Les fameuses méthodes des syndicats français

Petit-à-petit et pour ainsi dire « comme prévu », la France s’installe à nouveau dans l’un de ces innombrables épisodes de merdoiement intense où l’ensemble de la population va pouvoir goûter, d’une façon ou d’une autre, directe ou indirecte, à la mainmise des syndicats collectivistes sur le pays.

Et encore une fois grâce à l’inaction déterminante d’une petite poignée de privilégiés, toute la population va devoir grignoter les richesses âprement gagnées après guerre et pendant les Trente Glorieuses et dont il ne reste à peu près rien, comme en témoigne la paupérisation française actuelle.

Mais qu’à cela ne tienne : moyennant les bons messages répétés en boucle depuis des décennies, depuis ceux sur l’inévitable ultralibéralisme de la société française jusqu’à l’absolue nécessité de lutter contre l’abominable turbocapitalisme qui provoque la misère partout sur la planète, tout le monde en France est maintenant persuadé que la lutte (pas finale mais presque) des quelques syndicalistes bloquant des transports en commun pour conserver leurs petits et gros avantages doit absolument s’étendre à tout un paquet d’autres corps de métiers et que tout ça va très bien se terminer, forcément.

C’est probablement pour cela que les syndicats habituels ont décidé le blocage de certaines raffineries, d’aéroports, de centrales nucléaires ou de routes ainsi que des coupures de courant dans plusieurs villes de France, le tout dans une décontraction ahurissante des politiciens, des médias, des forces de l’ordre et, parions-le, de la justice qui ne verront dans ces actes qu’une simple expression un peu colorée du droit de grève bien gaulois grâce auquel la France vit dans l’opulence, la douceur de vivre et où tout se termine en chanson tsoin tsoin.

Cette décontraction est ahurissante autant par son ampleur que par son aspect répétitif. Non seulement, on peut garantir qu’il n’y aura aucune poursuite pour chacun des actes qui, pourtant et à chaque fois, constitue le viol clair d’une ou plusieurs lois et qui, dans chaque cas, a provoqué des pertes d’exploitation et des incidents en pagaille, mais on doit se rappeler que ces types d’exactions n’ont absolument rien d’inhabituel au pays des Droits de l’Homme et de l’Égalité pour tous.

Eh oui : en République du Bisounoursland, personne n’a le droit d’utiliser la force ou la violence, et surtout pas en parole au risque de s’exposer à des poursuites et des condamnations lourdes, sauf les syndicats qui ont, eux, un véritable blanc-seing de la part tant des autorités que des médias dont pas un n’aura le courage de dénoncer ces actes pour ce qu’ils sont, à savoir du terrorisme dont la définition est, pour rappel, l’emploi systématique de la violence pour atteindre un but politique.

cgt macron humanitéQuoi de plus politique que les buts que se sont fixés les syndicats ? Peut-on remettre en cause le caractère violent des coupures de courant, des blocages de sites, de routes et la paralysie d’un pays qui s’ensuit et dont la facture est, sans le moindre conteste, payée en vies humaines ?

En fait de dialogue social, la CGT et les autres syndicats suiveurs illustrent fort bien ce qu’ils signifient par là : ils parlent, les autres se taisent, écoutent, et doivent acquiescer (ou sinon…).

Dans ce cadre, les syndicats ne sont plus des partenaires sociaux puisque leurs actions relèvent du droit commun et ce n’est qu’au prétexte de vouloir arrondir les angles (encore une fois et comme depuis 70 ans au moins) qu’on va leur passer ces méthodes qui ne sont celles que de gangsters, de mafieux ou de terroristes.

Les mots semblent forts, mais si l’on prend la peine de se pencher sur les années passées, les faits permettent d’écarter tout doute : pratiques mafieuses, détournements de fonds, hooliganisme, vandalisme, et même CGT patron voyou alors que le syndicat est régulièrement responsable, directement et indirectement, de faire calancher des entreprises… (et donc de détruire de l’emploi, un comble pour un syndicat qui prétend le protéger).

Et à cette lamentable dérive mafieuse qui caractérise maintenant les syndicats français, on doit malheureusement ajouter la dérive politique qui consiste pour eux à contourner, violemment s’il le faut, les principes démocratiques et l’expression régulière du peuple.

En effet, aux pratiques de gros bras et aux comportements de nervis dans la rue correspond l’usage récurrent et immodéré du troisième tour social dans la vie politique. Pour ces individus, les référendums, les élections et le parlement ne semblent jamais avoir assez reçu l’onction du peuple : si le peuple a eu l’égarement de voter quelque chose qui se révèle contre les intérêts directs des syndicats, ceux-ci s’empresseront de se lancer dans l’un de ces fameux « troisièmes tours sociaux », pour faire plier le gouvernement, les parlementaires et finalement, le peuple-qui-vote-mal dans le sens qui plaît aux syndicats…

Et de troisième tour social en troisième tour social, les dégâts sont encore plus immenses que ceux, directs, provoqués par les blocages et les coups de forces que ces syndicats opèrent, car se joue en coulisse, discrètement, un quatrième tour social, celui de ceux qui, épuisés de batailler contre ces hordes privilégiées, finissent par quitter le pays : face aux emmerdements permanents, aux blocages, aux intermittents du transport, les vieux les plus sensés et les plus malins s’en vont profiter de leur retraite loin du tabassage fiscal français pendant que les jeunes profitent de leur liberté pour s’installer dans les pays qui fonctionnent correctement et ne pénalisent pas en permanence les citoyens ordinaires.

Malheureusement, même devant ces dégâts, aucun de ces abus ne sera réellement dénoncé, aucunes de ces exactions ne sera réellement poursuivie. Le pouvoir de nuisance des syndicats et des corporations qu’ils protègent ne sera jamais remis en question, même lorsque les pires abus sont pourtant constatés, car ils ont obtenu ces avantages précisément parce qu’ils ont un pouvoir de nuisance important. C’est celui-ci, accordé par lâcheté et calcul politique minable de court-terme, qui leur permet d’obtenir l’avantage en premier lieu, d’en user puis d’en abuser en second temps, et enfin de s’y accrocher avec la dernière des énergies comme on le voit actuellement, et même si cela doit être au détriment de la grande majorité des Français.

L’égalité dont se gargarisent nos dirigeants agit ici comme un but inatteignable, lointain et chimérique auquel, il faut bien le dire, aucune de ces brochettes d’incompétents ne croit, même vaguement.

Tout se déroule comme prévu, c’est-à-dire mal : la France a choisi, une nouvelle fois le merdoiement intense. Encore une fois, des millions de Français supporteront, sans rien pouvoir dire ni faire, les caprices d’une caste.

Combien de temps encore ?

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires210

  1. Le Gnôme

    La loi Le Chapelier de 1791 avait aboli les corporations, il faut croire que depuis, elles se portent fort bien, au grand détriment de ceux qui n’en font pas partie, le privé essentiellement.

    1. Pheldge

      l’égalité réelle s’il te plaît, Flamby a eu une ministre pour ça, une potiche idiote et prétentieuse, fifille à son beau-papa de député maire soce, repris de justesse …

      1. glot

        Ce que les Français, qui approuvent les grèves de transports et celles des enseignants, mériteraient c’est une situation comparable à la Grèce . Une fuite gigantesque des capitaux hors du pays et des distributeurs automatiques de billets limités à 20 euros par semaine.

        1. Deres

          Le fait est que quand la minorité devient importante, elle finit par avoir le soutien indirect de la majorité si ce n’est pas une caste étanche. En réalité, le bénéficiaires de régimes spéciaux ont des familles. Donc pour un million de personnes concernés, il y plusieurs millions de personnes qui les soutiennent par intérêt indirect. L’avis des personnes dont le conjoint est à la SNCF ou est enseignant est donc biaisé contre leur propre intérêt car ils pense qu’au final ils seront bénéficiaires via leur proche. Si vous ajouter à cela ceux qui ne s’intéressent pas à l’actualité et à la politique, vous arrivez rapidement à une minorité qui devient très influente. C’est aussi pour cela que les syndicats sont toujours contre arrêter les statuts pour les nouveaux entrants : les anciens perdront alors progressivement leur influence et le statut sera alors réformé.

      2. Buzzleclair

        Et ils mettront ca sur le dos de l’horrible « capitalisme ultra-libéral » comme étant la cause de tous nos maux et contre lequel il faut lutter sans pitié.
        C’est sans fin et c’est désespérant…

      1. durru

        Quel fascisme ? Celui aujourd’hui au pouvoir ? Je n’en connais pas d’autre…
        Ah, mais on me souffle dans l’oreillette que c’est la gauche, en fait.

      2. lafayette

        Rien de tel pour un poil d’inflation. Vu que cette année il moins de gaspillage de bouffe à Noël dans la grande distribution, plus de perte dans les frigos des particuliers.

        Alors un bon coup de foutage de bordel avec un gros gaspillage de temps de travail, c’est net … Ca va faire monter les prix des billets de transport.

        Et encore les syndicats qui ne sont pas sous les ordres du pouvoir… cela n’existe pas….

  2. Mildred

    Et quant « à cette lamentable dérive mafieuse… qui consiste … à contourner… les principes démocratiques… », reconnaissez que l’exemple vient de haut et que ceux qui nous gouvernent ne laissent pas leur part aux chiens.

    1. Gosseyn

      L’exemple vient au premier chef du Président E. Macron, violant la Constitution, en ses articles suivants, alors enfreints de façon catégorique, permanente et de manière réitérée, tout particulièrement par les agissements de membres de l’institution judiciaire, qu’il tient sous son autorité et dont il est le premier représentant :

      Article premier (les citoyens ne sont pas égaux devant la loi s’il y a des décisions de justice contraires à la loi) 

      Article 2 (idem pour cette existence de jurisprudences de règlement et escroqueries à la procédure) 

      Article 5 (puisque ces violations et les suivantes démontrent son irrespect de la Constitution) 

      Article 23 (affaire Delevoye) 

      Article 34 (carence de respect de la loi au niveau du Conseil supérieur de la magistrature, violant depuis 2011 l’article 43 de l’ordonnance de 1958) 

      Article 55 (pour violation de la Charte des droits fondamentaux attachée au Traité de l’U.E. ratifié par la France ; Cela en raison des soustractions chroniques à la loi de la part de l’institution judiciaire, dans diverses affaires et décisions hors-la-loi très particulières)

      Article 64 (la collaboration de toutes les strates de l’Autorité judiciaire à la production de certaines décisions contraires à la loi, généralement associées à diverses formes de corruption de son activité, n’est pas la caractéristique d’une quelconque indépendance, mais plutôt celle d’une forme de subornation incompatible avec les principes européens).

      Article 65 (opposition collective du C.S.M. et de ses hauts responsables à l’application de la loi, ici à celle de l’article 43 de l’ordonnance 58-1270, aux fins d’exonérer les magistrats faillis de leurs délits. Ce qui est formellement incompatible avec l’État de droit. Cela sous couvert de la protection de la Chancellerie et de ses successifs ministres)

      Article 66 (Non respect de la liberté individuelle par l’Autorité judiciaire. Typiquement en cas de dénonciations d’errements de ce genre, entre multiples autres exemples)

      Article 88-1 (Non respect par la France du préambule de la Constitution de 1958 en vigueur, ainsi que de ses articles premier, 2, 5, 23, 34, 55, 64, 65, 66, 88-1, du fait de ses errements judiciaires contraires à la loi. Toutes autorités voisines et responsables directes alors incluses. Ce qui emporte le non respect du Traité Européen, ratifié)

      Bien évidemment, le constat conduisant à ce genre de considérations est imparable et particulièrement peu reluisant pour les membres de la magistrature qui se livrent à ce genre d’exactions.

      Il ne l’est pas davantage pour l’ensemble des Autorités directement responsables de cette situation. Situation résultant d’une longue tradition anti-républicaine, à tous points de vue.

      +++ Ceux qui ne disposent pas des sources nécessaires pour arriver à ces conclusions disposent néanmoins d’indications suffisantes pour conclure à leur effectivité :

      – Où que ce soit et publiquement, y compris de la part de juristes, cette problématique n’est abordée qu’au moyen d’allégations dépourvues de fondements (dont par les intéressés) ; à défaut les discours y relatifs sont vidés de leur substance (mensonges par omission). Aucun média n’aborde ce genre de considérations ; le cas échéant, improbable, ce ne serait pas en accord avec la lettre et l’esprit des textes fondateurs ; à défaut, hors-sujet. Ce qui mériterait de plus amples développements.

      D’autres considérations de ce genre ont déjà été mentionnées dans ces colonnes et ailleurs. Le lecteur attentif a alors pu se rendre compte que si cela pouvait déplaire, nulle démonstration valable du contraire n’étaye en ce cas les avis de ces rares contradicteurs.

  3. Jacques Huse de Royaumont

    Les identitaires qui ont tenté de faire respecter nos frontières ont été condamné à des peines incroyablement lourde. Si on compare à l’impunité dont jouissent et abusent les syndicats, le deux poids deux mesure laisse rêveur…
    Les uns veulent défendre leur pays, les autres le détruire, et les autorités (dont la mission, la raison d’être est tout de même de défendre les intérêts de la nation…) martyrisent les premiers et récompensent les seconds.
    Il y a quelque chose de pourri au royaume des Lys.

    1. Calvin

      Lorsque le PCF était plus violent que les identitaires en attaquant les travailleurs immigrés, quelles ont été les peines ?

      Le Royaume des Lys ? Il se veut Royaume Délice mais, en fait, ce Royaume des Vices devisse…

    2. Aristarkke

      Le Leviathan n’aime pas que son boulot soit fait à sa place, même s’il ne fait pas son boulot. Faut pas qu’on risque de voir la supercherie.

      1. MCA

        Oui, ça m’a tjs étonné ce deux poids deux mesures :

        Qu’un quidam prenne l’initiative de faire appliquer la loi et tout le système lui tombe dessus.

        Que la loi ne soit pas appliquée par le système, personne ne peut le contraindre à le faire.

        Contrairement à ce qui est affiché à l’entrée du camp; sous couvert d’exister pour nous défendre la loi est essentiellement là pour nous contraindre.

  4. Calvin

    Il faut voir comment fonctionnent les syndicats dans les autres pays… ce sont de vrais partenaires quand il s’agit d’allier protection des salariés mais aussi de leurs entreprises.
    Ces syndicats ne vivent pas au crochet de l’État mais de leurs cotisants syndiqués.
    Le mal initial vient de là.
    Mais en France, on ne peut plus toucher à rien sous peine de remettre en question les acquis sociaux alors que ceux-ci sont de vraies régressions sociales !

    1. bibi

      Mais si on peut, seulement il faut le vouloir.
      Le président il a comme outil le référendum, la police et la justice, donc tout le nécessaire pour supprimer les régimes spéciaux, supprimer tout financement public aux syndicats, et réprimer leurs exactions.
      Mais comme les syndicats sont l’allier objectifs des gauchistes et que la droite chie dans son froc à l’idée d’en découdre avec les marxistes, on laisse faire.

      1. WorldTour73

        Et macron ne fera rien pour changer les choses car il en a rien à foutre, tout ce qu’il l’intéresse, c’est lui-même.
        Le pays peut couler, pourvu qu’on le laisse palabrer sur le climat, les droits de l’homo, etc.

      2. BDC

        Tout porte à croire que les syndicats ont davantage de pouvoir que Macron : ils maîtrisent les médias. Si seulement le mantra “les Français soutiennent les grèves” pouvait sauter, et que les journaleux montraient les conséquences réelles des grèves, le gouvernement aurait les coudées franches pour réformer ce pays. Au lieu de ça, tout va bien au pays des Bisounours.

        1. Mildred

          « Cela fait maintenant deux semaines que le quotidien des Français est perturbé par les grèves, les blocages et les manifestations. Selon notre baromètre Harris Interactive, RTL et AEF Info, publié ce vendredi 20 décembre, 62% des Français soutiennent toujours le mouvement de grève. Un soutien égal à celui de mardi dernier. »

          Et voilà pourquoi votre fille est muette !

          1. durru

            Bah, je vous renvoie au 9h55 de Jacques…
            Les élections, c’est joué d’avance (ou au Parquet, c’est selon). Les GJ se sont faits avoir, amochés. Etc. Mais les gens en ont marre. Et alors, entre la peste et le choléra…

        2. durru

          Parce que Macron/le gouvernement aurait une quelconque envie que « les conséquences réelles des grèves » soient connues 😀
          Suffirait de faire un communiqué officiel, avec chiffres à l’appui. J’attends avec impatience de connaître les médias grassement subventionnés, notamment FI, Huma, Libé, qui refuseraient d’en faire la Une.

          1. lafayette

            Dans le gaspillage il y a une constante consentie bien plus grosse qu’une petite grève. Le modèle du toujours moins cher ne fonctionnera plus pour les pauvres, mais contre les pauvres et les exclus. Les prix augmentent grâce aux pertes c’est le système qui est malade.

        3. Aristarkke

          Belle, si tu habites en seconde couronne à trente bornes du periph’ et que tu travailles en seconde couronne, la grève n’est sensible que si ta station service est à sec…

        4. Aristarkke

          Même la Poste fonctionne à peu près convenablement, donc comme d’hab, finalement… Mais elle n’est plus en position de force et entrevoit plutôt des reflets inopportuns de la faux de la camarde…

        5. Aristarkke

          Donc, cela permet à bon nombre de personnes d’être d’autant plus en faveur des grèves que les effets sont nuls à leur niveau. Avec un syndrome de Stockholm là dessus par croyance que SNCF et Ratp luttent pour tous au lieu de simplement leurs privilèges, tout baigne pour le confort intellectuel…

          1. BDC

            Attendons donc les départs en vacances. Entre les avions et les trains, même les bobos et leurs familles seront plus susceptibles d’être directement ou indirectement impactés.

            1. Aristarkke

              Effectivement, cela risque d’être bath, la semaine prochaine…
              Déjà que cela pleure sur Tw… r à propos du service Sncf des mineurs accompagnés…

            2. Pheldge

              Mais que vous z-êtes méchants, le syndicalistes, ils ont un coeur, eux z-aussi : « Après les concessions du gouvernement, l’Unsa Ferroviaire appelle à une pause pendant les fêtes pour laisser souffler les Français et… faire ses calculs. »
              lepoint.fr/politique/reforme-des-retraites-ce-que-les-agents-de-la-sncf-ont-obtenu-20-12-2019-2354263_20.php

  5. sam00

    Sans soutenir les cheminots et la CGT, il faut bien reconnaître que cette réforme est bal embarquée.
    Les « simulations » présentés par le gouvernement sont à pleurer de rire

    J’aime beaucoup celle de la salariée du privé, né en 1990, qui commence à travailler en 2012 à 1251€ brut mensuel (alors que le SMIC en 2012 était entre 1300 et 1400€ bruts), et qui évolue, passe cadre, puis fini sa carrière comme cadre supérieur à 12500€ brut mensuel (la simulation ne dit pas sur quelle planète elle se trouve)

    Comment considérer sérieusement une réforme dont les simulations sont basées sur des chiffres faux ou fantasmagoriques?

    Idem pour le prof certifié né en 1990, qui gagnerait plus en partant à la retraite à 67ans sans revalorisation de salaire … la revalorisation qui fait perdre de la retraite, c’est beau comme concept.
    Les chiffres avant-après réforme qui sont les mêmes mais arrondis à la dizaine supérieure, etc

    Sans parler de la période de transition où l’on « bénéficiera » des deux systèmes (simplification, tout ça), des passe droits pour certaines professions (police, pompier … la liste risque de s’allonger)

    ça devient compliqué de soutenir cette réforme.

    1. Calvin

      La réforme du gouvernement est mauvaise ? Oui. Étatisation, réforme qui ne règle rien, pas de capitalisation en sus, etc…
      Mais la tactique de la CGT et autres n’est pas de combattre ces points mais de tout bloquer, de tout figer, de tout casser.
      Match nul ?
      Non, Défaite Pour Tous.

      1. Deres

        Les syndicats ne sont pas contre ces points tant qu’ils concernent les autres français qui payent pour leurs régimes spéciaux. Au contraire si le gouvernement peut piquer des sous ailleurs pour financer indirectement ses versements annuels à leurs régimes spéciaux déficitaires, ils seront très satisfait de monnayer leur soutien.

    2. Sapredieu, que la réforme soit pourrie NE JUSTIFIE EN RIEN les exactions des syndicats.
      EN RIEN.

      S’ils doivent s’en prendre à des gens, qu’ils aillent coincer les ministres, les secrétaires d’état, qu’ils coupent le courant de l’Elysée. Tout le reste n’est qu’une démonstration de leur lâcheté, de leur penchants mafieux de petites frappes parasites.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Je m’étais dis que le meilleur moyen de s’opposer à cette réforme était d’organiser des charivari sous les fenêtres des députés LREM. Ce que les syndicats ne font pas.
        C’est à croire qu’on nous sert une comédie dont le scenario et le dénouement sont déjà écrits.

        1. Pheldge

          c’est beaucoup plus efficace comme ça ! aller emmerder quelques députés, ça fera rigoler sans plus, et n’aura aucune conséquence sur l’exécutif. Faire ièche des millions d’électeurs, par contre, avec une bonne propagande, ça aura un impact sur les votes, et là …

      2. sam00

        Ah mais je n’en pense pas moins à l’endroit des syndicats.
        Je faisais juste le triste constat que le foutage de gueule est largement partagé au sein des syndicats (de salariés comme de patron) que au sein du gouvernement dont tout montre qu’il est complètement en roue libre.

        J’avoue que j’ai du mal à comprendre ce qu’a fait Delevoye et ses équipes pendant des mois de préparation de la réforme pour au final arriver à des « simulations » dont tout montre qu’elles sont été rédigées en urgence dans la nuit du mardi au mercredi suite à l’annonce du président.

        De mon point de vue, même si les syndicats sont indéfendables et inqualifiables dans leurs actions, on ne pourra pas faire évoluer les choses tant que les représentants du peuple prendre les réformes par dessus la jambe, tel que c’est manifestement le cas ici.
        Et les journaleux ont beau jeu d’attiser les flammes … vu le niveau misérable de préparation des réforme et de pédagogie pour l’expliquer au peuple, je ne vois pas comment cela pourrait s’améliorer.

        1. « j’ai du mal à comprendre ce qu’a fait Delevoye »
          Tout le monde devrait se poser cette question.

          Tout ceci pue le spectacle à plein nez, avec les Français (notamment ceux qui soutiennent ou bien cette réforme, ou bien les grévistes) comme dindons de la farce.

          1. sam00

            Là nous sommes totalement sur la même longueur d’onde.
            Le simulateur basé sur une réforme floue qui se transforme en fiches type, toutes plus rigologènes les unes que les autres, des chiffres sortis d’un chapeau, un age pivot qui est manifestement un chiffon rouge pour faire accepter le reste, etc

            Mais j’ai du mal à comprendre la stratégie qui est derrière cela.
            masquer le chômage et l’économie en berne?
            Ou alors simplement l’incompétence crasse et la déconnexion totale (darmanin est un bon exemple avec ses « gens qui mangent avec les doigts »)

                    1. Non elle le seront en jetons/points. Baisser la valeur du point, ça revient à payer moins cher les retraites, donc baisser le poids d’icelles sur le pib. C’est comme une monnaie parallèle à l’euro.

                1. Pheldge

                  les syndicats parlent bien de la baisse du point, mais personne n’a présenté ça comme une variable d’ajustement du PIB …
                  après, vu que la réforme est repoussée à 2035, ça laisse encore du temps …

          2. Aristarkke

            Même en n’ayant pas fait grand chose, Delevoyé à déplu à ses maîtres qui lui ont signifié sans ménagement que la Roche Tarpéienne restait proche du Capitole…

          3. Aristarkke

            La politique à la mode Grançaise nécessite finalement des strates de seconds rôles bien corrompus. Le corrompu mandé pour quelque mission : 1/ l’exécute selon le vœu du mandant : couvert d’honneurs et à sous jusqu’à la prochaine fois…
            2/loupe sa mission ou l’exécute hors la volonté de ses mandants : on découvre subitement comme noire pouvait être son âme…

      3. Cata

        « terrorisme dont la définition est, pour rappel, l’emploi systématique de la violence pour atteindre un but politique. »
        N’oublions pas le 2º critère du terrorisme : cible civile.
        Ben voilà, ils ont tout bon partout.

    3. Aristarkke

      La planète Sirius, probablement.
      En Allemagne ou en Suisse, l’Apprenti qui débute au ras des paquerettes et termine sa vie professionnelle comme cadre de haut niveau est réaliste.
      En Grance, avec la diplomate qui terrasse tant de Recruteurs, ce doit être l’exception si exceptionnelle que les dures lois de la statistique concluent que c’est impossible…

      1. P&C

        Historiquement, la France est un pays de castes. L’Allemagne est méritocratique. ça se voit même dans les comptes pour enfant (en allemagne, le brigand, s’il est le meilleur, peut choper la princesse. En France, que dalle, faut être prince même changé en grenouille).
        Mais ça va changer avec les migrants…

        Rappelles toi de l’école, où les profs disaient que faire un métier manuel, c’était pour les cons. Et la fac, pour les cons aussi. Faut faire une école de co ou une école d’ingé, ou devenir fonx.
        Du Laurent Alexandre avant l’heure.

        https://www.youtube.com/watch?v=kyLysKUMyyU

        Comme les cadres des boites sont des gens issus des écoles en question, ils recrutent des gens issus des mêmes formations…
        Le mépris va encore plus loin. Vu sur Cnews, chez Zemmour et co. On manque d’informaticiens en France ? Plutôt que du français et les former, recrutons du marocain…

  6. sylvie lavenant

    Les français vont pouvoir gouter aux joies de la SNCF (Sodomisation Nationale des Contribuables Français) et certains en redemandent…..

  7. Rastapopoulos

    L’état français est complice des syndicats. Pourquoi finance-t-il encore les syndicats (4 mds/an?) ? Pourquoi n’y a-t-il jamais de condamnations ?
    Toutes ces réformes ne sont que de la Comedia dell’arte car tous les gouvernements se sont cassés les dents sur les syndicats et jamais aucun ne s’est posé la question de savoir comment cette fois on allait y arriver. Dans le privé ça s’appelle des « lesson learned ». Si vraiment il y avait un désir de changements la première question qu’ils devraient se poser est : « Comment, cette fois, faire définitivement taire des gens qui représentent 3% des travailleurs ».

    Mon patron me dit : Ok ça a planté la dernière fois. Que vas-tu faire cette fois pour que ça marche ?
    QQun au gouvernement a posé cette question ???

    Joyeux Noël.

    1. durru

      « Si vraiment il y avait un désir de changements […] »
      Avec des « si », on mettrait Paris en bouteille.
      « QQun au gouvernement a posé cette question ??? »
      Poser la question c’est y répondre 😉

      Joyeux Noël 🙂

      1. Dr Slump

        Faudrait déjà qu’ils aient eu l’intention de céder ce réseau au privé… mais j’en mettrais ma main au feu, le plan, c’était de le céder à un copain de connivence, pour continuer les affaires comme depuis depuis!

        1. MCA

          Le réseau est talon d’Achille du transport ferroviaire car c’est ça qui coûte un max.
          Cédé au privé ça ferait comme chez les GB où à présent comme (pas) par hasard il retourne …au public…

          Il faut assurer un entretien régulier de l’infrastructure pour la sécurité des circulations chose qui, vu le coût, est difficilement compatible avec l’obligation de rentabilité du privé.

          Un réseau ferroviaire ne peut être que très difficilement rentable tellement son coût est exorbitant.
          Il faudrait que les carburants automobile et aviation soient devenus si chers que les voyageurs n’aient plus d’autre choix que de prendre le train ce qui permettrait d’amortir ce coût sur une très grande masse.

          Actuellement si le coût réel du transport ferroviaire devait être financé uniquement par le prix des billets de train, prendre le train deviendrait un luxe et le prix du Paris-Bordeaux ne serait certainement plus à 20E la promenade soldée.

          Il fut un temps où le coût de l’infrastructure était amorti par le transport marchandises + voyageurs (hors TGV).
          Ce n’est pratiquement plus le cas actuellement tellement le trafic des marchandises a périclité au profit de la route bien « plus écologique » (tiens on n’entend pas Greta à ce sujet…), il ne reste bien souvent plus que le trafic voyageurs pour assumer le coût de l’entretien de l’infrastructure ce qui est insuffisant d’où son déficit chronique et ma remarque sur le coût des billets.

          Le transport ferroviaire fut le transport du passé et il est probable qu’il sera le transport de l’avenir après avoir flotté entre deux eaux lors de sa période de concurrence route / air / voies navigables, laquelle concurrence finira bien par prendre fin un jour avec la hausse insupportable des carburants.

          C’est le moyen de transport de l’avenir car c’est le seul qui utilise de façon crédible, massive et industrielle l’électricité comme énergie de propulsion.

          Si ce pays ne se tiers mondise pas entre temps, je verrais bien aller vers une automatisation entière du transport ferroviaire à long terme.

          M’est avis que la mutation risque d’être houleuse.

          D’où mon conseil d’ami :

          investissez dans des chaussures de marche de qualité car avant la mutation ferroviaire vous risquez bien de passer par la case pedibus jambus et regretter la larme à l’œil le bon vieux temps de votre bétaillère quotidienne; moment privilégié qui vous permettait de surfer bien au chaud et en toute quiétude sur le site H16 (1) !

          (1) pensée émue pour BDC

            1. MCA

              Les conditions d’extraction de plus en plus onereuses, la demande insatiable des pays style la Chine, Inde etc… la disparition du pétrole « facile » , les conditions géopolitiques des pays producteurs , la depletion petroliere des pays producteurs style Russie, mer du nord…

              Ça m’étonnerait que ces raisons aillent dans le sens d’une baisse long terme.

          1. Aristarkke

            Il y a des tas de pays où le transport ferroviaire de marchandises, avec ses voies privées propres de surcroît, est extrêmement rentable, à commencer par les Usa. Warren B. a massivement investi pour la posséder dans une compagnie ferroviaire du cru (son unité de compte est le B$, je te rappelle) et il n’a pas vraiment la réputation d’aimer rafler les canards boiteux. Pas vraiment et vraiment pas.
            Tu oublies commodément toutes les « particularités » de la SNCF grançaise qui n’a jamais été rentable depuis 82ans (hors subventions étatiques) avec un Etat qui avait commencé à se mêler de la gestion des compagnies privées antérieures pour bien les faire péricliter.

          2. Aristarkke

            La Burlington Northern Santa Fe (nom délicieusement 19me siècle) acquise en 2009 pour les 3/4 du capital lui manquant alors pour la bagatelle de 44Md$+10Md$ de dettes d’alors reprises par le même …
            Arnault et ses 18Md$ pour Tiffany’s en 2019 fait petit joueur, quelque part…

            1. MCA

              Je ne dis pas le contraire, en France il y avait une politique de péréquation, à savoir le rentable épongeait le déficitaire grosso modo dans une but de desservir tout le territoire.

              Il s’agissait d’un choix politique et non pas économique.

              Par contre si on s’en tient uniquement à l’économique donc au strictement rentable il y a des relations ferroviaires super rentables en France.

              Qu’on mette en bourse la relation TGV Paris-Lyon (je dis bien la « relation » et non pas la ligne qui va bien au-delà de Lyon) et je souscris immédiatement; sauf que…..

              Les grosses mains des copains seront passées bien avant moi et auront raflé la mise.

              Ne resteront que les miettes dont l’importance sera amplifiée par le Jité de 20h00 comme c’est arrivé récemment avec la Française des Jeux.

  8. Deres

    J’ai cru comprendre qu’en fait le système de paie actuel de la SNCF/RATP soutient indirectement la grève en décembre. Et c’est pour cela qu’elle n’a pas eu lieu en septembre comme d’habitude. En effet, ils ont ajouté un 13ème mois aux salaires et les heures supplémentaires sont payés en bloc en décembre. Les futures grévistes ont donc fait des « réserves » d’heures supplémentaires histoire d’avoir une paie correct en décembre malgré la grève… Où comment la direction de ces entreprises parapublics se met elle même en position vulnérable vis-à-vis des syndicats grévistes. Si leurs directions avait vraiment voulus détruire la grève, elles auraient suspendus ces versement en décembre.

    1. Deres

      Et j’ajoute que les CE souvent forts riches de ces sociétés et qui sont contrôlés par les syndicats, doivent inonder tout le monde de bons cadeaux et d’heures de détachement pour amortir la grève.

    2. MCA

      @Deres 20 décembre 2019, 12 h 01 min

      Il ne vous est pas venu à l’esprit pourquoi Micron et sa clique ont lancé leur « réforme » AVANT NOEL et non pas le 15 janvier après les fêtes sachant qu’il n’y avait aucune urgence en la demeure; la loi sera votée au cours de l’été?

      Et pourtant la manipulation est évidente,

      les concernés face à cette réforme avaient deux choix possibles :

      – ne rien faire et par là même entériner la mesure : victoire de Micron dans les faits

      – tout bloquer et se mettre à dos l’opinion publique opportunément remontée par les médias télévisés à la botte au 20h00 des JT : travailleurs dans la galère, commerçants au chiffre d’affaire en baisse, hôteliers dans la déroute, vacanciers en perdition, réveillons foirés etc…victoire de Micron dans l’opinion publique.

      Autrement dit, il a choisi le timing opportun pour coincer les concernés quitte à sacrifier les chiffres d’affaire de fin d’année.

      Rajoutez à cela que Micron et sa clique savaient très bien que la prime de fin d’année permettrait de tenir un mois de grève sans problème alors pourquoi ont-ils choisi malgré tout précisément ce moment pour lancer le pavé dans la mare ?

      A présent vous la sentez mieux la manipulation de l’opinion publique?

      1. Pheldge

        arrête, avec ce genre de raisonnement, y’a jamais de bon moment pour essayer de faire une réforme ! C’est de bonne guerre, sachant que de toutes façons c’était le clash avec les syndicats et la guerre d’usure …

        1. MCA

          Il n’y a jamais de bons moments par contre il y en a de moins mauvais.

          Ça ne leur coûtait strictement rien de lancer la réforme le 15 janvier et ça sauvait le CA des fêtes de fin d’année ainsi que les festivités.

          Alors deux possibilités; où ils sont (de mauvais) calculateurs, ou ils sont crétins.

          Pour le calcul c’est raté; par contre pour le crétinisme…

          1. Theo31

            Un parasite n’a que deux programmes dans son ADN : bouffer et prospérer.

            Un syndicaliste français est réactionnaire 24 heures par jour, 365 jours par an. Pourquoi deviendrait il subitement intelligent à l’approche du seul jour où il aurait pu se faire offrir un cerveau en état de marche ?

        2. Pheldge

          je te dis que c’est de bonne guerre : ça permettait de jouer l’opinion contre les syndicats défendant des privilèges. Enfin ça aurait dû et ça aurait pu …

      2. Pythagore

        Une mauvaise réforme est une mauvaise réforme est une mauvaise réforme. Une bonne réforme male expliquée est une bonne réforme male expliquée est une bonne réforme male expliquée qq soit le timing.
        S’ils souhaitaient manipuler l’opinion, c’est raté vu qu’apparemment, d’après la voix des médias du maître, l’opinion reste majoritairement favorable aux grévistes.
        En passant devant un kiosque à journaux, je vois un journal qui affichait en titre « l’économie va mieux en 2019 » ou qq chose comme ca. MDR (le Monde qui s’appelle le journal).

  9. goufio

    La réforme des retraites mais de quoi parlez vous ?

    On nous dit que c’est un changement de système des retraites, alors que le système actuel est la répartition. La retraite par points est un mode de calcul qui se substitue à la trimestrialité. Ce n’est donc en rien un changement de système. Changer de système serait par exemple d’évoluer vers la capitalisation.

    Médiocrité partout, par exemple les grèves contre la réforme des retraites, avant il y a eu, quand même, 18 mois de discussions entre un état représenté par M. Delevoye « sous maternage de sa femme pour tous les aspects administratifs » ! et des syndicats représentant 7 % du total des salariés dont 80 % du secteur public qui a bénéficié d’avantages négociés en sourdine pendant des décennies, Cf le jaune budgétaire de 243 pages sur les retraites du secteur public, https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/files/documents/jaunes-2019/Jaune2019_pensions.pdf c’est un scandale républicain, démocratique appelez cela comme vous voulez.
    243 pages qui ne sont pas arrivées toutes seules, mais de négociations, plutôt l’achat-de-la-paix-sociale-à-la-Chirac à coup de centaines de milliards, c’est-à-dire l’aboulie des gouvernants depuis plus de 70 ans qui ont payé avec l’argent des contribuables, qui n’en peuvent plus aujourd’hui, des 1.070.000.000.000 d’euros de prélèvements obligatoires (1.070 milliards euros), 46 % du PIB, pour payer les errances et la mollesse des gouvernants et élus qui n’ont aucun principe ni compétence (Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, Raffarin, Baroin, Le Maire etc. n’oublions pas Christine Lagarde…
    Donc, le terrorisme-syndical ou grèvitude, la prise d’otage de français (99%) qui ne disent rien par ailleurs (étonnant non !), mais chacun (sélectionné par les médias) de commenter ses désagréments de transport et …c’est tout, mais pas sa contribution financière aux privilèges de sens commun, d’Egalité, Liberté, Fraternité de ses nantis, comme si l’argent par dizaines, centaines de milliards arrivait de nulle part ou d’un trésor planqué sous l’Elysées. Quelle médiocrité !
    Toujours à propos des retraites, tous ces ministres et commentateurs de ministres, qui parlent, écrivent qu’il s’agit d’un changement de système, c’est évidemment faux puisque le système actuel repose sur la répartition et que le prochain reposerait toujours sur le système de la répartition = la retraite par points est un mode de calcul qui se substitue à la trimestrialité… CQFD
    La répartition, c’est là que se trouve le problème, qui était lisible depuis environ 50 ans, cf. l’INED (Institut national des études démographiques), puisqu’il s’agit d’un problème de rapport entre cotisants à pensionnés, qui ne cesse de se dégrader, puisque notre pays vieillit (le problème devrait trouver son extinction vers l’an 2050, où tous les baby-boomers seront décédés.
    Le changement de système aurait été de passer de la répartition à la capitalisation.

    Faisons un comparatif, actuellement dans le système par répartition, il faut cotiser pendant 172 trimestres (43 ans) pour obtenir une retraite moyenne de 1.381 euros par mois tous régimes confondus (privé, public) selon le rapport 2019 de la DREES. Pour un salaire net mensuel de 2.000 euros par exemple, les cotisations retraite sont de 27,2 % où encore 544 euros par mois soit un cumul de versements de 280.704 euros sur 43 ans et une retraite de 1.381 € ou un rendement de 5,90 %. Le régime par capitalisation serait de verser les cotisations de 544 euros/mois dans des fonds spécialisés (comme le Fonds de Réserve des Retraites (FRR) créé par le 1er ministre Lionel Jospin sous présidence Chirac loi nᵒ 2001-624 du 17 juillet 2001, Actif 32,6 milliards euros au 31/12/2018, performance de 3,7 % annualisée de l’actif depuis juin 2004) http://www.fondsdereserve.fr/documents/FRR-RA2018-FR-3.pdf
    le régime de retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP) article 76 de la loi du 21 août 2003 par le premier ministre JP Raffarin sous J Chira,aussi.
    https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/files/documents/jaunes-2019/Jaune2019_pensions.pd)

    Reprenons au taux de 5 % l’an par exemple, le capital constitué au terme de 43 ans serait de 985.283 euros et la rente perçue serait de 4.105 euros par mois, vous avez bien lu trois fois plus que par la répartition, réversible à 100% au conjoint survivant (non à charge de la collectivité), à la condition que l’état ne prenne pas de droit de succession sur ce capital (qui peuvent atteindre 45 % maximum).

  10. Le Gnôme

    Enfin, depuis le temps qu’on nous l’annonçait, la dette française a dépassé les 100% du PIB.

    Je gage que ça ne fera pas les gros titres et que les entrefilets diront que ce n’est pas grave, les taux d’intérêt étant négatifs.

    La Faillite, nous voilà.

  11. lxy

    Les « journalistes collaborateurs du système » s’obstinent à comparer le sort des enseignants du primaire,moins bien payés selon eux » que dans le privè , à diplôme égal. Ils n’oublient qu’une chose c’est qu’un cadre (ou technicien) du privé commence à serrer les fesses à partir de 45 ans ,dans la crainte d’un licenciement qui peut lui tomber dessus à tout moment (avec le déclassement qui l’accompagne).
    Un enseignant ne connaîtra jamais cette situation …quoi qu’il fasse (ou ne fasse pas).Ca vaut largement un décote ,non ? sans même parler de l’avantage des congés (il ne manque pas d’enseignants qui occupent de façon lucrative leurs loisirs en s’occupant de groupes de « ski », de « voile » ,de « langues » ou d’assistance scolaire »)

  12. lxy

    Le groupe ou je travaillais a décidé de lincencier tous ses cadres de plus de 57 quel que soit leur fonction ou leur utilité. avec une compensation financière minable. J’ai fait de la réistance mais au bout de quelques mois je me suis vu « licencié » pour faute grave »(cad sans aucun revenu du jour au lendemain). Avec l’aide d’un excellent avocat j’ai pu résister deux ans de plus, dans des conditions psychologiquement insupportables (je devais me présenter tous les jours au boulot, en ayant rien à faire, installé dans un placard,ignoré de tous)). En fin de compte j’ai obtenu par les Prudhommes une compensation financière plus consistante.
    J’ai été alors pris en charge par les Assedic pendant 3 ans et je n’ai pu prendre ma retraite qu’à 65 ans pile-poil au jour près, soit l’âge légal en vigueur encore aujourd’hui, contrairement à la propagande journalistique.

    Comme déjà dit ici l’age de 62 ans ne s’applique que pour des travailleurs ayant cotisé plus de 40 ans, autrement dit pour des gens qui n’ont pas fait d’études supérieures. (dans mon cas le service militaire obligatoire ne comptait pas pour le décompte des trimestres, sauf si vous aviez eu auparavant un emploi rémunére …)
    A quoi correspond l’age pivot qui fait tant parler de lui ? Ca m’intéresserait bien de le savoir.

    Par aillleurs tous ces énarques ou parasites à la Delevoye me gonflent à toujours parler de pensions, pour le privé on ne parle que de retraites. Enfin quid des fonctionnaires dans la réforme; Sauf erreur ils n’appartiennent pas a des régimes « spéciaux » car leur retraite est entièrement prise en charge par le budget de l’Etat (même si ils n’ont pas le statut de fonctionnaires les employés de la Sncf et de la Ratp ont dans la pratique une statut comparable à celui des fonctionnaires….et donc leur régime de retraite pourrait être pris en charge directement par l’Etat comme c’est en fait le cas….).Much ado about nothing.

  13. lxy

    Que devient dans cette grande réforme le régime spécial des intermittents du spectacle subventionné par les salariés du secteur privé,et qui est absolument scandaleux! Qu’en est–il pour eux dans la réforme egalitaire annoncee ? On en parle pas, c’est louche.

    1. Aristarkke

      Poser ce type de question, c’est y répondre. Pas question de se mettre les saltimbanques à dos à trois mois d’un scrutin crucial pour l’enracinement et la traite des tétons nourriciers de la corruption ripoublique…

  14. Pheldge

    HS : puisqu’on cause de sam et que le saoul Papet rôde (comme dans un rodage de saoul Papet ) j’ai un souci avec la tondeuse à gazon, je peux en parler ? 🙂

    1. Pheldge

      bin, je suis obligé de nettoyer la bougie à chaque arrêt ! après 20 mn de tonte, si j’éteins le moteur, elle ne redémarre plus. Et si je remplace la bougie par une « propre », ça repart.
      Pour ton information, le carburant chez nous vient d’Asie, ou d’Inde, et n’est pas aussi pur que celui que ton AX engloutit. Malgré ça, je trouve que 20 mn c’est un peu court ….
      La machine est d’occase, achetée avec la maison, et un nettoyage du carburateur ne ferait pas de mal. Mais pour ça, il faudrait que j’achète la pochette de joints, et des clés au pas anglais …

      1. Pythagore

        Pour le carburateur, avant de tout démonter, il y a des nettoyants de carburateur mais je ne saurait ce que ca vaut.
        Sinon vérifier/réduire l’écartement de la bougie peut-être ?
        .
        https: //www.agriconomie.com/nettoyant-de-carburateur-liqui-moly-303789/p303789?gclid=EAIaIQobChMIrPTPvPTI5gIVybTtCh0AjgpBEAQYBSABEgJnH_D_BwE

        1. Aristarkke

          Vérifie aussi que la bougie a un bon indice thermique par rapport à la recommandation du fabricant ou que son isolant porcelaine, tant extérieur qu’intérieur ne soit pas fêlé. Comme tu es en été sur ton caillou et que le refroidissement est par air, tu peux avoir un vapeur-lock du fait de la T°élevée du venturi du carburateur (le symptôme « tourne mais ne redémarre pas après un court arrêt », est symptomatique). Essaie de mettre sur ton carbu, une wassingue chargée de flotte fraîche mais sans inonder la bougie. Si elle redémarre alors, c’est que c’est cela.

          1. Pheldge

            je vais d’abord vérifier que la bougie est la bonne … j’en avais acheté une de remplacement chez le quincaillier noiche du coin, que j’utilise pour faire le roulement avec celle chaude qui ne veut plus.
            Je n’ai pas de cales pour vérifier l’écartement des électrodes.
            Et sinon, ce que vous, les étranges étrangers du Nord, les quasi-Belges appelez une wassingue, c’est pas ce que les gens civilisés appellent communément une serpillière ? 😉

      2. MCA

        Mauvaise carburation, mélange trop riche.

        Commence par enlever le filtre à air qui doit être bien encrassé, le laver à la lessive (je suppose qu’il doit être en mousse) ou le changer.

        Voir aussi le système starter.

        Nettoyer le carbu et la cuve à essence.

        1. Pheldge

          pas de soucis, je connais un mec, un métropolitain, qui vient faire du tourisme bientôt, et qui sera trop heureux de me montrer comment kon fait 😉
          Et sinon, oui, je vais contrôler l’écartement de la bougie …

          1. MCA

            « Pheldge 22 décembre 2019, 8 h 28 min
            bin, je suis obligé de nettoyer la bougie à chaque arrêt ! après 20 mn de tonte, si j’éteins le moteur, elle ne redémarre plus. Et si je remplace la bougie par une « propre », ça repart. »

            A lire le récit de l’ADP, je déduis que la bougie n’est pas propre…. et je suppose qu’elle est recouverte très certainement de carbone suite à une mauvaise combustion, d’où ma remarque..

            Cela dit, il peut très bien couper son gazon avec une faucille; ça lui fera de l’exercice et l’exercice c’est très bon pour sa santé!…. :o))))

            1. Pheldge

              en fait la bougie ancienne, elle s’encrasse, suie noire, mais elle est usée. L’autre, la neuve, depuis que j’ai légèrement rapproché les électrodes, pète quart de tour. Merci pour vos remarques instructionnantes.
              Accessoirement, y’a aussi la débroussailleuse que je vais bientôt m’en occuper, je vous ferai signe 😉

                    1. BDC

                      Aaaarrgghh pitié Petit-chat, deux temps il a dit MCA => 1/ la débroussailleuse, puis 2/ l’épilateur. Sinon c’est un carnage !

                    2. Aristarkke

                      Il me semble que tu nous avais dit que le foin ne dépassait pas de ta charrette ? M’abuserais-je à ce propos ?

      3. Aristarkke

        Je ne pense pas trop à un problème de carburant (sauf à utiliser de la vieille essence stockée depuis des années qui peut être altérée. Les moteurs de tondeuses sont à soupapes latérales, donc avec un taux de compression faiblichon (6à7/1) qui acceptent donc des carburants plus médiocres que les moteurs à soupapes en tête.

        1. MCA

          Si ça se trouve on cherche midi à quatorze heures.

          Après une apéro dînatoire musclé il a collé du diesel dans le réservoir d’où les dépôts mentionnés et ses ennuis de démarrage.

      4. Aristarkke

        Les B&S utilisent le cycle à quatre temps. Ta bougie, quand tu la démontes, comment est son électrode interne ? Grasse, huileuse ? Suie très noire ??? A priori, tu ne dois pas avoir de perlage de la bougie, fréquent avec les deux temps et un mélange trop riche en huile. Mais cela peut se produire sur un quatre temps ayant la segmentation, surtout le racleur d’huile, usée. Est ce que ta tondeuse fumé très bleu en utilisation (elle brûlerait trop d’huile)?

        1. Pheldge

          non, en fait elle serait plutôt propre, et je suis étonné qu’un coup de papier de verre lui redonne l’étincelle … ça relèverait de la magie plus que de la mécanique !

          1. Aristarkke

            Comme c’est un allumage par magnéto, vérifie qu’il n’y ait pas de l’oxydation sur le mamelon laiton du haut de bougie. Le câble d’allumage n’est pas craquelé ?

            1. Pheldge

              Bon, je pense avoir trouvé : l’écartement était trop important : il doit faire 0.7 mm, et devait faire un poil de plus. J’irai acheter ZE bougie specified by ze constructeur, et je suis persuadé que ça ira mieux. Je te tiembo* au courant 😉

              *tiembo créolisme de « tiens bon » équivalent du kimbé antillais

    1. Gachno

      Merci Major,

      Je me doutais d’ une arnaque, mais là……Un labo bidon,
      et personne n’ avait relevé cela. Bizarre d’ ailleurs que ce soit le Point.

    2. BDC

      Merci Major, l’entourloupe est enfin démasquée. Mais les pastèques arrivaient à une conclusion rigolote : nos soit-disants “résidus de pesticides” ne sont pas corrélés au fait de manger bio ou pas. Donc manger bio ne sert à rien.

      1. MCA

        « Donc manger bio ne sert à rien. »

        Oh que si !

        ça sert à engraisser les chaînes de magasins « bio » et donner bonne conscience aux clients tout en permettant d’afficher leur standing.

  15. Dr Slump

    La situation est tout à fait comparable à celle que Margaret Thatcher a du résoudre en son temps. Gouverner étant l’art de prendre des décisions difficiles, elle a su rester inflexible comme il le fallait dans sa politique de désengagement de l’état.
    De notre côté de la Manche, il paraît que Macron garde sous le coude des mesures de rétorsion législative contre les grèves, comme par exemple donner le pouvoir à l’état d’imposer un service minimum à la SNCF, ou de réquisitionner des cheminots. Malédiction….
    Comme d’habitude, nos élus projettent de résoudre le problème par des bricolages technocratiques supplémentaires, et qui conduisent, encore et toujours! à renforcer le pouvoir de l’état sur tout.

    Ce pays est foutu! Mais en attendant, haro sur la dinde! Eh non, pas de morue au menu… 😀

    1. Higgins

      Comparer le Mignon poudré à Miss Maggie, c’est comme espérer voir Gamelin gagner la bataille de France et le voir ainsi dépasser Gudérian et Rommel. Il, le Mignon poudré, a perdu la bataille de l’opinion dans le débat des retraites. La cause était et est toujours juste (Pour faire simple, il faut réformer le système en maintenant un minimum lié à la repartition en l’associant à un système par capitalisation), la manière de faire et les solutions imposées conduisent à l’échec programmé et à une frustration accrue.
      Tout ce que à quoi nous assistons désormais, c’est à une pitoyable retraite sur des positions prétendument préparées à l’avance.

      1. Dr Slump

        Loin de moi l’idée de les mettre au même niveau Major, et s’il fallait les comparer, Macron serait un vairon, Thatcher un espadon.
        Je dis que la situation est comparable, pas le personnage, et ce dans le fait que l’état fait face à un mouvement de grève abusif, mené par une minorité de travailleurs bénéficiant déjà d’avantages généreux, entre autres similitudes.
        https:/ /www.lepoint.fr/economie/il-y-a-30-ans-margaret-thatcher-brisait-les-greves-abusives-03-07-2014-1843042_28.php

        Mais la façon d’y répondre est en effet loin d’être thatchérienne, mais comme d’habitude, du bricolage technocratique, du pipi de chat.

    2. Aristarkke

      Le service minimum, la réquisition, sont des « nonosses » jetés en pâture pour calmer les énervés. Si l’état en avait eu la volonté d’y aller, il a déjà raté des dizaines d’opportunités. Alors, une de plus, une de moins…

    3. Theo31

      Pourquoi le sac de foutre élyséen ferait son job au bout de trois semaines alors qu’il suffisait de donner deux heures aux rouges bruns pour rependre le travail avant envoi de l’armée et tir à balles réelles ? Il a accepté de collaborer avec ce gros enculé de Martinez.

      En mars, plein d’électeurs vont se venger et on entendra les gauchiasses crier à la montée du fascisme dont ils sont les seuls responsables.

  16. MarieA

    « tout le monde en France est maintenant persuadé que la lutte (pas finale mais presque) des quelques syndicalistes bloquant des transports en commun pour conserver leurs petits et gros avantages doit absolument s’étendre à tout un paquet d’autres corps de métiers »

    A ce sujet, je viens de découvrir une nouvelle initiative de l’ultralibéral Emmanuel Macron : les subventions aux auteurs de bandes dessinées ! Parce que oui, bien sûr, évidemment !

    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/12/19/le-succes-de-la-bande-dessinee-ne-profite-pas-aux-auteurs-qui-s-appauvrissent_6023475_3234.html

    « Car derrière l’engouement des Français pour la BD − 8,4 millions de Français en achètent, et le secteur a généré un chiffre d’affaires de 276,2 millions d’euros, en 2018, selon le Syndicat national de l’édition − se cache un mal-être grandissant. »

    mdr

    1. bibi

      Evidemment Le Monde se garde bien de donner la part de CA réalisée par les viles publications étrangères.
      On apprend grâce à actua BD que fin 2018, l’augmentation du CA de la BD est portée par les Mangas et les Comics alors que la BD jeunesse et la BD de genres sont en replies.

      actuabd.com/Le-marche-de-la-BD-a-fait-en-2018-son-meilleur-score-depuis-15-ans

  17. MCA

    Euréka!

    Les fêtes de fin d’année apportent leur cortège de cadeaux et celui-ci n’est pas des moindres.

    Les médias viennent tout juste de sortir Maman Perrichonne de la naphtaline pour nous expliquer que les 90Km/h (enfin) rétablis allait tuer de nombreux français et que c’était d’une irresponsabilité coupable.

    Casta itou… 400 décès épargnés grâce au 80Km/h, et il attend le pied ferme les résultats du rétablissement des 90.

    Que la mortalité routière se mette à baisser à cette occasion; à n’en point douter, ce serait encore un mauvais tour de ce RCA taquin et ses condition climatiques favorables.

    Pendant ce temps les ̶n̶i̶d̶s̶ ̶d̶e̶ ̶p̶o̶u̶l̶e̶s lessiveuses au milieu de la route s’en donnent à cœur joie; il paraît que par ces temps hivernaux le slalom est très tendance.

    1. Rick Enbacker

      C’est plutôt mal barré pour le retour au 90 km/h :

      https:/ /www.liguedesconducteurs.org/legislation/comment-le-conseil-national-de-la-securite-routiere-entend-saboter-lassouplissement-du-80-km/h
      https:/ /www.europe1.fr/societe/non-tous-les-departements-qui-le-souhaitent-ne-peuvent-pas-revenir-aux-90-kmh-3939881

      Vous la sentez, cette odeur de vaseline ?

    2. Aristarkke

      Il y a de nombreux endroits sur les routes franciliennes où les nids-de-poules sont en train de se transformer en nids-d’autruche, ayant le stade nid de ptérodactyle en ligne de mire…
      Je me demande à quoi servent les coupures nocturnes de sections des autoroutes « pour entretien » quand tu vois des accrocs de revêtement « prospérer » depuis plus d’un an sans avoir subi la moindre tentative de réparation ou la végétation débordante sculptée par les camions…

  18. Higgins

    Grosso modo, ces enfoirés (je ne vois pas d’autres mots) ont déclaré que s’il y avait une augmentation de mort suite au repassage à 90 km/h, la faute en incomberait principalement aux collectivités concernées et décideuses. Sous-entendu que des poursuites seraient alors possibles. Du grand art dans la mauvaise foi et la malhonnêteté intellectuelle. Comme les merdias laissent libre court aux mensonges du pouvoir et des associations anti-voitures, la boucle est bouclée. Les députés, si tant est qu’ils aient encore un quelconque libre-arbitre et une non-moins quelconque utilité, sont évidemment aux abonnés absents et le racket routier va continuer en toute impunité. On apprend en outre que la « reconnaissance faciale » va être « expérimentée » (https:/ /www.futura-sciences.com/alternative/amp/actualite/78969/) pour notre sécurité évidemment. Ce pays devient un état état policier et il ne s’en cache même plus. Je serai maire, je ferai supprimer le mot de Liberté de la devise de ce régime.

    1. Rick Enbacker

      Oui, c’est vraiment de pire en pire.
      Et la traque fiscale s’intensifie aussi :
      https:/ /www.midilibre.fr/2019/12/27/le-fisc-autorise-sous-conditions-a-surveiller-les-reseaux-sociaux-pour-traquer-les-fraudeurs,8629816.php

    2. MCA

      @Higgins 28 décembre 2019, 13 h 48 min

      Nous nageons en plein 1984.

      Chaque action de ce gvt est systématiquement faite sous le couvert de faux drapeaux.

      Ils (les chargés de gouverner) parlent de sauvegarder nos vies alors qu’il s’agit de remplir les caisses; si ce n’était pas le cas, le retrait de points suffirait alors que nous avons la double peine et surtout celle du porte-monnaie.

      Si ces fameux radars étaient si efficients on assisterait à une baisse continue des morts, or nous assistons à une stagnation à un seuil minimum au-dessous duquel il est impossible de descendre sauf à cesser de rouler en voiture; car que ça leur plaise ou non, la voiture (et surtout le 2 roues) est un moyen de transport qui induit obligatoirement des accidents.

      Comment peuvent-ils indiquer en début d’année ce que les radars vont rapporter alors que l’année ne fait que commencer? alors que leur prétendu effet dissuasif devrait conduire à une baisse des recettes tendant vers zéro?

      Ce qu’il y a d’amusant dans l’affaire c’est l’action de GJ qui ont neutralisé la moité du parc radars; conséquence assez inattendue, le nombre d’accidents à diminué mais conséquence très attendue, les recettes ont plongé à la verticale; voilà le véritable drame !

      Ils parlent de lutter contre le terrorisme pour faire passer des lois liberticides qui sont ensuite appliquées au français moyen qui n’a rien d’un terroriste; lequel français n’aspire qu’à une seule chose : vivre tranquillement et qu’on lui foute la paix.

      Ils parlent de fake news alors que ces fameuses informations fausses sont le lot des gouvernants, de la presse écrite et télévisuelle officielle à qui, comble de pantalonnade, est dévolu le rôle de les traquer.

      Ils nous parlent de RCA à toutes les sauces matin midi et soir ce qui se traduit SYTEMATIQUEMENT par une hausse des taxes, comme si ce prétendu RCA était sensible aux recettes et comme si le principal émetteur était la France alors qu’elle ne compte que pour 1% dans l’affaire.

      Que font-ils contre la Chine, L’Inde, les USA qui en produisent 85% alors que ce sont les français qui doivent systématiquement servir de victimes expiatoires à ce racket?

      On pourrait lancer un concours pour recenser les arguments fallacieux qui servent à mettre en place jour après jour des lois qui nous ponctionnent et nous pourrissent la vie sans cesse un peu plus.

      La triste réalité est que ces gouvernants cherchent désespérément du fric à tout prix, de pitoyable ça en devient inquiétant et hélas, il n’y a pas d’autre moyen d’y échapper qu’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

      A moins que…. ça finisse un beau jour par un renversement de la table.

      D’où les récentes commandes massives de LBD40?

      J’ai comme un préssentiment que l’avenir s’annonce radieux et pavé de pétales de roses.

      1. Passim

        « aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte »
        C’est un grand mystère, à mes yeux, que ceux qui le pourraient ne le fassent pas. Quelque chose doit les retenir dans cette prison rose, alors qu’ils ont les moyens de foutre le camp.
        À tous et à notre hôte en particulier, bonne année 2020, que j’espère pire que les précédentes, en attendant avec impatience la dégringolade finale, accompagnée du bruit sec des portes qui se refermeront sur les jobards et leurs petites économies.

          1. Pheldge

            les seules contraintes sont celles qu’on s’impose, qu’on se crée ou qu’on s’invente … après, il y a une certaine tradition et une frilosité bien française qui pousse à la sédentarité. Ca se traduit souvent par « c’est au travail de venir à moi » …

            1. MCA

              « les seules contraintes sont celles qu’on s’impose, qu’on se crée ou qu’on s’invente … »

              Un peu court!

              Les contraintes ne sont pas uniquement de notre fait.

            1. Makalioka

              Idem pour mézigue, ce qui me retient encore, ce sont mes vieux parents, le taf, et un certain attachement, disons, à la terre (je suis un rural);
              mais je commence à envisager in petto d’autres options que la France à un horizon 3/4 années;
              … à la condition que d’ici là, cette France ne soit devenue un enfer pavé de mauvaises intentions, restreignant ainsi les mobilités individuelles.

    3. MCA

      @Higgins 28 décembre 2019, 13 h 48 min

      Major, l’araignée tisse sa toile; il n’y a pas que la reconnaissance faciale…

      https:/ /www.nextinpact.com/news/108540-la-police-nationale-lorgne-sur-donnees-reservation-voyageurs.htm

    1. Dr Slump

      Surtout quand on sait que ce Metzneff était un pervers pédophile notoire, il en témoignait en détail dans son oeuvre avec la fierté de l’impunité, mais c’était acceptable, parce que bon, c’est un écrivain, de gauche sans doute, alors cépapareil. Une vraie ordure qui mériterait non seulement qu’on lui coupe toute aide, mais qui devrait en plus être écartelé en place publique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.