                  « ils préparent »
                  Ah oui, les Reptiliens…

                  1. MarieA

                    « Macron n’a souhaité ses voeux qu’à l’armée, et a immédiatement augmenté la police. »
                    Je n’interprète pas cela comme une marque de panique, c’est de la logique basique.

                    J’ai vu l’interview d’une députée LREM qui a voté contre la loi anti-casseurs et elle a raconté comment Macron a géré le mouvement des gilets jaunes, c’est lui qui a demandé à laisser l’Arc de Triomphe ouvert afin qu’il soit saccagé et il a demandé à ce que ce soit filmé et diffusé.

                    « Ah oui, les Reptiliens… »
                    Pourquoi pas? On pourra en reparler un autre jour.

                    Malheureusement, il n’y a aucun élément qui appuie l’hypothèse que Macron serait paniqué par ce mouvement, surtout que maintenant il est absous par une partie de la population qui n’assume pas de rester le cul dan son canapé (cf. les lecteurs du Figaro par exemple) et se venge sur les GJ.

                    Après, j’aimerais y croire évidemment, je rêve de voir sa tête sur une pique et qu’on diffuse ça dans le monde entier.

                  1. MarieA

                    Parce que c’est normal. Quand tu veux diriger un pays, tu dois avoir l’armée, la police et la justice. Pas les profs, les facteurs et le personnel paysagiste.

                    Ça montre pas que Macron soit effrayé.

                    1. albundy17

                      Si Marie, pendant un moment il ne faisait apparition que sur des sites ultra sécurisés, et il a laché direct du pognon cash (moins de 2 jours) aux forces de l’ordre.

                      Il a clairement flippé

              1. Calvin

                Mais, à la différence de ses prédécesseurs, son rasage est plus long : il se rase aussi le torse et les jambes.

                Remarque, un peu moins long que Hollande : lui, c’est nous qu’il rasait, tous les jours…

            2. Theo31

              Si les flics tirent dans le tasd, c’est bien la preuve que le mignon poudré et sa bande de baltringues ont peur de se faire dezinguer par la population. Quand tu n’es pas trouillard et que tu n’as pas d’ennemis, tu sors sans gardes du corps.

          2. Val

            @H16 merci pour le terme . Mais je ne pense vraiment pas que ce terme s’applique à notre époque. Je pense que notre époque tient plus d’une oligarchie. Le mouvement LMPT a déplacé des foules mais Hollande n’a rien cédé. Pour moi l’impossibilité des réformes vient du système oligarque lui même et non de l’extérieur (ie mouvement de foule GJ) . Toute la société privée n’a cessé de s’adapter. Les seuls qui n’ont rien changé à leurs sacro-saints avantages acquis sont les oligarques et leurs alliés. Macron a peur car l’argent manque, il est dans la situation des empereurs romains qui n’avaient plus assez d’argent/d’avantages à donner aux oligarques et barbares alliés de l’époque . on sait comment ça finit : invasions barbares , nous y sommes …. presque … waiting for the next final ? (financial ) krach tic tac

            1. Aristarkke

              Peut-être même pour alimenter sa garde prétorienne, le manque de fonds.
              Depuis les empereurs romains, au minimum, nous savons comment cela se termine si le défaut s’éternise…

              1. Deres

                La présence médiatique du Général Villiers n’est pas anodine. C’est une époque propice à des anciens militaires pouvant avoir le soutien de leur caste si le pouvoir le perd. Quand on dépend d’une force pour se défendre, c’est celle-ci qui acquière progressivement le pouvoir.

                Leur inaction actuel face aux problèmes de grenades arrachant des mains et des flash ball explosant des yeux est assez caractéristique. Ce sont les forces de l’ordre qui leur impose les choses et plus l’inverse. Rappelez vous que les grenades avaient été immédiatement interdites par le gouvernement précédent suite à un mort. C’est fini le principe de précaution pour la police …

            2. Pheldge

              Val, pour le « Hollande n’a rien cédé » , il jouait sur du velours : c’était rien que des salauds de cathos de réacs de droite à LMPT …
              Il n’a pas eu d’effort à faire ni de risque à prendre, et gazer les manifestants avec poussettes n’a pas ému plus que ça !

              1. Vassinhac

                C’était de la faute des reacs qui sont des salauds à instrumentaliser des enfants en les mettant en première ligne.

                Alors qu’il n’y a jamais d’enfant dans les manifs de gauche.

          3. Adresla

            Ochlocratie ? Encore un mot que je ne connaissait pas ! Mais après avoir regardé la définition, ça ne semble pas s’appliquer chez nous sinon on aurait moins d’impôts et de règles foireuses, sans parler des salaires de nos chers élites.

            1. Ah mais pardon, c’est exactement parce que la foule demande tout et son contraire, sans arrêt, qu’on a exactement ça actuellement.

              Le règne des lois à la con votées dans l’urgence du moment sous la pression médiatique, c’est quoi, d’après vous ? La marche raisonnée d’une démocratie efficace ou la foule qui s’éparpille dans l’émotionnel ?

              1. durru

                Désolé de vous contredire, Patron, mais à mon avis la foule ne fait que suivre le mouvement, c’est pas elle qui l’impose.
                C’est précisément parce que les gens ne croient plus avoir une quelconque emprise sur leur destin qu’ils sont sortis dans la rue, surtout ceux qui n’avaient pas l’habitude de le faire.
                Les « lois à la con » sont la preuve de l’incompétence et du narcissisme de nos élus, car ils doivent rester dans l’histoire et de toute façon ils sont « trop intelligents, trop subtils et trop techniques » (ils y croient à fond, ne vous en doutez pas).

                1. Je crois qu’on ne parle pas de la même foule. Celle qui est sortie dans la rue, ce n’est pas du tout celle qu’on entendait jusqu’alors. Elle était muette et calme jusqu’à présent et celle-là a toujours effectivement suivi le mouvement. L’ochlocratie tient de l’autre foule, celle de la classe jacassante.

                  1. durru

                    J’ai un problème avec le terme alors, parce que dans mon esprit la classe jacassante représente une minorité, ce qui correspond mieux à une oligarchie qu’à une ochlocratie…
                    Mais je suis d’accord que la direction (celle d’un poulet sans tête, actuellement) est donnée par tout un ensemble, pas seulement par ceux qu’on nous montre dans la vitrine.

                    1. Le problème vient de la définition d’oligarchie, employée à tort et à travers. L’oligarchie, ça marche en Russie ou en Chine par exemple, certainement pas en France où le pouvoir est bien plus détenu par l’administration.

                  2. jsenlibert

                    Pour être plus précis, il faudrait donc plutôt parler de phobochlocratie : ce sont ceux qui font peur aux décideurs politiques (en les menaçant directement de violence) qui ont le pouvoir.

  10. Higgins

    Pour l’ISF, Nicolas Doze, hier matin, parlait de délire fiscal. Des trucs de l’AN (22) veulent rétablir l’ISF afin de remettre en vigueur la niche fiscale associée, ce qui parait-il fait gagner de l’argent aux impétrants (https:/ /lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/22-deputes-lrem-proposent-un-nouvel-isf_2061077.html)..
    Le système est en roue libre et il n’y a plus de freins. Le délire est absolu sur le plan fiscal et ça ne fait qu’accélérer la chute.La crise des GJ n’arrange rien. L’état est à l’os comme le rappelle la Cour des comptes et, qui plus est, très mal géré mais ça ne l’empêche pas faire la leçon à des pays qui taquinent « dangereusement » les 80% d’endettement. On s’en fout, nous, on est à 100%.
    Ce pays est foutu.

    1. MarieA

      « Le délire est absolu sur le plan fiscal et ça ne fait qu’accélérer la chute.La crise des GJ n’arrange rien. L’état est à l’os  »

      Justement, c’est le but. Il faut mettre l’état dans une position intenable, il faut le forcer à faire des conneries, il faut faire exploser cette bulle de pus. Il ne faut pas seulement que l’état soit à l’os, il faut briser les os de l’état.

          1. Val

            @Marie je comprends ton point de vue. De mon côté , en regard du gauchisme ambiant , je pense que nous avons 80% de chance d’avoir un Maduro-like après explosion . Tes idées libérales ne te seront d’aucune aide bien au contraire , tu n’as pas l’air équipée intellectuellement (c’est un compliment) pour fonctionner en dictature gauchiste .

            1. MarieA

              La situation est trop agaçante actuellement donc peu importe lequel mais je souhaite un changement. Et avec un régime qui s’assume clairement comme étant contre la liberté, au moins, tout sera clair.

              « tu n’as pas l’air équipée intellectuellement pour fonctionner en dictature gauchiste »
              Mmmmh… Je ne sais pas. Je pense pouvoir le faire.

            2. durru

              @Val
              Le « gauchisme ambiant » devrait être mis en perspective. Maduro, justement, ne fait plus vraiment rêver comme pouvait le faire Chávez il n’y a pas si longtemps.
              Puis, je me rappelle (oui, je suis assez vieux pour ça) de la chute du communisme dans les pays de l’Est. Là-bas, le « gauchisme » était un mode de vie. Et pourtant, ce n’est pas des régimes quasi-communistes qui sont venus au pouvoir juste après.
              Certes, tout n’est pas rose, mais il ne faut pas désespérer de l’humanité. Donner aux gens l’impression (même si elle est partiellement fausse) qu’il peuvent décider pour eux-mêmes peut faire des miracles. Par contre, les garder dans la situation actuelle, où ils sont convaincus qu’ils n’ont aucune emprise sur leur avenir, ne peut déboucher sur rien de positif.
              Pour finir, les idées les plus libérales peuvent passer (après moult efforts) même chez les plus gauchistes des gauchistes (je ne parle pas de ceux qui ont un intérêt direct dans la situation actuelle, bien sûr, mais des « naïfs »).

              1. Val

                @duru les gens de l’est ont goûté pendant 40 ans au communisme hardcore : plus de propriété privée, descente aux enfers des opposants, mise en coupe réglée des autres par une clique grossière et corrompue. Nous en sommes encore loin tres loin . Comme me disaient les tchèques c’est facile d être communiste à l’Ouest . Pour nous débarrasser de cette idéologie mortifère ils faut peut être que nous y plongions pour qu’enfin tout le monde vive ce que ça veut dire concrètement. Pour ma part, ayant pourtant lu moult livres de dissidents il m’a fallu les multiples témoignages de personnes pour vraiment saisir quelle était la vie à l’Est. Les gens qui votent LFI n’ont absolument aucune idée de ce que signifie son programme.

                1. durru

                  @Val
                  Faut pas croire… La vie du pékin lambda, tant qu’il n’avait aucune revendication d’ordre vaguement politique (ce qui était d’ailleurs le cas d’une large majorité) a pu être très tranquille passées les premières décennies de mise au pas. Tout le monde n’était pas dissident, loin de là, c’est un peu comme la résistance en France, beaucoup se sont découverts résistants après coup.
                  Le résultat des élections libres (et « non-faussées », comme on aime préciser ) dans de nombreux pays de l’Est dans les années ’90 montrent d’une manière assez claire que les gens n’étaient pas vraiment vaccinés contre la gauche. C’est surtout après que ça s’est corsé. Lorsque le pékin a compris que ce n’était pas le totalitarisme communiste qui était la cause du désastre, mais le socialisme tout court.
                  C’est le porte-monnaie qui joue. Dans les années ’80 ou ’90, on voyait de suite la différence entre les gens de l’Est et ceux des pays occidentaux. Les premiers étaient crispés, préoccupés par l’avenir proche (le « pain de ce jour »), tandis que les seconds étaient bien plus légers, décontractés. La tendance commence à s’inverser, surtout si on regarde la France (ou l’Italie, d’ailleurs).
                  Je ne crois pas que la transition sera rapide et facile, mais certainement pas de 50 ans. Le mur des réalités fait des merveilles… Je suis beaucoup plus inquiet, par contre, quand je vois la force des zélites à persister dans l’erreur assumée, couplée à une incompétence qui dépasse toute fiction (j’ai souvent l’impression de vivre « La Grève », mais sans John Galt). La manière d’enclencher cette transition sera à mon avis plutôt violente…

                  1. Val

                    @durru une part du problème tient dans cette petite phrase  » passées les premières décennies de mise au pas. »
                    Petite phrase bien anodine quand cela ne reste que de la littérature et temps bien court quand il n’est que théorie .

                    1. durru

                      Les plus fervents défenseurs des partis socialistes (ou social-démocrates) dans les pays de l’Est après ’89 n’avaient pas connu ces années là. J’avais oublié de le dire…

                    2. Val

                      @Durru détail important 🙂 et voilà pourquoi nous avons tant de LFI et de gauchistes en France : certains rêvent de s’approprier à bon compte ce à quoi ils savent qu’ils n’auront pas accès de manière « normale » ie. en s’arrachant , et les idiots utiles qui n’ont pas la moindre idée de ce qui se mettrait en place comme régime.

                    3. albundy17

                      « voilà pourquoi nous avons tant de LFI et de gauchistes en France »

                      Ce n’est pas propre à la france, notre particularité et que nous ayons des politiques veules.

                      Ne rien branler et profiter du boulot des autres n’est finalement qu’une des principales caractéristiques de l’être humain, avec quelques déviants.

                      J’ai parfois le sentiment désespéré de ne pas avoir choisi la bonne pilule, végéter au jour le jour doit être si reposant

    2. Aristarkke

      Ben oui, Major ! Le problème est qu’ils ne sont qu’à 80% et mettent finalement devant nous, le portrait du cancre que nous sommes devenus.
      Tout le monde à 100% nous rendrait moins « remarquable »…

  11. John Daire

    J’entends la petite musique de l’imposition sur base de nationalité se faire de plus en plus insistante. Cette revolution fiscale présenterait de nombreux avantages du point de vue du système de pensée dominant : taxer les nantis-exilés-fiscaux-expatriés-au-soleil-qui-viennent-se-faire-soigner-en-France, créer une usine à gaz génératrice d’emplois de fonctionnaires (complexité des declarations et des situations, ce qui est deductible, ce qui ne l’est pas, imposition à la personne, au foyer,etc etc), générer des recettes quand meme venant des pays ou l’imposition est quand meme plus basse (il y en a qquns, Suisse, USA, UK non-dom), et ne pas avoir de consequences électorales negatives.

    1. pl00tarke

      Si ils font ça, il va falloir interdire les changements de nationalité, alors… J’en sais plusieurs qui vont se trouver un(e) suisse/americain(e)/irlandais(e)/marocain(e) à épouser…

  12. Gerldam

    Quand le petit nombre de riches s’en va, c’est tout le pays qui s’appauvrit…beaucoup.
    Les couillons d’en haut et d’en bas n’ont pas encore compris ça.

    1. sam player

      Attendez septembre… et plus de 5% qui constatent une erreur c’est pas un succès… alors 10 ou 15%…
      Comme d’hab, quand le problème est chez les autres on s’en bat… jusqu’à ce qu’il vous rattrape…et 15% des gens qui baissent silencieusement leur consommation à cause de ce problème ça va faire du bruit…

  13. duff

    HS j’adore quand les vilains russes n’ont pas le droit de se mêler de nos affaires. Mais les fréquentations et les amusements de M. Benalla commencent à faire lourd en terme de démissions et de départs du gouvernement Je commence à me demander si c’est pas par lui et non les impôts toujours en hausse que les choses vont bouger

    1. MadeInCH

      Perso, je pense que se retrouver à découvert gêne plus les gens que les frasques du mignon poudré de l’Élisée.
      Okay… Le fait que ce soit les sous de ceux à découverts qui payent les frasques de l’autre, ça va pas aider.

      1. Duff

        Une affaire de fesses, ça peut passer. Même si Hollande ne s’est pas trop remis de ses escapades rue du cirque. Je pense que c’est beaucoup plus gros là.

        1. Aristarkke

          Une histoire de fesses n’a jamais flingué (à elle seule) un quelconque dirigeant grançais. Tout au plus a-t-elle chargé un peu plus une barque déjà bien remplie d’autres gueuses.
          Même celle des ballets roses n’a pas abattu directement Le Troquer mais a planté deux clous de plus dans son cercueil, au pire…

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Ce qui m’étonne, c’est que toutes ces info remontent à la surface. Ça ressemble presque au lynchage de Fillon, ça parait faire parti d’un plan concerté. Par qui ? Et pourquoi ?

      1. Val

        @royaumont il n est pas exclu que des clans s affrontent violemment au sein de la nomenklatura , l argent manque , les fauves s entre dévorent .

        1. Aristarkke

          l argent manque , les fauves s entre dévorent .
          Ce peut se révéler être aussi des histoires de promotion, d’avancement, de missionnement, etc… plutôt que d’argent au sens premier du terme.

  14. philippezitoun

    Pas certain que baisser les dépenses de l’état soit la voie à suivre. les taux d’emprunt sont très bas, l’Italie arrogante a encore plus emprunté et les Etats-Unis encore plus au regard de leur PIB (même si ce ratio m’énerve, il a bon dos).
    Alors pourquoi se casser la tête, après moi le déluge.
    Les plus malins de nos petits enfants partiront vers d’autres pays.
    Les plus violents iront cassé de l’étranger, imposeront des lois terribles à faire chuter bien des valeurs mobilières et immobilières (faut bien qq pour payer l’addition).
    Les autres mangeront leurs salades et salsifis bio au fin fond d’un département.

    De très « grandes » civilisations passées ont disparu.
    La Chine ont subi des décennies d’esclavage maoïste avant de remonter dans le top 10 des pays développés.

    Et alors ?

    1. Calvin

      « Pas certain que baisser les dépenses de l’état soit la voie à suivre »
      Que les taux soient hauts ou bas, la France s’endette depuis 50 ans,
      Donc on continue sur la même voie ?
      Comme à chaque fois ?
      Cela ne changera pas la trajectoire.

      Et si on essayait un truc qui a marché en Suisse, en Suède, en N-Z, au Canada, en Allemagne, aux PB, etc…?

  15. Infraniouzes

    Mais tout va bien pour la France. On vient de trouver un plus mauvais élève que nous et la Grèce. L’Italie, youpi ! pays de droite, fasciste et rétrograde. Ouf l’honneur est sauf. Quel sera le prochain pays qui nous fera remonter d’un cran et quitter le fond du panier où stagne les cancres ? On parle de la Pologne, de la Hongrie ou de la Tchéquie pays a dominance catholique, réfractaires à l’entrée massive de gens qui n’ont rien à faire chez eux, donc d’extrême droite. On va examiner à la loupe leurs comptes publics et ce sera bien le diable si on ne trouve pas un vilain petit canard. Et du coup on aura la chance de gagner une ou deux places. Que les Allemands se le tiennent pour dit. On va les gratter. C’est déjà écrit dans l’histoire.

  16. Patatrac

    Vassiliev Taksov et Yuri Administrov, compagnons de route de longue date, se retrouvent comme à leur habitude pour évoquer le passé, pas si lointain, dont ils sont nostalgiques et surtout orphelins. Après avoir soutenu le petit Joseph, approuvé Nikita mais seulement du bout des lèvres – un ukrainien tout de même… – ils vécurent heureux sous Leonid, qui allait, selon eux, réaliser le rêve de toute une génération. Avec Andrei et Iuri la machine commença à se gripper, pire encore avec Mikhail, puis l’abîme avec Boris. Depuis, tout a changé, Vladimir, Andrei et encore Vladimir, aucun n’a osé reprendre le flambeau.

    Au coin d’une table, faiblement éclairée par une toute petite fenêtre, Vassiliev avait déposé un ouvrage de fort belle allure, couverture rouge, noble couleur ! et épais comme la glace qui couvrait le fleuve en cette époque de l’année. L’éditeur lui était inconnu, les « z » en fin de patronyme non sont pas monnaie courante par ici. Il y avait en fait deux tomes, la chaise sur laquelle le second tome fut déposé s’écroula sous son poids, et encore sans les annexes qui reposaient déjà négligemment sur le sol. Qu’importe, Vassiliev reprenait lentement sa lecture, lorsque l’on frappa à la porte. « Entre donc ! » dit-il d’une voix sonore que Yuri ne lui avait plus entendue depuis fort longtemps. « Quelle lecture te met d’humeur aussi enjouée, malgré ce froid terrible? » demanda-t-il, en s’extirpant de son manteau. Vassiliev le regarda, avec une tendresse presque non feinte, mais avec un sourire tout à fait authentique et lui répondit : « Vois-tu, cinquante ans durant, nos dirigeants ont tous échoué, mais les français, eux, vont y arriver, lis-donc ! »

    1. Aristarkke

      Mais il va néanmoins falloir mettre le turbo !
      L’URSS a eu 72 ans pour se louper…
      Nous, nous en sommes quand même déjà à 74 ans et si le but est en vue (comme le bout du tunnel pour un Soce d’min coin), il n’est pas encore atteint…
      Espèrons qu’il n’y ait pas un Reagan pour lancer une guerre des étoiles des dettes…

    2. pl00tarke

      Excellent ! Mais il y’a plus de deux tomes… J’en ai deux armoires pleines dans mon bureau ^^
      De temps en temps, je ramène les exemplaires obsolètes chez moi (les moins épais…)… ça prend de la place, mais fait une excellente isolation thermique.

  17. Aristarkke

    En attendant les Barbares, non plutôt la fin de l’empire, je loue Monseigneur de nous avoir encore régalé d’un excellent billet.
    La restriction en nombre est heureusement compensée par la qualité, ce qui n’est pas un abaissement implicite du régime précédent.
    Et la moyenne d’un commentaire /3 mn à peine montre que son public apprécie.
    Encore merci !

    1. Le Gnôme

      « Je suis l’Empire à la fin de la décadence,
      Qui regarde passer les grands Barbares blancs
      En composant des acrostiches indolents
      D’un style d’or où la langueur du soleil danse. »

      Mais, à la différence du poème de Verlaine, les Barbares ne sont pas blancs et on ne compose plus guère d’acrostiches.

  18. Aristarkke

    A propos d’impôts, je signale à tous que le radar fixe, A6 vers province, au niveau de Ris Orangis, a été nettoyé de ses tags hier après-midi et qu’il semble à nouveau opérationnel. En revanche, le discriminant juste avant la grande courbe de Chilly-Mazarin et celui de la cuvette de Savigny/orge sont toujours taggés…

    1. Calvin

      Il faudrait des drones assez puissants pour peinturlurer les radars, y compris les mâts dont ceux des tronçons.
      Pénible ce racket mafieux.
      Et la police ne fera rien.

      1. Pythagore

        ih ih très bonne l’idée du drone 🙂 les gros que l’on trouve en magasin doivent largement pour porter une bombe de peinture, manque plus qu’un cerveau moteur pour activer la bombe et hop, le RPS est en marche (pas RPS, mais RPS=Remote Painting System).

    2. Citoyen

      C’est précisément pour ça, que les petites mains dévouées pour la cause, devraient faire en sorte que les machines à racket ne soient plus réparables …
      Tant qu’à s’investir, autant être efficace …

  19. taisson

    H.S.!
    Je viens de récupérer ma connexion , après 5 jours de panne ! Zone « blanche » (c’est vrai… aussi!) , pas de 4g non plus, le bonheur est dans le pré!!

    Et j’ajoute aux différent commentaires, que j’avais déjà dit il y à pas mal de temps que ce pays ne fera pas l’économie d’un passage par « le communisme », quelque soit le nom qu’on lui donnera…officiellement .
    Et il faudra au moins 50ans pour s’en débarrasser une fois qu’il sera officiellement installé.
    Les années de collectivisme actuel ne sont pas dans le décompte !!

    C’est à dire que personne n’en verra la fin parmi les fidèles d’ici.

    Tout ça pour dire que ceux qui pensent hâter la fin en votant à gauche se gourent une fois de plus !
    Ils pensaient déjà le faire en virant Sarko, et on à eu Flamby ! La trahison de la fausse droite nous à donné Micron….
    Et l’impossible chute rêvée du système nous donnera immanquablement un truc genre Mechancon !
    Je ne défend pas Micron, mais il faut bien reconnaître que qui que ce soit ne disposant pas de la bienveillance de l’armée et de la police, et n’ayant pas à peu près 500000 militants prêts à tout et formés au combat, et aussi capables d’assurer les fonctions essentielles transport /énergie/justice à la place des foncs actuels, ne peut rien changer dans ce pays.
    Le système à verrouillé toute voie légale, simplement parce que la propagande empêche de concevoir autre chose !
    Tout autre voie que le collectivisme redistributeur est un pêché…
    Inutile de croire que la chute est proche…Il faudra d’abord essorer tous les avoirs des Français, et vendre tout ce qui peut l’être!
    Ensuite, on utilisera la jalousie et l’envie ( Vs GJ.) pour mater les « riches » (la limite des riches sera mise de plus en plus bas..), ou simplement ceux qui ne sont pas trop d’accord.
    Ensuite ils exciteront les « chances  » contre ces vieilles populations « bourgeoises » !
    Façon Mao…Qui reste une idole de jeunesse de beaucoup de nos « responsables » …
    La classe « dirigeante » à encore pas mal de cartouches à tirer!
    Sa résilience est bien plus grande que l’on ne pense, Et tout est bien foutu !!

    1. Passim

      « La classe « dirigeante » à encore pas mal de cartouches à tirer! »
      Mais il suffit d’une pour en supprimer un exemplaire, et faire peur à d’autres.
      Ça s’est vu…

    2. Pythagore

      @Taisson, je ne sais pas si votre propos consiste à dire que tout changement est impossible, mais j’avoue que ce mantra m’horripile. J’ai vu passé des dizaines de dirigeants ds ma boite, qui expliquaient que le changement était difficile, et effectivement ceux-là n’ont jamais rien changé, et puis j’en ai vu d’autres (rares) qui eux ont changé les choses.
      Lorsque Macron dénigre les francais en permanence, ca vous donne envie de changer à vous ? moi pas, juste pour le principe.
      Le changement, ca demande bcp d’écoute, bcp de stratégie, et d’être moins imbu de sa personne, tout ce que nos Enarques n’ont pas.
      Exemple concret: le RIC est une revendication claire des GJ, une des rares. Macron le rejette d’avance en bloque. Une stratégie aurait pu consister à l’accepter tout en mettant d’autres réformes moins populaires en regards. Du donnant-donnant. Quedal rien, j’en veux pas na. Attitude de gamin.
      Ce type est censé avoir négocié des fusions de grosses entreprises. Ben elles sont où ses compétences de négociateur ? Je ne vois qu’un tyrant ancien VRP de chez omo, qui nous vend son non-programme en permanence.
      Ce n’est pas de la négociation, ce n’est pas de la gestion, c’est de la nullité en barre.
      Les mérdias de gauche, lorsqu’Onfray arrive, baissent la queue, car il les renvoie à chaque fois dans leur 31, et pourtant ils ne lui font pas de cadeaux.
      Comment se fait-il que ce soit le seul capable de faire ca, ils sont où ts ces communicants grassement payés ?
      L’absence de changement est juste le reflet de l’incompétence crasse de nos politiques.
      Si ces types étaient à la tête d’entreprises privées, elles couleraient les unes après les autres.

      1. Passim

        « j’en ai vu d’autres (rares) qui eux ont changé les choses »
        D’où la formule : ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.
        À propos d’Onfray. C’est quelqu’un qui ne sait plus très bien où il habite, mais il sait d’où il vient, et le dit assez bien. Face à des gens qui n’ont jamais habité nulle part, ça suffit pour les impressionner.

        1. Le Gnôme

          Onfray fit longtemps partie du camp du bien, il en connait les travers et les éléments de langage qu’il retourne facilement contre lui. C’est ce qui fait une partie de sa force, avec une culture qui dépasse aisément celle du folliculteur habituel des feuilles de chou stipendiées.

            1. Val

              @h16 et du christianisme , sinon je l’aime bien en pourfendeur de totems , tres christique comme posture , il fait du jésus sans le savoir 😉

            2. Le Gnôme

              Certes, mais la culture française a largement fait l’impasse sur le libéralisme qu’elle méprise faute le le connaître. Ils sont d’une époque où seul le marxisme était enseigné et où il vallait mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron.

              1. Et donc ça justifie de pontifier sur le libéralisme sans en avoir jamais fait l’étude un minimum sérieuse ? Allons. Récemment, Onfray a fait l’effort d’arrêter ses âneries statolâtres, tant mieux, mais il continue de sortir assez régulièrement la purée antilibérale qu’on lit partout ailleurs…

                1. durru

                  C’est surtout qu’ils confondent (pas que Onfray) le libéralisme avec le capitalisme de connivence que certains jeunes premiers se sont évertués à présenter comme « libéralisme ».
                  Quand on pense à ce que « liberal » veut dire aujourd’hui outre-Atlantique…
                  Cela relève une certaine paresse intellectuelle, sans aucun doute.

                2. Passim

                  Je suis d’assez près (sur internet) les débats politiques. Le mot de « libéralisme » y est constamment employé sans jamais être défini. Il est critiqué pour ce qu’il contiendrait de libre-échangisme sans limite.
                  Il n’y a personne pour rappeler, avec Maurice Allais, que « Le libéralisme ne saurait être un laisser faire ». Et que : « Pour l’essentiel le libéralisme ne se réduit pas à une doctrine économique. C’est fondamentalement une doctrine politique dont l’essence est de définir les conditions sous lesquelles les hommes peuvent vivre ensemble. L’organisation économique n’en constitue qu’un chapitre. »
                  La rapport entre libéralisme classique et minarchisme est totalement inconnu.
                  C’est désolant, mais c’est ainsi : il faudrait peut-être abandonner le terme de « libéralisme » en raison de sa polysémie, qui fait de toute discussion à ce sujet un dialogue de sourds.

      2. taisson

        @ Pythagore 9 février 2019, 0 h 00 min

        « Si ces types étaient à la tête d’entreprises privées, elles couleraient les unes après les autres »
        100% d’accord, mais ce pays n’a malheureusement jamais été géré, même de très loin, comme une entreprise !
        « L’absence de changement est juste le reflet de l’incompétence crasse de nos politiques. ».
        Un peu, mais pas que…
        La plupart d’entre eux sont très capables, mais ils n’utilisent leurs capacités que pour perpétuer un système dont ils profitent avec leur caste.
        Leur caste qui à bien su aider les électeurs à les choisir !
        L’incapacité pourrait être une excuse, mais pas quand on le fait exprès !!
        Le seul changement accepté c’est quand il va vers plus de marottes dites « de gauche ».
        C’est la que l’on trouve le mantra collectif mis dans la tête de tous les Français depuis 1/2 siècle !!

        Quand à l’attitude de macron en vieux chef de ventes retors, c’est bien observé !! On sent l’expérience…

        Pour changer, il faut encore avoir un certain consensus…Or ce pays, déjà rongé par la jalousie, excitée par les pseudos révolutionnaire d’abord, puis par tous les « jacassants », médias, artistes, profs, juges, qui n’ont de cesse de démolir les « bourgeois » (autres qu’eux mêmes, bien sur)
        ce pays, à vu la relative homogénéité des sa classe populaire détruite définitivement par le chômage de masse et l’émigrationisme fou, inculqué comme « bien » depuis la petite enfance !!
        Aucun consensus raisonnable n’est plus présent, à part réclamer plus de fric et moins de capitalisme !! on voit le niveau de cohérence!
        En résumé, je ne fais que constater qu’un changement autre que d’officialiser le communisme (terme simplificateur…) n’est pas possible sans disposer des forces décrites dans mon précédent commentaire.

        Il est évident que la conjonction de ces forces n’existe pas aujourd’hui.
        Rien que pour trouver des personnalités médiatiques qui ne s’affichent pas « de gauche » c’est difficile : Onfray et Zemmour, brocardés partout, et juste invités de temps en temps pour faire croire à la pluralité !
        Le « débat » actuel n’à pas d’autre finalité réelle que d’assurer la campagne européenne de Macron et de cristalliser sur la peur du « populisme ».
        Le seul camouflet possible c’est de voter massivement RN !!
        Tout en sachant que ça ne changera pratiquement rien…
        Pour trouver de l’espoir la dedans, il faut une sacrée dose d’optimisme !!
        Foutus, je le dis et je le maintiens!!

        1. Pythagore

          « Pour changer, il faut encore avoir un certain consensus »
          Oui. Un consensus, ca se crée, et c’est ce que j’attend de l’opposition.
          Onfray raconte ds chaque interview à 80% la même chose. C’est comme une récitation de mantras.
          Regardez la gauche lorsque Sarko était au pouvoir, ds ttes les interventions, n’importe quel politique de gauche ressortait systématiquement le mantra « les riches, les pauvres ». Maintenant, on nous sort « la planète, on va tous mourir ».
          Pour les politiques de l’opposition, y sont où les mantras ?
          Le mantra de Onfray c’est girondisme contre jacobisme, il le sort à chaque interview. Démocratie locale, décentralisation, contre centralisation du pouvoir.

      3. Val

        @pythagore Il y a juste un hic : qui vous dit que Macron a un quelconque pouvoir ? J’ai personnellement assisté de tres pres à l’echec d’un ministre -maintenant mort- qui voulait (vraiment) changer l’ed nat . Il y croyait dur comme fer, pourtant ce n’était pas un perdreau de l’année. Et … plouf . L’exemple Madelin est aussi assez intéressant : il s’est rendu compte qu’il ne détenait aucun pouvoir . Nous avons une administration a structure soviétiforme : le pouvoir n’est pas détenu par celui qui fait figure de chef , le pouvoir est ailleurs dans les réseaux : syndicats etc . et ces réels pouvoir là ont un immense pouvoir de blocage. Dans le privé le changement est difficile mais possible : la hiérarchie est claire , le patron a un réel pouvoir. « Si ces types étaient à la tête d’entreprises privées, elles couleraient les unes après les autres » : j’approuve des deux mains ! D’ailleurs les entreprises publiques coulent les unes après les autres !

        1. albundy17

           » le pouvoir est ailleurs dans les réseaux : syndicats etc »

          Pas même, leur seul pouvoir est la facilité de l’immobilisme.

          Il y a un tel carcan de lois contradictoires qu’un « homme providentiel » se ferait retoquer chacunes de ses décisions par l’un ou l’autre CS, CC etc, même si ceux ci y seraient enclins.

          Le pays crève avant tout de de ses codes Multi couches inscrits ds le marbre.

          Faudrait péter les tablettes et repartir d’une feuille blanche, la complexité est au moins un ingrédient majeur de la chute de toutes les anciennes civilisations.

          Nous avons eu un avant goût d’exemple avec la complexification des produits financiers en 2007: plus personne pour y comprendre quoi que ce soit, sauf le sentiment sourd qu’il vaut mieux s’en débarrasser. Y’avait un cabinet d’avocat d’affaires allemand qui avait tenté d’éplucher un CDS, ils ont abandonné au bout de 5-6 mois, (une trentaine de juristes) trop de ramifications et de recherche ds les archives, avec des tout et leurs contraires.

          Enfin, je n’ai pas l’esprit et les mots pour expliquer ma pensée

          1. durru

            Merci, c’est très bien dit, le pouvoir de l’administration réside dans la complexité des structures et des normes et c’est à la fin sa seule défense. L’entre-soi absolu fait le reste.

          2. Pythagore

            « Faudrait péter les tablettes et repartir d’une feuille blanche »
            +1000, c’est aussi mon avis.
            Ds les « débats » avec Macron, il y a une maire, qui expliquait qu’elle n’en pouvait plus des changements permanents de lois, qu’elle n’arrivait pas à suivre. Les politiques de l’opposition ont-ils relevé ??? Qui en parle ?

        2. Pythagore

          @Val: oui je suis tout à fait d’accord, je ne prétend pas que c’est facile, mais je crois que c’est possible. Le ministre a un pouvoir, c’est lui qui a les cordons de la bourse.
          Réseautage: oui, c’est ce qu’a fait Macron lorsqu’il était ministre. Il a passé son tps à se créer des réseaux.
          L’erreur fondamentale, AMHA, que j’ai vue souvent répétée, c’est de vouloir changer par le haut sans au moins avoir une partie de la base avec soi.
          Un ministre de l’edNat qui voudrait changer quelque chose, devra d’abord fédérer ses troupes, ceux qui sont prêts à le soutenir. Et lorsque je lis le blog de Brighelli, il y a en des enseignants qui veulent changer les choses. Le problème, c’est que c’est probablement jamais ceux que l’on entend (comme la majorité des électeurs qui ne votent plus), et les fédérer est un boulot de titan.
          Il est aussi possible de dire ouvertement au JT20 « personne ne veut rien changer, mon plan est refusé donc je ne changerai rien ». Perso à mon tout petit petit petit niveau, j’ai déjà utilisé ce genre de discours, et avec les bien-pensants, ca marche très bien, car l’idée de laisser ouvertement pourrir leur est insupportable, y faut que ca brille, même si ce n’est que de l’affichage.
          Ce ne sont qq axes de réflexion, peut malheureusement pas tt taper, discussion très intéressante en tout cas.

          1. Pythagore

            Ah! oui j’oubliais un truc. L’idée même qu’ont les politiques d’arriver avec un plan tt fait et de l’annoncer au JT20 est, tjs AMHA, une erreur fondamentale. Avoir un plan oui, mais ne surtout pas l’annoncer. D’abord consulter, écouter ce que les gens ont à dire, de quoi ils se plaignent, ce qui permet de monter un argumentaire qui est raccord avec le vécu des gens, et non pas complètement hors-sol comme nous le vivons régulièrement avec nos élites.
            Comment peut-on annoncer au JT20 aux cheminots, que le gvt va changer leur statut, sans leur en avoir parlé « personnellement » avant, sans avoir discuté longuement en interne avant ??? C’est un manque total de respect, et même le plus convaincu se braquera, moi je le ferais en tout cas.

              1. Pythagore

                Oui, malheureusement je n’ai jamais vu de ministre, de PDG ou des représentants de la SNCF ni même de syndicalistes aller au devant des clients.

                1. Deres

                  Ce ne sont pas des clients, ce sont des usagers pour eux. La différence n’est pas que subtile. Elle contient en elle la notion de monopole et d’obligation d’utilisation.

    1. Citoyen

      En distribuant l’argent des contribuables, il essaie de faire oublier ses conneries du racket à 80 … il tente la diversion … la technique de l’écran de fumée …

      1. albundy17

        Y’a aussi le macron qui a promis pas mal de thunes pour les assoces « intégrations », il va bientôt inviter Théo à l’élysée, ptet

      1. sam player

        😀
        Ce qui est intolérable c’est qu’une entreprise qui a profité du monopole et qui en retire encore des bénéfices puisse venir concurrencer ses propres clients sur leur marché.
        Idem avec la SNCF sur le marché des bus… surtout elle qui profite toujours de subventions : les bus privés subventionnent leur concurrent.

    1. Pythagore

      « Face à l’exode (certes lent mais continu) de ses abonnés, EDF se diversifie….. »
      Et ils vont les abonnés vu qu’il n’y a qu’un seul fournisseur en France, ou alors y aurait-il une ouverture à la concurrence que j’ignorerais ?

    2. sam player

      Ça me rappelle la SNCF qui rachète le leader du covoiturage il y a 7-8 ans et qui détruit complètement l’entreprise jusqu’à la valeur zéro.

          1. Pheldge

            Euh, j’voudrais pas avoir l’air mai disant, mais certains responsables politiques, genre ceux qui font des photos avec des mecs backs torse nu, ou qui invitent DJ et travelos pour faire la teuf, ils doivent pas avoir de problème avec un noircissement dudit … 😉

  20. Laurin des meilleurs

    La France est un pays riche. Prenons la balle au bond .80% des Français sont favorables à l ISF alors rétablissons cet impôt avec une assiette plus large qui taxerait 80% des foyers fiscaux. Ils sont pas beaux les sondages !

    1. sam player

      Tout à fait : selon le principe que charité bien ordonnée commence par soi-même…

      Ça serait rigolo : « chers compatriotes, vous vous êtes exprimés sur la pertinence de l’ISF, en l’approuvant à 80%, et donc sans attendre, dès aujourd’hui je vais satisfaire votre demande en abaissant la base d’imposition à 1€ afin que tout le monde le paie puisque tel est votre demande. Bien à vous, Manu II. »

      1. albundy17

        Ce serait marrant, tout ces gens tout à coup concernés, « heu, mais j’avais pas dit ça » ^^

        Pis aussi, taxe à 75 % sur tout les western union (c’est pour luter contre le terrorisme)

  21. pabizou

    Cette fois le pape est tombé sur la tête « confessez vos péchés envers la terre » . Il est foutu, va falloir le piquer d’urgence avant qu’il souffre .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.