[Redite] Des élus de plus en plus dangereux

Article initialement paru le 22.06.2018

Un an s’est écoulé depuis le constat effarant que les élus et les responsables politiques français étaient passés avec souplesse du statut global d’incompétents à celui plus gênant encore de dangereux. Depuis, la situation s’est heureusement nettement améliorée : Bruno Le Maire a amplement prouvé qu’il pouvait réussir certaines choses comme empêcher la fusion de Renault avec Fiat-Chrysler ou qu’il pouvait parvenir à un accord de budget pour la zone euro qui se traduira essentiellement par … de nouvelles taxes, ce qui tombe vraiment bien dans un pays en plein boom économique…

En France, l’administration fait, tous les jours, d’immenses dégâts et, comme un occupant intérieur, prélève une dîme chaque année plus lourde. Cependant, sa frénésie de tabassage fiscal doit beaucoup à cet esprit ponctionnaire débridé qui souffle au sein de son appareil de direction : chaque jour, à côté d’une inculture économique consternante, nos élus nous font la démonstration d’un état d’esprit totalement vicié.

Et il n’y a guère besoin d’aller chercher bien loin puisque chaque semaine, que dis-je, chaque jour amène son lot d’âneries affolantes proférées par l’un ou l’autre personnage politique d’importance relative.

Ici, il serait facile d’exhiber des exemples particulièrement comiques en tapant dans l’immense vivier de populistes d’extrême-gauche dont la réputation en matière d’inculture économique n’est plus à faire. Dans l’une ou l’autre saillie où le populisme s’y disputera l’indigence du raisonnement sous-jacent, on trouvera toujours une bonne raison d’aller saboter un pan de l’économie sous des prétextes fallacieux mais électoralement vendeurs.

Dois-je réellement m’appesantir sur le dernier tweet de Jean-Luc Mélenchon lorsqu’il se demande, pas suffisamment in petto, si l’argent fait le bonheur et si, quelque part, il ne faudrait pas arrêter un peu d’accumuler bêtement, oubliant (commodément ou par simple absence de raisonnement) que c’est précisément l’accumulation de capital qui a permis, depuis l’aube des temps, de sortir l’humanité de sa condition animale et du dénouement qui s’y rattache ?

Si l’on n’est guère étonné de trouver ce genre de propos chez quelqu’un qui se fait fort de confisquer tout ce qu’il pourra (et d’accumuler pour lui et sa clique – l’accumulation, dans ce cas là, ne le rendant pas morose), on pourra s’inquiéter un peu plus en découvrant les opinions aussi informées que frappées au coin du bon sens avec 3g d’alcool dans le sang d’un certain Guillaume Peltier, occulté jusque-là, dont on a la tristesse d’apprendre qu’il est vice-président des Républicains, poste qu’il aura décroché probablement à la suite d’une épique partie de beer-pong (je ne vois guère d’autre explication possible).

Et pour ce Vice caché jusqu’à présent, il faudrait très clairement augmenter le SMIC de 10, 15 voire 20% : eh oui, puisqu’avec 1100 ou 1200 euros par mois, il est difficile de vivre en France, l’individu propose un électrochoc en augmentant le salaire minimum d’une façon musclée, tout en prétendant rééquilibrer cette hausse par « une baisse des charges drastique » sur ces salaires. Qui sont déjà, très largement, particulièrement allégés de charges.

Autrement dit, outre l’absence assez inquiétante de connaissance du sujet spécifique du salaire minimum en France, le frétillant demi-président nous démontre une méconnaissance dramatique d’une règle de base de l’économie : si vous contraignez artificiellement un prix à la hausse, vous créez, mécaniquement, des frictions dans le marché correspondant et accroîtrez inévitablement les inefficacités. En d’autres termes, le coût de l’emploi augmentant, vous allez créer encore plus de chômeurs.

Mais le politicien n’en a cure. Tout comme Jean-Luc et ses saillies ridicules à faire pousser des dents de travers, le brave Guillaume sait qu’on attrape plus de mouches électorales avec une pinte de populisme qu’avec une goutte de réalisme.

Heureusement, ni le premier ni le second ne sont au pouvoir. Il n’y a rien de plus dangereux qu’un populiste au pouvoir, surtout s’il se double d’un parfait crétin ou d’un inculte chimiquement pur en économie. Le Vénézuéla en fait les frais tous les jours, le Zimbabwe avant lui et la France n’y échappe pour le moment que par la grâce d’un énième concours de circonstances pas trop défavorables.

Mais voilà, la chance finit toujours par tourner.

Après tout, nous avons Bruno Le Maire comme ministre de l’Économie, et ce type n’a manifestement jamais été équipé pour en parler, l’analyser et à plus forte raison, la comprendre.

En témoigne la dernière enfilade d’imbécilités qu’il a proférées avec un aplomb que seuls peuvent afficher les innocents aux mains pleines et aux crânes vides.

Ainsi, pour ce minustre, aucun doute : il faut taxer Amazon, il faut taxer leurs livraisons, et puis c’est tout.

En cela, il rejoint donc avec une belle vigueur de vainqueur le train des sénateurs parti un peu avant lui qui ont décidé de fusiller ce qui restait de commerce en France, et de réintroduire une forme pas du tout subtile d’octroi dans nos villes et nos campagnes. On attend avec gourmandise les subventions aux troubadours et autres jongleurs que la République réintroduira pour ce nouveau Moyen-Âge festif, citoyen et un tantinet rigoureux que nous dessinent Bruno et sa brochette de déconautes de l’économie.

Pour entrer en politique, il faut une confiance en soi absolument inoxydable. Ce trait permet de sélectionner les plus obstinés, et la frontière est fine avec les plus bornés. Frontière que Bruno franchit allègrement, tel un réfugié de l’économie alternative franchissant une véritable Méditerranée de concepts foireux sur le petit pédalo de son intelligence : non content de vouloir fusiller Amazon et l’e-commerce français dans le même pédalage vigoureux, le voilà qui s’en prend avec finesse à la rémunération de l’ex-PDG de Carrefour.

Eh oui : alors même que Bruno Le Maire n’a jamais été bénévole toutes ces années où il a sévi en politique (ce qui aurait mis son salaire à la hauteur de ses réussites), voilà celui qui est parvenu 5ème sur 7 candidats de la Primaire républicaine avec un imposant 2.36% distribuer des bons et des mauvais points à quelqu’un dont la rémunération dépend, au final, du bon vouloir d’actionnaires dont Bruno n’est normalement pas responsable.

N’en déplaise à Bruno, les rémunérations octroyées par Carrefour à ses dirigeants ne le regardent en rien et ne regardent que les propriétaires légitimes de cette entreprise privée qui finirait, magie du marché, par une faillite méritée si elle persistait à payer n’importe qui n’importe comment.

Faillite que Bruno n’envisage même pas, ce concept ayant été soigneusement gommé tant dans les administrations où il a laissé ses traces que dans toutes les boîtes où l’État met ses doigts boudinés et qui sont devenues littéralement impérissables, par la force des interventions catastrophiques de Bruno et de types de son « calibre » avant lui.

Ce faisant, le ministre de l’Économie intervient, encore une fois, dans un domaine qu’il ne maîtrise en rien, ce qui ne manquera pas de déclencher, un jour ou l’autre, des effets indésirables. Eh oui : un incompétent au pouvoir, c’est toujours dangereux.

Et ici, je ne parle malheureusement pas de prospective ou d’hypothétiques dérapages malencontreux, mais bien de faits certains et de conséquences inéluctables avec lesquels nous devrons vivre des décennies durant, de la même façon que nous vivons, ici et maintenant, avec les conséquences catastrophiques des colliers de nouilleries que les brillants prédécesseurs de Bruno ont enfilées avant lui.

Il me suffira, pour illustrer ce propos et conclure cet article, d’exhiber la dernière trouvaille du Conseil Constitutionnel dégotée par un Laurent Alexandre effaré (et il n’est pas le seul), et de constater que oui, décidément, avec ce genre d’olibrius aux commandes, ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires46

    1. Calvin

      Et parce qu’il faudra s’attaquer à la seule obsolescence programmée avérée : celle des politiques changeant normes, règles, durée de vie de nos biens…

    2. Léo C

      Malheureusement, légiférer impose d’impliquer ces mêmes élus pour ce faire; les dégager est pourtant la seule mesure salutaire.

      La colère de la rue, on a vu ce que ça a donné; le Conducător est encore plus puissant maintenant, surtout depuis le score des khmers verts le 26 mai, dont il a l’appui.

      Le seul moyen qui nous est offert, législativement parlant, est d’attendre 3 ans; un autre serait d’aller le chercher puisqu’il nous en avait déjà priés après le scandale Benalla.

      Là, ce serait la vraie colère, celle de ceux, lassés d’être tondus, accablés, négligés et laissés en pâture à tous les factieux et trublions naturels, bien trop en cour depuis trop longtemps.
      Ils ne se contenteraient plus de stationner à un rond-point et barrer la circulation.
      Avec nos banlieues fleuries, pépinières instituées de cette riante diversité, qui s’en mêleraient, ce serait au complet.

      Scenario tout à fait plausible.

      1. pabizou

        Pour les kmers verts, c’est peut-être hasardeux de s’appuyer sur 6.7%, au premier désaccord, ça deviendra vite casse-gueule

        1. Aristarkke

          Il n’y a pas tant de choix possibles non plus pour faire la fine bouche. Le seul impératif est de réunir davantage de voix que le RN, pas de réaliser un score d’anthologie.

  1. pabizou

    Il y aurait de quoi avoir le sourire H/24 si ces crétins ne sévissaient pas à nos frais . Heureusement le mur du con approche à grandes enjambées et les merles ne vont pas chanter comme les grives in éternam …

      1. Der Spountz

        C’est la définition dur mur du con. Seuls les gros cons.tribuables sont fracassés, tandis que l’élite qui est si minuscule, comme un photon euh phocon, euh vrais cons (elle est quantique hein, en même temps à droite et à gauche, ubiquitaire) passe au travers sans dégâts. Au pire cela rougeoit un peu. Le vert vire au rose, le rose au rouge. Le redshift politique.

        1. pabizou

          Je viens de lire le billet de C. Gave, je ne sais pas s’il a raison ou pas mais si c’est le cas, il est très possible que pour une fois ce ne soit pas seulement les payeurs du pizzo qui trinquent grave .

    1. kekoresin

      Oui Calvin, nuls avec la morgue du connard qui souffre sans le savoir d’un sentiment de supériorité. Ainsi, ils dictent aux non sachant comment manger, conduire, parler, penser, boire, baiser et chier droit. Car eux SAVENT contrairement au troupeau qu’ils s’évertuent à cantonner dans une niaiserie propagandiste, troupeau persuadé qu’il a besoin d’eux pour résoudre des problèmes qu’il n’aurait jamais eu sans eux.

      1. Calvin

        Le troupeau français, ces veaux disait-on, est désormais ce qu’on pourrait appeler un cheptel si(da)mmenthal.
        Les hormones sont remplacées par de la morphine apaisante à base de socialisme.

      2. MCA

        @kekoresin 16 juin 2019, 12 h 21 min

        Ca me rappelle la définition du mariage : résoudre à deux les problèmes que nous n’aurions jamais eu si nous étions restés célibataires.

  2. kekoresin

    Il faut analyser les racines du mal français. La quantité astronomiques d’élus de tous poils provient en grande partie d’un monde à part. La plupart sont vomis par l’éducation nationale, la fonction publique ou le syndicalisme. Parfois on a droit à une synthèse des trois, de loin les plus nocifs. Ces cancrelats croient qu’ils sont utiles à la société à laquelle ils consacrent toute leur énergie, comme les tiques sur le chien s’évertuent à sucer le sang en transmettant des maladies potentiellement débilitantes voire mortelles.

    1. Calvin

      Pas étonnant que les communistes aient mis la main sur l’EdNat, la FP et les syndicats.
      Ils se sont écartés du pouvoir exécutif immédiat mais ont placé leur idéologie de manière durable à force de baisse du niveau, de déni de la réalité, de taxes et de lutte contre le capitalisme.

    1. Pythagore

      Dans son tweet, il parle des « très » riches, pas des riches. Apparemment, il sait à quelle catégorie il appartient.

  3. Makalioka

    À nouveau un bel article H16!
    Dans la lignée productive, lucide et documentée de ses prédécesseurs;
    qui plus est, avec une plume trempée dans du vitriol dilué pour notre plus grand bonheur (si le vitriol est miscible), ce qui à mes yeux est indispensable, vu le contexte ambiant.
    Ainsi que l’écrivait ce matin « pabizou », tout ceci serait infiniment risible, si nous n’étions point les dindons de cette longue et bien insipide farce.

  4. kekoresin

    Bon dieu! Heureusement je me soigne de toute cette connerie étatique foireuse. Je sors de table avec en apéro un petit Glenfarclas 18 ans de tonneau avec poulpe et crevettes grises pour picorer. Moules de bouchot et langoustines fraîches avec un entre deux mers épisiotomie (qui déchire sa mère). Cote de bœuf tapée à l’huile d’olive et gros sel de Guérande + patates de Noirmoutier le tout arrosé d’un château Grand Abord 2009 épisiotomie, gâteau d’enfer, fromage, petite(s) prune(s) artisanale(s) de contrebande. Manquait plus qu’un petit souffle d’air tiède sous les couilles et c’était le paradis. Peut-être pour ce soir?

    1. albundy17

      « Peut-être pour ce soir? »

      Cette nuit, au pire.

      Je n’huile pas mes viandes passant au BBK, les flammes sont chiantes à gérer, juste tartinées au gros sel une bonne demie heure avant.

      Les Graves, c’est gravement délicieux ^^

      J’ai un faible pour les pessac léognan ces derniers temps

      1. Val

        @Ali goté Bon tu te rattrapes avec les vins ,ouf , j’ai eu peur que les gauchistes n’aient eu raison de ton palais avant de t’attaquer les neurones

        1. albundy17

          rhoo, t’es de mauvaise foi ^^, Tu as d’abord abondé ds mon sens sur les cultures légumières du jardin pour te rallier pour une raison inconnue à l’agité d’Oléron dont la courgette serait meilleure que celle de lidl..

          1. MCA

            Il ne s’agit pas de « raison inconnue » mais de la raison tout court.

            Sèche tes larmes, c’est bientôt ton tour… :o))))

  5. albundy17

    politis.fr/articles/2014/11/juncker-au-centre-dun-scandale-fiscal-impliquant-340-multinationales-28907/

    Naannn, jle crois paaas ^^

    Les cons découvrent :mrgreen:

    On sent que junkie est sur le départ, ça va se lacher ^^

    1. Der Spountz

      Extrait :
      Que ces mécanismes d’optimisation fiscale soient légaux n’en diminue pas le scandale à l’heure où l’Union européenne et ses États membres réclament sur tout le continent à leurs citoyens de se serrer la ceinture au motif qu’il n’y aurait plus d’argent dans les caisses.

      1. sam player

        Trop “rigolo” le truc sur le deep learning…
        Autant une administration doit rendre des comptes… autant une entreprise privée devrait pouvoir faire ce qu’elle veut sans nécessité de motiver.
        Il me semblait que Postbac ne respectait justement pas la règle intelligible ? Faites ce que j’dis… pas ce que j’fais..

        1. sam player

          Commentaire égaré… bonsaï m’a jeté un sort…
          (aparté: ça fait un moment que ça me fait ça, c’est parce qu’en faisant défiler les commentaires, mon doigt accroche un “laisser une réponse” et quand je veux vraiment faire un comm’ c’est celui accroché par mes gardes qui reçoit le comm’.
          J’ai l’impression que le container des “laissez une réponse” s’est agrandi, un peu comme sur les pubs: vous cliquez à côté et… raté)

  6. pabizou

    Ouaip, ou une sciatique …c’est arrivé à l’insu de son plein gré, pas pu réfléchir tellement il avait mal, la preuve, il tenait plus debout .

  7. Der Spountz

    Les gens comme Bruno (Chanel -…) sont du genre con.très productifs 😉
    ils adorent aller dans le sens des braillards et ne n’osent jamais les contredire.
    ils ne prennent aucun risque pour ne pas se faire éjecter du dessus de la curée.

    1. pabizou

      Le temps n’est peut-être pas si lointain que cette façon de construire une carrière de parasite se termine . 50% d’abstention sera à un moment ou un autre la porte ouverte au rejet de ces crapules et il n’est pas impossible que le risque de la remise en cause du suivisme et du politiquement correct puisse rebattre les cartes plus vite que beaucoup le pensent . La patience des peuples n’est pas infinie … Wait and see

      1. Der Spountz

        Je croise les doigts pour que cela arrive dans peu de temps. Pas dans 20 ans.
        En attendant, les humoristes peuvent s’en donner à coeur joie.

  8. glot

    A propos des élus dangereux, je voudrai vous demander un conseil.
    Le maire de ma commune (dans le but de se faire réélire et pour flatter son électorat traditionnel qui, en général, habite en maison individuelle) a décidé de ne plus attribuer de permis de construire aux promoteurs pour une durée indéterminée.
    Son électorat conservateur applaudit cette décision.
    En revanche, moi ça ne m’arrange pas du tout car j’ai un promoteur qui m’offre 3 fois le prix estimatif de ma maison si je la lui vends pour démolition.
    Mais le hic c’est qu’il a parlé du projet immobilier en mairie et on lui répond, « n’y comptez pas, pour l’instant pas de nouveaux immeubles sur la commune. »
    J’estime que c’est une atteinte au droit de propriété et au droit de vendre à qui on veut, dans la mesure où le projet du promoteur est bien conforme au nouveau PLU
    Qu’est-ce qu’on peut faire contre cette décision purement politique et quasi illicite, de faire barrage aux promoteurs et d’empêcher des ventes financièrement très intêressantes, de particuliers aux promoteurs.

    1. sam player

      Un maire ne peut pas s’opposer à un permis de construire conforme au PLU.
      S’il a pris un arrêté… il faut attaquer l’arrêté, le préfet devrait pouvoir intervenir dans un premier temps.

  9. jsp

    J’ai découvert le mot « pompolite » dans le roman d’Isabelle Autissier « oublier Klara »
    Sur un bateau (de pêche par exemple) à l’époque stalinienne, c’était un commissaire politique qui avait le grade d’adjoint du capitaine . Un film bulgare en parle Pompolitique = Politics Mate – Before and After : Politics Mates were functionaries of the ruling political, communist party with the rank of a captain’s mate.Politics Mates were responsible for political propaganda. They were called the « drones of the ship », « parasites » and « unnecessary ballast » (résumé sur Imdb)

  10. Laville

    Mais ils se foutent de la France, des français et de la misère qu’ils déclenchent ou accentuent. Du moindre conseiller municipal au plus haut niveau leur seul objectif c’est de se cramponner à leur siège d’élus. Basta. N’attendez rien mais absolument rien de tous ces gens là.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.